Skip to navigation – Site map

Propos liminaire sur la modalisation a posteriori et le commentaire

Olivier Simonin

Full text

Introduction

1Les notions de modalité et de commentaire semblent difficiles à dissocier, en particulier lorsqu’il est question d’un procès dont la réalisation ou la non réalisation est entendue. On signifie à un premier niveau une détermination modale, liée au potentiel et au non certain, alors que le procès sur lequel elle porte est donné pour vrai, ou bien pour faux. Les deux cas de figure sont aisément illustrés à partir de deux exemples consacrés par la tradition : To think he had to break a leg ! et You’re very lucky, you might have been killed. Les valeurs modales de nécessité et de possibilité sont certes présentes, mais l’essentiel du sens réside dans un surplus que l’on peut décrire comme un commentaire ou une modalité « énonciative » (voir l’article de Furmaniak, infra), que Pierre Cotte (2000) a pu appeler une modalité de commentaire, qui dépasse le cadre strict des valeurs des familles épistémique et radicale (qui lui-même permet de définir le champ de la modalité d’une manière restreinte : Depraetere et Reed 2006 : 273-274). Dans les deux énoncés donnés, il est acquis que le procès est acquis ou contraire aux faits (‘He broke a leg’ ; You were not killed’). Nous sommes en présence de modalisations a posteriori pour Paul Larreya (2000, 2009), et de modalités rétrospectives pour Pierre Cotte (2000 : 206), qui parle également de modalité posée rétroactivement (2000 : 220). Le commentaire véhiculé dans chacun des cas (‘What a pity he broke a leg’, ‘You should have been much more careful’), qui relève de la catégorie des implicatures, est d’ordre appréciatif. Un des enjeux de la réflexion linguistique sur la modalité, la modalisation a posteriori et le commentaire se situe dans le lien entre ces concepts et la modalité appréciative de la TOPE d’Antoine Culioli, et plus généralement les domaines de l’appréciation et de l’évaluation.

1. Modalisation a posteriori et connaissance partagée

2Nous commencerons par définir la modalisation a posteriori telle que la présente Paul Larreya. La modalisation a posteriori s’oppose à la modalisation posée a priori, lorsque la modalité est donnée sans que l’on présume du caractère avéré ou non avéré du procès. Voici les énoncés qu’il avance pour illustrer des modalités radicales et épistémiques données a priori, sans atténuation modale (par le recours à un prétérit modal) :

[modalité radicale]
     You
can ask John
     You must ask John

[modalité épistémique]
     He
must be there by now
      (Larreya 2009: 24)

  • 1 Nous dirions que cette valeur est considérée comme faisant partie du common ground – ce terrain d’e (...)

3Les procès en question ( [You – ask John] ; [He – be there by now] ) se situent dans le virtuel, l’incertain, le potentiel. Lorsque la modalisation est donnée a posteriori, le procès n’appartient plus à ces domaines car locuteur et allocutaire partagent pour connaissance (ou le locuteur fait comme si c’était le cas) le caractère avéré ou contrefactuel du procès. 1 Dans les deux énoncés qui suivent (ibid.), le premier procès est compris comme avéré et le deuxième comme contraire aux faits :

1. He must leave cigarette butts everywhere.
2. He should have told them.

  • 2 « In the case of a posteriori modalization, the speaker knows, or pretends to know, that truth-valu (...)

4Pour reprendre la formulation de Larreya (2009 : 25), 2 dans le cas de la modalisation a posteriori, le locuteur connaît, ou fait comme s’il connaissait, la valeur de vérité qui correspond à la situation désignée par le procès. Peu importe que cette valeur soit ‘vrai’ ou ‘faux’.

5Concernant le critère de connaissance mutuelle ou partagée, trois remarques s’imposent. Premièrement, lorsque le site du procès modalisé se situe dans le révolu, sa valeur de vérité peut demeurer incertaine pour le locuteur (et l’allocutaire), même si le procès a nécessairement eu lieu ou non :

3. She might have been that type of teenager anyway. (ICE-GB <s1a 031 094>)

6Le locuteur ne sait pas ici si la personne en question pouvait faire partie de la classe évoquée. Pour lui, le doute subsiste quant à l’existence de cette appartenance catégorielle dans le révolu. La modalisation est donc posée a priori.

