Skip to navigation – Site map

Effets de sens dérivés de la qualification adjectivale

Christopher Desurmont

Abstracts

This paper bears upon three classes of adjectives: qualifying (speaker oriented), descriptive (intersective/non intersective), and (role-based) participles. The aim here is to show that a full interpretation of adjectival qualification needs to take into account semantic components over and above the “surface meaning” (or denotation): the positional properties of the attributive adjective; representation in terms of sets and subsets; interpretation of the qualifying adjective (here: the adjective nice) filtered through a positional property and the relevant components of its environment; interpretation of participle adjectives (slanting rain, enclosed garden) in terms of argument structure and semantic roles.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Il est généralement admis que les noms impliquent un nombre pluriel de propriétés qui ensemble perm (...)

1L’adjectif requiert un support d’incidence pour avoir une signification en discours ; cependant, dans certaines langues, il peut être nominalisé et acquiert ainsi une autonomie référentielle (en français : le beau, le rouge, les gentils). L’adjectif qualificatif a pour vocation de dénoter une qualité inhérente de l’objet, et en principe une seule1, et l’opération de qualification a pour effet de limiter l’extension du syntagme nominal ; ainsi, le SN [good food] a une extension plus faible que SN [food] à lui seul. L’adjectif peut avoir une fonction classifiante (a southern view), descriptive (a red car), appréciative (a nice girl).

  • 2 Les exemples non fabriqués sont empruntés à la littérature, à la publicité, et au British National (...)

2Le présent article2 porte sur l’adjectif épithète prénominal à fonction qualificative et il examine le couple <adjectif-nom> (AN) au-delà ou en deça de sa dénotation, en passant en revue les « effets de sens » dérivés de l’opération de qualification. L’un d’entre eux, à base syntaxique, concerne tous les adjectifs qualificatifs préposés : effet de préconstruction induit par une propriété positionnelle : visible stars vs stars visible (cf. Bolinger 1967). Corrélativement, le couple AN semble désigner un sous-ensemble, entrant dans une ou plusieurs relations d’opposition avec d’autres sous-ensembles. Les autres effets de sens signalés dans le « résumé » ci-dessus dépendent du type d’adjectif.

  • 3 Nous désignerons la possibilité d’assumer la fonction « attribut du sujet » par le trait [+ prédica (...)

3La partie 1 (sur laquelle repose la suite) montre quelques problèmes de classification en se basant sur les paramètres suivants : intersectivité, scalarité, classifiance, prédicativité 3. La partie 2 examine l’adjectif descriptif-intersectif RED dans [a red car]. La partie 3 examine des adjectifs participes (slanting rain ; an enclosed garden) en explorant les implications en amont et en aval de l’interprétation littérale (ou de la dénotation). La partie 4 examine l’adjectif appréciatif NICE, en faisant valoir qu’il peut avoir une fonction pragmatique (discriminante) : 1) si l’adjectif reçoit un contenu précis par le co-texte ; et/ou 2) si une autre composante de la phrase (par ex. le GV) implique et convoque un domaine notionnel familier susceptible de limiter l’extensité de l’adjectif. Les conditions d’emploi de NICE conformes à l’usage font ensuite l’objet d’un début d’investigation à travers un mini corpus extrait du BNC.

1.Trois classes d’adjectifs

4Je prends comme point de départ, et comme base de référence pour la suite, la classification tripartite de Dirven (1999) : qualifying, descriptive, role-based adjectives  (A, B, C) :

  1. QUALIFYING : nice, beautiful, (un)pleasant etc.

  2. DESCRIPTIVE : size, age, weight, shape, colour etc.

  3. ROLE-BASED : participle + provenance + relational.

5Dirven part d’une classification en 5 types, qualifying, descriptive, participle, provenance, relational, et montre ensuite que les trois derniers − qui ont les traits [- scalarité], [- prédicativité], [+ classifiant], − impliquent certains rôles sémantiques. Ainsi par exemple, a painted wall serait une structure nominale impliquant la vérité de la proposition someone painted the wall qui décrit un événement ayant pour but et conséquence l’existence de l’objet dénoté par le couple AN (painted wall). Dans la proposition « sous-jacente » à référence événementielle, le nom wall est l’objet direct du verbe paint, argument au rôle de patient.

  • 4 Voir par exemple : Alexiadou & al. (en ligne).
  • 5 Voir par exemple : V. Raskin et S. Nirenburg (en ligne).

6L’approche argumentale des adjectifs a fait l’objet de diverses théorisations/formalisations4, mais à l’inverse, elle est délibérément occultée dans certaines autres approches de l’adjectif 5.

Tableau 1: deux paramètres

A

B1

B2

C

Scalarité

+

+

-

- (?)

Prédicativité

+

+

+

- (?)

