Skip to navigation – Site map

L’Empathie comme base de réflexion sur l’identité des marqueurs HAVE et WANT

Philippe Muller

Abstract

In the wake of previous papers from French linguists who used the word “empathy” to describe the operators AVOIR and HAVE, it is suggested that this notion should be conceived of as an interpretation process connected with the localization operation as defined in enunciative theories. It is proposed that this process hinges on the speaker and co-speaker assessing the necessity of establishing a relation between a located term and a locator through an operator. Such a relation must bring about a (re)qualification of the locator capable of justifying its status as the central topic in the situation being described. This state of affair creates a whole-part relationship between the redefined locator and the situation itself whereby the latter undergoes a differentiation process. It is then suggested that empathy is what lets the HAVE-predication sometimes be analysed as a subjectified existential phrase. It is also what really underlies the recent claims about WANT concerning the development of volition out of a notion of deficit. This process seems to remain synchronically relevant for that marker and complements the concept of “intentionality” that is used in Culioli’s speaker-centred approach and which could serve as a basis for distinguishing between WANT and NEED. Finally, it is shown that the empathy associated with WANT can be advantageously utilised in discourse in a specific narrative pattern, that of the “circle story”.

Top of page

Full text

Je remercie chaleureusement Catherine Moreau (Université Bordeaux Montaigne) et Daniel Lebaud (Université de Franche-Comté) d’avoir bien voulu échanger sur le contenu de cet article. Je suis bien sûr seul responsable de ses imperfections.

1Dans la syntaxe fonctionnelle de S. Kuno, l’empathie est un véritable concept qui tient une place centrale dans une théorie au sein de laquelle il jouit d’une définition stable : « Empathy is the speaker’s identification, which may vary in degree, with a person / thing that participates in the event that he describes in a sentence » (1987 : 206). Il y est utilisé en complément des contraintes syntaxiques pour expliquer certains blocages en matière de relativisation, réflexivisation et dans le domaine verbal. Emprunté par des linguistes français dans les années 80, peut-être en partie pour souligner une relative convergence avec les préoccupations des théories énonciatives, il joue un rôle périphérique, voire marginal au sein de celles-ci. L’usage variant selon les objectifs des différents auteurs, il est difficile de trouver une définition stable à un terme surtout utilisé dans le cadre de l’analyse des opérateurs HAVE et AVOIR.

2Plutôt qu’un concept ou une notion, nous prendrons l’empathie comme un mécanisme interprétatif qui jouit d’une certaine « compositionnalité », pour emprunter à L. Dufaye (2008), au sens où il est décomposable. Nous défendrons l’idée que ce terme permet de saisir globalement un des aspects importants de l’identité de certains marqueurs en désignant de manière synthétique un mode d’interaction particulier quant aux repérages et aux opérations qu’ils induisent, ce qui n’est pas un obstacle à une analyse plus détaillée de leur fonctionnement.

3À défaut de disposer a priori d’une définition solide de l’empathie, en identifier les composantes doit permettre d’en stabiliser l’usage, ce qui nous permettra de montrer que le mécanisme interprétatif qu’elle recouvre peut en fait être étendu à la diachronie de WANT et qu’elle éclaire les usages discursifs de ce verbe, autant que ceux de HAVE, en synchronie. Cet article visera alors à faire émerger des axes de recherche à partir de l’empathie qui pourraient être repris et développés ailleurs.

1. Tentative de stabilisation du mécanisme empathique à partir des recherches sur HAVE

1.1. L’empathie comme évaluation de la mise en rapport argumentale

4Si certains linguistes se sont demandés ce que l’empathie apporte réellement par rapport à des concepts mieux établis - au premier rang desquels celui de thème (voir par exemple M. Charolles et C. Schnedecker 1993) - C. Boisson 1987 l’utilise pour questionner l’analyse décrivant HAVE comme un « opérateur de localisation » dans laquelle ce marqueur est également qualifié d’« opérateur de thématisation » (J. Bouscaren et al. 1982).

  • 1 On sait que pour A. Culioli « toute représentation renvoie soit à un état stable (ou stabilisé), so (...)

5Ce deuxième terme a pour fonction de mettre en valeur la stabilité dont le sujet repère de l’énoncé en HAVE doit - par définition - disposer relativement au terme repéré1. Il a néanmoins pour défaut de ne pas souligner le rôle que joue la mise en relation argumentale elle-même dans la stabilisation du repère, comme le remarque E. Roussel (2005 : 7). Considérant que cet opérateur est employé précisément pour signaler que ce qui est en jeu est l’établissement d’une relation pertinente du point de vue du repère, C. Boisson lui préfère alors le terme d’« empathie ».

6C’est dans cet esprit que nous défendrons l’idée qu’il est fondamentalement question avec l’empathie de montrer que l’élément repéré contribue - malgré son statut - à l’affirmation du repère de par la stabilité référentielle supplémentaire qu’il lui permet d’acquérir dans la situation de référence, c’est-à-dire la situation que l’énoncé vise à représenter. HAVE est ainsi analysable comme un « marqueur d’empathie » au sens où il permet à la fois de « centrer » la situation sur le sujet d’énoncé S, c’est-à-dire de le « thématiser » en en faisant un « élément suffisamment déterminé pour servir de point de départ […] à la construction de l’énoncé » (M.-L. Groussier et C. Rivière (1996)), et de mieux le cerner qualitativement dans cette situation, ce qui en retour justifie le centrage lui-même. HAVE sera alors compris comme la trace d’une évaluation de la mise en rapport argumentale par le couple énonciatif. Voyons sur quoi repose cette évaluation.

1.2. L’empathie comme contrainte imposant une (re-)qualification de S dans la situation

7La possibilité d’une qualification de S avec AVOIR est bien connue. Elle a été envisagée par E. Benveniste pour qui ce verbe permet de construire un « état de l’ayant » (1966 :198) à travers la mise en relation avec son second argument. Ce principe a ensuite été étendu à HAVE, par exemple par A. Wirzbiecka pour qui il est une « prédication composite ». Dans cette analyse, « [HAVE] implies something about the subject, over and above what is said explicitly» (1982: 590).

(1)

Another example of giving in is not being able to say ‘No’. You may be at home when someone calls round and leaves their children with you; you want to do your own thing but don’t feel you can say ‘No’, so you say ‘ Yes’. Many women have difficulty saying ‘No’, especially to friends. (BNC / CDK W_misc)

Ici, on pourrait recouvrer, selon ses termes, une « prédication implicite » qui pourrait ressembler à « many women are too nice » à partir du repérage « explicite » entre arguments.

8Nous suivrons ici l’analyse selon laquelle, dans la construction X HAVE Y, « This man (X) has a red car (Y), red rims, red hat, and red clothes hanger in his car. » (Google), X correspond au repère et Y au repéré. Cependant, les développements qui vont suivre visent à montrer que Y peut néanmoins être considéré comme la source d’une qualification de X qui contribue à sa stabilisation référentielle, c’est-à-dire à sa détermination dans la situation de référence. Cette analyse fera donc parallèlement de X la cible d’un repérage dans lequel il a un statut d’élément repéré.

9En complément de l’idée d’une qualification de S et puisque la localisation implique une différenciation, il est souvent remarqué qu’avec HAVE le repéré doit correspondre à une propriété « extrinsèque » du repère (H. Adamczewski et C. Delmas 1998 : 111), et ceci que l’on ait affaire à un sujet référant à de l’animé ou non (« *Mary has eyes / *The shirt has a collar »). En fait, si l’on repère malgré tout une propriété « intrinsèque », celle-ci doit être assimilable à un trait distinctif ou à une « perturbation », pour emprunter à G. Girard (2005 : 4) :

(2)

Mary has blue eyes.

(3)

The shirt has a distinctive white hoop and an embroidered old-style rampant lion MFC badge. (BNC / 4KT W_newsp_other_sports )

10Tenant compte de ces remarques, nous nous proposons de souligner, dans ce qui suit, le rôle joué par la qualification de S que construit la mise en relation des deux termes dans la mise en place du mécanisme empathique, ce qui est invocable conjointement à la thématisation du premier. Nous suivons sur ce point P. Larreya (1989 : 66-70) qui se démarque de C. Boisson (1987) en ne cherchant pas à cloisonner les phénomènes décrits sous ces deux termes. En anticipant légèrement, nous dirons pour (1) que l’empathie est ce qui permet d’évaluer le bien fondé de la mise en relation entre women et difficulty saying ‘No’ car celle-ci doit se voir justifiée de par la qualification du sujet S qu’elle construit en discours. Comment arrive-t-on à cette proposition ?

  • 2 ON Y est parfois remplacé par IN THE MIDDLE OF Y / LEADING INTO Y ou TO Y.

11Dans l’article de P. Larreya, il est question d’appliquer l’empathie de façon à la fois systématique - puisqu’elle correspond à une contrainte dans la construction d’une localisation avec HAVE - et restreinte car il s’agit de raisonner à partir des cas où S correspond à du non-animé. L’observation des exemples donnés montre qu’ils sont construits comme une série d’oppositions entre des énoncés de la forme THERE BE X ON Y et de la forme Y HAVE X ON PRONOM coréférent à Y2.

(4)

There’s a plate on the table.

(5)

There’s a scratch on the table.

(6)

The table has a scratch on it.

(7)

The table has a plate on it.

(8)

I refuse to eat at a table that has crumbs on it.

