Skip to navigation – Site map

« You little zit! » ou quand une sitcom américaine est génératrice d’insultes

Étude de deux patrons productifs : le vocatif et l’impératif
Vincent Hugou
p. 119-143

Abstract

This study focuses on two productive constructions of insults in English: the vocative and the imperative. The corpus consists of the 261 episodes of an American sitcom, Married with Children (1987-1997), where innovative insults can be found in great quantity. Our main goal is to determine how readily the speaker comprehends an innovative insult. We assume that there are syntactic, semantic, morphological and phonological  « hints » in the newly-formed insult which better enable the retrieval of the construction on which the new form is modelled, and which thereby facilitate comprehension. We asked informants to evaluate the degree of prototypicality of these innovative insults, outside of their context of origin, in order to determine which hints are more relevant than others and if comprehension is still possible below a quantitative threshold. Results indicate that some hints are more relevant than others and that the number of hints is not a necessary condition to decode the new insult. They also often point to the insufficiency of the construction, which cannot alone convey meaning: full understanding requires recourse to context and suprasegmental factors.

Top of page

Full text

Nos remerciements vont aux collègues suivants, pour leurs relectures et leurs remarques judicieuses : Grégory Furmaniak, Geneviève Girard-Gillet, Mathilde Pinson et Bertrand Richet. Nous remercions également les deux relecteurs anonymes de ce travail, à qui nous sommes redevable de précieuses remarques.

Introduction

1Chaque locuteur possède un stock d’insultes prêtes à l’empl oi qu’il peut choisir d’utiliser comme telles ou à partir desquelles il peut innover. C’est d’ailleurs un des domaines où la création lexicale s’exerce à plein : il n’est que de songer aux joutes lexicales sério-comiques dans le vernaculaire noir américain (Labov, 1972) et dans les cours de récréation (Jay, 1992 ; Meunier, 2009), au « ranting » sur l’Internet (Cislaru G., 2010), ou encore à l’Urban Dictionary1 où chacun est libre de consigner en ligne ses dernières trouvailles en la matière.

2Mais cette créativité florissante et inépuisable n’est, en définitive, que relative puisqu’elle est commandée par des patrons plus ou moins spécifiés lexicalement (par exemple, « you big fat+N », « V+GN+and+die ») et dont le degré de productivité varie en fonction de contraintes linguistiques et pragmatiques. Ces patrons sont des idiomes constructionnels, au sens de Jackendoff (2002), ou des constructions affichant une corrélation systématique entre forme et sens, comme dans le cadre théorique des grammaires de construction (plus particulièrement, Goldberg, 1995).

3Si l’on soumet, par exemple, l’insulte innovante lick a wall socket! à des locuteurs anglophones, en prenant soin toutefois de la détacher de son contexte d’énonciation, on s’aperçoit qu’ils identifient sans trop de peine l’insulte potentielle qu’une telle forme pourrait déclencher, alors qu’ils ne l’ont jamais entendue ou lue auparavant.

4Ceci nous conduit à penser qu’il y aurait des éléments capables de fonctionner comme des indices adressés au destinataire. Ces indices permettraient de récupérer la construction originelle sur laquelle l’insulte innovante a été formée. On peut s’interroger sur leur nature (indices phonologiques ? Indices syntaxiques ?...), leur pertinence (certains facilitent-ils plus que d’autres la compréhension et la récupération mémorielle du patron ?), leur nombre (est-il nécessaire d’en repérer plusieurs ou un seul indice peut-il parfois suffire ?) et leur absence (quels facteurs peuvent suppléer quand les indices font défaut ou sont ambigus ?).

5Notre corpus est constitué des 261 épisodes d’une sitcom américaine, Married with Children, créée par R. Leavitt et M. Moye, dont la production s’étale de 1987 à 1997. Nous nous attachons plus précisément à deux patrons donnés pour typiques de l’insulte dans les situations d’interlocution : les insultes au vocatif (avec ou sans you en amorce) et les insultes apparaissant dans des énoncés prédicatifs, plus particulièrement l’impératif (« impératifs-insultes » désormais).

6 Après avoir opéré, dans une première partie, les cadrages théorique et méthodologique, nous nous intéressons, dans une deuxième partie, aux caractéristiques et au fonctionnement de l’insulte vocative et de l’impératif-insulte en général. Puis, dans une troisième partie, les données du corpus reçoivent un traitement à la fois quantitatif et qualitatif : quelle est la variété et la distribution des « insultes innovantes » dans le corpus ? Dans quelle mesure s’inscrivent-elles dans le sillage d’insultes usuelles et attestées ? Enfin, sur la base d’une enquête avec des locuteurs natifs, nous essayons de déterminer comment un anglophone parvient à reconnaître une insulte, lorsque celle-ci est créée dans le feu du discours. Quels sont les indices en jeu ?

1. Mise en place des notions et d’une méthodologie

1.1. Quelques définitions

1.1.1. Délimitation de l’objet d’étude

  • 2 Concise Dictionary of English Etymology, 2007, 435.

7Une définition simple du mot « insulte » peut, à travers son étymologie (du latin : in : on, salire : to leap2), se limiter dans une première approche à celle l’assimilant à un acte menaçant pour la face de celui qui la subit (Brown and Levinson, 1987 ; Culpeper, 1996 ; Bousfield, 2008). L’insulteur attribue au récipiendaire un certain nombre de propriétés dévalorisantes, dans la volonté de le rabaisser ou de le blesser. Mais proférer une insulte n’accomplit pas forcément l’acte d’insulter : encore faut-il que l’insulté valide cette insulte en répliquant ou en demandant réparation par exemple (Laforest et Vincent, 2004).

  • 3 Par exemple, selon Hammer, Lagorgette et Larrivée (2004) retiennent le terme « insulte » tandis q (...)

8On prend vite conscience, dans une seconde approche, que l’insulte est un phénomène très vaste et plus difficile à cerner qu’il n’y paraît à première vue. Elle désigne, comme le montre le foisonnement de termes que l’on range sous son chapeau (injures, joutes lexicales, imprécations, malédictions, mises en boîte, insultes ritualisées…), des actes et comportements verbaux parfois très différents. Sa terminologie est d’ailleurs particulièrement flottante, comme le souligne Hammer (2009) dans une discussion portant sur les difficultés définitoires et de typologisation du « champ vexatoire »3.

9Ce sont les manifestations lexico-sémantiques ou syntaxiques les plus évidentes de l’insulte qui ont fait l’objet de nombreux travaux (vocatif, formules malédictives, impératifs, interjections…), mais l’on sait que tout discours peut, dans certaines conditions, provoquer une vexation et faire figure d’insulte, ce qui élargit alors considérablement le champ de recherche (cf. Lagorgette et Larrivée, 2004, pour une revue des études sur le sujet).

10Nous ne ferons pas nôtres les débats sur ces flous terminologiques et, ainsi que nous l’avons déjà précisé, nous ne retiendrons que deux patrons typiques de l’insulte : le vocatif et l’impératif. Ce sont donc des insultes directes puisque l’insulté est présent dans l’interaction. Ces deux patrons affichent un degré de productivité plus ou moins élevé.

1.1.2. Insultes et productivité

11Bybee (1985, 132-134) considère que la productivité d’un patron peut être évaluée à la quantité d’unités nouvelles qu’il peut générer à une période donnée (type frequency). Cependant, l’auteur ajoute que si la fréquence d’occurrence d’une instanciation nouvelle (token frequency) peut contribuer à l’installer de façon durable dans la langue, cette fréquence ne renforcerait pas la productivité du patron. Ainsi, l’insulte fuck you! qui est, sans conteste, installée dans la langue et listée dans le lexique mental, est modelée sur le patron « V+you » qui a néanmoins une productivité très restreinte dans l’état actuel de la langue, si l’on s’en remet à l’absence de créations nouvelles sur ce modèle depuis quelque temps et au petit nombre d’unités dans lesquelles sa présence est attestée. On notera, tout au plus, quelques variantes paradigmatiques, dont bugger you!, sod you!, screw you!. A l’inverse, le patron « (go)+V+GN » est productif synchroniquement, en ce qu’il peut générer de nombreuses formations nouvelles, dont certaines se sont d’ailleurs installées dans la langue : go fly a kite!, go jump in the lake!, par exemple.

12Bybee (2010, 90) précise également que les variables d’un site syntaxique ont chacune leur propre degré de productivité. Nous verrons que l’exemple du patron « V+GN+and+V’ » est intéressant à cet égard : si le champ des possibles est étendu pour sa première variable, « V », la dernière variable « V’ », quant à elle, est beaucoup plus contrainte, puisqu’elle ne semble accueillir que le verbe die.

