Skip to navigation – Site map

La figure du tout intégré et les noms discrets collectifs

Viviane Arigne
p. 59-99

Abstract

This article assesses the role of the model of the integrated whole in the linguistics of collective nouns and, more particularly, collective discrete nouns. The cognitive dimension of the integrated whole whose prototype is given by the discrete noun body is twofold and concerns both metalinguistic and linguistic referential constructions. A number of features are isolated in the prototypical integrated whole, such as meronomical features, tri-dimensional object-reference, token-reference as well as position in the hierarchy of integrated wholes. Collective discrete nouns are analysed along the same lines as less prototypical integrated wholes. Isomorphism between a discrete whole and similarly discrete homeomerous parts accounts for the fascination collective discrete nouns hold for scholars, be it in English or French linguistics. The features pertaining to prototypical or collective integrated wholes help explain how collective mass-nouns are very frequently excluded from the class of collective nouns and how a number of collective discrete nouns are hardly ever mentioned in linguistic or grammatical works. Lastly, the noun body is analysed as a semantically derived collective noun: the prototypical integrated whole is used as a collective, less prototypical, integrated whole to unite and interlock the most independent discrete entities, human animates.

Top of page

Outline

Top of page

Full text

Introduction

1Cet article a pour objectif de montrer comment la figure, que je pourrais appeler également modèle ou schème, du tout intégré imprègne l’étude linguistique de la notion de « collectif » et des noms collectifs en général, qu’ils soient discrets ou non discrets, parmi lesquels elle privilégie les noms discrets collectifs. On verra comment cette figure, dont le prototype est le nom discret body, fonctionne comme une Gestalt cognitive et empêche dans bien des cas le linguiste de reconnaître certains noms collectifs comme tels, c’est-à-dire comme collectifs. Comme il n’est pas possible de se livrer à un examen détaillé d’un très grand nombre de noms discrets collectifs, la réflexion s’appuie sur l’examen de certains noms discrets collectifs choisis pour l’occasion. Après ces considérations sur la pratique métalinguistique, toujours étayées par des analyses linguistiques, je terminerai par une description linguistique du nom discret non collectif body utilisé comme collectif. L’ensemble de ce travail concerne bien sûr la linguistique anglaise, mais la conception du « nom collectif » étant la plupart du temps très limitée en linguistique anglaise, je serai amenée à faire des incursions en linguistique française. Toute l’étude a pour arrière-plan un travail en cours visant à établir une typologie des noms discrets collectifs et qui porte à l’heure actuelle sur plus de deux cents noms (Arigne, 2010b). Le corpus utilisé est très majoritairement le British National Corpus (BNC, non mentionné dans les exemples cités) auquel s’ajoute, à l’occasion, le Corpus of Contemporary American English (COCA) et, dans de plus rares cas, Google pour compléter.

2Les difficultés de ce travail sont de plusieurs ordres. Tout d’abord, pratiquement personne n’a, à ma connaissance, essayé de proposer de liste de noms collectifs ou même de noms discrets collectifs. Les listes des grammaires anglaises se limitent malheureusement, de façon générale, aux noms renvoyant à des groupes d’animés et l’on sait que, en raison de l’existence de proper nouns, de proper names et des cas de métonymie, les listes de noms de groupes d’animés ne peuvent être que des listes ouvertes (cf. par exemple et entre autres Arigne, 1998 : 60). Ensuite, on a affaire à des descriptions assez différentes pour le français et l’anglais, ce qui se conçoit aisément si l’on prend en compte les spécificités de chaque langue d’une part, et les traditions grammaticales propres à la description de chaque langue d’autre part. Enfin, les contraintes éditoriales des publications font que si un auteur veut un texte suffisamment court pour être accepté par telle revue ou tel éditeur, il est contraint de se limiter à quelques exemples. N’ayant par ailleurs pas mené d’enquête auprès d’un panel de linguistes, j’ai été obligée de butiner dans divers travaux et d’interpréter non seulement ce qui est dit, mais aussi, dans certains cas, le non-dit. Et j’ai dû me fonder, de façon introspective, sur ce qui a été jusqu’ici ma propre expérience de linguiste naïf tout au long de ma confrontation avec les noms. La seule exception au premier point que je viens d’évoquer est l’article de Michaux (Michaux, 1992), qui propose une liste de noms collectifs français à laquelle je me référerai quand j’en aurai besoin. A côté de cela, Dessaux et Grinevald proposent des exemples intéressants, mais qui ne sont pas toujours classés comme collectifs (Dessaux, 1976, Grinevald, 1999), et l’article de Dessaux comporte une liste qui répertorie, entre autres, des noms collectifs (Dessaux, 1976 : 62). Je mentionnerai enfin également, lorsque besoin est, les noms mentionnés par Borillo (Borillo, 1997), qui étudie bien les noms collectifs, mais limite le propos de son article aux noms collectifs désignant des animés humains.

3S’agissant des prises de position théoriques qui sous-tendent ce travail, nombre de points ont déjà été abordés dans des publications antérieures auxquelles je renvoie le lecteur (voir en particulier Arigne, 1998 et 2005a). Je me contenterai donc ici de quelques brefs rappels. En ce qui concerne la définition de « collectif »,  je reprendrai la définition que j’ai proposée auparavant (Arigne, 1998 : 59 et 2005a : 9) et qui fait de la notion de collectif une notion sémantique qui définit une catégorie sémantique. Cette notion renvoie à une multiplicité, c’est-à-dire une collection d’items, et peut ainsi s’appliquer aussi bien à des noms (family, bouquet, furniture, cattle) qu’à des groupes nominaux (ø books, the rich). Toutefois, en ce qui concerne les noms, je me limiterai à ce que j’appelle les noms collectifs « essentiels » c’est-à-dire les noms collectifs qui comportent dans leurs traits sémantiques l’idée d’une multiplicité de sous-unités de même genre (Arigne 2005a :11). Sont donc pris en compte des noms comme family ou forest, au contraire de noms tels que village, school pour les noms communs, ou Arsenal, the Department of Education pour les noms propres, qu’il s’agisse de proper nouns ou de proper names. Le terme « discret », quant à lui, renvoie seulement à la possibilité qu’a un nom d’isoler une unité unique (cf. Arigne 2005b et 2006, contra Arigne 1998 et 2005a). Toujours dans la ligne des travaux précédents, les principes qui ont guidé l’analyse sont ceux d’une sémantique référentielle (cf. par exemple Kleiber, 1994 et 1999) et plus particulièrement d’une analyse référentielle ontologique. Dans cette perspective référentielle, l’ontologie est une ontologie linguistique (cf. Kleiber, 1999 : 29, Arigne, 2005a), et l’analyse des noms est une analyse méronymique en touts et parties. Enfin, une dernière remarque concerne exclusivement les noms discrets collectifs (Ndc), pour lesquels le regroupement d’unités multiples, et donc le caractère collectif, s’illustre par excellence dans une construction syntaxique de type Ndc of Ndpl dans laquelle le deuxième nom est un nom discret pluriel (Ndpl), comme dans an army of cameras, a bunch of ruffians, an array of bottles, a list of names… (pour plus de précisions, voir Arigne, 2005a : 11-12). C’est cette structure qui servira de base à toutes les considérations qui suivent et qui portent sur les noms discrets collectifs.

1. Le tout intégré et le nom discret collectif

4Cette première section est consacrée à l’analyse du tout intégré telle qu’elle peut s’appliquer aux noms. Cette analyse se déploie sur deux versants, selon que l’on a affaire à un nom discret non collectif ou à un nom discret collectif. Pour des raisons à la fois pédagogiques et théoriques, j’ai choisi comme base de travail les deux lexèmes body et family. D’une part, family est un nom collectif très consensuel et, d’autre part, il entretient avec body des liens privilégiés. En effet, dans son sens premier, family désigne un groupe d’animés, humains ou pas, et le corps – body – est le support physique tridimensionnel, en quelque sorte objectal, de l’animé. Enfin, on va le voir, body peut être considéré comme un prototype de tout intégré.

1.1. Le tout intégré prototypique

5Au sein de l’analyse ontologique où je me situe en sémantique lexicale (cf. Arigne 2005a, 2005b et 2006), le nom discret renvoie, d’un point de vue sémantique, à un tout unitaire, caractérisé par une limite et analysable en parties. C’est ce que l’on appelle aussi un tout intégré ou tout connexe, et l’on peut donc dire que les noms discrets renvoient à des touts intégrés ou à des touts connexes. Dans son ouvrage Lexical Semantics, Cruse (1986 : 157) propose deux prototypes de tout intégré. Dès le début de son chapitre 7 sur les méronymies (« Meronomies »), il écrit qu’il est bien possible que la division du corps humain en parties ait servi de modèle pour les analyses en touts et parties : le prototype est alors body. Il ajoute cependant qu’il se pourrait bien qu’aujourd’hui, un nom d’artefact complexe (« a complex artefact ») comme car constitue un prototype plus significatif. Qu’il s’agisse de body ou de car, il souligne le rôle crucial, pour les concepts de touts et parties, des objets physiques connexes pleinement intégrés, ayant des propriétés bien différenciées (« the central importance of fully integrated and cohesive physical objects, with well-differentiated parts, in the concepts of  “part” and “whole” »). Cette mention de fully integrated attire l’attention sur le fait qu’il existe des degrés de connexité et qu’un tout connexe peut être plus ou moins intégré ou, en d’autres termes, plus ou moins connexe : body renvoie à un tout doté d’un haut degré de connexité (« [a] highly integrated whole […] » (Cruse, 1986 : 158)). On n’aura pas manqué de noter que Cruse met l’accent sur le caractère physique, objectal, du tout intégré, c’est-à-dire son caractère tridimensionnel. J’ajouterai enfin que, même si cela n’est pas explicité dans les travaux de sémantique lexicale comme celui de Cruse, le fait que l’on fasse état de ce caractère physique et tridimensionnel, montre que l’on parle de l’occurrence et non du type qui, lui, renvoie à un référent posé comme une abstraction (Galmiche et Kleiber, 1994 : 51, 1996 : 26).

6Pour résumer, le nom body renvoie à un tout intégré ou tout connexe, constitué de parties anoméomères (Aristote, 646a-646b). En effet, ces parties bien différenciées (well-differentiated parts) ne sont pas de même genre : s’agissant des parties segmentales, un pied n’est ni un bras ni un nez, et le squelette n’est ni un vaisseau sanguin, ni un muscle, pour ce qui concerne les parties systémiques. Dans le même ouvrage, Cruse (1986 : 169) compare body et family. Il note que family est un tout intégré beaucoup moins prototypique, car moins connexe. En effet, si body est bien a cohesive physical object, family pour sa part renvoie à « an entity with no physical cohesiveness whatsoever, constituted by a set of invisible relationships. Families do have parts, of course, but these are persons, not bodies ». On remarque, dans cette analyse, l’interprétation préférentielle pour l’animé humain en tant qu’il s’oppose au non humain. Il convient enfin de noter que l’analyse des touts intégrés nous fait également tenir compte de la distinction entre parties et morceaux (parts et pieces) dont il sera fait usage plus loin. Les parties possèdent une forme d’autonomie, des limites non arbitraires qui sont, d’une certaine façon, motivées, ainsi qu’une fonction déterminée par rapport au tout (« […] a typical part is distinguished from a piece by three main characteristics: autonomy, non-arbitrary boundaries and determinate function with respect to the whole […] » (Cruse, 1986 : 158-9)). Cela n’est pas le cas des morceaux que l’on peut définir de façon inverse, de sorte que « […] pieces […] do not fall into sub-classes with sufficient constancy of attributes to qualify for lexical labels » (Cruse 1986 : 158). Il est à ce stade possible de récapituler les critères qui définissent le tout intégré prototypique associé à un nom discret :

  • tout unitaire, connexe (≠ massif)

  • une limite et des parties

  • caractère tridimensionnel

  • parties anoméomères (différenciées) [partie (part) ≠ morceau (piece)]

  • haut degré de connexité

  • renvoi à l’occurrence (occurrence ≠ type)

  • position la plus haute dans la hiérarchie des touts (prototypique)

1.2. Le tout intégré associé au nom discret collectif

7Si un très haut degré de connexité garantit le caractère prototypique d’un nom comme body, d’autres noms, moins prototypiques, occupent une position moins élevée dans la hiérarchie des touts. C’est le cas des noms discrets collectifs qui, en tant que noms discrets, peuvent être décrits sur le modèle des touts intégrés, mais ont par ailleurs un plus faible degré de connexité qu’un nom prototypique comme body. Lorsqu’un nom discret est un nom discret collectif, on a affaire à une unité discrète qui comprend des unités discrètes ou, en d’autres termes, un tout intégré qui comprend une multiplicité de touts intégrés. Ceci est à l’origine de ce que j’appelle « la fascination du nom discret collectif », sur laquelle je reviendrai plus loin.

8Ce type de nom est donc un tout intégré bien particulier dont il convient de rappeler ici la constitution de façon plus précise. Le nom discret collectif réunit deux types d’unités, une unité discrète de rang supérieur qui englobe des sous-unités, multiples et de rang inférieur, qui sont également discrètes. J’appellerai U1 l’unité de rang supérieur et U2 les sous-unités de rang inférieur. D’un point de vue méronymique, les U2 sont vues comme étant des parties de l’U1. En outre, ces parties sont posées comme étant de même genre, et sont donc des parties homéomères (Arigne 2005a, 2005b et 2006). A côté de ces parties de même genre, il convient de prendre en compte le principe d’organisation de ces U2 qui est une partie différente des U2 et donc hétérogène par rapport à ces mêmes U2. Cette hétérogénéité est ce qui fournit la limite caractéristique de ce nom et le constitue comme nom discret et comme tout intégré (cf. Arigne, 2005a : 11-12). A la suite de Cruse (1986 : 169), on privilégiera l’animé humain, et on pensera à person comme nom de partie d’un nom discret collectif comme family. Enfin, comme on a deux types de touts intégrés et deux types d’unités, se pose inévitablement une problématique de la saillance d’un type d’unité par rapport à un autre. Comme cela a été fait plus haut pour le tout intégré prototypique, il est possible de récapituler ici les critères à retenir pour une description méronymique d’un tout intégré collectif comme family, en gardant à l’esprit ce qui rapproche cette collection de touts intégrés de body, ou l’en différencie.

  • tout unitaire, connexe : U1 (= body)

  • une limite et des parties (= body)

  • parties anoméomères (= body), car principe d’organisation différent des U2

  • parties homéomères, U2 (de même genre) (≠ body)

  • degré de connexité plus faible que body ( ≠ body), car U2 séparables et non différenciées

  • problématique de la saillance d’un type d’unité par rapport à une autre (U1 / U2).

