Skip to navigation – Site map

Le concept de « marqueur sub-lexical » : bilan d’un ballon d’essai

Dennis Philps
p. 183-202

Abstract

In a 1997 paper, I posited the existence, in the English lexicon, of a word-initial consonant segment which I call a ‘sub-lexical marker’, defined as a submorphemic unit displaying both phonological and notional invariance within the class of words of which it is a formative. Here, I revisit certain aspects of the logic underlying the formulation of this concept (core invariance, variability, embodiment, meaning potential, etc.), and its links, both synchronic and diachronic, with the longer-established concept of ‘phonæstheme’. I go on to show how the discovery of the fundamental role played by analogy in the formation of English ‘sn- words’ led me to reformulate this concept partially, and to reason in terms of subsets. Lastly, I recall the Semiogenetic Theory of the Emergence and Evolution of the Linguistic Sign (STEELS) that evolved from my research into the diachronic dimension of sub-lexical markers.

Top of page

Author's notes

Cet article développe le contenu d’une communication lue devant l’atelier de linguistique lors du XLIXe congrès de la SAES à Bordeaux en mai 2009.

Full text

C’est que, si vous cassez les mots, vous trouvez le réel.
Marcel Jousse, École d’Anthropologie, cours du 2 mars 1938

1. Introduction : la formulation du concept de « marqueur sub-lexical »

1C’est dans une communication lue devant l’atelier de linguistique lors du XXXVIIe congrès de la SAES à Nice en mai 1997 (Philps 1997 et 1998) que nous avons postulé pour la première fois l’existence, dans le lexique anglais, d’un segment consonantique en position initiale de mot que nous avons appelé « marqueur sub-lexical », défini comme une unité submorphémique douée d’une invariance tant phonologique que notionnelle au sein de la classe de mots dont il est un élément formateur, et noté entre chevrons (ex. : <sn-> dans la classe heuristiquement établie des « mots en sn- »). Notre démarche a été inspirée notamment, à l’époque, par les considérations suivantes :

  • 1 Nous avons également parlé d’invariance « sémiologique » là où la représentation graphique et phono (...)

2i) le constat de l’existence, au sein de certains morphèmes grammaticaux de l’anglais moderne formant classe, d’un phénomène d’invariance phonologique en position initiale de mot,1 doublé d’une invariance que l’on qualifiera, sans vouloir minimiser la complexité du phénomène, de « notionnelle ». Il s’agit, on le sait, de la classe des « mots en TH- », où TH- est réalisé phonologiquement par /đ/ (that, this, the, then, there, etc.) et celle des « mots en WH- », où WH- est réalisé, en anglais standard du moins, par /w/ (what, when, where…) ou par /h/ (who, whose, how…). L’on pourra consulter à ce sujet Danon-Boileau (1983), Delmas (1987), Lapaire et Rotgé (1991), etc., mais aussi, parmi les linguistes anglo-saxons, Harris (1951) ;

  • 2 The Oxford English Dictionary (CD-Rom), 2e édition, 1989.

3ii) le constat que bon nombre des morphèmes grammaticaux de l’anglais dont l’étymologie est connue proviennent, par un processus complexe de désémantisation-grammaticalisation, d’une source lexicale (ex. : downadv. < v.-a. tardif dúne, dún, forme obtenue par aphérèse à partir de adúne ‘adown’, affaiblissement de v.-a. of dúne ‘off the hill or height’ (OED)2) ;

4iii) le postulat psychomécanique avancé par Guillaume, qui veut que « le signe linguistique fixe dans la langue une condition invariante à partir de laquelle se développent des conséquences en nombre illimité » (1964 : 150).

5C’est la convergence de ces éléments qui nous a amené à formuler l’hypothèse suivante : si la classe des « mots en TH- » ou en « WH- » se forme grâce à une invariance phonologique initiale doublée d’une invariance notionnelle –en simplifiant, le « déjà », mémoriel (TH-), et le « déficit », amémoriel (WH-)–, et si bon nombre de morphèmes grammaticaux proviennent d’une source lexicale, le phénomène d’invariance en question pourrait alors puiser sa source dans le lexique. L’on notera que cette hypothèse s’applique également à la classe des « mots grammaticaux en QU- » du français (quand, qui, que, quoi, quel, etc.), dont la base, en indo-européen, est la même que celle des « mots en WH- » de l’anglais (*kwi-, *kwo-, Watkins 2011 : 47). Si, comme l’indique Watkins, les mots lexicaux qualité et quantité dérivent eux aussi de cette base, par l’intermédiaire du latin quālis (> quālitās) et quantus (> quantitās) respectivement, l’origine indo-européenne de quérir, question et de quête, dont les sens impliquent aussi la notion de « déficit », n’est pas établie (Ernout et Meillet 2001 : 550-551, sous quaerō).

  • 3 L’on sait que le concept de « phonesthème » s’étend, entre autres, au segment -VC en position final (...)

6Dès lors, notre démarche a consisté à rechercher de possibles manifestations de ce phénomène, dont la localisation en position initiale de mot dans la classe des « mots en TH-/WH- » nous a immédiatement conduit à examiner un phénomène lexical semblable, identifié dès 1653 par le mathématicien-grammairien Wallis dans sa Grammatica Linguæ Anglicanæ, à savoir ce qu’on appelle, depuis Firth (1930), les « phonesthèmes » de l’anglais (Jespersen 1922, Firth 1930, Bloomfield 1933, Bolinger 1940, Marchand 1969, Bergen 2004, Tournier 2007, Bottineau 2008 et 2011, etc.).3 Les phonesthèmes sont des associations récurrentes de formes et de sens dont le statut morphologique n’est pas clairement établi (Bolinger 1950, Bergen 2004, etc.), et qui tendent à essaimer symboliquement de manière plus ou moins arbitraire (Bolinger 1953 : 246). En position initiale de mot, Wallis (1653) identifie notamment st-/fixité (dans steady, stout, sturdy, etc.), wr-/torsion (dans wrench, wring, wrist, etc.), et str-/puissance (dans strength, strive, struggle, etc.).

Cependant, c’est le phonesthème sn- qui a attiré d’emblée notre attention, et ce pour plusieurs raisons :

  • 4 Snaffle (v.3), sneer (v.), sneeze (n., v.), sniff (n., v.), snitch (n.), snite (v.), snivel (n., v. (...)

7i) Statistiquement parlant, sur la grosse centaine des « mots en sn- » qui figurent dans OED (hors dérivés, variantes, acronymes, et noms propres), environ quinze pour cent attestent un sens dont la définition comprend le terme « nose » ou « nostril »4 ;

8ii) Historiquement parlant, même s’il faut attendre la 6e édition de la Grammatica de Wallis pour en trouver mention (Wallis 1972), ce phonesthème est devenu, depuis le début du xxe siècle, l’un des plus étudiés (Jespersen 1922 : 398, Firth 1930 : 58, Bloomfield 1933 : 244-245, Paget 1935 : 78, Bolinger 1940 : 68, Hill 1958 : 93, Ullmann 1962 : 84, Marchand 1969 : 331-332, Rhodes et Lawler 1981 : 331, Joseph 1987 : 2, Bergen 2004 : 290, Tournier 2007 : 146, etc.), le consensus général étant, pour reprendre la formulation de Joseph, que sn- est « the initial consonant sequence of words having something to do with the nose, e.g. sniff, sneeze… » (1987 : 2) ;

9iii) La transposition du concept guillaumien de «  condition invariante  » du niveau morphémique au niveau submorphémique que nous avons entreprise laisse penser qu’au sein du sous-ensemble des «  mots en sn-  » ayant trait à la nasalité, n- fonctionnerait comme «  invariant-noyau  », défini comme la plus petite unité structurelle d’une sous-classe de mots donnée à laquelle peut être attribuée une notion invariante, alors que s- y serait une variante, en alternance phonosémantique avec ø (s-/ø-) dans certains «  doublons  » tels que sniff (v.) ‘renifler’ / niff (v., fam.) ‘puer, renifler’. Cette relation dyadique peut être représentée sous la forme {(s) n-/nasalité/}. La logique inhérente à cette démarche est celle qui veut qu’en dernière analyse, une valeur invariante attribuable à une classe de mots donnée doit être assignée, le cas échéant, au segment invariant qui caractérise cette classe (ex. : sn- dans sneeze, sniff, snore, etc.), dans la mesure où un segment variable (ex. : -eeze dans sneeze, -iff dans sniff, -ore dans snore, etc.) ne peut véhiculer une valeur invariante ;

10iv) La réalisation phonétique de l’invariant-noyau n- au sein du sous-ensemble des « mots en sn- » ayant trait à la nasalité implique elle-même une résonance nasale. En effet, /n/ est un son produit par l’écoulement d’une partie de l’air issu du larynx à travers la cavité nasale, et posséderait ainsi, selon nous, un potentiel auto-référentiel lui conférant la possibilité de véhiculer des valeurs nasales en langue.

