Skip to navigation – Site map

La modalité appréciative : vers une sémantique de good

Viviane Arigne

Abstracts

This article analyses the lexical semantics of the adjective good in indefinite singular NPs such as a good wife, a good burglar or good bread. The adjective good is central to the semantic concept of evaluative modality defined in the framework of the opposition good vs. bad, which is consensually considered to be a positive vs. negative opposition within which good is seen as the positive term. The study shows that good marks the ontological completeness of an entity construed as an integrated whole, whether the noun referring to this entity is a discrete noun or a mass noun. Good also posits the existence of this integrated whole and its parts, which accounts for it being interpreted as positive. The ontological study is extended to adjectives which, like good, are found in superordinate clauses in the context of meditative-polemic should. Adjectives such as essential, vital, adequate and appropriate, which are often analysed as mandative, treat the propositional content of the subordinate clause as a part of a good integrated whole and can therefore be interpreted as pertaining to the class of evaluative adjectives.

Top of page

Author's notes

Je remercie les deux relecteurs anonymes dont les remarques m’ont permis d’améliorer la présentation finale du présent travail.

Full text

Introduction

1L’objet de cet article est d’étudier un point de sémantique lexicale bien particulier : l’analyse du sens ou, tout au moins, d’un des sens de l’adjectif good. Il va donc s’agir de voir ce que recouvre cette appellation de good appliquée à une entité du monde, et donc quel type de commentaire l’adjectif good fournit sur cette entité. Ce questionnement nous place au cœur des problématiques de la dénomination, qui sont celles de la linguistique mais aussi, traditionnellement, de la philosophie. Ainsi, les tentatives d’analyse et de définition de concepts recouverts par telle ou telle appellation ont parfois été menées dans des domaines tels que l’ontologie, la logique ou la phénoménologie. Le cadre de l’analyse linguistique présentée sera celui d’une sémantique référentielle, conduite dans une perspective ontologique et méronymique (cf. par exemple Kleiber, 1997, Arigne, 2005) et la linguistique ne rejettera pas a priori les éventuels apports de la philosophie, qu’il s’agisse de philosophie du langage, d’analyses ontologiques ou phénoménologiques (Pos, 1939, Arigne, 2010).

2L’adjectif good peut être considéré comme un adjectif prototypique de la modalité appréciative (en anglais, evaluative modality), avec laquelle les choses sont évaluées en termes de bon ou mauvais, le bon étant entendu comme positif et le mauvais comme négatif. Cette opposition entre versant positif et négatif est consensuelle et semble aller de soi, mais il conviendra de se demander si l’on peut rendre compte de ce qui gouverne cette correspondance entre cette notion de positif et celle de bon. Pour cela, je tenterai de répondre à la question plus générale : qu’entend-on par good (ou en français, par bon) dans des séquences, en l’occurrence des groupes nominaux indéfinis singuliers, tels que :

(1) a good wife

(2) good bread

3En d’autres termes, que recouvre cette notion de goodness lorsqu’elle décrit des entités du monde comme, ici, wife ou bread ? Peut-on poser des bases pour une telle analyse ? L’on sait que des adjectifs comme rich, tall, generous reçoivent aisément des définitions sémantiques. Ainsi, dans des exemples comme :

(3) a rich man / a tall man / a generous man

(4) a green table

generous pourra se voir explicité comme qualifiant quelqu’un qui est prêt à ou disposé à donner de ses possessions, matérielles ou morales ; de la même manière, rich caractérisera quelqu’un qui possède des biens ou de l’argent en plus grande quantité que la normale et jouit de ce fait d’une certaine aisance. Il en va différemment de good dans les emplois qui lui sont donnés en (5), (6) et (7) ci-dessous, dans lesquels (6) reformule la subordonnée comparative de l’exemple (5) :

(5) Your extremes of feelings I have pigeonholed in my mind as a good wife should […] (in Arigne, 1984 : 181)

(6) a good wife should pigeonhole her husband’s extremes of feelings

(7) a good burglar / a good liar

  • 1 Ces deux grands corpus en ligne seront cités (en section 3) sous leur forme abrégée, BNC et COCA. P (...)

4Ce travail s’attache à l’étude de cas tels que a good wife ou a good burglar dans lesquels l’adjectif good n’exprime pas de jugement positif de type moral, et ne s’intéresse donc qu’à une petite partie du problème de l’interprétation de good. Après un rappel de considérations antérieures sur la question, est proposée pour ces cas-là une analyse de type ontologique qui donne good comme sanctionnant la complétude ontologique d’un tout intégré. Les observations faites sur good sont ensuite étendues à des adjectifs de superordonnée que l’on trouve associés au meditative-polemic should et qui sont interprétés par les linguistes parfois comme appréciatifs et parfois comme directifs. L’examen de good dans les syntagmes nominaux indéfinis s’appuie sur des exemples dont la plupart sont des exemples fabriqués et, pour certains, déjà analysés dans la littérature. Parce que les autres adjectifs examinés donnent lieu à des interprétations divergentes et que leur emploi même est parfois sujet à caution (cf. note 29), la discussion concernant ces adjectifs est menée à partir d’exemples de corpus : exemples empruntés aux grands corpus numérisés accessibles en ligne (le British National Corpus et, dans une moindre mesure, le Corpus of Contemporary American English), auxquels s’ajoutent quelques plus rares exemples de corpus collectés manuellement.1

1. L’approche théorique

1.1. Les études antérieures

1.1.1. Une première approche : ce que good n’est pas

5Dans ce type d’exemples, où good est épithète, l’adjectif est connu comme résistant à l’analyse. Je mentionnerai d’abord Geach (1956) qui, défendant ce qu’il appelle « a primarily descriptive force » de good, écrit :

[…] if I call a man a good burglar or a good cut-throat I am not commending him myself […] (Geach, 1956 : 36-37)

montrant ainsi que good peut, dans certains cas, n’avoir aucun lien avec un jugement positif de type moral. Il est sans doute difficile, à ce stade, de savoir comment il faut entendre cette primarily descriptive force : que décrit-elle, et en quoi ce caractère descriptif serait-il primaire ? La lecture d’autres philosophes montre que le bon et le bien ont des spécificités ontologiques qui font de leurs descriptions et analyses une entreprise qui semble bien souvent vouée à l’échec. Une cinquantaine d’années auparavant, Moore notait déjà que :

  • 2 Les caractères gras sont de mon fait, ici comme dans la totalité des citations et des exemples. Il (...)

It is immediately obvious that when we see a thing to be good, its goodness is not a property which we can take up in our hands, or separate from it even by the most delicate scientific instruments, and transfer to something else. It is not, in fact, like most of the predicates which we ascribe to things, a part of the thing to which we ascribe it.2 (Moore, 1903 / 1993 : 175)

6Le bon n’est donc pas une propriété que l’on peut isoler et transférer sur un autre objet, car il ne peut pas être considéré comme une partie de la chose à laquelle on l’assigne ou l’associe, alors qu’avec d’autres adjectifs tels que tall ou green dans les exemples (3) et (4), il est possible d’imaginer la grandeur ou la couleur séparée de l’entité <table> ou <man> et, comme le suggère Moore, transférée sur un autre référent. Dans ce qu’il décrit pour la plupart des adjectifs, dont good est exclu, Moore est rejoint par Husserl, qui note :

[…] si cette maison est rouge, le rouge appartient à cette maison […] (Husserl, 1913 / 1961 : 39)

7La propriété dénotée par l’adjectif appartient donc à l’objet, ce qui se trouve explicité ailleurs :

Nous prenons le concept de partie dans son sens le plus large, qui nous permet de donner le nom de partie à tout ce qui est discernable « dans » un objet […] (Husserl, 1913 / 1961 : 9)

8De son côté, Austin ironise sur ceux qui dissertent sur le sens d’un terme qu’ils donnent eux-mêmes comme inanalysable :

[…] those who, like Moore, find goodness ‘unanalysable’ still go on to discuss what is good. (Austin, 1961 : 23)

9Si, au terme de ces analyses, on ne voit pas très bien ce que pourrait signifier good, on voit tout au moins ce qu’il ne veut pas dire. L’adjectif good est différent de la plupart des autres adjectifs et ne peut en cela être vu comme une propriété de la chose à laquelle il s’applique ou comme une de ses parties.

1.1.2. Ce que good pourrait être

10Afin de m’approcher tant soit peu d’une définition de good qui ne serait pas donnée en creux mais d’une manière pleine, j’examinerai maintenant ce que propose une deuxième série d’études, pour la plupart linguistiques. Ainsi, Vendler (1963 / 1967), dans son analyse de a good man, écrit que good renvoie à la fonction du référent du nom auquel s’applique l’adjectif good :

[…] to be man, to be a person, is like having a function.

  • 3 Vendler, dans « The Grammar of Goodness », s’intéresse aussi à l’ordre des adjectifs dans une persp (...)

[…] the co-occurrence “good—man” or “good—person” must determine an appropriate verb class ; that is to say, there must be a set of activities with respect to which somebody can be qualified as good, not as a dancer, poet or father, but simply as a man. (Vendler, 1963 : 464 / 1967 : 194)3

11Il reconnaît que la voie a été ouverte par Aristote qui, dans l’Ethique à Nicomaque (1098a), tente de décrire ce qu’est un bon cheval, un bon joueur de flûte ou encore un bon sculpteur ou artiste :

[…] the path of inquiry we hoped to open is already marked by the footprints of Aristotle (Vendler, 1963 : 464 / 1967 : 194)

12Pour Aristote en effet, la vertu d’un cheval, et donc son caractère bon, vient de ce qu’il est bon à la course, bon à porter son cavalier et bon à attendre l’attaque. Le caractère bon est donc ramené à l’activité et à la fonction du cheval comme, s’agissant de l’artiste, il sera ramené à l’activité de l’artiste :

  • 4 La traduction anglaise sur laquelle travaille Vendler donne function pour ce qui est rendu par trav (...)

