Skip to navigation – Site map

Incompatibilité du génitif et des constructions à tête adjectivale (*the disabled’s working conditions) – invariant sémantique et contrainte syntaxique sont-ils conciliables ?

Evelyne Chabert
p. 151-163

Abstract

NPs with adjectival heads (the rich, the French) cannot be used as modifiers in genitive constructions (*the disabled’s working conditions), but require the use of an of-phrase (the working conditions of the disabled).
The aim of this paper is to try to account for this syntactic constraint by relating it to some semantic or pragmatic factor(s) that might explain why adjectival heads invariably trigger the selection of the of-phrase rather than that of the genitive.
Such NPs are checked against three models (Henri Adamczewski’s, Ronald Flintham’s, and the author’s own), which are supposed to account for the factors at play in the choice between the genitive and the of-phrase. It appears however that none of these theories provides a satisfying explanation, since the construction in every case is shown to have all the properties required to be compatible with the genitive.
The paper argues that the incompatibility is syntactic in essence and that it resides in the elliptic nature of adjectival heads. It also poses the question of the fallibility of semantic or pragmatic models, insofar as the invariant value that they put forward fails to relate the syntactic behaviour of each and every NP to some core semantic or pragmatic factor.

Top of page

Full text

1Génitif et construction périphrastique en OF (ci-après GEN et OF respectivement) sont des structures syntaxiques souvent considérées dans la littérature linguistique française comme formant un micro-système en ce qu’elles ont à la fois une intersection et une spécificité fonctionnelles. En d’autres termes, the car’s engine et the engine of the car ont en commun l’expression d’une relation de sens entre les référents des deux GN (glosable dans ce cas par the car has an engine) ; cependant, le GEN apporte sur cette relation un commentaire qui diffère de celui qui est véhiculé par OF. Deux modèles principaux ont été construits dans le but de rendre compte de la représentation différente de la relation qui est proposée par le destinateur lorsqu’il sélectionne l’une ou l’autre des deux constructions : l’un relève de la grammaire métaopérationnelle (Adamczewski et Delmas 1998), et l’autre de la théorie des opérations énonciatives (Flintham 1990).

2Ces théories se concentrent sur les cas où GEN et OF sont des variantes syntaxiques libres (c’est-à-dire interchangeables formellement), et laissent dans l’ombre les cas où ces formes, rebelles soit à la flexion en ’s, soit à la mise en relation par la préposition of, sont en distribution complémentaire. Leur emploi est alors contraint par des impératifs syntaxiques (ou du moins qui apparaissent a priori comme tels).

  • 1 Nous avons répertorié au total 13 cas d’exclusion de OF au bénéfice du GEN (Chabert 1997 : 111)

Voici une liste, loin d’être exhaustive, de cas où le GEN s’impose1 :
en cas d’ellipse du nom-tête

  • 2 Ce sont là des constructions génitivales que nous nommons « analogiques » car nous les estimons cal (...)
  • 3 Nous avons répertorié au total 8 cas d’exclusion du GEN au profit de OF (Chabert 1997 : 111)

(1)

Gerard’s hair shone and curled like a boy’s. /* of a boy (Iris Murdoch)

en cas de GEN de mesure

(2).

Then after a moment’s hesitation /*the hesitation of a moment she kissed Lily. (Iris Murdoch)

en cas de GEN analogique d’origine (géographique ou intellectuelle)2

(3).

Britain’s Rolls Royce/*the Rolls Royce of Britain will also participate in the venture (…). (The Observer)

(4).

He took a paperback edition of Matthew Arnold’s Culture and Anarchy/*the Culture and Anarchy of Matthew Arnold. (Iris Murdoch)

en cas de nom tête gérondif avec rapport sujet verbe entre le modificateur et la tête

(5)

(…) a framework for fitting in this new information about Harry’s having been writing /* the having been writing of Harry. (Charles Fillmore)

Parallèlement, et toujours sans exhaustivité, c’est OF qui s’imposera3 :
en cas de recours au GEN postposé (ou « double génitif » : N1 OF N2’s)

(6).

Robyn didn’t understand this remark of Philip Swallow’s / *this Philip Swallow’s remark (Iris Murdoch)

quand le nom tête est un nom verbal avec rapport verbe objet entre la tête et le modificateur

(7).

(…) could you report the explanation in general terms, without further naming of persons? /*persons’ naming. (Iris Murdoch)

en cas d’adjectif substantivé en fonction de modificateur

(8).

