Skip to navigation – Site map

Le génitif anglais et la métaphore adamczewskienne de soudure

Exemples et contre-exemples
Evelyne Chabert
p. 209-224

Abstract

As is common in cases of information packaging, in which a speaker chooses the form best matching their intention, various models have been exposed in the linguistic literature to account for the factors at play in the choice between the genitive construction (the dog’s kennel) and the of-phrase (the kennel of the dog). One widely accepted model in France is Henri Adamczewski’s, according to which the distinction is motivated by the speaker’s representation of the relation between the possessor and the possessee. In this view, a speaker is likely to select the genitive construction if their aim is to signal that, to them, the possessor-possessee relation is - metaphorically - fused, i.e. firmly established in their mind prior to the enunciation, whereas, negatively, selection of OF (which is to be related to its etymological ancestor, OFF), is meant to signal that the two referents brought together are not intrinsically linked, not inherently associated.
The aim of this article is to discuss Adamczewski’s account of the possessive constructions starting from the examples he uses in Grammaire linguistique de l’anglais (1998). A close examination shows that they are questionable as illustrations of his theory. Besides, counter-examples can be found to invalidate the fusion model.

Top of page

Full text

1Autrefois langue synthétique, l’anglais a vu sa grammaire se modifier remarquablement entre la période du vieil-anglais et le Moyen Age, avec la disparition d’un système complexe de déclinaisons au profit d’une rigidité croissante de l’ordre des mots pour indiquer les relations syntaxiques, et d’une montée en puissance des prépositions pour exprimer certaines relations de sens autrefois signalées par les cas. Au terme de ce long processus, l’anglais est devenu une langue analytique.

2On peut s’étonner cependant de ce que cette lame de fond ait épargné un cas et un seul, le génitif (the book’s cover), qui coexiste aujourd’hui avec son concurrent potentiel, le schéma prépositionnel en OF (the cover of the book). De telle sorte qu’aujourd’hui la grammaire anglaise possède deux combinaisons possibles de deux éléments, un noyau (N) et un modificateur (MOD) : MOD’s N et N OF MOD. Se prêtent ainsi à l’observation du linguiste deux agencements de GN renvoyant à un même référent extralinguistique (soit un cas de information packaging).

3Cette apparente anomalie de l’histoire de la langue a donné lieu à un certain nombre d’études, que l’on peut globalement classer en trois grands groupes, selon le type d’explication proposé :

  • les théories qui retiennent comme déterminant le caractère ±animé du MOD (avec néanmoins des différences de vue quant à la définition même de ce facteur) : HAWKINS 1981, MELA 1982, QUIRK et al. 1985.

  • les modèles à facteurs multiples, selon lesquels la distribution des deux schémas serait multifactorielle : ROSENBACH 2002, LARREYA & RIVIERE 2010

  • les travaux concluant à l’existence d’un facteur unique, une propriété invariante pour chacune des deux structures et qui se conserve dans toutes leurs occurrences. Pour les tenants de cette hypothèse, le génitif et la structure en OF (ci-après GEN et OF respectivement) forment un micro-système, au sein duquel chaque schéma est doté d’une spécificité fonctionnelle qui se définit par sa relation, et en opposition, avec l’autre.

4C’est dans ce troisième groupe, à côté des hypothèses d’Osselton (OSSELTON 1988) et Flintham (FLINTHAM 1990) inter alia, que l’on trouve la proposition adamczewskienne, largement acceptée et reprise dans les travaux de linguistique en France, et exposée dans la Grammaire linguistique de l’anglais (ADAMCZEWSKI & DELMAS 1998). Selon les auteurs, le génitif signale que l’énonciateur opère une soudure entre le MOD et le N, tandis que OF est la marque d’une séparation entre les deux constituants. La relation qui unit les deux référents est soudée s’ils sont associés dans l’esprit de l’énonciateur avant l’énonciation (avant leur mention en discours). Si en revanche il y a recours à OF, c’est qu’il n’y a pas cette antériorité relationnelle. Dans ce cas, le lien entre le MOD et le N n’est pas sous-tendu par une représentation mentale préalable, mais est construit, tissé, dans le temps du discours.

