Skip to navigation – Site map

Sort of/kind of : réalisations prosodiques

Céline Horgues

Abstract

This paper aims to explore the relationship between prosodic form and the different linguistic functions of the sort of/kind of constructions. Certain previous research has given a simplistic outlook on this relationship, where the prosodic correlates systematically cue the two main types of functions: the nominal use (Type use) is associated with accentual prominence realised with a full form of sort/kind whereas the discourse marker use is realised as non-prominent and phonologically reduced. However, the analysis of a few counter-examples to this generalisation will show that prosody should not be regarded as a simple reflexion of the linguistic function of sort of/kind of but rather as a linguistic marker in its own right contributing to the expression of discourse-specific meanings.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 La définiton de Lakoff sert de point de départ à Aijmer: « Hedges refer to words whose job it is “t (...)
  • 2 Aijmer (1984 : 126) « A filler is an element in the sentence with the function ‘to fill the silence (...)

1Dans les quarante dernières années, les nombreuses études sur les marqueurs de discours, et sort of / kind of en particulier, ont proposé une approche pragmatique et diachronique du fonctionnement de ces marqueurs, avec quelques observations générales sur leur forme prosodique. Dans la tradition de Austin (1962), Lakoff (1972)1, Quirk et al. (1972), Crystal et Davy (1975), les constructions sort of /kind of ont été décrites comme ayant la fonction de « hedges », « hedging particles », « adjuster », « approximators », « adaptators », « downtoners » ou encore « softeners ». Leur réalisation prosodique serait un des indices nous renseignant sur le type de fonction assurée. Employés dans leur sens littéral de « type », ils recevraient la proéminence accentuelle généralement associée aux termes lexicaux. Employés comme marqueurs de discours, ils seraient non proéminents puisqu’ils ne fonctionneraient que comme « fillers »2, outils facilitant le processus de formulation et d’approximation. Or l’observation systématique d’énoncés spontanés dans les échanges entre anglophones ou entretiens radiophoniques nous pousse à revoir cette description binaire. Proéminence et non proéminence prosodiques ne s’associent pas aussi systématiquement avec les emplois littéraux et discursifs de ces constructions. Plus précisément, les occurrences analysées dans les parties trois et quatre montreront que l’emploi nominal de sort of/kind of n’est pas systématiquement accentué et, qu’à l’inverse, l’emploi marqueur de discours de ces mêmes constructions peut dans certains cas recevoir une proéminence accentuelle.

  • 3 La plupart des auteurs relèvent un emploi plus fréquent de sort of par rapport à kind of en anglais (...)

2Cet article propose ainsi d’illustrer comment les indices syntaxiques, sémantiques, discursifs et prosodiques entrent dans un système de combinatoire complexe contribuant à l’expression d’un sens bien précis pour sort of/kind of en fonction du contexte. Dans ce but, nous considèrerons les deux marqueurs sort of et kind of ensemble. Il ne s’agira donc pas de tenter d’en explorer l’apparente synonymie (Aijmer 1984, 2002) ou les nuances de sens et de distribution qui pourraient les distinguer (Gries et David 2007), ni les différences de fréquence d’emploi en fonction de la variété dialectale parlée (Aijmer 2002, Biber et al. 1999, Gries et David 2007)3 ou de registre utilisé (Aijmer 2002 et Gries et David 2007).

  • 4 A cette occasion, nous remercions l’ensemble des membres du réseau pour nos échanges fructueux et e (...)

3Un échantillon d’extraits d’anglais spontané contemporain a été constitué par le réseau de recherche sur la grammaire orale OSLIA4 au cours des années 2009-2013. Les extraits sont tirés d’émissions de BBC4 telles que In Our Time, Woman’s Hour, Start the Week, Midweek, BBC4 Choice. Nous analyserons quelques exemples de cet échantillon (voir le contexte plus étendu des énoncés listés en annexes). Précisons que l’échantillon d’étude n’ayant pas été constitué dans l’optique d’une exploitation quantitative, nous avancerons dans cet article quelques réflexions d’ordre qualitatif uniquement.

4La première partie de l’article résumera quels sont les enjeux de l’étude prosodique de sort of/kind of. Nous démontrerons dans la deuxième partie que la correspondance entre type d’emploi et réalisation prosodique est plus complexe que ne l’ont suggéré certaines études antérieures. C’est précisément la variété de réalisations prosodiques que nous nous proposons de mettre en évidence dans la partie trois, avec une attention particulière portée au cas jusqu’ici peu étudié de sort of/kind of marqueurs de discours suraccentués dans la quatrième partie.

1. Sort of/kind of : les enjeux de l’étude prosodique

5Deux observations interpellent l’auditeur à l’écoute attentive d’extraits d’anglais spontané contemporain.

  • 5 Aijmer (2002 : 190) « the distribution over text type suggests that there is a kind of mutual depen (...)

6i) En premier lieu, l’analyse et la transcription des extraits ont révélé une quasi-omniprésence des deux marqueurs concernés, qui reviennent à une très grande fréquence d’occurrences dans la plupart des extraits sonores. Ils ne sont pas cantonnés au style relâché des adolescents ou à des situations informelles5 mais s’entendent aussi très fréquemment dans la parole de locuteurs adoptant un registre tout à fait courant et/ou ayant un profil sociolinguistique varié (femmes d’affaires, chercheurs en sciences, anthropologues, hommes politiques, etc.). En particulier, ils sont très présents dans des passages de type narratif relatant une expérience ou une interprétation individuelle de l’énonciateur (voir les extraits AUD1, AUD4 et AUD6 plus loin) et apparaissent souvent dans le même environnement que d’autres marqueurs de discours tels que I mean, just, you know, so.

7L’extrait AUD1 ci-dessous met en évidence l’importante fréquence d’emploi (frisant dans ce cas-là l’idiosyncrasie) et la variété des positions syntaxiques du marqueur sort of au sein d’un même tour de parole. On l’y trouve avant un verbe à la forme simple ou au present perfect, ou au sein d’une construction déterminative précédant un substantif également modifié par une autre marque d’approximation (so-called) sur la référence à la catégorie (trouble). La prise de parole se produit dans le contexte d’une émission traitant des conditions d’accès dans les magasins pour les personnes handicapées. Le locuteur est un auditeur handicapé qui souhaite témoigner de son mécontentement envers la chaîne de magasins Debenhams.

Now, I said that I found that unacceptable. It’s embarrassing to be dealt with like that because it draws attention to the fact that I am disabled. No- Not only that but it doesn’t allow me to browse properly on my own, like anybody else can, and therefore you sort of feel under more pressure to buy something if somebody’s sort of taken all the sort of so-called trouble to… carry things to you and you only really wanted to have a look.
AUD1 DISABILITY_DEBENHAMS - BBC Radio 4, You and Yours, 01/08/05.

  • 6 « phonetic bulk » Bybee et al. 1994, « bondedness » Traugott 1997, « phonetic attrition » Denison 2 (...)
  • 7 Cf. La frequency-based approach de Bybee (2001) : « High frequency items are also subject to reduct (...)

8ii) Outre la très grande fréquence d’emploi dans différentes positions syntaxiques, l’analyse d’extraits sonores révèle que la façon dont sort of et kind of s’associent à la prosodie de l’énoncé est loin d’être toujours la même. Les théories de la grammaticalisation et de la pragmaticalisation6 présentent les processus de réduction et de coalescence phonologiques comme une conséquence du développement des fonctions pragmatico-discursives de constructions telles que sort of/kind of. L’affaiblissement prosodique serait alors iconique d’un appauvrissement de la force référentielle (semantic bleaching) de constructions dont la fréquence d’emploi est très élevée7 au profit de leurs fonctions procédurales (enrichissement pragmatico-discursif). Ainsi Wichmann (2005: 1) explique:

grammaticalisation or pragmaticalisation [...] involves a ‘bleaching’ of lexical meaning over time, with a concurrent move to grammatical usage or the expression of interpersonal meaning. Such shifts are often said to co-occur with a reduction of form, ascribed to a reduction of articulatory gestures in frequently occurring items with low semantic weight.

  • 8 Wichmann (2005 : 9) : « I have shown that items undergo a process of grammaticalisation losing thei (...)
  • 9 Ce qui pourrait aussi être rapproché de la coalescence de la préposition of dans cuppa.
  • 10 Aijmer (2002 : 192) parle de cette nécessité de combler le différentiel entre idée visée et express (...)

