Skip to navigation – Site map

< TRY AND V >, structure de coordination

Christopher Desurmont
p. 11-21

Abstract

This paper attempts to show that the “try and V” construction (V1 and V2) is not simply an informal variant of “try to V”, at least not for those speakers for whom the two constructions are readily available. It is here claimed that the key to an understanding of this construction is the separating function of the coordinator “and”: the transitive verb “try” (V1) is syntactically separated from V2 by the coordinator, and so is being used intransitively, thus acquiring referential autonomy. The verb “try” deprived of a syntactic complement can be paraphrased as “try to do something” and is thus claimed to represent by itself (synthetically and implicitly) the complete set of actions required for the realisation of the coordinated V2 event.

Top of page

Full text

11. Le verbe TRY admet trois types de complémentation verbale, toV, V-ing et and V, mais on rencontre aussi en anglais non standard try V avec juxtaposition de V1 et V2 :

(1) FL6 176 I think, one of the most important things is finding a trusting friend or a member of family so that you can then try express some of the feelings so that you’re in a better position erm, to try and explain the problem.

  • 1 Quand try est utilisé dans le sens de « essayer V2 comme méthode » (tester, expérimenter), il est (...)

2Cette étude effectuée à partir d’exemples tirés du British National Corpus (oral et écrit) porte sur la structure de coordination try and V comparée à la structure try to V avec laquelle la commutation est souvent possible grammaticalement. La construction try V-ing quant à elle n’entre pas en concurrence avec try and V et sera donc laissée de côté1.

32. Le verbe TRY, du vieux français trier fin 13e, du gallo-roman triare, est employé en anglais au 14e avec le sens de /tentative/ (“attempt to do”), puis avec le sens de /tester/ ou /expérimenter/ ; et dans la première moitié du 16e, il en vient à exprimer l’idée d’/effort/ dans le sens de /pénibilité/ : “to subject to some strain (of patience, endurance, etc).”

  • 2 Hommerberg & Tottie [2007 : 59] : “Try and prevails in spoken British English (over 70 percent), (...)

4La structure TRY AND V est attestée depuis le 16e siècle. Combattue par les puristes en faveur de try to V au 19e siècle, elle est depuis (à nouveau) généralement admise, du moins à l’oral, et notamment en anglais britannique2, mais elle est souvent présentée comme appartenant à un registre familier. La résistance de try and face à try to (y compris à l’écrit en anglais britannique) laisse penser que try and possède une spécificité sémantique, et qu’il ne s’agit pas d’une simple question de registre de langue.

53. Dans try and V (V1 and V2), V2 revêt obligatoirement la forme « base verbale » et morphologiquement, il en va de même pour V1 (try) : V1 est donc à l’impératif, à l’infinitif, ou au présent simple (sauf 3° pers. du sg.).

  • 3 Fowler’s Modern English Usage, Burchfield, R.W., ed. New York : Oxford University Press [3 ed.], (...)

6Le Fowler’s Modern English Usage (1996)3 stipule que try and est presque exclusivement associé à l’exhortation et la promesse (“almost confined to exhortations and promises”). Cependant, si try and peut effectivement participer à l’exhortation (2), ou à une promesse (implicite en 3) , bien des énoncés avec try and ont simplement une valeur illocutoire déclarative (4 à 6) :

  • 4 En anglais britannique parlé, 83 % des emplois de try + V à l’impératif se font avec la structure (...)

(2) HTU 4782 “Do try and pay attention.” Exhortation (injonction)4

(3) KM0 680 We thank our union for their support, both morally and financially, and we shall continue to try and build up branches with your help throughout the U K. (promesse implicite)

(4) HTS 808 But she’d like to see him, to try and set her mind at rest.

(5) EVG 1810 “I suppose I could try and get some waitressing work…”

  • 5 L’emploi de try and V au présent se rencontre en anglais britannique, et très peu en anglais amér (...)

