Skip to navigation – Site map

Modalité, dialogisme et stratégies discursives

L’auxiliaire modal MAY dans les débats présidentiels américains
Marion Bendinelli
p. 163-186

Abstract

This article studies the dialogic effects of the various uses of the modal auxiliary MAY within American presidential debates. Firstly, we adopt the analytic framework of Antoine Culioli (1990) called Théorie des Opérations Énonciatives and show that these dialogic effects are generated by some fundamental metalinguistic operations among which the construction of notional alterity. As a consequence, it seems possible to define MAY as a dialogic marker (Bres et Mellet 2009) since it is its intrinsic properties (and not the context) that cause dialogic effects. Secondly, we suggest that the framework developed here sheds new light on some of the discursive strategies employed by the candidates; in particular, it helps provide a linguistic account of manipulative discourse. Finally, the study considers the relations between the notions of alterity and dialogism.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 La langue est ici entendue en son sens saussurien, comme un système de valeurs virtuelles partagé (...)

1Peu de thèmes ont suscité, en linguistique, autant d’élaborations théoriques que celui de la modalité. La diversité des travaux portant sur les auxiliaires modaux en anglais, par exemple, témoigne de cet engouement, en sémantique (Palmer 1979, Coates 1983), en énonciation (Benveniste 1966, Culioli 1990), en linguistique contrastive (Palmer 2001) ou de corpus (Biber, Stig, Leech et al. 1999), dans une perspective pragmatico-cognitive (Papafragou 2000, Nuyts 2000) ou diachronique (Sweetser 1990). Nous suggérons qu’un nouvel éclairage peut être apporté à l’étude des auxiliaires modaux, au moyen d’une approche « globale » structurant observations empiriques, explications en langue et relevé d’effets pragmatiques générés dans et par le discours1. Nous proposons ainsi une étude tout à la fois ancrée en linguistique énonciative, en pragmatique et en analyse de discours.

2Le fondement de notre réflexion réside dans l’articulation possible de la notion de dialogisme (Bakhtine 1952/1984) – laquelle renvoie à des phénomènes d’échos discursifs – avec les notions d’altérité notionnelle et de parcours énonciatif développées par Antoine Culioli dans le cadre de la Théorie des Opérations Énonciatives (1990). Nous entendons tester cette hypothèse avec l’auxiliaire MAY, car le fonctionnement dialogique de ce marqueur de modalité a déjà été souligné ailleurs (Gilbert 2001, Ranger 1998) bien que pour ses seules occurrences concessives : le champ d’investigation comprendra ici l’ensemble de ses emplois relevés après une étude de corpus. Nous souhaitons rendre compte de l’unité de la forme et de la variété des faits observés au moyen de quelques mécanismes langagiers (les opérations énonciatives culioliennes) et discursifs (reprise ou anticipation de discours attestés ou fictifs). Nous retenons par ailleurs cet appareil théorique et méthodologique en mesure d’expliquer en langue et en discours le fondement de certaines stratégies discursives : la « stratégie du flou » (Charaudeau 2005a) qui crée un discours opaque, et l’élaboration d’un discours manipulatoire (Rigotti 2005, Maillat et Oswald 2009) qui contribue à orienter l’interprétation de l’interlocuteur en rendant certains contenus discursifs plus saillants – donc plus accessibles – que d’autres. Pour le vérifier, nous prendrons l’exemple des débats présidentiels médiatisés américains, événements de communication définis par un contrat interactionnel à visée persuasive (Charaudeau 2005b), les candidats cherchant avant tout à s’assurer le vote de l’auditoire.

3Le présent travail débutera par un rappel des points théoriques utiles à notre étude : nous préciserons ce que nous entendons par dialogisme et détaillerons les principes de la Théorie des Opérations Énonciatives (désormais TOE) à laquelle nous nous référons, notamment les notions d’altérité notionnelle et de parcours que nous retenons comme essentielles à notre hypothèse. Nous présenterons très rapidement notre corpus de débats présidentiels américains et les types d’emplois de l’auxiliaire modal MAY qu’il a permis de mettre au jour. Nous envisagerons quelques unes des occurrences illustrant les contextes attestés afin de tester notre hypothèse, puis nous examinerons le rôle joué par l’auxiliaire au sein des stratégies discursives dites « stratégie du flou » et « stratégie manipulatoire ». A l’issue de ces analyses, nous définirons le statut du modal MAY, nommé, à la suite de Bres et Mellet (2009), marqueur dialogique, et, rejoignant les travaux de Sylvie Mellet (2010), nous soulignerons la nécessité de ne pas (con)fondre les notions de dialogisme et d’altérité.

1. Détours terminologiques et méthodologiques

4Depuis les années 1980, la notion de dialogisme rencontre un réel succès en linguistique où elle a permis d’envisager des voies jusque là peu ou mal explorées. La multiplication des travaux et des objets étudiés a toutefois contribué à ce qu’il existe une certaine confusion au sujet de sa définition. Pour éviter toute méprise, nous précisons ici l’acception retenue dans nos travaux et présentons comment nous envisageons son application dans le cadre de la TOE.

1.1. Dialogisme : un point sur la notion

  • 2 La paternité de la notion de dialogisme attribuée à Mikhaïl Bakhtine semble à présent être remise (...)

5Selon Mikhaïl Bakhtine, « l’interaction verbale constitue la réalité fondamentale de la langue » (1929/1977 : 134) : à ce titre, elle relève d’un dialogue « externe » entre interlocuteurs. Cette même dynamique interactionnelle se voit également internalisée au cœur des énoncés : c’est le principe dialogique ou dialogisme2 que Jacques Bres définit « comme l’orientation d’[un] énoncé, constitutive et au principe de sa production, (i) vers des énoncés déjà réalisés antérieurement sur le même objet de discours, et (ii) vers la réponse qu’il sollicite » (2005 : 52). En fonction de l’origine énonciative des énoncés pris en charge par le locuteur-énonciateur et avec lesquels sa propre (nouvelle) énonciation entre en résonance, on nomme l’effet dialogique :

  • dialogisme interdiscursif s’il s’agit d’énoncés attribuables à des locuteurs relevant du cadre de la délocution (Charaudeau 1992), à des locuteurs non identifiés voire non identifiables (cas des reprises d’énoncés doxiques formant un ensemble de savoirs supposés partagés) ;

  • dialogisme interlocutif s’il s’agit de la citation ou de l’anticipation d’énoncés attribués à l’interlocuteur-coénonciateur (dialogisme interlocutif citatif ou anticipatif). Un troisième type, le dialogisme interlocutif responsif, désigne, lui, des énoncés contenant la réponse à une question explicite ou non que l’interlocuteur-coénonciateur se pose/poserait ;

  • dialogisme intralocutif ou autodialogisme si l’on observe une résonance entre des énoncés attribués au locuteur lui-même, reflétant les « dédoublements énonciatifs » mis en avant par Jacqueline Authier-Revuz (1998).

6Nous reprenons à notre compte cette grille d’analyse que nous complétons par les critères formels identifiés par Hugues Constantin de Chanay (2006). Pour l’auteur, le dialogisme reposerait sur la hiérarchisation de sources énonciatives, la reprise d’unités discursives convoquées dans toute leur matérialité (munies d’un signifié et d’un signifiant) et la successivité de prises en charge énonciatives dont l’orientation est rétrospective ou anticipative.

7Le principe dialogique peut, enfin, être intégré en langue et naître du fonctionnement propre de certaines formes linguistiques générant des échos dialogiques de manière systématique ou ponctuelle. Dans le premier cas, ces formes prennent le statut de marqueur dialogique (Bres et Mellet 2009) : les connecteurs concessifs à l’image de quand même, les constructions hypothétiques en si ou la négation (Mellet 2009) en sont des exemples. Dans le second cas, les formes concernées, à l’instar des articles possessifs (Sarale 2009), sont nommées signaux dialogiques. Dans ce cadre, quel statut peut-on assigner à l’auxiliaire MAY ? Avant d’envisager une réponse, nous nous devons de présenter notre hypothèse de travail, l’articulation de la notion de dialogisme avec les propriétés intrinsèques du modal MAY.

1.2. MAY : signifié en langue, corpus d’étude et hypothèse

8Dans les grammaires traditionnelles, cet auxiliaire est grosso modo défini comme le marqueur indiquant un haut degré d’incertitude (signifié épistémique) ou employé pour demander une permission (signifié déontique). Unifiant ces deux analyses, nous retiendrons pour commencer que tout énoncé modalisé avec MAY renonce à actualiser la relation prédicative dans laquelle il est inséré : celle-ci reste instable en ce que le locuteur-énonciateur estime que la validation d’un état donné (assertion positive ou négative) est impossible.

  • 3 Notre corpus d’étude couvre les huit années électorales ayant mis en présence candidats démocrate (...)
  • 4 Les 13 % manquants renvoient aux énoncés relevant de plusieurs des sous-catégories.

