Skip to navigation – Site map

A quoi sert la modalisation a posteriori ?

Grégory Furmaniak

Abstracts

This paper explores Paul Larreya’s concept of a posteriori modalisation. We first come back on Larreya’s distinction between a priori and a posteriori modalisation and suggest that his typology of the uses and functions of a posteriori modalisation requires further enquiry. After commenting on the link between modality and illocutionary force, we provide a classification of the different instances of a posteriori modalisation according to their illocutionary forces; the assumption being that this kind of modalisation affects the illocutionary force of the utterance. We then re-assess the concept from a theoretical perspective in the light of the data, which leads us to make minor adjustments to its definition, both extensionally and intensionally.

Top of page

Full text

1Le concept de modalisation a posteriori forgé par Paul Larreya (2000, 2009) est assez mal connu. Par ailleurs, le seul auteur anglo-saxon qui, à notre connaissance, le mentionne, s’interroge sur sa pertinence. Dans sa recension de l’ouvrage Modality in English: Theory and Description (2009), Collins écrit en effet:

Paul Larreya’s chapter (‘Towards a typology of modality in language’) argues the need to distinguish between modality (as a mental system based primarily on the relations of possibility and necessity) and modalisation (the use speakers make of modality), but does not convincingly demonstrate the need for the distinction. (2010 : 507)

2Il est aisé d’attribuer ce jugement à une méconnaissance des théories linguistiques françaises. Ceci étant, la question de l’utilité de la modalisation a posteriori mérite d’être posée, et ce, pour deux raisons. D’abord, le phénomène linguistique décrit, observable à travers des oppositions telles que You must go (modalisation a priori) / You should be gone by now (modalisation a posteriori), mérite d’être creusé et sa raison d’être mieux appréhendée. En d’autres termes, pourquoi modalise-t-on a posteriori ? A quelles visées sémantico-pragmatiques cette stratégie linguistique répond-elle ? Un début de réponse est donné dans Larreya (2000, 2009), Cotte (1988, 2000) et Arigne (2007). Nous nous inscrivons dans la continuité de ces travaux en proposant une typologie de ses différentes fonctions. Deuxièmement, la modalisation a posteriori en tant que construit théorique demande également un examen approfondi. Le phénomène qu’il décrit est incontestable mais trois questions restent en suspens. (i) Le concept est-il pleinement opératoire ? (ii) N’est-il pas redondant avec d’autres concepts existants ? (iii) N’est-il pas intrinsèquement lié à une théorie linguistique, ou tout au moins à un courant linguistique particulier, qui le rendrait inadéquat – et opaque – dès lors qu’on se situerait dans un autre paradigme théorique ?

3Après une brève mise au point méthodologique, nous reviendrons sur la définition de la modalisation a posteriori telle que donnée par Larreya (2000, 2009). La deuxième partie approfondira les réflexions de Larreya (ibid.) et Cotte (2000) sur les motivations pragmatico-discursives de la modalisation a posteriori. La troisième partie évaluera l’utilité du concept au niveau théorique et nous donnera ainsi l’occasion d’en affiner la définition initiale.

1. Méthode

4Cet article ne s’appuie pas sur l’étude exhaustive d’un corpus. Mis à part les exemples empruntés à Larreya (2000, 2009), nos données proviennent du Corpus of Contemporary American English (COCA) mais sont présentés à des fins d’illustration uniquement. Aucune indication sur la fréquence des phénomènes discutés n’est donnée.

5Pour mener à bien cette étude, il nous fallait recueillir un nombre d’exemples suffisamment important afin d’illustrer les différents cas de figure relevant de la modalisation a posteriori. Nous avons pris le parti de limiter nos requêtes aux auxiliaires modaux bien que le phénomène touche d’autres formes modales : ce sont eux, eu égard à leur haut degré de polysémie, qui étaient le plus susceptibles de donner à voir un large éventail de fonctions distinctes. Toutefois, la fréquence importante des auxiliaires modaux dans le COCA nécessitait qu’on fixât des critères facilitant l’extraction automatique des occurrences pertinentes. Des études antérieures nous en ont fourni un certain nombre. Dans Furmaniak (2004 : 223-224), nous avions isolé quelques contextes linguistiques favorisant la modalisation a posteriori avec le modal must.  Puisque la modalisation a posteriori implique une proposition factuelle ou contrefactuelle, nous avions estimé que « [l]a condition à la modalisation a posteriori est donc le caractère présupposé de p, et [que] le moyen linguistique pour signifier la présupposition est la préconstruction. » (Furmaniak 2004 : 224). Les contextes marquant la préconstruction étant l’itération, l’interrogation et la présence d’un verbe de discours, nous avons interrogé COCA en limitant nos requêtes aux modaux employés en cooccurrence avec une construction interrogative directe ou indirecte, un adverbe itératif, ou un verbe de discours. Larreya (2000, 2009), Arigne (2007) et Cotte (2000), qui citent un nombre conséquent d’énoncés relevant de ce phénomène, nous ont conduit à ajouter à ces requêtes les modaux would et should dans des complétives cibles d’un prédicat évaluatif et les modaux au passé suivis d’un marqueur d’aspect (par exemple, He shouldn’t act like that), construction qui favorise, on le sait, la lecture contrefactuelle.

6Ces requêtes ne génèrent pas toutes les occurrences de modaux relevant de la modalisation a posteriori. Elles n’excluent pas non plus tous les cas de modalisation a priori. Un tri manuel a donc été nécessaire. Toutefois, l’objectif, réussi, était d’automatiser, en s’appuyant sur une recherche antérieure, l’extraction de données pertinentes, sans prétention, nous l’avons dit, à l’exhaustivité.

2. Modalisation a posteriori : définition et typologie (Larreya 2000, 2009)

7Dans cette partie, nous revenons sur la notion de modalisation a posteriori telle qu’elle a été définie par Larreya (2000, 2009).

2.1. Définition

8Larreya (2000) distingue modalité et modalisation. La modalisation ne concerne pas « la nature du jugement modal (autrement dit [le] caractère radical ou épistémique de la modalité), mais (…) la façon dont ce jugement peut être utilisé. » (194). Deux types de modalisation sont ainsi distingués : modalisation du non-connu (rebaptisée a priori dans Larreya 2009), illustrée par (1-3), et modalisation du connu (a posteriori dans Larreya 2009), illustrée par (4-9).

(1) You must ask John.

(2) You should ask John.

(3) He must be there by now.

(4) He must leave cigarette butts everywhere!

(5) He’ll sit there for hours.

(6) It’s a good thing he should have some rest.

(7) It’s not surprising he should have left.

(8) He should have told them.

(9) He should be there by now [and he’s not]. (Exemples empruntés à Larreya 2009 : 24)

9Ainsi,

In the case of a priori modalization, the speaker does not know, or pretends not to know the exact truth-value of the modalized situation. In the case of a posteriori modalization, the speaker knows, or pretends to know, that truth value. (Larreya 2009 : 24-25)

10Même si, par définition, la modalité épistémique, définie comme l’expression du probable, sera plus prototypiquement associée à une modalité du non-connu, Larreya (ibid.) considère que les deux types de modalisation sont compatibles avec la modalité radicale et avec la modalité épistémique. L’exemple (3) exprime ainsi une modalité épistémique modalisée a priori mais (9) exprime le même type de modalité avec une modalisation a posteriori.

2.2. Les trois types de modalisation a posteriori (Larreya 2000, 2009)

11Au sein de la modalisation a posteriori, Larreya (2000, 2009) distingue trois sous-types : (i) le constatif, (ii) l’évaluatif et (iii) le contrefactuel, illustrés respectivement par (4-5), (6-7) et (8-9), répété en (10-11), (11-12) et (13-14).

(10) He must leave cigarette butts everywhere!

(11) He’ll sit there for hours.

(12) It’s a good thing he should have some rest.

(13) It’s not surprising he should have left.

(14) He should have told them.

(15) He should be there by now [and he’s not].

12En (10), l’énonciateur constate que le référent du sujet fait preuve d’une compulsion à effectivement accomplir l’action dénotée par le prédicat (proposition factuelle). En (12), il exprime une évaluation (en l’occurrence, une appréciation positive) sur un procès réalisé (proposition factuelle). En (14), la proposition est contrefactuelle : l’événement passé, pourtant souhaitable, ne s’est pas réalisé. En (15), l’événement attendu ne s’est pas produit.

13Cette classification tripartite n’est pas sans poser de problèmes. Tout d’abord, le type (ii) semble être défini sémantiquement et formellement par la présence d’un prédicat supérieur évaluatif. Or, il peut y avoir évaluation dans d’autres configurations syntaxiques. En effet, en (10) et en (14-15), la situation constatée dans le réel est également la cible d’un jugement évaluatif. A la différence de (12-13), cette évaluation est implicite. Du coup, l’étiquette du type (ii) suggère que la catégorie est définie par un critère sémantique, alors que les exemples laissent entendre qu’elle se fonde sur un critère syntaxique. De même, le type (iii) se fonde sur la contrefactualité de la proposition, mais cela n’empêche nullement que l’état de fait soit la cible d’une évaluation implicite.

14Deuxièmement, l’examen de notre échantillon d’énoncés modalisés a posteriori montre que cette typologie ne recouvre pas l’ensemble des emplois. Cotte (2000) offre un certain nombre de pistes intéressantes que nous tenterons d’approfondir ici, en proposant un inventaire plus systématique des différentes fonctions sémantico-pragmatiques des exemples de modalisation a posteriori tirés du COCA.

