Skip to navigation – Site map

La réinterprétation des prédicats statifs dans les supplétives en DO SO

Christopher Desurmont

Abstract

The VP-substitute DO SO is usually said to corefer with a dynamic predicate. Corpus studies have shown that this is apparently not always the case, that DO SO can also have ‘stative antecedents’.
This paper examines DO SO with purely stative antecedents, here defined as the sum of four negative features: [− process, − culmination, − control, − perform]. It is here shown that DO SO may have a stative antecedent (unlike do it/this/that/the same), but only if the do so clause or VP induces a different (and more dynamic) representation of the ‘event’ represented in the antecedent clause or VP. For DO SO to be an acceptable option, this ‘reinterpretation’ must imply the transformation of at least one of the negative features into its positive equivalent. The two features most often implied are [+/− process] and [+/− perform].
Four syntactic configurations are taken into account. In the first two (coordination of two clauses + do so in a subordinate clause), DO SO has its own grammatical NP-subject that can have its own distinct semantic (or thematic) role. The third is a coordination of two VPs and so with only one grammatical NP-subject (factorized for the two VPs); and in the fourth, do so’s antecedent VP is embedded within do so’s own NP-subject. Seeing that the stative antecedent VP has to be reinterpreted for DO SO to be an acceptable option, this brings me to hypothesize that in these structures, DO SO must have a covert semantic subject with its own distinct semantic role.

Top of page

Author's notes

La version finale de cet article vient à la suite de plusieurs échanges de vues avec Geneviève Girard-Gillet.

Full text

Introduction

  • 1 DO est également verbe lexical dans DO THE SAME : expression qui (elle aussi) anaphorise uniquement (...)

1Le but de cette étude est de montrer dans quelles conditions DO SO peut avoir pour antécédent un prédicat statif (selon la définition de la /stativité/ donnée dans la partie 3). Je fais l’hypothèse que DO SO (où DO est verbe lexical) peut anaphoriser un prédicat statif si et seulement si une ou plusieurs composantes de la supplétive (ou du SV-supplétif lui-même) infléchissent la représentation du procès, modifiant par voie de conséquence le rôle sémantique du sujet. Si cette hypothèse est juste, cela implique que DO-lexical ne peut pas représenter un prédicat statif à l’identique, c’est-à-dire sans que l’image du procès soit modifiée (dans un sens dynamique). Ce point de vue permet d’aligner DO SO partiellement avec ces autres proformes complexes où DO est un verbe lexical : do it/this/that1.

2Syntaxiquement, quatre configurations sont ici prises en compte dans les parties 5 à 8 :

  1. Coordination de 2 propositions : DO SO a son propre sujet syntaxique (ou C°), lequel peut donc avoir son propre rôle sémantique (ou thématique).

  2. DO SO dans la subordonnée conjonctive d’une phrase complexe, là aussi, avec son propre C°.

  3. Coordination de 2 SV : le C° de SV1-antécédent est mis en facteur commun pour SV1 et SV2-supplétif (do so).

  4. Le SV-antécédent est dans une relative enchâssée dans le SN-SUJET de do so : une des configurations qui bloquent le recours à VPE (VP ellipsis).

1. Statut de SO dans DO SO

  • 2 Houser (2010) − à la suite de Bouton (1970) −, montre que SO n’a pas un statut nominal. Contraireme (...)

3Il est généralement admis que le DO de DO SO est un verbe lexical, comme celui de do it/this/that (Cf. Houser, 2012), et que SO n’a pas un statut nominal, contrairement à it, this, that (Bouton, 1970)2.

4Comme le rappelle Higgins (1992), DO SO est dérivé de swa don, une construction où swa était antéposé. On retrouve cette construction avec SO DO où SO occupe la même position syntaxique que les adverbes négatifs ou restrictifs focalisés en tête de phrase (never, hardly, barely, no sooner …).