9Au travers de l’examen de la multifonctionalité de of course et de ses réalisations prosodiques, Wichmann montre que la perte de fonction référentielle littérale est directement corrélée à la réduction phonétique8. Ce phénomène est souvent illustré orthographiquement par des notations telles que sorta ou kinda, et il peut être rapproché de la coalescence induite par la grammaticalisation de want to> wanna9. Ainsi, sort of et kind of marqueurs de discours ont souvent une forme prosodique tellement réduite que ceux-ci sont à peine audibles, à tel point qu’ils peuvent facilement passer inaperçus et échapper à la vigilance du transcripteur tâchant d’en effectuer un relevé systématique (voir par exemple la forme acoustique prise par sort of de l’extrait AUD1 en partie 3). En effet, souvent non-proéminents, les marqueurs de discours sort of et kind of se glissent fréquemment en toute discrétion dans la chaîne parlée pour participer au processus de formulation caractéristique de la parole spontanée. En interaction spontanée, le temps de planification est très court et l’élaboration des représentations linguistiques et la formulation se font en temps réel. L’énonciateur est alors confronté à la nécessité de s’accommoder des outils linguistiques dont il ou elle dispose au moment de l’énonciation, ce qui engendre naturellement d’avoir recours à l’approximation10.

10Or d’autres occurrences de ces mêmes marqueurs de discours sont au contraire très clairement audibles en raison de la saillance sonore que leur confère leur réalisation prosodique. Pour illustrer ce phénomène, citons brièvement le cas de kind tout aussi fortement proéminent que l’auxiliaire dit d’insistance « do » qui le précède dans l’extrait AUD6. L’analyse de cet énoncé sera approfondie dans la partie 4 de l’article.

it’s-it’s freed us up from ..the day-to-day ...detail ...of ...every single bit of the business which as the business owner-manager you do kind of want to hang on to ...so it’s quite hard to let it go erm... but having done that it means we’ve been able to move forward with ...our business and our range of products ...much much faster.
AUD6 WOMEN IN BUSINESS - BBC Radio 4, Woman’s hour, 10/02/2011.

  • 11 Wichmann (2005 : 6) fait référence à une de ses futures publications portant sur « please » dans de (...)

11A notre connaissance, l’association des marqueurs de discours à une forte proéminence prosodique a fait l’objet de très peu de descriptions11. On y trouve une brève allusion dans l’article de Komar (2007) où l’auteur indique que les marqueurs utilisés comme « hedges » ne constituent en général pas d’unité intonative indépendante et qu’ils sont en général inaccentués ou forment la tête intonative. Cet auteur ne rejette pourtant pas la possibilité de les trouver sous l’accent nucléaire et l’exemple qui en est donné est précisément un sort of en position nucléaire : « (16) Lionel : Does that make any sense to you ? - Jean: In a sort of way » (Komar, 2007: 52). Cependant, l’auteur ne soulève pas la question des nuances de sens ou d’emplois que reflètent ces différentes réalisations prosodiques. Ceci nous invite alors à nous interroger sur les modalités combinatoires entre forme prosodique et différents types d’emplois de sort of/kind of. Dans quelle mesure la prosodie (au travers de la proéminence accentuelle, de la place dans le contour mélodique, de la réduction vocalique) contribue-t-elle à l’interprétation de telles constructions ? Est-elle la trace d’opérations associées à l’emploi de ces marqueurs ? Comment rendre compte des cas de marqueurs de discours suraccentuées dans la théorie de la grammaticalisation et de la pragmaticalisation ?

Poursuivons en dressant un bref bilan du traitement prosodique des constructions sort of/kind of dans les études antérieures.

2. Etudes antérieures : la place des critères prosodiques dans la classification des emplois de sort of/kind of

  • 12 Ou « species nouns » pour Biber et al. (1999 : 255-256) qui citent : class, kind, make, sort, speci (...)

12Aijmer (2002) évoque la « polysémie » des constructions sort of/kind of et De Smedt et al. (2007) soulignent les multiples facettes de leurs emplois (« versatile behaviour ») de ce qu’ils appellent les « type nouns »12 (à savoir sort, kind et type). Ces derniers soulignent par ailleurs le désaccord entre les auteurs sur la classification des différents emplois de ces constructions. Les critères utilisés pour la classification sont à la fois syntaxiques (appartenance aux syntagmes, fonction syntaxique et portée des éléments), sémantiques, discursifs, et plus rarement prosodiques.

13Le nombre de catégories dans la classification va de deux pour Aijmer (1984, 2002) à six chez de Smedt et al. (2007). Sans rentrer dans le détail de ces typologies, notons tout de même qu’elles s’accordent toutes sur un premier emploi qu’elles isolent clairement :

  • 13 Margerie (2019 : 317) : « Semantically, the noun primarily evokes a cluster of items grouped togeth (...)
  • 14 Aijmer ( 2002: 175) : « nominal head with propositional meaning ».

14L’emploi dit « Type » dans le cas où ces termes peuvent alors être remplacés par « type of ». Le sémantisme de « sort », « kind » ou « type » correspond alors au sens littéral de ces termes, à savoir celui de sous-classe, d’appartenance à une sous-catégorie. Il fait référence à un groupe dont les membres partagent certaines caractéristiques communes13. Cela correspond à l’emploi dit de « tête » (head use pour Aijmer et De Smedt) puisque sort/kind/type assurent effectivement la fonction de tête du syntagme nominal et qu’ils possèdent un contenu référentiel propre14. Ils entrent dans une composition nominale du type : N1 of N2. C’est ce que Denison (2002) appelle la construction binominale où le deuxième substantif (N2) fonctionne comme complément (postmodifier) du nom tête (N1). La forme prototypique est alors la suivante : X is a sort of Y, où l’élément X est un hyponyme et Y est l’hyperonyme. Aijmer (1984, 2002) en donne l’illustration suivante : A robin is a type of bird.

  • 15 Elle distingue cependant deux fonctions possibles : evidential hedge et interpersonal/affective fun (...)
  • 16 Il donne pour exemple « But it I suppose it’s as a that’s a sort of holiday, kind of doing you know (...)
  • 17 Quand sort of/kind of sont employés avec des déterminants anaphoriques pluriels du type (these/thos (...)

15C’est sur la classification des autres emplois que les auteurs divergent, un manque de consensus relevé par De Smedt et al. (2007). Dans les autres emplois, le substantif « type » ne peut pas se substituer à « sort » ou « kind ». Aijmer regroupe tous les emplois autres que celui de « Type »15 sous l’appellation de particules de discours (discourse particles, particle use qui ont une fonction évidentielle ou affective). Dans ce cas-là, l’auteur relève ce qu’elle appelle une inversion syntaxique par rapport à la construction « Type of ». En effet, le N2 devient le nom tête (du moins sémantiquement) de la construction nominale dans laquelle sort of joue le rôle de complément (modifier). Denison (2002) fait une distinction entre, d’un côté, l’emploi qualifying use (où sort of forme une séquence qui qualifie le N216, mais où le deuxième élément peut aussi être un adjectif, un verbe, et même toute une proposition ou un énoncé ; sort of/kind of ont alors un rôle adverbial) et, d’un autre côté, l’emploi dit postdeterminer17. De Smedt et al. (2007) proposent une subdivision plus complexe des emplois qui ne relèvent pas de la construction binominale. Outre l’emploi « Type » (Head use), ils proposent cinq autres catégories: modifier use, postdeterminer use, qualifying use, discourse marker use, marker of onomatopeia and quoted speech or thought.

16Dans le cadre de notre présente étude, en raison du nombre réduit d’occurrences étudiées qui ne recouvrent pas la diversité des catégories évoquées par De Smedt et al. ou Denison, nous procéderons à une simplification et conserverons, à la suite de Aijmer, une classification binaire entre les deux grands types d’emplois : l’emploi « Type » d’un côté et de l’autre côté un regroupement des emplois dits plus discursifs.

17Les observations concernant la forme sonore, et plus particulièrement prosodique, de sort of et kind of sont rarement faites de façon systématique dans les études de ces différents auteurs. En outre, très peu de précisions sont apportées quant à la méthodologie d’observation prosodique (impression perceptive de l’auteur, transcriptions fournies avec le corpus, vérification instrumentale ?). Différentes rubriques pourraient être pourtant envisagées : des descriptions en termes de proéminence prosodique perçue, la présence et la durée des pauses dans l’environnement des marqueurs, l’observation instrumentale des modalités de la réduction phonétique (réduction temporelle, modification de timbre, réduction du volume perçu ou « loudness »).

  • 18 L’auteur cite dans son corpus « Well there, there are these sort of practical problems of payment e (...)

