Skip to navigation – Site map

L’emploi d’expressions métalangagières : phénomènes de saillance et travail interprétatif

Blandine Pennec

Abstract

This paper examines the phenomena of textual salience as well as the interpretative mechanisms linked to the use of metalinguistic expressions. It focuses on the expressions “so to speak”, “I almost said X” and “what we might call X”.
Since these expressions both show a reflexive approach to one’s own discourse and point up the textual element which is targeted, they can lead the addressee to understand the targeted element as salient. The syntactic and semantic properties of the metalinguistic expressions are examined in this paper, as they explain the position of the salient element (knowing that this position depends on the metalinguistic expression used). These properties also account for the interpretation of the salient element.
The purpose of this study is to determine the nature of the salience achieved and to understand the enunciative operations as well as the cognitive mechanisms involved. The study is carried out in the framework of the Theory of Enunciative Operations and includes considerations borrowed from usage-based Cognitive Linguistics.

Top of page

Full text

L’auteur tient à remercier les relecteurs de cet article pour leurs précieuses remarques.

1Le métalangage désigne cette propriété qu’a le langage de ne pas se limiter à représenter le monde qui nous entoure, mais à se prendre lui-même comme objet. Ainsi, J. Rey-Debove pose que « dans le concret, une langue donnée L1 enferme un sous-système de L1 qui lui permet de parler de L1 » (1986 : 2). J. Authier-Revuz (2004 : 1) précise que cette possibilité de référer aux signes eux-mêmes constitue une propriété fondamentale du langage humain. Parallèlement, A. Culioli (1967 : 70) souligne qu’il s’agit là d’une spécificité, d’une exclusivité du langage humain : « le langage permet des étagements compliqués, puisqu’on peut toujours l’utiliser pour parler sur le langage […] C’est là un trait qu’on ne trouve jamais dans la communication animale ».

  • 1 Rappelons que le signe est une union, éventuellement homonymique et/ou synonymique d’un signifiant (...)

2Précisons bien que le champ du métalangage se subdivise en plusieurs branches, comme le montre J. Authier-Revuz (2004 : 35-53). On peut ainsi, tout d’abord, distinguer le métalangage logique et le métalangage naturel. Le premier ne nous intéresse pas ici car il a pour objet des langages formels, dont les éléments sont des symboles et non des signes1. Le métalangage naturel, quant à lui, se divise en deux branches :

  • celle du discours métalinguistique sur la langue, qui peut être soit codifié, dans le cas des grammaires notamment, soit spontané, dans le cas où l’on s’arrête sur un signe pour le commenter,

  • celle du métadiscours sur du discours, pouvant concerner soit le discours en train de se faire, soit un discours autre.

  • 2 Nous nous intéresserons donc à des phénomènes de référence explicite à la langue ou au discours. Se (...)

3Ces deux branches nous intéresseront ici, mais à l’exclusion toutefois du volet codifié, autrement dit grammatical, de la première. En somme, ce sont des phénomènes de commentaires spontanés apparaissant au fil du discours et portant soit sur la langue, soit sur le discours lui-même, que nous allons examiner2, ces phénomènes relevant de l’activité épilinguistique des énonciateurs. L’activité épilinguistique peut, rappelons-le dans les termes de J. Authier-Revuz (1993 : 240), être caractérisée comme du « métalinguistique courant », du métalinguistique « qui donne accès aux sensations des sujets parlants à propos du langage (de la langue, du sens, de la communication) ».

  • 3 D’autres types d’expressions métalangagières mettent en revanche l’accent sur le sens (ex : in the (...)
  • 4 Notons par ailleurs qu’aucune occurrence de we almost said X n’a été trouvée, qu’il s’agisse du BNC (...)

4Tout emploi d’une expression métalangagière est ainsi le fruit d’un regard réflexif porté sur la langue elle-même ou sur le discours en train de se faire. Les expressions métalangières qui nous intéressent pour cette étude sont les suivantes : so to speak, I almost said X, et what we might call X. Elles sont toutes trois sélectionnées, malgré leurs structures différentes, pour leur référence explicite à la parole ou à la nomination3. Précisons que l’expression what we might call X a été retenue, plutôt que ses variantes what I/one can/could/may call X, en raison d’une plus grande fréquence d’emploi. Il en va de même pour I almost said X, plus fréquente que she/ he almost said X4, sachant de surcroît que ces dernières ne porteraient plus sur le discours en train de se faire, mais sur un discours autre.

5Bien que le modus operandi de chacune des expressions choisies dépende étroitement de leur structuration, à la fois interne et externe, les expressions métalangagières en question partagent une fonction comparable dans l’économie du discours. Puisqu’elles traduisent un regard réflexif, tout en pointant l’élément de discours qui en fait l’objet, il semble en effet que ces expressions confèrent une certaine saillance à l’élément sur lequel elles portent. Selon une première définition, empruntée à F. Neveu, et qui sera complétée ensuite par d’autres caractérisations, « la notion de saillance est employée en sémantique du discours pour décrire le statut de centralité de certains référents dans la conscience de l’énonciateur. Un référent est saillant s’il s’impose à l’attention » (Neveu, 2000 : 100). De fait, nous nous proposons d’examiner ici les phénomènes de saillance résultant de l’emploi des expressions métalangagières mentionnées, ainsi que le travail interprétatif qui leur est lié.

  • 5 Le COCA est accessible en ligne : http://corpus.byu.edu/faq.asp#cite. Il donne également accès aux (...)
  • 6 Théorie fondée par Antoine Culioli.
  • 7 Courant linguistique considérant l’usage comme un facteur déterminant dans l’élaboration des formes (...)

6Pour ce faire, nous nous attacherons à décrire les mécanismes syntactico-sémantiques et interprétatifs propres à chacune de ces expressions et participant de l’établissement de cette saillance. Nous nous baserons sur des exemples authentiques issus du British National Corpus (BNC) ainsi que du Corpus of Contemporary American English (COCA)5. Du point de vue théorique, nous partirons à chaque fois de l’observation des formes et valeurs de ces expressions, que nous examinerons en premier lieu dans un cadre énonciatif, en nous basant notamment sur des outils correspondant à la Théorie des Opérations Enonciatives6. Nous tâcherons en outre de les relier à des considérations principalement empruntées au champ de la Linguistique Cognitive fondée sur l’usage7, et qui relèvent du phénomène de saillance. D’autres choix théoriques auraient, bien entendu, pu être envisagés, mais il semble toutefois que la notion d’usage (entendu comme utilisation, emploi), qui se trouve au cœur de ce courant cognitif, est particulièrement compatible avec la tradition énonciative : l’« usage » peut en effet renvoyer à l’acte linguistique en tant qu’événement particulier, comme le signalent D. Legallois et J. François (2011/1 : 7-33) dans leur parcours critique de la linguistique fondée sur l’usage. Un autre paramètre est, selon les mêmes auteurs, à prendre en considération : la non distinction entre sémantique et pragmatique, volontairement présente chez bon nombre d’énonciativistes, permet en effet une analyse des formes linguistiques comme directement et intrinsèquement associées à des situations de communication. Cet aspect est fondamental en énonciation, et correspond également à la notion d’usage event chez Langacker (2001 : 143).

7L’étude, partant de la caractérisation des expressions so to speak, I almost said X et what we might call X, examinera ensuite les manifestations de la saillance que ces expressions déclenchent. La localisation de l’élément saillant sera détaillée, en lien avec les propriétés syntactico-sémantiques des expressions analysées. C’est alors la nature de la saillance qui sera creusée, et reliée à la valeur des expressions métalangagières, envisagées comme les catalyseurs d’un travail interprétatif particulier.

1. Caractérisation des expressions analysées

8D’un point de vue sémantique, les expressions en question possèdent deux points communs : la référence au dire et l’évocation d’un décrochage ou hiatus.