(…) the working conditions of the disabled/*the disabled’s working conditions (…). (The Observer)

3On trouve donc une liste d’emplois apparemment hétéroclites qui semblent imposés par la langue au lieu de procéder d’un choix énonciatif, et dont les modèles ne tiennent pas compte. Face à cette coexistence, le linguiste est placé devant une alternative. Il peut accepter l’idée de l’existence de l’arbitraire syntaxique, postuler que ces verrouillages en sont des manifestations, et renoncer ainsi à les expliquer. Mais on peut aussi, dans une optique plus large, viser à mettre ces faits à l’épreuve du modèle, dont la puissance explicative doit alors être suffisamment grande pour embrasser et justifier tous les cas : variation libre comme distribution complémentaire.

4L’objet de cette étude est d’apporter des éléments de réflexion à cette problématique très large en la circonscrivant à un cas d’agrammaticalité du génitif anglais, celui des constructions nominales où la tête est adjectivale (parmi lesquelles on trouve l’adjectif dit substantivé en fonction de modificateur (v. (8) supra). Il s’agira donc dans ces pages de chercher à savoir si l’agrammaticalité de ces structures est motivée (sémantiquement ou pragmatiquement).

5La démarche s’organise en trois temps. Un exposé liminaire succinct donnera une présentation de ces constructions nominales d’un type particulier. Puis elle seront confrontées à trois modèles à invariant : ceux de Flintham (1990) et d’Adamczewski et Delmas (1998) tout d’abord, parce que ce sont les plus reconnus en France, puis au nôtre, que nous exposerons également, l’objectif étant de vérifier si ces théories sont en mesure d’expliquer ce blocage syntaxique. Les résultats conduiront, dans une dernière phase, à l’élaboration d’un certain nombre de conclusions, portant principalement sur la faillibilité des modèles à invariant.

1. Constructions nominales à tête adjectivale

6On reconnaît généralement que la structure canonique d’un groupe nominal anglais consiste en l’association d’un déterminant et d’un nom-tête : DET + NT.

7Un adjectif en emploi d’épithète antéposée est un constituant optionnel inséré entre ces deux éléments obligatoires ; soit, schématiquement : DET (+ADJ) + NT.

8Or il arrive que l’on trouve des GN dans lesquels la séquence ADJ+NT se réduit à une tête adjectivale, que nous noterons ADJT, soit : ADJ + NT = ADJT. Le GN est alors constitué de DET + ADJT.

  • 4 La fusion ne concerne pas toujours les structures contenant un adjectif, mais peut se produire par (...)

9Huddleston et Pullum (2002 : 410) utilisent le terme de fused-head constructions pour renvoyer à l’ensemble des structures où la tête nominale est remplacée par un élément d’une autre catégorie grammaticale4. Nous désignerons désormais ces constructions par l’expression construction à tête adjectivale (ci-après CTA).

Nous retiendrons pour notre étude les trois variantes principales de ce type de syntagme :

  • 5 L’on reconnaîtra dans le type (iii) ce que la grammaire française nomme adjectif substantivé.

- Type (i) (ci après CTASUP) : ADJT est un ADJ au superlatif

(9)

I went up that skyscraper in Boston, but the tallest is in Chicago. (Huddleston 2002 : 416)

- Type (ii) (ci-après CTAORD) : ADJT est un ADJ ordinal

(10)

I wanted to catch the next train, because the last will be too late. (Huddleston 2002 : 416)

- Type (iii) (ci après CTASUBST) : ADJT dénote une classe ((11a) et (11a’)) ou un concept abstrait ((11b))5

(11a)

How will the new system affect the very poor? (Huddleston 2002: 417)

(11a’)

The French do these differently from the Dutch. (Huddleston 2002: 410)

(11b)

This is verging on the immoral. (Huddleston 2002 : 417)

Recensons les caractéristiques de ces trois constructions. On en dénombre sept.

    • 6 Nous reviendrons sur ce point dans le §3 infra.

    On relève tout d’abord que, lorsque l’ADJT est un superlatif ou un ordinal, la fusion ADJ + NT résulte de l’ellipse du NT. En revanche, et pour reprendre l’argument de Huddleston et Pullum (2002 : 420), lorsque l’adjectif est substantivé, il semble qu’il ne puisse y avoir de NT élidé. En effet, en (11a) ou (11a’), l’insertion de people induirait un passage à une référence spécifique (the very poor people, the French people, etc.), donc une modification radicale du sens du GN, et en (11b) il n’est possible, apparemment, de réintégrer aucun lexème susceptible de faire fonction de tête6.