18L’étude de Aijmer (2002) est celle qui apporte le plus d’éléments sur le lien entre type d’emploi et réalisation prosodique, en particulier grâce à des indications concernant le phénomène de proéminence et de pauses. Précisons que ses observations prosodiques s’appuient sur le London Lund Corpus à partir des transcriptions prosodiques déjà fournies et réalisées par des transcripteurs au début des années quatre vingt. L’auteur souligne que les emplois marqueur de discours et « Type » de sort of se distinguent sur les plans formels et prosodiques. Pour commencer, certains critères syntaxiques permettent d’étayer la classification. Par exemple, la présence d’accord en nombre de sort/kind avec un déterminant pluriel (voir l’extrait AUD2 ci-dessous all kinds of people) est un indice de l’emploi « Type » alors que l’absence d’accord de sort/kind serait le signe qu’ils ne fonctionnent pas tout à fait comme des substantifs ordinaires18. Par ailleurs, la nature de l’élément qui est modifié par sort/kind apporte aussi des indications sur le fonctionnement de ces séquences. S’il ne s’agit pas d’un nom (N2) mais d’un syntagme verbal, d’un adverbe ou d’une proposition, alors il n’y pas d’hésitation possible sur la classification de la fonction pragmatico-discursive de la construction sort of /kind of. La cooccurrence avec d’autres formes d’approximation (pretty, rather, probably) et d’autres marqueurs de discours (en particulier you know) peut aussi être un indice de la fonction discursive de sort of/kind of (Aijmer 1984, 2002).

  • 19 Dans le même extrait de corpus, l’auteur trouve « What sort of units trusts they are » et « what so (...)
  • 20 Lin (2010: 174) : « Describing the prosodic patterns of formulaic sequences is a complex task becau (...)
  • 21 Aijmer (1984: 120) : « It is likely that the phrase ‘sort of’ is basic and that it has developed in (...)

19Aijmer relève plusieurs critères prosodiques servant d’indices pour l’interprétation de la fonction de la construction, en particulier l’association avec une proéminence accentuelle, la présence ou l’absence de pauses avant/après la séquence et la réduction phonétique. Ainsi, l’emploi « Type » serait réalisé avec une proéminence prosodique (parfois nucléaire) sur N1 ou sur le déterminant associé (D1). Une proéminence sur sort of représenterait donc un indice fort de son emploi dans le sens « Type » même si Aijmer n’exclut pourtant pas la non accentuation19. Les exemples cités montrent bien que l’analyse de la réalisation prosodique de sort of/kind of ne peut pas être dissociée de l’influence du contexte prosodique plus large au niveau de l’énoncé (voir Lin, 201020). Par ailleurs, l’auteur semble minimiser la présence d’une proéminence sur le marqueur de discours, phénomène qui se produit pourtant dans 40 % des cas dans son corpus (2002 : 187). La présence de pauses dans l’environnement de sort of serait aussi un indice de la fonction : dans l’emploi « Type », sort of et le N2 se suivent sans pauses environnantes et la présence de pauses mènerait à analyser la séquence comme marqueur de discours. Elle relève que les sort of employés comme marqueurs de discours sont précédés d’une pause dans un tiers des cas et suivis dans deux tiers des cas dans le London Lund Corpus. Elle évoque également la réduction phonétique et la coalescence en une seule unité lexicale non-décomposable ou non-analysable21 des constructions sort of étayant la recherche de formulation.

20Denison (2002) fait des observations prosodiques semblables. Dans l’emploi qu’il appelle binominal (D1 N1 of N2) l’accent principal (primary) du groupe nominal porte soit sur le premier déterminant (D1) soit sur le premier nom (N1). Dans les autres des cas décrits (qualifying, postdeterminer), le premier nom (N1) ne porte jamais l’accent principal de groupe et cette non-proéminence s’accompagne d’une réduction phonétique de sort of /kind of, ce qui reflète bien qu’ils n’ont plus le statut autonome de tête de groupe. Dans son tableau récapitulatif de ces trois catégories d’emplois (binominal, qualifying, post-determiner), Denison indique que l’accent principal de la construction porte sur N1 ou sur le déterminant associé (D1) dans le cas de l’emploi tête nominale, mais sur N2 dans l’emploi qualifying et sur D1 ou N2 dans le cas de l’emploi postdeterminer (ex : These sort of skills like driving).

  • 22 Ils citent (2007: 230) une étude des années trente Kruisinga (1932: 397) : « the subordination of s (...)

21De Smedt et al. (2007)22 proposent une description moins binaire des réalisations prosodiques de sort of et kind of. En filigrane de leurs observations, se dessine la prise en compte de la variation prosodique en lien avec des choix énonciatifs liés au contexte. Par exemple, ils soulignent (2007 : 232) que, dans le cas de l’emploi « Type » de sort of/ kind of, l’accent de groupe peut porter sur N1 ou N2 selon que l’énonciateur souhaite mettre en valeur la sous-classe ou la classe (« contextual emphasis either on the subtype or on the superordinate »). Dans le cas de ce qu’ils appellent « attributive modifier », sort of ne reçoit jamais de proéminence accentuelle. Dans leur exemple « Being an accommodating sort of bloke, he let me drive his car around », l’accentuation porte sur l’adjectif et sur le deuxième nom N2, sort of a une qualité vocalique réduite et la préposition of est réduite à un simple /Ə/.

22Dans la partie suivante, l’examen d’occurrences d’anglais oral spontané vise à mettre en évidence l’interaction complexe qui lie forme prosodique et type d’emploi de sort/kind of.

3. Sort of/kind of : une correspondance complexe entre type d’emploi et réalisation prosodique

23La figure 1 ci-dessous illustre bien la discrétion prosodique qui caractérise fréquemment sort of marqueur discursif. La courbe de fréquence fondamentale (ou F0) et la forme d’onde (au-dessus) montrent que la séquence sort of s’intègre tout à fait dans le contour mélodique sans recevoir de proéminence particulière, avec une énergie faible sur une durée relativement courte.

  • 23 Aijmer (1984 : 123) : «  the speaker can also use sort of to indicate that he wants a conversation (...)

24Sort of a ici une fonction adverbiale et notons l’absence de pauses avant et après la séquence. La formulation ou l’accès lexical au verbe « feel » ne posent pas problème ; sort of n’est pas ici un simple filler pour combler un vide. Il permet à l’énonciateur de se rapprocher au mieux du ressenti, du récit d’expérience qu’il souhaite partager avec son ou ses interlocuteur(s). Aijmer soulignait d’ailleurs la compatibilité de sort of avec le style de texte narration d’expérience personnelle23.

Fig.1: AUD1 « ...and therefore you sort of feel under more pressure... »

Fig.1: AUD1 « ...and therefore you sort of feel under more pressure... »

25Les cas où il est plus difficile de trancher entre un emploi ou l’autre de sort of/kind of sont ceux qui correspondent à la forme A/The sort of X. Dans cette configuration, la réalisation prosodique peut-elle éclairer la fonction que l’énonciateur confère à sort of/kind of ?

26Partons d’un cas simple où sort of/kind of sont clairement employés dans le sens « Type » et où la prosodie reflète bien cette fonction. L’extrait AUD2 ci-dessous est tiré d’une émission qui traite de l’encadrement d’enfants handicapés dans des familles d’accueil. L’invitée et la journaliste ont déjà évoqué le fonctionnement général de ce système, et la journaliste l’interroge alors sur le profil des personnes qui se portent volontaires. Sort puis kind reçoivent une proéminence accentuelle tout à fait habituelle pour un nom tête de groupe nominal. Par ailleurs, « people », le terme désignant la classe qui sert à la sélection, a été posé dans la question du journaliste et ne relève pas d’un choix de l’énonciateur (par définition carers are people). L’accentuation porte donc naturellement sur l’idée de sous-catégorie (all kinds of people).

  • 24 Les conventions typographiques adoptées sont les suivantes : syllabes recevant une saillance prosod (...)

Journalist- And what sort of people tend to volunteer as carer\?
Interviewee-All kinds of people\ actually/ We have.../we’re particularly appealing to people/ who have a background/ in working with disabled children\
AUD2 SHARE THE CARE, BBC Radio 4, Woman’s Hour, 19/03/200924.

27Dans la question de l’animatrice « what sort of people tend », sort of reçoit non seulement une proéminence accentuelle mais il joue même un rôle clé dans le contour mélodique, en portant le noyau intonatif (nucleus). Précédemment, la discussion avait déjà indiqué que des personnes se portent volontaires, et elle s’intéresse alors aux propriétés communes qui définissent les bénévoles. L’analyse acoustique révèle l’association du terme sort avec une grande chute mélodique (voir la figure 2 ci-dessous). La qualité de la première voyelle /ɔː/ est très nettement articulée et tout à fait distincte de la voyelle réduite /Ə/ de la préposition qui suit (structures formantiques nettement distinctes). On note par ailleurs la durée importante de la séquence sort of : en tout 600 millisecondes dont 230 représentent la tenue de la fricative initiale /s/. Il n’y a aucune pause avant ou après « sort of ».

Fig.2: AUD2. « What sort of people tend to volunteer as carer? »

Fig.2: AUD2. « What sort of people tend to volunteer as carer? »

28Il en va de même pour la séquence kind of dans la réponse de l’auditrice interrogée. La jeune femme interviewée applique un contour mélodique quasi-identique à celui de la question de la journaliste (voir la figure 3 ci-après). Une forte saillance mélodique est associée à « kinds ». Ce qui suit est désaccentué et constitue la queue intonative du contour (post-focus). La durée de la séquence est encore une fois conséquente (440 millisecondes dont 120 millisecondes pour la tenue de la plosive /k/).