1.1. Modalités de la référence au dire

9Si les expressions considérées peuvent être qualifiées de métalangagières, c’est qu’elles réfèrent toutes au dire. Il s’opère un changement de plan d’énonciation, dans la mesure où le discours cesse momentanément de référer uniquement à la réalité extralinguistique, pour se prendre lui-même comme objet. En fonction de l’expression employée, la référence au dire s’effectue selon des modalités différentes. Ainsi, les expressions so to speak et I almost said X font toutes deux explicitement intervenir des verbes (say et speak) qui réfèrent à la parole de façon prototypique. Soulignons néanmoins une différence notable entre les deux : le verbe say, dans cette expression, fonctionne de façon transitive, c’est-à-dire qu’il est inséparable d’un contenu de parole, tandis que le verbe speak s’emploie nécessairement de façon intransitive, autrement dit sans complément d’objet qui référerait à un contenu de parole. Dans l’expression what we might call X, c’est la nomination qui est en question, en raison de l’emploi du verbe call. Cette séquence partage en outre avec I almost said X le fait de donner à voir l’instance énonciative sous la forme d’un déictique, qu’il s’agisse de la première personne du singulier ou du pluriel. Nous voyons qu’il est donc fait référence au dire et à la situation d’énonciation elle-même.

10Notons bien que cette catégorie d’expressions métalangagières, comprises comme faisant explicitement référence à la parole ou à la nomination, peut être incluse dans celle, plus vaste, que certains linguistes – et notamment D. Paillard – nomment la catégorie des « marqueurs discursifs » (Paillard, 2010 : 13-31). Les expressions métalangagières peuvent, plus précisément, être perçues comme en constituant une sous-catégorie. Rappelons que les marqueurs discursifs se définissent principalement, selon D. Paillard, par le fait qu’ils sont la trace de déterminations portant sur tel ou tel composant de la scène énonciative. Cette notion de scène énonciative, initialement développée par A. Culioli (2001) dans le cadre de la Théorie des Opérations Enonciatives, peut elle-même se définir comme le produit des déterminations de différents ordres qui interviennent dans la construction d’un énoncé. Cette définition est le corollaire de la façon dont l’énonciation est envisagée, à savoir comme un processus que l’on restitue à partir de l’énoncé en tant qu’agencement de formes.

11Les marqueurs discursifs, au même titre que les autres constituants de l’énoncé, participent de la construction de cette scène énonciative. D. Paillard (2010 : 19-30), plus précisément, distingue quatre catégories de marqueurs discursifs selon leur rôle dans cette construction :

  • les mots du discours, qui spécifient à quel titre un énoncé est une façon partiale et partielle d’exprimer l’état de choses,

    • 8 « p est le cas » est, selon D. Paillard, le produit d’un calcul débouchant sur la sélection d’une s (...)

    les modalisateurs, qui regroupent les marqueurs dont la sémantique réside dans une modalisation du dire correspondant à « p est le cas »8,

    • 9 Toujours selon D. Paillard : p est sélectionné parmi d’autres séquences possibles susceptibles d’ex (...)

    les particules énonciatives, qui correspondent aux marqueurs discursifs travaillant l’altérité p/p’9,

  • les mots du dire, qui actualisent une distance entre un « vouloir dire » (d’un sujet, des mots, du monde) et un énoncé.

12Les expressions métalangagières étudiées ici peuvent, selon nous, être considérées comme appartenant à cette dernière catégorie. Selon D. Paillard, les mots du dire désignent en effet un ensemble de marqueurs dont l’élément commun est la mise en jeu d’un hiatus entre la séquence p et un « vouloir dire » (Paillard, 2010 : 28). Or ce hiatus semble être à l’œuvre dans chacune des expressions considérées.

1.2. Evocation d’un hiatus

13Si la référence au dire est indéniable dans les expressions analysées, il faut également remarquer que cette référence est envisagée sous l’angle d’un déplacement, d’un écart, autrement dit d’un hiatus.

  • 10 L’anaphore n’est pas ici comprise au sens strict, comme la reprise d’un segment de texte par un aut (...)
  • 11 Cette valeur est conforme à son étymologie, SO étant dérivé de la forme de vieil-anglais swá, parap (...)

14Ainsi, dans le cas de so to speak, l’expression métalangagière comporte une visée, marquée formellement par to ; elle introduit un lien, mais aussi un décalage entre la formulation adoptée (reprise de façon anaphorique10 par so qui indique l’idée d’une conformité, d’une similitude11) et la visée de l’acte de parole, cet acte étant évoqué par le verbe speak. Rappelons que, selon P. Cotte, to peut être considéré comme un opérateur de dévirtualisation (Cotte 1982 : 135-149), en ce sens que l’actualisation est visée. To signale un chemin conduisant à la réalisation du procès. Chez J. Chuquet (1986 :140), la valeur de « visée » souvent avancée pour to est par ailleurs interprétée en termes de « constat d’un décalage entre la situation d’énonciation et la situation dans laquelle l’énonciateur se place pour envisager la validation de la relation ». De fait, l’expression so to speak peut être interprétée comme signalant un manque d’adéquation, en raison de cet écart entre le dit et ce que vise la parole. Pour employer une formulation empruntée à D. Paillard, « certains mots formant l’énoncé […] sont présentés comme autonomisés par rapport au vouloir dire subjectif qui fonde le dire : le « vouloir dire » de ces mots est présenté comme n’étant pas pleinement adéquat. » (2010 : 28).

  • 12 A partir d’une notion, on peut construire un domaine notionnel qui représente le domaine d’occurren (...)

15Avec I almost said X, on trouve également un décalage, mais cette fois entre ce qui a été dit et ce que l’énonciateur aurait pu dire. L’adverbe almost nous fait en effet comprendre que ce qui aurait pu être dit ne l’a pas été. Dans les termes de la Théorie de Opérations Enonciatives, si l’on envisage une représentation en termes de domaine notionnel12, l’adverbe almost indique que l’on reste à la frontière de la notion considérée, en l’occurrence de say (Bouscaren, 1991 : 100).

16Si l’on considère what we might call X, nous avons cette fois encore un effet de décalage, et donc de réserve dans la nomination, qui est créé par le prétérit modal de la forme might. Ce marqueur présente à la fois la réalisation du procès call comme étant une possibilité (ce que signale le modal may), et comme étant en rupture avec le moment d’énonciation (ce que marque le prétérit), donnant donc lieu à une désactualisation. Etant donné que cette validation n’est pas effective, une partie des mots formant l’énoncé est donc présentée comme « un dire sous toute réserve », ou encore « un dire en suspens » pour employer des expressions empruntées à D. Paillard (2010 : 28). Les conséquences interprétatives de cette évocation d’un hiatus seront étudiées par la suite. C’est, dans l’immédiat, l’effet produit sur le plan discursif et cognitif que nous allons tâcher de décrire, puis d’analyser.

2. Manifestations d’un phénomène de saillance

17En raison de leur référence au dire, l’emploi des expressions métalangagières en question constitue un phénomène marqué, relevant d’un discours auto-réflexif. Nous l’avons vu, il se produit un changement de plan, puisque ces expressions se « donnent à voir », se démarquent en référant au dire lui-même.

  • 13 La nature de ce commentaire dépend des particularités de chacune des expressions, qui seront étudié (...)

18Ces expressions mettent également en relief l’élément qu’elles accompagnent, et auxquelles elles se raccrochent, car elles le commentent en le présentant comme n’allant pas de soi13 (ce phénomène étant précisément lié à leur évocation d’un hiatus). Etant donné qu’il se trouve commenté, l’élément pris pour cible capte donc l’attention. Nous qualifierons cet élément d’élément saillant : il répond en effet à la première définition fournie plus haut, et empruntée à F. Neveu (2000 :100). De fait, les expressions métalangagières considérées n’auraient aucune pertinence en tant que telles, et ne prennent sens que dans leur relation à l’élément sur lequel elles se greffent. Ce faisant, elles confèrent un statut particulier à l’élément en question car, en suscitant un temps de réflexion sur ce terme, elles le font ressortir particulièrement dans le flux de parole. Or une telle démarcation est précisément un facteur de saillance, ou « pregnance » selon F. Landragin, qui ajoute que cette notion est avant tout liée à l’émergence d’une figure sur un fond (2004 : 1). Notons bien que le fond lui-même, dans les termes employés antérieurement par B. Pottier (1992 : 61), peut être qualifié en termes de latence. Est latent tout ce qui peut être perçu, et peut éventuellement devenir saillant s’il se détache de ce fond continu.

