Skip to navigation – Site map

If you like et if you will : des marqueurs de discours ?

Anissa Dahak

Abstract

The aim of this paper is to present the results of a corpus study of the discourse markers if you like and if you will. After a discussion of their status as discourse markers, the article focuses on the contexts where they can be found. It appears that these markers can only be used in medial and final positions. The study of the corpus sheds some light on the various functions of these markers. This paper argues that if you like and if you will have two main functions. They are first used in lexical selection or rephrasing contexts. Secondly, they appear to be downtoning (hedging) markers in that they introduce some approximation in the discourse or mitigate arguments.

Top of page

Full text

Introduction

1Cet article présente les résultats d’une étude de corpus audio extrait de la radio britannique. Le discours spontané induit souvent une forte production de marqueurs de discours. Le corpus étudié en contient un certain nombre. Deux expressions (if you like et if you will), moins courantes que des marqueurs comme well ou I mean par exemple, ont retenu notre attention et font l’objet de l’analyse présentée ici. Dans cet article, il s’agira dans un premier temps de montrer qu’il s’agit de marqueurs de discours, en passant en revue les divers contextes où ils apparaissent (contexte syntaxique et profil acoustique), puis d’identifier certaines de leurs valeurs discursives.

1. Le corpus et les données

1.1. Le corpus

  • 1 BBC radio 4, www.bbc.co.uk, consulté le 08.03.2013.

2Le corpus qui sert de base à cette étude est double : il provient de deux émissions de la BBC radio 4. Le premier corpus est un extrait de l’émission « Start the Week » (dorénavant STW) du 24 janvier 2011, soit une durée totale de 41’38 minutes étudiées. L’émission, présentée par Andrew Marr, est décrite par la BBC1 comme étant « [a] weekly discussion programme, setting the cultural agenda every Monday ». Dans l’extrait retenu, Andrew Marr anime l’émission autour de quatre invités. Les expressions étudiées étant assez rares en général ainsi que dans cet extrait, il a semblé nécessaire d’étoffer le corpus afin de proposer une analyse qui s’appuie sur un plus grand nombre d’occurrences. Le second extrait est tiré de l’émission « Women’s hour » (dorénavant WH) du 10 février 2011, présentée par Jenni Murray. Il s’agit d’une émission au format « phone in » où des auditrices passent à l’antenne l’une après l’autre pour partager leurs expériences ou leurs opinions. Sur 42 minutes d’émission, le marqueur étudié apparaît chez une seule locutrice. Seule l’intervention de l’auditrice en question a été retenue pour compléter cette étude. L’extrait présente une durée de 3’50 minutes au total.

3La grande majorité des locuteurs de ces deux extraits sont précisément identifiés. L’auditrice de WH donne son nom, son âge (55 ans) et son lieu d’habitation (Norwich). On nous donne également le nom des quatre invités de STW (trois hommes et une femme) dont le renom est tel qu’une rapide recherche sur Internet2 permet d’évaluer leur âge au moment de l’émission : 56 ans et 63 ans pour deux d’entre eux, et au-delà de 50 ans pour les deux autres. Leurs origines géographiques sont très variées : Londres, Pays de Galle, Comté de Durham, Ecosse. Les deux journalistes, Andrew Marr et Jenni Muray, avaient 52 et 61 ans respectivement début 2011. Le premier est originaire d’Ecosse et a étudié à Cambridge, la seconde est originaire du Yorkshire. L’auditrice de WH est artiste et gère un Bed and Breakfast. Les invités de STW sont des philosophes, professeurs d’université, chercheurs et écrivains et discutent des ouvrages des uns et des autres et de leurs enjeux scientifiques et philosophiques. Les locuteurs étudiés sont donc au nombre de cinq (plus les deux journalistes), soit deux femmes et trois hommes. Ils sont tous âgés de plus de 50 ans et viennent de diverses régions de Grande Bretagne.

1.2. Les données

4L’observation détaillée des occurrences de marqueurs de discours révèle une répartition assez hétérogène des occurrences selon les locuteurs. Le tableau 1 ci-dessous donne le total des occurrences de sept des marqueurs présents dans le corpus par genre. Il apparaît que les hommes utilisent if you like et if you will plus que les femmes en nombre d’occurrences. Il faut cependant relativiser ce résultat brut en le rapportant au nombre total de mots prononcés dans le corpus par chaque locuteur (cf. la deuxième partie du tableau). Les femmes étant moins volubiles que les hommes dans ce double corpus, la fréquence d’usage de if you like est proportionnellement plus élevée pour les femmes (17,08) que pour les hommes (12,53).

Tableau 1 - Fréquences d’occurrences par genre

Fréquences en nombre de mots

genre

mots prononcés

I mean

you know

if you will

if you like

sort of

kind of

well

M

6456

12

34

2

6

13

32

22

F

1824

3

13

0

4

1

30

10

Total

8280

15

47

2

10

14

62

32

Fréquences pour 1000 mots

M

4545

15,16

45,02

4,27

12,53

14,95

41,62

13,78

F

1824

5,20

29,01

0,00

17,08

22,47

63,84

11,80

Total

6369

20,36

74,03

4,27

29,61

37,42

105,46

25,58

5Outre la variabilité de fréquence selon le genre, la répartition des occurrences par locuteur est également très hétérogène. En effet, l’un des marqueurs étudié, if you will, est utilisé par un seul locuteur (dans STW). De plus, ce même locuteur est à l’origine de 4 des 10 occurrences totales de if you like. Au total, on trouve ce marqueur chez 4 locuteurs différents.

