Skip to navigation – Site map

It girl, it bag et le pronom it : le sens du pronom neutre non anaphorique

Julie Neveux
p. 63-83

Abstract

This paper follows recent cognitive approaches such as that of Langacker (2009) in trying to define a systematic meaning for the pronoun it. The formalist view, according to which the pronoun does not have any real meaning in extraposed structures, for example, fails to take into account the context in which some of these structures appear. The recent lexicalization of the pronoun as an adjective or a noun in phrases such as ‘she’s an it girl’ and ‘she’s it’ helps me identify the recurrent semantic feature of the pronoun: the cognitive obviousness of its referent for an implicit speaker, resulting in a strictly contextual identifiability of this referent. Phenomenological and cognitive factors are implied in this new use of the neutral pronoun.‘Neutral’ has to be understood as ‘inclusive’ and ‘impersonal’ as making the speaker ‘implicit’.

Top of page

Author's notes

Je remercie Elise Mignot pour sa relecture et ses remarques précieuses.

Full text

‘That Rollo Greb is the greatest, most wonderful of all. That’s what I was trying to tell you - that’s what I want to be. I want to be like him. He’s never hung-up, he goes every direction, he lets it all out, he knows time, he has nothing to do but rock back and forth. Man, he’s the end ! You see, if you go like him all the time you’ll finally get it’.
‘Get what ?’
‘IT !IT ! I’ll tell you - now no time, we have no time now’.

Kerouac (1976) On The Road, Penguin Books: 127

0. Introduction : généalogie du sens adjectival de it

1En septembre 2008, l’Oxford English Dictionary (OED) ajoute, à l’entrée ‘it’, un nouveau paragraphe expliquant un usage récent du pronom neutre : 

attrib. [After It girl n. ; compare also It boy n.] Designating a person who or thing which is exceptionally fashionable, successful, or prominent at a particular time, as it bag, it couple, it gadget, etc. Freq. with capital initial.

Cet emploi est adjectival, comme le montrent les exemples suivants choisis par l’OED :

1997 Sunday Times 2 Nov. x. 12 Her range of It Bags are attracting a loyal following, especially among supermodels.

1998 Time 19 Jan. 73/2 By the end of 1967, Sonny & Cher had sold 40 million records world wide and had become rock’s ‘it’ couple.

2000 Wired July 260/2 Hyderabad..is becoming the new ‘it’ place for startups.

2003 Vanity Fair July 122/3 For now, executives and producers of the genre are suddenly Hollywood’s ‘It kids’

2005 J. Cox Around World in 80 Dates iv. 102 Paul, a chef who worked in one of the ‘It‘ restaurants in Copenhagen.

2008 Sun (Nexis) 13 May, The latest ‘it’ gadget to set pulses racing, the iPhone caused a stir when it was released earlier this year.

2It bags, rock’s it couple, the new ‘it’ place, Hollywood’s ‘It kids’, one of the ‘It’ restaurants, the latest ‘it’ gadget : avec ou sans guillemets, avec ou sans majuscule, le pronom it adopte dans tous ces syntagmes nominaux la position typique d’un adjectif, position épithète apportant une modification pré-nominale au nom-tête. Bien que certaines traces du processus de lexicalisation restent apparentes dans la typographie, soulignant l’emprunt à une autre catégorie grammaticale, il semble ainsi possible de dégager un sens de it qui convienne à la catégorie de l’adjectif. Un sens donc que l’on puisse résumer d’un mot, une qualité qui puisse être assignée à une personne ou un objet, une nouvelle entrée lexicale dans le dictionnaire. Il y a bien eu lexicalisation du pronom it si l’on s’en tient à la définition générale donnée par L. Talmy (1985 : 59) : lexicalization is involved where a particular meaning component is found to be in regular association with a particular morpheme. Être ‘it’, ce serait être exceptionnellement à la mode, ou avoir un succès exceptionnel, connaître une apothéose, tout cela, à un moment donné (exceptionally fashionable, successful, or prominent at a particular time). La qualité semble être difficile à déterminer, mais le contexte, lui, importe. On n’est it que dans un certain contexte, dans lequel cette chose (qualité) que l’on a apparaît comme celle qu’il faut absolument avoir, à ce moment-là de l’histoire.

  • 1 L’affiche montrant Clara Bow avec le pronom It en légende est disponible sur la toile à l’adresse s (...)

3Toujours d’après l’OED, cette signification du pronom it, devenu commune ces quinze dernières années, dérive de l’utilisation du pronom faite en 1927 par Elinor Glyn, dont l’histoire It donna lieu au film It, qui fut un hit et qui promut son interprète féminine, Clara Bow1, au statut de première It girl de l’histoire de la langue anglaise.

4Voici le contexte dans lequel Elinor Glyn (1927 : 9-10) utilise le pronom neutre autrement qu’en emploi pronominal. C’est le tout début du roman. Le chapitre s’ouvre sur un bref portrait du personnage principal, John Gaunt : ascension sociale spectaculaire d’un self-made man à l’américaine, du taudis aux étoiles, notamment grâce à sa relation si spéciale avec le genre féminin :

He had that nameless charm, with a strong magnetism which can only be called ‘It’, and cats - as well as women - always knew when he came into the room.

Force magnétique que subissent les femmes aussi bien que les chats, ce charme appelé it est d’entrée caractérisé comme une entité difficile à définir ; autour de John Gaunt, les spéculations vont bon train (1927 : 10) :

‘Must be his smell’, one refined lady of the gutter said to another once - ‘Cause, darn me if I can see any beauty in him !’ There was not any beauty in him, she was right - but there was some strange magnetism, and perhaps it was augmented by his absolute indifference.

  • 2 Ailleurs, dans le SouthTown Economist daté du 4 février 1927, Elinor Glyn explique que la définitio (...)

Les marqueurs d’incertitude (some, strange, perhaps...) se multiplient, en même temps que tombent les femmes, victimes du référent magnétique du pronom. Ava Cleveland en est bouleversée (Glyn 1927 : 144), sans comprendre quelle force la meut inexorablement vers cet homme dont le pouvoir d’attraction la dépossède de toute maîtrise2 sur elle-même :

She was totally unconscious that John Gaunt’s strange quality of ‘It’ was drawing her so that something in her being was crying out a glad Magnificat that fate had taken the situation out of her hands and into his.

  • 3 Citation de l’OED, entrée it, emploi 1.g

5Dans la proposition relative which can only be called ‘It’ ainsi que dans le syntagme nominal strange quality of ‘It’, le pronom est employé comme un nom et semble en adopter le comportement référentiel, non anaphorique, faisant référence à une réalité que rien n’a désigné auparavant. En 1932, le magazine Bystander (23 Mars, 5463) dit que cette qualité est indéfinissable: A film star who has proved to producers and film public alike that she is blessed with that undefinable quality called ‘It’. Une approche psycholinguistique et phénoménologique sera sans doute nécessaire pour appréhender la signification du pronom en emploi adjectival : cette signification semble résider dans l’effet que la qualité produit, force magnétique, pouvoir d’attraction, et que l’OED définit également, en 1.g, comme sex appeal.

