Skip to navigation – Site map

Quand les paroles s’envolent : réflexions sur les caractéristiques et la forme phonétique du High Rising Terminal en anglais contemporain

Stephan Wilhelm

Abstracts

The emergence of the so-called High Rising Terminal (HRT) or ‘uptalk’ – that is the use of rising intonation at the end of declarative utterances – is a major contemporary prosodic phenomenon that has been reported in numerous varieties of English worldwide (see for example Lakoff 1975; Ching 1982; Guy & Vonwiller 1984; Guy et al. 1986; Allan 1990; McLemore 1991; Britain 1992a, 1992b; Bradford 1997; Cruttenden 1997; Cheng & Warren 2005; Ladd 1996, 2008; Barry 2007; Liberman 2008; Sullivan 2010).
The pragmatic function of the HRT is analysed in many different ways, and there is considerable variation in the descriptions of the speech segments in which it occurs. Besides, s
ome authors (e.g. Hirschberg & Ward 1995, Ladd 1996, Fletcher et al. 2005, Liberman 2006b) insist that the name ‘High Rising Terminal’ implies that the intonation contours favoured by ‘uptalkers’ are mainly high-rises, i.e. rising nuclear tones which start relatively high in the speakers’ pitch range and end at a very high pitch, so that the voice often becomes ‘squeaky’ (Cruttenden 1997). Other research (e.g. Britain 1992, Fletcher & Harrington 2001, Barry 2007), however, suggests that the HRT may differ somewhat from this description.
Based on a corpus of personal conversational narratives containing recordings of different geographical varieties of contemporary English, this paper enquires which definitions of the HRT really match the facts and investigates the phonetics of uptalk. It draws a typology of the contours used as phonetic realisations of the High Rising Terminal and identifies some of its peripheral characteristics. The function of the High Rising terminal in conversational narratives is also discussed as well as the syntactic status of the stretches of speech on which it is observed. Observations are derived from the results and applied to the study of the prosody of contemporary English.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Le terme uptalk semble avoir été employé pour la première fois par James Gorman dans un éditorial d (...)
  • 2 Plusieurs variétés d’anglais du nord du Royaume-Uni sont traditionnellement caractérisées par l’emp (...)

1Depuis quelques décennies, l’usage, dans diverses variétés de l’anglais, de ce qu’il est convenu d’appeler le High Rising Terminal (HRT – parfois aussi désigné par les termes uptalk ou upspeak1) retient l’attention des chercheurs (par exemple Lakoff 1975, Ching 1982, Guy & Vonwiller 1984, Guy et al. 1986, Allan 1990, McLemore 1991, Britain 1992a et 1992b, Bradford 1997, Cruttenden 1997, Cheng & Warren 2005, Ladd 1996 et 2008, Barry 2007, Liberman 2008, Sullivan 2010). Cette innovation prosodique consiste en l’emploi de schémas intonatifs ascendants en fin d’énoncé déclaratif dans des variétés d’anglais où de telles associations ne sont pas reconnues comme traditionnelles2 (voir p. ex. Cruttenden 1997, 2001a, Foulkes & Docherty 2006 et 2007, Barry 2007). Pour décrire le HRT, on a parfois évoqué l’utilisation de l’« intonation des questions » en fin d’énoncé déclaratif (Ching 1982, Britain 1992b).

  • 3 Voir par exemple Levy 2014.

2Le HRT est particulièrement saillant (Foulkes & Docherty 2007). Il n’est donc pas étonnant qu’il ait suscité l’intérêt des médias, qui attribuent fréquemment sa progression à l’influence des feuilletons télévisés australiens3. (Cette analyse ne repose sur aucune observation scientifique [Foulkes & Docherty 2007]). Une telle publicité a immanquablement entraîné de nombreuses réactions chez des observateurs non spécialistes, prompts à assimiler le phénomène à un signe de déclin linguistique.

3On trouve les toutes premières descriptions du HRT dans deux articles de Mitchell & Delbridge (1965) et de Benton (1966) respectivement consacrés à la description de l’anglais australien et à l’apprentissage de l’anglais par les jeunes Maoris de Nouvelle-Zélande. Britain (1992b) suggère qu’en Australie, ce phénomène pourrait avoir vu le jour dans la période qui a suivi la Seconde guerre mondiale.

4Les premières études du HRT portent essentiellement sur les variétés d’anglais australiennes, où le phénomène est attesté depuis les recherches de Mitchell & Delbridge (1965). On peut notamment citer les travaux de Guy & Vonwiller (1984), qui se penchent essentiellement sur des considérations sémantiques, et de Horvath (1985), dont l’analyse est avant tout quantitative. Guy et al. (1986) examinent le phénomène en adoptant un point de vue discursif, fonctionnel et sociolinguistique. Fletcher & Harrington 2001, qui examinent la progression du HRT en Australie, s’intéressent à ses caractéristiques phonétiques et à sa valeur sémantique.

5En Nouvelle-Zélande, le HRT, initialement recensé dans la production des Maoris (Benton 1966), est à nouveau décrit par Allan dans le même groupe sociolinguistique (1990) et fait ensuite l’objet de multiples études dans lesquelles des facteurs sociaux, sémantiques et attitudinaux sont pris en compte (par exemple Britain 1992b, Britain and Newman 1992, Ainsworth 1994, Warren & Daly 2000, Warren 2005). Le HRT est également attesté aux Îles Malouines (Sudbury 2001).

6Le High Rising Terminal a aussi fait l’objet de travaux réalisés aux États-Unis (Lakoff 1975, Ching 1982, McLemore 1991, Hirshberg & Ward 1995, Arvaniti & Garding 2005, Barry 2007). Outre-Atlantique, le HRT est traditionnellement associé au sociolecte des jeunes filles aisées de Californie du sud, connues sous le sobriquet de Valley Girls (Cruttenden 1994, Liberman 2005). Il est également observé en anglais canadien (James et al. 1988, Shokeir 2008).

7Ce n’est qu’assez récemment que le phénomène a été attesté en anglais britannique, notamment par Cruttenden (1994, 1997, 2001a). D’autres recherches lui ont depuis été consacrées en Angleterre (Rait 1997, Bradford 1997, Shobbrook & House 2003, Barry 2007). Plus récemment, le High Rising Terminal a été observé en Écosse – notamment à Glasgow (Cruttenden 2007) et dans les îles Hébrides (Nance 2013) – ainsi qu’en Irlande du Nord (Sullivan 2010, 2012).

  • 4 Dans les variétés d’anglais « standard », cette innovation est principalement observée en fin de mo (...)
  • 5 [J]ust as upspeak crosses the gender boundary once it has become established in the community, it (...)

8La diffusion géographique du HRT est donc spectaculaire, à l’image de celle d’autres innovations phonétiques observées sur le plan segmental en anglais contemporain, comme la réalisation de /t/ par un coup de glotte en position préconsonantique et pré-pausale4, la vocalisation du /l/ « sombre » ou encore la tension de la voyelle de HappY (HappY tensing) (Wilhelm 2011). Sa progression est également attestée dans divers groupes sociolinguistiques, de plus en plus de locuteurs utilisant le High Rising Terminal indépendamment de leur sexe ou de leur âge5.

9Bien que la définition du High Rising Terminal ne soit pas communément envisagée comme problématique, on relève des divergences significatives dans la manière dont le phénomène est décrit dans les travaux qui lui sont consacrés. Outre les fréquentes confusions entre le HRT et les tons ascendants observés en fin d’énoncé déclaratif dans les variétés d’anglais parlées au nord des îles Britanniques, de multiples différences sont recensées dans les descriptions de la forme phonétique du High Rising Terminal, de sa fonction pragmatique et des segments de discours sur lequel il est observé.

10Fondée sur l’analyse d’un corpus oral, cette étude a pour but de réexaminer de manière synthétique les caractéristiques essentielles du HRT dans diverses variétés géographiques d’anglais contemporain, particulièrement pour ce qui est de sa forme phonétique.

11Après un recensement des divergences définitoires observées dans les travaux consacrés au HRT, le cadre théorique de cette étude sera défini, et une description du corpus et de la méthodologie sera proposée. Les différentes réalisations du High Rising Terminal feront l’objet d’un recensement et d’une classification typologique, puis diverses caractéristiques périphériques des contours seront identifiées. Dans la discussion, quelques réflexions seront proposées sur la valeur pragmatique du HRT dans le récit spontané et sur la délimitation syntaxique des segments sur lesquels il est observé. Enfin, diverses observations seront émises et appliquées à l’étude de la prosodie de l’anglais contemporain.

1. Divergences définitoires

1.1. HRT et schémas ascendants d’UNBI

  • 6 Très récemment encore, la contribution au site Wikipedia intitulée « High Rising Terminal » assimil (...)

12Le HRT a parfois été assimilé aux schémas intonatifs ascendants observés en fin d’énoncé déclaratif dans diverses variétés d’anglais du nord des îles Britanniques, par exemple à Belfast, Glasgow, Liverpool ou Manchester (voir par exemple Fletcher & Loakes 2006, Ellingsæter 2014 ou Ritchart & Arvaniti 20146).

  • 7 En vertu d’un phénomène d’alternance codique, dans certaines localités du nord de l’Angleterre, ces (...)

13Ces deux types de schémas sont toutefois distincts. D’une part, le HRT constitue une innovation relativement récente alors que certaines descriptions des schémas ascendants au nord de l’Angleterre remontent au XVIIIe siècle (Cruttenden 1994). D’autre part, dans plusieurs localités situées au nord des îles Britanniques, l’emploi de tons ascendants en association avec des énoncés déclaratifs est canonique et systématique7, alors que l’emploi du High Rising Terminal est non canonique et procède d’un choix du locuteur (Guy et al. 1986, Cruttenden 1994, Bradford 1997, Ladd 1996, 2008).

  • 8 UNBI est attesté dans les localités suivantes : Belfast, Derry, (Jarman & Cruttenden 1976, McElholm (...)

14Cruttenden (1994, 2001b, 2007) et Ladd (1996, 1998) estiment que les schémas ascendants ou complexes de type rise-slump ou rise-plateau observés au nord des îles Britanniques signalent la présence d’un système intonatif radicalement distinct de celui de l’accent RP et désignent ce système sous l’appellation d’UNBI, c’est-à-dire Urban North British Intonation (voir aussi Wilhelm 2015)8.

15Ladd (1996) considérait initialement les tons ascendants d’UNBI comme aisément différenciables des HRT en raison non seulement de la distinction fonctionnelle décrite plus haut, mais aussi de dissimilitudes phonétiques, notamment la hauteur mélodique du point de départ et la présence d’une retombée intonative après la montée des schémas d’UNBI. Ces différences phonétiques ne constituent toutefois pas toujours un critère pertinent (Liberman 2006b et 2008, Sullivan 2010, Wilhelm 2011).

16Wilhelm (2011) suggère que la prise en compte simultanée de plusieurs critères (géographiques, fonctionnels, phonétiques et auditifs) permet dans la plupart des cas de différencier les HRT des tons d’UNBI (voir les tableaux 1 et 2, réalisés à partir de Britain 1992a, Cruttenden 1994, 2001b et 2007, Fletcher & Harrington 2001, Liberman 2008, Barry 2007, Ladd 2008, Wilhelm 2011, et à partir d’observations informelles d’extraits des corpus PAC [Phonologie de l’Anglais Contemporain]9 et IDEA). La seule ambiguïté qui semble subsister malgré l’application de ces critères concerne les tons de type low rise, dont le point de départ se situe dans le bas de la tessiture et le point d’arrivée dans la partie moyenne de la tessiture10 (voir les tableaux 1 et 2). Ceci aura une incidence sur la méthodologie employée dans cette étude (voir section 2.3).

Tableau 1 : Critères de distinction entre les HRT et les schémas ascendants d’UNBI observés en fin d’énoncé déclaratif (1)

CRITÈRE GÉOGRAPHIQUE

Nord des îles Britanniques

Autres zones géographiques

UNBI

OUI

NON

HRT

OUI

OUI

Tableau 2 : Critères de distinction entre les HRT et les schémas ascendants d’UNBI observés en fin d’énoncé déclaratif (2)

CRITÈRE FONCTIONNEL

CRITÈRES PHONÉTIQUES

CRITÈRE AUDITIF

Usage « stylistique » (choix du locuteur)

Usage « systémique » (emploi non marqué)

Hauteur du

point de départ

Hauteur du

point d’arrivée

Queue retombante

« Impression » de questionnement / de vérification de la compréhension

(querying meaning Cruttenden 2007)

Vers le bas de la tessiture

Vers le milieu de la tessiture

Vers le milieu de la tessiture

Vers le haut de la tessiture

UNBI

Peut-être dans certaines localités, dans les cas d’alternance codique

OUI

Mais UNBI est utilisé en alternance avec le système intonatif du RP dans certaines localités dans les cas d’alternance codique.

OUI

Proto-typique

NON

OUI

Proto-typique

Rare (déterminé par le degré d’animation des locuteurs)

OUI

Fréquent

Rare

HRT

OUI

NON

OUI

OUI

OUI

Variable

OUI

Variable

Rare, mais attesté

Fréquent

1.2. Critères syntaxiques et énonciatifs

  • 11 Le terme d’énoncé déclaratif est ici employé pour se référer à la fois aux énoncés affirmatifs et a (...)

