Skip to navigation – Site map

Five crew, how many clergy : pourquoi certains noms collectifs peuvent-ils servir à nommer des membres ?

Laure Gardelle

Abstracts

A collective noun is typically defined as a noun which, in the singular, involves a plurality of members (e.g. (a) crew). But some of these nouns can also denote members, when they are used as uninflected plurals (e.g. these crew); some of them even license the numeral one (e.g. one crew, meaning one member of crew). The present paper focuses on these plural uses, which have not been much studied to date, and which also involve non-count nouns that denote collective supercategories (e.g. (these) livestock). The paper first describes the data from two corpora of American English. It then shows that these uses are not collective: what the noun denotes is members of a class (e.g. for crew, of a professional category), and at the same time, the fact that these members are typically construed as part of a group. For the nouns that are originally count collectives, the uninflected plural implies a change of denotation, from a whole to members of a professional category. For the nouns that denote collective supercategories, the plural merely gives more salience to the units that compose the whole. What the two cases have in common is that the units are hardly individuated: they are defined by the class to which they belong, that is, with a plurality as a starting point. Consequently, two police, for instance, is not always interchangeable with two policemen. The paper finally looks for a term for these uses. Internal plural is rejected in favour of aggregate.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Le terme collectif, du latin collectivus, est en effet défini ainsi par l’OED (entrée collective ; (...)

1Bien que les contours de la classe des noms collectifs ne fassent pas pleinement l’unanimité (voir par exemple Arigne 2006, Lammert 2010, Gardelle 2014), tous s’accordent sur le fait qu’il s’agit de noms qui, au singulier, dénotent une collection, c’est-à-dire un ensemble d’unités obtenu par regroupement1. On retiendra par exemple la définition représentative de collective noun donnée par l’OED (entrée collective) : « a substantive which (in the singular) denotes a collection or number of individuals ». En anglais, il s’agit de noms tels que committee, herd ou set. Ces noms ont retenu l’attention des grammairiens parce qu’ils présentent un certain paradoxe du point de vue du nombre : ils sont morphologiquement singuliers (ex. a committee), mais impliquent une pluralité d’unités (plusieurs membres). Les grammaires de l’anglais évoquent particulièrement ceux qui désignent des groupes d’humains et, parfois, d’animaux, car ils admettent un accord sylleptique, pluriel, du verbe et/ou des anaphoriques ; ainsi :

(1) The committee have been unable to devise any better or more efficient mode by which to recognize the claim of Mr. Hill […] (COCA, 2013)

2L’accord au pluriel rend saillantes les unités, c’est-à-dire les individus qui composent le tout collectif, tandis que l’accord au singulier peut être soit la trace d’une saillance du tout, soit un simple respect du nombre grammatical du GN (Huddleston & Pullum 2002 : 495). Quoi qu’il en soit, même si l’accord avec le GN peut avoir lieu au pluriel, le nom collectif, lui, reste singulier : en (1), par exemple, à the pourrait être substitué this, mais pas *these. Ceci vaut même lorsque le prédicat rend particulièrement saillants les individus, ainsi avec each other, ou avec all en position préverbale (qui ne peut s’appliquer qu’à une pluralité) :

(2) One couple clearly hated each other’s guts [substitution possible: this couple, mais pas *these couple] (emprunté à Huddleston & Pullum 2002: 1501)

(3) ‘I’m sure the committee all appreciate a son’s devotion, Mr. Kotlar’ [substitution possible: this committee, mais pas *these committee] (COCA, 1999)

3Pourtant, certains de ces noms admettent également un déterminant these et la quantification, et ce sans flexion plurielle en -s ; ainsi five crew, how many clergy ou encore several police. C’est à ces usages que s’intéresse la présente étude. Comment les nommer ? Il ne s’agit pas d’emplois collectifs : une glose en be composed of est impossible (ex. the police is composed of policemen, mais *several police are composed of policemen), et five crew, par exemple, désigne cinq membres d’équipage et non cinq équipages (à la différence de five crews). Les quelques ouvrages qui mentionnent ces pluriels recourent à différents termes : « uninflected plural-only nouns » (Huddleston & Pullum 2002 : 345), « zero plural » / « uninflected plural » (Wickens 1992 : 19), « internal plurals » (Hirtle 1982 : 63-66, 2009 : 102) ou encore « aggregate nouns » (Bache & Davidsen-Nielsen 1997 : 395, Ballard 2013 : 82 ; ils sont alors explicitement distingués des noms collectifs). A ce stade de l’étude, on retiendra un terme qui décrit la morphologie de ces noms plutôt que le sémantisme associé, soit, reprenant la terminologie de Huddleston & Pullum et Wickens, « pluriels non fléchis ». Comme ces auteurs, on considère ainsi qu’une flexion doit être un marqueur matériellement visible ; il peut donc y avoir absence de flexion (« uninflected plural »), mais présence d’un morphème zéro, qui contribue un sens (« zero morpheme » chez Wickens 1992 : 19, 22) – sens qu’il s’agira d’identifier. Cette position est différente, par exemple, de celle de Ballard (2013 : 385), dont la terminologie inclut une « flexion zéro » (« zero inflection », par exemple pour le pluriel de sheep). Précisons également que le terme « pluriel non fléchi » recouvre une réalité plus large que les noms étudiés ici : il s’applique également à des noms qui, au singulier, dénotent un individu, par exemple aux noms de type sheep, invariables dans leur morphologie (*sheeps), ou encore de type buffalo (300 buffalo), pour lesquels un pluriel fléchi (300 buffaloes) existe avec la même référence. Les pluriels non fléchis qui nous intéressent ici sont exclusivement ceux pour lesquels la forme singulière du nom, à l’instar de crew, fait typiquement ou obligatoirement référence à une pluralité d’individus, même si, comme l’a montré Hirtle (2009), des points communs avec d’autres cas de pluriels non fléchis existent.

  • 2 Les noms collectifs clergy et police se trouvent généralement au singulier seulement, avec the, car (...)
  • 3 Ex. The numbers of farms that are home to all this poultry and livestock are decreasing […] (COCA)/ (...)
  • 4 Les superordonnés de type livestock se rapprochent des noms collectifs dénombrables en ce qu’ils dé (...)

4Les cas étudiés ici sont en réalité de deux types. Les uns sont issus, comme on l’a dit, de collectifs dénombrables (ainsi crew, clergy ou police2) – on utilise « sont issus » au sens où les emplois pluriels non fléchis apparaissent, d’après les exemples donnés par l’OED, plus récents que les emplois collectifs. Les autres sont issus de noms superordonnés qui, au singulier, sont indénombrables (ainsi poultry ou livestock3). Ils sont superordonnés au sens où en langue, ils dénotent non pas un groupe, mais une classe, et entretiennent une relation en be avec leurs hyponymes ; par exemple, livestock = oxen, sheep, cows, etc. / Oxen are livestock / An ox is livestock. Ces superordonnés, lorsqu’ils sont employés comme indénombrables singuliers, sont considérés par certains linguistes comme étant eux aussi des « collectifs » (Greenbaum 1996, Lammert 2010), mais ils en sont exclus par d’autres parce qu’ils présentent certaines différences de conceptualisation (Flaux & Van de Velde 2000, Joosten 2010, Gardelle 2014)4. Ce débat dépassant le cadre de la présente étude, on ne prendra pas position ici. On inclura les noms issus des deux types (ex. crew et livestock en emploi pluriel) parce qu’ils ont en commun de dénoter par ailleurs, au singulier, des pluralités ; mais on conservera l’idée de deux sous-groupes, en utilisant le terme « supercatégorie collective » (emprunté à Wierzbicka 1988 : 513) pour les noms de type livestock, et le terme « nom collectif dénombrable » pour les noms de type crew.

5Les pluriels non fléchis de type crew et livestock n’ont curieusement guère fait l’objet d’études, bien qu’ils soient mentionnés dans quelques ouvrages ; seules deux, à notre connaissance (Hirtle 1982 et 2009), ont cherché à expliquer le processus qui fait passer du tout (ex. the crew, « l’équipage ») à la référence à des membres (ex. five crew, « cinq membres d’équipage », et non « cinq équipages »). Il s’agit donc ici de comprendre le sens véhiculé par les pluriels non fléchis, et pourquoi il concerne ces noms et ceux-là seulement. Par exemple, pourquoi peut-on dire how many clergy alors qu’existe how many clergymen, ou several police aux côtés de several police officers ? Pourquoi, à l’inverse, *five jury, *how many committee ou encore *several furniture sont-ils agrammaticaux ? Le processus de passage d’un tout à des membres est-il le même pour les pluriels non fléchis issus de dénombrables (ex. crew) et d’indénombrables (ex. livestock) ? Enfin, comment situer au mieux ces emplois dans les théories sur le nombre ?

6Pour répondre à ces questions, l’étude commencera par un panorama du phénomène, à partir de deux corpus d’anglais américain : le COCA et, de manière plus secondaire, Google Books US. Puis une seconde partie cherchera à rendre compte des effets de sens véhiculés par ces termes pluriels issus de noms collectifs dénombrables ou de noms de supercatégories collectives. Il s’agira pour finir de les nommer en partant de leur contribution sémantique, afin de les inscrire au mieux dans les recherches sur le nombre grammatical et lexical. On examinera notamment l’étiquette de « pluriel interne » proposée par Hirtle (1982, 2009).