6Mais l’enquête généalogique nous mène encore plus tôt dans le temps ; l’OED remarque en effet que Rudyard Kipling avait déjà fait cet usage de it dans sa nouvelle intitulée « Mrs Bathurst ». Regardons donc en contexte la toute première apparition (publiée, selon l’OED) de it dans son emploi non pronominal. Les deux personnages masculins, Pyecroft et Pritch, discutent des femmes qu’ils ont connues (Kipling 1904 : 316) :

Said Pyecroft suddenly :--
« How many women have you been intimate with all over the world, Pritch ? »
Pritchard blushed plum colour to the short hairs of his seventeen-inch neck.
« ’Undreds, » said Pyecroft. « So’ve I. How many of ‘em can you remember in your own mind, settin’ aside the first--an’ per’aps the last-- and one more ? »
« Few, wonderful few, now I tax myself, » said Sergeant Pritchard, relievedly.
« An’ how many times might you ‘ave been at Aukland ? »
« One--two, » he began. « Why, I can’t make it m
ore than three times in ten years. But I can remember every time that I ever saw Mrs. B. »
« So can I--an’ I’ve only been to Auckland twice--how she stood an’ what she was sayin’ an’ what she looked like. That’s the secret. ‘Tisn’t beauty, so to speak, nor good talk necessarily. It’s just It. Some women’ll stay in a man’s memory if they once walked down a street, but most of ‘em you can live with a month on end, an’ next commission you’d be put to it to certify whether they talked in their sleep or not, as one might say. »
« Ah, » said Hooper. « That’s more the idea. I’ve known just two women of that nature. »
« An’ it was no fault o’ theirs ? » asked Pritchard.
« None whatever. I know that ! »
« An’ if a man gets struck with that kind o’ woman, Mr. Hooper ? » Pritchard wen
t on.
« He goes crazy--or just saves himself, » was the slow answer.

  • 4 C’est le cas de l’exemple que je cite en exergue, pris dans le roman de Kerouac, ainsi que dans la (...)

7On remarque que le premier emploi non strictement pronominal de it est un emploi nominal. Cet emploi est celui que l’on rencontre très fréquemment dans le domaine musical, dans les expressions de type « l’avoir ou pas », sans doute calquées de l’anglais « (s)he’s got it », où les spécialistes s’accordent à dire si tel ou tel guitariste, tel ou tel pianiste, l’a, ou ne l’a pas4. C’est à partir de cet emploi nominal, semble-t-il, que l’utilisation adjectivale est possible ; la qualité à quoi le pronom renvoie existe déjà comme un objet non identifiable mais remarquable.

8Mieux vaut ne pas être exposé (get struck) à une femme qui « l’a », cette qualité que Pyecroft échoue également à définir autrement que par une voie négative : ce n’est pas la beauté, ce n’est pas une façon de marcher, c’est It, tout simplement. Le pronom se dérobe à toute explicitation sémantique, non pas parce qu’il manque de sens, mais parce qu’il semble désigner un phénomène réel que l’on subit indéniablement sans pouvoir l’identifier, un phénomène si frappant qu’il peut mener à la folie ou à la fuite. Just it : l’adverbe just, souvent associé à it dans les formules de conclusion, indique ici l’échec de la définition au profit d’une tautologie ; ce que l’on ne peut définir n’est ni plus ni moins, exactement semblable à ce que veut dire le pronom neutre. It signifie it.

1. L’hypothèse : constitution d’un invariant sémantique

9L’hypothèse est la suivante. Le pronom it, et ce dans ses différents emplois, anaphoriques et non anaphoriques, pronominal typique ou adjectival et nominal, veut dire quelque chose. Il existerait donc bien, comme les cognitivistes le pensent contre les formalistes, un invariant sémantique assignable au pronom it. Je proposerai de lire cet invariant sémantique comme un sens exclusivement contextuel (identification du référent problématique hors-contexte) motivé par l’évidence cognitive du référent envisagé par le sujet parlant.

10Je montrerai que ce sens provient de l’usage prototypique du pronom it en tant que pronom personnel neutre à fonctionnement référentiel anaphorique. Ce récent emploi adjectival recensé par l’OED permet d’étayer l’argument selon lequel le pronom it a une signification même lorsqu’il est utilisé dans sa forme non anaphorique. Je souhaite donc prolonger l’argumentation de Kaltenböck (2002) et Langacker (2009) en faveur d’une signification du pronom neutre dans tous ses emplois.

2. Les arguments de Langacker (2009)

2. 1. L’erreur dénoncée par Bolinger : contre le it « fantoche »

11Langacker (2009 : 111) rappelle le point de départ du débat sur le sens du pronom. Il s’agit de l’erreur dénoncée par Bolinger dès 1973 et 1977, et commise par les formalistes et générativistes, qui distinguent radicalement le « dummy IT » ou « prop IT » des énoncés de temps, dit également « cataphoric IT » ou « anticipatory IT » dans les matrices des structures extraposées et clivées, du it anaphorique typique. Selon l’approche formaliste, comme celle de Seppänen (2002), il existerait deux versions de it : l’une, signifiante, et l’autre, non signifiante, justifiée seulement par un besoin d’articulation grammaticale qui conduirait le pronom à occuper une place syntaxique laissée vacante par le processus d’extraposition ou de clivage. Cette version de it, Seppänen (2002: 456) la synthétise ainsi: the nature of this it as a purely formal syntactic place holder. Ce it appellerait le sens à venir du constituant qu’il annonce ; en cela, il n’aurait de signification qu’extrinsèque, réalisée dans un mouvement cataphorique vers la droite, et fonctionnerait comme une coquille vide appelée à être remplie dans la linéarité de la phrase. Le contenu sémantique de ce it fantoche serait un espace vide que les fils de la syntaxe manipulent au profit d’autres informations signifiantes, globales, comme dans les énoncés de temps ou les locutions verbales beat it et rough it. Il faut donc conclure, d’après Seppänen (2002 : 450), que dans ces cas-là, le pronom n’a pas de sens en lui-même, puisqu’il ne fait référence à rien :

In the idioms beat it et rough it this lack of reference is beyond any reasonable doubt, and by its behaviour, the weather it shows that it is of the same kind : a dummy with neither meaning nor reference.

Selon Seppänen (2002 : 451), une preuve de cette absence de sens, avec le manque de référenciation, est l’impossibilité de focaliser le pronom :

a dummy cannot be the target of a focussing subjunct and cannot occur as the focussed element of a cleft sentence.

C’est ce que montrent certains exemples suivants, énoncés agrammaticaux, choisis par le linguiste :

I think it is IT that you’d better beat
I hope it isn’t IT that is snowing

  • 5 C’est en fait la motivation cognitive de cet emploi du it qui va contre ces structures focalisant l (...)

Or une autre raison5 que l’absence de sens interdit la focalisation du pronom dans ces exemples. L’erreur que commettent les formalistes, d’après Bolinger (1977 : 85), consiste à prendre pour un manque de signification ce qui est en fait une signification très générale :

our mistake has been to confuse generality of meaning with lack of meaning

12Cette généralité est la capacité d’inclusion référentielle du it, qui est la plus grande possible parmi les capacités référentielles du système des pronoms, puisque le pronom neutre désigne tout ce qui n’est pas sexué, entités abstraites, concrètes, inanimés et certains animés, de l’objet le plus infime à l’univers tout entier. Le it des énoncés de temps n’est pas dénué de sens, mais son spectre de référenciation est si large, étant quasi illimité, que son référent semble inexistant ; or ce référent est défini et il est à comprendre dans les implications du contexte :

it is a ‘definite’ nominal with almost the greatest possible generality of meaning, limited only in the sense that it is ‘neuter’ [...] It embraces weather, time circumstance, whatever is obvious by the nature of reality or the implications of context. (Bolinger 1977 : 85).

2. 2. Difficulté du débat et paradoxe de it

13Langacker (2009 : 111) reprend à son compte les arguments de Bolinger tout en soulignant la difficulté théorique du débat, liée au caractère très général des notions envisagées :

Coming up with clear, explicit and convincing descriptions of abstract concepts it not at all an easy task. Even harder, perhaps, is the characterization of maximally general notions.