11Par conséquent, notre démarche a consisté ensuite à ériger heuristiquement les mots anglais commençant par sn- en « classe » sur la seule base de l’invariance phonologique qu’ils attestent en position initiale de mot, et à poser ensuite qu’à cette invariance en surface correspond une invariance en profondeur d’ordre notionnel et non sémantique (au sens strictement linguistique de ce terme, que nous associons au niveau du morphème). En effet, d’un point de vue sémantique, si les membres du sous-ensemble des « mots en sn- » évoqué en i) ci-dessus véhiculent invariablement la notion de « nasalité », ils ne possèdent aucun sens qui puisse être considéré comme invariant. L’on citera, à titre illustratif, sneeze (v.) ‘to drive or emit air or breath suddenly through the nose and mouth by an involuntary and convulsive or spasmodic action, accompanied by a characteristic sound’, sniff (v.) ‘to draw air through the nose with short or sharp audible inhalations; to clear the nose in this way, esp. when under the influence of emotion’, et snore (v.) ‘to make harsh or noisy sounds in sleep by breathing through the open mouth or through the mouth and nose; to breathe in this manner during sleep’ (OED).

12Si l’on considère une « notion » comme un espace conceptuel construit à partir d’opérations de catégorisation de l’univers d’expérience, au sens guillaumien de cette expression dans laquelle le terme « expérience » réfère à la « connaissance immédiate, empirique, des faits ou des phénomènes directement éprouvés » (Bonne et Joly 2004 : 166), on élargit ainsi le champ des possibles. En effet, il devient possible d’identifier, au sein de la classe des « mots en sn- », un certain nombre de sous-classes dont chacune est composée de mots ayant des sens, parfois métaphorisés, qui, s’ils sont différents, renvoient tous à une seule et même notion. Cependant, cette démarche ne s’avère validable que si l’on raisonne en termes de sous-ensembles et non d’ensembles, comme c’est le cas pour la classe des « mots en TH-/WH- », auxquelles appartiendrait la quasi-totalité des morphèmes grammaticaux de l’anglais moderne commençant par th- et wh- respectivement.

2. La relation entre le concept de marqueur sub-lexical et celui de phonesthème

13L’emploi dans nos écrits du terme inédit de « marqueur sub-lexical » par rapport à celui, préexistant, de « phonesthème », ne découle pas d’un simple choix terminologique. Bien au contraire, il reflète notre postulat que, à l’instar des « mots en TH-/WH- » de l’anglais, c’est le segment consonantique initial des mots réputés comporter des phonesthèmes qui représente, sous certaines conditions, la « marque » (ou trace matérielle) de toute notion invariante pouvant être attribuée à une sous-classe donnée de ces mots, tant en diachronie qu’en synchronie.

14Si le terme de « phonesthème » s’applique, lui aussi, à des segments consonantiques initiaux de type C-, CC- ou CCC-, il concerne en outre des segments en position finale de mot de type -VC, -VCC ou -VCCC (Firth 1930 : 59, Marchand 1960 : 335-341, Tournier 2007 : 147-148, etc.), appelés « rimes » par Bolinger (1950), voire des segments vocaliques se trouvant en position médiane indépendamment du segment consonantique suivant (ex. : /i/ dans snip, nip, pip, etc., dont les sens semblent renvoyer à la notion de « petitesse »). Or, du fait qu’il revêt aussi une dimension diachronique, le concept de « marqueur sub-lexical » est habilité à intégrer notamment l’observation qu’en anglais, le contenu sémantique des mots lexicaux est véhiculé essentiellement (mais non exclusivement) en système par l’alternance consonantique, et ce depuis le proto-indo-européen, où les voyelles apophoniques jouent, au sein de la racine, un rôle uniquement morphologique (Haudry 1994 : 25).

15Cela dit, beaucoup dépend des critères de constitution de la classe heuristiquement établie, car on pourrait tout aussi bien attribuer la valeur notionnelle « frapper » au segment final -ump dans le sous-ensemble bump ‘to strike heavily, knock, thump’, clump ‘to strike, punch, or beat’, dump ‘to strike with a dull abrupt thud’, stump ‘to strike (the toe) unintentionally against a stone or something fixed’ et thump ‘to beat or strike (the ground, etc.)’, où b-, cl-, d-, st- et th- respectivement fonctionneraient comme variables. Cependant, ce segment est de type -VCC et non -CC, et incorpore ainsi une voyelle. Or, ce dernier élément paraît indissociable de la notion de « frapper » attribuée aux mots en question, puisque celle-ci ne semble pas pouvoir être véhiculée, phonosymboliquement du moins, par le seul élément consonantique -mp. Par ailleurs, si on passe d’un plan synchronique à un plan diachronique, on constate que ces mots, d’origine tardive (moyen-anglais ou anglais moderne précoce), ne sont pas étymologiquement apparentés, alors que plusieurs « mots en sn- » ayant trait à la nasalité (ex. : vieil-ang. snyflung, ang. mod. sniff, snot, etc.) continueraient une seule et même racine à *(s)n- initial reconstructible en proto-germanique, voire en indo-européen, à savoir *(s)neṷ- et ses divers élargissements (Southern 1999 : 70-71).

16Ainsi le concept de « marqueur sub-lexical » permet-il d’appréhender la stabilité diachronique des segments en question dans telle ou telle sous-classe de mots. Pour ce faire, il importe de considérer ses manifestations submorphémiques en surface non pas comme des « objets », mais comme des relations, que nous avons qualifiées de « phono-notionnelles » (Philps 2008b). Il s’agit, en l’occurrence, de la relation dyadique qui s’établit entre un segment consonantique initial et une valeur notionnelle, représentable, dans le cas des « mots en sn- » ayant trait à la nasalité par exemple, par {sn-/nasalité}, voire {(s)n-/nasalité} si l’on accepte le postulat que n- dans sn- fonctionne comme invariant-noyau (voir section 1). Il devient ainsi possible de retracer cette dernière relation jusqu’en indo-européen, via le proto-germanique (*(s)neṷ- et ses divers élargissements > védique náva ‘renifler’, ang. mod. sniff ‘renifler’, etc. (Southern 1999 : 71)), alors que ce n’est pas le cas de la relation {(s)n-/mordre}. Si celle-ci remonterait jusqu’en proto-germanique (voir Watkins 2011 : 84, sous *snu-), la plupart des « mots en sn- » anglais concernés, d’étymologie incertaine, sont attestés plus ou moins tardivement (ex. : snack ‘(essayer de) mordre’, primo-attesté au cours du xive siècle, snap ‘essayer de mordre’ dès 1530, ou snash ‘essayer de mordre’ dès 1856 selon OED), et ne figurent pas dans le Anglo-Saxon Dictionary de Bosworth et Northcote Toller (1898).

17Enfin, le postulat que le marqueur sub-lexical en anglais moderne contiendrait, sous certaines conditions, un « invariant-noyau » identifiable grâce à l’application d’un critère d’alternance structurel, nous a permis d’envisager l’hypothèse que la valeur notionnelle invariante attribuable à <sn-> dans la sous-classe des « mots en sn- » ayant trait à la nasalité, par exemple, serait véhiculée, en ultime analyse, par <n>. En effet, dans les « doublons » phonosémantiques de type sniff/niff ‘renifler’, <s> est en alternance avec <ø> et y fonctionnerait, par conséquent, comme variante. Or, ce phénomène semble être un vestige de l’alternance morphophonologique sporadiquement attestée à l’initiale de la racine indo-européenne dans certains rameaux connue sous le nom de « *s- mobile » (Benveniste 1935 : 164, Southern 1999, etc.). Si tel était le cas, cela impliquerait que *n dans *(s)neup- ‘± relatif au nez’ fonctionnait comme invariant-noyau en indo-européen, et y véhiculait donc, submorphémiquement, la notion de « nasalité », tout comme dans son dérivé sniff en anglais moderne.