1.3. Le nom discret collectif : une ontologie « paradoxale »

9Cette constitution particulière du tout intégré collectif lui donne ce que j’appelle une ontologie « paradoxale ». En effet, le nom discret collectif nous donne bien deux types d’unités, puisqu’un groupe ou une collection n’est pas un membre ou élément de ce groupe ou de cette collection (juryjuror, orchestra ≠ person, qu’il s’agisse d’un player ou d’un conductor, list ≠ un item quelconque de la liste). Cependant, ces deux types d’unités, l’U1 et l’U2, sont semblables en ce qu’elles sont toutes deux discrètes. On a donc affaire à une dualité de touts intégrés : un tout intégré unique qui est l’U1, unité unique de rang supérieur, et des touts intégrés multiples qui sont les U2, unités multiples de rang inférieur. Sur le plan ontologique, on observe une isomorphie entre l’U1 et l’U2, le tout et les parties. Les deux types d’unités, U1 ou U2 indifféremment, sont des touts intégrés. Cela n’est pas toujours le cas dans l’analyse méronymique des touts, intégrés ou pas, puisque comme le fait remarquer Cruse, on peut aussi avoir :

« The car is part steel (whole = count, part = mass)
Sand consists of grains (whole = mass, part = count)
Milk is an ingredient of custard (whole = mass, part = mass) 
».
(Cruse, 1986 : 172)

10Cette isomorphie entre U1 et U2 a des conséquences non négligeables sur la façon dont sont appréhendés les phénomènes linguistiques. En effet, l’existence d’unités discrètes, et donc de touts intégrés, sur deux plans, permet de faire co-exister unicité et multiplicité et donc, confusément, de faire aussi co-exister le nombre grammatical singulier et le nombre grammatical pluriel. C’est ce que note Flaux lorsqu’elle écrit :

« … [les] N.col. […] sont des noms très paradoxaux : ils réunissent entre eux contradictoirement l’idée d’individu, qui suppose la singularité absolue, et celle de collection, qui suppose la pluralité ». (Flaux, 1999 : 499)

11C’est ce « paradoxe » (comment peut-on être à la fois un et multiple ?), cette ontologie oxymoronique, qui est à l’origine de la séduction et de la fascination qu’exerce sur le linguiste le nom discret collectif. Cette fascination du nom discret collectif peut aussi s’analyser comme étant à la fois la fascination du même et celle du tout intégré.

2. La fascination du nom discret collectif et le traitement des massifs collectifs

12Une première conséquence de la prégnance du tout intégré et de la fascination du nom discret collectif se donne à voir dans le traitement des noms collectifs dans leur ensemble et dans celui des massifs collectifs, les noms discrets collectifs étant, d’une manière ou d’une autre, privilégiés. De fait, les noms massifs collectifs sont, le plus souvent, purement et simplement évincés de la catégorie des noms collectifs. En effet, n’ayant pas de limite, un massif n’est pas un tout intégré et n’offre pas cette magnifique symétrie et isomorphie ontologique caractéristique du nom discret collectif. Tout se passe comme si le fait d’avoir une multiplicité d’U2 discrètes faisait que l’on doive forcément avoir, pour les rassembler, une U1 également discrète. Nombreux sont, donc, parmi les linguistes, ceux qui ne prennent pas en compte les massifs collectifs. C’est, bien évidemment, le cas d’une grande majorité de linguistes anglicistes qui ont une vue extrêmement étroite des noms collectifs dans la mesure où leur prise de position se voit contrainte par la syntaxe, et les limite à des noms discrets renvoyant à des groupes d’animés. Je ne les citerai pas ici, à l’exception du cas particulier de deux linguistes anglophones qui, dans leurs explications sur les collectifs et l’accord sylleptique, se voient contraints, par souci de clarté et d’exhaustivité, de mentionner le cas de certains massifs (2. 2). A côté de cette grande majorité, quelques linguistes, anglicistes ou francisants, manifestent une réflexion différente ou plus mouvante : j’en mentionnerai quelques uns.

2.1. Jespersen

13Dans son ouvrage The Philosophy of Grammar, Jespersen (1924 / 1992) cherche à clarifier les choses et à donner une définition de ce que serait un nom collectif. Sur ce point, il travaille essentiellement sur l’anglais, sans toutefois s’interdire des incursions dans des langues autres. Il cite comme noms collectifs a pair (of gloves), a couple (of friends), a set (of tools, of volumes), a pack (of hounds, of cards), a bunch (of flowers, of keys) […] et ajoute :

« Such words are rightly termed collectives, and I think this term should not be used in the loose way often found in grammatical works, but only in the strict sense of words which denote a unit made up of several things or beings which may be counted separately ; a collective, then, is logically from one point of view « one » and from another point of view « more than one » […] »
(Jespersen 1924 / 1992 : 195)

14Cette conception exclut normalement les massifs, ce qui est dit explicitement plus loin lorsqu’il évoque the difference between collectives and mass-words (Ibid.) et précise :

« […] the two terms [mass-word and collective] are consistently opposed to one another (the notion of number being logically inapplicable to mass-words, while it is doubly applicable to collectives) »
(Jespersen 1924 / 1992 : 200)

  • 1 Jespersen signale que ces noms sont à distinguer des collectifs singuliers train, library et fore (...)

15On reconnaît là les deux niveaux d’unités discrètes, et donc les deux types de touts intégrés, qui caractérisent le nom discret collectif. Notons toutefois que les massifs parviennent à échapper à l’exclusion puisque il cite quand même mankind comme collectif, dont on remarque qu’il renvoie à des animés humains. L’idée est maintenue dans une publication plus tardive, où les noms collectifs sont définis comme des doubly countables (Jespersen, 1933 : 210). Cette prise de position de 1924 affirme quelques divergences avec ce qu’il a publié quinze ans auparavant dans A Modern English Grammar on Historical Principles (Jespersen, 1909 : 93) et, tout en étant plus précise, se montre plus restrictive. Dans cet ouvrage de 1909, en effet, il commence par donner la définition de collectif telle qu’elle est proposée par le New English Dictionary (NED) : a substantive which (in the singular) denotes a collection or number of individuals, et donne comme exemples train, library, forest. Il poursuit toutefois en mentionnant comme other collectives les pluralia tantum cattle et vermin auxquels il reconnaît un caractère massif (« These latter approach mass-words »)1. Enfin, le nom number est également cité comme collectif. Cette première analyse des collectifs était donc plus ouverte puisque des massifs pluriels, ou en tout cas des quasi-massifs, y étaient reconnus comme collectifs, tout comme le nom discret number qui, de par son caractère non tridimensionnel et très abstrait, est assez rarement accepté comme faisant partie de la classe des noms collectifs.

2.2. Huddleston et Pullum

16Comme je l’ai évoqué plus haut, je mentionnerai ici un cas de description de l’anglais dans laquelle le nom collectif est assimilé au nom de groupe d’animés entraînant, au singulier, un accord sylleptique du verbe, car il montre l’embarras des auteurs dans un contexte où, justement, le terme « collectif » n’a pas été défini. De fait, même si Huddleston & Pullum (2002 : 501-504) ne donnent pas de définition de « collectif », on comprend qu’il s’agit d’un sous-ensemble des noms qui connaissent le désaccord syntaxique, puisque le désaccord s’applique aux « collectifs » (collective nouns) mais aussi aux noms qui sont number-transparent comme dans a number of spots have appeared. Malgré cela, les auteurs sont conscients de la similitude entre les noms traditionnellement labellisés « collectifs » et qui sont des noms discrets de groupes d’animés, et les massifs singuliers luggage et crockery puisque ils prennent la peine de préciser que la règle autorisant le désaccord syntaxique ne s’applique pas avec ces noms-là :

« […] the collective plural override never applies with non-count nouns like crockery, luggage etc., that denote aggregates of heterogeneous entities […] »
(Huddleston & Pullum, 2002 : 504)

17On est alors en droit de se demander pourquoi l’on pourrait avoir envie de traiter ces massifs singuliers comme les singular collective nouns dont il a été dit qu’ils permettent un désaccord en nombre, si ce n’est, tout simplement, parce qu’ils renvoient à une multiplicité et donc, d’une certaine façon, à une collection.

2.3. Flaux

18Le travail mené par Flaux (1999) sur les collectifs français souffre de la même absence de définition que les exposés de Huddleston & Pullum. N’ayant pas donné de définition de ce qu’elle entend par « collectif », elle explicite en conclusion de son article ce qu’elle a pris comme base de départ implicite. En d’autres termes, elle prend comme base de travail des noms qu’elle donne comme collectifs, ce qu’ils sont indéniablement, et découvre à la fin que les collectifs sont ceux qu’elle a choisis, c’est-à-dire des noms discrets. On voit que l’idée de « nom collectif » est, dans cette conception, très surdéterminée. L’auteur écrit par ailleurs :

« L’idée de simple pluralité doit être soigneusement distinguée de celle de nom collectif : voilà ce qui ressort de cette étude. La notion de clôture est essentielle pour établir la classe des N.col., qui sont des noms très paradoxaux : ils réunissent entre eux contradictoirement l’idée d’individu, qui suppose la singularité absolue, et celle de collection, qui suppose la pluralité ». (Flaux, 1999 : 499)

19Qui dit clôture, c’est-à-dire limite, dit discret, et l’auteur n’envisage pas un seul instant que l’on puisse cumuler la notion de « collectif » et l’absence de clôture. C’est donc ici l’idée de l’unité du tout intégré qui s’impose au linguiste pour rassembler des unités multiples. L’isomorphie est ressentie comme une nécessité. Curieusement, un peu comme le font Huddleston & Pullum trois ans plus tard, elle est prise du même type de scrupules concernant les massifs collectifs et mentionne quand même des

« […] noms de collections ouvertes dénuées de clôture […] qui se rapprochent des N.col. dans la mesure où ils peuvent dans certaines conditions désigner des ensembles clos (mobilier, vaisselle) […] » (Flaux, 1999 : 487)

  • 2 C’est bien, chez Flaux, la notion de limite caractéristique du discret et du tout intégré qui aid (...)

20On est alors forcé de conclure que ces « noms de collections » ne sont pas des « noms collectifs », ce qui me semble pour le moins contre-intuitif2.

2.4. Souesme

21Comme on l’a vu avec Jespersen, les massifs ne sont pas toujours complètement évincés de la catégorie des collectifs. C’est ce que l’on trouve chez Souesme, dans des travaux sur l’anglais, avec une analyse peut-être un peu plus complexe. On note en effet que l’auteur accepte des massifs comme collectifs, puisque sont donnés comme collectifs hair, luggage pour les massifs singuliers, ainsi que cattle et contents pour les massifs pluriels (Souesme, 1992 : 173-174). Il est donc permis de penser que sa classification n’est pas victime de la figure du tout intégré qui imposerait aux noms collectifs d’être des noms discrets, et que l’on revient à une définition de « collectif » plus simple et plus rigoureuse que ce que l’on avait, par exemple, chez Flaux, et qui se situerait sur le seul terrain sémantique. Pourtant, c’est dans la marque grammaticale du nom qui, lorsqu’il est discret, est interprété comme U1 et comme tout intégré et, plus précisément, dans l’iconicité de cette marque, que se retrouve l’idée du tout intégré, puisqu’on lit :

« Les noms à sens collectif ne prennent pas de marque de pluriel, nécessairement : hair, luggage, cattle ».
(Souesme, 1992 : 173)

22On voit ici que le singulier est identifié dans et par sa morphologie singulier, qui semble jouer le rôle de rassembleur d’unités multiples. Là encore, un peu comme chez Flaux, il semble qu’on veuille que le pluriel, pensé comme marque de la multiplicité, trouve son pendant « paradoxal » dans le singulier, marque de l’unicité. Contrairement à un grand nombre d’autres ouvrages, on ne trouve pas de tentative systématique de regroupement de noms collectifs, puisque des « noms représentant une collectivité » tels que family ne sont pas qualifiés de « collectifs » ni de « noms à sens collectif » pour suivre la formule citée plus haut :

« Les noms représentant une collectivité sont considérés comme pluriel puisqu’ils renvoient à un ensemble de personnes. C’est le cas de family, government, police.
The police are coming ».  (Souesme, 1992 : 174)

23De même, on lit dans le chapitre précédent qu’il existe des « noms collectifs comme fruit, fish, cheese, people » (Souesme, 1992 : 169), différents de ceux qui sont mentionnés comme « noms à sens collectif ». Enfin, la conception de la nécessité d’une morphologie de singulier rassembleuse d’unités multiples évoquée plus haut n’est pas toujours stable puisque on peut lire ailleurs que contents, qui est « au pluriel », est « collectif » (Souesme, 1992 : 169 et 174).

3. Les discrets collectifs : un traitement de faveur ?

24En résumé, les divers travaux examinés montrent que la notion de « collectif » appliquée aux noms est, dans l’ensemble, laissée à l’abandon. Ce n’est que rarement que l’on trouve des définitions, on ne rencontre que peu ou pas de réflexion accordée sur le sens à donner à « collectif », et les exposés comportent des incohérences. La conception sous-jacente du nom collectif, plus ou moins explicitée selon les auteurs, est celle d’un nom avec lequel des U2 discrètes renvoient en miroir à une U1 discrète, cédant en cela à la fascination du même. Les U2 discrètes et multiples ont pour reflet une U1 discrète et unique construite sur le modèle du tout intégré, et ce caractère unique associé au discret s’exprime formellement par la catégorie singulier (Arigne, 1998). Ce modèle du tout intégré fait que les noms discrets collectifs sont privilégiés parmi tous les noms collectifs : on ne voit qu’eux. Dans cette vision des choses, les massifs ont le défaut, justement, d’être massifs, propriété due à l’absence de limite qui les caractérise. Le plus souvent, des noms massifs tels que furniture ou equipment ne sont pas reconnus comme collectifs : la fascination du nom discret collectif les rend invisibles.

25Ce sont ces noms discrets, assez généralement privilégiés par le linguiste dans l’analyse des collectifs, qui vont être l’objet des paragraphes suivants. En effet, le fait qu’ils soient privilégiés ne signifie pas qu’ils aient tous, pour le linguiste, le même degré de visibilité, et c’est à ces noms discrets collectifs plus ou moins invisibles que je consacrerai les sections qui suivent, toutes dédiées au traitement des noms discrets collectifs. L’examen de noms discrets collectifs qui sont eux aussi, comme les massifs, assez ou très régulièrement absents des exposés, montrera comment les traits caractéristiques du tout intégré prototypique s’imposent au linguiste dans sa sélection des noms discrets qu’il classe comme collectifs.

