Skip to navigation – Site map

Article défini, pronoms personnels de 3e personne et démonstratifs : approche comparée de l’accès à la référence

Laure Gardelle
p. 33-47

Abstract

In the study of anaphora, one major issue is that of the access modes provided by full NPs and pronouns. An access mode is understood not as the whole process of anaphor resolution, but as the set of procedural and qualitative information common to all NPs of a given type (for instance, common to all definite descriptions). The present study proposes a comparative approach to those access modes, focusing more specifically on demonstratives, definite descriptions and third-person pronouns. About demonstratives, which can be either pronouns or determiners, it confirms that, as stated in the utterer-centred approach to language, each has a single core value, and therefore encodes a single access mode, whether it is used as a determiner or as a pronoun in context. The study seeks to determine on what grounds a simple demonstrative is preferred over a complex one. The other question raised is whether such pairing between a determiner and a pronoun can also occur with members of the determiner and pronoun paradigms that do not share a form. To that end, the study compares the access modes coded by the definite article and third-person pronouns. It argues that they, too, form a pair.

Top of page

Full text

Introduction

  • 2    GN est entendu ici comme tout groupe nominal développé, c’est-à-dire de structure déterminant + (...)

1Au sein des opérateurs du groupe nominal (ci-après GN)2 de l’anglais, certains peuvent être alternativement déterminant et pronom ; c’est le cas, par exemple, des interrogatifs ou des démonstratifs. La linguistique énonciative (voir notamment Viel [1993] pour un résumé des différentes approches) considère que chacun de ces opérateurs, même s’il peut avoir deux natures, possède une valeur fondamentale unique.

  • 3    Par « this / that + nom », on entend également les cas où le GN compte des adjectifs ou expansio (...)
  • 4    On s’intéresse donc spécifiquement au message linguistique donné par l’anaphorique, et non, plus (...)
  • 5    On entend par opérateur thématique un opérateur dont l’emploi suppose déjà établie, aux yeux du (...)

2L’objectif de la présente étude est double. D’une part, il s’agit de préciser la notion de valeur fondamentale unique pour ces opérateurs qui peuvent être de deux natures, à la lumière des processus anaphoriques. Pour des questions de longueur, on s’intéresse plus spécifiquement ici aux démonstratifs (this / that pronoms et GN en this / that + nom3) et au mode d’accès à la référence qu’ils encodent. Par mode d’accès à la référence, on entend l’ensemble des informations procédurales et qualitatives communes à tous les GN qui partagent une même forme – à toutes les occurrences de this + nom par exemple4. On ne s’attardera pas sur la différence de valeur entre this et that au sein des démonstratifs, mais seulement sur la part d’invariant sémantique qu’ils ont en commun. Il est en effet admis (ibid.) que puisque this et that relèvent tous deux de la même classe des démonstratifs, ils partagent une partie de leur invariant. On cherche à préciser en quoi les GN en this / that pronoms et ceux en this / that + nom diffèrent, et pourquoi. Par ailleurs, il s’agit de déterminer si le principe d’une valeur fondamentale unique pour un pronom et un déterminant se limite nécessairement à des opérateurs qui partagent une même forme. On se propose plus particulièrement de voir si un rapprochement peut être effectué entre deux autres types d’opérateurs thématiques5 : l’article défini (the) et les pronoms personnels de troisième personne (he, she, it et they). En effet, bien que l’article défini, innovation du vieil-anglais, soit issu historiquement des formes démonstratives, son utilisation s’est très rapidement démarquée de celle des démonstratifs (Mossé [1950 : 146]). Le mode d’accès à la référence qu’il code a pu se rapprocher de celui que marquent les pronoms personnels. L’hypothèse à évaluer est la suivante : par cette évolution, the aurait fini par être aux pronoms personnels ce que this / that déterminants sont à this / that pronoms.

3Après avoir rappelé quelques principes du fonctionnement général de la référence, on propose une analyse contrastive de this / that déterminants et the. Les modes d’accès à la référence dégagés pour ces déterminants sont alors comparés à ceux des pronoms, personnels et démonstratifs.