7Deuxièmement, la définition avancée laisse entendre que des procès dont la réalisation ou non réalisation à venir est présentée comme acquise, puissent être l’objet d’une modalisation a posteriori. Pierre Cotte (1988 : 922) avance un énoncé avec un procès à venir donné comme irréel :

4. I should have started on the 1st of October.

8Pour cette lecture, le sens est : ‘Il était prévu que je commence le 1er octobre prochain.’ Le procès ‘I will start on the 1st of October’ est compris comme contraire aux faits.

9Troisièmement, il convient de noter que Furmaniak (2015, infra) propose plusieurs exemples où un procès demeure virtuel, mais qu’il estime relever de la modalisation a posteriori :

5. – Believe it or not, I’m going to help you.
She chose not to believe that. At least not yet.
Why would you do that?
– Because of my daughters, he said sincerely.

6. Why must you go out and speak to those people?

10La réalisation des procès ‘I’m going to help you’ et ‘You will go out and speak to those people’ est incertaine, leur valeur de vérité est non entièrement décidable (voire rejetée) ne serait-ce que pour le locuteur qui pose la question en why. La réalisation des procès semble néanmoins préconstruite par le locuteur, qui présuppose que telle est effectivement la situation pour les besoins de la cause argumentative, pour demander ce qui fonde cette réalisation envisagée de manière toute théorique. En d’autres termes, une dissociation s’opère entre l’absence de certitude voire l’incrédulité du locuteur par rapport à une valeur de vérité positive, et la même valeur de vérité qu’il tient pour acquise à un plan argumentatif et purement théorique, imitant ainsi son allocutaire en reprenant pour son compte la validation du procès, présentée comme une connaissance partagée par artifice, afin justement d’en remettre en cause le fondement. C’est à ce niveau que la réalisation du procès est « donnée » comme acquise. D’un point de vue théorique, il est donc possible de considérer que, à travers cette feinte, la modalisation que l’on observe en (5) et en (6) participe également de la modalisation a posteriori.

2. La question du commentaire et pourquoi modaliser a posteriori

11Une question essentielle vient naturellement à l’esprit lorsque l’on s’intéresse de près à la modalisation a posteriori : pourquoi donc modaliser a posteriori , et poser une modalité – liée au domaine du non certain – tandis que l’on connaît pertinemment la valeur de vérité du procès considéré (ou alors on fait comme si on la connaissait) ? Un locuteur modalise typiquement a posteriori pour apporter à un procès un commentaire qui se laisse potentiellement analyser comme une implicature suivant un schéma déductif plus ou moins routinier, « grammaticalisé » (et s’invitant donc dans le sens conventionnel), en fonction du modal employé et de la configuration syntaxique dans laquelle il se trouve. To think X had to… appelle ainsi en pratique une lecture factuelle du procès, et permet d’exprimer le regret. Le locuteur peut vouloir souligner le coup du sort, comme dans He had to break a leg, où la nécessité provient des conditions qui ont conduit à l’accident. En soulignant ces conditions défavorables, le locuteur laisse entendre qu’il les déplore ainsi que leur résultat. Le tour s’utilise également pour s’indigner de ces conditions :

7. ' That was a place where they don't want to pay anyone but they will want to use you and exploit you,' he said,' so you can play for people who couldn't get gigs anywhere else anymore.' # And to think he had to work his way up to that. (COCA)

12De manière semblable, could, might et should, suivis d’un infinitif parfait, induisent régulièrement une interprétation contrefactuelle du procès, et ils ajoutent très fréquemment un sens de reproche :

8. ‘You should have kept on your tights,’ she said. (ICE-GB <w2f 013 127>)