5L’objet de cette étude est de proposer une lecture critique du modèle adamczewskien, en prenant comme point d’entrée les exemples fournis pour étayer la thèse dans la Grammaire linguistique de l’anglais (ci-après GLA), et selon le raisonnement suivant : le principe de soudure est la conjecture fondatrice du modèle. C’est une propriété abstraite, à caractère général, qui doit, si le modèle est juste, se retrouver de manière invariante dans chaque occurrence du GEN ou de OF en discours. Tout exemple est donné pour étayer, confirmer, la règle. Si nous ne confondons pas, comme semble parfois le faire Adamczweski, illustration et démonstration (« un exemple simple suffira à en faire la démonstration», GLA : 7), nous nous rangeons à l’idée (définitoire d’ailleurs) que dans l’exemple le linguiste nous engage à observer, à l’oeuvre dans un échantillon de la langue, le fonctionnement du principe général et abstrait qu’il a mis au jour.

6Il s’agira donc dans ces pages de mettre les exemples donnés dans GLA à l’épreuve de deux questions :

  1. Confirment-ils bien la conjecture, en sont-ils des échantillons incontestables ? Ou bien peut-on mettre en évidence une faille dans le raisonnement, dans le passage de la théorie à l’exemple ?

  2. Peut-on leur opposer des contre-exemples ? Si c’est le cas, ainsi qu’il en va dans toute démarche scientifique, le modèle théorique sera bousculé.

7La démarche adoptée dans cette étude procédera en quatre temps. Un exposé liminaire donnera d’abord les grandes lignes du modèle adamczewskien. Puis seront soumis à l’analyse critique vingt-cinq exemples tirés de GLA qui illustrent d’abord le fonctionnement de OF, puis celui du GEN, et enfin celui de ces deux schémas dans certaines constructions particulières.

1. Le modèle adamczewskien du fonctionnement du micro-système GEN/OF : soudure vs séparation

8La grammaire adamczewskienne dite des métaopérations repose sur le principe de l’existence dans la langue (dans toute langue même) de métaopérateurs, morphèmes qui n’auraient d’autre fonction dans la chaîne de l’énoncé que de servir de témoin, de concrétisation, de trace visible (GLA : 5) d’opérations effectuées à un stade infra-verbal, c’est-à-dire en amont de la verbalisation, antérieurement à l’acte effectif d’énonciation. A côté de morphèmes entretenant avec le monde extralinguistique une relation de type symbolique (référentielle), existeraient donc des éléments en lien, eux, à un niveau métalinguistique, avec l’opération mentale constitutive de l’énoncé. Ainsi, ces métaopérateurs n’auraient pour seule fonction que d’être indiciels du procédé de fabrication même de l’énoncé, sorte de commentaires sur le cheminement mental pré-énonciatif.

9Les métaopérateurs permettent à l’énonciateur de faire des commentaires qui se limitent à deux types. Il peut opter soit pour une saisie rhématique (ou de phase 1), soit pour une saisie thématique (de phase 2).

10La préposition of est un métaopérateur de phase 1 ; la marque flexionnelle ’s un métaopérateur de phase 2. La distinction repose sur un critère d’antériorité (qu’Adamczewski nomme présupposition).

11Mettre en relation book et cover via OF, c’est effectuer un commentaire métalinguistique, c’est dire, bien au-delà du fait que les deux référents constituent un repère et un repéré, que la relation entre les deux référents n’est pas présupposée, mais que c’est via l’acte d’énonciation que le lien entre eux est tissé. L’énonciateur signale par OF au co-énonciateur que la construction du référent de the cover of the book ne se fait pas par appui sur une représentation mentale antérieure de celui-ci. Of agit donc conformément à son programme de sens (GLA: 230), hérité de son ancêtre du vieil-anglais signifiant l’idée de séparation.

12La désinence ’s, au contraire, code une métaopération de phase 2. Lier book et cover dans the book’s cover, c’est exprimer métalinguistiquement que la relation a été forgée dans une étape pré-énonciative. L’énonciateur la tient et la présente comme présupposée: la représentation mentale du référent constitue un acquis, un préalable cognitif. Métaphoriquement, la relation est soudée (GLA: 230).

13Les paramètres qui peuvent permettre de mesurer le caractère rhématique ou thématique de la relation, et ainsi déclencher le recours au GEN ou à OF, ne sont pas présentés par Adamczewski de manière globale, systématique. Le lecteur doit les glaner au fil des exemples proposés. L’on ne sait donc pas si la liste en est exhaustive. On trouve, entre les pages 230 et 233 de GLA, les quelques possibilités suivantes:

  • facteurs de saisie rhématique : relation hypothétique ; relation à caractère inattendu, relation refusée par l’énonciateur ; ajout d’information à l’un des termes de la relation ; relation en cours de présentation, de définition.