9Le sous-corpus de travail est composé des 133 occurrences de l’auxiliaire modal MAY relevées au sein de notre corpus d’étude qui comprend les 22 face-à-face présidentiels américains organisés entre 1960 et 20083. Après une lecture attentive de ces occurrences, il nous est apparu préférable de les classer en deux grandes catégories, en fonction du contexte interactif ou non dans lesquelles elles apparaissent. Ces catégories sont elles-mêmes subdivisées : (i) contexte interactif : demandes de permission réelles ou rhétoriques (7,5 % du sous-corpus) et gloses méta-énonciatives (environ 3 %) ; (ii) contexte non interactif : constructions concessives (16,5 %), emplois épistémiques avec alternatives apparentes (environ 19 %) ou non (environ 41 %)4.

10Les énoncés au sein desquels l’alternative envisagée est apparente semblent les plus appropriés pour commencer l’étude et présenter la méthodologie employée : les contenus discursifs successivement pris en charge par le locuteur-énonciateur apparaissent explicitement et la mise au jour des échos dialogiques est plus aisée. Le fonctionnement de ces occurrences est à l’image de celui de l’énoncé (1) :

(1) NIXON. What’s involved here is the question of leadership for the whole free world. Now, that means the best leadership. It MAY be Republican, it MAY be Democratic.

NX. Ce qui se joue ici c’est la direction du monde libre, dans son intégralité. Maintenant, ça signifie avoir la meilleure direction possible. Il se peut qu’elle soit républicaine, il se peut qu’elle soit démocrate.

  • 5 Le formalisme adopté par la TOE implique que les relations prédicatives soient indiquées entre ch (...)
  • 6 Selon l’interprétation adoptée et la compréhension que l’on a de l’échange, les deux effets dialo (...)

11Richard Nixon, candidat républicain, s’interroge ici sur la couleur politique de la meilleure direction pour les États-Unis en 1960. Compte tenu de l’organisation politique du pays, celle-ci ne peut être que républicaine ou démocrate. Il est évident que pour Nixon, seule la validation positive de la relation prédicative < [the best leadership] be Republican >5 est possible, souhaitée et envisageable : le fait de la prononcer en premier en est d’ailleurs un indice. Toutefois, il ne peut d’une part nier le fait que cette direction puisse être démocrate, car ce serait mépriser le parti adversaire ; d’autre part, la décision dépendant du vote des (grands) électeurs, il ne peut trancher en faveur de l’une ou de l’autre situation. De ce fait, Nixon envisage également la relation prédicative < [the best leadership] be Democratic >. Il calcule successivement les chances d’actualisation de ces deux relations et conclut à leur équiprobabilité, la validation de l’une excluant automatiquement la possibilité de validation de l’autre. La mise en parallèle des deux relations prédicatives sous-tend ainsi un phénomène d’écho dialogique. L’assertion positive de chacune d’elles, à savoir « [the best leadership] is Republican » et « [the best leadership] is Democratic » est pensée et portée par les individus (hommes politiques, militants ou simples citoyens) se réclamant de ces deux partis : ces deux énoncés constituent donc la trame et la synthèse du débat politique américain et forment, ensemble, un fonds discursif dialogal, voire agonistique, que reprend le discours de Nixon. A cet égard, il émerge un effet de dialogisme interdiscursif. En outre, du fait que le second énoncé est, à l’évidence, une concession faite à l’adversaire démocrate, interlocuteur dans le débat, on observe également un effet de dialogisme interlocutif6. Comment, dans ce cadre, comprendre le rôle du marqueur MAY ?

  • 7 Un domaine notionnel est la forme structurée que prend une notion (ensemble de propriétés physico (...)

12En préambule, il nous faut préciser quelques principes fondamentaux de la TOE. Dans ce cadre théorique, chaque énoncé construit un domaine notionnel dit complexe du fait qu’il conjugue les domaines notionnels7 de chacun de ses constituants (actant, processus, objet). Un domaine notionnel articule une dimension qualitative (notée QLT) reprenant les qualités et propriétés essentielles (définitoires) de la notion prise en compte, et une dimension quantitative (notée QNT) : cette dernière comprend l’ensemble des « représentation[s] d’un quelque chose que l’on peut distinguer et situer dans un espace de référence » (Culioli 1990, tome 3 : 82 – en gras dans le texte), autrement dit les réalisations concrètes de la dimension QLT en un ou plusieurs référent(s) / objet(s) / concept(s).

13L’organisation politique américaine étant bipartite, le domaine notionnel complexe formé par la mise en contraste de < [the best leadership] be Republican > et < [the best leadership] be Democratic > se conçoit au travers de la relation de complémentarité existant entre les idéologies portées par les partis politiques républicain et démocrate, lesquelles sont mises au service du pays et se concrétisent respectivement en la personne de Richard Nixon, pour les républicains, et de John F. Kennedy pour les démocrates. Le fonctionnement de l’exemple (1) peut alors être schématisé tel qu’indiqué en figure 1 ; l’analyse qui suit est volontairement détaillée afin d’expliciter les diverses étapes du raisonnement et d’identifier les mécanismes énonciatifs sur lesquels reposent les effets dialogiques.

Figure 1. Schématisation (adaptée) selon la TOE de l’emploi de MAY dans l’énoncé (1)

Figure 1. Schématisation (adaptée) selon la TOE de l’emploi de MAY dans l’énoncé (1)
  • 8 Comme on le voit, cette analyse emprunte plus largement aux diverses écoles qui ont théorisé la p (...)

14À l’intérieur du domaine notionnel formé par la relation prédicative < [the best leadership] be Republican >, Nixon envisage tout d’abord la situation qui a toutes ses faveurs : il estime qu’il y a bien cohérence entre les propriétés de < best leadership > et < be Republican > et que cette adéquation peut se concrétiser dans une occurrence particulière, son élection. Il procède ainsi au parcours et au fléchage de la branche conduisant vers I, à la fois sur les dimensions qualitative et quantitative de son domaine notionnel. Sans modalisateur, cette première étape (notée ①) empêche logiquement d’envisager la seconde relation prédicative < [the best leadership] be Democratic > : l’activation des parcours notés ① a ainsi pour corollaire celle des parcours notés ①’8. Mais ici, l’emploi de MAY dès le premier énoncé laisse ouverte la possibilité de parcourir l’autre branche de l’alternative : c’est le parcours noté ② sous-jacent à « It may not be Republican » dont la probabilité est renforcée par la reprise sous forme positive et explicite de la contrepartie « It may be Democratic » dans le second énoncé (parcours noté ②’). Ainsi Nixon joue sur la complémentarité des alternatives construites par l’emploi de MAY au sein de ces deux énoncés contraires : le modal laisse ouverts les embranchements des relations prédicatives dans leurs deux dimensions (QLT et QNT) et conserve leur altérité constitutive. Cela permet à Nixon d’accorder une place au discours d’autrui, dans son propre discours.

  • 9 La construction de plusieurs énonciateurs (pouvant correspondre ou non au locuteur) est nécessair (...)

15Dans le cadre de la TOE, MAY se définit comme le modal maintenant intacte l’altérité du domaine notionnel formé par les arguments de la relation prédicative envisagée. Le locuteur se partage en plusieurs énonciateurs9 afin de prendre en charge chacune des branches de l’altérité, laquelle synthétise un ensemble d’énoncés variés ; ce faisant, il procède au parcours des branches interne et externe des dimensions QLT et QNT du domaine. Nous postulons que le parcours de l’altérité constitutive porté par l’emploi de MAY permettrait – quel que soit le contexte – l’activation de discours aux sources énonciatives diverses et donnerait ainsi à entendre des manifestations d’autodialogisme, de dialogisme interlocutif et/ou de dialogisme interdiscursif. Notre hypothèse prolonge ainsi les conclusions de Gilbert (2001) et Ranger (1998) obtenues pour les seuls contextes concessifs et étend potentiellement à l’ensemble des emplois de MAY la capacité que cet auxiliaire a de créer des échos dialogiques. Afin de vérifier cela, nous avons étudié les diverses occurrences de MAY relevées dans des contextes de type interactif ou non. Nous en présentons ici les résultats.

2. MAY en contexte explicitement interactif

  • 10 On pourrait aussi prendre en considération les gloses méta-énonciatives, notamment analysées par (...)

16Le contexte des énoncés présentés ci-après est défini comme explicitement interactif du fait du cadre dialogal dans lequel se trouvent les participants : le cas prototypique est celui des demandes de permission (réelles ou rhétoriques). Sont également envisagés des énoncés recréant des échanges de type conversationnel au moyen du marqueur « yes »10. Nous allons montrer que l’orientation dialogique de ces énoncés est certes sous-tendue par le cadre interactionnel (qui peut contribuer à reconstruire les énoncés entrant en résonnance ainsi que leur origine énonciative) mais aussi par l’emploi de l’auxiliaire de modalité MAY.