1. Panorama du phénomène

7Afin d’identifier les noms concernés, il a été décidé d’utiliser deux corpus électroniques : le Corpus of Contemporary American English (COCA) et Google Books US, tous deux créés par Mark Davies (Brigham Young University). L’étude portera donc exclusivement sur l’anglais américain, afin de ne pas ajouter de variable de variété d’anglais – l’étude d’autres variétés permettrait par la suite de préciser si des différences existent. Deux raisons ont conduit au choix de l’anglais américain. La première est que le COCA compte des données d’anglais ultra-contemporain, les plus récentes datant de 2012, et ce en accès libre. En cela, il présente un avantage par rapport au BNC, lui aussi facilement accessible, mais dont les données les plus récentes datent de 1993. Par ailleurs, des études (notamment Levin 1999, Bock et al. 2006) ont établi que l’accord sylleptique était beaucoup moins fréquent en anglais américain qu’en anglais britannique – même si, contrairement à certaines affirmations d’ouvrages plus généralistes (ainsi Trask 2010 : 126), cet accord sylleptique existe bien en anglais américain. Il nous a donc paru particulièrement intéressant d’explorer les possibilités d’emploi pluriel pour signifier des membres dans une variété d’anglais pour laquelle la représentation plurielle via l’accord hors du GN était peu fréquente.

8Le choix d’opter pour des corpus électroniques a eu pour but d’obtenir des données aussi représentatives que possible de l’anglais américain d’aujourd’hui. Le COCA (1990-2012, 20 millions de mots par année) se veut représentatif d’une large palette de genres discursifs : fiction, magazines, écrits universitaires, revues spécialisées, et, dans une certaine mesure, anglais oral. Certains termes, par exemple clergy, infantry ou nobility, étant assez peu employés dans ces genres, il a cependant été décidé de mener également la recherche dans le corpus Google Books US, qui compte un plus grand nombre d’ouvrages historiques, religieux et militaires, permettant un accès à un nombre supérieur d’occurrences de ces termes. Les résultats, présentés plus bas, n’ont pas été fusionnés avec ceux du COCA, car Google Books, même s’il présente un intérêt indéniable pour la présente étude, est également en partie critiquable. D’une part, il doit être pris comme une bibliothèque et non comme un corpus représentatif équilibré par genre ; Pechenick et al. (2015) montrent par exemple que les travaux scientifiques y sont très fortement sur-représentés par rapport à ce qu’ils nomment les « ouvrages populaires ». Dans notre approche, les données de Google Books ont donc été considérées comme une source complémentaire d’occurrences, certes non équilibrée en termes de représentativité, mais permettant malgré tout de voir la présence ou non d’un phénomène linguistique au sein d’un très grand nombre d’ouvrages de domaines non représentés dans le COCA. Aucune autre méthode n’aurait permis cela. D’autre part, sélectionner la partie américaine de Google Books signifie seulement restreindre la recherche aux ouvrages publiés aux Etats-Unis ; rien ne garantit donc la nationalité américaine des auteurs. Ceci constitue également un inconvénient, si bien qu’aucun chiffrage des occurrences n’est proposé dans nos résultats ; mais il nous a paru utile malgré tout d’inclure les données de ce corpus. Enfin, bien que l’interface de requête de Mark Davies propose un nombre d’occurrences par intervalle de temps, nous n’avons pas utilisé ce paramètre car il ne nous est pas apparu fiable : nous nous sommes souvent retrouvée avec un nombre de références dans Google Books bien différent de celui qu’annonçait l’interface de requête, et la période sélectionnée n’était pas toujours respectée dans les résultats. Les enjeux techniques pour lier l’interface au moteur Google Books sont de toute évidence particulièrement complexes. Cela dit, l’interface proposée par Mark Davies permet un filtre précieux par rapport au type de requête qui peut être effectué directement dans Google Books ; le corpus conserve donc un grand intérêt, au-delà des objections formulées ci-dessus.

  • 5 Ont ainsi été rencontrés, au hasard des recherches d’occurrences, les autres numéraux suivants: for (...)

9Les noms qui ont été entrés pour recherche dans les deux corpus sont ceux qui sont mentionnés dans un certain nombre d’études sur les noms collectifs et supercatégories collectives, et réunis dans Gardelle (2014). Le premier test a consisté à les rechercher avec un déterminant pluriel (les démonstratifs these / those), puis avec divers éléments de quantification, en partie qualitatifs (par exemple, various) ou plus fortement quantitatifs (ainsi several ou one). Les numéraux one et two ont été inclus afin de voir si les noms admettaient une très faible quantification, voire le passage à une référence singulière (au sens d’un seul membre). Cette délimitation à deux numéraux est nécessairement restrictive5, mais l’interface ne permet pas d’effectuer une recherche du nom précédé de « tout numéral ».

10Pour chacune des combinaisons, la liste de résultats a été examinée manuellement afin d’éliminer toutes les occurrences non pertinentes ; en effet, two personnel incluait par exemple the Number two personnel guy, ou plus fréquemment, le nom était seulement le premier élément d’un composé (ex. how many crew incluait la séquence how many crew members). Pour one, il était important de vérifier également que l’ensemble référait bien à un membre et non à un groupe entier. Les résultats sont indiqués dans le tableau 1 ci-dessous, pour les humains puis pour les animaux, enfin pour le seul cas d’inanimé (aucune autre occurrence d’inanimé n’a été trouvée, telle que *these furniture ou *how many kitchenware). √ signale que la séquence terme(s) en tête de la colonne + nom à l’entrée de la ligne est attestée dans le COCA, ○ qu’elle figure dans des ouvrages de Google Books US.

Tableau 1 – Attestations dans le COCA et Google Books US d’un échantillon de déterminations pour désigner des individus par des pluriels non fléchis issus de noms collectifs dénombrables ou de noms de supercatégories collectives

  • 6 Il s’agit le plus souvent de références à des membres d’équipage, mais aussi, parfois, de référence (...)
  • 7 Cattle a été inclus ici car bien qu’il soit le plus souvent pluriel, il connaît des usages singulie (...)
  • 8 Seules deux occurrences ont été rencontrées.
  • 9 La séquence one flora n’a été rencontrée qu’une fois, pour désigner une espèce et non une seule pla (...)

these /

those

one

two

how many

various

number of

several

cavalry

clergy

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

crew6

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

faculty

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

gentry

√ ○

√ ○

infantry

√ ○

√ ○

laity

√ ○

military

√ ○

nobility

people

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

police

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

staff

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

cattle7

√ ○

8

√ ○

√ ○

√ ○

√ ○

fauna

livestock

√ ○

√ ○

poultry

vermin

√ ○

flora

 ?○9

11Voici à titre d’illustration un échantillon d’énoncés :

(4) Colonel Munford said he had two killed and three wounded in his batteries and several cavalry were wounded. (Google Books US, 2006)

(5) This was true, even though a number of clergy had women sexual partners. (COCA, 2004)

(6) The drawing, captioned: "It is reported that Trinity Church is considering the possibility of free pews!" consists of a laborer pointing to the bible as one clergy welcomes him into the church, while another scratches his head in confusion, and the other lifts his hand in a gesture of opposition. (COCA, 2002)

(7) "You could make the case that there’s an efficiency to doing that," Perry said. "You could have one faculty member teaching all 30 units for $ 220,000, or you could hire two faculty and pay them $ 250,000." (COCA, 2010)

(8) All RVV-inoculated cattle survived, except for one cattle inoculated with 105 p.f.u. RVV, but the two control cattle developed a fatal disease. (Google Books US, 2010)

(9) First, let’s look at the basic facts. Without bees and hummingbirds to pollinate them, all flowering plants would die off in one generation. That is to say, one missed pollination, and they are gone. In the case of fruit trees, they can survive many missed pollinations, but they too will die off in one generation if they are not pollinated by these fauna.