(6) FU1 1143 If I’m here I try and help.5

74. TRY AND V est une structure de coordination. Nous faisons ici l’hypothèse que le coordonnant and joue non seulement le rôle associatif qui lui revient normalement, mais aussi un rôle dissociatif. Le coordonnant AND implique la séparation antérieure des objets qu’il associe. Dans les termes de J.-R. Lapaire (2005) : « (…) relier, c’est d’abord et surtout dissocier. Unir entérine la différence. Être capable d’associer, c’est d’abord être capable de distinguer ».

8S’agissant du coordonnant AND, selon E. Traugott [1986 : 137]: « The etymology of this word is disputed ». Le OED y voit un mot apparenté au Latin anti- « against », et ante « in front ». D’autres y voient un mot apparenté au Sanscrit athá « then ». Or chacune de ces notions implique l’existence de deux entités distinctes : A in front of B / A then B ; le coordonnant and séparant ainsi deux constituants A et B.

9TRY est un verbe transitif, mais dans cette structure de coordination où try est immédiatement suivi du coordonnant, il est privé de complément syntaxique, ce qui lui permettrait de fonctionner comme prédicat à part entière ; ce faisant, try synthétiserait à lui seul l’ensemble des mesures à mettre en œuvre pour la validation du procès (futur) dénoté par V2.

10Dans cette perspective, et du point de vue référentiel, il y aurait « équi-pondération » entre V1 (try) et V2, chacun des deux prédicats verbaux exprimant un procès distinct : l’un, hors explicitation (try : V1), l’autre, explicitement (V2).

11Par ailleurs, dans try and V, try peut en contexte approprié faire l’objet d’une décoloration sémantique, et nous ferons l’hypothèse que ceci est également lié à l’absence de complément syntaxique pour try lorsque ce verbe est suivi du coordonnant and ; try and peut alors assumer un rôle essentiellement pragmatique, notamment en atténuant la force illocutoire des énoncés injonctifs ; ceci est illustré et commenté au paragraphe 11.

125. Grammaticalement, TRY TO et TRY AND sont souvent interchangeables, mais non sans une différence de signification, du moins pour ceux des locuteurs pour qui les deux options sont régulièrement disponibles :

(7) B2U 1379 Choose a product and try to find out as much as you can about it.

(8) Choose a product and try and find out as much as you can about it

13Avec try to V, la validation du procès dénoté par V2 semble généralement plus aléatoire ou plus difficile. Dans l’énoncé (7), le locuteur ordonne la mise en œuvre d’une série de procès représentée par <V2 + complément> : find out as much as you can about it. La difficulté de l’entreprise est signalée par le quantifieur restrictif « as much as (you can about it) ». En (9), le caractère aléatoire de la validation de la relation visée <I - get permission to start again> est annoncé explicitement en fin de phrase (but I had little hope of succeeding) ; et en (10), la difficulté inhérente au procès “forge ahead in one’s chosen speciality”, est clairement annoncée par l’expression let alone :

(9) H0A 1860 I decided I must go up to Addis Ababa and try to get permission to start again, but I had little hope of succeeding.

(10) C8D 2705 She pondered the hard work it entailed just to qualify, let alone to try to forge ahead in one’s own chosen speciality.

14Ici, le caractère aléaloire du procès visé serait l’effet conjugué de la localisation future de l’événement et du marquage de la visée par la particule to interposée entre l’expression verbale de la notion d’/effort/ (try), et l’expression verbale d’un procès dont la validation est doublement tributaire : à la fois de la mise en œuvre du procès V1 (try) et de l’aboutissement de cet effort. Il faut aussi insister à l’inverse sur la complète dépendance sémantico-référentielle de V1 (try) à l’égard de V2 dans la structure try to V : sans l’apport notionnel de V2, le verbe try serait déficitaire.

