Skip to navigation – Site map

Analyse des emplois non locatifs de BY

Lionel Dufaye
p. 85-97

Abstract

This article deals with the non-locative uses (be they spatial and temporal) of the preposition by. The first part is dedicated to the study of ‘qualifying values’ – i.e. any context where the by-PP qualifies either a distance or a relationship between two entities (e.g. I paid by check…, I did it step by step…). The second part deals with by in (so-called) ‘agent phrases’ in passives. This paper sets out to propose a unified explanation for both qualifying and passive uses. The working hypothesis assumes that by carries a differential value which qualifies a distance between two reference points. The values differ depending on the nature of the interval, which can be a route (I came here by bus), a gradual process (it grew hotter by the minute), a concurring process (I know some good music to cook by), any form of counter-expectation (I was late by 10 days), a change of state (as in passives)... In any case, by expresses discontinuity within a path-connected domain.

Top of page

Full text

1Reprenant l’idée défendue dans un article précédent sur les valeurs locatives (L. Dufaye 2012b [à paraitre]), où by était analysé comme la trace d’une différenciation au sein d’un intervalle, on analysera les emplois non localisants de by comme la trace l’expression d’une différenciation qualifiant un déroulement processuel. Ainsi, si l’on repart d’un emploi locatif comme :

1.

Esther was sitting by the swimming pool.

2On voit que by permet de localiser le repéré Esther dans le voisinage du repère swimming-pool. Autrement dit, le repéré est localisé dans un domaine qui est différencié mais non déconnecté du repère ; ce qui avait été représenté ainsi :

|

X ≠ …| repère

3Même si la représentation topologique d’un intervalle par voisinage se distingue de celle avancée par E. Gilbert (2003 : 47), le principe d’un repérage par différenciation rejoint en revanche pleinement ses conclusions, qui présentent by comme la trace d’une « frontière par différenciation ».

Par analogie, les emplois temporels peuvent être appréhendés selon un principe de localisation similaire :

2.

I want the report by Monday.

3.

By the end of the war the once beautiful and peaceful town was completely destroyed.

  • 1 Rappelons que le sens d’origine de by est parfois présenté comme ayant eu une valeur proche de abou (...)

4De manière comparable, by suppose la construction d’un intervalle (entre aujourd’hui et lundi dans 2, entre le début et la fin de la guerre dans 3) et suppose qu’on localise le repéré (i.e. le rendu du rapport, la destruction du village) au sein de cet intervalle1. C’est sur cette même hypothèse que se fondera l’analyse des emplois non locatifs, dont on distinguera dans un premier temps les emplois modalisants, à valeur Qualitative, avant de nous arrêter sur le cas des emplois passifs. Une différence importante entre les emplois localisants et les emplois qualifiants réside dans le fait que la notion d’intervalle ne correspond plus au bornage d’une extension spatiale ou temporelle mais à la prise en compte entre deux formes de représentation distinguées.

1.Emplois modalisants de by

5A la différence des emplois localisants, la différenciation induit une représentation processuelle alternative ou différentielle (notée Qualitédif) parallèlement à la représentation processuelle par défaut ou prédéfinie (notée Qualitédéf).

6C’est par conséquent le processus lui-même qui est considéré sous l’angle d’une altérité. Derrière ce principe très général, by revêt diverses valeurs, qui vont dépendre des notions et des relations mises en jeu. Les interprétations varient en effet selon qu’il s’agit d’un trajet, d’un processus, d’une bifurcation de valeurs, etc. On commentera dans cette section quelques-uns de ces emplois, où, dans tous les cas, la différenciation est relative à la transition entre deux points distingués ; points qui correspondent le plus souvent au point de départ et au point d’arrivée d’un procès.

1.1. Différenciation Qualitative

7On peut avoir un repérage impliquant des notions spatiales sans pour autant qu’il s’agisse de localiser le Repéré dans un espace relatif au Repère. Ainsi, à titre de transition avec les remarques précédentes, considérons les exemples suivants :

4.


At one point a Santa Barbara Fire Department engine and ladder truck slowly drove by the store, prompting those in line to applaud and wave at the firefighters.

5.

Could you stop by the store on your way home?