3. Fonctions sémantico-pragmatiques des énoncés modalisés a posteriori

15L’emploi des termes « constatif » et « évaluatif » par Larreya (ibid.) suggère que la contribution sémantique de la modalisation a posteriori peut se manifester par une modification de la force illocutoire de l’énoncé. Après une mise au point sur le lien entre modalité et force illocutoire en 3.1, nous proposons une classification sémantique des énoncés modalisés a posteriori en répertoriant les différents types de modalité énonciative associés à la modalisation a posteriori : constative (3.2), appréciative (3.3), intellective (3.4), déclarative (3.5), puis interactive (3.6). Enfin, en 3.7, nous évoquerons un phénomène particulier relevant de l’hypallage, où la cible de la modalité énonciative est déplacée.

3.1. Modalisation a posteriori et force illocutoire

  • 1 « [D]ifferences in the direction of fit between words and the world » (Searle 1975 : 346). Traducti (...)
  • 2 On empruntera à Adamczewski (1982 : 146) les termes « pragmatique » et « assertif » pour traduire r (...)

16Modalité et force illocutoire sont unies par un lien ténu. James (1986), par exemple, rapproche les deux notions ; sur le plan épistémologique, d’abord, en se référant explicitement (1986 : 12) à Harris (1751), Anscombe (1957) et Searle (1969) ; et sur le plan fonctionnel, ensuite, en constatant que, comme les actes illocutoires, les modalités ou « manners of representation » (James 1986 : 11), se subdivisent en deux grandes catégories en fonction de la « direction d’ajustement entre les mots et le monde ».1 En effet, Searle (1975 : 346) souligne que « [s]ome illocutions have as part of their illocutionary point to get the words (more strictly, their propositional content) to match the world, others to get the world to match the words ». C’est ce critère qui fonde l’opposition entre l’assertion, d’un côté, et la promesse ou la requête, de l’autre. De la même manière, James (1986 : 15) oppose « practical modality » (ou « world-to-match-words modality ») et « theoretical modality » (ou « words-to-match-world modality »).2

17Dans un cadre théorique tout autre, la modalité énonciative de Charaudeau, définie comme l’expression des « positions du sujet parlant par rapport à son interlocuteur […], à lui-même […], et à son propos […] » (1992 : 572), n’est pas sans rappeler, malgré une typologie différente, la force illocutoire telle qu’elle est décrite dans la Théorie des actes de langage.

  • 3 Nous l’avons ailleurs (cf. Pic & Furmaniak 2012 : 212-213) qualifiée de « modalité de phrase ». Lim (...)
  • 4 Ce rapprochement mériterait d’être développé mais ce débat dépasse le cadre de cet article.
  • 5 Cotte (1988 : 2000) distingue en effet l’épistémique de croyance et l’épistémique de connaissance.

18Cette proximité conceptuelle entre force illocutoire et modalité peut être source de malentendu si l’on ne prend pas soin de distinguer la valeur modale exprimée individuellement par les marqueurs et la modalité énonciative,3 qu’on assimilera donc à la force illocutoire.4 L’analyse d’un énoncé aussi simple que John can swim devient en effet rapidement opaque si l’on ne distingue pas les deux types de modalité. Dire que la modalité est à la fois radicale (dynamique), à cause du sens de capacité, et épistémique (de connaissance)5 complexifie inutilement un phénomène qui est en réalité assez simple. Can exprime une capacité, c’est-à-dire une modalité radicale dynamique, et cette capacité est constatée, d’où la modalité énonciative constative. Dans le même ordre d’idées, cette distinction nous permet de mieux rendre compte des cas de modalisation a posteriori, où la valeur du modal peut différer de la modalité énonciative (même si, le plus souvent, elle y contribue).

  • 6 Comme le souligne Kerbrat-Orecchioni (2001 : 28), « à chaque auteur sa propre typologie ».
  • 7 Cette catégorie nous est propre.

19Il n’existe pas de classification consensuelle des types d’actes illocutoires.6 Dans une démarche inductive, nous sommes parti des données et avons puisé dans les typologies existantes pour classer les différents cas de figure rencontrés. Nous avons retenu quatre grandes catégories de valeurs illocutoires : le constatif, l’intellectif,7 l’appréciatif et le déclaratif. A la suite de Roulet (1981), nous proposons que certains actes prennent, en contexte, des valeurs dites interactives, dérivées de ces mêmes fonctions illocutoires. Enfin, nous considérerons quelques cas d’hypallage où la cible de la modalité énonciative est déplacée sur une proposition différente de celle contenant le modal. Pour chaque cas de figure, nous donnerons un ou deux exemples dans le corps du texte ; d’autres exemples tirés de notre échantillon seront placés en annexe.

3.2. Modalités énonciatives constatives8

  • 8 Voir aussi l’exemple (i) en annexe.
  • 9 Traduction de « propensity » (cf. Huddleston & Pullum 2002 : 194).

20Dans les énoncés qui suivent, l’énonciateur constate l’existence d’une obligation, en (16-17), et d’une « propension »9 du sujet, en (18). Il y a modalisation a posteriori puisque les procès sont à chaque fois présentés comme réalisés.

(16) But as potential foes acquire better detection equipment, the U.S. Navy must constantly develop new ways to hide subs.

(17) To help accomplish this, we must constantly utilize contemporary and cutting-edge technological applications in attempts to provide a more beneficial learning experience for students.

(18) [M]y husband was winning them over and I wasn't equally loved. My husband would be playing with the boys, and I'd be cooking dinner!

21La « modalité de commentaire », comme l’appelle Cotte (2000), peut paraître absente ici. Mais en réalité, cette absence apparente fait ressortir ce qui fait l’essence de la modalisation a posteriori, à savoir, la construction d’une modalité énonciative assertive (« theoretical » pour James 1986). La modalisation a posteriori n’a certes pas l’exclusivité de ce type de modalité mais elle a pour constante d’exclure la modalité énonciative pragmatique (« practical » pour James 1986).

  • 10 A noter que l’assertif n’équivaut pas à l’épistémique puisqu’il n’est pas question ici de probabili (...)

22L’énonciateur se pose en effet en observateur neutre sans chercher à modifier (ou à faire perdurer) l’état du monde décrit par la proposition, se dissociant ainsi de la source modale à l’origine de la nécessité, en (16-17), et de la « propension », en (18). Il constate la réalité à la fois d’un procès et des forces modales à l’origine de sa réalisation. La volonté de l’énonciateur d’imposer sa vision du monde, qui définit les modalités pragmatiques (cf. James 1986), est totalement absente des énoncés modalisés a posteriori.10

  • 11 Il s’agit de la traduction de « state of affairs » souvent utilisée dans la littérature anglophone (...)

23S’il s’agit moins d’un commentaire modal que d’une condition d’emploi, il nous semble que les énoncés de ce type requièrent un état de fait (désormais EdF) 11 particulièrement saillant, ou, en tout cas, qu’ils rendent saillant l’EdF qui ne le serait pas a priori. Cette observation rejoint l’idée de Larreya (cf. Furmaniak & Larreya, à paraître), selon laquelle l’EdF dans les énoncés constatifs constituerait une information nouvelle pour le destinataire, tandis qu’il relèverait de l’information ancienne dans les évaluatifs. En (16-17), les actions obligatoires sont remarquables de par leur caractère incessant (cf. constantly) et novateur (cf. new, contemporary, cutting-edge). En (18), c’est le contraste entre ce que font les deux personnages (‘jouer avec les enfants’ par opposition à ‘préparer le dîner’) qui rend les deux procès remarquables.

  • 12 Voir aussi l’exemple (ii) en annexe.

24Les énoncés (19-20), exprimant une « caractéristique occasionnelle » (Larreya 1984 : 326-337), relèvent également de la modalité constative.12

(19) The education of foster care youths with disabilities may frequently be overlooked in child welfare as well.

(20) The relevant forms can usually be found on your state government's website.

  • 13 Nous avons bien conscience que chez les philosophes grecs et chez Becker et al., l’analyse se situe (...)

25La particularité de ces énoncés tient au fait que la valeur du modal correspond ici à une interprétation temporelle ou « statistique » (Becker et al. 1952) de la modalité. May et can indiquent bien un possible, mais un possible d’un type particulier qui n’est pas sans rappeler la conception de la modalité chez les philosophes grecs. Dans cette tradition, est nécessaire ce qui est toujours vrai, impossible, ce qui n’est jamais vrai, et possible, ce qui est parfois (ou souvent) vrai.13 Cotte ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme que ces « énoncés au possible disent la tendance plus abstraitement et moins explicitement » (2000 : 208) que les énoncés vériconditionnellement équivalents au présent simple. Pour Cotte, il y a aussi commentaire modal dans ce cas. May indique le caractère surprenant du procès, can permet une caractérisation rétroactive du référent du sujet souvent accompagnée d’un jugement sur ce même sujet (2000 : 209). Si l’on admet sans difficulté cette analyse, il faut préciser que la notion de commentaire modal telle qu’elle est utilisée par Cotte n’est pas équivalente à la modalité énonciative, définie ici plus étroitement.

3.3 Modalités énonciatives appréciatives

26Charaudeau précise que la modalité appréciative présuppose un fait « à propos duquel le locuteur dit quel est son sentiment » (1992 : 604). Même si nous serons amené à nuancer cette affirmation, il en découle que la modalisation a posteriori, en tant que modalisation du connu, s’associe logiquement à ce type de modalité énonciative. A l’instar de Charaudeau, nous considérons que « l’ ‘Appréciation’ peut porter sur différents domaines de valeur » : l’éthique, le pragmatique ou l’hédonique. Nous préférons toutefois à « propos » ou « proposition » le terme « état de fait ». Il s’agit de désigner la situation constatée dans l’extra-linguistique (réel ou fictionnel) correspondant soit à la proposition factuelle soit à la proposition contrefactuelle.

3.3.1 L’éthique (EdF est mal/bien)14

  • 14 Voir aussi les exemples (iii-viii) en annexe.
  • 15 Dans les constructions étudiées, c’est le jugement défavorable, quel que soit le domaine de valeur, (...)

