Skip to navigation – Site map

« Nos a Gulielmo victi... » ou histoire, linguistique et idéologie

Christophe Bord
p. 203-217

Abstract

In English-speaking countries, particularly in Britain, linguistic historiography as applied to English often seems dominated by rather unscientific sentiments of a nationalistic nature and does not hesitate to go to great lengths to negate the loss of the Germanic character of the language. To achieve this goal it rather systematically adopts four main strategies: besides overemphasizing the importance of function words in the English lexicon, it ignores the Celtic substratum and downplays the different varieties of the French superstratum, while boosting the Old Norse adstratum for purely historical reasons of Germanic relatedness. In this article we try to give an idea of the dimension of the phenomenon and attempt to scrutinize the issue of Anglo-Norse linguistic relationships where much, it seems to us, is taken for granted, but little demonstration of any real significance has thus far been delivered.

Top of page

Full text

La toile de fond générale

1Rares sont les branches de la Science, même exacte, qui ne sont pas susceptibles d’être exposées à la pollution idéologique. Parmi les sciences humaines, l’histoire vient bien sûr immédiatement à l’esprit, mais la linguistique, surtout si on la combine à cette dernière, n’a souvent pas grand-chose à lui envier. On pourrait aller chercher de l’eau, pour alimenter cette constatation, certes un peu banale, à bien des moulins différents, mais on s’en tiendra ici au domaine de l’anglais, qui nous semble particulièrement éloquent. Notre titre commence par la première moitié d’une inscription qui se trouve portée au Mémorial de Bayeux, érigé par la Grande-Bretagne à la suite du débarquement allié sur les côtes de Normandie en 1944, court texte qui peut surprendre et dont nous pensons qu’il est à replacer dans un contexte plus large que celui qui l’a suscité.

Voici tout d’abord dans son intégralité cette inscription, qui, incidemment, résume assez bien à elle seule notre propre propos :

  • 1 Ou, dans sa version anglaise : “We, once conquered by William, have now set free the Conqueror’s na (...)

NOS A GULIELMO VICTI VICTORIS PATRIAM LIBERAVIMUS1

2Ce qui nous frappe d’emblée c’est qu’elle sonne non comme la fière affirmation d’une première victoire, décisive, contre le Mal, mais plutôt comme une sorte de revanche à distance sur un allié dans le malheur et le déshonneur et que, par conséquent, le peuple anglais de 1944 se soit vécu comme autant de Saxons soldant enfin leurs comptes avec les Normands (et les Français en général) au bout de huit cent soixante dix-huit longues années.

3Il faut donc constater que neuf siècles après la Conquête normande la fusion, la symbiose entre les composantes germanique et romane du peuple anglais n’était toujours pas réalisée dans les têtes et que ceci vaut bien sûr également soixante-huit ans après l’érection du mémorial en question, au moment où nous rédigeons ces lignes.

1. L’histoire mise à contribution

4Voyons à présent la traduction de ce sentiment dans l’historiographie linguistique et faisons à cet effet quelques citations qui auront valeur représentative d’un point de vue difficile à considérer comme minoritaire :

The rulers of Normandy had originally been Scandinavian Vikings, who occupied parts of northern France and were eventually recognized by the French crown: in 912 Rollo became the first duke of Normandy, and accepted the king of France as his overlord. By the middle of the eleventh century, however, the Normans had long lost their Scandinavian speech: they spoke French, and were essentially French in culture. People sometimes talk, therefore, as though the Norman Conquest were the coming of a higher civilization to the backward and barbaric Anglo-Saxons. This, however, is a misapprehension. Six hundred years had passed since the Anglo-Saxon invasion of Britain, and in that time the English had developed a sophisticated civilization.

[suit ici une énumération de tous les talents culturels et artistiques des Anglo-Saxons].

These people did not need William of Normandy and his adventurers to bring them civilization. French became the language of the upper classes in England simply because it was the language of the conquerors, not because of any cultural superiority on their part. (Barber/Beal/Shaw: 144-5).

Ou, encore plus explicitement :

With English culture more advanced than any other in western Europe, the Norman Conquest amounted to a crushing defeat of a superior culture by an inferior one, as the Normans themselves were in time to have the good sense to realize — for they, like the Scandinavian invaders who had preceded them, were ultimately to become English. (Pyles & Algeo: 134).

Almost at the end of the Old English period the great catastrophe of the Norman Conquest befell the English people — a catastrophe more far-reaching in its effects on English culture than the earlier harassment by the Scandinavians who had subsequently become one with them.

[…] The Norman Conquest — fortunately for Anglo-American culture and civilization, the last invasion of England — was, like the earlier harassments, carried out by Northmen, who under the leadership of William the Conqueror defeated the English under the hapless King Harold at the battle of Hastings in 1066. Harold was killed by an arrow that pierced his eye, and the English, deprived of his effective leadership and that of his two brothers, who also fell in the battle, were ignominiously defeated.

5Juste avant ce passage on avait appris que “William, the seventh duke of Normandy, [..] was distantly related to Edward the Confessor and […] felt that he had a better claim to the throne for a number of tenuous reasons.”