8Dans les deux cas by a une valeur qu’on peut qualifier de « perlative », au sens où le Repéré s’apparente à un lieu de passage. Toutefois, ces deux emplois mettent en scène des relations spatiales différentes. Dans le premier cas, le sujet intersecte le voisinage du repère (autrement dit, il passe à proximité du magasin, dans une zone « contiguë », « différenciée » du magasin lui-même). Dans le deuxième exemple en revanche, le magasin est un point constitutif du trajet lui-même, ce qui devient incompatible avec l’hypothèse de la différenciation défendue jusqu’ici. En effet, la différenciation ne correspond plus à la localisation du Repéré dans le voisinage du Repère, mais à quelque chose de fondamentalement différent : une modulation sur le type de trajet entre le point de départ (implicite ici) et le point d’arrivée (home dans cet exemple). En l’occurrence, by the store définit un trajet différencié du trajet par défaut (par exemple, le trajet direct office  home). On voit ici surgir un phénomène intéressant, puisqu’on est amené à prendre en compte le schéma processuel pour interpréter l’opération de différenciation. Si l’on se représente un processus sous la forme d’un trajet, on retient qu’il y a pour tout trajet deux composantes stables : le point de départ et le point d’arrivée. Ces deux points définissent l’intervalle dont on a vu qu’il était caractéristique des repérages exprimés par by. Entre ces deux points, on a une troisième composante susceptible de variations : le trajet emprunté. C’est au niveau de cette composante que by intervient, pour induire une valeur différentielle. Ainsi, on note que certaines expressions en by révèlent explicitement la prise en compte de la partie médiane entre un état initial et un état final puisqu’on a recours à la notion de « moyen » : by all/any/no means, qui constitue en quelque sorte une paraphrase naturelle de la valeur perlative évoquée plus haut. Par ailleurs, la fonction Qualifiante de ces expressions semble aller de pair avec la possibilité d’insérer un terme comme manner : by all/any/no manner of means. La dimension différentielle quant à elle est exprimée par le biais des déterminants all, any et no. La locution by the way exprime elle aussi l’idée d’un processus avec une valeur de différenciation : on poursuit la discussion tout en déviant le fil du discours vers un propos « incident » (en français, l’expression d’ailleurs est assez révélatrice de la différenciation qui s’opère dans ce genre d’emploi).

  • 2 L’expression by design semble problématique selon cette analyse ; on peut penser qu’à la différence (...)

9De même, on trouve tout un ensemble d’expressions qui posent une distance par rapport à la représentation normale, attendue de l’événementialité : By happenstance/ chance/ luck/ accident/ coincidence (par opposition à on purpose2). Dans le même ordre d’idée, alors que l’on trouve by train, by plane, by bus…on aura plutôt on foot qui correspond a priori au mode de transport par défaut ; de même qu’on pourra comparer by cheque et by credit card avec in cash. L’exemple suivant est intéressant, car surprenant de prime abord :

6.

As he left the office he turned off the lights by hand. (M. Connelly, Chasing The Dime: 20)

  • 3 B. De Giorgi, que nous remercions ses commentaires, cite le cas d’un slogan pour des smartphones : (...)

10Ce n’est que plus tard dans le livre qu’on comprend que le système par défaut est un système vocal, de sorte que by hand décrit ici encore un mode de validation alternatif, différencié du schéma processuel normal, et néanmoins aboutissant à un résultat similaire3.

11Le cas de by night vient se ranger sous le même type d’analyse. Ainsi, Paris by night définit un mode de découverte de la ville par opposition à une vision diurne. A la différence de at night, qui en l’occurrence ne fait que localiser l’occurrence, by induit une représentation différentielle, sous-catégorisant par là même le mode d’action. Ainsi, by night entre dans un système d’opposition avec by day à la différence de at night / * at day.

  • 4 side by side, on le comprend, est un cas différent (voir section suivante sur la co-orientation).

12Dans d’autres cas, la différenciation prend une valeur intraprocessuelle, au sens où l’on Qualifie le mode d’évolution du processus. C’est ainsi le cas des constructions de type N by N (bit by bit, day by day, little by little...4) :

7.

I just love babies, children. They fascinate me. These tiny helpless little things that just come to life day by day, until they’re people.

Que l’on peut comparer à :

8.

She had no appetite. Day after day she couldn’t eat anything.

13Alors que la construction N by N induit une variation Qualitative (chaque journée est constitutive à sa façon d’un processus évolutif), N after N en revanche exprime une monotonie Qualitative (i.e. les jours se suivent et se ressemblent). De manière similaire :

9.

