Skip to navigation – Site map
English Linguistics

Do auxiliaire ou do lexical? Indifférenciation sémantique et/ou syntaxique en contexte anaphorique

Saghie Sharifzadeh
p. 67-87

Abstract

This paper uncovers the specific properties of “which NP do”, “that NP do” and “this NP do” constructions. Based on a thorough analysis of electronic corpora, it lays bare a factitive meaning shared by the various forms of the verb do, provided the latter takes some complementation (verbal in the case of auxiliary do, nominal in the case of transitive do). In “which NP do”, “that NP do” and “this NP do” constructions notably, this underlying semantic unity appears to blur the boundary between lexical and grammatical occurrences of the verb do, thus obscuring the syntactic differences between the lexical verb and the auxiliary.

Top of page

Full text

  • 2 SN = syntagme nominal. Dans le cadre du présent travail, nous nous limiterons aux syntagmes nominau (...)

1Cet article est consacré aux séquences « which SN2 do » (cf. (1)), « that SN2 do » (cf. (2)) et « this SN2 do » (cf. (3)) et à la transitivité apparente du verbe do dans ces emplois. Nous chercherons à savoir si celle-ci s’explique par la présence d’un do lexical dans ces configurations ou si l’on a tout de même affaire à un do auxiliaire (c’est-à-dire un do grammatical).

(1)

Perhaps she thinks it sounds n better. Which it does really. Well it does really, yeah. (BNC)

(2)


‘Would you like my place? It’s rather a tight fit,’ she said apologetically, and the woman beamed at her. ‘Thanks ever so, miss, I do call that kind,’ she said breathlessly. ‘I wish there was more like you, that I do!’ (BNC)

(3)

I remember one subject that required that she lay flat on the ground, and this she did for hours on end while I drew her. (BNC)

2Suite à une thèse de doctorat portant sur les emplois lexicaux et grammaticaux du verbe do étudié en diachronie et en synchronie, nous nous intéresserons ici à un certain nombre d’emplois synchroniques du verbe et résumerons simplement en quelques lignes d’introduction notre hypothèse sur l’origine du do auxiliaire, qui se révèlera utile pour la suite de l’analyse.

3On a longtemps considéré que le do auxiliaire avait une origine causative (cf. Abbott (1875), Callaway (1913), Royster (1914-15, 1918, 1922), Zilling (1918), Ellegård (1953)). Selon cette hypothèse, le glissement sémantique du causatif (do somebody VINF) au périphrastique (do VINF) aurait été motivé par des considérations d’ordre métrique ou prosodique dans la poésie en vers du sud-ouest de l’Angleterre. Or, le do causatif est présent dès le vieil anglais et l’Old English Dictionary (562, B) signale qu’on trouve également à cette période les premières occurrences du do périphrastique, auxiliaire en devenir, qui coexiste avec le do causatif jusqu’à la fin du moyen anglais, avant la disparition progressive du do causatif :

  • 3 Gras ajouté.

General scheme of arrangement – I. Transitive senses (*To put. **To bestow, render. ***To perform, effect). II. Intransitive : To put forth action, to act. III. Causal and Auxiliary uses (*Causal. **Substitute. ***Periphrastic).3 IV. Special uses of certain parts (Imperative, Infinitive, Pres. pple., Past pple.). (…)

  • 4 Nous suivons Visser (1963-73) dans l’utilisation du terme « actitif » pour référer à un sens de « f (...)
  • 5 Cf. Sharifzadeh (2012 : 139-79) pour le détail de cette analyse.

4Dans le cadre de notre thèse (cf. Sharifzadeh (2012 : 6-134)), nous nous sommes demandé comment l’on pouvait expliquer la naissance d’un phénomène linguistique par un autre phénomène lui étant apparemment contemporain et avons démontré que le do grammatical, combiné au départ quasi exclusivement avec des prédicats d’action – parfois d’activité – provenait des sens achieveperform... du lexical. Nous avançons que ce sens factitif4 est commun aux divers emplois de do dès lors que le verbe est suivi de quelque complémentation (complémentation verbale dans le cas du do auxiliaire, complémentation nominale – cf. do it/that/this – ou adverbiale – cf. do so – dans le cas du do lexical). Le do périphrastique, qui à sa naissance marquait l’accomplissement de la relation prédicative, est ainsi devenu, après sa régulation en auxiliaire (par analogie avec les modaux), un marqueur d’adéquation de la relation prédicative à l’extralinguistique. Dans un échange du type Did you call her? – I didn’t, le premier énonciateur interroge le second sur la validité de la relation prédicative <you – call her> à un moment repère passé, et le second énonciateur nie cette validité.5

5Si le do auxiliaire peut aujourd’hui être combiné à un prédicat dénotant un procès aussi bien statique que dynamique (qu’il soit alors télique ou atélique), nous allons voir que son bagage sémantique originel va parfois générer des énoncés dans lesquels il est à première vue impossible de déterminer le statut auxiliaire ou lexical du verbe do sans une analyse approfondie des corpus. C’est notamment le cas dans les séquences « which SN do » et « that/this SN do ».

6Dans la première configuration, le pronom relatif which introduit une proposition surbordonnée relative appositive (supplementary chez Huddleston & Pullum (2002 : 1035)) en reprenant une prédication complète, et est suivi d’un SN sujet et d’une forme de do (cf. (1)).

7Dans la seconde configuration, un pronom démonstratif (that ou this) en fonction apparente de complément d’objet direct (COD) est topicalisé/antéposé et suivi d’un SN sujet et d’une forme de do (cf. (2) et (3)).

8Dans l’examen de ces deux constructions avec reprise par un do positif + pronom (soit relatif, soit démonstratif), similaires en surface à des occurrences du do lexical transitif, nous allons nous intéresser aux propriétés permettant de déterminer si do est verbe auxiliaire ou verbe lexical en nous posant les questions suivantes :

    • 6 Cf. Huddleston (1976 : 333) et les propriétés NICE (Negation, Inversion, Code, Emphasis).

    Do peut-il porter la négation (cette propriété étant caractéristique des opérateurs6) ?

  1. Quels types d’antécédent do reprend-il dans ces emplois ? Nous fondant sur les corpus électroniques, nous montrons dans notre thèse (cf. Sharifzadeh (2012 : 258-292)) que les antécédents purement statiques (p. ex. sound even better en (1)) sont rarissimes avec les proformes contenant un do lexical (cf. Lakoff et Ross (1976), Guimier (1981), Culicover et Jackendoff (2005), …), en particulier avec les proformes do it, do this et do that (qui, contrairement à do so, contiennent un do transitif). Nous reviendrons sur nos résultats pour do so, qui vont dans une certaine mesure à l’encontre d’opinions exprimées dans la littérature, selon lesquelles cette proforme ne pourrait avoir d’antécédent statique.

  2. Quelle est la fréquence des adjoints modifiant do ? Miller (2011), dans une étude sur les reprises prédicatives en do, s’appuie sur le Corpus of Contemporary American English (CoCA) pour montrer que les adjoints sont rares avec un do opérateur ; dans une étude parallèle à celle de Miller (cf. Sharifzadeh (2012 : 242-310)), nous démontrons qu’il en va de même dans le British National Corpus (BNC).

9Dans un premier temps, nous présenterons les résultats relatifs à la séquence « which SN do », avant de nous intéresser à la séquence « that/this SN do ». Pour chacune de ces configurations, nos recherches ont été effectuées aussi bien dans le BNC que dans le CoCA.

1. « Which SN do »

10La transitivité apparente de do dans ce type de construction pousse certains auteurs à le classer parmi les verbes lexicaux, cf. Méry (2002 : 90) :

11Dans (p. ex. (4)), on analyse sans peine l’occurrence de DO comme étant DOlex, verbe d’action transitif, dont le complément d’objet direct est le pronom relatif which, et l’on peut montrer ceci en paraphrasant par and he did that.