14Or le pronom it est sans doute la notion la plus générale de toutes, ajoute-t-il un peu plus loin (2009 : 140). Le paradoxe est en effet réel : le pronom semble avoir le plus grand spectre de référenciation possible, de l’objet le plus petit, dans son usage anaphorique typique, à la situation la plus vague, pour le it « accessoire » ou « fantoche ». Comment est-ce possible ? Pourquoi ne faut-il pas postuler deux schémas de référenciation distincts, comme le proposent les formalistes ? Pourquoi faut-il dépasser le simple constat d’une coexistence non significative de deux versions de it présentes dans la langue anglaise, qui seraient véhiculées par le même morphème ? Plusieurs raisons légitiment le refus de ces hypothèses, que formulent donc les cognitivistes, et que je développerai par quelques propositions. Les différents emplois de it ne doivent pas occulter la réalité d’un invariant sémantique dans le fonctionnement du pronom, fonctionnement qu’il faut appréhender dans une perspective cognitivo-énonciative.

2. 3. Le sens des catégories

Le sens de la catégorie nominale

15L’argument essentiel avancé par Langacker pour prolonger la réflexion initiée par Bolinger porte sur le sens des catégories grammaticales. Ce sens « symbolique » des parties de discours, élément essentiel dans tous les travaux de Langacker (1987-1991), est défini de la façon suivante :

within the overall conception it evokes as its base, an expression profiles some substructure, i.e puts it in focus as the entity it designates (refers to). An expression’s grammatical category is determined by the nature of its profile. A noun profiles a thing (abstractly defined), as does a nominal.(Langacker 2009: 11)

16Profile est le verbe élu par Langacker pour désigner le type de région, de domaine extralinguistique défini typiquement par telle ou telle catégorie grammaticale. C’est le profil que découpe la figure d’une catégorie sur le fond extralinguistique, la conceptualisation du réel telle que la grammaire l’enregistre. Or il importe de rappeler que le système des pronoms personnels relève de la catégorie nominale, et donc projette sur le réel un profil spécifique, bien que vague. Le nominal fait référence, typiquement, à une chose. Cette chose, fût-elle abstraite ou concrète, existe, est dotée d’une substance, dans la réalité extralinguistique. C’est pourquoi le substantif est la partie du discours qui l’exprime le plus directement.

17En tant que catégorie nominale, la sous-catégorie pronominale a donc typiquement un référent dans le monde extralinguistique. À l’origine de l’erreur qui retire tout son sens au pronom it, et même celui de défini, il y a cette contradiction apparente entre le fonctionnement typique d’un pronom défini à référence spécifique et son fonctionnement comme sujet impersonnel proche de l’indéfini one (Langacker 2009 : 121).

18On obtient donc un premier trait caractéristique du fonctionnement référentiel du pronom personnel en tant qu’il appartient à la catégorie nominale, que je formule ainsi :

1.

Trait Cat. Nom : référent existant

Le sens de la catégorie pronominale

  • 6 Quant au pronom dit « générique », one, il doit être étudié en contexte, et semble représenter souv (...)
  • 7 La notion d’espace mental est empruntée à Fauconnier (1985), reprise par Langacker et permet d’incl (...)

19La différence entre les pronoms personnels et les noms réside dans le caractère anaphorique des pronoms. Une caractéristique définitoire doit donc être ajoutée à cette sous-catégorie grammaticale : leur référenciation est médiate. Certains pronoms, les pronoms dits « indéfinis » et dépourvus d’antécédent, tels que someone, anyone, n’ont certes pas ce fonctionnement référentiel à première vue. Mais je considère qu’ils sont moins typiques du fonctionnement référentiel pronominal que les autres pronoms (relatifs, personnels, réfléchis, de quantification). De plus, les pronoms dits « sans antécédent » postulent tout de même l’existence hypothétique, à venir, d’un référent défini, et leur anaphore serait alors plutôt de type cataphorique. Par ailleurs, someone s’utilise souvent lorsqu’un déficit d’information empêche le locuteur de nommer le référent avec précision. Prototypiquement donc6, les pronoms font bien référence, mais leur référent est atteint par le biais d’un nom qui les précède dans l’espace mental7 du locuteur. Ils réfèrent donc médiatement. C’est le deuxième trait caractéristique du pronom personnel en tant qu’il appartient à la catégorie pronominale, que je formule ainsi :

2.

Trait Cat. Pronom Personnel : référent anaphorique

20Cette médiation n’enlève rien à la capacité de référenciation spécifique du pronom personnel. Le pronom, pour référer anaphoriquement, n’a pas besoin que son référent soit explicitement mentionné dans un avant du texte ; il suffit que l’on puisse déduire du contexte linguistique ou extralinguistique l’existence du référent. Mais l’anaphore ajoute une spécification au référent préalablement désigné par le nom, en n’en retenant qu’un seul trait. Le processus de pronominalisation est donc sélectif, et Langacker (2009 : 122) dit de cette spécification sélective qu’elle est « schématique ». Je peux donc reformuler le trait 2 en l’expliquant mieux :

Trait Cat. Pronom Personnel : référent + sélection (par médiation)

21Les pronoms, tout en continuant à faire référence, se spécialisent dans la retenue d’un trait minimal comme le trait humain, féminin, masculin, etc. C’est le propre des pronoms personnels de langue anglaise. Langacker établit la liste (2009 : 122) des référents typiquement associés à chacun des différents pronoms personnels :

a.

first person singular: speaker

b.

first person plural: group that includes the speaker

c.

second person singular: hearer

d.

second person plural: (group that includes the) hearers

e.

third person singular: individual other than speaker and hearer

f.

third person plural: group that excludes the speaker and the hearer

22Les pronoms personnels se différencient des noms par les traits qu’ils permettent de sélectionner, mais aussi par la plus grande difficulté qu’il y a à identifier leur référent hors contexte. Langacker (2009 : 122-123) compare ainsi le fonctionnement référentiel des mots lexicaux tels que farmer et duckling, qui deviennent spécifiques avec leur déterminant, à celui des pronoms pour lesquels un cadre énonciatif doit être pré-déterminé :

with a pronoun, [...] selection is achieved through the very minimal (highly schematic) type indicated by the pronoun itself (e.g ‘human male, neuter’). Since there are generally more potential referents in a scene for a form like he or it than for farmer or duckling, with a pronoun it is harder to establish a situation where only one eligible candidate is available within the scope of consideration. Thus a pronoun requires prior delimitation of the pool of eligible candidates through an explicit antecedent [...], or through a particular candidate having sufficient contextual salience to stand out as the only plausible choice.

La spécificité des pronoms de 3e personne singulier : +opacité hors contexte (3e trait)

23Or cette caractéristique – difficulté à identifier le référent hors contexte – se vérifie davantage pour les pronoms de 3ème personne, surtout au singulier. Les pronoms I et you, et dans une moindre mesure leurs équivalents au pluriel, garantissent en effet l’identifiabilité de leurs référents, l’un étant à l’origine du discours et l’autre son destinataire. Tandis que les pronoms de 3e personne singulier présupposent qu’il existe un seul candidat éligible en tant que référent mais ne le situent pas immédiatement, par simple déduction de la prise de parole. Le geste référentiel décrit par le pronom personnel de 3e personne est donc moins précis, plus opaque.

