Skip to navigation – Site map

In Memoriam Andrée-Marie Harmat

Nathalie Vincent-Arnaud

Full text

1Le 14 novembre 2013 disparaissait Andrée-Marie Harmat, professeur émérite au Département des Études du Monde Anglophone de l’Université de Toulouse-Le Mirail où elle avait effectué la totalité d’une longue carrière d’enseignant-chercheur qui restera dans les mémoires de tous ceux qui furent ses collègues et ses étudiants.

2Lui rendre hommage ici, au seuil de notre revue, s’impose à plusieurs titres : en premier lieu parce que plusieurs de ses anciens collègues – et, pour certains, anciens étudiants – figurent dans notre équipe éditoriale ; ensuite parce que la réflexion linguistique a toujours constitué le socle inébranlable de ses activités, de sa réflexion, de sa saisie du texte, que ce dernier soit littéraire ou musical ; et enfin parce qu’elle a toujours apporté sa contribution active et enthousiaste à la revue Caliban puis à Anglophonia qui lui a succédé. Auteur de plusieurs articles dans cette revue, elle a également dirigé ou co-dirigé deux numéros d’Anglophonia : le numéro 9 (Langues et littératures : linguistique, stylistique, traduction) et le numéro 11 (Musique et littérature : intertextualités), issu d’un colloque international qui a fait date puisque, entre autres retombées, il est à l’origine d’un programme de recherche de l’Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) qui perdure à l’heure actuelle sous le nom « Musique et littérature : dialogues intersémiotiques » et dont l’esprit se perpétue. Elle a également, pendant plusieurs années, joué un rôle déterminant dans un autre programme de l’IRPALL, consacré à la nouvelle en Europe, au sein duquel la finesse et l’acuité de son regard sur les textes de ses auteurs de prédilection – Katherine Mansfield, Virginia Woolf, Carson McCullers, entre autres – ont mis en lumière des pistes de réflexion foisonnantes et souvent inédites.

3Ce rapide tour d’horizon permet d’avoir un aperçu de l’étendue des préoccupations d’Andrée-Marie Harmat, de son goût pour l’interdisciplinaire, le non-fini, le non-borné (pour emprunter des termes chers à Culioli dont la théorie a toujours nourri sa pensée et sa pratique d’énonciativiste convaincue). Linguiste, stylisticienne, musicienne de talent, elle a souvent fait des analyses textuelles proposées à ses étudiants comme à ses collègues chercheurs autant d’épiphanies, de moments of being, de modèles d’une pensée naturellement décloisonnante, où la réflexion linguistique, à travers l’appréhension des multiples balises de sens qui jalonnent un écrit littéraire, est avant toute chose recherche passionnée de l’humain.

4C’est cette dimension profondément humaine, authentiquement humaniste, que ceux qui l’ont connue et côtoyée, et qu’elle a souvent inspirés dans leur pratique universitaire, retiendront d’elle ; une dimension que sa discrétion et sa délicatesse lui interdisaient de porter sur le devant de la scène mais que son sens aigu de l’observation, sa lecture assidue et profonde de cet Autre représenté par le discours littéraire ou musical, sa disposition d’esprit accueillante et volontiers ludique ont gravée, sans doute à son insu, dans nos mémoires.

C’est avec émotion et reconnaissance, en souvenir des nombreux moments partagés, que nous lui dédions ce numéro d’Anglophonia.

Nathalie Vincent-Arnaud, au nom du Comité éditorial

Top of page

References

Electronic reference

Nathalie Vincent-Arnaud, « In Memoriam Andrée-Marie Harmat », Anglophonia [Online], 18 | 2014, Online since 10 October 2014, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/338 ; DOI : 10.4000/anglophonia.338

Top of page

About the author

Nathalie Vincent-Arnaud

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org