17Outre la confusion fréquente entre le HRT et les schémas d’UNBI, il existe des différences dans l’identification des segments de discours sur lesquels le High Rising Terminal est observé. Si certains auteurs décrivent les HRT comme identifiables à la fin des « affirmations » ou des « déclarations » (statements – Guy et al. 1986, Ritchart and Arvaniti 2014 ; declarative statements – Bradford 1997, Ellingsæter 2014 ; declaratives [Armstrong et al.]), d’autres – ou parfois les mêmes auteurs – se réfèrent aux « tournures déclaratives » (declarative phrases – Di Gioacchino & Crook Jessop 2010), aux « phrases déclaratives » (declarative sentences – Cruttenden 1994, Przewozny 2004), aux « propositions déclaratives » (declarative clauses – Guy et al. 1986, Britain 1992b, Bradford 1997, Barry 2007) ou encore aux « assertions » (assertions – Ching 1982). A l’instar de Warren 2005 ou Fletcher & Loakes 2006, nous définirons le HRT comme un schéma ascendant observé en fin d’énoncé déclaratif (declarative utterrance) là où un autre type de ton aurait été employé traditionnellement. Cette définition possède la vertu de mettre en évidence le rôle énonciatif de l’intonation. (Nous entendons par énoncé déclaratif11 tout acte déclaratif accompli par un locuteur à l’attention d’un destinataire dans une situation donnée de communication orale.) La question de la délimitation des énoncés déclaratifs dans le discours spontané sera traitée dans la partie consacrée à la méthodologie (2.3.) et dans la discussion (6.).

1.3. Forme phonétique

  • 12 [HRTs] begin high on the accented syllable and keep rising to the end of the phrase”. (Ladd 1996)

18D’autres divergences définitoires sont observées en relation avec les caractéristiques phonétiques du HRT. Pour certains auteurs (par exemple Liberman 2006b ou Barry 2007) l’appellation « High Rising Terminal » est motivée par le fait que sa forme phonétique est celle du high rise, c’est-à-dire que les schémas employés pour réaliser le HRT comportent un point de départ localisé dans le milieu de la tessiture et un point d’arrivée situé plus haut encore, au point de favoriser l’emploi d’un registre notablement haut-perché (Cruttenden 1997). Certaines descriptions du High Rising Terminal (Hirschberg & Ward 1995, Ladd 1996) l’assimilent d’ailleurs systématiquement au high rise (voir aussi Fletcher et al. 2005, Liberman 2006b). Ladd 1996 décrit le HRT comme un contour ascendant simple dont le point de départ se situe assez haut dans le registre12.

19Dans d’autres travaux (par exemple Fletcher & Harrington 2005 ou Fletcher & Loakes 2006) la définition du High Rising Terminal est étendue à tous les schémas qui comportent un point d’arrivée haut perché, quelle que soit la hauteur mélodique de leur point de départ. Britain 1992a, Britain & Newman 1992, Warren 2005 et Barry 2007 décrivent aussi d’autres types de contours. Cruttenden 2007 superpose une dimension auditive (une « impression de questionnement » – a querying meaning) à sa description phonétique du HRT, qu’il assimile, dans l’anglais de Glasgow, à un ton dont le point de départ se situe dans le bas du registre et le point d’arrivée dans le haut de la tessiture.

20Pour notre part, nous définirons comme un HRT tout schéma ascendant observé en fin d’énoncé déclaratif, quelle que soit sa forme phonétique, si et seulement si sa fonction est distincte de celle qu’un schéma similaire aurait traditionnellement rempli dans les variétés d’anglais où ce contour est observé.

1.4. Valeur pragmatique

21Depuis les premiers travaux exclusivement consacrés au phénomène, la fonction pragmatique du HRT a été évaluée très différemment selon les auteurs. Lakoff 1975 et Eckert 1989 présentent les HRT comme des marqueurs de déférence ou de doute, susceptibles de signaler un manque d’assurance ou un refus de s’affirmer. Partiellement reprise par Ching 1982, Horvath 1985 et Allan 1990, cette analyse a été réfutée par d’autres linguistes (par exemple Britain 1992b, Foulkes and Docherty 2007, Liberman 2006b et 2008). Guy & Vonwiller 1984 et Hirschberg & Ward 1995 estiment pour leur part que le HRT permet au locuteur de s’assurer que ses interlocuteurs l’ont bien compris. Britain 1992b suggère que l’emploi du High Rising Terminal constitue une stratégie positive de politesse motivée par le désir de maintenir une coopération optimale entre locuteur et destinataire.

22McLemore 1991 considère que tout schéma ascendant marque, de manière iconique, une forme de lien ou de cohésion. C’est par exemple le cas dans la production d’un locuteur unique à l’intérieur d’une liste, où les schémas ascendants relient entre eux les items énumérés. Elle suggère que c’est aussi le cas pour le HRT dans le cadre d’échanges entre interlocuteurs. Le High Rising Terminal signalerait l’existence d’un lien et créerait par conséquent une forme de solidarité. Cette fonction pourrait alors notamment être exploitée par des locuteurs qui s’adressent à un auditoire (hommes politiques, conférenciers, professeurs, etc.).

23Liberman (2005, 2006a et 2006b), qui s’appuie entre autres sur les travaux de McLemore (1991), de Cheng and Warren (2005) et de Brazil (1975, 1997), réfute vigoureusement l’analyse du HRT en tant que marqueur de déférence et souligne que les tons ascendants sont susceptibles de signaler une forme de domination via le contrôle de l’échange linguistique. Comme Cheng and Warren, il montre que ce but peut être atteint en conservant les tours de parole (voir aussi Warren and Britain 1999), en amenant l’interlocuteur à répondre ou en le contraignant à conserver à l'esprit les éléments que le locuteur partage avec lui.

2. Cadre théorique, corpus et méthodologie

24C’est à partir des divergences exposées dans les paragraphes précédents que nous mènerons notre réflexion sur les caractéristiques et la forme phonétique du High Rising Terminal, nous fondant sur un corpus de discours spontané composé d’échantillons de diverses variétés d’anglais contemporain (2.2.), en appliquant la méthodologie définie ci-dessous (2.3).

2.1. Cadre théorique

25Le cadre théorique dans lequel nous nous situons est celui de la tradition britannique. Dans le prolongement des travaux de Walker (1787), Sweet (1877) et de leurs héritiers (par exemple Jones 1947, O’Connor & Arnold 1973 et Halliday 1967), nous concevons les tons comme des contours mélodiques pouvant être représentés par des symboles placés avant chaque syllabe nucléaire.

26A l’instar de Cruttenden 1997, nous concevons le système intonatif de l’accent RP comme comprenant 7 tons :

  • le low fall : ˎ

  • le high fall : \

  • le low rise : ˏ

  • le high rise : ˊ

  • le fall-rise : ˅

  • le rise-fall : ˄

  • et le ton uni [level tone] : -

27Nous pensons en effet qu’il est utile d’établir une distinction phonologique entre low fall et high fall d’une part et entre low rise et high rise d’autre part. Nous considérons également qu’il n’existe pas de différences majeures entre l’intonation du RP et celle du General American (GA), et que les autres variétés d’anglais examinées dans cet article (anglais d’Angleterre intonativement apparenté au RP, anglais australien, anglais néo-zélandais, anglais canadien et, dans une certaine mesure, anglais gallois) partagent le même système intonatif (voir par exemple Wells 1982, volumes 1, 2 et 3). Les variétés écossaise et nord-irlandaise, dont le système intonatif est UNBI, constituent des cas spécifiques (voir supra [1.1.]).

28Certaines réalisations du HRT observées dans le corpus ne pourront être directement rattachées à aucun des sept tons énumérés ici. Divers outils disponibles dans les travaux effectués sur le HRT seront utilisés pour décrire celles-ci et les implications théoriques de leur présence seront abordées dans la discussion.

2.2. Corpus

29Le corpus utilisé comprend dix enregistrements de locuteurs natifs de diverses variétés d’anglais, de sexe féminin, âgés de 20 à 32 ans (excepté le locuteur nord-irlandais, plus âgé13). Neuf de ceux-ci sont tirés du corpus oral en ligne IDEA (International Dialects of English Archive), compilé par Paul Meier, de l’Université du Kansas14. Chacun de ces extraits comprend un extrait de présentation autobiographique et de récit spontané (conversational narrative) recueilli par un interlocuteur silencieux. Le registre de langue est informel. Les extraits ont été sélectionnés en raison de leur densité en HRT.

  • 15 Après avoir encouragé le sujet à parler de son parcours, de sa famille ou des lieux associés à son (...)

30Le corpus IDEA comprend environ 108 heures d’enregistrements. Il est composé de plus de 1200 extraits de monologues recueillis auprès de locuteurs natifs et non-natifs. Chaque extrait comprend la lecture d’un passage et une courte présentation autobiographique suivie d’un récit spontané. La durée du l’ensemble n’excède en aucun cas 5 minutes15. La référence et la durée des extraits choisis pour confectionner le corpus sont fournies ci-dessous, par zone géographique :

  1. Australie (Macksville, New South Wales) – Australia 20 dans le corpus IDEA (1’16’’)

  2. Nouvelle-Zélande (Auckland) – New Zealand 4 dans le corpus IDEA (1’47’’)

  3. États-Unis (Californie) – California 1 dans le corpus IDEA (3’24’’)

  4. Canada (British Columbia 1) – British Columbia 1 dans le corpus IDEA (2’58’’)

  5. Pays de Galles (Hirwaun) – Wales 6 dans le corpus IDEA (2’01’’)

  6. Écosse (Glasgow) – Scotland 9 dans le corpus IDEA (2’08’’)

  7. Irlande du Nord (Derry) – Northern Ireland 1 dans le corpus IDEA (1’25’’)

  8. Angleterre (Londres) – England 78 dans le corpus IDEA (0’56’’)

  9. Angleterre (Londres) – England 79 dans le corpus IDEA (1’36’’)

31Le dernier extrait (1’19’’) est un enregistrement réalisé à Wetherby, dans le West Yorkshire, dans le cadre d’un autre projet de recherche (Wilhelm 2011). Bien que le protocole utilisé pour cet enregistrement soit légèrement différent de celui du corpus IDEA, cet enregistrement présente un profil très similaire : il s’agit d’une courte présentation autobiographique recueillie auprès d’une locutrice originaire de l’agglomération de Leeds en présence de l’auteur et après un échange informel avec celui-ci.

  • 16 L’intonation est en effet susceptible de remplir les trois fonctions essentielles de la parole : li (...)

32Les enregistrements sélectionnés ne sont pas destinés à être représentatifs de l’ensemble du corpus IDEA. Les sujets retenus sont exclusivement des locuteurs natifs de l’anglais de sexe féminin. Cette sélection a été déterminée par le fait que, dans plusieurs contextes géographiques, les HRT tendent à être particulièrement abondants dans la production des locuteurs de sexe féminin (Guy et al. 1986, Britain 1998, Liberman 2006a, Ritchart & Arvaniti 2014), notamment dans les récits spontanés (Bolinger 1978, Britain 1992a). L’utilisation de monologues permettait également d’éviter quelques-unes des ambiguïtés occasionnées par la multiplicité des fonctions de l’intonation16. Dans une interaction entre plusieurs locuteurs, il n’est en effet pas toujours aisé de déterminer quand tel ou tel schéma remplit une fonction grammaticale (marquage d’énoncés affirmatifs, interrogatifs, délimitation des énoncés), discursive (régulation des tours de paroles, hiérarchisation de l’information) ou attitudinale (signalement d’un état psychologique transitoire). Dans le monologue, la question de la régulation des tours de paroles ne se pose pas, et la hiérarchisation de l’information n’est pas immédiatement conditionnée par les échanges entre interlocuteurs. De même, bien que les émotions et attitudes soient là aussi exprimées par l’intonation, elles ne sont pas induites directement par les propos des protagonistes présents dans la situation de communication.

33La sélection d’une palette de locuteurs originaires de différents pays ou régions du monde anglophone a été motivée par le souhait de recenser les réalisations du HRT dans diverses localités géographiques, même si la production d’un locuteur unique ne peut être considérée comme pleinement représentative d’une variété. La sélection de deux locuteurs dont le système intonatif est UNBI (le locuteur écossais, originaire de Glasgow, et le locuteur irlandais, originaire de Derry) a été opérée dans le but de déterminer si des formes spécifiques de HRT étaient présentes dans des variétés qui associent traditionnellement des tons ascendants aux énoncés déclaratifs. La production du locuteur gallois était moins problématique dans la mesure où cette variété d’anglais, si tant est que son système intonatif relève véritablement d’UNBI, associe traditionnellement le rise-fall, et non des tons ascendants, aux énoncés déclaratifs (Wells 1982, Cruttenden 1997). Le locuteur du Yorkshire n’utilise pas UNBI.

2.3. Méthodologie

34Dans la mesure où les HRT consistent en des schémas ascendants utilisés de manière non traditionnelle en fin d’énoncé déclaratif, il convenait de définir quel type de segment de la chaîne parlée devait être considéré comme signalant de tels énoncés dans un corpus de récits spontanés.

  • 17 D’autres travaux portant sur le HRT (par exemple Allan 1990 ou Fletcher & Loakes 2006) privilégient (...)