(4)

‘Can you give me a hand ?’ she asked, which he did.(BNC)

12Or le simple fait qu’on puisse avoir un do négativé dans ces énoncés (comme en (5)) va à l’encontre de l’analyse lexicale.

(5)

And if I didn’t follow your car, which I didn’t, how on earth would I have known where you lived ? (BNC - emprunté à Méry (2002 : 90))

13Méry (2002 : 91) en convient et avance l’hypothèse suivante :

Le complément d’objet subsiste, c’est le relatif which. On a donc là un type de structure où DO apparaît avec des propriétés mixtes par rapport à celles de DOlex et DOaux.

  • 7 Nous empruntons l’étiquette « proforme complexe » à Quirk (1985 : 866) pour désigner les proformes (...)

14Etant donné que nous interprétions a priori les occurrences similaires à (1) comme en (1a) (ce qui orienterait vers un do opérateur dans ces emplois), nous avons cherché à savoir si, dans les énoncés du type (4), do se comportait effectivement comme le do lexical des proformes complexes7 (en particulier do that). Plus généralement, nous nous sommes demandé si la négativation possible de do s’expliquait par des propriétés « mixtes », comme suggéré par Méry (2002).

(1a)

Perhaps she thinks it sounds n better. ((And) sound n better) it does really. Well it does really, yeah. (BNC)

  • 8 Nous considérons plutôt que c’est le pronom relatif which qui a pour antécédent une prédication com (...)
  • 9 Nous soulignons l’antécédent.

15Pour obtenir des formes finies de do, nous avons utilisé la requête suivante dans le BNC : « which [p*] [do] ». Nous souhaitions ne retenir que des propositions relatives en which + do qui constituent un sous-ensemble de celles que Quirk et al. nomment « sentential relative clauses ». Selon Quirk et al. (1985 : 1118), chaque proposition de ce sous-ensemble « refers back to the predicate or predication of a clause »8, alors que d’autres « sentential relatives » reprennent une proposition entière, p. ex. : Things then improved, which surprises me.9

16Nous avons ainsi éliminé de nos données les occurrences où which n’avait pas pour antécédent une prédication. C’est le cas des énoncés (6) et (7) où le pronom relatif reprend un SN :

(6)

There are many other distinctions which the Aborigines make which we do not – () (BNC)

(7)

A recent book on contemporary public sculpture begins with a sentence the author does not consider remarkable but which I do : (...). (CoCA)

17Dans chacun de ces exemples, il y a deux relations anaphoriques : which reprend un SN (souligné ici), tandis que do sert de reprenant à un antécédent verbal (en gras). Ces propositions relatives ne remplissent donc pas la condition de contenir un which qui reprenne toute une prédication. Ces cas de figure ne nous intéressent pas dans le cadre de la présente analyse et nous allons donc nous concentrer sur des énoncés du type (1) pour tenter de déterminer si l’on a alors affaire à un which pronom relatif suivi d’un do opérateur, ou à un which pronom relatif suivi d’un do lexical avec reprise du prédicat par une anaphore similaire à celle des proformes complexes (du type do that en particulier), ou encore si do est une forme « mixte » dans ces structures.

1.1. Le do fini

1.1.1. Résultats dans le BNC

  • 10 Rappelons que le BNC compte 100 millions de mots.

18Nous avons obtenu 1181 occurrences de la séquence « which + [p*] + une forme de do éventuellement négativée », dont nous avons extrait un échantillon aléatoire de 200 occurrences. Sur celui-ci, 56 occurrences étaient pertinentes. Par extrapolation, on peut estimer qu’il y a environ 330 (331 d’après l’extrapolation) occurrences de cette construction dans le BNC, donc 3,3 par million de mots10 (cf. Tableau 1).

Tableau 1 : Propriétés de la construction correspondant à la séquence « which [p*] [do] (n’t/not) » (avec do fini) dans le BNC

  • 11 Ceci ne représente pas un nombre exhaustif. Notre requête exclut par exemple la possibilité qu’un a (...)
  • 12 Ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque co (...)
  • 13 Ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque co (...)
  • 14 Ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque co (...)
  • 15 Les cas classés « entre » seront illustrés plus loin (car absents de ce tableau).
  • 16 Pour synthétiser les informations, nous employons ici les crochets, comme dans les requêtes sur cor (...)
  • 17 Dans les zones grisées, le nombre d’occurrences examinées correspond à un total obtenu à partir d’é (...)

Construction

PER MIL11

polarité do %12

antécédent %13

adjoint %14

+

-

dynamique

statique

entre15

which [p*] [do]16

3,31 (#56)17

80,4

19,6

89,3

10,7

-

61

  • 18 Cf. Sharifzadeh (2012 : 263-70) pour la méthode adoptée dans la détermination du type de procès (st (...)

19Nous avons relevé 11 occurrences (19,6 %) négatives (p. ex. (8) et (9)). En ce qui concerne le type de procès dit par l’antécédent, 6 cas (10,7 %) sont statiques, contre 50 dynamiques (89,3 %).18 On notera que les antécédents statiques incluent des statiques purs, c’est-à-dire dénotés par un prédicat dont le référent du sujet ne peut être compris comme agentif ni dans l’antécédent ni dans la reprise (cf. exemples (1) et (9)).

(8)

This is not because of Finn making jokes (which he doesn’t), it is from things which actually happen to him (...) (BNC)

(9)

Not unless they had radar or heat-seeking missiles, which they didn’t. Did they ? (BNC)

20Ces deux possibilités cumulées (formes négatives et antécédent statique) indiquent une forte proximité entre le do de la construction « which SN do » et le do des formes courtes avec ellipse post-auxiliaire (EPA) du prédicat (p. ex. No, he doesn’t Ø.). Ces deux observations constituent également une différence marquée avec les proformes complexes, notamment do that/this, dans lesquelles il est clair que do est un verbe lexical qui prend le pronom démonstratif comme complément d’objet direct (*He didn’t that/this).

21Dans son étude comparative sur l’EPA et les proformes complexes, Miller (2011 : 7) fait l’observation suivante à partir des données du CoCA :

  • 19 Post-auxiliary ellipsis.

Another important factor affecting the choice of PAE19 is the presence of an adjunct after the elliptical auxiliary. Though this is not ungrammatical, it is rare. Out of 249 cases of PAE examined, only 4 exhibited this pattern, i.e. 1.6 %.

22Miller en infère que la présence d’un adjoint est un facteur défavorisant l’EPA. Dans les rares cas constatés (cf. (10)), l’auteur (2011 : 12) estime que ce qui rend l’EPA concluante est le fait :

  1. que l’alternative entre les polarités positive et négative est clairement perceptible en contexte, et se confirme dans le passage de la situation dénotée par l’antécédent à celle à laquelle renvoie la reprise et

  2. que : (T)he adjunct does not characterize the situation referred to by the antecedent, as is the case in all the examples of do so with adjuncts cited above, but rather contrasts the specific situation referred to by (do) with the habitual situation referred to by the antecedent.

(10)

Brother Laurence has rarely grasped for words. He does now. (CoCA)

23Sur la base de ces observations, nous avons jugé qu’il serait utile de déterminer avec quelle fréquence une reprise en do est accompagnée d’un adjoint dans ces relatives en which, le repérage des adjoints pouvant constituer un critère supplémentaire pour déterminer si les reprises en do se rapprochent ici davantage du do grammatical ou du do lexical des proformes complexes.