15L’idée de difficulté attribuée au procès V2 dans la structure try to V est exprimée ainsi par A. Santin-Guettier [2005 : 175] : « (…), la construction try to P ferait passer P par le double prisme de try et de to, d’où une réalisation envisagée comme aléatoire », et ainsi par T. Egan [2008 : 156] : “Attempt to infinitive” and “try to infinitive” are among the most frequent of all non-finite constructions and both are much more common than their - ing counterparts (…). The two matrix verbs are commonly perceived to be quite similar in meaning. Most dictionaries define one of them in terms of the other, and they all agree that the situation “attempted” is likely to be difficult. »

16Avec try and V, l’énonciateur semble demander à son allocutaire non pas simplement « d’essayer de faire telle chose », mais d’effectuer une série appropriée d’actions non explicitées en vue de valider le procès V2, ce qui implique une relation de but entre les référents de V1 (incomplet syntaxiquement) et de V2, et le sème de la /difficulté/ est alors plus ou moins occulté.

17Si try to et try and sont parfois interchangeables, en tout cas sans agrammaticalité (11 et 12), un exemple comme (13) qui reprend le premier exemple, montre que try and V peut être préféré dans un contexte où la validation du procès V2 ne fait pas de doute, et où la notion d’/effort/ est largement occultée (so that you’re in a better position to try and explain the problem) : 

(11) JT2 480 I’ll try and explain what I mean.

(12) FSB 411 I will try to explain.

(13) FL6 176 I think, one of the most important things is finding a trusting friend or a member of family so that you can then try express some of the feelings so that you’re in a better position erm, to try and explain the problem.

18La notion d’/effort/ dans le sens de /pénibilité/ ne transparaît presque pas à la fin puisque try and V est subordonné à l’expression « so that you’re in a better position to ». Ceci constitue une différence apparemment significative avec la construction try to V où la validation du procès V2 apparaît souvent plus incertaine.

196. Reprenons notre hypothèse centrale. La conjonction and vient immédiatement après le verbe try, verbe normalement transitif qui requiert un complément. Instaurant une délimitation syntaxique, le coordonnant joue un rôle dissociatif ou séparateur et prive ce verbe bivalent de tout complément autre qu’implicite. Try semble alors devoir être paraphrasé par try to do something :

(14) JT2 480 I’ll try and explain what I mean.

(15) I’ll try to do something so as to be able to explain what I mean.

20Le prédicat reconstitué [do something] dénote non pas un procès unique, mais une série de procès : ici, tout ce que le sujet doit effectuer psychologiquement pour être en mesure (ensuite) de s’exprimer clairement pour se faire comprendre. Cette interprétation basée en partie sur le caractère dissociatif du coordonnant and implique que le verbe try est toujours transitif en ce sens que sans complément, il est perçu comme déficitaire, c’est-à-dire en attente de matière notionnelle.

21La structure try and V dont l’interprétation reposerait en partie sur la fonction séparatrice du coordonnant impliquerait donc l’existence de deux procès distincts, avec décalage temporel (le premier exprimé de façon incomplète, donc implicite, le deuxième de façon explicite), ainsi qu’une relation de but entre ces deux procès, relation qui elle, au contraire, rappelle la fonction associative du coordonnant and.

22En laissant dans le non-dit la nature exacte des actions destinées à permettre la validation du procès V2, la structure try and V présente l’avantage de faire l’économie d’une explicitation souvent irréalisable des actions nécessaires à cette validation, comme le laisse entendre le caractère délibérément imprécis de la paraphrase avec do something :

(16) HMD 654 Er I’ll try and take my time, I stammer a bit Dennis a you know.

(17) Glose: I’ll try to do something so as to take my time, (…)

23En (16), le coordonnant and marquerait donc une séparation conceptuelle entre deux procès autonomes dont le premier est laissé dans l’implicite. La victoire provisoire sur le bégaiement (take my time) doit venir récompenser l’effort de maîtrise de la parole signifié de façon synthétique (hors explicitation) par le verbe try à lui seul, et cet effort est antérieur conceptuellement (voire temporellement) à la parole effective suggérée par take my time (V2). La relation <I - take my time> est tributaire des diverses actions orientée vers un but et synthétisées par le seul verbe try (V1), et il n’y a pas lieu de confondre le résultat escompté (référent de V2) et les mesures adoptées pour aboutir à ce résultat (référent implicite de V1). Ainsi, dans la structure try and V, le coordonnant, tout en associant les deux procès par sa fonction associative, marquerait la frontière conceptuelle entre les deux verbes. And aurait donc pour effet d’induire une image dédoublée de l’événement global (V1 + V2), en antériorisant le référent implicite de try (V1). Il s’agit alors d’apprécier, au coup par coup, selon les contextes, si l’antériorité est d’ordre temporel ou purement conceptuel ; alors qu’avec try to V, la notion d’/effort/ étant instanciée entièrement dans l’acte dénoté par V2, il n’y a pas de dédoublement dans la représentation de l’événement.