6Et juste après, on fait du Conquérant un portrait généalogique qui n’est pas très flatteur et qui commence bien sûr par “[t]he Conqueror was a bastard son of Robert the Devil […]. So great was his capacity for rascality that he was also called Robert the Magnificent”. (?).

Enfin, le paragraphe consacré à la toile de fond historique que constitue la Conquête normande s’achève ainsi :

In the five generations intervening between Duke Rollo and Duke William, the Normans had become French culturally and linguistically, at least superficially — though we must always remember that in those days the French had no learning, art, or literature comparable, as they themselves were willing to admit, to the products of English artisans: carving, jewelry, tapestry, metalwork, and the like. (ibid. : 137, pour ce passage et les trois qui le précèdent).

7Décidément, ni les bâtisseurs de la Tour de Londres, ni ceux de l’admirable cathédrale de Durham, ni l’auteur de la Chanson de Roland, entre autres, ne sauraient trouver grâce aux yeux de nos deux auteurs. Et, bien sûr, on le ‘sait’, même la Tapisserie de Bayeux ne serait pas de facture normande ou française.

8On pourrait remplir des volumes entiers avec de pareilles prises de position, et ce, sans avoir même recours à la littérature spécifiquement historique (“Most books on English imply in one way or another that our language is superior to all others”. Bryson : 7). On clora donc cette entrée en matière par une dernière citation destinée à flatter une fois encore la fierté anglo-saxonne :

With the 20/20 vision of hindsight it seems as if English knew exactly what it was doing: building slowly but building to last, testing itself among competing tribes as in centuries to come it would be tested among competing nations, getting ready for as difficult a fight as was needed, branding the tongue. Even in its apparent simple directness and comparatively limited vocabulary - twenty-five thousand recorded words compared with the hundreds of thousands of today - it is always able to rise to greatness.
‘We shall fight on the beaches,’ said Churchill in 1940, ‘we shall fight on the landing grounds, we shall fight in the fields and in the streets, we shall fight in the hills; we shall never surrender.’
Only ‘surrender’ is not Old English. That, in itself, might be significant
. (Bragg : 8).

2. La ‘concurrence’ franco-scandinave.

9Parallèlement à ce type de présentation pour lequel l’épithète ‘tendancieux’ fera l’effet d’un sage euphémisme, on trouve nombre de développements nous assurant que même si le français (= franco-normand / francien / anglo-normand) est resté langue officielle pendant trois bons siècles (parfois quand même réduits à deux), l’intégration linguistique sur le terrain a été réalisée dans le sens français > anglais en deux ou trois générations (Clanchy) et qu’au fond les seules traces laissées au bout du compte par le français sur l’anglais ne sont que superficielles, c’est-à-dire lexicales. Les auteurs de cette école (Fennell ; Gramley ; Singh, entre nombreux autres) réfutent aussi vigoureusement les théories de la créolisation de l’anglais résultant de l’interpénétration de l’anglais et du français à l’époque moyen anglaise (cf. Bailey & Maroldt ; Domingue ; Milroy) et, sur le plan théorique, on trouve, sur ces mêmes thèmes, dans Thomason & Kaufman un classique du genre, d’une impressionnante vigueur idéologique.

  • 2 Souvent même gratifiées du déclin des flexions si caractéristique de la période post-norroise et po (...)

10Contrastivement à cela, les auteurs anglo-saxons démontrent une propension assez affirmée à ce qui nous paraît être une surévaluation de la proximité et des influences linguistiques norroises, ressenties quant à elles comme (psychologiquement) beaucoup plus acceptables2 : ‘‘Old English and Old Norse were still reasonably similar, and Englishmen and Danes could probably understand each other, and pick up each other’s language, without too much difficulty. In the later OE period we must visualize various bilingual situations’’ (Barber : 130).

  • 3 C’est nous qui soulignons. On a peine à voir le genre d’humour évoqué ici pratiqué à notre époque d (...)

11Qu’on juge encore des positions à l’égard du norrois à l’aide d’au moins une autre citation. L’auteur de l’ouvrage d’où nous la tirons était un linguiste respecté, mais après avoir reproduit un texte de Paul Jennings publié en 1966 dans le magazine Punch et rédigé humoristiquement dans une langue qui entend rester résolument germanique, c’est-à-dire montrer au lecteur ce qu’aurait pu être l’anglais si Hastings n’avait pas eu lieu ou avait connu une issue différente, Larry Trask, dans son commentaire, ne peut s’empêcher de glisser avec un certain soulagement : “Before leaving Jennings, I might point out that he slipped up slightly. The words remained, noise, age and piece, which occur in the passage, are in fact loans from French, if perhaps rather well-disguised ones, and bard is taken from Irish or Welsh. (And loft comes from Old Norse, although this is at least3 Germanic.)” (Trask : 105)

12Et l’auteur d’insister surtout, comme bien d’autres, sur la germanicité profonde de la langue anglaise : “In spite of the vast — indeed, overwhelming — effect of Norman French on English vocabulary, English is still undeniably a Germanic language. English sentences may contain French and Latin words, but those sentences are put together in native English.” (ibid.: 100).