12Cette série d’énoncés fabriqués fait ressortir que la problématique de l’empathie se rattache à celle de la prédication d’existence et permet de mieux comprendre la question qui est soulevée : à quelles conditions un sujet inanimé peut-il devenir le point de départ d’une localisation en HAVE ? Ainsi comprise, la série d’énoncés joue en fait sur les conditions de « réélaboration » de la localisation en THERE, pour emprunter à P. Cotte (1998). Il s’agit en cela de compléter l’analyse d’ E. Benveniste (1966) souvent reprise pour l’anglais qui fait de AVOIR un ETRE À « inversé » en questionnant davantage la symétrie postulée. On peut départager les deux constructions en montrant qu’elles marquent des relations différentes entre les deux termes repérés en localisation. Deux attitudes théoriques sont alors possibles :

  1. Certains travaux considèrent la relation entre le sujet et le second argument de façon externe à l’opérateur, en posant que HAVE n’est possible que si la relation qui unit les deux termes est une relation a priori privilégiée, ce qui peut être abordé à travers les problématiques de la coréférence (R. Freeze 1992), de l’aliénabilité (A. McIntyre 2006) ou du liage (H. Harley 1998).

  2. D’autres travaux, notamment ceux qui font appel à l’empathie, ne considèrent pas la relation privilégiée dans l’absolu mais focalisent sur la relation construite (on pourrait presque dire « forcée ») par l’opérateur lui-même qui renforce la relation préexistante ou au contraire l’établit lorsque c’est possible.

Nous justifions le deuxième point en étudiant davantage la logique qui sous-tend la série d’énoncés construite ci-dessus.

  • 3 Ce terme désigne l’ « élément organisateur de l’énoncé » qui « doit être identifié donc stable » (A (...)

13Les énoncés du type THERE BE X ON Y permettent de séparer deux problèmes : celui de la localisation entre les termes X (le repéré) et Y (le repère), et celui de la construction de la situation de référence. En effet, la construction de l’énoncé y est initiée par THERE, qui constitue ce qui est appelé un « repère constitutif »3 dans la TOPE ; et qui marque la construction d’une situation de référence différenciée de la situation d’énonciation. La localisation entre X et Y se fait, elle, à travers la préposition ON dans ces exemples. Dans ce cas, peu importe s’il existe un lien privilégié entre X et Y en dehors de la mise en relation dans l’énoncé, et que l’on pourrait ramener à la problématique de l’aliénabilité ou de l’inhérence comme le montrent (4) et (5). Les référents de plate et de table renvoient en effet à des notions a priori distinctes, ce qui n’est pas le cas de scratch et de table dans la mesure où l’une inclut l’autre. Les deux énoncés en THERE BE sont acceptables.

14A l’inverse l’acceptabilité de (6) et la non-acceptabilité de (7) montrent qu’une réécriture par Y HAVE X ON IT impose une relation privilégiée entre Y et X. Celle-ci peut d’ailleurs être proscrite par l’énonciateur si elle renvoie pour lui à du détrimental (voir en (8) la relation entre table et crumbs). La contrainte d’empathie, telle que nous la comprenons, permet alors de dire que dans les cas où l’on ne peut pas recouvrer a priori de relation privilégiée, HAVE ne peut être utilisé que si il y a, non pas simplement qualification, mais requalification de Y par X dans la situation à travers le repérage argumental. Ceci est difficile en (7) où la présence d’une assiette sur une table ne permet pas de reconsidérer le référent du sujet et de lui accorder un rôle « central » dans la situation de référence. Nous entendons par là que la requalification attendue doit permettre de faire du sujet le repère constitutif de l’énoncé en HAVE, c’est-à-dire d’en faire tout à la fois le thème principal de l’énoncé et le terme de départ (repère) de la localisation à laquelle il renvoie. Si cela est problématique en (7), en (6) et en (8), au contraire, la rayure ou les miettes sur la table permettent de requalifier celle-ci dans la situation, et c’est ce que marque HAVE.

(9)

And as the dhmis dance in the sunshine, the tiers of yellow garlands collide with that hair and bounce up and down against their white tunics. And there are flowers in their hair and loose yellow flowers strewn about under their bare feet on the ground. (BNC / BNU W_misc)

15Par contraste, dans les énoncés du type de (9), la localisation en THERE BE du repéré (flowers) n’implique pas de centrage de la situation sur le repère introduit par la préposition (their hair) qui n’est pas le repère constitutif de l’énoncé. En fait, la situation n’est pas construite autour de lui car celle-ci est déjà stabilisée et représentée par un opérateur en TH-, THERE, « qui met au premier plan » le « savoir situationnel antérieur de l’énonciateur » (J.-R. Lapaire et W. Rotgé 1998 : 251) afin de donner corps à la localisation.

16Concevoir l’empathie comme une contrainte, c’est pour nous chercher à vérifier qu’une mécanique interprétative particulière peut s’appliquer qui conditionnerait l’apparition d’un marqueur comme HAVE. Nous dirons qu’il s’agit de se demander si la relation établie entre les deux termes peut oui ou non jouer un rôle dans la construction d’une situation de référence centrée sur le référent du sujet, et dans laquelle il subit une qualification au sens où sa stabilité de repère s’en trouve renforcée, ce qui doit venir justifier sa position au centre de la situation.

1.3. Requalification et identification du couple énonciatif à S

  • 4 C’est ainsi que nous prenons le terme d’« identification » dans le sens que lui donne Kuno (voir in (...)
  • 5 Pour P. Larreya (1989), c’est avant tout l’énonciateur qui s’identifie au sujet d’énoncé, peut-être (...)

17Dans ce que l’on pourrait appeler « la logique empathique » marquée par HAVE, nous comprenons la thématisation du premier terme conjointement à l’identification4 de l’énonciateur et du co-énonciateur à son référent, ce qui témoigne d’un consensus interprétatif pour considérer S comme un repère stable et permet d’évaluer la pertinence de sa mise en relation avec le deuxième terme5 :

(10)

The woman in the shop that sold antique clothes was already busy with a customer who was after a white crepe de Chine 1920s dress that had gold sequins in thick crusty-looking roses all round the hips. She paid ninety pounds for it. And it had a stain on the shoulder which she said she would hide with a gold rose. (BNC / EV1 W_fict_prose)

  • 6 Ainsi, pour P. Cotte (1998 : 415) « le repère est le centre d’un domaine qu’il identifie et qui le (...)

18Avec HAVE, le premier argument est le thème principal de l’énoncé et correspond à son repère constitutif et c’est du point de vue de sa stabilisation qualitative que le couple énonciatif peut évaluer la mise en relation avec le second argument. La relation de localisation est, on l’a vu, à considérer dans une situation de référence que nous dirons être « particularisée » car elle est centrée sur S6. Elle n’est pas rattachée à une situation appréhendée de façon extérieure à son référent et qui serait codable par THERE.

19S’identifier au référent de « a white crepe de Chine 1920s dress » (repris par that et par it) permet de « comprendre » la pertinence de la localisation effective des référents de « gold sequins… » et de « stain on the shoulder… » dans la situation dont il est le centre. L’identification à du non-animé permet de dégager une certaine qualification du référent de S en discours comme c’est le cas ici pour dress. Ce qui séduit la cliente, c’est avant tout une robe qui correspond à un type qui se trouve défini ici par le repérage argumental et la présence de la tache que la robe permet de repérer contribue à en présenter un autre aspect. Ces qualifications permettent en quelque sorte de cerner la « position » particulière que S occupe comme centre de la situation décrite au sens où il constitue le thème principal de l’énoncé. La localisation marquée par HAVE accorde donc un rôle privilégié à S en tant que repère (dress) tout en permettant au repéré (gold sequins…, stain on the shoulder…) d’en renforcer la stabilité référentielle à travers une détermination qualitative.

20La qualification apportée est en fait indissociable du centrage de la situation particularisée sur S. C’est elle qui en justifie la construction autour de S, du point de vue du couple énonciatif. La relation entre S et ce qu’il localise est en fait nécessaire, c’est-à-dire non-accidentelle, dans la situation ainsi centrée :

(11)

His tie was badly knotted, his shirt had a crumpled look - everything about him suggested a man hastily summoned out of bed. (BNC / ARK W_fict_prose)

21Dans ce passage, il y a recentrage de la situation sur la chemise à laquelle réfère S, ce qui n’a de sens que parce qu’elle occupe une position particulière dans cette situation en vertu de son apparence froissée. Elle subit une qualification par localisation du repéré (a crumpled look) dans la situation dont elle est le centre, ce qui motive précisément le centrage pour les interlocuteurs, c’est pourquoi « *the shirt had a pen on it » n’est pas possible : aucune qualification de la chemise par le stylo ne semblant pouvoir étayer la construction d’une situation centrée sur elle. Par opposition, un énoncé en THERE BE est envisageable (« there’s a pen on the shirt »), la contrainte d’empathie ne jouant pas avec cette construction. En (11), la qualification que subit la chemise et qui la place dans une position singulière au centre de la situation est d’ailleurs exploitée par le cotexte pour brosser le portrait d’un des protagonistes qui se trouve inclus dans cette situation : la chemise est donnée comme typique d’un homme négligé (« a man hastily summoned out of bed »).