Pour le joueur de flûte, le statuaire, pour toute espèce d'artisan et en un mot pour tous ceux qui pratiquent un travail et exercent une activité, le bien et la perfection résident, semble-t-il, dans le travail4 même. De toute évidence, il en est de même pour l'homme, s'il existe quelque acte qui lui soit propre. Faut-il donc admettre que l'artisan et le cordonnier ont quelque travail et quelque activité particuliers, alors qu'il n'y en aurait pas pour l'homme et que la nature aurait fait de celui-ci un oisif ? Ou bien, de même que l'œil, la main, le pied et en un mot toutes les parties du corps ont, de toute évidence, quelque fonction à remplir, faut-il admettre pour l'homme également quelque activité, en outre de celles que nous venons d'indiquer ? Quelle pourrait-elle être ? (Aristote (a), Livre 6, chap. 7)

13L’on aura noté qu’après la référence au travail (function dans la traduction anglaise de Vendler), Aristote pose une question qui rapproche cette fonction, travail ou activité, de celles qui sont reconnues aux parties du corps. A côté de cet ensemble d’observations liant l’idée de bon à l’activité et à la fonction, il a été proposé (Arigne, 1984, 1989) deux remarques, toutes deux liées à la valeur dite de « norme subjective » des emplois de should que l’on trouve dans des exemples bâtis sur le modèle de (5) et (6) :

(5) Your extremes of feelings I have pigeonholed in my mind as a good wife should […]

(6) a good wife should pigeonhole her husband’s extremes of feelings

  • 5 Avec de tels GN indéfinis singuliers, l’idée générique de norme se construit à partir de la référen (...)

14La première de ces remarques concerne le lien sémantique de good avec des prédicats. Dans ces énoncés de « norme subjective » en effet, le caractère good est analysé comme relié à des prédicats, le terme prédicat étant entendu au sens large, dans une analyse binaire opposant sujet et prédicat5. Dans l’exemple considéré, le prédicat pigeonhole one’s husband’s extremes of feelings est ce qui, peut-être non exclusivement et entre autres prédicats, fait qu’une wife est good, et permet ainsi de lui attribuer le caractère bon. Ce prédicat est l’un de ceux qui renvoient au comportement et par là aux manières d’agir, et l’on voit ici comment cette analyse rejoint celles d’Aristote et de Vendler. La deuxième remarque concerne la polysémie de l’adjectif good et, tout particulièrement, son sens dans les exemples considérés. Dans ces mêmes cas de « norme subjective », should est analysé comme étant lui-même porteur de la notion de bon même en l’absence de l’adjectif good, et cette notion de bon se ramène à celle de real ou true. C’est ce que l’on observe dans l’exemple suivant :

(8) a bad boy should… (Arigne, 1984 : 45, 1989 : 181)

  • 6 On retrouve les mêmes remarques chez Blanvillain (1993 : 102-106 et 299, 2000 : 243-245).
  • 7 Dans l’ouvrage The Varieties of Goodness (1963).

dans lequel a bad boy suivi de should ne peut être entendu que comme a real / true [bad boy] (should) et, dans cette perspective, comme a good [bad boy]. L’adjectif good a ici pour synony­mes real et true,6 et ne fonctionne pas comme un antonyme de l’adjectif bad qui figure dans l’énoncé. Il faut également signaler, plus récemment, un ouvrage sur L’universalité de « bien » (Duprey, 1995) qui a recours pour l’analyse de la notion de bien au concept de satisfaisance afin de montrer que ce qui est en jeu avec bon et bien est « la satisfaction d’un sujet » : dans le cas qui nous intéresse (un bon prof), la satisfaisance concerne « la réalisation de l’essence de l’objet » (Duprey, 1995 : 30). Je citerai enfin un article de philosophie (Wiggins, 2009) qui, s’interrogeant sur les variétés de goodness proposées par von Wright7, propose pour rendre compte de certaines de ces variétés (dont l’ethical goodness est exclue) une valeur centrale donnée comme the faring well of a being (Wiggins, 2009 : 175).

1.2. Proposition d’analyse

  • 8 Jonathan Dolhenty, décédé en 2009, administrait le site du Philosophy Resource Center, consulté plu (...)
  • 9 Outre la justesse des analyses qu’elle propose, cette typologie ternaire présente deux avantages : (...)

15L’analyse que je propose partira de la distinction faite par Dolhenty (2008)8 entre trois types de bien : l’ontological good, le physical good et le moral good. Afin de faciliter la lecture de l’exposé, je leur donnerai respectivement le nom de good0, good1 et good2. Cette catégorisation me paraît fondamentalement juste et pertinente9, tout particulièrement pour distinguer les cas étudiés ici, dans lesquels good, par exemple dans a good burglar ou a good wife, se rapproche de real et ne peut renvoyer à un moral good. Ce qui me semble le plus intéressant et éclairant pour traiter les très nombreux cas d’emplois de l’adjectif good qui résistent à l’analyse, tels que celui de la séquence a good wife, est la définition du physical good et l’interprétation ontologique en touts et parties que l’on peut en donner. Il convient avant cela de dire quelques mots sur l’ontological good, notamment en raison du caractère primaire qui peut lui être reconnu et qui est lié au primat de l’être, sans lequel les deux autres good, physique et moral, ne sauraient exister. Le cas du moral good, qui n’est pas l’objet de la présente étude, sera pour sa part abordé en 2.3, après l’analyse du physical good, donnée ci-après.

1.2.1. Le physical good et l’ontological good

16L’ontological good constitue le point de départ de l’analyse de Dolhenty et se voit défini comme l’existence en elle-même, donnée comme bonne car objet de désir ou d’appétence. Contrairement à ce qui se passe avec le physical good ou le moral good dont les contreparties sont le physical evil et le moral evil, il n’existe pas pour l’ontological good d’ontological evil. L’auteur écrit (voir note 8) :

Something is an ontological good, or is good in a metaphysical sense, when it is good in its very reality. In this sense, to exist is good. This should not be confused, of course, with the concepts of physical good and moral good. <www.radicalacademy.com>

The opposite of goodness is evil or badness. Evil is not being, but absence, lack, or defect of being. Inasmuch as positive being exists it is necessarily good by ontological or transcendental goodness. There is no ontological evil. But there is physical evil, and there is moral evil. <www.radicalacademy.com>

17C’est donc ici l’être ou l’existence qui est un bien en soi, le mal ontologique n’existant pas. Le bon et le bien ontologique (ontological good) ne doivent donc pas être confondus avec le physical good ou le moral good qui eux, connaissent le mal, c'est-à-dire une contrepartie négative.

18Si les considérations métaphysiques sur le bon ontologique ne semblent pas avoir une grande réalité linguistique pour ce qui est de l’emploi de good considéré plus haut avec a good wife, il n’en va pas de même du physical good qui, lui, connaît son pendant négatif sous la forme du mal physique, le physical evil. Cette variété de good présente l’intérêt de se prêter, en raison justement de son modèle physique, à une analyse ontologique en touts et parties conduite dans un cadre dont le modèle est tridimensionnel. Ainsi, physical goodness et sa contrepartie physical evil reçoivent les définitions suivantes :

Physical goodness is the goodness of a physis or created nature. It consists in the fact that the nature or ‘working essence’ lacks nothing that should be found in it according to the aim, plan, desire, appetency of its maker. Thus for example, a man’s health is good, by physical goodness, in so far as the man’s bodily organs and functions are what they ought to be, and lack nothing of what they ought to be. Thus, bread is good bread in so far as it has what bread should have in point of ingredients and preparation, and lacks none of these elements; in other terms, the bread is good inasmuch as it fulfills the seemly aim, desire, appetency, purpose, of the honest baker. <www.radicalacademy.com>

Physical evil is the lack or absence in a creature of some element, item, or quality that should be there. <www.radicalacademy.com>

  • 10 On aura, au passage, noté dans l’extrait de Dolhenty l’utilisation de should et ought pour décrire (...)

19Ces remarques montrent que ce qui est sanctionné par le prédicat adjectival good associé au nom de la chose ainsi caractérisée, est sa complétude ontologique ou, tout au moins, une certaine complétude ontologique, posée comme subjective puisqu’elle se voit rapportée à une intention et à un désir. Du point de vue ontologique, du bon pain est du pain qui possède toutes ses caractéristiques et propriétés, en termes de composants physiques (les ingrédients), mais aussi en termes de mode de préparation, ce qui renvoie à la manière dont la confection du pain est effectuée et donc, potentiellement, à des prédicats (pétrir longtemps ou à pleines mains, laisser reposer la pâte, etc.).10 La description de ce deuxième type de propriété se fait donc, pour l’essentiel, avec des verbes et des adverbes, souvent de manière.

1.2.2. Le bon et l’intégrité ontologique d’un tout intégré

  • 11 S’agissant des définitions de massif et discret utilisées ici, l’on rappellera brièvement qu’un nom (...)

20Ce qui vient d’être décrit par Dolhenty pour good bread avec un nom massif vaut également pour a good wife avec un nom discret, dans les exemples évoqués plus haut.11 Dans l’exemple (6), pour lequel VB en (6’) symbolise tout prédicat verbal au sens large (1.1.2), le prédicat <pigeonhole her husband’s extremes of feelings> peut être considéré comme une propriété attribuée à l’entité <wife>, et ce sont les propriétés attribuées à l’entité qui sont considérées comme les parties constituant le tout.

(6) a good wife should pigeonhole her husband’s extremes of feeling

(6’) a good wife should VB

21Ceci rejoint l’analyse de Husserl (1913 / 1961) évoquée plus haut (1.1.1), avec laquelle les propriétés peuvent être considérées comme des parties de l’entité. Sur ce point, on l’a vu, on observe une convergence entre cette analyse et celles de Moore (1903 / 1993) et Vendler (1963 / 1967), le premier voyant dans des prédicats autres que good des propriétés qui sont des parties de la chose décrite, le second envisageant, pour rendre compte de good, un paradigme de verbes.

  • 12 Ce tout intégré reçoit aussi le nom de tout unitaire, en référence à l’unité que constitue cette en (...)