35Dans ce type de discours, un découpage en « phrases » syntaxiques du type de celles que l’on rencontre à l’écrit aurait été inapproprié et arbitraire (voir par exemple Di Gioacchino & Crook Jessop 2010). Nous avons par conséquent choisi de segmenter le corpus en unités intonatives (UI), correspondant à des blocs sémantiques (Britain 1992b)17. Une unité intonative a été considérée comme signalant un énoncé dans les cas suivants :

  • 18 Les exemples cités ici, tirés du corpus, peuvent être retrouvés et écoutés sur le site du corpus en (...)

361) lorsqu’elle correspondait à une proposition suffisamment dissociée des propositions qui l’entouraient pour être considérée comme autonome, comme dans l’exemple ci-dessous18 (les segments de discours adjacents sont donnés entre parenthèses) :

(1) (I- I live currently – Farringdon - between Farringdon and Chancery Lane, er, and) // I- I’ve stayed in that place my whole ↑life (low rise) // (My dad’s got a very very strong Glasgow Accent.) (England 79)

(Les barres obliques délimitent les UI. Une double barre indique une pause. Une flèche verticale placée avant la syllabe tonique [indiquée par le soulignement] signale que celle-ci porte un ton ascendant, quel qu’il soit ou, en cas de montée tardive [voir 5.2.] que la dernière syllabe de l’UI porte un ton ascendant. La nature du ton ascendant utilisé pour réaliser le HRT est indiquée en toutes lettres. Les caractères gras signalent un HRT. Une absence de caractères gras signifie que le ton ascendant n’a pas été analysé comme un HRT.)

  • 19 La nature des critères pris en compte est sensiblement similaire à celle des éléments retenus par l (...)

Le degré de dissociation des propositions dont il est question ici a été déterminé par le contenu sémantique et la structure syntaxique des propositions, par la présence éventuelle de pauses et par le type de ton nucléaire utilisé19. Les pauses évoquées ici sont les pauses volontaires et non les pauses d’hésitation, qui peuvent intervenir au sein d’une proposition ou d’une UI sans en modifier l’organisation interne (voir par exemple Di Gioacchino & Crook Jessop 2010).

372) Lorsque le contenu sémantique du segment de discours recouvert par l’UI était sémantiquement équivalent à celui d’une telle proposition, comme c’est le cas pour la seconde UI de la séquence suivante :

(2) / I started off at ↑Otley (full rise) // your favourite ↑place (full rise) [laughter] // (Leeds)

  • 20 De même, dans / Erm, the way they ˎfilmed it was / they got three ˎactors / and gave them a ↑camera (...)

Le sens de ce segment est sensiblement équivalent à : « I know that Otley is your favourite place20 ».

383) Lorsqu’elle se trouvait en position finale dans une suite d’UI qui, ensemble, couvraient une proposition suffisamment dissociée des propositions qui l’entouraient pour être considérée comme autonome, comme dans :

(3) / The comˎmunity spirit at the university is / absolutely ↑lovely (fall-rise) // (Scotland 9)

394) Lorsqu’elle englobait plusieurs propositions insuffisamment dissociées les unes des autres pour correspondre chacune à un énoncé distinct, cet ensemble de propositions formant lui-même un tout suffisamment dissocié des propositions qui l’entouraient pour être considéré comme autonome. On trouve par exemple :

(4) / he dressed up like this old lady and he knocked on the front ↑door (low rise) / (California 1)

Les UI inaudibles, les hésitations et faux départs ne permettant pas de reconstituer des segments de discours cohérents ont été exclus des statistiques. Les questions polaires ou en WH- et les exclamatives n’ont pas été prises en compte, dans la mesure où elles ne constituaient pas des énoncés déclaratifs, de même que les éléments de listes inachevées.

40En fin de proposition autonome, une attention particulière a été portée au low rise et au fall-rise pour ne pas comptabiliser en tant que HRT des occurrences de ces tons employés avec les valeurs qui leur sont traditionnellement associées dans le système intonatif du RP (énoncé affirmatif avec « implications », attitude de « réserve », information « mineure », annonce d’une suite à venir, etc. – voir par exemple Cruttenden 1997, Nicaise & Gray 1998).

41Comme indiqué supra (1.1.), l’application simultanée de critères géographiques, phonétiques, auditifs et fonctionnels permet dans la plupart des cas de distinguer les HRT des schémas ascendants d’UNBI, mais cette distinction est parfois difficile dans le cas du low rise. Pour éviter toute ambiguïté, les schémas de type low rise n’ont donc pas été comptabilisés en tant que HRT dans la production des locuteurs de Glasgow et de Belfast, excepté une occurrence de low rise comportant une montée tardive (voir 5.2.). La montée tardive n’est en effet pas attestée dans UNBI (Cruttenden 1994, 2001b, 2007) alors qu’elle est spécifique à certains HRT (Warren 2005).

42Au total, après analyse de 501 unités intonatives, 329 énoncés déclaratifs et 157 HRT ont été recensés dans le corpus. Ces derniers représentent 47,72% des énoncés déclaratifs. La proportion de HRT utilisés par chaque locuteur à la fin de leurs énoncés déclaratifs est fournie dans le tableau 3. Elle est relativement élevée, étant comprise entre 14,81% et 68,18%. Ceci s’explique par le fait que les extraits ont été choisis précisément en fonction de leur haute teneur en HRT (2.2.). Sur les autres énoncés déclaratifs, les locuteurs utilisent majoritairement des tons descendants tels que le low fall ou le high fall, à l’exception des locuteurs écossais et nord-irlandais, qui utilisent fréquemment le low rise ou ses variantes complexes du système UNBI (1.1.).

Tableau 3 : Proportion de HRT utilisés par chaque locuteur en fin d’énoncé déclaratif, par ordre décroissant (%)

Locuteur canadien

Locuteur gallois

2e locuteur londonien

Locuteur californien

1er locuteur londonien

68,18

64,52

53,13

48,72

46,15

Locuteur néo- zélandais

Locuteur du Yorkshire

Locuteur australien

Locuteur écossais (Glasgow)

Locuteur nord-irlandais

45,45

42,86

42,11

32,26

14,81

3. Typologie des HRT

43Comme souligné en introduction, certains auteurs (par exemple Fletcher & Loakes 2006, Liberman 2006b, Barry 2007) considèrent que l’appellation « High Rising Terminal » indique que les schémas employés pour réaliser le HRT sont de type high rise, c’est-à-dire qu’ils comportent un point de départ situé assez haut dans la tessiture et un point d’arrivée qui se situe plus haut encore, au point de favoriser l’emploi d’un registre distinctement haut-perché (Cruttenden 1997). Certains auteurs recensent cependant d’autres formes phonétiques du HRT (voir 1.2.).

44Bien que certains des HRT présents dans nos données correspondent au high rise, non moins de cinq contours distincts sont utilisés par les locuteurs pour réaliser le High Rising Terminal, et le high rise est loin d’être le plus fréquent. Dans les sections qui suivent, nous dressons une typologie des schémas intonatifs observés dans le corpus, à savoir : 1) le high rise, 2) le full rise, 3) le low rise, 4) le low flat et 5) le fall-rise.

3.1. Le high rise

45Le high rise, comme cela a été rappelé dans les paragraphes précédents, est un contour ascendant simple dont le point de départ se situe assez haut dans la tessiture du locuteur (figure 1). Le niveau mélodique du point de départ est plus élevé que celui des syllabes précédentes.

  • 21 Les illustrations insérées dans cet article ont été obtenues à l’aide du logiciel d’analyse acousti (...)

Figure 121 : High rise (Leeds, Wilhelm 2011, 261-333 Hz – Amplitude : 72 Hz)

Figure 121 : High rise (Leeds, Wilhelm 2011, 261-333 Hz – Amplitude : 72 Hz)
  • 22 On ne peut, certes, pas considérer les locuteurs comme représentatifs de la variété d’anglais qu’il (...)

46Dans 7,01% des cas, le high rise est le contour employé en tant que réalisation du HRT. 5 locuteurs sur 10 l’utilisent. La figure 2 recense les proportions de high rises recensés chez les locuteurs en question22. Comme on le voit dans les graphiques, ces chiffres sont compris entre 2,63% et 29,41%, ce qui est relativement peu. La proportion de high rises employés par chaque locuteur ne dépasse jamais 30%, et 2 locuteurs sur 5 en utilisent moins de 5%.

Figure 2 : Proportion de high rises utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

Figure 2 : Proportion de high rises utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

3.2. Le full rise

  • 23 L'état de la recherche ne fournit aucun critère objectif permettant de distinguer le full rise du l (...)

47Il s’agit d’un contour ascendant simple dont le point de départ, souvent situé plus bas que les syllabes précédentes, se situe près du point bas de la tessiture et dont le point d’arrivée se situe à un point haut, parfois très haut dans le registre (figure 3). Il couvre une amplitude de 80 Hz ou davantage23. L’emploi du full rise pour réaliser le HRT est déjà attesté en Australie (Fletcher & Harrington 2001), à Glasgow (Cruttenden 2007) et probablement en Nouvelle-Zélande (Britain 1992a).

Figure 3 : Full rise (Australia 20, IDEA, (232-)198-458 Hz – Amplitude : 260 Hz)

Figure 3 : Full rise (Australia 20, IDEA, (232-)198-458 Hz – Amplitude : 260 Hz)

489 locuteurs sur 10 utilisent le full rise, employé dans 36,31% des cas pour réaliser le HRT. La figure 4 répertorie la proportion de full rises employés par chacun des locuteurs concernés.

Figure 4 : Proportion de full rises utilisés pour réaliser les HRT, par locuteur (%)

Figure 4 : Proportion de full rises utilisés pour réaliser les HRT, par locuteur (%)
  • 24 Le locuteur néo-zélandais possède le low rise dans son inventaire intonatif et en fait un usage cou (...)

49Non seulement le nombre de locuteurs qui utilisent le full rise est élevé (9 sur 10), mais la proportion de ce type de ton dans la production des locuteurs en question l’est aussi, de manière générale. 5 locuteurs sur 9 l’utilisent davantage que tous les autres tons pour réaliser le HRT. Les locuteurs néo-zélandais et nord-irlandais l’emploient à l’exclusion de tout autre contour24 (les statistiques pour le locuteur nord-irlandais sont probablement faussées, toutefois, par le fait que les low rises n’ont pas été comptabilisés pour éviter d’inclure des tons d’UNBI). Seuls 3 locuteurs sur 9 utilisent moins de 30% de full rises pour réaliser le HRT.

3.3. Le low rise

50Le point de départ de ce contour se situe près du point bas de la tessiture, le plus souvent à un niveau inférieur à celui des syllabes précédentes (voir infra 5.1.). Il est suivi d’une montée mélodique atteignant un point situé dans la partie basse ou médiane du registre (figure 5). L’amplitude du low rise n’excède pas 80 Hz (voir note 23). L’usage du low rise en tant que HRT est abondamment attesté par Barry (2007) en anglais londonien et sud-californien.

Figure 5 : Low rise (California 1, IDEA, 145-176 Hz – Amplitude : 31 Hz)

Figure 5 : Low rise (California 1, IDEA, 145-176 Hz – Amplitude : 31 Hz)

51Le low rise représente 38,85% des HRT du corpus, ce qui est légèrement plus élevé que la proportion globale de full rises. Il est employé par 7 locuteurs sur 10, ce qui représente une proportion inférieure à celle des utilisateurs de full rises (9 locuteurs sur 10), mais l’exclusion de tous les low rises du locuteur nord-irlandais est ici encore susceptible de fausser ce chiffre. La proportion de low rises utilisés par chacun des locuteurs concernés est fournie dans la figure 6.

Figure 6 : Proportion de low rises utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

Figure 6 : Proportion de low rises utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

52Comme on le voit dans les graphiques, non seulement le nombre de locuteurs qui utilisent le low rise est relativement élevé (7 sur 10), mais encore la proportion de ce ton dans leur production l’est aussi. 4 locuteurs sur 7 utilisent une proportion supérieure ou égale à 50% de low rises pour réaliser le HRT. Le locuteur londonien utilise non moins de 66,67% de low rises.

3.4. Le low flat

  • 25 On reprend ici l’appellation utilisée par Barry 2007, qui ne fournit pas de critère objectif pour d (...)

53Il s’agit d’un ton ascendant simple dont le point de départ se situe dans le bas de la tessiture et dont l’amplitude, très faible, n’excède pas 15 Hz (voir figure 7)25. Le mouvement ascendant est cependant bien perceptible et très caractéristique. Barry (2007) identifie également ce type de réalisation du HRT dans la production de ses locuteurs londoniens.

Figure 7 : Low flat (London 79, IDEA, 196-205 Hz – Amplitude : 9 Hz)

Figure 7 : Low flat (London 79, IDEA, 196-205 Hz – Amplitude : 9 Hz)

5414,01% des HRT recensés dans le corpus sont de type low flat. 7 locuteurs sur 10 utilisent ce contour pour réaliser le HRT. La proportion de low flats utilisés par chacun de ces locuteurs est fournie dans la figure 8.

Figure 8 : Proportion de low flats utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

Figure 8 : Proportion de low flats utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

55La proportion de low flats dans la production de ces locuteurs est relativement basse, puisque la fréquence d’occurrence de ce contour ne dépasse jamais 25%. En revanche, le nombre de locuteurs qui l’utilisent est relativement élevé (7 locuteurs sur 10).