13Ce thème, toujours majoritairement fondé sur la part grammaticale du lexique de l’anglais d’aujourd’hui est d’ailleurs répété à l’envi par les uns et les autres, comme ici : “Thus the impact of an alien language [French] spoken by a new ruling class did not substantially affect or modify the structure of English.” (Bennett & Smithers : xlix). Ou encore dans l’interview de Christopher Page (version télévisée de McCrum, Cran & MacNeil [‘The Mother Tongue’]).

14On peut même aller jusqu’à un négationnisme linguistique explicite, comme ne craignent pas de s’y aventurer Thomason & Kaufman: “English and other coastal Germanic languages, or why English is not a mixed language” (titre du paragraphe 9.8. : 263) ; “There does not seem to be any reason to believe that the degree of change exhibited in English between A.D. 900 and A.D. 1250 (350 years) is anything other than normal” (264); “From 900 to 1600 English shows no evidence of having undergone either unevenly distributed degrees of linguistic changes, or simplification due to language contact.” (331), ou encore sacrifier à un ethnocentrisme assez cru : “The term Norse is used here to mean any of the languages and dialects of the North Germanic branch of Germanic (sic!) languages. It is synonymous with “Scandinavian”, which we avoid as being latinate and polysyllabic.” (358, note 9).

15Or nous pensons en fait que ce genre d’opinion (et non d’argument), que la linguistique seule ne permet pas d’étayer, bien au contraire, procède d’un sentiment sélectif d’appartenance culturelle et linguistique qui se définit par une série d’oppositions et rejette assez systématiquement la composante romane (ainsi que celtique) en essayant de la minimiser dans la nature de son impact ou / et dans sa durée au profit de la composante germanique pourtant maintenant très fortement diluée.

16Nous discuterons donc ci-après les thèmes évoqués de la germanicité et de la créolisation à travers l’impact respectif du français, d’une part et du norrois, de l’autre.

3. Appartenance génétique et typologie de l’anglais moderne

17Pour ce qui concerne la problématique de la germanicité nous irons vite, car il nous suffira ici de renvoyer le lecteur à un ouvrage récent (McWhorter) qui résume admirablement les choses en la matière (voir le compte rendu de lecture que nous en avons fait dans Études Anglaises, 2011/64-4).

18On se contentera donc d’en rappeler le passage dressant la liste de tout ce qui éloigne l’anglais des autres membres de sa famille historique/génétique, soit : ses structures morphosyntaxiques ‘déviantes’ en général (“English is different [from all other Germanic idioms] in its whole structural blueprint” p.: xx) : l’anglais n’est plus une langue V2 (dans toutes les autres langues germaniques, l’afrikaans y compris, le V [à forme finie] occupe toujours la deuxième position de l’énoncé déclaratif même si, comme c’est souvent le cas, S ne figure pas en 1ère position), il a éliminé les flexions nominales et verbales, démontre un dédoublement périphrastique (BE + -ING) unique du système verbal, l’emploi d’un auxiliaire spécifique (DO) pour former interrogatives et négatives, l’élimination du jeu BE ~ HAVE comme AUX-TPS pour la formation du parfait I (présent) & II (passé), une présence très limitée, comparativement encore mais de façon plus élargie ici [= au-delà du GER], de la réflexivité ouverte (= explicite, marquée), la disparition du genre grammatical, du pronom impersonnel (forme faible de ‘man’ dans les autres variétés de GER [cf. également le FRA ‘homme’ > ‘on’]), celle aussi des oppositions ‘locatif~directif~ablatif’ dans le système des adverbes spatiaux (ex. : ‘here~hither~hence’, ‘there~thither~thence’), etc. Ce à quoi on rajoutera bien sûr le lexique.

En fait, pour quiconque connaît bien la famille germanique, l’anglais apparaît très distinctement comme l’intrus.

  • 4 On se souviendra du mot célèbre de Meillet à ce sujet : « Si l’on devait, en considérant l’anglais (...)

19Cela s’explique du reste assez simplement. La langue a en effet été prise, historiquement, dans un étau dont l’une des mâchoires est le substrat celtique et l’autre le superstrat roman (latin, français). Certes celtique et roman sont bien eux aussi des idiomes IE, mais ils ont tant modifié le caractère germanique profond de l’anglais qu’en effet le produit de ces processus s’apparente fort à une variété créolisée, le rendant même dorénavant quasiment impossible à classer typologiquement dans sa famille génétique d’origine4.

  • 5 Voir les nombreux travaux de T. Vennemann sur le sujet. Notamment en se rendant sur le site de ce c (...)