    • 7 Mis à part le cas particulier de l’adjectif ordinal, comme dans After having a first child, I didn’ (...)

    Pour ce qui est des possibilités de détermination de ces formes, il apparaît qu’elles excluent tout autre DET que l’article défini7.

  • En termes de pré-modification, les structures de type (i) (CTASUP) n’en acceptent pas, celles de type (ii) (CTAORD) non plus, mis à part last et first qui peuvent être précédés de l’adverbe very. Quant aux adjectifs substantivés, soit ils ne sont pas compatibles avec la modification (comme en (11a’)), soit ils ne peuvent être modifiés que par un adverbe (the very poor, the utterly impossible).

  • Aucune de ces formes n’accepte la marque flexionnelle du pluriel. Cependant, l’accord verbal de l’adjectif substantivé dénotant une classe est toujours pluriel (v. (11a’) par exemple).

  • Le spectre de référence (c’est-à-dire les potentialités référentielles) est limité à endophorique-anaphorique pour les CTASUP et les CTAORD, et à générique pour les CTASUBST.

  • Les CTASUBST forment un ensemble fini : tous les adjectifs ne se laissent pas substantiver. Il semble que l’on ne soit pas là face à un processus productif, mais à un ensemble conventionnel composé majoritairement d’adjectifs ayant la faculté de renvoyer à des référents dont la représentation mentale est antérieure à l’énonciation. Larreya et Rivière (2005: 219) en dressent une liste partielle: rich, poor, handicapped, disabled, sick, injured, wounded, dead, old, aged, young, blind, deaf, … On remarquera également à cet égard que tous les adjectifs de nationalité ne se prêtent pas à une recatégorisation en CTA : si the French ou the Dutch par exemple en font bien partie (*a French, *several Frenches, etc), American relève du processus de conversion et se trouve totalement nominalisé (an American, several Americans, etc).

  • Rappelons enfin l’incompatibilité avec le génitif non seulement de l’adjectif substantivé (v. (8) supra), mais de l’ensemble des CTA, ce qui inclut donc l’ADJT au superlatif et l’ADJT ordinal :

(12)

I saw many ugly skyscrapers in New York, but I liked *the tallest’s architecture.

(13)

Many of the houses that we visited were expensive, but *the last’s/the second’s price was higher still.

10En (8), (12) et (13), seule la construction en OF est acceptable: the working conditions of the disabled, the architecture of the tallest, the price of the last/of the second.

11Pourquoi donc ces formes sont-elles réfractaires au génitif ? Les modèles expliquant la variation GEN et OF permettent-ils de comprendre cette propriété ?

2. Les constructions à tête adjectivale mises à l’épreuve de l’invariant sémantique du génitif

12Nous proposons de passer les constructions à tête adjectivale au crible de trois modèles explicatifs, afin de vérifier si la valeur sémantique proposée comme invariant du génitif est bien incompatible avec ces structures syntaxiques.

2.1 Relation thématique, ou « soudée »

  • 8 Pour une critique de ce modèle, v. Chabert 2011
  • 9 Chez Adamczewski, ce terme est à peu près synonyme d’antériorité cognitive.

13Pour Adamczewski et Delmas (1998), l’invariant de la structure génitivale réside dans le type de relation qu’entretiennent le référent de la tête et celui du modificateur8. Le choix entre les deux structures est déterminé par le degré de présupposition9 de la relation. On emploiera un GN génitival pour signaler (en guise de métacommentaire) que la relation est de l’ordre du thématique : présupposée, forgée antérieurement à l’emploi du GN génitival (le préalable pouvant être textuel ou, plus largement, cognitif). Adamczweski évoque aussi métaphoriquement une relation soudée (1998 : 230). En revanche, si les deux référents que dénotent tête et modificateur font l’objet d’une représentation séparée dans l’esprit du destinataire avant l’énonciation, et ne sont réunis que pendant l’acte de dire, alors la relation est non soudée, rhématique, et c’est OF qui code cette métaopération.

14Comment ce modèle rend-il compte du fait que les CTA soient rebelles au GEN ? On peine à concevoir qu’elles puissent avoir une propriété définitoire qui leur interdirait une mise en relation thématique avec une tête nominale. Pour ce qui est tout d’abord des CTA de type (i) et (ii) (CTASUP et CTAORD), on observe que, dans un texte donné, si elles entrent dans la composition d’une relation en OF, et que cette relation est reprise dans le contexte de droite, passant ainsi d’un statut rhématique (première mention) à un statut thématique (reprise), elles ne seront pas pour autant restructurées en relation génitivale, comme le prévoit pourtant la théorie adamczewskienne.