Fig.3: AUD2. « All kinds of people actually »

Fig.3: AUD2. « All kinds of people actually »

29Pourtant, dans certaines séquences the sort of N2, le fonctionnement de sort est plus difficile à analyser. Dans l’extrait ci-dessous, une journaliste du Guardian (Polly Toynbee qui soutient le Labour Party) exprime son opinion sur David Cameron. Elle parle de l’idée qu’elle se fait de la personne à même d’assurer le rôle d’homme politique avisé. Les constructions the sort of person, et plus loin the kinds of social justice issues sont dans les deux cas suivies d’une proposition relative restrictive. L’observation de la forme prosodique peut nous donner des indices sur le sens exprimé par sort et kind ici.

So the fact that he wanted to be seen to be\ the sort of person/ who was concerned about the kinds of social justice issues/ that I often write about \ seem to me/ only good news \ how much good faith \/ is a different question\
AUD3. BBC Radio 4 Choice – David Cameron – 22/02 /08.

Fig.4: AUD3. « ...seen to be the sort of person who was concerned about the kinds of social justice issues that I often write about »

Fig.4: AUD3. « ...seen to be the sort of person who was concerned about the kinds of social justice issues that I often write about »

30Dans « sort of person », sort of est le siège d’une proéminence prosodique. Le terme « person » est d’ailleurs désaccentué, prononcé bas et non modulé, certainement car, à nouveau, ce terme ne relève pas réellement d’une sélection de l’énonciatrice (David Cameron is a person). Sort of a sa forme forte avec une première voyelle pleine /ɔː/ (les formants sont très clairement isolés) et distincte de la voyelle réduite de la préposition, et l’intensité est relativement forte par rapport aux voyelles environnantes. La plupart des indices prosodiques sont donc compatibles avec une interprétation « Type » où le nom tête de groupe est le véritable antécédent de la relative.

  • 25 Cette construction pourrait être rapprochée de ce que Denison (2002) et Smedt et al (2007) désignen (...)

31Dans la partie d’énoncé « the kinds of social justice issues that I often write about », kinds ne reçoit pas de relief aussi net que sort sans qu’il y ait de désaccentuation non plus. La proéminence porte davantage sur le deuxième élément du groupe nominal (social justice issues). Si la marque de pluriel sur kinds est un indice de son emploi nominal au plan syntaxique, on peut s’interroger sur son interprétation, dans la mesure où la prosodie ne soutient pas clairement le fonctionnement « Type » noyau sémantique du groupe nominal (issue x, issue y and issue z all belonging to the same type). Le contour prosodique mène à interroger le statut de kind of ici comme nom tête du groupe nominal25 ainsi que la portée de la proposition relative restrictive (l’antécédent sémantique n’est-il pas plus issue que kinds ?). D’ailleurs kinds of pourrait être omis sans grand changement de sens. La journaliste désigne-t-elle ici véritablement des sous-catégories de sujets traités ou évoque-t-elle plus simplement la nature particulière de ces sujets ?.

32Comparons cet énoncé avec une autre occurrence de la séquence the sort of N2 suivie à nouveau d’une relative restrictive. Ici encore l’examen de la prosodie peut apporter des informations précieuses sur l’interprétation du fonctionnement de sort of. AUD4 est un extrait d’une interview de l’actrice américaine Kathleen Turner qui témoigne de la maladie dont elle est atteinte (l’arthrite rhumatoïde). Intéressons-nous à la première occurrence de sort of. Notons toutefois que l’énonciatrice emploie un kind of adverbial pour modifier un adverbe.

...if you are/ diagnosed\ early enough/ you never have to have the sort of damage\ that was that was done to my body \ I have what I call/ … kind of jokingly though\ it’s not funny\ my annual operation\
AUD4 Kathleen Turner, BBC Radio4 Midweek, 5/03/2008 – The Film World.

Fig.5 : AUD4. “…you never have to have the sort of damage…”

Fig.5 : AUD4. “…you never have to have the sort of damage…”
  • 26 De Smedt et al. (2007 : 235) : « Semantically, type nouns in modifier position no longer mean ‘(sub (...)
  • 27 La glose par « such deterrent » est également proposée par Davidse et al. (2008 : 154) dans le cas (...)
  • 28 Contrairement à ce que la même énonciatrice produit plus tard « I call….kind of jokingly ».

33L’analyse acoustique montre que sort of n’est associé à aucune saillance prosodique, au contraire il comporte une prosodie en creux. La proéminence accentuelle porte sur damage, sort of est très court (290 millisecondes avec seulement 110 millisecondes pour la fricative initiale). La fricative finale de la préposition « of » est tout de même audible et visible sur un spectrogramme tandis que la plosive /t/, réalisée comme un flap, est à peine audible. La structure formantique des voyelles de sort et de of n’est pas claire et la distinction de timbre entre les deux voyelles peu nette. Cette grande discrétion prosodique de sort of peut nous mener à douter du sens littéral de « sous-classe » de détérioration. Il s’agirait à nouveau plutôt de désigner « une occurrence de » ou une « variante qualitative de » (comparable à l’emploi nominal qualifier de Denison 2002 et De Smedt et al. 2007)26, avec une référence au degré plutôt qu’au sous-type de handicap (such damage)27. Notons ici l’absence de pauses ou de marques d’hésitation28 ; le choix du terme damage ne pose pas problème et il ne s’agit pas d’une recherche de formulation.

34Ainsi, si la désaccentuation prosodique accompagne fréquemment les emplois les plus discursifs de sort of/kind of, alors que les emplois « type of » se distinguent le plus souvent par une proéminence prosodique sur sort/kind, cette association entre un type d’emploi et une réalisation prosodique n’est pas systématique. D’autres facteurs tels que les contextes syntaxiques et prosodiques plus larges peuvent rendre compte de la saillance ou de la non-saillance de ces marqueurs. De la même manière, les emplois discursifs de sort of/kind of ne se résument pas à ceux de fillers sans substance permettant au locuteur de gagner du temps et de garder la parole le temps de planifier le reste de son propos. Pour preuve, une forte saillance peut très bien être associée à sort of/kind of marqueurs de discours.

4. Le cas de sort of/kind of (sur)accentués

35Contrairement à ce que semblent suggérer les études antérieures citées en partie 2, la saillance prosodique (et a fortiori nucléaire) n’est pas la prérogative de l’emploi « Type » de sort of/kind of. En effet, une sursaillance peut tout à fait être associée à leur emploi discursif, même si ce n’est pas la réalisation la plus fréquente. L’emphase prosodique (correspondant en général aussi au noyau intonatif de l’unité) sur sort of/kind of représente une réalisation supplémentaire par rapport aux manifestations sonores traditionnellement décrites (proéminence ou non-proéminence accentuelle). Nous analyserons quatre exemples pour illustrer ce phénomène.

36Dans le premier exemple AUD5, il s’agit d’un extrait d’émission consacrée à Marcus Garvey, activiste et leader de la cause des Noirs aux Etats Unis avant Martin Luther King et Malcom X. Les intervenants ont déjà discuté de l’engagement du personnage pour redonner aux Noirs un sentiment de fierté et de combativité afin de s’opposer aux comportements racistes dont ils étaient victimes. Le journaliste avance prudemment l’idée que certaines prises de positions du personnage pourraient, paradoxalement, elles-mêmes être taxées de racisme.

It brings us to ....I guess/ an awkwardness\...about Garveyism\, and that that was, well, it’s encapsulated in his slogan/ “Race ../first”\... “Africa for the/ ...the Africans\”, there is a sort of racism \
AUD5 MARCUS GARVEY- BBC Radio 4, Great Lives, 01/02/11.

Fig.6: AUD5. « There is a sort of racism »

Fig.6: AUD5. « There is a sort of racism »
  • 29 Smedt et al. (2007 : 244) : « In general, the nominal qualifying construction with sort of/kind of (...)
  • 30 Ceci est à rapprocher de l’analyse de Aijmer (1984 : 122) : « Sort of conveys that the speaker uses (...)
  • 31 Aijmer (2002: 193): cite Holmes pour cette idée de périphérie d’une notion : « sort of signals that (...)
  • 32 Denison (2002: 11) : « the qualifying construction is in effect about the nature of membership of t (...)
  • 33 Aijmer (2002 : 179) cite aussi Chafe (1986 : 270) : « the match between a piece of knowledge and a (...)
  • 34 Ceci semble aller à l’inverse de l’absence de prise en charge mentionnée par Aijmer (1984) « sort o (...)
  • 35 Cf. la fonction d’alerte à laquelle fait allusion Aijmer (2002 : 180) : « When a speaker expresses (...)
  • 36 Margerie (2010 : 320) souligne aussi l’intersubjectivité de kind of/sort of avec lesquels l’énoncia (...)
  • 37 On pourrait rapprocher cet exemple de ce que Aijmer (2002 : 199) appelle l’affective/interpersonal (...)