2.1. Demandes de permission

17Au cours d’un débat, un candidat a besoin de l’aval du modérateur (seul responsable de la gestion des échanges) pour prendre la parole et/ou orienter son propos en dehors du cadre préétabli. De ce fait, il est amené à s’adresser à lui pour revenir sur une déclaration ou une question posée par l’adversaire (ou plus rarement le journaliste / modérateur) dans le but de la corriger (énoncé (3)), de (ré)orienter le contenu de son tour de parole (énoncés (2) et (3)), ou de prendre la parole en dehors de son tour (énoncé (4)).

(2) FORD. (…) And MAY I make an observation, part of the question you asked, Mr Trewhitt? Mr Carter has indicated he would look with sympathy to a Communist government in NATO.

FD. (…) Et, si je peux me permettre une observation, liée pour partie à la question que vous aviez posée, M. Trewhitt ? M. Carter a indiqué qu’il regarderait avec bienveillance la mise en place d’un gouvernement communiste à la tête de l’OTAN.

(3) DUKAKIS. MAY I disagree with the premise of your question?
JOURNALIST. For the sake of the argument, no.
DK. As a matter of reality, I’m going to have to.

DK. Puis-je rejeter la prémisse de votre question ?
JN. Pour le bien du propos, non.
DK. Et bien, la réalité des faits m’y oblige.

(4) GORE. MAY I respond?
MODERATOR. Sure.
GR. I don’t want to jump in.

GR. Puis-je répondre ?
MD. Bien entendu.
GR. Je ne veux surtout pas intervenir intempestivement.

18Le fonctionnement de ces demandes de permission, rhétorique (en (2)) et réelles (en (3) et (4)), suppose que le candidat construise, prenne en charge puis propose au modérateur / journaliste une alternative faite de deux situations : autoriser le candidat à faire quelque chose ou ne pas l’y autoriser. Prenons l’exemple de l’énoncé (4).

19Al Gore construit une alternative – l’autoriser à prendre la parole ou ne pas l’y autoriser – et prend successivement en charge les deux branches. N’aboutissant pas à la validation de l’une ou de l’autre (car ceci n’est pas de son ressort), il la propose via l’interrogation au modérateur afin qu’il procède au parcours des deux situations et qu’il se prononce sur l’une d’entre elles. Nous retrouvons en figure 2 le schéma observé précédemment. Au moyen du modal MAY, Gore crée un embranchement vers les branches I et E du domaine notionnel complexe correspondant respectivement à l’autorisation (validation de I) et à la non-autorisation (validation de E) de répondre à son adversaire ; cet embranchement est lui-même superposé à l’altérité construite par la structure interrogative.

Figure 2. Schématisation selon la TOE de l’emploi de MAY dans l’énoncé (4)

Figure 2. Schématisation selon la TOE de l’emploi de MAY dans l’énoncé (4)

20Il apparaît que le caractère dialogique de cette demande de permission résulte non seulement de la construction interrogative mais aussi du fait que l’alternative que le locuteur construit est faite de deux discours – « [Gore] may respond » et « [Gore] may not respond » – attribués à son interlocuteur et dont la prise en charge énonciative suppose la construction de deux sources présentées comme hiérarchisées. La source prenant en charge l’autorisation anticipée est mise en avant – elle correspond à la réalisation verbale effectuée par le locuteur et à l’occurrence qu’il souhaite voir sélectionnée par l’interlocuteur – au détriment de la source qui pourrait être responsable du refus d’autorisation que le locuteur anticipe : cette seconde source est, elle, mise au second plan. Les critères formulés par H. Constantin de Chanay se voient vérifiés : il y a bien matérialité discursive, hiérarchisation de sources énonciatives et prises en charge successives. L’énoncé (4) présente bien des manifestations de dialogisme : elles sont ici de nature interlocutive et de type anticipatif.

21Les demandes de permission purement rhétoriques, à l’image de l’énoncé (2), présentent un fonctionnement identique à celui de l’énoncé (4), à la différence que le candidat-locuteur ne laisse pas le modérateur-interlocuteur prendre en charge l’alternative qui lui est proposée : il s’exprime sans son autorisation. En ce qui concerne leur emploi en discours, ces questions rhétoriques ont une fonction de commentaire métadiscursif : le locuteur-énonciateur adopte une « position de surplomb » vis-à-vis du dire en construction (Authier-Revuz 1998), il produit un commentaire réflexif qui contribue à mettre en valeur le locuteur et son propos.

2.2. Reprise d’un contenu pré-construit

  • 11 Quatre énoncés présentant une telle configuration ont été relevés. Bien que minoritaire, ce type (...)

22Le contexte dialogal peut également être saisi au travers de l’emploi de marqueurs conversationnels : nous avons ainsi relevé l’exemple de « yes » qui vient signaler le fait « que le locuteur valide un point de vue exprimé par son interlocuteur » (Rossari, Beaulieu-Masson, Cojocariu et al., 2004 : 183) et établir de fait « un lien entre des segments linguistiques » (Branca-Rosoff, 2002 : 364-5) : en d’autres termes, il indique que son discours se fait non seulement l’écho d’un discours autre tenu par un interlocuteur présent ou non dans l’échange, mais qu’il se construit également sur la base de celui-ci. Le recours à l’auxiliaire modal MAY relaie et confirme cet écho dialogique interlocutif qui, dans cette configuration, peut être de type citatif ou responsif. Pour illustration, nous reproduisons deux énoncés relevés au sein de notre sous-corpus de travail11 :

(5) JOURNALIST. Some in the Pentagon (…) worry that the resulting shortage would be amounting to nothing less than unilateral nuclear disarmament. Is that a priority that you feel has been ignored by this administration, or are the Pentagon officials making too much of it?
DUKAKIS. (…) This is another example of misplaced priorities. An administration which wants to spend billions on weapons systems that we don’t need and can’t afford, and now confronts us with a very serious problem (…). Yes, if we don’t do something about it, we MAY find ourselves unilaterally, if I may use that term, dismantling some of these weapons.

JN. Certains, au Pentagone, (…) craignent que la crise qui en résulte n’aboutisse à rien de moins qu’un désarmement nucléaire unilatéral. Pensez-vous qu’il s’agisse là d’une priorité que l’administration actuelle a ignorée, ou bien que les représentants du Pentagone noircissent la situation ?
DK. (…) Voici un nouvel exemple de priorités inappropriées. Une administration qui veut dépenser des millions dans des systèmes d’armement dont nous n’avons pas besoin et que nous ne pouvons pas nous permettre, et qui nous confronte à présent à un problème très sérieux, […]. Oui, si nous ne faisons rien à ce sujet, il se peut que nous nous retrouvions, de manière unilatérale, si je peux utiliser ce terme, dans l’obligation de démanteler certaines de ces armes.

(6) MCCAIN. And I recommend a spending freeze that except for defense, Veterans Affairs, and some other vital programs, we’ll just have to have across-the-board - freeze.
[Deux questions plus tard – le sujet abordé concerne toujours les dépenses publiques]
OBAMA. And and that’s why I think it’s important for the president to set a tone that says all of us are going to contribute, all of us are going to make sacrifices, and it means that, yes, we MAY have to cut some spending, although I disagree with Senator McCain about an across-the-board freeze. That’s an example of an unfair burden sharing. That’s using - a hatchet to cut the federal budget. I want to use a scalpel so that people who need help are getting help and those of us, like myself and Senator McCain, who don’t need help, aren’t getting it. That’s how we make sure that everybody is willing to make a few sacrifices.

MC. Et je recommande un gel des dépenses, à l’exception des dépenses destinées à la défense, aux Anciens Combattants et à quelques autres programmes vitaux, nous devons nous soumettre à un gel général des dépenses.
OB. Et c’est pourquoi je pense qu’il est important que le Président donne le ton, qu’il dise que nous tous allons contribuer, nous tous allons faire des sacrifices, et cela signifie que, oui, il se peut que ayons à réduire certaines de nos dépenses, bien que je sois en désaccord avec le Sénateur McCain au sujet d’un gel général des dépenses. Voilà un exemple de fardeau injustement partagé. Cela revient à utiliser - une hache pour réduire le budget fédéral. Je veux pour ma part utiliser un scalpel afin que les personnes qui ont besoin d’aide bénéficient de notre aide, et que ceux qui n’en ont pas besoin, comme le Sénateur McCain et moi-même, n’en bénéficient pas. Voilà comment nous nous assurons du fait que tout le monde sera disposé à faire quelques sacrifices.

23Dans l’énoncé (5), Dukakis répond au journaliste en reprenant fidèlement ses propos explicitement attribués à des représentants du Pentagone : MAY traduit, à l’évidence, une concession du candidat démocrate faite à leur encontre, renforcée par l’emploi du marqueur « yes ». Le fonctionnement de l’énoncé (6) schématisé en figure 3 est plus complexe en ce que la reprise concessive se révèle moins « transparente ».