  • 14 Tous nos remerciements vont à G. Col pour la transmission de références relatives à la notion de sa (...)

19La notion de saillance, comme le rappelle en outre G. Col14, n’est pas une notion intrinsèquement linguistique, mais relève plutôt de mécanismes généraux à l’œuvre dans la cognition humaine (2011 : 7). L’auteur précise que, dans le domaine de la linguistique, « le terme ‘saillance’ est utilisé pour référer à l’importance, l’émergence ou encore la récence d’une entité (mot, syntagme, fonction grammaticale, entité de discours, etc.) dans un contexte donné, propriété qui lui permet d’être perçue et repérée plus facilement au milieu d’autres entités ». L’auteur ajoute que « l’isolement d’une entité (visuelle ou discursive) ou la rupture dans une continuité (rythmique, par exemple) sont des facteurs de saillance » (Col, 2011 : 7).

  • 15 La notion de thème est ici entendue, non pas en tant qu’elle contraste avec celle de rhème, mais au (...)

20Sur le plan linguistique, précisons aussi, à la suite de C. Schnedecker (2011 : 23-45) faisant un état de la question, que la saillance peut se manifester de façon formelle ou « ontologique » (par le biais de la disposition typographique ou de la prosodie, par exemple), mais aussi de façon cognitive, faisant alors appel à la sémantique lexicale ou à des facteurs discursifs (ces derniers étant hétérogènes). Cette linguiste distingue en outre une saillance perspectivale, reposant sur un principe d’iconicité puisque l’ordre des unités grammaticales (et donc l’agencement syntaxique) est supposé refléter ce qui est au premier plan, ou encore à l’arrière-plan, dans la perspective du locuteur. Notons que la notion de saillance ontologique est associée à des acceptions différentes selon les auteurs : parfois relative au statut conféré aux mots eux-mêmes (comme le rappelle C. Schnedecker), elle est par ailleurs considérée comme liée aux éléments extralinguistiques ou, du moins, aux concepts qui leur sont associés, et tel est notamment le cas chez H.-J. Schmid (2007 : 120). Concernant la saillance liée aux paramètres syntaxiques, on rappellera l’importance des travaux de R. W. Langacker (1991 : 301). L’auteur mentionne l’importance des rôles syntaxiques, soulignant que le sujet, tout d’abord, puis l’objet, sont perçus comme les éléments les plus saillants (focal participants) d’une proposition. Ils sont en outre à relier à l’opposition trajector/ landmark (1987 : 217) traduisant le fait qu’un élément est mis davantage en avant (rôle de trajector) que les autres. Ces notion de trajector et landmark peuvent en outre être perçues comme des manifestations spécifiques de ce que L. Talmy (2000 : 311-44) appelle figure et ground, sachant que le premier terme réfère à l’élément le plus saillant, qui se détache sur un fond (désigné par ground). Selon cet auteur également, ce sont les structures grammaticales qui contrôlent la distribution de l’attention portée aux différentes entités présentes. En lien avec son rôle syntaxique, le rôle sémantique d’une entité est également déterminant, comme l’avait déjà montré C. Fillmore (1968 ; 1977 : 78). Dans la lignée de la grammaire générative et transformationnelle, Fillmore applique la notion de cas aux structures profondes qui se voient réalisées syntaxiquement en structure de surface. Il propose ainsi une base sémantique et universelle des rôles thématiques15. Selon l’auteur, il existe une hiérarchie de pertinence en ce qui concerne la sélection des rôles, concernant celui de sujet notamment. Cette hiérarchie peut être représentée ainsi : agent > instrument > patient. Si l’événement met en scène un agent, celui-ci sera réalisé en position de sujet. S’il n’y a pas d’agent, ce sera l’instrument, ou encore le patient si l’instrument n’est pas réalisé. La grammaire des cas prévoit donc une correspondance relative entre les rôles sémantiques (profonds) et les réalisations syntaxiques (de surface). Notons par ailleurs que la relation entre cette hiérarchie liée aux cas et la notion de saillance est établie par l’auteur, qui évoque une hiérarchie en termes de saillance (salience hierachy, Fillmore 1977 : 78). Ainsi, les agents jouent clairement les rôles les plus saillants, du moins lorsque les procès sont dynamiques. Sur le plan lexical, par ailleurs, D. Geeraerts (2000 : 90) fournit plus récemment une étude très détaillée de la saillance liée à la sélection du lexique, au cours de laquelle il distingue plusieurs sous-catégories : les formes de saillance perspectivale, sémasiologique, onomasiologique et structurelle. La première, à savoir la saillance perspectivale, est relative à des paires terminologiques (ex : hand / arm) qui traduisent une hiérarchie pouvant se dessiner dans l’extralinguistique entre le premier plan et le fond. La saillance sémasiologique concerne les relations entre les différentes possibilités sémantiques d’un item lexical donné, certaines valeurs étant plus centrales et prototypiques que d’autres. Si l’on considère maintenant la saillance onomasiologique liée à une certaine catégorie lexicale, elle correspond à la fréquence de l’élément lexical nommant cette catégorie, par contraste avec les autres valeurs sémantiques éventuellement associées à cet item lexical. Enfin, la saillance structurelle est relative à des traits sémantiques récurrents dans la structure du lexique (et pouvant donner lieu à la formation de termes par affixation). L’objectif de l’étude de Geeraerts est, en somme, de déterminer les paramètres responsables des choix lexicaux préférentiels des locuteurs.

21Dans le cas présent, ce ne sont toutefois pas des paramètres strictement lexicaux ou syntaxico-sémantiques qui sont responsables de la saillance, mais ce sont avant tout des facteurs formels et discursifs. C’est en effet la présence de l’expression métalangagière (et le changement de plan qu’elle implique) qui permet de rendre saillant l’élément lexical sur lequel elle porte. Le rôle de la construction d’ensemble est donc déterminant. L’élément pris comme cible est ainsi présenté comme valant que l’on s’y arrête, pour une raison variant selon l’expression employée, et cette parenthèse auto-réflexive confère à l’élément en question un statut de centralité dans la conscience de l’énonciateur. Cet élément est comme isolé du reste de l’énoncé, et pointé – en termes attentionnels – par l’expression qui l’accompagne. Certes, par le biais de cette expression métalangagière, l’énonciateur souligne un hiatus (et non l’exactitude de la formulation en question), mais l’existence même de ce hiatus implique que, du plan du dit, l’on passe à un plan alliant le dit et le dire. Ce phénomène permet ainsi de faire ressortir l’unité sur laquelle porte l’expression métalangagière dans la linéarité discursive.

22Il s’agit toutefois de déterminer selon quels critères s’effectue la localisation de cet élément saillant, autrement dit l’élément auquel se greffe l’expression métalangagière, car cette localisation n’est pas systématiquement la même selon les énoncés. C’est ce qui se mesure dans les exemples suivants, où l’élément saillant figure en italiques :

(1)

It’s about time you put the clock back, so to speak, and started to enjoy life again without feeling any guilt. (BNC- HGM 1556)

  • 16 Convention typographique : l’expression métalangagière figure en caractères gras, tandis que l’élém (...)

Ici, un élément (put the clock back) est rétrospectivement rendu saillant16. Le fait que cette saillance soit liée à l’emploi de l’expression so to speak (et non aux propriétés intrinsèques de l’élément ciblé) se mesure d’ailleurs lorsque l’on effectue la suppression de l’expression métalangagière. Bien que le prédicat put the clock back soit dans tous les cas entendu au sens figuré, il ne ferait pas l’objet d’un temps de « lecture-écoute », pour reprendre une expression empruntée à J. Authier-Revuz (1995 : 507-696) s’il n’était accompagné de so to speak. L’exemple contraste en outre, du point de vue de la position de l’élément saillant, avec (2) :

(2)

When, in Chapter 8, we reach what is, so to speak, the basement, we find that some arguments about the nature of role-play lead back up to the previous layer. (BNC EDD 221)

  • 17 Notons bien que le segment the basement est ici rendu saillant de deux manières : nous avons mentio (...)