56Dans son étude comparative de la forme phonétique du HRT en anglais américain et britannique, Barry (2007) n’observe le low flat que chez les locuteurs londoniens. Dans notre corpus, une proportion importante de ce ton est observée chez des locuteurs de diverses origines, y compris le locuteur californien.

3.5. Le fall-rise

57Il s’agit d’un ton composé comprenant une chute suivie d’une partie ascendante qui ramène la voix à un niveau sensiblement égal ou un peu inférieur à celui du point de départ (figure 9).

Figure 9 : Fall-rise (London 78, IDEA, 266-209-260 Hz – Amplitude : 57-51 Hz)

Figure 9 : Fall-rise (London 78, IDEA, 266-209-260 Hz – Amplitude : 57-51 Hz)

58Comme on le voit dans la figure 10, le fall-rise reste marginal dans notre corpus, puisqu’il ne représente que 3,82% des tons employés pour réaliser le HRT. Non seulement le nombre de locuteurs qui l’utilisent pour réaliser le HRT est peu élevé (3 sur 10), mais la proportion d’occurrences de ce ton dans la production des locuteurs concernés est également faible (inférieure à 17% dans tous les cas). Fletcher & Loakes (2006) et Barry (2007) répertorient quelques schémas du même type dans leurs études du HRT dans les variétés d’anglais australien, londonien et californien. On peut envisager que son utilisation soit en cours de développement.

Figure 10 : Proportion de fall-rises utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

Figure 10 : Proportion de fall-rises utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

59Il est difficile d’identifier un dénominateur commun aux occurrences du fall-rise utilisé en tant que HRT. Parfois, les énoncés qui suivent son emploi fournissent des explications sur ce qui vient d’été affirmé. Par exemple :

(5) / er, I have three, two brothers, one ↑sister (fall-rise) // girl-boy-girl-↑boy (low rise) / so I’m the ↑middle (full rise) // (England 78)

ou

(6) / and when we were little we always use to go to G-like ↑Glasgow (fall-rise) / for like, four, five times a ↑year // (low flat) (England 79)

Mais ce n’est pas toujours le cas.

  • 26 Ces fall-rises interviennent dans des enchaînements d’énoncés systématiquement terminés par des HRT(...)

60Dans deux autres énoncés, l’emploi des indéfinis somewhere et something signalent une imprécision, ce qui pourrait donner à penser qu’une trace de valeur attitudinale subsiste dans l’emploi du fall-rise en tant que HRT26 :

(7) / I was born in central London ↑somewhere (fall-rise) / I don’t know exactly ↑where (low rise) // (England 79)

(8) / so he was like ̖nine / or ↑ten or something (fall-rise) // (California 1)

61Mais d’autres énoncés ont une forte valeur assertive et ne corroborent pas ce type d’analyse. Dans l’énoncé suivant, par exemple, le locuteur californien, qui vient de mentionner son frère, affirme :

(9) / But we’ve always like ↑hated each other (fall-rise) (California 1) //

(Après une pause, elle poursuit en fournissant des exemples de mauvais comportements de son frère.) Il est difficile de voir dans l’emploi de ce fall-rise l’expression d’une attitude de réserve.

62Hors corpus, on observe dans un enregistrement de la locutrice de Leeds une concaténation de fall-rises sur une séquence d’UI non séparées par des pauses (voir figure 11) :

(10) / I wanted to go to the ˅Everglades / you know to see the ˅crocodiles / we booked ˅twice / but it got ˅rained off // (Leeds)

Figure 11 : Concaténation de fall-rises (Leeds, SW)

Figure 11 : Concaténation de fall-rises (Leeds, SW)

63Cette séquence ne figurant pas dans le corpus, ces schémas n’ont pas été comptabilisés dans les statistiques. Ils apportent cependant un éclairage enrichissant sur certains emplois du fall-rise par des utilisateurs du HRT. Bien que ces schémas évoquent le High Rising Terminal, notamment parce que leur point d’arrivée est sensiblement le même que celui de nombreux HRT produits par la même locutrice, il est difficile d’affirmer que chaque UI de cette séquence correspond véritablement à un énoncé déclaratif. D’une part, l’absence de pause signale un faible degré d’autonomie de ces propositions. D’autre part, les marqueurs syntaxiques signalent entre elles des relations de dépendance. Cette séquence est cependant inhabituelle, et sa présence dans la production d’un locuteur ayant habituellement recours au High Rising Terminal pourrait signaler que le HRT est susceptible de conditionner d’autres domaines de l’intonation des locuteurs qui l’utilisent, notamment dans des suites de propositions à faible degré d’autonomie.

4. Synthèse provisoire

64La figure 12 fournit une synthèse des types de tons utilisés dans le corpus pour réaliser le HRT ainsi que la proportion de ces tons dans la production de chaque locuteur.

  • 27 Les tons utilisés dans les premières phrases des présentations autobiographiques ne sont pas toujou (...)

65Comme on le souligne supra (3.1.), la proportion de tons utilisés par chaque locuteur ne peut être considérée comme représentative de leur variété dans la mesure où il peut exister un degré important de variation entre locuteurs d’un même lecte (voir, par exemple, les différences observées entre les productions des deux locuteurs londoniens). Ce que la figure 13 montre avant tout, c’est que quelle que soit la variété utilisée, les locuteurs emploient différents schémas pour réaliser le HRT. Elle indique aussi que tous les locuteurs ne privilégient pas les mêmes contours. Il est vraisemblable que ces différences s’expliquent par des choix discursifs ou pragmatiques, ou encore par des considérations attitudinales, mais sur ce point, aucune tendance ne se dégage du corpus27.

66Ces disparités sont également apparentes dans le tableau 4, où ont été répertoriés la proportion totale de chaque contour dans le corpus, la proportion moyenne de contours employés par chaque locuteur et le nombre de locuteurs qui les utilisent.

Figure 12 : Proportion de tons utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

Figure 12 : Proportion de tons utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)

67Les données consignées dans le tableau 4 montrent que le contour utilisé par le plus grand nombre de locuteurs pour la réalisation du HRT est le full rise (9 locuteurs sur 10, avec une moyenne globale de 36,31%). Le low rise, quoiqu’utilisé pour sa part par un nombre inférieur de locuteurs (7 sur 10), obtient le pourcentage global le plus élevé (38,85% des HRT du corpus, avec une proportion moyenne de plus de 50% pour les 7 locuteurs concernés). L’exclusion du low rise des statistiques pour les locuteurs de Glasgow et d’Irlande du Nord pourrait même masquer une proportion globale plus importante de ce schéma. Contrairement à ce que suggère l’appellation « High Rising Terminal » (voir supra 1.2.), le high rise est en revanche assez rare : 7,01% des HRT du corpus, 5 locuteurs sur 10 seulement y ayant recours. Les 5 locuteurs concernés emploient une proportion d’un peu plus de 15% de ce ton dans leur propre production).

68Le low flat, que Barry 2007 n’observe que dans la production de locuteurs britanniques dans son étude comparative de l’anglais de la Californie du sud et de Londres, est relativement peu fréquent (14,01% des HRT du corpus, avec une moyenne inférieure ou égale à 25% pour les locuteurs concernés), mais le nombre de locuteurs qui l’utilisent (7 sur 10) n’est pas négligeable. Le low flat est donc attesté dans la production de locuteurs originaires de divers endroits du monde anglophone. Il est possible que la divergence entre nos résultats et ceux de Barry 2007 soit due au fait que le HRT revêt différents statuts dans divers styles de discours. L’étude de Barry (2007) a en effet été réalisée uniquement à partir d’activités cartographiques alors que notre étude s’appuie sur un ensemble de récits délivrés sur le ton de la conversation. Une autre hypothèse est que l’emploi du low flat en tant que réalisation du HRT pourrait être en cours de progression dans les variétés américaines.

69Le fall-rise reste marginal : il représente 3,82% des HRT du corpus, et seuls 3 locuteurs sur 10 l’utilisent.

Tableau 4 : proportion totale de contours dans le corpus, proportion des contours dans la production de chaque locuteur (%), nombre total de locuteurs utilisant chaque contour

Low rise

Full rise

Low flat

High rise

Fall-rise

TOTAL

Proportion totale de contours dans le corpus

38,85

36,31

14,01

7,01

3,82

100

Proportion des contours dans la production chaque locuteur

53,97

64,81

17,92

16,52

12,11

Nombre de locuteurs utilisant les contours (sur 10)

6

9

7

5

2

70La représentativité des proportions totales de chaque ton n’est que relative, dans la mesure où la longueur des passages ainsi que le nombre de HRT utilisés par chaque locuteur varie (2.2.). Comme signalé supra (3.1.), la proportion des contours dans la production de chaque locuteur ne peut en outre être considérée comme représentative de leur variété géographique en raison de la variation qui existe entre différents locuteurs des mêmes lectes. Les proportions totales de contours possèdent cependant un degré de pertinence. Le fait que le low rise soit globalement le contour le plus observé confirme en effet les résultats obtenus par Barry 2007 pour l’anglais sud-californien et londonien. De même, le fait que la proportion de full rises soit significative et nettement supérieure à celle de high rises corrobore les remarques de Fletcher & Harrington (2001) sur l’anglais australien : « HRTs generally begin on a low tone L*, whereas question intonation rises normally begin on a high tone H* ».

5. Caractéristiques périphériques

5.1. Creusement du contour

  • 28 La figure 3 et, dans une moindre mesure, la figure 5, révèlent également la présence de creux mélod (...)

71Dans 64,33% des cas, les HRT de notre corpus comportent un point de départ situé plus bas que les syllabes qui les précèdent (figure 13) ou un creusement du contour sur la syllabe tonique (figures 14 et 15)28. Lorsque la tête ne se situe pas sur la ligne de base (c’est-à-dire le point le plus bas de la tessiture), le phénomène est observé sur les tons de type full rise ou low rise ainsi que sur certains schémas de type low flat (voir figure 19). Aucun phénomène de ce type n’est en revanche observé pour le high rise, dont le point de départ se situe plus haut que la dernière syllabe de la tête (3.1.). Les contours simples de type low rise réalisés avec un creux mélodique restent distincts du fall-rise, ton composé dont le point de départ est sensiblement identique au point d’arrivée (voir figures 10 et 11).

Figure 13 : Full rise avec point de départ plus bas que les syllabes précédentes (Scotland 9, IDEA – 183-327 Hz. Amplitude = 144 Hz)

Figure 13 : Full rise avec point de départ plus bas que les syllabes précédentes (Scotland 9, IDEA – 183-327 Hz. Amplitude = 144 Hz)

729 locuteurs sur 10 produisent plus ou moins régulièrement un point de départ plus bas que les syllabes précédentes ou dessinent des creux mélodiques sur leurs HRT. La fréquence de ce phénomène varie cependant de manière assez considérable d’un locuteur à l’autre. Les proportions de HRT réalisés avec un creux mélodique sur la syllabe tonique ou un point de départ situé plus bas que les syllabes précédentes ont été répertoriées dans le tableau 5.

Tableau 5 : Proportions de HRT comportant un point de départ situé plus bas que les syllabes précédentes ou un creusement du contour sur la syllabe tonique (%)

Locuteur

néo-

zélandais

1er locuteur londonien

Locuteur écossais

Locuteur californien

Locuteur gallois

2ème locuteur londonien

Locuteur canadien

Locuteur du Yorkshire

Locuteur australien

100

83,33

80

71,0

70

64,71

46,67

55,56

25

73En anglais, ce type de complexification est fréquemment observé sur divers types de tons simples ou composés (voir par exemple Cruttenden 1997), et il n’est, d’une certaine manière, pas surprenant de l’observer sur les contours employés pour réaliser le HRT.

Figure 14 : Low rise avec creusement du contour sur la syllabe tonique (London 79, IDEA – (250-)218-263 Hz Amplitude = 45 Hz)

Figure 14 : Low rise avec creusement du contour sur la syllabe tonique (London 79, IDEA – (250-)218-263 Hz Amplitude = 45 Hz)

Figure 15 : Low flat avec creusement du contour sur la syllabe tonique (London 79, IDEA – (243-)199-203 Hz. Amplitude = 4 Hz)

Figure 15 : Low flat avec creusement du contour sur la syllabe tonique (London 79, IDEA – (243-)199-203 Hz. Amplitude = 4 Hz)

74Il n’est pas sans intérêt de noter que le creusement – parfois important – peut parfois aussi être anticipé et se produire avant la syllabe tonique elle-même. Dans la séquence (11), par exemple :

(11) / I- I’ve stayed in that [pause d’hésitation] place my whole ↑life (low rise) // (England 79)

la fréquence s’élève sur la dernière syllabe de la tête (213 Hz), puis descend à 159 Hz sur le début de la syllabe tonique et remonte ensuite à 203 Hz. Le ton observé sur la syllabe tonique de cette UI est donc à strictement parler un low rise non creusé précédé d’une élévation de la dernière syllabe de la tête.

75Bien que Barry 2007 décrive les low rises creusés comme typologiquement différents des low rises exempts de creux mélodique, on peut légitimement s’interroger sur la pertinence de cette distinction catégorielle. Les premiers pourraient ne constituer qu’une variante stylistique des seconds.