4. Un problème de linguistique anglaise : les noms de groupes d’animés sont les seuls noms collectifs

26Un cas bien particulier de traitement des noms discrets collectifs est illustré par la façon dont, en linguistique anglaise, sont privilégiés les noms discrets renvoyant à des groupes d’animés dans la mesure où ils sont, très souvent, seuls reconnus comme méritant l’étiquette de collectifs. Cette prise de position est typique de la linguistique de l’anglais et ne concerne pas les linguistes francisants. La question est liée à l’accord sylleptique qui, dans certains cas, est permis en anglais avec un nom de groupe d’animés singulier noyau d’un groupe nominal sujet, et qui coexiste avec la possibilité d’un accord régulier à la 3e personne du singulier (Arigne, 1998 : 59). Dans ces cas-là, on le sait, le groupe nominal sujet singulier peut donner au verbe un « accord » à la 3e personne du pluriel, c’est-à-dire, en fait, un désaccord. Ce phénomène peut être observé dans les deux exemples d’anglais journalistique ci-dessous :

(1) A family were terrified when the estranged husband of their neighbour burst into their home wielding a knife.

(2) A family are demanding an apology after finding a gun and live ammunition in their holiday villa.

27Ce type d’analyse très restrictive conduit à une impasse totale en linguistique générale et montre également assez vite ses limites en linguistique anglaise.

4.1. Impasse en linguistique générale

  • 3 Cette coexistence est ce qui différencie ces noms de groupes d’animés de certains noms singuliers (...)

28Certes, ce désaccord syntaxique est partiellement lié au caractère collectif puisque l’« accord » pluriel ne peut avoir lieu que parce les U2 sont multiples, et la prise en compte de cette multiplicité constitue une interprétation sémantique de ce désaccord. Il n’est cependant pas propre à la totalité des noms singuliers rassembleurs d’unités multiples, fussent-ils tous discrets. On voit que c’est un phénomène syntaxique propre à l’anglais, et non une réflexion sur le concept même de collectif, qui justifie chez les auteurs l’étiquette de « collectif » associée aux seuls noms, généralement discrets, de groupes d’animés. La conséquence de cela est qu’il ne peut y avoir de noms collectifs en français, ni dans aucune autre langue ne connaissant pas l’accord sylleptique que connaît l’anglais. L’étiquette et le concept de collectif n’ont donc, dans ce cas-là, aucune portée en linguistique générale (Arigne, 2010b). Ce désaccord apparaît comme une formalisation linguistique de l’« ontologie paradoxale » décrite plus haut (1. 3) et d’une coexistence du singulier et du pluriel. Mettant l’accent sur la coexistence de l’unique et du multiple, il fait de ces noms discrets collectifs de groupes d’animés des « super noms discrets collectifs » avec lesquels est mise en évidence par la morphosyntaxe la coexistence de deux types d’unités et de deux types de touts intégrés. L’« ontologie paradoxale » et la coexistence du singulier et du pluriel sont dans ces cas-là d’autant plus sensibles que la possibilité d’accord sylleptique pluriel coexiste toujours avec celle d’un accord singulier3.

4.2. Les problèmes de la linguistique anglaise

29Les problèmes auxquels on se trouve confronté en linguistique anglaise sont de trois ordres. Pour s’en tenir au même lexème family, je considérerai trois emplois problématiques, pour lesquels l’accord sylleptique est absolument exclu. On examinera, en premier lieu, les cas où le nom discret collectif de groupe d’animés est sujet d’un prédicat qui ne peut s’appliquer qu’à l’U1. Suivront ensuite les cas où ce même nom de groupe d’animés donne une référence qui n’est plus d’occurrence mais de type et, enfin, les cas de dérivation sémantique avec lesquels le nom discret collectif, regroupant à l’origine des animés, rassemble des U2 qui renvoient à des non-animés.

4.2.1. Les groupes d’animés et la saillance du tout

30J’évoquerai donc tout d’abord un cas où le nom discret collectif de groupe d’animés a une référence d’occurrence. On se souvient (1. 2) que la coexistence de deux types d’unités fait que pourra toujours se poser le problème de la saillance éventuelle de l’un ou de l’autre type d’unité, l’U1, le groupe unique, ou les U2, sous-unités multiples. Une configuration bien particulière de saillance de l’U1 interdit l’accord sylleptique typique des noms de groupes d’animés. Ainsi, sont assez rarement évoqués, même s’ils le sont malgré tout parfois, les cas où le prédicat impose pour le nom discret collectif sujet une lecture de tout, et exclut que l’accord permette d’envisager les parties qui composent ce tout. Un cas typique est celui où ce prédicat est un prédicat analytique du type be composed of qui indique dans son complément prépositionnel quelles sont les U2 multiples qui composent le tout, c’est-à-dire quelles sont les parties, ici des occurrences, du tout intégré. C’est ce qu’observe Huddleston (1984 : 242) avec l’exemple :

(3) The committee consists / *consist of three professors and two students.

dans lequel « the predicate is one that necessarily applies to the set as a whole, not to each member separately […] ». On retrouve bien entendu un comportement identique pour le lexème family dans des exemples tels que :

(4) The Meikle family consists of David and Catherine, Robert (12), Shona (7) and Johann (3) and they have been members of Kirkintilloch Baptist Church for four years.

31Ces exemples de renvoi à l’occurrence comportant un prédicat analytique donnent à voir, dans le détail, l’U1 et les U2 qui la composent. Le caractère collectif est en quelque sorte explicité, de même qu’est mis en évidence le trait « animé humain » des U2. Il me semblerait alors extrêmement embarrassant de refuser aux lexèmes concernés le statut de noms collectifs.

4.2.2. Les groupes d’animés et la référence au type

  • 4 Pour plus de précisions sur « type » et « abstraction », voir par exemple Galmiche et Kleiber, 19 (...)

32Un deuxième emploi avec lequel la syllepse de nombre est exclue est illustré par la référence au type. Il s’agit des cas où family n’a plus une référence d’occurrence permettant de prendre en compte l’addition de telle et telle occurrence individuelle de sous-unité de rang inférieur, qui permettrait le désaccord syntaxique. Dans ces emplois, au contraire, le nom family réfère au type et renvoie donc à une abstraction (cf. Arigne, 1998 : 62-634). L’abstraction se situe alors à un double niveau. Elle est celle de l’U1, unité de rang supérieur, comme celle des U2, unités multiples de rang inférieur. C’est en raison de leur caractère abstrait que ces dernières ne peuvent être prises en compte dans leur multiplicité pour donner au verbe un « accord » pluriel. C’est que l’on rencontre dans les exemples ci-dessous :

(5) For the fact is that the family is of such importance in the social structure and in personal life that much social work cannot be carried out except in the broad family context.

(6) Even the nuclear family is in the process of disintegrating.

33Dans ces cas-là, comme dans les cas de renvoi à l’occurrence, le sens premier de family qui est celui d’un groupe d’animés, est conservé. Il me semble, là aussi, bien difficile de défendre l’idée que ce nom de groupe d’animés, qualifié de collectif dans ses emplois de renvoi à l’occurrence lorsqu’il autorise le désaccord syntaxique, ne mériterait plus l’appellation de collectif lorsqu’il a une référence de type et exclut totalement le désaccord syntaxique. Ici, la mise à l’écart de la référence au type, souvent passée sous silence par les grammaires, peut être interprétée comme une façon de privilégier, tant au niveau de l’U1 qu’au niveau des U2, le référent concret et tridimensionnel, un des paramètres mis en évidence dans l’analyse du tout intégré (1.1).

4.2.3. La référence à des non-animés

34Le troisième emploi examiné nous fait revenir à une référence d’occurrence. A côté de la référence à un groupe d’animés, le nom family connaît des emplois sémantiquement dérivés avec lesquels on a une référence à des non-animés :

(7) a family of plants / of proteins

(8) a new family of drugs / a family of 800 species,

(9) the family of theories / of solutions

35La question se pose, là encore, de savoir si le nom discret family doit perdre pour cela son droit à l’appellation de collectif. Cette question, à laquelle il me semble bien difficile de répondre par l’affirmative, conduit à mentionner d’autres noms collectifs qui ne comportent pas hors contexte, dans leurs traits sémantiques, de référence à des animés. Ainsi, des noms discrets collectifs comme group ou collection se trouveraient, eux aussi, disqualifiés comme collectifs dans les exemples qui suivent, où ils ne renvoient pas à des animés et ne peuvent donc entraîner un accord sylleptique :

(10) Assemble a collection of large objects […] in a pile

(11) a collection of bottles / of papers / of 120 works / a private collection of weapons

(12) a recent collection of essays / a large collection of musical manuscripts

(13) A dresser holds a collection of old tins

(14) a group of tall candles / a small group of cells

(15) a group of 300 UK companies / the Foresterhill group of hospitals

36Il serait pourtant difficile de défendre l’idée que les noms group et collection ne regroupent pas des unités multiples. Pour cette raison, les disqualifier en tant que collectifs me paraît extrêmement contre-intuitif et ce d’autant plus que, avec collection, s’ajoute au sens collectif la transparence de la morphologie du nom, dérivé du verbe collect. On pourra bien sûr rapprocher cette exclusion de noms de collections de non-animés du rejet de Flaux des « collections ouvertes », qui n’ont que le défaut de ne pas avoir de limite mais pas, à l’évidence, de ne pas avoir de sens « collectif » (2.3). L’exclusion des groupes de non-animés revient à privilégier exclusivement le désaccord syntaxique et donc à privilégier, on l’a vu (4.1), les « super noms discrets collectifs », exemplaires remarquables de l’ « ontologie paradoxale ». La position me semble d’autant plus difficile à tenir que le renvoi à des animés et à des non-animés est, comme on l’observe dans les cas présentés ci-dessus, donné par un même lexème.

37Les noms discrets collectifs posent des difficultés de définition et de classification que la posture angliciste est loin d’être en mesure de résoudre. Cela tient au fait qu’elle fonde une classification qui devrait être sémantique sur des critères syntaxiques, ce qui a des conséquences non négligeables pour les analyses que l’on peut faire en linguistique générale et en linguistique anglaise. Si, à l’examen de ces conséquences, on considère le fait de nier l’existence de noms collectifs dans une langue telle que le français comme une position intenable, c’est qu’alors on admet, même implicitement, qu’il faut donner à collectif le statut de catégorie sémantique et non syntaxique. Et si l’on abandonne les fondements syntaxiques de la catégorie, alors il n’y a plus aucune raison de se cantonner aux groupes d’animés. C’est la position adoptée par la linguistique française, pour laquelle les études sur le français mentionnent couramment des noms comme bouquet ou forêt parmi les noms collectifs.

5. Les noms discrets collectifs : éviction de toutes sortes de collections

38L’examen des conséquences d’une prise de position par trop « angliciste » (et pas seulement britannico-angliciste) qui ne prend en compte que les noms discrets de groupes d’animés comme noms discrets collectifs a montré les impasses auxquelles on aboutit dans des cas comme a family of drugs ou a collection of objects. A la suite de ce premier aperçu, je vais passer en revue un certain nombre de classes de noms discrets collectifs ainsi qu’une petite quantité de noms discrets collectifs souvent négligés par cette posture angliciste. Au cours de ce panorama, je tenterai de montrer comment les divers critères qui ont permis de décrire les touts intégrés (1.2) entrent en jeu pour faire de certains noms discrets des noms qui s’imposent plus facilement comme collectifs que d’autres. Ceci vaudra également pour les prises de position non anglicistes, puisque certains types de collectifs, et donc certaines classes de collectifs, sont également absents des études francisantes. On verra ainsi comment, dans le traitement des noms discrets collectifs, divers types de noms discrets collectifs sont soit pris en compte, soit au contraire restent partiellement ou totalement invisibles.

6. Les U1 collections d’occurrences tridimensionnelles

39Les noms discrets collectifs rassemblant des occurrences occupant les trois dimensions de l’espace, sont sauvés d’une totale invisibilité par le caractère tridimensionnel des U2, qui parfois s’ajoute à celui de l’U1 qui, même si l’on excepte son caractère collectif, est loin d’être un tout intégré idéal. Dans ce cas de figure, les U2 sont des touts intégrés de haute ou, tout au moins, fort bonne connexité.

6.1. Les séries spatiales statiques de type row et les séries spatiales mobiles de type convoy

40Les premières collections que je mentionnerai sont les séries spatiales. Les alignements mettent essentiellement en œuvre une linéarité associée au caractère discret et comptable des unités multiples qu’elles rassemblent, et de ce fait aux nombres. Ces alignements s’illustrent par des suites telles que

(16) a row of doors / of three little shops

(17) a line of dead elms / smelly bins

(18) a rank of yellow-decked tables

  • 5 La liste de noms de quantité donnée par Dessaux ne se veut pas exhaustive.

41Ces noms discrets collectifs ne sont pas mentionnés en linguistique anglaise, ce à quoi on pouvait s’attendre. Il est en effet permis de penser que leur invisibilité vient de ce qu’ils ne renvoient pas, de façon typique, à des groupes d’animés humains. Ils sont d’ailleurs mentionnés en linguistique française puisque l’on trouve, chez Michaux (1992 : 122‑24) les noms alignement, colonnade, colonne, ligne, rangée, ribambelle et série. Ces noms figurent également chez d’autres auteurs, mais sans y être toujours répertoriés comme collectifs. Dans sa liste de noms de quantité, Dessaux (1976 : 62) cite colonne, file et enfilade, ribambelle donné ailleurs (p. 57) comme « nom de disposition » ainsi que série, ligne, rang et rangée, donnés explicitement plus haut (p. 47) comme « noms collectifs »5. Le même file est cité comme entrant dans une « expression d’arrangement » chez Grinevald (1999 : 105), à côté de l’anglais line (of cars), donné comme  « terme d’arrangement ».

  • 6 On verra plus loin (7. 1), avec des noms comme sequence, le cas de séries proprement temporelles.