  • facteurs de saisie thématique : relation construite dans le discours précédent (thématisation contextuelle) ; relation existant objectivement dans la situation ou, plus globalement, dans le monde extra-linguistique (thématisation situationnelle ou culturelle) ; relation présentée subjectivement comme présupposée à des fins stylistiques ou rhétoriques.

2. Les exemples en of

14Ils doivent étayer le principe suivant :

Of est la trace métalinguistique qui montre que l’énonciateur ne conçoit pas la relation comme thématique. (GLA : 230)

15Par souci de clarté, nous regrouperons les divers exemples en fonction des déclencheurs de saisie rhématique. Puis, pour chacun, nous rappellerons l’argumentation exposée dans GLA, pour finalement proposer une contre-analyse, et/ou éventuellement un ou plusieurs contre-exemples.

2.1. Relation hypothétique

(1) The manager looked relieved but still serious; he felt sure now that I was a very rich man, perhaps a son of Baron Rothschild. (GLA : 230)

16❖Argumentation dans GLA: une relation hypothétique (perhaps) n’est par définition pas une relation présupposée.

17❖Contre-analyse:

  • L’emploi de l’article indéfini devant le N rend agrammatical le recours au GEN (*a Baron Rothschild’s son), cette structure participant nécessairement de la détermination définie.

  • Il ne peut y avoir de corrélation systématique entre un N indéfini et une relation rhématique. En effet, la relation a son of Baron Rothschild est incontestablement thématique en co-texte favorable (que nous appellerons « thématisant ») :

(1’) He knew for certain that I was a son of Baron Rothschild / There was no doubt that he was a son of Baron Rothschild / etc

2.2. Relation nouvelle

(2) He wrote: this officer cannot be recommended for secret work in Italy, and turned to the name of De Souza. (GLA: 230)

18❖Argumentation dans GLA : the name est thématique, mais De Souza est rhématique.

19❖Contre-analyse :

  • On objectera d’abord que ce n’est plus la relation qui relève de la phase 1 ou 2, mais ses constituants pris individuellement. Est-ce bien conforme au modèle ?

  • L’emploi de OF est ici un cas très particulier, que l’on peut appeler appositif, similaire à celui que l’on trouve dans the city of Dublin, ou encore the three of us. MOD et N y sont coréférentiels. Une glose par the last name on the list : De Souza met en évidence le fait que le MOD est plus ici une explicitation de la référence du N qu’un repère référentiel. Comment concilier l’invariant supposé de OF, la rupture, la séparation, avec cet emploi de la préposition pour marquer une relation d’identité ? Le lien sémantique entre eux est donc d’une nature très particulière que le GEN n’est jamais à même d’exprimer et à laquelle le concept de rhématique/thématique ne peut s’appliquer. Voir à cet égard la contre-analyse de (3) infra.

20❖Contre-exemple :

(2’) “Miss Cockeyne”, said Nina, “may I introduce Mr Fox.” (...)
Annette could recall having heard the name of Fox. (I. Murdoch)

On a là un co-texte qui orienterait vers une lecture thématique de la relation. Cela montre que cet emploi de OF n’est pas sensible au co-texte, que le modèle adamczewskien ne l’explique pas.

(3) I see Captain Grouchback’s name, here, crossed off... (GLA : 231)

21❖Argumentation dans GLA : on y oppose (3) à (2) en faisant remarquer que, contrairement à the name of Fox en (2), on a là une reprise situationnelle, c’est-à-dire que la relation préexiste au discours dans la situation d’énonciation.

22❖Contre-analyse :

  • ce GN n’entretient avec le précédent qu’un rapport ténu, le seul point commun entre eux étant le N name. Le MOD n’a pas ici pour fonction d’expliciter le N ; les deux termes de la relation ne sont pas coréférentiels. Mettre (3) en regard de (2) n’est pas un argument pertinent à cet égard.

  • On remarque que, pour étayer notre contre-analyse de (2), on pourrait intégrer un GN similaire à (2) en retirant Captain :

(3’) I see the name of Grouchback here.

En conséquence, OF appositif est bien compatible avec un co-texte thématisant.

2.3. Relation inattendue

(4) The shopkeeper was confronting the stuffed bird and talking to it in the voice of an angry little girl. (GLA : 231)

23❖Argumentation dans GLA : à cause de son caractère inattendu, cette relation ne peut être vue comme présupposée, et relève donc de la phase 1.