13Enfin, il semblerait que les variations dans le stockage, la taille des familles, la fréquence de contact avec les instances individuelles d’un patron ont très probablement des conséquences sur l’accessibilité des formes, sur les possibilités d’en inférer un schéma abstrait et sur les préférences des locuteurs lorsqu’il s’agit de forger une nouvelle forme sur le modèle d’une unité existante. En toute logique, plus un patron est susceptible d’accueillir un grand nombre d’unités et de générer des formes nouvelles, plus ces formes nouvelles ont de chances d’être immédiatement reconnues, comprises et acceptées (Bybee, 2010). Nous verrons si ces corrélations sont observées dans le corpus.

14Voyons à présent en quel sens devront être pris les termes « insultes innovantes » et « insultes conventionnelles ».

1.1.3. Insultes innovantes et insultes conventionnelles

15Nous nous appuyons sur un critère différentiel selon lequel est innovant tout ce qui n’est pas « attesté » et installé dans le lexique d’une communauté donnée et à un moment donné. Nous emploierons désormais « insulte innovante » et « insulte conventionnelle ».

16Comment identifier une « insulte conventionnelle » et comment déterminer si elle constitue un représentant de sa classe (« central member », Bybee, 2010) ? Il nous semble que l’application conjointe d’au moins trois critères peut, sinon aboutir à une certitude, permettre du moins de réunir un faisceau suffisant de présomptions.

17Nous devons :

i) consulter les corpora de référence4 et ne retenir que les unités de haute fréquence ;

ii) nous tourner vers les dictionnaires en sachant que la justesse du verdict dépend de la représentativité et de l’étendue du corpus lexicographique que nous constituons ;

iii) soumettre les résultats à des locuteurs anglophones.

18Entendons-nous également sur un autre point : ce critère différentiel ne reste qu’un outil de travail, un étalon à partir duquel nous repérons les insultes dites innovantes. Il est certain que ces « couples » linguistiques (insultes innovantes/insultes conventionnelles), contrairement à ce qu’ils peuvent suggérer, ne s’organisent pas selon des oppositions tranchées, entre le tout et le rien.

  • 5 Pour ne pas encombrer les pages, nous avons renoncé à indiquer la saison et l’épisode dans lesque (...)

19C’est donc plutôt une conception scalaire de l’innovation que nous revendiquons, à la suite de Sablayrolles (1996, 2000) par exemple, et nous postulons un continuum qui va des « insultes résolument innovantes » aux « insultes conventionnelles », avec, en positions intermédiaires, de nombreuses autres formes, variables dans leur statut, leur taille et leur complexité : expansion adjectivale d’une insulte conventionnelle, détournement à des fins ludiques ou euphémiques (ice-hole pour ne pas dire asshole), simple glissement de domaine d’application (par exemple, traiter son mari de you slut, tramp! Hussie, libertine!, comme c’est le cas dans un épisode de la Saison VII5) ou encore combinaison inédite de lexèmes, etc. Des exemples seront fournis dans la suite du travail.

1.2. Corpus et méthodologie retenue

1.2.1. Brève présentation de la sitcom

20Quelques précisions sont indispensables pour bien situer la question des « insultes innovantes » à l’intérieur d’un ensemble plus vaste.

21Il faut d’abord garder présent à l’esprit que la famille Bundy est une famille dysfonctionnelle par excellence, un monde où l’autorité et la morale sont sans cesse bafouées et où les deux valeurs sur lesquelles la famille est censée reposer, l’amour conjugal et la voix du sang, sont tournées en dérision entre frère (Bud) et sœur (Kelly), entre mari (Al) et femme (Peggy), entre parents et enfants. L’insulte trouve alors toute sa force et sa raison d’être dans un milieu où aucun personnage ne cherche vraiment à préserver le caractère harmonieux des relations interpersonnelles et où tous les actes verbaux et non-verbaux (médisance, moqueries, violation des notions de territorialité, échanges à coloration agonale, etc.) constituent des actes potentiellement menaçants (Brown and Levinson, op.cit. ; Culpeper, op.cit.).

22A noter, par ailleurs, que l’innovation ne se manifeste pas exclusivement au travers des insultes et que l’arsenal diversifié des procédés de formation du lexique est exploité dans toute la sitcom. On trouve, par exemple, des conversions (you beaked me ; don’t go boingoing around the house), des constructions avec des particules (all partied out), des amalgames (Oprah-holic), des changements de construction (your pimple is squirting me), etc.

23Mais même en contexte fictionnel et dans une comédie farcesque qui a ses nécessités propres et où les traits linguistiques sont isolés et grossis au point d’enlever aux échanges la souplesse de la conversation spontanée, l’innovation continue de s’inscrire dans le sillage d’autres insultes et patrons installés dans la langue.

1.2.2. Dépouillement du corpus et tri des données

24Le corpus réunit les 261 scripts de la sitcom6 téléchargés dans un fichier et comprend environ 820 000 mots. Deux démarches complémentaires ont été envisagées :

i) dans un premier temps, nous avons eu recours au concordancier AntConc 3.2.1. qui a permis d’effectuer des requêtes par expressions régulières à l’aide du caractère joker. Par exemple : (You+*+*!), (Eat+*+*!), (* *,*!).
Toutes les requêtes ont inévitablement généré des résultats non pertinents qui se sont révélés significatifs pour la suite : par exemple, la requête (* *, *!) n’a pas permis de discriminer les différentes valeurs du vocatif (prénoms, termes affectueux, insultes…), en raison de distributions similaires, mais elle a permis toutefois de s’interroger plus avant sur quels critères, autres que syntaxiques, nous allions devoir distinguer le vocatif-insulte des autres vocatifs ;

ii) même si l’utilisation du concordancier a produit les meilleures moissons, nous avons également estimé utile de parcourir visuellement les 261 scripts dans l’espoir d’y déceler d’autres formes qui auraient « échappé à la vigilance » de la technique.

  • 7 En effet, un commentaire métalangagier aurait sans doute pour effet de rompre la chaîne et d’annu (...)

25Au total, 314 insultes ont été rassemblées. Il a fallu ensuite opérer un tri entre « insultes conventionnelles » et « insultes innovantes » (cf. critères utilisés en 1.1.3.). Il va de soi que l’aspect résolument singulier de certaines insultes relevées dans le corpus nous les a fait classer ipso facto dans la liste des « insultes innovantes » (par exemple : lick a wall socket!) et que certaines insultes conventionnelles immédiatement reconnues comme telles n’ont pas fait l’objet d’une vérification lexicographique ou de sondages auprès de locuteurs natifs (par exemple : you moron!). Notons à ce propos que les « insultes innovantes » n’allant pas de soi, nous aurions pu nous attendre à ce qu’elles fassent l’objet de commentaires métalangagiers de la part du locuteur-insulteur7.

  • 8 Cette mise à l’écart des insultes conventionnelles ne préjuge en rien de l’intérêt que pourrait p (...)

26Au terme de ce tri, 117 insultes ont été classées dans la catégorie « insultes conventionnelles » et 197 dans la catégorie « insultes innovantes ». C’est à cette seconde catégorie que nous allons nous consacrer désormais8.

27En guise de transition, rappelons que c’est le rapport qui existe entre l’insulte innovante et la construction à partir de laquelle elle est modelée qui est au cœur de ce travail. Ce serait une identité partielle entre l’insulte nouvelle et la construction sur laquelle elle se fonde qui permettrait de récupérer la construction originelle. Aussi paraît-il judicieux de s’interroger plus précisément et avant tout sur les propriétés des unités conventionnelles qui pourraient favoriser l’efficacité de cette mise en rapport ou au contraire lui nuire.

2. Étude du fonctionnement de l’insulte vocative et de l’impératif-insulte

28Dans la perspective des grammaires de construction, une construction est liée à une ou plusieurs autres par des relations d’héritage. Nous voulons montrer ici que les constructions plus spécifiques, l’insulte vocative et l’impératif-insulte, héritent de constructions plus générales qui les dominent, à savoir le vocatif et l’impératif en général.