5.2. Montées tardives et proéminence accentuelle occasionnelle de la dernière syllabe

  • 29 Warren 2005 fournit des statistiques sur la distribution sociolinguistique de ces montées tardives. (...)

76Le corpus contient 16 occurrences de HRT dont la queue comprend deux syllabes ou plus. Dans 3 de ces cas, la montée n’est pas observée sur la syllabe tonique, mais intervient sur la dernière syllabe de la queue. Il s’agit d’un phénomène propre au High Rising Terminal, déjà observé par Warren 2005 en anglais néo-zélandais29. Ces 3 cas sont observés dans la production de deux locuteurs (les locuteurs néo-zélandais et écossais). La montée donne alors à la dernière syllabe un degré de proéminence supérieur à celle de la tonique elle-même. Cette proéminence peut-être conférée par des variations de courbe mélodique et d’intensité (voir la figure 16 – la courbe d’intensité est fournie à la troisième ligne). En d’autres occasions, la proéminence est observée sans même que le signal de la syllabe sur laquelle intervient la montée soit plus intense que celui des autres syllabes.

Figure 16 : Low rise avec montée tardive et proéminence de dernière syllabe (Scotland 9, IDEA – 194-254 Hz. Amplitude = 60 Hz)

Figure 16 : Low rise avec montée tardive et proéminence de dernière syllabe (Scotland 9, IDEA – 194-254 Hz. Amplitude = 60 Hz)

5.3. Usage de la voix craquée

  • 30 Dans les figures 1 et 9, la chute du signal de fréquence fondamentale montre aussi l’emploi de la v (...)

77Une caractéristique inattendue des HRT de notre corpus réside en la présence récurrente de voix craquée sur et autour de la syllabe tonique. Dans la figure 17, l’abaissement de la fréquence fondamentale due à l’emploi de la voix craquée apparaît nettement sur la courbe de F0. Dans la figure 18, où se trouve un spectrogramme de la même séquence, l’apériodicité est nettement perceptible non seulement sur la voyelle de la syllabe tonique, mais encore sur la suivante30.

Figure 17 : Courbe de F0 pour le mot strongly (Australia 20, IDEA)

Figure 17 : Courbe de F0 pour le mot strongly (Australia 20, IDEA)

Figure 18 : Spectrogramme du mot strongly (Australia 20, IDEA) : l’apériodicité signale la présence de voix craquée sur et autour de la syllabe tonique

Figure 18 : Spectrogramme du mot strongly (Australia 20, IDEA) : l’apériodicité signale la présence de voix craquée sur et autour de la syllabe tonique

78La présence de voix craquée sur et autour de la syllabe tonique caractérise 29,30% des HRT du corpus. 8 locuteurs sur 10 tendent à l’utiliser dans cet environnement, ce qui n’est pas négligeable. La figure 19 montre la proportion de HRT caractérisés par l’usage de la voix craquée sur et autour de la syllabe tonique dans la production des locuteurs concernés.

Figure 19 : Proportion de HRT caractérisés par l’usage de la voix craquée sur et autour de la syllabe tonique, par locuteur (%)

Figure 19 : Proportion de HRT caractérisés par l’usage de la voix craquée sur et autour de la syllabe tonique, par locuteur (%)

79Les graphiques révèlent que certains locuteurs utilisent des proportions très significatives de voix craquée sur et autour de la syllabe tonique (le locuteur néo-zélandais en utilise non moins de 80% et le 1er locuteur londonien 66,67%). La quasi-absence de questions polaires dans ce corpus de récits spontanés ne permet pas de déterminer si ces mêmes locuteurs utilisent également la voix craquée sur les schémas ascendants employés dans ce type d’énoncés. Les données établissent en revanche que les locuteurs qui utilisent la voix craquée sur leurs HRT l’utilisent également en association avec certains schémas descendants. Ceci montre que ce type de phonation ne caractérise pas exclusivement le HRT. La présence notable de cette caractéristique prosodique dans la production de locuteurs qui utilisent le High Rising Terminal n’est cependant pas sans intérêt, car elle pourrait signaler la diffusion d’une innovation de nature phonatoire conjointement à celle du HRT (6.).

6. Discussion

80Notre corpus ne peut être considéré comme représentatif de la densité en HRT du discours oral en anglais contemporain, car les extraits qui le composent ont précisément été choisis en raison du nombre important de High Rising Terminals qui les caractérisait (2.2.). Les extraits apportent cependant la confirmation que le HRT se diffuse actuellement dans de nombreuses variétés d’anglais. Tous les facteurs étaient certes réunis pour favoriser le phénomène (locuteurs jeunes, de sexe féminin, récit spontané). Il n’en reste pas moins que, sur un échantillon de 10 locuteurs de pays ou de localités différentes, 5 utilisent, dans des extraits de 0’56’’ et 3’24’’, des proportions de HRT sensiblement égales ou supérieures à 50% (jusqu’à 68,18% pour le locuteur canadien). Les proportions recensées pour les locuteurs écossais et nord-irlandais sont même susceptibles d’être inférieures à la réalité, le low rise n’y ayant pas été pris en compte. Dans certains types de discours, l’emploi du HRT, traditionnellement décrit comme stylistique et marqué (voir 1.1.) pourrait ainsi être en voie de se banaliser. Voici plus de deux décennies, Cruttenden 1994 suggérait d’ailleurs que son usage puisse s’étendre et devenir systémique.

  • 31 Dans l’extrait de Leeds, la hauteur mélodique du point d’arrivée des HRT augmente au fur et à mesur (...)

81La nature informelle de la situation de communication dans laquelle les récits spontanés du corpus IDEA ont été enregistrés confirme que l’expression de la déférence ou du manque de sécurité est peu susceptible de constituer la valeur centrale de ce type de contour. Dans deux extraits (New Zealand 4 et Leeds), la concentration des HRT augmente alors que la narration tend vers son paroxysme, pour laisser place à davantage de schémas descendants après que celui-ci a été atteint. L’intonation ascendante pourrait ainsi, dans ce contexte, jouer un rôle iconique et indiquer une tension (voir Cruttenden 1981). Les variations mélodiques importantes observées dans l’emploi du full rise pourraient également signaler l'implication du locuteur31. Dans le récit spontané, l’emploi de schémas ascendants en fin d’énoncé déclaratif semble avant tout permettre de maintenir et d’optimiser le contact avec le destinataire, si bien que l’on évoque pour décrire cette démarche une stratégie positive de politesse (Britain 1992b), le maintien d’un lien avec l’interlocuteur (McLemore 1991) ou une recherche d’empathie (Tepper & Hasse 2004).

82La compatibilité de l’intonation ascendante avec l’expression de la déférence ou l’insécurité est cependant attestée (Liberman 2006a), et il nous semble difficile de définir une valeur spécifique unique du HRT, celle-ci étant susceptible de varier en fonction de la situation de communication. De la même manière que l’intonation ascendante peut être employée pour signaler des attitudes très diverses lors de la formulation de questions polaires (comparer « You hear me? » avec « Have I got that right? »), le HRT peut aussi induire divers effets de sens.

  • 32 Fletcher & Harrington 2001 montrent que cette équation doit être nuancée. Leurs données suggèrent q (...)

83Cette comparaison du HRT avec les énoncés interrogatifs soulève par ailleurs une question non dépourvue d’intérêt. Certains travaux pionniers (par exemple Ching 1982) assimilent en effet le HRT à l’intonation des questions32 (voir aussi Cruttenden 2008). S’il s’avérait qu’une valeur de questionnement était bien à l’origine du High Rising Terminal, celle-ci pourrait constituer la valeur invariante du HRT. Le High Rising Terminal permettrait de superposer le « sens » d’une question à celui d’une assertion pour optimiser le contact avec l’interlocuteur. Dans le récit spontané, sa valeur sémantique pourrait s’apparenter à des questions telles que : « (Are) You still with me? », « You know? », « (Do) You see what I mean? », etc. Assimiler le HRT à une valeur de questionnement superposée au sens d’un énoncé déclaratif présente l’avantage de rendre compte de l’existence de multiples effets de sens, une question pouvant revêtir toutes sortes de significations en fonction des termes qui s’y trouvent employés et du contexte de communication.

84D’autres études évoquent une stratégie de politesse (Britain 1992b) ou une recherche d’empathie (par exemple Tepper & Hasse 2004), valeurs éminemment compatibles avec le récit spontané. Ces analyses suggèrent que les fonctions linguistique et attitudinale de l’intonation se recoupent parfois. Si l’on admet que les facteurs qui déterminent l’emploi du HRT sont essentiellement attitudinaux, il devient alors possible de reconnaître l’existence d’une hiérarchie fonctionnelle dans les emplois de l’intonation et d’admettre que la fonction attitudinale prime sur des considérations purement linguistiques dans le choix des contours (Cruttenden 1981). Les attitudes exprimées par le HRT étant susceptibles de varier selon le type de discours et la situation de communication, l’identification d’une valeur invariante devient alors plus problématique.

85Dans les variétés d’anglais dont le système intonatif est celui du RP, le high rise et le low rise (parfois le fall-rise) sont fréquemment associés aux questions polaires (Cruttenden 2001a), et l’on peut supposer que l’emploi présentiel du full rise pour réaliser le HRT permet de désambiguïser le statut de certains énoncés déclaratifs. Le low flat n’est pas traditionnellement associé au questionnement dans les accents « standards » britannique ou américain (Cruttenden 1997). Si l’on admet que la valeur de questionnement est bien à l’origine de l’emploi du HRT, on peut alors envisager que son emploi puisse signaler une évolution dans les traits distinctifs de cette innovation prosodique, avec le développement d’un trait de nature phonétique [+/- ascendant] au lieu d’un trait originellement grammatical/discursif/pragmatique [+/- interrogatif]. Mais il ne s’agit là que d’une conjecture.

86L’emploi du full rise et du low flat pour réaliser le HRT pourrait quoi qu’il en soit avoir des répercussions phonologiques sur les systèmes intonatifs de l’anglais contemporain. Cruttenden (1997) ne reconnaît en effet pas d’existence distincte au full rise dans le système intonatif du RP, l’assimilant au high rise en raison de la hauteur de son point d’arrivée. Si, comme le suggère notre corpus, le full rise est privilégié en anglais contemporain pour réaliser le HRT alors que le high rise est utilisé, par contraste, principalement sur les questions polaires, le statut phonologique de ces deux tons pourrait devenir distinct (ce qui confirmerait les observations de Fletcher & Harrington 2001 sur l’anglais australien). Il conviendrait alors de considérer le full rise comme un 8e élément de l’inventaire du RP et comme un ton supplémentaire dans le système UNBI, qui ne comprend pas traditionnellement ce contour (Cruttenden 2007). De même, l’emploi assez fréquent du low flat pourrait lui conférer un statut phonologique. Déjà identifié par Barry (2007) dans des variétés d’anglais britannique et américain, ce ton semble fonctionnellement distinct du low rise, traditionnellement associé dans le RP à des sens linguistiques et paralinguistiques que le low flat ne permet pas d’exprimer.

87Outre la question de sa valeur invariante et les enjeux phonologiques soulevés par certaines de ses réalisations phonétiques, le HRT pose une difficulté d’ordre définitoire. Il a en effet été décrit comme un ton ascendant employé de manière non traditionnelle en fin d’énoncé déclaratif. Or, les critères d’identification des énoncés déclaratifs retenus ici (2.3), notamment ceux de nature syntaxique (1.2), ont été précisés en tenant compte des définitions ordinaires du phénomène, qui font appel à la notion de phrase ou de proposition.

88Certains UI du corpus, exclues des statistiques parce qu’elles ne correspondaient pas à ces critères, posent cependant problème. Considérons les deux segments suivants :

(12) / and like the inside of cassette ↑tapes (high rise) // were stapled all over the ↑ceiling (low rise) // (California 1)

(13) / er me and my ↑dad (low flat) // also we had a ↑motor boat (low rise) // (British Columbia 1)

89Dans chacune de ces séquences, le sujet de l’énoncé correspond à une UI distincte suivie d’une pause. Pour des raisons syntaxiques, ces UI n’ont pas été considérées comme signalant des énoncés déclaratifs. Que penser alors du high rise et du low flat respectivement employés sur la tonique de ces UI? Ces deux tons ascendants n’auraient-ils pas dû être considérés comme des HRT ?

90Quelle que soit la réponse apportée à cette question, elle soulève d’autres interrogations. Si l’on maintient que ces tons ascendants observés sur de simples constituants ne sont pas des HRT, il faut alors déterminer la raison de leur emploi sur la syllabe tonique des UI concernées et définir leur statut. On peut aussi considérer qu’après tout, ces schémas constituent des HRT. C’est alors le problème de la définition du phénomène qui se pose. Si des HRT peuvent être observés sur un simple constituant, est-il encore possible de les définir comme des tons ascendants observés en fin d’énoncé déclaratif? Considérons encore les deux segments suivants, dont les premières UI ont également été exclues des statistiques :

(14) / Both are about a four-hour drive ↑east (high rise) // of [pause d’hésitation] Prince ↑George (high rise) // (British Columbia 1)

(15) / It was, um, a↑bout (full rise) // three film students who go into the ˎforest / who film a documentary about the Blair ˎwitch // (New Zealand 4)

91Les tons ascendants observés sur la tonique de ces UI initiales, suivies de pauses, se produisent à la fin de segments qui ne correspondent pas même à des constituants. Une fois encore, considérer que ces tons ascendants sont des HRT remet en cause la définition du phénomène.