A appréciatif (subjectif ; speaker-oriented)

B1 descriptif non intersectif (adjectifs scalaires)

B2 descriptif intersectif (couleur, forme, matière)

C classifiant + role-based (participe, provenance, relationnel)

7La distinction B1/B2 est basée sur le critère de la /scalarité/ qui lui-même est corrélé à celui de l’/intersectivité/ (+/-) dont nous ne dirons ici que quelques mots. Un adjectif (A) sera dit « intersectif » s’il passe le test suivant : si « ce N1 est un AN2 » implique : 1) ce N1 est un N2, et 2) ce N1 est A :

(1) this thing (N1) is a red car (AN2)

(2) this thing is a car

(3) this thing is red

L’implication ici est que le référent du SN appartient à deux classes d’objets (préconstruites) : celle des voitures (classe 1) et celle des objets rouges (classe 2). Une modification de la couleur de l’objet a pour conséquence d’annuler son appartenance uniquement à la classe 2. Sont intersectifs : les adjectifs indiquant la couleur, la forme, la matière.

8Les adjectifs scalaires indiquant l’âge, le poids et la dimension sont non intersectifs :

(4) this (thing) is a small garden

(5) this thing is a garden

(6) # this thing is small

Un jardin est qualifié de « petit » s’il est « petit POUR un jardin » ; autrement dit, la notion de /petitesse/ reçoit une signification en contexte selon le domaine d’application. Le jugement de mesure se fait par rapport à une échelle scalaire qui dépend du domaine notionnel, et dont la valeur de référence est donnée par une occurrence-type.

9Les adjectifs de la classe B ont le trait [+ prédicativité], mais il en va de même pour les adjectifs appréciatifs (classe A). L’unité de la classe B doit donc être justifiée par d’autres critères. La classe B se divise en deux selon les critères de l’intersectivité et de la scalarité : a very long novel vs. *a very square table. La distinction entre B1 et B2 se justifie également par un critère syntaxique ; dans les séquences adjectivales ininterrompues devant le nom, les non intersectifs (young, old, small, big, short, long, etc) précèdent les intersectifs : an old square table vs. *a square old table. La propriété intersective est inhérente (= dénote une qualité de l’objet), et généralement stable dans le temps. Ces trois caractéristiques − intersectivité, inhérence, stabilité − expliquent sans doute la plus grande proximité au nom des adjectifs intersectifs par rapport aux adjectifs non intersectifs.

10Les traits des adjectifs B2 (notamment leur intersectivité) expliqueraient par ailleurs la possibilité d’un emploi métaphorique en désignant alors « un type de N » : a square deal, a circular argument. Par métaphorisation, l’adjectif B2 acquiert deux traits caractéristiques de la classe C : [- prédicativité], [+ classifiance].

11Wierzbicka (1986) souligne une différence entre les lexèmes dénotant une couleur et ceux dénotant une forme, alors que les adjectifs de forme et de couleur appartiennent tous deux à la classe B2 (descriptif-intersectif) :

For example, in English one can say :
I can see a square/circle/triangle
Even though one can’t say:
*
I can see a red/blue/big/small/wide/long. (366)

et plus loin :

I think the reason why shapes are more “nouny” than either sizes or colours is that shapes DELIMIT certain portions of reality and make them into countable entities, whereas neither sizes nor colours do that. (367)

12S’agissant des adjectifs participes (classe C), a broken vase par exemple décrit un objet résultant dont la cause est un événement pouvant être décrit sous la forme d’une proposition : someone broke the vase. Dans l’expression nominale (broken vase) la relation entre l’adjectif participe et le nom rappelle la relation syntagmatique entre le verbe et l’objet direct (argument interne au rôle de patient) de sorte que la structure AN reproduit de façon iconique la structure du syntagme verbal.

13Selon Dirven, ce que nous appelons ici la classe C comprend les adjectifs participes, de provenance, et relationnels, et ils sont généralement non prédicatifs (i.e., attributive only). Cependant, s’il est vrai que l’on ne peut pas dire *These elections ARE presidential où l’adjectif est relationnel, en revanche, on peut dire This vase IS broken, où l’adjectif est un participe. Ceci montre que la contrainte prénominale (attributive only) ne s’applique pas à tous les types d’adjectifs de la classe C ; d’où la possibilité de scinder cette classe en 2 : C1 (attributive only), C2 (freely attributive) :

Tableau 2 : prédicativité

A (nice)

B1 (small)

B2 (white)

C1 (southern)

C2 (broken)

+

+

+

+

(7) this car IS nice A

(8) their flat IS small B1

(9) the house IS white B2

(10) *this view IS southern C1

(11) this vase IS broken C2

14En dépit de la distinction C1/C2 basée sur le trait [+/- prédicativité], l’unité de la classe C se défend : 1) par référence aux concepts de structure argumentale et de rôles sémantiques), 2) en faisant valoir que l’adjectif participe partage plusieurs traits avec les adjectifs de provenance et les relationnels : [- scalarité], [+ classifiance].