42A côté des séries spatiales statiques, certains alignements comme convoy ou queue échappent à la seule dimension spatiale dans la mesure où ils sont mobiles, ou tout au moins destinés à l’être. La mobilité dans l’espace a pour corrélat un déroulement dans le temps, qui constitue une quatrième dimension6. On trouvera par exemple :

(19) a convoy of 22 vehicles

(20) another queue of cars / a ready-made queue of crawling cars

43A côté du cas où ces noms discrets collectifs renvoient à des artefacts animés par des animés, ces noms-là peuvent bien entendu également renvoyer de façon directe à des animés comme le montrent les exemples :

(21) a queue of mourners / of girls / of men

(22) […] a procession of 1000 to 1500 persons marched in defiance

(23) a crocodile of children / a crocodile of hikers spills out

44Si l’on a bien des animés, il s’agit d’animés mobiles dans l’espace, ce qui ne semble pas faire entrer l’U1 dans le cadre du prototype objectal de type body (≠ person) ou même du prototype car, dont la mobilité ne semble pas faire partie de ce qui assure, chez Cruse, sa prototypie, encore que l’auteur ne donne pas de précisions sur ce point. Bien que ces noms discrets collectifs renvoient, dans de nombreux cas et parfois de façon typique, à des groupes d’animés (queue, procession, crocodile), ils ne sont, à ma connaissance, en général pas mentionnés à côté de family, crowd ou party dans les ouvrages anglicistes. Je suggérerai que ce sont l’image de la série spatiale linéaire et le caractère unidimensionnel du tout, moins prototypiques du tout intégré, qui rendent ces noms discrets collectifs moins visibles comme touts intégrés, et rendent moins visible la dualité objectale U1 / U2 propre à ces noms « paradoxaux » que sont les noms discrets collectifs. Ils ne sont du coup pas répertoriés comme collectifs. On peut à la rigueur, dans le cas de crocodile, imaginer une représentation spatiale sur deux dimensions, si l’on songe que les enfants d’un crocodile vont en général par deux, mais même dans cette hypothèse, le modèle de l’U1 ne possède pas les trois dimensions. Il semble en outre que, même dans le cas d’une projection planaire bidimensionnelle, le modèle abstrait qui prévaudrait serait celui de la ligne, que l’on opposerait par exemple à celui du rond (pour circle, voir Arigne 2010b : 38). Dans tous les cas, l’U1 est définie soit par une dimension, soit par deux dimensions, mais pas par les trois. On note que, chez les francisants, Michaux cite bien procession (mobile) à côté de rangée (statique), mais pas convoi, queue, ou file. A côté de noms tels que file vus plus haut, Dessaux (1976 : 62) cite colonne, queue ainsi que, ailleurs (1976 : 57), cortège, donné comme nom « d’arrangement », tandis que rien n’est dit chez Grinevald (1999 : 106) quant à une éventuelle mobilité de file (de) ou de line (of cars).

6.2. Autres types divers de collections d’occurrences

45Parmi les groupes de non-animés souvent non reconnus comme collectifs par la posture angliciste, on peut citer divers autres types de collections d’occurrences typiquement tridimensionnelles. Ces noms d’U1 qui renvoient à des collections d’occurrences se répartissent en types assez bien définis qui ont été décrits plus en détail ailleurs (Arigne, 2005a, 2005b, 2006) et que je vais rappeler brièvement. Ces types se répartissent en deux grandes catégories. La première de ces catégories réunit des regroupements divers qui placent les U2 dans une relation de proximité spatiale, tandis que la deuxième concerne des regroupements d’occurrences construits en fonction de critères qualitatifs. S’agissant des U1 qui placent les U2 dans une relation de proximité spatiale les unes avec les autres, les U2 sont, de façon primaire, tridimensionnelles et statiques, mais il est bien sûr possible d’obtenir des emplois dérivés grâce à des métaphores qui pourront donner, entre autres choses, des U2 animés. On peut citer :

  • les groupes serrés de type cluster 

(24) a cluster of four houses / of trees / of symptoms / of islands / of stars

(25) a clump of trees

(26) a huddle of 100 American-style houses / a desperate little huddle of rooms / a huddle of children

  • les regroupements d’éléments mis en contact (empilements et ensembles liés, c’est-à-dire faisceaux et enchevêtrements) de type pile et bunch 

(27) a stack of dishes / of unopened buff envelopes / of CD discs

(28) a huge pile of plates / a [...] pile of plates / a pile of buttons / of […] blankets

(29) a bunch of flowers / of keys / of grapes / of bananas

(30) a bundle of letters / of notes / of clothes / of sweet herbs / of 15 desktop utilities

(31) a sheaf of gladioli / of… letters

(32) a bouquet of flowers / of dried violets / a superb bouquet of 90 red roses / a large bouquet of roses

(33) a posy of flowers / of African violets / of cowslips

  • les dispositions d’éléments (dispositifs militaires et autres) de type battery et array, qui sont des arrangements dans l’espace 

(34) a battery of guns / of arguments / a whole battery of measures

(35) an arsenal of guns / of guitar effects / of political treacheries

(36) a panoply of arms / the entire panoply of federal laws

(37) an armoury of weapons / of clever ideas / of traditional rhetorical devices

(38) the armamentarium of traditional Chinese herbs

(39) Before long, a whole armamentarium of antibiotics had been introduced and were in wide use (COCA)

(40) […] those who slide into adulthood without enough trauma to trigger development of an armamentarium of coping skills. (COCA)

(41) an array of 13 elements / an array of bottles

(42) a large array of apparently unrelated facts

(43) an array of defensive weapons / of measures

(44) a curved arrangement of stars / an arrangement of parts

(45) a composition of flowers / of interrelated facts / a specific composition of parts

46Pour ce qui est des regroupements d’occurrences effectués selon des critères qualitatifs, on distinguera d’une part des collections comme les assortiments, et les regroupements que l’on trouve avec les noms de mélange et de fusion d’autre part. Dans le premier cas, avec les assortiments, on effectue une classification des occurrences en fonction de leur représentativité à l’égard des types, tandis que les noms de mélange et de fusion donnent rarement à lire une quelconque classification, aucune représentativité typale des occurrences n’étant recherchée (Arigne, 2006, IV. 4). Ce sont des noms tels que assortment, miscellany et blend :

(46) an assortment of objects / of vegetables / of different examples

(47) a choice of 30 colours / of sticky cakes / of over 260 walks

(48) a selection of local cheeses / of different recipes / of titles

(49) a representative selection of coins

(50) a miscellany of guests / of jobs / of ideas / of topics / a splendid miscellany of houses

(51) a medley of chairs / of weapons / of jobs / the veritable medley of classical influences

(52) a mixture of aromatic substances / of several species / of styles / a complex mixture of components

(53) a mix of people / a rich mix of walkers of all ages / a singular mix of disparate technologies

(54) a blend of mineral oils / of grapes / an authentic blend of several spices / a blend of methodologies

(55) a compound of amino-acids (COCA) / of fairly independent skills / of parts / of dreamy keyboards

(56) a composite of fabrics (COCA) / of different voices / of earlier extended drafts

(57) a pot-pourri of products (COCA) / of well-tried favourites / of amendments / of platitudes

  • 7 Ceci est à rapprocher des remarques de Jackendoff (1991 : 20-24) sur des noms tels que committee, (...)

47Dans toutes ces collections d’occurrences qui peuvent toujours être des U2 tridimensionnelles, le caractère prototypique de l’U1 peut-être plus ou moins marqué. D’un côté, on a des U1 comme pile, posy, bundle, bunch…, pour lesquelles on peut facilement imaginer une forme tridimensionnelle. De l’autre, des U1 telles que array ou assortment n’évoquent pas de forme spatiale particulière. Mais toutes ces U1, toutes ces collections, ont en commun de regrouper des U2 dont le modèle est, hors métaphorisation, un tout intégré tridimensionnel. Du coup, bien qu’une U1 comme array, à l’instar de group d’ailleurs, n’évoque pas de contours définis7, elle est informée par des U2 concrètes, et se voit forcément dotée d’une certaine consistance tridimensionnelle et d’un format objectal, même si ce format n’est pas défini.

48D’une façon générale, la littérature angliciste ne mentionne pas ces noms discrets collectifs. Chez les francisants, au contraire, un certain nombre sont représentés. A titre d’exemple, Michaux (1992 : 122-24) cite bouquet, pile, liasse, gerbe, signale assortiment, agrégat, agglomérat, amalgame ainsi que des « mass terms » tels que cactées et passereaux, et donne également batterie, collection, mélange et pot-pourri. Devant la présence de batterie, on pourra s’étonner de l’absence de noms comme panoplie et arsenal. Ne figurent pas non plus dans sa liste les noms arrangement, disposition, choix, sélection ou encore jeu (de clés). En ce qui concerne Dessaux (1976 : 62), elle signale parmi ses noms de quantité liasse, gerbe, artillerie, batterie, panoplie, pile et collection, ainsi qu’arsenal, donné ailleurs (1976 : 49) comme « nom collectif ». Sont absents le nom bouquet, ainsi que, comme chez Michaux, arrangement, disposition, choix, sélection et jeu. Enfin, parmi les « noms d’arrangement » et les « noms de mesure », Grinevald (1999 : 105-6) cite l’anglais pile (of books) ainsi que le français bouquet.

7. Quelques noms discrets collectifs presque toujours invisibles

49A la suite de ces noms discrets collectifs à degré de visibilité variable selon les auteurs, je vais maintenant aborder six catégories de noms discrets collectifs qui, eux, restent la plupart du temps invisibles, pour des raisons que j’attribue à la distance qui les éloigne du modèle du tout intégré prototypique ou, dans le dernier cas, du tout intégré collectif prototypique. Les trois premiers cas concernent des noms discrets collectifs rassemblant des U2 qui peuvent être objectales et tridimensionnelles, deux cas sont ceux d’U1 qui font figurer des U2 non tridimensionnelles, et le dernier cas est celui, bien particulier, d’une U1 doublement collective au sens où elle n’est collective que par anamorphose.

7.1. Les séries liées à la dimension temporelle : succession, sequence

50Parmi les noms discrets collectifs généralement invisibles pour le linguiste, on peut répertorier les séries temporelles. C’est ce que l’on dans les exemples suivants :

(58) a succession of men / pets / warm winters / spectacular events / attempts / of economic crises

(59) We have a constant succession of inexperienced teachers in the junior department

(60) A succession of heavy trucks rumbled down Amwell Street

(61) a sequence of steps / a sequence of operations

(62) a long and complicated sequence of events

  • 8 Le nom série est également mentionné par Dessaux (1976 : 62) ainsi que, comme nom de quantité, pa (...)

51La dimension temporelle est une quatrième dimension qui s’ajoute aux trois dimensions spatiales qui définissent le tout intégré prototypique. Avec un nom comme succession qui renvoie à une série temporelle, l’U1 se trouve éloignée du modèle concret et objectal, tridimensionnel, du tout intégré prototypique. En même temps, bien que cette quatrième dimension soit différente des trois dimensions spatiales, il est possible d’imaginer pour cette représentation temporelle une projection spatiale. La projection de la série temporelle se fait alors sur une ligne, exactement comme avec row, line et rank, ou encore queue, procession et crocodile. Ces noms de séries temporelles ne sont, bien entendu, pas cités en linguistique anglaise. En ce qui concerne la linguistique francisante, signalons que Michaux (1992) n’a pas répertorié les lexèmes suite, séquence et succession comportant cette dimension temporelle, alors qu’elle a fait figurer rangée qui comporte une dimension spatiale ainsi que série, plus abstrait. Les trois lexèmes sont absents des noms de quantité étudiés par Dessaux (1976). Borillo, en revanche, mentionne suite de… dans une liste de « Ncoll non-animés » à l’intérieur d’un paragraphe consacré à des noms « exclusivement collectifs » (1996 : 114)8. La difficulté à reconnaître ces noms comme collectifs tient à l’éloignement du modèle du tout intégré prototypique que leur donne leur seule dimension temporelle, et qui ne peut même pas être sauvé par leur projection spatiale unidimensionnelle qui n’utilise pas la totalité des dimensions de l’espace tridimensionnel.

7.2. De nouveaux noms discrets collectifs de groupes d’animés : readership, clientele

52Les noms de groupes d’animés sont, on le sait, privilégiés par la linguistique anglaise. Parmi ceux-là, toutefois, certains sont très régulièrement absents des exposés des grammairiens et linguistes. En effet, si audience est très largement mentionné, je n’ai trouvé readership nulle part chez les linguistes anglicistes dont j’ai consulté les écrits. Les deux noms audience et readership sont tous deux des noms discrets collectifs définis par une activité à laquelle renvoie un verbe, le premier étant lié à listen et à l’activité d’écoute, le second à read et à l’activité de lecture. Le caractère discret et collectif de readership apparaît dans les exemples ci-dessous :

(63) The monthly magazine, founded in a garage by an American husband and wife, has a readership of 100 million

(64) It was aimed at a readership of little girls at Pony Club age

(65) The publications, which claim readerships of 10,000 to 100,000, compared with a circulation of a million for Vogue, (COCA, New York Times, 1999)

(66) Because of the particular makeup of the East German state, books like this did not only have the two readerships of children and adults in mind. They were also targeted at a third one, the people in charge of the country’s destiny <muse.jhu.edu/demo/childrens_literature_association_quarterly/>

(67) Baden-Powell described himself as a “boy man’. “The gap in the phrase,” Boehmer neatly suggests, “can perhaps be seen as corresponding to the split between his two readerships, of boys playing at men, of men playing at being boys.” <www.lrb.co.uk>

53Les définitions des dictionnaires ne laissent par ailleurs aucun doute quant au caractère collectif de readership ou à sa capacité à rassembler des animés humains. On trouve par exemple :

« the number or type of people who read a particular newspaper, magazine etc. » (OALD00 : 1053)

« all the readers collectively of a particular publication or author » (CED98 : 1283)

54De même, l’accord sylleptique que le groupe nominal singulier dont ce nom est le noyau peut, dans certains cas, donner au verbe dont il est sujet, confirme qu’il est bien perçu comme les autres noms de groupes d’animés. Le Cambridge Advanced Learner’s Dictionary signale cette possibilité (CALD08 : 1181), qu’illustrent les exemples suivants :

(68) This means, on average our readership are purchasing an awesome 1.4 million DVDs every year[...] <www.futurelicensing.com>

(69) The readership were not passively listening to a pundit describe the situation, they were reaching into the event itself through their representative. <www.guardian.co.uk>

55Les raisons de l’oubli dont est victime readership sont probablement multiples. On ne peut tout d’abord pas sous-estimer le poids de la tradition et des pratiques qui tendent à perpétuer et reproduire ce qui est déjà cité précédemment : le nom audience se voit transporté d’ouvrage de linguistique en manuel, de manuel en manuel, et de manuel en article de linguistique. Mais le fait que readership échappe au catalogage est peut-être dû à d’autres raisons. L’interprétation privilégiée de audience est, hors contexte, celle d’un rassemblement de personnes en un même lieu, dans un même volume circonscrit par des limites spatiales comme, par exemple, une salle. Le groupe est donc visualisable en trois dimensions, et statique. Il n’en va pas de même pour readership, chacun, c’est-à-dire chacune des U2, lisant, par exemple, chez soi. Les animés humains ne se rassemblent pas pour lire un magazine, ne se regroupent dans un volume que l’œil peut embrasser ; il y a éparpillement, et finalement, le nom collectif readership donne à voir une configuration qui va dans le sens contraire de celle que l’on avait avec des noms comme cluster, nom de groupe serré (6.2). Ceci permet de souligner à nouveau l’importance de l’espace tridimensionnel et des coordonnées spatiales tridimensionnelles. La même remarque vaut pour clientele, absent des listes consultées. Là encore, une clientèle peut être non seulement mobile, mais aussi disséminée et donc éparpillée dans l’espace.

