Skip to navigation – Site map

Be to, grammaticalisation et ambiguïté énonciative

Françoise Lachaux
p. 165-182

Abstract

As the title indicates, this paper addresses the issues of grammaticalization and ambiguity, and the relation between the two, in the case of the be to construction.
As a verbal periphrasis devoid of any lexical element, only to be found in the simple present and simple preterite (*be to, *being to, *been to), and so very concise as to be labelled as “minimalist”, be to raises several challenging questions, concerning its alledged closeness to passive constructions (such as be supposed to / be expected to), and its superficial morphological similarity with have to.
The apparent absence of any marks of involvement on the speaker’s part, together with the cognitive gap created by the lack of lexical basis, leave a vacuum on the semantic and pragmatic levels: could grammaticalization be linked with some strategy of concealment and implicit modality?

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Selon D. BOTTINEAU, “he is to stay= he is supposed / expected (by somebody else) to stay at home” ( (...)

1Be to, périphrase verbale qui ne comporte aucun élément lexical, soulève plusieurs questions non résolues : apparentée à une construction passive modalisante de type be supposed to (/be expected to)1, elle n’existe, en discours, que conjuguée au présent ou au prétérit, et n’apparaît jamais en tant que base verbale, pas plus qu’elle n’accepte de suffixation en – ing ou -en : ni *be to, ni *being to, ni *been to.

  • 2 « Cette tournure est d’un style assez soutenu », J-C. GUEGAND, in /jean-claude.guegand.pagesperso-o (...)
  • 3 L’emploi de « be to do sth » est qualifié de « formal » dans le Dictionary of Contemporary English, (...)

2Volontiers décrite comme relevant d’un «  style assez soutenu  »2, «  formel  »3, la périphrase be to ne peut pas être précédée d’un modal (*would be to), contrairement à la périphrase have to, avec laquelle elle présente un certain parallélisme morphologique. Elle reste cependant combinable, sur sa droite, avec une structure passive du type même de celle dont elle semble issue (it was to be expected) ou avec un infinitif de parfait (a famous jewel which he was to have reset).

3L’énonciateur, qui s’affranchit d’une contrainte lexicale sans préciser le cheminement de sa pensée, laisse en suspens la connexion proposée, et s’abstient de toute marque de prise en charge, laissant un hiatus dans la relation interlocutive : sur le plan des opérations de structuration, il manque une étape qui permettrait de clarifier son point de vue et d’établir sa légitimité en tant que source d’une visée modale implicite.

1.Be to, périphrase minimaliste

1.1 - Éléments constitutifs

4Be to, périphrase «  délexicalisée  », n’en est pas moins riche d’un sémantisme linguistique véhiculé par les deux opérateurs grammaticaux qui la composent :

    • 4 La valeur de be, verbe lexical, consiste à présenter le Sujet « en situation » : dans un environnem (...)

    l’opérateur be, issu d’un verbe lexical au contenu sémique relativement flou4, permet à l’énonciateur de présenter la notion verbale qui suit comme présélectionnée, résultant d’un choix déjà validé. Be est donc ici la trace d’un point de vue rétrospectif et d’un niveau second de structuration, et c’est ce point de stabilité qui est mis en avant puisqu’il apparaît en première position : une connexion est réactivée par l’énonciateur, après validation ;

    • 5 Nous utilisons ici les termes de «  Verbe lexical  » ou «  notion verbale  », plutôt que «  Prédica (...)

    to, élément inchoatif plus abstrait qui apparaît en seconde position sur la chaîne linéaire de l’énoncé, renvoie non pas au choix de la notion verbale présélectionnée, mais à la mise en relation de ce verbe lexical5 avec S, le sujet grammatical. Il marque un retour arrière structural par rapport au statut second de be, car il ne fait qu’inviter le co-énonciateur à envisager une validation ultérieure, non effective au moment d’énonciation, c’est donc la trace d’un point de vue prospectif, anticipatif, relevant d’un niveau premier de structuration : une connexion est proposée préalablement à sa validation, sans engagement de l’énonciateur sur une éventuelle réalisation.

5Il y a ainsi coexistence de deux points de vue apparemment contradictoires. D’un côté be grammaticalise l’existence d’une situation relevant d’un choix notionnel effectué antérieurement au moment de parole, et stipule donc un lien préconstruit, non négociable, sur une base stable déjà validée. D’autre part to, sur sa droite, spécifie que le lien entre S et cette notion verbale présélectionnée est envisagé avant validation, et renvoie à une étape non encore atteinte : ce lien reste au stade de programme, et la responsabilité de l’actualiser en incombe au référent du sujet, impliqué avec ou sans son consentement.

  • 6 Statut intermédiaire entre «  état puissanciel  » de la langue, et «  état effectif  » du discours (...)
  • 7 Le terme de «  Sujet  », avec une majuscule, est fréquemment utilisé dans notre analyse pour éviter (...)

6La relation S/Verbe lexical n’est donc ni entièrement préconstruite, ni entièrement à un stade inchoatif, mais relève d’un statut intermédiaire, plus ambigu6. Un héritage contraignant est attribué au Sujet7, sous forme de relation à valider, mais sans garantie que cet héritage soit accepté par le bénéficiaire.

