Skip to navigation – Site map

Un cas de grammaticalisation ratée ? Étude diachronique de l’emploi du verbe stand en anglais

Maarten Lemmens

Abstracts

This article discusses the different uses of the verb stand in earlier stages of the English language, based on data from the Oxford English Dictionary. While Modern English does not use the posture verbs all that much compared to the other Germanic languages where these verbs have become basic locative verbs, the older uses show that English stand (as well as the other posture verbs sit and lie) was used in a way quite similar to what is found in other Germanic languages today. In this paper, we present a cognitive lexical semantic analysis of these older uses and suggest three hypotheses that could possibly account for the disappearance (or rather, the non-grammaticalisation) of the English posture verbs.

Top of page

Full text

Je tiens à remercier les deux rapporteurs anonymes d’Anglophonia pour leurs remarques constructives sur la première version de cet article. Je remercie également Claude Delmas, Mégane Lesuisse et Julien Perrez pour leur relecture du texte.

1. Les verbes de position

1Les verbes de position anglais lie, sit, et stand sont caractérisés par des usages relativement variés. Comme le montrent les exemples suivants (tous construits à l’exception du 2c), ces verbes sont caractérisés par un réseau sémantique étendu, allant des usages positionnels (référant aux positions de l’être humain, cf. les exemples a), à des usages spatiaux (exprimant la localisation d’un objet dans l’espace ; cf. les exemples b) et à des usages métaphoriques dans lesquels il s’agit d’entités abstraites (cf. les exemples c). Parfois, ces verbes prennent même une valeur aspectuelle, comme dans l’exemple (2d) où la valeur aspectuelle est renforcée par, voire même due à la particule around.

(1)

a.

The man lay on the bed.

b.

The clothes are lying on the bed.

c.

The causes that lie at the basis of the problem / The point lies between -1 and 1

(2)

a.

The girl sat on the chair.

b.

The airplane was sitting on the runway.

c.

They should sit in prison year after year (exemple issu d’Internet)

d.

Why are you just sitting around and doing nothing

(3)

a.

The man stood on the street.

b.

The house stood on the hill.

c.

to stand the test of time / stand in awe / the barometer stands at 30 inches

La question de savoir quels facteurs motivent ces usages est encore plus pertinente pour des exemples attestés dans des périodes précédentes comme l’illustre la sélection suivante (issue de l’OED) :

(4)

a.

How the Bee Sits on the Bloom. (1667, Milton P.L. v. 25)

b.

Which Ring … where it on a finger sat [etc.]. (1390, Gower Conf. II. 23)

(5)

a.

The counties through which the road to London lay. (1849, Macaulay Hist. Eng. x. II. 567)

b.

To make them buy their currantes (which lay vpon their handes) (1628, Digby Voyage Medit. (1868) 68)

(6)

a.

His mustachiesstanding as stiffe as if he wore a Ruler in his mouth. (1592, Greene Defence Conny-catching Wks. (Grosart) XI. 72)

b.

He stands to lose twenty thousand.

Dans le même corpus, il est en outre intéressant de constater que l’on trouve des variations dans la manière d’encoder une même situation, comme c’est le cas dans les phrases suivantes où la position des corps célestes est respectivement encodée par les verbes sit et stand :

(7)

a.

..wheither the sterre sitte est or west or north. (c1391, Chaucer Astrol. ii. §33)

b.

And the sunne and the mone stoden, to the tyme that [etc.]. (1382, Wyclif Josh. x. 13)

Cette variation est assez répandue dans les autres langues germaniques, comme par exemple en néerlandais ou en suédois contemporain, comme en témoignent les exemples ci-dessous :

(8)

Ik sta/zit in de file. (litt. ‘Je suis debout/assis dans l’embouteillage’)

(9)

Afficherna hänger/sitter på väggen. (litt. ‘les affiches pendent/sont assises sur le mur’)

En linguistique cognitive, le principe que chaque différence de forme implique une différence de sens est largement répandu. En conséquence, bien qu’elles puissent renvoyer aux mêmes situations observables, les variantes dans les exemples ci-dessus n’ont pas le même sens, parce que chaque choix lexical impose une image mentale différente sur une même réalité. Mais en quoi consiste cette différence sémantique dans ces exemples où le sens ‘basique’ ou ‘prototypique’ des verbes (la position corporelle) n’est généralement plus impliqué ? Cette question renvoie au problème des extensions sémantiques déjà évoquées dans les exemples (1) à (3). Bien que dans une perspective francophone les emplois de sit, lie, et stand soient souvent perçus comme élargis (les équivalents « être assis », « être couché » et « être debout » étant beaucoup plus limités), les usages attestés dans des périodes antérieures sont encore plus complexes et montrent à ce titre des similitudes avec des emplois contemporains courants dans d’autres langues germaniques (voir, entre autres, Lemmens 2002a, 2002b, 2005, forthc. b ; Serra Borneto 1996 ; Fagan 1991 ; Viberg 2013 ; Hellerstedt 2013).

  • 1  En suédois le choix du verbe est distinctif : sitta på knäna (« être assis sur les genoux ») renvo (...)

2Les verbes sit, lie et stand sont considérés comme des verbes de position cardinaux (VPC) dans la mesure où ils renvoient aux trois positions basiques du corps humain, à savoir la position assise, la position couchée et la position debout et certaines de leur variantes non-prototypiques, comme représenté par la Figure 1. Bien qu’en anglais certaines de ces variantes puissent être exprimées par des verbes comme par exemple, lean, squat, ou kneel, qui encodent indéniablement une position corporelle spécifique, celles-ci peuvent être considérées comme étant dérivées d’une des trois positions cardinales. Ainsi, la position exprimée par le verbe lean est-elle une variante de la position exprimée par stand (avec un deuxième point de support), celle exprimée par kneel une variante de la position encodée par sit (« être assis sur ses genoux ») ou par stand (« être debout sur ses genoux »)1. La situation peut être représentée comme dans la Figure 1 où les cercles indiquent les réseaux sémantiques des différents verbes de position cardinaux, et le cadre en gras renvoie au prototype de chacune de ces catégories lexicales (voir ci-dessous), tandis que les lignes doubles relient des positions qui se ressemblent et peuvent être catégorisées autrement par des locuteurs.

Figure 1 : Positions corporelles exprimées par des VPC en néerlandais

Figure 1 : Positions corporelles exprimées par des VPC en néerlandais

(© Maarten Lemmens & Jan Vanstechelman)

  • 2  La question de savoir si les VPC sont des copules est assez complexe et nécessiterait une analyse (...)

3En néerlandais, le chevauchement sémantique des VPC avec certains de ces verbes plus spécifiques est illustré par le fait que souvent ces positions dites « non basiques » sont exprimées par une structure double, combinant le verbe spécifique en question (au participe passé, comme en français) avec un des trois verbes VPC, par exemple, ik zit gehurkt litt. « je suis assis accroupi » ou hij stond tegen de muur geleund (« il était debout penché contre le mur). Cela confirme également le statut spécial des VPC comme verbes basiques, voire même copules dans certains cas.2

4Comme il a déjà été observé par Heine et al. (1991) et Bybee et al. (1994), dans plusieurs langues du monde (non apparentées), les VPC ont tendance à se grammaticaliser en marqueurs aspectuels, exprimant des valeurs comme le duratif, le progressif, ou le fréquentatif etc. (sur cette question voir également, entre autres, Newman 2002 et les différentes contributions qui y sont rassemblées, et Ameka & Levinson 2007). En néerlandais, par exemple, les verbes zitten, liggen, et staan se sont grammaticalisés en verbes de localisation, dont l’emploi est quasiment obligatoirement quand un locuteur situe une entité dans l’espace. Ainsi, le verbe liggen (« être couché ») sera-t-il utilisé pour exprimer la localisation de clefs sur la table (mijn sleutels liggen/*zijn op tafel, litt. « mes clefs sont couchées/*sont sur la table »), le verbe staan pour exprimer qu’une bouteille se trouve sur la table (de fles staat/*is op tafel , litt. « la bouteille est debout/*est sur la table »), ou le verbe zitten pour exprimer que le clef est sur la porte (De sleutel zit/*is op de deur, litt. « la clef est assise/*est sur la porte »). Dans tous ces contextes, l’usage du verbe zijn « être » est inacceptable ou fortement marqué. Ces trois VPC sont également devenus des marqueurs de l’aspect progressif, même dans des contextes où ils n’expriment plus la position humaine, comme dans ik zit wat rond te lopen, litt. « je suis assis à me balader’«  ( = je suis en train de me balader).

5Dans les langues germaniques (y compris l’anglais dans un stade antérieur de son évolution), ces différentes formes de grammaticalisation ne concernent que ces trois verbes dits « cardinaux », mais cela n’est pas un phénomène universel. Par exemple, Ameka & Levinson (2007) évoquent des langues dotées de plusieurs verbes de position qui sont devenus des verbes de localisation basiques. Ce qui pour nous, locuteurs des langues indo-européennes, peut sembler une position primaire de l’être humain ne l’est pas forcément pour des locuteurs d’une autre langue. Ainsi, Haviland (1992 : 558) a-t-il distingué seize verbes différents (appelés des « positional verbs ») pour la position assise en tzotzil (langue maya). Là où le néerlandais ou l’anglais ne comptent qu’un seul verbe (zitten/sit), le tzotzil est caractérisé par une densité lexicale plus importante, utilisant par exemple différents verbes pour chacune des positions assises reprises dans la Figure 1 ci-dessus. Brown (1984) a également démontré la richesse lexicale en tzeltal (également une langue maya) qui possède une quinzaine de verbes de position et de localisation. Par exemple, le néerlandais utilise un seul verbe (staan « être debout ») pour un bol et une bouteille posés sur une table, alors que le tzeltal utilise deux verbes différent : pachal (« contenant à large embouchure dans une position canonique ») pour exprimer la localisation du bol, waxal (« contenant ou objet solide ») pour celle de la bouteille.