Likewise, without these flora, bees and hummingbirds will die off from lack of food in one generation. So in terms of evolution, timing is very critical to the survival of both flora and fauna. This means that at no time in the past could both flora that depend on external pollination, and the creatures that pollinate them, exist without the other being fully developed to accommodate this relationship. (Google Books US, 2008)

12Le tableau fait apparaître des différences importantes de comportement combinatoire selon les noms :

  • les seuls déterminants admis par tous sont les démonstratifs pluriels (these / those). Ce constat n’est très probablement pas un hasard. Pour les noms par ailleurs collectifs dénombrables (ex. crew), il y a certes polysémie : le nom, qui dénote en emploi collectif (a crew / crews) un tout formé d’unités, se met à désigner ensemble des unités qui composent un tout. Mais par le démonstratif, qui désigne les unités ensemble, la conceptualisation des membres reste plus facilement associée à celle d’un tout qu’avec two, par exemple : pour compter deux, on part habituellement de l’unité (2 = 1 + 1). Pour les noms qui dénotent par ailleurs une supercatégorie collective (ex. livestock), il n’y a pas changement de référence, ni véritablement de dénotation : this livestock comme these livestock désignent un ensemble de bestiaux. C’est la conceptualisation de cet ensemble qui est modifiée : par le pluriel, le nom donne plus à voir les individus qui le composent (d’où la possibilité, par exemple, d’avoir une détermination en a number of avec le pluriel). Le fait que le dénombrement proprement dit (ex. two) soit possible pour cattle mais pas pour livestock par exemple, s’explique par le fait qu’un numéral exige une condition supplémentaire : une homogénéisation des individus. Dénombrer implique en effet de compter des éléments de même nature (Wierzbicka 1988 : 513). Or si ces noms superordonnés sont habituellement indénombrables, c’est parce que, comme furniture, cutlery, etc., ils impliquent une irréductible hétérogénéité de nature des éléments. A propos de cutlery, Wierzbicka (ibid.) note ainsi: « to subsume spoons, knives and forks under one heading (cutlery) does not mean to think of them as one kind of thing; it means to think of them as of things of different kinds which can be used jointly for a similar purpose. » Pour revenir à nos pluriels, l’homogénéisation de nature dans la représentation des bêtes est visiblement accessible pour cattle dans des discours de spécialistes, mais pas pour livestock, probablement parce qu’il peut s’appliquer à des bêtes d’espèces plus différentes. On note également que cattle est majoritairement utilisé au pluriel aujourd’hui, ce qui n’est pas le cas de livestock ; peut-être cet accès plus grand aux individus joue-t-il également un rôle dans le processus d’homogénéisation, ou est-il lui-même la trace d’un regard moins hétérogène sur les individus pour la population en général.

  • people admet de manière très commune toutes les déterminations plurielles proposées – mais pas one, one people ayant un sens exclusivement collectif : un peuple. A l’inverse, certains noms admettent difficilement la faible quantification (one, two, several). Pour certains d’entre eux (ex. laity, fauna), il est possible que l’absence soit liée à des raisons extralinguistiques : il est peu commun de vouloir compter les laïcs ou la faune. Pour un nom tel que poultry, en revanche, les basses-cours comptant peu de volatiles sont monnaie courante, si bien que l’absence est peut-être plus encore à souligner. Il s’agit, comme pour cattle ou livestock, d’un nom de supercatégorie collective hétérogène ; si le nom n’a pas connu chez les spécialistes l’homogénéisation qui existe pour cattle, c’est peut-être parce que la langue dispose par ailleurs du dénombrable fowl, dont l’acception principale est celle de volatile de basse-cour (OED).

    • 10 Livestock inclut les bovins (sens principal de cattle aujourd’hui), ainsi que porcs et ovins (OED, (...)

    deux noms de même domaine peuvent différer dans leurs potentialités combinatoires. Ainsi deux noms au potentiel référentiel proche, comme on l’a montré ci-dessus avec cattle et livestock10, ou encore deux noms de classes sociales, gentry et nobility. Pour cette seconde paire, les usages plus fréquents de gentry au pluriel, c’est-à-dire pour les individus, s’expliquent probablement par le fait que gentry n’a pas de nom de même racine pour les individus, alors que pour nobility, il existe nobleman / noble (cf. énoncé (16) cité plus bas). Cette hypothèse est confortée par un autre constat : aristocracy et bourgeoisie ne connaissent pas d’usages pluriels pour les individus (*these aristocracy, *these bourgeoisie) ; or là encore, des noms dénombrables de même racine, aristocrat(s) et burgess(es) / bourgeois, existent.

  • enfin, quelques noms admettent un singulier pour désigner un seul individu : clergy, crew, faculty, police, staff, vermin et, dans de très rares ouvrages spécialisés dans l’élevage (économie, soins vétérinaires, etc.), cattle. Pour ces noms, une recherche complémentaire a été effectuée pour voir si au singulier (pour désigner un seul individu toujours), d’autres déterminants étaient possibles. Ni a, ni the n’ont donné de résultats dans les deux corpus, ce qui suppose que ces emplois soient au mieux très rares (à noter que Juul (1975 : 33) mentionne une occurrence de a crew, voir section 2.1 ci-dessous). Ce n’est peut-être pas un hasard, là encore : on note qu’à l’inverse, one est rare lorsque le nom dénote le groupe, si bien que les emplois de ces noms au sens collectif et les emplois au sens de l’individu ne sont pas réellement en concurrence sur un plan syntaxique. Deux hypothèses peuvent être avancées : une motivation interne à la langue (éviter les situations de concurrence, et donc d’ambiguïté en contexte), et/ou une raison sémantique. La première hypothèse ne peut guère dépasser le statut d’hypothèse ; pour la seconde, en revanche, il s’agit à présent de nous interroger sur le sens exact véhiculé par ces termes ainsi que, par conséquent, sur leurs contextes d’emploi.

2. Pourquoi employer ces noms pour désigner des individus ?

13Comme indiqué en introduction, seul Hirtle (1982, 2009), à notre connaissance, a cherché à expliquer ce phénomène. Nous commençons donc par étudier ses analyses, avant d’apporter des éléments complémentaires.

2.1. Les analyses de Hirtle (1982, 2009) : des cas de pluriel interne

  • 11 « an internal plural, that is, a noun grammatically prehended as a plural in its very make-up » (Hi (...)

14Pour Hirtle (1982 : 63), ces emplois sont des cas de « pluriels internes », entendus comme des pluriels grammaticaux inhérents au nom11 qui font voir plusieurs éléments à l’intérieur d’un groupe (par exemple, five crew = cinq membres d’équipage). Le pluriel interne, qui comporte le morphème zéro, s’oppose au pluriel externe, marqué par un -s, qui fait voir « plusieurs groupes » (ainsi five crews = cinq équipages). Plus largement, Hirtle (1982 : 66) définit quatre emplois d’un nom tel que crew (exemples empruntés par l’auteur à Juul [1975 : 33]) :

  1. pluriel interne (« plus d’un membre d’un groupe »): ex. the skipper and the five crew

  2. singulier avec le sens de « un groupe » [sens qui peut être qualifié de collectif]: ex. the greatest triumph of one crew seventy years ago was to fight their way with a three-and-a-half ton lifeboat up a cliff

  3. singulier au sens de « un membre d’un groupe » : ex. I didn’t mind being a crew and general dogsbody on his boat.

  4. pluriel externe (« plus d’un groupe »): ex. about three hundred crews were due...

15Ces descriptions conduisent Hirtle (1982 : 66) à conclure que le « pluriel interne » (« plus d’un membre d’un groupe ») est employé lorsque les individus sont évoqués avant tout comme membres d’une collectivité plus large (par exemple, la profession), là où un nom d’individu (ainsi sailor(s), clergyman/-men) évoque les personnes dans leur individualité. Sa description va dans le sens d’une remarque de Wood (cité par Erades 1975: 73) à propos de police et clergy: « Police and clergy suggest that we are referring to the persons in their official capacity, whereas policemen and clergymen do not. » Nous ajouterons que cette analyse converge également avec une remarque de l’OED à propos de people: « In ordinary usage, this is treated as the unmarked plural of person, whereas persons emphasizes the plurality and individuality of the referent. » En d’autres termes, même si people n’est plus vu véritablement aujourd’hui comme signifiant « membre d’un peuple », il reste moins individualisant que persons, nom qui part de l’individu (a person) pour proposer une somme (-s). Pour revenir à Hirtle (2009 : 103), l’auteur résume ainsi sa pensée :

[the internal plural] results in a set of individuals inhering in a whole or continuate

[the external plural] defines a set obtained by extrapolation beyond a unit view

16Comme le souligne Hirtle (2009), ce lien entre pluriel non fléchi et faible individualisation n’est pas réservé aux noms tels que clergy. Il se retrouve par exemple, en contexte de chasse ou d’exploration, avec 200 gazelle_ ou two bear_ (Allan 1976 : 100) : les animaux se définissent alors avant tout par leur appartenance à une espèce, qui efface les individualités. Ceci expliquerait que les animaux concernés soient surtout des animaux sauvages – ou alors, comme pour cattle et swine, pour des animaux qui ne peuvent être perçus qu’en association avec un troupeau (Hirtle 2009 : 99). Un autre cas concerne des inanimés : two aspirins dénote deux cachets qui contiennent le principe actif, tandis que two aspirin dénote le principe actif manifesté dans deux cachets (Hirtle 2009 : 100).

2.2. Discussion

17Il s’agit ici d’examiner de plus près deux éléments principaux de la thèse de Hirtle à propos de ces usages pluriels (ex. these clergy) : une moindre individualisation des référents par rapport à des noms d’individus (ex. these clergymen), et un effet de sens glosé par « plus d’un membre d’un groupe » – dans une troisième partie, nous examinerons également le terme « pluriel interne » pour nommer ces usages.

  • 12 Those police officers conduit aux mêmes conclusions.
  • 13 Le nombre d’occurrences de those policemen n’est donc guère plus élevé que pour those police. De mê (...)