  • 8 Pour P. Larreya & C. Rivière (Grammaire explicative de l’anglais, 1999, p. 120), «  Hors contexte, (...)

7Il convient de ne pas assigner une valeur sémantique trop précise à une périphrase constituée exclusivement d’opérateurs grammaticaux, dont la valeur de base est minimale hors contexte, mais complexifiable par ses emplois en discours8 : par le recours à be to, l’énonciateur acte l’existence d’un programme déjà validé, visant à connecter un sujet grammatical et une notion verbale présélectionnée.

8Mais l’absence même d’élément lexical favorise en discours une gamme d’effets de sens qui vont bien au-delà du sémantisme des deux éléments qui la composent.

1.2 - Grammaticalisation ou occultation ?

  • 9 Selon une définition de G. Guillaume, l’anaphore « n’est pas le souvenir d’une chose, mais le souve (...)

9En occultant la nature de l’élément lexical absent, l’énonciateur délègue aux seuls éléments grammaticaux la responsabilité de véhiculer des valeurs sémantiques extralinguistiques, par un processus de grammaticalisation, dans une démarche anaphorique9, la périphrase be to constituant en quelque sorte un raccourci de structuration.

10Ce vide lexical (pré)suppose l’existence d’une validation préalable, mais la notion verbale à droite de l’opérateur to et n’est que (pro)posée ; il reste à rendre effectif le programme présélectionné, encore en suspens.

11Positionnée entre S et la notion verbale non fléchie, la périphrase be to pose un programme sans prédire sa réalisation (d’où certains emplois dans des contextes évoquant un «  programme contrarié  »), et occulte la nature de l’élément intermédiaire, entre les deux opérateurs, censé faire le lien entre leurs valeurs respectives et relier ce qui est validé à ce qui ne l’est pas.

12Be to permet ainsi d’asserter une relation par le biais de be (conjugué), et de faire passer pour légitime l’ensemble de la relation S/V, alors qu’elle n’est que l’expression d’une visée modale de la part de l’énonciateur, en attente d’actualisation.

1.3 – Mise en contraste be to et have to

13Dans ces périphrases verbales à deux termes, dont l’un regarde vers l’avant (passé de validation), et l’autre vers l’après (validation en attente), be et have, qui apparaissent tous deux en position première, grammaticalisent l’existence d’une présélection du verbe lexical déjà validée (lien de nature stable pour be, lien acquis pour have), et sont la trace d’un point de vue énonciatif, au moment d’énonciation, sur cette validation préalable. Ces périphrases capitalisent sur ce qui résulte d’une validation antérieure.

  • 10 Nous excluons de cette analyse la périphrase have got to, dont la concurrence avec have to n’est pa (...)

14Mais alors que be to interpelle le co-énonciateur quant à l’élucidation de l’élément lexical, absent dans l’énoncé mais ressenti comme présent de façon sous-jacente, have to ne présente ni ambiguïté d’interprétation ni concurrence sémantique avec une autre périphrase lexicale10 (*have + V-en + to, *have + V-ing + to, *have + adjectif + to…), et porte la marque d’une implication énonciative : avec have to l’énonciateur ne se contente pas de rappeler l’existence d’un programme validé, il réinvestit cette validation en acquis d’obligation qu’il attribue au Sujet, au vu de circonstances extérieures posées comme indépendantes de sa volonté.

2. Emplois en discours

2.1 - Effets de sens

  • 11 Ces étiquettes, comme il en va de la plupart des appellations renvoyant à des effets de sens extral (...)

15En discours, la périphrase be to se prête à des emplois divers11, dont la liste ci-dessous ne donne qu’un aperçu non exhaustif :

a - Événement programmé

“That’s my theory! Morley wouldn’t do the job. He knew too much, though, so they had to put him out.”
“They?” asked Poirot. […] Which person?
“Well, I could make a guess,” said Mr. Barnes, “but it’s only a guess and I might be wrong.”
Poirot said quietly: “Reilly?”
“Of course! He’s the obvious person. I think that probably they never
asked Morley to do the job himself. What he was to do, was to turn Blunt over to his partner at the last minute...”
(Agatha Christie, One, Two, Buckle my Shoe, p. 88)

16Be to concentre dans ce contexte les valeurs pragmatiques véhiculées par le modal « wouldn’t » (refus d’obtempérer), le semi-modal « had to » (obligation liée aux circonstances), et le verbe « asked » (pression effectuée sur le référent du sujet). La visée modale qui en résulte est issue non pas de l’énonciateur de l’énoncé incluant be to, mais d’un ou plusieurs énonciateurs à l’identité assez floue, mentionnés dans l’énoncé précédent (« they »).

b - Programme imposé= obligation, incitation

She watched him. He stared and then – suddenly, his neck swelled and he turned on her furiously.
‘So that’s what you wanted Gerda for? How dare you?’
‘I wondered if you’d see...’
‘See it? Of course I see it. It’s here.’ He placed a finger on the broad heavy neck muscles.
Henrietta nodded.
‘Yes, it’s the neck and shoulders I wanted – and that heavy forward slant – the submission – that bowed look. It’s wonderful!’
‘Wonderful? Look here, Henrietta, I won’t have it. You’
re to leave Gerda alone.’
(Agatha Christie, The Hollow, pp. 35-36)