20Or ces constatations objectives5 sont clairement inacceptables pour les sensibilités anglo-saxonnes, anglaises surtout, et il importe donc à tout prix d’établir que l’anglais est resté majoritairement, en profondeur, une langue bien germanique. L’incessante invocation du lexique grammatical mise à part, on se tourne également vers le norrois, plus ou moins consciemment tenu pour archétype de la germanité, afin de démontrer que ce qui explique le déclin des flexions si caractéristique de la deuxième époque médiévale est le fait que pendant les deux siècles et demi de présence scandinave sur le sol anglais, les deux langues ne se différenciaient guère que par la morphologie grammaticale. L’anglais aurait donc éliminé ce qui gênait l’intercommunication entre locuteurs norrois et saxons, le bilinguisme passif entre eux, et aurait fait disparaître les désinences flexionnelles pour ne conserver que les nombreux radicaux / morphèmes lexicaux communs aux deux idiomes. Voir sur ce thème Tom Shippey (in McCrum, Cran & MacNeil : 70). Il reste malgré tout encore à expliquer pourquoi cette petite révolution aurait été laissée aux soins des autochtones et non de l’envahisseur. Sauf, bien sûr, à considérer le norrois non comme un adstrat mais comme un superstrat envers l’anglais, comme le fait notre collègue allemande Angelika Lutz.

21Et pour ce qui concerne la créolisation (moyen anglaise), on lui fait habilement un sort en rappelant qu’un créole étant un pidgin qui a ‘réussi’, c’est-à-dire qui est devenu langue naturelle transmise entre générations, on ne saurait par conséquent appliquer le terme à l’anglais puisque l’on ne peut prouver l’existence d’un pidgin normand-saxon ou saxon-normand après la Conquête, donnée linguistique tout à fait indispensable à l’éclosion d’un créole. Bien, on peut naturellement donner aux mots le sens que l’on veut. Ces positions ne servent cependant qu’à renforcer l’impression qu’en dernière analyse tout n’est fait que pour servir une cause autre que linguistique.

22Vennemann, McWhorter et de nombreux autres chercheurs ont, on l’a signalé, assez clairement administré la démonstration de la celticisation substratique (“structurelle’’) de l’anglais ; la part du lexique (influences de superstrat) d’origine romane (latin et français, dans ses diverses variétés), quant à elle, peut bien varier d’une étude à l’autre, elle ne se situe jamais en deçà de 60% du lexique global (voir Scheler ; Arts & McMahon : ch. 20 pour ce type d’étude) et constitue une donnée évidente pour tout connaisseur ou usager éclairé de la langue.

23Il ne restait donc qu’à s’intéresser à cette fameuse proximité entre vieux norrois (scandinave médiéval) et vieil anglais, elle aussi si souvent invoquée (cf. la majorité des titres contenus dans notre bibliographie ; même l’ouvrage de notre collègue britannique M. Townend, le plus sérieux sur ces questions, ne parvient pas à nous convaincre), mais jamais véritablement démontrée.

24Pour ce faire, modestement dans ces pages, car il ne s’agit là bien sûr que d’un embryon de démonstration, on présentera ci-après un passage interlinéaire bilingue (norrois-vieil anglais classique) de la parabole du Fils Prodigue, un autre, court, passage de Matthieu dans plusieurs variétés dialectales, ainsi qu’une liste de mots directement inspirée par celle(s) de M. Swadesh.

25Évidemment tout cela n’est qu’un pis-aller, on préférerait bien sûr pouvoir disposer d’enregistrements authentiques de la LO des deux idiomes (les reconstitutions sonores réalisées par le Musée viking de York [Jorvik Viking Centre], en la matière, suggérant un bilinguisme passif saxon <---> norrois, nous sembleraient plutôt aller dans notre sens d’ailleurs). Mais enfin, le lecteur conclura peut-être de la consultation des documents ci-après que la proximité linguistique entre saxon et norrois a quand même été bien souvent mesurée à l’aune d’un nationalisme ‘romantique’ qui semble étrangement éternel au nord du Channel.

26Qu’on garde surtout présent à l’esprit, pour ne prendre ici qu’un simple exemple, que le lien entre des formes comme ek et ic (‘je’), tellement évident pour le linguiste, peut ne pas l’être du tout pour des usagers de l’unique code oral où les réalisations phonétiques respectives sont /e:k/ et /ıč/, que le vieil anglais, surtout dans ses variétés méridionales, dispose en outre de nombreuses diphtongues et d’occlusives à allophones palatisés devenus fricatifs alors que le norrois est, lui, majoritairement monophtongué et ne connaît pas, à cette époque du moins, les réalisations consonantiques qu’on vient d’évoquer pour le vieil anglais (le lecteur non averti des réalités de la phonétique norroise consultera avec profit Barnes : 8-13, ainsi que la présentation comparative de Townend [31-40], dont nous ne pouvons hélas pas suivre les conclusions).

  • 6 Tel qu’exprimé avec mesure par Baugh & Cable (§ 71), ou par Gramley (51) p. ex..
  • 7 Cette observation n’exclut bien sûr nullement les influences réciproques qui se sont exercées à cet (...)

27Disons qu’au terme de ces observations le doute6, au moins, sera permis quant à une simplification de la morphologie grammaticale due à la supposée grande proximité linguistique générale entre les deux idiomes7 et que, par conséquent, on continuera de se demander pourquoi il est si difficile d’accepter la simple réalité des faits, celle qui veut que des métissages aussi variés que remarquables, s’étendant du ve aux xiiie/xive siècles, aient fini par forger une langue dont l’éloignement consécutif par rapport à ses origines est loin d’être synonyme de l’abâtardissement tant fantasmé par certains, bien au contraire.