6Comme le montre Atintono (2012, 2013), le Gurenɛ, une langue gur (Niger-Congo) dispose des verbes zĩ « être assis », gã « être couché », et ze’ « être debout » qui, eux aussi, ont des usages grammaticalisés similaires à ceux que l’on retrouve en néerlandais contemporain (ou en anglais dans un état antérieur, voir ci-dessous). Cependant, contrairement au néerlandais (ou à l’anglais), le Gurenɛ a un nombre beaucoup plus élevé de verbes de position basiques, dont l’emploi est obligatoire quand on localise un être humain, comme par exemple dɔbi « être accroupi », deli « être penché étant assis », ou lali « être penché étant debout ». Comme déjà évoqué ci-dessus, ces verbes existent également en néerlandais (et en anglais), mais n’ont pas le statut d’un verbe de position basique et ont tendance a être combinés. Malgré le nombre plus important de verbes de position basiques en Gurenɛ, les trois verbes zĩ « être assis », gã « être couché », et ze’ « être debout » se distinguent des autres dans leur morphologie : ce sont les seuls verbes dans ce groupe qui n’ont pas la terminaison en –i qui est le marqueur du statif. Ils ne prennent pas non plus le suffixe -rɛ/-lɛ qui marque l’usage dynamique ( par exemple, dɔbi « être accroupi » vs. dɔbə-lɛ « (se) mettre dans une position accroupi », voir Atintono 2013, Atintono & Lemmens 2013). On pourrait donc maintenir, aussi pour le Gurenɛ, le statut « cardinal » de ces trois verbes, même si leur usage est beaucoup plus limité qu’en néerlandais. En Gurenɛ, les verbes de position ne peuvent être utilisés que si l’être humain se trouve sur terre ; s’il se trouve dans un endroit élevé (par exemple, un homme assis sur une branche d’arbre ou debout sur le toit), l’usage des verbes zĩ « être assis » et ze’ « être debout » n’est plus possible ; il faut utiliser le verbe yagi « être élevé, avec support d’une base ». De plus, bien que gã « être couché » et ze’ « être debout » peuvent être utilisés pour exprimer la localisation d’entités inanimées ( par exemple, des bâtons, des stylos, des tapis, des vêtements, des œufs, etc. tous dits « couchés » ; des arbres, des bâtiments, des chaises, des bicyclettes, etc. dits « debouts »), le verbe zĩ « être assis » ne permet jamais ce type de localisation. Par ailleurs, pour des objets inanimés, d’autres verbes seront préférés selon la nature de l’objet (sa forme ou consistance) ou selon la manière dont ils sont localisés, comme par exemple, tabi « être collé, dit des substances mastiques », firi « être inséré, dit des objets longs et fins », fugi « être inséré sans contrainte, dit des objets plus larges », etc. Ces distinctions sont, bien évidemment, spécifiques à la langue Gurenɛ ; en néerlandais (et en anglais plus ancien, comme on montrera ci-dessous) toutes ces configurations peuvent (et pouvaient) être exprimées par les trois verbes « être assis », « être couché » et « être debout ».

  • 3  Pour une bonne introduction à la sémantique du prototype, voir Taylor (2005) ou Delbecque (2006).

7Comment peut-on expliquer tous ces usages dont certains semblent assez éloignés du sens basique de ces verbes renvoyant à la position humaine ? Cet article tente, en se basant sur la linguistique cognitive, de répondre à cette question pour les emplois des VPC en anglais, dans des stades antérieurs de son développement. Un des postulats principaux de la linguistique cognitive est que les catégories lexicales sont construites autour d’un prototype3, à savoir un noyau conceptuel qui peut s’étendre pour englober des usages moins prototypiques. Pour les verbes de position cardinaux lie, sit, stand, les prototypes sont les représentations conceptuelles des trois positions primaires du corps humain, comme illustré dans la Figure 1 ci-dessus. Ces représentations ne sont pas des structures simples, mais plutôt des groupements d’attributs complexes (des « experiential clusters » selon les termes de Newman 2002), comme nous le représentons dans le Tableau 1.

Tableau 1 : « Experiential prototype clusters » (adapté de Newman 2002)

stand

lie

sit

(i)

position canonique

position non-canonique

position non-canonique

(ii)

max. vertical

max. horizontal

[—max. vertic.] & [—max horiz.]

(iii)

reposant sur les pieds

reposant sur le dos (/coté)

reposant sur le derrière

(iv)

effort physique pour maintenir la position

pas d’effort physique

pour maintenir la position

certain degré d’effort physique

pour maintenir la position

(v)

position de départ pour

marcher

position pour

se reposer

position pour

« deskwork », manger, repos

(vi)

associations :

pouvoir, contrôle

associations :

repos, inactivité, maladie, mort

associations :

repos actif, stabilité, être fixé

8Les attributs (i) à (iii) sont généralement les plus importants, bien que les autres motivent un assez grand nombre d’extensions, comme on le montrera ci-dessous pour stand. En sémantique cognitive, on adopte un point de vue encyclopédique ; en conséquence, les attributs mentionnés dans le tableau 1 ne définissent pas exhaustivement le sens des verbes. Cette démarche a pour conséquence que la structure sémantique d’une expression comprend également des aspects culturels, ce qu’on retrouve dans le prototype de sit présenté ici. Il représente en effet la culture « occidentale », alors qu’on ne peut nier qu’il y ait beaucoup de cultures où être accroupi est la position assise de base, comme illustré par la discussion du tzeltal ci-dessus. Il ne faut pas non plus confondre le prototype avec la structure la plus fréquente dans un corpus. Ainsi, la fréquence peut être une indication dans certains cas (cf. les productions spontanées), mais souvent elle est influencée par d’autres facteurs (registre du texte, caractère idiomatique d’une expression, sujet du texte, etc.).

9Notre analyse cognitive des différents usages des VPC s’appuie sur l’existence des images mentales abstraites (image schemata ou des schèmes imagés) issues de notre expérience sensorimotrice, comme par exemple avant-derriere, haut-bas, trajectoire, etc. (cf. Gibbs et al. 1994 ; Johnson 1987,1991 ; Lakoff 1987). Dans la mesure où elles entrent en interaction avec les spécifications linguistiques lors de l’apprentissage de la langue, ces images abstraites motivent des extensions sémantiques d’expressions spatiales, comme in, out, over, in front of, etc., mais aussi de verbes de mouvement comme enter ou cross et des verbes de position cardinaux lie, sit et stand. Par exemple, l’image d’un être humain dans sa position canonique, sur ses pieds, a donné lieu à une image schématique d’une entité sur sa base, qui motive plusieurs extensions sémantique du verbe. Une autre image schématique sur laquelle nous nous appuierons dans notre analyse est l’image d’équilibre liée à la position debout. Pour lie, en revanche, l’image d’une entité dans une position allongée a donné lieu à l’usage de ce verbe pour décrire la localisation d’entités longues, comme des poutres, des cordes, et même des rues (conçues comme un ruban). L’idée d’inactivité associée au même verbe (caractéristique vi dans le Tableau 1) a également donné lieu à différentes extensions métaphoriques.

10Faute de place, nous ne pouvons analyser tous les usages attestés pour les trois verbes anglais du 9e siècle à la période actuelle, ni approfondir l’étude des différences avec les autres langues germaniques. Dans cet article, nous nous limitons à une description diachronique du verbe stand, sur la base de ses attestations dans l’OED, jointe à une analyse cognitive qui s’appuie sur l’idée de la base expérientielle des images schématiques (voir Lemmens 2002a et b pour une vue d’ensemble des trois verbes en néerlandais). Le but principal de cette analyse est de montrer la motivation sémantique de ces usages étendus de stand ; l’analyse diachronique révèle également qu’ils ressemblent à ce que l’on trouve encore aujourd’hui dans les autres langues germaniques (comme le néerlandais ou le suédois). Elle suggère donc que l’usage des verbes de position était plus répandu en anglais qu’il ne l’est à ce jour. Les données de l’OED, sur lesquelles nous nous basons dans cet article ne permettent cependant pas d’offrir une explication sûre des changements qui ont donné lieu à cette place particulière qu’a l’anglais parmi les langues germaniques, mais dans la dernière section nous proposerons quelques pistes d’explication qui toutes semblent suggérer une histoire de grammaticalisation ratée. Ces hypothèses doivent néanmoins être validées par une étude de corpus plus approfondie. Une telle étude ne fait pas l’objet de cet article, dont l’objectif premier est de démontrer la cohérence de la catégorie sémantique désignée par stand.

2. Une analyse diachronique cognitive de stand

2.1 Les usages positionnels et spatiaux

11A partir des images schématiques fournies par les trois prototypes, l’anglais a généré des extensions vers des usages spatiaux, à savoir l’usage des verbes de position (et logiquement les verbes de placement aussi) pour exprimer la localisation d’entités inanimées. Outre les exemples (4) à (6), on peut mentionner que jusqu’au 19ème siècle on utilisait ces verbes pour des situations telles que, par exemple, en paraphrasant ces usages, « une bouteille [standing] sur la table », « une voiture [standing] dans le garage », « de l’eau [standing] dans le ruisseau » mais « [lying] dans la rue », « un pont [lying] au-dessus de la rivière », « des vêtements [sitting] sur une personne » ou « des cheveux [sitting fast] sur la tête ». Le caractère spatial de ces usages est variable : il sera probablement plus saillant pour une voiture dans le garage que pour les deux derniers, qui se rapprochent d’usages plus métaphoriques.

  • 4  Le terme « Cible » est emprunté à Vandeloise 1996 qui le propose comme traduction de l’anglais Fig (...)

12Focalisons maintenant notre attention sur le verbe stand. Intuitivement, on associera ce verbe à la dimension verticale de la Cible (l’entité localisée4) en opposition maximale avec le verbe lie qui encode une dimension horizontale de la Cible. Ces deux dimensions réelles sont souvent mentionnées dans les grammaires pour apprenants, elles sont suivies d’une liste d’exceptions. On ne peut pas nier que ces dimensions sont parfois la clé de l’opposition de ces verbes, comme l’indiquent les exemples suivants :

(10)

a.