18La notion de moindre individualisation, c’est-à-dire de référents saisis comme « plus d’un membre d’un groupe », est totalement confirmée par les données réunies ici. A titre d’échantillon représentatif, voici ce que montre une comparaison de those police et those policemen12 dans le COCA. Those police (16 occurrences) est utilisé uniquement dans des cas où les policiers ne sont pas différenciés au sein du groupe ; ils agissent ensemble, réagissent ensemble (ainsi dans les énoncés 10 et 11 ci-dessous). Those policemen (22 occurrences13) peut être employé dans les mêmes contextes (ainsi pour des arrestations), ou avec individualisation au sein du groupe (énoncés 12, 13 par exemple) ; dans ce second cas, those police apparaît impossible. En (12), l’individualisation s’opère par le biais d’une différenciation (those… who… s’oppose à all) ; en (13), il s’agit d’introduire un reportage sur des individus qui ont été sauvagement assassinés (reportage qui va retracer le parcours spécifique de chacun, qui plus est), si bien que police, qui mettrait en avant l’indifférenciation des individus, apparaîtrait très insensible. L’énoncé (12) est particulièrement intéressant car il montre qu’un même locuteur peut utiliser alternativement les formes police (pour les individus) et policemen.

(10) The poor girl had a shock just now, all those police. I’m afraid our housemaid was quite rude.

(11) They chose a religious target, undermanned by 40 guards – and those police unable to cope with the riot by using teargas and nonlethal weapons […]

(12) “Cop killer” wasn’t directed at all police. It was directed to those policemen who kill and mistreat Blacks.

(13) None survived. # This is a story of those policemen and of the members of Columbia’s military that killed them.

  • 14 Cette condition a été ajoutée pour éliminer les très nombreuses occurrences où police était le prem (...)

19Sur un nombre d’occurrences plus restreint, une comparaison de two police (6 occurrences suivies d’un verbe14) et two policemen (77 occurrences suivies d’un verbe) mène exactement à la même conclusion. Two police n’a été rencontré qu’en contexte d’intervention professionnelle (pour décrire des arrestations ou compter des victimes, ainsi two police were killed, and three wounded), sans être précédé de the ; il s’agit alors avant tout de dire l’appartenance de ces hommes à une catégorie socio-professionnelle, et non de les individualiser comme personnes. Two policemen a été rencontré dans ces mêmes contextes, mais aussi dans des cas d’individualisation, avec trois motivations : différenciation (ex. The two policemen were called Patrick and Buddy), individualisation de toutes les personnes impliquées (ex. Two policemen were dead, so, too, a young girl), ou mention de réactions qui impliquent chacun des deux policiers (ex. They came back in three hours, Jeffrey’s father puffing and the two policemen shaking their heads.)

20Il s’agit à présent de préciser la notion de « membre(s) d’un groupe » (cf. les gloses proposées par Hirtle : « plusieurs membres d’un groupe » et, avec one, « un membre d’un groupe »). Il est important de souligner que les référents ne constituent pas à eux seuls le groupe ; par exemple, two police ne désigne pas deux policiers vus comme formant un groupe de deux, mais deux policiers vus comme membres de l’institution, de la police en général. Hirtle (2009 : 97) semble aboutir à la même conclusion lorsqu’il souligne, pour un autre nom, que three faculty se glose par three individual members of _ faculty (plutôt que of the faculty, où serait désignée une faculté d’une université spécifique). D’ailleurs, si l’on prend un nom tel que crew, on trouve occasionnellement des énoncés dans lesquels plusieurs individus nommés crew n’appartiennent pas tous au même équipage ; ainsi en (14). Crew (pour les individus) se glose donc par membre(s) d’équipage, et non par membre(s) de l’équipage.

(14) On the morning of 17th April, operation orders were circulated. Briefing of No 44 (Rhodesia) Squadron was at 11h00 and the crews attending were instructed to take their tin hats […]. For take-off the duty aerodrome control pilot, Sergeant Knight, had to be aware of the timing of the raid and in the cookhouse for Duty Ration Detail, Aircraftman Shaw, preparing sandwiches and flasks, had to know how many crew would be involved and roughly how long the operation would last. It would be dark when the crews returned and so the officer in charge of night-flying […] (Google Books US, 2015)

21Un tel énoncé montre bien que le processus qui fait passer du nom collectif dénombrable (ex. crew au sens d’équipage) à la dénotation de membres (crew pour dénoter des membres d’équipage) ne consiste pas à passer d’un groupe préalablement établi (a crew) à ses membres (crew). Parce que le transfert opère au niveau lexical, il fait passer de la notion de groupe à la notion de membre ; et parce que c’est un nom, il s’agit de nommer une classe. En d’autres termes, dans how many crew, crew implique que les référents sont membres (d’un groupe / de groupes), c’est-à-dire que chacun fait partie d’un ensemble plus grand de congénères ; mais il dénote dans le même temps la classe, la catégorie socio-professionnelle qui définit les référents – d’où une relation en be (ex. If she comes will she be second-mate or just crew ?, Google Books US). Cette dénomination d’une catégorie socio-professionnelle apparaît plus clairement encore lorsque ces noms sont employés avec un déterminant zéro ; ainsi en (15) et (16) :

(15) Bluewater Crew is a traditional crew placement agency, with an Internet-based database of over 46,000 candidates that not only tracks career moves, but also lists qualifications, current situations, locations, references, and even personal information about what each candidate is ideally looking for. This online database of potential crew is accessible 24 hours a day for captains and owners to search, as well as for crew to make updates to their files. (Google Books US)

(16) Every man on the tax rolls and over the age of 25 had the right to vote; and while nobles elected nobles and clergy elected clergy, the Third Estate, granted double the representation of the other two Estates, 648 deputies, was in direct contact with […] (Google Books US)

22En (15), crew s’interprète comme un hyperonyme pour différents métiers (cuisiniers, femmes de chambre, marins, etc.), par opposition à captains notamment. En (16), clergy désigne les personnes qui font partie de l’ordre social du clergé, dans une mise en parallèle avec nobles. Crew, comme on l’a dit à l’occasion de l’énoncé (14), est par conséquent très proche de membres d’équipage du français (de même, clergy / membres du clergé), à la différence près que membre est un nom dénombrable, et permet donc facilement le dénombrement « un », alors que les noms tels que crew dénotent à l’origine un groupe et partent donc d’une représentation initiale plurielle (membres homogènes d’un groupe) et non individualisée. La même différence opère, pour l’anglais, entre crew (pour des individus) et crew member(s) : crew rend plus saillant le statut professionnel, la catégorie, là où crew member(s) explicite la notion de membre. Cette différence explique qu’en (15), par exemple, crew members soit moins approprié pour la dernière occurrence soulignée : ce qui importe ici est le métier plus que l’appartenance à un équipage. Chacun gère sa carrière, et ne fait techniquement pas partie d’un équipage tant qu’il ne s’est pas engagé dans telle mission.

23Ce sens du pluriel non fléchi pour les noms par ailleurs collectifs dénombrables (ex. crew, clergy) est similaire à celui des pluriels de type (these) cattle / (these) livestock, bien que ceux-ci soient issus de noms indénombrables singuliers. Ils admettent eux aussi une relation en be : cows are cattle / livestock. Dans le même temps, several cattle, par exemple, signifie plusieurs animaux qui non seulement sont du bétail, mais aussi que l’on se représente comme vivant en troupeau (cf. la remarque de Hirtle 2009 citée en 2.1. ci-dessus) ; il en va de même pour les rares occurrences de one cattle, qui à l’instar de one crew, n’est pas un simple hyperonyme de one cow, par exemple, mais représente l’animal comme une unité extraite d’un troupeau (ex. énoncé [8] cité plus haut). Il se différencie en cela d’un nom d’individu, ainsi animal : one animal n’implique pas que le référent fasse partie d’un groupe. Quant à poultry et livestock, ils font bien eux aussi accéder aux individus à partir d’une représentation plurielle, puisqu’ils ne semblent pas admettre de quantification faible (two) ou unitaire (one). On retrouve donc exactement le même principe de plusieurs unités non individualisées, définies par leur appartenance à la classe dénotée par le nom (cattle, livestock, etc., tous hyperonymes pour différentes espèces), et qui dans le même temps sont conceptualisées comme vivant en groupes de congénères. De même, pour l’inanimé flora, l’emploi pluriel présente les différentes espèces de plantes comme co-existant dans un même environnement (cf. énoncé [9] ci-dessus).

24La différence entre ces deux types de noms réside dans leur origine, et donc dans ce que véhicule la forme plurielle non fléchie. Pour ceux qui sont dérivés sémantiquement de collectifs dénombrables (ex. crew), il y a changement de dénotation et de référence. Pour les autres (ex. livestock), il n’y a pas vraiment polysémie, mais plutôt modification de la conceptualisation, avec une plus grande saillance des individus.