Considérons par exemple cet énoncé, extrait de Delmas 1993 (p. 137)

(14)


This sets up a magnetic field (…) which reacts with the radial magnetic field of the permanent magnet. Since the strength of the permanent magnet’s field is uniform, this torque is directly proportional to the current flowing in the coil.

Modifions maintenant (14) en y insérant une CTA :

(14’)



This sets up a magnetic field (…) which reacts with the radial magnetic field of two permanent magnets. Since the strength of *the first’s field/ *the second’s field is uniform, this torque is directly proportional to the current flowing in the coil.

15Une relation construite en discours par OF lors d’une première mention, puis reprise par le génitif, est typiquement un cas de relation soudée. Or le bloc thématisé, du fait que son modificateur soit une CTA, résiste à la mise en relation par la flexion génitivale.

16Par ailleurs, les CTA de type (iii) (CTASUBST) ne sont pas non plus réfractaires a priori, de manière intrinsèque, à la soudure relationnelle. Par exemple, le GN the power of the occult renvoie sans nul doute à un présupposé relationnel, analysable en termes d’acquis cognitif. Il en va de même pour the eating habits of the French, the hard lives of the very poor, ou toute autre relation dont la représentation fait partie de stéréotypes cognitifs.

2.2 Stabilité référentielle du modificateur

17Flintham (1990) recherche le fait explicateur du génitif dans le rapport entre le modificateur et le texte dans lequel il s’inscrit, et propose de voir dans le modificateur un élément doté d’une grande stabilité référentielle, c’est-à-dire associé à un référent aisément repérable, localisable (1990 : 100). Cette condition découle de la fonction même de modificateur génitival, dont il estime qu’il sert de repère référentiel à la tête du GN.

18Selon l’auteur, la stabilité référentielle, qui n’est pas une notion bipolaire, mais s’évalue sur un gradient, est à son maximum dans le nom propre, a des degrés divers en fonction du type de détermination nominale adjoint au modificateur (la détermination définie donnant plus de stabilité référentielle que l’indéfinie), et grandit si divers moyens discursifs sont à l’œuvre, relevant du « frayage verbal » (1990 : 103).

19C’est ce qui explique par exemple le foisonnement du GEN dans le texte scientifique (base du corpus de Flintham), centré sur un domaine topique particulier, et qui de ce fait procure une « grande cohérence de l’objet de discours » (1990 : 93).

20Se pose donc ici la question du degré de stabilité référentielle de la CTA, qui devrait être des plus faibles, voire nulle, puisqu’elle interdit le recours au GEN.

21C’est pourtant l’observation contraire qui s’impose clairement, car elles présentent des propriétés qui sont des gages de stabilité référentielle :

  • Les CTA sont des expressions définies, signal de repérage non problématique du référent.

  • Les CTA de type (i) et (ii) (CTASUP et CTAORD) sont des structures anaphoriques, et donc nécessairement le fruit d’un « frayage verbal » (v. supra), d’une construction textuelle préalable sans laquelle l’interprétation du GN serait impossible.

  • Les CTA de type (iii) (CTASUBST) renvoient, c’est une de leurs propriétés intrinsèques, définitoires, à des référents génériques relevant de l’anaphore cognitive (v. §1 supra).

22Sans conteste donc, les CTA sont dotées d’une stabilité référentielle intrinsèque, et devraient sans difficulté pouvoir jouer le rôle de repère référentiel pour une tête dans un schéma génitival.

2.3 Accessibilité référentielle du modificateur

2.3.1 Présentation du modèle

  • 10 Alain Berendonner distingue, dans un GN, la composante instructionnelle, matérialisée de manière ca (...)

23Le modèle que nous défendons repose sur l’idée que la condition d’emploi du GEN, et par là la différence entre GEN et OF, réside dans le degré d’accessibilité référentielle du modificateur. Il se fonde sur l’observation suivante : le génitif dit déterminatif est une structure dans laquelle la fonction de déterminant du Ntête est assurée par le modificateur. Celui-ci, qui est la « composante instructionnelle »10 du GN, n’est cependant pas un déterminant comme un autre : il a pour fonction de permettre, à lui seul, chez le destinataire, l’accès mental au référent du N tête.