15Rappelons ici que le trait [+/- scalarité] à lui seul ne permet de départager ni les classes A et B1 ayant toutes deux le trait positif [+ scalarité], ni les classes B2 et C ayant toutes deux le trait négatif [- scalarité] :

(12) a very nice car A

(13) a very big house B1

(14) ??a very red car B2

(15) ??very white wine B2

(16) *a very square table B2

(17) ?a very French car C

(18) *a very southern view C

(19) *a very borrowed car C

16Les adjectifs relationnels (classe C) peuvent être utilisés dans un sens dérivé s’il sont modalisés par des adverbes scalaires comme VERY ou TERRIBLY (modificateurs scalaires de type booster) ; mais dans ce cas ils acquièrent une valeur comparative : a very presidential attitude IS an attitude that resembles that of a President. Dans ce type d’emploi (dérivé et comparatif), l’adjectif dénominal acquiert deux traits positifs caractéristiques des classes A et B1 : [+ prédicativité] et [+ gradabilité] ; ce qui impliquerait un changement de statut.

(20) a broken vase participe

(21) *a very broken vase

(22) the vase IS broken

(23) a Chinese vase provenance

(24) * a very Chinese vase

(25) the vase IS Chinese

(26) presidential election relationnel

(27) *a very presidential election

(28) *this election IS presidential

(29) a presidential attitude

(30) a very presidential attitude

(31) this attitude IS (very) presidential

17De même, rappelons que les adjectifs B2 en emploi métaphorique acquièrent les traits caractéristiques de la classe C.

18Nous allons à présent regrouper les arguments en faveur de la distinction B1/B2, avant de faire la liste des arguments en faveur de l’unité de la classe B, terminant ainsi cette première partie.

19Arguments en faveur de la distinction entre B1 et B2 :

  1. B1 et B2 se distinguent par les paramètres de l’intersectivité et de la scalarité.

  2. L’homogénéité de la classe B est également compromise par l’emploi métaphorique des adjectifs, puisque celui-ci est généralement réservé aux adjectifs intersectifs (B2), comme dans les expressions the Black market, et a square deal.

  3. On ne peut coordonner des adjectifs A, B ou C entre eux, mais on ne peut pas non plus coordonner un B1 et un B2 (*a small and yellow car).

20Arguments en faveur de l’unité de la classe B :

On sait que les B1 sont scalaires et non intersectifs et les B2 non scalaires et intersectifs, et que l’on ne peut coordonner un B1 et un B2. Pour autant, on dispose de plusieurs arguments (sémantiques ou syntaxiques) en faveur du regroupement des B1 et des B2 dans une seule et même classe B :

  1. Les adjectifs descriptifs (B1 + B2) ont tous le trait [+ prédicativité].

    • 6 Cependant, lorsqu’un adjectif B1 (descriptif non intersectif) porte sur un nom déverbal, un procès (...)

    Les adjectifs de la classe B se distinguent des adjectifs de la classe C, car ils n’impliquent pas de rôles sémantiques6 ; et se distinguent des adjectifs de la classe A en dénotant des propriétés inhérentes vérifiables, car « objectives ».

  2. Contrairement aux adjectifs de la classe C, généralement, dans leur rapport au nom cible de l’incidence, ni les B1 ni les B2 ne participent à la dénotation d’un « type de N » au sens strict du terme, sauf en emploi métaphorique, et autres « exceptions ». La question de la définition de la /classifiance/ est délicate, mais observons que a long novel ne dénote pas un type de roman (à comparer cependant avec a short story), et a square table ne dénote pas une sorte de table (à comparer cependant avec a square attitude).

  3. Dans une séquence ininterrompue d’adjectifs prénominaux de la classe B (an unbroken sequence), l’adjectif non intersectif (B1) précède obligatoirement l’adjectif intersectif (B2), mais aucun adjectif de type A ou C ne peut être intercalé entre B1 et B2 :

(32) a small blue suitcase Det + [B1 + B2] + N

(33) *a blue small suitcase *[B2 + B1]

(34) a nice little blue suitcase [A + B1 + B2]

(35) *a little nice blue suitcase *[B1 + A + B2]

(36) a nice little blue English suitcase [A + B1 + B2 + C]

(37) *a nice little English blue suitcase *[A + B1 + C + B2]

(38) Black market

(39) *a very Black market

(40) *this market is Black

2. L’adjectif descriptif-intersectif

(41) a red car

21La qualification par un adjectif B2 (descriptif-intersectif) traduit la capacité du sujet à isoler une propriété inhérente de l’objet, propriété non définitoire (la couleur n’entre pas dans le signifié de la notion /voiture/), et parfois aliénable (on peut peindre la voiture rouge d’une autre couleur). L’adjectif descriptif de type B2 (couleur, forme, matière) est « inhérent » (ascriptive) en ce sens qu’il dénote une qualité (généralement immédiatement perceptible) de l’objet décrit.