18L’un des avantages de l’hypothèse qu’on vient d’exposer réside en ce qu’elle est généralisable à l’ensemble des marqueurs sub-lexicaux relevant du schéma superordonné (S)CVC- contenant des phonesthèmes, à savoir <sl-> (slime/lime, n.), <st-> (stumble/tumble, v.), <sw-> (swell/well, v.), etc. Quant au schéma superordonné CRVC-, cette hypothèse permet de constater que dans la mesure où il n’existe aucune alternance phonosémantique régulière en anglais de type <b>/<ø> dans, par ex., bring/ring, de type <g>/<ø> dans, par ex., glow/low, ou de type (<t>/<ø>) dans, par ex., trip/rip, etc., on ne peut y identifier un invariant-noyau au moyen du critère appliqué au schéma (S)CVC-.

  • 5 La notation C1/C2 est adoptée ici pour rappeler que la racine indo-européenne « canonique » est com (...)
  • 6 N.B. : Les consonnes initiales *bh dans *bher- et *ĝh dans ĝhel- et *ĝher- sont des aspirées, et *ĝ(...)

19Cela dit, on peut y déceler, toujours sous certaines conditions, un autre phénomène d’alternance structurelle qui, lui, serait un vestige de l’alternance thème I (racine pleine et tonique + suffixe zéro, soit C1éC2-)/thème II (racine zéro + suffixe plein et tonique, soit C1C2é-)5 caractérisant la racine indo-européenne (Benveniste 1935 : 150-151). Il s’agit de l’alternance CRV-/CVR- (où, rappelons-le, R = sonante), exemplifiée notamment par <brV->/<bVr-> dans bring/bear (notion de « porter »), par <glV->/<gVl-> dans gleam/gild (notion de « briller »), et par grip/gird (notion de « serrer »), où bring et bear continuent, via le proto-germanique, i.-e. *bher- ‘porter’, gleam et gild *ĝhel- ‘briller’, et grip et gird *ĝher- ‘saisir’ (Watkins 2011, Mallory et Adams 1997 : 564 sous *ghreib- pour grip).6 Ce vestige, aussi infime soit-il, nous rappelle qu’au sein de la racine indo-européenne, dont le contenu sémantique est véhiculé essentiellement, on l’a dit, par l’alternance consonantique, les ancêtres de C et R dans certaines alternances CRV-/CVR- de l’anglais peuvent soit former un groupe consonantique (ex. : dans le thème II de ĝhel- ‘briller’ (C1C2é-), continué par proto-germ. *glaimiz > ang. gleam), soit être dissociés (ex. : dans le thème I de cette racine (C1éC2-), continué par proto-germ. *beran > ang. bear). Comme c’est le cas pour *n dans *(s)neup-, où il occupe le créneau C1-, puisque *s- y est « mobile », cette analyse suggère que la notion invariante attribuable à bring/bear, gleam/gild et grip/gird respectivement pourrait également être véhiculée, dans les racines indo-européennes dont ces mots sont dérivés, par une seule consonne, soit C1, soit C2.

20Or, il existe en indo-européen un phénomène d’alternance phonosémantique qui laisserait croire que C2 y fonctionne, dans certains doublons du moins, comme variable. Il s’agit, comme on l’a indiqué ailleurs (Philps 2005b, etc.) de l’alternance *-l-/*-r- caractérisant les « doublons phonosémantiques » *gal-/*ĝar- ‘crier’, *ghel-/*gher- ‘crier’ *ĝhel-/*ĝher- ‘briller’, *pel-/*per- ‘frapper’, *(s)kel-/*(s)ker- ‘couper’, *wel-/*wer- ‘tourner’, etc. On fera état aussi, de manière moins déterminante, de l’alternance voisé/non voisé observable en position C2 dans des doublons tels que *ĝebh-/*ĝep(h)- ‘± manger, mâcher’ et *peig-/*peik- ‘couper, inciser’. Cette variabilité qui caractérise C2 constitue, selon nous, un indice faisant penser que c’est C1 dans la racine indo-européenne qui fonctionne comme invariant-noyau et qui véhicule, par conséquent, la valeur notionnelle fondamentale attribuable à chaque racine. Il existe, bien évidemment, quelques contre-exemples : dans le doublon *(s)kel-/*(s)ker- ‘couper’, par exemple, c’est <k> qui fonctionnerait comme invariant-noyau selon notre analyse, car il y occupe le créneau C1, alors que dans *sek- ‘couper’, *-k- occupe le créneau C2. Le recours à la théorie des « laryngales » initialement proposée par Saussure (1879) s’avérerait sans doute nécessaire, mais non suffisant, pour tenter de résoudre de telles difficultés (racines à *s- mobile de type *(S)HVC- où H = laryngale telles que l’hypothétique *(s)h3ekw- > *sekw- ‘voir’/*h3okw ‘œil’ (Mallory et Adams 1997 : 188) ou, dans le cas présent, l’encore plus hypothétique *(s)h2e - > *sek- ‘couper’/*h2e - ‘aiguisé, pointu’).

21En matière de marqueurs sub-lexicaux, l’on peut montrer qu’il existe, en anglais, deux types de schémas superordonnés caractérisant la base lexicale des mots dans lesquels figurent ces marqueurs, à savoir (S)CVC- et CRVC- (où R = sonante). Dans le schéma (S)CVC-, lorsque S y est matérialisé, le marqueur sub-lexical est de type s + sonante (ex. : <sl-> dans slack, slouch, slovenly, <sm-> dans smear, smudge, smurch, <sw-> dans sway, sweep, swing), ou de type s + occlusive sourde (ex. : <sk-> dans scamper, scatter, scurry, <sp-> dans spade, spear, spit, <st-> dans stable, stand, stolid). On notera que ce schéma comprend un sous-schéma, (S)CR-, nécessaire pour rendre compte de mots lexicaux tels que script, sprawl et stretch et, marginalement, d’alternances phonosémantiques tels que splash/plash. Par contre, dans le schéma CRVC-, en simplifiant quelque peu, il est de type occlusive sonore ou sourde + sonante (ex. : <br-> dans breach, break, brittle, <pl-> dans plaice, plane, plank), ou de type fricative sourde + sonante (ex. : <fl-> dans flee, flit, fly, <θr-> dans thrash, thresh, thrust).

22En surface, le marqueur sub-lexical peut être phonologiquement simple (ex. : <øn-> dans niff au sein du doublon phonosémantique sniff/niff, où <ø> représente une possibilité d’alternance consonantique non instanciée et où <n> fonctionnerait comme invariant-noyau), ou complexe (ex. : <sn-> dans sniff, où <s> fonctionnerait comme variante et <n> comme invariant-noyau). Si le marqueur sub-lexical tel que nous le concevons ne peut se trouver qu’en position initiale de mot, c’est qu’en position finale, la matière phonique qui lui permet de former des signes linguistiques est phonologiquement variable (ex. : -eeze dans sneeze, -iff dans sniff, etc.).

  • 7 Ex. : les « mots en sn- » ayant trait à la notion de « mordre », tels que snag (v.) ‘snap, bite’, e (...)