Figure 3. Schématisation de l’emploi de MAY dans l’énoncé (6)

Figure 3. Schématisation de l’emploi de MAY dans l’énoncé (6)

24Barack Obama s’exprime sur la nécessité de réduire ou non les dépenses publiques. Il reconnaît qu’il sera nécessaire de limiter certaines de ces dépenses (énoncé noté ①) mais refuse l’analyse que son adversaire John McCain a présentée quelques minutes auparavant et qui préconise un gel pur et simple (énoncé noté ⓪). La relation prédicative < we have to cut some spending > nuance ainsi la proposition de son adversaire construite à partir de la relation < we have to have across-the-board spending freeze >. Mais nuancer ne signifie pas s’opposer. De fait, l’emploi de « yes » marque l’existence d’un certain accord entre les deux candidats : la question de la baisse des dépenses publiques semble faire consensus. Pour autant, là aussi, Obama tempère ses propos : il se montre moins catégorique que McCain puisqu’il réintroduit, grâce au modal MAY, l’altérité notionnelle de ce domaine complexe tandis que le candidat républicain n’en construit qu’une branche via l’emploi de WILL.

25Le modal MAY marque l’opération de parcours des possibilités de validation (noté ①’) et de non-validation (noté ①’’). Il indique que le locuteur-énonciateur parcourt l’altérité du domaine notionnel de la relation prédicative qu’il évalue, et prend successivement en charge des discours signifiant en ①’ la nécessité de réduire certaines dépenses publiques et en ①’’ celle de ne pas les réduire ou d’agir différemment. L’attribution de ces deux discours est incertaine : ①’ peut être prêté à McCain, concession faite à l’adversaire à laquelle est opposée ①’’ porté par Obama lui-même ; ①’ et ①’’ peuvent également être attribués à des référents extérieurs aux échanges du fait qu’ils définissent deux postures économiques et sociales sur lesquelles démocrates et républicains divergent traditionnellement ; ils peuvent enfin être prêtés au candidat lui-même, engagé dans un dialogue intérieur. Le fonctionnement de MAY génère ainsi des manifestations de dialogisme interlocutif, interdiscursif ou d’autodialogisme. Le marqueur conversationnel « yes » souligne quant à lui que les opérations de construction et de parcours en ① se font l’écho positif (bien que non fidèle) d’un discours préexistant (reproduit en ⓪), attesté et attribué à un interlocuteur identifié, McCain : on observe un effet dialogique interlocutif de type citatif. L’analyse nous porte ainsi à conclure au fait que : (i) le dialogisme généré par l’énoncé n’est pas dû au seul contexte interactionnel, ni même à la seule construction concessive, mais bien, aussi, aux propriétés en langue du marqueur de modalité MAY ; et (ii) les échos dialogiques générés par MAY peuvent être différents de ceux résultant du contexte et/ou de l’emploi d’autres marqueurs.

26Une remarque doit être faite quant à ces phénomènes d’écho et à la manière dont ils sont exploités en discours. Il est en effet assez surprenant de voir un candidat prendre en charge, partiellement ou dans son intégralité, le discours d’un adversaire ou d’une personne tierce et s’y montrer favorable ; la surprise est d’autant plus forte lorsqu’il s’agit, comme en (5) et (6), d’actions politiques aux conséquences négatives pour de nombreux électeurs : le démantèlement unilatéral de la force de frappe du pays et la prévision d’une baisse future de certaines dépenses publiques. Cela ne contribue certes pas à le mettre en valeur et semble même aller à l’encontre de ses intérêts. Pour autant, en allant puiser de la sorte dans un « « déjà-là » discursif » (Vion 2005 : 8), et en laissant entendre que sa validation est envisageable, le candidat-locuteur réussit en quelque sorte à dramatiser la situation et à asseoir la pertinence de son programme politique. En outre, via le marqueur « yes », il indique qu’il n’est pas la source énonciative première de ce positionnement négatif attribué à un référent autre (identifié ou non). L’impact négatif d’une telle reprise pour le candidat est donc limité du fait que le focus énonciatif et argumentatif de l’énoncé pointe en réalité en direction du discours original et de la source énonciative première : dans les exemples analysés, ce détachement est d’autant plus marqué qu’en (5), Dukakis juge ce démantèlement « une priorité inappropriée » adoptée par l’administration adverse, et qu’en (6), Obama considère la proposition de McCain comme un « exemple de fardeau injustement partagé ».

27L’emploi de MAY dans des contextes explicitement interactifs laisse ainsi transparaître des phénomènes d’écho entre plusieurs énoncés, attestés ou non. S’il est vrai que ces contextes en favorisent l’émergence, il est également apparu qu’ils s’appuient, comme nous en avions fait l’hypothèse, sur diverses opérations métalinguistiques. Munie de ces résultats, nous allons à présent nous intéresser aux emplois de MAY dans des contextes non interactifs, en nous concentrant plus particulièrement sur les stratégies discursives à visée persuasive qu’ils contribuent à élaborer.

3. MAY en contexte non explicitement interactif et exemples de stratégies discursives

28Les contextes d’emploi abordés ici apparaissent dans un environnement d’apparence monologale au sens où les candidats n’interagissent pas explicitement avec un interlocuteur donné. Pour autant, ceci n’est qu’une impression : en effet, selon Volochinov :

« Les énoncés longuement développés, et bien qu’ils émanent d’un interlocuteur unique - par exemple : le discours d’un orateur, le cours d’un professeur, le monologue d’un acteur, les réflexions à haute voix d’un homme seul - sont monologiques par leur seule forme extérieure, mais, par leur structure sémantique et stylistique, ils sont en fait essentiellement dialogiques » (1970/1981 : 292 – nous soulignons)

  • 12 A message is manipulative if it twists the vision of the world (physical as well as social – or h (...)
  • 13 Il s’avère en effet que notre sous-corpus de travail comprend huit fois plus d’énoncés contribuan (...)

29Par conséquent, quand un candidat présente son point de vue comme s’il réfléchissait « à haute voix », il s’adresse à l’auditoire, à son/ses adversaire(s) et interagit avec eux en répondant à leurs doutes et critiques éventuels, en anticipant leurs questions, etc. Dans notre perspective, les occurrences de MAY dans des énoncés d’apparence monologique seraient à considérer comme une des traces linguistiques de cette interaction du fait qu’il donne corps à ces éventuels doutes, critiques et questions et/ou aux réponses que les candidats apportent. Comment, dans un tel cadre, le jeu de voix rendu possible par MAY est-il exploité par les candidats ? Deux cas de figure sont envisagés. Dans un premier temps, nous allons nous intéresser à l’élaboration de discours opaques à même de protéger les candidats des attaques d’autrui tout en valorisant leur face positive, entendue, à la suite de Goffman (1973) et Brown et Levinson (1978/1987) comme l’ensemble des images de soi projetées en discours ; dans un second temps, nous identifierons et observerons le fonctionnement de discours dits manipulatoires car ils contribuent, selon Eddo Rigotti, à « déforme[r] la vision du monde (aussi bien physique que social (ou humain), réel ou fictif) que s’en fait l’interlocuteur (…), [lequel] poursuit ainsi les objectifs du manipulateur tout en pensant poursuivre ses propres objectifs » (2005 : 68 – notre traduction12). Au travers des exemples analysés, nous tâcherons d’expliquer pourquoi l’auxiliaire modal MAY trouve son expression privilégiée au sein d’énoncés créant un climat anxiogène13.

3.1. Opacité discursive et protection de la face positive du locuteur

30En contexte électoral, le triptyque sous-jacent à toute prise de parole politique – informer-convaincre-séduire – devient particulièrement pertinent. En effet, pour emporter le vote de l’auditoire, un candidat se doit de présenter et démontrer que son programme et sa personnalité sont à même de résoudre des situations jugées non satisfaisantes, inconfortables, voire désastreuses. Cependant, afin d’éviter que ses déclarations ne compromettent son avenir politique, il se doit de « prévoir trois choses : les critiques de ses adversaires, les effets pervers de l’information médiatique et les mouvements sociaux qu’il doit tenter de neutraliser par avance. » (Charaudeau 2005a : 5). Il doit, en d’autres termes, contrôler l’image positive qu’il projette – sa face positive – et protéger sa face négative (Brown et Levinson 1978/1987), ensemble des territoires (corporel, spatial, temporel, matériel ou symbolique) du soi qui rendent libre d’agir et permettent d’échapper aux pressions externes. Le recours au modal MAY apparaît pertinent dans le cadre de cette double tension : les exemples (7) et (8) vont nous aider à illustrer notre propos. John F. Kennedy et George W. Bush y envisagent les chances d’actualisation d’une situation donnée, à savoir en (7) la probabilité que la Chine possède l’arme nucléaire d’ici 1963, et en (8) que Saddam Hussein développe en 2000 des armes de destruction massive.