1.4. S comme centre d’une situation particularisée avec laquelle il entretient un rapport méronymique

22Si la localisation marquée par HAVE construit une situation « resserrée » autour de son référent, nous n’utiliserons pas le concept de « sphère personnelle » au contraire de C. Boisson (1987 : 166), car il nous semble qu’elle pourrait être comprise comme un domaine construit a priori, alors que c’est pour nous la prédication elle-même qui permet d’en penser l’existence par une co-construction de l’énonciateur et du co-énonciateur, et nous lui préfèrerons le terme de « micro-situation ». L’empathie permet en effet de faire ressortir un lien entre la construction d’une qualification du sujet et le fait de le considérer comme un repère stable placé au centre d’une situation qui se définit en retour à partir de la position centrale que ce repère y occupe.

  • 7 Un lien qui repose sur une relation sémantique partie-tout.

23Le lien entre qualification et situation particularisée est un lien de type méronymique7 et (12) illustre bien ce point. Il s’agit de définir en discours les bibliothèques comme surchargées de livres et les livres qu’elles contiennent comme des livres de développement personnel :

(12)

In an age of increasing stressful tension and uncertainty, people search (sometimes desperately) in different ways and different places for solutions -- tranquillizers, yoga, alcohol and so on. Libraries have shelves full of books, and books have pages of ‘methods’. (BNC / C9R W_non_ac_medicine)

Les bibliothèques ainsi caractérisées permettent de définir une situation particularisée parce qu’elles y occupent une position centrale, une micro-situation explicitée par les termes « an age of increasing stressful tension and uncertainty ».

24La logique empathique aboutit à une certaine circularité : c’est cette époque si singulière qui justifie le remplissage des bibliothèques par les livres et le remplissage des bibliothèques est également analysable en retour comme emblématique de l’époque. L’empathie est pour nous ce qui permet de voir que, dans la micro-situation dont il est le centre, le sujet est tel qu’il est car il se trouve placé dans cette micro-situation particulière. Inversement, on peut penser qu’il est dans cette micro-situation, justement car il est tel qu’il est. On retrouve ce que A. Culioli (1985 : 85) appelait « logique du nécessaire » et qui est bien rendue en anglais par : « it must be since it is. It is because it must be. » (1995 : 121).

25La relation est comprise comme non-accidentelle à la fois dans la construction de la situation et de la position de S dans cette situation, et cela passe par une identification du couple énonciatif à S, ce qui explique sa thématisation dans l’énoncé. Nous avons vu que cette logique interprétative particulière est ce qui permet de comprendre que le degré d’aliénabilité des propriétés est tout relatif, en fait conditionné à la possibilité d’ériger S en repère situationnel par consensus énonciatif, ce qui passe par une (re)qualification de celui-ci. C’est pourquoi, dans l’exemple suivant, « ? ? libraries have shelves » est étrange de prime abord, à moins que l’on cherche à expliquer qu’« il y a rayonnage et rayonnage » :

(13)

Libraries have shelves. Homes have shelves. The difference is that when I search for book display ideas, I get ideas for the book collector — that is, for displaying books that aren’t to be moved or read all that much. (Google)

26Les remarques que nous venons de faire sur la méronymie impliquent qu’une qualification particulière de S au moyen de HAVE peut suffire à évoquer une situation particularisée qui est donc différentiable d’une autre situation particularisée au moyen d’un S différent. Le fait de donner les référents de libraries et homes comme repères constitutifs des énoncés en HAVE permet de les placer au cœur de situations distinctes dans lesquelles le repéré (shelves) est appréhendé différemment sur un plan qualitatif. Il y a dans les deux phrases en HAVE, une évaluation différente par le couple énonciatif du lien qui unit libraries et homes d’un côté à shelves de l’autre. La prise en compte de chacun de ces liens mène à la construction de deux situations particulières, ce qu’exploite le co-texte, car l’usage et le type de rayonnage n’est en effet pas le même pour qui travaille dans une bibliothèque publique et le simple amateur de livres. Ce que cherche l’énonciateur bibliothécaire c’est un type de rayons adapté aux bibliothèques et non pas à un usage privé. Dans chacune de ces micro-situations les qualifications construites par la mise en relation sont nécessaires et vice versa.

1.5. Bilan

27Nous proposons de résumer le mécanisme de l’empathie de la manière suivante : dans le cadre d’une localisation, il repose sur l’évaluation par le couple énonciatif de la nécessité de la mise en relation par un opérateur entre un terme repère et un terme repéré, dans la mesure où celle-ci doit permettre une (re)qualification du repère qui justifierait sa position de repère thématisé dans une situation de référence. Ceci débouche sur une particularisation de la situation de référence que nous qualifions de « micro-situation » qui entretient une relation méronymique avec la qualification construite.

28Faute de place, et puisque ce n’est pas l’objectif de cet article, nous ne vérifierons pas que le mécanisme interprétatif ici décrit s’applique à tous les énoncés en HAVE ce qui, semble-t-il, n’a jamais été fait, les auteurs qui l’utilisent étant prudents sur la question. Ceci pourrait faire l’objet d’un travail ultérieur en revenant notamment vers les énoncés contenant un S référant à un animé.

  • 8 M.-L. Groussier et C. Rivière (1996) précisent que « dans les modalités de contrainte, on oppose la (...)

29En revanche, nous notons que l’un des principaux intérêts de cette analyse est qu’elle permet d’unifier le traitement de HAVE GN et HAVE TO autour de la prise en compte de la nécessité de la mise en rapport argumental. C. Delmas écrivait ainsi de façon très éclairante à propos de la deuxième structure que le prédicat en TO était intégré en discours aux « traits du sujet » (1987 :175). Elle est alors généralement associée à la nécessité plutôt qu’à l’obligation8 dans la mesure où la contrainte n’est pas imposée par une source subjective extérieure à la prédication mais envisagée à partir de S lui-même étant donné sa position dans la situation de référence (« With Alain’s dark eyes on her quite threateningly, Jenna had to pull herself together fast. » – BNC / HGD W­­­_fict_prose).

2. HAVE sous l’angle de la prédication d’existence

30D’une certaine manière, le concept d’empathie a été redéfini pour rendre compte d’une façon particulière de concevoir la prédication d’existence, non pas à partir d’un argument représentant la situation elle-même comme avec THERE BE mais à partir d’un sujet inanimé placé au cœur d’une situation particularisée par sa mise en relation avec l’argument qu’il sert à localiser. Les exemples du type N1 HAVE N2 ON IT / THEM qui ont été au cœur de la discussion sur l’empathie semblent en effet pouvoir être assimilés à une façon d’envisager l’existence de N2 à travers HAVE, ce qui rappelle le IL Y A français, à la différence que le sujet n’y renvoie pas à de l’impersonnel :

(14)

The moon had come out again - even the moon did as he wanted, she thought hopelessly - and across the water she could see only high walls and shuttered windows. Yet the Grand Canal must be quite close. It would have boats on it, lights and music, and people still thronging the bars and restaurants. (BNC / JY2 W­­­_fict_prose)

  • 9 Au sens où le passage à l’existence de l’élément repéré prend appui sur un repère subjectif qui n’e (...)

Pour nous, l’un des axes de recherche que l’empathie permet d’entrevoir est la possibilité d’envisager une certaine subjectivisation de la prédication d’existence9 et donc l’inclusion d’énoncés en HAVE dans un système plus large, question que nous ne faisons qu’effleurer ici.

  • 10 Nous cherchons ainsi à insister sur le fait que le passage à l’existence de l’élément repéré prend (...)

31C. Copy et L. Gournay (2009) posent en effet que la prédication d’existence peut trahir un « engagement » de l’énonciateur (« commitment ») plus ou moins grand. Dans leur approche, l’inversion locative est une « prédication objectivée », alors que THERE BE est une prédication « subjectivée », ce qui signifie que l’existence du terme est construite explicitement par le sujet d’énonciation qui s’engage par là même fortement - le morphème TH- contenu dans THERE étant une manière pour l’énonciateur de se dire dans l’énoncé existentiel. Nous dirons, à travers l’empathie, que HAVE est aussi une prédication subjectivée, mais différemment. L’existant n’est pas posé par l’énonciateur à travers un renvoi direct à la situation de référence, elle-même différenciée de la situation d’énonciation, mais avant tout en relation à un sujet d’énoncé conçu comme localisateur autour duquel on peut construire une micro-situation. Si S correspond à un animé-humain on a, plus qu’une subjectivisation, une humanisation de la prédication d’existence10 :

(15)

Graham will call Wright in for the one-to-one. There will hardly be need for words once their eyes meet because Wright knows he has a problem and is in the wrong. (BNC / CBG W_newsp_other_sports)

32L’engagement de l’énonciateur serait moindre avec HAVE qu’avec THERE BE et quasi-nul avec l’inversion locative. Le passage suivant nous semble bien illustrer l’intérêt qu’il y aurait à appliquer le concept d’empathie, à travers HAVE, à cette problématique :

(16)

A comfortable chair for nanny stands by the brass-bound fender that surrounds the hob grate, with the nursery kettle on it for making the baby’s feeds. Jars of boiled sweets, rusks, biscuit tins and chocolate boxes are on view. Their contents would have been eaten under strict supervision! The toy train that draws into Windsor station is four inches long. The fully strung, Broadwood cottage piano has a book of nursery rhymes on it. By the right-hand door is a very early wireless set. The toy cupboards are filled with soft animals, books and amusements, and animals walk two by two into Noah’s Ark. Whether or not the parrot is a stuffed or talking model is left to our own imagination. The glazed corner cupboards in the left-hand lobby hold a pale blue Wedgwood breakfast service, and teatime jams and biscuits. (BNC / CHP W_misc)

La situation décrite est d’abord mise en place à partir d’artefacts, sujets de divers prédicats qui permettent d’en envisager l’existence (stand / be on view / be four inches long / be filled with, etc.) et qui impliquent un point de vue d’observateur externe sur ce qui est une nurserie.