23En synchronie contemporaine, les « mots en sn- » correspondent à ce que nous avons appelé un « terrain de collisions », phonétiques, morphologiques et sémantiques en particulier (Philps 2002 : 109). En effet, derrière une invariance de surface se télescopent des mots relevant de toutes sortes de phénomènes et de processus linguistiques (analogie, variation, polysémie, homonymie, onomatopée, etc.), trop nombreux pour être développés ici. En diachronie, rares sont les « mots en sn- » dont on peut reconstruire la racine proto-germanique, voire indo-européenne, avec confiance, car beaucoup d’entre eux constituent vraisemblablement des formations – ou déformations – secondaires, dont la trace étymologique se perd rapidement. C’est aussi le cas de ceux qui sont entrés en anglais à différentes époques par le biais d’autres langues germaniques, après avoir déjà subi certains des processus évoqués ci-dessus dans leur langue d’origine, ou bien avant de les subir en anglais.7

24Enfin, nous avons soutenu (Philps 2011) que le statut morphologique des phonesthèmes, mais aussi celui des marqueurs sub-lexicaux, est de nature submorphémique et non morphémique, car ces éléments ne répondent pas à tous les critères définitoires du morphème ; en particulier, ils ne peuvent se combiner avec d’autres morphèmes. Il est significatif, à cet égard, que Crystal définisse le submorphème comme « a part of a morpheme that has recurrent form and meaning, such as the sl- beginning of slimy, slug, etc. » (2003 : 301).

3. Le statut psychomécanique et cognitif des marqueurs sub-lexicaux

25Bien que Guillaume n’ait pas entrepris de le faire lui-même en psychomécanique, la transposition du niveau morphémique au niveau submorphémique du principe de « condition invariante » évoqué ci-dessus permet d’avancer l’hypothèse que les submorphèmes en position initiale de mot porteurs d’une invariance tant phonologique que notionnelle, tels que le segment sl- pris en exemple par Crystal (2003), notamment dans slack, slime, slop, slouch, slow et slug (cf. Tournier 2007 : 146), sont doués non pas de sens, mais d’un potentiel de sens en attente des conditions qui leur permettront de devenir linguistiquement signifiants.

26Au sein de la classe des « mots en sn- » par exemple, sn- n’est pas linguistiquement signifiant : cet élément formateur se maintient en deçà du seuil de signifiance, puisque la matière phonique qu’il apporte, en état d’insuffisance expressive, car trop généralisante, ne permet pas d’y associer un signifié quelconque. Pour devenir signifiant, il lui faut franchir une limite universelle, celle, identifiée par Guillaume, qui sépare le champ du général du champ du particulier, et qui coïncide ici avec celle, tout aussi universelle, qui sépare invariance et variabilité. Cette limite est franchie, lors d’une opération de morphogenèse, grâce à un apport de matière phonique supplémentaire, matière particularisante en raison de son potentiel de variabilité. C’est la fusion de ces deux types de matière qui est créatrice de sens, c’est-à-dire qui permet de passer de l’état d’élément formateur à celui d’élément formé (voir Philps 2005a).

27Quant au statut cognitif des phonesthèmes, il reste controversé, « in part because they [phonæsthemes] do not fit well into linguistic theories that view compositionality as a defining characteristic of morphological complexity » (Bergen 2004: 291). C’est aussi le cas des marqueurs sub-lexicaux, voire de la submorphémique en général, comme le signale Bottineau (2008). Alors que Guillaume, dont la théorie psychomécanique est qualifiée de « pré-cognitive » par Fuchs (2004 : 16), affirme que le signe linguistique fixe dans la langue une condition invariante, le linguiste cognitiviste Lakoff avance, lui, dans le cadre de son « Hypothèse de l’invariance », que « Metaphorical mappings preserve the cognitive typology (this is, the image–structure schema) of the source domain. It will follow from this that all source domain inferences due to cognitive topology (image–structure schema) will be preserved in the mapping. » (Lakoff 1990 : 54)

28Pour rendre compte de plusieurs phénomènes récurrents relatifs à la polysémie, mais aussi à l’homonymie, attestés par certains sous-ensembles de « mots en sn- », nous avons fait appel à cette hypothèse dans le cadre de l’élaboration du concept de marqueur sub-lexical. Et pour tenir compte de l’univers d’expérience évoqué par Guillaume, nous avons eu recours au concept plus récent d’« espace conceptuel » élaboré par Gärdenfors (2000), comparable à celui de « domaine notionnel » prôné par Culioli (1990). Selon Gärdenfors, un espace conceptuel est une entité théorique constituée d’un ensemble de dimensions qualitatives possédant une structure géométrique, topologique, ou ordonnée, entité qui se donne pour but de rendre compte de la structure conceptuelle afférente à toute représentation mentale. Ces dimensions qualitatives (ex. : luminosité, masse, température, son parmi les dimensions physiques ; hauteur, largeur, et profondeur parmi les dimensions spatiales, ainsi que le temps) permettent d’assigner des propriétés à des référents, et d’en spécifier les relations. Certaines dimensions sont de nature intégrale, dans la mesure où l’on ne peut attribuer une valeur à un référent sur une dimension sans lui donner une valeur sur une autre (ex. : intensité / timbre chez un son), alors que d’autres sont de nature indépendante (ex. : poids / couleur).

  • 8 Voir Culioli 1990 : 53 et Gärdenfors 2000 : 17-20.

29Si l’on pose que tout référent peut se voir attribuer certaines propriétés à l’exclusion d’autres, l’on est amené à décomposer un espace conceptuel en sous-espaces, appelés « domaines » par Gärdenfors. Un domaine peut être défini comme un ensemble de dimensions qualitatives intégrales pouvant être distinguées, théoriquement, de toutes autres dimensions qualitatives, même s’il est nécessaire de poser l’existence de corrélations intra- et inter-domaines. Ces ensembles, qui peuvent être dotés d’une métrique,8 sont hiérarchisables entre eux selon des critères relationnels, en particulier de type dimensionnel et méronymique. Par exemple, selon le cas, il peut s’agir d’un espace superordonné (Σsup) qui inclut plusieurs espaces qui lui sont subordonnés (Σsuba…n), Σsup pouvant lui-même être subordonné à un espace qui lui est superordonné (ΣSUP).

  • 9 Voir Culioli 1990 : 56.

30Dans nos travaux, nous nous sommes servi de la notion de « domaine » (noté entre obliques, ex. : /nasalité/) comme passerelle entre le niveau conceptuel et le niveau expérientiel en posant, par exemple, que dans la mesure où le corps humain constitue une matérialisation particulière d’un domaine tel qu’il vient d’être défini, il intègre, grâce à cette matérialisation, le milieu expérientiel. C’est ainsi que nous parlons de « domaine corporel », lui-même décomposable en « sous-domaines » simples (ex. : buccal, nasal, brachial, manuel, etc.) ou complexes (ex. : bucco-nasal). Or, la modélisation corporelle implique la prise en compte de plusieurs types d’opérations mentales déjà mis en évidence par d’autres (ex. : Guillaume 1964 : 256), opérations qui participent toutes de la dématérialisation, processus évolutionnaire fondamental qui relève de la capacité que possède l’esprit de décorporéiser son propre milieu. C’est cette capacité qui occasionnerait, dans certains mots du moins, une perte de matière sémantique et, possiblement, une grammaticalisation conséquente. Il s’agit notamment de l’opération dite de repérage,9 à savoir la détermination, à l’intérieur d’un espace conceptuel donné, de sous-ensembles de propriétés et relations topologiques à prélever, ces sous-ensembles étant repérés :

i) par rapport à des sous-ensembles de propriétés et relations homologues caractérisant d’autres espaces conceptuels, et

  • 10 Voir Culioli 1990 : 182.
  • 11 Voir Lakoff 1990 : 47-48.

ii) par rapport aux propriétés et relations non prélevées à l’intérieur de l’espace conceptuel en question, qu’il s’agisse d’extraction10 (prélèvement de propriétés et relations repérées à l’intérieur d’un espace conceptuel donné), ou de projection11 (transfert de propriétés et relations invariantes d’un domaine source à un domaine cible).

  • 12 Voir Guillaume 1964 : 143-156.
  • 13 Voir Sweetser 1990 : 20.

31Faisons mention aussi des opérations de particularisation / généralisation,12 et de celle de « physification »13 (conceptualisation du psychique en termes du physique à des fins d’entendement : la notion même d’« espace conceptuel » en est un exemple). Ces opérations apparaissent sous-tendues à leur tour par des principes fondamentaux tels que causalité, cyclicité, et transcendance.