23Cette fois, c’est bien l’élément qui suit l’expression métalangagière (the basement) qui est rendu saillant, ce qui est notable car c’est la même expression, so to speak, qui a été employée17. Cette plasticité d’emploi de so to speak sera précisée par la suite, mais nous pouvons d’ores et déjà noter que l’ensemble de la construction dans laquelle l’expression s’insère a son importance : en l’occurrence, l’expression métalangagière figure en incise au sein d’une relative sans antécédent. Soulignons notamment le rôle du marqueur what, qui est l’indice d’un élément préconstruit dont l’énonciation est différée. Il est donc logique que l’élément saillant figure à la fin de la relative sans antécédent, et soit alors placé à la droite de l’expression métalangagière.

  • 18 Une telle latitude en termes de position se retrouverait par exemple avec une autre expression méta (...)

24Rappelons en outre que cette latitude en termes de position n’est pas permise par toutes les expressions métalangagières18, certaines contraignant la place de l’élément cible. C’est ce que l’on observe avec what we might call X:

(3)

A particular sort of slavery, what we might call moral slavery, occurs if a person is forced to act according to someone else’s moral values (BNC ECV 822)

L’expression what we might call annonce ici l’élément saillant (en l’occurrence moral slavery) et, contrairement à ce qui se passe en (1) et (2) par exemple, la place de cet élément saillant est fixe.

25Dans d’autres exemples encore, ce n’est plus un mais ce sont deux éléments qui sont rendus saillants. C’est ce qui se produit avec I almost said X :

(4)

I suppose I want to explain - I almost said, find out - about her dying. (BNC F9R 847)

26Les deux éléments encadrant l’expression métalangagière sont cette fois rendus saillants, et fonctionnent de façon contrastive : les instructions de l’expression I almost said invitent en effet à les mettre en regard. Le schéma correspondant à l’emploi de cette expression métalangagière est donc plus précisément du type Y, I almost said X.

27Comment pouvons-nous maintenant rendre compte de ces différentes localisations possibles de l’élément saillant ? L’examen des particularités syntactico-sémantiques des expressions considérées devrait nous fournir des éléments explicatifs.

3. Localisation de l’élément saillant, en lien avec les propriétés syntactico-sémantiques des expressions analysées

28Les expressions métalangagières considérées n’ont pas toutes le même type de fonctionnement syntaxique, ce qui a bien entendu un impact sur la localisation de l’élément saillant. Dans le cadre des expressions analysées, les positions observées sont soit la position droite (après l’expression elle-même), soit les positions gauche et droite (cas de double saillance, les éléments encadrant l’expression captant tous deux l’attention), ou encore des cas fluctuants permettant tour à tour à l’élément gauche ou l’élément droit d’acquérir un statut saillant. Ces positions sont en fait liées aux propriétés syntaxico-sémantiques des expressions métalangagières elles-mêmes. On remarque notamment que certaines expressions s’insèrent dans le fil principal du discours. Ainsi, l’expression what we might call X est directement intégrée, et fonctionne comme une subordonnée (plus précisément, une relative sans antécédent) venant se loger dans une principale. C’est ce que l’on observe en (5):

(5)

This former schoolmaster and magistrate of 18 years has sat with 50 mediums 130 times to further his quest for knowledge about what we might call the other side. (BNC B74 1314)

29Dans cet exemple, le segment constitué de l’expression métalangagière et de l’élément ciblé (the other side) fonctionne comme complément d’une préposition (about), et se trouve donc totalement intégré au fil du discours. C’est en raison de cette intégration de l’expression métalangagière que la place de l’élément saillant est fixe. Ce dernier constitue l’attribut de l’objet dans la subordonnée, et est ainsi à relier au pronom what (marquant un préconstruit, ainsi qu’une attente de remplissage informationnel), qui constitue pour sa part le COD antéposé de call.

  • 19 Nous considérons que ce sont avant tout des formes linguistiques qui sont rendues saillantes, sacha (...)

30Le fonctionnement de la construction I almost said X s’avère partiellement similaire, dans la mesure où l’élément droit sur lequel porte l’expression constitue cette fois encore le COD du verbe de l’expression métalangagière. Cela étant, l’expression n’est pas intégrée au fil principal du discours, mais s’emploie en incise dans les constructions qui nous intéressent. Rappelons en outre que l’expression, suivie de son complément, constitue cette fois une proposition autonome (et non un syntagme propositionnel dépendant, comme c’est le cas de l’expression précédente). Plus précisément, la proposition comportant I almost said X se présente comme énoncée après coup, et constituant un segment parenthétique, autrement dit un segment décroché. Remarquons par ailleurs que, du point de vue interprétatif, cette expression signale que le syntagme19 qui la suit aurait pu se substituer paradigmatiquement au syntagme précédent, désigné plus haut par Y. L’interaction de ces paramètres implique une double saillance (celle de l’élément gauche et de l’élément droit), comme le montre (6) :

(6)

He seemed more likely to blow a kiss than to throw a punch; to be at a dinner-table than to be down in the dives; to be rubbing shoulders than to be shoving or sticking it to the comfortable - I almost said to the bourgeoisie. (BNC ECU 660)

31Les deux termes encadrant I almost said (c’est-à-dire the comfortable et the bourgeoisie) sont rendus saillants car l’expression métalangagière effectue leur mise en relation. Dans cet exemple, le changement de plan est manifeste, en raison de la présence d’un tiret. Ce tiret accentue le caractère parenthétique de l’ensemble [expression métalangagière + élément introduit]. Si le syntagme constituant le COD du verbe de la locution est rendu saillant en raison de son caractère décroché, il se trouve que le syntagme figurant à la gauche de l’expression métalangagière est rétrospectivement rendu saillant en raison de sa mise en contraste avec le terme situé à droite.

32Dans d’autres cas de figure encore, l’expression métalangagière figure en incise et n’admet pas de COD. C’est le cas de so to speak, qui constitue ce que l’on peut, en linguistique anglaise, qualifier de disjunct. Selon G. Délechelle (1993 : 186), rappelant la catégorisation établie par R. Quirk (1985 : 504-512), un disjunct se caractérise par le fait qu’il est disjoint de la relation qu’il commente, soit dans sa forme (disjonction de style), soit dans son contenu. Il se présente en tout cas comme un élément non intégré, et qui n’est pas strictement nécessaire au contenu propositionnel. L’incise et l’absence de COD autorisent ainsi la saillance de l’élément gauche comme celle de l’élément droit (sachant qu’il n’y a cette fois qu’un seul élément rendu saillant). C’est ce que confirment les exemples (7) et (8) où l’élément saillant occupe tour à tour chacune des deux positions :

(7)

The party was completed by a youngish American officer, who, as the others chatted gravely, shook her hand. "We never met, Miss Bennet. But I was at Aldmoor, on the other side of the fence, so to speak. I’m Michael Greengage - Lieutenant Colonel, U.S. Army. Call me Bud." (COCA, Project Herakles)

(8)

Sheridan gave a half nod. They needn’t be concerned. The stranger was, so to speak, a known quantity. Not that she felt the least bit glad to see Luke. Eliot would most likely be severely distressed at his arrival. Wishing Luke were an apparition did not make it so. (COCA, Ransomed dreams)

33Comment, dans de tels cas, s’effectue donc la sélection de l’élément saillant ? Cette localisation nécessite un travail interprétatif plus important que précédemment, car aucun paramètre syntaxique ne permet alors de localiser précisément cet élément. Seuls des critères sémantiques et interprétatifs entrent en ligne de compte. Dans le cas de so to speak, il va s’agir d’identifier un élément pouvant être source d’un manque d’adéquation dans la phrase. C’est ce que nous allons déterminer, en étudiant tout d’abord, pour l’ensemble de ces expressions, le type de saillance en jeu, puis les paramètres interprétatifs entrant en ligne de compte.