22Il convient à ce stade de faire une remarque sur la nature des propriétés que l’on peut considérer comme des parties. Elles peuvent en effet être de deux sortes. Il peut s’agir de propriétés données par les savoirs de type encyclopédique, qui sont des connaissances partagées par une communauté de locuteurs. Pour prendre l’exemple du nom chat et de l’entité du monde à laquelle il renvoie, de telles propriétés pourront être miaule, ronronne, voit dans le noir, ou encore des propriétés qui sont le plus souvent celles que donnent les lexicographes, telles que petit mammifère, petit félin domestique, animal de compagnie, à poils doux etc. A côté de cela, des exemples comme (6) montrent qu’il peut également s’agir de propriétés d’un ordre plus subjectif, propres à un locuteur-énonciateur. Ainsi pour a good wife, la propriété <pigeonhole one’s husband’s extremes of feelings> constitue littéralement, au sens de « entre dans la composition de », ce qu’un locuteur appelle une bonne épouse ou de ce qu’est pour lui une « vraie » épouse, c'est-à-dire a real wife. On a là, pour ce deuxième type de propriété, une perspective plus énonciative, centrée sur la cognition d’un sujet particulier. Dans cette dernière perspective, la notion de a good wife, tout comme celles a good mother ou de a good father, peut ainsi se définir et se décliner en termes de prédicats spécifiques, et le concept de wife se voit ainsi doté, et même constitué, de ses attributs prédicatifs, qui sont les propriétés que l’on peut, de façon subjective, attribuer à wife. Il apparaît ici clairement que cette analyse du bon en tant que physical goodness, qui rejoint les analyses ontolo­giques en touts et parties, a tout particulièrement à voir avec l’ontologie du tout intégré, c'est-à-dire celle d’une unité discrète qui comporte des parties anhoméomères et, pour cette raison, une limite.12 Le caractère bon attribué à une entité sanctionne alors l’intégrité ontologique de cette entité, la construisant ainsi comme un tout intégré, donc une entité discrète qui comporte des parties anhoméomères et une limite. Cette analyse d'une entité comme un tout intégré montre comment toute entité, ou en tout cas toute entité discrète comme <wife>, peut se voir associer une représentation spatiale : les prédicats sont devenus des parties d'un tout doté de limites, et l'entité s'analyse dans les mêmes termes qu'un objet du monde physique dont les parties seraient elles-mêmes des objets tridimensionnels de ce monde physique (cf. body vs leg, head…). Le fait qu'une entité abstraite rassemblant des prédicats puisse se voir ainsi transposée dans l'espace physique tridimensionnel attire l'attention sur la portée cognitive de l’analyse. Ce fait trouve également son commentaire dans la référence au monde physique que donne l’étiquette de physical good.

1.2.3. Le bon comme versant positif de l’appréciation

23Dans la mesure où, dans cette perspective ontologique, il est possible de décrire ou définir une entité par un certain nombre de traits qui, d’un point de vue cognitif et linguistique, pourront être vus comme ses parties, et dans la mesure où good est vu comme sanctionnant l’intégrité ontologique de cette entité, un bon exemplaire de cette entité est celle qui est entière et comprend la totalité de ses parties. Comme cela a été dit plus haut, la propriété donnée en (6) par le prédicat <pigeonhole…> sera vue comme constitutive et partie intégrante de ce qu’est une vraie, ou une bonne épouse (a good wife), les adjectifs vrai et bon devenant alors synonymes. Le prédicat adjectival good ne renvoie pas, quant à lui, à une propriété du sujet comme le feraient des prédicats comme tall, kind, ou pigeonhole one’s husband’s extremes of feelings, et ne peut donc s’interpréter comme une partie parmi d’autres de l’entité à laquelle renvoie le nom. Il est pourtant lié à ces propriétés prédicatives qui sont parties intégrantes de l’entité que constitue le sujet en ce qu’il est un commentaire positif sur l’intégrité ontologique de cette entité, et donc aussi un constat de l’existence de ces propriétés. Ce commentaire peut être dit positif au sens courant où est entendue, en linguistique, la polarité positive, sens qui est celui que l’on rencontre dans des contextes assertifs de descriptions d’un événement ou état de choses : il est venu vs il n’est pas venu. Dans ces cas-là, la polarité est positive, sans qu’il y ait d’interprétation modale de type appréciatif : le commentaire consiste simplement à dire qu’il y a eu, dans le passé, existence ou non-existence de l’événement ou état de choses, ici <il—venir>. L’opposition positif / négatif oppose alors l’existence de quelque chose, d’une chose, à sa non-existence et à son absence. S’agissant du bon et de la modalité appréciative, l’opposition positif vs négatif consiste à opposer le cas où les parties sont toutes présentes à celui où les parties ne sont pas toutes présentes.

24Pour cette raison, le prédicat <pigeonhole one’s husband’s extremes of feelings> renvoie en (6) à ce que doit faire une bonne épouse, c'est-à-dire une épouse « digne de ce nom », une épouse « comme il faut » ou « qui se respecte ». Une épouse digne de ce nom est une épouse digne de son appellation, qui respecte son ontologie ou en tout cas l’ontologie qui lui est subjectivement assignée. Pour ces mêmes raisons, des entités qualifiées de bad et donc porteuses d’une polarité reconnue comme négative, telles que celles auxquelles renvoient a bad penny ou a bad back dans les exemples (9) et (10) ci-dessous, sont défectueuses dans leur intégrité :

(9) a bad penny

(10) a bad back / a bad foot

25Elles ne sont en effet ni un penny ni un back ou foot « normalement constitués », c'est-à-dire constitués selon une attente, l’attente d’un sujet ou d’une communauté de sujets. Ces entités ne sont ainsi pas « dignes de leur nom ». Le caractère négatif de bad vient de ce qu’il n’est pas possible de poser l’existence de la totalité des parties qui constitueraient ce qu’est la bonne entité correspondante. Le niveau d’abstraction de cet emploi de good1 donne à l’adjectif, comme à sa contrepartie négative bad1, un fonctionnement métalinguistique, puisque ces adjectifs constituent un commentaire sur la dénomination et le sens.

2. Le massif, la perfection et le moral good

2.1. Le massif comme tout intégré

2.1.1. Une double analyse

26Si good sanctionne l’existence d’un tout intégré, on peut se demander comment il est possible de conserver cette analyse lorsque good s’applique à des noms massifs qui, eux, ne renvoient pas à des touts intégrés et qui, n’ayant pas de limites, ont des parties homéomères leur donnant une référence totalement homogène (voir note 11). C’est d’ailleurs à partir du nom massif bread qu’était bâtie l’argu­mentation de Dolhenty sur le physical good (1.2.1) et l’on considérera l’exemple :

(11) good bread

  • 13 Pour les propriétés morpho-syntaxiques de ces noms, voir, par exemple, mais également en bien d’aut (...)

27Afin de résoudre le problème posé par cette analyse de tout intégré appliquée à un tout non intégré, il faudra réconcilier deux choses. D’un côté, good s’analyse comme la marque d’un physical good lisible comme la complétude ontologique d’une entité discrète analysée comme un tout intégré, tandis que d’un autre côté, les noms massifs comme bread, qui ont une référence homogène, sont des touts qui, n’étant bornés par aucune limite, ne sont pas des touts intégrés. La compatibilité de ces deux analyses apparemment contradictoires viendra de ce que l’interprétation de l’ontologie joue pour chaque type d’entité, discrète ou massive, sur un plan différent. L’analyse sera donc double. D’un point de vue référentiel ordinaire, quantitatif, toutes les parties des massifs sont homéomères et ces noms seront analysés comme des massifs dépourvus de limite alors que, du point de vue qualitatif, il faudra prendre en compte des parties anhoméo­mères qui sont les différentes propriétés qui constituent le caractère bon du tout en question : étant anhoméomères, ces parties délimitent un tout unitaire doté d’une limite, c'est-à-dire un tout intégré. Si ces touts massifs qui sont de bons touts sont bien des massifs, ce dont atteste le comportement formel des unités linguistiques correspondantes (good earth, good wine etc.),13 seul leur caractère bon sera analysable dans les termes de l’analyse d’un tout intégré, en tant que conformité à une totalité de propriétés différenciées qui constitue un tout intégré. On se trouve là face à ce qui pouvait sembler dans un premier temps un paradoxe (un massif décrit comme un tout intégré) et qui invite à approfondir les analyses proposées.

2.1.2. Les choses du monde

28A l’interrogation concernant une possible justification forte d’une telle analyse des massifs comme touts intégrés, une réponse nous est fournie par l’étude que Kleiber a proposée du nom chose (Kleiber, 1987 / 1994). Constatant que le nom chose est un terme discret auquel manque la dimension descriptive d’un terme comme chimpanzé (discret) ou eau (massif), il écrit :

Le seul principe qu[e chose] véhicule et qu’il partage avec les noms comptables est celui de l’unité, de l’individuation, de l’existence d’items isolables discriminés. Il engage une vision discontinue de l’univers, une appréhension de la réalité comme constituée de parties discriminables, mais n’offre pas par lui-même les moyens d’une telle discrimination. Il présuppose uniquement une multiplicité, une pluralité d’existants. Dès qu’il y a conscience d’une limite, d’une différenciation, il y a chose. Chose fait naître à l’existence le segment découpé, mais sans préjuger de sa valeur qualitative. Les philosophes n’ont cessé d’insister sur le lien indissociable entre l’unité et l’existence […] : Chose apparaît comme le terme général de cet engagement ontologique. (Kleiber, 1987 / 1994 : 17-18)

29Le nom chose, qui n’a pas de dimension descriptive et ne connaît pas d’hyperonyme, apparaît alors comme un terme discret postiche et l’on peut alors se demander pourquoi il n’existe pas de terme massif postiche :

  • 14 Ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe aucun nom massif que l’on puisse qualifier de postiche, et l (...)