They searched the whole forest inch by inch

10.

Reduce speed and add eggs in one by one.

14La Qualification du mode de déroulement du processus peut ici être paraphrasée par un adjectif ou un adverbe : They conducted a thorough search / Add eggs progressively.

15Un aspect important de ce type d’emploi est l’unicité occurrentielle sur laquelle porte cette Qualification. On a avec by un processus cohésif, à la différence de after qui réfère à des occurrences dissociées. On peut à ce titre comparer one after another/the other avec one by one. Il apparaît que one after another/the other construit explicitement une succession entre des occurrences individuées (découpage Quantitatif). En revanche, *one by another est inattesté ; one by one ne met pas en avant des occurrences distinguées, mais Qualifie le mode de déroulement du procès. En raison de cette valeur Qualifiante, on peut avoir 2 by 2, 3 by 3, etc. alors que l’on n’aura ni *2 after 2 ni *2 after 2 others. On retrouve par ailleurs ce principe d’unicité occurrentielle dans des emplois tels que a 4-by-6 inch print, a 2 by 2 Rubick’s cube ou a 10 by 10 by 8 space, où les différentes dimensions participent à la délimitation d’une instance d’occurrence unitaire.

Bien que ne s’agissant pas d’une construction de type N by N, l’exemple suivant est plus ou moins comparable dans son principe :

11.

The weather was getting hotter by the minute.

16A la différence des structures N by N, l’intervalle de qualification est ici induit par le comparatif qui met en place un écart de valeurs. Le syntagme en by vient qualifier l’amplitude de cet écart. On retrouve d’ailleurs cette même logique pour des intervalles de type temporel. Commençons par rappeler que les emplois de localisation temporelle ne peuvent pas avoir une durée pour repère :

12.

*I want the report by 6 days.

Toutefois, l’énoncé suivant est correct :

13.

The baby was overdue by 6 days.

17Il ne s’agit plus de localiser le processus dans le temps. On a ici affaire à une opération de Qualification à part entière, portant sur un écart (induit ici par overdue) entre deux points de référence dont on qualifie l’amplitude : le temps de l’accouchement prévu et le temps de l’accouchement effectif. On a ainsi la prise en compte de deux états différenciés mais constitutifs d’un même domaine, qui se ramène en l’occurrence à une bifurcation en termes de conformité / non-conformité. By n’a par conséquent plus une valeur de localisation mais une valeur de Qualification dans ce cas, au point que là encore le syntagme en by peut être paraphrasé sous la forme d’un spécifieur adverbial :

14.

The baby was overdue by 6 days.

15.

The baby was 6 days overdue.

On retrouve le même principe avec des emplois non-temporels, où l’on retombe sur l’idée d’un écart entre deux représentations :

16.

He escaped from the secret police by the skin of his teeth.

18Pour autant, le principe est le même : l’écart qualifié se joue ici entre un événement effectif (la fuite) et un événement visé (l’interpellation), qui a échoué, de sorte qu’on a là encore une bifurcation modale.

Enfin, on peut tenter d’expliquer les emplois dits méronymiques selon ce même principe de différenciation :

17.

I held her by the other arm.

  • 5 Voir entre autres M. Corston-Oliver qui rappelle par exemple que si l’inférence suivante est correc (...)

19On sait qu’à la différence de I held her with the other arm, avec by le bras est associé au terme but de la relation <I hold her>. La différenciation tient au fait que la finalité est ici de saisir la personne, et non le bras en soi ; by pose le repère (arm) dans un rapport de différenciation perlative par rapport à la finalité effective de l’action. Le cas des emplois méronymiques pose toutefois des problèmes spécifiques qui nécessitent une étude à part entière5.

1.2. Co-orientation QLT

20Si by permet d’induire des représentations différenciées vis-à-vis d’un procès, il apparaît également à même d’exprimer une valeur de congruence ou de co-orientation Qualitative lorsque le repérage met deux processus en parallèle. Par exemple :

18.

A really charming aspect of Bob’s book is that he pairs his recipes with ‘music to cook by’.

  • 6 Sont donnés ici les premiers verbes qui apparaissent dans le Corpus Of Contemporary American Englis (...)