4. Nature de la saillance à l’œuvre

34Toutes ces expressions ont en commun le fait de créer une saillance au niveau local, tout en faisant simultanément appel au plan cognitif. Rappelons que F. Neveu établit une distinction entre saillance locale et cognitive selon les critères suivants :

un référent est saillant localement s’il vient d’être évoqué et qu’il est encore présent dans la conscience de l’énonciateur, ou bien si, dans la situation de communication, il s’impose à l’attention des interlocuteurs par ses propriétés perceptives (visuelle, auditive, olfactive, etc.). Un référent est saillant cognitivement s’il relève de connaissances ou de représentations conceptuelles qui sont présumées partagées par l’énonciateur et le destinataire du message (Neveu : 2000, 100).

  • 20 Rappelons que les principaux rôles thématiques sont ceux de l’agent, éventuellement de l’instrument (...)
  • 21 Notons que ces typologies ne se superposent pas totalement à celle mentionnée plus haut, établie pa (...)

35Parallèlement, F. Landragin (2004) établit une différence entre « saillance physique » et « saillance cognitive ». Selon cet auteur, la saillance liée à la forme de l’énoncé (syntaxique, lexicale, prosodique, morphologique, liée à l’ordre des mots, leur fréquence, ou encore au rôle thématique20) peut être qualifiée de saillance physique, tandis que la saillance cognitive est, elle, liée à un contenu ainsi qu’à ses effets21.

36Lors de l’emploi des expressions métalangagières considérées, la saillance est d’abord physique (et locale) car un signe s’impose à l’attention du co-énonciateur. Cette mise en relief est liée à la monstration dont il fait l’objet : l’expression métalangagière fait en effet référence au signe en tant que tel ; il n’est plus employé uniquement en tant qu’il réfère à la réalité extralinguistique, mais il est également donné à voir en tant qu’« objet-signe ». Autrement dit, l’énonciation cumule une référence à la chose et une référence au mot par lequel la chose est nommée (Authier-Revuz : 2004, 84). Ainsi, un énonciateur qui emploie par exemple l’expression so to speak après l’élément ciblé opacifie partiellement, de façon rétrospective, le segment sur lequel porte l’expression. Cela signifie que ce n’est plus uniquement la référence du segment qui importe, mais également les propriétés du ou des signe(s) employé(s). Ce segment n’est plus seulement perçu comme un dit, mais c’est aussi le dire qui se donne à voir, d’où le fait que l’élément considéré ressorte particulièrement dans le flux de discours. C’est ce qui se produit en (9), exemple où l’élément territory fonctionne tout d’abord de façon référentielle puis se trouve, après coup, partiellement opacifié par l’emploi de l’expression métalangagière. Celle-ci donne l’instruction de le considérer aussi comme un signifiant, ce qui conduit alors à s’interroger sur son adéquation avec le cotexte :

(9)

Each working party had surveyed its territory, so to speak, and found significant areas where the boundaries are unclear. (BNC B281000)

Ici, le terme territory se comprend spontanément de façon métaphorique, puis l’emploi de l’expression métalangagière so to speak le fait rétrospectivement considérer également en tant qu’objet-signe. Ceci permet d’appréhender de façon plus consciente le mécanisme de référence indirecte qui se produit à l’occasion de la métaphore.

37Notons toutefois que les deux phases (la référence et l’opacification) peuvent être simultanément à l’œuvre, lorsque l’expression métalangagière est située avant l’élément sur lequel elle porte. C’est ce qui se produit en (10) :

(10)

Why should the assumption of a perfect detachment be retained in ethics, where it amounts to the transparent fiction that I can, so to speak, stand outside myself, withdraw to a point of observing Ego witnessing unmoved even my own emotions? (BNC CB1 47)

38L’élément en italiques est tout à la fois employé en tant qu’il réfère à la réalité extralinguistique, et en tant que signe. Dans les termes de J. Authier-Revuz, nous pourrions ici parler de modalisation autonymique. En effet, selon l’auteur, ce phénomène se caractérise par le fait que « l’énonciateur parle à la fois de la chose et du signe par lequel, hic et nunc, il parle de la chose » (Authier Revuz, 2004 : 72). Or, considérer le signe revient à s’interroger sur son adéquation avec le co-texte et à percevoir, ici encore, le mécanisme métaphorique de façon plus consciente qu’en l’absence de l’expression métalangagière.

39Les expressions examinées font également appel à des connaissances et représentations présentes chez le co-énonciateur, et favorisent donc une saillance cognitive, selon les définitions données plus haut. Ces expressions métalangagières déclenchent en effet un travail interprétatif, et suscitent des considérations empreintes d’éléments culturels sur le signe rendu localement saillant.

5. Valeurs des expressions et déclenchement d’un travail interprétatif particulier

  • 22 Précisons que, tandis que les expressions so to speak et I almost said X peuvent être supprimées di (...)

40Les trois expressions considérées, nous l’avons vu, traduisent une position spécifique de l’énonciateur, dans la mesure où elles reflètent un regard réflexif sur l’énonciation en train de se faire, et sur l’un des éléments énoncés en particulier. Ainsi que nous l’avons mentionné, la suppression22 de ces expressions métalangagières ne modifierait pas le contenu propositionnel lui-même, toutes choses égales par ailleurs : c’est en revanche l’attitude de l’énonciateur par rapport aux mots qu’il emploie qui est signalée par ces expressions.

41Chaque expression métalangagière oriente bien entendu l’interprétation de façon spécifique, en fonction des éléments sémantiques qui la composent, et qui conditionnent les instructions relatives à cette expression. De fait, les expressions en question sont loin d’être interchangeables.

42So to speak marque fondamentalement un manque d’adéquation, et donc une distanciation, qui peut prendre différentes formes selon les cotextes. Dans certains exemples, elle s’interprète comme signalant une simple approximation liée à la formulation, comme tel est vraisemblablement le cas en (11) :

(11)

That’s absolutely true, and it’s not as bad as you might think, looking at the future of the aerospace industry. It is going to be slow for the next few years, as we’ve been discussing, but this focus on diversification is going to create some more jobs. That’s kind of where it’s at, so to speak. (COCA, NRP Talk Nat)

Ici, l’ensemble de la formulation that’s kind of where it’s at se démarque du reste du discours par son caractère vague, et l’on interprète de fait l’expression so to speak comme pointant cette imprécision, comme permettant de faire remarquer - voire d’excuser - ce caractère approximatif. Cet effet de sens découle de la valeur de distanciation caractérisant l’expression métalangagière.

43Parfois, c’est un procédé comparable qui est employé, à ceci près que le terme ou la formulation retenus sont pointés, par so to speak, comme n’étant pas adéquats pour des raisons interprétables comme étant inverses : si la nomination fait défaut, c’est parce que la réalité extralinguistique est supposée ne pas être à la hauteur de la formulation employée. On observe une distance entre le référent extralinguistique et le ou les lexème(s) employé(s), cette distance créant alors un effet humoristique :

(12)

"Was he cute?" Jessica rolled her eyes. "No, Mom. Not cute." And Todd was dismissed as a passing phenomenon. Todd had a driver’s license and, so to speak, a car - a beat-up yellow van aglow with psychedelic symbols. (COCA, The Two of Us)

Il existe un écart notable entre le premier terme retenu, à savoir a car, et la seconde description qui est faite du véhicule (a beat-up yellow van). Le manque d’adéquation relatif à la première formulation est ici délibéré, et correspond précisément à la volonté de l’énonciateur de créer un hiatus entre ce que l’on pourrait attendre et ce qui est réellement le cas.

44So to speak permet également, en raison de cette même valeur de distanciation, ainsi que du commentaire sur le dire qui la caractérise, de matérialiser un changement de plan. Ce dernier peut être interprété comme le signal d’un passage à un plan métaphorique. Tel était le cas de l’exemple (1) cité plus haut, où le segment put the clock back n’était pas à comprendre littéralement, mais de façon imagée. Des exemples similaires sont présents en (13) et (14), où les expressions take someone under one’s wing et be one’s bread and butter sont employées au sens figuré :

(13)

And that happened at 23 with an actress who happened to take me under her wing, so to speak. (BNC ECT 2182)

(14)

Wedding cakes are, so to speak, her bread and butter, beautifully elaborate confections designed jointly by her and the bride. (BNC KAT 4230)

45Ce qui est remarquable, dans ces cas de figure, est que la présence de so to speak n’est pas en soi nécessaire pour comprendre le passage au plan métaphorique. Cependant, son emploi permet de pointer le processus métaphorique et, par la même occasion, de raviver l’image à la base de cette métaphore. En somme, il contribue à la rendre à nouveau pleinement expressive (en soulignant la distance existant par rapport au référent extralinguistique), alors que cette métaphore présente par ailleurs un certain figement. Ce procédé repose finalement sur le fait que l’expression so to speak, en raison de la valeur de distanciation qui la caractérise, conduit le co-énonciateur à percevoir simultanément le plan littéral et le plan figuré.