Le rôle des déterminants et des pronoms dans la référence

  • 6    Un référent est ici compris comme l’objet d’une référence. Il peut s’agir d’un élément singulier (...)

4La référence, définie comme le fait de désigner un référent6, est opérée par un GN (référentiel) dans son ensemble. Lorsque ce GN est développé en déterminant + nom, le nom – et expansions / modifieurs éventuels – représente le pôle notionnel : par sa signification lexicale, il spécifie les conditions auxquelles doit satisfaire un objet du monde pour être le référent du GN ; par exemple, avoir choisi le nom house dans a house implique que le référent ait les caractéristiques de la notion /HOUSE/. C’est ce que Milner nomme la référence virtuelle du GN (Milner [1981 : 10]). A l’opposé, le déterminant constitue le pôle énonciatif du groupe : il marque une opération de détermination, c’est-à-dire qu’il délimite la notion et lui attribue un domaine référentiel (Rotgé et Lapaire [2004 : 330]). En limitant la portée du nom à un référent, il précise un mode d’accès à celui-ci ; sa signification est de type procédural (Moeschler et Reboul [1994 : 364]), au sens où le déterminant fournit avant tout des instructions pour accéder au référent. Par exemple, l’article a dans a house présente le référent comme faisant partie des éléments dont l’existence n’est pas considérée comme acquise au stade où le GN est énoncé. Ainsi, l’ensemble a house peut donc se gloser comme s’appliquant à « un référent qui a les caractéristiques de la notion /HOUSE/ et dont l’existence n’est pas considérée comme présupposée » ; my house se glose comme désignant « un élément qui a les caractéristiques de la notion /HOUSE/ et qui se trouve dans le sous-ensemble des éléments relevant de la sphère de l’énonciateur ». L’ensemble déterminant + nom permet d’obtenir la référence actuelle du GN (Milner [1981 : 10]), c’est-à-dire de lui attribuer un référent.

5Dans le cas du pronom, le GN n’est plus constitué que d’un terme – ce pronom. Dans le cas des démonstratifs, il n’y a alors plus d’informations qualitatives sur le référent, this et that ne variant qu’en nombre, tandis que les pronoms personnels marquent seulement le nombre et, au singulier, le genre. Il demeure donc dans le pronom, principalement (pour les pronoms personnels) ou exclusivement (pour les démonstratifs), la signification procédurale et le nombre, et les informations données sont jugées suffisantes dans l’acte de désignation, à ce stade de l’énonciation, pour permettre l’accès à l’élément voulu.

  • 7    Ils sont le plus souvent anaphoriques dans une définition textuelle de l’anaphore (voir ci-après (...)