5SO vient du vieil anglais SWA, ‘in like manner, in the same way’, ce qui plaide en faveur de l’idée que SO aurait un statut adverbial (Bouton, 1970 ; Higgins, 1992 ; Houser, 2012). Halliday & Hasan (1976, 116) parlent d’un « so-anaphorique » : « The expression do so derives from pro-verb do followed by anaphoric so. », ce qui semble impliquer une répartition des tâches entre DO et SO (Cf. Souesme, 1987).

  • 3 Selon Huddleston & Pullum (2002, 1538), le SO de DO SO serait inclassable : « The so discussed in t (...)

6Cependant, le statut exact de SO dans DO SO reste problématique (Cf. Baltin, 2006)3. On pourrait peut-être ici reprendre une distinction de Danon-Boileau (1993) entre objets « de pleine actancialité » et les autres types d’objets : « coalescent au verbe, adverbial ou qualitatif » : SO dans DO SO serait adverbial et rentrerait dans la catégorie des objets coalescents au verbe et non actanciels.

2. L’antécédent de DO SO

  • 4 Penhallurick (1985, 314) : « We take lexical do to signal ACTIVITY. »

7Le plus souvent, l’antécédent de DO SO (animé ou inanimé) est dynamique4 :

  • 5 Exemples du BNC.

(1)

CDA 82 He moved across the pavement towards the building, glancing at his wrist as he did so.5

(2)

B31 992 But substantial beds of green algae are present and appear to have spread in recent years ; they are probably continuing to do so.

Huddleston & Pullum (2002, 1530) :

Do so cannot in general be anaphoric to a stative VP (He liked it ; at least he said he did / *did so). Like denotes a state, and as such cannot head the antecedent of do so, which must be dynamic.

Houser (2012) :

First, the do of do so has semantic content − roughly, it is only compatible with nonstative or eventive antecedents.

Cette observation est généralement expliquée par le fait que le DO de DO SO a le statut de verbe lexical.

  • 6 Ceci est remis en question par Houser (2012) cependant.

8L’antécédent de DO SO est toujours discursif (contrairement à do it/this/that), ce qui en fait une « anaphore de surface » selon les critères de Hankamer & Sag (1976)6. Par conséquent, DO SO ne peut pas avoir une référence déictique (pas de fléchage situationnel) :

(3)

Stop it. Don’t *{do so}.

(4)

Stop it! Don’t do that.

  • 7 Murphy (1985, 787) : «  (…) the antecedent of surface anaphors must be consistent at a surface leve (...)
  • 8 Bouton (1970) compare do it et do so ² comme ceci :
    (i) Someone broke our front window, and did it (...)

En outre, l’antécédent discursif d’une anaphore de surface doit se trouver dans le co-texte immédiat (Cf. Murphy, 1985 ; Bélanger, 2004)7 : l’antécédent de DO SO est un SV du co-texte proche, de forme symétrique, donc pas de changement de diathèse dans la supplétive notamment8.

9On sait que les contraintes sur les antécédents de DO SO sont moins sévères que pour do this et do that, qui eux demandent un antécédent dynamique. Sachant que DO est un verbe lexical dans toutes ces proformes complexes (do it/this/that/so), ces différences doivent donc être attribuées à la différence de statut catégoriel entre d’un côté it + this + that (de statut nominal) et de l’autre so, de nature adverbiale.

3. Le concept de /stativité/

  • 9 Dans la définition de l’agentivité, Houser − prenant appui sur Cruse (1973) et Dowty (1991) − retie (...)
  • 10 On pourrait nuancer ou reformuler tout ceci, bien sûr, mais cela ne me paraît pas indispensable dan (...)

10Pour le concept de /stativité/, je prendrai ici la combinaison de quatre traits négatifs : [− process, − culmination] (Vendler, 1967), [− control, − perform] (Houser, « Semantic Restrictions on the Antecedents of Do So », en ligne)9. Ainsi, selon cette définition, un procès statif (par ex., KNOW ou LIKE s.o./sth.) ne comprend pas de phases distinctes [− process], est atélique [− culmination], ne dépend pas de l’action d’un agent [− control], et n’implique aucune dépense particulière d’énergie physique ou mentale de la part du sujet [− perform]10.