27Dans l’éthique, l’énonciateur « qualifie positivement [comme en (21)] ou négativement [comme en (22-23)] le propos, au regard des valeurs de la morale » (Charaudeau 1992 : 604).15

(21) It's absolutely right and appropriate we should be doing so.

(22) That's a hack. And if you're attorney general you shouldn't be acting in that way. You should be acting for the nation.

(23) “In God We Trust” must go, right? Why must I be forced to use a monetary system that intrudes into my non-belief system?

28Notons que la mention explicite d’un agent spécifique fait surgir la valeur de reproche, comme en (24-25).

(24) “George, why must you torture the children?”

(25) Recently, a friend told me that our representatives on Capitol Hill voted to make their pensions tax-free. How could they do such a thing when they haven't made Individual Retirement Accounts fully deductible for all ordinary citizens?

3.3.2 Le pragmatique (EdF est inutile)16

  • 16 Nous n’avons pas rencontré d’énoncés contenant un jugement du type « EdF est utile ».
  • 17 Voir aussi l’exemple (ix) en annexe.

29Dans les exemples qui suivent, l’énonciateur estime l’EdF inutile.17 A noter que (28) est à la frontière du pragmatique (‘ça ne sert à rien’) et du logique (‘ça ne fait pas sens’) (cf. plus bas).

(26) He tries to think of another rhyme. David: Lisa. Why must we rhyme?
It's hard and takes much time.

(27) "I came to ask you to do something."
"Oh,
you shouldn't have gone to all that trouble," Lorna said, "getting your beautiful body treated up-brane just to come back and ask me for a favor."

(28) "Oh sir, this play has been running for four weeks. Why must he suddenly change my costume? It is such a small part."

30En (29), la principale explicite l’aspect pratique, donc utile, de l’EdF dénoté par la nominalisée.

(29) The only advantage to this arrangement is that I can always get him on the phone.

3.3.3 L’hédonique18

  • 18 Voir aussi les exemples (xiii-xiv) en annexe.

31Pour Charaudeau, ce type de modalité appréciative « qualifie positivement ou négativement le propos, au regard des valeurs émotionnelles propres au locuteur : « Je trouve heureux/malheureux que… » » (1992 : 604). En (30), par exemple, l’énonciateur déplore l’EdF décrit par la proposition. On pourrait en effet gloser (30) par (30’).

(30) Why must I be saddled with morons?

(30’) It’s a pity I am saddled with morons.

32Comme dans l’éthique, si un agent est responsable de l’EdF déploré, il devient de fait la cible d’un reproche, comme on peut l’observer en (31-32).

(31) Her tone was now decidedly condescending. […] I clenched my teeth together, trying not to say what I was thinking. Okay, so you got yourself snubbed; must you pass it on to me? Anger rising in my throat, I called “Speak into the mike, Topsy; when would I have met Scott?”

(32) The world's scientists recently wrapped up the seventh annual World Conference on AIDS in Florence, Italy, with a resolution condemning Bush's immigration ruling. Why will our president listen to half-educated self-appointed moralists and not to the best minds our civilization has to offer? Where is the leadership for which we pay him?

33Si l’agent co-réfère avec le locuteur, comme en (33), c’est la valeur de regret qui se superpose à la valeur « déplorative ».

(33) “Why am I here?” he thought. “How could I have messed up my life this bad?

34Ici encore, l’appréciation favorable est rare, mais elle apparaît dans des énoncés comme (34), qu’on peut en effet gloser par : It’s a good thing that the bye week came at that time.

(34) The bye week couldn't have come at a better time as the Giants barely avoided a second consecutive upset loss at home, giving up 121 rushing yards to Fred Jackson and allowing two Bills touchdowns on plays of 60 or more yards.

3.4 Modalités énonciatives intellectives

  • 19 Pour éviter les confusions, il nous paraît important d’utiliser des termes distincts pour décrire l (...)

35Pour Larreya (2009 : 25), l’évaluation peut être déontique (notre modalité appréciative) ou épistémique (que nous appellerons intellective). Le jugement ici ne repose plus sur l’affect mais sur la raison. On distinguera deux sous-catégories.19

3.4.1 Le logique (EdF est (il)logique)20

  • 20 Ce domaine de valeur n’est pas mentionné dans Charaudeau (1992).

36Dans les exemples qui suivent, l’EdF est évalué négativement car jugé illogique. Les segments soulignés montrent qu’on se place sur le terrain du rationnel et non plus de l’éthique. Il s’agit de ce que nous avons ailleurs appelé des « given-that contexts » (cf. Pic & Furmaniak 2014 : 386), à savoir des contextes contenant une circonstancielle de raison ou tout autre expression exprimant une raison indirecte, c’est-à-dire “a reason [that] is not related to the situation in the matrix clause but is a motivation for the implicit speech act of the utterance” (Quirk et al. 1985 : 1104) ». On peut en effet gloser ces énoncés ainsi : puisque q, EdF est illogique.

(35) And if you don't like rain, you shouldn't be living in the world's largest temperate rainforest.

(36) How can a man so undeniably brilliant find himself constantly entangled in incidents such as this one that leave him reduced to drawing diagrams of salad bars while a promising season begins to crumble like a crouton?

37En (37), l’EdF (correspondant à la proposition ‘he could not understand losing you’) est, inversement, présentée comme logique dans le tag.

(37) I know you cared for him. And his reaction proves to me he cared for you as well. No, he could not understand losing you, but how could he?

38Le schéma argumentatif est du même type que dans les énoncés précédents. On peut en effet paraphraser (37) par (37’) :

(37’) Given that you cared for him and that he cared for you, it is logical that he couldn’t/didn’t understand losing you.

3.4.2 Le miratif (EdF est (in)attendue)

  • 21 Cf., par exemple, De Lancey (2001).

39Ce terme décrit la modalité à l’œuvre dans des énoncés comme (38-39),21 où l’énonciateur présente plus ou moins explicitement l’EdF comme (non) conforme au cours normal des événements. C’est donc sur la base de sa compréhension du fonctionnement du monde que s’effectue ce jugement de normalité ou d’anormalité.

(38) She made a few calls to check some statements, but everything held up. That was bad news if this was murder: some possible perpetrators should be emerging by now.

(39) “It's only natural you should miss Michael,” Linette offered, briefly wrapping her arm around Nancy's waist.

40En (38), le fait qu’aucun suspect n’ait encore fait surface à ce stade de l’enquête est anormal, au sens d’inhabituel. En (39), au contraire, l’EdF (le fait que Michael manque au référent du sujet) est jugé normal ou attendu.

41En (40-41), la valeur « favorable » est exprimée à l’aide d’un prédicat supérieur positif, marquant le caractère attendu de l’événement cible.

(40) It was natural that it should happen; there could be no other response.

(41) It was to be expected that Freud would be drawn to Egyptian, Greek and Roman imagery mirroring Freudian ideas and theories.

  • 22 Voir aussi exemple (xv) en annexe.

42Tous ces exemples sont à rapprocher d’un autre type d’emploi, illustré par (42),22 où le point de vue de l’énonciateur et celui du référent du sujet d’un verbe épistémique sont dissociés et décalés temporellement.

(42) Of course, she would not have made the trip with Andrew and Ella if she had known that Levi would be going to the valley with the handcart company.

43En (42), aux yeux du personnage nommé Ella, le départ de Levi n’était pas prévisible. On peut gloser l’énoncé par : She didn’t know he would be going to the valley with the handcart company. En revanche, le verbe factif know implique que le départ de Levi est connu du point de vue de l’énonciateur au moment de l’énonciation.

3.5 Modalités énonciatives déclaratives

44Charaudeau définit les modalités déclaratives comme les modalités qui explicitent l’acte de dire (1992 : 616) et donne comme exemple parmi d’autres :

(43) J’affirme qu’il est responsable numéro un. (Exemple emprunté à Charaudeau 1992 : 617)

45Les énoncés modalisés a posteriori qui entrent dans cette catégorie sont introduits par des tournures telles que I must say that, It may be said that, It might be argued that, We can/could say that, It should be pointed out that, I would suggest that). Ils correspondent à ce que Fraser (1975) a nommé les « Hedged performatives ». Si je dis I must say that P, je dis effectivement P (la proposition est donc factuelle) mais je présente mon acte verbal comme contraint afin d’atténuer son caractère menaçant en minimisant ma responsabilité. Les énoncés (44-45), moins prototypiques, relèvent aussi de ce cas de figure.

(44) I mean, we video ourselves. I mean, honestly. I probably shouldn't be saying that but that's proof I was in the house.

(45) I knelt beside her and began to pray, and she started scratching at my face. It was horrible. I would be lying if I said I wasn't relieved to be back at the convent.

3.6 Fonctions interactives

46Kerbrat-Orecchioni (2001) reprend la distinction établie par Roulet (1981) entre valeur illocutoire et valeur interactive. La première est la valeur prise par l’énoncé « hors contexte en vertu de ses propriétés linguistiques », tandis que la seconde correspond à la « valeur qu’il reçoit en contexte, en relation avec les actes précédents […] et subséquents […]. » (Kerbrat-Orecchioni 2001 : 60). La valeur interactive peut se calculer par rapport à un énoncé au sein de la même intervention ou au sein d’un échange. Les valeurs interactives sont donc dérivées, en contexte, des valeurs illocutoires déterminées, elles, par les propriétés strictement linguistiques des énoncés.

3.6.1 Surprise (EdF est inattendue > Je m’étonne d’EdF)

47En (46-47), l’énonciateur exprime sa surprise en même temps que le caractère inattendu ou illogique de l’EdF.