24❖Contre-analyse :

  • le référent de the voice of an angry little girl fait naître une représentation mentale aisément accessible à l’esprit du co-énonciateur, quel qu’il soit. C’est un stéréotype, un acquis cognitif. On pourrait donc très bien considérer aussi cette relation comme présupposée. Peut-être doit-on comprendre que c’est l’évocation inattendue d’un stéréotype dans le co-texte qui fait basculer la relation dans le rhématique. Le modèle ne le précise aucunement. La définition de thématique/rhématique demande alors pour le moins d’être affinée.

  • Quoi qu’il en soit, en co-texte thématisant, la même relation s’interpréterait comme relevant de la phase 2 ; le recours au GEN serait même douteux :

(4’) I recognized the shopkeeper immediately because he was talking to the bird, as was his habit, in the voice of an angry little girl / ??an angry little girl’s voice.

25❖Contre-exemple :

(4’’) Lily (...) uttered a loud cry, like a savage bird’s cry. (I. Murdoch)

L’image est-elle ici moins inattendue ? Comment le caractère inattendu s’évalue-t-il ?

(5) And so you used the power you had, as a daughter of a good customer and also of a well-known man in the town to punish the girl just because she made you feel like that? (GLA : 231)

26❖Argumentation dans GLA : encore une fois, la relation a un caractère inattendu.

27❖Contre-analyse :

  • Que le personnage féminin soit requalifié, présenté sous un angle particulier (grâce à ce nouveau repérage apporté par le MOD), certes. Mais quel est l’élément qui signale que la relation entre les deux référents est inattendue ? Le lien est au contraire présupposé pour les deux participants de l’échange, faisant l’objet d’une représentation partagée. La relation est loin d’être nettement rhématique.

  • Une fois encore, aucune mention n’est faite de l’article indéfini devant le N, qui exclut le recours au GEN.

  • Une autre contrainte syntaxique pèse fortement sur la structure de ce GN : la complexité du MOD (coordination de deux GN par and et postmodification par in the town) : * a good customer and also a well-known man in the town’s daughter.

28Un MOD moins lourd syntaxiquement n’exclut pas, lui, le recours au GEN :

(5’) You used all the power you had because you’re a good customer’s daughter.

2.4. Relation refusée

(6) ...she suspected that it might be distasteful to a son of shopkeepers to be lying in the same bed to the son of a domestic help. (GLA : 231)

29❖Argumentation dans GLA : L'énonciateur refuse la relation, ce qui déclenche l'emploi de OF.

30❖Contre-analyse :

  • S’il y a refus de relation, cela ne concerne que celle exprimée par le second GN. Cet argument ne rend pas compte de la forme du premier.

  • En co-texte favorable, la relation en OF peut être lue comme thématique :

(6’) She knew that it was usual for a son of shopkeepers to be lying in the same bed to the son of a domestic help.

2.5. Relation avec MOD postmodifié

(7) The hats of the men present / *the men present’s hats / *the present men’s hats (GLA : 231)

(8) There came from the upper landing the contralto voice of Mrs X, who, leaning over the banisters, inquired melodiously, “Is that Monsieur Humbert?” (GLA : 231)

31❖Argumentation dans GLA : OF s'impose dans ces deux cas car l'élément de postmodification signale une incomplétude de l'information apportée par le MOD, ce qui génère une impossibilité de soudure de la relation.

32❖Contre-analyse : On pourrait admettre qu'en (7), où la postmodification est nécessaire pour l'accès mental au référent du MOD, la relation puisse être considérée comme rhématique puisque moins accessible. En revanche, en (8), la relative non-restrictive a une fonction tout autre vis-à-vis du MOD : étant donné qu'elle ne participe pas de sa détermination, on ne conçoit pas comment elle pourrait avoir quelque incidence sur le caractère présupposé de la relation. D'ailleurs, la supprimer ne déclencherait pas nécessairement le recours au GEN :

(8’) There came from the upper landing the contralto voice of Mrs X.

En conséquence, postmodification et phase ne sont pas nettement corrélées.