(7) KENNEDY. But, I’m most concerned about the whole problem of the spread of atomic weapons. China MAY have it by 1963, Egypt # War has been the constant companion of mankind, so to have these weapons disseminated around the world, I believe means that we’re going to move through a period of hazard in the next few years.

KN. Mais, ce qui me préoccupe le plus, c’est ce problème de diffusion des armes nucléaires. Il se peut que la Chine la possède d’ici 1963. L’Égypte # La guerre a été un compagnon fidèle de l’humanité, alors, le fait de voir ces armes disséminées à travers le monde, je crois que cela signifie que nous allons avoir à évoluer au cours des prochaines années dans une période pleine de dangers.

(8) W. BUSH. Saddam Hussein still is a threat in the Middle East. Our coalition against Saddam is unravelling. Sanctions are loosened. I # The man who MAY be developing weapons of mass destruction, we don’t know because inspectors aren’t in. [W. Bush]

WB. Saddam Hussein est toujours une menace au Moyen-Orient. Notre coalition contre Saddam est en train de partir en miettes. Les sanctions se font moins fortes. Je # Cet homme qui est peut-être en train de développer des armes de destruction massive, nous ne le savons pas car les inspecteurs ne sont pas sur le terrain.

31La validation ou la non-validation de chaque relation prédicative est calculée sur la base de l’image que Kennedy et Bush se font des actants concernés, la Chine en (7) et S. Hussein en (8). Kennedy semble favoriser la situation selon laquelle la Chine possèdera l’arme nucléaire d’ici 1963 et Bush opter pour le fait que S. Hussein développe en 2000 des armes de destruction massive : ils valorisent et font exister deux discours issus du parcours de la branche I de chacun des domaines notionnels respectivement sous-jacents aux énoncés « China has it » et « [S. Hussein] is developing weapons ». Ces positionnements, ainsi devenus « audibles », donnent à voir une image anxiogène de la réalité, l’auditoire étant en effet en droit de se demander comment réagir aux menaces potentielles que représentent la Chine des années 1960 et l’Irak des années 2000.

32Cependant, Kennedy et Bush n’oublient pas que leurs opinions-affirmations ne peuvent être validées hic et nunc : en effet, Kennedy se projette dans le futur en (7), et Bush reconnaît en (8) qu’aucune vérification n’est possible au moment de l’énonciation. En outre, ces prises de position – justifiées ou non – ne peuvent pas être assumées ouvertement : compte tenu du cadre communicationnel dans lequel les deux candidats s’expriment (les débats présidentiels), un positionnement net serait, sinon dangereux sur la scène internationale, au moins risqué au cours du débat. Un contradicteur, l’adversaire ou le modérateur-journaliste, pourrait en effet facilement remettre en question leur crédibilité : c’est là un pari bien trop osé dans ce contexte politique et électoral. Par conséquent, tous deux se doivent de maintenir l’altérité notionnelle des domaines envisagés et de prendre en charge les discours issus du parcours de la branche E, à savoir « China does not have it » et « [S. Hussein] is not developing weapons ». Ces discours peuvent être attribués à un opposant présent en plateau ou non (dont il anticiperait leur réaction), voire aux candidats eux-mêmes, dans une attitude autoréflexive : de ce fait, les phénomènes d’échos observés correspondent à la définition adoptée des manifestations de dialogisme interlocutif (de type citatif ou anticipatif) et/ou d’autodialogisme. Chemin faisant, les candidats laissent une place à autrui, acceptent et intègrent d’autres opinions que les leurs au sein de leur propre parole, et se montrent attentifs aux voix discordantes. En un mot, ils élaborent une image positive d’eux-mêmes, valorisant les ethos d’humilité, de crédibilité et de légitimité (Charaudeau 2005a) : leur face positive s’en trouve valorisée. Ces autres discours leur permettent également de se construire une position de repli, car ils donnent la possibilité aux candidats de prendre leur distance vis-à-vis de leur propre positionnement sans pour autant avoir à se désavouer, protègeant ainsi leur espace, leur face négative.

33Dans ce contexte, le recours à l’auxiliaire MAY se révèle pertinent puisqu’il offre la possibilité aux candidats de faire exister des prises de position appartenant à d’autres référents sans forcément avoir à les partager. Leurs opinions restent dominantes – en (7) et (8), les énoncés prononcés sous la forme positive les reprennent explicitement – mais se trouvent « noyées » parmi d’autres : on retrouve ainsi une mise en pratique de ce que Patrick Charaudeau nomme stratégie du flou, une stratégie

qui consiste à faire des déclarations suffisamment générales, alambiquées et parfois ambiguës pour qu’il soit difficile de le prendre en défaut, de lui reprocher d’avoir menti sciemment. (2005a : 81)

34On voit par ailleurs que l’articulation du principe dialogique aux propriétés en langue du modal apporte un nouvel éclairage à la notion d’équipossibilité : l’instabilité construite par MAY ne traduit pas, dans les exemples analysés, l’incertitude du candidat vis-à-vis de l’actualisation d’une situation donnée, ni même un refus de sa part de se prononcer sur celle-ci. Les candidats eux-mêmes ne semblent pas « croire » en cette équipossibilité. Plutôt, cette construction contribue à créer du « flou », un discours opaque que le candidat peut exploiter pour (i) faire connaître son opinion ainsi que les objections potentielles d’autrui, et (ii) valoriser l’image qu’il renvoie à l’auditoire tout en conservant la possibilité d’adopter une position de repli. Pour clore cette étude, nous allons envisager une autre exploitation stratégique de la valeur d’équipossibilité : il s’agit des cas où le modal MAY favorisent l’élaboration de discours manipulatoires.

3.2. Échos dialogiques et stratégies discursives manipulatoires

35Nous appelons stratégie discursive manipulatoire la mise en œuvre de moyens linguistiques à même d’orienter l’interprétation de l’interlocuteur en direction d’un contenu / d’une situation qui bénéficiera au manipulateur sans que le manipulé n’en soit réellement conscient (Rigotti 2005). Le recours au modal MAY constitue, dans cette perspective, un des moyens dont dispose le manipulateur.

36Employer ce marqueur dans un énoncé revient à construire et maintenir intacte l’altérité notionnelle des situations envisagées, et, de fait, à laisser le champ interprétatif de l’interlocuteur « maximalement » libre, ouvert à l’ensemble des possibles. Or, nous allons voir dans les énoncés (9) à (11) que l’émergence des effets de dialogisme (interdiscursif et/ou interlocutif) rendue possible par le modal, ainsi que la mise en œuvre de procédés discursifs divers contribuent non seulement à valoriser explicitement le positionnement adopté par les candidats, mais aussi à biaiser l’interprétation de l’auditoire. En d’autres termes, il apparaît que les propriétés caractérisant en langue le modal MAY sont exploitées en discours de manière à laisser croire à l’auditoire qu’il jouit d’un maximum de liberté au cours de son processus interprétatif, alors même que les candidats la contraignent afin de valoriser leurs opinions et de voir l’interprétation finale de l’auditoire leur être favorable.

37Dans les énoncés (9) à (11), les manifestations dialogiques naissent des opérations de construction et de parcours de l’altérité notionnelle : nous ne reprenons pas en détail leur analyse, car elle repose sur les mêmes mécanismes langagiers que ceux vus précédemment. En (9), John F. Kennedy envisage la probabilité selon laquelle le conflit militaire concernant les Îles Quemoy et Matsu débouche sur une guerre mondiale ; Richard Nixon en (10) s’interroge sur la nécessité d’augmenter les impôts ; en (11), Jimmy Carter estime probables les persécutions religieuses à l’encontre des Catholiques et des Baptistes.

(9) KENNEDY. But, with General Ridgway, (…), I think it’s unwise to take the chance of being dragged into a war which MAY lead to a world war over two islands which are not strategically defensible.

KN. Cependant, en accord avec le général Ridgway (…), je pense qu’il est imprudent de courir le risque d’être entrainé dans une guerre, qui peut bien devenir une guerre mondiale, pour deux îles que l’on ne peut pas défendre d’un point de vue stratégique.

(10) NIXON. Our expenditures for defense, our expenditures for Mutual Security (…) are not going to get less. In my opinion they’re going to be de - be greater. I think it MAY be necessary that we have more taxes. I hope not.

NX. Nos dépenses pour la défense, nos dépenses pour le plan de sécurité mutuelle (…) ne vont pas baisser. A mon avis, elles vont même s’accroître. Je pense qu’il se peut que cela soit nécessaire d’augmenter les impôts. J’espère que cela ne sera pas le cas.

(11) CARTER. I don’t believe that Arab countries will pursue it when we have a strong president who will (…) protect people in this country who happen to be Jews. It MAY later be Catholics; it MAY later be Baptists who are threatened by some foreign country.

CR. Je ne crois pas que les pays arabes continueront sur cette voie quand nous aurons un président fort qui (…) protégera les habitants de ce pays, des habitants juifs. Plus tard, il se peut que cela arrive aux catholiques ; après ce sera peut-être au tour des baptistes d’être persécutés par quelque pays étranger.