Prenons un exemple:

(15)




The French authorities took another employee at the French bank Société Générale into custody in connection with a trading scandal that the bank said had cost it nearly € 5 billion. The Paris financial police searched the bank’s trading room in La Défense, the business district west of Paris, Wednesday morning (…). (International Herald Tribune)

24Dans le GN the bank’s trading room, la fonction de the bank est de donner accès au référent de sa tête, trading room. Contrairement à l’article défini auquel il est à tort souvent comparé, ce déterminant très particulier ne nécessite pas de relais cognitif. En effet, le GN the bank ne peut s’interpréter que par appui sur le co-texte, ou sur le contexte. L’article défini signale que l’accès au référent est non problématique, mais la représentation mentale du référent est fournie non par le GN lui-même, mais par des indications contextuelles ou co-textuelles (des relais cognitifs extérieurs au GN). Le modificateur génitival, lui, rend l’accès au référent non-problématique. En ce sens, c’est un déterminant d’une puissance supérieure à celle de THE, puisque sa fonction est d’établir à lui seul la référence du N tête. Par conséquent, le génitif est une opération de double repérage : repérage du référent du N tête via le repérage du référent du modificateur.

25De ce fait, construire un GN au génitif, c’est, pour le destinateur, choisir un modificateur approprié. De la même façon que, pour donner à un passant la direction d’un lieu, on s’appuiera sur des repères que l’on estimera connus de lui (par exemple, le bureau de poste, ou tel bâtiment célèbre de la ville, plutôt que la maison où l’on a soi-même vécu enfant), on choisira des repères référentiels susceptibles de conduire le plus efficacement possible son destinataire vers la représentation mentale du référent du GN génitival.

  • 11 Notion proposée et développée par Mira Ariel (Ariel 1988, 1990, 2008)

26Ce pouvoir référentiel se mesure en degré d’accessibilité référentielle11, notion elle-même corrélée à celle d’activation mémorielle. Les entités du monde extra-linguistique peuvent soit échapper à notre connaissance, soit être intégrées dans notre mémoire. Si nous avons certaines de ces entités bien présentes à notre mémoire, d’autres, au contraire, sont enfouies plus ou moins profondément. C’est ce degré de stockage mémoriel qui est désigné par le terme d’activation. De ce degré d’activation dépend l’accessibilité d’un référent : la capacité que nous avons en effet à nous le représenter mentalement, à le localiser dans le monde extralinguistique, est fonction de sa présence plus ou moins saillante dans notre mémoire. Par exemple, en (15) supra, le référent de the bank est doté d’un fort degré d’accessibilité dû à sa mention récente dans le texte-avant (the French bank Société Générale).

27L’accessibilité référentielle (ainsi que l’activation mémorielle) n’est pas une notion binaire, mais s’organise selon une échelle, définie par Mira Ariel, qui propose une corrélation entre accessibilité et forme grammaticale :

28Full name > long definite description > short definite description > last name > first name > distal demonstrative > proximate demonstrative > stressed pronoun > unstressed pronoun > cliticized pronoun > verbal person inflections > zero (Ariel 2008: 44)

29Le degré d’activation, donc d’accessibilité, croît lorsque l’on se déplace sur cette échelle de la gauche vers la droite.

  • 12 NB : il existe bien des cas où OF est employé avec un modificateur à haut degré d’accessibilité, ma (...)

30Nous tenons que le degré d’accessibilité du groupe génitival est, d’une part, supérieur à celui du GN défini court, puisqu’il donne accès au référent sans relais co-/con-textuel (v. supra), mais, d’autre part, inférieur à celui du nom de famille employé seul, car celui-ci a une propriété autoréférentielle, alors que le GN génitival, dont le modificateur fait fonction de déterminant, s’appuie sur un double repérage. On peut donc dire que le GN génitival s’insère, sur l’échelle d’accessibilité d’Ariel, entre « short definite description » et « last name ». Il s’ensuit que le modificateur génitival est lui-même un GN à forte accessibilité référentielle, condition sans laquelle il ne peut servir de repère pertinent à la représentation du N tête. Si tel n’est pas le cas, le modificateur n’est plus pourvu d’une fonction de détermination, et le recours à OF s’impose en relais12, comme dans (nous encadrons le modificateur) :

(16)

Paul Baggaley, the manager of [Waterstone’s in Charing Cross Road], says (…) (The Observer)

  • 13 On relève, globalement, une corrélation entre le degré d’accessibilité et la quantité de matériau l (...)

31Ici, l’expansion prépositionnelle in Charing Cross Road incluse dans le modificateur signale que la construction de sa représentation coïncide avec le temps de l’énonciation. Il n’y a donc pas de stockage mémoriel, ce qui rend impossible le recours au GEN (*Waterstone’s in Charing Cross Road’s manager)13.