Tableau 2 - Fréquences d’occurrences en nombre de mots

corpus

genre

locuteur

mots prononcés

I mean

you know

if you will

if you like

sort of

kind of

well

STW

M

AM

2030

3

2

0

0

7

4

6

M

DS

1406

3

8

2

4

1

7

5

M

JG

1503

2

2

0

2

3

3

3

F

KR

1109

2

9

0

1

0

23

6

M

PM

1517

4

22

0

0

2

18

8

 

Total

7565

14

43

2

7

13

55

28

WH

F

JM

89

0

0

0

0

1

0

0

F

RGH

626

1

4

0

3

0

7

4

 

Total

8280

15

47

2

10

14

62

32

6Les données ci-dessus montrent également que tous les marqueurs du tableau ne sont pas utilisés par tous les locuteurs et qu’ils le sont à des fréquences variables. On remarque, par exemple, que if you like et if you will sont absents du discours des deux journalistes qui présentent les émissions (AM et JM dans les tableaux). Ceci est assez comparable aux occurrences de you know qui n’est pas ou peu utilisé par les journalistes. Dans ce double corpus, les marqueurs étudiés sont globalement six fois moins fréquents que kind of mais à peine plus rares que I mean et sort of.

2. Ces expressions sont-elles des marqueurs de discours ?

  • 3 Jucker & Ziv (1998)

7Selon les auteurs et les cadres théoriques, on trouve une certaine variabilité dans l’appellation des marqueurs de discours. On distingue parfois sous l’appellation de marqueur de discours les particules de discours (Aijmer, 2002) ou particules pragmatiques (actually, really, sure, yeah, well), les expressions pragmatiques3 (des marqueurs de plusieurs mots tels you know, I mean) et les connecteurs (plutôt de type argumentatif tels because, but, so, therefore). Blakemore (2002) souligne cette variabilité terminologique et choisit de ne pas distinguer entre marqueurs de discours (discourse markers) et connecteurs (discourse connectives).

[I]t is difficult to know whether these are two labels for the same set of phenomena. (Blakemore, 2002 :1)

8De manière générale, tous s’accordent sur un point : les marqueurs de discours sont la contrepartie métalinguistique d’un emploi littéral, comme par exemple sort of et kind of qui ont d’une part un emploi dit « type of », identifiant une sous-catégorie, et d’autre part un emploi discursif, marqueur d’ajustement. Le propos sera ici de discuter des expressions if you like et if you will, plutôt que de débattre, par exemple, des valeurs qui permettent de distinguer des particules des connecteurs. Comme Blakemore, nous ne ferons pas de distinction entre particules de discours, connecteurs et expressions pragmatiques ; par convention, il y sera fait référence sous l’appellation de marqueur de discours.

  • 4 Jucker & Smith (1998), Aijmer (2002), Fox Tree & Schrock (2002)

9Les deux expressions if you like et if you will ne sont généralement pas répertoriées comme étant des marqueurs de discours. En effet, les marqueurs les plus fréquemment cités pour l’anglais dans les études consultées sur le sujet sont sort of, kind of, you know, I mean, actually, really, I think mais aussi like, just, right, so, well, et les question tags.4 Leur statut de marqueur de discours ne va pas donc de soi.

2.1. Définition de like et will

  • 5 www.collinsdictionary.com, consulté le 04.04.2013
  • 6 www.etymonline.com, consulté le 04.04.2013

10Afin de mieux cerner l’opposition sémantique entre un emploi littéral de ces expressions et un emploi métalinguistique, il semble nécessaire de commencer par la définition que donnent les dictionnaires de like et de will. La définition du verbe like dans le dictionnaire Collins en ligne5 contient 6 entrées. La troisième entrée est « to prefer or to wish », acception qui correspond à celle dans l’expression if you like. Le verbe will vient du vieil anglais *willan ou wyllian (en vieux saxon) dont le sens est à rapprocher de celui de wish, want ou desire.6 Il existe donc une synonymie évidente entre like et will dans ces expressions, qui justifie de traiter if you like et if you will ensemble. Soulignons au passage l’intérêt de la huitième section de l’entrée will du Collins reproduite ci-dessous. L’exemple qui sert à illustrer cette acception (proche de « wish ») est précisément l’expression if you will.

8. (with the infinitive always implied) used as an auxiliary to express desire: usually in polite requests: stay if you will

11Le commentaire sur le registre (« usually in polite requests ») dans la définition ci-dessus donne une certaine indication sur le niveau de langue où l’on trouvera cette expression, en l’occurrence dans un discours plutôt soutenu. Or l’un des stéréotypes qui entourent souvent les marqueurs de discours est précisément qu’on les trouve plutôt dans le discours familier, relâché.

According to Biber (1988:10), discourse particles (well, anyhow) and hedges (sort of) are characteristic of informal conversation and telephone conversation and have high scores on the dimensions of involvement and affect. (Aijmer, 2002: 33)
Several scholars have pointed out that there is a correlation between informal conversation and discourse particles (Biber 1988; Östram 1982; Hansen 1998, chapter 5). (Ajimer, 2002: 34)

  • 7 Cité par Aijmer (2002 : 33).

12On sait cependant que selon les types de texte, on ne trouve pas les mêmes marqueurs. Le marqueur just par exemple est plus fréquent à l’oral que son synonyme simply qui relève plutôt de l’écrit (Aarts, 1996 : 215).7 De même, il existe une différence entre le dialogue et le monologue, ce dernier étant moins riche en marqueurs.