Pourquoi n’y a-t-il pas un terme général semblable à chose du côté de la vision continue ? […] Un tel terme serait parfaitement inutile.14 La comptabilité entraîne une référence hétérogène, une vision différentielle de la réalité. La non comptabilité, au contraire, signifierait à ce niveau un univers homogène, global, sans aucune distinction interne. Bref, une vision uniforme, monotone de la réalité, qui s’avère incompatible avec toute appréhension linguistique de la réalité. (Kleiber, 1987 / 1994 : 19)

30Si l’on essaie de faire de chose un nom massif et de le faire fonctionner dans des syntagmes nominaux qui sont des « constructions non comptables » telles que de la chose, une quantité de chose, un peu de chose, on s’aperçoit que :

[l]a division partitive de ces SN n’est pertinente que si la chose n’est pas conçu comme un terme général premier. Comme l’homogénéité de la référence massive implique des sous-parties identiques (propriété de sous-ensemble) et des « unions » identiques (propriété de référence cumulative), de telles constructions exigent une hétérogénéité ontologique préalable, avec une multiplicité de « choses » massives. Les divisions du N, un peu de N et une quantité de N sont ainsi soumises à une conception discriminante première. Le N en question est lui-même une chose et ne saurait être un terme général massif pour la réalité prise globalement. De là cette dissymétrie dans la saisie linguistique des choses. S’il existe deux conditionnements linguistiques possibles de la réalité, un empaquetage globalisant et un empaquetage individuant, au niveau le plus général, celui de l’indiscernabilité qualitative, le modèle référentiel hétérogène seul est pertinent. Voici pourquoi il n’existe pas de terme massif postiche et pourquoi chose, en tant que terme sortal postiche, est comptable et jamais massif. (Kleiber, 1987 / 1994 : 19)

  • 15 Descartes, Le discours de la méthode, 1637. Plus près de nous et en anglais, on pourrait également (...)
  • 16 Pour des considérations sur le caractère discret des termes métalinguistiques français ou anglais t (...)
  • 17 Pour une étude de cette construction, voir Guimier (1995). On observe le même phénomène avec d’autr (...)

31Que les entités soient données par la langue comme discrètes ou massives, il faut au préalable, si on est au niveau de « la réalité prise globalement », distinguer des choses, des touts intégrés, dans leur multiplicité. Ceci permet peut-être de comprendre que le fait de décrire une entité massive bread comme good et de la reconnaître dans son intégrité constituée de la totalité de ses parties revient à se placer à ce « niveau plus général » d’une « conception discriminante première » où seul « le modèle référentiel hétérogène », celui qui donne des entités discrètes, « est pertinent ». Associé au massif, good superpose à ce tout non intégré qu’est le massif une lecture de tout intégré et donc d’entité discrète. Tout comme Descartes a pu écrire que « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée »,15 l’entité bread, entité massive, est une chose, qui a besoin des propriétés qui constituent ses parties pour être ce qu’elle est, c'est-à-dire la chose qu’elle est. Ces propriétés-parties ne sont pas de même genre (elles sont anhoméomères) et constituent donc un tout qui est une entité discrète, une chose particulière, distincte d’autres choses ou entités.16 Cette grille de lecture discrétisante qui voit des choses, entités discrètes, dans les entités massives désignées par des noms massifs, n’entame en rien le conditionnement linguistique nominal de ces entités, puisque bread, qu’il s’agisse de French bread ou de good bread, reste massif (Galmiche, 1988). On notera que l’affinité de good pour l’unité discrète et le tout intégré se retrouve dans les séquences comme a good ten days qui, associant good et l’article a typique du discret, regroupent une multiplicité d’unités discrètes à l’intérieur d’une unité unique discrète de rang supérieur.17

2.2. Le bon et le haut degré : la perfection

32L’idée de complétude se retrouvera tout particulièrement avec les valeurs de haut degré associées au bon et au bien, c'est-à-dire à la perfection. La perfection apparaît alors comme l’une des formes, la plus aboutie, du physical good. L’idée de complétude ontologique se traduit clairement dans un certain nombre d’adjectifs de l’anglais contemporain d’origine latine. Ainsi peut-on penser à complete et à accomplished que l’on trouve dans des exemples tels que :

(12) a complete idiot

(13) an accomplished artist

33On peut également citer l’adjectif consummate que l’on trouve, avec le même sens que le français consommé dans un art consommé, dans des expressions comme :

(14) with consummate skill

34L’étymologie de cet adjectif permet de relier son sens à l’idée d’une complétude ontologique prenant en compte la totalité des parties d’une entité discrète, par l’intermédiaire du nom summa dont est dérivé le verbe consummo. L’adjectif consummate est en effet dérivé du latin consummo pour lequel Ernout et Meillet écrivent : « consummo, -as : faire le total de ; d’où “mener à sa fin, achever” ». Ce verbe est donné comme étant lui-même dérivé de summa, la chose la plus haute, la surface et est donné comme « usité presque uniquement au sens figuré soit “somme formée par la réunion ou l’addition des parties, total, ensemble” de summa (linea), par suite de l’habitude des Romains, comme des Grecs, de compter de bas en haut […] » (Ernout et Meillet, 1932 / 1979 : 666). Ce qui transparaît dans ces étymologies est aussi ce qui est proposé dans l’analyse philosophique de Dolhenty, qui écrit :

When we speak of the perfection of a being, we are actually noting the completeness or fullness of a created nature. Perfection is a reality at its best. <www.radicalacademy.com>

  • 18 Notons également l’interprétation de absolute, comme dans absolute certainty ou même absolute perfe (...)

35Cette définition de la perfection comme completeness ne semble pas différer beaucoup des cas vus précédemment pour good, où l’entité lacks none of [its] elements (1.2). Il faut donc entendre completeness dans un sens intensif, comme exprimant le haut degré de ce qui peut être décrit par ailleurs comme good parce que doté de la totalité de ses parties. Il est alors peut-être judicieux, aussi, de concevoir une ontologie à géométrie variable, avec laquelle on aura des propriétés-parties relativement accessoires qui ne seront pas considérées comme très importantes pour la qualité du tout, à côté d’autres, peut-être également accessoires, mais qui apparaîtront au regard de l’entité comme un plus ou, en d’autres termes, une cerise sur le gâteau et seront ainsi susceptibles de rendre le tout meilleur. Une telle conception, qui établit des distinctions entre les parties en les hiérarchisant, s’accompagnera clairement de la possibilité de distribuer, de façon métonymique, le caractère bon du tout sur chacune de ses parties. Telle ou telle partie sera de ce fait elle-même plus ou moins bonne, en fonction de son apport à l’entièreté du tout intégré. En même temps, on retrouve là l’aspect subjectif des propriétés qui sont attribuées à l’entité discrète. Dans cette analyse, la perfection apparaît comme le haut degré du bon, comme le suggère la forme supplétive de superlatif best employée par Dolhenty. La perfection rassemble toutes les parties possibles du paradigme des prédicats constituant les propriétés-parties, et l’on remarquera au passage le formatif per- du nom perfection qui, comme throughout en anglais, signifie « de bout en bout » (Ernout et Meillet, 1932 : 497) et permet de renvoyer à l’idée d’une chose complétée et aboutie.18

2.3. Le physical good et le moral good

36Il convient maintenant de dire ici quelques mots sur le moral good, que j’ai appelé plus haut good2. L’adjectif good dans les groupes nominaux indéfinis singuliers n’a pas toujours l’interpré­tation de physical good (good1), et l’on trouve également des séquences illustrant le moral good (good2). Ainsi peut-on contraster

(7) a good1 burglar / a good1 liar

(15) a good2 deed

37Dans l’exemple (15), good renvoie à une action conduite selon une norme morale et peut donc être une illustration du moral good tel que le définit Dolhenty, c'est-à-dire quelque chose qui est requis par la loi morale :

A being is a moral good when it has everything demanded of it by the moral law. Human acts ought to agree with the standard or rule of what such acts ought to be. <www.radicalacademy.com>

Moral evil is the lack or absence of agreement between a human act and the rule of what it ought to be. In so far as a human act lacks agreement with the moral law in any point (in itself, in its purpose, in the circumstances), it is morally evil. <www.radicalacademy.com>

38Le moral good a sa définition propre qui fait que le bon ne se rapporte pas, et n’a pas à se rapporter, à une existence ou à une ontologie, mais à un ensemble de règles morales qui gouvernent l’action. Cette référence à un ensemble de règles est ce qui est connu de façon générale en linguistique sous le nom de modalité de l’action, même si cette dernière catégorie peut englober d’autres choses, telles que la possibilité physique, la possibilité matérielle etc., qui n’ont pas de rapport avec la morale. La propriété good est alors attribuée à l’entité (chose ou personne) qui respecte des règles qui, elles, construisent des valeurs modales de nécessité (règles, impératifs) dans le domaine de la modalité de l’action. Les deux types de bon, physical et moral, sont donc différents. Sanctionnant une complétude ontologique, le physical good ne peut que se rapporter à l’être ainsi ontologiquement décrit et sera, de manière typique, interprété à partir d’un groupe nominal de forme :

(16) ( ) good1 N

  • 19 La fonction attribut n’est pas exclue, mais demanderait une étude plus approfondie.

dans lequel good est épithète.19 A l’inverse, le moral good a une interprétation autonome qui permet à l’adjectif good de figurer parmi d’autres prédicats adjectivaux dans des suites telles que :

(17) he is tall, generous, stupid, good2 etc.

  • 20 Voir 1.1.2 sur la « norme subjective » et note 5. Pour d’autres remarques concernant le rapport ent (...)

39Si ces deux types de bon que sont le physical good et le moral good sont bien différents, ils pourront, dans certains cas, se rejoindre. L’on peut trouver à cela deux raisons. Tout d’abord, un concept associé à un nom, qu’il s’agisse de penny, foot ou wife, constitue ou peut, à l’instar de la règle ou de la loi morale, constituer un modèle, un patron et, de cette manière, fonctionner comme une norme.20 La construction d’une norme par le physical good est d’ailleurs ce que trahissent les emplois de should examinés (1.1.2), ou encore ceux de should et ought, dans les descriptions de Dolhenty données plus haut (1.2) :

[…] a man’s health is good, by physical goodness, in so far as the man’s bodily organs and functions are what they ought to be, and lack nothing of what they ought to be […]

[…] the lack or absence in a creature of some element, item, or quality that should be there.