38A l’instar des exemples (7) et (8), on constate que les candidats font prévaloir leur positionnement tout en faisant exister d’autres discours différents ou contraires aux leurs, portés par leurs adversaires respectifs ou par des personnes tierces, dans le but de se prémunir contre d’éventuelles attaques. Les manifestations de dialogisme (citatif) interdiscursif et/ou interlocutif générées dans les énoncés (9) à (11) sont exploitées par les candidats pour renforcer leur face positive et protéger leur face négative.

  • 14 Nous avons montré ailleurs (Bendinelli 2008) que le mouvement ici opéré par Nixon est d’ailleurs (...)

39Ces énoncés présentent cependant des configurations sensiblement différentes de celles des exemples (7) et (8) en ce que l’opinion des candidats apparaît moins masquée qu’alors : en effet, en (9), le positionnement de Kennedy s’appuie sur les dires d’un Général reconnu de l’armée américaine, le Général Ridgway, et Nixon, en (10), reprend à son compte un discours emprunté à la doxa, bien connu en politique, et que l’on pourrait résumer sous l’équation « hausse des dépenses publiques = hausse des recettes fiscales »14. Le fonctionnement de l’énoncé (11) est quant à lui proche de celui de l’énoncé (1) qui avait ouvert notre réflexion du fait que Carter découpe le monde qui l’entoure – en l’occurrence, les confessions religieuses aux États-Unis – en diverses catégories ; l’actualisation de ces situations complémentaires n’est toutefois pas envisagée comme exclusive l’une de l’autre, comme en (1), mais plutôt de manière successive, ce qui crée un effet d’enchaînement, d’accélération quasi inéluctable, qui en vient presque à évacuer la probabilité – toujours ouverte – qu’aucune de ces situations ne s’actualise réellement. Ces procédés discursifs – recours à des sources externes (en (9) et (10)) ou à un effet d’accumulation (en (11)) – donnent davantage de poids, de force, aux prises de position que les candidats élaborent et adoptent.

40Plus précisément, ces prises de position sont d’autant plus « audibles » qu’elles prennent corps dans des énoncés projetant une image négative de la réalité, et au sein desquels l’auxiliaire de modalité contribue à laisser penser à l’existence d’une éventuelle menace, militaire en (9), économico-sociale en (10), liée au terrorisme religieux en (11). Donner à voir l’existence d’un danger est le meilleur moyen pour, d’une part, faire « oublier » que celui-ci n’est qu’une probabilité parmi d’autres, d’autre part, rallier le plus grand nombre à son projet. Compte tenu de la situation négative ainsi dessinée, l’auditoire peut ainsi en venir à « oublier » que la menace d’insécurité n’est qu’une des voies possibles, celle que présente le candidat, qui, dans ce contexte, apparaît comme le rempart le plus efficace : il est crédible parce qu’il a su anticiper son existence, ce qui, en retour, le rend légitime pour proposer des solutions adéquates. Par conséquent, en lui apportant son soutien, l’auditoire opte pour le comportement le plus approprié.

41Poser l’existence d’une menace, construire un cadrage anxiogène et suggérer (implicitement) des recommandations sur le comportement à adopter : les conditions de réussite des appels à la peur sont réunies (Chabrol et Radu 2008 : 60). Pour autant, s’ils suscitent une crainte trop grande, ces appels pourraient s’avérer contreproductifs (Girandola 2003 : 101) : toute la pertinence de l’emploi du modal MAY, dans ce contexte, naît justement du fait qu’il permet au candidat de faire exister en contrepoint un contenu discursif contraire ou différent du positionnement qu’il défend, lui offrant la possibilité de donner corps à une menace sans toutefois grossir le trait.

42Dans ce contexte, il apparaît que le champ interprétatif de l’auditoire, confronté à de tels énoncés, n’est pas aussi « ouvert » que ce que suggère l’emploi de MAY. Certes, l’auxiliaire maintient intacte l’altérité du domaine notionnel considéré ; cependant, ici, l’équipossibilité qui en découle ne correspond pas à l’intention de communication des candidats-locuteurs qui favorisent une des situations construites. Les efforts mis en œuvre pour valoriser leur positionnement au détriment d’autres sont multiples : choix d’une formulation rendant leur opinion quasi explicite, sélection du nombre et de la qualité des informations transmises, élaboration d’images positives de soi pour légitimer leur statut de candidat et leurs dires, appels à la peur. Une branche de l’altérité domine alors sa complémentaire. Le champ interprétatif de l’auditoire s’en trouve biaisé sans que ce dernier n’en soit conscient : non seulement les mouvements discursifs opérés par un candidat donné ne sont pas perçus comme mal intentionnés, mais le public s’en remet à lui parce qu’il le croit sincère et/ou pour se protéger d’une menace potentielle. Par conséquent, nous pensons que l’emploi de l’auxiliaire MAY favorise l’élaboration d’un discours manipulatoire, au sens donné par Eddo Rigotti (2005). Comment peut-on l’expliquer ?

  • 15 Coming back to what we proposed before, manipulation is reanalysed as an attempt to limit and, he (...)

43Pour répondre à cette question, nous faisons nôtre la définition de la notion de manipulation que donnent Maillat et Oswald (2009). Pour ces auteurs, qui s’appuient sur le cadre de la Théorie de la Pertinence (Sperber et Wilson (1995)), la manipulation renvoie à « une tentative de limiter et, ce faisant, de tromper le processus de sélection de contextes [lors de l’interprétation] afin de contrôler la compréhension de quelque énoncé cible » (2009 : 363 – notre traduction15). Nous avons constaté, lors de l’analyse des exemples (9) à (11), que les effets de pondération propres au fonctionnement en langue et en discours du modal ainsi que l’émergence des effets dialogiques contribuent à valoriser certains discours au détriment d’autres de manière à les rendre plus accessibles lors de l’interprétation. Une telle hiérarchisation contribue, à notre sens, à « tromper le processus de sélection de contexte » observé par Maillat et Oswald. Par conséquent, l’exploitation des propriétés énonciatives et dialogiques du modal MAY peut être considérée comme manipulatoire du fait qu’elle contribue à la mise en saillance de certains contextes, ce qui a pour effet d’orienter le processus interprétatif de l’interlocuteur-manipulé au bénéfice du locuteur-manipulateur.

44Le raisonnement ici conduit ne présage en rien de l’efficacité des stratégies mises en œuvre, ni même des comportements effectivement adoptés par l’auditoire ; nous ne prétendons pas non plus tenir un discours psychologisant, le terme même de « stratégie » n’impliquant nullement, comme le rappelle Vion, « l’existence d’un sujet qui maîtriserait de manière consciente ses comportements communicatifs » (2005 : 4). Nous suggérons plutôt que le cadre présenté, articulant analyses en langue et en discours de l’auxiliaire MAY, contribue à asseoir, sur le plan théorique, les fondements linguistiques de certaines stratégies discursives.

4. Modalité, dialogisme et altérité notionnelle

45Quelques remarques conclusives doivent être faites au sujet du statut de l’auxiliaire MAY, et de la relation unissant les notions de dialogisme et d’altérité notionnelle.

46Au travers des analyses menées, il est apparu que les opérations métalinguistiques à l’origine du signifié en langue de l’auxiliaire modal MAY permettent d’expliquer non seulement l’existence mais aussi l’émergence des effets dialogiques. Ces effets procèdent, nous l’avons vu, de l’activation systématique et de la sélection – au sein des occurrences et situations formant l’altérité notionnelle constitutive des domaines envisagés – de certaines occurrences et situations correspondant à des discours (potentiellement) tenus par autrui. A ce titre, les échos dialogiques produits par MAY ne sont pas sporadiques ; ils ne sont pas non plus conditionnés par le
co(n)texte discursif et interactif. Par conséquent, l’auxiliaire de modalité MAY ne constitue pas un signal dialogique mais bien un marqueur dialogique (Bres et Mellet 2009).

  • 16 Au sujet de l’emploi de l’auxiliaire modal WILL dans les simples renvois à l’avenir, Gilbert note (...)

47Tous les auxiliaires modaux sont-ils aptes à faire émerger le dialogisme ? L’analyse ici présentée nous amènerait à penser que les auxiliaires modaux dont la représentation formelle nie explicitement l’altérité (une seule branche de l’altérité est construite) n’en favoriseraient pas l’apparition. Cependant, cette conclusion est peut-être trop spontanément intuitive. La lecture attentive de notre corpus nous incite en effet à penser que même un modal comme WILL qui, certes, sélectionne I (ou E) « en tout cas » (Deschamps 2001 : 6) et exprime un fort engagement assertif du locuteur, n’est pas exempt d’emplois dialogiques16. Est-il pour autant un marqueur dialogique ? Cela reste à examiner de près, ce qui ne nous est pas possible dans le cadre de cet article.