13Dans ce même dictionnaire, l’entrée suivante est une liste d’exemples contenant l’expression what you will. Celle-ci n’apparaît pas dans le corpus oral qui a été analysé dans la présente étude. Cependant, dans deux des quatre exemples de cette entrée dans lesquels will correspond bien au verbe et non à un auxiliaire suivi d’un verbe, l’expression apparaît après un verbe de parole.

(1)

I wanted to understand the psychology, you know, of repression, correction, call it what you will -- societal revenge. (Frank Kippax, The Scar)

(2)

Well, old soul, good muscle definition - call it what you will. (Jenny Colgan Looking for Andrew McCarthy, 2002)

14En (1) et (2), le verbe call renvoie clairement au choix lexical que l’énonciateur a fait et qui ne semble pas lui convenir. La succession de deux termes relevant d’un même champ notionnel révèle la difficulté de l’énonciateur devant la sélection lexicale, difficulté que confirme le commentaire métalinguistique call it what you will. Dans le dictionnaire en ligne Merriam-Webster,8 on retrouve justement le verbe call dans la définition donnée pour if you will, « if you wish to call it that », définition qui conforte l’hypothèse d’un emploi métalinguistique de l’expression, illustré par l’exemple fourni : « a kind of preoccupation, or obsession if you will — Louis Auchincloss ». Comme il apparaîtra dans l’analyse ci-après, les valeurs de if you like et if you will renvoient dans un certain nombre de cas à la question du choix lexical, soit pour reformuler des propos, soit pour indiquer un choix lexical inapproprié ou repris d’un autre énonciateur.

2.2. Deux structures syntaxiques

15La structure syntaxique, rapidement évoquée ci-dessus, est le premier élément qui permet de différencier les marqueurs des expressions if you like et if you will employées dans leur sens littéral. En effet, la valence du verbe like est multiple : il peut être à la fois transitif et intransitif. Cette première structure ne laisse aucun doute sur le sens du verbe et le fait que if you will ne correspond pas au marqueur de discours mais à une simple subordonnée conditionnelle.

(3)

[K68 S_interview_oral_history] he said we have decided that you will go on the detective staff on probation for a period of six months, and that means that if you like the detective staff and, and if the detective staff like you you will continue.

16Un second contexte ne laisse aucun doute sur l’interprétation : will peut être un auxiliaire suivi d’un verbe, ou bien le verbe (au sens de « wish, want ou desire »). Dans les cas où un verbe apparaît directement après will, il ne s’agit clairement pas du marqueur de discours mais d’un simple auxiliaire.

(4)

[KDJ S_conv] Er I wonder if you will use any of the things that I’ve talked to you about tonight?

17L’ambiguïté réside seulement dans les occurrences où like n’est pas suivi de complément et où will n’est pas suivi d’un verbe. Ainsi, entre des exemples issus du BYU-BNC9 tels que (5) et (6) ci-dessous, outre la rupture syntaxique en (6) entre exonerated et la copule à sa gauche, et, à sa droite, le groupe prépositionnel complément, le sens est un des critères qui permettent de distinguer entre l’emploi littéral et l’emploi de marqueur de discours. De plus, la répétition de la subordonnée conditionnelle avec le verbe want en lieu et place de like ne laisse aucun doute sur le sens de if you like.

(5)

[KBW S_conv] You can keep this if you like. (SP:PS08A) Right, thank you. (SP:PS089) You can have it if you want.

(6)

[FY7 S_interview_oral_history] So people were sort of you know, exonerated if you like, from their involvement in it.

18Dans ce dernier exemple, la présence d’autres marqueurs de discours (so, sort of, you know) conforte l’analyse de if you like comme étant un marqueur de discours qui participe à la construction de l’énoncé. En outre, if you like semble partager une autre particularité des marqueurs de discours. En effet, un des traits généralement présentés comme étant caractéristiques de nombre d’autres marqueurs de discours est qu’ils sont facultatifs dans le sens où ils ne sont pas assertifs et où leur contenu sémantique propre est assez restreint. Höckler, par exemple, mentionne ce point parmi les quatre qu’il propose :

Hökler (1991: 78-79) lists four basic features that characterise discourse markers (or pragmatic markers, as he calls them). (1) They do not affect truth conditions of an utterance; (2) they do not add anything to the propositional content of an utterance; (3) they are related to the speech situation and not to the situation talked about; and (4) they have an emotive, expressive function rather than a referential, denotative, or cognitive function. (Jucker & Ziv, 1998 : 3)

Alors que cela serait impossible en (5), on pourrait ainsi reformuler (6) comme suit sans pour autant affecter le cœur du propos :

(6’)

People were exonerated from their involvement in it.

Les marqueurs so, you know et sort of pourraient être effacés dans cet exemple. De même, if you like semble être facultatif et son absence ne modifie pas le contenu informationnel de l’énoncé.

2.3. La fréquence d’emploi et le genre

19Un second critère généralement invoqué pour identifier les marqueurs de discours est leur fréquence d’usage. Aijmer (2002), par exemple, soutient que celle-ci est plus élevée pour les marqueurs de discours (qu’elle appelle particules) que celles des autres mots et expressions.