28Et il nous plaira donc de refermer ces lignes par une autre citation historique, celle d’un touchant hommage (attribué au général américain John J. Pershing) exprimant quant à elle presque trente ans plus tôt (en 1917) et en d’identiques, tragiques, circonstances pour nous, une réelle amitié : “Lafayette, we are here.”

4. Illustrations textuelles

29Évangile selon Saint-Luc, XV : 11-21
Þæt Gódspell néah Lucas
Lúkasarguðspjáll

11:

Hé cwæð: sóðlíce sum man hæfde twégen suna.

Enn sagði hann: « Maðr nokkr átti tvá sonu.

12:

Þá cwæð sé gingra tó his fæder: Fæder, sele mé mínne dǽl mínre ǽhte þe mé tó gebyreð. Þá dǽlde hé him his ǽhta.

Sá yngri þeirra sagði við föður sinn: « Faðir, lát mik fá þann hluta eignanna, sem mér berr ». Ok hann skipti með eigum sínum.

13:

Þá æfter féawum dagum eall his þing gegaderode sé gingra sunu and férde wræclice on feorlen rice and forspilde þǽr his ǽhta libbende on his gǽlsan.

Fáum dögum síðar tók yngri sonrinn allt fé sitt ok fór burt í fjarlægt land. Þar sóaði hann eigum sínum í óhófsömum lifnaði.

14:

Þá hé híe hæfde ealle ámierrede þá wearð mycel hunger on þǽm ríce and he wearð wǽdla.

En er hann hafði öllu eytt, varð mikit hungr í því landi, ok hann tók at líða skort.

15:

Þá férde hé and folgode ánum burhsittendum men þæs ríces. Þá sende hé hine tó his túne þæt hé héolde his swín.

Fór hann þá ok settisk upp hjá manni einum i því landi. Sá sendi hann út á lendr sínar at gæta svína.

16:

Þá gewilnode hé his wambe gefyllan of þǽm béan-coddum þe ðá swín ǽton and him man ne sealde.

Þá langaði hann at seðja sik á drafinu, er svínin átu, en enginn gaf honum.

17:

Þá beðóhte hé hine and cwæð: ‘Éala hú fela ierðlinga on mínes fæder húse hláf genóhne habbað and ic hér on hungre forweorðe’.

En nú kom hann til sjálfs sín ok sagði: ‘Hve margir eru daglaunamenn föður míns ok hafa gnægð matar, en ek fersk hér úr hungri!’

18:

‘Ic áríse and ic fare tó mínum fæder and ic secge him: Éala, fæder ic syngode on heofonas and beforan ðé.’

‘Nú tek ek mik upp, fer til föður míns ok segi við hann: Faðir, ek hefi syndgat móti himninum ok gegn sér.’

30Évangile selon Saint-Matthieu, XII : 9-21
Þæt gódspell néah Matðeow

31Ond mið ðy ðona ofer geeade, cuom in somnungum hiora. Ond heonu, monn hond hæfde dryi ond forscriuncen ond gefraignades hine cuode, gif is gelefed on Sabbatum geme ond gelecnia þætte he gefræpgedon ond geteldon hin. He soðlice cueð ðæm : Hua bið from iuh monn se ðe hæfde ond hæfis scip an ond gif gefallas ðius ond ða on Sabbatum in seað ah-ne haldas ond ah-ne welle gehalda ond gehebbas ða ilco ?

(Northumbrien, xe siècle)

32Ond þa he þonan geliorde cuom in somnunge heora. Ond mon wæs ðær honda hæbbende adrugade, ond hie frugan ond ahsadun hine cweþende, mot monn on restedagum hælon, þæt hie cwæmdon ond acuste hine. He þa cwæþ to heom : ‘Hwilc bið eower monn se þe hæbbe scep an ond gif fealleþ þæt in seaþ ond pytt on restedægum, ah he ne genimeþ hine ond agefeþ ?’

(Mercien, xe siècle)

33Ða se hælend þanum for, he com into hyra gesomnunge. Þa wæs þær an man se hæde forscruncene hand, and hi ahsudon hyne þus cweðende ‘Ys hyt alyfed to hlenne on restedagum’, þæt hi wrehton hyne. He sæde him soþlice : ‘Hwyle man ys of eow, þe hæbbe an sceap, and gyf þæt afylþ restedagum on pytt, hu ne nymð he þæt, and hefð hyt upp ?’

(Saxon occidental, début xie siècle)

34Matteusarguðspjall, XII

9

Hann fór þaðan ok kom í samkundu þeirra.

10

Þar var maður með visna hönd. Ok þeir spurðu Jesú: «Er leyfilegt að lækna á hvíldardegi?» Þeir hugðust kæra hann.

11

Hann svarar þeim: «Nú á einhver yðar eina sauðkind, ok hún fellr í gryfju á hvíldardegi. Mundi hann ekki taka hana ok draga upp úr?