24Contrairement à nos premières observations, qui reposaient sur l’existence de formes négatives et la possibilité d’un antécédent statique et allaient dans le sens d’un do purement grammatical dans les propositions subordonnées relatives en which que nous décrivons, on note une différence marquée entre le verbe do dans cet environnement et le do opérateur de l’EPA. En effet, plus de la moitié des do sont accompagnés par un adjoint ; or le do opérateur dans l’EPA et le do non fini anaphorique (dans un environnement yes/no + SN + auxiliaire + do, p. ex. Yes, I should do) ont en commun une tendance marquée à ne pas être accompagnés par un adjoint. De ce point de vue, le do opérateur et ce do substitut non fini s’opposent à do so et do it/that/this. Voici l’exemple d’une occurrence de la séquence « which + [p*] + [do] » avec deux adjoints :

(11)

(He was) the only Briton to win a world Junior Title, which he did in Florida in the 14 and under age category. (BNC)

25Les adjoints in Florida et in the 14 and under age category apportent une information supplémentaire sur le procès dit par l’antécédent, ce qui est exactement ce qui se passe avec do so. Après un examen serré de toutes les occurrences, l’on constate que seules deux occurrences (sur lesquelles nous reviendrons plus loin) comportent un do négativé accompagné d’un adjoint, dans un environnement où l’on retrouve les critères (i) et (ii) décrits plus haut :

(12)


If we are to believe late nineteenth- and early twentieth-century etiquette writers (which I don’t altogether) this was a period when it was thought gross to (...). (BNC)

(13)


I normally get that, first thing in the morning, which I didn’t today. So you’ll have to make do with scones. (BNC)

26Ces résultats ne sont pas très surprenants étant donné l’apport sémantique de la relative en which. Celle-ci, lorsqu’elle est de polarité positive, sert essentiellement à remplir deux fonctions. La première concerne les cas où le procès dit par l’antécédent est asserté ou présupposé dans sa proposition. La relative en which apporte alors la confirmation de la validité du procès (cf. (11)). Mais cette confirmation serait souvent entièrement redondante si elle n’était pas accompagnée d’une information supplémentaire, information qu’apporte, précisément, le complément adjoint à do :

(11a)

He was the only Briton to win a world Junior Title, which he did.

27Ces cas-ci, qui sont parfaitement parallèles à la majorité des occurrences de do so, imposent quasiment la présence d’un adjoint, et ce pour des raisons discursives.

28La seconde fonction de la relative en which est illustrée ci-dessous :

(14)

Our orders were to keep a low profile while keeping watch on the yacht which we did for about twenty four hours. (BNC)

  • 20 Sans surprise, toutes les relatives à polarité positive mais sans adjoint complètent un antécédent (...)

29Le procès dit par l’antécédent n’est ni asserté ni présupposé ; il est présenté comme virtuel. Par la relative en which, l’énonciateur nous informe que ce procès virtuel a été actualisé.20 Nous avons constaté que cette deuxième fonction apparaît également avec do so ; en voici un exemple :

(15)

The Government wanted to create a property-owning democracy, and they did so, but that property-owning democracy needs inflation to maintain itself. (BNC)

30Do so comme « which [p*] [do] » permettent à l’énonciateur de passer de la présentation d’un procès virtuel dans l’antécédent à l’affirmation de son actualisation dans la proposition contenant le reprenant. Lorsque la relative en which est de polarité négative, elle servira à infirmer la réalisation du procès (actuel ou virtuel) dit par l’antécédent. Dans les rares cas où le do négativé se voit adjoindre un complément (cf. (12) et (13) ci-dessus), ce dernier sert à indiquer que l’infirmation du procès n’est que partielle. Dans (12), l’énonciateur indique que sa non-croyance n’est pas totale, et dans (13), il indique que la non-réalisation du procès (à savoir, recevoir la pâtisserie en question dès le début de la matinée) n’est valide que le jour de l’énonciation, ce qui fait que l’actualisation du procès reste valide le reste du temps (« normally »).

  • 21 P. ex.:
    Though something in the provenance or context of the document may justify Husameddin’s asse (...)

31Au terme de cet examen des caractéristiques de la construction « which + SN + do fini » dans le BNC, on peut donc pointer une ressemblance partielle avec le do de l’EPA (cf. possibilité d’un antécédent statique, quel qu’il soit, et d’une forme négative) mêlée à une ressemblance partielle avec do so (cf. types d’anaphore, fréquence des adjoints ainsi que leurs fonctions). Cette configuration semble donc mettre en évidence une zone d’interpénétration entre le grammatical et le lexical, où le lexical déborde sur le grammatical. Ceci pourrait s’expliquer par la transitivité apparente de do dans ces propositions subordonnées relatives, transitivité qui est propre au verbe lexical et qui poussait Méry (2002) à rapprocher ces occurrences d’emplois de la proforme do that. Nous rejetons une similarité avec do that dont les propriétés sont fort différentes de celles constatées dans ces relatives : cette proforme complexe reprend des antécédents dynamiques et ne peut porter la négation. Notre recherche sur corpus électroniques révèle que do so a lui la capacité de reprendre des antécédents purement statiques21 – même si plus rarement que dans les relatives qui nous intéressent ici – mais, bien qu’il soit porteur du sens factitif caractéristique du lexical, do réfère à un « agir » plutôt qu’à un « faire » dans cette proforme et n’est pas transitif. C’est donc l’ensemble do + which qui est comparable à la proforme do so, et non le verbe do pris isolément dans chaque cas. Le test syntaxique demeure malgré tout problématique dans une assimilation du verbe do dans ces relatives à un verbe lexical : si le do des structures en « which [p*] [do] » était lexical, il ne pourrait porter la négation. Plus précisément, la contrepartie négative de « which [p*] [do] » devrait alors être « which [p*] [do] n’t/not do » (le premier do, opérateur, servant de support au second, lexical). Nous avons vérifié la fréquence des reprises en « which [p*] [do] n’t/not do » et l’on trouve 2 occurrences seulement dans l’ensemble du BNC. Pour mémoire, nous avions 11 occurrences de la requête « which [p*] [do] n’t/not » sans verbe après l’auxiliaire, sur les 56 occurrences pertinentes de « which [p*] [do] positif et négatif » répertoriées ; en d’autres termes, dans près de 20 % de ces occurrences, do était à la forme négative (cf. propriétés NICE des opérateurs). Un tel écart entre les requêtes « which [p*] [do] n’t/not do » et « which [p*] [do] n’t/not » prouve que, sur un plan syntaxique, do est bien opérateur dans cette configuration en anglais britannique, même s’il s’approprie certaines propriétés sémantico-syntaxiques du lexical. Qu’en est-il en anglais américain ?

1.1.2. Résultats dans le CoCA

32Nous avons compté 80 occurrences pertinentes de la séquence « which [p*] [do] » à partir d’un échantillon aléatoire de 200 (sur un total de 3821). Par extrapolation, il devrait y avoir environ 1530 (1528 d’après l’extrapolation) occurrences de cette construction dans le CoCA, donc 3,6 PER MIL. Cette fréquence est très proche de celle trouvée dans le BNC ; voyons ce qu’il en est du détail des occurrences (cf. Tableau 2).

33Parmi les occurrences examinées, on trouve des occurrences négatives (13,8 %) et des cas, relativement nombreux (17,5 %), où l’antécédent dénote un procès statique. Encore une fois, les prédicats concernés peuvent désigner des procès purement statiques, p. ex. :

(16)

Even if he had known the language, which he didn’t, of course, Peterson would have had trouble asking the conductor (...). (CoCA)

34Comme dans le BNC, do est souvent accompagné d’un adjoint (46 % des cas). Dans les propositions à polarité positive, on retrouve les deux cas de figure mis en évidence dans le BNC :

35Procès actuel dans l’antécédent, p. ex. :

(17)

This is an intellectual swindle that leads women to misjudge male sexuality, which they do at their own emotional and physical peril. (CoCA))

36Procès virtuel dans l’antécédent, p. ex. :

(18)

If TGF-inhibitors (...) worked efficiently, which they do, its levels would plummet below a certain threshold. (CoCA)

37Si l’on prend les 11 occurrences négativées, aucune n’est modifiée par un adjoint. Comme nous le suggérions plus haut, on ne rencontre pas d’adjoint car il y a infirmation pure et simple du procès dit par l’antécédent. Il aurait cependant pu y avoir plus d’occurrences avec invalidation partielle du procès dit par l’antécédent (cf. (12) et (13)), comme c’est le cas de plus de la moitié des occurrences de la séquence « which [p*] [do] n’t/not do » dans le CoCA, cf. infra (p. ex. ‘I save everything she sends me, which I don’t do with anyone else,’ he said. (CoCA)). Cette différence de proportion peut s’expliquer par le fait que, dans la séquence « which [p*] [do] n’t/do », l’indifférenciation entre le lexical et le grammatical est bloquée syntaxiquement par la négation (la propriété N étant réservée à l’opérateur). Do pourrait alors conserver davantage de caractéristiques propres à l’opérateur dans d’autres configurations (notamment l’absence d’adjoint typique des anaphores en dogrammatical).