21Les notions /music/ et /cook/ sont ici posées en rapport de congruence, de compatibilités. La valeur de différenciation n’en reste pas moins présente. Ainsi, à la différence de music to dance/ skate/ stride to6, des expressions comme music to cook/ relax/ barbecue by n’expriment pas une synchronisation de la première activité sur la deuxième (le COCA donne ainsi 4 occurrences de music to dance to mais aucune de music to dance by). On a une relation d’accompagnement entre deux processus congruents mais différenciés. Incidemment, on peut d’ailleurs penser que cette valeur de co-orientation permet de comprendre de la cooccurrence de by avec la notion side : side by side, by one’s side... Que l’on peut comparer à des expressions comme back to back/ *back by back, eye to eye/*eye by eye ou face to face/*face by face qui impliquent au contraire une anti-orientation. De ce point de vue, cheek to cheek est un cas intéressant puisque l’expression cheek by cheek a existé avant d’être concurrencée par cheek by jowl, que l’on rencontre déjà dans Shakespeare :

19.

Follow! nay, I’ll go with thee, cheek by jowl. (A Midsummer Night’s Dream, Act III, Sc. 2)

22Les deux expressions semblent s’être partagé le terrain des valeurs : une représentation Qualitative de proximité métaphorique dans le cas de cheek by jowl, un contact oppositif dans le cas de cheek to cheek. De même, on peut comparer :

20.


The cavalries charged, the Indians died.
Oh the country was young,
with God on its side (Bob Dylan, With God on Our Side)

21.

With God by my side and a wonderful surgery team and hospital staff, my entire ordeal was magnificent!

23Alors que on induit une valeur oppositive impliquant que Dieu aurait pris parti pour un camp plutôt que pour l’autre (cf. les valeurs oppositives de on comme On the one hand/on the other hand, on the left/on the right, on the contrary…), by exprime une valeur comitative avec une modalité congruente. Notons à propos de l’affinité entre by et side que la représentation de l’axe chronologique, intrinsèquement dissymétrique, n’est jamais, dans les langues, latéralisée. On trouve les notions d’avant et d’arrière (eg. avant, des années en arrière, l’avenir devant soi, after, before…), de haut de bas (eg. remonter le temps, nos descendants…), mais jamais la gauche ou la droite qui sont latéralement opposables mais qui du point de vue processuel sont co-orientées (autrement dit, lorsque j’avance, mon bras droit avance dans le même sens que mon bras gauche). On peut supposer que ce principe de co-orientation se prolonge aux sujets localisés latéralement : si j’ai X « à mes côtés », c’est que X va « dans mon sens ». De même, pour des emplois comme :

22.

I’m sorry, madam, but we have to go by the rules.

On a affaire à des prédicats décrivant des règles, des décisions ou encore des codes de conduites « à suivre » :

23.

The company is standing by the no redundancy agreement.

24.


It is against LAPD policy for an officer to give up his or her weapon. They teach that at the Academy, they live by it, and it is the right thing to teach and live by. (R. Crais, L.A. Requiem: 358)

24On réfère ici à des modes d’action dont on ne doit pas « s’écarter ». On retrouve l’idée de voisinage construit à partir d’une représentation repère, avec prise en compte d’une altérité (i.e. les autres modes d’action non-conformes). Il est par ailleurs à noter que le cas « perlatif » - dans les langues qui en ont (la citation suivante porte sur le yupik, langue eskimo) - peut exprimer tout autant des valeurs de voie à suivre (1), des valeurs apparentées à la méronymie (2), et des valeurs de moyen (3) :

The perlative case indicates: (1) location or time through or along which an event takes place: kuixpiim cƏNNiikun ayaxciqu’kuk ‘we (dual) will go along the bank (cƏNNiikun perl. 3e sg.-sg.) of the Yukon’. [. . .] (2) A part of the whole which is affected or damaged: iyuvyun#qaa qimuxtƏm kƏxƏlxua’tƏn ‘Did the dog bite you (sg.) on your (sg.) leg (iyuvyun perl. 2e sg.-sg.)?’ (3) Instrument or means: aŋyamƏxtƏxun unnua’qu teki’ciiqut ‘they will arrive in their (own) boats tomorrow’. (W. Sturtevant et al. 1996: 347)

25La relation entre ces trois valeurs (qui n’est pas sans rappeler la relation trans-linguistique entre le comitatif et l’instrumental notamment en indo-européen ; voir B. Heine & T. Kuteva 2006 : 183) n’est donc pas propre à l’anglais (le marqueur par en français a d’ailleurs une polysémie comparable). Le point commun de ces valeurs semble effectivement être l’articulation entre un cadre processuel et une dimension différentielle.