46Ici, les expressions take someone under one’s wing et be one’s bread and butter sont non seulement employées au sens figuré (ce que signale so to speak), mais l’on remarque en outre que des jeux de mots peuvent se greffer, comme en (14) où le sujet grammatical (wedding cakes) et l’élément saillant (her bread and butter) correspondent tous deux à un même champ lexical. La présence de so to speak favorise la perception de ce phénomène, en mettant l’accent sur les signes eux-mêmes.

47Le manque d’adéquation sous-tendant l’emploi de l’expression métalangagière peut encore, dans d’autres exemples, donner lieu à une formulation dont le contenu est trop fort par rapport à la réalité décrite, comme en (15) :

(15)

The photographer destroys the photograph, so to speak, and the philosophical implications of this are enormous. (BNC APK 568)

Dans ce contexte, l’emploi du verbe destroy peut être interprété comme outrancier, et la présence de l’expression so to speak favorise ce type d’interprétation, puisque l’expression signale un défaut d’adéquation. Plus précisément, l’effet de sens obtenu est celui d’une atténuation, pour reprendre un terme emprunté à D. Paillard (2010 : 28). Nous voyons donc, encore une fois, que l’effet de sens précis reste à décrypter en fonction de l’interaction entre les éléments du cotexte et les instructions relatives à l’expression métalangagière employée.

48• L’expression what we might call X, quant à elle, marque fondamentalement une possibilité, mais également une non prise en charge de la nomination. Elle s’interprète comme signalant une certaine prudence concernant l’emploi d’un terme ou d’une expression dont l’emploi n’est pas nécessairement consensuel. C’était par exemple le cas de moral slavery, dans l’énoncé (3) cité plus haut, en raison du caractère éventuellement discutable de son emploi (certaines personnes pouvant trouver trop fort le terme slavery dans un tel contexte). Une autre précaution d’emploi se retrouve dans l’exemple (16) : l’énoncé fait intervenir l’expression a culture of ingratitude, qui n’est pas, dans ce contexte, nécessairement partagée par tous.

(16)

In such conditions there arises what we might call a culture of ingratitude - one that does not merely forget to give thanks, but regards thanks as somehow demeaning, a confession of weakness, a way of according to the other person an importance that he does not have. (COCA, The American Spectator, 2010)

49La non prise en charge d’un segment peut également être reliée à son caractère technique, comme dans l’exemple (17), qui emploie l’expression morphological essentialism :

(17)

This article contributes to a genealogy of urban form which, as I have noted elsewhere, calls into question the belief that the “essence” of the grid or any other settlement pattern can be deciphered by uncovering its authentic origin in a distant past. The doctrine of what we might call morphological essentialism posits that the symbolic meaning of urban form is determined primarily by the original intentions or functions associated with such morphological structures at the foundational moment of their initial conception. (COCA- Geographical Review, 2011)

L’expression what we might call permet ici de mettre à distance l’expression technique morphological essentialism en raison d’un caractère éventuellement non consensuel ou simplement non connu de tous.

50Dans des cas similaires, autrement dit lors de l’emploi de formulations relatives à un champ précis, l’expression métalangagière peut également introduire un terme ou une expression figurant entre guillemets. Ce procédé, très fréquemment employé, peut souligner le caractère spécifique de l’élément en question :

(18)

It is what we might call the ‘technical Pacific’— that immense body of water lying to the seaward of all the island arcs and groups within the Ocean’s obvious continental margins. (BNC CJD 475)

Dans cet exemple, le caractère spécialisé de l’expression ‘technical Pacific’ est manifeste, non seulement en raison de l’emploi des guillemets, mais également du fait qu’une définition en est donnée, définition amorcée par un tiret.

51Dans d’autres cas de figure encore, l’emploi de cette expression peut être interprété comme pointant une formulation employée en raison d’un caractère forgé ou éventuellement empruntée à un autre domaine. Ainsi :

(19)

And it is attacking what we might call the Holy Trinity of development: health, education, and food. (BNC HH3 8063)

L’expression The Holy Trinity est bien entendu empruntée au domaine religieux, et employée dans un contexte tout autre, comme le signalent les éléments health, education and food qui constituent l’explicitation figurant après les deux points. L’expression what we might call, par la non prise en charge qui la caractérise, permet donc de signaler que la formulation retenue est particulière, et doit être considérée comme telle.

52• La séquence I almost said X, pour sa part, signale que le choix du terme ou du segment employé en amont de l’expression métalangagière (élément Y) est le bon, par contraste avec un autre terme (correspondant à X) qui aurait pu sembler incongru, mal approprié ou au contraire trop bien choisi mais difficile à prendre en charge. En employant cette expression, ce sont en somme les hésitations et tensions préalables à son choix paradigmatique que l’énonciateur est supposé dévoiler. Le caractère incongru de l’élément supposément non retenu - mais qui est tout de même mentionné, comme si l’énonciateur présentait les « coulisses » de son choix notionnel - peut être illustré par l’exemple (20) :

(20)

This is extremely funny. I almost said sublime to the ridiculous but I thought that might be misinterpreted. (BNC JAD 612)

Ici, l’énonciateur dévoile après coup le choix paradigmatique qui a été opéré, en soulignant toutefois les raisons de l’élimination de l’expression non retenue, en l’occurrence la difficulté d’interprétation que cet emploi aurait pu poser. L’utilisation de cette expression métalangagière permet donc de mettre en évidence les mécanismes cognitifs à l’œuvre lors de la production langagière, et notamment la prise en compte de la réception par les co-énonciateurs.

53Parfois, les raisons tenant à l’élimination du terme proposé en X sont à dissocier de considérations relatives à sa réception. Dans certains cas de figure, l’énonciateur présente ainsi un micro-scénario selon lequel il aurait pu se tromper en effectuant son choix sur l’axe paradigmatique, ce qui lui permet alors de commenter son propre univers mental ou mémoriel. Tel est le cas en (21) :

(21)

Her fuzzy white hair looked like the dandelion seed globes that my mower scattered in the wind. I had spotted this place when my family first landed in this lame, white-bread Ohio town, I almost said Iowa; we’ve moved around so much, sometimes I forget where we are. (COCA Corpus-Read)

Le terme évoqué en X était bien entendu à éliminer pour des raisons de non adéquation avec l’extralinguistique, mais il offre en tout cas l’occasion d’un commentaire que l’énonciateur semble avoir stratégiquement choisi d’amener par le biais d’une vague ressemblance phonologique entre les deux toponymes.

54Dans d’autres cas, le contraste s’établit avec un terme qui, loin de sembler incongru, aurait été trop bien choisi. C’est ainsi que nous pouvons interpréter (22), où l’expression I almost said permet de dire sans dire. Elle introduit en effet le terme bourgeoisie sans que l’énonciateur le prenne en charge :

(22)

He seemed more likely to blow a kiss than to throw a punch; to be at a dinner-table than to be down in the dives; to be rubbing shoulders than to be shoving or sticking it to the comfortable (I almost said to the bourgeoisie.) (BNC ECU 660)

On remarque, au vu de ces exemples, que l’expression I almost said permet de dire sans assumer ce dire. Elle introduit en effet une dénomination qui n’est pas prise en charge par l’énonciateur, mais qui est tout de même évoquée comme ayant figuré sur l’axe de sélection paradigmatique. S’il y a non prise en charge de l’élément situé à droite, l’élément non retenu est tout de même mentionné, et c’est là tout l’intérêt de l’emploi de cette expression métalangagière. Dans certains exemples, en raison du contexte, nous comprenons de surcroît que l’élément non pris en charge constitue en fait l’élément le plus important. Nous avons, en somme, affaire à une opération de dénégation.