(46) “But where the (censored) is she, Joran?”
“She will never be found. Where exactly, I don't even know myself.”
How can that be? That you don't even know that?”

(47) “[…] Emma Dousinelle has escaped.”
Beau's heart leapt. No wonder Emma had not begged his aid. Struggling to hide his glee, he gave in to genuine astonishment.
“Escaped?
How could that happen?
We were hoping you might tell us,” Page replied dryly.

48Le sens de surprise est visible dans les traductions de (46) et (47) que nous proposons en (46’) et (47’), à travers l’emploi des interjections « hein ? » et « quoi ? ».

(46’) « Où exactement, je ne le sais pas moi-même. »
       « Quoi ? Tu ne le sais pas ? Mais comment c’est possible ? »

(47’) « Hein ? Il s’est échappé ? Mais comment ça a pu arriver ? »

  • 23 On citera, comme tours expressifs, l’interjection, l’exclamation, l’intonation associée à la struct (...)
  • 24 L’immédiateté semble être un élément essentiel de l’effet de sens de surprise (Cf. Goddard 2014).

49On peut estimer que la valeur de surprise surgit quand (i) l’EdF est non conforme aux attentes de l’énonciateur, (ii) que cette non-conformité est exprimée de façon expressive,23 et (iii) immédiatement après le stimulus,24 c’est-à-dire l’énonciation de l’information « surprenante ».

3.6.2 (Dés)accord (EdF est (il)logique > Je suis en (dés)accord au sujet d’EdF)

50On reconnaît, en (48), le schéma argumentatif et sa réalisation formelle (le « given that-context », souligné ici) propres à la modalité intellective de type logique.

(48) Perdue's point is hard to argue with: How can Georgia be labeled a racist State in 2006 when blacks both registered and turned out to vote at a higher percentage than whites in 2004; and minorities have been elected to important offices including Attorney General, Labor Commissioner, three of seven Supreme Court Justices and four of our 13 Congressmen with similar electoral successes achieved in the state Legislature?

  • 25 Cf. exemple (xvi) en annexe pour une valeur d’accord.

51Ici, cependant, l’EdF illogique correspond à une opinion formulée par autrui et le jugement purement assertif (‘EdF est illogique’) s’accompagne d’un positionnement interpersonnel du type ‘Je ne suis pas d’accord avec toi’.25

3.7 Phénomènes d’hypallage

52Nous parlerons d’hypallage (syntaxique), à la suite de Larreya & Méry (1992), lorsque le commentaire modal (valeur illocutoire ou interactive) ne porte pas sur la proposition modalisée a posteriori mais sur une autre proposition.

3.7.1 Justification de q

  • 26 Cf. Adam 1992.

53Dans les cas suivants, la proposition modalisée vient justifier une autre proposition, subordonnée ou adjacente. Nous rassemblons ici l’explication, qui s’applique de re (elle dit pourquoi les choses sont ainsi) et la justification proprement dite, qui s’applique de dicto (elle dit pourquoi l’énonciateur dit ce qu’il dit).26

  • 27 Cf. exemples (xvii-xviii) en annexe.

54En (49), l’EdF (qu’on peut exprimer par ‘I did not say otherwise’) est jugé logique.27 On note, une nouvelle fois, le « given-that context » dans la participiale en -ing. De fait, en raison du caractère logique de l’EdF, la proposition soulignée apparaît comme justifiée.

(49) “I keep doing things wrong, don't I?” she asked.
Of course not, Jessie,” I assured her, for how could I say otherwise, looking as I was into Aunt Nonny's lovely blue eyes.

55Comment émerge cette valeur de justification? Le contenu propositionnel P de la proposition modalisée est <I-say something different from q>, tel que q équivaut à la proposition ‘I assured her that she was wrong’. La construction interrogative How could construit P comme impossible et donc l’EdF correspondant à non-P comme logique. De fait, par ricochet, q apparaît comme justifiée par l’impossibilité de P et par le caractère logique de non-P.

56Les énoncés modalisés en (50) et (51) ont également un rôle de justification mais leur fonctionnement est quelque peu différent.

(50) Indeed, the opposite was true, as their position in the housing market rapidly diminished. It wasn't that Fannie and Freddie made a prescient strategic decision to stay clear of the housing frenzy. They couldn't have participated even if they had wanted to. The two agencies had committed various accounting irregularities earlier in the decade, and their regulator forced them to rein in their growth.

(51) International organizations such as the UN are extremely weak because they must constantly seek the support of powerful nations for global missions, and there is little scrutiny or evaluation of the results.

  • 28 On remarque, au passage, qu’en (50), la phrase suivante (en italiques) vient à son tour expliquer l (...)

57On aura reconnu ici l’emploi constatif de la modalisation a posteriori : (50) asserte l’impossibilité de la proposition contrefactuelle ‘they participated’ et (51) asserte la nécessité de la proposition factuelle ‘they constantly seek the support of powerful nations for global missions’. Le contexte montre toutefois que la modalité radicale, qu’on peut définir comme l’expression des forces déterminant la réalisation des procès, est invoquée pour expliquer l’EdF. Cette fonction a déjà été notée par Cotte (2000 : 206). En (50), l’impossibilité de participer explique pourquoi Fannie et Freddie sont restés en dehors de la frénésie immobilière (cf. segment souligné), tandis qu’en (51), c’est le fait que les institutions internationales sont obligées de chercher l’appui des nations puissantes qui permet à l’énonciateur d’affirmer que ces organisations sont faibles (cf. segment souligné) ; ce qui donne donc à l’énoncé une valeur de justification.28

58En (52), la stratégie est différente, mais elle vise toujours à justifier un EdF dénoté par une proposition (soulignée dans l’exemple) autre que celle contenant le modal.

(52) If difficulty levels were determined across the entire test based solely on the ordering of stimuli, only a small number of participants would have been administered items at the easy and hard levels, and statistical power to detect significant effects would be limited.

59Il s’agit en effet, dans ce contexte scientifique, de justifier la méthodologie choisie. L’option exprimée dans la protase n’a pas été retenue (la proposition est contrefactuelle) et ce choix est justifié en mettant en exergue, dans l’apodose (aussi contrefactuelle), les conséquences négatives qu’aurait eu ce choix.

3.7.2 Evaluation de q

60Typiquement, dans les énoncés conditionnels contrefactuels, la modalité énonciative appréciative ou intellective porte sur une proposition autre que la proposition modalisée.

  • 29 Voir aussi l’exemple (xix) en annexe.

61En (53-54), l’énonciateur déplore un EdF qui n’est pas celui dénoté par la proposition modalisée.29

(53) Data on immigration status were not available. Such information would have been a valuable component of the analysis.

(54) “You don't believe me. Of course you don't believe me. Of course you don't understand.”
This from the woman Daniel had always thought to be almost relentlessly unsentimental, to say nothing of unsuperstitious […]. He thumped his fist down hard on the tile step and Juliet jumped.
“How would I, Juliet?
How could I possibly understand when you never tell me anything? I'm a dumb American — that's why I can't read your mind.”

62En (53), l’énoncé modalisé exprime la conséquence positive qu’aurait eue l’existence des données évoquées dans la phrase précédente. L’enchaînement donne donc lieu à une implicature relevant de la modalité appréciative que l’on peut expliciter par : It’s too bad that data on immigration status were not available.

63En (54), c’est la proposition contenue dans la subordonnée en when qui est déplorée par l’énonciateur. L’énoncé doit en effet être interprété comme un reproche : Daniel reproche à Juliet de ne jamais rien lui dire. La construction de cette valeur est toutefois relativement complexe. How could I possibly understand you dit le caractère contrefactuel de p (‘I don’t understand’) et présente cet EdF1 comme logique étant donné l’EdF2 désigné par la subordonnée (qui fournit le « given-that context »). Mais comme l’EdF1 (le fait de ne pas comprendre sa partenaire) est a priori négatif et que EdF2 est la cause d’EdF1, EdF2 devient la cible d’un jugement appréciatif défavorable, et plus précisément, d’un reproche, puisque le référent de you est responsable de cet EdF.

  • 30 Voir aussi l’exemple (xx) en annexe.

64En (55-56), q (correspondant aux segments soulignés) est au contraire la cible d’une appréciation positive.30

(55) “You've accomplished a great deal.”
I couldn't have done it without the Bensons. Those work horses of theirs are something else.”

(56) People had been trying to kill me. Repeatedly. Thank goodness they didn't succeed. I could be sitting there dead.

65En (55), l’EdF (‘I’ve done it’) a été préalablement évalué positivement (cf. you’ve accomplished a great deal) et, dans la mesure où la présence des Benson est présentée comme étant à l’origine de ce succès, elle devient également la cible d’un jugement positif qu’on pourrait gloser par : heureusement qu’ils étaient là !

66L’énoncé (56) fonctionne de la même façon, excepté que l’EdF ‘I am not sitting there dead’ n’a pas besoin d’être explicitement évalué positivement et que l’appréciation favorable portée sur q (‘they didn’t succeed’) est explicitée par thank goodness.

67En (57), l’appréciation négative cible l’EdF décrit par la complétive. En effet, même si l’on accepte, pour (57), une paraphrase telle que (57’), l’EdF deploré n’est pas l’ignorance des personnages mais leur solitude vingt ans plus tard.

(57) How could they have known that twenty years later they would still be childless, just an old man and an old woman alone in the wilderness?

(57’) Malheureusement, ils ne savaient pas que vingt ans plus tard, ils n’auraient toujours pas d’enfant.