9. You could have told us. (ICE-GB <s1b 004 151>)

13A partir de l’obligation atténuée véhiculée en (8), et de la possibilité matérielle restée lettre morte en (9), émerge le reproche. C’est parce qu’il y avait une obligation (atténuée, certes) à laquelle l’allocutaire s’est soustraite (7), ou bien une possibilité qui – concrétisée – aurait donné lieu à un état des choses positivement évalué ici (8), que l’on comprend que le locuteur confère un blâme. La valeur contrefactuelle apparaît d’ailleurs fréquemment lorsqu’un modal est suivi de l’infinitif parfait, mais pas toujours, et le problème de la valeur à attribuer à cette configuration est complexe (voir Depraetere 2009 et Cotte 1989 : 919-924). D’un point de vue historique, Ingham (2010) montre qu’en moyen-anglais précoce, l’infinitif parfait est apparu à la suite de modaux pour exprimer la contrefactualité avec should et might, sous l’influence d’emplois similaires en anglo-normand, avant de se combiner avec would pour dénoter la même valeur, par analogie avec ces premiers emplois. Désormais, un infinitif parfait qui suit un modal n’implique plus nécessairement un procès contraire aux faits. C’est naturellement le cas de nombreuses occurrences où la modalisation est posée a priori (He might have done it ; I could have been mistaken…). La valeur contrefactuelle n’est donc plus primordiale :

Nous ne ferons pas la liste des valeurs de have-en après un modal au présent ou au prétérit… have-en a une interprétation aspectuelle (accompli), ou temporelle (antériorité) susceptible d’une exploitation modale (l’irréel). La combinaison de modal ED et de have-en fournit ainsi des dizaines d’effets de discours, sans qu’on puisse lui attribuer une valeur profonde en système… il serait illusoire de chercher un invariant palpable, un contenu abstrait à Modal ED + have-en, qui représente seulement un groupement d’opérateurs. (Cotte 1989 : 924)

14C’est un sujet qui mériterait d’être approfondi. Il nous suffira de le relever et de rappeler que la combinaison, lorsque le procès est donné comme contrefactuel dans le cadre d’une modalisation a posteriori, est souvent utilisée par le locuteur afin de signifier un commentaire, une appréciation.

15Modaliser a posteriori permet également de remonter simplement aux déterminations modales relatives au procès, parce qu’il est pertinent de le faire – sans pour autant ajouter un commentaire appréciatif. Lorsque l’on sait qu’un procès est avéré, il est légitime de signifier la modalité pour revenir aux conditions qui ont présidé à sa réalisation :

10. MALAMUD AND FIEDLER, they went West because they had to. (COCA)

  • 3 Dans l’exemple qui suit, on pourrait de même considérer que l’on remonte aux déterminations du proc (...)

16En (10), le locuteur revient sur l’obligation qui a conduit Malamud et Fiedler à aller vers l’ouest. 3 Dans le même type d’emploi général, la modalisation a posteriori est compatible avec des procès contraires aux faits. En (11), le locuteur évoque l’éventualité de la réalisation d’un procès donné clairement pour ‘faux’, mais qui aurait été potentiellement ‘vrai’ dans des conditions différentes, irréelles, qu’il place au centre de l’échange :

11. As a Hogwarts student, I would like to be taught a charm that could compel a wicked man to experience the painful suffering of his victims and the tragic consequences of his actions [...] Had Lord Voldemort ever witnessed from the other side of his wand the last and painful gasps of his victims, James and Lily Potter might have been alive today (COCA)

17Parfois, la modalité à laquelle on revient implique déjà un commentaire, comme par exemple pour cette occurrence de should :

12. I stood by my mother when she was tried for murder a few months later. I said she was noble and true and loved my father completely and the whole thing was an accident and she was acquitted as she should have been... (COCA)

18En (12), modaliser a posteriori permet au locuteur de souligner son jugement appréciatif d’ordre déontique. On voit que remonter aux déterminations modales qui portent sur un procès dont la valeur de vérité est connue n’est pas incompatible avec un commentaire appréciatif déjà véhiculé – par le recours au modal should ici (et non en vertu de la modalisation a posteriori, qui ne fait que conserver le sens appréciatif déjà présent).