þar Þe castel standes stable. (1300, Cursor M. 10121)

b.

The ruins of an old fort were to be seen lying among the pebbles and seaweed on the beach. (1849, Macaulay Hist. Eng. iii. I. 345)

(11)

a.

My eye caught the title of a book standing open in a bookseller’s window. (1866, Crown of Wild Olive)

b.

A Sawter..and an Hympnerlyggynge in his saide closet. (1459, Test. Ebor. (Surtees) II. 227)

Néanmoins, l’opposition horizontal/vertical ne suffit pas à expliquer pourquoi on utilise le verbe stand assez souvent pour localiser des entités qui sont plus horizontales que verticales, par exemple (nous proposons des exemples supplémentaires ci-dessous) :

(12)

The toune standeth lowe, and the Ryver passeth thorough. (1548, Hall Chron., Edw. IV, 233 b)

(13)

The Roman fleetstood right across the Mediterranean to the nearest point of Africa. (1978, R. B. Smith Carthage 107)

(14)

These Words stand towards the Close of St. John’s Gospel. (1754, Sherlock Disc. I. ix. 251)

Le fait que pour le premier exemple on trouve aussi des phrases avec lie et que la deuxième se traduit en néerlandais avec liggen (« être couché ») souligne la nécessité d’une autre explication.

13La clef de cette explication concurrente est la notion d’extension sémantique, ce qui veut dire qu’une expression peut être utilisée dans des contextes où il y a un conflit avec les spécifications prototypiques ; cependant, ces déviances n’empêchent pas la perception d’une certaine similarité permettant l’intégration de cet usage dans le réseau étendu que désigne cette expression. Le cas des animaux quadrupèdes supérieurs illustrera de façon simple la situation pour stand. Ces animaux sont présumés avoir une anatomie suffisamment comparable à celle des humains, ce qui permet d’envisager qu’ils prennent les trois positions de base « être assis », « être couché », et « être debout ». Voici des exemples pour la dernière position :

(15)

a.

to stande as cattayle dothe in a stable. (1538, Elyot Dict., Stabulo)

b.

Gentlemens Accompts, for Horses standing in the Kings Head near Charing-cross (1676, Lond. Gaz.)

c.

To Stand is also the position of pointers when they perceive their game (1823, ‘Jon Bee’ Dict. Turf)

Cela renvoie à l’analogie banale selon laquelle ces animaux se trouvent sur leurs « pieds » comme l’être humain quand il est debout. Cette notion « être sur ses pieds » (l’attribut (iii) dans le Tableau 1) se prête à une autre extension importante pour toutes les langues germaniques, à savoir « être sur sa base » qui s’applique à n’importe quel objet se trouvant dans la position canonique consistant à reposer sur sa base (le « stand-side »), l’équivalent des pieds d’un être humain. Voici quelques exemples :

(16)

But litel out of Pize stant a tour. (c1386, Chaucer Monks T. 419)

(17)

Textrina,. … a weauers shop or workehouse where his loomes stand. (1585, Higins Junius Nomencl. 183/2)

(18)

The Black Swan in Holborn where the Alisbury and other coaches stand. (1665, in Verney Mem. II. 241)

(19)

þa sexe waterrfetless [ml : receptacle] þatt stodenn wiÞÞ Þatt waterr Þær. (c1200, Ormin 14412)

(20)

Some food stood on the table. (1818, Scott Hrt. Midl. xvii)

C’est donc la notion de « base » et non celle de verticalité qui joue un rôle important dans la conceptualisation de stand. Dans l’exemple (20), l’usage de stand donne lieu à une interprétation métonymique : ce n’est pas la nourriture en tant que telle qui est localisée (son caractère substance aurait déclenché lie) mais en tant que contenu dans un contenant qui se trouve sur sa base. Cooked food lying on the table ne serait pas appétissant.

14En anglais contemporain, l’image schématique rest on its base semble être moins sollicitée que dans les autres langues germaniques ; chose surprenante, le verbe sit en est devenu le codage concurrent. Voici quelques alternances tirées d’Internet :

(21)

a.

… the car stood in the dealer’s yard …/ … the car port under which the car was sitting

b.

The plate stood on the upper shelf … / The plates were sitting on the table.

c.

The laptop stands on a separate table / … the desk on which the laptop sat.

Le verbe stand est beaucoup moins fréquent et souvent jugé guindé (cf. Newman 2002). Même si cet « inactivity sit », comme Newman (2002) le dénomme, est plus fréquemment relevé dans ce contexte, on trouve plus souvent encore le verbe be dans de telles constructions, verbe généralement exclu dans les autres langues germaniques pour encoder ces situations.

15Logiquement, l’image mentale d’une base s’applique aussi pour des plantes qui poussent verticalement à partir de leur racine ( =base) :

(22)

I haue seene many trees stand so thicke… (1618, W. Lawson New Orch. & Gard. viii. (1623) 22)

If fyer … cacche … the corn stondynge in feeldis. (1382, Wyclif Exod. xxii. 6)

Dans ces cas aussi, la hauteur réelle de la plante est secondaire par rapport à l’idée de « base » ; aussi l’herbe peut-elle être conceptualisée en termes de stand. En anglais contemporain, un groupe d’arbres peut encore être appelle a stand (of trees).5

  • 6  Dans le domaine des verbes de mouvement, on constate une opération similaire dans le cas du « mouv (...)

16Du point de vue des opérations cognitives, on peut dire, comme le fait Serra Borneto (1996), que la conceptualisation d’une base déclenche un processus de « mental tracing » où l’on suit l’extension spatiale de l’objet à partir du point d’origine que fournit cette base.6 Dans les cas prototypiques, l’extension spatiale se fait verticalement, vers le haut, mais une opération cognitive particulière, opérant un changement d’axe, permet l’application de ces verbes à des cas où il s’agit de n’importe quelle direction, ce qui fournit l’explication des phrases comme dans l’exemple (6), repris ici, et (23) :

(6)

His mustachiesstanding as stiffe as if he wore a Ruler in his mouth. (1592, Greene Defence Conny-catching Wks. (Grosart) XI. 72)

(23)

She guides his weapon where she list ; … a touch of her soft hand, If fallen down, will make him stand. (1762, T. Bridges Homer Travestie I. iv. 189 )

  • 7  Le « weapon » dont parle l’exemple (23) renvoi bien évidemment au sexe masculin.

Dans les deux cas, le fait que les entités en question se trouvent dans un état rigide qui s’éloigne de leur position usuelle a sans doute encouragé un encodage avec stand.7 Dans la structure sémantique du verbe s’inscrit donc l’idée que l’objet prend une extension maximale (et rigide) le long de son axe, une image tirée du fait qu’un être humain debout est complètement étendu (et droit) le long de son axe longitudinal. La Figure 2 représente les différentes extensions :

Fig. 2 : Réseau schématique simplifié pour stand

Fig. 2 : Réseau schématique simplifié pour stand

La notion de direction, et la position fixe qui en résulte, motive des extensions qui sont de nature plus métaphorique :

(24)

Its tail stands another way than the Tails of other fish which are forked upwards and downwards (1687, A. Lovell tr. Thevenot’s Trav. ii. 6.)

(25)

All the other Longboats row out before, and take notice which way the Line doth stand. (1694, Acc. Sev. Late Voy. ii. 150)

(26)

My mouth did stand awry, just as it were Labouring to whisper somewhat in mine Eare. (1637, B. Jonson Goodwife’s Ale in Athenæum (1904) 1 Oct. 447/2)

D’autres éléments dans le contexte évoquent explicitement la notion de direction (another way, which way, awry « de travers ») ; le verbe stand renforce l’idée que la position dans cette direction est tenue. Ceci est aussi lié au prototype : pour être maintenue, la position debout est celle qui exige le plus d’énergie et de contrôle physique (cf. tenir debout en français). Dans certains contextes (cf. la direction du vent et l’itinéraire des bateaux), la notion de direction est presque la seule chose qui reste dans l’usage de stand :

(27)

The wind stood most easterly (1635, Brereton Trav. (Chetham Soc.) 77)

(28)

We took sail, and stood into the river. (1823, W. Scoresby Jrnl. 2)

Dans le dernier contexte, stand a souvent acquis un aspect dynamique, apparaissant dans des constructions typiques pour des verbes de mouvement (cf. into), bien que ces usages aient encore un sens spatial (on situe le vent et le bateau dans l’espace). Ces emplois sont fort éloignés du prototype et sont proches des usages métaphoriques. Dans le paragraphe suivant je voudrais proposer très brièvement quelques motivations expérimentales sous-jacentes aux usages métaphoriques. On aura compris que dans le cadre de cet article, je me suis imposé des restrictions de sélection.

2.2 Les usages métaphoriques et idiomatiques

17Si on fait le compte des définitions différentes offertes dans l’oed pour sit, lie, et stand, on voit qu’elles sont plus nombreux pour stand (cf. Tableau 2) et que l’augmentation du nombre des définitions repérées diachroniquement suit une courbe plus haute pour stand que pour les deux autres (cf. Graphique 1).

Tableau 2 : Nombre des définitions dans l’oed

# of definitions

lie

42

22.3 %

sit

53

28.2 %

stand

93

49.5 %

Total

188

Graphique 1 : Vue diachronique sur le nombre des définitions oed

Graphique 1 : Vue diachronique sur le nombre des définitions oed

Ces résultats indiquent que stand connaît le nombre le plus élevé d’usages positionnels, spatiaux, métaphoriques et idiomatiques, ce qui le rend très intéressant pour l’analyse. Une des motivations pour cette fréquence plus élevée est que stand exprime la position canonique pour des êtres humains mais aussi des objets inanimés reposant sur leur base, comme nous l’avons signalé ci-dessus. Mais il y a d’autres extensions métaphoriques, élaborées dans les paragraphes suivants, qui trouvent leur origine dans d’autres attributs de la structure sémantique de stand résumée dans le Tableau 1. Elles sont respectivement évoquées dans les quatre paragraphes suivants.