92Une autre solution, qui nous semble plus satisfaisante, serait de redéfinir l’énoncé déclaratif dans le discours spontané. Plutôt que d’envisager que l’existence de celui-ci soit systématiquement délimité par certains marqueurs syntaxiques, il faudrait admettre que l’oral permette de le concevoir différemment. En contexte de communication, la transmission d’une information véhiculée par un simple constituant, voire un segment ne correspondant pas même à une entité syntaxique discrète (comme dans les deux derniers exemples) pourrait ainsi être envisagée comme un acte déclaratif à part entière. Ceci rejoint en partie l’analyse de Brazil 1997, qui considère qu’un simple constituant peut revêtir en discours une valeur proclamative (proclaiming, dans le paradigme proclaiming/referring). Ceci invaliderait partiellement les définitions du HRT présentant le phénomène comme apparaissant en fin de phrase ou de proposition (voir supra 1.2.).

93Une des caractéristiques périphériques du HRT soulève également une problématique non dépourvue d’intérêt. Dans notre corpus, une proportion relativement importante de HRT est associée à l’emploi de la voix craquée. Or, bien que ce type de phonation ne se limite pas à ces seuls schémas ascendants, sa présence dans les enregistrements pourrait mettre en lumière un phénomène prosodique remarquable. Au même titre que le HRT, l’utilisation abondante de la voix craquée est en effet récemment observée aux États-Unis chez de nombreux locuteurs jeunes et de sexe féminin (par exemple Wolk et al. 2012). S’il se confirmait que de tels emplois étendus de la voix craquée se propageaient dans d’autres zones géographiques simultanément à celui du HRT, ceci indiquerait que des innovations prosodiques de diverses natures (intonatives, mais aussi phonatoires) se diffusent actuellement dans diverses variétés d’anglais, au même titre que certaines innovations segmentales.

94Enfin, notre corpus confirme la diffusion du HRT dans des variétés d’anglais dont le système intonatif est UNBI. Il apparaît clairement que les locuteurs des variétés en question utilisent le full rise pour réaliser leurs HRT. La locutrice écossaise utilise également le low flat. A ce stade de la recherche sur les HRT et sur les tons d’UNBI, il reste cependant difficile de déterminer quand certains des low rises employés en fin d’énoncé déclaratif doivent être analysés comme relevant de la première ou de la seconde catégorie. Par conséquent, ces tons n’ont pas été pris en compte dans la production des locuteurs écossais et nord-irlandais, excepté un schéma comportant une montée tardive. Ce trait est en effet attesté comme une caractéristique spécifique du HRT. Un nouveau critère permettant de distinguer les HRT des tons ascendants d’UNBI pourrait ainsi avoir été identifié. L’emploi du low rise en tant que réalisation du HRT par les locuteurs de variétés dont le système intonatif est UNBI constitue, quoi qu’il en soit, un sujet non dépourvu d’intérêt pour le psycholinguiste. Dans les cas phonétiquement ambigus (voir 2.3. et Sullivan 2010), il en est en effet pertinent de s’interroger sur la capacité des locuteurs à distinguer les deux types de tons et de déterminer précisément le statut fonctionnel qu’ils leur attribuent respectivement.

Conclusion et perspectives

95Cette étude se concentre sur les caractéristiques d’une innovation prosodique saillante observée dans un nombre croissant de variétés d’anglais contemporain dont l’analyse varie selon les auteurs. Des divergences parfois significatives caractérisent en effet les descriptions de la forme phonétique du High Rising Terminal ainsi que la définition de sa valeur pragmatique et la délimitation syntaxique des segments sur lesquels il est observé.

96Contrairement à ce que suggèrent certaines descriptions traditionnelles du HRT (par exemple Hirschberg et Ward 1995, Ladd 1996), la forme de ce type de contours ne se limite pas au high rise, mais englobe d’autres schémas intonatifs. Au moins cinq contours distincts sont utilisés à cet effet dans notre corpus. Par nombre décroissant d’occurrences, il s’agit du low rise, du full rise (le full rise étant utilisé par davantage de locuteurs), du high rise, du low flat et du fall-rise.

97Même si la représentativité des proportions d’usage de ces contours doit être relativisée en raison de la petite taille du corpus, ces proportions sont très probablement indicatives, dans une certaine mesure, de la situation qui prévaut aujourd’hui dans le monde anglophone. Ces résultats concordent en partie avec ceux de Fletcher & Harrington (2001) pour l’anglais australien et de Barry (2007) pour l’anglais sud californien et l’anglais londonien.

98Comme l’indique la disparité observée entre les deux locuteurs londoniens, il existe vraisemblablement une variation importante au sein de chaque variété géographique, et les locuteurs du corpus ne peuvent être considérés comme représentatifs de la variété qu’ils utilisent. On ne peut en outre exclure que divers facteurs discursifs, attitudinaux ou pragmatiques non encore identifiés contribuent à conditionner ces variations. Des recherches complémentaires sur les proportions d’emploi de tel ou tel contour dans diverses variétés géographiques gagneraient à être menées. Il conviendrait aussi de chercher aussi à déterminer quel type de contexte sémantique, discursif ou pragmatique est susceptible de déterminer le choix de tel ou tel contour dans les variétés concernées.

99Contrairement à ce que les travaux de Barry (2007) auraient pu laisser supposer, le low flat est observé dans diverses variétés d’anglais. Il se peut que le style de discours ou le registre de langue constituent ici des variables déterminantes. Il est également possible que l’on assiste à une progression du low flat en tant que réalisation novatrice du High Rising Terminal. L’emploi fréquent du full rise et celle du low flat pourraient quoi qu’il en soit avoir des conséquences phonologiques sur l’intonation de l’anglais contemporain et induire la nécessité de considérer ces schémas comme de nouveaux éléments dans l’inventaire intonatif de diverses variétés.

100Aucune tendance permettant d’identifier les effets de sens des différents contours utilisés pour réaliser le HRT ne se dégage des enregistrements. L’emploi abondant du High Rising Terminal dans un corpus constitué en contexte informel alimente cependant la réflexion sur une éventuelle valeur invariante du HRT. En adoptant une approche grammaticale ou discursive, on peut suggérer que le High Rising Terminal permet de superposer le sens du questionnement à celui de l’assertion, plusieurs des schémas employés pour le réaliser étant également associés aux questions polaires. La prise en compte de facteurs de nature paralinguistique encouragerait plutôt à considérer que ce sont des éléments attitudinaux qui se superposent à la valeur linguistique des énoncés. Il devient alors plus difficile de définir une valeur centrale du High Rising Terminal.

101Dans notre corpus riche en HRT, l’association non traditionnelle de tons ascendants à de simples constituants, voire à des entités sans réelle intégrité syntaxique pose un problème d’ordre définitoire. Si l’on considère le High Rising Terminal comme un ton ascendant observé en fin d’énoncé déclaratif, il convient de reconsidérer la délimitation de l’énoncé déclaratif dans le discours spontané et de relativiser la pertinence du critère syntaxique évoqué par certains auteurs (par exemple Guy et al. 1986, Britain 1992b, Cruttenden 1994, Bradford 1997, Barry 2007). L’énoncé déclaratif pourrait alors être défini sur la base de son seul statut discursif et assimilé à tout acte proclamatif (proclaiming, dans la terminologie de Brazil).

102Une proportion non négligeable de HRT du corpus est caractérisée par l’usage de la voix craquée sur et autour de la syllabe tonique, ce qui constitue un résultat inattendu. Des recherches menées à partir de corpus de plus grande taille sont nécessaires pour déterminer si ce trait constitue un paramètre significatif pour décrire le phénomène. Une diffusion avérée de ce type de phonation en association directe ou indirecte avec le HRT indiquerait quoi qu’il en soit que divers types d’innovations prosodiques se diffusent aujourd’hui en anglais contemporain.

103Bien qu’une certaine ambiguïté subsiste quant au statut des tons de type low rise observés en fin d’énoncé déclaratif dans les variétés d’anglais dont le système intonatif est UNBI, l’emploi par le locuteur écossais d’un low rise à montée tardive, caractéristique du HRT, paraît fournir un nouveau critère pour différencier les deux types de schémas. Cet aspect de l’intonation de l’anglais reste aujourd’hui méconnu.

104De manière plus générale, cette étude révèle que les problématiques soulevées par la progression du HRT en anglais contemporain sont loin d’être totalement élucidées et constituent à ce jour un domaine de recherche stimulant appelant des recherches complémentaires.

Top of page

Bibliography

Abercrombie, David. Elements of General Phonetics. Edinburgh: Edinburgh University Press, 1967.

Ainsworth, Helen. “The emergence of the High Rising Terminal Contour in the Speech of New Zealand Children.” Te Reo 37 (1994): 3-20.

Allan, Keith. “The Component Functions of the High Rise Terminal Contour in Australian Declarative Sentences.” Australian Journal of Linguistics 4 (1984): 19-32.
DOI : 10.1080/07268608408599318

Allan, Scott. “The Rise of New Zealand Intonation.” In A. Bell et J. Holmes (eds.), New Zealand ways of Speaking English. Clevendon: Multilingual Matters, 1990: 115-128.

Arvaniti, Amalia and Gina Garding. “Dialectal Variation in the Rising Accents of American English.” In C. T. Best, L. Goldstein, et D. H. Whalen (eds.), Laboratory phonology 8. Berlin: Mouton de Gruyter, 2005.

Barry, Angela. The Form, Function And Distribution Of High Rising Intonation. Sarrebruck: Verlag Dr Müller, 2007.

Beckman, Mary E. et Gayle Ayers Elam. Guidelines for ToBI Labelling. The Ohio State University Research Foundation, 1993. <http://www.ling.ohio-state.edu/~tobi/ame_tobi/label-ling_guide_v3.pdf> (Page consultée le 26 août 2015)

Benton, Richard. Research into the English Language Difficulties of Maori School Children 1963-1964. Wellington: Maori Education Foundation, 1966.

Bolinger, Dwight. “Intonation across Languages.” In J. Greenberg, C. Ferguson et A. Moravcsik (eds.), Universals of Human Language. vol. 2. Phonology. Stanford: Stanford University Press, 1978: 473-519.

Bradford, Barbara. “Upspeak in British English.” English Today 51(13.3) (1997): 33-36.
DOI : 10.1017/S0266078400009810

Brazil, David. Discourse Intonation. University of Birmingham: English Language Research, 1975.

Brazil, David. The Communicative Value of Intonation in English. Cambridge: Cambridge University Press, 1997.

Britain, David et John Newman. “High Rising Terminals in New Zealand English.” Journal of the International Phonetic Association 22 (1992): 1-11.
DOI : 10.1017/S0025100300004540

Britain, David. “High Rising Terminals in New Zealand English.” Journal of the International Phonetic Association 22(1/2) (1992a): 1-11.
DOI : 10.1017/S0025100300004540

Britain, David. “Linguistic Change in Intonation: the Use of High Rising Terminals in New Zealand English.” Language Variation and Change 4 (1992b): 77-104.
DOI : 10.1017/S0954394500000661

Cheng, Winnie and Martin Warren. “//CAN I help you //: The Use of Rise and Rise-fall Tones in the Hong Kong Corpus of Spoken English.” International Journal of Corpus Linguistics, 10(1) (2005): 85-107.

Ching, Marvin. “The Question Intonation in assertions.” American Speech 57 (1982): 95-107.
DOI : 10.2307/454443

Cruttenden, Alan. “Falls and rises: meanings and universals.” Journal of Linguistics 17/1 (1981): 77-92.
DOI : 10.1017/S0022226700006782

Cruttenden, Alan. “Rises in English.” In W. J. Lewis (éd.), Studies in General and English Phonetics: Essays in Honour of Professor J. D. O’Connor. London: Routledge, 1994: 155-173.

Cruttenden, Alan. Intonation (2nd ed.). Cambridge: Cambridge University Press, [1986] 1997.
DOI : 10.1017/CBO9781139166973

Cruttenden, Alan. Gimson’s Pronunciation of English. London: Routledge, 2001a.

Cruttenden, Alan. “Mancunian Intonation and Intonational Representation.” Phonetica 58 (2001b): 53-80.
DOI : 10.1159/000028488

Cruttenden, Alan. “Intonational Diglossia: a Case Study of Glasgow.” Journal of the International Phonetic Association, vol. 37, n 3 (2007): 257-274.
DOI : 10.1017/S0025100307002915

Currie, Karen. Intonation Systems of Scottish English. PhD Dissertation. University of Edinburgh: 1979.

Dalton, Martha and Ailbhe Ní Chasaide. “Nuclear Accents in Four Irish (Gaelic) Dialects,” Proceedings of the XVIth International Congress of Phonetic Sciences (2007). <http://hdl.handle.net/2262/39402> (Page consultée le 22/08/2015).

Di Gioacchino, Martina and Lorena Crook Jessop. “Uptalk – Towards a Quantitative Analysis.” Toronto Working Papers in Linguistics, Vol. 33 (2010).

Eckert, Penelope. “The Whole Woman: Sex and Gender Differences in Variation.” Language Variation and Change 1 (1989): 245-268.
DOI : 10.1017/S095439450000017X

Ellingsæter, Christine Melve. Phonological Variation and Change in the Surrey Accent. Mémoire de Master non publié. Université de Bergen, 2014.