  • 21 L’adjectif good2 peut être vu comme un hyperonyme d’autres adjectifs et prédicats moraux, tels que (...)
  • 22 Une telle suite n’a été trouvée dans aucun des corpus consultés. Je n’ai pas davantage trouvé d’occ (...)
  • 23 Ces analyses ne sauraient épuiser l’analyse de ces adjectifs. Pour plus de détails sur good et sur (...)

40A l’inverse, une propriété, par exemple generosity, qui respecte un ensemble de règles morales peut apparaître comme une partie parmi d’autres de la norme morale ; a good deed est un acte qui est doté de tous les attributs du moral good et donc, en un sens, de la totalité des parties de ce moral good21 : le moral good est une entité, une chose du monde et, en tant que telle, possède son ontologie. Ces possibilités de passage relativement aisé d’un sens à un autre ne doivent toutefois pas masquer l’hétérogénéité sémantique de ce qui constitue deux interprétations de l’adjectif good. En effet, a good2 deed n’est pas interprété comme a real deed (a good2 deeda real deed), et l’analyse ontologique proposée pour good1 ne pourrait fonctionner qu’en proposant une suite comme */?a good1 good2 deed, dans laquelle le premier good de complétude ontologique porterait sur l’ensemble marqué par <good2 deed> dans lequel good reçoit l’interprétation de moral good.22 La séquence équivaudrait alors à a real good deed.23

41Au terme de cet examen, il est sans doute possible de mieux cerner l’intuition que pouvait exprimer la formule de Geach (1956) d’une primarily descriptive force qui serait celle de l’adjectif good1. Dans le cadre de l’analyse ontologique qui est celle du physical good, l’adjectif good est fondamentalement descriptif en ce qu’il sanctionne la composition d’un tout intégré : décrivant une ontologie qui est celle d’une unité entière, il se prononce sur la présence de propriétés-parties. Comme on l’a vu plus haut, cette ontologie ne peut se concevoir que sur un plan qualitatif avec lequel toutes les entités sont, de manière très abstraite, vues comme des « choses » qui sont des entités discrètes (2.1). C’est le haut niveau d’abstraction de cette ontologie construite à partir du modèle physique généralement associé au tout intégré (cf. par exemple Cruse, 1986), qui rend compte de la résistance à l’analyse de l’adjectif good dans les emplois de physical good considérés. La sanction de l’intégrité ontologique d’un tout intégré a également permis de comprendre comment le bon pouvait être perçu comme positif, en même temps qu’il permettait de poser l’idée d’une entité existante et d’une existence.

3. Le bon et les adjectifs associés au meditative-polemic should

  • 24 Cette idée de unite et de constitution d’une unité rattache bien entendu l’idée de bon à celle d’un (...)
  • 25 Cette dualité d’interprétation est notée par Huddleston et Pullum (2002 : 1001) : « there may be va (...)

42Ces analyses du good1 avec lesquelles la notion de bon sanctionne l’intégrité ontologique d’un tout intégré reviennent à dire, on l’a vu, que good est la marque d’une entité discrète comportant une limite. Cette analyse ontologique permet peut-être de jeter une nouvelle lumière sur certains adjectifs associés au meditative-polemic should, dont les interprétations et catégorisations sont variables selon les auteurs, ainsi que sur certaines équivalences sémantiques données par l’étymologie. Ainsi, l’existence de parties qui, ensemble, contribuent à constituer un tout intégré et doivent pour cela être présentes dans leur totalité pourrait permettre d’entendre l’intuition qui se cache peut-être sous belonging together dans l’étymologie de good proposée par Klein (1967 / 1977 : 318) ou encore sous bring together, unite, notions auxquelles l’adjectif serait relié (Onions, 1966 : 405).24 De même, le fait de rapporter goodness et le bon à l’être et à l’ontologie offrirait la possibilité de réévaluer les considérations sur les adjectifs qui, comme essential ou necessary, sont parfois analysés comme marques de désir, mais sont reliés d’une façon ou d’une autre à l’être et à l’essence. Comme le suggèrent ces deux exemples, de telles réévaluations rendent peut-être possible de dépasser les analyses divergentes de certains de ces adjectifs, reconnus par certains comme appréciatifs (Arigne 1984, Cotte 1988) et directifs par d’autres (par exemple Behre, 1955 : 16-18, Larreya et Rivière, 2005 : 118) notamment lorsqu’ils sont employés en superordonnée dans le contexte du meditative-polemic should (Behre, 1950).25 C’est à un rapide examen de certains de ces adjectifs que sont consacrées les deux sections suivantes.

3.1. Le nécessaire, l’essentiel et le suffisant

  • 26 Pour plus de détails voir Arigne (1984, 1989).
  • 27 On trouve des remarques sur essential dans Arigne (1984 : 256) ainsi que, pour vital et essential, (...)

43S’agissant de necessary, je me contenterai26 de rappeler son lien, logique, avec l’impossible que ne… pas et, de ce fait, son lien à l’existence et à l’ontologie. Le même type de remarque pourra être fait sur vital, qui renvoie à ce qui est nécessaire à la poursuite de l’existence de l’être,27 ainsi que sur essential, adjectif relié par son sens à l’être et à l’existence.

(18) It is essential that it should be proof read by at least one person. (BNC)

(19) It was essential that our recommendations should arouse enthusiasm among the best teachers; if they disliked our plans, the national Curriculum would never be properly implemented in the classroom. (BNC)

(20) It is equally vital that both should be mentioned, otherwise a client, particularly a buyer, could be seriously misled. (BNC)

(21) It is vital that the education system should attract back women who have taken a career break to raise a family. (BNC)

Dans ces cas faisant figurer vital et essential, il semble que le contenu propositionnel de la subordonnée soit vu comme une partie, et une partie vitale, essentielle ou nécessaire, d’un autre tout qui lui est superordonné dans la hiérarchie. Ce qui est affirmé est alors la nécessité de l’existence de cette partie pour l’intégrité ontologique de cet autre tout dont on vise l’existence. Par ailleurs, si le nécessaire peut bien être analysé, au moyen d’une double négation, comme ce qui ne peut pas ne pas être (Arigne, 1984, 1989), il convient de rappeler qu’il peut être aussi entendu comme nécessaire faible (Culioli, 1985 : 43), c'est-à-dire comme simplement ce qui est, comme une existence qui, comme avec l’ontological good (good0), est objet de désir. Ce nécessaire faible dérive tout simplement de l’être et de l’affirmation de l’être. On trouve déjà ce lien entre l’essence, la nécessité et le bien dans les commentaires que propose Aristote sur la nécessité des œuvres de la nature :

[…] c’est l’essence de l’homme qui commande sa constitution : il n’est pas possible qu’il existe sans telle ou telle partie. Sans ces parties – à tout le moins sans quelque chose qui s’en rapproche – ou bien il y a impossibilité absolue à ce qu’il existe autrement, ou bien c’est seulement de cette façon qu’il est bien : tout cela se tient ». (Aristote b1, 639b-640b / 1945 : 85-89)

  • 28 Le lecteur aura noté que les deux citations proviennent chacune d’une traduction différente.

44La nécessité signifie tantôt que la fin étant telle, il est nécessaire que telles conditions soient remplies, tantôt que les choses sont telles et qu’elles le sont par nature. (Aristote b2, 642a / 1957 : 10)28

45L’existence pouvant être en elle-même objet de désir, on comprend peut-être un peu mieux comment un adjectif tel que essential, qui apparaît relié au type d’intégrité ontologique associée à good, peut, comme necessary, construire des valeurs directives. La nécessité peut être aussi exprimée par l’idée de ce qui suffit avec enough ou le verbe suffice :

(22) In order for the thing to be possible, it suffices that a being should be capable of producing the thing. Generally speaking, if a thing is to be possible, it suffices that its efficient cause should be possible […] (Leibniz, Philosophical papers and letters: a selection, trans. L.E. Loemker, 1956)

(23) It suffices that it should form part of the central pattern (Lawrence Durrell, Nunquam, Faber, 1970 : 37).

(24) Unfortunately the single-copy fallacy, the idea that it is enough that there should be one copy of any book in existence, does have support even within the British Library itself. (BNC)

(25) It's more than enough that you should be helping me. (BNC)

46Dans ces cas-là, les termes enough ou suffice renvoient, comme vital ou essential, à une notion d’ontologie de tout intégré, par le biais de l’idée d’une partie adaptée à une autre entité, qui les rapprochent des adjectifs tels que fitting ou adequate, examinés dans la section suivante (voir aussi note 27).

3.2. Le bon, le convenable et l’adéquat

47D’autres adjectifs montrent dans leur sémantisme l’idée d’une intégrité ontologique propre au physical good. On trouvera bien sûr les adjectifs good et perfect (parfois insérés dans des groupes nominaux comme a good thing), mais aussi des adjectifs tels que adequate, suitable, fitting ou appropriate qui, tous les quatre, donnent l’idée d’un ajustement et d’une certaine conformité. Comme dans la section précédente, c’est le contenu propositionnel de la subordonnée qui est dit être good, perfect ou adequate. Les exemples sont nombreux :

(26) It is good that the demanding job of running hostels for the mentally ill and the mentally handicapped, together with other provision of residential care, should now be recognised as an important aspect of social work… (BNC)

(27) It seems a good thing that she should occupy herself with these children next door. (BNC, Nina Bawden, 1963 / 1989, Tortoise by candlelight)

  • 29 Comme j’y ai fait allusion plus haut dans l’introduction, ces emplois associant good et le meditati (...)

(28) It is good that the natives should be happy for surely that is ultimately what we, the Company are in India to procure… (BNC)29

(29) It is all well and good that Americans traveling overseas should have to endure fewer snide comments about their president, but the true worth of popularity is in winning foreign capitals over to the aims of American statecraft, not in making life more pleasant at the George V or at Davos. (COCA, James Kirchick, 2009, What Price Popularity?)