11Un prédicat clairement statif (ainsi défini) ne peut normalement pas être anaphorisé par DO SO :

(5)

− I know the answer, and you *{do so} too.

(6)

− I know the answer, and you do too.

La reprise à l’identique d’un prédicat statif se fait au moyen d’un DO supplétif à lui seul (6). Dans ce type d’emploi, en termes de grammaticalisation ou dématérialisation, ce DO supplétif est parfois vu comme une « proforme » au statut intermédiaire entre DO-lexical et DO-auxiliaire. Cependant, ce « do-proforme » regroupe toutes les caractéristiques syntaxiques de DO-auxiliaire (Cf. Miller, 2000). Ce point est repris plus loin, brièvement, mais pour l’instant, je ferai valoir que DO en (6) ne peut être un verbe plein si on part du principe que DO-lexical ne peut pas reprendre un prédicat purement statif à l’identique.

12KNOW STH. (6) assigne à son sujet (animé humain) un rôle strictement locatif. Il en va de même pour le prédicat LIKE STH. qui lui aussi dénote un procès non borné et invariable et peut être défini par le même ensemble de traits négatifs : [− process, − culmination, − control, − perform] :

(7)

I like travelling, most people *{do so}.

(8)

I like travelling, most people do.

13Examinant les emplois de DO SO dans l’American National Corpus, M. Houser (« Semantic Restrictions on the Antecedents of Do So », en ligne) en arrive à la conclusion que 34 exemples de do so sur 1010 ont un antécédent statif (« state antecedents »). Cependant, plusieurs de ses exemples − entre autres : (19a) et (19h) − ne répondent pas aux critères de la /stativité/, du moins tels qu’ils ont été définis ci-dessus :

(9)

So I’m trying desperately to be good, and Laistas are making it a little more possible for me to do so and not starve to death in the meanwhile. [PXNatter05-8](19a)

où BE GOOD signifie behave well ;

(10)

I’m assuming (and feel pretty comfortable doing so) that this put a crimp in their plans to eat them. [PXAngel03-8](19h)

  • 11 Les procès statifs sont (par définition) non bornés et non divisibles en phases distinctes (invaria (...)

où le prédicat ASSUME STH est mis à la forme <BE + -ING>11.

14Pour autant, DO SO peut avoir un antécédent manifestement statif :

(11)

They own three acres of land and have done so for generations.

avec OWN comme verbe relationnel, et où OWN STH. regroupe les traits [− process, − culmination, − control, − perform].

(12)

They have always existed and do so still. (Harrap’s)

15On notera pour l’instant que dans chacun de ces deux exemples (repris plus loin), avec coordination de deux SV (et donc mise en facteur commun du C°), il y a un changement de temps et d’aspect dans le passage de SV1-antécédent à SV2-supplétif.

4. Reprise de prédicat statif à l’identique

16Si le prédicat-antécédent est clairement statif, et si le procès est représenté à l’identique, sans changement de temps et d’aspect, la reprise se fera soit avec un DO-auxiliaire, soit avec un DO-lexical, mais ayant le comportement d’un clitique.

(13)

I like cheese, and my family does too.

DO-aux

(14)

(…), and my family??{does like cheese} too.

(15)

(…), but does my family (like cheese)?

(16)

(…), and my family *{has always done} too.

(17)

(…), and my family *{does so} too.

  • 12 Les « operators » de Quirk & al. sont les verbes auxiliaires + be (lexical) + have (lexical).

Le DO en (13) est présenté par Penhallurick (1985, 313, ex. 3) comme un DO-lexical, et non un « operator » (Quirk & al., 1972, section 9.79)12. L’argument invoqué est emprunté à Quirk & al. pour qui les auxiliaires fonctionnant comme proformes doivent pouvoir être complétés par le matériel manquant, ce qui n’est pas le cas pour le DO en (13), comme le montre (14) : « we cannot retain unemphatic do and supply missing items » (1972, 684).

  • 13 La répétition du SV [like cheese] dans la question en (15) est beaucoup plus naturelle qu’en (14). (...)