2.2.1 contrôle, résistance, équilibre, support

18Tenir la position debout exige un degré d’énergie et de contrôle physique considérable, contrairement à la position couchée, la position de repos. La position assise est conçue comme intermédiaire : on peut la conserver pendant une période plus longue, tout en se livrant à une forme d’activité. Dans le cas de la position debout, l’absence de contrôle physique résulte généralement dans une perte d’équilibre ou une chute :

(29)

a.

This Malgryne...wounded hym wonderly sore that it was merueylle that euer he myghte stande (1470, Malory Arthur x. xxxvi. 472)

b.

Stande fast, for and you fall you ar but gone. (Palsgr. 733/1)

Le contrôle maximal de son corps implique également qu’on se trouve dans la position la plus adaptée pour contrôler son environnement, défendre son espace personnel, résister au déplacement (ou, par élargissement, n’importe quel changement) et porter d’autres objets. Logiquement, on trouve plusieurs extensions métaphoriques. Ces propriétés de résistance, contrôle, et/ou support sont ainsi mises au premier plan, par exemple :

(30)

a.

Whosoeuer shoulde tell thee to the contrary, thou wouldest stand at defiance against him. (1587, Golding De Mornay i. 11)

b.

Work done after men have reached this platform is classical ; and that is the only work which, in the long run, can stand (1865, M. Arnold Ess. Crit. ii. 60)

c.

to stand firm / the old law still stands / I stand by my decision / etc.

19La notion de support est à la base de l’usage idiomatique contemporain de stand avec le sens « tolerate » (cf. supporter en français) comme dans I can’t stand this noise. Il est à noter qu’en principe cet usage n’est acceptable que dans des contextes négatifs ou interrogatifs (How can you stand this noise ?). L’explication pourrait être que cet emploi de « stand » implique un équilibre qui n’est pas facile à maintenir ou qui exige trop de force, d’où l’usage typique dans des contextes négatifs ou la combinaison avec l’auxiliaire modal can.

2.2.2 Mouvement et activité

  • 8  Etant des bipèdes, les oiseaux constituent des exceptions. Généralement, on dit qu’ils sont « assi (...)

20« Etre debout » est la position de départ de la marche (bipède), ce qui distingue l’homo erectus des autres animaux.8 A partir de cette idée d’un proto-mouvement, on observe un élargissement sémantique : stand devient le point de départ d’autres types de mouvement (n’impliquant pas nécessairement la marche) ou d’autres activités quelconques. Prenons par exemple des constructions contemporaines du type stood up and V :

(31)

a.

I stood up and walked over to where she was standing (Internet data)

b.

It’s about time we stood up and said it (idem)

c.

Time state leaders stood up and acted (idem)

d.

until I stood up and played the violin in front of 600 people (idem)

  • 9  Cette valeur sémantique pourrait être liée, de nouveau, au défi qu’implique le maintien de l’équil (...)

Newman & Rice (2004) évoquent également ce type de constructions dynamiques et caractérisent le verbe stand dans ces constructions comme l’expression d’un « onset of an action sequence ». On comprend donc toute de suite quelle est la motivation sous-jacente de l’occurrence de stand dans une construction spécifique (stand to V) à valeur ingressive, avec le sens « être sur le point de », où l’événement imminent typiquement concerne un enjeu (win, lose, gain, etc.)9, comme illustré dans les exemples suivants :

(32)

a.

He stands to lose twenty thousand. (1861, Temple Bar II. 150)

b.

He stands to win either way. (1891, Chamb. Jrnl. 27 June 404/1)

Ces constructions ne sont plus courantes en anglais contemporain, mais on les retrouve dans les autres langues germaniques (cf. en néerlandais staan te gebeuren, litt. « être debout à se passer » = « être sur le point de se passer »), à côté de constructions à valeur progressive. Notons également l’usage idiomatique contemporain lié stand on the verge of V-ing/N :

(33)

a

Our industry and your production stand on the verge of explosive growth (Internet data)

b.

We stand on the brink of an obesity epidemic that could wipe years off children’s lives (Internet data)

21Être debout n’est pas seulement la position de départ pour marcher ; généralement elle est aussi la position d’arrêt (sauf dans le cas d’une chute qui aboutirait à une position couchée). Dans le cas normal, l’arrêt d’un mouvement conduit à la position debout, et stand peut exprimer explicitement cet arrêt, par exemple.

(34)

One of the theeues with a good sword and buckler stept before, and said, Stand. (1635, Long Meg of Westminster ix. 17)

(35)

Before his astonished companion could reply he was beside the vehicle, which was still standing. (1885, ‘Mrs. Alexander’ At Bay viii)

(36)

Stagno, proprely of water is to stande and not to flowe (1538, Elyot Dict.)

(37)

The ploughe standeth, there is no worke done. (1549, Latimer Ploughers (Arb.) 25)

Dans le contexte d’un arrêt de mouvement, stand s’oppose à lie qui marque un arrêt plus durable. A ce titre, l’exemple (37) contraste avec l’exemple (38) :

(38)

Worth neuere plente amonge Þe poeple Þer-while my plow liggeth (1377, Langl. P. Pl. B. vi. 165)

Dans l’exemple (37), la charrue est encore debout, et donc dans une position plus fonctionnelle que dans la situation décrite par (38) qui suggère non seulement un degré d’inactivité plus important, mais aussi qu’il sera plus difficile de reprendre l’activité. Cette dernière idée est clairement liée aux prototypes : quand on est couché, le nombre d’activités que l’on peut exécuter facilement est très limité et pour se lancer dans des activités diverses, étant couché, on passe généralement par la position debout.

22On trouve également des extensions métaphoriques vers le mouvement partiel ou abstrait (stand vs. run/go) :

(39)

When the weight is off, the clock stands. (a1696, P. Henry in M. Henry Life x. (1825) 247)

(40)

During an hour...the pumps were allowed to ‘stand’. (1820, Scoresby Acc. Arctic Reg. II. 476)

Les deux exemples sont également structurés par des extensions métonymiques : ce n’est pas l’horloge ou la pompe qui ne bougent plus mais une de leurs parties (les aiguilles, le piston, le mécanisme, etc.) qui ont un mouvement interne (typiquement circulaire et/ou répétitif).

2.2.3 fonctionnalité

23Du fait qu’être debout est la position de départ d’une activité, il découle logiquement que cette position indique aussi l’idée d’être prêt à agir, une position maximalement fonctionnelle, comme l’exprime stand dans l’exemple suivant :

(41)

I dined, and after smoking a pipe, turned in all standing for the night. (1893, Dunmore Pamirs II. 62)

La position réelle de l’Agent n’a plus d’importance ; ce que veut dire stand dans ces usages est bien l’idée de « be in a functional position ». La notion de position fonctionnelle s’applique évidemment aussi à des objets inanimés :

(42)

þe suerd o soru thoru hir stode. (a1300, Cursor M. 11371)

the sword o sorrow through her stood

En anglais contemporain, cet usage de stand n’est plus courant, mais son équivalent causatif set y conduit encore, comme le suggère le contraste suivant :

(43)

a.

… but when there was [no bear] he set the gun against a tree (Internet data)

b.

Still smiling, he set the gun against his head (Internet data)

  • 10  Notez toutefois l'utilisation possible de stand dans le sens de (43a) (le fusil ‘posé’ contre l'ar (...)

Il est clair que la position réelle exprimée par the gun set against [Site] n’est pas la même dans les deux cas : le premier prend l’extension verticale du fusil en compte alors que le deuxième concerne sa position fonctionnelle (qui sera, en réalité, horizontale).10 Le fait que le verbe causatif maintienne encore cet usage n’est pas sans motivation : comme on l’a montré, la position fonctionnelle d’un objet est souvent liée au fait qu’il a une base sur laquelle il repose dans sa position canonique ; dans le cas des entités sans base, comme le fusil ici, une position fonctionnelle ne découle généralement pas logiquement de sa position canonique, mais l’objet doit être positionné par un Agent. D’où une fréquence plus importante de set que de stand ; cette différence de fréquence se retrouve également en néerlandais (voir Lemmens 2006). Un cas spécifique pour lequel l’usage de stand était assez courant pour signifier un objet dans un état fonctionnel optimal concerne les bateaux pour lequel l’OED donne plusieurs exemples :

(44)

a.

Shall we get down our Top-masts ? No, let all stand (1669, Sturmy Mariner’s Mag. i. 17)

b.

The Fisgard..was paid off all standing, directly recommissioned. (1802, Naval Chron. VIII. 172)

Une motivation secondaire pourrait être, comme le suggère le premier exemple, le lien explicite avec les mâts complètement gréés ; get down pourrait être interprété dans son sens littéral (« désassemblé, et donc ne plus vertical ») ou dans son sens métaphorique (« non gréé »).

2.2.4 Des idiomes motivés : standing text

24L’image mentale des objets reposant sur leur base motive aussi des usages idiomatiques pour lesquels cette notion ne semble pas impliquée à première vue. Prenons l’exemple du texte imprimé, pour lequel on utilise stand :

(45)

These Words stand towards the Close of St. John’s Gospel. (1754, Sherlock Disc. (1759) I. ix. 251)

(46)

I will not say but my name may stand on the list. (1824, Scott Redgauntlet ch. x)

La motivation principale de cet usage semble être le fait qu’une lettre et tout autre symbole orthographique (imprimés ou écrits à la main) ont une orientation canonique sur une ligne : elles reposent sur leur base, sur la ligne de texte. Notons que le script italique concerne les cas où les symboles sont penchés vers la droite, ou dans la terminologie du dictionnaire Longman : « a type of printed letters that lean to the right ». Le fait que cette image joue un rôle important est confirmé par la définition que donne l’American Dictionary of Printing, cité dans l’oed, de stand high : « In printing, type or blocks which are higher than other types or than the normal height ». La hauteur de la police est donc calculée à partir d’une base line. L’usage contemporain dans les exemples suivants, attestés sur Internet, illustre que cette orientation conceptuelle perdure dans le monde de l’imprimerie et de l’édition :

(47)

This made for low-contrast letters with slab serifs (serifs are those little feet that the letters stand on) (Internet data)

(48)

I strap my pieces down onto a steel block with masking tape, use a pencil to mark the line the letters stand on (Internet data)

En conséquence, les lettres, et par extension métonymique les mots (une entité constituée de lettres), ont une position canonique, reposant sur leur base, déclenchant un encodage avec stand.