2. A propos du « complément d’agent »

26Arrêtons-nous pour finir sur un cas qui implique la prise en compte de propriétés syntaxiques. En effet, l’hypothèse défendue ici partira de l’idée que l’emploi de by dans les « compléments d’agent » s’explique sans doute moins par les relations sémantiques que par la spécificité de la structure syntaxique. On peut avancer deux arguments pour justifier ce point de vue. Le premier argument est que by permet de réintroduire le terme source de la diathèse active, indépendamment de son caractère animé ou inanimé, ou encore du degré d’agentivité impliqué par le procès :

25. He was kicked in the groin by the headmaster

+ agentif

26. He was interrupted by the headmaster.

27 .He was interrupted by a noise.

28. He was accompanied by the headmaster.

29. Her house was surmounted by a cupola.

- agentif

27On peut choisir d’utiliser le terme agent comme un étiquetage métalinguistique neutre, toutefois comme que le remarque F. Visser (1984 : 2177) :

28One is inclined to ask whether the designation agent does not tend to become a misnomer on account of its being extended to everybody and everything that can be interpreted simply as the case of what happens in the passive sentence.

  • 7 Pour une présentation claire du passif en termes d’inaccusativité, voir J.-C. Khalifa (2008). Pour (...)

29Plus que la dimension sémantique, c’est ainsi la structure passive elle-même qui semble permettre la réintroduction du terme source puisqu’elle constitue apparemment la seule donnée constante. Le deuxième argument est que le terme source ne peut pas être réintroduit dans les médiopassifs, qu’ils soient de type « ergatif » ou de type « moyen ». En effet, des différentes formes d’inaccusativités7, le passif est la seule forme qui autorise la réintroduction du « complément d’agent » :

30.

The door was opened.

31.

The door was opened by a locksmith.

32.

The door opened. (type ergatif)

33.

*The door opened by a locksmith.

34.

This door opens easily. (type moyen)

35.

*This door opens easily by a locksmith.

  • 8 Un énoncé comme le suivant apparaît comme un contre-exemple : The door opened by magic. En fait, on (...)

30Le statut de « terme source » dans la relation primitive – même avec une relation canoniquement agentive – n’est donc pas une condition suffisante pour rendre compte du syntagme en by. En effet, le terme source ne pouvant être réintroduit que dans les contextes de type passif8, il semble que ce soit là encore vers la spécificité même de la structure passive qu’il faille se tourner.

31Si on décrit la spécificité de cette structure comme une relation attributive entre le terme de départ (=le sujet) et un participe passé par le biais de la copule be, on peut émettre l’idée que le terme de départ se trouve identifié à la représentation de l’état résultant. Ainsi si on compare les deux constructions auxiliées suivantes :

36.

The cat was drowned.

37.

The cat has drowned.

32Dans le cas du present perfect, l’auxiliaire have construit un repérage de l’ensemble de la relation ergative <the cat, drown> par rapport à la Situation origine (repérage en différenciation). En revanche, avec le passif, le repérage s’opère entre le sujet et le participe passé (le cas de figure serait analogue avec le participe présent). Projetée sur le cadre formel décrit plus haut, cette relation pourrait se récrire de la manière suivante :

The cat   was   (the cat)drowned

a   [       be      ] aétat résultant

33On en revient à l’idée d’un processus borné, et donc d’un intervalle, dont le fermé (i.e. la borne de droite) correspond alors au passage à l’état résultant, et ainsi au changement d’état du terme de départ, ce qui est en accord avec la lecture dynamique qu’imposent les passifs en by :

38.

The door was closed. (ambigu: statique ou dynamique)

39.

The door was closed by the warder. (nécessairement dynamique)

34On peut préciser la spécificité de by en le comparant à d’autres prépositions concurrentes dans les structures passives, notamment with. Dans un scénario idéal on pourrait s’attendre à ce que with fonctionne avec les adjoints exprimant l’instrument, alors que by introduirait l’initiateur du procès.

40.

He was killed with a knife by his wife.

35Mais en réalité, il n’est pas rare que by puisse alterner avec with pour introduire un complément d’instrument :

41.

He was killed by/with a knife.