2.3.2 Constructions à tête adjectivale et accessibilité référentielle

32Les CTA sont réfractaires à la fonction de modificateur de GEN. Il convient donc d’évaluer leur degré d’accessibilité pour le confronter au modèle proposé ci-dessus.

  • Les CTASUP et les CTAORD sont anaphoriques et résultent de l’ellipse du N tête. Or l’emploi de la forme , économique en termes de communication d’information, mais qui doit être économique aussi en termes d’efforts de reconstruction du lien à fournir par le destinataire, n’est possible que si le référent est particulièrement saillant dans sa mémoire. Autrement dit, l’emploi heureux d’une forme anaphorique (a fortiori si elle est elliptique : v. l’échelle d’Ariel §2.3.1 supra) repose sur un degré d’activation élevé de son référent : une structure anaphorique ne peut être que haut placée sur l’échelle d’accessibilité.

  • L’analyse que nous faisons des CTASUBST est similaire. Elles sont en effet quasiment autoréférentielles : employées hors de tout contexte, elles ont la faculté d’évoquer leur référent sans ambiguïté, ou presque, puisque celui-ci peut passer de la classe à la sous-classe (the poor vs the poor who live in Africa). Certaines CTASUBST, du type de the French ou the beautiful sont autoréférentielles sans réserve. On en déduit que les entités qu’elles dénotent sont stockées dans la mémoire de tout destinataire, que leur représentation mentale préexiste à l’énonciation.

33Nous en concluons que toutes les CTA sont dotées d’une accessibilité référentielle telle qu’elles ne devraient pas être rebelles à la fonction de modificateur génitival, et constatons, une fois de plus, l’inadéquation du modèle à ces structures.

3. Synthèse et déductions

34Mises en regard de trois modèles, les CTA placent l’observateur face à un paradoxe : quel que soit l’invariant convoqué, elles remplissent toutes les conditions pour pouvoir prétendre à la fonction de modificateur génitival : compatibilité avec une relation soudée, stabilité ou accessibilité référentielles intrinsèques. Et pourtant, rebelles au génitif, elles entrent exclusivement dans la composition de la construction concurrente en OF. Il s’ensuit donc nécessairement qu’aucun des trois modèles n’est apte à rendre compte du comportement syntaxique des CTA.

Contraints d’emprunter une autre piste, quittons le plan sémantique pour revenir au niveau de la syntaxe.

35Nous observons tout d’abord que les CTA sont des GN à structure lacunaire. En effet, leur tête adjectivale résulte, selon nous, CTASUBST incluses, d’une ellipse nominale, aboutissement de deux processus différents selon que la CTA est de type (i) ou (ii) (CTASUP ou CTAORD) ou bien de type (iii) (CTASUBST) :

Les CTASUP et CTAORD ont une tête élidée par anaphore. Reprenons (9) et (10) supra:

(9’)

I went up that skyscraper in Boston, but the tallest [--] is in Chicago.

(10’)

I wanted to catch the next train, because the last [--] will be too late.

36L’antécédent anaphorique (en gras) rend possible l’économie de la tête (représentée par [--]) dans la CTA.

37Les CTASUBST, quant à elles, contrairement à ce que soutiennent Huddleston et Pullum (v. §1 supra), sont également des structures elliptiques, mais dans leur cas, l’ellipse résulte non d’un processus anaphorique mais, selon nous, d’une métonymie. The very poor, qui se laisse gloser par the [people who are] very poor, est un GN dans lequel c’est l’expression d’un attribut (via l’adjectif) qui permet l’accès mental au référent. Cela s’applique également aux CTASUBST renvoyant à un concept abstrait (the beautiful, the immoral, v. (11b) supra) : même si la mise en évidence de la métonymie par une glose s’avère plus problématique, le simple fait de renvoyer à un référent par un adjectif est caractéristique de cette figure de style. Nous considérerons donc que l’adjectif substantivé est une métonymie conventionnelle. Par conséquent, là où Huddleston & Pullum réfutent l’idée d’une tête élidée du type the French, arguant du fait que the French et the French people s’opposent radicalement en termes de référence (v. §1 supra), nous tenons que la structure est bien elliptique, mais qu’elle est de la forme the French).

