Skip to navigation – Site map

Éditorial

Wilfrid Rotge and Nathalie Vincent-Arnaud
p. 7-8

Full text

1Sur douze propositions envoyées aux responsables de ce numéro, huit ont été retenues. Tous les articles soumis pour publication sont anonymés avant d’être envoyés à deux rapporteurs, qui peuvent faire partie du comité de lecture, mais pas nécessairement. Nous avons parfois ressenti le besoin de faire appel à d’autres spécialistes reconnus.

2Les éditeurs de ce numéro n’éprouvent aucune satisfaction, ni aucune fierté, à refuser des articles. Notre philosophie est d’encourager les publications dans le domaine de la linguistique anglaise. Nous demandons aux rapporteurs d’évaluer les articles en proposant, le cas échéant, des améliorations ou d’autres pistes de lecture, éventuellement pour une publication ultérieure. Si l’un des rapports est négatif et l’autre positif, nous faisons systématiquement appel à un troisième rapporteur, le cas échéant extérieur au comité de lecture.

3Comme chaque année, Anglophonia se caractérise par son esprit d’ouverture. Aucun cadre théorique n’est privilégié et aucun n’est exclu. Notre revue est avant tout conçue comme un lien d’échange et de réflexion. Cet esprit d’ouverture – et de liberté – fait écho à la formule choisie par les éditrices du numéro précédent (Nathalie Vincent-Arnaud et Amélie Josselin-Leray) pour résumer Anglophonia : « de la diversité avant toute chose ».

4Plus précisément pour le présent numéro, cette diversité inclut l’étude de termes grammaticaux tels que la préposition for et son rôle entre repère et repéré (Philippe Rapatel), les articles définis, les pronoms personnels, les démonstratifs et leurs modes d’accès à la référence (Laure Gardelle), le submorphème sm- et les traces d’une invariance conceptuelle attachée à cette forme (Line Argoud). Elle passe également par une comparaison de constructions proches, comme tell oneself et say to oneself, en lien avec le point de vue et la subjectivité (Sandrine Oriez), par une analyse des constructions V ØNs et du rapport entre ØN et son verbe (Sophie Dufossé Sournin) ou par des phénomènes linguistiques moins étudiés, tels que les doubles modaux (Patrice Larroque). Elle laisse également place aux écrits critiques, voire polémiques, comme l’article de Jim Walker, qui milite pour une plus grande prise en compte des variétés de l’anglais, y compris de l’anglais non-standard. La linguistique conçue dans sa grande diversité ne se limite pas à l’analyse grammaticale ; son apport aux études littéraires est incontestable, comme en témoigne l’article de Monique De Mattia-Viviès, consacré au discours rapporté et à l’hybridité de certaines formes du discours rapporté.

5Le champ couvert va donc de la micro- à la macro-linguistique en passant par la méta-linguistique, au sens non habituel de discours sur la linguistique.

6Nous tenons à remercier en premier lieu tous les linguistes pour leur contribution, y compris ceux dont les propositions n’ont pas pu être retenues. Nos remerciements vont également au Comité de lecture dont la participation nous a permis de mener à bien en temps voulu les différentes étapes de cette publication, ainsi qu’à l’équipe des Presses Universitaires du Mirail et à Claude Ferrasse pour tout le soin apporté à l’édition de ce volume.

7Ce numéro est le fruit d’une collaboration étroite entre trois universités : l’université de Provence, qui est à l’origine de la revue Sigma, prédécesseur des numéros d’Anglophonia consacrés à la linguistique, université bien représentée dans le Comité de lecture ; Toulouse-Le Mirail, qui publie Anglophonia¸ par l’intermédiaire des P.U.M., université de l’éditrice de ce numéro (Nathalie Vincent-Arnaud) ; Paris Ouest Nanterre La Défense, université de l’éditeur de ce numéro et directeur de la revue (Wilfrid Rotgé).

8L’année prochaine verra une participation accrue de l’université Michel de Montaigne (Bordeaux 3), déjà représentée dans le Comité de lecture. Stéphanie Bonnefille, enseignante-chercheuse de cette université, partagera en effet la responsabilité du numéro 30 avec Wilfrid Rotgé.

Top of page

References

Bibliographical reference

Wilfrid Rotge and Nathalie Vincent-Arnaud, « Éditorial », Anglophonia/Sigma, 14 (28) | 2010, 7-8.

Electronic reference

Wilfrid Rotge and Nathalie Vincent-Arnaud, « Éditorial », Anglophonia/Sigma [Online], 14 (28) | 2010, Online since 01 March 2016, connection on 21 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/608

Top of page

About the authors

Wilfrid Rotge

By this author

Nathalie Vincent-Arnaud

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org