2.3. Quelle motivation à ces usages pluriels ?

25Il ne s’agit ici que de proposer des hypothèses, difficiles à vérifier. Les usages pluriels étudiés concernant un certain nombre de noms, il est probable qu’ils répondent à un besoin, plus spécifiquement à un besoin de parler d’une pluralité d’individus (et rarement, comme pour crew, d’un seul) en les conceptualisant à partir d’un ensemble, plutôt qu’à partir de l’unité comme le feraient des dénombrables comme crew member ou livestock animal. Ce besoin pourrait être lié à la conjonction de deux facteurs :

  • le caractère animé, souvent humain, des référents concernés : les animés constituent les entités les plus hautement individualisées, avec au sommet les humains (Sasse 1993 : 659). Il est donc probable que lorsque sont évoqués des groupes ou des ensembles en contexte, les individus qui les composent s’imposent souvent à l’esprit ; il est possible également que la langue autorise ce traitement spécial des animés, comme dans d’autres domaines (l’accord sylleptique pour les collectifs dénombrables, notamment), alors qu’elle l’interdit pour les inanimés.

  • l’absence de nom dénombrable (non composé) pour désigner un seul membre de cette catégorie : comme on l’a dit plus haut, si l’on compare nobility et clergy par exemple, le premier n’admet pas these ; or la langue dispose du dénombrable (a) noble pour référer à un seul individu. Clergy, qui admet these, n’a pas de tel équivalent : il faut recourir à clergyman, member of the clergy, ou clergy member. Or dans un certain nombre de contextes (cf. l’analyse de two police précédemment), l’opération d’individualisation effectuée par la création d’un composé ou d’un SN complexe en of n’est pas la plus appropriée : c’est l’appartenance à une catégorie et à un groupe qui prime. La création d’un sens, ou d’un mode de conceptualisation, au sein de la notion même, peut alors apparaître comme plus satisfaisante, sans être plus coûteuse d’un point de vue cognitif.

3. Comment nommer ces usages pluriels d’un point de vue sémantique ?

26Comme cela a été mentionné en introduction, Hirtle (1982, 2009) propose le terme « pluriel interne » (internal plural) pour les pluriels non fléchis (ex. (these) crew), et « pluriel externe » pour les pluriels avec morphème -s (ex. crews). Il s’inscrit pour cela explicitement dans une perspective guillaumienne. Guillaume aborde la notion de pluriel interne à partir du nombre grammatical, plus particulièrement à partir de l’opposition entre duel, triel et quadriel d’une part (qui relèvent pour lui du nombre interne), et pluriel externe d’autre part. Le système qu’il propose s’applique à la langue « à date ancienne », car pour lui, les nombres internes ont peu à peu disparu des « langues modernes » ; il en resterait seulement quelques vestiges « dans le plan de la sémantèse » (in Valin et al. 1992 : 96). Tandis que le pluriel externe consiste en une tension ouvrante qui part du singulier, le pluriel interne s’inscrit dans une tension resserrante qui va du pluriel vers le singulier : il « signifie la vision de plusieurs sous une unité resserrante, intégrante » (in Lowe 2007 : 83). On obtient le schéma suivant :

Figure 1 – Le pluriel selon Guillaume (in Lowe 1987 : 82)

Figure 1 – Le pluriel selon Guillaume (in Lowe 1987 : 82)

27Hirtle propose d’appliquer ce même schéma à l’opposition entre morphème zéro (pluriel non fléchi) et -s. Pour lui, le pluriel interne (associé au morphème zéro) résulte de l’interception d’un mouvement vers le singulier ; il évoque une pluralité dans une unité, au sein d’un ensemble continu (continuate) plus grand (1982 : 76). En conséquence: « the internal plural presents a number of individuals as basically one » (1982: 76). Au contraire, le pluriel externe, en -s, part du singulier, de l’unité, par expansion. En conséquence, il évoque la pluralité en tant que telle : « plurality as such, free from any impression of an all-embracing continuate » (ibid.). Un exemple que Hirtle (1982 : 63) juge parmi les plus emblématiques de cette opposition est celui de people / peoples :

In terms of the mental process of representation involved in the system, we can see that the notion evoked by people can be prehended at the beginning of the first movement to give a ‘generic’, ‘people in general’, sense, somewhere in the middle of the movement to give ‘a number of individuals’ sense and at the end to give a ‘one ethnic group’ sense. It is the final, ‘one ethnic group’ sense resulting from this first movement which is carried over into the second movement where it is multiplied to provide the sense of the external plural, ‘more than one ethnic group’.

28L’analyse de Hirtle nous paraît très convaincante sur la manière de représenter les individus avec le pluriel non fléchi et le pluriel en -s. Si l’on compare crew à crews, par exemple, le premier envisage effectivement les individus comme parties d’un tout plus grand (cf. les gloses proposées par Hirtle : « more than one member of a group » [1982 : 65], « a set of individuals inhering in a whole or continuate », [2009 : 102]). Au contraire, crews dénote une somme de groupes, qui ne considère donc pas les membres à l’intérieur de chaque groupe (« un équipage + un équipage + … »). Le processus décrit, en revanche (une tension vers le singulier à partir d’un continu, qui résulterait en un sens de groupe), ainsi que l’étiquette « pluriel interne », nous semblent plus problématiques. Pour commencer, il nous semble que cette description, telle qu’elle est proposée dans l’extrait ci-dessus, implique que les emplois pluriels non fléchis (ex. people au sens de « les gens ») devraient être premiers historiquement. Or c’est le contraire : même pour people, l’OED indique que les premiers emplois ont été singuliers (avec accord au singulier), même si les emplois pluriels sont eux aussi anciens. De plus, si l’on reprend le cas de crew, un mouvement qui partirait de crew in general, et qui passerait par la quantification a number of crew, devrait faire parvenir à one crew au sens de « un membre d’équipage », comme cela existe effectivement, et non au sens d’« équipage » ; il nous paraît alors difficile de comprendre comment la tension vers le singulier permet d’aboutir à un sens de groupe, et où placer one crew au sens de « un membre d’équipage ». On pourrait parler de singulier interne (sens « un membre ») par opposition à un singulier externe (« un équipage »), mais cela ne résout pas vraiment la question du passage de l’un à l’autre sens (cf. la dernière phrase de l’extrait ci-dessus : « the final, ‘one ethnic group’ sense resulting from this first movement »). Le mouvement de pensée nous paraît différent ; nous y reviendrons plus bas pour proposer une explication alternative. Enfin, il nous semble que la notion de « pluriel interne » reprise par Hirtle (1982 : 76) avec le sens guillaumien (« the internal plural presents a number of individuals as basically one ») ne s’applique pas totalement : dans « a number of crew », par exemple, il est difficile de concilier a number of avec l’idée de « un ». La notion d’individus définis par rapport à un tout plus grand, elle, nous paraît beaucoup plus convaincante, mais elle ne suffit pas à appliquer le terme de « pluralité interne ». Pour préciser ce point, revenons pour commencer à l’explicitation du concept telle qu’elle est proposée par Guillaume (leçons et essais publiés par Lowe 1987 et par Valin et al. 1992), pour mieux comprendre l’idée de tension resserrante qui va de la pluralité vers l’unité, et de là, faire apparaître des différences majeures entre le pluriel interne et les pluriels non fléchis de la présente étude.

  • 15 Voir encore la glose que propose Furukawa (1977 : 30) pour funérailles : « nous sommes en présence (...)

29Pour Guillaume, « [l]e nombre interne est une vue de pluralité qui se résout in finem en une vue d’ensemble extérieurement une, quoique intérieurement multiple » (in Valin et al. 1992 : 96). C’est un « singulier imparfait, inachevé, qui a des racines au-dessous de lui-même » (in Valin et al. 1992 : 96). Un exemple de pluriel interne, en ancien français, est le déterminant un(e)s, ainsi unes endentures (« une dentition ») : « un » marque l’extérieurement un, « -s » l’intérieurement multiple – de même, unes nopces, unes obsèques15 (ibid.). Ou encore, en français moderne, les collectifs une dizaine, une centaine, qui font voir sous un singulier une pluralité (ibid.). Différentes exégèses (Curat 1988 : 33, Serbat 1993 : 73) ajoutent des emplois tels que unes oreilles signifiant « une paire d’oreilles ». Pour prendre un nombre spécifique, le duel, celui-ci réfère à deux éléments ; pour Guillaume, il s’agit d’un pluriel interne uniquement au sens où il serait « infra-singulier » : le duel est « un singulier que la pensée n’abstrait pas complètement du double solidaire ». 