La spécificité du pronom neutre : - délimitation (4e trait)

24Le pronom neutre a un fonctionnement spécifique à l’intérieur du système des pronoms de 3e personne. Langacker identifie cette spécificité à l’aide du concept de « délimitation » (2009 : 123) (à peu près synonyme à la notion d’extension en philosophie) :

it pertains to how much of the world the instance subsumes (or delimits), so that by referring to it we are limiting attention to a certain facet of the world as opposed to all others. [...] delimitation involves the size (or extension) of that instance (or the pool of candidates conforming to the type specification)

25Or le pronom neutre est le pronom dont la délimitation est la plus large, ce qui mène à la question de l’identifiabilité du référent. Langacker va jusqu’à parler de non-délimitation. Bien que les pronoms we et they puissent être très vagues également en incluant tout le genre humain, it va encore plus loin dans sa capacité d’inclusion, plus loin encore que les déictiques this et that dont le type de référence est proche, comme dans l’exemple de Langacker (2009 : 129), That’s not fair !, que le linguiste commente de la façon suivante (je souligne) :

the speaker may not be able to point to any specific source of the unfairness [...] the speaker is verbally and mentally making a referential gesture - it’s just that the referent is not a clearly or uniquely delineated entity in the world of discourse

26Si cette unicité n’est pas donnée par l’univers discursif, elle sera donnée par le contexte hors discours, comme je le montrerai. Le it impersonnel se situe donc au pôle le plus inclusif de la délimitation, tout en restant défini et référentiel, car il peut désigner le plus grand nombre d’entités possibles (Langacker 2009 : 129).

2. 4. Structure impersonnelle : implicitation du rôle du sujet parlant et facteurs expérientiels

27Un dernier point de l’argumentation de Langacker doit être mentionné, qui articule le sens du pronom impersonnel à un processus d’implicitation du rôle du sujet parlant lié à certains facteurs expérientiels. Soit les deux groupes d’exemples suivants proposés par Langacker (2009: 135, 145):

1.

a.

I am certain that formalists will someday discover the meaningfulness of grammar

b.

It is certain that formalists will someday discover the meaningfulness of grammar

2.

a.

His crude jokes embarrassed me

b.

His crude jokes are embarrassing

c.

It’s embarrassing that he tells crudes jokes

d.

It’s embarrassing when he tells crude jokes

  • 8 Joly (1987 : 90) proposait déjà le terme « délocuté » pour décrire un phénomène semblable, à savoir (...)

28De a. à b. dans le groupe 1 et de a. à d. dans le groupe 2, le rôle du sujet parlant est « défocalisé8 », explique Langacker (2009 :116) : a defocused role is readily interpreted in generalized fashion ; l’énonciateur sort de la scène énonciative, à laquelle il ne participe plus que de façon implicite. Les exemples du groupe 2 montrent une implicitation progressive du sujet parlant, objet de embarrassed en 2 a., sans doute affecté par le participe présent de 2b., et occulté dans 2c et 2d, où les circonstances seules, spécifiques mais non identifiées, semblent être à l’origine d’une affirmation tendant à l’universalité (any conceptualizer would arrive at the same assessment, 2009 : 135).

29Les structures impersonnelles extraposées présentées en 1b et 2 c occultent le rôle du sujet parlant pour mettre en valeur certains facteurs cognitifs relevant de l’expérience personnelle de ce dernier. Dans les termes de Langacker (2009: 138):

the emphasis is on experiential factors. The experience can occur at the perceptual, mental, emotive, or social level, or any combination of these. The relevant global circumstances are those in which the experience is manifested and which make it possible, whatever their nature:concrete or abstract, physical, psychological, or social.

30C’est le paradoxe de ces structures impersonnelles : elles expriment une implicitation de facteurs personnels et tendent vers le partage d’une évidence que l’énonciateur n’est pas capable (ou ne veut pas) expliciter. Seule une approche psycholinguistique et cognitive peut rendre compte de la motivation d’une telle implicitation, et donc de l’invariant sémantique du pronom it dans tous ses emplois.

3.Métaphores grammaticales comme manifestations du sens du pronom it

31Je considère que les emplois nominaux et adjectivaux du pronom it sont des cas de métaphore grammaticale, en prolongeant la réflexion de Panther et alia (2009) sur les métaphores grammaticales. Il y a métaphore grammaticale lorsque le passage d’une catégorie grammaticale à une autre, comme dans certains cas de substantivation, s’accompagne d’un ajout de sens (saillance expressive) dû au sens typique des deux catégories en jeu. Une substantivation depuis un adjectif est un cas de métaphore grammaticale lorsqu’elle dote l’adjectif nominalisé des traits du référent prototypiquement associé au substantif (substance matérielle délimitée dans l’espace). Il faut que le processus de changement catégoriel soit perceptible pour qu’il y ait métaphore, la métaphoricité diminuant avec la lexicalisation. Beautifulness n’est une métaphore grammaticale que si l’on entend l’origine prédicative de la base beautiful.

32Le postulat d’une telle approche est qu’il existe un sens spécifique pour chaque catégorie de discours, et que ce sens, une fois identifié, est exportable lors de transferts métaphoriques, où il se manifeste alors pleinement. La grammaire étant stable, il est plus difficile de percevoir la signification des catégories lorsqu’elles désignent leur référent typique. Le sens de la catégorie devient en effet perceptible lors des décatégorisations momentanées effectuées par le sujet parlant : la grammaire ne fait jamais tant sens que lorsqu’elle est dérangée par une énonciation créative (singulière), créativité que l’on peut appeler style (figural ou figuré) avec les stylisticiens (Jenny 1995), saillance avec les cognitivistes ou « effection » non prototypique de la langue au discours en adaptant la terminologie guillaumienne (Lowe 2007 : 94).

3. 1. Itinéraire métaphorique de it

Étape 1 : emploi nominal du pronom personnel

33L’emploi du pronom comme nom apparemment initié (ou attesté) dans la nouvelle de Kipling marque la première étape de l’itinéraire métaphorique du pronom. Cet itinéraire met au jour les caractéristiques typiques du pronom it, telles que Langacker les a définies et telles que je les reformule à mon tour. Ces caractéristiques cumulent les traits définitoires énumérés plus haut, que je récapitule ici :

traits typiquement associés au référent du pronom it

1

(en tant que membre de la catégorie du nom) référent

2

(en tant que membre de la sous catégorie pronom personnel) référence anaphorique

3

(en tant que membre de la sous-catégorie pronom de 3e personne) identité problématique (+ opacité)

4

(en tant que membre de la sous cat. pronom de 3e personne neutre) inclusif (délimitation)

L’emploi a. de Kipling, tout comme les emplois plus tardifs b. et c. de Glyn, en utilisant le pronom comme un nom, amplifient le trait 1 du référent envisagé :

a.

It’s just ‘It’

b.

strong magnetism which can only be called ‘It’

c.

John Gaunt’s strange quality ofIt’

34La métaphoricité n’est cependant pas aussi grande que dans les cas d’emplois adjectivaux plus récents car la catégorie du pronom personnel est une sous-catégorie du nom. Mais le transfert catégoriel est tout de même perceptible, et l’aspect décatégorisant de cet emploi nominal à part entière se manifeste dans la typographie, avec la majuscule et les guillemets. Les trois énoncés lexicalisent également la difficulté à identifier le pronom qui est le trait 3 de la synthèse proposée ci-dessus : tautologie et impasse conceptuelle que révèlent les adverbes just et only, tautologie sous-jacente également dans la relation implicite d’identification liant quality et it par la préposition of dans l’énoncé c. On peut imaginer en effet que le syntagme strange quality of It provient d’une structure de type A is B :

c’:

‘It’ is a strange quality.

35En choisissant de nominaliser le pronom, les deux écrivains exploitent d’abord la capacité référentielle définie (trait 1) du pronom. Ils veulent signifier l’existence, bien qu’indicible de façon lexicale, d’une réalité que peut seulement, exclusivement (only be called, just) exprimer le pronom neutre. Aucun mot lexical existant n’est disponible pour désigner ce type de réalité. Bauer (2001 : 41) souligne que c’est toujours la perception (justifiée ou non) d’une insuffisance du lexique qui motive une nominalisation. It, d’après Kipling et Glyn, à qui le succès de l’emploi adjectival donne raison, est le seul mot capable d’exprimer cette réalité qui fait tant d’effet. Le pronom possède une référence, même vague, et cette référence existe dans le monde extra-linguistique, c’est une réalité dont le poids cognitif est loin d’être négligeable puisqu’elle conduit les sujets parlants qui la subissent au bord de la folie (sociale, sentimentale). Le roman à l’eau de rose de Glyn dramatise, met en scène le sens du pronom it, qu’il nous faut identifier à l’aide de critères cognitifs et expérientiels.