6Les opérateurs étudiés ici – démonstratifs, article défini et pronoms personnels – ont pour point commun d’être des opérateurs thématiques. Les GN en the et les pronoms personnels, eux, sont (généralement au moins7) anaphoriques. Dans une conception étroite, dite textuelle, de l’anaphore, cela signifie que l’interprétation référentielle du groupe anaphorique dépend d’une expression mentionnée dans le cotexte gauche ; l’anaphore est donc nécessairement endophorique (Chauraudeau et Maingueneau [2002 : 46]). Halliday et Hasan (1976) proposent alors le concept d’endophore, qui regroupe anaphore et cataphore, toutes deux d’origine textuelle (Charaudeau et Maingueneau [2002 : 221]). Dans une approche large, dite mémorielle, on parle d’anaphore pour toute « saillance préalable » du référent dans la représentation mentale, que son existence soit présupposée en raison d’une mention préalable ou via d’autres facteurs, notamment culturels (Kleiber [2001 : 29]) ; dans cette acception, l’anaphore peut donc être exophorique. Ainsi, dans l’énoncé He is late again !, prononcé à la vue de l’arrivée du référent de he, le pronom personnel est considéré comme déictique dans l’approche textuelle, mais comme anaphorique dans l’approche mémorielle (Charaudeau et Maingueneau [2002 : 47]). Au-delà de ces différences, dans les deux approches, l’interprétation référentielle d’un GN anaphorique est décrite comme indirecte, c’est-à-dire dépendante d’un antécédent – on verra plus loin que cette notion d’interprétation indirecte est à préciser. Pour Charaudeau et Maingueneau (ibid. 45), l’interprétation passe par la « mise en relation (...) d’au moins deux séquences, la première guidant l’interprétation de l’autre ou des autres ». Dans l’approche textuelle, la séquence antécédent est un segment linguistique du cotexte ; dans l’approche mémorielle, il s’agit d’une représentation mentale du référent. Si l’on considère à présent this et that, ils marquent l’anaphore, la cataphore ou la déixis. Dans une approche étroite, ils sont dits déictiques si l’énonciateur montre dans la situation un élément qui n’a pas été mentionné verbalement ; dans une approche mémorielle, ils sont déictiques si le référent n’est pas préalablement saillant dans la représentation mentale. Soit l’énoncé: Now, listen to this. I believe in the idea of soulmates, but that doesn’t mean we have to live by Fate’s twisted mockery of rules. This est considéré comme cataphorique dans l’approche textuelle car les informations permettant de l’identifier sont données dans le cotexte droit, mais comme déictique dans l’approche mémorielle (Cornish [1999 : 59]), car il n’y a pas saillance préalable de ce référent, à ce stade de l’énonciation, dans la représentation mentale créée par le discours. Là encore, pour Charaudeau et Maingueneau, l’interprétation de la référence n’est dans les deux cas qu’indirecte.

  • 8    Cités par Cornish (1999: 43).

7Dans les cas d’anaphore, se pose la question de la nature du lien qui unit anaphorique et antécédent – que cet antécédent soit un segment textuel ou une représentation mentale, selon les approches. Dans la conception traditionnelle de l’anaphore, le pronom est considéré comme un substitut de l’antécédent ; ainsi, dans l’énoncé I saw Peter yesterday and he told me..., la référence de he serait obtenue en mettant en relation le pronom et son antécédent, Peter, expression référentiellement autonome qui sature l’anaphorique en transférant ses propriétés lexico-sémantiques (Milner [1981 : 19]). Les études plus récentes font état d’un mécanisme en partie différent. Le principe d’un contrôle de l’anaphorique par l’antécédent est conservé ; ainsi, dans l’exemple ci-dessus, le locuteur n’aurait pas pu employer she, par exemple, avec pour antécédent Peter car il y aurait eu incompatibilité des informations apportées (sexe féminin / sexe masculin respectivement). Mais Cornish (1999 : 44), s’appuyant sur le cas des pronoms personnels, montre que la construction de la référence d’un anaphorique s’effectue en réalité en deux temps, et qu’elle implique non seulement les GN, mais aussi les prédications dans lesquelles ils se trouvent. Soit l’énoncé suivant: Joe ate an apple last night, but it was much too acid for his liking. It ne doit pas se comprendre seulement comme dénotant une pomme, mais « la pomme qu’a mangée Joe hier soir ». Dans un premier temps, an apple introduit le référent ; la représentation induite ne résulte pas seulement du contenu de ce GN, mais aussi de la prédication tout entière : ate amène une représentation de cette pomme comme mangée par Joe. Dans un second temps, it donne accès au référent dans la représentation mentale à un stade ultérieur du discours (la phrase suivante) ; cette représentation intègre les informations énoncées précédemment, mais aussi, là encore, celles que contient la prédication opérée par la proposition dans laquelle se trouve it. Ainsi, dans cet énoncé, parler de goût (much too acid) suppose que la pomme continue d’être envisagée pendant qu’elle est mangée, à la différence d’une proposition telle que it was very red and shiny, qui aurait temporairement représenté la pomme dans son état initial. Cornish (ibid.) en conclut que chaque GN, antécédent ou anaphorique, est en réalité traité dans le contexte de la proposition dans laquelle il se trouve. Pour lui, le rôle de l’antécédent se réduit à celui de déclencheur (antecedent-trigger), dans le sillage de Hawkins (qui parle de trigger) et Reichler-Béguelin (qui décrit l’antécédent comme un introducteur textuel)8. Il définit ainsi ce rôle: « The antecedent trigger introduces an entity into the discourse via its predicational and utterance context, and an anaphor of a particular type and form accesses that mentally represented discourse entity at a later point in the discourse, adding to this representation further properties resulting from the processing of the anaphoric clause as a whole. » (ibid.). En d’autres termes, l’anaphorique dépend bien d’un antécédent pour son interprétation référentielle, dans la mesure où la présence du référent dans la représentation est antérieure à l’énoncé de l’anaphorique, mais l’interprétation elle-même ne se fait pas nécessairement par retour dans le texte jusqu’à cet antécédent. La relation indirecte invoquée dans le mécanisme anaphorique par Chauraudeau et Maingueneau (2002 : 46, voir supra) concerne donc surtout la construction de la représentation mentale en amont de l’énoncé de l’anaphorique et une part du processus de résolution de l’anaphore ; le rôle de l’anaphorique proprement dit, en revanche, est seulement de désigner une entité dans la représentation mentale en vigueur, sans qu’il y ait nécessairement accès indirect au référent dans cette représentation.