17L’énonciateur découvre que sa maîtresse, une artiste, a réalisé une sculpture de son épouse à son insu : sa réaction première s’exprime par une modalité radicale de refus, dans un énoncé où il se positionne en tant que Sujet (I won’t), mais il ne peut conserver ce ton autoritaire dans l’énoncé suivant où il interpelle Henrietta (You). Le recours à be to lui permet d’impliciter la modalité précédente, sans marque de prise en charge, et de focaliser l’énoncé sur le rôle passif, non négociable, qu’il assigne à la jeune femme sur le plan interlocutif.

c - Programme contrarié = un élément vient faire obstacle à un programme pré-établi

He brought with him a famous jewel which he was to have reset for the lady he was going to marry, but unfortunately before that he made friends with a very pretty young lady.
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 48)

18Un jeune noble étranger se rend à Londres dans le but de faire modifier un bijou célèbre pour l’offrir à sa fiancée, mais sa rencontre avec une jolie jeune femme le détourne de son projet.

d - Programme hypothétique / conjectures

  • au présent :

‘I hope, madame,’ began M. Hautet, ‘that it will not distress you unduly to relate to us what occurred last night?’
‘Not at all, monsieur. I know the value of time, if these scoundrelly assassins
are to be caught and punished.’
(Agatha Christie, The Murder on the Links, p. 36)

19L’arrestation des assassins est présentée comme planifiée, souhaitée par plusieurs sources énonciatives, et la désagentivité des Sujets est confortée, à droite de be to, par le recours à deux passifs coordonnés.

  • au prétérit : à la différence d’un V-ed, qui grammaticaliserait un statut inchoatif, l’emploi de be to permet de grammaticaliser un « statut repris » de l’hypothèse, ce que conforte l’emploi de were au lieu de was en contexte singulier :

‘Will you permit yourself to be put into a condition of hypnosis?’
‘Whatever for?’
‘If I
were to tell you, Madame, that your intuition is based on certain facts recorded subconsciously, you would probably be sceptical. I will only say, then, that this experiment I propose may be of great importance [...].’
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 152)

20La validation projetée (I / tell you…) est présentée par l’énonciateur comme ayant déjà fait l’objet d’un renoncement, par avance (glose : je sais d’avance que vous ne feriez que rejeter une telle interprétation).

Miss Blacklock said slowly, « And you believe that one of those people—one of my nice commonplace neighbours---slipped out and tried to murder me? Me? But why? For goodness’ sake, why? »
« I’ve a feeling that you must know the answer to that question, Miss Blacklock. »
« But I don’t, Inspector. I can assure you, I don’t. »
« Well, let’s make a start. Who gets your money if you
were to die?”
(Agatha Christie, A Murder is Announced, p. 92)

21Le statut repris de l’hypothèse grammaticalisée par be to est ici explicite, l’éventualité d’un meurtre sur la personne du Sujet ayant déjà été envisagée (one of my nice commonplace neighbours... tried to murder me).

« I had made quite a lot of money during our association and I didn’t really expect him to leave me anything, but I was touched, yes, and very proud to find that if Belle predeceased me (and she is one of those delicate creatures whom everyone says won’t live long) I was to inherit his entire fortune.”
(Agatha Christie, A Murder is Announced, p. 94)

22Be to apparaît dans la principale et non dans la conditionnelle mais, à la différence d’un be supposed to, be to ne grammaticalise pas de doute sur les termes du testament.

e - Incapacité à combler un écart cognitif

“And that’s that,” said Craddock when he was walking away with Sergeant Fletcher. “Two young women whose stories flatly contradict each other. Which one am I to believe?”
(Agatha Christie, A Murder is Announced, p. 97)

23L’énoncé interrogatif, avec pour traduction possible « Laquelle suis-je censé croire ? », laisse planer une certaine ambivalence énonciative = la question semble adressée à un énonciateur imprécis, peut-être le destin…

You know how it is, M. Poirot, I always did say a good row clears the air, and how was I to know someone was going to murder him that very night?
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 126)

24Nous retrouvons ici une même absence de prise en charge énonciative, l’énonciateur cherchant à se justifier auprès de son interlocuteur en arguant d’un écart cognitif en sa défaveur.

f - Arrêt du destin dans un récit rétrospectif

That apparently childlike candour, that frank innocence – Was it just that? Or did it mask something else? There had been women in medieval days – women on whom history had not been able to agree. He thought of Mary Stuart, the Scottish Queen. Had she known, that night in Kirk o’ Fields, of the deed that was to be done? Or was she completely innocent?
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 76)

25Be to est ici beaucoup plus proche de was going to que de was supposed to, car il n’y a pas grammaticalisation d’un doute sur un fait historique irréfutable, connu de tous, mais interrogation sur l’état de connaissance de Mary Stuart dans les heures qui ont précédé son accomplissement.

2.2 – Quelques expressions modales apparentées

26Nous retrouvons dans ces « expressions », qui sont toutes reformulables par des auxiliaires modaux, les effets de sens de be to auxquels s’ajoute une part de modalisation, due à l’insertion d’éléments lexicaux, traces explicites d’une re-prise en charge énonciative :

  • Be + Adjectif + to

In the darkness of hate and desire, he plans what is well nigh the perfect murder – a double murder, for Rich is almost certain to be found guilty of it.
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 102)

27L’adjectif « certain » et l’adverbe « almost » viennent étoffer la périphrase be to (du point de vue de l’énonciateur, la validation de la connexion envisagée relève de la « quasi certitude »), l’ensemble étant aisément reformulable par « will almost certainly ».