3.7.3 Les phrases conditionnelles

68Les phrases conditionnelles contrefactuelles avec protase explicite, comme en (58) et (60), ou implicite, comme en (59), relèvent également de la modalisation a posteriori : l’apodose modalisée – ainsi que la protase, d’ailleurs – est en effet contrefactuelle. Il est toutefois impossible, dans le cadre de cet article, de proposer un inventaire exhaustif des fonctions sémantico-pragmatiques qu’elles sont susceptibles de remplir. Certains exemples ont été intégrés à des emplois déjà évoqués. Nous ne mentionnerons ici que celles qui, au sein de notre échantillon, semblent les plus récurrentes et dont la fonction peut s’analyser en termes d’hypallage. En intégrant une entité du réel dans une situation irréelle, la phrase conditionnelle semble vouloir indiquer le haut degré d’une qualité préalablement attribuée à ladite entité.

69En (58), la phrase conditionnelle vient illustrer le jugement exprimé par la relative en italiques. La protase construit une situation fictive, contrefactuelle, et y plonge le personnage pour mieux expliciter, dans l’apodose, le degré de déférence qu’il a atteint.

(58) An intense yellowness of interior space settles over his father, who has become deferentialif he were wearing a hat, he would be holding it now.

70De même, en (59), la proposition relative conditionnelle avec protase implicite (‘If they had existed twenty years ago, they would have been shocking’), permet d’évaluer le degré du changement décrit dans la principale (soulignée).

(59) Today, most of us have become used to images and language that would have been shocking even twenty years ago; in the same way, future generations will become exposed to images that are, by contemporary standards, beyond the limits of decency.

3.7.4 Expression d’une opinion erronée

  • 31 Voir aussi exemple (xxi) en annexe.

71Le type d’hypallage commenté ici et illustré par (60-61) est d’un autre ordre.31

(60) I would have thought Narcotics would be dealing with this, not Homicide, but something was different about this murder.

(61) She extended her wrist for me to hold. It was warm, but might otherwise have been that of a dead woman: no pulse.

72En (60), la construction would have + -en marque bien le contrefactuel mais ce n’est pas la proposition ‘I thought q’ qui est contrefactuelle. Elle est factuelle puisque le référent du sujet a bel et bien cru que les narcotiques se chargeraient de ce cas. La valeur contrefactuelle se reporte en fait sur le contenu de la complétive : c’est la proposition cible (‘Narcotics dealt with this’) qui se trouve être fausse.

73En (61), c’est à la fois la proposition modalisée et le jugement épistémique signifié par might qui sont contrefactuels. En effet, (61) peut être glosé par (61’), qui montre que la proposition ‘it was that of a dead woman’ est fausse mais aussi que personne n’a réellement cru que c’était le cas.

(61’) One might have believed it was that of a dead woman (but it was not).

4. Le concept de modalisation a posteriori est-il opératoire ?

74La partie précédente a cherché à répondre à la première question que nous nous posions, à savoir : pourquoi modalise-t-on a posteriori ? Elle a ainsi mis au jour un certain nombre de fonctions sémantico-pragmatiques qui semblent être l’apanage des énoncés modalisés a posteriori. Elle n’a rien dit, toutefois, de la pertinence, sur le plan théorique, du concept même de modalisation a posteriori. De ce point de vue, trois questions méritent d’être posées. D’abord, s’agit-il, comme pourrait le laisser supposer la partie 3, d’un concept purement descriptif permettant de nommer une catégorie d’énoncés ou s’agit-il d’un fait explicateur susceptible de rendre compte de phénomènes inexpliqués par ailleurs ? Deuxièmement, si la modalisation a posteriori se définit uniquement par la présence d’une proposition dont la valeur de vérité est connue, le concept n’est-il pas redondant, dans la mesure où il n’apporte rien à l’opposition entre « virtuel », d’un côté, et « factuel/contrefactuel », de l’autre ? Enfin, puisque le terme de « modalisation » fait implicitement référence aux théories dynamiques de la construction des énoncés, a-t-il un sens au-delà de ces approches ?

4.1. Un fait explicateur ?

75Le terme même de « modalisation a posteriori » éclaire le fonctionnement des énoncés concernés et ne saurait donc être considéré comme un concept purement descriptif. Modaliser a posteriori, c’est en effet poser un EdF pour ensuite revenir à ses origines (c’est-à-dire le modaliser). De ce processus naissent les modalités énonciatives inventoriées dans la partie précédente.

76Mais le concept explique un autre phénomène linguistique, à savoir, la compatibilité de modaux radicaux avec des marqueurs d’aspect. Dans Furmaniak (2004, 2006), nous avons longuement analysé le cas de must combiné à have + -en et/ou be + -ing. Nous résumons brièvement ce cas de figure dans le but de montrer l’apport du concept pour l’analyse de certaines données.

77 La compatibilité du must épistémique avec les marqueurs d’aspect, illustrée par (62), est bien connue (cf. Adamczewski 1976, Bybee et al. 1994, Huddleston & Pullum 2002). Il en va de même des apparentes exceptions telles que (63-64) (cf. Bouscaren et al. 1984, Cotte 1988, 2000, Palmer 1990).

(62) He must have gotten out before the impact, since you found no body, but he probably died.

(63) The application for accommodation (Form AF1) must have reached the Allocations Office by 30th September. (BNC) [Cité dans Furmaniak 2004 : 314]

(64) She dosed the briefcase and stood. "I must be going, Stan. Thank you for your help and hospitality."

(65) Since the Congregation for the Causes of Saints was formed in 1588, approximately 300 people have been made into saints. The process always takes years to complete. […] But before a candidate even comes to the attention of the saint-makers, that person's holiness and virtue must first be documented beyond any doubt. Secondly, the candidate must have caused a miracle to happen.

  • 32 Voir la notion de dynamique des forces due à Talmy (1988, 2000) et reprise par Sweetser (1990).
  • 33 Les termes « rôle » et « valeur » sont utilisés dans le sens que leur donne Fauconnier (1994 : 166)

78Ces exceptions apparentes s’expliquent facilement en termes chronologiques. Pour résumer, le must radical affirme l’existence de forces favorables à la réalisation d’un procès32. Ces forces agissent donc préalablement à sa réalisation. De fait, dès lors qu’un marqueur aspectuel situe ne serait-ce que la borne gauche du procès dans l’antériorité de la modalité, l’interprétation radicale est bloquée : conceptuellement, le faire ne saurait précéder l’obligation de faire. Ce qui rend acceptable l’emploi du must radical en (63) et (64), c’est le fait que le procès modalisé est situé dans l’avenir, c’est-à-dire, qu’il est postérieur à la modalité. En (65), le modal a une valeur radicale mais n’exprime pas une obligation de faire. L’énoncé est générique et il s’agit de déterminer les valeurs possibles pour un rôle donné.33 L’énoncé (65), par exemple, signifie que pour qu’un individu X puisse être considéré comme un « bon » candidat, il doit posséder la propriété décrite par le prédicat, à savoir, avoir provoqué un miracle. Aussi peut-on dire que « l’obligation, porte sur l’opération d’extraction elle-même, ou plutôt, sur celui qui accomplit cette extraction » (Furmaniak 2004 : 251). Pour que X soit une bonne valeur pour le rôle candidate(x), il faut « prendre » ou sélectionner un X qui ait la propriété suivante : avoir accompli un miracle.

79Les exemples (66-67) sont cependant plus rétifs à l’analyse.

(66) For example, many programs with which case managers work have high levels of staff turnover; thus, case managers must be continually building relationships and educating staff who are new to the process.

(67) If I can't live in YOUR world, why must I have been brought into it? [Cité dans Furmaniak 2004 : 325]

80La difficulté tient au fait que le modal must reçoit son interprétation radicale malgré la présence des marqueurs d’aspect be + -ing et have + -en, et surtout, malgré la localisation des propositions dans le passé (au moins partiellement en (66)). La notion de modalisation a posteriori permet de rendre compte de l’acceptabilité de ce type d’énoncés. En effet, on reconnaît ici des cas de modalisation a posteriori puisque la proposition modalisée est factuelle. Selon nous (cf. Furmaniak 2004), le potentiel conflit sémantico-temporel entre une modalité radicale et un procès partiellement ou entièrement passé est résolu par le rétablissement de l’ordre chronologique modalité > procès. Cela peut se faire de deux façons : soit en situant le procès dans l’avenir et en gardant la modalité ancrée dans le présent, comme en (63) et (64), soit en situant la modalité dans l’antériorité du procès, comme en (66) et (67), en modalisant a posteriori.

81Si on évalue un concept théorique à sa capacité à rendre compte de phénomènes non expliqués par ailleurs, on peut donc conclure à l’intérêt de la notion de modalisation a posteriori. Dans la suite, nous montrons toutefois que la définition du concept n’est pas sans poser de problèmes.

4.2 Le concept de modalisation a posteriori est-il redondant ?

82Si la modalisation a posteriori implique une proposition factuelle ou contrefactuelle, on pourrait être tenté de croire qu’elle est redondante. A notre sens, il n’en est rien, parce que nous pensons qu’elle ne se limite justement pas aux cas où la valeur de vérité de la proposition est connue. Nous rejetons donc l’équation entre modalisation a posteriori et modalisation du connu.

83Comme le souligne Cotte (2000 : 224) en conclusion de son article, les énoncés peuvent s’accompagner « d’un commentaire également quand le procès n’est pas réel ». Il n’entre pas dans le détail mais par « procès non réel », il faut entendre « proposition contrefactuelle » et « proposition virtuelle ». Comme nous l’avons montré ailleurs (cf. Furmaniak 2014) pour would, les cas où la réalisation ou la non-réalisation du procès est avérée, comme en (68-70), sont minoritaires.

(68) But why say that your brother killed her?
Bertram’s eyes go cloudy:
I’m surprised you would ask that.

(69) – I’ve never even thought about living to be over a hundred, he said.
Of course not. Why would you?

(70) You have been a good friend. But I’m afraid all good things must come to an end.
Why would you say that?
– I’m a marked man, Andrs [sic] sighed.
My days are numbered.