19Le dernier énoncé nous permet de rappeler qu’une composante subjective, appréciative, est évidemment présente dans de nombreuses occurrences de modaux, sans que celle-ci apparaisse corrélativement à une modalisation a posteriori. Voici deux exemples, pour lesquels les procès sont virtuels :

13. You should keep your ancestral paintings. (ICE-GB <s1a 007 154>)
14. You may have a little problem getting in. (ICE-GB <s1b 027 098>)

20En (13), l’obligation atténuée se double d’une expression de subjectivité, d’appréciation de la part du locuteur et d’un conseil pour l’avenir. En (14), le jugement épistémique du locuteur contient lui aussi une part d’appréciation, de subjectivité. Une autre personne pourrait interpréter les éléments à disposition de manière fort différente. On observe ainsi une certaine porosité des frontières entre la classe des modalités appréciatives de la TOPE (type 3) d’une part, et celles qui regroupent les modalités épistémiques (type 2) et les radicales (type 4). Ce n’est pas un hasard si commentaire et appréciation apparaissent dans des conceptions étendues de la modalité. Mais pour en revenir à la modalisation a posteriori, celle-ci n’entretient pas de lien exclusif privilégié avec le commentaire et l’appréciation, même si elle les favorise.

3. Quand la modalité est conjointement posée a priori et a posteriori

21Pour conclure, nous voudrions pouvoir rendre compte de l’observation que, dans certains énoncés, la modalité paraît posée à la fois a priori et a posteriori :

15. You could help me!
16. He’ll sit there for hours.
(Larreya 2009 : 24)

22En (15), le procès est contrefactuel pour le révolu et l’actuel, mais il est virtuel pour l’avenir. Dans le contexte imaginé, qui est le plus naturel, l’allocutaire n’a pas aidé le locuteur jusqu’au moment d’énonciation de (15). Le locuteur déplore une absence d’aide, qu’il est toutefois encore possible de lui apporter. La possibilité est signifiée et posée a priori pour cette aide à venir, mais elle vaut également pour le même procès dans le révolu, où il est contrefactuel. La modalité est donc posée a posteriori indirectement, en tant qu’implicature. Le reproche émerge de cette modalisation a posteriori inférée (‘Tu pouvais m’aider or tu ne l’as pas encore fait : ce n’est pas bien’). En (16), le procès s’est vérifié par le passé, il désigne une habitude qui prévaut encore actuellement (mais peut-être pas précisément au moment d’énonciation), et qui peut s’avérer de nouveau à l’avenir. Il s’agit d’une illustration de ce que Cotte appelle l’épistémique de connaissance (1989), une catégorie qui mérite un développement étoffé (2000 : 202-216). Contentons-nous pour l’instant de constater qu’en (16), un jugement positif ou dépréciatif peut éventuellement s’ajouter au sens de l’énoncé par inférence, en fonction de la situation. Cela signifie-t-il que l’énoncé (16) présente lui aussi une modalité a posteriori ?

23Pierre Cotte a déjà fait remarquer que le certain et le virtuel peuvent s’associer pour la catégorie de l’épistémique de connaissance, que l’on observe lorsque le jugement épistémique se fonde sur l’expérience d’actualisations particulières d’un procès général, récurrent :

17. Christmas can be a cold and lonely time.
18. The child with high anxiety may first direct his energy toward achievement.
19. He will wear that awful tie.
(Cotte 2000 : 202)

24« En choisissant de présenter les occurrences comme des surgissements l’énonciateur adopte le point de vue du témoin : il a fait l’expérience du procès, il prédit d’autres observations » (Cotte 2000 : 208). En d’autres termes, c’est parce que le locuteur a fait l’expérience ou bien qu’on lui a rapporté l’expérience de certains noëls tristes et froids, d’enfants anxieux qui ont réussi, ou encore du manque de goût vestimentaire d’une certaine personne, qu’il envisage l’actualisation renouvelée du procès si les conditions s’y prêtent. Contrairement à l’exemple (15) toutefois, où la modalité concernant un même procès spécifique (‘you help me’) est donnée à la fois a posteriori et a priori – le procès étant contrefactuel jusqu’au moment d’énonciation et virtuel pour l’avenir – les énoncés (16) à (19) renvoient à un procès général et la modalité est présentée a priori, comme une vérité plus ou moins générale, dont l’expérience d’actualisations antérieures (reconstruite en toile de fond) permet d’asseoir la validité. Quoique l’on puisse inférer rétrospectivement que la modalité, marquant une propension latente, s’appliquait déjà aux occurrences antérieures du procès, c’est l’attribution de cette propension (ou potentialité) caractérisant un référent de manière générale qui est pertinente. Celle-ci, engageant la validation virtuelle d’occurrences du procès, relève de la modalisation a priori.