33La focalisation narrative change lorsque l’énoncé en HAVE pousse à opérer une redéfinition temporaire de la situation comme une situation restreinte, construite autour du piano. Le fait que celui-ci corresponde au référent de S et soit le repère existentiel de a book of nursery rhymes s’accompagne du fait qu’il s’affirme comme localisateur stable à travers HAVE. Le piano se trouve ainsi faire l’objet d’une qualification en discours à travers le livre de comptines qui contribue à l’affirmer comme l’élément thématisé placé au centre d’une micro-situation. HAVE signale ainsi que la présence d’un livre de comptines sur le piano est plus qu’attendue, elle est normale et nécessaire du point de vue de cet objet placé au centre de la situation redéfinie autour de lui. La construction d’une micro-situation autour de ce qui est requalifié comme un piano servant à jouer des comptines n’est d’ailleurs pas surprenante au vu de la situation plus large dans laquelle elle s’inscrit.

34L’inversion locative qui suit (« By the right-hand door is a very early wireless set ») permet ensuite un autre changement de focalisation, comme le soulignent C. Copy et L. Gournay (2009 : 109). L’existence d’une vieille TSF s’en trouve alors dramatisée, indépendante qu’elle est de tout point de vue, son repère existentiel étant avant tout spatial.

35Il conviendrait de chercher à vérifier systématiquement l’existence d’un tel micro-système dans la prédication d’existence dans une optique narratologique.

36Nous proposons à présent de faire remarquer que le mécanisme empathique que nous avons donné à voir est en fait ce qui a été proposé récemment pour rendre compte de la diachronie de WANT. Nous essaierons de montrer qu’une partie importante de l’identité synchronique de ce marqueur pourrait également s’en trouver éclairée dans la mesure où, plus qu’un prédicat subjectif, il s’agit d’un prédicat subjectivé qui tend à la modalisation.

3. Le mécanisme empathique pour expliquer l’évolution sémantique de WANT

37S’il est bien connu que WANT vient d’une racine (« *eu2 ») qui le lie à l’idée de manque ou de déficit (voir C. Delmas 1998 : 162), M. Krug (2000) montre que le passage notionnel du manque au désir se fait via la nécessité, ce qui rencontre un écho dans les travaux sur la subjectivisation et l’hypothèse d’une réanalyse pragmatique.

38WANT renvoie d’abord historiquement à la construction de l’absence de ce que dénote un argument unique, comme le rappelle O. Polge (2006). Notre observation des exemples donnés par l’OED montre que cette absence contribue très souvent à la définition d’un repère situationnel :

(17)

Where obedyence wanteth (sayth saynt Austyn) there is no goodness. (OED / 16ème siècle)

(17) se traduit par « là où il n’y a pas d’obéissance, il n’y a pas de bonté » et nous remarquons que les énoncés obsolètes qui posent une absence font très majoritairement apparaître des subordonnées en WHERE ou en WHEN et peuvent contenir NOW :

(18)

But they of the citie fought manfully against them, with engines, dartes, and arrowes, and when stones wanted they threw siluer, and especially melted siluer. (OED / 16ème siècle)

(19)

The armies were to be supplied with a new muster. For voluntarie men now wanted: or if there were any; they were not of so vertuous and modest a cariage. (OED / 16ème siècle)

Le repère situationnel se trouve ainsi défini par le constat d’une absence et permet la validation d’autres propositions.

39La possibilité d’introduire un autre argument codable par THERE dans la prédication en WANT elle-même existe également dès le 16ème siècle. Il occupe alors une place de premier argument, le second correspondant à l’objet absent. On peut alors séparer symboliquement le repère situationnel et l’objet absent au niveau prédicatif :

(20)

For there wanted aboue sixe thousand souldiers of them which had been leuied. (OED / 16ème siècle)

Avec l’introduction d’un sujet animé humain qui sert de repère à l’objet, comme en (21) l’absence n’est plus enregistrée pour elle-même ou rattachée directement à une situation mais elle est rapportée à une subjectivité qui se trouve mise au centre de la situation de référence. C’est l’hypothèse de la « subjectivisation » de WANT, défendue dans O. Polge (2006 et 2007) :

(21)

We haue all sinned and want the glory whiche before God is allowed. (OED / 16ème siècle)

WANT permet alors de localiser un objet repéré en le donnant comme absent pour S qui remplit un rôle de repère. Ce qui se joue d’abord, c’est le passage de l’absence au manque à travers le recentrage de l’absence sur S.

  • 11 Cette formulation, qui est la nôtre, doit beaucoup à R. Langacker. Nous le suivons en considérant q (...)

40Le sujet siège est devenu repère constitutif de l’énoncé en WANT, ce qui va ensuite permettre d’initier le passage du manque au désir. L’hypothèse d’O. Polge (2007 : 194-196) est que ce sont les énoncés à la première personne qui ont permis le développement de l’expression de la volition à travers une réanalyse de leur sens par le co-énonciateur dans une approche similaire à ce que E. Traugott (1989) nomme « pragmatic strengthening ». Cette hypothèse repose fondamentalement sur une identification du co-énonciateur au sujet S correspondant à I, ce qui s’interprète comme le fait pour lui de le considérer comme objet de discours dans la situation, au moment du décodage de l’énoncé11. Ce qui est en jeu, c’est en fait sa stabilisation qualitative en tant que repère car la relation de localisation dont il est le point de départ va être réévaluée, entraînant une requalification de S. De sujet manquant, il va devenir sujet désirant.

41Le cheminement proposé est le suivant : le sujet I dit son manque, celui-ci porte sur un objet absent de la situation dont il est le centre pour le co-énonciateur. Ce-dernier, en s’identifiant à I peut inférer que son référent est valué positivement par l’énonciateur, ce qui donne sa présence comme attendue dans la situation centrée sur lui : il renvoie à du nécessaire dans l’extralinguistique. Pragmatiquement, et puisque S est également potentiellement agent doué de volonté, le co-énonciateur peut également supposer qu’il désire l’objet de manque car il peut potentiellement procéder à la palliation du manque.

42Pour M. Krug (2000 : 144) c’est d’ailleurs, sur un plan linguistique, avec la généralisation de la complémentation infinitive que le sens de désir se développe vraiment :

(22)

Like beggers wee liue and want to pay rent. (OED / 16 ème s.) (Nous vivons comme des mendiants et ne sommes pas en mesure de payer un loyer.)

43L’énonciateur dit au moment de l’encodage qu’en tant que pauvre il ne peut pas payer le loyer dont il doit nécessairement s’acquitter, mais le co-énonciateur peut supposer au moment du décodage que s’il le pouvait, il le ferait. La relation virtuelle introduite par TO change de statut. D’objet de manque elle devient objet de visée, et le co-énonciateur peut supposer que le sujet énonciateur désire valider le prédicat. Sur le plan linguistique, la localisation de l’objet manquant qui peut donc être un prédicat verbal, et qui est repéré comme étant hors du domaine immédiat du repère S, est évaluée pragmatiquement comme non-accidentelle. Dire le manque est perçu comme le fait de dire ce qui justifie une visée.

44La réinterprétation pragmatique de la situation du point de vue du référent de S aurait donc permis à terme une réanalyse linguistique de la construction en WANT et l’idée que tout sujet de ce verbe, y compris les troisièmes personnes, désire remédier au manque. Il y aurait eu réattribution de la valuation positive du second argument à S lui-même et réanalyse de la relation argumentale comme ce qui justifie le rôle central de S dans cette situation comme source de la visée.

45On retrouve donc en diachronie les principaux ingrédients de l’empathie :

  • centrage de la situation sur S,

  • requalification de son référent à partir du repérage argumental imposé par WANT,

  • analyse de l’opérateur comme marquant une relation nécessaire à la détermination qualitative de S dans la situation dont il est le centre,

  • identification du couple énonciatif à son référent.

46Remarquons que l’inférence que S va tirer profit de l’objet manquant dans l’extralinguistique reste présente en synchronie avec WANT :

(23)

I hate myself and I want to die. (Titre d’une chanson de Nirvana, 1993)

  • 12 Voir notre section suivante pour une définition de l’intentionnalité et l’ébauche d’une comparaison (...)

47On peut penser que le sujet va tirer profit de tous les prédicats, y compris les plus désagréables, et l’on pourrait fabriquer une série d’énoncés à partir de prédicats clairement détrimentaux du type a slap in the face, a good beating, etc. En synchronie, la valuation de l’objet de manque attribuée à S est ce qui permet de justifier sa position dans la situation dont il est le centre, le deuxième argument permettant de le (re)qualifier en discours au sens où il est donné comme n’étant pas indifférent à ce qui est visé. En (23) c’est le repérage argumental, par l’intermédiaire de WANT, qui permet alors de définir qualitativement le sujet comme chanteur suicidaire, et son état de chanteur suicidaire justifie en retour la mise en relation avec le prédicat visé. La mise en relation n’est donc pas étrangère à l’affirmation de S comme repère stabilisé au centre de la situation et l’on retrouve le mécanisme de l’interprétation empathique. Il y a, dans la mesure où la mise en relation argumentale n’est pas accidentelle du point de vue de la qualification de S dans la situation, établissement d’une tension entre les deux arguments à travers WANT lui-même et dont S est le point de départ. C’est ce qui explique que le second argument fasse l’objet d’une visée même lorsque celui-ci ne correspond pas à un prédicat en TO (« I want an ice-cream »), ce qui va permettre l’émergence de WANT comme marqueur d’intentionnalité pour le sujet S en synchronie, ce en quoi on peut penser qu’il diffère de NEED12.