17Cependant, si DO en (13) avait effectivement le statut de verbe lexical, il n’y aurait aucun moyen d’expliquer l’irrecevabilité de (5) et (7) avec DO SO (où DO est un verbe lexical). On fera donc l’hypothèse que DO en (13) a le statut d’auxiliaire, tout comme le DO en (6) et (8). Plusieurs indices plaident en faveur de cette hypothèse :
1°) DO en (13), comme en (6) et (8), possède au moins deux des quatre propriétés NICE caractéristiques des verbes-auxiliaires : négation et inversion : I like cheese, but my family doesn’t ; (…), but does everyone ?13
2°) Si DO en (13) était un verbe lexical, l’énoncé (16) au present perfect serait grammatical ; or il ne l’est pas.
3°) DO SO en (17) ne peut remplacer le DO de (13) ; or nous savons que le DO de DO SO est un verbe lexical.

18J’en conclus que DO en (13) a le statut d’auxiliaire, ce qui expliquerait la grammaticalité de cette phrase. Cependant, dans l’exemple (18), DO est manifestement verbe lexical :

(18)

I should think he knows, he must do (K. Amis)

(19)

I should think he knows, he *{must obviously do}

  • 14 Ces auteurs font valoir : 1) que DO (clitique) ne peut être accentué, et 2) l’impossibilité d’insér (...)

19Toutefois − selon les critères de Baltin (2006) ou Haddican (2007)14 −, DO en (18) serait une forme clitique du verbe lexical, comme le montre l’irrecevabilité de (19) ; l’adverbe épistémique obviously ne pouvant séparer ce DO verbe-clitique du verbe modal must. Le DO lexical de DO SO − mis au present perfect en (11) − n’a pas le statut d’un clitique (must obviously do so). (11) et (12) ont montré que DO SO peut reprendre un prédicat clairement statif, mais (5) et (7) ont montré exactement le contraire. Le reste de cet article a donc pour but d’essayer d’apporter une solution à ce paradoxe sur la base de l’hypothèse formulée dans l’introduction.

5. Coordination de deux propositions

20S’agissant de la coordination de deux propositions, rappelons que DO SO possède son propre sujet syntaxique (ou C°), lequel peut donc avoir son propre rôle sémantique (ou thématique) :

(20)

My grandfather knows all his grandchildren’s names, and he manages to do so despite his Alzheimer’s. (Houser, 2010, 8a)

(21)

My grandfather knows all his grandchildren’s names, and he??{has always done so}.

  • 15 Cf. Huddleston & Pullum (2002), Houser (2010, 2012).

21Houser “explique” la présence inattendue de DO SO (plutot que VPE) en (20) en invoquant le concept de subtractive coercion : sélection de do so « par défaut » (pourrait-on dire) dans une configuration qui exclut VPE en raison du caractère non contrastif du circonstant15. Cependant, dans ce contexte où do so est subordonné au verbe manage, le supplétif semble remplacer non pas le prédicat antécédent tel quel, mais réinterprété dans un sens actif. DO SO serait avalisé (de façon positive, plutôt que « par défaut ») par le fait que le SV-supplétif ne représente pas un procès purement statif : manages to do so étant interprété dans le sens de manages to remember (et non pas *manages to know).

6. DO SO dans la subordonnée d’une phrase complexe

22DO SO peut aussi figurer dans la subordonnée d’une phrase complexe, avec là aussi son propre C° :

(22)

A6S 1055 The land of a descent group is said to belong to the group as a whole and an outsider to the group does not have a right to cultivation inside the group territory when a member of the gens does so already. (BNC)

(23)

An outsider to the group does not have this right when a member of the gens *{does so} already.

(24)

An outsider to the group does not have this right when a member of the gens does already.

Le prédicat HAVE A RIGHT TO STH. combine les traits négatifs : [− process, − culmination, − control, − perform] et assigne donc à son sujet un rôle locatif. Cependant, l’antécédent en (22) comprend le nom d’action CULTIVATION, ce qui permet la reprise en DO SO, en inversant la polarité des deux derniers traits.