25Une deuxième motivation pour l’usage de stand dans ce contexte (en fait la motivation que suggère Van Oosten 1986) est que le texte « s’élève » dans une autre dimension, à savoir par rapport au papier (ou n’importe quel support sur lequel il est imprimé). Ainsi, on conçoit que le texte stands out en relief sur le papier. Ceci pourrait être une motivation secondaire pour les exemples suivants, l’un donné dans l’oed, l’autre attesté sur Internet :

(49)

In Þe first compas..Stude Þe xij vndirstandings stoutly engrauen. (1400, Wars Alex. 279)

(50)

Do I look at it strictly by the book, and take into account the movie only as it stands “on paper,” (performances, script, special effects, etc.)

Contrairement à la parole, le texte écrit, imprimé ou gravé, aura une certaine permanence (verba volent, scripta manent). Cette connotation contribuerait au caractère motivé de stand dans ce contexte.

26À juger par certains exemples mentionnés dans l’oed on aurait tendance à croire que cet usage idiomatique se trouve limité à des éléments textuels, ce qui distingue l’anglais du néerlandais, par exemple, langue qui a donné naissance à des extensions fréquentes à d’autres types de représentations graphiques, comme celles de photos dans un livre, d’une image sur un écran, d’icônes sur un ordinateur. On trouve des cas isolés en anglais moderne, voir les exemples ci-dessous, mais ils ne semblent pas être très productifs.

(51)

I plugged in my headphones and leaned back in my seat just a ways to get a good view of the screen. After a few seconds of blackness, there was a countdown from 5 to 2, then a beep and the screen went blank again. Now there stood on the screen a little boy. Huh, I thought to myself. That looks a lot like my younger brother Jake. (http://muujware.com/​)

(52)

I reopened my eyes to look at the TV when I heard the music for the news. I had the hope that the police would report that Alex was found, so my mind could be allowed to relax more. The reporter that stood on the screen wore a smile on her face, along with a nice looking business suit. Behind the reporter, stood and conversed police officers and military soldiers. (www.pdunited.co.uk/fanfic2_mdude03.htm)

Notons le glissement sémantique que caractérisent les deux occurrences de stand dans le dernier exemple : le premier exprime la position de l’image sur l’écran ; le second la position réelle des autres personnes derrière la journaliste. Dans les deux cas, il s’agit de personnes, plus aptes à être décrites comme étant « debout » ; en outre, le contexte ne nous permet pas de déterminer si le Site est vraiment l’écran ou si on the screen exprime, de façon plus compacte, la personne se tenant sur le sol perceptible sur l’image affichée à l’écran.

  • 11  On pourrait ici être tenté de suggérer la possibilité, vu la place que prennent les images dans le (...)

27Ces extensions, bien qu’elles soient rares, montrent non seulement la possibilité d’un élargissement sémantique de stand mais aussi que les locuteurs, d’une façon ou d’une autre, perçoivent, derrière les emplois idiomatiques, une logique qui leur permet d’appliquer la même image pour des situations jugées suffisamment similaires et de les inclure dans la catégorie lexicale en question.11 C’est exactement cette motivation qui a fait qu’en néerlandais, cette structure idiomatique est devenue une sorte de prototype local, un sous-schéma saillant et productif dans le grand réseau couvert par staan.

2.3 Des grammaticalisations incomplètes

2.3.1 De la position canonique à l’existence

28« Être debout » est la position canonique d’un être humain et de toute autre entité ayant une base. Toutes choses étant égales, cette position sera le cas par défaut, même dans des contextes où la position actuelle n’est plus mise en cause. Ceci motive la grammaticalisation (partielle) de stand en verbe copule exprimant l’existence de manière générale, en laissant peu de traces de son sens positionnel et/ou spatial. En voici quelques exemples :

(53)

My Lord of Bulloigne, thus then stands my case. (1600, Weakest goeth to Wall H 3,)

(54)

As things now stand. (1672, Petty Pol. Anat. 68)

(55)

Men naturally desire to stand fair in the opinion of others. (1697, Collier Ess. Mor. Subj. ii. (1703) 117)

(56)

Oscar, in the event of Wolf’s decease, stood next heir. (1884, C. L. Pirkis Judith Wynne III. xx. 238)

(57)

The future hope of standing an honest man. (1894, H. Nisbet Bush Girl’s Rom. 199)

N’y a-t-il pas de différence alors entre ces emplois et ceux qui ont recours au verbe copule be qui lui aussi exprime la localisation nette et/ou l’existence ? Dans une perspective comparative, cette grammaticalisation de stand n’est pas un cas isolé. Notons par exemple que dans d’autres langues germaniques le sens « exister » est exprimé justement par des formes préfixées du verbe stand : bestaan, bestehen, bestå. De plus, en espagnol, l’auxiliaire estar est dérivé du verbe latin stare « être debout », et ceci vaut également pour certaines formes du verbe être en français (à savoir étais, était, etc., qui sont les formes à l’imparfait du verbe reconstruit *eter (< ester < estare < stare). L’hypothèse que nous avançons est qu’en anglais la grammaticalisation de stand n’a pas abouti au stade d’une ‘vrai’ copule, comme en espagnol et en français, où toute trace de la sémantique d’origine a été effacée, mais que le verbe a retenu certains aspects liés au prototype, à savoir la capacité de défendre sa position, l’idée de résistance et/ou d’endurance. Le verbe place donc plus d’emphase sur une existence prolongée ou postulée, comme le montrent plusieurs usages idiomatiques qui existent encore aujourd’hui, par exemple, I stand by my case, The law still stands ou He wouldn’t stand for such treatment (cf. Gibbs et al. 1994).

29Les usages évoqués ci-dessus peuvent avoir induit une autre grammaticalisation de la forme standing vers un usage prépositionnel (standing X, Y) ayant le sens « étant donné » ; par exemple :

(58)

Which I suppose neither his Holiness nor any true Christian Man can do, standing the manifest occasions, presumptions, and apparent evidences to the contrary. (c1528, Wolsey in Burnet’s Hist. Ref. I. Rec. ii. 52)

(59)

And yet he could not well otherwise do, standing that ye Earle of warwik had so far moued already. (1513, More Rich. III Wks. 59/1)

(60)

Thynkynge that it was impossyble for them to optayne and wynne the sayd lande, standynge that the people were so myghty and stronge. (1526, Pilgr. Perf. (W. de W. 1531) 17)

Cette grammaticalisation est en fait identique à celle qu’on trouve pour pending et during, on trouve effectivement dans l’oed des usages de standing qui sont en compétition sémantique avec during, par exemple :

(61)

Duryng the contynuaunce of the seid werkes and standyng the lyff and helth of the said John Wastell. (1512, in Willis & Clark Cambridge (1886) I. 609)

(62)

Standyng the nonage of thys gentylman (c1500, H. Medwall Nature i. 323 (Brandl)) [nonage : condition of being under age]

En anglais contemporain, cette grammaticalisation de standing vers des usages prépositionnels a été perdue. Il en reste un vestige dans la forme notwithstanding (qui trouve un équivalent en néerlandais : niettegenstaande, litt. « not-against-standing ») où il faut comprendre le with dans son sens ancien de « contre ». La structure interne de la préposition est probablement opaque pour des locuteurs anglais (ce qui vaudrait également pour des locuteurs du néerlandais en ce qui concerne l’homologue néerlandais de cette forme).

2.3.2 De la localisation à l’aspect

30Dans plusieurs langues du monde, les verbes de position cardinaux ont subi une grammaticalisation vers des marqueurs d’aspect, généralement à valeur progressive et/ou durative, comme le montre la sélection (aléatoire) suivante :

(63)

a.

Jag

ligger

och

läser (Swedish)

Je

suis couché

et

lis ( =je suis en train de lire (étant couché))

b.

Sedi

i

se

opvlaka (Bulgarian ; Kuteva 1999 :209, ex. (58))

asseoir.3sg.PRES.IMP

et

refl

plaindre.3sg.PRES.IMP ( =Il/Elle se plaint toujours)

Dans son excellente étude de ce processus de grammaticalisation, Kuteva (1999) distingue quatre étapes différentes dans l’« auxiliation » des vpc :

1.

i.

Posture corporelle (cible animée)

ii.

Posture corporelle plus événement simultané (vpc & v)

2.

i.

Position spatiale des cibles inanimées (vpc = expression linguistique canonique)

ii.

Position spatiale des cibles inanimées plus événement simultané (vpc & v)

3.

construction continuative/durative/progressive avec des cibles inanimées

4.

construction continuative/durative/progressive avec des cibles animées/inanimées

  • 12  Notez que la structure V to V n’est pas la même que celle mentionnée plus haut (exemple 32) où il (...)

En néerlandais et en suédois, où les vpc sont clairement l’expression canonique pour la localisation des entités dans l’espace (condition 2), ces constructions progressives avec un verbe de position sont assez répandues (cf. Lemmens 2005b ; forthc. b). Le suédois utilise la construction à deux verbes conjugués coordonnés vpc och v (« V et V »). Le néerlandais l’a reformulée dans une construction infinitive vpc te vinf (vpc à vinf). En anglais, ces constructions progressives (du type coordonnées) sont beaucoup plus limitées (Newman & Rice, 2004). Notons que dans les constructions anglaises, les deux verbes conjoints prennent souvent tous deux la forme en -ing : V(ing) and V(ing), par exemple we were sitting and talking. Cependant, l’oed mentionne des constructions qui sont syntaxiquement comparables à celles du néerlandais contemporain (cpv to v)12 :

(64)

He liÞ to deʒe Þat lele & trewe [ =lies to die] (a1425, Cursor Mundi 14172 (Trin.))