32Pour ce qui est de la physification, l’étude de la sous-classe des « mots en sn- » de l’anglais ayant trait à la nasalité tend, elle aussi, à accréditer l’hypothèse que l’esprit conceptualise le psychique en termes du physique, et qu’il est susceptible de construire un lien de causalité entre les mouvements du faciès, visibles, et les mouvements de la pensée, invisibles ; autrement dit, que la gestuelle faciale permet la matérialisation de sentiments et d’émotions immatériels, et en facilite ainsi l’interprétation. Ce n’est autre que Darwin qui, au xixe siècle, a mis en évidence ce phénomène :

« Scorn and disdain, as well as sneering and defiance, may be displayed by a slight uncovering of the canine tooth on one side of the face; and this movement appears to graduate into one closely like a smile. » (1998 : 251)

  • 14 Wright 1898-1905.

33Or, le « mot en sn- » sneer utilisé par Darwin possédait en anglais du xixe siècle, selon le cinquième volume du English Dialect Dictionary (EDD),14 plusieurs sens qui renvoient à des gestes physiques associés à la région bucco-nasale, notamment ‘snore’, ‘inhale by the nostrils’, et ‘hiss’. Par ailleurs, OED relève, en anglais écossais, le sens de ‘(of an animal): to make a twitching movement with the nose’ et de ‘to curl up (the lip) in contempt or scorn’. Cependant, sneer aurait subi depuis lors une forte métaphorisation, car le sens qui prédomine en anglais contemporain est celui de ‘to smile scornfully or contemptuously’ (OED). Cette métaphorisation paraît découler à son tour d’un processus de physification, sans doute à soubassement neurophysiologique, où le mouvement du faciès en question (le sourire) serait interprété comme la manifestation physique d’un sentiment (le mépris) qui, lui, relève de l’émotif.

4. La reformulation du concept de marqueur sub-lexical et le rôle de l’analogie

34Dans un article paru dans le Bulletin de la Société de Linguistique de Paris (Philps 2003), nous avons proposé qu’une « transformation » diachronique pouvant être représentée comme suit : [xn] > [n][sn] (où x = [f], [g], [h], [k]), a pu se produire à l’initiale du mot entre vieil-anglais et anglais moderne (ex. : gnag [< v.-a. gnagan] (v.) ‘gnaw, bite, nibble’, primo-attesté a1000 > knag (v.) ‘bite, nibble’ (xve) > nag (v.) ‘gnaw, nibble’ (1825) → snag (v.) ‘snap, bite’ (XIXe, EDDV). Nous avons soutenu que cette transformation se décompose en deux processus différents, soit, chronologiquement, une « simplification » consonantique à motivation phonétique ([xn] > [n]), suivie d’une incrémentation submorphémique en s- ([n] [sn]) à motivation analogique. Nous avons également fait remarquer qu’elle constituerait une nouvelle confirmation du postulat néo-grammairien relatif à l’indépendance de l’évolution phonétique, notamment par rapport au phénomène diachronique appelé « changement sémantique ». Pour ce qui est de l’évolution du segment initial gn-, le processus [gn] > [kn] > [n] (Dobson 1968 : 977-978) reflète les deux aspects du principe de régularité sous-tendant ce postulat, à savoir la globalité et l’unidirectionalité. L’évolution [kn] > [n], par exemple, s’applique non seulement aux « mots en gn- » ayant le sens de ‘ronger, mordre’, tels que gnag (v., dial.), gnap (v., dial.), gnat (n., ‘dipteran biting insect…’), gnaw et gnip (v., obs.), mais aussi à un sous-ensemble de « mots en kn- » ayant le sens de ‘frapper’ (knap, knick, knock, knub, etc.).

35Quant à l’incrémentation n- → sn- postulée, il s’agirait d’un processus structurel dont le rôle paraît essentiellement expressif, et qui permettrait, par le biais de ce qui s’apparente à une manifestation linguistique du phénomène d’homéostasie, la régénération submorphémique d’une partie du lexique, notamment lorsqu’une évolution phonétique a pour effet d’altérer le potentiel contrastif des groupes consonantiques à l’initiale du mot. Cette incrémentation aurait été de type analogique, en ce sens qu’elle découlerait de l’existence d’un schéma préexistant ayant engendré d’autres « mots en sn- », parfois en alternance phonosémantique avec une forme en n-, et dont les sens étaient approchants. Ainsi snag (v.) ‘to snap, bite’, sens non attesté dans OED, mais probablement tardif si l’on en juge d’après EDDV, est-il susceptible d’avoir été créé par incrémentation à motivation analogique à partir de nag < knag < gnag ‘mordre’, sur le modèle sémantique plus ancien de snag (n.) ‘chicot [d’une dent]’, primo-attesté dans ce sens en 1612 selon OED, et sans doute d’origine scandinave.

36C’est cette hypothèse qui a confirmé la nécessité de procéder à une reformulation de notre hypothèse de départ qui était, rappelons-le, que sn- véhicule, du fait de son invariance en surface au sein de la classe des « mots en sn- », une invariance en profondeur, en raisonnant désormais en termes de sous-classes, tant en synchronie qu’en diachronie. En effet, si la relation dyadique {(s)n- /nasalité/} peut être reconstruite en indo-européen, ce n’est pas le cas de la relation {(s)n- /mordre/} attestée notamment par ang. mod. snack (v., sens dialectal) ‘bite or snap’, snag (v., sens dial.) ‘snap, bite’, snap (v.) ‘catch or seize with a quick bite or snap’, et snatch (v., sens dial.) ‘make a sudden snap or bite’. Si l’on se fie à Watkins (2011) ou bien, pour ce qui est des racines dites « verbales », à Rix (2001), il n’existe aucune racine indo-européenne à *sn- ou à *(s)n- à l’initiale qui véhicule la notion de « mordre ». Il semblerait d’ailleurs que les entrées 4 (snip), 5 (snap) et 7 (snatch) sous [*snu-] dans Watkins (2011 : 84) soient reconstructibles seulement jusqu’en proto-germanique (« snip from Germanic *snip- […], snap from Germanic *snap- »), mais aussi snatch (« from Middle English snacchen, [...] from a Low German source akin to Middle Dutch snakken, to snap at. »).

Quoi qu’il en soit, la transformation gn- > kn- > n- → sn- postulée permet d’identifier trois sous-classes au sein de la classe des « mots en sn- » en anglais moderne :

i) une sous-classe dont les membres possèdent au moins un sens ayant trait à la notion de « nasalité », soit environ 15 % des membres de la classe en question (snaffle, sneeze, sniff, snore, snot, snub, etc.) ;

ii) une sous-classe dont les membres possèdent au moins un sens ayant trait à la notion de « mordre », soit un peu moins de 5 % des membres de la classe en question (snack, snag, snap, snatch, etc.) ;

iii) une sous-classe hétéroclite, statistiquement prépondérante, dont les membres ne possèdent aucun sens ayant trait à la notion de « nasalité » ou à celle de « mordre » (snail, snake, snow, etc.).

37Or, notre hypothèse suggère, entre autres, que d’un point de vue diachronique, les « mots en sn- » composant la sous-classe ii) ne seraient pas originaires (c’est-à-dire qu’ils ne continueraient pas des « mots en sn- » du vieil-anglais), mais constitueraient des innovations plus ou moins tardives, de type analogique, qui reprennent et pérennisent le sens de « mordre » véhiculé précédemment par certains membres de la petite classe des « mots en gn- » du vieil-anglais qui auraient subi une simplification consonantique entre vieil-anglais et anglais moderne (gn- > kn- > n-). À cet égard, on notera qu’aucun « mot en sn- » du vieil-anglais qui figure dans le Anglo-Saxon Dictionary de Bosworth et Northcote Toller n’atteste un sens comprenant le terme définitoire « bite », alors que plusieurs comprennent un terme définitoire que l’on qualifiera de « nasal », ex. : snofl, snot (n.) ‘mucus’, snȳtan (v.) ‘blow the nose’, etc.

