Skip to navigation – Site map

Editorial

Henri Le Prieult

Full text

1Ce numéro d'Anglophonia, intitulé “Degré et intensification”, présente certaines des recherches qui ont été suscitées par le travail des linguistes anglicistes dans le cadre de la préparation d'une des épreuves de l'Agrégation d'anglais ces deux dernières années. Les enseignants-chercheurs engagés dans cette préparation ont tiré avantage de l'étude de la question au programme de la leçon de linguistique pour porter leur attention sur un certain nombre de problèmes scientifiques reliés à l'intensification et à l'expression du degré en langue anglaise. Ce sont certaines des interrogations relevées et des propositions apportées qui figurent ici. Je tiens à remercier tout particulièrement Denis Jamet pour avoir porté ces contributions vers la revue. J'encourage également nos collègues préparateurs à soumettre à la revue, dans les mois qui viennent, les travaux et recherches que la nouvelle question au concours (les propositions relatives) ne manquera pas d'inspirer.

2Deux premiers articles sont directement concernés par l'intensification. Celui de Lucile Bordet et Denis Jamet (Université de Lyon 3) s'attache à examiner les classifications existantes des marques du degré et de l'intensification. La perspective courante choisie par ces typologies est jugée trop exclusive, soit limitée aux seuls critères sémantiques, soit éventuellement étendue aux critères (morpho)syntaxiques. Ces limites de la taxinomie usuelle semblent nécessiter une tentative d'ouverture aux dimensions lexicale, stylistique ou phonologique. La proposition des auteurs intéressera sans nul doute les spécialistes du champ, et offrira une vision plus extensive de l'intensification. Guillaume Desagulier (Université Paris 8), quant à lui, applique une méthodologie spécifique complexe en vue de l'étude de certaines collocations d'intensification (démarche multifactorielle exploratoire). Les intensifieurs “quite” et “rather” font l'objet d'une étude systématique qui permet de moduler les résultats traditionnellement obtenus par des méthodes plus globales ou qualitatives, et de fournir une représentation plus précise et subtile des constructions à valeur d'intensification, de leur fréquence, ainsi que de la complexité des combinatoires possibles avérées.

3La contribution de Christopher Desurmont (Lille 3) traite de la qualification adjectivale de façon large mais, dans une certaine mesure, cible un domaine connexe. Il propose en effet un examen de différents effets de sens de la qualification via l'adjectif, comme des implications argumentales et sémantiques du procédé. Partant des classifications sémantiques usuelles, et au travers de diverses occurrences privilégiées (participes, adjectifs descriptifs-intersectifs, adjectifs appréciatifs), il montre que les enjeux interprétatifs de ce type de qualification posent encore des questions essentielles.

4La deuxième partie de ce volume propose deux articles hors thème qui fournissent à nouveau un aperçu riche et varié des débats et réflexions en cours dans la communauté des linguistes anglicistes. Fabienne Toupin (Université de Tours) s'intéresse à l'une des grandes figures des théories de l'énonciation, structurées et diffusées dans la deuxième partie du siècle dernier en France. Elle procède à un retour épistémologique et historique sur une étape majeure de la linguistique francophone et propose une interprétation minutieuse des fondements philosophiques de la théorie d'Henri Adamczewski. La philosophie du langage qui sous-tend les travaux du linguiste est sondée, au vu des textes, parfois des bribes, des partis pris ou des emprunts, tout au long d'une longue et productive carrière. Nul doute que ce texte sera l'une des sources d'un souhaitable chantier de réanalyse rétrospective des travaux énonciativistes de cette époque, et qu'il contribuera à éclairer les pistes futures que ces théories souhaiteraient emprunter. Enfin, Stephan Wilhelm (Université de Bourgogne) clôt ce numéro en proposant un important travail sur le thème du “high rising terminal” (contours ascendants en fin d'énoncé déclaratif), phénomène prosodique dont l'observation et la compréhension s'avèrent déterminantes. Son étude, fondée sur de nombreuses variétés géographiques de l'anglais, s'attache à dégager la spécificité de ce schéma prosodique, souvent assimilé à d'autres schémas, sans que sa spécificité ne puisse être clairement dégagée. Ses propositions et observations méthodiques souhaitent offrir à l'étude de la prosodie des outils transférables et opérants.

5Il convient d'achever ce texte introductif en renouvelant notre souhait d'accueillir tous les textes qui seraient propices à apporter à la linguistique de l'anglais des outils, un regard, de nouveaux résultats, tout comme de réactions constructives à de précédentes publications. Les menus latéraux de notre site précisent les conditions et dates de soumission, et donnent aux auteurs toutes les indications matérielles et éditoriales nécessaires.

6Nous vous souhaitons une lecture aussi agréable que fructueuse de ce numéro.

7Henri Le Prieult, pour le comité éditorial.

Top of page

References

Electronic reference

Henri Le Prieult, « Editorial », Anglophonia [Online], 20 | 2015, Online since 02 November 2015, connection on 30 May 2016. URL : http://anglophonia.revues.org/603

Top of page

About the author

Henri Le Prieult

Université Toulouse-Jean Jaurès
henri.le-prieult@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org