(65)

Upon the watch-towers airy round No warder stood his horn to sound. (1813, Scott Trierm. i. xiii,)

On peut se demander si ces citations sont vraiment des constructions progressives et non des constructions où le to+infinitive exprime le but. Les données de l’oed ne nous permettent pas de répondre à cette question importante. Le deuxième exemple est, de plus, issu d’un registre poétique. Si de telles constructions étaient répandues, elles pourraient amener à penser qu’en anglais aussi les vpc étaient des verbes spatiaux canoniques (précondition de l’auxiliation selon Kuteva 1999), comme en néerlandais et suédois contemporains. Cette hypothèse ne peut être vérifiée qu’après analyse de données diachroniques plus nombreuses.

2.4 La variation de la conceptualisation

31La linguistique cognitive postule que le sens dépend de notre capacité à conceptualiser une même entité et/ou situation de façon différente : « the speaker’s ability to conceptualize situations in a variety of ways is, in fact, the foundations of cognitive semantics » (Casad 1995 : 23). Dans cette optique, il n’y a donc pas de vraie synonymie, étant donné que chaque différence formelle implique une conceptualisation différente. Ce point a déjà été illustré ci-dessus dans l’étude de la différence sémantique entre stand et be. Mais on trouve d’autres cas où les vpc semblent interchangeables parce qu’ils réfèrent à la même réalité. Rappelons les exemples (37) et (38) dans lesquels l’opposition entre stand et lie implique un degré d’inactivité différent. Quelques exemples supplémentaires sont nécessaires ici.

32Tout d’abord, les exemples donnés dans l’oed montrent qu’on peut dire d’un chapeau ou d’une couronne qu’ils sont « debout » ou « couchés » :

(66)

a.

His crown stood on a cushion at his head (1810, J. Porter, The Scottish Chiefs)

b.

þe coroune lyes in a vessell of cristall. (c1400, Mandeville (Roxb.) ii. 6)

(67)

a.

His hat stood proud upon his head, at exactly the same angle as the ground (Internet data)

b.

Her blue velvet hat lay beside her body. (Internet data)

Cette alternance montre que, bien que le type de la Cible (ici, le chapeau ou la couronne) évoque une conceptualisation typique (stand), le locuteur peut choisir de l’éviter. De plus, un même objet peut se trouver dans des endroits ou des fonctions différents, ce qui influencera les choix lexicaux. Un chapeau ou une couronne sont des objets qui ont une orientation inhérente quand ils se trouvent dans leur position canonique, c’est-à-dire, positionnés sur leur base (généralement sur la tête), ce qui renforce leur orientation verticale. Le verbe stand serait donc l’encodage préféré. Le choix de lie serait ainsi une expression plus marquée, motivée par le fait que l’objet ne se trouve pas dans sa position canonique, ce qui est bien le cas dans les exemples repris sous b). Souvent l’usage de lie implique également un certain degré de désordre, l’absence de position canonique qui représente l’ordre normal.

33Un autre cas concerne la position des corps célestes. Pour cette discussion, nous reproduisons un exemple donné dans l’introduction :

(7)

a.

… wheither the sterre sitte est or west or north. (c1391, Chaucer Astrol. ii. §33)

b.

And the sunne and the mone stoden, to the tyme that [etc.]. (1382, Wyclif Josh. x. 13)

Quelle était la motivation d’une telle alternance propre à surprendre le locuteur contemporain ? Bien que le caractère limité des données disponibles nous invite à être prudents, les deux choix mettent en relief deux conceptualisations différentes d’une même situation. Le verbe stand (exemple 7b) aurait une motivation double. Ce contexte suggère qu’il s’agit de leur position à un certain moment dans le temps (to the tyme that), ce qui évoque l’idée d’un arrêt temporaire du mouvement (qui continuera évidemment après cette « photo mentale ») ; une situation pour laquelle stand est le verbe le plus adapté. Cette métaphore est la même que celle qui motive l’expression time stood still, où le temps est perçu comme un objet qui se déplace (cf. the train stood still). Une motivation alternative serait que le verbe désigne l’élévation verticale vis-à-vis de la terre. Le verbe sit (exemple 7a), par contraste, évoquerait plutôt l’idée de fixité et mettrait le mouvement des corps célestes en arrière-plan. Le positionnement de l’étoile relatif aux points cardinaux, dans l’exemple ci-dessus, ne semble pas être une coïncidence dans cette optique, parce qu’il évoque plutôt leur position dans le cadre évoqué par le discours.

34Prenons un dernier cas dans lequel les trois verbes sont utilisés pour « localiser » le vent :

(68)

a.

If the winde stande in that doore, it standth awry. (1546, J. Heywood Prov. (1867) 56)

b.

When the wind sitteth West, it is alwaies rain. (1610, Holland Camden’s Brit. 587)

c.

When the East wind began to lie, which for certeine daies had blustred and raged. (1600, Holland Livy xxv. 569)

L’opposition maximale est celle entre stand et lie. Le premier indique la direction soutenue par le vent ; cet usage est ainsi comparable à ce qu’on trouve dans les exemples (24) à (27). Le troisième désigne que le vent s’atténue après des journées de déchaînement, se calme, ce qui peut assez logiquement associé à la position couchée, la position de repos. Intuitivement, on dirait qu’en absence d’une direction soutenue, l’image mentale qu’on attribue au vent est celle d’un objet horizontal (comme un tissu ou une masse) pour lequel le verbe lie est l’expression canonique (cf. a sheet lying on the table ; a towel lying on the bed, etc.). Le verbe sit (68b) reste neutre par rapport à l’image du vent pris comme une entité qui bouge ou qui se couche, mais le situe simplement dans l’espace comme une entité inactive, plus ou moins fixe. L’idée de répétition ou d’habitude suggérée par l’exemple pourrait avoir contribué au choix du verbe sit.

35Les cas de variation lexicale discutés ici montrent clairement qu’une même situation réelle peut être conçue différemment selon les besoins du locuteur et/ou du contexte. En anglais contemporain, ces variations sont devenues minimales, conséquence logique du fait que les verbes de position cardinaux ont perdu une grande partie de leurs usages spatiaux et métaphoriques. Dans le paragraphe suivant, nous offrons des hypothèses explicatives.

3. La grammaticalisation ratée

36Bien que l’anglais ait suivi une évolution singulière, on constate un certain degré de comparabilité avec des structures dans d’autres langues germaniques, et ce dans les usages spatiaux, métaphoriques et aspectuels (progressifs et ingressifs). L’anglais a perdu une grande partie de ces usages : 27 % des définitions mentionnées dans l’oed sont marquées comme obsolètes, et de nombreuses autres sont marquées ou relèvent d‘un registre très formel. Alors que dans les autres langues germaniques les verbes de position sont devenus l’encodage canonique pour exprimer la localisation des entités (réelles et métaphoriques), l’anglais a généralement recours au verbe be. Dans une perspective typologique, on dirait qu’il est devenu moins germanique et plus roman (voir Lemmens 2005a). D’où vient cette transformation considérable ? De plus, s’agit-il vraiment d’une perte ou plutôt d’une occasion d’élargissement sémantique manquée ? Dans le cadre de cet article on ne peut fournir de réponse définitive à ces questions. On mentionnera cependant trois pistes qui mériteraient d’être creusées.

37D’abord on constate que l’anglais a emprunté au français ou au latin de nombreux verbes de mouvement (enter, exit, descend) et de localisation (posit, place, locate, etc.). Comme l’a montré Talmy (2000), ce codage de la trajectoire par le verbe est atypique dans les langues germaniques, où il est généralement exprimé par des particules (walk in(to), stumble down, sit up, etc. ; d’où leur caractérisation par Talmy comme des langues « à satellites » (« satellite-framed languages »), le verbe exprimant l’événement auxiliaire (manière, cause). En revanche, les langues romanes sont dites « langues à cadrage verbal » (« verb-framed languages »), vu que le verbe exprime la trajectoire ou la localisation. La présence de ces verbes d’origine romane dans le lexique anglais peut avoir contribué à la disparition partielle des verbes de position. Cependant, cette hypothèse n’explique pas pourquoi cette disparition a affecté les verbes de position cardinaux plus que les verbes de mouvement. De plus, les verbes de position ont été longuement utilisés après la période pendant laquelle l’anglais a subi l’influence du français.

  • 13  Je remercie Jaqueline Guéron d’avoir suggéré que cette hypothèse puisse jouer un rôle important (c (...)

38La deuxième hypothèse lie la perte des vpc à des changements aspectuels internes, à savoir, l’émergence de la forme en –ing qui coïncide avec la disparition graduelle des vpc.13 En anglais contemporain, la forme en -ing pose un problème notoire pour les « stance verbs » comme les vpc où des verbes comme hang, squat, perch, etc. Une interprétatoin de la forme en -ing soutient qu’elle fournit une vue ‘dynamique’ sur l’événement, ce qui en principe n’est pas applicable aux verbes d’état. (cf. *There is existing a god ; *He’s resembling his father). Une autre interprétation (présentée par Givón 1993) propose que la forme en –ing transforme une activité en un état, ce qui, elle aussi, explique l’incompatibilité de cette forme avec les verbes d’état qui ont déjà cette valeur (sauf si on veut exprimer des états temporaires, comme You’re being stupid !). Dans les deux analyses, les « stance verbs » forment une exception problématique. Notre hypothèse est donc que la forme en –ing est d’abord apparue pour les verbes d’activité et qu’une fois qu’elle eût obtenu son caractère obligatoire pour décrire des événements ‘en cours’, cette forme est demeurée assez inhabituelle pour les « stance verbs ». En d’autres termes, l’exigence grammaticale s’est trouvée en conflit avec la sémantique verbale. Cette incongruité sémantique trouve un corrélât plus fort dans d’autres langues, comme le néerlandais ou le français, par exemple, où une construction progressive est exclue avec ces verbes (*Ik ben aan het liggen/zitten/staan ‘Je suis en train d’être couché/être assis/être debout’). La question de savoir pourquoi cette forme s’est néanmoins imposée pour ces verbes (mais pas pour les autres verbes d’état), reste ouverte, mais l’incompatibilité aurait prévenu l’usage de ces verbes en général, sauf dans des cas où ils étaient pertinents, c’est à dire quand il s’agit de la position corporelle. Et même dans ces contextes, l’anglais favorise plutôt l’usage de be. Les vpc auraient pu conserver leurs usages idiomatiques, parce que dans ces contextes la forme de base pourrait être utilisée sans difficulté. Les autres langues germaniques n’ont pas connu l’émergence d’une forme en –ing et ont continué à utiliser la forme de base pour exprimer des situations spatiales permanentes aussi bien que temporaires. L’usage des vpc n’impliquait pas d’incompatibilité sémantique dans leur système aspectuel, ce qui expliquerait qu’ils ont gardé leur statut d’expression canonique pour localiser une entité dans l’espace.