2.6. Relation double

(9) Your conduct of last night / *Your last night’s conduct (GLA : 231)

33❖Argumentation dans GLA : la structure code une double relation : your + conduct et conduct + last night. De ce fait, last night ne peut être soudé à un élément qui est rendu inaccessible par une autre soudure : your conduct/of last night. (GLA : 231)

34❖Contre-analyse :

  • L’explication est absconse. Il semble s’en dégager l’idée que le lien entre conduct et last night est rhématique, donc non présupposé. Argument surprenant si l’on considère que your et last night sont tous deux des déictiques, deux coordonnées accessibles mentalement, donc permettant un répérage du N qui rend sa relation avec les deux MOD hautement thématique.

  • La double structure est une question de syntaxe avant tout et participe de la détermination du N. La place de déterminant étant occupée par le possessif your, last night ne peut être relié au N que par OF. Y a-t-il corrélation entre cette contrainte syntaxique et la notion de phase ? Cela reste à montrer.

2.7. Relation problématique

(10) We discovered nothing, of course, and every day the existence of Willie Hughes seemed to me to become more problematical. (GLA : 231)

35❖Argumentation dans GLA : relation problématique et présupposition sont incompatibles. Seul le recours à OF est donc envisageable.

36❖Contre-exemples :

(10’) The assertion of a distinct lesbian identity often assumes the unproblematic existence of a lesbian reader and/or writer. (http://www.answers.com/​topic/​lesbian-literary-theory)

Une relation non problématique peut donc elle aussi être codée par OF. On pourrait avoir aussi :

(10’’) The existence of Willie Hughes seemed to me unproblematic.

(11) For years people have believed the shroud, a 14-foot linen cloth, was the burial shroud of Christ. (GLA : 233)

37❖Argumentation dans GLA : les élements de co-texte for years et believed indiquent que la relation relève de la phase 1.

38❖Contre-exemple : dans un autre co-texte, le même GN en OF peut se lire comme exprimant une relation thématique :

(11’) The shroud of Turin is reputedly the burial shroud of Christ. (http://www.world-mysteries.com/​sar_2.htm)

On relève même un GEN avec une interprétation rhématique similaire à celle de (11) :

(11’’) Learn about arguments suggesting that the relic considered to be Christ’s burial cloth is much older than early estimates based on Carbon-14 dating. (http://www.world-mysteries.com/​sar_2.htm)

2.8. Relation pour présenter ou définir

(12) This is Gerald Croft, the son of Sir George Croft. (GLA : 233)

39❖Argumentation dans GLA : la saisie rhématique va de soi quand on a une présentation ou une définition.

40❖Contre-exemples :

  • On pourrait fort bien avoir le GEN :

(12’) This is Gerald, my new neighbours’ son.

(12’’) This is Gerald, George Croft’s eldest son.

Il semble que le recours à OF ici soit plutôt motivé par l’écho recherché entre la première et la deuxième mention de Croft. L’effet de parallélisme s’obtient en plaçant Croft en position finale, donc focalisée.

GLA fournit même sans le vouloir, quelques pages plus loin, un contre-exemple : mettant en question la notion de possession souvent associée au GEN, Adamczewski propose l’énoncé suivant :

(12’’’) The waste also comes from the factory, this creates another problem for US Steel, the factory’s owner. (GLA : 234)

Si le modèle proposé avait un pouvoir de prédiction, on trouverait the owner of the factory, puisque ce GN constitue une présentation / définition du GN auquel il est apposé.

3. Les exemples en ’s

41Ils seront regroupés dans cette section selon les déclencheurs de saisie thématique.

3.1. Relation forgée dans le co-texte antérieur

(13) Burton, too, had an activist – if not conservative – role to play. Burton’s job”, observed one commentator, “will be to...” (GLA : 231)

42❖Argumentation dans GLA : la thématisation de la relation est dérivée du co-texte ; le premier segment de l'énoncé met Burton en lien avec role to play, ce qui permet la reprise par Burton’s job dans le second segment.

43❖Contre-analyse :

La première phrase de (13) est prise en charge par un énonciateur-narrateur, et son co-énonciateur est le lecteur. La seconde est placée dans la bouche d’un personnage, s’adressant à un autre personnage. Les plans d’énonciation sont donc en total décrochage l’un par rapport à l’autre : il ne peut y avoir ici d’appui sur le co-texte.