22Il existe cependant un emploi particulier de l’adjectif qualificatif, « l’épithète de nature » comme dans les vertes prairies, où l’adjectif (de type B2) ne dénote aucune propriété qui ne soit déjà comprise dans la représentation de l’objet dénoté par le nom à lui seul, mais sans pour autant entrer dans le signifié du nom. La couleur verte n’appartient pas au signifié de la notion nominale /prairie/, mais elle fait partie de l’image que l’on se fait de cet objet.

23Un autre exemple d’épithète de nature serait l’adjectif de couleur BLUE dans l’expression nominale [a (lovely) (great) blue summer sky], où la séquence adjectivale est ordonnée comme ceci : classe A (lovely) + B1 (great) + B2 (blue) [summer sky]. L’adjectif de couleur dans ?a blue summer sky semble redondant, car un ciel d’été est par définition de couleur bleue (même si en été le ciel n’est pas toujours bleu). Cependant, il suffit d’ajouter en début de séquence un adjectif appréciatif (classe A) : a lovely blue summer sky. La présence de l’adjectif appréciatif justifie et avalise celle de l’adjectif de couleur, de sorte que le résultat semble cette fois tout à fait naturel.

24Les adjectifs de la classe B2 représentent à peu près le même concept quel que soit le support nominal, car ils sont intersectifs. Quand bien même toutes les voitures du monde seraient rouges, le SN [a red car] a pour « effet de sens » de représenter son référent comme appartenant à un sous-ensemble. Dans les termes de Truswell (2004), comparant l’adjectif intersectif avec l’adjectif modal comme possible :

(…) while non-modal adjectives modifying a noun always return a subset of the denotation of that noun, this is not the case with modal adjectives, (…).

25Le SN [a red car] admet (au moins) deux niveaux de lecture :

  1. une lecture par laquelle l’adjectif de couleur est interprété comme descriptif et intersectif ;

  2. une lecture qui repose essentiellement sur une propriété positionnelle. Pour illustrer ceci, prenons l’exemple suivant :

(42) Il y a une voiture rouge sur le parking.

  1. Cet énoncé signifie que la voiture sur le parking est rouge (= dénotation du SN), et qu’elle appartient donc à la classe des objets rouges.

  2. Le SN [une voiture rouge] « laisse entendre » que la classe des voitures rouges existe indépendamment de l’acte d’énonciation (et de qualification) en cours ; autrement dit, que cette classe est préconstruite.

  3. Ce même SN laisse entendre que toutes les voitures ne sont pas rouges, car dans le cas contraire, l’énonciateur se contenterait de dire Il y a une voiture sur le parking. Autrement dit, si l’on prend comme unique propriété distinctive le critère de la /couleur/, le SN semble indiquer l’existence de plus d’un ensemble.

26L’expression [voiture rouge] dénote ainsi un sous-ensemble, mais qui entre dans un triple rapport contrastif, me semble-t-il :

  • sous-ensemble opposé (de façon binaire) à la classe des voitures n’ayant pas de couleur (même si cette classe ne correspond à aucune réalité objective) ;

  • opposé (de façon binaire) à la classe des voitures ayant une couleur autre que rouge ;

  • opposé (de façon multiple) à la classe des voitures bleues, jaunes, grises, noires etc.

27Finalement, l’adjectif de type B2 semble pouvoir remplir simultanément plusieurs fonctions de natures différentes :

  1. descriptive : il décrit un aspect de l’objet en nommant une propriété inhérente (mais non définitoire);

  2. présupposante : il induit l’image d’un sous-ensemble préconstruit, qui lui-même entre dans plusieurs relations contrastives avec d’autres sous-ensembles;

  3. pragmatique : en situation, il peut contribuer à la localisation de l’objet.

  • 7 Cf. Matushansky (2005) pour une démonstration contre toute approche dérivationnelle de la relation (...)

À cela s’ajoute le fait que l’adjectif prénominal dans le SN [a red car] peut être converti en relative déterminative (a car that is red), ce qui manifeste sa fonction prédicative, sans pour autant que ceci n’implique un quelconque mécanisme dérivationnel7.

3. L’adjectif participe

(43) I remember standing at an end window of our Quonset hut for a very long time, looking out at the slanting, dreary rain, my trigger finger itching imperceptibly, if at all. (J.D. Salinger, “For Esmé − with love and squalor”, Penguin Books, 1986, p. 98.)

28Comment expliquer l’ordre séquentiel (inattendu) ainsi que la présence d’une virgule entre les deux adjectifs ? DREARY est un adjectif appréciatif, donc appartenant à la classe A. SLANTING est un adjectif participe, donc appartenant à la classe C. La structure choisie par l’auteur est une juxtaposition de deux adjectifs séparés par une virgule, laquelle signale une incidence disjointe, si bien que slanting porte uniquement sur la tête nominale rain, et non sur un couple <adjectif-nom> préformé (dreary rain). Les deux autres structures concurrentes ne semblent pas appropriées ici : la structure [Det [A1 [A2N]]], et la coordination des deux adjectifs avec AND. Cependant, on ne peut considérer la structure avec virgule [Det + A1 + (,) + A2 + N] comme une option « par défaut ».