39La troisième hypothèse a été suggérée par Newman (2009) qui remarque qu’au fil du temps, les verbes de position statique anglais sit, lie et stand se sont étendus à des usages inchoatifs, référant à un changement de position corporelle (« s’asseoir », « se mettre debout », « se coucher »). Au départ (et encore aujourd’hui), ces usages dynamiques se sont réalisés en ajoutant une particule : sit down, stand up, lie down (cf. également Talmy 2000 : 67 ; Lemmens 2005a ; Lemmens & Slobin 2008), mais de plus en plus, on voit des usages inchoatifs apparaître sans ces particules, par exemple, He sat (down) on a chair for a while ou Come and sit (down) next to me (exemples de Newman). Newman illustre cette évolution par une étude de corpus à petite échelle pour le verbe sit dans la King James Bible. S’appuyant sur Dunn et al. (2007 : 889–890), Newman fait remarquer que la grammaticalisation de verbes de position vers des verbes de localisation canoniques ou vers des marqueurs aspectuels se produit généralement avec des verbes de position renvoyant à des situations statiques (« at-rest meanings »), et non avec des verbes renvoyant à des situations inchoatives. Il en conclut :

The English posture verbs, to the extent they develop locative meanings, do so in relatively limited ways and it may be that the fluctuation in action/state interpretations of these verbs is relevant to understanding the limited nature of this type of extension. (2009 : 46).

Bien que cette hypothèse s’avère prometteuse, l’étude de Newman, basée sur l’analyse d’un seul verbe dans un corpus limité et non représentatif, nous semble trop étroite pour être confirmé en l’état.

40L’anglais est ainsi « the odd one out » dans la famille des langues germaniques dans lesquelles les verbes de position ont continué d’évoluer vers des verbes de localisation canoniques et même vers des semi-auxiliaires à valeur progressive, là où ce processus a été arrêté prématurément en anglais. Comme le disent Dune et al., « It may be that languages like English […] have a potential positional verb system, while Dutch and other […] languages have an actual positional verb system. » (2007 :890). Les hypothèses émises ici sur les causes de cette différence, notamment les deux dernières hypothèses (la première, à savoir l’influence du français, nous semblant peu probable) restent cependant à valider à la lumière de données diachroniques plus étoffées. Ce qui se dessine à partir de ces deux hypothèses n’est pas l’histoire d’une perte lexicale, mais l’histoire d’une grammaticalisation ratée, où les changements du système de l’anglais (soit l’émergence de la forme en –ing, soit le chevauchement des usages statiques et dynamiques) ont empêché la grammaticalisation de ces verbes, alors que dans les autres langues germaniques elle a pu porter ses fruits.

4. Conclusion

41Cet article a tenté de montrer que les emplois de l’anglais stand attestés dans des périodes antérieures ne correspondent pas à un amalgame d’usages idiomatiques pour lesquels il ne sembleraient y avoir d’autres logiques que celle d’une convention linguistique totalement arbitraire. Bien qu’on accepte le haut degré de convention qui caractérise une langue, les extensions sémantiques attestées pour une expression ne sont pas arbitraires dès lors que l’on accepte la motivation expérientielle qui gère la catégorie lexicale. Autrement dit, on ne peut pas prédire dans l’absolu qu’une langue exprimera un concept X en termes d’une expression Y (full predictability), mais ceci n’empêche pas de voir que l’usage de Y serait effectivement motivé dans sa façon d’exprimer (et donc de structurer) l’expérience. Cette motivation peut être observée dans les usages ‘littéraux’ aussi bien que dans les usages métaphoriques, comme l’a révélé la description diachronique de stand. L’image schématique qui structurait plusieurs usages liés de stand est celle d’un objet reposant sur sa base ; la verticalité réelle était inférieure à cette image et n’entrait en jeu que dans les cas où (1) l’objet en question n’a pas de base ou (2) ne repose par sur cette base et que sa verticalité est le seul trait qui aide à clarifier la position de l’objet. La rigidité et l’extension maximale le long de son axe longitudinal associées au prototype motivaient des extensions métaphoriques où la tension et/ou la direction sont sollicitées. L’idée qu’être debout est la position canonique pour un être humain motivait une désémantisation dans les usages où stand est devenu un quasi-synonyme du verbe copule be. On a néanmoins avancé l’hypothèse que, même dans ces emplois, il reste des traces de sa sémantique originelle.

42Désormais, il resterait à évaluer, sur la base d’une étude de corpus diachroniques suffisamment larges et représentatifs, quels sont les facteurs qui expliquent la position isolée de l’anglais parmi les langues germaniques. Les deux hypothèses les plus probables, celle de l’émergence de la forme en –ing et celle du glissement vers les usages inchoatifs, indiquent toutes deux qu’il s’agit d’une grammaticalisation ratée. Une étude diachronique minutieuse s’impose également pour répondre au problème de la datation des hypothèses mentionnées : un grand nombre des exemples tirés de l’OED semblent indiquer que l’écart entre l’anglais et les autres langues germaniques aurait commencé à se produire à partir du début du 20ème siècle – c’est-à-dire que l’anglais utilisait encore les verbes stand, lie, et sit, comme en néerlandais ou en allemand, jusqu’au 19ème siècle. Or, les facteurs qui auraient provoqué la non-grammaticalisation (l’émergence des formes progressives, l’influence du français, l’émergence des verbes à particules) se situent dans des périodes antérieures de l’évolution de cette langue.

43Il est néanmoins établi que le potentiel de grammaticalisation présent dans toutes les langues germaniques dans une période antérieure n’a donc pas porté ses fruits en anglais, alors que dans les autres langues germaniques, il s’est actualisé dans des usages des verbes de position grammaticalisés, à différents degrés. En effet, on constate un continuum de grammaticalisation dans la famille germanique, dans lequel l’anglais se situe à une extrémité du fait de son degré de grammaticalisation le plus faible, alors que le néerlandais se trouve à l’autre extrémité ; entre les deux, on trouve l’allemand et les langues germaniques scandinaves (voir Lemmens 2005a).

Top of page

Bibliography

Ameka, Felix K. et Stephen C. Levinson. « The Typology and Semantics of Locative Predicates : Posturals, Positionals, and Other Beasts ». Linguistics 45 (2007) : 847-871.

Atintono, A. Samuel. « Basic and Extended Uses of Posture Verbs in Gurenɛ. » CogniTextes (2012) : vol 7. http://cognitextes.revues.org/501.

Atintono, A. Samuel. The Semantics and Grammar of Positional Verbs in Gurenɛ : A Typological Perspective. Thèse de doctorat, Manchester University, 2013.

Atintono, A. Samuel et Maarten Lemmens. « Lexicalization of Aspect-causative Interaction of Gurenɛ Posture Verbs ». Présentation orale au 5ème colloque international de l’Association Française de Linguistique Cognitive, Univ. Lille 3, France, 2013.

Bybee, Joan L., Revere Perkins, et William Pagliuca. The Evolution of Grammar : Tense, Aspect and Modality. Chicago : Chicago University Press, 1994.

Brown, Penelope. « The INS and ONS of Tzeltal Locative Expressions : the Semantics of Static Descriptions of Locations. » Linguistics 32-4/5 (1994) : 743-790.

Casad, Eugene, éd. Cognitive Linguistics in the Redwoods. Berlin : Mouton de Gruyter, 1996.

Delbecque, Nicole, éd. Linguistique cognitive. Comprendre comment fonctionne le langage. Bruxelles : De Boeck, 2006.

Dunn, Michael, Anne Margetts, Segio Meira, et Angela Terrill. « Four Languages from the Lower End of the Typology of Locative Predication ». Linguistics 45 (2007) : 873–892.

Fuchs, Catherine. « Ordre des constituants, marqueurs polysémiques et dynamique du sens ». Actes du Colloque international » Représentations du sens linguistique » Eds. Dominique Lagorgette et Paul Larrivee. München : Lincom Europa, 2002. 11-17.

Gibbs, Raymond W. et al., « Taking a Stand on the Meanings of Stand : Bodily Experience as Motivation for Polysemy, Journal of Semantics 11 (1994) : 231-251.

Givón, Talmy. English Grammar : A Function-Based Introduction (Vols. 1 & 2). Amsterdam : J. Benjamins, 1993.

Grinevald, Colette. « Vers une typologie de l’expression de la localisation statique : le cas des prédicats locatifs. » Linguistique typologique. Eds. Gilbert Lazard et Claire Moyse-Faurie. Lille : Presses Universitaires Septentrion, 2006. 33-54.

Haviland, John B. « Seated and Settled : Tzotzil Verbs of the Body. Spatial Description in MesoAmerican Languages. Numéro thématique de la Zeitschrift für Phonetik, Sprachwissenschaft und Kommunikationsforschung (ZPSK) Berlin 45.6 (1992), 543-561.

Hellerstedt, Maria. Analyse de verbes de posture en suédois en langue première et deuxième. Thèse de doctorat, Université de Paris IV, France, 2013.

Heine, Bernd, Ulrike Claudi, et Friederike Hünnemeyer. Grammaticalisation : A Conceptual Framework. Chicago/London : University of Chicago Press, 1991.

Jackendoff, Raymond. « How Language Helps us Think », Cognition and Pragmatics 4 (1996) : 1-34.