The frequency of discourse particles sets them apart from other words in the language. (Aijmer, 2002: 2)

La fréquence étant un paramètre fondé sur la quantité et notre corpus étant somme toute assez petit (il contient un total de 8280 mots), il a été étoffé par une recherche complémentaire sur le BYU-BNC. Pour cette recherche, le corpus oral (« spoken ») du BYU-BNC a été exploré ; l’interrogation était formulée sans ponctuation : « if you like » et « if you will ». Le nombre de résultats de cette recherche a été comparé aux résultats d’une seconde recherche dans ce même corpus, également sans ponctuation, de quatre autres marqueurs présents dans le corpus issu de la BBC (« you know », « I mean », « sort of » et « kind of »). Cette comparaison révèle que if you like et if you will sont entre 3,6 (kind of) et 121 (I mean) fois moins fréquents que ces quatre marqueurs.

20Or cette différence de fréquence d’emploi n’apparaît pas dans le corpus étudié. Le nombre d’occurrences cumulées de if you like et if you will (12 occurrences) dans ce corpus est assez comparable à ceux de sort of et de I mean (14 et 15 occurrences respectivement).

Tableau 3 – Nombre d’occurrences de divers marqueurs de discours dans le BYU-BNC et le corpus étudié

I mean

you know

kind of

sort of

if you like

if you will

Corpus total

15

40

59

14

10

2

BNC

92758

30814

2762

11838

739

27

21Comme le montrent ces chiffres, non seulement le nombre d’occurrences de if you like et if you will est proportionnellement bien plus élevé dans le corpus étudié que dans le BYU-BNC, mais le nombre d’occurrences des autres marqueurs du corpus, en particulier kind of et I mean, n’est pas non plus représentatif de fréquences d’un corpus plus large. On trouve par exemple quatre fois plus de kind of que de I mean dans le corpus étudié alors que le ratio est presque inversé dans le BYU-BNC. Il semble donc que le nombre d’occurrences de if you like et if you will soit exceptionnellement élevée dans notre corpus. Il faut par ailleurs souligner que, comme mentionné plus haut, un des locuteurs de STW utilise if you like et if you will particulièrement souvent (6 des 12 occurrences) et qu’il est possible que cette habitude langagière relève d’un tic de langage.

22Le critère de fréquence, qui selon Aijmer permet d’identifier les marqueurs de discours, ne semble donc pas être pertinent pour if you like et if you will. On peut trouver deux raisons à ceci : soit ce ne sont pas des marqueurs de discours, soit ce critère n’est pas suffisant à l’identification des marqueurs de discours. Cette seconde position étant défendue ici, d’autres paramètres d’identification sont passés en revue ci-après.

23Aijmer évoque deux autres caractéristiques des marqueurs de discours, en l’occurrence au sujet du sens « affectif » (affective meaning) de sort of et kind of.

It is possible also that the affective sort of is a marker of ‘women’s speech’. (Aijmer, 2002:207).
Sort of / kind of and tags (and that sort of things / or something) are, for instance, also characteristic of the speech of adolescents to establish group feeling and social identity. (Aijmer, 2002: 182, nous soulignons)

24Ces stéréotypes, selon lesquels on trouverait des marqueurs de discours plus souvent dans le discours féminin que masculin et préférablement dans le discours des adolescents que des adultes, sont assez répandus. Or, les locuteurs du corpus étudié ne sont ni majoritairement des femmes ni des adolescents. En d’autres termes, les stéréotypes concernant le genre, l’âge et le registre (discuté plus haut) ne semblent à priori pas correspondre aux données du corpus. Les locuteurs à l’origine des marqueurs étudiés sont masculins pour moitié (sur cinq locuteurs étudiés, quatre utilisent if you like et/ou if you will, deux hommes et deux femmes), ils ne sont pas adolescents ni même de jeunes adultes (tous sont d’âge mûr : plus de 50 ans), et le discours est plutôt élaboré et d’un registre relativement soutenu dans STW. L’Oxford English Dictionary qualifie d’ailleurs de « obsolete » l’expression if you like, signe qu’elle relève sans doute plutôt d’un style recherché. Dans WH, le registre est un peu plus relâché et le discours se fait plutôt sur le ton de la confidence, sans pour autant être familier. Les données de ce corpus semblent donc contredire certains stéréotypes. Rappelons toutefois que ce corpus n’est que peu représentatif du fait du petit nombre total de locuteurs et l’effet du genre et de l’âge sur la fréquence de if you like et if you will serait à confirmer par un corpus plus large.

25Dans leur ouvrage de 1998, A. Jucker et Y. Ziv posent également la question de l’identification des marqueurs de discours dans une langue donnée. Ils reviennent sur les propositions de Brinton (1996) et synthétisent ses arguments en une liste détaillée et ordonnée.

Tableau 4 – Traits caractéristiques des marqueurs de discours

Phonological and lexical features:

a)

They are short and phonologically reduced.

b)

They form a separate tone group.

c)

They are marginal forms and hence difficult to place within a traditional word class.

Syntactic features:

d)

They are restricted to sentence-initial position.

e)

They occur outside the syntactic structure or they are only loosely attached to it.

f)

They are optional.

Semantic features:

g)

They have little or no propositional meaning.

Functional features:

h)

They are multifunctional, operating on several linguistic levels simultaneously.

Sociolinguistic and stylistic features:

i)

They are a feature of oral rather than written discourse and are associated with informality.

j)

They appear with high frequency.

k)

They are stylistically stigmatised.

l)

They are gender specific and more typical of woman’s speech.