2.1. L’insulte vocative 

29De manière générale, le vocatif (Perret, 1967 ; Charaudeau, 1992) permet au locuteur d’identifier un individu parmi un ensemble d’interlocuteurs possibles dans le même espace de l’interlocution, mais aussi de prendre contact avec celui-ci et de se donner un statut qui l’autorise à l’interpeller. Selon plusieurs axes, dont celui du degré de familiarité ou de distance, on peut distinguer « l’identification du rapport de connaissance » (hey, Peter ; hi, daddy), « l’identification du rapport social » (taxi ! ; colonel !) et « l’identification appréciative du rapport affectif » qui comporte la catégorie des insultes et des termes affectueux (honey; you traitor!) (Charaudeau, ibid., 579-581).

30Ainsi que nous l’avons déjà souligné dans 1.2.2., il paraît a priori difficile de distinguer l’insulte vocative d’un autre emploi du vocatif sur des bases distributionnelles. Zwicky (1974), Crystal (2004) ainsi que Svartvik et Leech (2006) notent que l’anglais américain fait plus grand usage du vocatif qu’il a tendance à placer en fin d’énoncé ou en apposition (et non à l’initiale). Du point de vue de leur syntaxe externe, les vocatifs se positionnent en général après des salutations, des impératifs ou des marqueurs conversationnels.

31C’est l’examen de la valeur lexicale des lexèmes qui s’insèrent dans les constructions au vocatif qui permet de commencer à distinguer l’insulte vocative des autres emplois du vocatif.

32Milner (1978) précise que certains noms chargés d’une plus grande dose de subjectivité sont accueillis préférentiellement, les meilleurs candidats étant les noms de qualité axiologiquement négatifs (bitch, idiot, fart, jerk…). Ceci expliquerait, en outre, la difficulté qu’ont les noms classifiants à faire insulte : ?(you) doctor!, ?(you) teacher!.

  • 9 Cf. Ruwet (1982) pour une critique des thèses de Milner (1978).

33Il est permis de penser, à ce stade de l’analyse, que le patron avec « you » est plus apte à faire insulte. Crystal (ibid., 108) précise que le « you » est toujours chargé (« loaded ») : you, where’s my car?, come on, you!, you awful thing, you!. De même, dans les insultes, le « you » correspond à la mainmise sur l’interlocuteur, qui est alors pointé du doigt : en ce sens, you doctor! est légèrement meilleur que doctor!, tout comme espèce de médecin ! est plus insultant que médecin !9.

34On est également en droit de penser que l’expansion interne par un ou plusieurs adjectifs « subjectifs » d’un nom jugé trop neutre pour faire insulte permet alors de créer, par contamination sémantique, l’effet escompté : (you) dirty doctor!, (you) little teacher!.

  • 10 Par exemple, chez les Afro-Américains, you’re a motherfucker peut être un signe d’admiration et d (...)

35Mais cela n’est pas toujours suffisant… Il existe, en effet, des cas où même la combinaison « adjectif+nom » ne peut rendre prévisible l’apparition de la force insultante ; elle peut même être trompeuse, ainsi que le montrent you old dog!, you little monkey!, you old fart!, you little shit!, you old son of a bitch! qui peuvent exprimer l’affection, la solidarité ou l’insulte en fonction de la situation, de l’intonation, des cultures10.

36Deux autres conditions semblent devoir être réunies pour faire insulte au vocatif, et nous verrons infra que l’impératif-insulte a quelques points communs :

i) il faut qu’il y ait inadéquation du contenu de l’insulte à la réalité de l’insulté. Avec l’insulte au vocatif, celui qui profère l’insulte impose à l’insulté une nouvelle organisation du monde ;

ii) l’insulte au vocatif naît également de la force et de la conviction avec laquelle ses propriétés sont appliquées à autrui. Pinker (2007, 350) parle fort à propos de « charge émotionnelle », Ruwet (ibid., 250), « d’engagement ».

37Nous pouvons reprendre quelques exemples pour illustrer : insulter un médecin de doctor n’a en théorie pas de pouvoir insultant en raison de la parfaite adéquation entre le nom au vocatif et la fonction sociale parfaitement assumée. En revanche, traiter un médecin de stupid doctor, c’est déjà créer une sous-classe d’individus dans la classe des médecins. Ce nouveau découpage est alors « déclassant », porte atteinte à sa face et peut faire insulte. Dans la même veine, traiter un médecin (ou pire, un chirurgien) de butcher peut être également insultant, en ce que l’insulté est placé, par la seule force de l’énonciation, devant une nouvelle définition et une nouvelle image de lui-même. 

38Tout mot semblerait alors avoir vocation à devenir insulte, s’il est énoncé sur un mode phonatoire approprié et dans des conditions adéquates.

39Pour résumer : l’insulte vocative hérite des propriétés plus générales du vocatif (identificatrices, phatiques…) mais sa spécificité, ce qui la distingue du titre ou du terme affectueux, par exemple, est qu’elle doit frapper l’imagination de l’autre et être un acte menaçant pour sa face.

40Une glose serait : par l’usage d’un vocatif en général, je t’identifie et montre que je te reconnais, te caractérise, te qualifie au besoin. Et qui plus est, par l’usage de l’insulte au vocatif, je te « colle » vigoureusement une étiquette, qui n’est pas nécessairement celle que tu souhaites ou que tu perçois de toi, mais que je t’impose par la seule force de mon énonciation.

2.2. L’impératif-insulte

41A part le cas de fuck you! dont la syntaxe est particulière et que Pinker (ibid., 364) analyse comme une extension des formes malédictives damn you!, God damn you! et may God damn you!, les formes conventionnelles des impératifs-insultes (go fly a kite!, kiss my ass!, eat shit!…) sont parfaitement soutenues par la syntaxe. D’ailleurs, une observation de surface ne laisse pas apparaître de différences entre kiss my hands (and go away), darling et kiss my ass (and die), idiot.

  • 11 Nous nous appuyons sur les travaux de Collins, 2006 et Pinker, 2007.

42Ce sont en revanche des manipulations11 qui permettent d’entrevoir des différences qui peuvent ouvrir des pistes sur les spécificités de l’impératif-insulte :

43L’impératif-insulte supporte plus difficilement le rétablissement du sujet (?someone kiss my ass!) alors que l’impératif « classique » l’autorise souvent (you behave yourself!, someone help me!). Plus intéressant encore est le « retour » à la littéralité dans certains cas : someone kiss my ass! pourrait très bien s’interpréter comme une véritable injonction, dans certains contextes… L’effet d’insulte disparaît.

44De même, la négation de l’impératif-insulte met en péril le message (*don’t kiss my ass!) et nous fait de nouveau basculer dans une interprétation littérale. On peut dire alors que l’impératif-insulte est davantage un « cri », non prémédité, qui dépend de ce qui a pu se passer contextuellement, mais qui ne présuppose pas l’assertion inverse, à la différence de l’impératif « classique » (don’t help me! présuppose que l’interlocuteur allait peut-être aider le locuteur).

45Si l’impératif en général avec « go » peut fonctionner avec ou sans « and », avec des différences topolectales (go and wash the dishes!, go wash the dishes!), il paraît en revanche plus difficile d’avoir : ?go and fuck yourself!, ?go and fly a kite!.

46Enfin, le groupe nominal d’un impératif en général peut être modifié par un adjectif, un complément du nom ou une relative (go and wash the green dishes with the liquid soap that I bought at the supermarket yesterday!). L’impératif-insulte ne saurait recevoir d’expansions de ce type (?go fuck yourself with the « XXX » that I bought yesterday!), sauf à prendre le risque de basculer, une fois de plus, vers une interprétation littérale.