30Deux éléments définitoires sont donc à retenir pour caractériser le pluriel interne selon Guillaume : la perception solidaire, c’est-à-dire des éléments conceptualisés comme faisant partie d’un ensemble plus grand (critère qui s’applique à nos pluriels non fléchis), mais aussi une « vue d’ensemble extérieurement une ». Guillaume pensait en effet que le duel était un nombre impliquant cette enveloppe intégrante (unes endentures désigne ainsi un seul ensemble, dont les unités ne sont pas autonomes dans la conceptualisation), même si la recherche, depuis, a montré que dans la majorité des langues au moins, le duel était en fait un simple nombre externe, tout à fait compatible avec le numéral « deux », et intermédiaire entre singulier et pluriel—le pluriel commençant alors à « trois » (Curat 1988 : 29, Corbett 2000 : 20). Or pour nous, ce second trait définitoire de la pluralité interne (une « vue d’ensemble extérieurement une ») ne s’applique pas, comme indiqué plus haut, à nos pluriels non fléchis : avec these crew ou two crew, les unités ne sont pas intégrées dans une enveloppe singulière, sinon elles ne devraient pas pouvoir être dénombrées. Pour les noms comme crew, les cas de « pluriel interne » ne sont pas ces formes plurielles non fléchies, mais les emplois collectifs : crew au sens d’«  équipage » laisse bien voir sous une enveloppe « extérieurement une » (a crew) une pluralité d’éléments (un équipage est composé de plusieurs membres). C’est d’ailleurs ce que propose Guillaume : « Le nombre interne […] a été refait indirectement, dans le plan de la sémantèse, par l’emploi de noms collectifs : une dizaine, une centaine, lesquels représentent évidemment la formation d’une image singulière collective, obtenue à partir de la pluralité » (in Valin et al. 1992 : 96). D’autres cas sont encore les pluriels tels que cieux : ce nom ne s’analyse pas comme « plus d’un ciel » (au contraire de ciels, pluriel externe ; voir par exemple Furukawa 1977 : 26). Un autre exemple serait le nom lunettes, dont la forme plurielle reflète la conceptualisation d’un unique objet comme tout bipartite, composite, à la manière du unes de l’ancien français tel qu’il est décrit par Guillaume.

31On pourrait répondre que l’approche de Guillaume gagne à être étendue et en partie redéfinie, à partir du moment où l’on s’intéresse à la conceptualisation des référents plutôt qu’au nombre grammatical. Mais on en arrive alors à la seconde objection mentionnée au début de cette section, qui concerne la notion de « tension resserrante » que Guillaume associe au pluriel interne. Pour lui, il s’agit de tendre vers un singulier, quoiqu’imparfait, à partir d’une pluralité (in Valin et al. 1992 : 96), tension symbolisée dans la figure 1 par une flèche en direction du singulier. Or dans le cas des pluriels non fléchis étudiés ici, il n’y a pas tentative de représenter du singulier à partir d’une pluralité ; au contraire, il nous semble que le processus résulte d’une pression pour accéder aux individus, pour des animés (souvent des humains, qui plus est). Il nous semble donc que la tension va du tout, de l’enveloppe extérieurement une, vers la pluralité, et que le point de départ est le nom du tout. Cette tension est déjà à l’œuvre, pour les collectifs dénombrables, avec l’accord sylleptique : celui-ci permet de donner accès aux individus à l’extérieur du GN source, malgré le nombre grammatical singulier du nom. Nous faisons l’hypothèse du mouvement suivant, en trois étapes, à l’aide de l’exemple de crew :

(1) nom collectif dénombrable (a crew / crews), avec au singulier, accord au singulier (ex. the crew is…) : ce qui est mis en avant dans la conceptualisation est l’unité enveloppante, le groupe. Pour preuve, les anaphoriques, en cas d’accord au singulier, sont it et which, qui marquent l’inanimé, et le tout collectif peut se voir attribuer une propriété qui n’est pas vraie des membres eux-mêmes : a big crew ne signifie pas que les membres sont gros.

(2) nom collectif dénombrable (a crew / crews), avec, lorsqu’il est employé au singulier, un accord du verbe au pluriel (ex. this crew are amazing) : le GN dénote là encore l’unité enveloppante, le groupe, mais dès le premier accord possible hors du groupe nominal, la référence est aux membres. Les anaphoriques sont alors they, pluriel, et who, qui marque l’humain. L’accord sylleptique, fréquent pour les humains et possible pour les animaux, peut ainsi être lu comme une première étape d’accès aux individus ; ceux-ci sont indifférenciés, définis par leur seule appartenance à tel groupe spécifique dénoté par le GN singulier. En passant, on note que dans la plupart de ces emplois, le déterminant utilisé est the, et non this, c’est-à-dire un déterminant ne marquant pas le nombre au sein du GN. Ceci a peut-être contribué à passer de the crew au sens de « l’équipage » à the crew entendu comme « les membres d’équipage », puisqu’il s’agit de parler dans tous les cas des membres.

(3) pluriel non fléchi ((these) crew) : il n’y a plus de singulier, au sein du GN, qui impose de circonscrire la référence à un groupe borné. On accède ainsi aux seuls membres, à un niveau notionnel, de classe (ici une catégorie socio-professionnelle). Ainsi, these crew are amazing signifierait non pas que cet équipage, par opposition à un autre équipage, est fantastique, mais que ces membres d’équipage, par opposition à d’autres membres d’équipage (qui peuvent éventuellement faire partie du même équipage), sont fantastiques.

32Cette manière d’appréhender des unités via l’appartenance plurielle à une même classe n’est pas sans rappeler en partie le fonctionnement de noms tels que furniture (singulier) ou memorabilia (généralement pluriel), indénombrables qui eux aussi dénotent typiquement des pluralités d’éléments qui, dans notre expérience du monde, se rencontrent ensemble. Une étude comparative permettrait de mieux comprendre les conceptualisations respectives.

33Si nos pluriels non fléchis ne sont pas des pluriels internes, comment les étiqueter autrement que par leur morphologie ? Nous proposons d’opter pour la notion d’agrégat, transposée de l’anglais « aggregate », et proposée pour cattle par Jackendoff (1991 : 20), puis par Bache & Davidsen-Nielsen (1997 : 395) et Ballard (2013 : 82). Jackendoff propose de classer les entités matérielles en quatre types, selon qu’elles sont ou non bornées ([b]) ou qu’elles ont ou non une structure interne ([i]). Une entité a une structure interne si elle est composée d’unités distinctes. Il propose les quatre types suivants :

  1. les individus (+b, -i) : ex. a pig

  2. les groupes (+b, +i) : ex. a committee

  3. les substances (-b, -i) : ex. water

  4. les agrégats (-b, +i) : ex. buses, cattle

  • 16 En français, la terminologie est potentiellement plus problématique : agrégat n’a pas exactement le (...)

34« Aggregate », du latin aggregare qui signifie regrouper, dénote une pluralité d’éléments présents ensemble. Non borné, l’ensemble ne fait pas l’objet d’une conceptualisation propre, si bien qu’un adjectif ne peut s’appliquer qu’aux membres ; par exemple, young cattle signifie nécessairement que chacun des animaux est jeune. En cela, les agrégats se distinguent des groupes (qui correspondent aux noms collectifs dénombrables) ; comme on l’a vu plus haut, a big crew n’implique pas que les membres d’équipage eux-mêmes soient gros. Il est à noter que cette définition linguistique de « aggregate » diffère en partie de la définition de sens commun. Ainsi, l’OED propose l’acception suivante: « A complex whole, mass, or body formed by the union of numerous units or particles; an assemblage, a collection ».16 Cette définition est plus large que celle de Jackendoff, puisqu’elle inclut les assemblages de particules (« numerous units or particles »).

35Nous proposons cependant, au sein de la catégorie des « agrégats » de Jackendoff, de distinguer suite à notre étude au moins quatre sous-types :

  • ceux dénotés par des dénombrables au pluriel, qui dénotent des agrégats obtenus par sommes d’unités (ex. buses),

  • ceux issus de noms collectifs dénombrables (ex. (these) crew),

  • ceux dénotés par des indénombrables singuliers (ex. furniture, cutlery)

  • et ceux dénotés par des indénombrables pluriels (ex. durables, memorabilia).

36Les sommes constituent un cas un peu à part : elles seules impliquent des noms totalement dénombrables, et construisent la pluralité à partir de l’unité. Les trois autres types, en revanche, sont tous des agrégats appréhendés à partir de la pluralité référentielle ; par exemple, comme on l’a dit plus haut, furniture dénote typiquement plusieurs meubles, du mobilier. Ces noms présentent tous des possibilités de quantification, mais des résistances plus ou moins grandes au décompte ; et de même que certains de nos pluriels non fléchis admettent un usage singulier (one crew au sens de « un membre d’équipage », one cattle), certains des indénombrables pluriels admettent un usage singulier dans des domaines spécialisés (ex. a durable). Le classement des pluriels non fléchis issus de noms de supercatégories collectives (ex. (these) livestock) reste à préciser par une étude comparative de tous ces noms d’agrégats ; ils pourraient constituer un cinquième type. Ils sont proches des pluriels issus de collectifs (ex. (these) crew), on l’a vu, et comme eux, ne portent pas de flexion plurielle ; mais ils sont issus d’indénombrables, et sont proches en cela des indénombrables pluriels (qui, eux, portent cependant une flexion plurielle). Comme eux, ils sont pluriels mais le plus souvent non dénombrables (et n’accèdent pas au « un »), et ils peuvent dénoter des éléments de natures hétérogènes. De plus, certains noms généralement indénombrables pluriels admettent également des emplois indénombrables singuliers (ex. these memorabilia / this memorabilia pour plusieurs objets, ou encore this item of memorabilia), variation au sein des indénombrables qui n’est pas sans rappeler celle que connaissent cattle et livestock.