36La substantivation du pronom affaiblit le trait 2 en promouvant le trait 1. Utiliser it comme nom laisse entendre qu’il n’a pas besoin de médiation : le caractère anaphorique, médiat, du geste référentiel du pronom est ainsi mis de côté. C’est donc une façon de souligner l’existence à part entière de cette réalité phénoménale que l’on doit appréhender comme un phénomène perçu, voire subi par le sujet parlant, et que le lexique assimile à du sex appeal car c’est l’effet le plus identifiable de cette chose qui ne l’est pas. La substantivation du pronom fait du référent du pronom une substance immédiatement perceptible, et le rend ainsi disponible pour un emploi adjectival.

Étape 2 : emploi adjectival

  • 9 Remarquons que l’expression est passée dans la langue française sans être traduite : dans le magazi (...)

37L’emploi adjectival va plus loin. Il est lancé par le film de Glyn en 1927 dont l’interprète principale Clara Bow est aussitôt surnommée « It girl » car elle incarne au mieux cette qualité nominalisée. Il est difficile de dire s’il s’agit, avant que cet emploi ne devienne commun, d’un nom composé, où It fonctionnerait encore comme un nom, à l’image de noms composés comme « party girl », où certaines personnes sont représentatives d’une notion à un degré tel que cette dernière fonctionne presque comme un nom propre, au référent unique, ou si c’est déjà un emploi plutôt adjectival. Les emplois récents, qui relèvent plutôt d’un corpus journalistique, occupent la fonction prototypique des adjectifs : ils n’ont certes pas toutes les propriétés adjectivales, étant non gradables et occupant difficilement la position attribut, mais ils sont adjectifs épithètes d’un nom qu’ils qualifient en position pré-nominale : it girl, it bag9, it couple, etc. Le degré de métaphoricité est donc plus élevé, car le transfert catégoriel, du pronom à l’adjectif, est tout à fait perceptible.

38Or cet usage adjectival n’est possible que si le trait (1) est activé pleinement, en occultant le trait (2). Le sens non médiat alors donné par l’emploi nominal du pronom est activé, prêt à être exporté lors d’une métaphore grammaticale. Une nuance de sens ne peut être exportée que si elle est stabilisée dans la langue. En d’autres termes, il faut que le pronom neutre ait un sens, en tant que nom, assez stable, pour que les locuteurs puissent l’utiliser dans un emploi adjectival.

39L’adjectif épithète désigne en effet une qualité que l’on peut attribuer à une substance, que l’on peut abstraire d’un support qui lui donne son sens. Ainsi, le plus souvent, et sans que l’on sache si cette généalogie a une légitimité historique ou philosophique, on donne la définition d’un adjectif à partir du nom qui lui est associé. Est courageux celui qui fait preuve de courage, est beau celui en qui la beauté se manifeste, est it celui qui active l’essence de it.

3. 2. Le sens de it : évidence cognitive donnée en contexte

40Le sens de it se manifeste dans cet emploi adjectival ; ainsi, cet emploi adjectival est une preuve qu’il existe bien un sens de it. Comme souvent dans les processus métaphoriques, ce sens n’est actif que parce qu’il existe un prototype sémantique associé à l’emploi le plus fréquent du pronom : l’emploi anaphorique.

Emploi anaphorique : prototype

41Le pronom neutre, dans son usage prototypique, fait donc référence à une entité matérielle non sexuée. Cette entité peut être immatérielle, mais c’est une caractéristique moins typique du pronom neutre dans son usage fondamental. Or c’est de l’usage le plus fondamental que naît la possibilité d’une métaphore grammaticale dans l’esprit, la langue des sujets parlants. It réfère d’abord à un objet concret. Le synonyme souvent donné pour it est d’ailleurs un autre nom au référent prototypiquement concret, thing. It et thing ont beau avoir parfois des référents abstraits (idée, évènement, fait mental, etc.), leurs référents prototypiques sont dotés de perceptibilité et d’une existence matérielle.

  • 10 Voir les travaux de Quine (1977) à ce sujet, et la partie 1 « La catégorisation en abstrait et conc (...)

42Ainsi, à it dans son usage de base est associée l’existence d’une substance perceptible. Cela est important d’un point de vue phénoménologique : une substance perceptible est quelque chose qui entre dans un rapport immédiat avec le sujet parlant, un rapport corporel. Ce qui est matériel, nous le touchons, et expérimentons, dès l’enfance, l’effet que la chose (it) a sur nous10. La catégorie du concret se constitue ainsi plus tôt que celle de l’abstrait, elle fournit des prototypes qui agissent de façon plus stable sur la cognition des sujets parlants. Les entités abstraites sont multiples et différentes entre elles, elles sont le produit d’un processus de généralisation du réel. C’est pourquoi les locuteurs utilisent volontiers les traits associés aux objets concrets pour exprimer, communiquer la perceptibilité des substances immatérielles. Les sentiments par exemple, substances immatérielles et émouvantes, joy, sadness, love, etc, entrent dans des syntagmes métaphoriques convoquant certains traits concrets lorsque le sujet parlant tente de dire l’effet que produisent sur lui ces sentiments, ressentis physiologiquement, matériellement : my heart is broken. Break est typiquement associé au verre, objet matériel qui se casse, et la métaphore lexicale restitue ainsi l’effet « violent » de la peine de cœur.

43Il en va de même pour les métaphores grammaticales. L’usage atypique d’un mot sert à exprimer un effet que le lexique ne peut suffire à désigner. C’est parce que it, dans son usage anaphorique typique, renvoie à du matériel, que le pronom neutre continue d’exprimer, dans tous ses autres emplois, la perceptibilité de son référent.

  • 11 Soutenir que it est une simple articulation grammaticale n’est envisageable que si l’on comprend qu (...)

44Le sens de it, invariant sémantique associé à tous les emplois du pronom, dit cette perceptibilité du référent. Il n’existe pas d’emploi de it it ne veuille rien dire en soi, où il ne soit qu’une articulation grammaticale11.

Invariant sémantique

45Le sens de la version non anaphorique de it, manifestée dans les emplois nominal et adjectival du pronom, est lié aux traits caractéristiques énoncés plus haut, traits qui dessinent (« profilent » dans la terminologie de Langacker) un référent défini, mais hautement inclusif et dont l’identifiabilité est problématique hors contexte. Le trait (1) référentiel est présent, convoquant les traits prototypiques matériel et perceptible, et l’emploi non anaphorique du pronom amplifie ce trait (saillance de la perceptibilité).

46Si le référent existe, qu’il est hautement perceptible pour le sujet parlant, mais très difficile à définir, c’est que le contexte énonciatif, avec ses paramètres personnels (« expérientiels » d’après Langacker), doit être pris en compte.

Le sens du pronom neutre non anaphorique est donc le suivant : it désigne une réalité contextuelle de l’ordre de l’évidence cognitive pour le sujet parlant.

Evidence cognitive et implicitation du sujet parlant

47Bolinger (1977: 85) avait déjà utilisé le terme obvious (whatever is obvious by the nature of reality). Mieux encore : en proposant de parler d’un it « ambiant » pour les énoncés de temps, ambient it, il remarque que c’est l’évidence, plus que le caractère atmosphèrique de ce que désigne le pronom, qui importe sans doute :

Probably the obviousness of it is more important than the ambience
(Bolinger 1977: 80)

48Langacker (2009 : 123) lui, parle de sufficient contextual salience et de facteurs expérientiels manifestes. En contexte, le référent de it est saillant, il a le statut ontologique, phénoménologique de l’évidence.