29La virgule peut s’expliquer de plusieurs façons : 1) Si une relation sémantique entre les deux adjectifs se dégage d’une lecture dans le sens inverse du discours, une lecture interprétative à rebours (A2 → A1) : a dreary, uneventful day. Ceci serait également illustré par l’exemple (55) nice, neutral subjects, selon l’interprétation qui sera proposée, mais ce n’est pas le cas en (43) ; 2) Si dans le passage d’un adjectif à l’autre (A1 → A2), on veut créer un effet de surenchère (si les notions s’y prêtent). Or ce semble être le cas ici avec the slanting, dreary rain : la pluie est d’abord qualifiée de slanting, ce qui laisse entrevoir l’image d’une pluie battante, et ensuite, par surenchère, elle est qualifiée de façon plus personnelle par l’adjectif appréciatif dreary. On observe alors que la juxtaposition avec virgule (incidence disjointe) permet ici de placer l’adjectif participe (classe C) avant l’adjectif appréciatif (classe A).

30Le vent n’est pas mentionné, mais sa présence est rendue perceptible à travers une relation causale inscrite en creux dans le sens même du couple AN [slanting rain]. Dans l’analyse d’un tableau où ce sont les nuages qui suggèrent le vent, Letalleur-Sommer (2009, 142) rappelle que le vent ne peut être directement représenté, et poursuit ainsi :

Là encore l’investissement herméneutique de l’observateur s’avère crucial. (…) le nuage renvoyant métonymiquement (rapport de causalité) à cet invisible qui le fait se mouvoir, le vent.

31Examinons à présent un passage comprenant deux adjectifs participes de type V-en :

(44) well equipped modern luxury bungalow; simple cottage in quiet village location with enclosed garden (Advert in the ‘Self Catering Accommodation’ section of ‘The New Forest, Where To Stay’, New Forest District Council, 2007.)

L’expression well equipped bungalow laisse entrevoir la proposition « someone equipped the bungalow well » (proposition qui dénote un événement) dans laquelle le sujet (someone) a le rôle d’agent, et l’objet (the bungalow) a le role de patient. L’adjectif participe appartient donc bien à la classe des « role-based adjectives » (ici, classe C). La même démonstration avec la même structure argumentale s’applique au SN [an enclosed garden] qui implique la vérité de la proposition : someone enclosed the garden.

32Le SN an enclosed garden dénote un jardin entouré d’un mur. Le procès «  construction du mur » n’est pas mentionné, mais il est perceptible en filigrane dans l’expression enclosed garden qui dénote un objet résultant.

33Un jardin entouré d’un mur est un jardin caché, et par extension métonymique, un jardin où l’on peut se mettre à l’abri des regards :

(45) There is a pleasant enclosed garden to the rear offering considerable privacy, and a garage situated close by. (G2A 12 ; BNC)

L’interprétation se fait ainsi à la fois en amont du sens propre de l’expression nominale et probablement aussi en aval. La première de ces deux composantes interprétatives implique une relation de causalité nécessaire (entre la construction du mur et l’objet résultant), perceptible en arrière plan de la même façon pour tous, alors que la seconde est tributaire de plusieurs conditions extra-linguistiques aléatoires : location du bungalow → occupation réelle des lieux → séjour(s) dans le jardin entouré d’un mur → donc à l’abri des regards, etc.

34Il existe un point commun entre ces deux exemples (well equipped bungalow ; enclosed garden). Les procès impliqués, et localisés en amont, ont un caractère télique : on équipe un bungalow pour le rendre habitable et confortable, et on entoure un jardin d’un mur pour mettre les gens à l’abri des regards. Il s’en suit que le prolongement possible de l’interprétation en aval est d’une certaine façon déjà « programmé » par la télicité des procès sous-jacents.

4. L’adjectif appréciatif

35Cette quatrième et dernière partie porte sur l’adjectif NICE et a pour but de mettre en évidence la possible et paradoxale fonction pragmatique discriminante de l’adjectif appréciatif (classe A), et ensuite d’essayer d’imaginer, à partir d’un mini corpus tiré du BNC, les conditions minimales devant être satisfaites pour que l’emploi de cet adjectif soit conforme à l’usage.

36Un adjectif appréciatif comme NICE décrit l’objet, mais au moyen d’un jugement de valeur qui ne correspond à aucune qualité spécifique :

(46) She’s a (very) nice girl.

(47) That’s a (very) beautiful place.

  • 8 Voir par exemple : I. Thomas (en ligne), qui propose une « catégorisation générale des adjectifs qu (...)

