Skip to navigation – Site map

Éditorial

Wilfrid Rotge
p. 7-8

Full text

1L’année 2012 aura été marquée par certains changements pour la partie linguistique de la revue Anglophonia.

2Il a en effet été décidé que la revue deviendrait entièrement thématique. Le numéro impair, consacré à la littérature ou la civilisation des pays anglophones, l’était déjà. Le numéro 32, c’est-à-dire le 16e portant sur la linguistique anglaise, s’est donc pour la première fois donné un thème : le genre grammatical. Quatre articles consacrés à ce thème sur les cinq reçus ont obtenu un avis favorable à publication par le comité de lecture. Sept articles hors-thème sont publiés dans ce numéro. Rappelons que toutes les propositions de publication sont dûment anonymées et expertisées par deux rapporteurs spécialistes du domaine étudié.

3Plus précisément, pour le genre grammatical, Laure Gardelle examine l’emploi du genre dans les références aux animaux, en fonction de six variables, telles que le genre discursif, le type d’énoncé ou la position de l’anaphorique par rapport à l’antécédent. Pierre Cotte étudie la distinction personne/non-personne et propose, entre autres, que les pronoms composés indéfinis comme someone, somebody et something signifient non seulement une catégorie mais un genre. Pour Élise Mignot, le genre est conceptualisé comme acquis, déjà connu, objectif, stable, non gradable et les inanimés sont conçus comme précédant les humains. Julie Neveux s’intéresse au sens du pronom neutre it non anaphorique, à savoir l’évidence cognitive du référent de it pour un sujet parlant implicite.

4Dans la partie «  Varia  » de ce numéro, on trouve des articles consacrés à des termes grammaticaux (by, so) ou des constructions grammaticales (le génitif, les résultatives), un autre qui étudie les marqueurs sub-lexicaux (en particulier les mots en sn-) et un autre encore qui envisage le rôle de l’idéologie dans l’historiographie linguistique. L’article de Lionel Dufaye est consacré à l’emploi non-locatif de by et envisage comme valeur unifiée de cette préposition la différenciation entre deux points constitutifs d’un même domaine. Maryse Grône propose une étude détaillée de la distribution des verbes qui connaissent l’alternance causativité/inchoativité dans les constructions résultatives. Elisabet Johansson-Manoury étudie l’emploi anaphorique de l’adverbe so en fonction attribut du sujet et sa nature profondément qualitative. L’article d’Évelyne Chabert rend compte de l’incompatibilité du génitif et des constructions à tête adjectivale (*the disabled’s working conditions) et remet en cause la notion d’invariant dans l’étude des constructions génitives. Celui de Françoise Lachaux étudie la périphrase be to comme l’anaphore grammaticalisée d’une construction lexicale préalable qui réélabore indirectement une modalité par le biais d’une structure délexicalisée, minimaliste, censée faire écho à une étape antérieure dont l’origine énonciative n’est pas clairement définie. Dennis Philps dresse un bilan de l’étude de l’unité submorphémique sn- entreprise à la fin des années 1990 et reconsidère certains aspects de la logique sous-jacente au concept de «  marqueur sub-lexical  » en lien avec celui de «  phonesthème  ». Christophe Bord montre l’idéologie en œuvre dans les études , notamment britanniques, qui s’évertuent à démontrer que la langue anglaise n’a pas perdu son caractère germanique, en ignorant le substrat celtique et en minorant le superstrat des différentes variétés du français.

5Je tiens à remercier tous les linguistes pour leur contribution, ainsi que tous les membres du Comité de lecture, l’équipe des Presses Universitaires du Mirail et Claude Ferrasse. Le travail exigeant et minutieux de tous nous a permis de mener à terme, et en temps voulu, l’édition de ce numéro.

6Je parlais de changements pour la revue Anglophonia en 2012. Un autre sera le changement à sa direction. En effet, seize années après sa création, j’ai décidé de céder ma place, non par lassitude ni pour un quelconque désaccord avec qui que ce soit mais par pur désir de… changement. Je veux adresser mes vœux de réussite les plus sincères à mon/ma successeur, qui sera désigné/e par le comité de rédaction de la revue. C’est à lui/elle qu’il conviendra d’adresser toute proposition de publication pour la partie linguistique d’Anglophonia.

Top of page

References

Bibliographical reference

Wilfrid Rotge, « Éditorial », Anglophonia/Sigma, 16 (32) | 2012, 7-8.

Electronic reference

Wilfrid Rotge, « Éditorial », Anglophonia/Sigma [Online], 16 (32) | 2012, Online since 16 December 2013, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/111

Top of page

About the author

Wilfrid Rotge

Université Paris Sorbonne

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org