7. Coordination de deux SV

23S’agissant de la coordination de deux SV, la structure ne possède qu’un seul sujet syntaxique ou C° (mis en facteur commun pour SV1 et SV2-supplétif), et SV2 (do so) aurait son propre sujet sémantique (non lexicalisé) dont le rôle n’est pas (et ne peut pas être) exactement le même que celui du sujet syntaxique mis en facteur commun.

24L’exemple (11) avec le verbe relationnel OWN, repris en (25), illustre cette structure :

(25)

They own three acres of land and have done so for generations.

(26)

A. They own three acres of land. B. I know they *{do so}.

(27)

A. They own three acres of land. B. I know they do. (do-aux.)

OWN STH. regroupe les traits [− process, − culmination, − control, − perform], ce qui en fait un prédicat purement statif. Cependant, en (25), dans le passage de SV1-antécédent à SV2-supplétif (do so), on observe un changement de temps et d’aspect, du présent simple (qui permet d’identifier le temps de l’événement avec celui de l’énonciation) au present perfect, have done so for generations. Ces changements font que le sujet sémantique du prédicat supplétif ne coïncide pas exactement avec le référent du C° THEY mis en facteur commun. Cette observation permet de conclure que dans une structure de coordination de deux SV, il peut y avoir plus d’un sujet sémantique alors qu’il n’y a qu’un seul C° (mis en facteur commun).

25En (25) toujours, le changement de temps et d’aspect combiné avec le SP for generations implique donc l’arrivée d’un nouveau sujet sémantique (non lexicalisé). Ces données se combinent et semblent transformer trois des quatre traits négatifs de la stativité en traits positifs [+ process, + control, + perform]. L’indication de temps [for generations] et le changement de sujet sémantique font que la représentation de l’état de fait dénoté par le SV-antécédent [OWN STH] est à présent fragmentée en autant de phases que de générations − donc [+ process] −, ce qui transforme le trait négatif [− perform] en trait positif [+ perform] ; en conséquence de quoi la polarité du trait [+/− control] devient incertaine. En clair, cela signifie que (25) peut induire, en parallèle avec l’image de phases successives, celle d’un effort renouvelé au fil des générations (par des sujets différents) pour pérenniser la relation de propriété en question.

26On peut à présent reprendre l’exemple (12) en (28), en signalant les dénominateurs communs avec (25) :

(28)

They have always existed and do so still. (Harrap’s)

(29)

(…) and ? ?{still do so}

1°) changement de temps et d’aspect ;
2°) coïncidence imparfaite entre la référence du SN-sujet mis en facteur commun et le sujet sémantique du SV supplétif.
3°) adverbe ou constituant adverbial accentué en fin de phrase, adjoint à DO SO, et exprimant la pérennité du procès.

27On retrouve ces composantes dans l’exemple suivant où l’insistance sur le maintien de la situation, jusqu’à et y compris le moment de l’énonciation, se retrouve avec till this day :

  • 16 Ici, le C° mis en facteur commun est the idea of treatment by opposites, et does so signifie domina (...)

(30)

C9V 512 Thus the idea of treatment by opposites came to dominate medical thought and does so till this day.16

28Ces composantes se combinent et donnent l’impression qu’un présupposé est contredit. En (25), on comprend que les référents de THEY auraient très bien pu être dépossédés de leurs terres, mais qu’il n’en a rien été. En (28), on comprend que les référents de THEY auraient très bien pu cesser d’exister, mais il est signalé qu’ils existent encore aujourd’hui. A l’appui de l’idée qu’un présupposé serait contredit, en (28) par exemple : s’il n’y avait pas cette motivation, le contenu de la seconde coordonnée and do so still, venant à la suite d’une prédication au present perfect, they have always existed, serait entièrement redondant.

8. Antécédent de DO SO enchâssé dans son SN-SUJET

29L’antécédent de DO SO peut aussi être enchâssé dans son propre SN-sujet :

(31)

G3A 1083 The Paul who receives his mission to the Gentiles does so in a trance in the temple at Jerusalem (Acts 22:17ff).