37Les adjectifs de la classe A sont donc parfois étiquetés « non-spécifiques »8, ce qui laisserait entendre qu’ils ne peuvent assumer une fonction pragmatique discriminante. En réalité, les choses sont plus compliquées, me semble-t-il.

38Pour qu’un adjectif puisse être discriminant, il faut que le couple AN (ou le SN) puisse être interprété à peu près de la même manière par tous. Tel est le cas pour le SN [a square table] où l’adjectif est descriptif-intersectif (B2), ou encore, pour le SN [a southern view] où l’adjectif est dénominal et classifiant (classe C); mais il en va autrement pour [a nice person] ou [a beautiful place]. Ainsi, si un locuteur dit :

(48) ??Talk only to the nice persons in this room.

il est probable que l’interlocuteur/interlocutrice demeure perplexe et que l’injonction soit inopérante. Cependant, un locuteur peut dire ceci :

(49) A nice person wouldn’t do that.

(50) We only go on holiday in beautiful places.

  • 9 Le concept de propriété positionnelle tel qu’il s’applique aux adjectifs épithètes a plusieurs impl (...)

39Si toutes les maximes de Grice semblent cette fois respectées, c’est que ces énoncés auraient une signification à peu près univoque, à peu près la même pour tous. En réalité, il me semble que la pertinence des deux derniers énoncés est due à la nécessaire conjonction de deux types de données, le premier faisant défaut en (48) : 1) l’apport d’un co-texte qui implique et convoque un domaine notionnel familier ; 2) l’apport de la « prénominalité » comme propriété positionnelle à effet de préconstruction9. Reprenons ces deux points :

  1. Le contenu du GV « wouldn’t do that » convoque l’image d’un domaine notionnel (la philosophie morale), et ce GV porte sur le SN-SUJET [a nice person] ; si bien qu’implicitement, l’énonciateur laisse entendre que ce type de personne entre dans la classe des gens qui dans l’ensemble se conforme à cette morale commune. Par contextualisation, NICE cesse d’être « non-spécifique ».

  2. Le SN [a nice person] laisse entendre qu’il existe une catégorie (ou un ensemble) de personnes ayant la qualité de /gentillesse/, mais aussi, et corrélativement, qu’il existe une autre catégorie de personnes n’ayant pas cette qualité, ou, à tout le moins, ne l’ayant « pas vraiment ». Ainsi, le couple AN semble dénoter un type d’objet préconstruit dont l’extension forme un sous-ensemble entrant ici dans un rapport antinomique avec un autre sous-ensemble.

40Quand bien même il n’existerait dans l’esprit du récepteur aucune personne gentille, et aucun bel endroit, les SN [a nice person] et [a beautiful place] présentent ces objets référentiels comme s’ils existaient vraiment. Le récepteur est ainsi exposé et soumis à l’effet de préconstruction qui caractérise la « prénominalité » et s’empresse d’avaliser la représentation, ne serait-ce que pour ne pas être pris en défaut d’ignorance à ses propres yeux. Évidemment, une résistance risque davantage de se manifester face à des expressions nominales telles que [a nice bully], ou [beautiful slums] ; mais les oxymores associant un adjectif et un nom ont également pour effet immédiat de suggérer l’existence réelle des classes de personnes, de lieux ou d’objets ainsi désignées.

41Voici à présent d’autres exemples de l’emploi épithétique de NICE, empruntés au BNC, et présentés ici afin de commencer à cerner les conditions d’emploi conformes à l’usage :

(51) Why is a line of washing a ‘nice’ sight ? (EBR 888)

Cette question présuppose ceci : a line of washing is a nice sight.

42Les dictionnaires définissent l’adjectif NICE en fonction des types d’objets dénotés par le nom ainsi qualifié, et en proposant des synonymes et des exemples : a nice day/ weather/ trip/ person etc.

(52) But if it's quite nice weather, it would be nice to invite somebody along I expect. (KBW 4077)

43À travers le choix des synonymes, les dictionnaires laissent entendre que NICE signifie que l’objet possède une ou plusieurs composantes jugées « positives », car produisant un effet positif. On se demande alors ce que signifie au juste « a nice sight » ? Intuitivement, la réponse serait à peu près celle-ci : a nice sight is a sight that one likes to see. Cette définition circulaire montre que NICE ne qualifie l’objet qu’à travers l’effet qu’il produit sur l’observateur sans dénoter une propriété singulière. L’adjectif exprime le sentiment que l’énonciateur éprouve lors de la perception de l’objet référentiel, et revêt un caractère synthétique, car le jugement implique la considération antérieure de l’ensemble de ses propriétés inhérentes. Exprimant un jugement sur l’objet pris dans son ensemble (avec toutes ses propriétés), il ne dénote aucune propriété particulière. Avec ce caractère non sélectif, globalisant, et synthétique, il dit quelque chose sur l’objet, mais hors explicitation. Étant donné son caractère non spécifique et synthétique, NICE reçoit sa signification en discours soit de la situation dans laquelle se trouve l’énonciateur (That’s nice of you), soit du co-texte, souligné dans l’exemple suivant :