48Par ailleurs, le fait d’étiqueter le modal MAY comme un marqueur de dialogisme pourrait laisser penser que le dialogisme trouve sa place en langue. Il apparaîtrait même tentant d’assimiler les notions d’altérité et de dialogisme puisque toutes deux renvoient au fait qu’un énoncé est sans cesse confronté à des entités autres, dans une dynamique de double tension. Toute production est en effet tout à la fois (i) envisagée (et définie) par identification et différenciation (tension en interne relative à la construction de l’altérité notionnelle : par exemple, la négation définie par rapport à l’assertion positive correspondante), et (ii) considérée au sein des discours qui ont existé, existent, et existeront (tension en externe relative à l’émergence du principe dialogique). Toutefois, la tentation d’envisager dialogisme et altérité conjointement, au risque de les confondre, doit s’arrêter là. Ces deux notions procèdent en effet de deux dimensions différentes : si, pour Culioli, l’altérité constitutive de la notion est un concept (méta)linguistique (1990 tome 1 : 102-03), le dialogisme dépend, pour Bakhtine, de la translinguistique et se situe au-delà du niveau linguistique. Ainsi :

« Ce qui compte, c’est non pas l’existence de certains idiolectes, de dialectes sociaux, etc., décelables à l’aide de critères purement linguistiques, mais l’angle dialogique sous lequel ils s’opposent ou se juxtaposent à l’intérieur de l’œuvre. Là, les critères linguistiques sont inopérants car les rapports dialogiques, bien qu’entrant dans le domaine du mot, échappent à une étude de ce dernier purement linguistique. Les rapports dialogiques (y compris ceux du locuteur avec son propre mot) sont un objet de la translinguistique » (Bakhtine 1963/1970 : 238-239 – nous soulignons).

49En outre, le critère relatif à la nature des unités d’H. Constantin de Chanay (2006) permet de contraster les deux notions. L’altérité constitutive d’un domaine notionnel forme un paradigme d’énoncés fort divers : elle reprend des discours (supposés) tenus et munis de coordonnées subjectives et spatio-temporelles ainsi que des représentations (purement) mentales potentiellement jamais prononcées ; le dialogisme, lui, présente un paradigme plus restreint car réduit aux discours munis d’un signifié et d’un signifiant. Le dialogisme semble « finaliser » l’altérité (nous empruntons la formule à Anna Jaubert) : il permet l’activation de certains discours constituant l’altérité notionnelle et les met en relation avec le flux de discours dans lequel se trouve tout énoncé, en amont et en aval de sa production.

Conclusion

50Au terme de cette étude, il est apparu que le caractère dialogique observé par Gilbert (2001) et Ranger (1998) pour l’auxiliaire modal MAY au sein d’énoncés concessifs peut être généralisé à l’ensemble de ses emplois possibles : les analyses effectuées à partir du relevé exhaustif effectué au sein de notre corpus de débats présidentiels américains tendent à le prouver. Nous inscrivant dans le cadre théorique de la Théorie des Opérations Énonciatives de Culioli (1990), nous avons montré que les opérations énonciatives sous-jacentes au signifié en langue de l’auxiliaire MAY – construction de l’altérité constitutive notionnelle, parcours et fléchage des branches de cette altérité – rendent possible l’émergence de divers effets dialogiques. A ce titre, MAY constitue un marqueur de dialogisme (Bres et Mellet 2009).

51Que le contexte présente une dynamique interactionnelle explicite ou non, le fonctionnement de MAY implique la résonance d’un discours pris en charge par un locuteur-énonciateur avec un ou plusieurs autres discours dont l’origine énonciative peut être attribuée : (i) au locuteur lui-même (cas d’autodialogisme rencontré pour les énoncés épistémiques avec alternatives non apparentes) ; et/ou (ii) à un interlocuteur réel ou fictif (cas de dialogisme interlocutif de type anticipatif dans les demandes de permission réelles ou rhétoriques notamment) ; ou encore (iii) à un référent non identifié (cas de dialogisme interdiscursif observé avec les énoncés épistémiques avec alternatives apparentes ou non).

52Munie de cet appareil théorique et méthodologique empruntant à la linguistique formelle et à l’analyse de discours, un nouvel éclairage a été apporté au fonctionnement du marqueur MAY, son rôle s’est vu précisé. L’analyse des 133 occurrences relevées en contexte de débats présidentiels a confirmé le fait selon lequel les propriétés intrinsèques de l’auxiliaire modal contribuent à élaborer des stratégies discursives visant à valoriser les prises de position du locuteur, à souligner (voire renforcer) les images positives dont il bénéficie, à s’assurer une position de repli sans avoir à se désavouer, et à orienter, enfin, l’interprétation de l’auditoire par la représentation d’une réalité biaisée : son rôle a ainsi été envisagé au sein de la « stratégie du flou » (Charaudeau 2005a) et de discours manipulatoires (Rigotti 2005, Maillat et Oswald 2009).

53Enfin, si le dialogisme est un fait incontournable, contribuant à la dynamique de construction du sens, il demeure un principe translinguistique (Bakhtine 1963/1970) qui, à ce titre, ne peut ni ne doit être intégré en langue. Le dialogisme repose sur un ensemble d’opérations métalinguistiques et vient finaliser l’altérité notionnelle en sélectionnant et en donnant à entendre certains discours identifiables et attribuables à autrui.

Top of page

Bibliography

Authier-Revuz, J. (1998), « Énonciation, méta-énonciation. Hétérogénéités énonciatives et problématiques du sujet », in Vion R. (éd.), Les sujets et leurs discours. Énonciation et interaction, 63-79.

Bakhtine, M. (1929/1977), Le marxisme et la philosophie du langage, Éditions de minuit, Paris.

Bakhtine, M. (1952/1984), Esthétique de la création verbale, Gallimard, Paris.

Bakhtine, M. (1963/1970), La Poétique de Dostoievski, Seuil, Paris.

Bendinelli, M. (2008), Contribution à l’étude des modalités intersubjectives au sein d’un corpus de débats présidentiels médiatisés aux Etats-Unis. Mémoire de Master recherche encadré par Sylvie Mellet (DR – CNRS) et Laurent Rouveyrol (MCF). Université Nice Sophia-Antipolis.

Benveniste, E. (1966), Problèmes de linguistique générale, I, Gallimard, Paris.

Biber, D., Stig, J., Leech., G., Conrad, S., Finegan, E. (1999), Grammar of Spoken and Written English, Longman (Pearson Education Limited), London.

Branca-Rosoff, S. (2002), « Marqueur conversationnel », in Charaudeau, P. et Maingueneau, D., (eds) Dictionnaire d’analyse du Discours, 364-65.

Bres, J. (2005), « Savoir de quoi on parle : dialogue, dialogal, dialogique ; dialogisme, polyphonie… » in Bres, J., Haillet, P.P., Mellet, S., Nølke, H., Rosier, L., (Sous. la direction de), Dialogisme et polyphonie, Approches linguistiques, 47-61.

Bres, J. et Mellet, S. (Sous la direction de) (2009), Dialogisme et marqueurs grammaticaux, Langue Française, n° 163.

Bronckart, J-P. et Bota, C. (2011), Bakhtine démasqué. Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif, Librairie Droz, Genève.

Brown, P. et Levinson, S.C. (1978/1987), Politeness: Some Universals in Language Usage, University Press, Cambridge.

Chabrol, C. et Radu, M. (2008), Psychologie de la communication et de la persuasion - Théories et applications, De Boeck, Bruxelles.

Charaudeau, P. (1992), Grammaire du Sens et de l’Expression, Hachette, Paris.

Charaudeau, P. (2005a), Le Discours politique – Les Masques du pouvoir, Vuibert, Paris.

Charaudeau, P. (2005b), « Quand l’argumentation n’est que visée persuasive. L’exemple du discours politique », in Burger, Marcel et Guylaine Martel (ss. la dir. de), Argumentation et communication dans les médias, 29-49.

Coates, J. (1983), The Semantics of the Modal Auxiliaries, Croom Helm, London-Canberra.

Constantin de Chanay, H. (2006), « Dialogisme, polyphonie, diaphonie : approche interactive et multimodale », in Perrin, L., (Sous la direction de), Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, 49-75.

Culioli, A. (1990), Pour une Linguistique de l’Énonciation, tomes I, II et III, Ophrys, Paris-Gap.

Deschamps, A. (2001), « Approche énonciative des modaux de l’anglais », in Bouscaren, J., Chuquet, J. (eds), Modalités et opérations énonciatives, Cahiers de recherche, tome 8, 3-21.

Gilbert, E. (2001), « Vers une analyse unitaire des modalités – MAY, MUST, CAN, WILL, SHALL », in Bouscaren, J., Chuquet, J. (eds), Modalités et opérations énonciatives, Cahiers de recherche, tome 8, 23-99.

Girandola, F. (2003), Psychologie de la persuasion et de l’engagement, Presses Universitaires De Franche-Comté, Besançon.