  • 13 C’est peut-être ce qui différencie WANT de VOULOIR, pour lequel A. Culioli écrivait qu’il était un (...)
  • 14 Pour D. Bolinger WANT emprunte le chemin de l’auxiliarisation qui doit mener inexorablement à la mo (...)

48Cette analyse montre qu’avec WANT, la construction de la position de S dans la situation repose sur une ambiguïté quant à la source de la valuation positive du second argument. L’hypothèse du maintien du mécanisme empathique en synchronie permet de mettre en valeur ce que nous appellerions volontiers un certain « décloisonnement subjectif » de WANT13. On tient là une façon de rendre compte des effets de modalisation bien identifiés14 pour la construction à valeur « déontique » à la deuxième personne YOU / WE WANT TO (G. Leech et al. 2009 : 113) :

(24)

You want to be quiet.

(25)

What you want to do is ring up the Sunday Times and get a reporter round and he’ll get a scandal story and they’ll do something. (BNC / FUL S_meeting)

49Le point de vue serait différent de celui développé dans G. Desagulier (2005) qui en explique l’émergence à partir du « blend conceptuel » du sens attaché à la structure manipulative I WANT YOU TO V d’un côté, et de celui attaché à la structure exprimant le désir X WANT Y de l’autre. Il s’agissait, dans cette hypothèse, de poser une sorte d’effacement de la source de la contrainte : l’énonciateur qui se trouve marqué par I dans la première construction, ce qui permet de présenter le prédicat à valider comme étant bon pour S lui-même, c’est-à-dire le you correspondant à X dans la seconde construction. Ceci débouche sur ce que M.-L. Groussier appelle une « feinte » (2000 : 90) intersubjective inscrite dans un processus de « désubjectivisation », au sens où il s’agit de faire appel à une construction non-modale pour exprimer une modalité de contrainte liée au sujet d’énonciation mais présentée à partir du sujet d’énoncé.

50L’application de l’empathie comme mécanisme interprétatif à la synchronie permettrait d’en rendre compte en faisant de WANT une prédication par essence hybride quant à la source des repérages et des valuations et d’éviter ainsi l’hypothèse de l’effacement.

51On pourrait également l’utiliser pour traiter d’énoncés d’où ressort un effet « épistémique » au sens où ils expliquent la position qualitative de S dans la situation en considérant l’ensemble de la relation construite par WANT comme étant ce qui construit cette position :

(26)

I love Ben’s look on his face; he wants a sip so badly! (Google)

(27)

She wants to go out with him badly I tell you that. (BNC / KSW S_conv)

  • 15 Dans notre hypothèse, on retrouve une certaine mise entre parenthèses du pôle d’émission de l’énonc (...)

Comme le notait en effet déjà C. Delmas (1998 : 162) : « avec WANT, nous avons fréquemment l’impression que l’énonciateur « explique » à son destinataire l’état (la situation) dans lequel se trouve le référent du sujet ». De façon générale, l’empathie nous permet de décrire ce verbe comme le marqueur d’une identification de l’énonciateur et du co-énonciateur au référent de S afin de considérer la mise en rapport argumental sous l’angle de la construction d’un certain état qualitatif de S dans une situation dont il est le centre. Ce processus s’accompagne de la mise en valeur d’une certaine forme d’intentionnalité de celui-ci dans cette situation où il est mis en rapport avec le référent du second argument15.

4. WANT, empathie et intentionnalité

4.1 WANT comme marqueur d’intentionnalité

52Nous revenons sur le terme d’«  intentionnalité » qui désigne un concept que l’on doit à J.-J. Franckel et D. Lebaud (1990), qui n’a pas rencontré un succès tel qu’il est très couramment utilisé dans la TOPE, mais dont il nous semble qu’il rend assez bien compte du fonctionnement de WANT, ce qui, à notre connaissance, n’a pas encore été remarqué. Il permet, entre autres, de modéliser la palliation nécessaire d’un manque. On peut l’expliquer à partir du graphe de bifurcation culiolien :

53L’intentionnalité permet de donner la position I correspondant à l’intérieur d’un domaine notionnel comme position nécessaire pour le sujet, qui ne se trouve pas en position IE comme pour la visée, mais dans une position effective de départ qui peut être soit I soit E. A partir de cette position effective, le sujet se place en IE et envisage la position I. Il y a nécessité car seul le chemin d’accès à I est pris en compte depuis IE. Dans le cas de WANT, la position de départ se situe en E ce dont attestent bien les gloses en « not to have » que donne l’OED. Il s’agit d’envisager ce que le sujet n’a pas encore mais ce qu’il peut viser, ce que l’on retrouve souvent explicité par les locuteurs :

(28)

The sharp-dressed singer, who’s at No. 37 with Me And Mrs Jones, spent more than 1,000 in stores during a recent visit to London -- only days after a 2,000 clothes spree in New York. He admits: If I see something I want, I just have to have it.’ (BNC / CH1 W_newsp_tabloid)

(29)

A: Don’t make me hate you Syed.

B: Why would you hate me?

A: Cos I hate anything I want. That I can’t have. (Eastenders, Août 2009)

54Avec WANT, S se situe donc a priori en E c’est-à-dire qu’il est extérieur au domaine construit par l’objet ou la propriété p mais il est également donné en position de viser son intérieur I qui correspond à une valeur qui se donne comme nécessaire car manquante et valuée pour S. Ceci implique qu’il quitte la position effective E pour se placer en IE. Il s’établit alors une « tension » (Franckel et Lebaud 1990 : 225) entre S et le référent du second argument qui permet d’envisager I.

55Nous avons proposé à la section précédente que l’émergence de WANT comme marqueur d’intentionnalité a été rendue possible par le mécanisme empathique. Il est d’ailleurs intéressant que le concept d’intentionnalité puisse également permettre d’éclairer le fonctionnement empathique de HAVE car il prévoit que la « position effective » du sujet S puisse aussi être en I. Le sujet est cette fois donné comme disposant de l’objet ou de la propriété repérés, ce qui n’empêche qu’il puisse revenir en IE et réenvisager I rétroactivement. Il y a réévaluation de la nécessité qui a amené ce dont on jouit effectivement dans la situation, ce qui passe par la reconstruction d’une visée rétroactive :

On retrouve la circularité que nous évoquions en 1.4 car le sujet dispose de ce dont il envisage rétrospectivement qu’il devait disposer. HAVE et WANT peuvent donc être rapprochés à travers l’empathie mais diffèreraient quant à la forme d’intentionnalité qu’ils mettent en jeu.

56Pour éclairant que soit ce concept, on voit qu’il n’a pas pour objet premier de mettre en valeur les effets énonciatifs que nous associons à l’empathie car si nous nous intéressons à elle, c’est qu’elle permet de s’interroger sur l’identification du couple énonciatif à S comme composante importante de l’identité des marqueurs. En particulier, elle nous a permis de saisir une ambiguïté fondamentale quant à l’origine de l’évaluation des effets de la mise en relation argumentale. Il nous semble pourtant qu’intentionnalité et empathie se complètent en aidant à mieux cerner l’identité de WANT. L’intentionnalité permettrait de mettre en valeur le fait que ce verbe marquerait lui-même une visée attribuable à S alors que NEED ne le peut pas sans la présence d’un prédicat en TO, « I want an ice-cream » différant de « I need an ice-cream » à cet égard.

4.2 La complémentarité empathie / intentionnalité dans la définition de l’identité synchronique de WANT

57WANT peut être rapproché d’un prédicat comme le NEED non-modal qui permet de poser une nécessité « intrinsèque » (G. Leech et al. 2009 : 111), c’est-à-dire pensée à partir du référent de S lui-même, dont il renforce la stabilité qualitative :

(30)

Television for the 90’s. Pictures from outer space; satellite dishes, antennae, aerials, squarials, Astra, Sky, BSB... it all sounds pretty confusing. Yet satellite television is revolutionising entertainment as we know it in Britain today - the trouble is sometimes it sounds as if you need a first class degree to join in! […] This is where Radio Rentals can help. (BNC / AYX W_advert)

58Le prédicat en TO est donné comme nécessaire par rapport à la position que S occupe dans la situation :

(31)

It’s a vehicle you don’t need to think twice about using, no matter what the physical or social demands, and no matter where you’re headed to: to the cottage with all the kids and their friends, to the local shops, to Kitzbhel for the skiing. (BNC / CFS W_advert)

59On peut alors recouvrer un certain effet empathique par identification du couple énonciatif à S. L’emploi modal impose au contraire la nécessité de manière extérieure à la relation, du point de vue de l’énonciateur :

(32)

Oh, I’m sure you needn’t worry, Tom. With the big move scheduled for February I’m sure the Senior Management will have enough on their minds as it is. (BNC / HD7 W_misc)

  • 16 196 contre 16 occurrences, WANT V-ING apparaissant très majoritairement dans un contexte oral.