24Voici un autre exemple avec try and accompagné du même type de paraphrase :

(18) ALJ 699 “Let’s try and find the second floor’.

(19) “Let’s do something so as to find the second floor’.

25L’injonction porte sur V1 (try) et vise son contenu implicite. Le locuteur n’est pas en train de dire # Let’s find the second floor ; cette interprétation reviendrait à ignorer le rôle dissociatif du coordonnant, à nier à try toute fonction référentielle autonome, et par conséquent à ignorer le caractère binaire de la relation de but où try synthétise à lui seul les actions à mettre en œuvre en vue de l’actualisation distincte du procès find the second floor. Ajoutons que le procès V2 ici est de type “achievement’(find the second floor), ce qui contribue à « antérioriser » le procès V1.

267. A l’appui de cette hypothèse, le fait par exemple que try and est l’option naturelle dans l’expression du défi dans les énoncés injonctifs :

(20) Try and make me move. Défi et injonction

(21) Glose: Try to do something so as to make me move

27Encore une fois, le complément reconstitué de try (V1) dénote non pas un procès singulier, mais pluriel, en l’occurrence la série de gestes nécessaires (quels qu’ils soient) à la validation de la relation <you - make me move>. L’ensemble des actions signifié hors explicitation par le verbe try (en emploi intransitif) n’a pas à être confondu avec le but signifié par V2, et que le locuteur croit pouvoir éviter (l’implicite du défi).

28Cette analyse implique une équi-pondération référentielle entre les deux verbes et donc une autonomie référentielle non seulement de V2 (make me move), mais aussi de V1 (try). Cette analyse de try and V corrobore le point de vue de Santin-Guettier [2005 : 172-173] ; « AND assure linéairement la jonction mais concède à chaque verbe toute son autonomie » ; « le sémantisme de V2 n’est quasiment plus perçu à travers celui de try mais comme un programme sémantique à part entière et qui doit être interprété en lui-même et pour lui-même. »  

298. En faveur de l’hypothèse d’un rôle dissociatif du connecteur and, on peut aussi faire valoir que les autres verbes pouvant occuper la position V1 dans la structure V1 + and + V2 sont les verbes de mouvement COME et GO, tous deux pouvant se passer de toute forme de complémentation  dans les énoncés à l’impératif.

(22) Come and see me tomorrow.

(23) Go and see who’s at the door.

30En (22) et (23), ces verbes de mouvement signifient un déplacement réel vers un point d’aboutissement à définir à partir de V2 ou du deuxième conjoint : “where I shall be tomorrow / the door where there is someone”. Le point d’aboutissement est donc ici reconstitué à partir d’un présupposé.

31L’intransitivité confère aux verbes come et go une autonomie référentielle. On peut donc imaginer que dans la structure de coordination try and V, try (V1) peut lui aussi être interprété comme un prédicat à part entière.

32C. Collin [2010] rappelle que dans bien des contextes, GO dans la structure de coordination GO AND V ne reçoit pas l’interprétation spatiale de déplacement, et que son sens est alors occulté : « Selon Collins Cobuild, Longman, OED, le verbe GO voit sa valeur affaiblie par le fait de la coordination, au point que sa présence est considérée comme sémantiquement redondante. » La structure TRY AND V permet elle aussi une décoloration sémantique comme il sera montré au paragraphe 11.

339. On rencontre aussi try and V où V2 est un verbe de cognition d’aspect résultatif représentant là aussi un point d’aboutissement (achievement) :

(24) BNA 1150 Try and understand what it is they are looking for.