37Sort of est associé à un pic mélodique (le plus haut de cette partie de l’énoncé) et une chute très importante de plus de 15 demi-tons (figure 6 ci-dessus). Le locuteur utilise ici toute l’étendue de sa plage mélodique. La séquence sort of a une durée conséquente (550 millisecondes dont la moitié, 270 millisecondes, correspond à la tenue de la fricative initiale /s/). L’allongement consonantique à l’initiale est l’un des corrélats de la saillance prosodique. L’occlusive finale /t/ est également clairement audible, et remarquons l’absence de pauses avant ou après la séquence sort of. Il ne s’agit pas d’un problème de formulation. Le terme racism étant indénombrable, l’article a porte syntaxiquement sur sort. Cependant, l’emphase prosodique sur sort mène à interpréter la séquence au-delà du simple emploi nominal standard « type » qui désignerait une sous-catégorie de la classe « racisme ». Cette occurrence serait alors à rapprocher du nominal qualifying use décrit par Denison (2002) et De Smedt et al. (2007)29. En effet, l’énonciateur désigne ici plutôt une instanciation atypique de la notion de « racisme » qui découle d’une approximation. Le journaliste associe, avec toutes les marques de prudence et d’hésitation qui caractérisent son propos (hésitations, faux-départs, well, I guess), la position de Markus Garvey à un « cas » de racisme. Cette association est relativement contre-intuitive et même paradoxale pour décrire un personnage ayant lui-même combattu le racisme. L’utilisation de sort of indique que c’est un cas plutôt non « classique »30 (cf. awkwardness juste avant) de ce qu’on définit habituellement comme « racisme ». L’énonciateur signalerait par sort of qu’on se situe à la frontière31 ou à la périphérie32 de la notion communément appelée « racisme » ; il y a donc prise en compte des connaissances partagées autour de cette notion. A ce sujet, Aijmer (2002 : 179), s’inspirant de Chafe33, indique que les hedges sont la trace d’une confrontation avec un horizon d’attentes (« involve a constant comparing an ongoing knowledge with expectations »). Cette catégorisation approximative relève du choix de l’énonciateur (I guess), elle n’engage que lui34 et pourra par conséquent être réfutée par d’autres. La forte saillance prosodique sur sort of serait un indice sonore de cette prise en charge tout à fait personnelle de l’énonciateur par laquelle il signale à son interlocuteur qu’il est conscient que l’approximation à laquelle il est en train d’avoir recours est subjective et donc sujette à caution. L’intonation aurait ici une valeur métalinguistique comparable à celle de guillemets oraux35 et revêt un caractère hautement intersubjectif36. L’énonciateur indique qu’il est conscient que ce terme n’est pas le plus adéquat, mais l’utilise faute de mieux car c’est le plus proche de ce qu’il souhaite exprimer. Notons à nouveau que l’ensemble s’ancre dans une formulation très prudente (I guess, well) et hésitante (pauses et répétitions) à aborder la question du racisme, concept hautement polémique37.

38 Kind of dans ses emplois discursifs peut également recevoir une forte proéminence prosodique. L’extrait AUD6 ci-dessous est tiré de l’émission Woman’s Hour qui traite ce jour-là d’expériences de femmes-entrepreneurs. Une auditrice appelle et raconte comment elle en est venue à fonder son entreprise et la manière dont elle vit cette expérience.

Erm we look after the whole strategy of the business\/ erm and its its promotion\ ..erm and basically how it grows\, we’re growing internationally now\ as well as ..erm across the UK\ and it’s-it’s freed us up from the\..the day-to-day/ ...detail ...of ...every single bit of the business\ which as the business owner-manager/ you do kind of want to hang on to \...so it’s quite hard to let it go\
AUD6 WOMEN IN BUSINESS - BBC Radio 4, Woman’s hour, 10/02/2011.

Fig.7: AUD6 « …which as a business-owner manager you do kind of want to hang on to... »

Fig.7: AUD6 « …which as a business-owner manager you do kind of want to hang on to... »
  • 38 Gries et David (2007) indiquent que l’appartenance à une catégorie ne se fait pas nécessairement se (...)

39Tout comme dans le cas des témoignages d’expériences personnelles de l’auditeur handicapé (AUD1) et de Kathleen Turner (AUD4), notons à nouveau que kind of apparaît dans cet énoncé dénotant une forte implication personnelle et une affectivité marquée. Beaucoup de termes dans l’environnement de kind of reçoivent une saillance : l’auxiliaire do, le verbe want. Dans cet environnement, la saillance sur kind est un peu surprenante ; en effet on aurait pu s’attendre à ce qu’il soit désaccentué pour une simple raison rythmique. Comme l’illustre la figure 7 ci-dessus, la suraccentuation de kind se manifeste encore par une durée importante de l’ensemble kind of (en tout, 600 millisecondes, avec une tenue de 210 millisecondes pour la plosive /k/) et kind est associé au pic mélodique de l’énoncé (plus de 370 Hz). Cette sursaillance ne semble pas simplement due à une contagion accentuelle de l’environnement. Le fort relief prosodique de tous ces termes permet à l’énonciatrice de mettre en avant l’originalité ou la singularité de l’expérience d’un chef d’entreprise dans sa situation, le tout avec une subjectivité et une affectivité non dissimulées. Aijmer (2002) souligne la présence de sort of/kind of dans les récits d’expérience personnelle, où l’énonciateur donne à (re-)vivre son vécu. Ici, la femme d’entreprise évalue les connaissances partagées (common knowledge) : il se peut que son interlocuteur ne soit pas conscient de ce que cette expérience représente, ces idées ne vont pas de soi pour qui ne connaît pas son propre milieu professionnel. La suraccentuation marque que malgré ses réticences, elle doit se résoudre à parler de « volonté » (want) à s’attacher aux petits détails du quotidien, non sans une touche d’autodérision et de distanciation. On est bien dans le domaine de la volonté (au moins un certain degré38 de volonté). Ce n’est pas le choix du terme « want » qui est en cause (contrairement au concept « racisme » vu précédemment), l’idée même de « volonté » n’est pas un concept polémique. Ce qui se joue est l’association de ce concept à l’attitude du chef d’entreprise : la relation <you-want> qui est réassertée par do est vraie dans une certaine mesure (valeur d’atténuation de kind). Il n’est peut-être pas anodin que le sujet de cette relation prédicative soit un « you » générique et non « I ». La locutrice essaie de généraliser son expérience personnelle à toute personne dans sa situation.

  • 39 Ceci est à rapprocher du lien que fait Aijmer  (2002 : 175) entre sort of, la valeur de vérité et l (...)

40L’exemple AUD7 ci-dessous montre que kind of suraccentué peut indiquer une approximation assumée par l’énonciateur et explicitement signalée comme telle à son co-énonciateur par la prosodie. Il s’agit cette fois-ci d’un extrait d’une émission scientifique sur la transmission de valeurs et de traditions culturelles. Cette transmission socio-culturelle est comparée au mécanisme de transmission des gènes. Cette analogie a donné lieu au concept de « mèmes », terme conçu par un théoricien de l’évolution, Richard Dawkins. Or ce concept est loin d’être accepté de tous et fait polémique comme cela apparaît dans l’extrait de conversation ci-dessous. L’approximation porte non pas sur le choix d’une catégorie notionnelle mais sur la relation prédicative elle-même (<memes-exist>). En science, est-on jamais totalement sûr de l’existence de quelque chose ?39

Speaker1: You know/ this idea that memes are the cultural equivalent of genes\ and you, they they’re inherited/ and passed on/ if they’re strong enough\ and I just wonder if there there there’s a sense that-
Speaker 2: trouble is memes are myths\
Speaker 1:
Well [laughs] it’s a little bit debatable\ Let’s-Let’s assume that that they-they-they kind of exist \ and I was just wondering if there’s/ some elements of a culture that have been passed on still\
AUD7 BBC Radio 4, Start the Week, 24/01/11.