(32)

The Paul who receives his mission to the Gentiles *{does} in a trance in the temple at Jerusalem. *{VPE}

La grammaticalité de DO SO dans cette configuration relèverait là aussi d’un phénomène de « subtractive coercion » selon Huddleston & Pullum (2002) ou Houser (2010, 2012). DO SO serait choisi par défaut là où VPE est irréalisable, afin d’éviter la lourdeur d’une répétition lexicale.

30On peut cependant envisager une explication plus positive, sur la base de notre hypothèse. Si le sujet sémantique du SV-supplétif est un « bénéficiaire qui participe au procès », nous aurions affaire à ce que Chafe (1970), résumé par François (1990, 15), appelle une « prédication bénéfactive », différenciée de la « prédication basique » où le bénéficiaire (ou l’expériencieur, ou le localisateur) ne participe pas au procès (de façon active). En (31), la participation active de Paul au procès receive his mission to the Gentiles est signalée par le SP in a trance. Ce SP implique un rôle « participatif » (dynamique) que n’a pas le sujet du prédicat RECEIVE STH. Le Paul qui reçoit sa mission aurait un rôle essentiellement locatif [− control, − perform], tandis que le Paul qui la reçoit dans un état de transe aurait un rôle de type [− control, + perform]. Le sujet ne devient donc pas « agentif » à proprement parler, car le trait négatif [− control] reste négatif. En revanche, le changement d’état impliqué par le SP in a trance amène le sujet à « recevoir sa mission » dans une attitude qui n’est pas celle d’un simple récipiendaire, avec une « dépense d’énergie » qui transforme le trait négatif [− perform] en trait positif [+ perform], justifiant le recours à do so.

Conclusions

31Dans tous ces énoncés où DO SO coréfère avec un prédicat statif, le rôle assigné par le prédicat source à son sujet est occulté dans la supplétive (ou dans le SV-supplétif) sous l’effet de la réinterprétation du prédicat. L’image du procès construite dans le SV-antécédent passe au second plan dans la supplétive, et cette réinterprétation implique une réévaluation du rôle du sujet.

32S’agissant de la coordination de deux propositions, le prédicat DO SO de la deuxième proposition peut avoir son propre sujet syntaxique dont le rôle sémantique est plus dynamique. Il en va de même lorsque DO SO se trouve dans la subordonnée d’une phrase complexe.

33Les choses se compliquent lorsqu’il s’agit de la coordination de deux SV où il n’y a qu’un seul sujet syntaxique (ou C°) mis en facteur commun pour les deux SV : SV1-antécédent et SV2-supplétif (do so). Si la réinterprétation du prédicat source implique une nouvelle image du sujet, on est amené à conclure que DO SO doit avoir son propre sujet sémantique (non lexicalisé). Un nouveau rôle sémantique serait alors assigné par le prédicat supplétif à ce sujet sémantique, rôle plus dynamique que celui assigné par le prédicat source au sujet (ou C°) mis en facteur commun. La superposition des deux rôles créerait un effet palimpseste dans la mesure où celui assigné par le prédicat source demeure visible en transparence.

Top of page

Bibliography

Baltin, M. “The non-unity of VP preposing.” Language, Volume 82, Number 4 (2006) : 734-766.

Bélanger, S. “Processing of Deep and Surface Anaphors : A Replication and Extension of Tanenhaus, Carlson & Seidenberg” (1985), Toronto Working Papers in Linguistics 22 (2004) : 1-40.

Bouton, L. “Do So : do + Adverb.” In Studies Presented to Robert B. Lees by his Students, eds. Sadock J. and A. Vanek, (1970) : 17-38. Edmonton : Linguistics Research, Inc.

Chafe, W. Meaning and the structure of language, Chicago : University of Chicago press, 1970.

Danon-Boileau, L. « Réflexion sur les verbes d’action. » Cahiers de Recherche, T.6, Types de Procès et Repères Temporels, Ophrys, (1993) : 193-199.