  • 22 Les notes 11 à 15, relatives au tableau 1, valent également pour le tableau 2.

38Nous donnons ci-après le tableau récapitulatif des résultats qui viennent d’être discutés.22

Tableau 2 : Propriétés de la construction « which [p*] [do] » avec un do fini éventuellement négativé dans le BNC et dans le CoCA

Construction

PER MIL

polarité do %

antécédent %

adjoint %

+

-

dynamique

statique

entre

B

N

C

which [p*] [do]

3,31 (#56)

80,4

19,6

89,3

10,7

-

61

C

O

C

A

which [p*] [do]

3,6 (#80)

86,2

13,8

82,5

17,5

-

46

39Au vu de ces résultats, on aurait pu être tenté de conclure que les propriétés de do dans cette configuration sont les mêmes en anglais britannique et américain. Cependant, compte tenu du pourcentage moins élevé d’énoncés négativés correspondant à la séquence « which + SN + do fini », nous nous sommes demandé si la quasi-absence d’occurrences répondant à la requête « which [p*] [do] n’t/not do » dans le BNC se vérifiait dans le CoCA et l’on observe une différence entre les deux corpus. Sur 55 occurrences répondant à cette requête dans le CoCA, 38 sont des négations de sentential relatives répondant à nos critères de sélection. En d’autres termes, l’anglais américain pourrait appliquer plus facilement les propriétés syntaxiques du verbe lexical à do dans ces relatives (2 occurrences sur 100 millions de mots dans le BNC / 38 occurrences sur 450 millions de mots dans le CoCA). Cette différence de proportion pouvant ne pas être suffisamment significative, nous avons tenu à vérifier si les propriétés du do non fini dans la configuration « which [p*] [do] n’t/not do » (cf. (19)) pouvaient être les mêmes que celles du do fini dans la configuration « which [p*] [do] ». En d’autres termes, l’ambiguïté qui existe dans un énoncé comme (19a), où l’on ne peut déterminer avec certitude l’antécédent de which (do) (qui peut désigner un procès aussi bien statique – c’est le cas du prédicat want to kiss me – que dynamique – c’est le cas de kiss me), vaut-elle en (19) ?

(19)



Then Stavro came and said he wanted to kiss me, which he didn’t do. Like his father, he sat on that stool and stared at exactly the same spot, somewhere above my head. (Zdravka Evtimova, Men and Snakes, http://www.paumanokreview.com/​ index.php ?page =evtimova)

(19a)

Then Stavro came and said he wanted to kiss me, which he did.

1.2. Le do non fini

40Interpellée par les occurrences du type (20), mettant en évidence le caractère non auxiliaire de do dans la reprise, nous avons tenu à explorer la piste du do non fini.

(20)



According to the article, Breivik contemplated on what to do next, and it stood between two scenarios. The first was to commit suicide, which he didn’t do because of his convictions, and the second was to continue the killing spree, which he did. (http://www.abovetopsecret.com/​forum/​ thread740973/pg1)

41Si nous avons repris dans cette partie les mêmes distinctions que dans les tableaux précédents, nous ne pensons pas pour autant qu’elles soient nécessairement porteuses de la même signification dès lors que do est non fini dans la présente configuration (cf. Tableau 3). La propriété N sera ici portée par un autre do (auxiliaire) ou par un auxiliaire modal (« [vm*] » dans la recherche sur corpus électroniques). Par ailleurs, on sait d’emblée que, sur un plan strictement syntaxique, si do est non fini, il est alors nécessairement lexical dans cette configuration car c’est l’ensemble « which… do non fini » qui assure l’anaphore du prédicat (le do non fini anaphorique ne pouvant être périphrastique, comme le montrent les manipulations en (20a) et (20b)).

(20a)

*The first was to commit suicide, ((and) commit suicide) he didn’t do.

(20b)

*He didn’t do commit suicide.

42La prise en compte de la polarité sera toutefois importante dans la discussion sur la présence / absence d’un adjoint dans ces structures en do non fini. Nous nous intéresserons également à la possibilité / impossibilité de rencontrer des antécédents statiques, afin de savoir si do est ici une forme purement lexicale ou une forme lexicale aux caractéristiques (partiellement) grammaticales.

Tableau 3 : Propriétés des constructions « which [p*] [do]/(vm*) do » (i.e. avec do non fini) et « which (p*) (vm*) », dans le BNC et le CoCA

  • 23 Rappel : ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour (...)
  • 24 Rappel : ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour (...)
  • 25 Rappel : ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour (...)
  • 26 Puisque les données pour les occurrences positives ont été recueillies sur un échantillon aléatoire (...)
  • 27 Il s’agit d’une seule occurrence:
    In any case, they’ve gone off somewhere together. To celebrate bef (...)

Construction

PER MIL

polarité do %23

antécédent %24

Adjoint
 %
25

+

-

dynamique

statique

entre

B

N

C

which [p*] [do] do

0,07 (#7)

71,4

28,6

100

0

-

57

which [p*] [vm*] do

0,5 (#50)

71,4

28,6

91,8

8,2

-

65

which [p*] [vm*]

0,4 (#6)

66,7

33,3

100

0

-

17

C

O

C

A

which [p*] [do] do

0,09 (#40)

5,1

94,9

97,4

2,6

-

51

which [p*] [vm*] do

0,5 (#62+64)26

69,8

30,2

97

3

72

which [p*] [vm*]

0,38 (#13)

30,8

69,2

92,3

7,727

-

23

43Comme on le voit aux rangs 1, 2, 4 et 5 du tableau 3, la proposition relative en which contient un adjoint dans plus de la moitié des cas. Ce résultat est similaire à celui obtenu pour le do fini dans la séquence « which [p*] [do] » et dans les proformes complexes (présence d’un adjoint dans 52 % des cas pour do so et do it/that/this dans le BNC, cf. Sharifzadeh (2012 : 289-92)).

44Il n’est pas impossible que cette situation s’explique (en partie du moins) par les fonctions discursives que remplissent les relatives en which, du moins celles à polarité positive. Comme nous l’avons indiqué plus haut, ces fonctions discursives encouragent l’occurrence d’adjoints. Comparons les deux cas de figure suivants :

45Procès actuel dans l’antécédent :

(21)

(...) she had a fine sense of humour and loved to sing, which she could do well (...). (BNC)

46Procès virtuel dans l’antécédent :

(22)

I believe that, you know, in the last six months or eight months she wanted to take a lot of time off to write her book, which she did do, (...). (CoCA)

47En (21), il n’est pas possible de se passer d’un adjoint, sous peine de se retrouver avec une relative purement redondante. Comme on le voit en (22), une telle contrainte ne vaut pas pour les énoncés avec antécédent virtuel.