(25) C9N 1329 “I think you’d have to look at somebody who is in a similar position to him, who is still around, to try and figure that out.

(26) HVD 290 Did you try and stop them, did you try and make them see reason?

(27) H8H 1849 “It’s rude to try and understand what’s going on when it must be obvious that it’s none of your business.’

34Dans ces exemples, try représente à lui seul les étapes antérieures expliquant les procès résultatifs “understand what it is they’re looking for”, “figure that out”, “make them see reason”, “understand what’s going on”.

35L’énoncé (27) commence avec la tournure appréciative it’s rude to; or le jugement moral signifié par l’adjectif ne porte logiquement que sur l’ensemble des activités synthétisées par V1 (try), et non sur V2 (understand), car il n’est jamais « impoli » de comprendre quoi que ce soit. La portée de l’adjectif appréciatif est limitée au premier terme de la structure de coordination, le verbe try, ce qui conforte l’idée que and a une fonction dissociative ou séparatrice.

36Pour autant, la structure try to V ici ne semble pas exclue − It’s rude to try to understand what’s going on −, ce qui tend à montrer que la particule to peut elle aussi, comme la conjonction and, marquer la limite de la portée de l’adjectif.

3710. Try and V est parfois introduit par un constituant nominal tel que the aim (28), ou the purpose (37) :

(28) A6A 188 (…) only to find that the aim of the record company is to try and push the band in a totally unsuitable direction.

38Le procès introduit par la conjonction and (push the band in a totally unsuitable direction) apparaît comme étant en voie d’actualisation. Si au contraire le procès désigné par V2 est virtuel, c’est la structure try to V qui tend à l’emporter, comme en (29) où l’expression nominale subordonnante cette fois est the idea :

(29) KGX 450 The idea there is to try to get some reduction, some reduction in the level of traffic at peak hours and to help public transport.

  • 6 Ces observations ne seront pas développées ici.

39On sait que la particule to dans la combinaison toV se laisse interpréter selon les contextes soit par « le fait de », soit comme « opérateur de visée », soit comme signe d’un « renvoi à la notion »6. En (29), nous aurions affaire semble-t-il à la troisième possibilité, où les procès « get some reduction in the level of traffic at peak hours » et « help public transport » (introduits par la particule to) sont présentés au niveau encore purement notionnel : ce serait une idée à l’ordre du jour (The idea is to …), et pas encore tout à fait un plan ou un projet arrêté.

40Dans l’énoncé (30) la validation du procès V2 ne fait guère de doute (it was decided to …), et c’est try and qui a été choisi :

(30) B2M 166 In the absence of more sophisticated software, and taking account of the desirability of direct client involvement, it was decided to try and make use of the same programme for record-keeping and analysis.

4111. Le verbe try exprime de façon prototypique, comme les verbes do et make, l’idée de /faire/ ou d’/action/. Do et make ont pu faire l’objet d’un processus de dématérialisation (et de grammaticalisation) : lorsque make devient verbe causatif, et do, auxiliaire ou proforme. On peut donc faire l’hypothèse que try peut lui aussi subir une dématérialisation (ou décoloration sémantique) en contexte approprié. L’image même de l’effort induite par le verbe try semble alors partiellement effacée. Par exemple dans l’emploi de try and V dans des contextes injonctifs où l’énonciateur sait qu’en réalité très peu d’effort sera nécessaire pour la validation d’un procès qui correspond au comportement habituel du sujet :

(31) GVT 1970 “Do try and be reasonable, Clare.

(32) Gloses : Prends sur toi Clare et sois sage.
Sois raisonnable Clare si tu (le) veux bien.

42Il est demandé à Clare non pas tant de fournir un réel effort, que de simplement « redevenir elle-même ». La problématique signalée par le do-emphatique concerne bien la relation <you - be reasonable> à l’instant de la parole, mais non le degré d’effort nécessaire pour valider cette relation. Il y aurait ici une certaine atrophie sémantique de try, ce qui permet sa réinterprétation (prends sur toi / si tu veux bien), et try and joue alors un rôle pragmatique en venant atténuer la force illocutoire de l’injonction.