Johnson, Mark. The Body in the Mind. Chicago : University of Chicago Press, 1987.

Johnson, Mark. « Knowing through the Body », Philosophical Psychology 4 (1991) : 3-20.

Kuteva, Tania. « On ‘sit’/’stand’/’lie’ Auxiliation », Linguistics 37 (1999) : 191-213.

Langacker, Ronald W., Foundations of Cognitive Grammar. vol. I : Theoretical Prerequisites. Stanford : Stanford University Press, 1987.

Langacker, Ronald W. Foundations of Cognitive Grammar. vol. II : Descriptive Application. Stanford : Stanford University Press, 1991.

Langacker, Ronald W. Concept, Image, and Symbol, Berlin et New York : Mouton de Gruyter, 1991.

Lakoff, George. Women, Fire and Dangerous Things, Chicago : Chicago University Press, 1987.

Lakoff, George et Mark Johnson. Metaphors We Live by, Chicago : Chicago University Press, 1980.

Lakoff, George et Mark Johnson. Les métaphores dans la vie quotidienne, traduit de l’américain par Michel de Fornel, Paris : Editions de Minuit, 1985.

Lemmens, Maarten, « The Semantic Network of Dutch Posture Verbs. » The Linguistics of Sitting, Standing, and Lying. Ed. Newman, John. Amsterdam et Philadelphia : John Benjamins, 2002a. 103-139.

Lemmens, Maarten, « Over de gemotiveerde alomtegenwoordigheid van liggen, zitten en staan : linguistische en didactische perspectieven. » Le néerlandais en France et en Belgique francophone : approches scientifiques, approches didactiques. Ed. Hiligsmann, Philippe. Université Lille3, France : Collection UL3 Travaux et recherches, 2002b. 91-114.

Lemmens, Maarten. « Motion and Location : toward a Cognitive Typology. » Parcours linguistiques. Domaine anglais. [CIEREC Travaux 122]. Ed. Girard, Geneviève. Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005a. 223-244.

Lemmens, Maarten. « Aspectual Posture Verb Constructions in Dutch ». Journal of Germanic Linguistics 17 (2005b) : 183-217.

Lemmens, Maarten. « Aspectually Induced Lexical Loss in English », First International AFLiCo Conference From gram to mind : grammar as cognition. Université de Bordeaux 3, 20-22 mai, 2005c.

Lemmens, Maarten. « Caused Posture : Experiential Patterns Emerging from Corpus Research. » Corpora in Cognitive Linguistics, vol. II : The Syntax-Lexis Interface. Eds. Anatol Stefanowitsch et Stefan Gries. Amsterdam & Philadelphia : John Benjamins, 2006. 261-296.

Lemmens, Maarten (forthc. a). Usage-based Perspectives on Lexical Semantics : Causative Verbs, Posture Verbs and Other Animals. Shanghai : Shanghai Foreign Languages University Press.

Lemmens, Maarten (forthc. b). « De grammaticalisatie van positiewerkwoorden in het Nederlands ». Nederlandse Taalkunde.

Lemmens, Maarten et Caroline David. « Generalisation and ‘De-negativisation’ : on the Evolution of English Put » International conference Directions in English Language Studies, University of Manchester, UK, April, 6-8, 2006.

Lemmens, Maarten et Julien Perrez. « On the Use of Posture Verbs by French-speaking Learners of Dutch : a Corpus-based Study ». Cognitive Linguistics 21 (2010) : 315-347.

Lemmens, Maarten et Julien Perrez. « A Quantitative Analysis of the Use of Posture Verbs by French-speaking Learners of Dutch ». CogniTextes 8 (2012), http://cognitextes.revues.org/609.

Lemmens, Maarten et Ekatharina Rakhilina. « Semantika russkogo sidet’ na fone niderlandskogo zitten », [La sémantique du verbe russe sidet’ comparé au néerlandais zitten]. Russian Linguistics 27 (2003) : 313-327.

Lemmens, Maarten et Slobin Dan I. « Positie- en bewegingswerkwoorden in het Nederlands, het Engels en het Frans » [Posture and motion verbs in Dutch, English and French] Verslagen en Medelingen van de Handelingen van de Koninklijke Academie voor Taal- en Letterkunde 118 (2008) : 17-32.

Matlock, Teenie. « Depicting Fictive Motion in Drawings. » Cognitive Linguistics : Investigations across languages, fields, and philosophical boundaries. Ed. June Luchenbroers. Amsterdam & Philadelphia : John Benjamins, 2006. 67-86.

Newman, John. « A Cross-linguistic Overview of the Posture Verbs ‘sit’, ‘stand’, and ‘lie’« , in : John Newman, éd. The Linguistics of Sitting, Standing, and Lying. Amsterdam & Philadelphia : John Benjamins, 1-24, 2002.

Newman, John. « English Posture Verbs. An Experientially Grounded Approach ». Annual Review of Cognitive Linguistics 7 (2009) : 30-57.

Newman, John et Sally Rice. « English sit, stand, and lie : Patterns of Usage and their Experiential Motivations », Cognitive Linguistics 15 (2004) : 351-396.

Serra Borneto, Carlo, « Liegen and Stehen in German : A Study in Horizontality and Verticality. » Cognitive Linguistics in the Redwoods. Ed. Eugene Casad. Berlin : Mouton de Gruyter, 1996. 458-505.

Talmy, Leonard. Toward a Cognitive Semantics, Cambridge : Mass., MIT-press, 2000.

Taylor, John. Linguistic Categorisation. Oxford : Oxford University Press, 2005.

Vandeloise, Claude. L’Espace en français, Paris : Seuil, 1986.

Van Oosten, Jeanne. « Sitting, Standing and Lying in Dutch : A Cognitive Approach to the Distribution of the Verbs Zitten, Staan, and Liggen. » Dutch linguistics at Berkeley. Eds. Jeanne Van Oosten et John Snapper. Berkeley : UCB, 1986. 137-160.

Viberg, Åke. « Posture Verbs. A Multilingual Contrastive Study. » Languages in Contrast 13 (2013) : 139–169.

Top of page

Notes

1  En suédois le choix du verbe est distinctif : sitta på knäna (« être assis sur les genoux ») renvoie à la position où un individu se trouve sur ses genoux avec le postérieur reposant sur les talons (la position zitten-(iv) dans la Figure 1) alors que stå på knäna (« être debout sur les genoux ») renvoie à la position où un individu se trouve sur ses genoux avec le buste en position verticale. En néerlandais, zitten (« être assis ») est utilisé pour les deux positions, combiné optionnellement avec l’adverbe rechtop « debout » pour la deuxième.

2  La question de savoir si les VPC sont des copules est assez complexe et nécessiterait une analyse en profondeur qui dépasse le cadre de cette contribution.

3  Pour une bonne introduction à la sémantique du prototype, voir Taylor (2005) ou Delbecque (2006).

4  Le terme « Cible » est emprunté à Vandeloise 1996 qui le propose comme traduction de l’anglais Figure en opposition au terme « Site » (Ground).

5  Voir, par exemple, http://fennerschool-associated.anu.edu.au/mensuration/stand.htm.

6  Dans le domaine des verbes de mouvement, on constate une opération similaire dans le cas du « mouvement fictif », comme dans : The road runs all the way to the coast ou, en français, Le long du mur courait une vigne vierge (exemple tiré de Fuchs 2002). Dans ces cas, des situations statiques sont décrites avec un verbe de mouvement. L’interprétation cognitive postule que ces conceptualisations impliquent un dynamisme mental, dans lequel le conceptualisateur suit mentalement tous les points qui forment l’extension spatiale de l’objet (cf. Talmy 2000, Matlock 2006).

7  Le « weapon » dont parle l’exemple (23) renvoi bien évidemment au sexe masculin.

8  Etant des bipèdes, les oiseaux constituent des exceptions. Généralement, on dit qu’ils sont « assis » (All maner of fowlys that syt in trees. ; 1486), codage motivé par la ressemblance de la position des oiseaux avec la position accroupie pour laquelle sit est aussi possible. Notons néanmoins qu’en anglais contemporain le verbe perch est l’expression plus usuelle pour la position des oiseaux. Dans l’expression figée sitting duck, le verbe peut renvoyer à la position (ancien usage) ou au fait d’être coincé (usage contemporain).

9  Cette valeur sémantique pourrait être liée, de nouveau, au défi qu’implique le maintien de l’équilibre (cf. stand or fall).

10  Notez toutefois l'utilisation possible de stand dans le sens de (43a) (le fusil ‘posé’ contre l'arbre) en anglais contemporain : the gun stood against the tree (position verticale).

11  On pourrait ici être tenté de suggérer la possibilité, vu la place que prennent les images dans le monde contemporain, l'usage métaphorique de stand réapparaisse en anglais ; bien qu’elle soit plausible, cette hypothèse reste à être démontrée par une étude de corpus plus vaste.

12  Notez que la structure V to V n’est pas la même que celle mentionnée plus haut (exemple 32) où il s’agit d’une valeur ingressive (« about to ») ; dans les exemples ici, la valeur est progressive (« V-ing »)

13  Je remercie Jaqueline Guéron d’avoir suggéré que cette hypothèse puisse jouer un rôle important (comm. pers. 20/09/2003).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Positions corporelles exprimées par des VPC en néerlandais
Credits (© Maarten Lemmens & Jan Vanstechelman)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/327/img-1.png
File image/png, 44k
Title Fig. 2 : Réseau schématique simplifié pour stand
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/327/img-2.png
File image/png, 24k
Title Graphique 1 : Vue diachronique sur le nombre des définitions oed
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/327/img-3.png
File image/png, 28k
Top of page

References

Electronic reference

Maarten Lemmens, « Un cas de grammaticalisation ratée ? Étude diachronique de l’emploi du verbe stand en anglais », Anglophonia [Online], 18 | 2014, Online since 10 October 2014, connection on 19 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/327 ; DOI : 10.4000/anglophonia.327

Top of page

About the author

Maarten Lemmens

Université Lille 3 & UMR STL 8163
maarten.lemmens@univ-lille3.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org