60Les constructions des verbes WANT et NEED avec V-ING fourniraient un point de départ intéressant pour réfléchir à l’identité propre de WANT. Le prédicat enchâssé est en effet contraint dans les deux constructions : il doit entretenir une relation privilégiée avec S en dehors de WANT ou de NEED car comme le note G. Girard (1996 : 127), il doit « préciser ce qui doit être accompli pour [que S] continue à exister en tant que S », c’est-à-dire qu’il doit pouvoir contribuer à la stabilité qualitative de S. Celui-ci correspond sémantiquement au patient du second prédicat, comme le remarque A. Deschamps (1993 : 161). Notre recherche sur le BNC confirme ces données pour NEED V-ING, construction beaucoup plus fréquente que WANT V-ING16, le second prédicat renvoyant à :

  • la propreté ou à la remise en ordre de S : washing, cleaning, brushing, ranking, sorting ;

  • au bon fonctionnement de S: checking, repairing, tightening, changing, stabilising, replenishing;

  • au bien-être de S: feeding, snuggling, settling, mollycoddling, jollying.

61L’on trouve ces prédicats également utilisés avec WANT et les deux verbes sont la plupart du temps interchangeables mais la construction est alors jugée plus démodée et plus familière.

  • 17 (38) est donc un contre-exemple.

62Dans les deux cas S renvoie quasi-systématiquement à du non-animé17 et l’évaluation de la relation qui l’unit au V-ING passe par une identification du couple énonciatif à son référent. On retrouve donc une logique empathique qui peut s’interpréter comme une personnification du référent :

(33)

There’s a barrel that wants changing. (Eastenders, Janvier 2012)

(34)

A: Is there anything I can do to help?

B: No.

A: You sure? Any veg that need peeling? (The Archers, Septembre 2012)

Pourtant il existe des cas où les deux verbes ne sont pas équivalents :

(35)

Traffic needs diverting / *wants diverting. (Entendu dans le documentaire britannique Coppers)

(36)

The categories of the previous section need breaking down /?? want breaking down. (BNC / CRY W_non_ac_humanities_arts)

(37)

Could you tell me please:

1) Is the 4203 direct or indirect injection?

2) Where do I connect brake servo at engine end?

3) Is my 2.6 radiator big enough for the diesel?

4) Will brakes or suspension need uprating? / *want uprating? (BNC / AN2 W_misc) 

63Nous n’expliquons pas ces blocages en disant que WANT requiert a priori que l’on puisse, plus facilement qu’avec NEED, s’identifier à S car il n’y a pas plus de raison de s’identifier à un fut de bière en (33) qu’à la circulation (35). L’empathie n’opère de toute façon pas dans l’extralinguistique mais joue sur la possibilité d’une (re)qualification de S en discours. Nous postulerons une contrainte supplémentaire pour départager WANT et NEED.

  • 18 C’est l’une des caractéristiques de l’intentionnalité (voir 4.1 ci-dessus).

64Nous émettons donc l’hypothèse, qui demanderait à être développée davantage, qu’en plus de l’empathie, WANT joue sur une certaine intentionnalité, réelle ou supposée, du sujet, ce en quoi il diffère de NEED. Autrement dit, quelqu’un doit tirer profit de la relation qui pourrait jouer le rôle d’instigateur plus ou moins direct de celle-ci si elle venait à s’actualiser par visée. On doit pouvoir recouvrer une certaine tension18 dirigée vers le deuxième argument et envisagée à partir de S. C’est le cas en (33) et (34) (wants peeling serait acceptable) mais ça n’est pas le cas en (35), (36) et (37).

65(38) est un cas intéressant : il y a à la fois une certaine empathie car la relation est donnée comme nécessaire avant tout pour l’énonciatrice qui s’identifie à S et une certaine intentionnalité, car elle feint de présenter la relation comme étant valorisée pour S et visée par lui, malgré le fait que le prédicat lui soit détrimental :

(38)

The urgency in the doctor’s voice brought both men to the bed. The boy was long gone, they both knew that. Sarah was writhing in agony, tears on her cheeks.’ You lot want slaughtering. (BNC / CR6 W_fict_prose)

66En jouant sur l’ambiguïté que permet WANT quand à l’origine de la valuation positive du second argument elle peut éviter de dire « I want to slaughter you lot ». L’empathie et l’intentionnalité se complètent alors et il nous semble qu’elles permettent de bien saisir ce qui est en jeu ici avec WANT.

67On retrouve le même mécanisme à l’œuvre dans l’échange suivant dont l’un des protagonistes est un maître-chanteur :

(39)

A: You used to be a plasterer, right?

B: Yes. A: I got a ceiling wants doing. I won’t pay you anything. (Shameless, 2009)

68NEED V-ING ne permettrait pas de déguiser une exigence de l’énonciateur en besoin inhérent du sujet envisagé en lien avec l’intentionnalité supposée de celui-ci, qui mènerait à une visée. Autrement dit, WANT à travers l’intentionnalité crée une tension orientée vers l’extérieur de la prédication, vers son deuxième argument, alors que NEED semble orienter davantage vers son centre subjectif, premier argument.

69Nous terminerons en revenant sur notre idée appliquée à WANT de la construction, à travers l’empathie, d’une micro-situation centrée sur le sujet à travers l’étude d’une « circle story », afin d’illustrer comment un schéma narratif particulier permet d’exploiter la logique empathique.

5. Empathie et micro-situation centrée sur S : le rôle de WANT dans une « circle story »

  • 19 La « circle story » est un grand classique des ateliers d’écriture et de nombreux enseignants anglo (...)

70Dans la littérature enfantine, il existe une catégorie de récit appelée « circle story » qui désigne une histoire qui se termine comme elle a commencé. Parmi les différentes phrases d’ouverture possibles celles du type IF YOU GIVE A N1 A N2 est l’une des plus populaires. Le récit doit alors se poursuivre à partir de cette subordonnée hypothétique inaugurale dont l’élément le plus important est N1 qui va devenir le thème des énoncés suivants et faire l’objet de prédictions. On ne sera donc pas surpris par l’omniprésence dans ces énoncés des marques de modalité en général et notamment WILL, BE GOING TO, PROBABLY, etc. WANT apparaît aussi très fréquemment dans ces histoires19 et nous reproduisons l’une des plus populaires, If you give a mouse a cookie de Laura Joffe Numeroff :

(40)

If you give a mouse a cookie, he’s going to ask for a glass of milk. When you give him the milk, he’ll probably ask you for a straw. When he’s finished, he’ll ask for a napkin. Then he will want to look in a mirror to make sure he doesn’t have a milk mustache. When he looks into the mirror, he might notice his hair needs a trim. So he will probably ask for a pair of nail scissors. When he’s finished giving himself a trim, he’ll want a broom to sweep up. He’ll start sweeping. He might get carried away and sweep every room in the house. He may even end up washing the floors as well! When he’s done, he’ll probably want to take a nap. You will have to fix a little box for him with a blanket and a pillow. He’ll crawl in, make himself comfortable and fluff the pillow a few times. He’ll probably ask you to read him a story. So you’ll read him one from one of your books, and he’ll ask to see the pictures. When he looks at the pictures, he’ll get so excited he’ll want to draw one of his own. He’ll ask for paper and crayons. He’ll draw a picture. When the picture is finished, he’ll want to sign his name with a pen. Then he’ll want to hang his picture on your refrigerator. Which means he will need… scotch tape. He’ll hang up his drawing and stand back to look at it. Looking at the refrigerator will remind him that he’s thirsty so... he’ll ask for a glass of milk. And chances are if he asks for a glass of milk, he’s going to want a cookie to go with it.

71Si l’objectif du narrateur est de produire une « circle story » canonique, il doit faire avancer le récit en suivant un schéma narratif qui consiste à construire des relations d’entraînement entre ce que l’on peut appeler des « actions » et des « situations ». Chaque nouvelle action mène à une situation dont la logique interne oblige à son tour le sujet à produire une nouvelle action qui conduit à une autre situation. Chaque situation étant dans le prolongement de l’action précédente et vice-versa, le terme de « réaction » est peut-être plus approprié car il suggère une certaine identification entre situations et actions. On obtient un schéma du type : situation de départ > (ré)action1 > situation1 > (ré)action 2 > situation 2 > (ré)action 3 > situation 3, etc.

72Parmi les « plot-advancing techniques », on note l’usage de subordonnées temporelles en WHEN et de l’adverbe THEN et qui apparaissent en position thématique et qui sont des repères constitutifs de l’énoncé :

(41)

When he’s finished giving himself a trim, he’ll want a broom to sweep up.

(42)

When he’s done, he’ll probably want to take a nap.

(43)

When he looks at the pictures, he’ll get so excited he’ll want to draw one of his own.

(44)

When he’s finished giving himself a trim, he’ll want a broom to sweep up.

73À chaque fois, la subordonnée temporelle permet de poser la validation d’une relation prédicative qui sert de repère pour la validation de la principale et WILL permet, à l’intérieur de celle-ci de poser que la relation prédicative mise en jeu est « congruente » (J.-R. Lapaire et W. Rotgé 1998). Pour l’énonciateur, l’enchaînement des événements ne fait donc pas problème : il est naturel, et le modal utilisé permet de transmettre cette impression à l’enfant qui écoute et qui est en position de co-énonciateur. Les énoncés en THEN fonctionnent de la même façon à ceci près que le repère temporel est limité à un simple adverbe :

(45)

Then he will want to look in a mirror to make sure he doesn’t have a milk mustache.

(46)

Then he’ll want to hang his picture on your refrigerator.

Mais qu’apporte WANT à ces énoncés ? On pourrait en effet avoir :

(47)

When he’s done, he’ll probably take a nap.