36A l’inverse, with ne permet pas de construire un complément d’agent ; ainsi, He was killed with his wife aurait une lecture comitative. L’hypothèse que l’on peut faire autour de ces constats est que le repérage se construit en différenciation de la source avec with (l’instrumental se définissant alors comme une extension de l’agentivité), et en différenciation du but avec by. A nouveau, considérons les deux emplois méronymiques cités plus haut :

17.

I held her by the other arm.

17

a. He held her with the other arm.

37Partant d’une relation [he, hold, her], on comprend que with implique un repérage de arm avec le terme initial du processus (he), et by avec le terme final (she). On peut rapprocher cette propriété du fonctionnement de by avec le passif, dans le sens où c’est également à partir du terme du processus que s’effectue le repérage. La prise en compte de la borne de fin, voire d’une finalité, est une propriété centrale de by. Ainsi, si l’on compare :

42.

By placing the reservation I ensured that we would have a table on the busiest day of the year.

43.

In placing the reservation, I committed myself to the date.

38Là encore, by est lié à une finalité, alors que in décrit une relation de cause à effet objective. La syntaxe semble d’ailleurs refléter la relation temporelle de cette causalité stricte puisque l’on peut difficilement extraposer la cause efficiente (exprimée par la gérondive) :

44.

?? I committed myself to the date in placing the reservation.

39En revanche, avec by, la cause finale (exprimée par la principale) peut être antéposée ou extraposée (sans doute en raison de son double statut de cause finale et de conséquence effective) :

45.

I ensured that we would have a table on the busiest day of the year by placing the reservation.

40On peut aller plus loin en notant que, au-delà de la source causale, by permet également d’exprimer le moyen, que l’on peut distinguer de l’instrument par le fait qu’il ne s’agit pas de référer à l’objet intermédiaire entre la source et le résultat, mais d’une qualification du mode de processus :

46.

He was killed with poison. (Someone used poison to kill him)

47.

He was killed by poison. (as opposed to any other means)

41On note alors que with est exclu lorsque l’on a l’expression du moyen stricto sensu :

48.

He was killed by/*with poisoning.

49.

He was killed by/*with hanging.

42Partant de ce mode d’analyse, on pourrait proposer de définir la distinction entre les notions d’instrument, de moyen et de manière de la façon suivante :

Quantitatif

(instrument effectif)

Qualitatif

(modalité processuelle)

He was killed with a knife

Instrument

He was killed by knife

moyen

He was killed with ease

manière

+ perlatif

(→ passage à résultat)

– perlatif

(→ agentivité)

43Ainsi plus que trois concepts isolés, on pourrait considérer que l’on a une articulation de composantes qui permet un passage plus souple d’une zone sémantique à une autre, tout en reposant sur des critères stables et identifiables.

Conclusion

44Cet article a cherché à organiser les différents emplois de by selon un nombre restreint de composantes sémantiques, qui peuvent se résumer à la prise en compte d’une différenciation entre deux points constitutifs d’un même domaine. Les distinctions de valeurs sont alors induites par différentes variations contextuelles sémantiques ou syntaxiques : nature spatiale ou temporelle du repère, nature processuelle du repéré et/ou du repère, diathèse active ou passive. Cette approche est nécessairement allusive ; on pourrait difficilement concevoir un article qui aborderait un marqueur prépositionnel de manière exhaustive, et de fait il n’est pas un seul emploi parmi ceux mentionnés ici qui ne laisse entrevoir de nouvelles problématiques. Le cas du complément d’agent, notamment, pose le problème particulier de l’articulation entre d’une part des propriétés sémantiques dérivées d’une topologie et d’autre part une « topologisation » de la structure SVO. L’hypothèse d’une relation entre topologie sémantique et topologie syntaxique comme interface a notamment été explorée dans L. Dufaye 2012a et devra faire l’objet de développements ultérieurs.

Top of page

Bibliography

Bennett, D. (1975), Spatial and temporal uses of English prepositions: An essay in stratificational semantics, London: Longman Linguistics Library.

Bolinger, D. (1971), The Phrasal Verb In English, Harvard University Press.

Cappelle, B. (2005), Particle Patterns in English, A Comprehensive Coverage, Thèse de Doctorat, Université Catholique de Louvain.

Chauvin, C. (2005), “Parcourir l’espace : quelques emplois de through”, Parcours Linguistique, C.I.E.R.E.C. travaux 122, Saint-Etienne : PUSE ; pp. 183-199.

