Skip to navigation – Site map

Éditorial

Stéphanie Bonnefille and Wilfrid Rotge
p. 7-8

Full text

  • 1 Maurice Merleau-Ponty, L’Œil et l’esprit. Paris : Gallimard, 1964, 88.

Parce que profondeur, couleur, forme, ligne, mouvement, contour, physionomie sont des rameaux de l’Être, et que chacun d’eux peut ramener toute la touffe, il n’y a pas en peinture de « problèmes » séparés, ni de chemins vraiment opposés, ni de « solutions » partielles, ni de progrès par accumulation, ni d’options sans retour.1

1Cette citation de Merleau-Ponty sur les rapports entretenus entre l’Etre et la peinture pourrait s’appliquer tout autant au lien qui peut unir l’Etre et l’étude du langage. Mais bien mieux encore, elle entre en résonance avec ce tout que constituent les articles retenus pour ce nouveau numéro d’Anglophonia qui, une fois rassemblés et agencés, offrent au lecteur la possibilité de méditer sur la richesse qui émane, dans la recherche en linguistique anglaise, de la mise en réseau des domaines de la grammaire, de l’étymologie, de la phonologie, de l’analyse de discours ou encore de la critique de théories.

2En effet, chacune de ces parties agit nécessairement sur l’une ou l’autre des parties présentes dans ce numéro, puisque les « problèmes » soulevés ne sont précisément pas « séparés » ou séparables les uns des autres. Ainsi, elles permettent à la réflexion du chercheur de progresser de manière non linéaire et, de fait, de ne pas ressentir le poids de « l’accumulation » de données, de pensées et de démonstrations.

3Toutes les propositions de publications sont dûment anonymées et expertisées par deux rapporteurs spécialistes du domaine étudié. Dans le domaine de la grammaire et de la diachronie, Christopher Desurmont explore deux schémas syntaxiques a priori sémantiquement proches, try and V et try to V, en dépassant les résultats issus de données diachroniques et selon lesquels la première de ces constructions ne correspondrait qu’à une variante informelle de la deuxième. Patrice Larroque propose une analyse de la grammaticalisation de done en anglais non-standard dans des schémas tels done + V-ed/-en ou done + V, comme dans I done burnt myself out on pastrami already this year, où done occupe une position préverbale. Les articles suivants adoptent une perspective davantage conceptuelle. En analysant les possibilités offertes par la langue pour exprimer le comptage et le dénombrement, tout autant que la précision et l’approximation dans l’emploi des chiffres et des nombres, Bertrand Richet élabore une réflexion sur les processus conceptuels à l’œuvre. Puis, Viviane Arigne se propose d’expliquer comment, d’un point de vue conceptuel encore, la figure du tout unitaire imprègne les noms discrets collectifs. Un pont est ensuite jeté vers la prosodie, puisque l’étude proposée par Sophie Herment met en lumière les relations complexes qu’entretiennent prosodie et syntaxe. En effet, au sein de structures syntaxiques non canoniques issues de la parole naturelle (clivées en it, extraposition, etc.), la mise en relief syntaxique nécessite-t-elle une mise en relief prosodique ? Si la thèse du double emploi est soutenue, alors la mise en relief syntaxique s’accompagne-t-elle automatiquement d’une prosodie « neutre » ? Le présent numéro fait également un détour par l’analyse de discours. Vincent Hugou explore la manière dont les insultes innovantes se développent dans la langue américaine, en concentrant son étude sur deux patrons productifs, le vocatif et l’impératif, idiomes constructionnels présentant, selon le corpus, une flexibilité plus ou moins grande du point de vue de la créativité. L’analyse de deux discours prononcés par les présidents Sarkozy et Obama, le même jour et sur le même sujet (la crise environnementale), permet à Stéphanie Bonnefille d’étudier les mécanismes rhétoriques récurrents et de comparer leurs emplois, tout en inscrivant son travail dans le cadre de la linguistique cognitive. En prenant appui sur la Théorie des Opérations Enonciatives de Culioli, Marion Bendinelli étudie le rôle de l’auxiliaire de modalité may dans les débats présidentiels américains. Enfin, Laurent Rouveyrol clôt cette séquence, en explorant le fonctionnement de l’auxiliaire can dans les débats télévisés, dans le but de remettre en question certaines affirmations théoriques. Il explore également les raisons de l’hyper fréquence de can dans ce type de discours. Le volume passe également par le domaine de l’étymologie. William Sayers propose en effet une étude des mots whirligigs, gigs et giggles car ceux-ci, bien que ne formant pas un bloc sémantique, partagent la même racine reconstruite indo-européenne qui exprime les mouvements oscillatoires et répétitifs. Le présent numéro s’achève sur un écrit critique. Evelyne Chabert Fioretti propose une lecture nouvelle des travaux d’Adamczewski sur le génitif et le schéma prépositionnel en of. Elle revient donc sur les métaphores célèbres de soudure (génitif) entre le noyau et le modificateur et de séparation (construction en of) énoncées par ce dernier.

4Nous remercions tous les linguistes pour leur contribution. Nous tenons également à remercier les membres du Comité de lecture, l’équipe des Presses Universitaires du Mirail et Claude Ferrasse. Le travail exigeant et minutieux de tous nous a permis de mener à terme, et en temps voulu, l’édition de ce numéro.

5Ce volume est le fruit d’une collaboration étroite entre quatre universités : l’université de Provence, qui est à l’origine de la revue Sigma, prédécesseur des numéros d’Anglophonia consacrés à la linguistique, université bien représentée dans le Comité de lecture ; Toulouse-Le Mirail, qui publie Anglophonia¸ par l’intermédiaire des P.U.M. ; Michel de Montaigne Bordeaux 3, université de l’éditrice de ce numéro (Stéphanie Bonnefille) ; Paris Ouest Nanterre La Défense, université de l’éditeur de ce numéro et directeur de la revue (Wilfrid Rotgé).

Top of page

Notes

1 Maurice Merleau-Ponty, L’Œil et l’esprit. Paris : Gallimard, 1964, 88.

Top of page

References

Bibliographical reference

Stéphanie Bonnefille and Wilfrid Rotge, « Éditorial », Anglophonia/Sigma, 15 (30) | 2011, 7-8.

Electronic reference

Stéphanie Bonnefille and Wilfrid Rotge, « Éditorial », Anglophonia/Sigma [Online], 15 (30) | 2011, Online since 20 April 2015, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/367

Top of page

About the authors

Stéphanie Bonnefille

By this author

Wilfrid Rotge

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org