She could smell the soft air from the magnolia which would still, in September, have some great white sweet-smelling waxy flowers on it. And the pine-cones on the fire. And a faintly musty smell from the kind of book that Edward was sure to be reading.
(Agatha Christie, The Hollow, p. 109)

28Nous retrouvons ici le même cas de figure que le précédent, au prétérit, reformulable par le modal will au prétérit : « would certainly ».

  • Be + Nom + to

‘There’s another possibility. And if it’s right, you’re the man to know about it!’
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 195)

29La périphrase intègre le nom « man » déterminé par l’article « the », qui prend ici une valeur d’unicité, d’où la reformulation que nous proposons : « you’re the only/very man who will know about it », le modal will explicitant le concept de relation S / V programmée (du point de vue de l’énonciateur, il existe un lien de compatibilité évidente entre S et V).

2.3 - Fil conducteur : focalisation sur un écart cognitif

30De manière générale, sur le plan sémantique, un certain fil conducteur semble se dégager de la diversité des effets de sens contextuels. La présence de l’opérateur to, qui dénote un relatif effacement de l’énonciateur, met en relief un écart cognitif quant à la nature de la visée modale préexistante, écart cognitif que l’énonciateur se propose de combler (en contexte affirmatif ou négatif) :

  • en rappelant ce qui a été prévu (programme, obligation, engagement, règlement censé être respecté), ci-dessous une formalité à accomplir :

But there was one more formality before the deft hands took hat and stick from the visitor.
‘You will excuse me, sir. I
was to ask for a letter.’
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 189)

  • ou en évoquant l’irruption d’un incident bousculant le programme prévu ou le destin du Sujet, dans un récit au passé :

But there was to be this morning a slight change in routine.
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 57).

31En contexte interrogatif, il y a inversion des rôles dans la relation interlocutive, l’énonciateur sollicitant le co-énonciateur (un personnage précis, ou simplement le destin) afin qu’il comble cet écart cognitif :

He sighed. Enfin, what did they expect him to do? Was he to pretend to believe in this ‘crime’? Was he to register dismay – alarm? Or was he to bow, to congratulate his hostess...?
(Agatha Christie, The Hollow, p. 86)

‘Of course he says he was in bed and fast asleep’, said Lady Astwell, ‘but who is to know if he was or not?’
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 128)

3.Quelle parenté avec une construction passive de type be supposed to ?

3.1 - Be supposed to, construction passive modalisante

32Be supposed to, qui véhicule une modalité lexicale (expression d’une (pré)supposition), se rencontre dans les contextes suivants :

  • rappel de ce que le Sujet est censé faire :
    I’m not supposed to tell anyone.

  • - événement programmé, mais contrecarré:
    We were supposed to leave yesterday, but

  • - événement dont la véracité supposée est remise en cause :
    Is that supposed to be a compliment?

33A partir du concept de “supposition”, l’énonciateur exprime un point de vue second sur la relation S / V présupposée, vis-à-vis de laquelle il prend du recul, et dont il met en doute ou en question la validation. Lexicalement il s’agit de supposition, mais sur le plan structural il s’agit d’une présupposition ouvrant la voie à des inférences pragmatiques contextuelles.

  • 12 D. BOTTINEAU parle d’un « effet de polyphonie » (« Périphrases verbales et genèse de la prédication (...)

34Dans une construction passive modalisante de ce type, le référent du sujet devient secondaire, simple objet de discours et cible d’une visée (représentée par la notion verbale) dont l’origine énonciative est distincte de l’énonciateur et du Sujet de l’énoncé12.

3.2 - Be to, « raccourci de passif »?

3.2.1 – Similarités be to / be supposed to

35Un faisceau d’indices reposant sur des similarités évidentes conforte l’idée d’une proximité, voire d’une parenté, de be to avec une construction passive modalisante dont elle serait issue.

Ainsi, nous retrouvons dans les effets de sens de be to des valeurs contextuelles similaires à celles de be supposed to :

  • rappel de ce que le Sujet est censé faire :

‘What were your instructions, Holmes, on the Thursday night when I came here?’
‘[...] I
was to ascertain the gentleman’s name, and I was to verify the information by glancing at a letter.’
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 208)

  • événement programmé, mais contrecarré:

Des and I were to have shared to swag in Paris – and now the swine runs out on me!
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 52)

  • événement dont la véracité supposée est remise en cause :

I ask you, sir, was I to think Sir Reuben was murdered, with Mr Leverson saying good night and all?
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 117)

36Notons également que la plupart des occurrences incluant la périphrase be to sont reformulables par une construction passive de type be supposed to (/be expected /told to), certaines d’entre elles faisant même apparaître un lien explicite de nature anaphorique entre les deux périphrases :

  • reprise explicite de be told to par be to:

‘Were you also told to knock on the door?’
An expression of distaste crossed the butler’s countenance.
‘That was one of Mr Farley’s orders. I
was always to knock when introducing visitors — business visitors, that is,’ he added.
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 208)

37Le verbe lexical « told » étant évident, il fait l’objet d’une ellipse et laisse la place à l’adverbe itératif « always », seul élément nouveau, qui bénéficie ainsi d’une mise en relief.