  • 12 D’après Barthes (2002 : 238) : « le discours vient au Neutre par l’affect ».

49L’évidence est définie dans le Grand Robert comme le « caractère de ce qui s’impose à l’esprit avec une telle force qu’il n’est besoin d’aucune autre preuve pour en reconnaître la vérité » ; mais elle a ceci de paradoxal qu’elle s’impose à l’esprit d’une personne seulement. L’évidence est sans doute la chose au monde la moins partagée. Evidence cognitive, évidence sentimentale12 ont à la fois le plus grand effet sur la personne qu’elles concernent, tout en étant les plus difficiles à désigner. On retrouve les deux traits définitoires du fonctionnement référentiel de it tels qu’ils se manifestent dans les emplois métaphoriques : identifiabilité du référent uniquement contextuelle, et impact maximal sur le sujet parlant. Cet impact maximal, s’il faut absolument trouver un équivalent lexical à ce qui échappe au lexique, est traduit par le nom sex appeal, et tous ses équivalents décrivant le pouvoir d’attraction, de séduction, d’une personne donnée à un moment donné.

C’est bien le sens qu’attribue l’OED au récent emploi adjectival du pronom it :

Designating a person who or thing which is exceptionally fashionable, successful, or prominent at a particular time, as it bag, it couple, it gadget, etc. Freq. with capital initial.

50La nuance sémantique « à la mode », fashionable, vient de l’importance du contexte énonciatif. C’est à un moment donné que quelque chose paraît it, exactement cela qu’il faut avoir, non pas en raison de son contenu identifiable, mais parce qu’il fait le plus d’effet à tout le monde à ce moment-là, « tout le monde » qui bien sûr est au courant de la mode. L’évidence des it objets n’en est une, bien sûr, que pour ceux dont les paramètres cognitifs suivent les fluctuations de la mode. La notion de « mode » allie saillance phénoménologique (car la mode est ce qui fait de l’effet à un certain moment, ce à quoi les gens veulent ressembler) et validité strictement contextuelle (ce qui est à la mode hier ne l’est plus demain, ce qui est encore à la mode pour un type de personne est dépassé pour celui qui est encore plus à la mode). La qualité it n’est pas intrinsèque à l’objetsac, couple ou gadget, mais extrinsèque, attribuée selon l’effet que produit cet objet sur le sujet parlant.

51La conséquence linguistique de cet effet sur le sujet parlant est paradoxale : l’effet est si grand que la cause peut difficilement être nommée. La grande implication cognitive du sujet entraîne une implicitation de son discours, à l’instar des interjections, onomatopées et autres réactions où le langage est minimal car l’émotion (ou l’évidence cognitive) est maximale. L’évidence cognitive d’un référent est une raison de l’impossibilité soulignée par Langacker (2009 : 129, je souligne) du sujet à décrire, identifier ce dernier, comme lorsqu’un sentiment excessif d’injustice vécu par le sujet parlant, par exemple, conduit à l’utilisation de it : the speaker may not be able to point to any specific source of the unfairness.

52L’impossibilité d’identifier le référent peut avoir d’autres raisons qui agissent sur la prise de parole : tabou social, pudeur, pour le sens sexuel de it par exemple : I made “it” with h(er/im). Le locuteur est empêché, contraint de ne pas nommer son référent, qui pourtant représente toujours un évènement singulier dans son histoire personnelle.

4. Quelques conséquences de cette hypothèse sur les emplois divers de it non anaphorique

53L’hypothèse sémantique proposée (sens contextuel et défini par une évidence cognitive) expliquerait de nombreux emplois de it remarqués par les linguistes, dont je présente ici quelques exemples (brièvement analysés dans le format de cet article).

4. 1. Affinité avec verbes d’émotions

54C’est une spécificité de la langue anglaise, difficilement traduisible, que l’emploi du pronom neutre après des verbes tels que love et hate dans des structures identifiées comme des extraposées :

I love it that...
I hate it that...

55L’emploi de it, en position d’ objet et référent de façon synthétique à une situation qui est explicitée par la suite, me semble cohérent avec le sens d’évidence cognitive (ici d’ordre émotionnel). Le complément d’objet non identifiable, suscitant la plus grande réaction, est au plus proche du verbe qui décrit l’état en question. Bolinger (1977 : 68) analyse ainsi cet emploi comme une présence à l’esprit du référent :

emotional factives such as love, hate, admire, which are limited to what is present to the mind, require it.

Il suffit de regarder quelques exemples d’emploi non anaphorique de it, censément « fantoche », pour voir que c’est toujours ce type de contexte qui favorise cet emploi de it.

4. 2. It dans les énoncés de temps : des structures impersonnelles très personnelles

56Bolinger (1977 : 79) le souligne déjà dans son article fondateur : le it « ambiant » ne requiert aucun type de spécification tant il est évident que le sujet parlant parle de sa propre situation. When it refers to weather there is no need for further spécification; si ce n’est pas évident, on ajoute un adverbe, de type out, in here (it’s cold in here). Le pronom neutre inclut bien l’ensemble de la situation énonciative, de façon évidente, synthétique et non explicitable si le contexte est perceptible par le co-énonciateur. Comparons les deux énoncés suivants:

1)

I am cold

2)

It is cold (here)

  • 13 Joly (1987 : 62, il souligne) remarque ainsi que le qualificatif « impersonnel » utilisé pour décri (...)

57It’s cold sous-entend it’s cold here. Langacker (2009 : 137) nuance le sens « atmosphérique » proposé par Bolinger, en précisant qu’il n’est pas si clair que it fasse référence aux conditions atmosphériques, mais qu’il est probable que le pronom désigne plutôt la situation spatio-temporelle où un experiencer fait l’expérience de ces conditions. Il est possible, à notre avis, (mais cela reste à démontrer) de penser que it’s cold here soit une formulation signifiant, de façon synthétique et non explicite, I am cold, mais où le sujet, par trop grande implication énonciative, ne lexicalise pas le rôle qu’il joue dans le discours. L’évidence de la donnée contextuelle13 est telle (c’est le sujet parlant qui a froid, et qui, par conséquent, dit qu’il fait froid) que ce n’est pas la peine de la spécifier. Dès que l’évidence diminue, le besoin de spécification apparaît : si on parle à quelqu’un qui est en Californie, on ajoutera it’s cold here, in Paris.

58L’énoncé 2) semble être l’implicitation de 1), répondant à un désir de partage de cette évidence. On trouvera ainsi souvent : it’s cold, isn’t it ?, où le question tag correspondrait alors à la formulation de cette tendance communicationnelle de l’impersonnel. La structure impersonnelle prend son départ au point le plus proche (implicite et synthétique) du sujet parlant et se développe en fin de linéarité pour être partagée. Elle tend vers la validation.

C’est aussi le cas de nombreuses extraposées.

4. 3. It des extraposées : de la synthèse à l’analyse

59Le it des matrices des extraposées semble pouvoir être interprété, dans de nombreux cas, comme le point de départ synthétique d’une explicitation venant dans un deuxième temps. Kaltenböck (2002 : 542-3) remarque que sur un corpus de 1700 occurrences constitué avec le BNC, la différence entre le pronom prop it ou it référentiel est très délicate à faire. Il prend l’exemple it’s difficult when someone is trying to slag you off, ou it peut désigner life ou things, ou bien être un anticipatory it qui représenterait alors the fact of someone trying to slag you off (is difficult). Dans tous les cas, it contient ce qu’il développe par la suite. Mon hypothèse est que le pronom se suffit à lui-même, ne doit pas être appelé « accessoire » ou « anticipateur », car ce n’est pas un mouvement d’anticipation qui le caractérise. La seconde partie des extraposées correspond en fait à un mouvement d’explicitation analytique suivant le it synthétique et s’inscrivant dans un besoin de clarté. Ce besoin est possible, mais non nécessaire, c’est un besoin de communication, une sortie de soi pour aller vers l’autre. Kaltenböck (2002 : 543) étudie ainsi le dialogue suivant, en parlant de possibilité de réanalyse pour la réponse de B.