François, J. « Classement sémantique des prédications et méthode psycholinguistique d’analyse propositionnelle. » Langages, Décembre 90, n° 100 (1990) : 13-44.

Haddican, B. “The Structural Deficiency of Verbal Pro-Forms”, Linguistic Inquiry, Volume 38, Number 3, Summer 2007 (2007) : 539-547.

Halliday M.A.K. & R Hasan. Cohesion in English. Longman, 1976.

Hankamer, J. & I. Sag, “Deep and Surface Anaphora.” Linguistic Inquiry 7 (1976) : 391-426.

Hardt, D., L. Mikkelsen, and B. Ørsnes. “Sameness, Ellipsis and Anaphora.” linguistics.berkeley.edu/~mikkelsen/papers/ac_postproceedings.pdf

Higgins, F.R. “Vicarious Do and the Auxiliary.” Ms. University of Massachusetts, Amherst, 1992.

Houser, M.J. “The Syntax and Semantics of Do So Anaphora.” PhD dissertation, University of California, Berkeley, 2010.

Houser, M.J. “On the Anaphoric Status of Do So.” 2012 : Linguistics.berkeley.edu /…/Papers/do_so_staus.pdf

Houser, M.J. “Semantic restrictions on the antecedents of do so.” babel.ucs.edu/cusp/handouts/houser.pdf

Huddleston, R. & G.K. Pullum. The Cambridge Grammar of the English Language, CUP, 2002.

Miller, P. « DO auxiliaire : un morphème grammatical sans signification propre. » Dans P. De Carvalho et L. Labrune (Eds), Travaux Linguistiques du Cerlico 13, Presses Universitaires de Rennes, (2000) : 119-147.

Murphy, G. “Psychological Explanations of Deep and Surface Anaphora.” Journal of Pragmatics 9 (1985) : 785-813.

Penhallurick, J.M. “The Semantics of Auxiliary DO.” Studies in Language 9.3, (1985) : 311-333.

Souesme, J.-C. « Valeurs et emplois respectifs de DO et DO SO. » Modèles linguistiques, Tome IX, Fascicule 1. Presses Universitaires de Lille 3, (1987) : 65-92.

Vendler, Z. “Verbs and Times.” Linguistics in Philosophy, Ithaca : Cornell University Press, (1967) : 97-121.

Top of page

Notes

1 DO est également verbe lexical dans DO THE SAME : expression qui (elle aussi) anaphorise uniquement des prédicats événementiels, mais dans des conditions bien définies (Cf. Hardt & al., Sameness, Ellipsis and Anaphora, en ligne)

2 Houser (2010) − à la suite de Bouton (1970) −, montre que SO n’a pas un statut nominal. Contrairement à it, this et that : 1) SO ne peut pas monter en position sujet d’un « tough predicate » comme be hard to do sth. : Mary wants us to have a party, but {IT / *SO} will be hard to do; 2) SO ne peut pas être l’objet d’une préposition : Jeremy had been planning to propose to Marilyn for several weeks, but the doing of {IT / *SO} in public he hadn’t counted on; 3) DO SO ne peut être suivi d’un SN en apposition : Bill fired his rifle into the air several times and he did {IT / *SO} − this firing of his rifle into the air − to attract attention to himself.

3 Selon Huddleston & Pullum (2002, 1538), le SO de DO SO serait inclassable : « The so discussed in this section does not fit readily into our system of word categories, except for the manner adjunct use seen in (65), which can be classified as an adverb […in the country generally the proportion of people so employed is growing steadily]. (…) Overall, then, we prefer to classify anaphoric so simply as a pro-form; its properties are unquestionably unique, and we do not believe that anything is gained by forcing it into one or more of our general part-of-speech categories. »