Table 1: List of basic features of discourse markers (based on Brinton 1996: 33-35)

Jucker & Ziv, 1998: 3

26Selon les auteurs, les trois premiers niveaux de caractéristiques ci-dessus sont les plus déterminants, à savoir les caractéristiques phonologiques et lexicales, syntaxiques, et sémantiques. Ce dernier niveau a déjà été évoqué plus haut. Contrairement à Aijmer, les auteurs traitent les caractéristiques sociolinguistiques et stylistiques, par lesquelles nous avons commencé (le genre, le registre, la fréquence), comme étant secondaires dans l’identification des marqueurs de discours. Les remarques ci-dessus quant au registre et au genre des locuteurs de notre corpus vont dans le même sens : ces caractéristiques ne semblent pas déterminantes pour l’identification des marqueurs. La suite de cet article se concentre donc sur les deux autres caractéristiques évoquées, à savoir, la position syntaxique et les propriétés phonologiques des marqueurs, pour aboutir à une description de leur valeur linguistique.

2.4. Position et portée syntaxiques

27Les marqueurs de discours ont le plus souvent une grande liberté de position dans la phrase : au début, au milieu ou à la fin.

Discourse particles can occupy several positions in the utterance depending on the information structure: as ‘themes’ (in the pre-front field), as ‘insertions’ at different positions in the utterance and as ‘tails’ or afterthoughts (in the post-end field […]). (Aijmer, 2002: 30)

En fait, cela dépend pour beaucoup des marqueurs eux-mêmes. C’est le cas par exemple de you know ou de actually. Gray (2012), qui rappelle les valeurs de ce dernier et de really en fonction de leurs positions dans l’énoncé, précise que sur 100 occurrences de ces marqueurs dans le corpus oral du BYU-BNC, 80 actually et 74 really sont en position médiane. La flexibilité de positionnement syntaxique des marqueurs semble donc relative. Mais contrairement à ce que propose Brinton, les marqueurs ne sont pas limités aux débuts de phrases. Dans les deux documents du corpus, on trouve bien if you like et if you will dans diverses positions syntaxiques : en positions médiane et finale, mais jamais en tête d’énoncé comme premier élément d’une première prise de parole.

28Les rares exemples en position initiale (non stricte) dans le BYU-BNC correspondent en fait à une reprise de parole, souvent avec un ajustement ou une reformulation de ce qui a été dit par l’énonciateur lui-même ou par un co-énonciateur.

(7)

[K6J S_classroom] So ten to the nought point nought three, is the hundredth root of Find the hundredth root of ten and then cube it. (laugh) (SP:K6JPS000) Yeah. (SP:PS5LU) Or if you like, cube ten then find the hundredth root of that.

29L’occurrence ci-dessous est un exemple en fin d’énoncé de if you will du corpus oral extrait de la BBC. Contrairement aux exemples finaux et tirés du BYU-BNC, dans lesquels les marqueurs sont directement suivis d’un changement de tour de parole, les indices signalant la fin de l’énoncé en sont ici la prosodie (chute intonative) et l’introduction d’un nouvel argument (cf. « but »).

  • 10 Les transcriptions du corpus ne contiennent aucune forme de ponctuation. Les pauses y sont notées p (...)

(8)

[DS] there were theories of workers’ control nationalisation all all the familiars if you will but what happened in Tonypandy… broke erm the accepted bounds10

(9)

[KCG S_conv] (SP:PS19U) Ah look at them (pause) (SP:PS19L) there, I don’t know, I don’t know what you’re gonna do, cos whatever it is you’re not doing it, it’s just letting time go by aren’t ya, treading water if you like. (SP:PS19U)

(10)

[GYV S_interview_oral_history](SP:PS2A3) I wonder if you could describe that in about er for the layman if you like. (SP:PS2A2)

  • 11 Les adverbes de phrases, marqueurs de discours, peuvent également constituer leur propre groupe int (...)

30La fréquence fondamentale (F0) telle qu’elle apparaît sous Praat (Image 1, ci-dessous) montre bien que le marqueur se trouve en fin de groupe intonatif, sur une plage basse typique des queues intonatives. If you will ne constitue pas ici sa propre unité intonative et ne porte pas non plus l’accent nucléaire. Ceci semble être en contradiction avec les caractéristiques présentées dans le tableau 4 ci-dessus selon lesquelles un marqueur de discours constitue sa propre unité intonative. Or, d’autres marqueurs en position finale, tel l’adverbe « actually », ne portent généralement pas le noyau intonatif et sont souvent produits sur une plage basse.11

Image 1 - F0 et intensité de [DS]

Image 1 - F0 et intensité de [DS]

31Dans ces exemples finaux, le marqueur porte nécessairement sur ce qui le précède. En position médiane, les contextes syntaxiques sont plus variés et la portée du marqueur peut être double. Le marqueur peut porter sur ce qui précède. C’est le cas en (15), où le marqueur se trouve, comme ci-dessus, en queue de groupe intonatif, en plage basse, après un élément fortement focalisé : il est précédé d’une pause et porte le noyau intonatif.

Image 2 - F0 et intensité de [JG]

Image 2 - F0 et intensité de [JG]

32Mais en position médiane, le marqueur peut également porter sur ce qui suit (exemples de (11) à -14)). On les trouve entre deux éléments syntaxiques de même nature : deux groupes nominaux ou deux groupes verbaux, généralement coordonnées.