25Nous estimons donc qu’une modalité peut être doublement donnée, a priori ainsi qu’a posteriori, lorsque le procès est contrefactuel jusqu’à un moment repère et virtuel pour la suite, comme en (15) et des énoncés similaires tels que You should do your homework now ! (avec un reproche sous-entendu pour une période se prolongeant jusqu’au moment d’énonciation), en plus des cas particuliers illustrés par (5) et (6), où une dissociation s’effectue entre ce que le locuteur croit et ce qu’il fait semblant de croire.

Top of page

Bibliography

Clark, Herbert H. Arenas of Language Use. The University of Chicago Press, 1992

Cotte, Pierre. Le système des auxiliaires modaux dans le système verbal de l’anglais contemporain. Thèse de doctorat d’état. Grenoble : Université de Grenoble, 1989.

Cotte, Pierre. « La modalité de commentaire : La modalité comme commentaire », in Pauchard, J. (éd.). La modalité et les modaux en diachronie et en synchronie (domaine anglais), 201-224. Reims : Presses Universitaires de Reims, 2000.

Depraetere, Ilse. “Some Observations on (Factual) Could + Perfect Infinitive”, in: A. Tsangalidis et R. Facchinetti (eds). Studies on English Modality. In Honour of Frank Palmer. Bern: Peter Lang, 2009. 285-306.

Depraetere, Ilse et Reed, Susan. “Mood and Modality in English”, in: B. Aarts et A. McMahon (eds). The Handbook of English Linguistics. Oxford: Blackwell, 2006.

Furmaniak, Grégory. 2015. « A quoi sert la modalisation a posteriori ? » Anglophonia 19 (2015). 

Ingham, Richard. “The Transmission of Anglo-Norman: Some Syntactic Evidence”, in: R. Ingham (ed.). The Anglo-Norman Language and its contexts. Woodbridge: Boydell, 2010. 164-182.

Larreya, Paul. « Connaissance, inférences et modalités épistémiques dans le système verbal de l’anglais », in Pauchard, J. (éd.). La modalité et les modaux en diachronie et en synchronie (domaine anglais). Reims : Presses Universitaires de Reims, 2000. 175-199.

Larreya, Paul. “Towards a typology of modality in language”, in: R. Salkie, P. Busuttil, J. van der Auwera (eds). Modality in English: Theory and Description. Berlin: Walter de Gruyter, 2009. 9-30.

Top of page

Notes

1 Nous dirions que cette valeur est considérée comme faisant partie du common ground – ce terrain d’entente conversationnelle que constitue la somme des connaissances, des croyances et des suppositions mutuelles pour Clark (1992 : 3).

2 « In the case of a posteriori modalization, the speaker knows, or pretends to know, that truth-value [i.e. the truth-value of the modalized situation]. »

3 Dans l’exemple qui suit, on pourrait de même considérer que l’on remonte aux déterminations du procès, au niveau du possible matériel permettant de l’expliquer : There are all sorts of reasons being given for Benedict’s unprecedented abdication and his decision to be shut up, incommunicado, in a cloister for the rest of his life. On the positive side, he could have done it because he knew he was no longer physically and mentally (or even spiritually) up to the job… (beforeitsnews.com, 23 February 2013). Il demeure néanmoins possible de considérer que could porte non pas sur have done it, mais sur have done it because X, auquel cas la modalisation se fait a priori, puisque le locuteur ne sait pas si la raison qu’il donne est la bonne ou non.

Top of page

References

Electronic reference

Olivier Simonin, « Propos liminaire sur la modalisation a posteriori et le commentaire », Anglophonia [Online], 19 | 2015, Online since 15 July 2015, connection on 21 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/456 ; DOI : 10.4000/anglophonia.456

Top of page

About the author

Olivier Simonin

CRESEM (ELADD)
Université de Perpignan – Via Domitia
osimonin@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org