84Bien plus fréquents sont les exemples tels que (71-72) où la valeur de vérité des propositions reprises (soulignées) dans les énoncés en Why would…? n’est pas connue ; ce qui nous a conduit ailleurs (cf. Furmaniak 2014) à analyser ce would comme un marqueur de « truth-neutrality » (Leech 1987 : 118).

(71) A: – Believe it or not, I’m going to help you.
She chose not to believe that. At least not yet.

B: –
Why would you do that?
A: – Because of my daughters, he said sincerely.

(72) A: – I think Emanuel wants to kill me. [...]
B: –
Why would he want to kill you?

85En (71), le locuteur fait part de son intention d’aider son interlocuteur, alors qu’en (72), le fait qu’Emmanuel veuille tuer le référent de him n’est qu’une supposition (cf. I think). Comme on peut le voir en (73-74), cette analyse de would en termes de « truth-neutrality » s’applique à d’autres modaux dans des constructions du même type (Why should/must… ? How could/would.. ?).

(73) She had known what he was going to do, what he had always done before. He would go out before the unbelievers and preach about the Messiah, Jesus of Nazareth.Why must you go out again and speak to those people? You were almost killed the last time.

(74) “Why should somebody want to pluck down their hard earned money and watch this film? What are your hopes for it? ”

86Nous sommes donc face à une alternative. Soit nous considérons que les fonctions répertoriées en section 3 concernent la modalisation a priori et la modalisation a posteriori, définies respectivement comme la modalisation du non-connu et du connu. Soit nous étendons la classe des énoncés modalisés a posteriori à des exemples comme (73-74). La première option fait perdre à la catégorie ce qui l’unifiait, à savoir, ses spécificités fonctionnelles. La seconde option préserve la singularité fonctionnelle de la catégorie mais requiert une redéfinition de la modalisation a posteriori.

  • 34 Cf. Furmaniak (2014) pour une discussion approfondie des énoncés en Why would… ?
  • 35 Notre approche, qui consiste à partir du concept et à en chercher les propriétés définitoires peut (...)

87Nous choisissons la seconde solution, car nous estimons que les énoncés du type (71-74) ont un fonctionnement trop similaire au type illustré par (68-70)34 et que les cas d’indétermination sont trop fréquents pour renoncer à les inclure dans la même catégorie.35

  • 36 Il peut bien sûr s’agir du même locuteur qui relaie d’autres voix, en particulier dans un genre hau (...)

88Comment alors aménager la définition de la modalisation a posteriori pour qu’elle inclue les cas tels que (71-74) ? En réalité, l’idée selon laquelle la proposition modalisée a posteriori est préconstruite reste valide, pourvu qu’on précise qu’une proposition préconstruite n’est pas nécessairement une proposition dont la valeur de vérité est connue. Ce qui ne veut pas dire qu’est virtuelle au sens où le serait la proposition d’un énoncé comme You must go to bed now! Comme le suggère le contexte dialogique et polémique des exemples (71-74), il y a préconstruction lorsque la proposition a été assertée ou envisagée comme possible ou souhaitable par un autre énonciateur36.

89En (71), le locuteur A s’engage à aider B (I’m going to help you). La proposition <I-help you> est alors préconstruite sans être déclarée vraie. Dans l’énoncé modalisé, B évalue cette proposition préconstruite et l’estime illogique ou inattendue. L’exemple (72) fonctionne de la même façon. La polyphonie en (73-74) est plus implicite mais le principe est le même. En (73), le personnage masculin n’a pas exprimé verbalement son intention de partir mais le personnage féminin fait comme si c’était le cas, c’est-à-dire, comme si son compagnon avait prononcé l’énoncé I’m going to go out before the unbelievers and preach about the Messiah. L’exemple (74) est extrait d’une interview de George Lucas qui parle de son dernier film. L’énoncé modalisé semble s’appuyer sur un énoncé préconstruit non formulé par le réalisateur (People should see my latest movie) mais dont l’intention sous-jacente lui est facilement attribuable (il est en effet évident qu’un réalisateur espère que le public ira voir son film).

90La proposition préconstruite acquiert, dans ces exemples, un statut particulier. Nous parlerons de proposition théorique en étendant à would¸ could, might et même à must, will et can, dans ce type de contexte syntaxique en tout cas, l’analyse du should putatif avancée par maints auteurs (cf., entre autres, Behre 1955, Leech 1987, Paillard 1984, Chuquet 1986, Bernard 1991, Mélis 1998, Arigne 2007) et résumée par V. Arigne en ces termes :

Indeed, should seems to place the event outside temporal contingencies as it manages to raise it to a higher level of representation. The proposition P is no longer seen as solely referring to a propositional content or an event. It also refers to another kind of entity, a more abstract one, which is the proposition itself as a representation. (Arigne 2007 : 10)

  • 37 A. Celle (2006 : 74) parle de « non-prise en charge ».

91Cette mise à distance modale de la proposition préconstruite peut être assimiliée à une suspension de la croyance de l’énonciateur37, autrement dit à un refus (provisoire) de lui attribuer une valeur de vérité quelconque. Elle permet l’évaluation de ladite proposition et, ainsi, l’émergence des modalités énonciatives décrites dans la troisième partie.

92Nous considérerons donc qu’il y a modalisation a posteriori dans tous les cas où la proposition modalisée est préconstruite ; c’est-à-dire non seulement quand la proposition renvoie à « a situation whose existence is a well-established fact » (Larreya 2009 : 24) mais aussi lorsqu’elle est mise à distance du réel et qu’elle acquiert un statut théorique. Dès lors, l’analyse en termes de modalisation a posteriori des cas de figure représentés par (71-74) ne pose plus problème.

93Comment rendre compte du fait que les mêmes modaux apparaissent indifféremment dans des énoncés où la proposition est factuelle, contrefactuelle ou théorique ? Il s’explique, selon nous, par la notion de « truth-neutrality » (ou neutralité modale) évoquée plus haut. Dans ce type d’emploi, les modaux sont neutres d’un point de vue modal et ne disent donc rien de la valeur de vérité de la proposition. Par exemple, en (68) – répété en (75) – ce n’est pas le modal would qui marque le caractère factuel de ‘you ask that’.

(75) – But why say that your brother killed her?
Bertram’s eyes go cloudy:
I’m surprised you would ask that.

94Would ne fait que situer la proposition sur un plan théorique, rendant ainsi possible son évaluation. C’est le contexte, en l’occurrence la référence à l’acte locutoire qui vient d’être accompli, qui déclenche l’interprétation factuelle. Toutefois, il faut bien voir que la neutralité modale n’est qu’une absence de spécification de la valeur de vérité de la proposition qui rend le marqueur modal compatible avec toute valeur de vérité spécifiée par ailleurs. C’est ce qui explique que le modal would, neutre de ce point de vue, se trouve ici compatible avec la lecture factuelle, comme il peut l’être avec l’interprétation contrefactuelle dans d’autres exemples.

95Les énoncés (76-77) vont plus loin dans l’affirmation de la neutralité modale de would et de should.

(76) It's the statement your employer will send to you showing your income reported to the IRS. You should have received this by the beginning of February. If you didn't, contact your human resources department immediately to request another copy.

  • 38 Source : Interview “Spencer Leigh talks to Monty Lister”. Eddie Cochran & Gene Vincent, Rock 'n' Ro (...)

(77) – Now what would have happened at the Empire that week in March 1960. Would you have gone along on spec to try and get interviews or would you have rung someone up?
I’d have gone on spec and that in fact is what I did.38

96Hors contexte, les propositions en gras seraient interprétées comme contrefactuelles. You should have received this by the beginning of February se comprend comme ‘vous auriez dû le recevoir mais vous ne l’avez pas reçu’, cependant que I would have gone on spec se comprend, en première lecture, comme ‘j’y serais allé à l’improviste si… mais cela n’a pas été le cas’. La suite (If you didn’t et that in fact is what I did) montre que la construction en would/should have + -en certes oriente l’interprétation vers une valeur contrefactuelle mais que celle-ci peut être annulée.

4.3 Le concept de modalisation a posteriori n’est-il pas théoriquement marqué ?

97Poser cette question revient, en première instance, à évaluer la pertinence du concept au-delà du courant énonciativiste au sens large dont se réclame Larreya (cf. Larreya & Rivière 2010 : 8-10). Mais elle nous invite également à nous interroger sur l’opération décrite par le concept, et plus seulement, comme nous l’avons fait en 4.2, sur son extension. Enfin, elle invite une réflexion d’ordre terminologique sur le choix de ces termes face à des termes concurrents comme modalité « rétrospective » (cf. Cotte 2000 : 206) ou « rétroactive » (cf. Cotte 2000 : 220).

98Le terme « modalisation » décrit un processus et non une catégorie sémantique statique et n’a donc du sens qu’au sein de modèles dynamiques qui postulent une construction des énoncés – et du sens – en plusieurs étapes, ce qui est le cas des modèles mentalistes comme l’Enonciation, la Grammaire Cognitive ou même la Grammaire Générative. Son utilisation dans des approches plus traditionnelles ou fonctionnalistes serait moins pertinente.

99En effet, parler de modalisation a priori ou a posteriori, c’est postuler que l’énonciation rejoue, ou prétend rejouer, les actes cognitifs que sont la perception des expériences et la construction de leur représentation mentale. La modalisation a priori mime donc la constitution d’un jugement modal sur une expérience non encore perçue et/ou représentée mentalement, tandis que la modalisation a posteriori représente l’émission d’un jugement modal sur une expérience déjà perçue ou dont la représentation mentale est déjà constituée, ce qui se traduit, linguistiquement, par le statut préconstruit de la proposition.