Corston-Oliver, M. (2000), “A Cognitive Account of the English Meronymic By Phrase” In Lisa J. Conathan et al., (eds.), Proceedings of the 26th Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society, Berkeley Linguistics Society: Berkeley, CA. 65-76.

Culioli, A. (1985), Notes du séminaire de D.E.A. 1983-1984, éditées par le Département de Recherches Linguistiques : Université Paris VII.

Deschamps, A. (1999), “Essai de formalisation du système modal de l’anglais”, Les opérations de détermination: quantification/qualification, Collection l’Homme Dans la Langue, Paris : Ophrys, pp. 269-285.

Desclés, J.-P. et Guentcheva Z. (1980), “Construction formelle de la catégorie grammaticale de l’aspect”, David, J. et Kleiber, G. (eds.), La notion d’aspect, Actes du colloque du Centre d’Analyses syntaxiques de l’Université de Metz, pp.195-237. 

Dufaye, L. (2012a), “Away : A Case of Aspectual Schizophrenia Explained By Argument Properties”, Martine Sekali & Anne Trévise (éds.), Mapping Parameters of Meaning, Cambridge: Cambridge Scholars Publishing; 31-46.

Dufaye, L. (2012b [à paraitre]), “Valeurs spatiales et temporelles de By : repérage au sein d’un intervalle adjacent”, Jean-Marie Merle & Agnès Steuckardt (éds.), Prépositions & aspectualité, collection Faits de langues, Paris : Ophrys.

Dufaye, L. (2009), Théorie des opérations énonciatives et modélisation, Paris: Ophrys.

Gatelais, S. (2010), “with est-elle une préposition spatiale?”, Espace-Temps Anglais, Collection Faits de Langue: 109-121.

Gettliffe, P. (1999), Verbes prépositionnels et verbes à particules, Paris : Ellipses.

Gilbert, E. (2004), “Ebauche d’une formalisation des prépositions in, on et at”, CYCNOS, n°21, Nice.

Gilbert, E. (2003), “Across, by et through, Considérations sur les conditions de représentation métalinguistique des prépositions”, Anglophonia n°14, Presses Universitaires du Mirail; pp. 37-61.

Girard, G. (2005), “Les constructions en start up, start out, start off”, Sémantique et syntaxe des particules verbales en anglais, Colloque de Monbazillac des 15 et 16 septembre 2005, organisé par C. Delmas et N. Quayle, Groupe de recherche SESYLIA - Université Paris 3.

Heine, B. & Kuteva, T. (2006), The Changing Languages of Europe, Oxford University Press.

Herskovits, A. (1986), Language and Spatial Cognition: An Interdisciplinary Study of the Prepositions in English, Cambridge: CUP.

Khalifa, J.-C. (2008), “Le Problème du passif en grammaire générative: perspective historique”, Le Passif, Journée de l’ALAES, Université Paris 7 : http://djamet42.free.fr/ALAES/Concours/2008/Le%20passif/passif_Khalifa.pdf

Lindstromberg, S. (1997), English Prepositions Explained, John Benjamins Publishing Company.

Malinier, Y. (2009), “A Propos de by et du complément introduit par cette préposition dans les énoncés passifs anglais”, communication orale dans le cadre du groupe de recherches Constantes et variations du 15 mai 2009, Université Paris 7.

McIntyre, A. (2002), “Introduction to the Verb-Particle Experience: Semantics, Argument Structure and Morphology”, Unpublished manuscript, University of Leipzig.

Santin-Guettier, A.-M. (2007), “Quelques Réflexions sur by en anglais”, Anglophonia n°22, Presses Universitaires du Mirail; pp. 117-128.

Sturtevant W. C. & Goddard I. (Eds.), (1996), Handbook of North American Indians: Languages, Government Printing Office.

Visser, F. T. (1984), A Historical Syntax of The English Language, Part 3, leiden, Brill.

Wierzbicka, A. (1993), “Why Do We Say In April, On Thursday and At 10 O’Clock; In Search Of An Explanation”, Studies In Language, 17-2, Amsterdam.