(70) Sharelink has built up a clientele of about 57,000 in two years

(71) If you scatter seed on the ground you will build up a substantial clientele of birds such as chaffinches

56Dans les deux cas ci-dessus, clientele renvoie clairement à un groupe d’animés, humains en (70) et non humains en (71). Comme avec readership, la possibilité de désaccord syntaxique du verbe vient confirmer la totale intégration de clientele comme nom de groupe d’animés dans le lexique des locuteurs :

(72) The bank’s clientele includes / include some of the richest people in the city (CIDE95 : 244)

57On note que l’on trouve chez Michaux (1992) auditoire et clientèle, mais pas lectorat. Ces trois noms ne figurent nulle part chez Dessaux (1976), ni chez Grinevald (1999), dont les préoccupations sont tout autres. Borillo cite auditoire (1996 : 107), mais ne mentionne ni clientèle ni lectorat.

7.3. Les noms liés aux nombres : number, pair, infinity, multitude…

58Parmi les noms discrets collectifs, il faut aussi mentionner les noms liés aux nombres, parmi lesquels on aura les noms « basiques », comme number ou pair, associés à l’idée d’un nombre ou à un nombre particulier ainsi que des noms comme infinity, multiplicity etc. Les premiers donneront des exemples tels que :

(73) a number of men / of tickets / of times / of places

(74) […] designing the nature of God in a number of ways

(75) a pair of outlaws / of locked chests

59Le nom number est un nom discret dont le sens est lié à la quantité et, plus particulièrement, à la quantité d’unités discrètes. Il convient de s’interroger ici sur la sémantique du nom number, hyperonyme de tous les noms de nombre, et sur ce qu’est un nombre. Un nombre est un symbole qui est une représentation de la quantité qui, elle, est une abstraction. Avec number, l’U1 n’est pas un objet tridimensionnel, même si les U2 rassemblées semblent bien pouvoir être tridimensionnelles comme on le voit avec men et tickets en (73). Afin de poursuivre cette investigation sur ce que recouvre l’idée de nombre, j’aurai recours aux travaux de Guedj, qui écrit (1996 : 13‑15) : 

« L’idée de nombre, qui nous paraît si évidente, est l’aboutissement d’un long travail d’abstraction de la pensée. Comment faire nombre ? En ne voyant dans chaque objet qu’une unité et rien d’autre. En prenant « en compte » l’existence singulière des choses, tout en rejetant leurs différences particulières […] »
« Les choses que l’on veut nombrer sont semblables en tant qu’elles sont […] »
« Voici un tas d’objets. Ils sont là ensemble. Rendre compte de cette coexistence, et seulement d’elle, c’est dire « combien » ils sont. Pour ce faire, il faut constater qu’ils existent, et qu’ils existent de la même façon : il n’y en a aucun qui existe différemment des autres […] »
« […] pour faire « quatre bisons », il faut ne pas vouloir les distinguer et, en même temps, il faut être persuadé que chacun d’eux n’est pas l’un des autres […] »

60Et c’est parce qu’il est impossible de « saisir directement la quantité par la vue » que l’on a « invent[é] les nombres » (Guedj, 1996 : 15).

  • 9 Ceci vaut autant pour l’anglais group (this group of sonnets, a group of 300 UK companies, our st (...)

61Si l’on suit cette analyse, le nom discret collectif number s’interprète comme l’affirmation de l’existence d’U2 multiples, donc d’une coexistence d’U2, auxquelles on reconnaît le statut d’unités et rien d’autre. Peu importe que le support référentiel de ces U2 soit tridimensionnel ou non. Ce qui les rassemble est ce qu’elles ont de semblable : elles sont unités, et ces unités coexistent. C’est leur principe d’organisation, ce qui les réunit en un nombre. De ce point de vue-là, number peut apparaître comme un nom discret collectif idéal dans la mesure où ce que dit number est en quelque sorte la même chose que ce qui constitue le modèle abstrait du nom discret collectif que propose le linguiste pour tout nom discret collectif : une U1 rassemblant des U2, les deux entités U1 et U2 n’étant que des unités et, en aucune façon, des objets concrets, tridimensionnels. Ce nom number dont se méfient tant les linguistes pourrait donc bien être, en fin de compte, le modèle du nom discret collectif. Ce qui lui fait défaut pour être accepté sans réserves dans la classe des noms discrets collectifs tient, justement, à son statut de symbole et de modèle, et donc à son degré très élevé d’abstraction, tant en ce qui concerne les U2 qu’en ce qui concerne l’U1. C’est en cela qu’il est très éloigné du prototype du tout intégré, tant semble faible et minimale sa connexité. La façon qu’a number de poser l’existence de la quantité discrète et, tout simplement, la coexistence d’unités, évoque alors les noms discrets collectifs abstraits que sont group et series, dont le principe d’organisation était donné comme peu marqué (Arigne, 2005a : 19, 2006, et ici même, notes 8 et 99). On voit comment le nom number apparaît à la fois comme une forme de modèle du nom discret collectif et, pour cette raison, comme le tout le plus éloigné du tout intégré. Cette dualité permet peut-être de comprendre les réticences qu’éprouvent grammairiens et linguistes à son égard.

62Il est en outre possible de retrouver un lien avec un cadre tridimensionnel dans la projection, non pas du nombre mais de l’ensemble des nombres, sur la dimension de la linéarité. Le modèle cognitif concret est alors la ligne unidimensionnelle, comme le suggèrent Lakoff et Núñez (2000 : 278-284) pour qui « our nontechnical understanding of numbers as points on a line » se cristallise dans la métaphore Numbers are Points on a Line. L’idée de ligne et d’alignement n’est pas sans rappeler les alignements spatiaux vus plus haut avec des noms comme row, line ou rank, nom lié au rang et à l’ordre (6.1), ou encore les séries temporelles étudiées avec succession et sequence (7.1). Ceci permet de souligner la façon dont, chez les nombres, les deux fonctions, ordinale et cardinale, sont indissociables, ce que souligne Guedj (1996 : 20-21) lorsqu’il écrit :

« Dès qu’il y a nombre, il y a succession ».
« [… les nombres] forment […] l’archétype de l’ordre […] »
« Les deux fonctions, l’ordinale et la cardinale, sont inséparables. Dans la vision ordinale, le nombre est vu comme le maillon d’une chaîne, dans la vision cardinale, il est quantité pure ».

63A côté de ces noms renvoyant aux nombres de façon directe, on trouve d’autres noms dont le sens est plus indirectement lié à la quantité discrète et aux nombres, tels que multiplicity, plurality, infinity…

(76) a multitude of people / of colours / of facts / of levels / of perspectives / of living organisms

(77) a multiplicity of influences / of colours / of interpretations / of views / of voices

(78) a plurality of voices / of meanings / of interests / of worlds

(79) an infinity of different molecules / of solutions / of combinations / of time periods

(80) Firstly, it sees industrial relations as part of a totality of social relations

(81) an aggregate of 3,400 students / of at least 1,327 votes / of rights

(82) a sum of three squares

(83) a total of 50 votes / of 3,774 people / The Plaza boasts a total of seven shop units

64Il semble que l’on ait ici une façon plus complexe, plus élaborée et sophistiquée, de nommer la quantité discrète qu’avec les simples nombres. Certes, le sens de ces noms est relié aux nombres dans la mesure où il est construit à partir de l’idée de ces mêmes nombres, mais il se trouve être construit d’une manière différente. Les noms multitude, multiplicity, plurality et infinity renvoient à un nombre élevé ou très élevé tandis que aggregate, total, totality et sum évoquent le résultat d’une addition de nombres différents. La mise en parallèle des noms comme number ou couple, et des noms tels que multitude ou infinity, peut évoquer une structure en came (Culioli, 1968). La liste de Michaux (1992 : 122-24) comporte infinité, multitude et somme, total et totalité (et aussi agrégat, mais dans un autre sens que celui du aggregate anglais qui, dans son usage, se rapproche des nombres) mais omet, par exemple, multiplicité et nombre. Dessaux (1976 : 62) liste total, multitude, myriade, nombre et aussi agrégat, donnés comme noms de quantité. Quant à Borillo, elle signale nombre, multitude et kyrielle comme des noms non collectifs faisant partie des noms déterminatifs quantitatifs, mais propose ensuite un exemple dans lequel multitude est donné comme collectif (Borillo, 1997 : 109 et 111). Par ailleurs, ni nombre ni aucun autre nom associé aux nombres ne figure chez Flaux (1999). Cela se comprend aisément dans la mesure où il est permis de penser que sa conception des noms collectifs reste celle qu’elle explicite dans une publication légèrement antérieure : il s’agit de « […] cette sous-catégorie de noms concrets, qui ne doivent être confondus ni avec les déterminants nominaux (ou « spécifieurs nominaux » ou « noms de quantité »), tels que brassée ou quantité, ni avec les noms de masse dits « à référence hétérogène », comme mobilier ou argenterie » (Flaux, 1998 : 31). En ce qui concerne l’anglais, on se souvient (2. 1) que Jespersen, qui donnait number comme collectif dans des premiers travaux (1909 : 96), ne le citait plus dans sa publication de 1924 dans laquelle figurent pourtant pair et couple (Jespersen, 1924 / 1992 : 195), et aucun de ces trois lexèmes n’est mentionné dans le manuel de 1933. Les hésitations dues à la dualité sémantique de number se lisent aussi chez Huddleston & Pullum (2002 : 502), qui observent que « the division between collective and number-transparent nouns is by no means sharply drawn », comme dans l’exemple comportant le nom « transparent » number : a number of spots have appeared.

65Pour en terminer avec ces noms exprimant la quantité, j’ajouterai les noms discrets collectifs variety et diversity que j’ai appelés ailleurs « quantificateurs variétaux » et qui conjuguent l’idée d’un nombre d’unités, donc de quantité, et celle de différences qualitatives entre ces unités (Arigne, 2005b et 2006) :

(84) a variety of factors / of ways / of colours / of seasonings

(85) a variety of different contexts / a wide variety of countries / a vast variety of sources

(86) a diversity of uses / of sources / a wide diversity of projects / of tasks

(87) a greater diversity of suppliers / of interests / an amazing diversity of views

66A l’idée de quantité discrète, dont le contenu est déjà abstrait, vient s’ajouter l’abstraction de la notion de qualité. On peut également suggérer que la combinaison des deux notions de quantité et de qualité opacifie le sens de ces noms, de sorte que l’idée de quantité s’efface derrière celle de qualité, plus saillante. Que cela soit dû à leur degré très élevé d’abstraction ou à une saillance de l’idée de qualité, ces noms ne sont listés nulle part comme noms discrets collectifs permettant de regrouper des U2.

7.4. Les collections de (sous-)types : range, spectrum, line

67Les trois paragraphes qui suivent (7. 4 à 7. 6) fournissent de nouveaux cas d’abstraction. Il s’agit de noms qui désignent des collections d’U2 abstraites et que l’on ne peut donc pas situer par rapport à des coordonnées tridimensionnelles. Il s’agit des collections de types (modèle range), des collections d’items linguistiques (modèle list), et des réseaux qui sont collectifs d’une double façon (modèle network). Si l’on considère les caractéristiques prototypiques du tout intégré, on comprend aisément que ces catégories de noms discrets collectifs passent complètement inaperçues, tant aux yeux des linguistes anglicistes qu’aux yeux des linguistes francisants.

  • 10 L’analyse de range comme collection de types est ce qui le constitue comme un type particulier de (...)

68Ainsi, le nom discret collectif range regroupe des U2 qui ne sont pas des occurrences, mais des types (Arigne, 2005a, 2005b, 2006). Il peut donc être décrit comme une collection de types même si, bien sûr, les types ne sont accessibles qu’au travers de leurs occurrences10. C’est ce qu’illustrent des exemples comme:

(88) a wide range of food items / of opinions / of classroom activities

(89) a wide range of totally dissimilar tasks

69On observe le même phénomène avec spectrum :

(90) a wide spectrum of situations / of departments / a broad spectrum of methods

(91) […] a wide spectrum of musical types, from operetta and parlour ballad to music hall and pub singing

  • 11 Onions (1966 : 738) donne le nom range comme relié au vieux-français range formé sur rang, tandis (...)

70La difficulté que l’on pouvait avoir avec une U1 abstraite mais tout de même orientée, dans les cas de array et assortment (6. 2), vers des U2 concrètes, est ici accrue du fait que ce sont les U2 elles-mêmes qui sont des abstractions. Les U2 étant des abstractions, l’U1 est forcément un référent qui est, lui aussi, abstrait et auquel les U2 ne peuvent apporter aucune complétude ou complément référentiel concret. En outre, même si l’on imagine une projection spatiale qui permette une représentation visuelle dans un cadre tridimensionnel, on retombe dans le cas unidimensionnel de la linéarité (a range of temperatures), comme dans les cas de row, rank et line et de succession et sequence étudiés plus haut (6. 1 et 7. 1). A l’instar de ces derniers cas, le fait de ne se déployer que sur une seule dimension, éloigne du modèle tridimensionnel du tout intégré dont le modèle abstrait se ferait de toute manière sous la forme d’une projection planaire. L’absence de caractère tridimensionnel de l’U1, le caractère tout aussi abstrait des U2 et leur absence de simple renvoi à des occurrences, ainsi que la seule visualisation possible sur une seule dimension, se conjuguent pour rendre ces noms discrets collectifs extrêmement difficiles à voir et à prendre en compte comme collectifs. Je rappellerai ici que range et rank, qui sont des paronymes, sont apparentés dans la mesure où ils sont reliés à des états différents du français rang (Onions, 1966 : 738, Klein, 1966 / 1977 : 616)11. On sait par ailleurs que, de la même façon, le lexème polysémique line, vu auparavant avec l’exemple (17), peut avoir un emploi spécialisé, réservé à un contexte de production, et regroupe alors, lui aussi, des types (Arigne, 2006) :

(92) a new line of Unix processors / our own line of ready-bottled cocktails

71L’on voit comment les noms ligne en français, ou line en anglais, peuvent renvoyer à des alignements spatiaux, comme à des collections de types sur une échelle potentiellement graduée. Cette possibilité de graduation fait, bien entendu, retrouver l’ensemble des nombres dont on a vu (7. 3) comment ils peuvent être pensés comme des points sur une ligne. Le répertoire de Michaux (1992) comporte ligne, mais elle ne précise pas si les U2 doivent être entendues comme des occurrences ou des types, comme dans le contexte, par exemple, d’une ligne de vêtements. Ce nom est le seul mentionné dans son répertoire, et je n’ai par ailleurs trouvé nulle part chez les autres auteurs des noms discrets collectifs comme gamme, éventail, nuancier, palette, spectre, ambitus etc.