8On s’intéresse à présent aux modes d’accès à la référence encodés par les déterminants de notre paradigme : démonstratifs et article défini.

The et this / that déterminants

9Afin de déterminer en quoi l’emploi de l’article défini diffère de celui des démonstratifs, on examine d’abord des emplois non concurrentiels de ces deux classes de déterminants. The est impossible dans des énoncés tels que le suivant :

(1) Morse often shunned the standard heap-of-evidence approach. In fact Lewis had seldom if ever observed him (...) riffle through any heap of dutifully transcribed statements (...). No, Morse seldom worked that way.

  • 9    Par directement, on entend que dans l’acte de décodage de la référence, les seules informations (...)

10Avec the (*No, Morse seldom worked the way), le co-énonciateur ne saurait pas de quel way il s’agit; il faudrait ajouter une relative déterminative, telle que the way his boss wanted him to. On en conclut qu’avec the, les informations données dans le GN doivent suffir pour identifier le référent, alors que cela n’est pas nécessaire pour les démonstratifs. Cette condition suppose que the donne directement9 accès au sous-ensemble des éléments définis, c’est-à-dire ceux dont l’existence est présupposée au moment de l’énonciation. C’est ce que Rotgé et Lapaire (2004 : 30) nomment un « processus d’identification instantanée du référent », une « accessibilité immédiate du référent par l’énonciateur et le co-énonciateur ».

11Le référent peut avoir été rendu directement accessible grâce à des éléments cotextuels ; ainsi en (2) :

(2) He died in November 1946, of an illness that had afflicted him for years. When I heard the news I was torn between my unwillingness to return to Oak Lodge (...) and my awareness of Christian’s obvious distress.

12The news réfère ici à la représentation créée par l’ensemble de la première phrase. Notons qu’il ne suffit pas que la phrase précédente ait introduit le référent pour que l’article défini soit préféré au démonstratif. Ainsi, en (1), seul le démonstratif permettait l’identification du référent, bien que le référent ait été évoqué dans le cotexte gauche ; l’énoncé (3) privilégie également le démonstratif, pour une autre raison :

(3) I had ceased to feel anxious about him by the end of my first week home, and had settled comfortably into a daily routine of building in the yard, painting the exterior woodwork of the house ready for the onslaught of winter, and digging over the large, untended garden.

It was during the evening of my eleventh day at home that this domestic routine was disturbed by a circumstance of such peculiarity that afterwards I could not sleep for thinking about it.

13A la différence de (1), l’emploi de l’article défini (the domestic routine) aurait permis l’identification du référent, mentionné dans le premier paragraphe. Mais cette première mention place le référent au second plan du discours – la routine n’est mentionnée que par le biais d’un complément prépositionnel –, et seul le démonstratif paraît approprié pour orienter explicitement vers un élément qui n’était qu’au second plan. On en déduit pour l’instant qu’à la différence de l’article défini, un démonstratif ne donne pas directement accès au référent.