  • compatibilité be to / be expected to:

He sighed. Enfin, what did they expect him to do? Was he to pretend to believe in this ‘crime’? Was he to register dismay – alarm? Or was he to bow, to congratulate his hostess...?
(Agatha Christie, The Hollow, p. 86)

38La notion verbale “expect” ayant fait l’objet d’une présélection dans l’énoncé précédent, be to est aisément reformulable en be expected to.

3.2.2 – Incompatibilités be to / be supposed to

39Cependant, certaines occurrences de be to ne sont pas reformulables par une construction passive, à savoir les conditionnelles d’hypothèse où une reformulation par be V-en to serait inacceptable, et qui plus est incohérente sur le plan discursif :

‘If I were to tell you, Madame, that your intuition is based on certain facts...’
*’If I were supposed to tell you…’
(exemples déjà cités et référencés plus haut)

40Il n’y a donc pas correspondance exacte entre les deux périphrases, et be to n’est pas seulement une forme tronquée de construction passive, qui constituerait une sorte de doublon excédentaire purement « gratuit », ce que confirme le fait que certains passifs ne sont pas non plus reformulables en be to :

‘Well, what I have been wondering, my dear, was whether you weren’t meant to see it. I’ve been asking myself, you know, whether that wasn’t the real reason why you were engaged for this job.’
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 236)

*you weren’t to serait incohérent ici, car le sémantisme de « meant » ne serait pas déductible du contexte.
... ou s’ils le sont, c’est avec modification de l’effet de sens :
‘Just fancy,’ she said, ‘I
was asked to ring up the nephew this morning.’
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 226)

41Le passif grammaticalise une demande issue d’un énonciateur distinct du Sujet I, alors qu’une reformulation incluant be to (‘I was to ring up the nephew this morning’) renverrait non pas à une demande mais à un projet, programmé d’avance, antérieur aux événements relatés par l’énonciateur, et n’excluant pas la possibilité que le Sujet I en soit à l’origine.

4. Ambivalences sémantiques

  • 13 De manière générale lorsque des énoncés, déjà cités et référencés dans l’une des parties précédente (...)

42Si comme nous l’avons vu une grande partie des occurrences est effectivement proche de constructions passives de type be supposed to, la périphrase be to dessine une sémantique grammaticale ouverte à diverses valeurs dérivées. D’où un large éventail de structures et d’opérateurs liés à la modalité, avec lesquels elle est susceptible d’entrer en concurrence, tels que13 :

  • les modaux (should, would, must, can…)

‘how was I to know someone was going to murder him that very night?’
= reformulable en
could / was supposed to

‘I ask you, sir, was I to think Sir Reuben was murdered, with Mr Leverson saying good night and all?’
= reformulable en could

‘Of course he says he was in bed (...) but who is to know if he was or not?’
= reformulable en can / may / might

‘The arrest of Major Rich was to be expected. But what a remarkable case...’
= reformulable en could

He brought with him a famous jewel which he was to have reset for the lady he was going to marry, but unfortunately before that he made friends with a very pretty young lady.
= reformulable en should / was supposed to

“Two young women whose stories flatly contradict each other. Which one am I to believe?”
= reformulable en should / may / can / be supposed to

‘You’re to leave Gerda alone’
= reformulable en must / impératif (Leave Gerda alone) / do + impératif (Do leave Gerda alone)

‘And you’re to be kind to Gerda’
= reformulable en must / should /are supposed to

‘(...) if Belle predeceased me (….) I was to inherit his entire fortune’
= reformulable en would / be supposed to

  • les semi-modaux (have to):

‘You will excuse me, sir. I was to ask for a letter.’
= reformulable en have to, mais aussi must / was supposed to

‘I was to go in first and see that the way was clear.’
= reformulable en had to / was supposed to

‘I was to ascertain the gentleman’s name, and I was to verify the information’
= reformulable en had to / was supposed to

‘I was always to knock when introducing visitors’
= reformulable en had to / was supposed to

‘What he was to do, was to turn Blunt over to his partner at the last minute’
= reformulable en had to / was supposed to

  • be going to:

“And he said not to tell anyone, but there was to be a party somewhere and he was to stage a sham hold-up. Then he showed the advertisement he’d put in and I had to laugh.”
(Agatha Christie, A Murder is Announced, p. 81)
= reformulable
en be going to / would

Had she known, that night in Kirk o’ Fields, of the deed that was to be done?
= reformulable en was going to

My dearest one, - Why have you not written for so long? [...] It makes me afraid. If you were to stop loving me!
(Agatha Christie, The Murder on the Links, p. 28)
= reformulable en
be going to, mais pas en be supposed to, qui serait ici incohérent.

  • happen to:

‘I think if they were to have the wedding in October [...], then we could go and stop for that Christmas...’
= reformulable en happened to, mais aussi –ed + adv (if they actually had the wedding...)

‘If I were to tell you, Madame, that your intuition is based on certain facts...’
= reformulable en if I happened to / if I actually told you

‘if you were to die’
= reformulable en happened to /do + V (did die)

  • want to:

‘I know the value of time, if these scoundrelly assassins are to be caught’
= if we want them to...