38On peut en conclure que les « mots en sn- » ayant trait à la notion de « mordre » auraient acquis leur valeur notionnelle par un procédé de transfert phonesthémique à partir des « mots en gn- » du vieil-anglais ou du moyen-anglais ayant un sens approchant (ex. : gnap (v.) ‘to bite in a snapping fashion’ > snap (v.) ‘to catch or seize with a quick bite or snap’, gnash (v.) ‘to bite upon, grind the teeth upon’ > snash (v.) ‘to bite at hastily and noisily’, gnip (v.) ‘to nip, bite’ > snip (n.) ‘a nip, pinch, bite, etc.’ (OED)). Par contre, les « mots en sn- » ayant trait à la notion de « nasalité » auraient hérité cette valeur directement du proto-germanique, voire de l’indo-européen pour certains, via l’un des rameaux du germanique (ex. : indo-européen *(s)neup- > proto-germ. *snuf- > ang mod. sniff ‘to draw air through the nose with short or sharp audible inhalations’ (Southern 1999: 71)).

39Si l’on se fie à Watkins (2011), avec circonspection néanmoins, un tel processus était déjà à l’œuvre en amont du proto-germanique car, sous l’entrée [*snu-] « Imitative beginning of Germanic words connected with the nose », l’auteur regroupe non seulement des dérivés anglais ayant un sens « nasal » (sniff, snot, snuffle, etc.), conformément au statut imitatif qu’il leur attribue, mais aussi certains dérivés qui n’ont rien à voir avec ce sens, puisqu’ils attestent celui de ‘mordre’ (snap, snatch, snip). Cet assemblage lexical, qui peut paraître peu cohérent sous une seule et même entrée, se laisserait expliquer avec une certaine aisance si l’on admettait que les racines proto-germaniques *snap- et *snip- constituaient déjà, à l’époque, des innovations à motivation analogique. Celles-ci résulteraient, selon cette hypothèse, d’un processus de « contamination » formelle et sémantique impliquant d’une part certains dérivés de la base hypothétique *gh(e)n- ‘ronger’ (Watkins 2011 : 30), notamment proto-germ. *gnagan (> ang. mod. gnaw), et d’autre part certains dérivés de la racine à *s- mobile *(s)neṷ-, notamment proto-germ. *snuf- > ang. mod. sniff, et *snūt- > ang. mod. snot.

40Rappelons que selon la loi dite de Grimm, *ghn- en position initiale de racine serait devenu *gn- entre indo-européen et proto-germanique par un processus de désaspiration, ce qui a pu contribuer à créer un décalage chronologique au niveau du processus de simplification consonantique subi en anglais tant par les dérivés des racines indo-européennes à *g- initial, par exemple la base hypothétique *g(e)n- ‘± comprimer’ (> proto-germ. *knapp- > ang. mod. knap (v.2, dial.) ‘bite in a short or abrupt way ; to snap ; to nibble’, etc.), que par les dérivés des racines à *gh- initial, par exemple la base hypothétique *gh(e)n- ‘ronger’ (> proto-germ. *gnagan > ang. mod. gnaw ‘to bite (something) persistently’).

5. La TSG : du « marqueur sub-lexical » à l’émergence du signe linguistique

41Lors de la phase d’élaboration du concept de « marqueur sub-lexical », notre analyse structurelle des « mots en sn- » de l’anglais ayant trait à la notion de « nasalité » nous a amené, rappelons-le, à proposer que l’invariant-noyau <n> postulé dans cette sous-classe y fonctionne auto-référentiellement, c’est-à-dire qu’il constitue une base articulatoire dont la qualité nasale lui permet de renvoyer iconiquement (au sens de Peirce (1991)) à sa région de production :

« sn- semble codifier les représentations mentales que certaines données expérientielles ont pu renvoyer aux membres de la communauté nommante de leur propre faciès, et en particulier de leur région bucco-nasale. Il constitue un outil d’auto-représentation linguistique, témoin d’une véritable stratégie de nomination. » (Philps 1997 : 227)

Une dizaine d’années plus tard, nous avons pu reformuler cette remarque à la lumière de l’état d’avancement de nos recherches en la matière :

« <n> posséderait inaliénablement, dans la mesure où il s’agit d’un son nasal, produit par l’écoulement d’une partie de l’air issu du larynx à travers les fosses nasales, la potentialité de véhiculer des valeurs nasales en langue (ce qui ne signifie pas pour autant que cette potentialité ait nécessairement été matérialisée dans telle ou telle langue). » (Philps 2006a : 180)

42C’est cette hypothèse, alliée à la prise en compte de la supposition que homo sapiens aurait toujours disposé naturellement de la potentialité d’utiliser des résonances nasales pour renvoyer à la perception qu’il a de phénomènes (bucco-)nasaux internes (éternuements, reniflements, ronflements, etc.), ou, par rétroprojection, externes (éléments météorologiques influant sur lui tels que neige (Philps 2004), fumée, brume, etc.), qui nous a encouragé à élaborer une théorie « sémiogénétique » des conditions d’émergence et d’évolution du signe linguistique (TSG, voir Philps 2000, 2006b et 2011 notamment). En simplifiant quelque peu, on entend par « sémiogenèse » (voir Nöth 1995 : 156) l’étude de l’évolution de comportements sémiotiques non linguistiques tels que le geste en comportements linguistiques.

43En effet, grâce à sa dimension diachronique, le concept de « marqueur sub-lexical » permet de retracer l’existence de certaines relations phono-notionnelles observables en anglais, notamment {(s)n-/nasalité} et {gr-/préhension manuelle}, jusqu’en proto-indo-européen. Ce faisant, il permet aussi de constater que d’autres relations de ce type, notamment {(s)n-/mordre}, ne remontent pas au-delà du proto-germanique, ce qui peut être l’indice d’un phénomène de « blending » analogique de certains groupes consonantiques en position initiale de racine entre indo-européen et proto-germanique (cf. Philps 2008a : 33-34 pour *gl- dans *glīdan ‘glisser’ et *sl- dans *slīdan ‘glisser’). Si aucune méthodologie linguistique ne permet actuellement de retracer de telles relations phono-notionnelles au-delà du proto-indo-européen, il existe une théorie connue sous le nom de « phonologie articulatoire » (Browman et Goldstein 1992) dans laquelle les unités contrastives de base sont conçues comme étant des gestes. Cette théorie, bien qu’elle ait été formulée sans tenir compte de phénomènes relatifs aux possibles origines du langage, incorpore des paramètres phonétiques et kinésiques qui permettent de remonter aussi loin dans le passé que l’autorisent les théories gestuelles de l’émergence du langage (cf. Allott 2001, MacNeilage 2008, ou, dans le cadre du système récemment découvert des « neurones miroirs », Rizzolatti & Sinigaglia 2008).

44Fondamentalement, la TSG postule l’existence d’une stratégie inconsciente de nomination du corps humain à soubassement somatotopique. Autrement dit, les activations des neurones miroirs localisés essentiellement dans la zone de Broca correspondraient à des représentations motrices partiellement chevauchantes des diverses parties, postures et mouvements du corps, dont ceux qui caractérisent la région bucco-faciale (Brown et al., 2009), représentations qui auraient été codifiées en langue, selon nous, sublinguistiquement. Plus spécifiquement, elle pose que les résonances nasales ont pu, sous certaines contraintes, servir de base articulatoire auto-référentielle à la construction de signes linguistiques ayant des sens « nasaux ».

45Cette théorie pose également que les sons occlusifs produits par des mouvements de fermeture-ouverture de la bouche ont pu, dans la mesure où ceux-ci seraient coordonnés physiologiquement avec des mouvements de fermeture-ouverture de la main (Gentilucci et al., 2001, voir aussi Corballis 2003), servir de base articulatoire permettant de renvoyer tant métonymiquement que simulativement aux gestes manuels et aux mains elles-mêmes ; autrement dit, un geste d’occlusion buccale se terminant par une phase de relâchement sonore pour un geste de préhension manuelle se terminant également par une phase de relâchement. Prenons comme exemple, en position initiale de racine en proto-indo-européen, l’occlusive palatale aspirée *ĝh- dans *ĝher- ‘saisir’ (Rix et al. 2001 : 177, Watkins 2011 : 31) et dans *ĝhes- ‘main’ (Mallory et Adams 1997 : 254, Watkins 2011 : 30). Ce faisant, l’on rapprochera, dans le cadre de notre théorie du moins, *ĝher- ‘saisir’, qui renvoie, dans les sens les plus anciens de ses nombreux dérivés, à un geste préhensif manuel, de la racine *gher- ‘crier’ (Watkins 2011 : 31), dont les dérivés renvoient à un geste préhensif buccal.