(48)

Then he’ll hang his picture on your refrigerator.

74Ce qu’apporte WANT, c’est précisément de l’empathie au récit. Remarquons que l’énonciateur-narrateur fait d’ailleurs de son mieux pour impliquer l’enfant : « your refrigerator », « he’ll probably ask you for a straw », etc.

  • 20 Voir le document pédagogique de J. Moore destiné aux enseignants (2000 : 52).

75Comparons (47) et (48) aux énoncés en WANT. Dans ces deux énoncés, l’ordre repère constitutif / principale repérée, crée une relation de consécution qui induit une interprétation de type cause à effet. On pose par exemple la validation de la relation he / take a nap à partir de la relation validée he / be done. Ce même type de relation existe dans les énoncés où WANT apparaît mais ce verbe permet de « comprendre » le référent du sujet grammatical qui réagit à l’événement construit par le repère. Il ne s’agit plus simplement de construire des relations causales entre événements mais de rajouter une « étape » intermédiaire : la prise en compte d’une micro-situation centrée sur le référent du sujet dans laquelle l’événement ou l’objet visé est pensé comme nécessaire par rapport à l’état qualitatif particulier, la position dans laquelle il se trouve. La logique narrative ainsi construite ne repose pas totalement sur l’enchaînement des événements mais aussi sur les causes et les états psychologiques qui les accompagnent20. Comment cela fonctionne-t-il ?

76Ce qui est remarquable c’est l’apparition de WANT après des marques de reprise qui vont permettre de construire cette étape intermédiaire. En effet, une fois la situation de départ posée « if you give a mouse a cookie » et la première réaction de la souris construite, « he’s going to ask for a glass of milk », on assiste à la mise en place d’un schéma récurrent dans l’histoire. Il y a d’abord reprise de la réaction qui précéde, ici par « when you give him the milk » ce qui permet, soit d’initier directement la réaction suivante, comme ici avec « he’ll ask for a napkin », soit de passer à un énoncé en WANT qui va introduire une nouvelle situation centrée sur S. Dans l’enchaînement suivant, cette dernière proposition est reprise par THEN qui participe à la construction de (45) où WANT apparaît : « Then he will want to look in a mirror to make sure he doesn’t have a milk mustache. ». De la même façon (41), (42), et (44) font apparaître des subordonnées repères constitutifs (« when he’s done / when he’s finished ») qui viennent reprendre le procès correspondant à la réaction précédente de la souris. C’est à ce moment que l’on peut asserter le procès en WANT qui s’inscrit donc lui-même dans le prolongement de ce procès repère tout en indiquant que la situation précédente est close. WANT permet de relancer le récit à travers une nouvelle situation - qui n’est pas sans rapport avec l’action précédente qui l’a vue naître - et qui va impliquer ensuite la construction d’une nouvelle relation correspondant à une action nécessaire du point de vue du sujet.

77En (41) par exemple, la relation he / want a broom to sweep up paraît bien normale après une coupe de cheveux (a trim): « When he’s finished giving himself a trim, he’ll want a broom to sweep up. » Elle code une micro-situation qui se situe dans le prolongement de l’action reprise dans la subordonnée. Le référent du second argument de WANT (« a broom to sweep up ») y est donné comme nécessaire au sens où celui-ci est une partie constitutive de la nouvelle situation envisagée du point de vue de S qu’il permet de requalifier comme sujet entrant dans une « relation privilégiée » avec un balai. C’est le fait qu’il désire un balai qui justifie sa thématisation. Une fois cette situation posée, on peut envisager le fait de balayer lui-même dans un autre énoncé (« He’ll start sweeping »). De même en (42), après un travail épuisant, on est dans une position où l’on désire normalement faire la sieste. L’énoncé suivant « You will have to fix a little box for him with a blanket and a pillow », permet d’envisager les actes suivants de la souris qui se situent dans le prolongement de la micro-situation construite grâce à WANT. Ils peuvent ensuite être repris et compris comme les prémisses d’une nouvelle situation que WANT peut résumer en recentrant sur S.

78Par ailleurs, l’identification de l’enfant au référent de S placé au cœur de situations dans lesquelles il ne peut réagir autrement que comme il réagit, fait qu’il est invité à inférer qu’à chaque étape le sujet est tel qu’il est car il est dans cette situation, et qu’il est dans cette situation car il est tel qu’il est (voir 1.4 et 4.1 ci-dessus). Il n’est donc pas surpris quand la dernière phrase le ramène au commencement de l’histoire : « And chances are if he asks for a glass of milk, he’s going to want a cookie to go with it. ». La phrase de conclusion ne fait que confirmer ce que l’on sait du protagoniste, et ce savoir pourrait d’ailleurs très bien amener l’histoire à se reproduire.

Conclusion

79Au terme de cet article nécessairement lacunaire au vu de la diversité des questions et des problèmes qui y sont soulevés, nous espérons au moins avoir contribué à stabiliser l’empathie comme mécanisme interprétatif particulier de l’énoncé et montré qu’il éclairait le fonctionnement propre des marqueurs HAVE et WANT en valorisant l’interface entre le prédicatif et l’énonciatif. Les remarques qui précèdent suggèrent que ce qui fait l’originalité de WANT est qu’il renvoie notionnellement à un type de volonté qui semble décomposable en terme d’empathie et d’intentionnalité, et qui serait le fruit d’une co-construction de l’énonciateur et du co-énonciateur autour du sujet d’énoncé.

80Nous avons également essayé de faire émerger des axes de recherche qui nous semblent valoir la peine d’être poursuivis, notamment en ce qui concerne les problématiques de la prédication d’existence, de la modalité émergente, de l’interaction entre empathie et intentionnalité, et de l’exploitation discursive de la logique empathique. Il convient à présent de délimiter les corpus qui permettront de problématiser davantage ces grands axes et, une fois confrontés aux données, il s’agira de revenir à la question centrale pour nous, de l’identité des marqueurs et de l’invariance.

Top of page

Bibliography

CORPUS:

The Archers. Soap opera radiodiffusé, BBC Radio 4.

Coppers. Documentaire télévisé, Channel 4.

Eastenders. Soap opera télévisé anglais, BBC ONE.

Shameless. Série télévisée anglaise, Channel 4.

Numeroff, Laura Joffe. If you Give a Mouse a Cookie. Harper Collins, 1985.

Oxford English Dictionary. CD-Rom edition. 2.0. Cambridge University Press. 2002

BIBLIOGRAPHIE :

Adamczewski, Henri et Claude Delmas. Grammaire linguistique de l’anglais. Paris : Armand Colin, 2ème édition, 1998.

Benveniste, Emile. Problèmes de linguistique générale, 1. Paris: Gallimard, 1966.

Boas, Hans. “You Wanna Consider a Constructional Approach to Wanna-Contraction?”. Language, Culture, and Mind. Ed. M. Achard et S. Kemmer. Stanford : CSLI Publications, 2004. 479-491.

Boisson, Claude. “Anglais ‘have’, français ‘avoir’ et l’empathie”. La Transitivité, CIEREC Travaux LII. Saint-Etienne : CIEREC, 1987. 155-180.

Bolinger, Dwight. “Wanna and the Gradience of Auxiliaries”. Wege zur Universalienforschung: Sprachwissenschaftliche beiträge zum 60. Geburstag von Hansjakob Seiler. Ed. G. Brettschneider et C. Lehmann. Tübingen : Narr, 1980. 292-299.

Bouscaren, Janine et al. “Have opérateur de localisation”. Cahiers de recherche en grammaire anglaise T.1. Ed. J. Bouscaren. Gap et Paris : Ophrys, 1982. 53-72.

Charolles, Michel et Catherine Schnedecker. “Les référents évolutifs : points de vue ontologique et phénoménologique”. Cahiers de linguistique française, 14, 1993. 197-227.

Cotte, Pierre. “Have n’est pas un verbe d’action : L’hypothèse de la réélaboration”. La transitivité. Ed. A. Rousseau. Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 1998. 415-439.

Copy, Christine et Lucie Gournay. “Locative Inversion in Discourse : a Strategy of Non-commitment”. Discours, 5, 2009.
URL : http://discours.revues.org/index7355.html.

Culioli, Antoine. Notes du séminaire de D.E.A. 1983-1984. Poitiers, 1985.

Culioli, Antoine. Cognition and Representation in Linguistic Theory. Trad. John T. Stoneham. Amsterdam : John Benjamins, 1995.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Domaine notionnel, T. 3. Paris : Ophrys, 1999.

Delmas, Claude. Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain. Paris : CEDEL, Société de linguistique de Paris, 1987.

Delmas, Claude. “Lexique et grammaire du ‘manque’ en anglais”. Mélanges Jean Tournier Recherches en linguistique étrangère XIX. Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 643. Ed. C. Paulin. Paris : Les Belles Lettres, 1998. 139-178.

Desagulier, Guillaume. Modélisation cognitive de la variation et du changement linguistiques : Etude de quelques cas de constructions émergentes en anglais contemporain. Thèse Bordeaux 3. 2005.

Deschamps, Alain. “It needs explaining : Etude de la non-coréférence avec les verbes à compléments à forme non finie sans sujet”. Opérations énonciatives et interprétation de l’énoncé. Paris et Gap : Ophrys, 1993. 155-170.

Douay, Catherine. Eléments pour une théorie de l’interlocution. Un autre regard sur la grammaire anglaise. Rennes : Presses Universitaires de Rennes. 2000.