(30) It seemed only perfect that these two worlds should come together. <magistersnewknots.wordpress.com>

(31) Laurie has long admired a diamond filigree ring which was my grandmother’s. Of course, it is only perfect that it should be hers now with the wish for wisdom and guidance and lots of patience that has been passed down in my family. <lovethegiver.com>

  • 30 On notera également l’idée d’adéquation associée par l’étymologie au verbe suffice (3.1). A partir (...)
  • 31 L’on remarque que, après avoir relié l’adjectif good à une base signifiant unite, Onions donne comm (...)

48Dans tous ces emplois, il semble que l’on retrouve le cas de figure illustré par les exemples (18) à (25) examinés plus haut (3.1), avec lesquels est visée l’intégrité ontologique d’un autre tout, dont l’entité dénotée par la subordonnée constitue une partie. Le contenu propositionnel est qualifié de a good thing de manière métonymique, parce qu’il contribue en tant que partie au caractère bon d’une entité de rang supérieur. On voit là, exploitée par la langue, la manière dont le caractère bon se voit distribué du tout sur les parties du tout et qui a été évoquée plus haut (2.2). A côté de ces emplois de good1 et perfect, l’adjectif adequate est défini par le Collins English Dictionary comme able to fulfil a need or requirement without being abundant, outstanding (CED98 : 18) c'est-à-dire sans déborder ou excéder les limites de ce qui serait une entité discrète. De son côté, le Petit Robert rappelle que l’adjectif français adéquat vient de adaequatus qui signifie rendu égal (PR90 : 24).30 L’adjectif suitable donne, lui, l’idée de l’habit qui épouse la forme du corps et, partant, de quelque chose qui est ajusté et, précisément, adéquat au corps, modèle du tout intégré (Cruse, 1986 : 157). Il en va de même pour fitting, qui exprime la même notion d’ajustement.31 C’est ce qu’illustrent les exemples :

(32) To obtain more efficient results it seems more adequate that the system should use the term combination. <paginas.fe.up.pt>

(33) Article 101 of the Act stipulates: "It is adequate that the religious leader should notify people about the time of carrying out stoning... <fafi.org>

(34) Both his grandfather and father were stationmasters in Great Eastern Railway territory so it is suitable that he should produce a pictorial survey of British Railways stations. (BNC)

(35) Dorothy L. Sayers was born and educated in the city, so it was only fitting that other women crime writers should be there to see a plaque unveiled in her honour. (BNC)

(36) Goebbels brought several samples to the Chancellory to review with the Fuhrer after the evening film screening of The Big Broadcast of 1938. Somehow it seemed fitting that they should gauge the effect of the press and radio broadcasts after watching the antics of Hollywood entertainers. (COCA, Brodie & Brock Thoene B., 1991, Danzig Passage)

49Quant à appropriate, relié au latin appropriare signifiant s’approprier, faire sien (make one’s own, CED98 : 73), il signifie « qui appartient en propre », et peut donc renvoyer aux parties intégrantes du tout intégré. Là aussi, comme avec vital et essential, good et perfect, le contenu propositionnel de la subordonnée est vu comme une partie nécessaire d’un autre tout :

(37) It is therefore highly appropriate that we should support this innovative scheme to enhance the quality of British men's tennis. (BNC)

(38) It is appropriate that the first great English opera of modern times should be so deeply English in tone, and should derive from the art which the English have always excelled at – poetry. (BNC)

50Je mentionnerai pour clore cette section, une dernière petite série d’adjectifs que l’on trouve parfois, eux aussi, en co-occurrence dans la superordonnée avec le meditative-polemic should des subordonnées : just, fair, apt et apposite. L’idée d’ajustement et d’adéquation, auparavant donnée par des adjectifs tels que adequate ou fitting, se retrouve avec l’adjectif d’origine latine just et l’adjectif correspondant d’origine germanique fair :

(39) It seems only just that we should try to understand how we have injured or oppressed the Other (or might be in a position to injure or oppress). <yale.edu>

(40) The gentleman who was sent to try the slipper looked earnestly at Cinderella, and, finding her very handsome, said that it was only just that she should try as well, and that he had orders to let everyone try. (Charles Perrault, trad. anglaise, in Andrew Lang, The Blue Fairy Book)

(41) But it is not fair that your remorse should be turned in the direction of seeking someone else to blame. (BNC)

51Les adjectifs apt et apposite traduisent quant à eux l’idée d’une conformité, et donc d’une même forme. On notera les remarques d’Ernout et Meillet (1932 : 39) sur le sens de apio, verbe dont est dérivé apt et qui signifie bien attacher, étymologie confirmée par Onions (1966 : 46) (fasten, attach), qui précise le sens de apt comme étant celui de suited, fitted, suited to its purpose.

(42) So maybe it’s apt that he should have become entangled in Basic Instinct, a new psychosexual thriller starring Michael Douglas and Sharon Stone, which is based on a controversial script by Joe Eszterhas. (BNC)

(43) It seems only apposite that he should hover so often on the edge of the ‘pathetic fallacy’… (BNC)

3.3. Essential, appropriate et fitting : des adjectifs appréciatifs

  • 32 Pour plus de détails sur le domaine de référence de la norme et celui de la réalité et du certain, (...)

52Ces analyses ont permis de montrer comment le sémantisme d’adjectifs tels que essential, vital ou adequate se rapproche de celui de good marqueur de complétude ontologique, et leur donne ainsi l’interprétation d’adjectifs appréciatifs. L’appréciation donnée par good est, on le sait, souvent associée à un caractère désirable, ce qui peut expliquer les interprétations directives souvent données de ces adjectifs. Ce possible ancrage dans des désirs et des volontés est lié à un certain nombre de phénomènes, dont je rappellerai ici brièvement les lignes de force les plus importantes. Dans bien des cas, l’idée d’ajustement et de conformité peut facilement dériver vers le moral good (good2) : on l’a vu (2.3), le passage de l’un à l’autre est aisé. L’intégrité ontologique peut en effet constituer une norme qui peut donner naissance à des règles modales, en dehors de toute considération concernant le moral good. De même, l’existence en elle-même est, avec l’ontological good, perçue comme bonne, car objet de désir et d’appétence. Par ailleurs, ces derniers exemples ont montré le lien de ces adjectifs avec la complétude ontologique du physical good, en montrant comment le contenu propositionnel de la subordonnée contenant should se voyait attribuer, par métonymie, le caractère bon d’un autre tout dont il constituait une partie et dont était visée la complétude ontologique. Cette analyse est l’occasion de montrer le lien entre le physical good et l’ontological good (nécessaire faible) : les parties sont nécessaires à la constitution d’un tout intégré, ce tout intégré est bon (good1) parce qu’il est constitué de la totalité de ses parties, et le tout est nécessaire simplement parce qu’il est et se trouve doté d’existence, illustrant donc le bon ontologique (good0). Enfin, et la chose est liée à toutes les problématiques examinées ici, il faut souligner la façon dont la norme présente parfois son modèle à côté d’une entité réelle qui satisfait pleinement à cette norme, privant alors les expressions modales d’une réelle interprétation directive faisant entrer en jeu des référents occurrentiels et spécifiques.32

Conclusions

  • 33 Pour d’autres types d’analyses du bon et de la valeur, en particulier dans d’autres environnements (...)

53L’étude présentée ici est une analyse explicitement ontologique en touts et parties, appuyée sur des phénomènes linguistiques variés (good vs tall, good vs real, sous-paradigme d’adjectifs de superordonnées associés au meditative-polemic should) et prenant en compte une ontologie subjective.33 Elle s’est donné comme point de départ et comme limite le sens de good dans des groupes nominaux indéfinis de type ( ) good Nsg. On voit comment elle rejoint, par certains côtés, des remarques faites ailleurs sur good, qu’il s’agisse de la fonctionnalité (Vendler, 1963), de la possibilité de paraphrase par true ou real (Arigne, 1984 : 145, 1989 : 181), de la notion de réalisation de l’essence d’un objet (Duprey, 1995 : 30) ou de l’interprétation de the faring well of a being (Wiggins, 2009 : 175). Que le nom auquel s’applique good soit discret ou massif, l’adjectif sanctionne l’intégrité ontologique d’une entité vue comme un tout intégré : cette entité unitaire représente alors le nom pris dans son aspect qualitatif, comme un ensemble de propriétés.

54L’analyse permet d’éclairer la question de la polarité positive, en rendant compte de liens sémantiques possibles entre le bon et la polarité positive que l’on trouve ailleurs dans de simples assertions, par le biais des notions de présence et d’existence. Dans le physical good, qui a constitué l’essentiel de la recherche présentée dans cet article, toutes les parties d’un tout intégré sont là et existent, garantissant l’intégrité du tout. On note que dans l’ontological good, c’est l’existence qui est bonne en elle-même et l’on a dans tous les cas affaire à une entité ou à une chose, et à son existence.

55Elle permet de comprendre les hésitations des linguistes entre « appréciatif » et « directif » concernant certains adjectifs, la question de cette dualité d’interprétation n’ayant pas encore véritablement été étudiée. Par le biais de l’analyse du bon, elle établit un lien sémantique entre ces adjectifs et l’adjectif good prototypique de la modalité appréciative.

  • 34 On notera ici que l’adjectif digne issu du latin dignus est relié à decet (il convient) et, de ce f (...)

56Le questionnement de la sémantique lexicale de l’adjectif good ne peut trouver de réponse qu’en rapportant good à une entité autre, qu’il caractérise. On s’est intéressé à ce que recouvre le sens de good, pour découvrir qu’il avait à voir avec le sens qu’il convenait d’attribuer à l’entité à laquelle renvoie le nom auquel il s’applique. Good donne ainsi un verdict de bonne formation et de conformité qui fait que l’entité est jugée « digne de ce nom ».34 Le travail de sémantique lexicale s’effectue donc ici à un double niveau, celui de good et celui du nom, donnant dans ce dernier cas à good une fonction métalinguistique.