4 Penhallurick (1985, 314) : « We take lexical do to signal ACTIVITY. »

5 Exemples du BNC.

6 Ceci est remis en question par Houser (2012) cependant.

7 Murphy (1985, 787) : «  (…) the antecedent of surface anaphors must be consistent at a surface level with the anaphoric sentence. That is, roughly speaking, one must be able to replace the anaphor with the antecedent and have the result be a grammatical sentence.’ … ce qui implique un critère de type ‘consistency criterion ».
Bélanger (2004, 4): « It is well known that surface information (exact words and word order information) decays very rapidly (Sachs, 1967, 1974). If it is true that surface anaphors require access to this rapidly decaying representation, these anaphors will need to be very close to their antecedents, and processing will suffer with increased distance.  »

8 Bouton (1970) compare do it et do so ² comme ceci :
(i) Someone broke our front window, and did it / did so around noon.
(ii) Someone broke our front window and we think that {IT / *SO } was done around noon. (B70:22, ex. 9b).

9 Dans la définition de l’agentivité, Houser − prenant appui sur Cruse (1973) et Dowty (1991) − retient deux traits : [+ control], [+ perform] :
« Control: The actor controls the eventuality denoted by the predicate.
Perform: The actor imparts physical or mental energy to realize the eventuality denoted by the predicate. »

10 On pourrait nuancer ou reformuler tout ceci, bien sûr, mais cela ne me paraît pas indispensable dans le cadre de la présente argumentation.

11 Les procès statifs sont (par définition) non bornés et non divisibles en phases distinctes (invariabilité qualitative). On comprend dès lors qu’ils puissent être incompatibles avec <BE + -ING>, marqueur de focalisation : *I’m knowing that …. La compatibilité du verbe ASSUME avec <BE + -ING> peut donc être interprétée comme signe que le prédicat ASSUME STH. serait porteur du trait positif [+ perform], partageant ce trait avec tous les prédicats d’activité et d’accomplissement. Pour tenter d’expliquer cette différence de compatibilité avec <be + -ing>, il faut sans doute regarder du côté des propriétés notionnelles : assume sth. étant porteur d’une idée de doute, et donc d’une composante épistémique. Dès lors, ce prédicat ne signifie pas le même état stabilisé de « connaissance » que ne le fait le prédicat know sth., et une opération de focalisation (ou de prélèvement) devient possible.

12 Les « operators » de Quirk & al. sont les verbes auxiliaires + be (lexical) + have (lexical).

13 La répétition du SV [like cheese] dans la question en (15) est beaucoup plus naturelle qu’en (14). On pourrait donc se dire que si (14) est inacceptable, cela tiendrait au fait que dans cette coordination avec AND, il n’y a rien de « problématique » qui puisse justifier un emploi « emphatique » de DO-auxiliaire. Il s’ensuit que VPE (13) est la seule expression naturelle. Ainsi, une répétition lexicale du SV se justifierait notamment si la relation prédicative est mise en question.

14 Ces auteurs font valoir : 1) que DO (clitique) ne peut être accentué, et 2) l’impossibilité d’insérer un adverbe épistémique entre le modal et le supplétif DO : 
(i) *I don’t know if she’ll come, but she should obviously do.
(ii) I don’t know if she’ll come, but she should obviously do so.

15 Cf. Huddleston & Pullum (2002), Houser (2010, 2012).

16 Ici, le C° mis en facteur commun est the idea of treatment by opposites, et does so signifie dominates medical thought. On s’attendrait à ce que le verbe DO soit mis au present perfect (has done so till this day) plutôt qu’au présent simple. Par cette liberté grammaticale (présent simple associé au circonstant till this day), S° parvient à jouer sur deux tableaux en même temps : référence à la situation actuelle (T°) et en même temps, référence à une situation antérieure qui perdure jusqu’à l’instant T°, et peut-être au-delà.

Top of page

References

Electronic reference

Christopher Desurmont, « La réinterprétation des prédicats statifs dans les supplétives en DO SO  », Anglophonia [Online], 18 | 2014, Online since 10 October 2014, connection on 19 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/291 ; DOI : 10.4000/anglophonia.291

Top of page

About the author

Christopher Desurmont

Université Lille 3, UMR 8163, STL
c_desurmont@hotmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org