Fig. 8: AUD7 « ...let’s just assume that that that they they kind of exist... »

Fig. 8: AUD7 « ...let’s just assume that that that they they kind of exist... »

41La suraccentuation de kind of se manifeste par le réhaussement de la ligne mélodique suivi d’une chute intonative (fig. 8), une énergie accrue visible sur la forme d’onde (amplitude des vibrations), ainsi qu’une longueur conséquente de la séquence (440 millisecondes dont 200 millisecondes pour la tenue de la plosive et l’aspiration de la plosive). L’existence des « mèmes » posée par l’énonciateur a été remise en cause (voir interruption abrupte de l’autre intervenant). Le premier intervenant est décontenancé par cette interruption intempestive, le trouble est tangible (voir well, les faux-départs et autres bafouillements) mais il doit poser l’existence des mèmes comme postulat de départ (let’s just assume that…). L’intervention de sort of à l’endroit de la soudure prédicative et sa réalisation emphatique n’est pas sans rappeler le fonctionnement d’un auxiliaire. Cependant, contrairement à « they do exist » où l’emphase sur l’auxiliaire do permet de réasserter la validation totale de la relation prédicative <memes-exist>, l’emploi de kind of semble être ici la trace d’une validation partielle ou approximative opérée par l’énonciateur. Il est conscient de l’aspect polémique de cette relation postulée et le signale explicitement par la suraccentuation de kind, mais propose qu’il y ait consensus autour de cette approximation afin de poursuivre la démonstration.

  • 40 Ce qui correspond à un registre haut pour la tessiture du journaliste.

42Sort of peut également assurer cette fonction d’approximation portant sur une prédication. Dans le dernier exemple, AUD8, la position syntaxique (pré-déterminative) ainsi que la réalisation prosodique de « sort of » rendent cette occurrence particulièrement singulière. Sort of coïncide en effet à nouveau avec le pic prosodique de l’énoncé (265Hz40) et sa saillance est renforcée par les pauses vides (d’environ 300 ms chacune) qui l’encadrent. La construction sort of compose ici une unité intonative à part entière possédant son propre mouvement mélodique complexe : un fall-rise.

She went to bed with strangers/, co-stars/ and other women’s husbands\. She drove Franck Sinatra to attempt suicide\. She didn’t seem to care/ what anybody thought of her\
Ava Gardner was also/...sort of... \/ an actress\. Some say/ a good\ actress, she starred in some good films/ and some not very good fims \/ but her acting talent isn’t really the main thing about her.\ I don’t like to utter that horribly overused word ‘iconic’/, but she was the Hollywood sex symbol of her day\
AUD8 AVA GARDNER- BBC Radio 4 Great Lives, 27/08/13.

Fig. 9: AUD8 « Ava Gardner was also..sort of...an actress ».

Fig. 9: AUD8 « Ava Gardner was also..sort of...an actress ».

43L’emploi du marqueur et l’apparition des pauses ne sont nullement motivés par une hésitation liée à des difficultés de formulation ni par la recherche du terme adéquat. Le travail d’approximation porte non pas sur la sélection de l’attribut mais sur la mise en relation, par la copule « be » du personnage en question (Ava Gardner) et des caractéristiques habituellement associées à la notion « actress ». Il s’agit d’un travail, a posteriori, sur la justesse de cette qualification (identification) en lien avec la nature particulière du sujet grammatical. Ce commentaire après coup sur l’adéquation limitée pourrait être rapproché du suffixe (–ish ) en anglais oral familier : she is pretty-ish. ou ?she is an actress-ish ou d’identifications approximatives du type : she was something of an actress ou she was not much of an actress.

44Si l’on compare cette occurrence avec AUD5 « there is a sort of racism », le fait que sort of se trouve dans AUD8 en position pré-déterminative (par opposition à « she was also sort an actress ») et suivi d’une pause indiquerait que l’approximation porte davantage sur la prédication que sur la notion elle-même. Comme dans l’exemple AUD7 (« they kind of exist »), sort of est la trace d’un travail sur la mise en relation, ici entre le sujet et un attribut, et la forme emphatique de la construction « sort of » n’est sans rappeler la forme emphatique des auxiliaires de reprise. Or il ne s’agit pas ici de réasserter ou d’inverser la polarité d’une relation prédicative (« she does do a good job »), mais d’indiquer que cette relation n’est que partiellement bien fondée. L’identification du sujet avec les qualités inhérentes à « actress » n’est que partiellement validable. Par ailleurs, la mise en relation entre <she-be an actress> fait l’objet d’un travail et même d’une évaluation (plutôt négative, avec une touche condescendante et sarcastique) de la part de l’énonciateur, le journaliste, qui se fait le porte-parole des avis de l’époque. En fait, jouer au cinéma était bel et bien son métier (elle est objectivement membre de la classe « actress »), mais ce n’est pas pour autant ce qui la caractérise le mieux, ni ce qui en fait son essence. D’ailleurs, le journaliste poursuit « but her acting talent is not really the main thing about her [...] she was the Hollywood sex symbol of her day ». La nette emphase prosodique sur sort of est l’indication explicite au co-énonciateur de ce travail de ré-évaluation de la qualification du sujet. Tels des guillemets oraux, les pauses encadrantes clairement audibles associées au haut pic mélodique sur sort of attirent l’attention sur le questionnement autour du bien fondé de cette qualification, et dans ce sens, semblent rejoindre la fonction de « marker of focus » brièvement évoquée par Margerie (2010 : 327) pour kind of.

Conclusion

45Au travers de l’examen de ces exemples de constructions sort of/kind of en contexte, nous avons essayé de montrer que l’analyse prosodique de leurs multiples emplois permettait, dans de nombreux cas, de s’en tenir à la tendance générale souvent décrite selon laquelle une saillance prosodique est fréquemment associée au sens littéral de « type » ou « sous-type » de sort of/kind of, et qu’une plus grande discrétion prosodique était associée à leurs emplois plus discursifs. Mais l’analyse détaillée des exemples a également démontré que l’association entre prosodie et fonction de sort of/kind of n’est pas aussi binaire qu’on pourrait le penser. Il existe en effet une combinatoire complexe entre les différents types d’emplois de kind of/sort of, le contexte précis d’occurrence, les relations intersubjectives induites et les différents degrés de saillance prosodique. La désaccentuation n’est pas la prérogative du fonctionnement « marqueurs de discours » des constructions sort of/kind of, puisqu’elle peut très bien être associée à leur emploi nominal, auquel cas leur contenu référentiel s’éloignerait du sens littéral de sous-catégorie. A l’inverse, une saillance prosodique peut très bien être associée aux emplois discursifs de ces constructions. Qui plus est, un degré supplémentaire dans l’étude de la réalisation prosodique est apparu utile dans l’analyse : la suraccentuation ou l’emphase prosodique.

  • 41 Cf. pragmatic enrichment de Traugott (1997).

46Bien que relativement minoritaires, les cas de suraccentuation de sort of/kind of sont révélateurs car ils démontrent que, plus que de simples fillers vidés de leur sens, les marqueurs de discours peuvent être la trace d’opérations énonciatives précises et signifiantes, comme par exemple le travail de validation (partielle ou approximative) de relations prédicatives, associées à une importante charge (inter)subjective. Un parallèle pourrait être fait avec le cas de termes dits grammaticaux recevant une proéminence accentuelle : les auxiliaires accentués et les prépositions accentuées par exemple (voir Huart, 1998). La valeur référentielle de sort of/kind of n’est donc jamais totalement évacuée ; elle peut être réinvestie et exploitée pour ses valeurs opératoires et pragmatiques41 quand le contexte le suscite. La complexité de l’association entre forme prosodique et fonction de sort of/kind of encourage à moduler les généralisations abusives posées par certains tenants de la grammaticalisation et de la pragmaticalisation comme Wichmann (2005: 6) « the development from lexical meaning to discourse function goes hand in hand with a reduction of prosodic prominence » ou encore « we see that the prosody of an item that is known to have pragmatic rather than lexical function is systematically given less prosodic prominence than when it functions lexically. This leaves the word vulnerable to shortening and phonetic reduction ». Les couleurs sémantiques qui ont été perdues lors du processus de « bleaching » lié à la grammaticalisation/pragmaticalisation de ces marqueurs peuvent être ravivées en fonction des choix énonciatifs et pragmatiques induits par le contexte. La saillance prosodique est la trace de ce réinvestissement et de la forte prise en charge énonciative qui lui est associée.

Top of page

Bibliography

Austin, J. L. (1962) How to Do Things with Words, Cambridge: Harvard University Press.

Aijmer, K. (1984) “Sort of and Kind of in English Conversation”, Studia Phonetica 38, 118-128.

Aijmer, K. (2002) “The Adjuster Sort of ”, in English Discourse Particles: Evidence from a Corpus, Studies in Corpus Linguistics, Amsterdam: Benjamins, 175-209.

Biber, D., et al. (1999) Longman Grammar of Spoken and Written English, Pearson Education.

Bybee J., et al. (1994) “The Evolution of Grammar, Tense, Aspect, and Modality”, The Languages of the World, Chicago/London: University of Chicago Press.

Bybee, J. (2001) Phonology and Language Use, Cambridge: Cambridge University Press.

Chafe, W. (1982) “Integration and Involvement in Speaking, Writing and Oral Literature, Analysing Discourse, edited by Tannen, D., Washington DC: Georgetown University Press.

Crystal, D., and D. Davy. (1975) Advanced Conversational English, London: Longman.

Davidse, K., et al. (2010) “Subjectification, Intersubjectification and Grammaticalization”, Topics in English Linguistics, series 66, Berlin: de Gruyter.