Top of page

Notes

1 Rappelons que le sens d’origine de by est parfois présenté comme ayant eu une valeur proche de about (e.g. P. Gettliffe 1999 : 29) ou de around (A.-M. Santin-Guettier 2007 : 118). Si tant est qu’on puisse décrire un sens d’origine en l’illustrant avec un marqueur contemporain du même paradigme, l’idée que « les sèmes originels traversent les siècles et créent une unité entre les emplois éclatés de BY » (A.-M. Santin-Guettier 2007 : 117) pose problème à tout un ensemble de niveaux : ainsi pour ne prendre que le cas des valeurs temporelles, You’ll have the report by Monday implique que le rapport sera remis lundi voire avant mais pas après, et de ce point de vue le rattachement à des valeurs de type around/about ne se justifie pas dans une démarche métalinguistique visant à rendre compte de by dans le système actuel de l’anglais.

2 L’expression by design semble problématique selon cette analyse ; on peut penser qu’à la différence de on purpose, by design induit la prise en compte de modes de validation différentiels, ce qui va dans le sens de la locution comme whether by design or accident. Mais surtout, alors que on purpose souligne essentiellement le degré d’agentivité, by design induit l’idée d’une finalité, d’un but à atteindre. On a ainsi le schéma à trois termes de by avec d’un côté un procès, de l’autre une finalité, by venant ainsi qualifier la relation de l’un à l’autre.

3 B. De Giorgi, que nous remercions ses commentaires, cite le cas d’un slogan pour des smartphones : Write SMS By Voice, qui rejoint la même analyse, au sens où l’adjoint réfère à un mode opératoire inattendu et donc différencié du mode d’action par défaut.

4 side by side, on le comprend, est un cas différent (voir section suivante sur la co-orientation).

5 Voir entre autres M. Corston-Oliver qui rappelle par exemple que si l’inférence suivante est correcte I grabbed Chris by the hand → I grabbed Chris, en revanche, on n’aura pas I plucked Chris by the sleeve *I plucked Chris.

6 Sont donnés ici les premiers verbes qui apparaissent dans le Corpus Of Contemporary American English (COCA) pour la recherche music to * to.

7 Pour une présentation claire du passif en termes d’inaccusativité, voir J.-C. Khalifa (2008). Pour rappel, l’inaccusativité désigne les structures propositionnelles où le sujet de surface ( = le terme de départ) correspondrait à l’objet en structure profonde ( = le terme but). La voix passive, bien qu’elle puisse paraître prototypique en ce sens, est loin d’être la seule manifestation de ce principe. Ainsi, dans un cas tel que The ship sank, le sujet the ship correspond à l’instance qui subit l’action : The torpedo sank the ship. On peut reconnaître les inaccusatifs avec alternance agentive-causale (on parle aussi d’« alternance ergative ») et les inaccusatifs sans alternance causale. Les inaccusatifs sans alternance causale (eg.arrive ou appear) sont exclus de facto de cette analyse car ils se caractérisent par une absence stricte de terme source (*Something/Someone arrived John). Les inaccusatifs avec alternance causale, quant à eux, se subdivisent en deux catégories : les « moyens », qui sont des prédications génériques et qualifiantes (This book sells (well)) et les « ergatifs », qui ont une valeur événementielle spécifique (The vase broke). Ce sont ces deux derniers cas qui retiennent ici notre attention – et plus spécifiquement les constructions ergatives – puisqu’il s’agit de procès qui sont compatibles avec l’interprétation d’un terme source, alors même que celui-ci ne peut jamais être réintroduit, à la différence des structures passives.

8 Un énoncé comme le suivant apparaît comme un contre-exemple : The door opened by magic. En fait, on peut avancer comme explication que l’on a affaire à un cas de Qualification et non un cas de réintroduction du terme source ; on pourrait paraphraser l’énoncé par The door opened (as if) by magic. Autrement dit on a un cas de Qualification par différenciation de la représentation par défaut qui veut que le procès se déclenche sous l’effet d’un agent ou d’une cause externe. By magic spécifie alors un mode de validation différentiel par rapport au cas de figure normal.

Top of page

List of illustrations

URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/160/img-1.png
File image/png, 52k
Top of page

References

Bibliographical reference

Lionel Dufaye, « Analyse des emplois non locatifs de BY », Anglophonia/Sigma, 16 (32) | 2012, 85-97.

Electronic reference

Lionel Dufaye, « Analyse des emplois non locatifs de BY », Anglophonia/Sigma [Online], 16 (32) | 2012, Online since 24 December 2013, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/160 ; DOI : 10.4000/anglophonia.160

Top of page

About the author

Lionel Dufaye

Université Paris Est, LISAA (EA 4120), UPEMLV, F-77454, Marne-la-Vallée, France

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org