47Il semble donc que l’impératif-insulte doive remplir les mêmes conditions que l’insulte-vocative :

i) l’impératif-insulte ne s’inscrit pas dans la littéralité. Son utilisation s’appuie sur des relations préconstruites qui dépendent de nos savoirs présumés partagés qui permettent de déceler, on y revient, l’inadéquation entre ce qui est imposé du dehors et la réalité des faits. Pour qu’il y ait insulte, l’insulté doit éprouver un sentiment de violation d’une certaine logique, une discordance notionnelle ou une non-congruence entre le procès et le référent de l’objet. C’est cette contravention à la norme (morale, par exemple) dont l’insulté prend conscience qui contribue à créer l’effet d’insulte.
Ainsi, le fait de lancer eat shit! frappe par son incongruité et déploie des schémas topiques : if you eat shit, you’ll die/be sick/be humiliated/reduced to an animal. Ainsi en va-t-il également pour des activités sexuelles d’un goût douteux (go fuck yourself!, kiss my ass!) ou des invitations à aller se livrer à des activités improbables et inenvisageables dans l’espace spatio-temporel où se trouvent les participants (go fly a kite! ; on notera d’ailleurs la présence du déterminant indéfini).
En anticipant un peu sur le travail, on voit d’ailleurs que l’on risque de s’exposer à quelques déconvenues si l’interlocuteur ne respecte pas le « contrat » : dans la saison IV, Peggy lance à Al, son époux : drop dead!. Et Al de répondre en feignant de mourir sur son canapé : all right!. Ne supportant plus sa femme et son quotidien, il saisit l’occasion de se retrancher derrière la littéralité de l’énoncé de sa femme alors qu’évidemment l’injonction n’avait pas prétention à être accomplie ;

  • 12 C’est sans doute ce qui peut expliquer en partie la préférence pour la combinaison « impératif-in (...)

ii) à l’instar de l’insulte vocative, l’impératif-insulte doit porter une force émotionnelle et il n’est pas question de tergiverser : il faut insulter vite, bien et puissamment12. C’est ce qui expliquerait l’utilisation de formes majoritairement transitives et la difficulté d’employer le coordonnant « and » : la structure syntaxique mime les intentions illocutoires et participe au sémantisme. Ceci est en outre conforme au principe « closeness is strength of effect » de Lakoff et Johnson (1980, 128-132).

48Pour résumer : en utilisant l’impératif-insulte, j’impose à l’interlocuteur l’obligation non plus d’accomplir un acte, donc de passer d’un événement virtuel à un événement réel, mais de se « projeter » séance tenante par la pensée et d’imaginer qu’il accomplit cet acte. Je modifie alors sa perception du monde en l’ « invitant », par la simple force d’évocation, à s’engager dans un acte qui viole une certaine logique.

49Nous avons mis ici en évidence l’existence de contraintes qui pèsent sur l’impératif-insulte et sur l’insulte au vocatif. Il s’agit de voir à présent si les mêmes contraintes s’exercent sur les insultes innovantes du corpus.

3. Analyse des données

3.1. Les impératifs-insultes du corpus

3.1.1. Patrons préférentiellement sollicités

50Nous avons recueilli 28 impératifs-insultes, dont 25 sont des innovations. Le tableau ci-dessous donne un bref aperçu des principaux patrons qui sont convoqués :

  • 13 Nous ne disposons que d’indices et non de marqueurs absolus pour mesurer la productivité d’un pat (...)

Tableau 1 : impératifs-insultes recueillis dans le corpus
et modèles dont ils s’inspirent13

Patrons

Productivité

Insultes conventionnelles

Quelques exemples d’insultes innovantes et proportions sur le total des 25 formes relevées

V+GN

+

Kiss my ass, eat shit, take a hike

Eat yellow snow, lick a wall socket, chew Dad’s socks (76 %)

Go+V+GN

+

Go fly a kite, go jump in the lake

Go dance alone in your underwear (16 %)

V+GN and V

+/– ?

Eat shit and die

Eat shoe and die, curdle and die (8 %)

V+You

Fuck you, screw you

Ø

V+Pr. Réfléchi

Fuck yourself

Ø

Get+V-en

+/ –?

Get fucked

Ø

51Conformément aux hypothèses formulées par Bybee (op.cit.), on remarque que les patrons les plus productifs de l’anglais sont ceux qui ont engendré tous les impératifs-insultes recueillis dans le corpus.

52Les patrons improductifs ou clos en synchronie n’ont rien généré. Certaines de ces constructions auraient néanmoins pu être rendues disponibles pour la circonstance : un personnage aurait pu forger dans le feu du discours, copulate you!, création ludique qui serait sans doute restée à l’état d’hapax conversationnel, sans espoir de divulgation antérieure, sauf sur le mode de la citation.

3.1.2. Des extensions de l’existant

53Ces innovations s’inscrivent dans le sillage des impératifs-insultes conventionnels. Il suffit pour s’en convaincre de remarquer, à nouveau, les résistances que les impératifs-insultes du corpus présentent à des tentatives de manipulations semblables à celles utilisées dans le 2.2. :

i) le sujet de l’impératif n’apparaît dans aucune des 25 insultes innovantes : *someone lick a wall socket! serait pour le moins incongru ;

ii) toutes les insultes sont des injonctions positives. De la même manière, *don’t eat toe rot! renverrait à un énoncé littéral et présupposerait que l’interlocuteur s’apprêtait à manger quelque chose de peu ragoûtant ;

iii) leur structure syntaxique se superpose à celle des impératifs-insultes conventionnels : les verbes utilisés sont employés transitivement (mais il y a des exceptions : curdle and die!) ; aucune attestation ne correspond au patron « go and+V », ce qui ferait perdre de son urgence à l’insulte proférée (?go and eat yellow snow!) ; on a également affaire à des formes brèves, souvent construites sur un rythme ternaire ou quaternaire : eat a bug!, wet a bed!, eat shoe and die!, lick a wall socket! ;

iv) émergent également des constantes lexicales, à l’initiale  (eat/chew/lick), ce qui rappelle des insultes par ailleurs attestées : eat shit!, eat my shorts!, lick my ass! ;

v) certaines variables ont un fonctionnement syntactico-sémantique similaire aux insultes conventionnelles : shoe et shit sont des massifs concrets dans eat shoe/eat shit et l’impossibilité dans la variation des constituants en nombre ?eat shoes met encore plus en lumière le parallèle entre ces deux formes ; le déterminant « a » s’interprète de façon générique dans lick a wall socket à l’instar de go fly a kite… ;

vi) le « principe de discordance » est respecté. On « invite » l’interlocuteur à :

  • se livrer à des activités étranges, parfois frappées d’un certain tabou : go dance alone in your underwear! (sur le modèle de go fly a kite!) ;

  • se projeter dans des situations dangereuses dont l’issue est soit implicite (lick a wall socket!) ou explicite (curdle and die!) ;

  • se livrer à des actions sur lesquelles le récipiendaire de l’insulte n’a normalement pas de prise : wet a bed!, grow a face!. L’emploi de l’impératif semble difficile avec des verbes n’ayant pas un sujet actif ou le trait /+contrôlable/.

54Cette discordance ne saurait être confondue avec une quelconque violation des restrictions de sélection : avec le verbe eat, par exemple, l’objet affecté doit être une substance non liquide. Donc, rien n’empêche, après tout, de manger des chaussures… ! En revanche, ?drink shoe! produit une phrase sémantiquement anormale (même si tout dépend, on le sait, des capacités de l’interlocuteur à imaginer une situation qui permettrait d’interpréter certaines phrases…). On verra, dans les tests auprès d’informateurs, si une déviance à la norme linguistique (drink shoe!) peut alors encore véhiculer l’effet d’insulte.

3.1.3. Le cas particulier des détournements

55Le cas de eat shoe and die nous interroge sur les processus à l’œuvre : nous pensons que c’est l’unité conventionnelle eat shit and die, et non le patron sous forme plus ou moins schématique, qui a fait l’objet d’un détournement, en substituant shoe à shit.

56Ce jeu linguistique s’effectue dans un contexte parfaitement stable tant à gauche qu’à droite (eat ---- and die) et si l’on s’éloigne trop de la forme originale, le message risque de ne plus porter sur le récepteur qui doit, pour comprendre l’insulte « cachée », retrouver l’unité conventionnelle originelle dans un coin de sa mémoire. Imaginons, par exemple, les difficultés que pourraient soulever des « multi-détournements » que l’on opérerait sur une seule et même forme conventionnelle : eat shit and die > eat shoe and die > chew socks and die > chew socks and cry… Nous reviendrons sur ce point plus tard dans l’exposé.

  • 14 Ce sont également, dans le cadre de la sitcom, d’autres considérations qui guident ces choix : le (...)

57Un locuteur américain nous signale que ce procédé qu’il baptise « close sounding » s’avère très fréquent chez les enfants, les jeunes adolescents ou en leur compagnie14 : eat shoe/eat shit, fudge you/fuck you, vacuum/fuck you, what the hay/what the hell ou encore, comme dans la sitcom, icehole/asshole.

3.2. Les insultes au vocatif du corpus

3.2.1. Examen des récurrences

58Les récurrences observées se situent non seulement au niveau des patrons du vocatif, donc au point de vue structurel, mais aussi au niveau des groupes nominaux qui y sont insérés.

i) Patrons des insultes au vocatif 

Tableau 2 : répartition des insultes au vocatif dans le corpus

…, GN

…, you+GN

GN of a GN

Nom

57 %

10 %

4 % (ex. stupid, useless, meat by-product of a dog!)