46Une telle base articulatoire aurait pu se transformer morphogénétiquement en signes linguistiques conventionalisés grâce à un processus de syllabification (C- > CV-, ex. : g- > gV-) suivi d’un processus d’incrémentation consonantique (CV- > CVC-, ex. : gV- > i.-e. *ĝhes- ‘main’) ou de réduplication (CV- > CVCV-, ex. : kV- > i.-e. *kak(k)a- ‘déféquer’). En ce qui concerne les « mots en sn- » de l’anglais ayant trait à la nasalité, on pourrait postuler, dans la même optique, une morphogenèse de type N- > NV- > (S)NVC- aboutissant, par exemple, à la racine indo-européenne élargie *(s)neup- ‘± relatif au nez’ > proto-germ. *snuf- > ang. mod. sniff ‘renifler’.

6. Brève conclusion

47Comme on l’a déjà précisé, le concept de « marqueur sub-lexical » a été élaboré pour rendre compte du seul segment consonantique initial des classes de mots concernés, soit (S)C- et CR- dans les schémas superordonnés (S)CVC- et CRVC- et non, comme c’est le cas des phonesthèmes, de la « rime » dans ces classes de mots (-VC, -VCC, -VCCC), même si celle-ci recèle, elle aussi, quelques phénomènes d’invariance phono-notionnelle (-ash, -ump, etc.). Cependant, il nous semble que synchroniquement, l’une de ses grandes forces réside en ce qu’il intègre, grâce à la prise en compte de phénomènes d’alternance structurelle (SC-/ØC- pour le schéma lexical superordonné (S)CVC- dans des « doublons phonosémantiques » tels que sniff/niff, et CR-/CRV- pour le schéma CRVC- dans gleam/gild etc.), le concept inédit d’« invariant-noyau ». Une autre de ses forces, d’après nous, consiste en ce qu’il permet de cerner plus analytiquement l’évolution diachronique des phonesthèmes situés en position initiale de mot, notamment grâce à la mobilisation du concept d’invariance, avec sa dimension temporelle inhérente, et de celui que nous appelons « transfert phonesthémique ».

48Enfin, comme on l’a fait remarquer ailleurs (Philps 2006a : 182), la TSG n’est qu’une théorie de l’émergence du signe linguistique parmi d’autres. Cependant, dans l’hypothèse où elle serait validable dans ses grandes lignes, cette théorie suggérerait que si le signe saussurien est arbitraire par définition et par conception, certaines composantes submorphémiques, tels les phonesthèmes ou autres marqueurs sub-lexicaux, en seraient devenus arbitraires au fil du temps. Cela se serait produit, à supposer que ses origines fussent effectivement en partie iconiques, en raison de l’incidence de processus linguistiques internes tels que l’analogie, la motivation relative, la régénération, etc., mais aussi parce que tout système de signes d’origine humaine semble tendre vers l’arbitraire, notamment pour s’affranchir de ses origines supputées (décorporéisation), pour atteindre l’abstraction (dématérialisation), et, en fin de compte, pour assurer sa propre survie (homéostasie).

Top of page

Bibliography

Allott, Robin (2001). The Natural Origin of Language. Knebworth: Able Publishing.

Benveniste, Émile (1935). Origines de la formation des noms en indo-européen, I. Paris : Adrien-Maisonneuve.

Bergen, Benjamin K. (2004). The psychological reality of phonæsthemes. Language 80, 2: 290-311.

Bloomfield, Leonard (1933). Language. Londres: Allen and Unwin.

Bolinger, Dwight L. (1940). Word affinities. American Speech 15: 62-73.

Bolinger, Dwight L. (1950). Rime, assonance and morpheme analysis. Word 6 (2): 117-136.

Bolinger, Dwight L. (1953). The life and death of words. American Scholar 22 : 323-335.

Boone, Annie, et André Joly (2004). Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, 2e édition. Paris: L’Harmattan.

Bosworth, Joseph, et Thomas Northcote Toller (Eds.), 1898. An Anglo-Saxon Dictionary. Oxford University Press: Oxford.

Bottineau, Didier (2008). The submorphemic conjecture in English: towards a distributed model of the cognitive dynamics of submorphemes, in La submorphémique lexicale, Lexis 2. http://screcherche.univ-lyon3.fr/lexis/IMG/pdf/Lexis_2_Bottineau.pdf. Consulté le 26 janvier 2012.

Bottineau, Didier (2011). Language and enaction, in John Stewart, Olivier Gapenne, et Ezequiel A. Di Paolo (dir.), Enaction : Toward a New Paradigm for Cognitive Science. Cambridge (Mass.): The MIT Press, 1-67.

Browman, Catherine P., et Louis M. Goldstein (1992). Articulatory phonology : an overview. Phonetica 49, 155-180.

Brown, Steven, Angela R. Laird, Peter Q. Pfordresher, Sarah M. Thelen, Peter Turkeltaub, et Mario Liotti (2009). The somatotopy of speech : phonation and articulation. Brain Cognition 70 (1) : 31-41.

Corballis, Michael (2003). From hand to mouth : the gestural origins of language, in Morten H. Christiansen et Simon Kirby (dir.), Language Evolution. Oxford : Oxford University Press, 201-218.

Crystal, David (2003). A Dictionary of Linguistics & Phonetics, 5e édition. Oxford : Blackwell.

Culioli, Antoine (1990). Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, 1. Gap : Ophrys.

Danon-Boileau, Laurent (1983). This, that, which, what et la construction de références. Quelques hypothèses, in Méthodes en linguistique anglaise, Travaux du C.I.E.R.E.C. n° 39. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, 35-56.

Darwin, Charles (1998 [1872]). The Expression of the Emotions in Man and Animals, Introduction, afterword and commentaries by Paul Ekman. Londres : HarperCollins.

Delmas, Claude (1987). Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain. Paris : Klincksieck.

Dobson, Eric J. (1968 [1957]). English Pronunciation 1500-1700, 2e édition. Oxford : Clarendon.

Ernout, Alfred, et Antoine Meillet (2001 [1932]). Dictionnaire étymologique de la langue latine, retirage de la 4ème édition révisée. Paris : Klincksieck.

Firth, John R. (1930). Speech. Londres : Ernest Benn.

Fuchs, Catherine (dir.) (2004). La linguistique cognitive. Paris : Ophrys/Maison des sciences de l’homme.

Gärdenfors, Peter (2000). Conceptual Spaces. The Geometry of Thought. Cambridge (Mass.) : The MIT Press.

Gentilucci, Maurizio, Francesca Benuzzi, Massimo Gangitano, et Silvia Grimaldi (2001). Grasp with hand and mouth : a kinematic study on healthy subjects. Journal of Neurophysiology 86 : 1685-1699.

Guillaume, Gustave (1964). Langage et science du langage. Paris : A.-G. Nizet / Québec : Les Presses de l’Université Laval.

Harris, Zellig S. (1951). Structural Linguistics. Chicago et Londres : University of Chicago Press.

Haudrey, Jean (1994). L’indo-européen. Série « Que sais-je ? », 3è édition corrigée. Paris : Presses universitaires de France.

Hill, Archibald A. (1958). Introduction to Linguistic Structures. New York : Harcourt, Brace and World.

Jespersen, Otto (1922). Language. Its Nature, Development and Origin. Londres : Allen and Unwin.

Joseph, Brian D. (1987). On the use of iconic elements in etymological investigation : some cases from Greek. Diachronica IV (1/2) : 1-26.

Lakoff, George (1990). The invariance hypothesis : is abstract reasoning based on image-schemas ? Cognitive Linguistics 1-1 : 39-74.

Lapaire, Jean-Rémi, et Wilfrid Rotgé (1991). Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse : Presses Universitaires de Toulouse.

MacNeilage, Peter F. (2008). The Origin of Speech. Oxford : Oxford University Press.