38Structure lacunaire donc, la CTA n’est pas une structure parfaitement nominalisée, mais plutôt une construction hybride, participant à la fois de l’adjectif et du nom. Ce déficit nominal, comme cela a été évoqué précédemment (v. §1 supra) se manifeste d’ailleurs à plusieurs égards dans son comportement syntaxique : compatibilité avec principalement un seul déterminant, THE ; pas de marque flexionnelle pour le pluriel ; modificateur adverbial exclusivement ; contraintes sur le spectre de référence. L’ellipse nominale que nous mettons ici en évidence constitue une lacune supplémentaire en termes de statut nominal.

39Très atypiques donc, les têtes adjectivales sont sélectives quant aux caractéristiques nominales qu’elles acceptent d’endosser. Puisque les CTA présentent des propriétés sémantiques potentiellement compatibles avec le génitif, mais qu’elles lui sont syntaxiquement réfractaires, nous ne pouvons que conclure que la contrainte syntaxique est prioritaire sur la propriété sémantique, et que le génitif ne s’accommode pas de modificateurs insuffisamment nominalisés. En d’autres termes, la contrainte syntaxique prime sur l’invariant sémantique.

40L’incompatibilité des CTA et du GEN illustre le fait que les modèles à invariant sémantique passés en revue ne fournissent pas de justification de l’existence de certaines données syntaxiques, qui apparaissent comme autant de contre-exemples. Or, pour être valide, un modèle doit pouvoir rendre compte de toutes les occurrences, sans exception, de la forme qu’il est supposé expliquer, ce qui inclut l’explication par des critères sémantiques de faits de syntaxe. Dans cette optique, la contrainte syntaxique pure ne peut exister ; il doit être possible d’en rendre compte en établissant une corrélation entre un comportement formel et la valeur sémantique de la construction. Nous tenons donc que si la théorie n’est pas systématiquement compatible avec les données observées, si l’on ne peut réconcilier l’invariant avec la loi syntaxique lorsqu’elle s’impose, alors le modèle demande à être revu et amélioré. Dans le cas contraire, on obtiendrait la mise au jour d’un invariant applicable aux structures en variation libre seulement, autrement dit d’un invariant partiel, notion qui à nos yeux présente une contradiction dans les termes.

Conclusion

41Les constructions à tête adjectivale sont incompatibles avec la structure génitivale. Observées à travers le prisme de trois modèles à invariant, elles présentent, sémantiquement ou pragmatiquement, toutes les propriétés requises pour être employées comme modificateur dans un GN génitival. Malgré tout, elles se comportent comme des structures autonomes vis-à-vis de la loi invariante.

42Elles opposent à la loi sémantique ou pragmatique une caractéristique syntaxique qui prend le pas sur l’invariant : leur degré insuffisant de nominalisation, dû en particulier à leur structure elliptique. De ce fait, la notion même d’invariant pour le couple GEN/OF est mise à mal. En effet, il apparaît que les modèles à invariant actuels ne peuvent prétendre à rendre compte que des cas où les deux structures sont en variation libre, c’est-à-dire syntaxiquement interchangeables : il semble donc que l’on puisse légitimement douter de l’existence d’un facteur commun de sens présent dans chacune de leurs occurrences.

  • 14 Voir à cet égard, à propos de la difficile cohabitation de l’invariant et de la diachronie, l’excel (...)

43En l’état actuel de la réflexion sur la motivation de la distribution des deux constructions, il faut bien admettre qu’il est impossible de ne pas faire appel à des critères hétérogènes, mêlant plan syntaxique et plan sémantico-pragmatique14.

44Chercher à toute force à dégager un invariant, en dépit des faits observés, pose problème tant sur le plan méthodologique que scientifique. Tout comme le contre-exemple met à mal la démonstration, le fait non-explicable, même unique, même marginal, suffit à invalider le modèle linguistique.

  • 15 Kerbrat-Orrechioni 2005 : 73

45Admettons alors que l’on puisse se positionner différemment face à la réalité linguistique à observer : sans poser a priori l’existence d’un fait explicateur unique qui mettrait ordre et sens à l’écheveau échevelé15 des faits langagiers, acceptons que la langue puisse contenir une part de désordre et d’arbitraire.

Top of page

Bibliography

Adamczewski Henri & Delmas Claude. 1998 (5ème éd.). Grammaire linguistique de l’anglais. Paris, Armand Colin.

Ariel Mira. 1988. “Referring and Accessibility”. In Journal of Linguistics 24 , Cambridge University Press: 65-87

Ariel Mira. 2001. “Accessibility Theory: An Overview”. In T. Sanders, J. Schliperoord & W Spooren (eds), Text Representation – Linguistic and Psycholinguistic Aspects. Amsterdam, John Benjamins: 29-87

Ariel Mira. 2008. Pragmatics and Grammar. Cambridge: Cambridge University Press.