57L’analyse linguistique en touts et parties des noms qualifiés de good permet une description, ancrée sur un modèle physique tridimensionnel (voir 1.2.2), de valeurs et de sens très abstraits qui constituent ce que l’on appelle l’appréciation. Travaillant sur good, adjectif prototypique du domaine modal appréciatif, elle jette un nouvel éclairage sur la modalité appréciative dans son ensemble. On y retrouve en fin de compte le sens de « la valeur » telle que l’analyse Sartre pour qui, dans une étude d’ontologie phénoménologique, « la valeur est par-delà l’être » (Sartre, 1943 : 136). En termes plus linguistiques et sémantico-référentiels, la « propriété » good ne peut être vue comme une partie de l’entité à laquelle renvoie le nom, mais doit s’analyser à un niveau supérieur à cette entité.

Top of page

Bibliography

Arigne, Viviane. Shall-should. Contribution à l'étude des modalités en anglais contemporain. Thèse de 3e cycle. Université de Paris 7, 1984.

Arigne, Viviane. « Shall et should, étude de modalités ». In A. Gauthier (dir.). Explorations en linguistique anglaise. Berne : Peter Lang, 1989. 153-228.

Arigne, Viviane. « Le syntagme N1 of N2 et la référence multiple des massifs anglais ». Revue de Sémantique et Pragmatique 17 (2005), Orléans, Presses Universitaires d’Orléans : 7-39.

Arigne, Viviane. « Les discrets collectifs face aux massifs : des modes de discrétisation du massif » (version longue). In J.-Cl. Souesme (dir.), Cycnos 23, n°1, Le qualitatif. http://revel.unice.fr/, 2006.

Arigne, Viviane. Subjectivité et référence. Questions de sémantique. Dossier soumis pour l’Habilitation à diriger des recherches, Université Paris-Sorbonne (Paris 4), vol. 1 : Synthèse de l’activité scientifique, http://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-00691193, 2010.

Aristote (a). Ethique à Nicomaque. Traduction et commentaires de J. Tricot. Paris : Vrin, 1959.

Aristote (b1). Les parties des animaux. Traduction, introduction et commentaire par J.‑M. Le Blond. Paris : Aubier, 1945.

Aristote (b2). Les parties des animaux. Texte établi et traduit par Pierre Louis, 3e édition. Paris : Les Belles Lettres, 1957.

Austin, John, Langshaw. Philosophical Papers. Oxford: Oxford University Press, 1961.

Behre, Frank. “The Origin and Early History of Meditative-Polemic Should in that‑Clauses”. Symbolae Philologicae Gotoburgenses, Göteborg, Göteborgs Högsolas Arsskrift 56 (1950): 275-309.

Behre, Frank. Meditative-Polemic Should in Modern English that-Clauses. Stockholm, Gothenburg Studies in English, 4 (1955).

Blanvillain, Odile. Représentation formelle de l’emploi de should en anglais contemporain, en vue d’un traitement automatique. Thèse de doctorat. Université de Paris 7, 1993.

Blanvillain, Odile. « Le modal SHOULD : désactualisation, étalonnage qualitatif et valuation positive ». Anglophonia 8 (2000). Toulouse : Presses Universitaires du Mirail. 233-48.

Collins English Dictionary [CED98], Glasgow: Harper Collins Publishers, 1979 (1998).

Cotte, Pierre. Le système des auxiliaires modaux dans le système verbal de l’anglais contemporain. Thèse de Doctorat d’État. Université de Grenoble 3, 1988.

Cotte, Pierre. « Une boucle étrange : l’ordre des déterminations dans le syntagme verbal de l’anglais ». In P. Cotte. Langage et linéarité. Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 1999. 9-49.

Cruse, Daniel Alan. Lexical Semantics. Cambridge: Cambridge University Press, 1986.

Culioli, Antoine. « Valeurs modales et opérations énonciatives ». Le Français Moderne 46 (1978) : 300-17. Repris in A. Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations. Paris : Ophrys, 1990. 135-55.

Culioli, Antoine. Notes du Séminaire de DEA. (1983-1984) DRL. J. Chuquet et J.-L. Duchet (édition) (1985), transcription de Jean-Claude Souesme, Universités de Paris 7 et de Poitiers.

Culioli, Antoine. « Autres commentaires sur Bien ». In Cl. Blanche-Benveniste, A. Chervel et M. Gross (éds.). Grammaire et histoire de la grammaire. Hommage à la mémoire de Jean Stéfanini. Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 1988. 169-180. Repris in A. Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations. Paris : Ophrys, 1990. 157-168.

Dixon, Robert Malcolm Ward. “Where Have All the Adjectives Gone?” Studies in Language, vol. 1, n°1 (1977): 19-80. Repris (revised version) in R. M. W. Dixon. Where Have All the Adjectives Gone? and Other Essays in Semantics and Syntax. 1982: 1-62.

Dolhenty, Jonathan. “Being and Existence”. The Jonathan Dolhenty Archive, Philosophy Resource Center, <radicalacademy.com>, consulté sur la période mars-novembre 2008.

Duprey, Daniel. L’universalité de « bien ». Francfort-s.-Main : Peter Lang, 1995.

Ernout, Alfred et Antoine Meillet. Dictionnaire étymologique de la langue latine. 4e édition. Paris : Klincksieck, [1932] 1979.

Galmiche, Michel. « Massif / comptable : de l'un à l'autre ». In J. David et G. Kleiber (éds.). Termes massifs et termes comptables. Paris : Klincksieck, 1988. 63-77.

Geach, Peter Thomas. “Good and Evil”. Analysis, 17 (1956): 33-42.

Goes, Jan. L’adjectif. Entre nom et verbe. Paris : Duculot, 1999.

Goes, Jan. « Les adjectifs primaires : prototypes sémantiques ou prototypes abstraits ? » In J. François (dir.). L’adjectif en français et à travers les langues. 2004 : 109-135.

Guimier, Claude. « A good two hours, ou quand singulier et pluriel se rencontrent ». In I. Perrin (éd.). De la qualification à la qualification… et retour. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1995. 33-43.

Huddleston, Rodney and Geoffrey Keith Pullum. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge: Cambridge University Press, 2002.

Husserl, Edmund. Recherches logiques, tome 2, Recherches pour la phénoménologie et la théorie de la connaissance, Deuxième partie : Recherches III, IV et V. Traduction de H. Elie, A.L. Kelkel et R. Schérer. Paris : Presses Universitaires de France, [1913] 1961.

Jackendoff, Ray. Language, Consciousness, Culture. Cambridge, MA: MIT Press, 2007.

Kirchin, Simon (ed.). Thick Concepts. Oxford: Oxford University Press, 2013.

Kleiber, Georges. «Une leçon de chose : sur le statut référentiel du mot chose». In Travaux du Centre de Recherches Sémiologiques de Neuchâtel, n°53 (1987) : 57-75. Repris in G. Kleiber Nominales, Essais de sémantique référentielle. Paris : Colin, 1994. 12-28.

Kleiber, Georges. Nominales. Essais de sémantique référentielle. Paris : Colin, 1994.

Kleiber, Georges. « Massif / comptable et partie / tout ». Verbum, XIX, 3 (1997) : 321-37.

Klein, Ernest. A Comprehensive Etymological Dictionary of the English Language. Amsterdam: Elsevier Publishing Company, [1966] 1977.

Larreya, Paul. “Towards a Typology of Modality in Language”. In R. Salkie, P. Busuttil, J. von der Auwera. Modality in English: Theory and Description. Berlin: Mouton de Gruyter, 2009. 9-30.

Larreya, Paul et Claude Rivière. Grammaire explicative de l'anglais. Paris : Longman France, 1991 (2e édition, Paris : Vrin, 1999 ; 3e édition, Paris : Pearson Education France, 2005).

Moore, George Edward. Principia Ethica. 2nd edition. Cambridge: Cambridge University Press, [1903] 1993.

Onions, Charles Talbut. The Oxford Dictionary of English Etymology. Oxford: Oxford University Press, 1966.

Patton, Thomas E. and Paul Ziff. “On Vendler’s Grammar of “Good””. The Philosophical Review, vol. 73, n°4 (1964): 528-37.

Pos, Hendrik-Josephus. « Phénoménologie et Linguistique ». Revue Internationale de Philosophie, I (1939) : 354-65.

Rieu, Colette. «Les adjectifs indicateurs d’intégrité ou d’altérité notionnelle». In Cl. Rivière et M.-L. Groussier (éds.). La notion. Paris : Ophrys, 1997. 167-174.

Robert, Paul. Petit Robert 1. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. Paris : Dictionnaires LE ROBERT, [1967] 1990.

Sartre, Jean-Paul. L’Etre et le néant. Essai d’ontologie phénoménologique. Paris : Gallimard, 1943.

Vendler, Zeno. “The Grammar of Goodness”. The Philosophical Review, vol. 72, n°4 (1963): 446-65. Revised version in Linguistics in Philosophy. Ithaca: Cornell University Press, 1967. 172-99.

Wierzbicka, Anna (a). « La quête des primitifs sémantiques : 1965-1992 ». Langue française, n° 98 (1993) : 9-23.

Wierzbicka, Anna (b). « Les universaux de la grammaire ». Langue française, n° 98 (1993): 107-20.

Wiggins, David. “What is the Order Among the Varieties of Goodness? A Question Posed by von Wright; and a Conjecture Made by Aristotle”. Philosophy, 84 (2009): 175-200 (téléchargé le 28/09/2011).

Top of page

Notes

1 Ces deux grands corpus en ligne seront cités (en section 3) sous leur forme abrégée, BNC et COCA. Précisons qu’il ne s’agit pas ici de proposer une étude complète et, éventuellement, quantitative de tous les cas d’adjectifs associés au meditative polemic should (pour une typologie, voir Arigne, 2010 : 81-87), mais de s’attacher à la sémantique lexicale d’adjectifs dont le caractère appréciatif qui les rapproche de good n’est pas toujours reconnu.

2 Les caractères gras sont de mon fait, ici comme dans la totalité des citations et des exemples. Il en va de même des parties soulignées dans les citations.

3 Vendler, dans « The Grammar of Goodness », s’intéresse aussi à l’ordre des adjectifs dans une perspective transformationnelle. On pourra lire également la critique de Patton et Ziff (1964) pour qui le recours à la grammaire générative que fait Vendler dans le traitement du problème considéré ne sert pas son propos.