  • be + adjectif + to:

‘Lucy is quite devastating. She told me this morning that I was to be as rude as I liked whilst I was here’
(Agatha Christie, The Hollow, p. 51)
= reformulable en be welcome to / could / might

  • ed + adverbe:

But Poirot was not to get off so easily.
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 52)
= reformulable en –ed + adverbe (
actually he did not) / was not able to
(traduction proposée : mais
il était dit que Poirot n’allait pas / ne devait pas s’en tirer à si bon compte)

43Ainsi, be to ne se laisse pas restreindre à un effet de sens exclusif, mais se révèle apte à cumuler et synthétiser plusieurs valeurs implicites car la périphrase, en se délexicalisant, a développé une plus grande perméabilité aux différentes nuances contextuelles, et donc une grande ambivalence. En témoignent la diversité des reformulations possibles relevées ci-dessus, et la dualité be going to / be expected to dans l’énoncé ci-dessous :

‘Edward? How nice. I haven’t seen Edward for ages. Anybody else?’
‘David Angkatell. That, according to Lucy, is where you
are going to come in useful. You’re going to stop him biting his nails.’
‘It sounds very unlike me,’ said Henrietta. ‘I hate interfering with people, and I wouldn’t dream of checking their personal habits. What did Lucy really say?’
‘It amounted to that! He’s got an Adam’s apple, too!’
‘I
’m not expected to do anything about that, am I?’ asked Henrietta, alarmed.
‘And
you’re to be kind to Gerda.’
(Agatha Christie, The Hollow, p. 51)

44L’énoncé en be to renvoie ici, simultanément, aux structures be expected to et be going to utilisées successivement dans le contexte-avant par les deux jeunes femmes qui tentent de préciser l’attente dont fait l’objet l’une d’elles : be to permet d’impliciter cette première étape (be going to et be expected to sont maintenant «  posés  ») pour grammaticaliser ce qui en résulte sur le plan pragmatique, à savoir une sorte de contrat qui engage le personnage-Sujet dans une direction toute tracée, pré-programmée, celle de veiller à la tranquillité de tous.

Le recours à ‘And you’re expected to be kind…’ serait non seulement répétitif, mais incohérent discursivement, car le coordonnant and n’introduirait aucun élément nouveau.

5. Ambiguïté énonciative

5.1 - Absence de prise en charge énonciative

45Le rapport interlocutif, cible de la visée modale, constitue le véritable enjeu de l’énoncé, mais de manière occultée, ambiguë. L’énonciateur ne valide pas lui-même la connexion et s’exprime comme simple relais d’une modalité, il court-circuite une étape en faisant l’impasse sur la partie lexicale : cette absence de prise en charge énonciative a pour conséquence de refuser au co-énonciateur toute possibilité de négociation, et de dénier au Sujet toute agentivité, non pas systématiquement dans un parti pris de domination, mais dans une stratégie par défaut, permettant de combler un écart cognitif inconfortable, au détriment de l’autonomie du Sujet.

5.2 - Source énonciative et visée modale ambiguës

46La suppression de l’élément lexical favorise une ambiguïté quant à la source énonciative d’origine, la seule présence des opérateurs be et to en position de contiguïté suffisant à réactiver et réélaborer une modalisation antérieure et donc renvoyant à un énonciateur ayant œuvré préalablement à l’émergence de la périphrase. Le co-énonciateur se retrouve ainsi sans socle lexical stable envers lequel réagir et la visée modale, c’est-à-dire le degré et la portée de la modalité, demeure floue, car étroitement dépendante du contexte. L’identité de l’énonciateur à l’origine de la visée modale reste alors difficile à cerner, parce que fragmentée, ou indéterminée :

‘You’re astute, Mademoiselle. That must be – that can only be – the point of the keeping of the letter. When Mr Farley was dead, the story of that strange dream was to be told! That dream was very important. That dream, Mademoiselle, was vital!
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 210)

47L’énonciateur ayant imposé le récit de ce rêve étrange n’est pas nommé, car il s’agit d’un criminel dont le détective n’a pas encore révélé l’identité.

Dans certains cas, la source énonciative de la visée modale est suffisamment floue pour que le destin puisse être perçu, ou donné à percevoir, comme énonciateur potentiel, susceptible de prendre en charge la relation S / V, et de décider à la place des personnages :

‘I’ve been wondering whether it would be nice to go to Ainswick for Christmas – or leave it until Easter. What do you think?’
‘Plenty of time to make plans for Christmas.’
‘Yes, but I like to see things in my mind. Easter, perhaps... yes. Lucy smiled happily. ‘She will certainly have got over it by then.’
‘Who?’ Sir Henry was startled.
‘Henrietta.
I think if they were to have the wedding in October – October of next year, I mean, then we could go and stop for that Christmas. I’ve been thinking, Henry -’
‘I wish you wouldn’t, my dear. You think too much.’
(Agatha Christie , The Hollow, pp. 137-138)

48Le mariage, qui n’existe que dans l’imagination fertile de l’énonciatrice, semble devoir être programmé non par les protagonistes mais par le destin ou un hasard quelconque. Une traduction possible serait d’ailleurs : “si par hasard ils fixaient le mariage en octobre…”