7.5. Les collections d’items langagiers : list, catalogue, litany, glossary

72Le caractère unidimensionnel de la ligne se retrouve avec des noms de type list. Le nom list renvoie une collection d’items langagiers et, dans bon nombre de cas, une collection d’autonymes (cf. par exemple Arigne, 2005a : 27-28). En effet, dans le cas de

(93) a list of words 

les U2 regroupées sont bien des items langagiers, que l’on a coutume de considérer comme existant à travers leur représentation concrète, parole ou écriture. Le nom a donc une représentation dans le temps ou dans l’espace, et les U2 sont ordonnées de de façon linéaire et entretiennent entre elle des rapports de successivité. Les phénomènes sont quelque peu différents lorsque, à côté de séquences comme a list of specific words, on a aussi des suites comme

(94) a list of persons / topics / of measures

  • 12 L’hyponymie, donnée non seulement par des unités lexicales mais aussi par des expressions, débord (...)

dans lesquelles person, topic ou measure sont des noms qui, dans leur usage référentiel ordinaire, ne renvoient pas à des items langagiers. Toutefois, ces noms ne peuvent se trouver en N2pl dans le syntagme a list of N2pl que parce qu’ils renvoient, comme word en (93), à des items langagiers et ont, de ce fait, un emploi autonyme. Les U2 regroupées par list sont alors les noms de telle ou telle personne, ou les noms ou expressions servant à nommer tel ou tel topic, telle ou telle mesure. Ces items langagiers que sont les U2 jouent alors le rôle d’hyponymes par rapport au nom person, topic ou measure12.

73L’invisibilité de list comme nom collectif est à attribuer à deux facteurs. Certes, si l’on compare list avec un nom comme array en (41) (6. 2), on observe que list a une plus grande autonomie référentielle, une liste ne pouvant être qu’une collection d’items langagiers. Malgré cela, ce nom est handicapé par deux choses. Tout d’abord, son caractère « linéaire » unidimensionnel lié au fait qu’une liste est une succession d’items et, sur le papier, un alignement spatial. Cette seconde interprétation, qui permet de visualiser list comme un alignement dans l’espace, semble être l’interprétation préférentielle attribuée à ce nom, si l’on s’en tient à ce que proposent les lexicographes (cf. par exemple CED98 : 904, OALD00 : 750, CALD08 : 836). A ce caractère linéaire, s’ajoute la nature de ses U2 qui, même lorque le référent pourrait, comme avec person, être de façon non équivoque tridimensionnel, ne peuvent être prises que de façon autonyme, leur conférant par là un haut niveau d’abstraction. D’autres noms fonctionnent de façon analogue, comme l’illustrent les exemples (95) à (102) faisant figurer des noms tels que catalogue, litany etc.

(95) a list of names / of documents / a long list of objections

(96) a catalogue of unfamilar names / of edible African plants / a large catalogue of songs

(97) a litany of names / of mistakes / of dark curses / a whole litany of things

(98) an inventory of questions / of animals / of monuments

(99) an index of titles / a handy index of notes

(100) a dictionary of 1711 words / of fables / of legal words

(101) a glossary of technical terms / a virtual glossary of progressive views

(102) a […] questionnaire of 30 items (COCA) / a questionnaire of 24 question stems

74Aucun nom de ce type n’est répertorié dans la liste de Michaux (1992 : 122-24), ni chez Flaux (1999). Dessaux (1976 : 62) liste parmi les « déterminants nominaux » catalogue, et aussi plus haut (p. 49), répertoire donné explicitement comme nom collectif. La définition qu’il reçoit, et qu’il partage avec arsenal, est celle d’un « ensemble […] de choses », et il n’est pas précisé s’il s’agit d’un inventaire, ou seulement de quelque chose ayant à voir avec « l’ensemble des œuvres qu’un acteur, qu’un musicien, a l’habitude d’interpréter », sens donné par Le Petit Robert comme dérivé par analogie (PR90 : 1671). Enfin, en ce qui concerne l’anglais, aucun de ces lexèmes n’est mentionné dans les ouvrages que j’ai consultés.

7.6. Les réseaux : network, web, mesh…

75Les noms de réseaux sont des noms discrets collectifs d’un genre bien particulier, qui échappent généralement, eux aussi, à la classification des noms discrets collectifs. Ceci est très compréhensible, si l’on considère leur ontologie particulière qui leur confère, en tant que collectifs, une instabilité référentielle. En effet, il a été observé (Arigne, 2005a, 2005b et 2006) que network n’est collectif que par effet de saillance ou de relief, lorsque un des deux sous-ensembles de parties homéomères devient principe d’organisation pour les parties du deuxième. Ce phénomène d’anamorphose fait que l’on a soit

(103) a network of agencies /  of items

et ce sont alors les points (ou sommets ou nœuds) du graphe qui constituent les U2 et sont reliés par des fils (ou liens ou arêtes), soit :

(104) a network of lanes / the […] network of fibres

auquel cas les U2 sont les liens ou fils qui sont bornés par les points, les deux interprétations étant exclusives l’une de l’autre. Dans les deux cas, les unités multiples étant soit toutes des points soit toutes des liens, elles sont toujours de même genre et constituent donc des parties homéomères du nom discret collectif. C’est en raison de la saillance de l’un ou l’autre sous-ensemble de parties homéomères que celui des sous-ensembles qui reste à l’arrière-plan se voit relégué au statut de principe d’organisation de ces parties (cf. Arigne, 2005a, 2005b et 2006).

76Les handicaps de network en tant que collectif se définissent davantage par rapport au tout intégré collectif que par rapport au tout intégré prototypique. Comme il a été observé plus haut, il n’est collectif que par effet de saillance, la saillance étant le seul moyen de faire apparaître une multiplicité de parties homéomères. L’envers de cette homéomérie labile est qu’il possède, hors saillance d’un sous-ensemble de ses parties, des parties anoméomères et donc un assez haut degré de connexité. C’est un graphe connexe d’un seul tenant (cf. par exemple Arigne, 2005a) qui, lorsqu’il n’accorde pas de saillance particulière à des points / sommets ou à des liens / arêtes, n’a pas de référence multiple et n’est plus du tout collectif comme dans l’exemple a network of scaffolding (Arigne 2005a, 2005b et 2006). Il s’agit donc d’un tout intégré plutôt satisfaisant au regard de son prototype, puisqu’il est plus connexe qu’un tout intégré collectif « ordinaire ». On a la même chose avec les noms web et mesh, que les U2 soient des points comme dans :

(105) a web of companies / the web of agencies which surround the presidency […]

(106) a web of references / the web of intertextual concepts

(107) a whole mesh of characters

ou des liens qui joignent les objets reliés, comme dans les exemples ci-dessous :

(108) a web of silken threads / of rivulets / family-like relationships / of communications

(109) a […] web of connections / a complex web of bonds

(110) a mesh of wires / an open regular mesh of by-roads / a mesh of low walls

77Des noms discrets comme lattice et latticework peuvent également fonctionner comme des noms discrets collectifs. Le nom lattice montre le même double fonctionnement typique du nom discret collectif network :

(111) a lattice of water molecules / of irregular cells / of possible characters

(112) a lattice of canes

(113) a neat lattice of arrow-straight roads (COCA)

tandis que les corpus consultés n’ont donné pour latticework que le seul fonctionnement où l’U1 regroupe des liens :

(114) a latticework of tree trunks / of roots / of sticks / of metal beams (COCA)

78Le même phénomène se retrouverait bien entendu en français, où l’on pourrait opposer un réseau d’agences à un réseau de liens serrés. La consultation de Michaux (1992) montre qu’elle n’a listé ni réseau, ni maillage ni aucun autre nom pouvant renvoyer à un réseau. C’est aussi le cas des autres ouvrages consultés, qu’ils s’agisse de linguistique anglaise ou française.

8. Deux problématiques propres au tout intégré : la hiérarchie des touts et la saillance du tout sur les parties

79L’examen des noms discrets collectifs qui suivent va me permettre d’aborder deux problématiques propres au tout intégré et qui sont, en premier lieu, la hiérarchie des touts et, ensuite, la saillance du tout sur les parties. Il va s’agir dans un premier temps de noms discrets collectifs qui, parce qu’ils renvoient à des touts en désordre ou à des touts seconds, ne sont habituellement pas reconnus comme noms discrets collectifs puis, en second lieu, de noms discrets collectifs dont l’U1 constitue un bon exemplaire de tout intégré fortement connexe, et qui sont, de ce fait, largement répertoriés par les linguistes.

8.1. La hiérarchie des touts intégrés

8.1.1. L’ordre fait défaut au principe d’organisation : jumble, disarray

  • 13 Sur array et assortment, voir par exemple Arigne (2005a : 25-26).

80Les noms discrets collectifs jumble et disarray sont à mettre en parallèle avec des noms de mélanges tels que medley et miscellany, ainsi qu’avec les noms de type array ou assortment. S’agissant du nom de mélange jumble, tout ordre éventuel concernant l’agencement des éléments multiples est nié. Il peut s’agir d’une absence d’arrangement spatial et jumble s’oppose alors à array, ou d’une absence de calcul sur les saillances relatives des éléments multiples fondées sur des différences qualitatives, auquel cas jumble s’oppose à la fois à array et à assortment13. C’est ce que l’on observe avec des exemples comme :

(115) a jumble of items / of objects / of words / of contradictions

(116) a disparate jumble of old buildings / the tangled jumble of theories

81On soulignera au passage que ce qui est ici nié est l’ordre qui régit l’organisation des éléments multiples, mais en aucun cas le caractère collectif du nom discret collectif, lié au fait que l’on a toujours affaire à des unités multiples regroupées en une unité unique selon une certaine organisation. En effet, si l’ordre fait défaut à l’organisation des unités multiples et donc au principe d’organisation, c’est tout de même à partir de lui que se construit et, en fin de compte, s’organise le désordre. Il en va de même de disarray qu’il va falloir bien entendu mettre en parallèle avec array et qui semble pouvoir constituer un nom discret collectif acceptable dans :

(117) he surrounds himself with a considered disarray of natural objects: piles of logs […], wooden […] chairs, a chinese screen and antique rugs […]

82Dans cet exemple, il convient de noter aussitôt que l’absence d’ordre marquée par disarray est très modulée et en quelque sorte contrée et corrigée par le participe passé adjectival considered qui précède disarray et qui renvoie à une forme de calcul organisant le désordre et donc, même pour le désordre, à une forme d’ordre. Le nom disarray fonctionne aussi comme collectif dans les deux exemples suivants, d’anglais américain :

(118) His aim is “ to bring order to an apparent disarray of ideas, and to guide the reader through a maelstrom of concepts“ (COCA)

(119) … many foreign businessmen look out on an odd disarray of small yachts in the muddy water. (COCA)

  • 14 Sans toutefois viser à la représentativité des occurrences vis-à-vis des types et donc à une clas (...)

83Ces deux noms de touts intégrés collectifs « en désordre » se différencient des noms discrets collectifs de mélange et fusion vus plus haut (miscellany, medley, mixture…), avec lesquels la diversité est recherchée et organisée14, ce qui en constitue le principe d’organisation. Ces noms discrets collectifs sont absents des études anglaises que j’ai consultées, mais sont également, apparemment, tout aussi invisibles pour la linguistique francisante : des noms comme fatras, fouillis, méli-mélo ou salmigondis sont absents de la liste de Michaux (1992) ainsi que chez les autres auteurs consultés. La totale invisibilité de ces noms est à mettre au compte de leur éloignement du tout intégré prototypique. Dans le modèle du tout intégré, le fait d’avoir des parties anoméomères motivées suppose que chacune de ces parties se voit assigner une fonction vis-à-vis du tout et aussi des autres parties, et suppose donc un ordre et, dans certains cas, un dessein ordonnateur. Cette idée d’ordre est peut-être plus lisible dans le cas, moins prototypique, des touts intégrés collectifs. Dans ce cas de figure, en effet, le principe d’organisation des U2 est toujours, d’une façon ou d’une autre, une manière d’ordonner les U2 en leur assignant une fonction par rapport au tout et aux autres U2. C’est pour cela que le principe d’organisation est ce qui assure au tout sa connexité (cf. Arigne 2005a : 11-12 et 1. 2, ici même). Concevoir un désordre revient alors à mettre en cause la connexité idéale qui est celle du tout intégré prototypique.

8.1.2.  Les touts intégrés seconds par déconstruction : kit, (jigsaw) puzzle

84Ce paragraphe est consacré à des touts intégrés que j’appelle « seconds » car ils sont fabriqués par déconstruction, par atteinte à la connexion et à l’intégrité d’un autre « premier » tout. Il s’agit donc de collections de sous-unités, que ces U2 soient des morceaux ou des parties (pieces ou parts), qui permettent de constituer ou reconstituer un tout intégré premier qui est, de façon typique, non collectif.

85Le nom kit accepte deux interprétations différentes. Dans un premier usage, il rassemble des unités multiples destinées à un même usage et se rapproche en cela de set : dans les séquences a set of keys / of jewels / of false teeth, le nom set regroupe des éléments qui « vont ensemble » (Arigne, 2005a : 20). C’est ce que l’on a avec :

(120) […] my basic kit of hand tools consists of 123 items

(121) […] their own home-made kit of idiosyncratic but effective methods

86Dans son deuxième usage, toutefois, il désigne une collection d’éléments qui sont des morceaux qui, assemblés ou réassemblés, pourront constituer un autre tout intégré :

(122) The pavilion […] was […] assembled on the site from a “kit of parts’

(123) a complete kit of parts

  • 15 On note qu’en français, le tout intégré premier et supérieur qu’est le fauteuil est à … « monter  (...)

87Il renvoie alors à un tout intégré collectif constitué de parties qui, agencées selon un autre principe d’organisation, constitueraient un autre tout intégré, dont le principe d’organisation est posé comme supérieur. Ce principe d’organisation supérieur fait du tout intégré premier un tout intégré également supérieur, dans la mesure où il est perçu comme désirable en raison, par exemple, de son caractère fonctionnel. Ainsi, s’agissant d’un fauteuil en kit, le kit, collection des parties du fauteuil à assembler, est une collection qui est un tout second par rapport au tout visé, c’est-à-dire le fauteuil qui, lui, n’est pas collectif. C’est ce caractère non collectif qui en fait un tout intégré indiscutablement plus connexe que le tout auquel renvoie le nom collectif kit, et donc « supérieur15 ». On peut considérer que les parties anoméomères du premier tout intégré non collectif (parts1) ne deviennent homéomères en tant que parties du kit (parts2), que parce qu’elles ont justement perdu le rôle et la fonctionnalité qu’elles avaient vis-à-vis du tout premier. Ainsi démotivées, elles sont à considérer de façon indifférenciée et pour ainsi dire « en vrac », et acquièrent du coup un même statut. Elles ne sont plus toutes que des parties : elles sont devenues de même genre.