Little+Nom

13 %

12 %

Autre adjectif+Nom

2 %

2 %

ii) Bref inventaire des groupes nominaux qui apparaissent dans les patrons 

  • 15 A la suite de Booij (2008) par exemple, plutôt que de parler de procédés de formation du lexique, (...)

59Le fait que de nombreux exemples sont la résultante de combinaisons multiples de procédés15 nous empêche de fournir des pourcentages ; cette présentation reste alors descriptive.

  • Déformation du signifiant : noms propres en partie déformés au point de devenir insultants (Mr. Vanderdoody pour Mr. Vandergelder) ou, au contraire, substitutions paraphoniques aux pouvoirs euphémisants (ice-hole pour asshole).

  • Métaphores zoomorphiques (toad boy, warthog) ou végétales (corn nut), synecdoques particularisantes (little zit, pizza face).

  • Composés exocentriques (pimple farm, pizza face).

    • 16 Cf. 4.3.1. pour une explication.

    Antonomases (Bundy)16.

  • Détournements (boy-go-round, pour désigner une fille facile, sur le modèle de merry-go-round).

  • Jeux sur les états de langue, décalages cocasses (sweet harlot, degenerate little ingrate).

  • Créations pittoresques (Pimplestiltskin, Mr. Squeeze-it).

  • Formations délocutives (she-whose-head-can-never-be-seen-in-a-car).

3.2.2. Des extensions de l’existant

60Sans entrer dans les détails, il est facile de montrer que les insultes innovantes au vocatif sont sensibles aux mêmes contraintes et conditions que les insultes conventionnelles leur correspondant :

i) elles figurent toutes, sans exception, en incise finale ou en apposition ;

ii) un bref parcours des GN ci-dessus permet de constater également que nombre d’entre eux sont axiologiquement négatifs et mobilisent, du moins à un certain niveau de généralité, les mêmes domaines notionnels productifs que ceux que l’on trouve dans la langue actuelle (cf. Hugues, 2006 ; Jay, op.cit. pour plus de détails) : les insultes sur le physique, sur la bêtise et sur le comportement en société (mœurs, expérience sexuelle) se taillent la part du lion dans le corpus.
On se bornera à constater aussi qu’il y a des degrés dans les insultes, certaines relevant de la taquinerie (corn nut) ou d’antiphrases (sweet harlot), d’autres étant résolument déclassantes (warthog). On perçoit également sans peine que les domaines notionnels, que l’on peut distinguer en droit, ne sont pas étanches dans la pratique (par exemple, strawhead lancé par un personnage à l’encontre de Kelly, jeune blonde écervelée, touche à la fois à son physique et à sa bêtise) ;

iii) le sentiment d’inadéquation, dont nous avons parlé plus tôt, peut être perçu, indépendamment de tout contexte. Par exemple, les synecdoques particularisantes, qui se concentrent volontairement sur une partie pour parler du tout, soulignent le nouveau découpage du monde que l’insulteur impose à l’insulté. En traitant quelqu’un de little zit!, donc de petit bouton/petite pustule, l’insulteur réduit son interlocuteur à un caractère unidimensionnel. Celui-ci peut être parfaitement conscient de ce « défaut », mais ne tient sûrement pas à y être réduit, de là l’inadéquation, la distorsion qui fait insulte. De là également la réplique défensive envisageable : « arrête de m’insulter, je ne suis pas qu’un bouton tout de même ! ». Il est d’ailleurs intéressant de constater qu’en utilisant une insulte innovante, l’insulteur se munit de deux stratégies pour atteindre sa cible : en innovant, il affirme son pouvoir sur la langue en se permettant de jouer avec elle et en insultant, il se positionne, comme on l’a vu, dans l’échange langagier en menaçant la face de son interlocuteur.

61Revenons maintenant sur notre hypothèse de départ : nous venons de voir que c’était dans l’extension qui était faite des patrons que résidait l’innovation. Dans certains cas, la construction d’origine est encore reconnaissable (on en a donné un exemple patent avec eat shit/shoe and die!) alors que des insultes comme wet a bed! semblent a priori moins suggestives de la construction sur laquelle elles sont modelées. Nous voudrions déterminer alors quels indices syntaxiques, morphologiques, sémantiques et phonologiques peuvent aider à la récupération mémorielle et à la compréhension de ces insultes innovantes. Est-ce que certains indices sont plus pertinents que d’autres ? Peut-on supposer que plus le nombre d’indices est élevé, plus le sujet interprétant est susceptible de reconnaître et de décoder l’insulte ?

4. Construction du sens et prégnance des constructions originelles

4.1. Evaluation du degré de conformité avec les constructions d’origine

4.1.1. Repérage des indices

62Nous fournissons ici deux exemples qui permettront au lecteur de mieux comprendre notre démarche.

i) Considérons tout d’abord la forme ice hole relevée dans le corpus. Quels indices sont susceptibles de mettre sur la voie de asshole, si on débarrasse l’insulte des contingences événementielles de son énonciation ?
On relève au moins trois indices qui peuvent fournir des points d’accroche :

  • la présence de hole (indice lexical) ;

  • la composition en « N+N » de ice-hole qui s’inscrit dans le même paradigme que asshole (indice morphologique) ;

  • la paire minimale ice/ass (indice phonologique) ;

  • l’indice syntaxique, quant à lui, nous paraît être faible, en raison du caractère non discriminant de la position syntaxique des vocatifs (cf. 2.1.).

Mais alors qu’adviendrait-il de ash-hill si cette forme avait surgi ? Peut-on lui accorder le même crédit si l’indice lexical (hole) « tombe » et qu’il ne reste que deux indices ? Sont-ils suffisamment saillants ? Est-ce que l’adjonction d’un adjectif intensif (little/dirty ash-hill) permettrait de récupérer l’effet d’insulte ?

ii) Considérons maintenant l’impératif-insulte eat yellow snow!.
On compte au moins cinq indices :

  • un indice syntaxique, faible a priori, en raison de l’isotaxie entre impératif-insulte et impératif classique (cf. 2.2.) ;

  • un indice lexical avec, en amorce, le verbe eat (comme dans eat shit and die, par exemple) ;

  • le rythme ternaire est susceptible de rappeler d’autres insultes conventionnelles (take a hike) ;

  • la logique ordinaire est violée (on ne mange pas de la neige) ;

  • le syntagme yellow snow contrevient à un ensemble de croyances informulées, d’images répandues, du moins dans nos cultures : neige = blanc = pureté, propreté. La couleur jaune « déclasse » la neige.

63Un test entrepris auprès de locuteurs anglophones permettra de commencer à vérifier nos hypothèses.

4.1.2. Test auprès d’informateurs

  • 17 Ce test rencontre des limites : tout d’abord, en raison du caractère éminemment relatif des jugem (...)

64Pour les besoins de l’expérience, nous prenons soin d’enlever les insultes mises sous examen de leur contexte d’énonciation17. L’objectif du test est de vérifier de quelle manière la prégnance des constructions originelles (qui peuvent être des formes plus ou moins schématiques ou des unités conventionnelles) se manifeste au travers des insultes innovantes.

65Il a été retenu vingt Américains âgés de 25 à 40 ans à qui l’on a distribué un questionnaire écrit, en randomisant l’ordre de présentation des items et en les présentant sous forme de livrets (une page = une insulte) ou de courriels espacés dans le temps (un courriel = une insulte), afin de réduire un quelconque effet d’apprentissage.

66Quelques exemples fabriqués par nos soins ont été glissés : ils correspondent à nos hypothèses de travail (drink shoe! Cf. 3.1.2. ; chew socks and cry! Cf. 3.1.3. ; ash-hill! Cf. 4.1.1.) ou bien font fonction de distracteurs (drink up your milk!).

67Deux questions ont été posées : d’abord, « put a number to assess the degree of prototypicality for each “potential insult :

1 = A (rather) good example of an insult

2 = Odd but could be perceived as an insult with a stretch of the imagination

3 = Not an insult to me » ;

puis, « If you answered 1 or 2, could you explain what “clues” helped you recognize an insult? ».

4.2. Résultats et synthèse interprétative

4.2.1. Résultats du test

  • 18 Que le lecteur veuille bien nous pardonner l’utilisation de formes abrégées dans les titres du ta (...)

68Les 8 premières colonnes du tableau ci-dessous rassemblent nos hypothèses18 ; la dernière colonne indique la moyenne des résultats (degré de prototypicalité sur une échelle 1-2-3) des 20 retours : les chiffres proches de 1 signalent que l’on se rapproche de ce que l’on pourrait appeler une insulte prototypique.