Davidse, K., et al. (2008), “Type Nouns Uses in English NP: a Case of Right to Left Layering”, International Journal of Corpus Linguistics, vol. 13: 2, 139-168.

De Smedt L., et al. (2007), “NP-Internal Functions and Extended Uses of the “Type” Nouns Kind, Sort, and Type: Towards a Comprehensive, Corpus-based Description”, in R. Facchinetti et al. (eds) Corpus Linguistics 25 Years on. Amsterdam: Rodopi, 227-257.

Denison, D. (2002), “History of the Sort of Construction Family”, Paper presented at ICCG2: Second International Conference on Construction Grammar, Helsinki.

Denison, D. (2005) "The Grammaticalisations of Sort of, Kind of and Type of in English", New Reflections on Grammaticalization (NRG) 3, University of Santiago de Compostela.

Gries, S. T. and C. David. (2007) “This is Kind of/Sort of Interesting: Variation in Hedging in English”, Towards Multimedia in Corpus Linguistics. Studies in Variation, Contacts and Change in English 2, University of Helsinki.

Huart, R. (1998) “Stressed Prepositions and the Expression of Otherness”, in Deschamps, A., Duchet J.L., Ballier, N. (eds.), Neuvième colloque d’avril sur l’anglais oral, Université Paris-Nord, 2006.

Komar, S. (2007) “The Interface between Intonation and Function of Discourse Markers in English”, in Komar, S. & Mozetic (Eds) Studies in the English Language and Literature in Slovenia, Ljubljana: Elope, 44-55.

Lakoff, G (1972) “Hedges: a Study in Meaning Criteria and the Logic of Fuzzy Concepts”, in Paper from the Eighth Regional Meeting, Chicago Linguistic Society, Peranteau Paul M., Judith N. Levi and Gloria C. Phares (eds), Chicago: Chicago Linguistic Society, 183-227.

Lin, P. M. S. (2010) “The Phonology of Formulaic Sequences: A Review”. In D. Wood (Ed), Perspectives on Formulaic Language: Acquisition and Communication, London: Continuum, 174-193.

Margerie, H. (2010), “On the Rise of (Inter)Subjective Meaning in the Grammaticalization of Kind of/Kinda”, in Davidse et al.(eds) (2010) “Subjectification, Intersubjectification and Grammaticalization”, Topics in English Linguistics, series 66, Berlin: de Gruyter, 315-346.

Quirk, R., et al. (1972) A Grammar of Contemporary English, London: Longman.

Traugott, E.C. (1997) “The Role of the Development of Discourse Markers in a Theory of Grammaticalization”, Paper presented at ICHL XII, Manchester 1995.

Wichmann, A. (2005), “Prosody and Discourse: a Diachronic Approach”, Proceedings of the IDP05 International Symposium on Discourse-Prosody Interfaces, Aix-en-Provence.

Top of page

Annex

Sort of/Kind of: réalisations prosodiques

AUD1. DISABILITY_DEBENHAMS - BBC Radio 4, You and Yours, 01/08/05
Now, I said that I found that unacceptable. It’s embarrassing to be dealt with like that because it draws attention to the fact that I am disabled. No- Not only that but it doesn’t allow me to browse properly on my own, like anybody else can, and therefore you sort of feel under more pressure to buy something if somebody’s sort of taken all the sort of so-called trouble to… carry things to you and you only really wanted to have a look.

AUD2. SHARE THE CARE - BBC Radio 4, Woman’s hour, 19/03/09
-and what sort of people tend to volunteer as carers?
-all kinds of people actually. We have..-we’re particularly appealing to people who have a background in working with disabled children...because it’s obviously quite difficult to find carers for children who have really complex health needs or…autism but also I mean we have erm children who erm maybe want a befriender so we have young people students volunteering to take children out into the community just doing things that teenagers do.

AUD3. DAVID CAMERONBBC Radio 4 Choice – 22/02/08
I was pleased in a way that he should be interested in social justice that he should be interested in poverty they have said it’s an aspiration to – try to stick to labour’s very very hard child poverty target and that’s all to the good so the fact that he wanted to be seen to be the sort of person who was concerned about the kinds of social justice issues that I often write about seem to me only good news how much good faith is a different question.

AUD4. KATHLEEN TURNER – BBC Radio4 Midweek, 5/03/08 – The Film World
- A huge setback sixteen years ago or so when you got ill you got really serious arthritis not just a little stiffness but they thought you’d be in a wheelchair
- Yeah they did in fact they told me I’d never get out of it uhm …it-it’s a very difficult disease it’s very very difficult and now of course they have some ...fantastic drugs that if you are diagnosed early enough you never have to have the sort of damage that was that was done to my body I have what I call … kind of jokingly though, it’s not funny, my annual operation. Every October I have my knees or my feet or my elbow or whatever operated on so that I can get back to work by January ....you know I’m .... kind of sick of that.

AUD5. MARCUS GARVEY- BBC Radio 4 Great Lives, 01/02/11
It brings us to ....I guess an awkwardness...about Garveyism, and that that was, well, it’s encapsulated in his slogan “Race ..first”... “Africa for the ...the Africans”, there is a sort of racism.

- Well, in the same way that that again Delanay was saying Ireland for the Irish.

AUD6. WOMEN IN BUSINESS - BBC Radio 4, Woman’s hour, 10/02/11
We look after the whole strategy of the business and its its promotion ..erm and basically how it grows, we’re growing internationally now as well as ..erm across the UK and it’s-it’s freed us up from ..the day-to-day ...detail ...of ...every single bit of the business which as the business owner-manager you do kind of want to hang on to ...so it’s quite hard to let it go erm... but having done that it means we’ve been able to move forward with ...our business and our range of products ...much much faster.

AUD7. MEMES AND GENES – BBC Radio 4, Start the Week, 24/01/11
You know, this idea that memes are the cultural equivalent of genes and you, they they’re inherited and passed on if they’re strong enough and I just wonder if there’s a sense that [trouble is memes are myths] well it’s a little bit debatable, let’s just assume th-that they-they kind of exist and I was just wondering if there’s some elements of a culture that have been passed on still I was thinking for instance of Bevan and the NHS and the postwar you know the idealism of the postwar, that was a kind of utopianism.

AUD8. AVA GARDNER- BBC Radio 4 Great Lives, 27/08/13
Born on a tobacco farm in North Carolina, died in a flat in London in nineteen ninety, at the age of sixty seven. In between, a life of sex, scandal, profanity and bad behaviour. She drank, she swore, she rowed in public and she danced on tables. She went to bed with strangers, co-stars and other women’s husbands. She drove Franck Sinatra to attempt suicide. She didn’t seem to care what anybody thought of her.
Ava Gardner was also...sort of... an actress. Some say a good actress, she starred in some good films and some not very good fims but her acting talent isn’t really the main thing about her. I don’t like to utter that horribly overused word ‘iconic’, but she was the Hollywood sex symbol of her day.

Top of page

Notes

1 La définiton de Lakoff sert de point de départ à Aijmer: « Hedges refer to words whose job it is “to make things fuzzier or less fuzzy » (Lakoff 1972: 195 cité dans Aijmer 1984, 2002).

2 Aijmer (1984 : 126) « A filler is an element in the sentence with the function ‘to fill the silence and maintain the speakers’ right to speak’ (Brown 1977: 109) ».

3 La plupart des auteurs relèvent un emploi plus fréquent de sort of par rapport à kind of en anglais britannique. En anglais américain, l’emploi de kind of prédominerait par rapport à sort of (Biber et al. 1999, Gries et David 2007). Aijmer relevait déjà en 1984 un emploi majoritaire de sort of au détriment de kind of dans le London Lund Corpus constitué en 1980, une tendance toujours observée par Biber et al. en 1999 et par Gries et David en 2007.

4 A cette occasion, nous remercions l’ensemble des membres du réseau pour nos échanges fructueux et en particulier Ruth Huart pour ses conseils lors de la relecture de cet article.

5 Aijmer (2002 : 190) « the distribution over text type suggests that there is a kind of mutual dependence between sort of and informal conversation ».

6 « phonetic bulk » Bybee et al. 1994, « bondedness » Traugott 1997, « phonetic attrition » Denison 2005 et Wichmann 2005.

7 Cf. La frequency-based approach de Bybee (2001) : « High frequency items are also subject to reduction of meaning (bleaching, habituation) and emancipation (i.e. disassociated from the original motivation) ».  

8 Wichmann (2005 : 9) : « I have shown that items undergo a process of grammaticalisation losing their semantic weight and acquiring grammatical or pragmatic meaning, so they are less likely to be prosodically prominent, i.e. more likely to be associated with minimal prosodic gestures, and also to be phonetically reduced ».