48Venons-en maintenant au type d’antécédent. Les chiffres confirment la lexicalité de do dans ces emplois non finis : pour la construction « which [p*] [do] do », le BNC ne nous livre aucune occurrence avec antécédent statique, et le CoCA une seule, attribuée à l’actrice anglaise Joan Collins. L’antécédent y est, à première vue en tout cas, un statique prototypique :

(23)

And she also bears grudges, which is another thing that I don’t do. And she has huge hatreds which I don’t do. I don’t have hatreds. (CoCA)

49Cet énoncé peut sans doute se comprendre de deux façons. L’une d’entre elles fait de la prédication <have huge hatreds> l’antécédent de which. Dans cette lecture-là (glosable par having huge hatreds is something I don’t do), l’antécédent est bel et bien statique. Compte tenu de l’exception que constitue cette occurrence, cela n’éloignerait pas l’analyse du do non fini + pronom which COD comme un do lexical complété par un pronom anaphorique du prédicat have huge hatreds. Mais il est vraisemblable qu’une seconde lecture soit possible, celle qui ferait du seul SN huge hatreds l’antécédent de which ; la relative signifierait alors I don’t do huge hatreds, avec un do général rappelant l’emploi (souligné) qu’on trouve dans cet extrait de Magnolia de P. T. Anderson (56ème minute) :

(24)



(Have) you been doing some drugs today, Claudia 

   Have you been doing some drinking ?
– No (laughing)
– I got a call of a disturbance here, loud music.

  • 28 P. ex. : (…) our friendly architect informed us that the Secretary of State was opening the buildin (...)

50Il nous semble difficile de choisir une interprétation plutôt que l’autre sans tomber dans l’arbitraire. Notons en outre que, même si l’on opte pour la première lecture, il est possible d’argumenter – comme nous l’avons fait pour les quelques cas où une proforme complexe du type do it/that/this reprenait un antécédent statique dans notre thèse28 – que la reprise est dynamique. Dans cette lecture, Joan Collins indiquerait qu’elle choisit (délibérément) de ne pas entretenir de haine démesurée, plutôt que de nous informer qu’elle ne possède pas ce trait – nourrir des haines démesurées – indépendamment de sa volonté.

  • 29 En réalité, les distributions ont été mesurées sur seulement 49 occurrences car deux d’entre elles (...)
  • 30 Avant extrapolation, nécessaire pour les formes positives.

51Si le jugement de lexicalité aussi bien syntaxique que sémantique du second do dans la configuration « which [p*] [do] do » est sans appel, qu’en est-il des autres variantes non finies de la construction en which ? Nous avons également relevé les occurrences de la construction « which [p*] [vm*] do » dans nos deux corpus. Sur 50 occurrences pertinentes dans le BNC29, 4 ont un antécédent statique. Sur 126 occurrences pertinentes dans le CoCA30, 5 ont un antécédent statique. Nous donnons ces 9 occurrences ci-dessous :

(25)

and er we we would like to see a report back which we will do anyway erm (...). (BNC)

(26)

I’m going to see what it does when it’s stuck onto carbon, which it will do very readily. (BNC)

(27)


(...) family should be warned against condoning the patient’s anorexic behaviour, which they may do either because they feel unable to tolerate the patient’s anger or because (...). (BNC)

(28)


Their eyes are very elaborate. In some ways they are even better than our own, for a squid can distinguish polarised light which we cannot do and their retinas (...). (BNC)

(29)

She has to be sexy, which she can do. (CoCA)

(30)

(...) and all of a sudden you hear the countermelody, which you wouldn’t do if you were sitting in the back of the house. (CoCA)

(31)

(...) provided they adhere to the laws of war, which they will not do in any event. (CoCA)

(32)

Archaeology perhaps seems “old” because we associate it with early civilizations (which we need not do), (...). (CoCA)

(33)

Such an instrument (...) lets you see in depth, which you can’t do very well with one eye. (CoCA)

52Davantage que la fréquence (modeste, surtout dans le CoCA) des cas avec antécédent statique, il nous semble que ce qui est frappant est le type de prédicat d’état rencontré – dont plusieurs réfèrent à des procès « purement » statiques – et, plus encore, le fait que dans plusieurs cas au moins il ne semble aucunement justifié de donner une lecture dynamique à la reprise. Sans doute (29) et (31), et peut-être (27) et (33), se prêtent-ils à pareille réinterprétation, mais dans les autres cas, la proposition relative reçoit naturellement une lecture statique. Cette observation différencie which do non fini de do it/that/this. En revanche, la reprise reste proche de celles en do opérateur mais également en do so. Comme, en outre, nous avons constaté une fréquence élevée d’adjoints, l’apparentement le plus fort semblerait être celui avec do so, même si nous gardons en mémoire que l’opérateur lui-même peut revêtir les propriétés de do so dans les relatives en which qui nous intéressent ici.

  • 31 Cf. Cotte (1989 : 41) : « La syntaxe refuse un cloisonnement absolu entre auxiliaires et verbes lex (...)

53Les facteurs qu’à la suite d’autres, notamment Miller (2011), nous avions avancés comme critères d’identification d’un do auxiliaire ne semblent donc pas s’exprimer systématiquement dans tous les environnements syntaxiques. En conséquence, une construction qui serait associée à un nombre bas d’antécédents statiques mais à un nombre élevé d’adjoints ne pourrait, à coup sûr, être classée parmi les constructions qui recourent à un do lexical ; c’est en tout cas ce qu’indique la syntaxe. Dans certains contextes, celle-ci n’est plus iconique des critères sémantico-discursifs qui apparaissaient comme prototypiques de chaque forme de do : dans le cas du do non fini des reprises en which [p*] do, les propriétés du grammatical débordent sur le lexical, tout comme le lexical débordait sur le grammatical dans la forme finie. Cette structure cristallise un point d’indifférenciation entre le lexical et le grammatical.31 En est-il de même pour les reprises en « that/this [p*] [do] » où that/this peuvent se lire, à première vue, comme des COD potentiels du verbe do ? Nous nous sommes en effet demandé si, à défaut d’être systématiquement paraphrasables comme en (4a), les énoncés du type (4) ne pouvaient pas être glosés par des reprises du type (4b).

(4)

‘Can you give me a hand ?’ she asked, which he did. (BNC)

(4a)

Can you give me a hand ?’ she asked, and he did that.

(4b)

‘Can you give me a hand ?’ she asked, and that he did.

2. « that/this SN do »

54Sur le modèle de l’analyse de Méry (2002) pour les reprises en « which SN do », on pourrait considérer que « that/this SN do » résulte de la thématisation du pronom démonstratif à partir d’un énoncé initial en do that. À la manière des reprises en « which SN do », les structures en « that/this SN do » pourraient ainsi avoir les propriétés sémantiques et/ou discursives des proformes do that/this alors même que le verbe do qu’elles contiennent possède les propriétés syntaxiques de l’auxiliaire, cf. propriété N en (34) :

(34)

I don’t know why I put up with you and your arrogant ways, that I don’t ! (BNC)

55Appuyons-nous sur les corpus électroniques pour savoir si do se comporte plutôt comme le do des proformes complexes ou comme l’opérateur dans ces énoncés. Nous avons dû contraindre le contexte gauche afin d’éviter des nombres trop grands d’occurrences non pertinentes liés à la présence de that. Nos deux requêtes étaient :

and/but/though that/this [p*] [do]

./,/;/;/?/!/: that /this [p*] [do]

2.1. Le do fini

56Le tableau 4 résume les résultats obtenus.

Tableau 4 : « X that/this [p*] [do] » dans le BNC et le CoCA

  • 32 Rappel : ceci ne représente pas un nombre exhaustif. Il s’agit de la fréquence des constructions « (...)
  • 33 Comme dans les tableaux précédents, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences (...)
  • 34 Comme dans les tableaux précédents, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences (...)
  • 35 Comme dans les tableaux précédents, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences (...)
  • 36 Comme ailleurs, nous avons grisé les cellules où figurent des chiffres résultant d’extrapolations s (...)
  • 37 Quatre occurrences apparaissaient deux fois de manière identique. Nous les avons prises en compte p (...)