44❖Contre-exemples :

Une relation forgée dans le co-texte antérieur n’est pas systématiquement reprise par un GN GEN ; en voici deux illustrations :

(13’) A little watery sunshine was illuminating the crowded skyline against a backdrop of leaden darkness. South of the river it was still raining, and the glittering lines of the rain could be seen falling in front of the sky’s thick gloom, lighted up by the pursuing sun. (I. Murdoch)

Bien que la relation soit très nettement dérivable du co-texte, donc thématique (watery, crowded, leaden darkness, still raining), c’est OF qui la structure. La même remarque s’applique à (13’’) ci-dessous :

(13’’) Rosa knew, too, that she had not got the strength to escape from the power of the brothers. It was profitless to ask now whether the bond that tied her to them was love. The darkness in which these two held her was profound beyond the reach of names. She could not of her own will break the spell. (I. Murdoch)

En (13’’), nous avons une relation codée par OF, donc théoriquement une saisie rhématique du référent. Or les nombreux éléments de co-texte soulignés tendent à montrer que le lien est au contraire totalement présupposé.

3.2. Relation dans une question en where

(14) Where’s John’s bike? / *Where’s the bike of John? (GLA : 232)

45❖Argumentation dans GLA : l'argumentation est plutôt mince : c'est parce que ’s signale le thématique que le phénomène est prévisible, de la même façon qu’on aurait Where’s the bike? vs *Where’s a bike? Nous comprenons qu’une question en where ne peut porter que sur une relation présupposée, par définition de ce type d’interrogation.

46Contre-exemples :

(14’) Where’s the house of your parents / the site of the battle / the engine of this old car?

(14’’) Where’s the site of aerobic respiration in cells? (http://answers.yahoo.com/​question/​index?qid=20100119200201AAL3YRO)

47Conclusion : l’incompatibilité entre where et OF n’est pas systématique. Si where induit la présence d’une relation présupposée, alors celle-ci peut être codée par OF.

3.3. Relation préexistant dans la situation

(15) She heard the swish of Lucy’s skirt. (GLA : 232)

48❖Argumentation dans GLA : On a ici un cas de reprise situationnelle ; le référent fait partie de la situation (ici de l'univers du discours).

49❖Contre-exemples :

(15’) She heard the noise of the engine in the garage.

(15’’) Look! I’ve broken the handle of the door!

(15’’’) She could hear the children of the neighbours playing in the garden next to hers.

(15’’’’) She saw the cat in the kennel of the puppy.

50Les contre-exemples foisonnent, et montrent qu’il n’y a pas de corrélation systématique entre le recours au GEN et un préalable situationnel.

3.4. Relation métonymique ou métaphorique

(16) We predicted that one day he would be his country’s brightest honour. (GLA : 232)

51❖Argumentation dans GLA : la relation est thématique d'une part parce qu'elle est dans le sillage de predicted, d’autre part parce qu’elle est de nature métonymique, ce qui constitue automatiquement un dépassement par rapport à l’extralinguistique.

52❖Contre-analyse :

Plaçons le GN dans un co-texte que GLA considère comme rhématisant. Nous obtenons (cf. (1), (4) et (11) supra) :

(16’) He is perhaps his country’s brightest honour, who knows?

(16’’) For years people have believed that he was his country’s brightest honour.

(16’’’) How surprising that he should be considered his country’s brightest honour!

Ces manipulations montrent que le GN n’est pas sensible au co-texte en termes de phase.

(17) All his professional life, it seemed to Smiley, he had listened to similar verbal antics signalling supposedly great changes in Whitehall doctrine; signalling restraint, self-denial, always another reason for doing nothing. He had watched Whitehall’s skirts go up, and come down again, her belts being tightened, loosened, tightened. (GLA : 232)

53❖Argumentation dans GLA : Dans les cas de personnification, "on emploie 's. Si l'énonciateur personnifie, il tourne le dos à l'extralinguistique" (GLA : 232).

54❖Contre-analyse : Outre le fait que la notion métaphorique de tourner le dos à l’extralinguistique nécessiterait une clarification, nous objectons que la relation tissée entre les deux constituants du GN est pour le moins inattendue. Pourquoi alors n’a-t-on pas OF (cf (4) et (5) supra) ? Existe-t-il une hiérarchie des critères telle que la personnification du MOD l’emporterait sur la relation inattendue ? Et quelle en serait la raison ? Le modèle ne le précise en rien, ce qui obscurcit la notion de phase.

4. Constructions particulières

55Le modèle adamczewskien vise également à rendre compte de trois types de construction génitivale particuliers : la relation d’évaluation (GLA : 234), N of MOD’s et MOD’s+ing. Le modèle prétend montrer qu’elles sont soumises aux mêmes facteurs, en d’autres termes qu’elles relèvent de la phase 1 ou de la phase 2 selon qu’elles contiennent le GEN ou OF.