Conclusion

37La présente étude a permis de mieux cerner le sens et la raison d’être des formes plurielles non fléchies de noms qui sont par ailleurs soit des collectifs dénombrables (ainsi crew), soit des noms indénombrables de supercatégories collectives (ainsi livestock). Ces pluriels non fléchis dénotent des agrégats, c’est-à-dire des pluralités non bornées d’unités ; les éléments ne sont pas individualisés, mais sont envisagés à partir d’une pluralité, comme faisant partie d’un groupe plus grand. Ce sens associé aux formes plurielles est dérivé du sens collectif, ou du sens de supercatégorie collective. Il nous est apparu plus convaincant de décrire ce processus non pas comme une tension resserrante en direction du singulier, mais comme une manière d’accéder, à partir de notions de groupes (ex. crew) ou de classes (ex. livestock), à des pluralités d’individus. Plutôt que de parler de « pluralité interne », qui tend vers l’unité à partir du composite, il nous a semblé que le mouvement de conceptualisation allait du groupe ou de la classe vers les individus.

38Lorsque le nom est par ailleurs un collectif dénombrable (ex. crew), le pluriel non fléchi correspond à un nouveau sens du nom ; il dénote non plus un tout, mais des membres d’une classe (par exemple une catégorie socio-professionnelle) qui sont typiquement membres de groupe(s). L’accès au singulier, lorsqu’il est possible (ex. one crew pour un membre d’équipage) se fait lui aussi à partir de la pluralité : le référent est envisagé comme une unité au sein d’un groupe, sans individualité propre. Lorsque le nom est à l’origine un nom de supercatégorie collective (ex. livestock, cattle), il y a seulement modification de la conceptualisation : le nom ne désigne pas un ensemble appréhendé comme une masse, mais donne plus à voir les individus qui le composent, pour permettre la quantification, voire le dénombrement, à ce niveau d’abstraction.

39La catégorie des agrégats est bien plus vaste que celle que dénotent ces pluriels non fléchis : il s’agit de l’un des quatre grands types d’entités matérielles. Le point commun à tous les agrégats est qu’ils dénotent une pluralité d’éléments présents ensemble ; mais la manière dont s’effectue le regroupement des éléments diffère. Une étude comparative, non entièrement menée à ce jour, serait nécessaire pour mieux comprendre leur fonctionnement et, par conséquent, la place exacte des pluriels non fléchis étudiés ici. Notamment, des différences sont apparues entre les pluriels non fléchis d’origine collective dénombrable (ex. crew) et ceux issus de noms de supercatégories collectives (ex. livestock) ; s’il se confirmait que leurs emplois pluriels non fléchis diffèrent suffisamment pour les faire appartenir à des catégories d’agrégats différentes, cela pourrait être un argument en faveur d’une exclusion des noms de supercatégories collectives de la classe des noms collectifs.

40Quoi qu’il en soit, le fait que ces deux types de pluriels non fléchis dénotent des agrégats permet d’expliquer en partie pourquoi un certain nombre de noms ne peuvent connaître de tels usages : ils ne permettent pas de définir une personne ou un animal, d’instaurer une relation en be. Ainsi, *how many committee est nécessairement impossible parce qu’une personne ne peut se définir comme « membre de comité » ; elle est autre chose, et ponctuellement, elle siège à tel comité. Il en va de même, par exemple, au sein des animaux, pour des noms tels que herd ou flock. Un cas plus surprenant à première vue, peut-être, est celui de family : malgré un emploi attributif (ex. he is family), *these family ou *how many family do you have left ? ne présentent aucune occurrence dans les deux corpus interrogés, ni sur Google général (du moins pour des documents non visiblement écrits par des étrangers). On peut y voir trois raisons. D’une part, relative est disponible, et à la différence de clergyman, police officer, etc., il ne s’agit pas d’un composé. Or l’étude a suggéré que lorsqu’un nom simple dénombrable existait pour désigner l’individu à partir de l’unité, le nom de tout ou de classe ne semblait pas connaître d’emploi pluriel non fléchi. D’autre part, family présente des emplois indénombrables singuliers, si bien que how much family existe déjà pour interroger sur la quantification. Enfin, *these family supposerait que les personnes se définissent non pas comme membres d’une même famille, mais comme *membres de famille, ce qui n’est pas la conceptualisation naturelle avec un démonstratif.

41Enfin, le sens décrit ci-dessus pour les pluriels non fléchis a permis de confirmer la valeur du morphème zéro (par opposition à -s), pour un certain nombre de noms au moins : il indique une saisie plus faiblement individualisée que -s, saisie que Hirtle (1982 : 69) décrit ainsi : « individuals as members of a collectivity of some sort ». Le morphème -s, lui, envisage le pluriel à partir de l’unité, comme une somme ; en ce sens, il est plus individualisant. Les études de Allan (1976) et Hirtle (1982, 2009) montrent que ces valeurs des deux morphèmes s’appliquent au-delà des pluriels étudiés ici ; elles concernent également des mots obligatoirement invariables tels que sheep ou deer, et des cas avec variation tels que 2000 Eskimo(s), 200 gazelle(s) ou two bear(s). Les deux auteurs montrent bien que les emplois du morphème zéro appréhendent là aussi les référents avant tout comme membres d’une communauté ou d’une espèce, à la différence du -s. Allan (1976 : 133) nomme cette valeur de zéro « collectivizing », et l’explique par le fait que la forme non fléchie d’un nom est sa forme non marquée. Une étude plus large permettrait de voir si ces valeurs s’appliquent à l’ensemble de la langue et quelles sont leurs contraintes d’emploi.

Top of page

Bibliography

Acquaviva, Paolo. Lexical Plurals: A Morphosyntactic Approach. Coll. Theoretical Linguistics. Oxford: Oxford UP, 2008.

Allan, Keith. Linguistic Meaning. London: Routledge, 1994.

Arigne, Viviane. « Les discrets collectifs face aux massifs : des modes de discrétisation du massif (version longue) ». In Jean-Claude Souesme (dir.), Le qualitatif, Cycnos 23 :1, 2006. <http://revel.unice.fr/>

Bache, Carl and Niels Davidsen-Nielsen. Mastering English: An Advanced Grammar for Non-native and Native Speakers. Berlin: Mouton de Gruyter, 1997.

Ballard, Kim. The Frameworks of English: Introducing Language Structures. 3rd edition. Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2013.

Bock, Kathryn, Sally Butterfield, Anne Cutler, J. Cooper Cutting, Kathleen M. Eberhard and Karin R. Humphreys. “Number Agreement in British and American English: Disagreeing to Agree Collectively”. Language 82:1 (2006): 64-113.

Corbett, Greville C. Number. Cambridge: Cambridge UP, 2000.

Curat, Hervé. « Pluriel interne et système morphologique du nombre en français ». Revue québécoise de linguistique 17 :1 (1988) : 29-52.

Davies, Mark. The Corpus of Contemporary American English: 450 million words, 1990-present. 2008- . <http://corpus.byu.edu/coca/>

Google Books Corpus. (Based on Google Books n-grams). 2011- . <http://googlebooks.byu.edu/> Based on: Jean-Baptiste Michel*, Yuan Kui Shen, Aviva Presser Aiden, Adrian Veres, Matthew K. Gray, The Google Books Team, Joseph P. Pickett, Dale Hoiberg, Dan Clancy, Peter Norvig, Jon Orwant, Steven Pinker, Martin A. Nowak, and Erez Lieberman Aiden*. Quantitative Analysis of Culture Using Millions of Digitized Books. Science 331 (2011) [Published online ahead of print 12/16/2010].

Erades, Paul A. Points of Modern English Syntax. Ed. N.J. Robat. Amsterdam: Swets & Zeitlinger, 1975.

Flaux, Nelly et Danièle Van de Velde. Les noms en français : esquisse de classement. Paris : Ophrys, 2000.

Furukawa, Naoyo A. Le nombre grammatical en français contemporain. Tokyo : Librairie France Tosho, 1977.

Gardelle, Laure. Les noms collectifs en anglais : définition et typologie. Monographie, vol. 3 du dossier présenté à l’Université Paris-Sorbonne en vue de l’obtention de l’Habilitation à Diriger des Recherches. 2014.

Le Grand Robert de la langue française, édition en ligne. Le Robert, 2015.

Greenbaum, Sidney. The Oxford English Grammar. Oxford: Oxford UP, 1996.

Hirtle, Walter. Number and Inner Space: A Study of Grammatical Number in English. Cahiers de psychomécanique du langage. Québec : Presses de l’Université Laval, 1982.

Hirtle, Walter. “Number: testing for ø morpheme”. Lessons on the Noun Phrase in English: From Representation to Reference. Montreal & Kingston: McGill-Queen’s University Press, 2009.

Huddleston, Rodney and Geoffrey K. Pullum. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge: Cambridge UP, 2002.

Jackendoff, Ray. “Parts and Boundaries”. In Beth Levin and Steven Pinker (eds.), Lexical and Conceptual Semantics. Cambridge: Blackwell, 1991. 9-45.