Construction

PER MIL32

polarité do%33

antécédent %34

adjoint %35

+

-

dynamique

statique

entre

B

N

C

X that [p*] [do]

0,07 (#7)

71

29

43

57

-

14

X this [p*] [do]

0,84 (#84)

100

0

95

4

1

71

C

O

C

A

X that [p*] [do]

0,21 (#19)36

89

11

83

11

6

33

X this [p*] [do]

0,18 (#75)

100

0

99

1

-

8537

57Commentons d’abord ces résultats pour « that [p*] [do] ».

2.1.1. « that SN do »

58● Résultats dans le BNC

59Au total des deux requêtes, nous avons obtenu 585 occurrences (189 + 396), qui ont été examinées une à une. Seules sept se sont révélées clairement pertinentes – trois autres étant douteuses. Sur ce nombre très réduit (mais exhaustif pour les deux contextes gauches sélectionnés), il est apparu que deux occurrences étaient négatives, quatre avaient un antécédent statique (want you begging back here ; wish there was more like you ; know of the work ; know why I put up with your arrogant ways). Une occurrence a un adjoint.

60La possibilité que do soit porteur de la négation, alliée à la possibilité de reprise d’antécédents statiques (cf. (34)) et à la relative rareté d’une modification de do par un adjoint, apparente le do dans cette construction au do opérateur. Pour confirmer cette observation en anglais américain, nous avons effectué les mêmes requêtes dans le CoCA. Les résultats sont mitigés.

61● Résultats dans le CoCA

  • 38 Il y en avait en réalité 19, mais nous n’en comptons que 18 car l’une d’entre elles apparaît dans d (...)

62Sur 18 occurrences observées38, 15 ont un antécédent dynamique, une a un antécédent « entre le statique et le dynamique » et deux un antécédent clairement statique (p. ex. (35)).

(35)

By definition, Photo-Travel should have world-wide variety, and that it does. (CoCA)

63Par ailleurs, les adjoints sont relativement fréquents (un tiers des cas). On compte une occurrence négative, dans un roman, occurrence dont on notera qu’elle est censée être produite par un Ecossais et non par un Américain :

(36)

“I suppose I needn’t tell a Scotsman about English wars and English taxes.” #
“Aye, that you don’t,” I agreed. (CoCA)

  • 39 Nous ajouterons d’ailleurs que, dans le CoCA, le relevé des occurrences n’est pas exhaustif avec un (...)

64Au total, les indices en faveur d’un do auxiliaire dans cette construction semblent moins concluants dans le CoCA que dans le BNC. Il se pourrait dès lors que ce do soit, en américain, un peu plus proche du do lexical qu’il ne l’est en anglais britannique. Néanmoins, il convient de rester extrêmement prudent, compte tenu des nombres d’occurrences très bas sur lesquels reposent ces conjectures dans le CoCA.39 Qu’en est-il de la séquence « this SN do » ?

2.1.2. « this SN do »

65On observera d’abord que, dans le BNC, mais non dans le CoCA, les occurrences sont bien plus nombreuses qu’avec that : 84 contre 7 dans le BNC, mais 75 contre 88 (avec extrapolation) dans le CoCA. La fréquence de la construction est donc beaucoup plus élevée dans le BNC, puisqu’on se souviendra que le CoCA compte 4,5 fois plus de mots que le BNC.

66Les résultats sont cette fois extrêmement cohérents entre le BNC et le CoCA et, contre toute attente, ils sont aussi très différents de ceux obtenus avec that. En résumé,

  • nous n’avons rencontré aucune occurrence négative ;

  • le type de procès dit par l’antécédent est presque systématiquement dynamique (les exceptions potentielles sont discutées ci-après) ;

  • il y a une grande majorité de cas où do est modifié par un adjoint.

  • 40 Nous répétons ici l’exemple (3) pour la commodité du lecteur.

67Le verdict semble clair : dans la construction « this [p*] [do] », do est sans conteste un verbe lexical. L’emploi fini de la proforme this… do rappelle celui des proformes complexes, en particulier do so, comme le montre l’examen des quelques exceptions40 :

(3)

I remember one subject that required that she lay flat on the ground, and this she did for hours on end while I drew her. (BNC)

(37)

The result is that Dublin has to stand on its own constant, as well as temporary, merits. This it does admirably. (BNC)

(38)


Golding’s novel is to some degree experimental in style, and when we read it, we sense there is something “odd” about Lok’s language. This we do by reference to primary norms. (BNC)

(39)



The whole operation was supervised from the 1780s from Goodwood by the Duke of Richmond. A general in the regular army, he could only serve as lieutenant-colonel of the Sussex militia. This he did as a public duty until the early nineteenth century (…). (BNC)

(40)


Dr. Hayes is hardly a rounded character in the novel. We don’t learn much about him, he is simply there to represent modern neurology, and this he does very well. He’s the man with the answers. (CoCA)

68L’antécédent en (3) peut recevoir une lecture aussi bien statique (comme en témoignent les tests logiques, p. ex. When I came back into the room, she still lay flat on the ground) qu’inchoative (When I came back into the room, she lay flat on the ground (= she proceeded to lie flat on the ground)).

69L’antécédent en (37) est uniquement compatible avec une lecture statique : Dublin stands on its own merits peut référer à un procès valide au moment de l’énonciation ; le test de l’ajout de la proposition subordonnée temporelle est également concluant : When the local council launched the renovation plan, Dublin already stood on its own merits.

70L’antécédent en (38) désigne également un état. Le verbe sense appartient à la même catégorie que les verbes d’états mentaux ou états perceptuels tels que think, feel ou see.

71L’antécédent en (39) réfère lui aussi à un procès statique: When I was appointed governor-general, he already served as lieutenant-colonel of the Sussex militia.

72L’antécédent en (40) reçoit également une lecture statique : When I first met Mike, he already represented modern neurology. Dans ce sens-là de represent, il ne nous semble pas possible d’obtenir une lecture dynamique.

73En conséquence, nous avons classé les exemples (37), (38), (39) et (40) comme statiques. (3) a été rangé dans une catégorie intermédiaire, figurée par « entre » dans le tableau 4. Ces proportions ainsi que le fort taux d’adjoints rappellent parfaitement le fonctionnement de la proforme do so (plutôt que les proformes do it/that/this, également compatibles avec des adjoints mais incompatibles avec des reprises statiques).

74Voyons ce qu’il en est du do non fini dans ces reprises.

2.2. Le do non fini

75Pour obtenir un tableau plus complet des constructions « that [p*] … do non fini » et « this [p*] … do non fini », nous avons effectué une sélection de requêtes, dans le BNC comme dans le CoCA, sur plusieurs variantes avec do non fini, en imposant, comme nous l’avions fait pour les cas avec do fini, soit une conjonction (and/but/though) soit une marque de ponctuation (./,/ ;/ ;/ ?/ !/ :) dans le contexte gauche.

Tableau 5 : « X that/this [p*] [do]/[vm*] do » dans le BNC et le CoCA

  • 41 Même remarque que dans la note 28.
  • 42 Ici encore, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) po (...)
  • 43 Ici encore, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) po (...)
  • 44 Ici encore, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) po (...)
  • 45 Comme ailleurs, nous avons grisé les cellules où figurent des chiffres résultant d’extrapolations s (...)
  • 46 Il s’agit d’une seule occurrence (cf. 41).