Goffman, E. (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, Éditions de Minuit, Paris.

Maingueneau, D. (2002), « Discours », in Charaudeau, P. et Maingueneau, D., (eds) Dictionnaire d’analyse du Discours, 185-90.

Maillat, D. et Oswald, S. (2009), « Defining Manipulative Discourse: The Pragmatics of Cognitive Illusions », International Review of Pragmatics, 1, 348-370.

Mellet, S. (2009), « Dialogisme, parcours et altérité notionnelle : pour une intégration en langue du dialogisme ? », in Bres, J., et Mellet, S., (Sous la direction de), Dialogisme et marqueurs grammaticaux, Langue française, n° 163, 157-73.

Mellet, S. (2010), « Point de vue et repérage énonciatif : l’imparfait est-il un marqueur dialogique ? », Communication présentée au colloque international « Dialogisme : langue et discours », 8-10 septembre 2010, Université Montpellier II.

Nuyts, J. (2000), Epistemic Modality, Language, and Conceptualization – A Cognitive-Pragmatic Perspective. John Benjamins, Amsterdam-Philadelphia.

Palmer, F. (1979). Modality and the English Modals. Longman, London.

Palmer, F. (2001). Mood and Modality, 2nd edition. Cambridge University Press, Cambridge.

Papafragou, A. (2000). Modality: Issues in the Semantics–Pragmatics Interface. Elsevier, Amsterdam.

Rossari, C., Beaulieu-Masson, A., Cojocariu, C., Razgouliaeva, A. (2004), Autour des connecteurs - Réflexions sur l’énonciation et la portée, Peter Lang, Berne.

Ranger, G. (1998), Les Constructions concessives en anglais : une approche énonciative, Cahiers de recherche en grammaire anglaise, Numéro spécial, Ophrys, Paris-Gap.

Rigotti, E. (2005), « Towards a typology of manipulative processes », in Saussure (de), L., Schultz, P. (éd), Manipulation and Ideologies in the Twentieth Century, 61-83.

Sarale, J-M. (2009), « Potentialités dialogiques du déterminant possessif », Langue française, n°  163, 41-59.

Sperber, D. et Wilson, D. (1995) (2e ed.), Relevance: Communication and Cognition. Blackwell, Oxford.

Sweetser, E. (1990). From Etymology to Pragmatics: Metaphorical and Cultural Aspects of Semantic Structure. Cambridge University Press, Cambridge.

Vion, R. (2005), « Modalisation, dialogisme et polyphonie », in Perrin, L. (éd.), Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie, en langue et en discours, Recherches Linguistiques n° 28, 105-123. Disponible en ligne : < http://www.dialogicidad.cl/papers/Vion.pdf >

Vion, R. (2007), « Dimensions énonciative, discursive et dialogique de la modalisation », Estudos Lingüísticos, Vol. 8, n° 15, 195-224.

Volochinov, N.V. (1970/1981), « La Structure de l’énoncé », in Todorov, T., Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique, 287-314.

Top of page

Notes

1 La langue est ici entendue en son sens saussurien, comme un système de valeurs virtuelles partagé par les membres d’une communauté ; le discours renvoie à l’usage de la langue dans un contexte restreint, particulier et individuel. Voir à ce sujet la synthèse de Maingueneau (2002 : 188-9).

2 La paternité de la notion de dialogisme attribuée à Mikhaïl Bakhtine semble à présent être remise en cause par certains travaux, notamment ceux de Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota (2011). Bien qu’importante, cette polémique n’a toutefois pas de conséquences sur notre étude et les concepts que nous employons.

3 Notre corpus d’étude couvre les huit années électorales ayant mis en présence candidats démocrates et républicains, à savoir 1960, 1976, 1984, 1988, 1996, 2000, 2004 et 2008 – pour une distinction entre corpus d’étude et sous-corpus de travail, on se reportera à Rastier (2005 : 33). Les échanges sont fidèlement retranscrits : les fautes de syntaxe et répétitions éventuelles sont à imputer aux locuteurs. Les hésitations et pauses vocalisées sont encodées par le tiret « - » ; les reprises n’abandonnant pas le propos en cours de développement sont symbolisées par l’arobase « @ » ; celles qui, au contraire, marquent une telle rupture sont signalées au moyen du signe dièse « # ».

4 Les 13 % manquants renvoient aux énoncés relevant de plusieurs des sous-catégories.

5 Le formalisme adopté par la TOE implique que les relations prédicatives soient indiquées entre chevrons (< >), que le prédicat ne soit pas conjugué (du fait qu’il n’est pas encore ancré dans une situation d’énonciation) et que les énoncés actualisés soient signalés entre guillemets (« »).

6 Selon l’interprétation adoptée et la compréhension que l’on a de l’échange, les deux effets dialogiques coexistent ou non.

7 Un domaine notionnel est la forme structurée que prend une notion (ensemble de propriétés physico-socio-culturelles) au terme d’opérations de détermination qualitative (construction de la dimension qualitative du domaine regroupant l’ensemble des propriétés définitoires de la notion) et quantitative (fragmentation de la notion en diverses occurrences spatio-temporellement situées). Cette structuration aboutit à définir un intérieur I du domaine (ensemble des occurrences instanciant les propriétés définitoires de la notion), un extérieur E (ensemble des occurrences qui tout en ayant un rapport avec la notion n’en instancient pas suffisamment les propriétés) et une zone frontière F, assurant la transition entre I et E.

8 Comme on le voit, cette analyse emprunte plus largement aux diverses écoles qui ont théorisé la polyphonie.

9 La construction de plusieurs énonciateurs (pouvant correspondre ou non au locuteur) est nécessaire du fait « qu’un même énonciateur ne peut prendre en charge simultanément deux propositions contraires » (Mellet 2009 : 165) ou différentes.

10 On pourrait aussi prendre en considération les gloses méta-énonciatives, notamment analysées par Robert Vion (2005, 2007). Leur fonctionnement énonciatif et dialogique est proche de celui des demandes de permission réelle ou rhétorique : pour une étude détaillée, on se reportera à Bendinelli (2008).

11 Quatre énoncés présentant une telle configuration ont été relevés. Bien que minoritaire, ce type d’emploi et de construction est intéressant pour notre démonstration.

12 A message is manipulative if it twists the vision of the world (physical as well as social – or human – actual as well as virtual) in the mind of the addressee (…) and pursues the manipulator’s goal in the allusion of pursuing her/his own goal.

13 Il s’avère en effet que notre sous-corpus de travail comprend huit fois plus d’énoncés contribuant à élaborer une image négative de l’adversaire ou de la réalité que d’énoncés présentant une situation positive.

14 Nous avons montré ailleurs (Bendinelli 2008) que le mouvement ici opéré par Nixon est d’ailleurs particulièrement intéressant : Nixon laisse d’abord croire l’auditoire que le seul recours possible, pour faire face à la hausse des dépenses militaires, est d’augmenter les impôts (reprise de la doxa et dissimulation de sa subjectivité via le pronom we) ; dans un deuxième temps, par le parcours de la branche E du domaine notionnel sous-jacent à « It may not be neccesary (…) », il donne voix à d’autres solutions – sans toutefois les identifier et/ou les détailler – et se dissocie explicitement de son premier positionnement par l’énoncé « I hope not ». Ainsi, Nixon parvient à justifier le recours (s’il est élu) à une décision impopulaire tout en s’en dissociant explicitement.

15 Coming back to what we proposed before, manipulation is reanalysed as an attempt to limit and, hence, misguide the latter process of context selection in order to control the comprehension of some target utterance.

16 Au sujet de l’emploi de l’auxiliaire modal WILL dans les simples renvois à l’avenir, Gilbert note en effet que le locuteur-énonciateur s’appuie sur « des données observables […] a priori universellement envisageables […], une information objective qui lui a été transmise et dont il n’est que le détenteur confiant » (2001 : 82 – nous soulignons).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Schématisation (adaptée) selon la TOE de l’emploi de MAY dans l’énoncé (1)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/429/img-1.png
File image/png, 17k
Title Figure 2. Schématisation selon la TOE de l’emploi de MAY dans l’énoncé (4)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/429/img-2.png
File image/png, 10k
Title Figure 3. Schématisation de l’emploi de MAY dans l’énoncé (6)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/429/img-3.png
File image/png, 38k
Top of page

References

Bibliographical reference

Marion Bendinelli, « Modalité, dialogisme et stratégies discursives », Anglophonia/Sigma, 15 (30) | 2011, 163-186.

Electronic reference

Marion Bendinelli, « Modalité, dialogisme et stratégies discursives », Anglophonia/Sigma [Online], 15 (30) | 2011, Online since 20 April 2015, connection on 27 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/429 ; DOI : 10.4000/anglophonia.429

Top of page

About the author

Marion Bendinelli

Université Nice Sophia Antipolis – UMR 6039 Laboratoire « Bases, Corpus, Langage », CNRS.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org