Douay, Catherine. “Un autre point de vue sur have”. CORELA - Volume 3 (2005) | Numéro 1, 2005.
URL : http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=488

Dufaye, Lionel. Théorie des opérations énonciatives et modélisation : cheminement d’une réflexion linguistique. Paris : Ophrys, 2008.

Franckel, Jean-Jacques et Daniel Lebaud. Les figures du sujet. A propos des verbes de perception, sentiment, connaissance. Gap : Ophrys, 1990.

Girard, Geneviève. “Faut-il faire l’hypothèse d’un invariant différentiel ?”. Modèles linguistiques. XVII, 1. 1996. 119-132.

Girard, Geneviève. “Identification, localisation, attribution d’une propriété: analyse des structures there’s an oddness to the room et she had a timid side to her”. Cycnos, Volume 21 n° 1. 2005.
URL : http://revel.unice.fr/cycnos/document.html?id=8

Groussier, Marie-Line et Claude Rivière. Les mots de la linguistique. Lexique de linguistique énonciative. Gap et Paris : Ophrys, 1996.

Groussier, Marie-Line. “Subjectivisation croissante de la valeur des modaux au cours de l’histoire de l’anglais”. La modalité et les modaux en diachronie et synchronie (domaine anglais), Actes des journées scientifiques 1998/1999. Ed. J. Pauchard. Reims : Presses Universitaires de Reims, 2000. 73-101.

Harley, Heidi. “You’re Having Me on! Aspects of have”. La grammaire de la possession. Ed. J Guéron et A. Zribi-Hertz. Nanterre : Université Paris X, 1998. 195-226.

Kirchner, Gustav. “‘To Want’ as an Auxiliary of Modality”. English Studies, Volume 22, Issue 1, 6, 1940. 129-136.

Krug, Manfred. Emerging English Modals: a Corpus-based Study of Grammaticalization. Berlin et New York: Mouton de Gruyter, 2000.

Kuno, Susumo. Functional Syntax, Anaphora, Discourse and Empathy. Chicago: The University of Chicago Press. 1987.

Langacker, Ronald. Concept, Image, and Symbol, The Cognitive Basis of Grammar. Berlin et New York : Mouton de Gruyter, 1990.

Lapaire, Jean-Rémi et Wilfrid Rotgé. Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail. 2ème edition, 1998.

Larreya, Paul. “Sur la relation be / have”. L’Anaphore, Domaine anglais. CIEREC Travaux LXV, Saint-Étienne : CIEREC, 1989. 59-77.

Leech, Geoffrey et al. Change in Contemporary English. A Grammatical Study. Cambridge: Cambridge University Press. 2009.

Lyons, John. Linguistic Semantics: An Introduction. Cambridge: Cambridge University Press. 1995.

McIntynre, Andrew. “The Interpretation of German Datives and English Have”. Datives and Other Cases. Ed. D. Hole, A. Meinunger et W. Abraham. Amsterdam: Benjamins, 2006. 185-211.

Moore, JoAnne. Circle Stories. Writing with Results. Volume 1 for Primary Students (Grades 1 to 3). 2000. http://www.books4results.com/circle.htm

Polge, Olivier. “La subjectivisation de want et les niveaux notionnel, predicatif et énonciatif”. Constructions verbales et production de sens. Ed. D. Lebaud, C. Paulin et K. Ploog. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 2006. 349-359.

Polge, Olivier. Etude du prédicat Want et de ses emplois en anglais contemporain, Thèse Paris 7. 2007.

Roussel, Emmanuelle. “La portée pragmatique de Have a V. CORELA - Volume 3 (2005) | Numéro 1. 2005. http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=496

Traugott, Elizabeth. “On the Rise of Epistemic Meanings in English: An Example of Subjectification in Semantic Change”. Language, 57. 1989. 33-65.

Wierzbicka, Anna. “Why You Can Have a Drink When You Can’t Have an Eat”. Language, 58. 1982. 753-799.

Top of page

Notes

1 On sait que pour A. Culioli « toute représentation renvoie soit à un état stable (ou stabilisé), soit à un état en relation avec un état différent (le premier cas peut être ramené à une boucle d’identification ; le second induit une coupure avec construction d’une altérité). » (1990 : 102). Le concept de stabilité est donc ce qui permet de poser une relation de repérage et d’envisager qu’un terme puisse servir à en construire référentiellement un autre. En tant que repère, ce premier terme jouit alors d’une certaine stabilité référentielle alors que le terme repéré sera dit « instable ».

2 ON Y est parfois remplacé par IN THE MIDDLE OF Y / LEADING INTO Y ou TO Y.

3 Ce terme désigne l’ « élément organisateur de l’énoncé » qui « doit être identifié donc stable » (A. Culioli (1999 : 105)). Il s’agit d’envisager le cas où le repère et le thème principal de l’énoncé coïncident.

4 C’est ainsi que nous prenons le terme d’« identification » dans le sens que lui donne Kuno (voir introduction) de rassemblement et fusion des points de vue subjectifs autour du premier argument de la prédication. Les distinctions énonciateur, co-énonciateur, sujet d’énoncé étant temporairement abolies à travers l’empathie.

5 Pour P. Larreya (1989), c’est avant tout l’énonciateur qui s’identifie au sujet d’énoncé, peut-être parce que ce qu’il privilégie c’est en fait l’encodage de l’énoncé. Notre approche souligne l’importance égale du rôle joué par le co-énonciateur au moment du décodage de l’énoncé et nous nous rapprochons ainsi de ce que C. Douay (2000 : 40) appelle « accord interlocutif », elle qui rejette par ailleurs l’empathie comme seule prise en compte du point de vue de S (2005 : 41).

6 Ainsi, pour P. Cotte (1998 : 415) « le repère est le centre d’un domaine qu’il identifie et qui le transcende, tandis que le repéré occupe l’une des positions peuplant l’intérieur de ce domaine ».

7 Un lien qui repose sur une relation sémantique partie-tout.

8 M.-L. Groussier et C. Rivière (1996) précisent que « dans les modalités de contrainte, on oppose la nécessité, contrainte résultant des circonstances, à l’obligation, contrainte émanant d’un sujet. »

9 Au sens où le passage à l’existence de l’élément repéré prend appui sur un repère subjectif qui n’est pas assimilable à une simple image de la situation de référence. (voir également la section 3 ci-dessous).

10 Nous cherchons ainsi à insister sur le fait que le passage à l’existence de l’élément repéré prend appui sur un repère subjectif renvoyant à un être humain.

11 Cette formulation, qui est la nôtre, doit beaucoup à R. Langacker. Nous le suivons en considérant que le processus d’identification implique une extériorité a priori du sujet pensant vis-à-vis de l’objet auquel il s’identifie, extériorité qui est abolie par la suite. C’est pourquoi nous choisissons d’y faire appel pour renvoyer à une fusion des points de vue subjectifs que l’on peut aussi comprendre comme un « dé-cloisonnement » intersubjectif (voir infra). L’extériorité entre le « ground » Langackerien qui occupe une position a priori « subjective » (hors prédication) et le sujet d’énoncé qui occupe une position « objective » (dans la prédication) est alors déconstruite (1990 : 316).

12 Voir notre section suivante pour une définition de l’intentionnalité et l’ébauche d’une comparaison avec NEED.

13 C’est peut-être ce qui différencie WANT de VOULOIR, pour lequel A. Culioli écrivait qu’il était un « prédicat subjectif », c’est-à-dire qu’il fait partie des prédicats qui impliquent des « actes de locution » qui « peuvent être représentés par des intervalles fermés ». Il illustre alors en écrivant : « vous ne pouvez pas dire à quelqu’un tu voudrais faire ça » (1985 : 61), ce que WANT permet plus ou moins de faire aujourd’hui.

14 Pour D. Bolinger WANT emprunte le chemin de l’auxiliarisation qui doit mener inexorablement à la modalisation (1980 : 297), ce que constatait déjà G. Kirchner (1940). Plus récemment, D. Boas (2004) s’intéresse à la contraction WANNA dans cette problématique.

15 Dans notre hypothèse, on retrouve une certaine mise entre parenthèses du pôle d’émission de l’énoncé analogue à celle que C. Douay (2005) a proposée pour HAVE puisqu’au moment du décodage sujet d’énoncé et sujet d’énonciation sont indistingués pour le co-énonciateur.

16 196 contre 16 occurrences, WANT V-ING apparaissant très majoritairement dans un contexte oral.

17 (38) est donc un contre-exemple.

18 C’est l’une des caractéristiques de l’intentionnalité (voir 4.1 ci-dessus).

19 La « circle story » est un grand classique des ateliers d’écriture et de nombreux enseignants anglophones en font produire à leurs élèves. On se reportera par exemple au site suivant pour des exemples de productions basées sur le modèle de celle que nous citons, où WANT joue un rôle central : http://kids-learn.org/mousetales/ireland/ireland.htm.

20 Voir le document pédagogique de J. Moore destiné aux enseignants (2000 : 52).

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Muller, « L’Empathie comme base de réflexion sur l’identité des marqueurs HAVE et WANT », Anglophonia [Online], 18 | 2014, Online since 10 October 2014, connection on 23 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/307 ; DOI : 10.4000/anglophonia.307

Top of page

About the author

Philippe Muller

Université Bordeaux Montaigne, équipe CLIMAS, EA 4196
philippe.muller@u-bordeaux-montaigne.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org