A :

They lost the game

B :

Yes, so I hear. It’s a shame (they did/they lost)

60Kaltenböck remarque que le complément peut être ajouté, après quelque hésitation (a complement is added after some hesitation). Le mouvement d’extraposition représenterait, de gauche à droite, un mouvement de sortie de l’évidence cognitive. Le terme « extraposition » serait ainsi mal choisi, à moins de comprendre que le commentaire ne vient pas après, qu’il est premier car au plus proche du sujet, et que la subordonnée, elle, vient après, comme un mouvement de sortie de l’évidence. L’emploi de it dans les matrices des extraposées qualifiantes de type commentaire n’a rien d’une anaphore ou d’une cataphore. Il exprime l’importance du contexte et l’évidence cognitive de la relation prédicative de la matrice. Bolinger (1977 : 72) remarque aussi que l’explicitation vient après et n’est pas nécessaire, mais seulement possible dans ce type de commentaire. It correspond à ce qu’il appelle une base première, prior basis. Un énoncé typique de ce contexte d’évidence cognitive serait le suivant (Bolinger 1977 : 85) :

It’s (this is) nice), isn’t it ? -What’s nice ? - Sitting around and talking

61Cette hypothèse permettrait donc de comprendre que l’extraposition est proche du phénomène de right dislocation, que Huddleston (1997 : 451) décrit comme une pensée seconde, afterthought, ayant pour fonction communicative d’élucider la première partie de l’énoncé, comme dans l’exemple it’s very useful, this tool.

62L’hypothèse expliquerait également les extrapositions dites « obligatoires » : elles sont obligatoires car la lexicalisation de l’évidence est faite jusque dans le syntagme verbal de la matrice : la passivation, fréquente, réalise l’occultation du rôle du sujet parlant. Le contexte importe, la synthèse est dite par le sémantisme de ces verbes d’opinion qui exprime la collectivité dont émane la voix synthétique (impersonnelle). It is said that, it is thought that, it is agreed that. Un bel exemple est donné par la première phrase du Chapitre 8 du roman d’Edith Wharton (The Age of Innocence, 1920) :

It was generally agreed in New York that the Countess Olenska had « lost her looks ».

63L’unanimité du jugement ainsi que l’effacement du point d’origine du discours, de la prise en charge énonciative, est signalée par trois faits de langue : voix passive, sens de l’adverbe generally et sens de it dans la matrice de l’extraposée. Le point de départ du chapitre est cette évidence sociale et intellectuelle ; la société de New York, assimilée par métonymie au nom de New-York (il est dit, quelques lignes plus tard, New York had so long resigned itself to Medora), sera un personnage essentiel, contraignant, du roman, qui influera sur les trajectoires de tous les personnages qui le subiront, au premier rang desquels, bien sûr, la comtesse Olenska.

64Le mouvement typique des extraposées serait donc un mouvement depuis la synthèse (it) vers l’analyse. Langacker (2009: 142) utilise la métaphore photographique du zoom:

the immediate scope of awareness is indeed a kind of starting point and point of access for apprehending what is manifested within it. Coding it as the grammatical subject - starting point for apprehending the clausal process - thus conforms to a general strategy of linguistic presentation observed in many other phenomena : that of starting with something large or inclusive, then ‘zooming in’ to something smaller contained in it.

65Il reste à comprendre le phénomène des clivées, que Langacker (2009 : 147) décrit comme l’expression abstraite d’un chemin de sélection (path of selection). Remarquons seulement que le clivage résulte d’une mise en valeur stylistique, et que le style est toujours la marque d’une singularité énonciative. Mettre en valeur le constituant consisterait alors, si mon hypothèse est juste, en un même type de mouvement, de la synthèse vers l’analyse, mais résultant sans doute d’une maîtrise cognitive supérieure de la structure d’origine. Le clivage naîtrait dans un contexte d’ordre plus intellectuel, où l’évidence est moins subie affectivement.

66Dans tous les cas, l’emploi non anaphorique de it s’expliquerait par le statut d’évidence de son référent et un désir de partage. Les structures impersonnelles ressembleraient en cela aux métaphores lexicales traditionnelles : les deux empruntent une forme objective, neutre, comme les métaphores d’identification de type A is B (Juliet is the sun), se faisant ainsi passer pour des vérités absolues alors qu’elles sont relatives et personnelles.

5. Le sens de l’histoire

  • 14 Communication personnelle, juin 2012, Paris.
  • 15 Barthes (2002 : 235), dans son cours sur le neutre, soulève l’hypothèse du sens de l’accusatif : «  (...)

67L’évolution historique du pronom neutre étaie notre hypothèse. Cotte14 fait état de deux faits remarquables dans l’histoire de it : la différenciation du pronom neutre du système des pronoms sexués he et she est un phénomène relativement récent, it étant à l’origine plus proche (casuellement et phonétiquement) du pronom masculin. Cette différenciation a coïncidé avec la stabilisation morphologique du pronom autour de sa consonne finale t, exprimant le neutre. Il me semble que c’est cette évolution achevée au 16e siècle qui a pu rendre possible l’émergence des traits définitoires énoncés plus haut, délimitation maximale et identification strictement contextuelle. It disponible pour désigner tous les référents qui n’étaient pas du genre féminin et masculin. Le sens synthétique, inclusif de it viendrait de là. Parallèlement, Cotte souligne une victoire historique, dans l’histoire de la langue, du cas accusatif. C’est la forme accusative du pronom it qui l’a emporté sur les autres cas15. Or le cas objet est le plus propre à exacerber le sens de manipulation matérielle associé au prototype « chose » désigné par it. La grammaire aurait enregistré le rapport privilégié du morphème it avec un référent dont la perceptibilité (l’effet cognitif) serait maximale pour le sujet parlant. L’évolution du pronom aurait ainsi rendu possible la stabilisation cognitive du sens phénoménologique du pronom it, et, par conséquent, son emploi métaphorique adjectival tout récemment enregistré par l’OED.

Conclusion

68L’adjectivation récente du pronom it a été lue comme une métaphore grammaticale révélant des traits sémantiques assignables au pronom dans tous ses emplois. L’usage non anaphorique exploite le fonctionnement référentiel typique du pronom en emploi anaphorique. Il existerait donc bien un invariant sémantique, qu’il faut lire comme une évidence cognitive menant à une implicitation du rôle du sujet parlant.

69Le neutre doit être relu à la manière de Barthes (2002 : 239) non pas comme de l’indifférencié, mais comme ce qui subsume, synthétise les différences :

Le Neutre, ce serait le complexe : mais le complexe indémêlable, insimplifiable : l’« enchevêtrement amoureux » (Nietzsche) des nuances, des contraires, des oscillations : insupportable à la doxa, délectable au sujet.

70L’emploi du pronom neutre réagit à un excès phénoménologique et doit être compris en contexte exclusivement. It offre ainsi un contraste saisissant, peut-être le plus fort de la langue anglaise, entre capacité référentielle d’un terme (capacité maximale due au sens englobant contextuel) et capacité lexicale minimale : le mot le plus court, it, désigne le plus grand effet, en vertu du paradoxe selon lequel l’implicite implique le sujet parlant dans la langue. Moins le rôle de ce dernier est lisible dans le lexique, plus il importe.