4.1. La relation d’évaluation

56On la trouve dans les GN dans lesquels le MOD apporte un élément de mesure temporelle (a minute’s talk) ou de localisation spatiale (South Africa’s tallest tree).

(18) If only I could have got in a minute’s talk with you! (GLA : 234)

(19) He has given us a week’s notice. (GLA : 234)

57❖Argumentation dans GLA : on relève que l'argumentation est absente. Seul le principe est posé : « ’s marque la thématisation de la relation d’évaluation. » (GLA : 234).

58❖Contre-analyse :

  • GLA néglige le caractère très particulier de cette structure qui n’a pas de contrepartie en OF.

  • Il est bien difficile de déterminer en quoi la relation est présupposée, sauf à appliquer un raisonnement circulaire. On remarque d’ailleurs que la relation en (18) est contrefactuelle (cf (1) supra), et devrait donc selon le modèle relever de la phase 1. A cet égard, une manipulation de (19) soulève le même problème :

(19’) He might give us a week’s notice.

Il apparaît donc que la relation d’évaluation n’est pas sensible au co-texte.

(20) They’ve made us the world’s largest specialist Hi-Fi manufacture. (GLA : 235)

(21) At heights of over 100 feet they are South Africa’s tallest tree. (GLA : 235)

59❖Argumentation dans GLA : l'énonciateur impose la saisie thématique pour rendre l'information indiscutable. Le choix du GEN est le résultat d'une stratégie discursive.

60❖Contre-analyse :

  • L’hypothèse étant vérifiée par... l’hypothèse, cet argument est de l’ordre de la pétition de principe.

  • Manipulons en reprenant de nouveau un co-texte rhématisant, proche de (11) supra :

(20’) For years they have believed that they were the world’s largest specialist Hi-Fi manufacture.

Là où l’on devrait s’attendre à un codage par OF d’une relation rhématique, on peut très bien trouver le GEN.

4.2. N of MOD’s

(22) Snowball had found in the harness-room an old green tablecloth of Mrs Jones’s. (GLA : 235)

61❖Argumentation dans GLA : Le N indéfini est rhématique. Le MOD, Mrs Jones’s, serait thématisé par le co-texte, ’s montrant que « l’on a déjà dépassé une localisation du type that Mrs Jones had » (GLA : 235). Le lien établi entre un élément rhématique et un élément thématique est alors nécessairement de phase 1.

62❖Contre-analyse :

  • Dans la structure N of MOD’s, N n’est pas toujours indéfini. Il arrive alors qu’il ne relève pas de la phase 2, comme le signale Adamczewski lui-même :

(23) How’s that liver of yours? (GLA : 236)

Comment alors rendre compte de cette relation ? Comment la concevoir comme rhématique ? Comment la rapprocher de l’argumentation proposée pour (22) ?

  • L’exercice est d’autant plus délicat que OF est ici, comme en (2) supra, la marque d’une relation d’identité, plus proche de la notion de soudure que de celle de séparation (that liver which is your liver, an old green tablecloth which is Mrs Jones’s tablecloth), si tant est que l’on puisse rendre compte de ce lien en faisant appel à la notion de phase.

4.3. N’s+ing

(24) I don’t question the Queen’s being right. (GLA : 237)

(25) There’s no possibility of my having made a mistake. (GLA : 237)

63❖Argumentation dans GLA : elle est absente ; aucun argument ne vient étayer le principe posé : "On obtient alors N's+ing. La construction relève de la phase 2." (GLA : 237)

64❖Contre-analyse :

  • Rien ne prouve que la relation soit systématiquement thématique. La thématisation de l’élément verbal par le processus de nominalisation ne suffit pas, puisque c’est du statut de la relation dans son ensemble qu’il s’agit, non pas seulement de l’un de ses composants (cf (2) supra).

  • La question de la compatibilité du GEN avec les N résultant d’une nominalisation est particulièrement épineuse. Outre les cas de N gérondifs que GLA illustre en (24) et (25), il faudrait y inclure les noyaux dérivés (Reagan’s presidency, a word’s contribution to illocutionary force), les N « iconiques» (the picture of John, John’s picture, John’s picture of Harry), ainsi que les N noms verbaux (Jean’s abrupt vanishing).