55Quelle que soit l’expression métalangagière employée, nous remarquons que des représentations mentales liées aux termes employés (et impliquant éventuellement la prise en compte d’une dimension polémique, humoristique, ou encore celle d’éléments sociolectaux) entrent en jeu. Le travail interprétatif de mise en perspective de l’élément accompagné par l’expression métalangagière crée donc, selon nous, une saillance sur le plan cognitif. Cette saillance tient essentiellement aux instructions véhiculées par les séquences, ces dernières fournissant dans tous les cas une indication procédurale à l’intention du co-énonciateur : quelle qu’en soit la forme (autrement dit, quelle que soit l’expression métalangagière employée), c’est à chaque fois une hétérogénéité qui est soulignée relativement à l’élément pris comme cible. De fait, cet élément est rendu saillant car il fait l’objet d’une considération particulière, voire d’une reconsidération dans certains cas.

Conclusion

56Les expressions métalangagières étudiées fonctionnent comme des pointeurs permettant de rendre saillants certains éléments du cotexte immédiat. Elles font ressortir cet élément qu’elles prennent pour cible en raison de caractéristiques particulières, qui sont partiellement annoncées par l’expression métalangagière, et qui sont à préciser en fonction du cotexte. Comme nous l’avons montré, so to speak signale fondamentalement une distanciation relativement à l’élément pris comme cible ; l’expression what we might call X marque à la fois une possibilité en termes de nomination et une non prise en charge de cette nomination, tandis que la séquence I almost said X permet de mettre en scène le choix paradigmatique, en présentant un autre possible (qui est supposé avoir été éliminé). Les effets de sens précis liés à l’emploi de ces expressions dépendent ensuite, bien entendu, des paramètres cotextuels.

57Dans tous les cas, il semble possible de considérer ces expressions métalangagières comme signalant une non-coïncidence du dire, pour reprendre une expression de J. Authier Revuz (1993 : 239-252). Trois types de non-coïncidences sont ici pertinents :

  • les non coïncidences interlocutives, qui signifient que les mots employés ne sont pas partagés par tous. Ce type de non-coïncidence peut être illustré par l’expression what we might call X,

  • les non-coïncidences des mots à eux-mêmes, affectés d’autres sens, d’autres mots, par le jeu de la polysémie ou de l’homonymie notamment. Ces non-coïncidences peuvent également être qualifiées d’intra-référentielles. L’expression so to speak illustre bien ces phénomènes,

  • les non-coïncidences entre les mots et les références aux choses, lorsqu’il est question d’un défaut de la nomination ou d’une adéquation visée. La non coïncidence peut alors être considérée comme extra-référentielle. En ce cas, c’est l’expression I almost said X, qui est employée de façon privilégiée.

  • 23 C’est bien ce paramètre qui ressort de l’étude d’exemples authentiques, et qui constitue un apport (...)

58Il semble que ce soit précisément le fait de signaler une telle non-coïncidence qui attire l’attention sur le segment auquel est adjointe l’expression métalangagière, lui conférant donc une certaine saillance. On remarquera de surcroît que les non-coïncidences en question ne semblent pas constituer de véritables défauts d’ajustement du propos (au sens où les termes employés ne seraient pas pertinents ou seraient mal agencés), dans la mesure où l’énonciateur ne cherche nullement à les rectifier. Ces non-coïncidences constituent davantage des jeux sur les potentialités du langage. Elles en dévoilent certains aspects (ex : connotations, polysémie, possibilité d’emplois métaphoriques). La saillance à l’œuvre lors de l’emploi de telles expressions trouve donc sa pertinence et sa raison d’être dans ce dévoilement des aspects faisant que le langage n’est pas un code23. Ce faisant, c’est aussi le rapport co-énonciatif et intersubjectif qui est à l’œuvre, dans la mesure où l’énonciateur, par l’emploi de telles expressions, conduit le co-énonciateur à un surcroît de travail interprétatif. Si ajustement il y a, ce n’est donc pas un ajustement du matériel lexical, mais c’est en revanche une forme d’ajustement intersubjectif, pour reprendre une expression empruntée à A. Culioli (1999 : 91). Lorsque le terme d’ajustement se trouve employé chez cet auteur, il décrit en effet l’ensemble des processus permettant aux énonciateurs de rendre leurs formulations plus en adéquation avec la réalité décrite, mais aussi et surtout plus compréhensibles par l’autre. Plus précisément, selon A. Culioli :

la relation entre sujets énonciateurs entraîne un ajustement complexe, parce que nous ne fonctionnons pas comme des machines pré-réglées et synchronisées, qui auraient en commun un stock de représentations fixes. Bref, il n’y a ni pré-réglage, ni harmonie pré-établie. Cela signifie que nous nous accordons, nous nous ajustons les uns aux autres pour que nos représentations subjectives soient à portée d’autrui.

59Or ici, il est bel et bien question de représentations mentales liées aux éléments rendus saillants par le biais des expressions métalangagières. C’est donc le processus intersubjectif de transmission de ces représentations qui est en jeu lors de l’emploi des expressions examinées.

Top of page

Bibliography

ADAMCZEWSKI, Henri, 2001. « Pour une recherche authentique en linguistique anglaise », Anglophonia, n° 8, 249-257.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline, 1993. « Les non-coïncidences du dire et leur représentation méta-énonciative », Linguisticae Investigationes, XVII-1, Amsterdam/ Philadelphia, John Benjamins Publishing Company , 239-252 .

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline, 1995. Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, coll. « Sciences du langage », Paris, Larousse, Tome II.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline, 2004. « Le fait autonyme : Langage, langue, discours. Quelques repères », Parler des mots, le fait autonymique en discours, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 67-96.

BOUSCAREN, Janine, 1991. Linguistique anglaise. Initiation à une grammaire de l’énonciation, Paris, Ophrys.

COL, Gilles, 2011. « Focalisation, saillance et instruction de construction du sens », in La Focalisation, P. Cappeau et S. Hanote (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 2011, 84-101.

COTTE, Pierre, 1982. « “To”, opérateur de dévirtualisation en anglais », Modèles linguistiques, vol. 4, n° 2, Lille, Presses Universitaires de Lille, 135-149.

CHUQUET, Jean, 1986. To et l’infinitif anglais, Gap, Ophrys.

CULIOLI, Antoine, 1967. « La communication verbale », in L’aventure humaine, Encyclopédie des Sciences de l’Homme, vol. IV, Paris, Editions Grange Batelière, 65-73.

CULIOLI, Antoine, 1999. « Accès et obstacles dans l’ajustement intersubjectif », Pour une linguistique de l’énonciation, Domaine notionnel, Tome 3, Ophrys, 1999.

CULIOLI, Antoine, 2001. « Heureusement ! » Saberes no tempo. Homenagem a Maria Henriquez Costa Campos, Lisboa, 279 -284.

DAVIDSON, Donald, 1967. “The Logical Form of Action Sentences”, The Logic of Decision and Action, N. Resher (ed.), University of Pittsburgh Press, 1967.

DELECHELLE, Gérard, 1993. « Connecteurs et relations inter-énoncés, in Séminaire pratique de linguistique anglaise, 173-194.

FILLMORE, Charles, 1968. “The Case for Case”, Universals in Linguistic Theory, E. Bach & R.T. Harms (eds.), Holt, Rinehart and Winston, New York, 1-88.

FILLMORE, Charles, 1977. “The Case for Case Reopened”, Syntax and Semantics, vol. 8, Grammatical relations, P. Cole and J. M. Sadock (eds.), New York, Academic Press, 59-81.

GEERAERTS, Dirk, 2000. “Salience Phenomena in the Lexicon. A Typology”, Meaning and Cognition, L. Albertazzi (Ed.), Amsterdam, Philadelphia: John Benjamins, 80-94.

GILBERT, Eric, 2001. « Anaphore et qualification : quelques valeurs de so », Cycnos, 18, 145-166.