4 La traduction anglaise sur laquelle travaille Vendler donne function pour ce qui est rendu par travail dans la traduction française : « for all things that have a function or activity, the good and the ‘well’ is thought to reside in the function » (Oxford Translation, citée par Vendler (1963 : 465 / 1967 : 195)).

5 Avec de tels GN indéfinis singuliers, l’idée générique de norme se construit à partir de la référence à une occurrence non spécifique, occurrence s’opposant ici à type (cf. Arigne, 2010 : 67-70, 77-79).

6 On retrouve les mêmes remarques chez Blanvillain (1993 : 102-106 et 299, 2000 : 243-245).

7 Dans l’ouvrage The Varieties of Goodness (1963).

8 Jonathan Dolhenty, décédé en 2009, administrait le site du Philosophy Resource Center, consulté plusieurs fois au cours de l’année 2008 (<radicalacademy.com>). Le site de The Radical Academy n’est plus en service en 2015, mais les écrits de Dolhenty sont en train d’être republiés par The Moral Liberal (<themoralliberal.com>).

9 Outre la justesse des analyses qu’elle propose, cette typologie ternaire présente deux avantages : d’une part elle permet de tirer parti des pistes de recherche proposées plus haut (1.1) et, de l’autre, elle réduit le nombre de variétés de goodness proposées à trois, tout en donnant de chacun des trois types de good une description suffisamment explicite pour qu’ils se trouvent être bien différenciés. Cette façon de faire évite l’éclatement des définitions que l’on rencontre souvent pour décrire les variétés de good. Comme le rappelle Wiggins (2009 : 176), on trouve par exemple chez von Wright les étiquettes de instrumental, technical, medical, beneficial, utilitarian, hedonic, etc. pour nommer diverses de ces variétés. On note que l’Oxford English Dictionary regroupe dans la dans la définition de good donnée dans sa section A, redoublée quasi verbatim par celle de sa sous-section 1, les notions de useful for some purpose, high ou satisfactory quality, useful for some purpose et worthy of approval, ce qui fait de good l’adjectif laudatif (adjective of commendation) le plus général. Sont ensuite mentionnés, dans plusieurs paragraphes différents, les cas de a good knife, a good wife, a good husband, a good doctor et bien d’autres (<oed.com>, consultation du 6 mars 2015). Je remercie Quentin Dabouis, grâce à qui j’ai pu avoir accès à cette entrée de l’OED en ligne.

10 On aura, au passage, noté dans l’extrait de Dolhenty l’utilisation de should et ought pour décrire l’état attendu, désiré, etc.

11 S’agissant des définitions de massif et discret utilisées ici, l’on rappellera brièvement qu’un nom massif est caractérisé par l’absence de bornes ou de limites données à l’entité à laquelle il renvoie, et c’est de cette absence que découle la propriété, souvent reconnue aux entités massives, de référence homogène. Le discret quant à lui impose des limites à l’entité à laquelle il renvoie (Arigne, 2005) et permet ainsi d’isoler une unité (Arigne 2006, contra Arigne 2005) dont la référence est vue comme hétérogène. Les parties d’une entité à référence homogène se trouvent ainsi être homéomères, c'est-à-dire de même genre, tandis que les parties d’une entité à référence hétérogène, qui ne sont pas de même genre, sont dites anhoméomères.

12 Ce tout intégré reçoit aussi le nom de tout unitaire, en référence à l’unité que constitue cette entité dotée de limites. Pour diverses analyses et observations concernant le tout intégré, cf. par exemple Aristote (b1 et b2), Cruse (1986), Kleiber (1987 / 1994 : 14, 1997 : 325), Arigne (2005 : 10).

13 Pour les propriétés morpho-syntaxiques de ces noms, voir, par exemple, mais également en bien d’autres endroits et chez bon nombre d’auteurs aussi, Arigne (2005 : 9).

14 Ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe aucun nom massif que l’on puisse qualifier de postiche, et le nom stuff mériterait sur ce point une étude approfondie.

15 Descartes, Le discours de la méthode, 1637. Plus près de nous et en anglais, on pourrait également citer What Is This Thing Called Love? titre d’une chanson écrite par Cole Porter en 1929.

16 Pour des considérations sur le caractère discret des termes métalinguistiques français ou anglais tels que entité, chose, tout, whole, voir Kleiber (1987 / 1994 : 18) et Arigne (2010 : 54).

17 Pour une étude de cette construction, voir Guimier (1995). On observe le même phénomène avec d’autres adjectifs appréciatifs ou, d’une certaine manière liée à la cardinalité, majorants ou « minorants » (delightful, extra, (an)other, mere…) ainsi que, bien entendu, d’autres adjectifs tels que full, marquant eux aussi une complétude ontologique.

18 Notons également l’interprétation de absolute, comme dans absolute certainty ou même absolute perfection. L’adjectif absolute est relié à absolūtus, participe passé de absoluō qui a connu une dérivation sémantique allant de « détacher, délier », que l’on peut associer à une idée de limite, à « achever » (Ernout et Meillet, 1932 : 634). Toutes ces réflexions sur le bien et le bon doivent être rapprochées d’autres études menées dans un cadre théorique culiolien, comme les travaux sur les adjectifs « marqueurs d’intégrité notionnelle » tels que utter, pure, mere, regular, complete… (Rieu, 1997) ainsi que les analyses de Culioli sur bien (Culioli, 1978 et 1988).

19 La fonction attribut n’est pas exclue, mais demanderait une étude plus approfondie.

20 Voir 1.1.2 sur la « norme subjective » et note 5. Pour d’autres remarques concernant le rapport entre la norme et la réalité, voir Arigne (2010 : 65-67).

21 L’adjectif good2 peut être vu comme un hyperonyme d’autres adjectifs et prédicats moraux, tels que generous, kind, etc. Ceci renvoie à l’opposition connue en philosophie morale entre thick concepts (les plus descriptifs, tels que generous ou kind) et thin concepts tels que good2 ou right (Kirchin, 2013).

22 Une telle suite n’a été trouvée dans aucun des corpus consultés. Je n’ai pas davantage trouvé d’occurrence de séquence du type *a good1 (= real) good2 (= kind, generous etc) man. Il semble que dans toutes les suites attestées de type ( ) good good deed, le premier good ne soit qu’une duplication du second, à valeur intensive. En même temps, il faut souligner ici la difficulté qu’il y aurait, même avec l’aide d’un contexte orientant l’analyse en ce sens, à interpréter de façon explicite le premier good comme un good1 qui sanctionnerait une complétude ontologique, sans que ce sens soit teinté du sens de l’ontologie même qu’il sanctionne, à savoir celle de a good2 deed et du moral good2.

23 Ces analyses ne sauraient épuiser l’analyse de ces adjectifs. Pour plus de détails sur good et sur l’ordre des adjectifs en général, voir par exemple Dixon (1977 : 38), Cotte (1999 : 44), Goes (1999 : 46). Pour des remarques sur le caractère primitif du sémantisme de certains adjectifs dont good, on pourra consulter, entre autres, Wierzbicka (1993a et b) et Goes (1999, 2004).

24 Cette idée de unite et de constitution d’une unité rattache bien entendu l’idée de bon à celle d’un tout unitaire ou tout intégré (voir ci-dessus note 12).

25 Cette dualité d’interprétation est notée par Huddleston et Pullum (2002 : 1001) : « there may be variation with certain items (such as appropriate and proper) as to whether they belong here [i.e. with attitudinal should] or with the mandatives ».

26 Pour plus de détails voir Arigne (1984, 1989).

27 On trouve des remarques sur essential dans Arigne (1984 : 256) ainsi que, pour vital et essential, dans Arigne, (1989 : 205). Ces remarques concernent le lien avec le nécessaire analysé comme « impossible que ne pas » et, en tant que tel, doublement négatif.

28 Le lecteur aura noté que les deux citations proviennent chacune d’une traduction différente.

29 Comme j’y ai fait allusion plus haut dans l’introduction, ces emplois associant good et le meditative-polemic should ne sont pas toujours reconnus comme bien formés. Ainsi, l’exemple It’s a good thing he should have some rest proposé par Larreya (2009) s’est vu qualifier d’agrammatical (the sentence […] is agrammatical) par Peter Collins (<journals.cambridge.org>, 2010).

30 On notera également l’idée d’adéquation associée par l’étymologie au verbe suffice (3.1). A partir d’un sens premier donné comme « se placer sous, supporter », le verbe sufficio en arrive à signifier « être de taille à, suffire » (Ernout & Meillet,  1932 : 663).

31 L’on remarque que, après avoir relié l’adjectif good à une base signifiant unite, Onions donne comme sens premier de good ‘fitting, suitable’ (Onions, 1966 : 405).

32 Pour plus de détails sur le domaine de référence de la norme et celui de la réalité et du certain, voir Arigne (2010 : 64-67), et note 5 pour la question de la norme et du générique.

33 Pour d’autres types d’analyses du bon et de la valeur, en particulier dans d’autres environnements syntaxiques, voir Jackendoff (2007), en particulier le chapitre 6. Je remercie Vincent Hugou qui a attiré mon attention sur cet ouvrage.

34 On notera ici que l’adjectif digne issu du latin dignus est relié à decet (il convient) et, de ce fait, à une idée de nécessité (Ernout et Meillet, 1932 : 166). Sur la relation de venir, présent dans convenir, avec la nécessité, on pourra se reporter aux travaux de Philippe Bourdin, comme par exemple « Des filières de grammaticalisation méconnues : ‘aller’ et ‘venir’ marqueurs de nécessité » (conférence donnée à l’Université Paris 13 le 9 avril 2013).

Top of page

References

Electronic reference

Viviane Arigne, « La modalité appréciative : vers une sémantique de good », Anglophonia [Online], 19 | 2015, Online since 15 July 2015, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/509 ; DOI : 10.4000/anglophonia.509

Top of page

About the author

Viviane Arigne

Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité
Pléiade (EA 7338)
viviane.arigne@univ-paris13.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org