(11)

[DS] it breaks apart because of the pressures and if you like the massification and then

(12)

[DS] that’s what upset Edwardian Wales but also if you like moderate socialists like Keir Hardie who incidentally also was a spiritualist in 1915 erm

(13)

[KR] and when we create objects in our society we’re always downloading or if you like … writing down as err my friend said our consciousness or creating things

33Enfin, on peut aussi les trouver au sein même d’un groupe, entre des éléments syntaxiques liés : entre le verbe et son complément ou entre l’ensemble déterminant - quantificateur et le nom. En position médiane, le marqueur peut porter sur les éléments à sa droite, comme en (14), ou à sa gauche, comme en (15).

(14)

[DS] Yes it deeply implicated erm the whole if you like class integration and that’s what upset Churchill

(15)

[JG] it’s sort of encrypted… in modern life because with the retreat of religion which… contains if you like elements of magic

34Les occurrences de ces marqueurs dans le BYU-BNC en position médiane présentent la même diversité de contextes que ceux du corpus audio étudié. Ainsi, if you like apparaît parfois entre un GN et son complément prépositionnel et même entre des éléments censés avoir un lien syntaxique fort. En effet, on trouve if you like entre to et la base verbale ou entre l’auxiliaire et le verbe.

(16)

[FUJ S meeting] You see if you’re selling in a magazine or on television or anywhere, you don’t talk about what you’ve done, other than to if you like exaggerate the point.

(17)

[H49 S meeting] And then there would be a few more trees around the, the back area if you like of the erm er marketplace.

(18)

[F88 S lect soc science] what we’re gonna do for the second part of the morning is to look, if you like at the tourism application for the determinants of demand.

(19)

[F7A S meeting] Erm and we are now, if you like, putting it into a form which anyone (pause) can use irrespective of whether they they have done the training.

35Cette grande variété de positions syntaxiques, en particulier là où même un adverbe ne serait pas admis, comme en (14) ou en (17), est un argument fort en faveur d’un traitement de if you like et if you will comme étant des marqueurs de discours. Seuls d’autres marqueurs, tel you know, pourraient apparaître dans ces positions. Le critère syntaxique est donc un paramètre d’identification fort, et nous sommes d’accord avec Brinton (1996) et Jucker & Ziv (1998) sur ce point. Mais les marqueurs de discours apparaissent régulièrement dans des positions, comme en (11) après une conjonction, où d’autres éléments, des adverbes par exemple, sont possibles. Dans ces contextes, la position syntaxique seule ne permet pas de lever l’ambigüité d’un emploi littéral ou discursif. Bien que déterminante dans les exemples ci-dessus (en position médiane), la structure syntaxique ne peut donc être suffisante à l’identification des marqueurs de discours.

3. Valeurs discursives des marqueurs

36Dans certaines occurrences, ni la syntaxe ni la prosodie ne permettent de déterminer la portée du marqueur. Mais le contexte le permet. C’est notamment le cas de l’exemple (14) dans lequel if you like, qui est en position médiane, constitue sa propre unité intonative (Image 3). Le contexte élargi, qui inclut la question du journaliste, est donné en (20).

(20)

[AM] a lot of these shopkeepers were were renting out properties at exorbitant rates it was it was it was an irruption against the whole system

[DS] Yes it deeply implicated erm the whole if you like class integration and that’s what upset Churchill was the Home Secretary troops did come to Tonypandy that’s what upset Edwardian Wales but also if you like moderate socialists like Keir Hardie who incidentally also was a spiritualist in 1915 and and the frozen moment Andrew was erm you know we were celebrating Tonypandy if you will in Wales last year

Image 3 - F0 et intensité de [DS] (14)

Image 3 - F0 et intensité de [DS] (14)

37Dans cet exemple, l’élément qui précède directement le marqueur est une reprise de l’un des termes de la question de [AM] (en (20) ci-dessus) : the whole system. L’énonciateur modifie partiellement les éléments fournis par le co-énonciateur. En effet, il reprend le quantificateur whole, mais il ne le prend pas en charge et propose un terme alternatif à celui fourni par le journaliste, en l’occurrence class integration au lieu de system. Le marqueur if you like permet d’introduire un contenu différent, plus précis en l’occurrence, tout en maintenant un lien avec les propos précédents par le biais d’un appel aux connaissances partagées (de la discussion en cours). L’énonciateur donne ainsi l’impression de prendre en compte le point de vue du co-énonciateur en reprenant ses propos pour ensuite les ajuster et introduire son propre discours. Deux fonctions apparaissent donc ici : la reprise d’une part et la reformulation d’autre part.

38Le corpus oral de la BBC, ainsi que le BYU-BNC, contiennent d’autres occurrences de reprise. C’est le cas de l’exemple (15) redonné ci-dessous avec un contexte élargi.

(21)

[AM] it also seems that every time there is a scientific advance the sort of innate erm poetic religious erm aspects of our personality you want to seize it and extend it endlessly erm to some sort of ...erm death-cheating transcendence

[JG] I suppose the basic project of magic is to overleap natural boundaries transgress them so that we are more powerful er not mortal er and we can have all the good things without any of the bad things and as Dai has pointed out erm many of the ideas of some of the ideas of robotics and many subsequent ideas have that characteristic and I’d say that the confusion of science with magic is not a sort of ailment of our culture that we can hope to cure it’s sort of encrypted in modern life because with the retreat of religion which contains if you like elements of magic the idea that we can somehow come back… with our own bodies but they’re better bodies and in a different world but without all the sorrows of this world and so on these are kind of half magical ideas

Le cœur de la conversation entre AM et JG est la magie, la religion étant introduite dans la question à l’origine de cet énoncé. JG fait le lien entre ces deux notions. Le marqueur if you like permet alors à l’énonciateur de reprendre des termes, qu’il ne sélectionne donc pas, et de les associer en prenant soin de ne pas offenser quiconque. Il est clair que le rapprochement entre magie et religion peut être mal interprété et être sujet à controverse. Le recours au marqueur permet alors à l’énonciateur d’atténuer la force de son propos grâce à la valeur euphémique du marqueur (Aijmer appelle cette fonction downtoning). Mais que veut dire « atténuer » ici ? L’énonciateur introduit un certain degré d’imprécision autour de la notion de « contain », que ce soit parce que le terme ne lui convient pas tout à fait ou simplement, comme tactique linguistique, pour maintenir une certaine connivence avec le co-énonciateur malgré la reformulation.