Berrendonner Alain. 1995. « Quelques notions utiles à la sémantique des descripteurs nominaux ». In Tranel 23, Du syntagme nominal aux objets-de-discours. SN complexes, nominalisations, anaphores. Université de Neuchâtel, Suisse : 9-39

Chabert-Fioretti Evelyne. 1997. Génitif et construction prépositionnelle en OF en anglais contemporain. Thèse de doctorat, Université Stendhal-Grenoble3.

Chabert Evelyne. 2011. « Le Génitif anglais et la métaphore adamczewskienne de soudure ». In Anglophonia 30, Presses Universitaires du Mirail : 209-224

Delmas Claude et al. 1993. Faits de langue en anglais. Paris, Dunod.

Flintham Ronald. 1990. « Génitif et stabilité référentielle ». In SIGMA n° 14, Publications de l’Université de Provence : 91-110

Huddleston Geoffrey K. & Pullum Rodney. 2002. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge : Cambridge University Press

Kerbrat-Orecchioni Catherine. 2005. Le Discours en interaction. Paris, Armand Colin.

Larreya Paul & Riviere Claude. 2005. Grammaire explicative de l’anglais. Paris : Pearson Education France, 3ème édition.

Toupin Fabienne & Lowrey Brian. 2010. « L’invariant à l’épreuve de la diachronie ». In CORELA, vol. 8, n° 2, Université de Poitiers. http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1242

Top of page

Notes

1 Nous avons répertorié au total 13 cas d’exclusion de OF au bénéfice du GEN (Chabert 1997 : 111)

2 Ce sont là des constructions génitivales que nous nommons « analogiques » car nous les estimons calquées sur des structures génitivales préexistantes et plus courantes, du type Britain’s coast ou Matthew Arnold’s essay. Si ces dernières, qui foisonnent en anglais, sont en distribution libre avec OF, le génitif analogique, lui, n’a jamais de contrepartie prépositionnelle en OF (v. Chabert 1997 : 63).

3 Nous avons répertorié au total 8 cas d’exclusion du GEN au profit de OF (Chabert 1997 : 111)

4 La fusion ne concerne pas toujours les structures contenant un adjectif, mais peut se produire par exemple entre un déterminant et une tête, comme dans these few here (Huddleston 2002 : 416).

5 L’on reconnaîtra dans le type (iii) ce que la grammaire française nomme adjectif substantivé.

6 Nous reviendrons sur ce point dans le §3 infra.

7 Mis à part le cas particulier de l’adjectif ordinal, comme dans After having a first child, I didn’t want a second (Huddleston 2002 : 416)

8 Pour une critique de ce modèle, v. Chabert 2011

9 Chez Adamczewski, ce terme est à peu près synonyme d’antériorité cognitive.

10 Alain Berendonner distingue, dans un GN, la composante instructionnelle, matérialisée de manière canonique par le déterminant, de la composante descriptive, instanciée par le N tête et ses éventuels modificateurs (Berendonner 1995 : 9-39)

11 Notion proposée et développée par Mira Ariel (Ariel 1988, 1990, 2008)

12 NB : il existe bien des cas où OF est employé avec un modificateur à haut degré d’accessibilité, mais le traitement de ce point sortirait du cadre de cette étude.

13 On relève, globalement, une corrélation entre le degré d’accessibilité et la quantité de matériau linguistique composant le modificateur, les GN accessibles étant plus économiques à cet égard.

14 Voir à cet égard, à propos de la difficile cohabitation de l’invariant et de la diachronie, l’excellent article de Toupin et Lowrey (Toupin & Lowrey 2010)

15 Kerbrat-Orrechioni 2005 : 73

Top of page

References

Bibliographical reference

Evelyne Chabert, « Incompatibilité du génitif et des constructions à tête adjectivale (*the disabled’s working conditions) – invariant sémantique et contrainte syntaxique sont-ils conciliables ? », Anglophonia/Sigma, 16 (32) | 2012, 151-163.

Electronic reference

Evelyne Chabert, « Incompatibilité du génitif et des constructions à tête adjectivale (*the disabled’s working conditions) – invariant sémantique et contrainte syntaxique sont-ils conciliables ? », Anglophonia/Sigma [Online], 16 (32) | 2012, Online since 24 December 2013, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/188 ; DOI : 10.4000/anglophonia.188

Top of page

About the author

Evelyne Chabert

Université Stendhal-Grenoble 3 – EA 3016 - CEMRA

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org