Mallory, James P., et Douglas Q. Adams (dir.) (1997). Encyclopedia of Indo-European Culture. Londres and Chicago : Fitzroy Dearborn.

Marchand, Hans (1969 [1960]). The Categories and Types of Present-day English Word-formation. A Synchronic-Diachronic Approach, 2è édition. Wiesbaden : Otto Harrassowitz.

Nöth, Winfried (1995). Handbook of Semiotics. Bloomington : Indiana University Press.

Paget, Richard (Sir) (1935). This English. London : Kegan Paul, Trench, Trubner.

Peirce, Charles S. (1991 [1906]). Prolegomena to an apology for pragmaticism, in James Hoopes (dir.), Peirce on Signs, Chapel Hill et Londres : The University of North Carolina Press, 249-252.

Philps, Dennis (1997). À la recherche du sens perdu : <sn->, du marqueur au mythe, Anglophonia / Sigma 2. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 209-238.

Philps, Dennis (1998). Les marqueurs lexicaux de l’anglais : <sn-> et ses origines, Cycnos, vol. 15 (n° spécial, Jean-Claude SOUESME, dir.), Actes de l’atelier de linguistique, XXXVIIème congrès de la SAES 1997. Nice : CRÉLA, 47-55.

Philps, Dennis (2000). Le sens retrouvé ? De la nomination de certaines parties du corps : le témoignage des marqueurs sub-lexicaux de l’anglais en <CN->, Anglophonia / Sigma 8. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 207-232.

Philps, Dennis (2002). Le concept de « marqueur sub-lexical » et la notion d’invariant sémantique, in Pierre LARRIVÉE (dir.), La notion d’invariant sémantique. Travaux de linguistique 45, 103-123.

Philps, Dennis (2003). S- incrémentiel et régénération submorphémique en anglais. Bulletin de la Société de Linguistique de Paris XCVIII (1) : 163-196.

Philps, Dennis (2004). Une application du concept de « marqueur sub-lexical » : snow, in La contradiction en anglais, Travaux du CIEREC, 116. Saint-Étienne : Presses Universitaires de Saint-Étienne, 145-166.

Philps, Dennis (2005a). Le rôle de l’élément formateur et de l’élément formé dans la dévirtualisation du « sens ». Modèles linguistiques XXVI-2, vol. 52 : 135-144.

Philps, Dennis (2005b). From PIE *(s)kel- ‘to cut’ to Germanic and Baltic *(s)kel- ‘to owe’ : an hypothesis based on the concept of ‘notional chronology’. Journal of Indo-European Studies 33, n° 1-2 : 1-26.

Philps, Dennis (2006a). Le signe de langue est-il devenu arbitraire ?, in Raphaël Confiant et Robert Damoiseau (dir.), À l’arpenteur inspiré. Mélanges offerts à Jean Bernabé. Matoury (Guyane) : Ibis Rouge, 175-184.

Philps, Dennis (2006b). From mouth to hand, in Angelo Cangelosi, Andrew D. M. Smith, et Kenny Smith (dir.), The Evolution of Language (Evolang6). New Jersey/Londres/Singapour : World Scientific Publishing, 247-254.

Philps, Dennis (2008a). Sons et lumières : le marqueur sub-lexical <gl->, in Geneviève Girard-Gillet (dir.), L’envers du décor, Études de linguistique anglaise. Avignon : Publication des Presses de l’Université d’Avignon, 24-43.

Philps, Dennis (2008b). Submorphemic iconicity in the lexicon : a diachronic approach to English ‘gn- words’, in La submorphémique lexicale, Lexis 2, http://screcherche.univ-lyon3.fr/lexis/spip.php?article95.

Philps, Dennis (2011). Reconsidering phonæsthemes : submorphemic invariance in English ‘sn- words’. Lingua 121 (6) : 1121-1137.

Rhodes, Richard A., et John M. Lawler (1981). Athematic metaphors, in Roberta A. Hendrick, Carrie S. Masek, et Mary F. Miller (dir.), Papers from the Seventeeth Regional Meeting, Chicago Linguistic Society, April 30-May 1. Chicago : University of Chicago, 318-342.

Rix, Helmut (dir.), Martin Kümmel, Thomas Zehnder, Reiner Lipp, et Brigitte Schirmer (2001). Lexikon der indogermanischen Verben. Wiesbaden : Reichert.

Rizzolatti, Giacomo, et Corrado Sinigaglia (2008). Les neurones miroirs. Traduit de l’italien par Marilène Raiola. Paris : Odile Jacob.

Saussure, Ferdinand de (1879). Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes. Leipzig : B. G. Teubner.

Southern, Mark R. V. (1999). Sub-grammatical Survival : Indo-European s-mobile and its Regeneration in Germanic. Washington DC : JIES 34/Institute for the Study of Man.

Sweetser, Eve E. (1990). From Etymology to Pragmatics. Metaphorical and Cultural Aspects of Semantic Structure. Cambridge : Cambridge University Press.

Tournier, Jean (2007 [1985]). Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain. Paris-Genève : Champion-Slatkine.

Ullmann, Stephen (1962). Semantics. An Introduction to the Science of Meaning. Oxford : Blackwell.

Wallis, John (1653). Grammatica Linguæ Anglicanæ, réédition de 1969 (n° 142, dir. Robin C. ALSTON). Menston : The Scolar Press.

Wallis, John (1972 [1699]). De Etymologia, in Opera mathematica III. Hildesheim et New York : Georg Olms Verlag.

Watkins, Calvert (dir.) (2011). The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots, 3e édition. Boston : Houghton Mifflin Harcourt.

Wright, Joseph (dir.) (1898-1905). The English Dialect Dictionary, vols. I-VI. Londres : H. Frowde.

Top of page

Notes

1 Nous avons également parlé d’invariance « sémiologique » là où la représentation graphique et phonologique de tels segments n’est pas identique en synchronie contemporaine, ex. : wh- (/w/ ou /h/) dans les « mots en WH- » en grammaire, et gn- (/n/) dans les « mots en gn- » en lexique.

2 The Oxford English Dictionary (CD-Rom), 2e édition, 1989.

3 L’on sait que le concept de « phonesthème » s’étend, entre autres, au segment -VC en position finale de mot ; ex. : -ash dans bash, gash, lash, slash et smash (voir section 2).

4 Snaffle (v.3), sneer (v.), sneeze (n., v.), sniff (n., v.), snitch (n.), snite (v.), snivel (n., v.), snoach (v., dial.), snoke (v., dial.), snore (n., v.), snort (n.1, v.1), snot (n., v.), snout (n.1), snub (n.3, adj.), snuff (v.2), snurl (v., dial.), snurt (v., dial.), snuzzle (v.).

5 La notation C1/C2 est adoptée ici pour rappeler que la racine indo-européenne « canonique » est composée de deux consonnes différentes (Benveniste 1935 : 170).

6 N.B. : Les consonnes initiales *bh dans *bher- et *ĝh dans ĝhel- et *ĝher- sont des aspirées, et *ĝ dans *ĝh une palatale.

7 Ex. : les « mots en sn- » ayant trait à la notion de « mordre », tels que snag (v.) ‘snap, bite’, et snap (v.) ‘catch or seize with a quick bite or snap’ discutés en section 4.

8 Voir Culioli 1990 : 53 et Gärdenfors 2000 : 17-20.

9 Voir Culioli 1990 : 56.

10 Voir Culioli 1990 : 182.

11 Voir Lakoff 1990 : 47-48.

12 Voir Guillaume 1964 : 143-156.

13 Voir Sweetser 1990 : 20.

14 Wright 1898-1905.

Top of page

References

Bibliographical reference

Dennis Philps, « Le concept de « marqueur sub-lexical » : bilan d’un ballon d’essai », Anglophonia/Sigma, 16 (32) | 2012, 183-202.

Electronic reference

Dennis Philps, « Le concept de « marqueur sub-lexical » : bilan d’un ballon d’essai », Anglophonia/Sigma [Online], 16 (32) | 2012, Online since 24 December 2013, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/211 ; DOI : 10.4000/anglophonia.211

Top of page

About the author

Dennis Philps

Cultures Anglo-Saxonnes, EA 801, Université de Toulouse 2-Le Mirail

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org