GUIMIER, Claude, 1999. La Thématisation dans les langues. Actes du colloque de Caen, 9-11 octobre 1997, Sciences pour la communication, Bern, Peter Lang.

GRUBER, Jeffrey S., 1965. Studies in Lexical Relations, Ph. D. Thesis, Massachussets Institute of Technology. Published by the Indiana University Linguistics Club (Bloomington) in 1870. Revised version in Lexical Structures in Syntax and Semantics, 1976 Amsterdam: North Holland, 1-210.

LANDRAGIN, Frédéric, 2004. « Saillance physique et saillance cognitive » in Corela, volume 2, n° 2, http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=603

LANGACKER, Ronald W., 1987. Foundations of Cognitive Grammar, vol. 1, Theoretical Prerequisites, Stanford, California, Stanford University Press.

LANGACKER, Ronald W., 1991. Foundations of Cognitive Grammar, vol. 2., Descriptive Application, Stanford, California, Stanford University Press.

LANGACKER, Ronald W. 2001, “Discourse in Cognitive Grammar, Cognitive Linguistics, W. de Gruyter, 143-188.

LAPAIRE, Jean-Rémi et ROTGE, Wilfrid, 2000. Linguistique et grammaire de l’anglais, Presses Universitaires du Mirail, collection Amphi 7.

LEGALLOIS Dominique et FRANCOIS, Jacques, « La linguistique fondée sur l’usage : parcours critique », Travaux de linguistique, 2011/1, n° 62, 7-33.

NEVEU, Franck, 2000. Lexique des notions linguistiques, Paris, Nathan.

PAILLARD, Denis, 2010. « Marqueurs discursifs et scène énonciative », in S. Hancil éd. Marqueurs discursifs et subjectivité, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 13-31.

POTTIER, Bernard, 1992. Sémantique générale, Collection « Linguistique nouvelle », PUF, Paris.

QUIRK, Randolph & al., 1985. A Comprehensive Grammar of the English Language, Longman.

REY-DEBOVE, Josette, 1986. Le métalangage, étude linguistique du discours sur le langage, Paris, Le Robert (éds).

SCHNEDECKER, Catherine, 2011. « La notion de saillance : problèmes définitoires et avatars », Saillance, volume 1 : Aspects linguistiques et communicatifs de la mise en évidence dans un texte, PUFC Besançon, 23-45.

SCHMID, Hans-Jörg, 2007. “Entrenchment, salience and basic levels”, The Oxford Handbook of Cognitive Linguistics, D. Geeraerts & H. Cuyckens (Eds.), Oxford, Oxford University Press, 117-138.

TALMY, Leonard, 2000. Toward a Cognitive Semantics, vol. 1, Concept Structuring Systems, Cambridge, MA, MIT Press.

Top of page

Notes

1 Rappelons que le signe est une union, éventuellement homonymique et/ou synonymique d’un signifiant et d’un signifié, tandis que le symbole est, pour sa part, affecté de façon bi-univoque à un objet de pensée.

2 Nous nous intéresserons donc à des phénomènes de référence explicite à la langue ou au discours. Sera laissé de côté le champ de la métalangue naturelle au sens de H. Adamczewski (2001), entendue comme référant à l’ensemble des outils abstraits que les langues mettent en œuvre pour expliciter les opérations de structuration de l’énoncé.

3 D’autres types d’expressions métalangagières mettent en revanche l’accent sur le sens (ex : in the literal sense) ou encore sur la formulation elle-même (ex : if you’ll pardon the expression), en lien direct avec le rapport co-énonciatif. Les expressions retenues ici forment un sous-ensemble cohérent en ce qu’elles partagent une référence au dire.

4 Notons par ailleurs qu’aucune occurrence de we almost said X n’a été trouvée, qu’il s’agisse du BNC ou du COCA.

5 Le COCA est accessible en ligne : http://corpus.byu.edu/faq.asp#cite. Il donne également accès aux données du BNC.

6 Théorie fondée par Antoine Culioli.

7 Courant linguistique considérant l’usage comme un facteur déterminant dans l’élaboration des formes langagières, et principalement initié par Ronald W. Langacker.

8 « p est le cas » est, selon D. Paillard, le produit d’un calcul débouchant sur la sélection d’une séquence p en relation avec l’état de choses à dire (« ce qui est le cas).

9 Toujours selon D. Paillard : p est sélectionné parmi d’autres séquences possibles susceptibles d’exprimer l’état de choses, ce que l’on note (p/p’).

10 L’anaphore n’est pas ici comprise au sens strict, comme la reprise d’un segment de texte par un autre segment de texte, mais comme la reprise d’une occurrence, dont le terme anaphorique constitue l’image, soit d’un point de vue quantitatif, soit qualitatif, soit les deux à la fois. A la suite de E. Gilbert (2001 : 146), nous considérons que SO renvoie à une occurrence d’un point de vue strictment qualitatif.

11 Cette valeur est conforme à son étymologie, SO étant dérivé de la forme de vieil-anglais swá, paraphrasable par in like manner, in the same way, in that style or fashion, comme le rappellent J. R. Lapaire et W. Rotgé (2000 : 279). On remarque en outre que SO figure à l’initiale (et non après le verbe), de façon figée, dans l’expression analysée.

12 A partir d’une notion, on peut construire un domaine notionnel qui représente le domaine d’occurrences de la notion. Ce domaine est structuré en un intérieur I, un extérieur E (complémentaire strict de I), et une frontière F (valeur intermédiaire qui possède à la fois des propriétés de I et de E).

13 La nature de ce commentaire dépend des particularités de chacune des expressions, qui seront étudiées plus loin.

14 Tous nos remerciements vont à G. Col pour la transmission de références relatives à la notion de saillance.

15 La notion de thème est ici entendue, non pas en tant qu’elle contraste avec celle de rhème, mais au sens des relations des composants au verbe de l’énoncé.

16 Convention typographique : l’expression métalangagière figure en caractères gras, tandis que l’élément saillant figure en italiques.

17 Notons bien que le segment the basement est ici rendu saillant de deux manières : nous avons mentionné la présence de l’expression métalangagière, qui attire l’attention sur ce syntagme, mais cette saillance tient aussi au rôle de la structure we reach what is X , dans laquelle le marqueur what préconstruit un X qui rend valide la relation we reach something. Parmi toutes les valeurs possibles, c’est alors the basement qui est retenu.

18 Une telle latitude en termes de position se retrouverait par exemple avec une autre expression métalangagière non étudiée ici, à savoir if you’ll pardon the expression.

19 Nous considérons que ce sont avant tout des formes linguistiques qui sont rendues saillantes, sachant que leurs référents le sont aussi par voie de conséquence.

20 Rappelons que les principaux rôles thématiques sont ceux de l’agent, éventuellement de l’instrument et celui de patient, d’autres rôles thématiques plus secondaires étant le but, ou encore la localisation. Pour davantage de précisions sur la notion de thème, voir Guimier C. (dir.) 1999. Notons aussi que la vision moderne des rôles thématiques date d’auteurs tels que Gruber (1965), Fillmore à travers les cas (1968) et Davidson à travers la notion de logique d’événements (1967).

21 Notons que ces typologies ne se superposent pas totalement à celle mentionnée plus haut, établie par C. Schnedecker. Nous adoptons ici les catégories établies par F. Neveu et F. Landragin, puisqu’elles sont compatibles.

22 Précisons que, tandis que les expressions so to speak et I almost said X peuvent être supprimées directement sans nuire à la bonne formation de l’énoncé, what we might call X ne peut être supprimée syntaxiquement qu’à la condition de conserver l’élément X dans la phrase dépourvue de l’expression.

23 C’est bien ce paramètre qui ressort de l’étude d’exemples authentiques, et qui constitue un apport complémentaire relativement aux éléments fournis sur le plan théorique.

Top of page

References

Electronic reference

Blandine Pennec, « L’emploi d’expressions métalangagières : phénomènes de saillance et travail interprétatif », Anglophonia [Online], 18 | 2014, Online since 10 October 2014, connection on 24 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/258 ; DOI : 10.4000/anglophonia.258

Top of page

About the author

Blandine Pennec

Université de Toulouse 2-Jean Jaurès
blandine.pennec@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org