Top of page

Bibliography

Barthes, R. (2002), Le neutre : notes de cours au Collège de France, 1977-1978, Seuil : Paris

Bauer, L. (2001), Morphological productivity, CUP: Cambridge

Bolinger, D. L. (1977), Meaning and form, (English Language Series, 11). Longman: London

Cuyckens, H., R . dirven et J. R. taylor (éds.) (2003), Cognitive Approaches to Lexical Semantics, Mouton de Gruyters: Berlin

Fauconnier, G. (1985), Mental Spaces. MIT Press: Cambridge, Mass

Glyn, E. (1927), « It » and other stories, B. Tauchnitz: Leipniz

Huddleston, R. (1997), Introduction to the grammar of English, CUP: Cambridge

Jenny, L. (1995), La parole singulière, Paris : Belin

Kaltenbock, G. (2002), « That’s it? On the unanticipated ‘controversy’ over anticipatory it. A reply to Aimo Seppänen ». English Studies 83 (6): 541-550

Kipling, R. (1904), Traffics and discoveries, B. Tauchnitz: Leipzig

Joly, A. (1987), Essais de systématique énonciative, Presses Universitaires de Lille : Lille

Lowe, R. (2007), Introduction à la psychomécanique du langage, vol. I , PUL: Québec

Langacker, R. (1987-1991), Foundations of cognitive grammar, 2 vol. , Stanford University Press: Stanford (Calif.)

Langacker, R. (2009), Investigations in Cognitive Grammar, Moutin de Gruyters: Berlin

Mihatsch, W. (2009), « Nouns are THINGS: Evidence for a Grammatical Metaphor? », in Panther, K.-U., L. L. Thornburg et A. Barcelona (éds.), Metonymy and Metaphor in Grammar, John Publishing Company, Hamburg, Córdoba, 75-97

Neveux, J. (2004), « Le sens d’une forme : les noms en -ness dans Lady Chatterley’s Lover, Études Anglaises 57-2 (2004) : 158-172.

Oxford English Dictionary, 2009, Version électronique, ©Oxford University Press, disponible sur http://dictionary.oed.com/.

Panther, K.-U., L. L. Thornburg et A. Barcelona (éds.) (2009), Metonymy and Metaphor in Grammar, John Publishing Company: Hamburg, Córdoba

Quine, W. V. O.(1977), Le mot et la chose, Flammarion : Paris

Sepännen, A. (2002) « On analyzing the pronoun it », English Studies (5) : 442-462

Talmy, L. (2000), Toward a Cognitive Semantics (2 Vols.), MIT Press: Cambridge Mass

Talmy L. (1985), « Lexicalisation Patterns: Semantic Structures in Lexical Forms », in S. Timothy éd., Language Typology And Semantic Description, vol. 3, CUP: Cambridge, 57-149

Top of page

Notes

1 L’affiche montrant Clara Bow avec le pronom It en légende est disponible sur la toile à l’adresse suivante : http://en.wikipedia.org/wiki/Clara_Bow

2 Ailleurs, dans le SouthTown Economist daté du 4 février 1927, Elinor Glyn explique que la définition de base de it a à voir avec une personnalité extraordinaire (Personality plus), et que le concept rationnel détruit le sens même de it (conceit destroy[s] It). L’isotopie de la domination de John Gaunt (masterfulness, Glyn 1927 : 105), et de la perte de contrôle affectant les femmes qui l’entourent (beyond her mastery, uncontrollable feeling, Glyn 1927 : 115) est développée tout au long de l’histoire.

3 Citation de l’OED, entrée it, emploi 1.g

4 C’est le cas de l’exemple que je cite en exergue, pris dans le roman de Kerouac, ainsi que dans la chanson « Ella, elle l’a » chantée par France Gall et écrite par Michel Berger en 1987 en hommage à la chanteuse de jazz Ella Fitzgerald. Dans ces deux emplois du pronom neutre, it en anglais et l’ en français, il est impossible de définir le référent du pronom « l’«  (« ce je ne sais quoi ») autrement que par l’effet qu’il produit sur les autres.

Ella, elle l’a
Ce je n’sais quoi
Que d’autres n’ont pas
Qui nous met dans un drôle d’état.

5 C’est en fait la motivation cognitive de cet emploi du it qui va contre ces structures focalisant le pronom lui-même et indiquant un haut degré de préconstruction. Comme Glyn le soulignait déjà en 1927, conceit destroys it.

6 Quant au pronom dit « générique », one, il doit être étudié en contexte, et semble représenter souvent un cas d’agent ‘défocalisé’, devenu implicite, dans la terminologie de Langacker (2009 : 116).

7 La notion d’espace mental est empruntée à Fauconnier (1985), reprise par Langacker et permet d’inclure les anaphores textuelles et non textuelles (extralinguistiques) dans les paramètres énonciatifs du sujet parlant.

8 Joly (1987 : 90) proposait déjà le terme « délocuté » pour décrire un phénomène semblable, à savoir le fait que it dans les énoncés de temps serve de support formel à l’événement exprimé par le verbe : « La 3e personne [...] est par excellence la personne de ce qui est délocuté ».

9 Remarquons que l’expression est passée dans la langue française sans être traduite : dans le magazine Elle de juin 2012, un quizz s’intitule « Maîtrisez-vous les « it » bags ? ».

10 Voir les travaux de Quine (1977) à ce sujet, et la partie 1 « La catégorisation en abstrait et concret » de ma thèse, L’expression linguistique du concret dans la langue : le sentiment chez John Donne, publication prévue en 2013 aux Éditions Rue D’Ulm. J’y développe les arguments que je présente ici de façon excessivement synthétique.

11 Soutenir que it est une simple articulation grammaticale n’est envisageable que si l’on comprend que toute la grammaire, jusque dans ses articulations, est signifiante.

12 D’après Barthes (2002 : 238) : « le discours vient au Neutre par l’affect ».

13 Joly (1987 : 62, il souligne) remarque ainsi que le qualificatif « impersonnel » utilisé pour décrire ce type d’énoncés est « impropre », car il « postule l’inexistence de la personne », or « on a simplement affaire à un emploi uni-personnel du pronom, c’est-à-dire qu’avec ces verbes, et certains autres, la conjugaison n’est possible qu’à une seule personne (la troisième) et à un seul nombre (le singulier) ». L’événement auquel il est fait référence relève, selon Joly (1987 : 90), de l’univers physique ou mental du sujet parlant.

14 Communication personnelle, juin 2012, Paris.

15 Barthes (2002 : 235), dans son cours sur le neutre, soulève l’hypothèse du sens de l’accusatif : « Sémantiquement, le Neutre renvoie essentiellement à l’inanimé, c’est-à-dire à la chose : bonum, et à ce qui est assimilé à la chose : nous avons vu paidion ; il y a aussi mancipium, esclave. Hypothèse sur l’origine du morphème (point intéressant où la série morphématique rejoint la série sémantique, où la langue est motivée) : en latin : Neutre = nominatif = vocatif = accusatif : le Neutre serait un ancien accusatif = mots qui à l’origine n’étaient pas employés au nominatif, c’est-à-dire comme sujet→Neutre = le non-sujet, celui à qui la subjectivité est interdite, qui en est exclu (mancipium) ».

Top of page

References

Bibliographical reference

Julie Neveux, « It girl, it bag et le pronom it : le sens du pronom neutre non anaphorique », Anglophonia/Sigma, 16 (32) | 2012, 63-83.

Electronic reference

Julie Neveux, « It girl, it bag et le pronom it : le sens du pronom neutre non anaphorique », Anglophonia/Sigma [Online], 16 (32) | 2012, Online since 26 December 2013, connection on 18 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/151 ; DOI : 10.4000/anglophonia.151

Top of page

About the author

Julie Neveux

Université Paris-Sorbonne (Paris IV), CELTA, E.A. 3553

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org