Construction

PER MIL41

polarité do%42

antécédent %43

adjoint %44

+

-

dynamique

statique

entre

B

N

C

X that [p*] [do] do

0,01 (#1)

0

100

100

0

-

0

X this [p*] [do] do

0,03 (#3)

0

100

100

0

-

0

X that [p*] [vm*] do

0,07 (#7)

57

43

100

0

-

29

X this [p*] [vm*] do

0,13 (#13)

77

23

100

0

-

85

X that [p*] [vm*]

0,04 (#1)45

0

100

100

0

-

0

X this [p*] [vm*]

0

-

-

-

-

-

-

C

O

C

A

X that [p*] [do] do

0,01 (#6)

33

67

100

0

-

0

X this [p*] [do] do

0,01 (#3)

33

67

100

0

-

33

X that [p*] [vm*] do

0,04 (#17)

29

71

100

0

-

12

X this [p*] [vm*] do

0,05 (#23)

83

17

96

446

-

43

X that [p*] [vm*]

0,06 (#1)

100

0

100

0

-

0

X this [p*] [vm*]

0,002 (#1)

0

100

100

0

-

0

76Une large part des remarques faites au début de la section 1.2. pour « which [p*] … do non fini » s’appliquent également ici. En particulier, il n’est pas clair que la polarité soit une indication utile, dès lors que la négation, si négation il y a, sera portée par un auxiliaire nécessairement différent du do qui nous intéresse ; elle explique cependant le taux nul d’adjoints dans les reprises en « that/this [do] n’t/not do », simplement destinées à exprimer la non-validité de l’événement antécédent. En revanche, le caractère quasi systématiquement dynamique de l’antécédent (pour that comme pour this) vaut certainement d’être souligné. Sur tous les exemples examinés, un seul a un antécédent statique :

(41)


And him, he may draw you against him, asking you to be brazen and trembling, mutable and firm. This you can do. You are the sight of you, the touch of you, your scent your scent and sound and will (). (CoCA)

77Cette occurrence rappelle nos données sur les proformes complexes, en particulier do that/this : l’antécédent est bien statique mais l’on peut raisonnablement argumenter que la reprise présente le procès comme dynamique (ou du moins, comme accompli délibérément par un agent). Sur la base de ces données, nous pouvons faire l’hypothèse que les reprises en « that/this … do non fini » sont assimilables à des reprises en do that/this avec antéposition du pronom démonstratif.

78L’examen des données relatives aux séquences « which SN do », « that SN do » et « this SN do » (avec un SN réduit à un pronom) nous a permis de voir dans quelle mesure la transitivité du do lexical transparaissait dans certains emplois auxiliaires du verbe. Ces configurations révèlent un point d’indifférenciation entre le do lexical et le do grammatical du fait d’un sens factitif commun, sous-jacent dans l’opérateur. À l’issue de l’analyse de la séquence « which SN do », nous avons mis en évidence une ressemblance partielle avec le do grammatical de l’EPA mêlée à une ressemblance partielle avec le do lexical, dans des reprises similaires à celles en do so. On aurait pu postuler que lorsque la proposition subordonnée relative est affectée de la polarité positive, do est tantôt auxiliaire (lorsqu’il reprend un prédicat désignant un procès statique pur en particulier), tantôt lexical (lorsqu’il est complété par un adjoint). Cependant, la possibilité de reprises statiques avec présence d’un ou plusieurs adjoints met en lumière une zone d’interpénétration entre le grammatical et le lexical : des propriétés typiques du lexical se retrouvent dans le grammatical. L’étude d’une seconde configuration, dans laquelle un pronom démonstratif (substitut d’un prédicat à l’infinitif) antéposé à un do opérateur dans ces formes finies (« that/this [p*] [do] (n’t/not) ») peut devenir objet d’un do en tout point lexical dans les reprises avec do non fini (« that/this [p*] [do]/[vm*] do »), souligne davantage encore la continuité entre emplois du do grammatical et du do lexical.

Top of page

Bibliography

Abbott, E. A. 1875. A Shakespearian Grammar. London, s.n.

Callaway, M. Jr. 1913. The Infinitive in Anglo-Saxon. Washington, D.C. : Carnegie Institution.

Cotte, P. 1989. Le système des auxiliaires modaux dans le système verbal de l’anglais contemporain. Thèse de doctorat, Études anglaises : Grenoble III.

Culicover, P. et R. Jackendoff. 2005. Simpler Syntax. Oxford: O.U.P.

Davies, M. 2004-. BYU-BNC: The British National Corpus. Disponible en ligne sur : http://corpus.byu.edu/bnc/.

Davies, M. 2008-. The Corpus of Contemporary American English: 425 million words, 1990-present. Disponible en ligne sur http://corpus.byu.edu/coca/.

Ellegård, A. 1953. The Auxiliary ‘do’ : the Establishment and Regulation of its Growth in English. Stockholm : Almqvist & Wiksell. (Gothenburg Studies in English, 11.)

Guimier, C. 1981. « Sur la substitution verbale en anglais ». Modèles linguistiques, 3(1), 135-161.

Huddleston, R. D. 1976. « Some theoretical issues in the description of the English verb ». Lingua, 40, 331-383.

Huddleston, R. D. et G. K. Pullum. 2002. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge : C.U.P.

Lakoff, G. et J. R. Ross. 1976. « Why you can’t do so into the sink ». In J. D. McCawley (éd), Notes from the Linguistic Underground. New York : Academic Press, 101-111. (Syntax and Semantics, 7.)

Magnolia. Anderson, P. T. Metropolitan Filmexport. 1999.

Méry, R. 2002. « A propos du verbe DO ». Anglophonia, 12, 81-113.

Miller, P. 2011. « The choice between verbal anaphors in discourse ». Lecture Notes in Computer Science, 7099, 82-95. Consulté en ligne : https://docs.google.com/wer?a=v&pid=sites&srcid=ZGVmYXVsdGRvbWFpbnxwaGlsaXBtaWxsZXJsaW5ndWlzdGljc3xne­DoyODQwYmI3NDgxNGUxOTAy, 1-14.

Oxford English Dictionary (O.E.D.), 2nd edition, 20 vol. 1989. Oxford : O.U.P.

Quirk R., S. Greenbaum, G. Leech et J. Svartvik. 1985. A Comprehensive Grammar of the English Language. New York: Longman.

Royster, J. F. 1914-15. « The Do Auxiliary – 1400-1450 ». Modern Philology, 12(7), 449-456.

Royster, J. F. 1918. « The causative use of hâtan », Journal of English and Germanic Philosophy, 17, 82-93.

Royster, J. F. 1922. « Old English causative verbs ». Studies in Philology, 19, 328-56.

Sharifzadeh, S. 2012. Recherche sur do, lexique et grammaire. Thèse de doctorat, Ms., Paris.

Visser, F. T. 1963-73. An Historical Syntax of the English Language, 3 vol. Leiden: E. J. Brill.

Zilling, O. 1918. Das Hilfsverb « do » im Mittel-Englischen. Halle : E. Karras.

Top of page

Notes

2 SN = syntagme nominal. Dans le cadre du présent travail, nous nous limiterons aux syntagmes nominaux constitués d’un pronom personnel uniquement (« [p*] » dans la recherche sur corpus électroniques).

3 Gras ajouté.

4 Nous suivons Visser (1963-73) dans l’utilisation du terme « actitif » pour référer à un sens de « faire » ou d’« agir » et non au causatif.

5 Cf. Sharifzadeh (2012 : 139-79) pour le détail de cette analyse.

6 Cf. Huddleston (1976 : 333) et les propriétés NICE (Negation, Inversion, Code, Emphasis).

7 Nous empruntons l’étiquette « proforme complexe » à Quirk (1985 : 866) pour désigner les proformes du type do it/that/this/so.

8 Nous considérons plutôt que c’est le pronom relatif which qui a pour antécédent une prédication complète (et c’est également which – et non la sentential relative dans son intégralité – qui, dans d’autres cas de figure, reprend une proposition entière).

9 Nous soulignons l’antécédent.

10 Rappelons que le BNC compte 100 millions de mots.

11 Ceci ne représente pas un nombre exhaustif. Notre requête exclut par exemple la possibilité qu’un adverbe (ou davantage) soit intercalé entre le pronom sujet et la forme de do. La prise en compte d’occurrences telles que which they certainly did serait susceptible d’augmenter substantiellement les proportions PER MIL.