69Les renseignements fournis par les informateurs (question deux du test) ont été supprimés, en raison du manque de place, mais nous en reparlons plus loin.

70En gras, les insultes innovantes effectivement utilisées dans la sitcom. Les autres insultes sont de notre cru.

Tableau 3 : hypothèses de travail et résultats du test

Nbe total d’ind.

Ind. synt.

Ind. morph.

Ind. sémant.

Ind. lex.

Inadéquation

Non-congruence

Ind. phon.

Moyenne des

résultats

Ash-hill!

3

(+)

+

Saleté ?

Ash/ass

2,8

You little ash-hill!

4

+

+

Saleté ?

Ash/ass

2

Ice-hole!

3

(+)

+

Hole

Ice/ass

2,2

Eat soup!

3

+

Eat 

Pas d’inadéquation entre eat et soup

2,6

Eat my soup!

3

+

Eat 

Pas d’inadéquation entre eat et soup

2,8

Eat shoe!

4

+

Dégoût

Eat 

(eat+shoe)

Shoe/shit

2,2

Eat shoe and die!

5

+

Dégoût

Eat/Die

(eat+shoe)

Shoe/shit

Rythme

1,6

Sweet harlot!

3

(+)

Mœurs

Harlot

(sweet+harlot)

1,4

Gluck!

1

(+)

Fuck

3

You little gluck!

2

+

Fuck

2,8

Eat snow!

4

+

Froid

Eat

(eat+snow)

2,2

Eat yellow snow!

5

+

Froid, dégoût, saleté

Eat

(eat+snow) et (yellow+snow)

1,4

Go eat yellow snow!

5

+

Froid, dégoût, saleté

Eat

(eat+snow), (yellow+snow)

1,2

Doodie face!

4

(+)

+ (composés en -face, -head, -brain très fréquents : dickhead, birdbrain

Dégoût, excrément

Doodie

(doodie+face)

1,2

Eat toe rot!

4

+

Dégoût

Eat/Toe rot

(eat+toe rot) et (toe+rot)

1,6

Eat snow in the heart of winter!

3

Violation de la contrainte

de taille ?

Froid

Eat

(eat+snow) mais pas d’inadéquation entre snow et winter

3

Lick my onions!

4

+

Dégoût, odeur, goût

Lick

(lick+onions)

2

Chew socks and cry!

4

+

Dégoût

(chew+socks)

Rythme

2,6

Chew socks and die!

5

+

Dégoût

Die

(chew+socks)

Rythme

2

Pudding of a woman!

4

+

Gras

Pudding ?

(pudding+woman)

2,6

Cake of a woman!

2

+

Gras ?

2,8

Bundy!

0

(+)

3

Go dance alone in your underwear!

4 ou 5

+

Humiliation

Alone/Underwear

(dance+alone) et (dance+underwear)

1,2

Drink shoe!

1 ou 2

+

Dégoût ?

(drink+shoe) ?

3

4.2.2. Synthèse interprétative

71Nous nous appuyons sur les résultats afin de déterminer, conformément à nos hypothèses de départ, si le nombre d’indices relevés a effectivement une influence sur la reconnaissance de ces formes, si certains indices sont plus pertinents que d’autres, et si la proximité avec une forme conventionnelle joue aussi sur les capacités de reconnaissance.

72i) Importance de la structure syntaxique et de la composante lexicale

Si l’on se fonde sur les commentaires de certains locuteurs (« a typical insult structure »), les constructions en « go+V », en « V+GN and die », voire en « you little » chargeraient tout terme, même neutre, d’une force insultante. Il suffit de comparer les résultats entre eat yellow snow (1,4) et go eat yellow snow (1,2) et, d’une manière encore plus remarquable, entre eat shoe (2,2) et eat shoe and die (1,6). Il y aurait également des contraintes de taille qui, lorsqu’elles sont violées, mettent en péril l’effet d’insulte (eat snow in the heart of winter!, fabriquée par nous-même, n’a pas porté sur les personnes sondées).

On peut donc voir qu’il y a des constantes structurales et qu’une telle isomorphie serait de nature à faciliter la récupération mémorielle de la construction originelle. Il reste à déterminer à quel niveau de schématicité opère le locuteur (que ce soit lors de l’acte de réception ou de production) : avec eat shoe and die!, qui relève du détournement (cf. 3.1.3.), il ne fait pas de doute que le locuteur opère au niveau de l’unité conventionnelle eat shit and die!, mais que dire de lick a wall socket!, eat a bug!, eat toe rot! ? Doit-on penser que le « travail » de (re)construction se fait à partir du schéma « eat/lick+GN » ou de formes conventionnelles, telles que eat my dick!, eat shit!, lick my balls! ? Il se pourrait aussi fort bien que la forme schématique à un plus ou moins haut niveau de généralisation (V+GN > Eat/lick+GN) et certaines instances individuelles coexistent dans l’esprit des locuteurs.

Tous les informateurs s’accordent sur le lexique axiologiquement négatif qui, dès lors qu’il mobilise des caractéristiques méprisables (sweet harlot, warthog), permettrait de faire insulte.

La pertinence de certains indices se manifeste par le fait qu’une transformation qui n’aurait pas conservé certains indices lexicaux fournit un énoncé déroutant. Ainsi chew socks and cry!, insulte forgée par l’auteur pour les besoins de l’expérience, n’a pas donné de très bons résultats (2,6). Cette « insulte » est pourtant coulée dans une structure syntaxique prototypique. On peut commencer à conclure que les patrons ont donc des parties fixes, plus pertinentes, qui ne peuvent être touchées par la variance : « and die », en l’occurrence. D’ailleurs, le rétablissement de die (chew socks and die!) produit de meilleurs résultats (2).

La forme fabriquée, drink shoe!, conformément aux attentes (cf. 3.1.2.), n’est pas jugée recevable par les informateurs, très probablement en raison de la paire drink/shoe qui brouille le processus interprétatif et qui détourne l’« insulte » de sa force pragmatique. C’est donc bien la déviance par rapport à des normes extra-linguistiques, comme nous l’avons dit plus tôt, qui crée l’effet d’insulte et non un écart par rapport à une norme linguistique.

73ii) Résultats plus surprenants 

Contrairement aux attentes, gluck! n’a jamais été jugé comme une insulte. Nous pensions que le sens référentiel, si tant est qu’il y en ait un (que pourrait signifier gluck ?), s’estomperait au profit d’une signification globale, où divers réseaux d’analogies morpho-phonologiques pourraient ouvrir des voies interprétatives : gluck > fuck. Rien de tel. Certains informateurs ont pensé qu’il pouvait s’agir d’un terme affectueux et l’ont rattaché au canard ou à la poule, association à laquelle nous n’avions pas songé : gluck > duck ou gluck > cluck > hen.

La présence d’un seul indice, d’ordre phonologique, est-elle une raison suffisante pour rendre compte de cet « échec » ? On ne sait trop. On constate, par exemple, que you little gluck! produit des résultats légèrement meilleurs (2,8), mais encore peu satisfaisants. Une informatrice a pu écrire au sujet de you gluck! : « sounds like fuck but is not an insult ». Mais n’était-elle pas influencée par notre test ?

D’autres résultats ont été passibles d’appréciations différentes.  Par exemple, les locuteurs ont une saisie variable de pudding of a woman!, effectivement employé dans la sitcom : pour beaucoup, l’association femme/pudding a libéré des connotations de douceur, de légèreté, voire de fécondité. Nous pensions, au contraire, (cf. tableau 3) que la conjonction de trois indices (la construction « GN of a GN », l’association incongrue entre « pudding » et « woman » et le fait que le pudding soit une substance plutôt grasse) se chargerait de véhiculer l’effet d’insulte. Le nombre d’indices ne serait donc pas toujours un critère pertinent, du moins dans le cas présent.

74Il apparaît donc clairement que lorsque le contexte de situation, les éléments prosodiques et paralinguistiques ainsi que l’environnement linguistique font défaut (mais, rappelons-le, c’était ici pour les besoins de l’expérience), certains patrons échouent à créer l’effet d’insulte (pudding of a woman) ou ne le créent sans doute que partiellement (eat yellow snow). Ces « manques » mettent tous en évidence la nécessité d’étudier l’insulte en co(n)texte.

4.3. Remise en contexte des insultes innovantes

75On désignera désormais par « contexte » ce qui relève des éléments situationnels, intertextuels et cognitifs. On réservera le nom de « co-texte » à ce qui relève de l’environnement linguistique des insultes innovantes du corpus.