6. Un référent du sujet « assujetti »

49Le recours à la périphrase be to permet à l’énonciateur de concentrer l’attention sur la situation du Sujet, réduit au « rôle » qu’il est censé jouer dans le programme présélectionné par un tiers, et sur l’attente dont il est l’objet, comme le confirment certaines traductions ou gloses que nous proposons ci-dessous :

“What he was to do, was to turn Blunt over to his partner at the last minute...”
« Son rôle / ce qu’il était censé faire... »
He sighed. Enfin, what did they expect him to do? Was he to pretend to believe in this ‘crime’? Was he to register dismay – alarm? Or was he to bow, to congratulate his hostess...?
(Agatha Christie, The Hollow, p. 86)

« Attendaient-ils de lui qu’il…/ Etait-il censé faire semblant… »
‘Will you tell these ladies and gentlemen what my instructions were?’
‘I
was to remain concealed in the wardrobe in your room, sir, having placed the cardboard bow where you told me to [...]
(Agatha Christie, The Adventure of the Christmas Pudding, p. 170)
“Mon rôle / j’étais censé rester caché...”

50Il s’agit là d’une reprise à la demande même de l’instigateur des «  instructions  », et l’énonciateur coïncide ici avec le Sujet de l’énoncé. Mais be to n’est pas réductible à un simple rappel anaphorique de construction passive sous-jacente (I was instructed/told to), c’est également une façon de «  chosifier  » le référent du sujet, de le réduire à ce rôle qui lui est imposé («  Mon rôle était de rester caché…  »).

51Le Sujet est au centre d’une attente dont il ne peut discerner clairement toute la portée modale, étant comme entraîné dans un mouvement vers une validation déjà programmée, soumis à ce qui découle d’une situation «  installée  » résultant d’une validation antérieure (décision, volonté ou point de vue modal entérinés par autrui), et qui lui échoit, tel un engagement qu’il est censé signer sans avoir eu accès aux termes du contrat.

52En raison même de l’ambiguïté de la relation interlocutive, le Sujet se retrouve pris au piège, assujetti à ce contrat qu’il doit honorer, redevable de la réalisation d’un projet préalablement conçu par un tiers, le tout étant implicité par be to au profit d’une modalisation masquée, indirecte.

Conclusion

  • 14 A. H. Gardiner & C. Douay, Langage et acte de langage : aux sources de la pragmatique, 1989, p. 51

53Comme l’affirme A. H. Gardiner, «  Les mots ne sont que des indices, la plupart des mots ont un sens ambigu et, dans chaque cas, la chose signifiée doit être découverte dans la situation, par l’intelligence vive de l’auditeur.  »14

54La périphrase be to, anaphore grammaticalisée d’une construction lexicale préalable, réélabore indirectement une modalité par le biais d’une structure délexicalisée, minimaliste, censée faire écho à une étape antérieure dont l’origine énonciative n’est pas clairement définie : sur la chaîne linéaire de l’énoncé, il ne reste que des items grammaticaux qui ne «  parlent  » que de structuration, mais renvoient cependant à une situation extralinguistique et à une relation interlocutive dominée par la stratégie énonciative.

55Cette grammaticalisation s’accompagne d’une absence de prise en charge énonciative et d’une occultation des enjeux, ainsi que d’une totale désagentivité du Sujet, captif d’une situation pré-installée et objet d’une visée modale qu’il n’a ni choisie ni initiée.

56La parenté de be to avec une construction passive est manifeste, mais la périphrase ne se laisse pas résumer à une passivation qui ne dirait pas son nom, et se révèle apte à synthétiser plusieurs valeurs implicites aux sources énonciatives ambiguës, sous la mainmise de l’énonciateur, lequel joue sur un écart cognitif sous-tendu par l’absence d’apport lexical pour obtenir du co-énonciateur l’accord interlocutif qu’il recherche.

Top of page

Bibliography

Adamczewski, Henri, & Delmas, Claude, Grammaire Linguistique de l’Anglais, Colin, Paris, 1982.

Bottineau, Didier, « Périphrases verbales et genèse de la prédication en langue anglaise », in « Les périphrases verbales », Querler N. & Bat-Zeevshyldkrot H. (éd.), Benjamins, Amsterdam, 2005, pp. 475-495.

Chuquet, Jean, To et l’infinitif anglais, Ophrys, Gap, 1986.

Cotte, Pierre, Grammaire linguistique, Didier-Erudition, Paris, 1997.

Delmas, Claude, « Le réinvestissement modal de certaines formes verbales », in Opérations énonciatives et interprétation de l’énoncé, Ophrys, Gap, 1993, pp. 115-133.

Douay, Catherine , Eléments pour une théorie de l’interlocution, P. U. de Rennes, 2000.

Gabilan, Jean-Pierre, Grammaire expliquée de l’anglais, Ellipses, Paris, 2006.

Gardiner, Alan H. & Douay, Catherine, Langage et acte de langage : aux sources de la pragmatique, P. U. du Septentrion, Villeneuve d’Asq, 1989.

Guillaume, Gustave, Temps et verbe. Théorie des aspects, des modes et des temps, Champion, Paris, 1929, 1965.

Guillaume, Gustave, Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Hachette, Paris, 1919.