100Sur le plan terminologique, maintenant, le terme de modalisation nous semble préférable à celui de modalité, dans la mesure où, comme on vient de le dire, il est fait référence au processus constitutif de l’énoncé. Pour ce qui est des termes « rétroactif » et « rétrospectif », ils expriment bien le retour sur une représentation préexistante. Toutefois, ils donnent peut-être à ce retour une dimension trop explicitement chronologique qui ne rend pas entièrement justice au caractère abstrait de l’opération. Comme on l’a vu avec un énoncé comme (73), répété en (78), la modalisation a posteriori peut porter sur un procès (au moins partiellement) à venir.

(78) Why must you go out again and speak to those people?

Conclusion

101Cet article a tenté d’établir une typologie des diverses fonctions remplies par les énoncés modalisés a posteriori. Si des travaux précédents avaient décrit certains de ces emplois, aucun n’en avait proposé un inventaire systématique. Il ressort de cette classification que la modalité appréciative, qui peut être de plusieurs ordres, rassemble beaucoup de ces énoncés et que celle-ci est, de façon écrasante, négative. Les jugements favorables sont limités à des configurations syntaxiques particulières : les nominalisées, les tags, et les formes négatives.

  • 39 Même s’il n’était pas formulé en ces termes, Cotte (2000), Arigne (2007) et Furmaniak (2014) se son (...)

102L’examen de ces énoncés nous a également permis de différencier deux types de modalité, qui se distinguent par leur champ d’application : la modalité en tant que valeur propre à une forme donnée et la modalité énonciative, qui s’apparente à la force illocutoire de l’énoncé. Un prochain article étudiera plus spécifiquement le lien entre ces deux types de modalité, en particulier, la contribution sémantique des auxiliaires modaux à la modalité énonciative.39

103En évaluant la pertinence du concept de modalisation a posteriori, nous avons été amené à en affiner l’extension et la définition. Contra Larreya (2000, 2009) et Furmaniak (2004), nous avons montré que le processus de modalisation a posteriori était bien sous-tendu d’une opération de préconstruction mais qu’il n’impliquait pas la factualité ou la contrefactualité de la proposition modalisée. En effet, il existe de nombreux exemples où la valeur de vérité de la proposition n’est pas connue, alors qu’ils partagent avec les cas plus prototypiques les mêmes propriétés formelles et sémantico-pragmatiques. Au terme de cette analyse, nous avons donc rejeté l’équivalence entre modalisation a posteriori et modalisation du connu et avons proposé de redéfinir la modalisation a posteriori en la présentant comme le processus qui consiste à revenir sur les conditions d’existence d’une expérience avérée ou envisagée comme possible ou souhaitable. Linguistiquement, cela se traduit par la préconstruction de la proposition modalisée, qui peut donc être non seulement factuelle ou contrefactuelle mais également théorique ; la proposition théorique étant définie comme une proposition préconstruite mise à distance du plan du réel à des fins d’évaluation.

Top of page

Bibliography

Adam, Jean-Michel. Les textes: types et prototypes: récit, description, argumentation, explication et dialogue. Paris : Armand Colin, 1992.

Adamczewski, Henri et Claude Delmas. Grammaire linguistique de l'anglais. Paris : Armand Colin, 1982.

Anscombe, G. E. M. Intention. Oxford, England: Basil Blackwell, 1957.

Arigne, Viviane. “Grammaticalization, Polysemy and Iterated Modality: the Case of Should.” Corela 5.1 (2007). En ligne. Mis en ligne le 19 juin 2007, consulté le 24 novembre 2014. <http://corela.revues.org/343>.

Becker, Oskar, et al. Untersuchungen über den Modalkalkül. Meisenheim : A. Hain, 1952.

Behre, Franck. Meditative-Polemic Should in Modern English that-Clauses. Stockholm : Almqvist & Wiksell, 1955,

Bernard, B. « Existe-t-il un subjonctif en anglais contemporain? » Cahiers de recherche en grammaire anglaise. Tome 5. Ed. Jeanine Bouscaren, et al. Paris : Ophrys, 1992. 7-21

Bouscaren, Jeanine, et al. « L’infinitif ‘have -en’ après les modaux ». Cahiers de recherche. Tome 2. Ed. Bouscaren, Jeanine, et al. Paris : Ophrys, 1984. 1-44.

Bybee, Joan, Revere Perkins, and William Pagliuca. The Evolution of Grammar. Chicago: The University of Chicago Press, 1994.

Celle, Agnès. Temps et modalité, l’anglais, le français et l’allemand en contraste. Berne : Peter Lang, 2006.

Collins, Peter. “Review of Modality in English: Theory and Description.”  English Language and Linguistics 14.3 (2010): 507-511.

Charaudeau, Patrick. Grammaire du sens et de l'expression. Paris : Hachette, 1992.

Chuquet, Jean. To et l’infinitif anglais. Cahiers de recherche en linguistique anglaise. Numéro special. Gap : Ophrys, 1986.

Cotte, Pierre. « Le système des auxiliaires modaux dans le système verbal de l'anglais contemporain. » Université Grenoble III, Thèse pour le doctorat d'État, 1988.

Cotte, Pierre. « La modalité de commentaire, la modalité comme commentaire. » La modalité et les modalités et les modaux en diachronie et en synchronie (domaine anglais). Ed. Jean Pauchard. Reims : Presses Universitaires de Reims, 2000. 201-224.

Davies, Mark. The Corpus of Contemporary American English (COCA): 410+ million words, 1990–present. 2008. <www.americancorpus.org>.

DeLancey, Scott. “The Mirative and Evidentiality.” Journal of Pragmatics 33.3 (2001): 369-382.

Fauconnier, Gilles. Mental Spaces. Cambridge: Cambridge University Press, 1994.

Fraser, Bruce. “Hedged performatives”. Syntax and Semantics 3: Speech Acts. Eds. P. Cole and J. Megan. New York: Academic Press, 1975. 187-210.

Furmaniak, Grégory. « Influence des marqueurs aspectuels sur la construction et l'interprétation de la modalité dans les énoncés en MUST. » Thèse Université de la Sorbonne nouvelle-Paris III, 2004.

Furmaniak, Grégory. « Etude de quelques indices co-textuels contribuant à l’interprétation de MUST ». Aux marges du texte. Texte et co-texte. Ed. Geneviève Girard-Gillet. Saint-Etienne : C.I.E.R.E.C., 2006. 87-101.

Furmaniak, Grégory. « Entre logique et réalité : le cas des interrogatives en Why would…? ». Travaux Linguistiques du CerLiCO 26 (2014) : 341-360.

Goddard, Cliff (2014) “The Semantics of “Surprise” (and “Interest”)”. Communication. International Symposium on Describing and Expressing Surprise, Université Paris-Diderot, 10 octobre 2014.

Harris, James. Hermes: Or, a Philosophical Inquiry Concerning Language and Universal Grammar. London: H. Woodfall, 1751.

Huddleston, Rodney and Geoffrey K. Pullum. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge: Cambridge University Press, 2002.

James, Francis. Semantics of the English Subjunctive. Vancouver: University of British Columbia Press, 1986.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. Les actes de langage dans le discours : théorie et fonctionnement. Paris : Armand Colin, 2001.

Larreya, Paul. Le possible et le nécessaire. Modalités et auxiliaires modaux en anglais britannique. Paris : Nathan, 1984.

Larreya, Paul. « Connaissance, inférence et modalités épistémiques dans le système verbal de l’anglais. » La modalité et les modalités et les modaux en diachronie et en synchronie (domaine anglais). Ed. Jean Pauchard. Reims : Presses Universitaires de Reims, 2000. 175-199.

Larreya, Paul. “Towards a Typology of Modality in Language.” Modality in English: Theory and Description. Eds. Salkie, Raphael, Pierre Busuttil, and Johan van der Auwera. Berlin and New York: Mouton de Gruyter, 2009. 9-30.

Larreya, Paul & Renaud Méry. « De la productivité linguistique de l’hypallage ». L’ordre des mots – Domaine anglais. Ed. Jacqueline Guéron. Saint-Etienne : C.I.E.R.E.C., 1992. 143-160.

Larreya, Paul & Clause Rivière. Grammaire explicative de l’anglais. 4ème éd. Paris : Longman, 2010.

Leech, Geoffrey. Meaning and the English Verb. 2nd edition. London: Longman, 1987.

Mélis, Gérard. « Le “subjonctif” en should: un construit? » Modèles linguistiques 19.1 (1998) : 109-125.

Paillard, Michel. « La question du subjonctif en français et en anglais contemporains. » Cahiers Charles V 6 (1984) : 59-81.

Palmer, Frank R. Modality and the English Modals. 2nd ed. London and New York: Longman, 1990.

Pic, Elsa, and Grégory Furmaniak. « Le degré de spécialisation comme facteur de variation de la représentation du JE ». Res per nomen III : Référence, conscience et sujet énonciateur. Eds. Frath, Pierre, et al. Reims : EPURE, 2012. 193-218.

Pic, Elsa, and Grégory Furmaniak. “Questioning certainty in research articles and popular science articles.” Communicating Certainty and Uncertainty in Medical, Supportive and Scientific Contexts. Eds. Zuczkowski, Andrzej, et al. Amsterdam: Benjamins, 2014. 369-387.

Quirk, Randolph, et al. A Comprehensive Grammar of the English Language. Longman: London, 1985.

Roulet, Eddy. « Echanges, interventions et actes de langage dans la structure de la conversation (Exchanges, Turns at Talk and Speech Acts in the Structure of Conversation). » Etudes de linguistique appliquée 44 (1981): 7-39.

Salkie, Raphael, Pierre Busuttil, and Johan van der Auwera, eds. Modality in English: Theory and Description. Vol. 58. Berlin and New York: Mouton de Gruyter, 2009.