76Trois exemples seront examinés : Bundy!, eat toe rot!/lick road kill!, pudding of a woman!

4.3.1. Bundy!

77Sans surprise, Bundy! (saison III), lancé en apostrophe par une jeune fille en manière d’insulte, ne porte pas sur un public non avisé (a obtenu 3 au test de prototypicalité, cf. tableau 3). Dans l’épisode, plusieurs filles insultent une autre fille en l’appelant de tous les noms d’oiseaux : l’une d’entre elles initie la bordée d’injures avec sow, et une autre aussitôt de rajouter trollop, puis une autre tramp, et encore une autre slut, puis la dernière Bundy. Il s’agit, bien évidemment, d’une antonomase spontanée qui tient lieu d’insulte (Bundy = slut), mais qui n’est accessible que par sa mise en rapport avec d’autres paramètres qui lui donnent sens et qui la légitiment : l’environnement linguistique (ici la présence massive d’insultes usuelles dans le co-texte immédiatement antérieur), mais aussi un ensemble de connaissances partagées par les télespectateurs et les personnages qui connaissent Kelly Bundy, jeune adolescente écervelée qui recherche les aventures galantes…

4.3.2. Eat toe rot!/Lick road kill!

78Soit la paire adjacente : eat toe rot/lick road kill (Saison III).

79A l’instar de l’insulte Bundy!, c’est la mise en contexte qui permet de mieux appréhender ces deux insultes et d’esquisser les mécanismes de production qui sont à l’œuvre : ainsi, Kelly que son frère n’a de cesse de taquiner, s’écrie eat toe rot!, insulte à laquelle Bud réplique aussitôt lick road kill!. Cette seconde insulte, modelée sur un schéma existant (V+GN > Lick+GN) aurait pu très bien surgir seule, mais, dans le cas présent, elle tire davantage sa force et son sens de l’insulte qui la précède, avec laquelle elle est en prise directe et sur laquelle elle se calque : rythme ternaire dans les deux cas, syntaxe identique, intersections sémiques entre eat et lick /manger/ et entre les deux composés toe rot et road kill /aliments peu ragoûtants/.

80D’autres schémas d’interaction très réguliers traversent d’ailleurs la sitcom et font écho aux insultes ritualisées des jeunes Afro-Américains (Labov, op.cit.) ou aux échanges d’allure stichomythique des jeunes enfants (Meunier, op.cit.).

81Ainsi, dans la sitcom (saison III) : Kelly : I’m not Dad’s daughter either > Bud : are too! > Kelly : am not! > Bud : are too! > Kelly : am not!.

4.3.3. Pudding of a woman!

82Nous avons vu précédemment que la formule pudding of a woman!, envisagée hors de son contexte d’énonciation, avait été davantage perçue comme un énoncé laudatif par les informateurs. Rappelons que le pudding aux Etats-Unis n’évoque pas le même dessert qu’en Grande-Bretagne et que notre statut de locuteur non-anglophone nous a ici influencé de façon subreptice, le pudding étant pour nous une substance grasse et gélatineuse.

83Or, dans le passage de la sitcom, cette formule est délibérément insultante : Al Bundy se retrouve un jour accidentellement devant la bibliothécaire qui le traumatisait dans son enfance. C’est en clausule d’une longue tirade où sont débondées les rancœurs accumulées au fil des années que le personnage lance pudding of a woman!. Il semble alors que cette lecture « insulte » soit possible une fois ramenée à la lumière de l’ensemble du discours et à condition de prendre en compte d’autres éléments non-verbaux et paraverbaux qui forcent son interprétation dans un sens : on s’aperçoit par exemple qu’il y a « auto-synchronisation » (Kerbrat-Orecchioni, 1990, 142) entre (i) le verbal et le paraverbal et entre (ii) le verbal et le non-verbal : i) on retrouve en effet le mouvement intonatif descendant des énoncés exclamatifs. La descente traduit ici le repli de l’interlocuteur qui tente de clôturer le dialogue ; ii) Al joint également le geste à la parole, en arborant une moue écœurée (il y a peut-être une certaine ironie de la part du personnage : « vous correspondez à tout sauf à l’image de la douceur du pudding »). Autrement dit, pudding of a woman! ne semble interprétable comme insulte qu’à condition d’étudier le co-texte, le schéma intonatif et la mimique qui l’accompagnent et qui lui impriment une orientation toute particulière. On comprend mieux à présent le flottement interprétatif provoqué en arrachant cette insulte de son contexte d’énonciation.

Conclusion 

84Si nous retournons à l’objectif de cette étude qui était de déterminer si les patrons de l’insulte étaient accessibles au locuteur en fonction d’indices présents dans une formation nouvelle, nous pouvons maintenant répondre que les choses sont très complexes : on ne peut pas dire apparemment que le nombre d’indices présents soit toujours un critère opératoire (par exemple, pudding of a woman!). En revanche, certains indices ont plus de pertinence et jouent un rôle signalétique de l’insulte (par exemple, les configurations syntaxiques « go+V+GN » ou « V+GN+and+die »). Les thèses de Milner (op. cit.), critiquées par Ruwet (op. cit.), sur l’importance d’insérer dans les patrons un nom de qualité et/ou un adjectif de qualité pour faire insulte se sont avérées exactes dans de nombreux cas (cf. tableau 3). Enfin, comme nous l’avons démontré très tôt dans ce travail, les deux conditions, non-congruence (ou inadéquation) et vigueur (ou conviction) de l’énonciation, doivent être absolument réunies pour qu’il y ait insulte (eat soup!, eat my soup! ne sont pas insultants a priori).

85On a vu plus rapidement en fin de parcours que la construction ne peut pas tout. Le contexte lato sensu (pudding of a woman!) et le co-texte (Bundy!) sont également pourvoyeurs de traits, fournissent des instructions, sans pour autant épuiser le sens. Dit autrement, le sens d’une insulte et son effet sont alors la résultante d’interactions entre éléments constructionnels et éléments « extra-construction », c’est-à-dire le contexte, l’intonation, et au-delà du simple fait linguistique, la gestuelle, la posture, l’occupation de l’espace, etc.

86Ce travail invite donc à poursuivre les investigations plus avant i) en améliorant les tests et en les multipliant, ii) en nous munissant aussi d’outils plus élaborés pour étudier les tâches de décision lexicale, iii) en explorant d’autres pistes (par exemple, celles de la combinaison « insulte+commentaires métalangagiers » cf. note 8) et iv) en étendant le corpus à d’autres séries télévisuelles, comme a pu le faire Quaglio (2009), dans une veine légèrement différente.

Top of page

Bibliography

Booij, G. (2008). « Composition et morphologie des constructions », in Amiot D. (ed.), La Composition dans une perspective typologique, Arras : Artois Presses Université, pp. 49-73.

Bousfield, D. (2008). Impoliteness in Interaction, Amsterdam : John Benjamins.

Brown, P. and Levinson, S. (1987). Politeness: some Universals in Language Usage, Cambridge, London : Cambridge University Press.

Bybee, J. (1985). Morphology : A Study into the Relation between Meaning and Form, Amsterdam : John Benjamins.

Bybee, J. (2010). Language, Usage and Cognition, Cambridge : Cambridge University Press.

Charaudeau, P. (1992). Grammaire du sens et de l’expression, Paris : Hachette Education.

Cislaru, G. (2010). « Codes et tabous sur l’internet : étude contrastive de quelques énoncés malédictifs en français et en anglais », in Journal of French Language Studies 20/1, Cambridge Journals : Cambridge University Press, pp. 47-60.

Collins, P. (2006). « Clause types », in Aarts B. and McMahon A. (eds.), The Handbook of English Linguistics, Wiley-Blackwell, pp. 180-197.

Crystal, D. (2004). Making Sense of Grammar, Harlow : Longman.

Culpeper, J. (1996). « Towards an Anatomy of Impoliteness », in Journal of Pragmatics, numéro 25, pp. 349-367.

Goldberg, A. (1995). Constructions: A Construction Grammar Approach to Argument Structure, Chicago : University of Chicago Press.

Hammer, F. (2009). « Cherchez l’insulte ! Trouvez l’outrage ! Une approche du champ vexatoire », in Lagorgette D. (ed.), Les Insultes en français : de la recherche fondamentale à ses applications (linguistique, littérature, histoire, droit), Chambéry : Université de Savoie, pp. 171-180.