Joosten, Frank. “Collective Nouns, Aggregate Nouns, and Superordinates: When ‘Part of’ and ‘Kind of’ meet”. Linguisticae Investigationes 33:1 (2010): 25-49.

Juul, Aarne. On Concord of Number in Modern English. Copenhagen: Nova, 1975.

Lammert, Marie. Sémantique et cognition : les noms collectifs. Genève : Droz, 2010.

Levin, Marcus. “Concord with Collective Nouns Revisited”. ICAME Journal 23 (1999): 21-33.

Lowe, Ronald (dir.). Essais et mémoires de Gustave Guillaume. vol. 3 : Essai de mécanique intuitionnelle 1 : Espace et temps en pensée commune et dans les structures de langue. Texte des mémoires établi par Renée Tremblay. Québec : Presses de l’Université Laval, 2007.

Murphy, M. Lynne. Lexical Meaning. Cambridge: Cambridge UP, 2010.

Oxford English Dictionary, online edition. Oxford: Oxford UP, 2014.

Pechenick, Eitan Adam, Christopher M. Danforth and Peter Sheridan Dodds. “Characterizing the Google Books Corpus: Strong Limits to Inferences of Socio-Cultural and Linguistic Evolution”. PLoS One 10:10, October 2015: e0137041. <http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0137041>

Rosch, Eleanor. “Principles of Categorization”. In Eleanor Rosch and Barbara B. Lloyd (eds.), Cognition and Categorization. Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates, 1978. 27-48.

Sasse, Hans-Jürgen. ‘Syntactic Categories and Subcategories’. In Joachim Jacobs, Arnim von Stechow, Wolfgang Sternfeld and Theo Vennemann (eds.), Syntax: An International Handbook of Contemporary Research. Berlin : de Gruyter, 1993. 646-86.

Serbat, Guy. « Guillaume et le système du nombre ». Faits de langues 2 (1993) : 71-77.

Trask, Robert L. Why do Langages Change? Revised by Robert McColl Miller. Cambridge: Cambridge UP, 2010.

Ungerer, Friedrich and Hans-Jörg Schmid. An Introduction to Cognitive Linguistics. 2nd edition. Abingdon: Routledge, 2006.

Valin, Roch, Walter Hirtle et André Joly (dirs.). Leçons de linguistique de Gustave Guillaume. vol. 12 : Leçons de l’année 1938-1939. Québec : Presses de l’Université Laval, 1992.

Wickens, Mark A. Grammatical Number in English Nouns: An Empirical and Theoretical Account. Current Issues in Linguistic Theory 76. Amsterdam: John Benjamins, 1992.

Wierzbicka, Anna. The Semantics of Grammar. Amsterdam: John Benjamins, 1988.

Top of page

Notes

1 Le terme collectif, du latin collectivus, est en effet défini ainsi par l’OED (entrée collective ; soulignement ajouté) : « formed by collection of individual persons or things ».

2 Les noms collectifs clergy et police se trouvent généralement au singulier seulement, avec the, car ils dénotent une institution unique à un pays ; mais ils sont bien dénombrables puisqu’ils admettent par exemple aussi l’article indéfini pour créer une sous-classe : a national clergy, a secret police (COCA). Ceci est impossible avec des termes tels que poultry, qui sont donc bien, quant à eux, indénombrables.

3 Ex. The numbers of farms that are home to all this poultry and livestock are decreasing […] (COCA)/ And if those poultry are taken to the live markets in New York or other places […] (US Congress, Google Books US)

4 Les superordonnés de type livestock se rapprochent des noms collectifs dénombrables en ce qu’ils dénotent typiquement une pluralité d’unités (de natures diverses). Mais ils présentent certaines différences de conceptualisation, notamment un regroupement des unités sur des critères de similarité plutôt que de contiguïté, et une logique d’abstraction plutôt que de saillance d’un tout. Pour plus de détail sur ce point, voir notamment Joosten (2010).

5 Ont ainsi été rencontrés, au hasard des recherches d’occurrences, les autres numéraux suivants: forty-one clergy, fifty-one clergy, one out of four crew, one or two gentry, thirty-two gentry and burgesses, five thousand infantry, twenty-one cattle, sixty-two cattle, 100,000 poultry, ou encore three hundred cavalry. Un certain nombre de noms ont également été rencontrés avec article zéro, même si une recherche systématique avec cette détermination était impossible (la recherche devant se faire en entrant le seul nom, le nombre d’occurrences non pertinentes était trop élevé et le nombre de données à passer en revue dépassait les limites de la faisabilité) ; il s’agit de cavalry, clergy, crew, gentry, infantry et staff.

6 Il s’agit le plus souvent de références à des membres d’équipage, mais aussi, parfois, de références à des membres d’une équipe de tournage (voir par exemple l’extrait 15 infra).

7 Cattle a été inclus ici car bien qu’il soit le plus souvent pluriel, il connaît des usages singuliers pour dénoter un ensemble de bêtes. Ex. « I gather his father didn’t think turning his back on all of this cattle and all of this land for something as ephemeral as running was a very good idea. » (COCA). De même pour vermin, ainsi que poultry, dont les emplois au singulier sont rares pour des animaux vivants. En revanche, les noms exclusivement pluriels, tels que goods, n’ont pas été inclus.

8 Seules deux occurrences ont été rencontrées.

9 La séquence one flora n’a été rencontrée qu’une fois, pour désigner une espèce et non une seule plante. A noter qu’il en va de même pour tous les emplois pluriels de flora et fauna : par exemple, these flora dénote une pluralité d’espèces de plantes, et non plusieurs plantes. Cette particularité reflète la conceptualisation des deux termes dans leur usage collectif : la flore est l’ensemble des espèces de plantes. Il nous semble qu’il y a donc bien, ici encore, passage du tout aux unités (mais qui ici, sont des espèces) pour ces emplois pluriels non fléchis.

10 Livestock inclut les bovins (sens principal de cattle aujourd’hui), ainsi que porcs et ovins (OED, entrées cattle et livestock).

11 « an internal plural, that is, a noun grammatically prehended as a plural in its very make-up » (Hirtle 1982: 63)

12 Those police officers conduit aux mêmes conclusions.

13 Le nombre d’occurrences de those policemen n’est donc guère plus élevé que pour those police. De même, il n’y a pas de différence significative du nombre d’occurrences de l’un ou de l’autre selon les genres discursifs, même si le nombre total est trop faible pour tirer des conclusions à grande échelle :
- those police : 10 occurrences classées spoken, 4 fiction (dont 3 dans des dialogues), 1 news, 1 academic ;
- those policemen : 11 spoken, 6 fiction (dont 3 dans des dialogues), 2 news, 3 magazines.

14 Cette condition a été ajoutée pour éliminer les très nombreuses occurrences où police était le premier élément d’un composé.

15 Voir encore la glose que propose Furukawa (1977 : 30) pour funérailles : « nous sommes en présence d’une espèce de singulier dans lequel est intériorisée une pluralité de cérémonies funèbres ; la forme singulière funéraille ne peut exister, car elle ne peut avoir une autonomie sémantique. »

16 En français, la terminologie est potentiellement plus problématique : agrégat n’a pas exactement le même sens que l’anglais aggregate. Au sens propre, il est défini par le Grand Robert comme l’« [a]ssemblage hétérogène de substances ou éléments qui adhèrent solidement entre eux. » (ex. Les roches sont des agrégats composés de minéraux.) Il n’est donc pas question d’unités. Au sens figuré, cependant, le mot est défini ainsi : « Assemblage sans unité (de choses abstraites). » (ex. La vie n’est qu’un agrégat de raisonnements.) Le nom a donc le potentiel de dénoter des ensembles d’unités, et même si la notion d’assemblage « sans unité » n’est pas nécessairement présente dans un pluriel tel que buses, l’hétérogénéité est sous-jacente aux emplois tels que crew, comme on l’a vu précédemment, de par leur caractère superordonné. Nous proposons donc, pour le français, le terme « agrégat (d’unités) ». Une autre option consisterait à choisir « assemblage » (cf. la définition d’agrégat : « assemblage sans unité ») ; elle nous semble cependant moins proche de l’anglais aggregate, car le terme assemblage existe par ailleurs en anglais, avec exactement la même définition qu’en français. Quant à « pluralité », il serait trop général : le terme implique seulement la présence de « plus d’un », mais sans préciser la nature de ce « un ». De plus, là encore, l’anglais dispose du terme plurality, de même sens.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Le pluriel selon Guillaume (in Lowe 1987 : 82)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/1028/img-1.png
File image/png, 33k
Top of page

References

Electronic reference

Laure Gardelle, « Five crew, how many clergy : pourquoi certains noms collectifs peuvent-ils servir à nommer des membres ? », Anglophonia [Online], 22 | 2016, Online since 22 March 2017, connection on 23 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/1028 ; DOI : 10.4000/anglophonia.1028

Top of page

About the author

Laure Gardelle

Ecole Normale Supérieure de Lyon / UMR ICAR
laure.gardelle[@]ens-lyon.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org