9 Ce qui pourrait aussi être rapproché de la coalescence de la préposition of dans cuppa.

10 Aijmer (2002 : 192) parle de cette nécessité de combler le différentiel entre idée visée et expression linguistique : « adjust the mismatch between a thought and its linguistic representation ».

11 Wichmann (2005 : 6) fait référence à une de ses futures publications portant sur « please » dans des contextes emphatiques. Elle indique aussi : « It is far more likely for hedges to be incorporated in the same intonation phrases as the part of dicourse they are referring to. As such they are either completely unstressed (14) or they may be part of the pre-nuclear segment (15), and sometimes even carry the nuclear tone (16) ».

12 Ou « species nouns » pour Biber et al. (1999 : 255-256) qui citent : class, kind, make, sort, species et type. Ils indiquent que ces termes fonctionnent grammaticalement comme des noms dénombrables, et qu’ils peuvent s’associer à des indénombrables ou des dénombrables, pour lesquels il y a généralement accord en nombre (all kinds of things) même si ce n’est pas toujours le cas (What sort of things are effects ?, ou Thieves tended to target certain types of car he said).

13 Margerie (2019 : 317) : « Semantically, the noun primarily evokes a cluster of items grouped together on the basis of shared properties, of a likeness ».

14 Aijmer ( 2002: 175) : « nominal head with propositional meaning ».

15 Elle distingue cependant deux fonctions possibles : evidential hedge et interpersonal/affective function.

16 Il donne pour exemple « But it I suppose it’s as a that’s a sort of holiday, kind of doing you know nothing but sitting around  » et « When thanks is not forthcoming we feel a kind of emptiness » (Denison, 2002 et 2005). Dans ces deux cas, il indique que le terme type ne pourrait pas être utilisé et que c’est le N2 qui fonctionne comme tête du syntagme nominal.

17 Quand sort of/kind of sont employés avec des déterminants anaphoriques pluriels du type (these/those/all) par exemple « I mean I don’t associate you with uh you know one of these sort of skills like like driving » (Denison 2002 : 3).

18 L’auteur cite dans son corpus « Well there, there are these sort of practical problems of payment etcetera » (Ibid.)

19 Dans le même extrait de corpus, l’auteur trouve « What sort of units trusts they are » et « what sort of areas they’re invested in ». Aijmer (2002: 177) : « The nuclear tone on sort is a strong indication that sort of means ‘type of’. However the unstressed sort of can also refer to ‘type’ as in ‘sort of areas’ ».

20 Lin (2010: 174) : « Describing the prosodic patterns of formulaic sequences is a complex task because prosody itself is conditioned by many aspects of context, including neighbouring words, syntactic and lexical structure, semantic focus and emphasis, discourse factors and so on. ».

21 Aijmer (1984: 120) : « It is likely that the phrase ‘sort of’ is basic and that it has developed into an unanalysable single lexical unit ‘sort of’. Sort of has undergone a phonological reduction (>sɔːtƏ) sometimes indicated by spelling: ‘sorta cf. ‘kinda’). »

22 Ils citent (2007: 230) une étude des années trente Kruisinga (1932: 397) : « the subordination of sort, kind, manner also influences their stress. As a modifier the type noun is typically only medium-stressed ».

23 Aijmer (1984 : 123) : «  the speaker can also use sort of to indicate that he wants a conversation in which personal experiences, feelings, attitudes are more important than facts and exact descriptions. Thus sort of is common in personal narrative in which a person wants to convey an experience, feelings or an attitude. The speaker uses sort of at the stages of the narrative where he does not want to or cannot specify something fully but only wants to suggest the richness of the real experience ». Par ailleurs, Biber et al. (1999 : 257) justifient ainsi la haute fréquence de sort of/kind of en conversation : « The association of the vagueness marker sort of with conversation fits in with the general focus on personal involvement rather than informational precision. »

24 Les conventions typographiques adoptées sont les suivantes : syllabes recevant une saillance prosodique en gras et direction du contour prosodique sur l’unité représenté par une barre oblique.

25 Cette construction pourrait être rapprochée de ce que Denison (2002) et Smedt et al (2007) désignent par « postdeterminer use ».

26 De Smedt et al. (2007 : 235) : « Semantically, type nouns in modifier position no longer mean ‘(sub)class’, but more something like ‘qualitative variant’ ». Margerie (2010) souligne aussi la valeur de « gradient » exprimée par kind of.

27 La glose par « such deterrent » est également proposée par Davidse et al. (2008 : 154) dans le cas d’une référence cataphorique : « We have to develop exactly the kind of deterrent strategy for biological weapons as has worked so well for nuclear weapons in the past » .

28 Contrairement à ce que la même énonciatrice produit plus tard « I call….kind of jokingly ».

29 Smedt et al. (2007 : 244) : « In general, the nominal qualifying construction with sort of/kind of is, as pointed out by Denison (2002), concerned with the relation of its referent to the categorisation used in N2-position. The speaker can, for instance, be ironic about the categorisation or show uncertainty about the category used ».

30 Ceci est à rapprocher de l’analyse de Aijmer (1984 : 122) : « Sort of conveys that the speaker uses the word in the widest possible sense compatible with its extension or in a non-typical way ».

31 Aijmer (2002: 193): cite Holmes pour cette idée de périphérie d’une notion : « sort of signals that the head word is not to be taken literally but is a gesture in the direction of the intended meaning (Holmes, 1988a: 97) ».

32 Denison (2002: 11) : « the qualifying construction is in effect about the nature of membership of the class of N2, that is, it can be used to refer to a ‘possible’, ‘arguable’, or a ‘peripheral’ member of the class ».

33 Aijmer (2002 : 179) cite aussi Chafe (1986 : 270) : « the match between a piece of knowledge and a category may be less than perfect ».

34 Ceci semble aller à l’inverse de l’absence de prise en charge mentionnée par Aijmer (1984) « sort of is a convenient device […] if the speaker wants to disclaim responsability for what he says ».

35 Cf. la fonction d’alerte à laquelle fait allusion Aijmer (2002 : 180) : « When a speaker expresses himself in an imprecise or approximate way, a warning may be given to the listener that some adjustment needs to be made in order to interpret the speaker’s intention ».

36 Margerie (2010 : 320) souligne aussi l’intersubjectivité de kind of/sort of avec lesquels l’énonciateur peut signaler son souci de prendre en compte la position (projetée) de son co-énonciateur. Elle utilise précisément des termes comme awkwardness, awareness ou face-threatening.

37 On pourrait rapprocher cet exemple de ce que Aijmer (2002 : 199) appelle l’affective/interpersonal use dont l’une des fonctions est d’éviter ou de limiter le désaccord, avec pour effets recherchés : « hedging strong opinions », « hedge an extreme ».

38 Gries et David (2007) indiquent que l’appartenance à une catégorie ne se fait pas nécessairement selon la règle du tout ou rien, mais que les degrés d’appartenance à une catégorie peuvent varier considérablement.

39 Ceci est à rapprocher du lien que fait Aijmer  (2002 : 175) entre sort of, la valeur de vérité et l’évidentialité : « Lakoff drew attention to the theoretical importance of ‘hedges’, in particular the effect that they have on the truth conditions of the proposition with which they are associated. The effect of sort of cannot even be described in a two-valued system, where sentences are either true or false (Lakoff 1972 : 195) ».

40 Ce qui correspond à un registre haut pour la tessiture du journaliste.

41 Cf. pragmatic enrichment de Traugott (1997).

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1: AUD1 « ...and therefore you sort of feel under more pressure... »
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/270/img-1.png
File image/png, 34k
Title Fig.2: AUD2. « What sort of people tend to volunteer as carer? »
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/270/img-2.png
File image/png, 42k
Title Fig.3: AUD2. « All kinds of people actually »
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/270/img-3.png
File image/png, 48k
Title Fig.4: AUD3. « ...seen to be the sort of person who was concerned about the kinds of social justice issues that I often write about »
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/270/img-4.png
File image/png, 41k
Title Fig.5 : AUD4. “…you never have to have the sort of damage…”
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/270/img-5.png
File image/png, 60k
Title Fig.6: AUD5. « There is a sort of racism »
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/270/img-6.png
File image/png, 48k
Title Fig.7: AUD6 « …which as a business-owner manager you do kind of want to hang on to... »
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/270/img-7.png
File image/png, 51k
Title Fig. 8: AUD7 « ...let’s just assume that that that they they kind of exist... »
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/270/img-8.png
File image/png, 56k
Title Fig. 9: AUD8 « Ava Gardner was also..sort of...an actress ».
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/270/img-9.png
File image/png, 29k
Top of page

References

Electronic reference

Céline Horgues, « Sort of/kind of : réalisations prosodiques », Anglophonia [Online], 18 | 2014, Online since 10 October 2014, connection on 19 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/270 ; DOI : 10.4000/anglophonia.270

Top of page

About the author

Céline Horgues

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
celine.horgues@univ-paris3.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org