Skip to navigation – Site map

Éditorial

Henri Le Prieult and Olivier Simonin

Full text

1Première livraison de cette année 2015, le numéro 19 d'Anglophonia inaugure notre nouvelle démarche éditoriale, biannuelle, et va poursuivre l'ancrage de la revue dans l'actualité scientifique de la communauté des linguistes anglicistes français et francophones. Le thème de la modalisation a posteriori permet à ce numéro d'offrir un bouquet d'articles thématiques qui illustre parfaitement la vitalité de la recherche en linguistique de l'anglais en France aujourd'hui.

2Après une introduction d'Olivier Simonin, qui co-édite ce numéro, la thématique est abordée et illustrée par Paul Larreya (Université Paris 13), à qui nous devons l'appellation de modalisation a posteriori, qui nous propose une réflexion autour de deux emplois particuliers du modal would. Ce premier article, outre la synthèse qu'il offre des outils actuels à notre disposition pour comprendre les phénomènes liés à la modalité et à la modalisation, ouvre de nouvelles pistes sémantiques. Grégory Furmaniak (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), quant à lui, cherche à affiner la distinction entre modalisation a priori et modalisation a posteriori. Partant du modèle formalisé par Paul Larreya, il propose de prendre en compte la notion de force illocutoire, et débouche sur une classification réévaluée des énoncés modalisés a posteriori. Ilse Depraetere (Université Nord de France – Lille 3) s'intéresse elle aussi aux taxinomies des catégories modales, en particulier des modalités dynamiques et déontiques. Dans cet article, elle en propose une analyse critique qui permet de mieux dégager les critères analytiques communément utilisés, et s'attache notablement au concept d'implication dynamique, diversement employé pour appréhender les sens des modaux. Dans l'article suivant, Yves Bardière (Université de Nice) porte son attention au modal must et à ses emplois épistémiques, afin d'étudier la tension entre modalité et évidentialité, dans certains contextes. L'auteur s'attache également à observer l'encodage de l'évidentialité via le sémantisme modal dans différentes traductions publiées d'une œuvre littéraire. Le modal must et ses emplois dans une autre structure spécifique fait ensuite l'objet d'une analyse par Geneviève Girard-Gillet (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), qui permet d'ajouter une dernière étude de cas à ce volume sur la modalisation a posteriori. Il s'agit d'étudier l'expression « must have been drunk to have said that » et de proposer un élargissement de la notion de modalisation a posteriori.

3Ces six articles éclaireront le lecteur averti sur les développements des études modales, tout comme ils permettront à un lecteur moins aguerri de découvrir ou d'approfondir les concepts qui y ont été introduits, en particulier la distinction entre modalité et modalisation, et les implications sémantiques qui en découlent. Les auteurs ont veillé à maintenir un débat ouvert et à expliciter les présupposés théoriques nécessaires à une pleine compréhension de leurs hypothèses. Comme toujours dans notre revue, tous les cadres théoriques ont été accueillis, et il ne sera jamais question ici de promouvoir une pensée exclusive. Les réponses ou développements éventuels seront les bienvenus.

4Trois articles hors-thème permettent ensuite de clôturer le numéro, sans pour autant quitter le domaine de la sémantique, voire de la modalité – prise dans son sens large, proche de l'acception de commentaire, particulièrement pertinente pour la modalisation a posteriori. Tout d'abord, Viviane Arigne (Université Paris 13) s'intéresse à l'adjectif good et à sa dimension appréciative dans le cadre d'énoncés complexes. Son étude prend ancrage sur la distinction entre trois types de « bien » (ontologique, physique et moral) et permet ensuite d'éclairer certains des questionnements contemporains en analyse sémantique. A la suite, les adverbes almost et nearly font l'objet d'une étude menée par Debra Ziegeler (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) qui explore les conditions d'émergence de leur sémantisme contrefactuel. L'auteur s'efforce de croiser les données historiques et celles fournies par des corpus récents pour amener à un éclairage nuancé des interprétations possibles de ces adverbes. Enfin, Graham Ranger (Université d'Avignon et des Pays du Vaucluse) fournit une étude de la séquence mind you lorsqu'elle opère un ajustement rétroactif. Ce dernier article, situé à la frontière du lexical et du grammatical, mobilise des notions énonciatives, comme le réajustement rétroactif, afin d'éclairer le fonctionnement d'un marqueur notoirement polyvalent.

5Il est rappelé que la revue procède deux fois pas an à l'évaluation en double aveugle des propositions qui lui sont fournies. Les dates limites de soumission sont le 15 décembre et le 15 mai de chaque année. Le bandeau latéral du site permet aux auteurs de connaître la politique éditoriale d'Anglophonia et le détail des conditions de soumission de leurs textes. Leur attention est tout particulièrement attirée sur la nécessaire conformité à la feuille de style de la revue, qui tient compte, par exemple, du fait qu'une revue électronique ne comporte pas de numéros de page et se prête aux références et aux citations par l'intermédiaire d'un numéro de paragraphe. La rédaction d'un texte sur un tel support nécessite ainsi un découpage conscient selon cette unité de base. Nous rappelons également que les contributions en français ou en anglais sont les bienvenues, toutes devant porter sur la langue anglaise dans ses diverses manifestations (textes, enregistrements, vidéos, etc.) et dans les contextes les plus variés (artistiques, pragmatiques, métalinguistiques, etc.). Il conviendra de noter, à cet endroit, que le support numérique permet d'enrichir le texte de médias de toute origine (dont les auteurs veilleront bien à s'assurer qu'ils en détiennent les droits). Il peut être proposé également une série de contributions sur la même thématique, mais l'acceptation ou non du projet relèvera en dernier ressort d'une décision du comité éditorial, une fois le travail du comité de lecture effectué. Si la revue n'a pas vocation à publier des actes de colloques, la qualité de la production scientifique issue d'une manifestation récente, comme c'est le cas ici, peut justifier pleinement la décision de consacrer à une question spécifique un numéro thématique. Les articles hors-thème sont publiés au fur et à mesure de leur validation par le comité de lecture, soit au maximum un an après leur soumission.

6Les deux co-éditeurs tiennent à remercier les membres du comité de lecture pour leur réactivité et leur disponibilité, ainsi que les auteurs, pour avoir accepté les contraintes d'un processus éditorial exigeant. Le premier numéro électronique de la revue a déjà connu, grâce à son nouveau mode diffusion, un succès remarquable. Souhaitons que ce nouveau numéro contribue à l'ancrage renouvelé d'Anglophonia dans le paysage scientifique national et international.

7Bonne lecture.

Top of page

References

Electronic reference

Henri Le Prieult and Olivier Simonin, « Éditorial », Anglophonia [Online], 19 | 2015, Online since 15 July 2015, connection on 24 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/454

Top of page

About the authors

Henri Le Prieult

Université Toulouse-Jean Jaurès
henri.le-prieult@univ-tlse2.fr

By this author

Olivier Simonin

Université de Perpignan – Via Domitia
osimonin@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org