(53) Underneath his impudent and occasionally violent behaviour lay a fundamentally nice, simple, easy-going, exceptionally warm-hearted character, in whom Minton took much pleasure. (P9U 970)

44Le plus souvent, quand NICE est éclairé par le co-texte, cet adjectif est connoté positivement. Voici un autre exemple : 

(54) Nice place to meet and have a glass of wine — from a very fine selection. (ECS 221)

Dans la mesure où les gens dans l’ensemble aiment se rencontrer autour d’un verre, tout endroit où cela est possible risque d’être jugé positivement.

45Les choses se compliquent avec l’exemple suivant :

(55) Images from the mid-1970s — large prints of swimming pools, vases of flowers and interiors (all nice, neutral subjects) were till recently anchored at around £15,000. (A39 99)

Il n’est pas évident que le spectacle de « neutral subjects » puisse procurer une émotion franchement positive. Ce que nous comprenons ici, c’est que ces neutral subjects sont inoffensifs et ne dérangent personne. Un tel exemple semble signifier que NICE peut être employé à la condition minimale que l’objet de la perception (ou l’événement) soit « neutre », si bien que ces neutral subjects ne seraient que marginalement « nice » si nous considérons, à la suite des dictionnaires, que l’occurrence-type de a nice object − image abstraite infraliminale − est associée à une impression positive.

46Nous étions partis du dictionnaire qui laisse entendre que tout ce qui est /nice/ est agréable (d’une manière ou d’une autre, à des degrés variables). Or on s’aperçoit que cette clause est peut-être trop forte, et que la condition d’emploi minimale de l’adjectif nice se trouverait plutôt dans une zone de neutralité entre le positif et le négatif. S’il en est ainsi, nous nous trouvons face à un paradoxe : l’image prototypique de la notion serait positive ; néanmoins, l’emploi de nice est également attesté dans des contextes où il est question de « neutralité » ; peut-être parce que tout objet ou événement ne comportant aucune connotation négative est de ce fait perçu comme positif.

Conclusion

47Cet article repose sur une première partie typologique basée sur la classification de Dirven (1999) − qualifying, descriptive, role-based adjectives −, et organisée autour des critères suivants : intersectivité, scalarité, classifiance, prédicativité (attribut du sujet). Le but principal de l’article était de mettre en évidence les effets de sens « dérivés » des opérations de qualification adjectivale.

48Le postulat central de l’article est que ces effets de sens (résumés ci-dessous) se distinguent de la dénotation directe du couple <adjectif-nom> (ou AN) et entrent dans la pleine interprétation de l’adjectif, créant un effet palimpseste dès lors que leur perception serait décalée dans le temps interprétatif.

49L’un de ces effets de sens qui relève d’une « propriété positionnelle » (ici désignée sous le terme de « prénominalité ») affecte toutes les classes d’adjectifs examinés : l’effet de préconstruction bien connu par lequel le couple AN semble dénoter une classe d’objets préconstruite. Un effet contrastif corrélé à cette propriété positionnelle est alors perceptible, par lequel cette classe est interprétée comme un sous-ensemble se démarquant soit d’un autre sous-ensemble (relation binaire), soit de plusieurs autres sous-ensembles (relation multiple).

50S’agissant des adjectifs participes (regroupés par Dirven dans la classe des role-based adjectives avec les adjectifs de provenance et les relationnels), à la lecture du couple AN une image apparaît en filigrane de procès antérieurs dont l’expression propositionnelle révèle une structure argumentale avec un ou plusieurs rôles sémantiques.

51La dernière partie est consacrée à l’adjectif nice en s’interrogeant sur une possible (et paradoxale) fonction pragmatique ou discriminante de cet adjectif appréciatif, et sur ses conditions d’usage telles qu’elles apparaissent à travers des exemples du British National Corpus. Il est montré ici que l’interprétation de ce type d’adjectif ou du couple AN repose sur un double socle : 1) une référence implicite à une occurrence-type, et 2) le co-texte (un autre constituant de la phrase, ou les autres adjectifs du SN) ; l’association de ces deux composantes venant soit conforter, soit infléchir la représentation prototypique.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Alexiadou, Artemis, Berit Gehrke and Florian Schäfer. The Argument Structure of Adjectival Participles Revisited.
http://parles.upf.edu/llocs/bgehrke/home/The%20argument%20structure%20of%20adjectival%20participles%20final%2015.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Bolinger, Dwight. “Adjectives in English: Attribution and Predication”. Lingua 18. 1967. 1-34.
DOI : 10.1016/0024-3841(67)90018-6

Dirven, René. “The Cognitive Motivation for Adjective Sequences in Attribution”. Journal of English Studies, I. 1999. 57- 67.