39Les occurrences du marqueur if you like sont fréquentes en cas de reformulation en cours de construction du discours ou en cas de recherche lexicale. Dans les exemples suivants, if you like apparaît dans un contexte d’auto-correction, le deuxième terme étant à substituer (en (22) et (23)) ou à ajouter (en (24)) au premier. On remarquera que quelques marques d’hésitations (répétitions et « err »), ainsi que d’autres marqueurs de discours caractéristiques des phases de construction du discours, sont alors également présents (you know, kind of, let’s say).

(22)

[DS] whereas if you look at it in a in a different if you like in a in a longer time span let’s say from the 1890’s to the 1920’s

(23)

[RGH] so I was working as an artist quite successfully but the credit crunch saw that off really and so I decided to open up my home... as an artist house so I kind of had a... a take a particular angle if you like and I’ve done it on my own and err… had to kind of fund it the best I could really with just bits of saving and going overdrawn

(24)

[RGH] I felt that there was a huge discrepancy in the kind of outlook of... err life if you like you know and life-experience

Dans l’exemple (22), in a longer time span est sous la portée de if you like, qui le précède. De manière générale, les marqueurs de discours ont une fonction métalinguistique en ce qu’ils donnent des outils d’interprétation au co-énonciateur. Ici, le marqueur est un signal pour comprendre ce qui le suit comme devant remplacer le premier terme different, assez vague, par longer qui est plus précis. Il permet d’éviter l’ambiguïté que susciterait une simple juxtaposition des termes different et longer qui pourrait laisser croire à une accumulation des notions, plutôt qu’une substitution du premier par le second.

40En (23), les termes à l’origine de l’hésitation sont en quelques sortes encadrés par deux marqueurs. Il semble que cette co-occurrence de marqueurs, plutôt que d’opposer des valeurs distinctes, accumule au contraire des valeurs proches ou même communes. En effet, kind of est un marqueur d’approximation ; if you like, comme il vient d’être suggéré, introduit également une forme d’approximation autour de la notion sur laquelle il porte. Ces deux marqueurs entrent dans la catégorie des hedge markers (Aijmer, 2002). L’énonciateur substitue a particular angle à a take mais indique son insatisfaction face à ce choix lexical et ne le prend pas en charge.

41En (24), on trouve également des marqueurs de part et d’autres de la reformulation : l’accumulation de marqueurs se fait avec kind of qui précède le groupe nominal et you know directement à la suite de if you like. Le marqueur you know est particulièrement fréquent dans des contextes de recherche lexicale et de correction (Fox Tree & Schrock, 2002). Il permet à l’énonciateur de faire appel aux connaissances supposées du co-énonciateur et de le laisser ajuster, corriger le terme en question. Comme en (23), il semble qu’une des fonctions de if you like soit aussi de faire comprendre au co-énonciateur que le terme sélectionné ne correspond que partiellement à ce qu’il souhaite exprimer : il marque l’absence de prise en charge par l’énonciateur.

(25)

[DS] and the frozen moment Andrew was erm you know we were celebrating Tonypandy if you will in Wales last year

42On retrouve les valeurs identifiées ci-dessus en (25) avec le marqueur if you will. Dans cet exemple, c’est la relation prédicative celebrating Tonypandy qui est encadrée de deux marqueurs. Le marqueur if you will introduit de l’approximation (celebrate n’étant pas le terme exact pour évoquer la commémoration de révoltes ouvrières) mais aussi l’absence de prise en charge. L’énonciateur ne veut offenser personne par ce choix maladroit et atténue la force de ce terme à l’aide du marqueur.

4. Bilan

43Dans cette étude, il est clairement apparu que les expressions if you like et if you will ont un fonctionnement caractéristique des marqueurs de discours et peuvent être considérés comme tels. Malgré quelques différences (registre, âge), ils partagent avec d’autres marqueurs un certain nombre de traits : ils sont interprétés selon divers paramètres de façon littérale ou métalinguistique, ils sont facultatifs, ils apparaissent souvent en collocation avec d’autres marqueurs, ils peuvent apparaître dans des positions syntaxiques propres aux marqueurs de discours. Nombre de critères d’identification ont été convoqués.

44La définition qu’en donnent Jucker & Ziv couvre les diverses fonctions qui ont pu être observées pour ces marqueurs.