35Le lecteur pourra objecter ici que le norrois utilisé dans nos illustrations s’écarte peut-être autant de la LO de l’époque que le latin de Cicéron de celui du légionnaire romain.

36Outre le fait que la remarque s’applique aussi au vieil anglais, on fera observer que le norrois a toujours eu une tendance à un conservatisme certain et que son prolongement moderne, l’islandais, est encore extraordinairement proche de la langue médiévale que nous présentons ici, à tel point que les éditions scolaires des célèbres textes de l’Islande médiévale (sagas, surtout) se passent quasiment de notes lexicales et ne font de très légères concessions à l’époque contemporaine qu’en matière d’orthographe. Un Islandais d’aujourd’hui lit donc sa littérature ‘ancienne’ dans le texte, pas en traduction et ceci est infiniment remarquable en Occident. On peut donc imaginer qu’entre le norrain ([< norræn-t] norrois en usage dans les îles Britanniques) et le norrois de Scandinavie les distinctions aient été mineures (voir Gordon, 326-29, sur ce thème) et que nos mises en parallèles, pour imparfaites qu’elles soient, n’en demeurent pas totalement dénuées de sens.

4.1. Lexique (< liste Swadesh1)

PDE

ON

OE

I

ek

ic

thou

þú

þú

we

vit / vér

wit / wé

you

þit / þér

git / gé

they

þeir

híe

there

þar(na)

þǽr

how

hvernig

not

ekki

ne

all

all-/öll-

eall-

many

marg-/mörg

manig-

one

einn

án

two

tveir

twegen

big

stór

micel

long

langr

lang

small

lítill

lýtel

wide

breiðr

brád

thick

þykkr

þicce

heavy

þungr

hefig

short

stuttr

sceort

woman

kona

cwen, wif(mann)

wife

eiginkona

wíf

man

karl

guma, wer

man (/person)

maðr

mann

child

barn

cild, bearn

fish (n.)

fiskr

fisc

bird

fugl

fugol

snake

slanga, snákr

nǽdre

tree

tré

tréow

seed

fræ

sǽd

leaf

laufblað

léaf

root

rót

more , wyrtruma

flower

blóm

blostma

skin

húð, hörund, skinn

fell, hyd

meat

kjöt

flǽscmete

blood

blóð

blód

bone

bein

bán

fat (n.)

spik, fita

smeoro

egg

egg

æg

horn

horn

horn

feather

fjöðr

feþer

hair

hár

feax, hǽr

head

höfuð

héafod

ear

eyra

éare

eye

auga

éage

nose

nef

nosu

mouth

munnr

múþ

tooth

tönn

tóþ

tongue

tunga

tunge

fingernail

nögl

nægel

foot

fótr

fót

knee

kné

cnéow

hand

hönd

hånd

belly

búkr

hrif

neck

háls

sweora, heals

breast

brjóst

bréost

heart

hjarta

heorte

drink (v.)

drekka

drincan

eat

eta

etan

bite (v.)

bíta

bítan

see

sjá

(ge)séon

hear

heyra

(ge)hieran

know

vita

cnáwan, witan

sleep (v.)

sofa

slǽpan, swefan

die (v.)

deyja

sweltan, gefaran, steorfan

kill (v.)

drepa

sléan, cwellan

swim

synda

swimman

fly (v.)

fljúga

fléogan

walk (v.)

ganga

gán

come

koma

cuman

lie (in bed)

liggja

licgan

sit

sitja

sittan

stand

standa

standan

give

gefa

sellan, giefan

say

segja

secgan

sun

sól

sunne

moon

tungl

móna, (tungol)

star

stjarna

tungol, steorra

water

vatn

wæter

sea

sjór

stone

steinn

stán

sand

sandr

grjót, ceosel

earth

jörð

eorþe

cloud

ský

lyft

fire

eldr

ál

ash

aska

æsce

burn

brenna

bærnan, bi(e)rnan

mountain

fjall

dún, (héah)beorg

red

rauðr

réad

green

grænn

gréne

white

hvítr

hwít

black

svartr

blæc, sweart

night

nótt

niht

day

dagr

dæg

year

ár

géar

cold

kaldr

ceald

full

fullr

full

new

nýr

níwe

old

gamall

eald

good

góðr

gód

dry

þurr

drýge

name

nafn

nama

4.2. Commentaire

37Comme on l’avait annoncé, il nous semble que les illustrations qui précèdent ne laissent guère d’autres conclusions à l’analyse que celles que l’on peut résumer par les réflexions suivantes : s’agissant des textes, même si l’on est prêt à faire abstraction de la morphologie grammaticale, on ne voit pas très bien ce qui dans la phonétique et le lexique du vieux norrois d’un côté et du vieil anglais de l’autre devrait laisser suggérer une compréhension réciproque naturelle débouchant sur un bilinguisme spontané de fait, et qui pour mieux fonctionner encore aurait éliminé les flexions d’une des deux variétés de germanique en présence, la candidate la moins probable des deux de plus.