43Voici d’autres exemples, tous illustrant l’exhortation avec un do-emphatique où try and semble surtout appelé à assumer cette fonction inter-subjective :

(33) A70 509 “Do try and be kind.”

(34) CA0 526 “And do try and appear really keen, Perdita,” advised Sukey.

(35) FP0 1762 “Berndt, do try and use the brains you were born with.

(36) G06 868 “For goodness sake, Lili,” she said, “do try and say something cheerful.”

44Nous avons évoqué la possible décoloration sémantique de GO dans la structure GO AND V signalée dans les dictionnaires Collins Cobuild, Longman, OED., et rappelée par C. Collin [2010]. L’auteur poursuit ainsi : « Quand au second verbe de la coordination (V2) (…) cette construction permet un effet d’insistance. Ainsi, pour les dictionnaires consultés, cette structure serait principalement utilisée afin de permettre une mise en relief du second verbe. » Revenant à présent aux quelques exemples d’injonctions donnés ci-dessus avec TRY AND V, on observe le même effet d’insistance sur V2, par exemple en (31), (35) et (36).

45Il y aurait donc corrélation entre la dématérialisation de V1 (go ou try) et la mise en relief exclusive du procès V2, notamment dans les énoncés injonctifs. Mais il semblerait en outre que cette corrélation soit directement tributaire de la fonction séparatrice du coordonnant. En effet, une relation logique peut être établie entre la fonction syntaxique dissociative (ou séparatrice) de and et la dématérialisation relative du verbe try (V1) par laquelle la notion d’/effort/ peut s’estomper dans certains contextes, notamment injonctifs. En effet, si V2 constitue le seul réel objet de l’injonction, et si try est utilisé à des fins surtout pragmatiques (atténuation de la force illocutoire injonctive), l’introduction de ce prédicat sous une forme déficitaire (pas de complément) faciliterait son effacement sémantique. Il faut cependant aussitôt souligner que ce mécanisme opère dans les contextes injonctifs, car dans les contextes assertifs (ou déclaratifs) analysés plus haut, il y aurait au contraire équi-pondération sémantico-référentielle entre V1 et V2, étant admis la nécessité de compenser le déficit notionnel de V1 (try) par un processus de libre interprétation.

  • 7 Biber et al. [1999 : 738] observent que try and V est souvent choisi plutôt que try toV lorsque l (...)

4612. En contexte approprié, TRY AND peut aussi être un outil stylistique ; en (37) par exemple, où try and sert d’instrument de transition entre le nom arrangement et le verbe arrange, permettant ainsi de camoufler une répétition7 :

(37) JJX 97 the purpose of this double arrangement is to try and arrange something of advantage to both parties erm…

47Try ici semble revêtir à nouveau un caractère parenthétique, l’idée d’effort étant partiellement vidée de sa substance, car le segment try and V est introduit par the purpose (…) is to, et le but n’est pas d’essayer (de V2), mais de réussir. Par ailleurs, try ici n’a pas à synthétiser les conditions de validation du procès V2, car celles-ci ont déjà été signifiées en amont avec le groupe nominal anaphorique this double arrangement ; si bien que try and peut servir simplement d’outil stylistique de transition.

4813. En résumé, si l’on admet que try est transitif, et sur la base d’un rôle dissociatif de la conjonction and, on en conclut que dans try and V, V2 n’est pas le complément syntaxique de try (V1). Dans les énoncés déclaratifs, le récepteur est donc amené à une interprétation suggérée par la glose « try to do something so as to V2 » où try retrouve son statut de verbe transitif, et où « do something » (en complément du verbe try) représente l’ensemble des actions nécessaires à la validation du procès V2. Le verbe transitif try privé de complément explicite étant déficitaire, ceci permet toute latitude interprétative.

49Cependant, dans un énoncé injonctif où l’injonction porte manifestement sur la validation de V2 et non sur la réalisation d’un effort quelconque, le sujet cible de l’injonction est amené à occulter V1 (try) au profit de V2 qui seul dénote le procès à effectuer. La dématérialisation de try serait facilitée justement par l’incomplétude de la structure verbale de la première coordonnée où try, verbe normalement transitif, est privé de tout complément lexicalisé.