Lorsque le N est un gérondif, seul le GEN est acceptable (*the being right of the Queen). A cela existe une explication d’ordre syntaxique : l’ordre des constituants du GN est isomorphe de celui d’une proposition analogue. Ainsi :

Sujet

- Verbe

- (...)

MOD's

- N-ing

- (...)

the Queen

is

right

the Queen's

being

right

I

have made

a mistake

my

having made

a mistake

65Pour démontrer que la relation MOD’s N-ING relève nécessairement de la phase 2, il faudrait parvenir à établir une corrélation entre le plan métalinguistique et celui de la syntaxe de la phrase, et prouver que toute relation sujet-verbe procède d’une saisie thématique.

Conclusion

66Il paraît difficile d’adhérer à la solution adamczewskienne de la question du GEN et de OF, tant les exemples qui l’illustrent sont invalidants vis-à-vis du modèle :

  • Les critères d’évaluation de la rhématicité ou de la thématicité de la relation y sont flous ; le risque est grand de verser dans la pétition de principe en plaquant arbitrairement un statut de phase 1 ou de phase 2.

  • Ces critères ne sont pas hiérarchisés. Lorsque dans un co-texte donné ils entrent en compétition, comment déterminer celui qui prime ?

  • Le modèle est peu apte à rendre compte de structures particulières, comme, entre autres, OF appositif, la relation dite d’évaluation, la structure N of MOD’s ou encore MOD’s N-ing.

  • Enfin, et surtout, des manipulations montrent que bien souvent le GEN et OF sont en réalité insensibles au co-texte en termes de phase et constituent autant de contre-exemples. Dans de nombreux cas il est possible de déplacer une structure prépositionnelle dans un co-texte thématisant, ou à l’inverse un GN génitival dans un environnement rhématisant.

67Cette étude pose plus largement le problème complexe de l’exemple en linguistique. Une remarque qui se dégage de ces pages est que si un contre-exemple est à même de bousculer un modèle théorique, en aucun cas l’exemple n’a le pouvoir de le rendre irréfutable. L’exemple est de l’ordre de l’illustration ; il ne participe pas de la démonstration.

Top of page

Bibliography

Adamczewski Henri & Delmas Claude. 1998 (5e éd.). Grammaire linguistique de l’anglais. Paris, Armand Colin.

Chabert-Fioretti Evelyne. 1997. Génitif et construction prépositionnelle en OF en anglais contemporain. Thèse de doctorat, Université Stendhal-Grenoble3.

Delmas Claude et al. 1993. Faits de langue en anglais. Paris, Dunod.

Hawkins Roger. 1981. Towards an Account of the Possessive Constructions NP’sN and N of NP. Journal of Linguistics 17 : 247-269

Keizer Evelien. 2010. The English Noun Phrase: the Nature of Linguistic Categorization. Cambridge, Cambridge University Press.

Larreya Paul. 1995. Existe-t-il en anglais plusieurs types de Génitif ? In Lectures, Université de Reims Champagne-Ardenne. Reims, Presses Universitaires de Reims : 105-121

Larreya Paul & Riviere Claude. 2010 (4ème éd.). Grammaire explicative de l’anglais. Paris, Longman.

Mela Viviane. 1982. Commentaires sur les constructions dites possessives en anglais. In J. Gueron & T. Sowley (eds.), Grammaire transformationnelle : théories et méthodologie, Université Paris VIII : 155-185

Osselton Noel. 1988. Thematic Genitives. In G. Nixon & J. Honey (eds.), An Historic Tongue – Studies in Memory of Barbara Strang, London, Routledge : 138-144

Quirk Randolph et al. 1985. A Comprehensive Grammar of the English Language. London, Longman.

Rosenbach Anette. 2002. Genitive Variation in English. Conceptual Factors in Synchronic and Diachronic Studies. Berlin, Mouton de Gruyter.

Taylor John. 1996. Possessives in English. Oxford, Clarendon press.

Top of page

References

Bibliographical reference

Evelyne Chabert, « Le génitif anglais et la métaphore adamczewskienne de soudure », Anglophonia/Sigma, 15 (30) | 2011, 209-224.

Electronic reference

Evelyne Chabert, « Le génitif anglais et la métaphore adamczewskienne de soudure », Anglophonia/Sigma [Online], 15 (30) | 2011, Online since 20 April 2015, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/450 ; DOI : 10.4000/anglophonia.450

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org