Fletcher, Janet, Esther Grabe and Paul Warren. “Intonational Variation in Four Dialects of English: the High Rising Tune.” In S.-A. Jun (ed.), Prosodic Typology: the Phonology of Intonation and Phrasing. Oxford: Oxford University Press, 2005: 390-409.

Fletcher, Janet and Jonathan Harrington. “High-rising Terminals and Fall-rise Tunes in Australian English”, Phonetica 58 (2001): 215-229.
DOI : 10.1159/000046176

Fletcher, Janet and Deborak Loakes. “Patterns of Rising and Falling in Australian English”. Proceedings of the 11th. Australian Conference on Speech Science and Technology. (2006): 42-47.

Foulkes, Paul and Gerry Docherty. “The Social Life of Phonetics and Phonology.” Journal of Phonetics 34 (2006): 409-438.
DOI : 10.1016/j.wocn.2005.08.002

Foulkes, Paul and Gerry Docherty. “Phonological Variation in the English of England.” In David Britain (ed.), Language in the British Isles. Cambridge: Cambridge University Press, 2007.

Gorman, James. “Like, Uptalk?” The New York Times (On Language column) 8/15/1993, 1993: <http://www.nytimes.com/1993/08/15/magazine/on-language-like-uptalk.html> (Page consultée le 26 août 2015.)

Guy, Gregory and Julia Vonwiller. “The Meaning of an Intonation in Australian English”, Australian Journal of Linguistics 4 (1984): 1-17.
DOI : 10.1080/07268608408599317

Guy, Gregory, Barbara Horvath, Julia Vonwiller and Elaine Daisley. “An Intonational Change in Progress in Australian English.” Language in Society 15 (1986): 23-51.

Halliday, Michael Alexander Kirkwood. Intonation and Grammar in British English. The Hague: Mouton, 1967.
DOI : 10.1515/9783111357447

Hirschberg, Julia and Gregory Ward. “The Interpretation of the High-rise Question Contour in English.” Journal of Pragmatics, Vol. 24, No. 4 (1995): 407-412.
DOI : 10.1016/0378-2166(94)00056-K

Horvath, Barbara. Variation in Australian English. Cambridge: Cambridge University Press : 1985.

James, Eric, Christopher Mahut and George Latkiewicz. “The Investigation of an Apparently New Intonation Pattern in Toronto English.” Information Communication 10 (1988): 11-17.

Jarman, Eric and Alan Cruttenden. “Belfast Intonation and the Myth of the Fall.” Journal of the International Phonetic Association 6 (1976): 4-12.
DOI : 10.1017/S0025100300001432

Knowles, Gerry. Scouse: the Spoken Dialect of Liverpool. PhD Dissertation. University of Leeds, 1975.

Knowles, Gerry. “The Nature of Phonological Variables in Scouse.” In P. Trudgill (ed.), Sociolinguistic Patterns in British English. London: Arnold, 1978 : 80-90.

Knowles, Gerry. “Variable Strategies in Intonation.” In Gibbon, Dafydd and Helmut Richter (eds.), Intonation, Accent and Rhythm. Berlin: Mouton de Gruyter, 1981 : 36-42.

Ladd, Robert. Intonational Phonology (Cambridge Studies in Linguistics 79) (1ère éd.). Cambridge: Cambridge University Press, 1996.

Ladd, Robert. Intonational Phonology (Cambridge Studies in Linguistics 119) (2e éd.). Cambridge: Cambridge University Press, 2008.

Ladd, Robert and G. O. Lindsay. “Theoretical Consequences of Glaswegian Intonation.” Article présenté à la convention de York de la Linguistics Association of Great Britain en 1991.

Lakoff, Robin. Language and Woman’s Place. New York: Harper & Row, 1975.
DOI : 10.1017/S0047404500000051

Laver, John. Principles of Phonetics. Cambridge: Cambridge University Press, 1994.
DOI : 10.1017/CBO9781139166621

Levy, Andrew. “Stop Ending Your Sentences on a High Note: Teachers Told to Avoid ‘Upspeak’ Commonly Found in Australian Soaps.” The Daily Mail, 14 February 2014. <http://www.dailymail.co.uk/news/article-2559638/Stop-ending-sentences-high-note-Teachers-told-cease-upspeak-commonly-Australian-soaps.html> (Page consultée le 05/11/2015).

Liberman, Mark. “This Is, Like, Such Total Crap?” Language Log, 15/05/2005, 2005: <http://itre.cis.upenn.edu/~myl/languagelog/archives/002159.html> (Page consultée le 26 août 2015).

Liberman, Mark. “Angry Rises. Language Log, 11/02/2006, 2006a: <http://itre.cis.u-penn.edu/~myl/languagelog/archives/002823.html> (Page consultée le 26 août 2015).

Liberman, Mark. “Uptalk Is Not HRT.Language Log, 26/03/2006, 2006b: <http://itre.cis.u-penn.edu/~myl/languagelog/archives/002967.html> (Page consultée le 26 août 2015).

Liberman, Mark. “The Phonetics of Uptalk.Language Log, 13/09/2008, 2008: <http://languagelog.ldc.upenn.edu/nll/?p=586> (Page consultée le 26 août 2015).

Local, J. K. “Patterns and problems in a study of Tyneside of intonation”, in C. John-Lewis (éd.), Intonation in Discourse. Londres : Crook Helm, 1986 : 181-197.

Jones, Daniel. An Outline of English Phonetics (6e éd.). Cambridge: Heffer, [1940] 1947.
DOI : 10.2307/410583

Martinet, André. “Linguistique, paralinguistique, extralinguistique.” International Review of Applied Linguistics in Language Teaching, vol. 20, issue 1-4: 83-84.

McElholm, Dermot. “Intonation in Derry English: a Preliminary Study.” In H. Kirkwood (ed.), Studies in Intonation. Belfast: University of Ulster Press, 1986.

Mclemore, Cynthia. The Pragmatic Interpretation of English Intonation: Sorority Speech. PhD Dissertation. Austin: University of Texas, 1991.

Mitchell, Alex and Arthur Delbridge. The Pronunciation of English in Australia. Sydney: Angus and Robertson, 1965.

Nance, Claire. Phonetic Variation, Sound Change, and Identity in Scottish Gaelic. PdD Dissertation. University of Glasgow, 2013: <http://the-ses.gla.ac.uk/4603/1/2013nancephd.pdf> (Page consultee le 26 août 2015).

Nicaise, Alain et Marc Gray. L’intonation de l'anglais. Paris : Nathan Université, 1998.

O’connor, Joseph Desmond and Gordon Frederic Arnold. Intonation of Colloquial English. Bristol: Longman, 1973.

Pellowe, John and Valerie Jones. “On Intonational Variability in Tyneside Speech.” In Peter Trudgill (ed.), Sociolinguistic Patterns in British English. London: Arnold, 1978 : 101-121.

Przewozny, Anne. “Variation in Australian English. ” In La tribune internationale des langues vivantes, Union des professeurs de langues dans les grandes écoles scientifiques, 36 (2004) : 74-86.

Rait, Amy. The Use of HRTs in British English. Mémoire de licence non publié. University of York, 1997.

Ritchart, Amalia and Amanda Arvaniti. “The Form and Use of Uptalk in Southern Californian English.” Proceedings of Speech Proosdy 2014, 2014: <https://www.kent.ac.uk/secl/ell/staff/amalia-arvaniti/docs/RitchartArvaniti_SpPr2014_F.pdf> (Page consultée le 26 août 2015).

Seaton, Matt. “Word up.” The Guardian 21/09/2001, 2001: <http://www.theguar-dian.com/books/2001/sep/21/referenceandlanguages.mattseaton> (Page consultée le 05/11/2015).

Shobbrook, Katherine and Jill House. “High Rising Tones in Southern British English.” In M.-J. Sole, D. Recasens and J. Romero (eds.), Proceedings of the 15th International Congress of Phonetic Sciences. Barcelona: Universitat Autonoma de Barcelona (2003) : 1273-1276.

Shokeir, Vanessa. “Evidence for the Stable Use of Uptalk in Ontario English.” University of Pennsylvania Working Papers in Linguistics 14 (2008) : 16-24.

Strang, Barbara. “Comments on D.L. Bolinger, Intonation as a Universal.” In H.G. Lunt (ed.), Proceedings of the Ninth International Congress of Linguists, The Hague: Mouton, 1964 : 845.

Sudbury, Andrea. “Falkland Islands English: a Southern Hemisphere Variety?” English World-Wide 22(1) (2001) : 55-80.
DOI : 10.1075/eww.22.1.04sud

Sullivan, Jennifer. Approaching Intonational Distance and Change. PhD Dissertation. University of Edinburgh, 2010.

Sullivan, Jennifer. “The Why of Belfast Rises”. In B. Migge et M. Ní Chiosáin (eds.), New Perspectives on Irish English. Amsterdam: John Benjamins, 2012 : 67-84.

Sweet, Henry. A Handbook of Phonetics. London: Clarendon, 1877.
DOI : 10.1017/CBO9781139854665

Tepper, Donald T. Jr and Richard F. Haase. “Verbal and Nonverbal Communication of Facilitative Conditions”. In C. Hill (ed.) Helping Skills: Facilitating Exploration, Insight and Action (2nd ed.). Washington, DC: American Psychological Association, 2001 : 211-223.

Van Leyden Klaske and Vincent van Heuven. “On the Prosody of Orkney and Shetland Dialects”, Phonetica 63 (2006): 149-174.

Walker, John. The Melody of Speaking. London: Scolar Press, [1974] 1787.

Walters, Roderick. A Study of the Segmental and Suprasegmental Phonology of Rhondda Valleys English. PhD Dissertation. Pontypridd: University of Glamorgan, 1999.

Warren, Paul and David Britain. “Intonation and Prosody in New Zealand English.” In A. Bell and K. Kuiper (eds.), New Zealand English. Wellington, New Zealand: Victoria University Press, 2000 : 146-172.

Warren, Paul and Nicola Daly. “Sex as a Factor in Rises in New Zealand English.” In J. Holmes (ed.), Gendered Speech in Social Context: Perspectives from Gown and Town. Wellington: Victoria (2000) 99-115.

Warren, Paul. “Patterns of Late Rising in New Zealand English: Intonational Variation or Intonational Change?” Language Variation and Change 17 (2005): 209-230.
DOI : 10.1017/S095439450505009X

Wells, John. Accents of English. Vol. 1 ; 2 ; 3. Cambridge: Cambridge University Press, 1982.

Wilde, Hans-Oskar. “Der Industrie-Dialekt von Birmingham: Intonation und Sprachvariante; Tonbewegung, Lautqualität und Lautquantität”, Studien zur Englischen Philologie 94, Halle: Niemeyer, 1938.

Wilhelm, Stephan. “Innovations segmentales et suprasegmentales dans le NW Yorkshire, Implications pour l’étude du changement accentuel dans l’anglais des îles Britanniques.” Thèse de doctorat non publiée. Université de Bourgogne, 2011. <http://nuxeo.u-bourgogne.fr/nuxeo/site/esup-versions/76764297-7bd1-4604-a694-8997d1d8d8dc> (Page consultée le 26 août 2015).

Wilhelm, Stephan. “Urban North British Intonation – Le système intonatif des accents de l’anglais du nord du Royaume-Uni.” In Actes du Colloque du 17 mai 2014. Paris : Les Amis du Crelingua, (2015) : 72-88.

Wolk, Lesley, Nassima Abdelli-Beruh and Dianne Slavin. Habitual Use of Vocal Fry in Young Adult Female Speakers. Journal of Voice 26 (3) (2012): 111-116.

Top of page

Notes

1 Le terme uptalk semble avoir été employé pour la première fois par James Gorman dans un éditorial du New York Times intitulé “Like, uptalk?” (8/15/1993 – Liberman 2006b). Seaton 2001 et d’autres observateurs non spécialistes utilisent pour leur part le terme upspeak (Barry 2007). Ce sont là les appellations sous lesquelles le grand public est le plus susceptible de connaître le High Rising Terminal (Barry 2007). Bradford 1997 intitule son étude de référence de l’usage des HRT en anglais britannique : “Upspeak in British English”.

2 Plusieurs variétés d’anglais du nord du Royaume-Uni sont traditionnellement caractérisées par l’emploi de schémas ascendants en fin d’énoncé déclaratif. Ces tons sont cependant distincts du HRT (voir 1.1. et 5.2.).

3 Voir par exemple Levy 2014.

4 Dans les variétés d’anglais « standard », cette innovation est principalement observée en fin de mot avant une consonne ou une pause, ou encore à l’intérieur d’un mot avant une obstruante ou une nasale. Dans de nombreuses variétés d’anglais britannique considérées comme « non-standard », elle est aussi abondamment observée dans d’autres environnements, y compris, sous certaines conditions, en position initiale (comme, par exemple, dans « See you tomorrow! »).

5 [J]ust as upspeak crosses the gender boundary once it has become established in the community, it seems also to cross chronological boundaries. In the USA and the Antipodes where it is well established it has spread through the age groups and is no longer used exclusively by the young. The factors governing its use can be seen not to be exclusively age-related, then, but motivated by the social and interpersonal conditions of the speech situation.” (Bradford 1997).