Letalleur-Sommer, Séverine. « Métaphore et métonymie : effets de style et figures du sens ». Essais, Bulletin de la Société de Stylistique Anglaise, N° 32, 2009. 139-152.

Matushansky, Ora. Les adjectifs – Une introduction. Recherches linguistiques de Vincennes, N°34, 2005. 9-54.

Meltzer-Asscher, Aya. Adjectives and Argument Structure, PhD, Tel Aviv University, 2011.
http://humanities.tau.ac.il/linguistics_eng/images/stories/Aya_Meltzer-Asscher_PhD_2011.pdf

Raskin, Victor and Sergei Nirenburg. Lexical Semantics of Adjectives, A Microtheory of Adjectival Meaning.
http://web.ics.purdue.edu/~vraskin/adjective.pdf

Thomas, Izabella. L’étiquetage sémantique des adjectifs qualificatifs en vue de leur désambiguïsation dans les groupes nominaux simples.

http://www.atala.org/doc/JE_050312/Lexsynt-Thomas.pdf

Truswell, Robert. Attributive Adjectives and The Nominals They Modify, M.Phil thesis, University of Oxford, 2004.
http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.113.7873&rep=rep1&type=pdf

Vendler, Zeno. Adjectives and Nominalizations. The Hague: Mouton, 1968.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Wierzbicka, Anna. “What's in a noun? (Or : How Do Nouns Differ in Meaning from Adjectives?)”. Studies in Language 10-2, 1986. 353-389.
DOI : 10.1075/sl.10.2.05wie

Top of page

Notes

1 Il est généralement admis que les noms impliquent un nombre pluriel de propriétés qui ensemble permettent la dénotation d’un type d’individu ou d’entité, alors que l’adjectif dénote une seule propriété ; il s’en suit que l’adjectif a une extension plus large que le nom.

2 Les exemples non fabriqués sont empruntés à la littérature, à la publicité, et au British National Corpus (BNC).

3 Nous désignerons la possibilité d’assumer la fonction « attribut du sujet » par le trait [+ prédicativité] ; en anglais, l’adjectif attribut étant nommé « predicative adjective ».

4 Voir par exemple : Alexiadou & al. (en ligne).

5 Voir par exemple : V. Raskin et S. Nirenburg (en ligne).

6 Cependant, lorsqu’un adjectif B1 (descriptif non intersectif) porte sur un nom déverbal, un procès peut être impliqué, et par conséquent, là aussi, certains rôles sémantiques. Par exemple, un SN comme [a quick decision] signifie a decision made quickly. L’interprétation est adverbiale, ce qui s’explique par le fait que le nom decision est déverbal et possède donc une structure argumentale, induisant l’image abstraite d’un agent : la personne prenant la décision.

7 Cf. Matushansky (2005) pour une démonstration contre toute approche dérivationnelle de la relation entre l’adjectif épithète et l’adjectif prédicatif : « Dans ce qui suit nous étudions les deux approches asymétriques afin de montrer qu’aucune des deux directions possibles de dérivation (épithète → prédicat ou prédicat → épithète) ne prédit correctement les faits. »

8 Voir par exemple : I. Thomas (en ligne), qui propose une « catégorisation générale des adjectifs qualificatifs en cinq types de propriétés, définies en fonction de la nature de l’objet qu’il catégorise : a) Propriétés des objets matériels, b) Propriétés des objets vivants, c) Propriétés des humains, d) Propriétés des abstraits, e) les adjectifs non-spécifiques (ANS), c’est-à-dire ceux qui peuvent décrire les propriétés de n’importe quel objet, indépendamment de leur statut catégoriel. »

9 Le concept de propriété positionnelle tel qu’il s’applique aux adjectifs épithètes a plusieurs implications, dont celle concernant le type d’interprétation : restrictive / non restrictive. Comparons :

i) Every incomplete plan was rejected.

ii) Every plan incomplete was rejected.

En position prénominale, incomplete peut recevoir deux interprétations, restrictive ou non restrictive; alors qu’en position postnominale, seule l’interprétation restrictive est disponible :

Every plan that was incomplete was rejected. (interprétation restrictive)

Every plan was rejected, they were all incomplete. (interprétation non restrictive)

L’interprétation non restrictive de (i) présuppose que tous les plans étaient incomplets, alors que l’interprétion restrictive présuppose l’existence de deux sous-ensembles : les plans complets et ceux qui ne l’étaient pas.

Top of page

References

Electronic reference

Christopher Desurmont, « Effets de sens dérivés de la qualification adjectivale », Anglophonia [Online], 20 | 2015, Online since 02 November 2015, connection on 10 December 2016. URL : http://anglophonia.revues.org/570 ; DOI : 10.4000/anglophonia.570

Top of page

About the author

Christopher Desurmont

Université Lille 3, UMR 8163, STL
c_desurmont@hotmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org