[D]iscourse markers are a way for conversationalists to negotiate their common ground. They do not convey information directly but they issue instructions and provide advice as to how information is being processed or is to be processed. (Jucker & Ziv, 1998 : 197)

45Il est ressorti de cette étude que les marqueurs if you like et if you will sont présents dans deux types de contextes : en cas de reprise de termes fournis et lors de la construction du discours. Il existe certainement des différences entre if you like et if you will. Le petit nombre d’occurrences dans le corpus audio étudié ne permet pas pour le moment de les identifier. Il semble cependant clair que ces deux marqueurs ont un nombre de valeurs communes. Leurs fonctions discursives restent à peu près les mêmes indépendamment du contexte, notamment leurs valeurs d’atténuation et d’approximation. L’utilisation de ces marqueurs dans les reprises indique une absence de prise en charge qui permet à l’énonciateur de reformuler les éléments repris. La fonction d’approximation que l’on a pu observer dans les exemples de recherche lexicale se retrouve également en cas de reformulation et permet d’atténuer l’affront potentiel que suppose une reformulation.

46Les recherches sur ces deux marqueurs doivent se poursuivre, notamment pour pouvoir prendre position quant à l’effet du genre et du type de discours sur leur fréquence d’emploi.

Top of page

Bibliography

Aarts, B. 1996. “The Rhetorical Adverb Simply in Present-Day English”. In Percy C., C.F. Meyer and I. Lancashire (eds). Synchronic Corpus Linguistics. Papers from the Sixteenth International Conference on English Language Research on Computerized Corpora. Toronto: 207-16.

Aijmer, Karin. 2002. English Discourse Particles. Amsterdam: John Benjamins.

Biber, D. 1988. Variation across Speech and Writing. Cambridge: Cambridge University Press.

Blakemore, Diane. 2002. Relevance and Linguistic Meaning, The Semantics and Pragmatics of Discourse Markers. Cambridge: Cambridge University Press.

Brinton, Laurel J. 1996. Pragmatic Markers in English, Grammaticalization and Discourse Functions, La Haye: Mouton De Gruyter.

Fox Tree, Jean E. and Josef C. Schrock. “Basic Meanings of You Know and I Mean”, Journal of Pragmatics 34 (2002): 727–747.

Gray, Mark, “On the Interchangeability of Actually and Really in Spoken English: Quantitative and Qualitative Evidence from Corpora”, English Language and Linguistics 16.1 (2002): 151-170.

Jucker, Andreas H. and Sara W. Smith. 1998. “And People Just You know Like ‘Wow’: Discourse Markers as Negotiating Strategies”, in Discourse Markers, Jucker, Andreas, Ziv, Yael (eds). Cambridge: Cambridge University Press.

Nicaise, Alain, et Mark Gray. 1998. L’intonation de l’anglais, Collection 128, Paris : Editions Nathan.

Tagliamonte, Sali. “So Who? Like How? Just What? Discourse Markers in the Conversations of Young Canadians”, Journal of Pragmatics, 37 (2005): 1896-1915.

Corpus

Davies, Mark. 2004–. BYU–BNC: The British National Corpus. Disponible en ligne à l’adresse : http://corpus.byu.edu/bnc.

Dictionnaires

Concise Oxford Dictionary. 1982 (7th ed). J.B. Sykes (ed), H.W. Fowler & F.G. Fowler, Oxford: Clarendon Press.

Oxford Advanced Learner’s Dictionary. 2000 (6th ed). S. Wehmeier (éd), A.S. Hornby, Oxford: Oxford University Press.

Oxford English Dictionary. 1989 (2nd ed). J.A. Simpson & E.S.C Weiner, Oxford: Clarendon Press.

Collins English Language Dictionary. London: Harper Collins. www.collinsdictionary.com

Online Etymology Dictionary. © 2001-2014 Douglas Harper. www.etymonline.com

Merrian Webster Online. An Encyclopedia Britannica Company. http://www.merriam-webster.com/dictionary

Top of page

Notes

1 BBC radio 4, www.bbc.co.uk, consulté le 08.03.2013.

2  http://www.ucl.ac.uk/anthropology/people/research_staff, http://en.wikipedia.org/, http://www.swan.ac.uk/crew/staff, http://www.bbc.co.uk, sites consultés le 08.03.2013.

3 Jucker & Ziv (1998)

4 Jucker & Smith (1998), Aijmer (2002), Fox Tree & Schrock (2002)

5 www.collinsdictionary.com, consulté le 04.04.2013

6 www.etymonline.com, consulté le 04.04.2013

7 Cité par Aijmer (2002 : 33).

8 Merriam-Webster : http://www.merriam-webster.com/dictionary/will, consulté le 21.09.2013

9 British National Corpus accessible en ligne via la Brigham Young University sur http://corpus.byu.edu/bnc/.

10 Les transcriptions du corpus ne contiennent aucune forme de ponctuation. Les pauses y sont notées par « … ».

11 Les adverbes de phrases, marqueurs de discours, peuvent également constituer leur propre groupe intonatif et porter un ton montant. Ce schéma intonatif montant n’a pas été rencontré dans ce corpus pour if you like ou if you will. En revanche, dans l’exemple (14), le marqueur if you like constitue sa propre unité intonative.

Top of page

List of illustrations

Title Image 1 - F0 et intensité de [DS]
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/280/img-1.png
File image/png, 48k
Title Image 2 - F0 et intensité de [JG]
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/280/img-2.png
File image/png, 44k
Title Image 3 - F0 et intensité de [DS] (14)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/280/img-3.png
File image/png, 50k
Top of page

References

Electronic reference

Anissa Dahak, « If you like et if you will : des marqueurs de discours ? », Anglophonia [Online], 18 | 2014, Online since 10 October 2014, connection on 19 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/280 ; DOI : 10.4000/anglophonia.280

Top of page

About the author

Anissa Dahak

Université de Lorraine
anissa.dahak@univ-lorraine.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org