6 Très récemment encore, la contribution au site Wikipedia intitulée « High Rising Terminal » assimilait le HRT aux montées intonatives observées en fin d’énoncé déclaratif dans les variétés d’anglais parlées à Belfast. Voir <https://en.wikipedia.org/wiki/High_rising_terminal> (Page consultée le 22 août 2015.)

7 En vertu d’un phénomène d’alternance codique, dans certaines localités du nord de l’Angleterre, ces schémas sont cependant fréquemment employés en alternance avec les schémas descendants de l’accent RP (Cruttenden 1994, 2001b).

8 UNBI est attesté dans les localités suivantes : Belfast, Derry, (Jarman & Cruttenden 1976, McElholm 1986, Cruttenden 1994) ; Glasgow (Currie 1979, Ladd & Lindsay 1991, Cruttenden 1994, 2007) ; Liverpool (Knowles 1975, 1978 et 1981, Cruttenden 1994) ; Newcastle et la région de Tyneside (Strang 1964, Pellowe & Jones 1978, Local 1986, Cruttenden 1994) ; Manchester (Cruttenden 1994, 2001b) ; Birmingham (Wilde 1938, Cruttenden 1994) ; Leeds (Wilhelm 2011) ; Les Orcades (van Leyden & van Heuven 2006) ; Lewis et Harris (deux communications personnelles en 2013) ; la région de Cumbria (observations informelles) et peut-être le Pays de Galles (Cruttenden 1997). L’appellation UNBI est en réalité contestable à plus d’un titre. D’une part, le système intonatif désigné par ce sigle n’est pas observé uniquement dans des zones urbaines. D’autre part, il est aussi attesté dans le comté de Donegal, au nord de la République d’Irlande (Dalton & Ni Chasaide 2007).

9 <http://www.projet-pac.net/>.

10 Dans les enregistrements du corpus PAC, les rares cas où le point d’arrivée des schémas ascendants d’UNBI est situé dans le haut de la tessiture signalent une grande animation des locuteurs. Des mouvements rapides et amples suivent ou précèdent la tonique de tête, située vers le haut de la tessiture et suivie par une chute mélodique importante ou située vers le bas et suivie par de rapides mouvements ascendants. Sullivan 2010 décrit les contours observés dans le corpus d’anglais de Belfast de l’Université d’Édimbourg comme phonétiquement similaires à des HRT (c’est-à-dire dépourvus de retombée mélodique après la montée initiale), mais ses descriptions et illustrations suggèrent qu’il s’agit de low rises.

11 Le terme d’énoncé déclaratif est ici employé pour se référer à la fois aux énoncés affirmatifs et aux énoncés négatifs, par opposition aux énoncés interrogatifs.

12 [HRTs] begin high on the accented syllable and keep rising to the end of the phrase”. (Ladd 1996)

13 Le locuteur nord-irlandais est âgé d’une cinquantaine d’années. Ce choix a été contraint par le fait que le corpus IDEA ne comprenait aucun enregistrement de locuteur jeune et de sexe féminin véritablement représentatif des variétés d’anglais d’Irlande du Nord de longueur suffisante pour permettre son exploitation dans le cadre de cette étude.

14 <http://www.dialectsarchive.com/>

15 Après avoir encouragé le sujet à parler de son parcours, de sa famille ou des lieux associés à son histoire personnelle, le chercheur s’abstient autant que possible d’intervenir par la parole et laisse le sujet s’exprimer, l’encourageant éventuellement par des sourires ou des signes de tête (<http://www.dialectsarchive.com/submission-guidelines>).

16 L’intonation est en effet susceptible de remplir les trois fonctions essentielles de la parole : linguistique, paralinguistique et extralinguistique (Abercrombie 1967, Martinet 1982, Laver 1994). On entend par fonction linguistique la transmission du contenu sémantique du message dans le cadre d’un acte de communication. Il s’agit, en quelque sorte, du sens du « texte » du message. La fonction paralinguistique consiste en la transmission d’informations relatives à l’état émotionnel ou affectif du locuteur, ou à son attitude à l’égard de son message ou de son destinataire. La fonction extralinguistique renvoie à la transmission d’informations relatives aux caractéristiques permanentes du locuteur (condition physique, origines géographiques, etc.).

17 D’autres travaux portant sur le HRT (par exemple Allan 1990 ou Fletcher & Loakes 2006) privilégient la division des corpus en segments délimités par des pauses (PDU ou Pause-Defined Units). Cette segmentation est parfois problématique car toutes les pauses n’ont pas de pertinence sémantique (Britain 1992b).

18 Les exemples cités ici, tirés du corpus, peuvent être retrouvés et écoutés sur le site du corpus en ligne IDEA. Leur reference sera systématiquement fournie à cette fin.

19 La nature des critères pris en compte est sensiblement similaire à celle des éléments retenus par les transcripteurs appelés à déterminer l’indice de rupture (break index) de certains segments de discours dans la transcription ToBI. La prise en compte du type d’accent nucléaire peut sembler introduire une mesure de circularité dans l’analyse, mais elle n’en reste pas moins nécessaire pour évaluer le degré de dissociation des propositions dans la chaîne parlée (voir par exemple Beckman & Ayers Elam 1993, Di Gioacchino & Crook Jessop 2010).
Dans certains cas, le degré d’autonomie évoqué ici aurait pu être testé par l’ajout de majuscules et de points dans la transcription orthographique. Mais outre le fait que ce procédé eût produit un effet peu naturel dans certains enchaînements paratactiques ou coordinatifs caractéristiques du discours oral spontané, il existe des cas qui résistent à cette manipulation, tant il est vrai que les unités intonatives de l’oral correspondent à un découpage sémantique (Britain 1992b) mais pas toujours à des unités syntaxiques cohérentes.

20 De même, dans / Erm, the way they ˎfilmed it was / they got three ˎactors / and gave them a ↑camera // (full rise) / ↑each // (full rise) (New Zealand 4), la pause avant la seconde UI nous a amenés à considérer que cette dernière correspondait à un énoncé distinct dont le sens était approximativement « They actually gave one to each of them. » Il n’est pas question de chercher ici à déterminer si cet énoncé est à proprement parler elliptique.

21 Les illustrations insérées dans cet article ont été obtenues à l’aide du logiciel d’analyse acoustique Speech Analyzer 3.1 (<http://www-01.sil.org/computing/sa/index.htm>). Les lignes verticales du curseur du début et de fin – respectivement de couleur verte et rouge – ont été utilisées pour délimiter les contours observés à partir de la syllabe tonique.

22 On ne peut, certes, pas considérer les locuteurs comme représentatifs de la variété d’anglais qu’ils utilisent dans la mesure où il existe très probablement une variation importante entre les locuteurs dans chacune des variétés concernées. Cela est illustré par les proportions de contours très différentes utilisées par les deux locutrices de Londres (voir figures 1, 5 et 7). La proportion de tons utilisés par chaque locuteur en tant que réalisation phonétique du HRT montre néanmoins la manière dont divers locuteurs peuvent utiliser différents contours ou encore différentes proportions de tel ou tel contour.

23 L'état de la recherche ne fournit aucun critère objectif permettant de distinguer le full rise du low rise. Cruttenden 2007 explique que les full rises observés dans l’intonation de son informateur de Glasgow différent de ses low rises par le fait qu’ils confèrent un « sens de questionnement » (a querying meaning) aux affirmations sur lesquelles ils se produisent. La valeur de 80 Hz a été fixée dans la mesure où il nous semblait que les énoncés communiquaient le plus souvent ce « sens de questionnement » lorsqu’ils étaient associés à un ton ascendant dont l’amplitude égalait ou dépassait ce seuil.

24 Le locuteur néo-zélandais possède le low rise dans son inventaire intonatif et en fait un usage courant, notamment pour signaler une suite à venir.

25 On reprend ici l’appellation utilisée par Barry 2007, qui ne fournit pas de critère objectif pour distinguer le low flat du low rise. La valeur de 15 Hz a été fixée dans la mesure où il nous a semblé que l’impression auditive produite par les tons ascendants qui couvraient ou dépassaient cette amplitude s’apparentaient davantage à celle produite par le low rise.

26 Ces fall-rises interviennent dans des enchaînements d’énoncés systématiquement terminés par des HRT de type low rise ou full rise. Cet emploi systématique de tons ascendants est très différent des séquences intonatives traditionnellement observées dans le RP ou le GA.

27 Les tons utilisés dans les premières phrases des présentations autobiographiques ne sont pas toujours les mêmes, par exemple. Dans la production du locuteur californien, on trouve ainsi : / I grew up in like Canooga Park (low rise). Dans celle du locuteur australien : / I’m from a small town (full rise) // A coastal town (full rise) // Er, in New South Wales (full rise) //. Un phénomène récurrent consiste cependant en l’augmentation de la fréquence de l’emploi des HRT au fur et à mesure que le récit progresse vers son paroxysme, puis en un retour vers l’utilisation majoritaire de tons descendants traditionnels après que celui-ci a été atteint.

28 La figure 3 et, dans une moindre mesure, la figure 5, révèlent également la présence de creux mélodiques sur la syllabe tonique du full rise et du low rise proposés en illustration.

29 Warren 2005 fournit des statistiques sur la distribution sociolinguistique de ces montées tardives. Le faible nombre d’occurrences et l’absence de groupes sociolinguistiques distincts ne permettent pas un tel travail sur notre corpus.

30 Dans les figures 1 et 9, la chute du signal de fréquence fondamentale montre aussi l’emploi de la voix craquée.

31 Dans l’extrait de Leeds, la hauteur mélodique du point d’arrivée des HRT augmente au fur et à mesure que les informations communiquées par le locuteur revêtent un caractère personnel : / and then I came here in oh two (full rise, point d’arrivée 292 Hz) // so I've been in Wetherby since two thousand and two (full rise, point d’arrivée 331 Hz) // I'm quite happy here (full rise, point d’arrivée 335Hz) // er, I've recently got married (full rise, point d’arrivée 448Hz). //

32 Fletcher & Harrington 2001 montrent que cette équation doit être nuancée. Leurs données suggèrent qu’en anglais australien, le high rise est privilégié dans les questions polaires alors que le full rise est majoritairement employé pour réaliser le HRT. Cruttenden 1997 montre cependant que le full rise peut lui aussi être associé aux questions polaires.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 121 : High rise (Leeds, Wilhelm 2011, 261-333 Hz – Amplitude : 72 Hz)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-1.png
File image/png, 113k
Title Figure 2 : Proportion de high rises utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-2.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Figure 3 : Full rise (Australia 20, IDEA, (232-)198-458 Hz – Amplitude : 260 Hz)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-3.png
File image/png, 35k
Title Figure 4 : Proportion de full rises utilisés pour réaliser les HRT, par locuteur (%)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-4.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 5 : Low rise (California 1, IDEA, 145-176 Hz – Amplitude : 31 Hz)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-5.png
File image/png, 104k
Title Figure 6 : Proportion de low rises utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-6.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Figure 7 : Low flat (London 79, IDEA, 196-205 Hz – Amplitude : 9 Hz)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-7.png
File image/png, 110k
Title Figure 8 : Proportion de low flats utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-8.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Figure 9 : Fall-rise (London 78, IDEA, 266-209-260 Hz – Amplitude : 57-51 Hz)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-9.png
File image/png, 107k
Title Figure 10 : Proportion de fall-rises utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-10.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Figure 11 : Concaténation de fall-rises (Leeds, SW)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-11.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Figure 12 : Proportion de tons utilisés pour réaliser le HRT, par locuteur (%)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-12.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Figure 13 : Full rise avec point de départ plus bas que les syllabes précédentes (Scotland 9, IDEA – 183-327 Hz. Amplitude = 144 Hz)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-13.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 14 : Low rise avec creusement du contour sur la syllabe tonique (London 79, IDEA – (250-)218-263 Hz Amplitude = 45 Hz)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-14.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 15 : Low flat avec creusement du contour sur la syllabe tonique (London 79, IDEA – (243-)199-203 Hz. Amplitude = 4 Hz)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-15.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 16 : Low rise avec montée tardive et proéminence de dernière syllabe (Scotland 9, IDEA – 194-254 Hz. Amplitude = 60 Hz)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-16.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Figure 17 : Courbe de F0 pour le mot strongly (Australia 20, IDEA)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-17.png
File image/png, 33k
Title Figure 18 : Spectrogramme du mot strongly (Australia 20, IDEA) : l’apériodicité signale la présence de voix craquée sur et autour de la syllabe tonique
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-18.png
File image/png, 156k
Title Figure 19 : Proportion de HRT caractérisés par l’usage de la voix craquée sur et autour de la syllabe tonique, par locuteur (%)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/591/img-19.jpg
File image/jpeg, 48k
Top of page

References

Electronic reference

Stephan Wilhelm, « Quand les paroles s’envolent : réflexions sur les caractéristiques et la forme phonétique du High Rising Terminal en anglais contemporain », Anglophonia [Online], 20 | 2015, Online since 02 November 2015, connection on 25 May 2016. URL : http://anglophonia.revues.org/591 ; DOI : 10.4000/anglophonia.591

Top of page

About the author

Stephan Wilhelm

Université de Bourgogne
Laboratoire TIL
sbwilhelm@orange.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org