38Ce que l’on voit surtout ici sont bien deux variétés de germanique, l’une nordique, l’autre westique (ingvéonique) pleinement formées, ce qui illustre en outre la chronologie de la fragmentation dialectale du germanique depuis longtemps établie par la linguistique diachronique. La liste d’items lexicaux, quant à elle, ne vient pas contredire cette constatation, elle confirme seulement qu’on est ici au sein d’une même famille linguistique, pas moins, pas plus. On pourrait établir la même liste pour, par exemple, le néerlandais (westique) et le danois (nordique influencé qui plus est par du westique [bas et haut allemand]) actuels sans que cela signifie qu’il existe un bilinguisme naturel, d’ailleurs invérifiable, entre danophones et néerlandophones. La réalité des choses est que le nordique médiéval a exercé ou laissé, plus modestement, une influence adstratique qui se résume surtout au lexique, commun et propre (toponymie et anthroponymie), et qu’en nous inspirant des présentations de Vennemann on verra l’anglais comme le produit de forces qui s’étaient très largement exercées avant le xive siècle, soit, selon le schéma suivant :

franco normand / francien

        ↓                   ↓

vieux danois & vieux norvégien (norrois)

idiomes anglo saxons

==> anglais

        ↑                   ↑

  idiomes          celtiques

  • 8 Nous faisions plus haut allusion à la thèse de notre collègue A. Lutz (Université d’Erlangen) qui v (...)

↑ : substrat (celtique)
↓ : superstrat (roman)
→ : adstrat (germanique nordique)8

39De ces forces, les plus importantes, quantitativement et ‘qualitativement’, sont à n’en pas douter le substrat et le superstrat, non germaniques tous les deux, expliquant la dégermanisation (la ‘créolisation’) de l’anglais. On peut établir ici une comparaison utile avec le nordique dans les deux formes, insulaire et continentale, dans lesquelles il se présente à nous aujourd’hui. L’insulaire (l’islandais surtout, le féroïen à un moindre degré) est resté structurellement et lexicalement très proche du nordique ancien (norrois). À partir du xiie siècle et jusqu’au xviie, le scandinave continental a en revanche subi des influences (de superstrat) en provenance de l’allemand (hanséatique puis luthérien) qui ne sont pas sans rappeler, quantitativement, celles exercées par le français sur l’anglais, mais, qualitativement, il faut le souligner, il s’agit là d’influences germaniques sur une autre variété de la même famille de langues et, même si la communication naturelle entre Scandinaves insulaires et continentaux appartient en conséquence aujourd’hui au passé, le danois, le norvégien et le suédois sont des langues toujours typiquement germaniques. Elles ne partagent donc pas, elles non plus, certaines simplifications morphologiques mises à part et en partie compensées par ailleurs, les caractéristiques de l’anglais que l’on a résumées infra (p.:207-08). Sur le scandinave voir Bord.

40Nous conclurons donc nos lignes en redisant notre conviction que l’historiographie linguistique anglo-saxonne, britannique surtout, se fourvoie à chaque fois qu’elle s’entête à vouloir démontrer la germanicité de la langue anglaise de l’époque moderne. Elle le fait plus ou moins consciemment par une sorte d’eugénisme linguistico-culturel rétrospectif qui convoque pour l’occasion un idiome, le norrois, tenu pour représenter encore aujourd’hui la quintessence de la germanité, dans un rôle dont elle exagère grandement la portée globale pour le développement de l’anglais, c’est-à-dire en réécrivant l’Histoire à sa façon.

Top of page

Bibliography

Aarts, B. & A. McMahon. The Handbook of English Linguistics. Malden: Blackwell Publishing, 2006.

Bailey, C-J.N. & K. Maroldt. ‘The French lineage of English’, in J.M. Meisel (ed.) Langues en contact. Tübingen: TBL Verlag Narr, 1977 (21-53).

Barnes, M. A New Introduction to Old Norse. London: Viking Society for Northern Research, 2008 (3rd ed.).

Baugh, A. & T. Cable. A History of the English Language. London: Routledge, 2002 (5th ed.).

Barber, C. The English Language. A Historical Introduction. Cambridge: C.U.P, 1993.

Barber, C., J.C. Beal & P.A. Shaw. The English Language. An Historical Introduction. Cambridge: C.U.P., 2009 (2nd ed.).

Bennett, J. A. W. and G. V. Smithers, Early Middle English Verse and Prose. Oxford: Clarendon Press, 1968.

Bord, C. Introduction à l’étude de la langue norroise (scandinave médiéval). Paris: L’Harmattan, 2004.
Les Langues scandinaves. Larousse.fr, 2008, pour une première approche, ou
Voix du Septentrion. Le Scandinave. Paris : L’Harmattan, 2010, pour une présentation plus fouillée.

Bragg, M. The Adventure of English – 500AD to 2000. The Biography of a Language. London: Hodder & Stoughton, 2003.

Bryson, B. Mother Tongue. London: Penguin Books, 2009

Clanchy, M.T. From Memory to Written Record, England 1066-1307. London: Blackwell Publishers, 1993 (2nd ed.).

Domingue, N.Z. “Middle English ― Another Creole?”. Journal of Creole Studies, 1, 89-100, 1977.