Joly, André & O’Kelly, Dairine, Grammaire systématique de l’anglais, Nathan, Paris, 1990.

Lapaire, Jean-Rémi & Rotgé, Wilfrid, Séminaire pratique de linguistique anglaise, P. U. du Mirail, Toulouse, 1993.

Larreya, Paul & Rivière, Claude, Grammaire explicative de l’anglais, Longman, Pearson Education Ltd, Harlow, 1999.

Longman, Dictionary of Contemporary English, Longman, Pearson Education Ltd, Harlow, 2009.

Robert, Stéphane, “Sur le rôle du sujet énonciateur dans la construction du sens : liens entre temps, aspect et modalité”, in Subjecthood and Subjectivity, Yaguello Marina (éd), Ophrys, Gap, 1994, pp. 209-229.

Roulland, Daniel, « Sur la subordination non finie en anglais contemporain », Travaux linguistiques du CERLICO 5, Subordination subordinations, Rennes, 1992, pp. 158-84.

Source Internet :

Guegand, Jean-Claude, /jean-claude.guegand.pagesperso-orange.fr/modaux_be_to-htm/

Top of page

Notes

1 Selon D. BOTTINEAU, “he is to stay= he is supposed / expected (by somebody else) to stay at home” (“Périphrases verbales et genèse de la prédication en langue anglaise”, 2005, pp. 475-495)

2 « Cette tournure est d’un style assez soutenu », J-C. GUEGAND, in /jean-claude.guegand.pagesperso-orange.fr/modaux_be_to-htm/

3 L’emploi de « be to do sth » est qualifié de « formal » dans le Dictionary of Contemporary English, Longman, p. 126.

4 La valeur de be, verbe lexical, consiste à présenter le Sujet « en situation » : dans un environnement (Sandra’s over there / this book is hers), dans une relation d’existence (I think therefore I am…) ou d’équivalence (he is an architect / he is nice), valeur qui se prête à des emplois plus abstraits, d’où une frontière assez mince avec les emplois de be, opérateur grammatical.

5 Nous utilisons ici les termes de «  Verbe lexical  » ou «  notion verbale  », plutôt que «  Prédicat  », que nous réservons à un groupe verbal de «  statut repris  » (tel que défini par J-P. Gabilan, Grammaire expliquée de l’anglais, 2006), alors que dans le cas de la périphrase be to, la notion verbale qui suit, bien que présélectionnée, n’a pas encore été validée.

6 Statut intermédiaire entre «  état puissanciel  » de la langue, et «  état effectif  » du discours (tels que définis par G. Guillaume, Temps et verbe. Théorie des aspects, des modes et des temps, 1929, 1965).

7 Le terme de «  Sujet  », avec une majuscule, est fréquemment utilisé dans notre analyse pour éviter la répétition de l’expression «  référent du sujet  » et non pour renvoyer au sujet grammatical, élément abstrait et purement fonctionnel de l’énoncé qui ne saurait donc en aucun cas être autonome ou agentif, et auquel il est fait référence par l’abréviation «  S  ».

8 Pour P. Larreya & C. Rivière (Grammaire explicative de l’anglais, 1999, p. 120), «  Hors contexte, la forme BE + TO + verbe n’a pas d’autre signification que celle-ci : l’accomplissement de l’événement désigné par le verbe est prévu, au terme du «  mouvement  » exprimé par TO.

9 Selon une définition de G. Guillaume, l’anaphore « n’est pas le souvenir d’une chose, mais le souvenir qu’une chose a déjà été pensée » (Problème de l’article et sa solution dans la langue française, 1919, p. 224) : en d’autres termes, le souvenir que cette « chose » a déjà été structurée mentalement.

10 Nous excluons de cette analyse la périphrase have got to, dont la concurrence avec have to n’est pas d’ordre « sémantique » et ne prête pas à confusion.

11 Ces étiquettes, comme il en va de la plupart des appellations renvoyant à des effets de sens extralinguistiques, ne sont qu’approximatives et varient au gré de l’imagination des grammairiens…

12 D. BOTTINEAU parle d’un « effet de polyphonie » (« Périphrases verbales et genèse de la prédication en langue anglaise », pp. 475-495, 2005)

13 De manière générale lorsque des énoncés, déjà cités et référencés dans l’une des parties précédentes avec un contexte suffisamment large pour en appréhender les nuances, sont réutilisés dans une autre partie de l’article, comme c’est le cas ici, les références ne sont pas rappelées et les contextes sont restreints au strict minimum, dans un souci d’allègement.

14 A. H. Gardiner & C. Douay, Langage et acte de langage : aux sources de la pragmatique, 1989, p. 51

Top of page

References

Bibliographical reference

Françoise Lachaux, « Be to, grammaticalisation et ambiguïté énonciative », Anglophonia/Sigma, 16 (32) | 2012, 165-182.

Electronic reference

Françoise Lachaux, « Be to, grammaticalisation et ambiguïté énonciative », Anglophonia/Sigma [Online], 16 (32) | 2012, Online since 24 December 2013, connection on 23 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/198 ; DOI : 10.4000/anglophonia.198

Top of page

About the author

Françoise Lachaux

Université Rennes 2, E.A. 1796 ACE (Anglophonie : Communautés, Ecritures)

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org