Searle, John R. Speech acts: An Essay in the Philosophy of Language. Vol. 626. Cambridge: Cambridge University Press, 1969.

Searle, John R. “A Taxonomy of Illocutionary Acts.” Language, Mind, and Knowledge. Ed. Gunderson, K. Minneapolis: University of Minnesota Press, 1975. 344-369.

Sweetser, Eve. From Etymology to Pragmatics. Cambridge: Cambridge University Press, 1990.

Talmy, Leonard. “Force Dynamics in Language and Cognition.” Cognitive Science 12(1988): 49-100.

Talmy, Leonard. Toward a Cognitive Semantics. Volume I. Cambridge: MIT Press, 2000.

Top of page

Annex

(i) As a result, those appointed to these management positions must often orient themselves to the complexities of budget development, parliamentary procedure, hiring, progressive discipline, data management, grant writing, and effective supervision of staff, while grappling with the time demands of training new staff and carrying out day-to-day job functions.

(ii) Talking was such a strain. And his gravelly haute voix, he knew, could be frightening.

(iii) It is unconscionable that the other ladies in the Ton must always pale in comparison.

(iv) It isn't enough that your father suffered the way he did? Why must you now add to it with your cruel words?

(v) And like I say, I know I shouldn't have been drinking and driving. I was on parole.

(vi) Oh! How could she do this again, Kay! He's twice her age!

(vii) (Voiceover) And as he heads out from Los Angeles...
Mr-DIESEL: Come on, how
can you do that to me?

(viii) She found herself filled with fury at Angus. "How could Angus do that to you? You must hate him.

(ix) I accepted this, but Anju never stopped fighting. "Why must we be chauffeured every time we leave the house?" she'd ask.

(x) It flashed through my mind that it was really irritating how prompt Alice always is, and why must she always do exactly what I tell her?

(xi) Any further, I'm too frightened. Why must I be frightened? Why must it thrust me aside? I feel such longing for it, such tremendous longing.

(xii) Years later, when Doris Kearns Goodwin asked Johnson why he had lied, Johnson said, "God damn it, why must all those journalists be such sticklers for detail?"

(xiii) "I didn't kill him!"
"As a slave you have no rights at all. As a slave, killing a man of Erik's status, your death would be long and painful. It would be I who would kill you."
He stopped then, staring down at her white face. He rose.
"What will you do?"
"I don't know. But I do know I cannot allow Taby's sister to die. He would never forgive me."
Relief that was oddly mixed with pain at his words shot through her. Only Taby's sister?
"
Why will you not believe me, Merrik?"
"Why should I?

(xiv) She saw all that for what it was, the manipulative emotional blackmail of a selfish, twisted mind, but the habits of a lifetime die very hard and, as usual, she foundered on the hard certainty of Adam's obsession with her mother and herself.
"But why
will you never help yourselves?" she asked him.

(xv) Smith's death meant one less heinous dirtbag preying on the weak, and he'd been taken out without any taxpayer expense. I would have thought Narcotics would be dealing with this, not Homicide, but something was different about this murder.

(xvi) – A minor adjustment that may seem trivial, but one that's typical of the kind of passion and obsessiveness at the core of any success, even if it's toilet paper. Are there lessons from toilet paper if you looked at the company as a whole?
– Oh, absolutely.
How can you not fall in love with a product that is the number one thing that you sell? I'm sure most people would say, “Really? Somebody really thinks about this stuff?” But we do.

(xvii) "But you have no witnesses?" "How could I have witnesses? I was alone."

(xviii) In the eastern cities, it is something else entirely. It is engagement; it is confrontation; it is cultures and communities fighting it out in the urban space: loving and hating one another, love-hating one another, seeing themselves in and against one another. […] I didn't know this till I got here. It was just the air that I breathed; how could I have noticed it?

(xix) [I]f you had drawn yourself kicking a ball and wrote the word ball, I would have understood it better.

(xx) That's what astronomers are looking for – a temporary increase in brightness indicating the presence of a foreground (lensing) object that might otherwise have gone unnoticed.

(xxi) Chloramination results in minimal additional DBP formation within the distribution system; therefore, we would have expected all of the study participants within the same site to have similar tap water DBP concentrations for samples collected within the same week (Singer 1994).

Top of page

Notes

1 « [D]ifferences in the direction of fit between words and the world » (Searle 1975 : 346). Traduction de Kerbrat-Orecchioni (2001 : 20).

2 On empruntera à Adamczewski (1982 : 146) les termes « pragmatique » et « assertif » pour traduire respectivement « practical » et « theoretical », même si, chez Adamczewski, ces termes décrivent la valeur des formes modales et non la modalité énonciative.

3 Nous l’avons ailleurs (cf. Pic & Furmaniak 2012 : 212-213) qualifiée de « modalité de phrase ». Limiter sa portée à la phrase est cependant trop restrictif.

4 Ce rapprochement mériterait d’être développé mais ce débat dépasse le cadre de cet article.

5 Cotte (1988 : 2000) distingue en effet l’épistémique de croyance et l’épistémique de connaissance.

6 Comme le souligne Kerbrat-Orecchioni (2001 : 28), « à chaque auteur sa propre typologie ».

7 Cette catégorie nous est propre.

8 Voir aussi l’exemple (i) en annexe.

9 Traduction de « propensity » (cf. Huddleston & Pullum 2002 : 194).

10 A noter que l’assertif n’équivaut pas à l’épistémique puisqu’il n’est pas question ici de probabilité. La modalité énonciative épistémique, que nous appellerons « intellective », est en fait un type de modalité assertive, à l’œuvre dans des énoncés comme He must be mad ou I think that he is mad.

11 Il s’agit de la traduction de « state of affairs » souvent utilisée dans la littérature anglophone sur la modalité.

12 Voir aussi l’exemple (ii) en annexe.

13 Nous avons bien conscience que chez les philosophes grecs et chez Becker et al., l’analyse se situe sur un plan épistémologique et métaphysique. Nous pensons toutefois que cette conception « savante » de la modalité n’est pas forcément coupée de la conception naïve fondant le système linguistique.

14 Voir aussi les exemples (iii-viii) en annexe.

15 Dans les constructions étudiées, c’est le jugement défavorable, quel que soit le domaine de valeur, qui est protoypique.

16 Nous n’avons pas rencontré d’énoncés contenant un jugement du type « EdF est utile ».

17 Voir aussi l’exemple (ix) en annexe.

18 Voir aussi les exemples (xiii-xiv) en annexe.

19 Pour éviter les confusions, il nous paraît important d’utiliser des termes distincts pour décrire les modalités énonciatives et les valeurs véhiculées par les formes modales.

20 Ce domaine de valeur n’est pas mentionné dans Charaudeau (1992).

21 Cf., par exemple, De Lancey (2001).

22 Voir aussi exemple (xv) en annexe.

23 On citera, comme tours expressifs, l’interjection, l’exclamation, l’intonation associée à la structure interrogative – et peut-être la structure interrogative elle-même, et en particulier, les questions sur les causes (cf. Bally 1965 : 81). En effet, comme le souligne Bally (1965 : 83), « la perception sensorielle [de telles formes] concorde avec le contenu émotif de la pensée » qu’elles miment. L’exclamative reproduirait ainsi le choc émotionnel produit par l’annonce de la nouvelle surprenante, tandis que l’interrogative serait la forme iconique du bouleversement psychologique et de la remise en question des représentations mentales consécutifs à ladite annonce.

24 L’immédiateté semble être un élément essentiel de l’effet de sens de surprise (Cf. Goddard 2014).

25 Cf. exemple (xvi) en annexe pour une valeur d’accord.

26 Cf. Adam 1992.

27 Cf. exemples (xvii-xviii) en annexe.

28 On remarque, au passage, qu’en (50), la phrase suivante (en italiques) vient à son tour expliquer l’impossibilité assertée.

29 Voir aussi l’exemple (xix) en annexe.

30 Voir aussi l’exemple (xx) en annexe.

31 Voir aussi exemple (xxi) en annexe.

32 Voir la notion de dynamique des forces due à Talmy (1988, 2000) et reprise par Sweetser (1990).

33 Les termes « rôle » et « valeur » sont utilisés dans le sens que leur donne Fauconnier (1994 : 166).

34 Cf. Furmaniak (2014) pour une discussion approfondie des énoncés en Why would… ?

35 Notre approche, qui consiste à partir du concept et à en chercher les propriétés définitoires peut paraître étonnante puisqu’elle implique une compréhension a priori du concept. Il n’en est rien. Comme l’a fort justement souligné Searle (1969 : 10), “You could not know that a given extensional criterion failed without having some conception of what constituted success or failure. But to have that is in general to understand the concept”.

36 Il peut bien sûr s’agir du même locuteur qui relaie d’autres voix, en particulier dans un genre hautement polyphonique comme l’article de recherche (cf. Pic & Furmaniak 2014 pour une étude de ces énoncés dans le discours scientifique).

37 A. Celle (2006 : 74) parle de « non-prise en charge ».

38 Source : Interview “Spencer Leigh talks to Monty Lister”. Eddie Cochran & Gene Vincent, Rock 'n' Roll Memories (CD). Rockstar. 2000.

39 Même s’il n’était pas formulé en ces termes, Cotte (2000), Arigne (2007) et Furmaniak (2014) se sont déjà intéressés à ce problème pour des formes précises. Il s’agira de proposer une analyse plus exhaustive.

Top of page

References

Electronic reference

Grégory Furmaniak, « A quoi sert la modalisation a posteriori ? », Anglophonia [Online], 19 | 2015, Online since 15 July 2015, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/467 ; DOI : 10.4000/anglophonia.467

Top of page

About the author

Grégory Furmaniak

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
PRISMES (EA 4398)
gregory.furmaniak@univ-paris3.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org