88De façon analogue, puzzle renvoie à un tout intégré second, inférieur, un peu comme maze regroupe des liens en un « mauvais » réseau au regard d’un autre « bon » réseau :

(124) a complicated puzzle of interlocking rings

(125) a bewildering jigsaw puzzle of textual fragments

89Le nom puzzle est modalement connoté car, à partir d’un tout qui est autre et comprend des parties qui sont de réelles « parties » (des parts, différenciées, naturellement délimitées c’est-à-dire sans limites arbitraires, fonctionnellement motivées etc., cf. 1.1), il redessine des parties arbitraires qui ne sont que des morceaux (pieces) de ce premier tout. Ce qui est piece1 du premier tout devient part2 du tout second. C’est parce que l’on a affaire à des morceaux, indifférenciés mais aussi séparés, qu’ils peuvent être considérés, dans leur nouveau statut de parties, comme parties homéomères et que puzzle peut être collectif. Le fonctionnement de puzzle diffère en cela de celui de kit qui, lui, préserve les parties originales qui sont de véritables parties du premier tout intégré. Avec puzzle, au contraire, le principe d’organisation du premier tout est brisé sans que soit respectée la division « naturelle » en parties. Le terme anglais complet jigsaw puzzle évoque la scie (jigsaw) comme instrument de découpage. Le premier tout est à reconstituer (piece together), d’où le côté « énigme », intrigant (puzzling) de ce tout intégré collectif. Il faut recoller les morceaux de ce tout brisé, reconstituer ce tout, pour pouvoir en retrouver et discerner les parties. Quant au principe d’organisation de puzzle, il ne peut être défini qu’en référence à celui du tout intégré d’origine, qui demeure invisible et dont il doit être différent. Il doit pour cela se démarquer des parties naturelles (parts1) et créer des morceaux (pieces1) qui ne soient pas les parties de ce premier tout. Les limites des U2 morceaux (pieces1) doivent masquer les limites des U2 parties (parts1) du tout intégré premier à reconstituer. A l’instar de kit, le nom discret collectif puzzle est à mettre en rapport avec un tout intégré, prototypiquement non collectif, dont il faut restituer la connexité.

90On s’attardera au passage sur la similitude sémantique entre maze qui renvoie à un mauvais réseau et auquel amaze est apparenté, et puzzle. La sémantique de ces deux noms est modalement connotée, et leur sens modal apparenté, qui va dans le sens d’une entrave à la bonne compréhension et à la connaissance. L’exemple

(126) a maze of streets / of corridors / of petty regulations

montre que maze est un nom de réseau qui, en tant que collectif, privilégie les chemins au détriment des sommets du graphe. Il semble que l’on puisse proposer l’interprétation suivante, qui s’appuie sur la construction des labyrinthes de foires. A l’intérieur d’un réseau donné, seul un sous-réseau connexe permet de parcourir d’une façon simple, c’est-à-dire relativement lisible ou économique, le ou les chemins reliant plusieurs points. Malheureusement, ce sous-réseau est masqué par l’existence conjointe d’un deuxième sous-réseau qui fonctionne comme un réseau parasite et un leurre.

8.1.3. Des touts intégrés seconds « fabriqués de toutes pièces » : patchwork, collage, montage

91Le nom patchwork et les deux emprunts au français collage et montage renvoient à des touts intégrés seconds qui ne résultent pas de la dégradation d’un tout intégré premier mais sont, au contraire, créés et fabriqués de toutes pièces. On notera tout de suite que, d’un point de vue modal, ces touts peuvent être des bons touts ou des mauvais touts.

92La morphologie de patchwork fait explicitement référence à des morceaux, des patches qui sont issus de touts non spécifiés. Ces morceaux ne sont, à l’origine, des parties d’aucun tout que ce soit, mais deviennent ensuite des parties d’un tout qui est l’ouvrage (marqué par le suffixe -work), pièce de tissu constituée de morceaux. C’est cette idée d’un tissu constitué de morceaux qui se retrouve dans les exemples :

(127) A green patchwork of fields / a […] patchwork of hues

(128) a patchwork of cultures / of techniques

(129) a patchwork of fields / of different styles and cultures (OALD00 : 927-8)

93La pièce de tissu ainsi constituée est un artefact, qui est un tout unitaire. On peut voir là une façon de transformer en parties des unités qui pourraient être prises pour des morceaux (patches). Ceci peut être rapproché de ce qui se passe avec un patch que l’on va coudre au coude d’une veste et qui est, lui aussi, un morceau, mais un morceau qui va pouvoir restituer une connexité disparue, parce que mise à mal par le trou ou la déchirure qui se trouve au coude de la veste. Le processus à l’œuvre va dans le sens contraire de celui de la fabrication du puzzle qui détruit les parties pour en faire des morceaux. Cette élévation de morceaux au rang de parties fait de patchwork un tout qui peut apparaître, malgré tout, comme un peu défectueux.

94Les noms discrets collage et montage, en tant qu’ils renvoient à des créations artistiques, donnent à voir des touts intégrés fabriqués de toutes pièces et qui comportent des parties qui n’ont pas, à l’origine, c’est-à-dire en dehors de la création artistique, vocation à être des parties, puisqu’elles sont dépourvues de fonction vis-à-vis d’un tout quelconque. C’est l’auteur, c’est-à-dire l’artiste, qui motive les sous-unités pour leur donner la fonction de parties ou parts. C’est le statut esthétique d’œuvre d’art, de l’artefact dans son entier et donc du tout intégré, qui donne la motivation nécessaire aux unités multiples pour qu’elles deviennent des sous-unités d’un tout collectif, et donc des parties de ce tout collectif.

(130) a collage of images / of accents / of inserts / of tens of thousands of reptile skulls

(131) a montage of photographs / a very pretty montage of framed pictures

  • 16 La morphologie de collage est à cet égard intéressante. En effet, l’action de coller des éléments (...)

95Si l’on veut y lire une connotation modale, on constate que, au contraire des touts seconds de type puzzle, cette connexité fabriquée de toutes pièces peut faire de ces touts intégrés seconds des bons touts parce que, visant à être des beaux touts, ils construisent pour cela une connexité. Malgré cela, le fait que ces touts intégrés soient et restent des collectifs, c’est-à-dire des ensembles d’éléments multiples n’ayant pas « naturellement » vocation à être rassemblées, met l’accent tout à la fois sur leur caractère second et l’irréductible artificialité de ces constructions artistiques16, et en fera, dans certains cas, de mauvais touts.

96Qu’ils soient issus d’une désorganisation (kit), d’une désintégration (puzzle) ou fabriqués (patchwork, collage, montage), les touts intégrés collectifs qui viennent d’être étudiés (8. 1. 2 et 8. 1. 3), sont des touts intégrés seconds. Il faut sans doute attribuer à ce caractère second le fait que ces touts intégrés ne soient répertoriés nulle part comme noms discrets collectifs, que ce soit en linguistique anglaise ou en linguistique française.

8.2. La saillance des touts intégrés sur les unités multiples : library, wardrobe, forest, wood...

97Les touts intégrés examinés dans la section qui précède (8. 1) ont tous du mal à être de très bons touts intégrés collectifs en raison d’une connexité toujours un peu défectueuse, les parties rassemblées étant soit en désordre, soit de statut quelque peu fragile. De ce fait, l’U1 a du mal à être reconnue comme telle et les noms discrets collectifs à être reconnus. Dans tous les cas, la connexité étant d’une façon ou d’une autre mise en question, les U2 restent discernables et conservent une bonne visibilité. Ces touts intégrés en désordre (jumble…) ou seconds (kit, puzzle, patchwork, collage…) contrastent fortement avec des noms discrets collectifs avec lesquels on observe une saillance de l’U1 par rapport aux U2. Ce sont des touts intégrés collectifs, comme forest en (134) ci‑dessous, qui ne mettent pas particulièrement en relief la multiplicité des unités qui les composent. Au contraire, l’unité unique semble avoir plus de corps et de saillance que les unités multiples. Ces cas-là sont représentés par des noms tels que library, wardrobe (au sens du français garde-robe et non d’armoire), forest, wood ou archipelago avec lequels les U1 ont des référents tridimensionnels. Dans ces cas-là, et en dehors d’emplois métaphorisés toujours possibles, library est interprété comme une collection de livres, wardrobe un ensemble de vêtements, tandis que forest et wood regroupent toujours une multiplicité d’arbres et archipelago en (136) une multiplicité d’îles. C’est ce qu’illustrent les exemples :

(132) a library of more than 5,000 books / of more than 800 volumes

(133) a wardrobe of new clothes / an extensive wardrobe of costumes

(134) a forest of 1,000 trees / of ageing trees

(135) a wood of olive trees / of Tamarisk trees

(136) an archipelago of seven islands

  • 17 Mais comme nom collectif impur, parce que « mixte » ; voir note 3 supra.

98Hors métaphorisation, on a donc toujours affaire à des emplois très spécialisés qui exercent une forte contrainte de sélection sur les U2. Pour ces noms-là, il semble que la forte saillance de l’U1 qui pourrait faire que la forêt cache les arbres, ne soit pas un obstacle à l’identification de ces noms comme collectifs, et nombreux sont les auteurs de linguistique française qui mentionnent certains de ces noms. Michaux (1992 : 122-24) n’a certes pas archipel, forêt, garde-robe ou constellation, mais propose chênaie, frênaie et fûtaie, dont toutefois la morphologie transparente rend l’U1 un peu moins saillante. Borillo (1996 : 109) donne forêt comme nom collectif, et c’est également comme tel qu’il est mentionné par Flaux (1999 : 473)17. Dessaux (1976 : 56-58) cite également forêt donné comme « nom de quantité ». En ce qui concerne l’anglais, on se souvient (2. 1) que Jespersen mentionnait train, library et forest comme noms collectifs (Jespersen, 1909 : 93). En ce qui concerne le nom français train, il est, tout comme livre et chapelet, cité par Flaux, mais ces trois noms sont définis comme des « noms désignant des totalités constituées de parties homogènes entre elles mais non autonomes », et donnés comme différents des noms collectifs (Flaux, 1999 : 473).

9. Les collectifs « secondaires ». La métaphore de l’organisme : body, corpus

99Je vais maintenant, pour terminer l’exposé, revenir sur le plan strictement linguistique afin d’examiner un cas où un tout intégré prototypique, donc non collectif et doté de parties anoméomères, devient collectif par dérivation sémantique et rassemble des U2 multiples. C’est ici le prototype du tout intégré non collectif body qui va fonctionner comme collectif. En effet, le nom body connaît dans la langue un deuxième sens parfaitement lexicalisé, qui est celui d’une collection d’unités multiples, ces unités pouvant être des objets non-animés ou des animés et, même parmi les animés, des animés humains, donc des personnes. Ces unités multiples sont alors posées comme des parties homéomères du tout collectif. Le nom body permet donc de solidariser des unités à fort degré d’autonomie comme des animés humains (Flaux, 1999 : 478) dans des touts intégrés collectifs dont le degré de connexité est, de façon générale, moindre que celui des touts intégrés associés au noms discrets non collectifs. Dans ce cas précis, l’on remarque que les U2 sont des animés humains, dont le corps, body, est le support concret et solide, et c’est ce même nom body qui permet de solidariser ces unités. C’est ce que l’on a en (137) :

(137) a body of twelve loyalists / a whole body of people / an independent body of journalists

100C’est donc, avec body, la métaphore de l’organisme lexicalisée qui permet de regrouper des unités multiples au sein d’une unité unique. Cela pourrait, à mon sens, faire de body un deuxième prototype de discret collectif qui, après family, serait à même de regrouper des animés. Les liens de sang et de parenté qui, avec family, constituent, du moins en partie, le principe d’organisation permettant de solidariser ces animés, sont remplacés par des liens institutionnels ou par l’image d’une seule entité tridimensionnelle comme dans :

(138) they marched in a body (CED98, p.174)

qui permet de mettre l’accent sur le degré de cohésion et de connexité du tout. A côté de cela body peut aussi regrouper des unités multiples non animées comme le montre l’exemple :

(139) a body of writings / of findings / the body of accepted scientific theories

101Le même phénomène se retrouve avec corpus qui reste cantonné à des emplois où il regroupe des non-animés, et souvent dans des contextes assez spécialisés concernant des textes ou des connaissances, comme le montrent les quelques cas regroupés en (140) :

(140) a corpus of 1,500,000 words / of anaphoric expressions / of novels / of financial documents

102Notons enfin que body peut aussi discrétiser des noms massifs singuliers (Nmsg) dans des suites Ndc of N2msg telles que a body of water, a body of knowledge, a body of opinion, an overwhelming body of evidence, et c’est toujours l’idée d’une unité solide et connexe à limite forte qui prévaut, cette unité connexe permettant de découper le massif.

Conclusion

103La figure du tout intégré est prégnante dans la façon qu’a le linguiste d’appréhender les phénomènes concernant les noms collectifs et, plus précisément, la classification qu’il en fait. Elle est ce qui met en avant, pour le linguiste, les noms discrets collectifs dont l’U1 et les U2 sont des touts intégrés, et lui fait exclure les massifs. La fascination du nom discret collectif devient plus aveuglante encore lorsqu’elle prend forme dans la langue, qu’il s’agisse en anglais d’un désaccord syntaxique (the family are) ou tout simplement d’une non-congruence entre la morphologie nominale et la syntaxe d’accord (these cattle are). Que l’on travaille en linguistique anglaise ou française, le modèle du tout intégré, qui est pour les noms discrets collectifs celui de l’U1 comme de l’U2, empêche également de bien voir certains de ces discrets collectifs trop éloignés du prototype du tout intégré pour des raisons diverses :

  • l’U1 est mobile et ne se déploie que sur une dimension seulement, et n’occupe pas la totalité des dimensions de l’espace tridimensionnel ou de sa projection planaire (procession, crocodile…)

  • l’U1 se définit par une seule dimension temporelle (succession, sequence… ; séquence…)

  • l’U1 n’a pas de contours spatiaux définis, bien que les U2 soient des occurrences tridimensionnelles (readership… ; lectorat…)

  • l’U1 a un niveau d’abstraction trop élevé, ainsi que, dans certains cas, les U2 (number, infinity, variety, range, list… ; nombre, variété, gamme, liste…)

  • l’U1 est trop connexe et le caractère collectif n’est obtenu que par anamorphose (network… ; réseau)

  • l’U1 est un tout intégré en désordre ou « second », défectueux par rapport à un premier tout ou bien créé de toutes pièces (jumble ; kit, puzzle ; patchwork, collage, montage ; fatras…)

104Enfin, c’est également la figure du tout intégré qui permet, dans la langue, de collectiviser les unités les plus libres et les moins dociles que sont les animés humains, lorsque body est employé, de façon dérivée et seconde, comme un collectif.