Fennell, B.A. A History of English: A Sociolinguistic Approach. Oxford: Blackwell Publishers Ltd, 2001.

Geipel, J. The Viking Legacy: The Scandinavian Influence on the English and Gaelic Languages. Newton Abbot: David & Charles, 1971.

Gordon, E. V. An Introduction to Old Norse. Revised edition by A.R. Taylor. Oxford: Clarendon Press, 1956.

Gramley, Stephan. The History of English. An Introduction. London & New York: Routledge, 2012.

Lutz, A. “Norse influence on English in the light of general contact linguistics. Communication de l’auteure. A paraître chez Benjamins.

McCrum, R., MacNeil & R., Cran, W. The Story of English. New York: Viking, 1986.

McWhorter, J. Our Magnificent Bastard Tongue. The Untold History of English. New York: Gotham Books (Penguin Group), 2008.

Meillet, A. Caractères généraux des langues germaniques. Paris : Hachette, 1949 (7e éd.).

Milroy, J. “The History of English in the British Isles”, in P. Trudgill, ed. Language in the British Isles. Cambridge: Cambridge University Press, 1984.

Pyles, T. & J. Algeo. The Origins and Development of the English Language. New York / London / Toronto / Sydney: Harcourt Brace Jovanovich, Publishers, 1982 (3rd ed.).

Scheler, M. Der englische Wortschatz. Berlin, Erich Schmidt, 1977.

Singh, I. The History of English. A Student’s Guide. London: Hodder Education, 2005.

Thomason, S. G. & T. Kaufman. Language Contact, Creolization and Genetic Linguistics. Berkeley: University of California Press, 1988.

Townend, M. Language and History in Viking Age England. Linguistic relations between Speakers of Old Norse and Old English. Turnhout: Brepols, 2002.

Trask, R.L. Why do Languages Change? Cambridge: C.U.P., 2010.

Van Kemenade, A. & L. Bettelou. The Handbook of the History of English. Malden: Blackwell Publishing, 2006.

Vennemann, T. “English - a German dialect?”, texte d’une conférence prononcée à Munich, le 7 novembre 2005. http://www.rotary-muenchen.de/2005-2006/theo-vennemann.pdf

“English as a contact language: Typology and comparison”, Anglia 129 (2011), 217-57.

Vising, J. Franska språket i England [La Langue française en Angleterre], 3 vol. Göteborg: W. Zachrissons boktryckeri, 1900-02.

Top of page

Notes

1 Ou, dans sa version anglaise : “We, once conquered by William, have now set free the Conqueror’s native land”

2 Souvent même gratifiées du déclin des flexions si caractéristique de la période post-norroise et post-Conquête (celle du moyen anglais), voir infra.

3 C’est nous qui soulignons. On a peine à voir le genre d’humour évoqué ici pratiqué à notre époque dans quelque autre pays d’Europe.

4 On se souviendra du mot célèbre de Meillet à ce sujet : « Si l’on devait, en considérant l’anglais actuel et en oubliant tout le passé, démontrer que l’anglais est une langue indo-européenne, on n’y parviendrait qu’à peine » (17), ou encore « Et, là où les circonstances historiques ont hâté le développement, presque rien n’est resté du type indo-européen de la langue : en anglais, la prononciation est éminemment singulière, la grammaire est d’un type qui est le plus loin possible du type indo-européen, et le vocabulaire ne laisse presque plus apparaître que bien peu de termes anciens avec leur sens ancien. A l’indo-européen, l’anglais est lié par une continuité historique ; mais il n’a presque rien gardé du type indo-européen . » (231-32).

5 Voir les nombreux travaux de T. Vennemann sur le sujet. Notamment en se rendant sur le site de ce chercheur (http://www.theo-vennemann.com ).

6 Tel qu’exprimé avec mesure par Baugh & Cable (§ 71), ou par Gramley (51) p. ex..

7 Cette observation n’exclut bien sûr nullement les influences réciproques qui se sont exercées à cette époque entre norrois et vieil anglais.

8 Nous faisions plus haut allusion à la thèse de notre collègue A. Lutz (Université d’Erlangen) qui voit, diachroniquement, dans le norrois un superstrat qui aurait été réduit [à l’état d’adstrat], parce qu’en partie effacé, par les effets de la Conquête normande. Cela n’est pas impossible, mais nous utilisons quant à nous ici les termes en question dans une acception surtout synchronique, quantitative.

Top of page

References

Bibliographical reference

Christophe Bord, « « Nos a Gulielmo victi... » ou histoire, linguistique et idéologie », Anglophonia/Sigma, 16 (32) | 2012, 203-217.

Electronic reference

Christophe Bord, « « Nos a Gulielmo victi... » ou histoire, linguistique et idéologie », Anglophonia/Sigma [Online], 16 (32) | 2012, Online since 26 December 2013, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/222 ; DOI : 10.4000/anglophonia.222

Top of page

About the author

Christophe Bord

Université de Toulouse le Mirail, Cultures Anglo-Saxonnes (CAS), EA 801

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org