12 Ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction (ici sur un total de 56 occurrences seulement).

13 Ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction (ici sur un total de 56 occurrences seulement).

14 Ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction (ici sur un total de 56 occurrences seulement).

15 Les cas classés « entre » seront illustrés plus loin (car absents de ce tableau).

16 Pour synthétiser les informations, nous employons ici les crochets, comme dans les requêtes sur corpus électroniques, pour référer à toutes les formes de do, nécessairement finies dans cette distribution, et précisons dans la légende que celles-ci peuvent être négativées.

17 Dans les zones grisées, le nombre d’occurrences examinées correspond à un total obtenu à partir d’échantillons allant de 100 à 2000 occurrences (ici 200). Dans chaque tableau, nous avons pris la peine d’indiquer entre parenthèses les nombres réellement observés pour que le lecteur garde à l’esprit que les proportions sont souvent exprimées sur des nombres d’occurrences restreints. Le chiffre par million donne une parfaite idée de la fréquence dans le corpus.

18 Cf. Sharifzadeh (2012 : 263-70) pour la méthode adoptée dans la détermination du type de procès (statique/dynamique, télique/atélique, …) désigné par le prédicat antécédent.

19 Post-auxiliary ellipsis.

20 Sans surprise, toutes les relatives à polarité positive mais sans adjoint complètent un antécédent qui présente un procès comme virtuel.

21 P. ex.:
Though something in the provenance or context of the document may justify Husameddin’s assertion, it must be noted that the signature itself does not do so. (BNC)
‘An old flame, perhaps,’ suggested Dorothea who, often an unthinking woman,
felt vaguely that the afternoon might now benefit from a stroke of the unlikely. She should not have done so. (BNC)

22 Les notes 11 à 15, relatives au tableau 1, valent également pour le tableau 2.

23 Rappel : ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction.

24 Rappel : ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction.

25 Rappel : ces pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction.

26 Puisque les données pour les occurrences positives ont été recueillies sur un échantillon aléatoire de 100 sur les 239 réponses à la requête positive, tous les chiffres pour POSITIF doivent être multipliés par 2,39 avant d’être additionnés aux chiffres pour NEGATIF. Sur les 100, 62 étaient pertinentes. Pour avoir un bon calcul (i) du nombre total d’occurrences de la construction (i.e. cas positifs + négatifs) et (ii) de la répartition POSITIF / NEGATIF dans le corpus, il a fallu :
- multiplier 62 par 2,39 = 148 environ,
- additionner les 148 occurrences positives aux 64 occurrences négatives, ce qui donne 212 occurrences de la construction dans le corpus (69,8 % de positives vs 30,2 % de négatives). Pour la séquence « which [p*] [vm*] do » dans le CoCA, il a donc fallu faire les divisions par 212.

27 Il s’agit d’une seule occurrence:
In any case, they’ve gone off somewhere together. To celebrate before the rest of the world knows anything, which they will, soon, from coast to coast and in several large foreign cable markets – and that’s as close to a direct quote as I think I can get. (CoCA)

28 P. ex. : (…) our friendly architect informed us that the Secretary of State was opening the building four weeks earlier than scheduled and it would be very nice to have the furniture there. The answer to such situations is to always say ‘Yes, sir, of course we can do it,’ and then put the telephone down, swear loudly and sit down and work how you are going to do it. (BNC)
Le reprenant do it, lié anaphoriquement à have the furniture there, n’a pas la même signification que l’antécédent. Le lien anaphorique comporte une inférence, de have the furniture there à un prédicat du type get the furniture there ; le procès dit par la proforme est donc dynamique (cf. Sharifzadeh (2012 : 276-82)).

29 En réalité, les distributions ont été mesurées sur seulement 49 occurrences car deux d’entre elles étaient identiques.

30 Avant extrapolation, nécessaire pour les formes positives.

31 Cf. Cotte (1989 : 41) : « La syntaxe refuse un cloisonnement absolu entre auxiliaires et verbes lexicaux et possède un point d’indifférenciation ».

32 Rappel : ceci ne représente pas un nombre exhaustif. Il s’agit de la fréquence des constructions « that/this [p*] [do] » étant donné deux contextes contraints à gauche. Il y a certainement d’autres occurrences de ces constructions dans les deux corpus. Par ailleurs, nos requêtes excluaient la possibilité qu’un adverbe (ou davantage) soit intercalé entre le pronom sujet et la forme de do. La prise en compte d’occurrences telles que that/this they certainly did serait susceptible d’augmenter substantiellement les proportions PER MIL.

33 Comme dans les tableaux précédents, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction.

34 Comme dans les tableaux précédents, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction.

35 Comme dans les tableaux précédents, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction.

36 Comme ailleurs, nous avons grisé les cellules où figurent des chiffres résultant d’extrapolations sur des échantillons aléatoires. Ici, il s’agit de 2 échantillons de 200 occurrences sur 1095 pour le contexte gauche and/but/though, et de 2 échantillons de 200 occurrences sur 2898 pour le contexte gauche ./,/ :/ ;/ ?/ !

37 Quatre occurrences apparaissaient deux fois de manière identique. Nous les avons prises en compte pour la fréquence PER MIL mais, dès qu’il s’est agi de calculer des proportions internes aux occurrences observées pour cette construction, nous n’en avons plus tenu compte. Nous avons dès lors travaillé sur 71 occurrences pour ces calculs-là.

38 Il y en avait en réalité 19, mais nous n’en comptons que 18 car l’une d’entre elles apparaît dans deux échantillons.

39 Nous ajouterons d’ailleurs que, dans le CoCA, le relevé des occurrences n’est pas exhaustif avec un that topicalisé. Nous avons examiné 400 occurrences par contexte gauche contraint – sur 1095 pour « and/but/though that [p*] [do] » et sur 2898 pour « ./,/ ;/ ;/ ?/ !/ : that [p*] [do] ». La fréquence PER MIL dans le tableau 4 résulte donc d’une extrapolation, qui n’a pas été nécessaire pour les autres données du tableau.

40 Nous répétons ici l’exemple (3) pour la commodité du lecteur.

41 Même remarque que dans la note 28.

42 Ici encore, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction. Par exemple, pour la construction sur le second rang dans le BNC, il s’agit de pourcentages sur un total de 3 occurrences seulement.

43 Ici encore, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction. Par exemple, pour la construction sur le second rang dans le BNC, il s’agit de pourcentages sur un total de 3 occurrences seulement.

44 Ici encore, les pourcentages sont donnés sur le nombre total d’occurrences relevé (ou extrapolé) pour chaque construction. Par exemple, pour la construction sur le second rang dans le BNC, il s’agit de pourcentages sur un total de 3 occurrences seulement.

45 Comme ailleurs, nous avons grisé les cellules où figurent des chiffres résultant d’extrapolations sur des échantillons aléatoires. Il s’agissait d’échantillons de :
2 x 500 occurrences sur 3736 pour that [p*] [vm*] dans le BNC ;
2 x 500 occurrences sur 18992 pour that [p*] [vm*] dans le CoCA.

46 Il s’agit d’une seule occurrence (cf. 41).

Top of page

References

Bibliographical reference

Saghie Sharifzadeh, « Do auxiliaire ou do lexical? Indifférenciation sémantique et/ou syntaxique en contexte anaphorique », Anglophonia/Sigma, 17 (34) | 2013, 67-87.

Electronic reference

Saghie Sharifzadeh, « Do auxiliaire ou do lexical? Indifférenciation sémantique et/ou syntaxique en contexte anaphorique », Anglophonia/Sigma [Online], 17 (34) | 2013, Online since 10 December 2013, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/241 ; DOI : 10.4000/anglophonia.241

Top of page

About the author

Saghie Sharifzadeh

Université Paris – Sorbonne

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org