Hugues, G. (2006). An Encyclopedia of Swearing. The Social History of Oaths, Profanity, Foul Language, and Ethnic Slurs in the English-Speaking World, New York : M.E. Sharpe.

Jackendoff, R. (2002). Foundations of Language, Oxford, Oxford University Press.

Jay, T. (1992). Cursing in America. A Psycholinguistic Study of Dirty Language in the Courts, in the Movies, in the Schoolyards, and on the Streets, Philadelphia : John Benjamins.

Kerbrat-Orecchioni, C. (1990). Les Interactions verbales, Tome 1, Paris : Armand Colin.

Labov, W. (1972). Language in the Inner City: Studies in the Black English Vernacular, Philadelphia : University of Pennsylvania Press.

Laforest, M. et Vincent, D. (2004). « La qualification péjorative dans tous ses états », in Langue française, numéro 144, pp. 59-81.

Lagorgette, D. et Larrivee, P. (2004). « Les insultes, approches sémantiques et pragmatiques (Introduction) », in Langue française, numéro 144, pp. 3-12.

Lakoff, G. and Johnson, M. (1980). Metaphors we Live by, Chicago : The University of Chicago Press.

Largueche, E. (2009). « L’injure à la trace », in Lagorgette D. (ed.), Les Insultes en français : de la recherche fondamentale à ses applications (linguistique, littérature, histoire, droit), Chambéry : Université de Savoie, pp. 75-93.

Meunier, D. (2009). « Du quolibet à l’insulte : analyse discursive des « gros mots »de la cour de récré », in Lagorgette D. (ed.), Les Insultes en français : de la recherche fondamentale à ses applications (linguistique, littérature, histoire, droit), Chambéry : Université de Savoie, pp. 155-169.

Milner, J.-C. (1978). De la syntaxe à l’interprétation. Quantités, insultes, exclamations, Paris : Seuil.

Perret, D. (1967). « Termes d’adresse et injures », in Cahiers de Lexicologie, numéro 11, pp. 3-14.

Pinker, S. (2007). The Stuff of Thought. Language as a Window into Human Nature, New York : Penguin.

Quaglio, P. (2009). Television Dialogue: the Sitcom Friends vs. Natural Conversation, Amsterdam, Philadelphia : John Benjamins.

Ruwet, N. (1982). Grammaire des insultes et autres études, Paris : Seuil.

Sablayrolles, J.-F. (1996). « Néologismes et nouveauté(s) », in Cahiers de Lexicologie, numéro 69, pp. 5-42.

Sablayrolles, J.-F. (2000). La Néologie en français contemporain : examen du concept et analyse de productions néologiques récentes, Paris : H. Champion.

Skeat, W. (2007). The Concise Dictionary of English Etymology, Ware : Wordsworth Editions.

Svartvik, J. and Leech, G. (2006). English. One Tongue, Many Voices, Houndmills, Basingstoke, New York : Palgrave Macmillan.

Zwicky, A. (1974). « Hey, whatsyourname! », in Chicago Linguistics Society, numéro 10, pp. 787-801.

Top of page

Notes

1 www.urbandictionary.com

2 Concise Dictionary of English Etymology, 2007, 435.

3 Par exemple, selon Hammer, Lagorgette et Larrivée (2004) retiennent le terme « insulte » tandis que Larguèche (2009) favorise le terme « injure » pour renvoyer, par moments, au même type d’acte.

4 Nous avons surtout consulté le Corpus of Contemporary American English (www.americancorpus.org) et le Google Books Corpus (http://googlebooks.byu/edu/).

5 Pour ne pas encombrer les pages, nous avons renoncé à indiquer la saison et l’épisode dans lesquels apparaissent les insultes étudiées. Seules les insultes faisant l’objet d’un développement seront accompagnées de leurs sources.

6 Certains sont encore disponibles sur Internet à l’adresse : http://www.albundy.net/marriedaniac/ate/script.html

7 En effet, un commentaire métalangagier aurait sans doute pour effet de rompre la chaîne et d’annuler son effet perlocutoire, surtout s’il s’agit d’une insulte interpellative. Imaginons l’effet pour le moins surprenant que pourraient créer des énoncés métacommunicationnels (?I’m going to use a curseword: you’re a little pusbomb!), des énoncés métalinguistiques (?Little pusbomb! Is that even a word?) ou des reformulations sous forme d’énoncés métadiscursifs (?Eat toe rot!, which means I want you to leave me alone). Mais ces commentaires, non attestés dans le corpus, ne sont pas à exclure dans certaines conditions. La question mériterait d’être exploitée plus avant.

8 Cette mise à l’écart des insultes conventionnelles ne préjuge en rien de l’intérêt que pourrait présenter leur étude : en fait, un travail initial, trop long, a permis d’observer qu’insultes innovantes et insultes conventionnelles se répartissaient différemment dans le corpus, en fonction de la situation d’interlocution notamment (selon que l’insulté est présent ou non) ou des domaines notionnels mobilisés : par exemple, les insultes pointant la bêtise de l’insulté tendent à être puisées dans des stocks d’insultes existantes alors que les insultes sur le physique sont beaucoup plus créatives, sans doute en raison de leur caractère descriptif.

9 Cf. Ruwet (1982) pour une critique des thèses de Milner (1978).

10 Par exemple, chez les Afro-Américains, you’re a motherfucker peut être un signe d’admiration et d’estime et dans certaines variétés de français contemporain, le bâtard ! est souvent employé comme une marque d’affection entre pairs.

11 Nous nous appuyons sur les travaux de Collins, 2006 et Pinker, 2007.

12 C’est sans doute ce qui peut expliquer en partie la préférence pour la combinaison « impératif-insulte+insulte vocative » (fuck you, you idiot!) à « insulte vocative+impératif-insulte » (?you idiot, fuck you!) : le locuteur « invite » d’abord l’autre à se projeter mentalement dans un autre monde, ce qui contribue à le rejeter hors de sa sphère et, seulement ensuite, le vocatif parachève le souffle expulsif en lui « clouant le bec ». Un de nos relecteurs a ajouté que cette même contrainte s’applique aux énoncés mélioratifs : come here, you hero! est plus heureux que you hero, come here!. Nous l’en remercions bien sincèrement.

13 Nous ne disposons que d’indices et non de marqueurs absolus pour mesurer la productivité d’un patron : présence dans les dictionnaires, variété des manifestations du patron dans les corpus de référence (COCA…). C’est pourquoi nous adoptons une notation volontairement vague : le signe + indique une productivité élevée et le signe – une productivité très restreinte en synchronie. Le signe +/ –? signale une zone de doute et une productivité qui nous semble moyenne.

14 Ce sont également, dans le cadre de la sitcom, d’autres considérations qui guident ces choix : le respect de la bienséance tout d’abord (interdiction formelle d’employer des mots grossiers dans certains programmes), la création d’un sentiment d’incongruité entre discours enfantin des personnages et leur âge effectif pour provoquer le rire, etc. Mais ces considérations externes à la linguistique, certes très intéressantes et très importantes (puisqu’elles impriment leur marque sur les choix lexicaux qui sont opérés) n’entreront pas en considération ici.

15 A la suite de Booij (2008) par exemple, plutôt que de parler de procédés de formation du lexique, on peut aussi envisager une unité lexicale comme une construction plus ou moins complexe. Nous n’entrerons pas dans ces considérations.

16 Cf. 4.3.1. pour une explication.

17 Ce test rencontre des limites : tout d’abord, en raison du caractère éminemment relatif des jugements qui peuvent être attachés au vécu de l’informateur, à sa sensibilité, à sa pudeur en la matière... Par ailleurs, nous savons qu’inévitablement l’informateur reconstruit mentalement un contexte lorsqu’on lui demande de juger du caractère d’innovations non situées dans une énonciation.

18 Que le lecteur veuille bien nous pardonner l’utilisation de formes abrégées dans les titres du tableau.

Top of page

References

Bibliographical reference

Vincent Hugou, « « You little zit! » ou quand une sitcom américaine est génératrice d’insultes », Anglophonia/Sigma, 15 (30) | 2011, 119-143.

Electronic reference

Vincent Hugou, « « You little zit! » ou quand une sitcom américaine est génératrice d’insultes », Anglophonia/Sigma [Online], 15 (30) | 2011, Online since 20 April 2015, connection on 21 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/415 ; DOI : 10.4000/anglophonia.415

Top of page

About the author

Vincent Hugou

Université de la Sorbonne Nouvelle – EA 4398, SESYLIA.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org