14L’anaphore textuelle n’est que l’une des quatre justifications possibles de the. L’énoncé (4) illustre un cas d’anaphore situationnelle, c’est-à-dire dans laquelle le référent est directement accessible parce que son existence a été établie de manière extralinguistique :

(4) Look! The gate is closing!

15En (5), l’accès direct se justifie par une anaphore culturelle ; en d’autres termes, l’existence de la lune fait partie des connaissances partagées par la communauté linguistique. De même en (6), où la description générique désigne une espèce dont l’existence est admise par la communauté linguistique :

(5) The Moon is Earth’s only natural satellite.

(6) The gorilla, in contrast to chimps, does not take much interest in tests.

16Comme le montrent ces deux énoncés, dans les cas d’anaphore culturelle, le référent ne fait pas partie, au moment où le GN en the va être énoncé, de la représentation mentale créée par le discours ; mais de par son statut de connaissance partagée, il se trouve dans un sous-ensemble d’éléments toujours accessibles directement. Enfin, en (7), l’emploi de the est justifié par l’expansion à droite du nom :

(7) I vividly recalled how I had listened to the muffled grunting of some woodland animal.

17Le contenu lexical du seul nom aurait été insuffisant pour donner accès au bon référent : si l’on supprime of some woodland animal, les informations muffled grunting ne suffisent pas à rendre le référent défini. Deux options s’offriraient alors : envisager le grognement comme non défini (a muffled grunting), ou faire appel à d’autres connaissances pour qu’il puisse être défini (that muffled grunting). Dans l’énoncé originel, c’est le complément prépositionnel qui, en précisant la nature du grognement, le rend défini et permet l’accès direct au référent.

18Intéressons-nous à présent au déterminant démonstratif, en commençant là encore par des emplois dans lesquels the serait impossible. L’énoncé (1), reproduit en (8) ci-dessous, a montré que le démonstratif pouvait être employé lorsque les informations lexicales données par le GN ne suffisaient pas à l’identification du référent :

(8) Morse often shunned the standard heap-of-evidence approach. In fact Lewis had seldom if ever observed him (...) riffle through any heap of dutifully transcribed statements (...). No, Morse seldom worked that way.

19Plus spécifiquement, ici, l’identification doit être complétée par des informations fournies par le cotexte gauche (the standard heap-of-evidence approach, riffle through a heap of dutifully transcribed statements). Les informations peuvent également être complétées par d’autres sources que le cotexte, ainsi en (9) et (10) :

(9) I’ve never come to [the capital clue] a first time, apart from those early couple of days.

(10) Look at this lovely poem I found online.

20En (9), l’énonciateur fait appel aux connaissances qu’il partage avec le co-énonciateur : those (...) days peut être glosé par ces fameux (...) jours, ceux qui ont les caractéristiques spécifiques dont nous nous souvenons encore (Cotte [1996 : 190]). Quant à (10), qui présente un emploi déictique du démonstratif, le complément d’information se fait grâce à l’ostension concrète. On conclut de cet échantillon d’exemples que l’ostension constitue l’invariant de la référence par démonstratif : l’énonciateur montre le référent du doigt pour resserrer l’attention sur lui (Cornish [1999 : 54], Rotgé et Lapaire [2004 : 55]). Les emplois anaphoriques sont alors à considérer comme des cas d’ostension abstraite (Cotte [1996 : 185]). L’ostension se définit par deux caractéristiques. Elle implique que le référent soit montré « à distance » (ibid.). Ce faisant, elle exige que l’accès au référent ne soit pas direct : le co-énonciateur est orienté vers lui.

21Il reste à confirmer les significations procédurales dégagées jusqu’ici grâce à des énoncés où article défini et déterminant démonstratif sont en concurrence. On lit notamment:

(11) I loved my mother, and I did not like to think of her alone after I had left, but I understood that neither she nor I would be happy unless I did what I was supposed to do, unless I seized for myself those things that she had been denied.