105Cette prégnance plaide pour une définition de l’étiquette de collectif utilisable dans le domaine nominal et pour que cette définition soit la plus pauvre et dépouillée possible, afin de lui conserver un pouvoir heuristique. Il est souhaitable que cette définition soit transportable d’une langue à l’autre et soit ainsi dotée d’une réelle portée en linguistique générale. Il me semble tout aussi souhaitable que la définition ait le plus de congruence possible avec les usages métalinguistiques qui sont faits de « collectif » dans le domaine verbal, lorsque l’interprétation collective d’un prédicat s’oppose à une interprétation distributive (voir par exemple et entre autres Massey, 1976 ; Arigne, 2010b). Seule une définition peut empêcher que se substituent à elle des modèles cognitifs dont le linguiste n’est pas toujours conscient. On a vu en effet, dans cet exposé, la façon dont la réflexion du linguiste est enracinée dans l’expérience, fournissant peut-être une nouvelle illustration de l’idée développée par Mark Johnson en 1987 dans The Body in the Mind, lorsqu’il écrit :

  • 18 Cet article a été rédigé à partir du texte d’une communication présentée au XXXXVIIIe Congrès de (...)

« We human beings have bodies. We are “rational animals” but we’re also “rational animals”, which means that our rationality is embodied ». (Johnson, 1987 : xix)18

Top of page

Bibliography

Arigne, Viviane. 1998. Le nom : problèmes de nombre et catégorisation nominale en anglais, Mélanges Jean Tournier, Recherches en linguistique étrangère n° XIX, Annales Littéraires de l’Université de Franche‑Comté : 32-67

Arigne, Viviane. 2005a. Le syntagme N1 of N2 et la référence multiple des massifs anglais, Revue de Sémantique et Pragmatique 17, Presses Universitaires d’Orléans. Orléans : 7-39

Arigne, Viviane. 2005b. Les discrets collectifs face aux massifs : des modes de discrétisation du massif, Parcours linguistiques. Domaine anglais, G. Girard (éd.), CIEREC, Travaux 122, Publications de l’Université de Saint-Etienne : 73-87

Arigne, Viviane, 2006. Les discrets collectifs face aux massifs : des modes de discrétisation du massif (version longue), Cycnos 23, n° 1, Le qualitatif, http://revel.unice.fr/

Arigne, Viviane, 2010a. Synthèse de l’activité scientifique, in Subjectivité et référence. Questions de sémantique, vol. 1, dossier soumis pour l’Habilitation à diriger des recherches, Université Paris-Sorbonne (Paris 4), 153 p. (ms.)

Arigne, Viviane, 2010b. Eléments pour une typologie des noms discrets collectifs, in Subjectivité et référence. Questions de sémantique, vol. 3, dossier soumis pour l’Habilitation à diriger des recherches, Université Paris-Sorbonne (Paris 4), pp. 3-56 (ms.)

Aristote. Les parties des animaux, Paris, Les Belles Lettres, texte établi et traduit par Pierre Louis, 1957, 3e édition, 193 p.

Borillo, Andrée. 1997. Statut et mode d’interprétation des noms collectifs, Cotexte et calcul du sens, Cl. Guimier (éd.), Presses Universitaires de Caen : 105-121

Cruse, D. Alan. 1986. Lexical Semantics. Cambridge. Cambridge University Press, 310 p.

Culioli, Antoine. 1968. La formalisation en linguistique, Les Cahiers pour l’Analyse, n° 9, Paris. Editions du Seuil : 106-117

Dessaux, Anne-Marie. 1976. Déterminants nominaux et paraphrases prépositionnelles : problèmes de description syntaxique et sémantique du lexique, Langue française, 30 :  44-62

Flaux, Nelly. 1998. Les noms collectifs, Analele Universitatii din Timisoara XXXIV-XXXV, Seria stinte Filologice : 31-45

Flaux, Nelly. 1999. A propos des noms collectifs, Revue de linguistique romane, n° 251-252, Strasbourg : 471‑502

Flaux, Nelly, Glatigny, Michel, Samain, Didier (éds).1996. Les noms abstraits. Histoire et théories. Actes du colloque de Dunkerque, 15-18 septembre 1992, Presses Universitaires du Septentrion, 406 p.

Galmiche, Michel, Kleiber, Georges. 1994. Sur les noms abstraits. In G. Kleiber, Nominales, Essais de sémantique référentielle, 1994, Paris, Colin, 48-64 (repris in N. Flaux, M. Glatigny, D. Samain (éds.), 1996, Les noms abstraits, Histoire et théories, 1996, Actes du colloque de Dunkerque, 15-18 septembre 1992, Presses Universitaires du Septentrion : 23-40)

Girard, Geneviève (éd.). 2005. Parcours linguistiques. Domaine anglais, CIEREC, Travaux 122, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 290 p.

Grinevald, Colette. 1999. Typologie des systèmes de classification nominale, La catégorisation dans les langues, Faits de Langues 14, pp. 101-122

Guedj, Denis. 1996. L’empire des nombres. Paris. Gallimard, 176 p.

Guimier, Claude. 1997. Cotexte et calcul du sens. Caen. Presses Universitaires de Caen, 245 p.

Huddleston, Rodney. 1984. Introduction to the Grammar of English. Cambridge. Cambridge University Press, 483 p.

Huddleston, Rodney & Pullum, Geoffrey K. 2002. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge. Cambridge University Press, 1842 p.

Jackendoff, Ray. 1991. Parts and Boundaries, Cognition, 41 : 9-45

Jespersen, Otto. 1909. A Modern English Grammar on Historical Principles, in seven parts. London. George Allen & Unwin et Ejnar Munksgaard, Copenhagen (2e édition, 1948, 514 p.)

Jespersen, Otto. 1924. The Philosophy of Grammar. London. George Allen & Unwin (1992. Chicago. University of Chicago Press edition, 363 p. ; trad. française : La philosophie de la grammaire, 1971, Paris. Editions de Minuit, 513 p.)

Jespersen, Otto. 1933. Essentials of English Grammar. London. George Allen & Unwin, 387 p.

Johnson, Mark. 1987. The Body in the Mind. The Bodily Basis of Meaning, Imagination, and Reason. Chicago and London. The University of Chicago Press, 233 p.

Kleiber, Georges. 1994. Nominales, Essais de sémantique référentielle. Paris. Colin, 247 p.

Kleiber, Georges. 1999. Problèmes de sémantique. La polysémie en questions. Villeneuve d’Ascq. Presses Universitaires du Septentrion, 220 p.

Klein, Ernest. 1966 / 1977. A Comprehensive Etymological Dictionary of the English Language. Amsterdam, London, New York. Elsevier Publishing Company, 844p.

Lakoff, George et Nuñez, Rafael E. 2000. Where Mathematics Comes From. New York. Basic Books, 492 p.

Lammert, Marie. 2010. Sémantique et cognition. Les noms collectifs. Genève. Librairie Droz, 518 p.

Massey, Gerald J. 1976. Tom, Dick and Harry, and all the King’s men, American Philosophical Quarterly, 13 : 89-107

Michaux, Christine. 1992. The Collectives in French: A Linguistic Investigation, Lingvisticae Investigationes XVI, 1 : 99-124

Onions, Charles Talbut. 1966. The Oxford Dictionary of English Etymology. Oxford. Oxford University Press, 1025 p.

souesme, Jean-Claude. 1992. Grammaire anglaise en contexte. Gap. Ophrys, 374 p.

Dictionnaires consultés : abréviations

Cambridge Advanced Learner’s Dictionary, 2008 : CALD08

Cambridge International Dictionary of English, 1995 : CIDE95

Collins English Dictionary, 1998 : CED98

Oxford Advanced Learner’s Dictionary, 2000 : OALD00

Petit Robert, 1990 : PR90

Top of page

Notes

1 Jespersen signale que ces noms sont à distinguer des collectifs singuliers train, library et forest, précédemment évoqués, puisque ils donnent au verbe une forme de pluriel (Jespersen, 1909 : 93). Il précise plus loin que « Grammar, as well as logic, must count with the fact that some words may in one respect, or originally, be singular and yet express a plural idea and therefore be treated as plurals ». Il se démarque en cela de Sweet qui, dans son ouvrage de 1900, A New English Grammar, Logical and Historical, considère les suites these vermin et many cattle comme agrammaticales (Jespersen, 1909 : 101).

2 C’est bien, chez Flaux, la notion de limite caractéristique du discret et du tout intégré qui aide à définir la notion de collectif appliquée aux noms. Elle distingue en effet entre des noms collectifs « purs » comme bouquet, et des noms collectifs « mixtes » comme forêt, famille et foule, les mixtes pouvant voir leur limite abolie par certains déterminants : de la forêt, de la famille (Flaux, 1999 : 481-83 et 487).

3 Cette coexistence est ce qui différencie ces noms de groupes d’animés de certains noms singuliers qui sont transparents au nombre d’un deuxième nom et ont justement besoin d’un N2pl pour que l’on observe un désaccord. Dans ces cas-là, le désaccord ne coexiste pas avec la possibilité d’un accord : a number of spots have / *has appeared (Huddleston, 1984 : 242, Huddleston & Pullum, 2002 : 501 ; voir aussi 7. 3 infra).

4 Pour plus de précisions sur « type » et « abstraction », voir par exemple Galmiche et Kleiber, 1994, ainsi que Flaux, Glatigny et Samain, 1996.

5 La liste de noms de quantité donnée par Dessaux ne se veut pas exhaustive.

6 On verra plus loin (7. 1), avec des noms comme sequence, le cas de séries proprement temporelles.

7 Ceci est à rapprocher des remarques de Jackendoff (1991 : 20-24) sur des noms tels que committee, herd, flock et group, auxquels n’est associée aucune forme inhérente.

8 Le nom série est également mentionné par Dessaux (1976 : 62) ainsi que, comme nom de quantité, par Borillo (1996 : 109‑10). Pour quelques remarques sur l’anglais series analysé comme une série « abstraite » qui n’est fondamentalement ni spatiale ni temporelle, voir Arigne (2006, II. 1. a).

9 Ceci vaut autant pour l’anglais group (this group of sonnets, a group of 300 UK companies, our study group of 18 patients, a much wider group of the electorate) que pour groupe en français. Cela n’empêche pas les lexèmes groupe et group d’être mentionnés par la totalité des auteurs, probablement en raison de la compatibilité de ces noms avec des U2 tridimensionnelles, qu’il s’agisse d’animés ou non, qui peuvent être effectivement visualisées dans un espace en trois dimensions, ce qui permet à l’U1 group(e) d’accéder, elle aussi dans ces cas-là, à l’espace tridimensionnel, contrairement à series qui reste dans un schéma unidimensionnel.

10 L’analyse de range comme collection de types est ce qui le constitue comme un type particulier de nom discret collectif dont il peut apparaître comme le modèle. Il faut toutefois tenir compte de l’existence d’une autre interprétation semblable à celle de choice ou assortment (6. 2), avec lesquels des occurrences sont rassemblées en vertu de leur représentativité par rapport au type. Et, on le sait, le type n’étant présenté que par le biais du support d’une occurrence, occurrences et types sont, dans les deux interprétations, présentés ensemble. L’interprétation, et donc la classification, s’appuie sur les degrés respectifs de saillance de l’une ou l’autre de ces entités.

11 Onions (1966 : 738) donne le nom range comme relié au vieux-français range formé sur rang, tandis que rank est à rattacher au vieux-français ranc, aujourd’hui rang. En ce qui concerne rank, Klein (1966 / 1977 : 616) précise que le vieux‑français range dont le nom est issu est une variante de « rengerow, rank”, back-formation fr. rangierto place in rank” », le verbe rangier étant lui-même issu du nom ranc, c’est-à-dire rang.

12 L’hyponymie, donnée non seulement par des unités lexicales mais aussi par des expressions, déborde alors le simple domaine de la sémantique lexicale.

13 Sur array et assortment, voir par exemple Arigne (2005a : 25-26).

14 Sans toutefois viser à la représentativité des occurrences vis-à-vis des types et donc à une classification (cf. 6. 2 plus haut et Arigne, 2006, IV. 4.)

15 On note qu’en français, le tout intégré premier et supérieur qu’est le fauteuil est à … « monter », verbe que l’on retrouve comme base dérivationnelle dans le nom montage en (131) (8.1.3).

16 La morphologie de collage est à cet égard intéressante. En effet, l’action de coller des éléments sur une même surface est ce qui permet de les rassembler sur un plan et, dans cet espace bidimensionnel, d’assurer au tout la connexité qui en fait un tout intégré. C’est donc ici la colle, artefact humain, qui permet d’obtenir ce caractère cohesive que mentionnait Cruse dans son analyse du tout intégré (Cruse, 1986 : 169 ; voir aussi 1. 1 ici même). On note que les deux noms collage et montage comportent tous les deux le suffixe -age qui permet de dériver un nom d’un verbe, et de désigner soit le processus auquel renvoie le verbe soit, comme ici, le résultat de ce processus (pour d’autres remarques sur montage, voir aussi note 16 supra).

17 Mais comme nom collectif impur, parce que « mixte » ; voir note 3 supra.

18 Cet article a été rédigé à partir du texte d’une communication présentée au XXXXVIIIe Congrès de la SAES sur le thème de « la résurgence » le 17 mai 2008. Une première version écrite a été soumise en septembre de la même année, mais une publication ne voit le jour que trois ans plus tard, en 2011. Dans l’intervalle, a été publié un ouvrage de linguistique francisante (Lammert, 2010) qui tente de dresser une typologie des noms collectifs et d’en circonscrire la classe. Il est, bien entendu, impossible de rendre justice à ce volumineux travail en quelques lignes de note. Néanmoins, à seule fin de compléter et de mettre à jour la présente étude, je signalerai ici brièvement quelques points concernant le contenu de cet ouvrage. Tout d’abord, les noms collectifs massifs y sont pris en compte, tandis que les pluralia tantum, en raison de leur « morphologie plurielle » se voient refuser le caractère de collectif (Lammert, 2010 : 473 et 194 ; cf. 2. 4 supra). Ensuite, s’agissant des listes proposées, je n’ai trouvé nulle part mention de noms tels que diaspora (contrairement à lectorat et clientèle (7. 2 et Arigne, 2010a : 108), fatras, fouillis, etc… (8. 1. 1), succession et séquence (contrairement à suite, envisagé justement dans sa dimension temporelle (Lammert, 2010 : 258)), variété et diversité, ou encore collage, patchwork, kit, etc… (8. 1). Enfin , sont également absents corpus et nombre.

Top of page

References

Bibliographical reference

Viviane Arigne, « La figure du tout intégré et les noms discrets collectifs », Anglophonia/Sigma, 15 (30) | 2011, 59-99.

Electronic reference

Viviane Arigne, « La figure du tout intégré et les noms discrets collectifs », Anglophonia/Sigma [Online], 15 (30) | 2011, Online since 20 April 2015, connection on 23 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/389 ; DOI : 10.4000/anglophonia.389

Top of page

About the author

Viviane Arigne

Université de Paris 13 – CRIDAF EA453, PRES Sorbonne Paris Cité.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org