50Si avec la structure try and V l’énonciateur peut signifier une relation de but avec lecture autonome du procès V1 (try), ou au contraire ignorer la référence de V1 au profit de V2 (objet de l’injonction), il n’y a pas contradiction si chacune de ces deux opérations est effectivement tributaire d’une fonction dissociative du coordonnant and, fonction venant compléter la fonction associative qui lie les deux verbes et induit un possible repérage entre deux procès.

Top of page

Bibliography

Biber Douglas et al., (1999), Longman grammar of spoken and written English, Harlow : Pearson ESL.

Collin Catherine, (2010), GO et l’injonction: le cas de GO AND V, CORELA – Espace, Préposition, Cognition. http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=989

Duffley Patrick, (2006), The English Gerund-participle: A Comparison With the Infinitive, Berkeley Insights in Linguistics and Semiotics.

Egan Thomas, (2008), Non-finite Complementation: A usage-based study of infinitive and -ing clauses in English, Amsterdam - New York, Rodopi.

Hommerberg Charlotte & Gunnel Tottie, (2007), Try to or try and? Verb complementation in British and American English, ICAME Journal N°  31. 45-63. http://icame.uib.no/ij31-page45-64.pdf

Lapaire Jean-Rémi, (2005), Coordination et cognition, Études anglaises 2005/4 (Tome 58). http://www.cairn.info/revue-etudes-anglaises-2005-4-page-473.htm.

Santin-Guettier Anne, (2005), Des constructions Try to V et Try and V en anglais contemporain, CIEREC, Travaux n°  112, Publications de l’Université de Saint-Etienne. 167-180. http:mireillequivy.com/try.pdf

Traugott Elizabeth, (1986), On the origins of « AND » and « BUT » connectives in English, Studies in Language 10-1. 137-150.

Top of page

Notes

1 Quand try est utilisé dans le sens de « essayer V2 comme méthode » (tester, expérimenter), il est suivi de V-ing comme dans Try turning the key the other way. Voici un exemple du BNC :
CWR 1426
He tried different approaches: he tried going out with John; talking with him; sitting with him; even designing a game for him based on football which the student knew interested John.
P. Duffley [2006 : 56] : “As for the lexical meaning of the verb try, lexicographers propose two different paraphrases according to whether it is construed with an infinitive or a gerund. With an infinitive, it is glossed as “to make an effort”, whereas with the gerund the idea of effort disappears and the proposed paraphrase uses notions such as “to test, to experiment with.”

2 Hommerberg & Tottie [2007 : 59] : “Try and prevails in spoken British English (over 70 percent), but try to prevails in written British English and spoken American English (76 percent in both varieties), and is totally dominant in American writing (95 percent).”

3 Fowler’s Modern English Usage, Burchfield, R.W., ed. New York : Oxford University Press [3 ed.], 1996.

4 En anglais britannique parlé, 83 % des emplois de try + V à l’impératif se font avec la structure try and plutôt que try to, mais seulement 29 % en anglais américain (H & T).

5 L’emploi de try and V au présent se rencontre en anglais britannique, et très peu en anglais américain, et il n’apparaît presque exclusivement qu’à l’oral. (H & T).

6 Ces observations ne seront pas développées ici.

7 Biber et al. [1999 : 738] observent que try and V est souvent choisi plutôt que try toV lorsque le verbe try appartient à une proposition elle-même introduite par to.

Top of page

References

Bibliographical reference

Christopher Desurmont, « < TRY AND V >, structure de coordination  », Anglophonia/Sigma, 15 (30) | 2011, 11-21.

Electronic reference

Christopher Desurmont, « < TRY AND V >, structure de coordination  », Anglophonia/Sigma [Online], 15 (30) | 2011, Online since 20 April 2015, connection on 21 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/369 ; DOI : 10.4000/anglophonia.369

Top of page

About the author

Christopher Desurmont

Université Lille 3, STL, UMR 8/63.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org