22Avec l’article défini, le co-énonciateur aurait accédé directement au référent, qui serait donc défini seulement comme l’ensemble des « things that she had been denied ». Those, en « montrant » le référent, signale qu’il faut également faire appel à autre chose (« tu sais, celles-là ») ; il oriente vers des « things that she had been denied » annoncées comme bien spécifiques et jugées à portée du co-énonciateur. Ce faisant, il ajoute l’idée que ce référent est une connaissance partagée par l’énonciateur et l’allocutaire, et qu’il a été l’objet de définitions et de discussions dans une situation d’énonciation antérieure – avec pour glose « ces fameuses choses ». En ce sens, l’accès au référent est indirect : le co-énonciateur est invité à se reporter à cette connaissance pour identifier pleinement le référent. De même en (12):

(12) ‘The Chief Constable wouldn’t look at any new investigation – not a serious investigation.’ / ‘Not unless we had some new evidence.’ / ‘Which in our case, as the poet said, we have not got.’ / ‘This fellow that rang –’ / ‘No end of people ring…’

23L’article défini aurait suffi à l’identification du référent. Mais avec l’opération supplémentaire d’ostension codée par le démonstratif, l’attention de l’allocutaire est attirée vers d’autres informations, vers des connaissances partagées jugées accessibles ; le GN peut être glosé par « le fameux type qui a appelé / le type qui a appelé, tu sais, tu vois qui je veux dire ». Dans le processus d’interprétation de la référence, le co-énonciateur est ainsi invité à se remémorer certaines caractéristiques connues à propos du référent.

24Comme l’ont montré différentes études sur l’anaphore (Ariel [1994 : 32], Gundel et al. [1993 : 275], Maes [1996 : 104]), la conséquence de cette signification procédurale est que le plus souvent, les déterminants démonstratifs sont utilisés pour un référent qui n’est pas saillant dans la représentation ; ainsi en (3). Par ailleurs, lorsqu’il est saillant, le GN avec déterminant démonstratif ne se contente pas de désigner le référent, à la différence de l’article défini ; Maes (1996 : 78) a montré qu’il y avait alors en plus re-classification, contraste ou nouvelle orientation du discours.

  • 10    Le fléchage consiste à désigner un élément dans un ensemble.

25En conclusion à ce stade de l’étude, on peut dire que bien qu’historiquement, the soit issu du paradigme des déterminants démonstratifs, et bien qu’il en conserve le principe d’une opération thématique que les Culioliens nomment fléchage10 (Bouscaren et Chuquet [1987 : 85 / 93]), article défini et démonstratifs codent des modes d’accès à la référence largement différents. Avec the, les seules informations lexicales qui suivent le déterminant suffisent à donner au co-énonciateur un accès direct au référent, et cet accès direct est jugé suffisant. Les déterminants démonstratifs, eux, codent l’ostension, désignent du doigt le référent pour resserrer l’attention sur lui, et nécessitent donc un accès indirect, une opération supplémentaire de la part du co-énonciateur. Cet accès indirect est indispensable dans les cas où le référent n’est pas directement accessible ; ailleurs, il correspond à un choix de l’énonciateur, qui ajoute alors un effet de sens à la simple discrimination du référent.

26On s’intéresse à présent aux pronoms.

Pronoms démonstratifs et pronoms personnels de troisième personne

1. This / that pronoms et this / that déterminants

27Comme l’a rappelé la première partie de cette étude, lorsque this et that sont employés comme pronoms, le GN ne présente plus d’informations lexicales, qualitatives, sur le référent. Seuls restent donc, par rapport à un GN développé en this / that + nom, une indication de nombre – qui précise si le référent est singulier ou un ensemble d’éléments –, et un mode d’accès – l’ostension. Ces deux éléments doivent suffire à l’identification du référent.

  • 11   Myers, G. ‘This and that in discourse anaphora: the ambiguity of references to propositions’. (...)

28Il s’agit de préciser pour commencer dans quels cas les pronoms sont préférés aux GN développés. Dans une majorité d’énoncés, lorsqu’un pronom démonstratif est utilisé, l’antécédent n’a pas été introduit par un GN, mais par une proposition complète (Myers [1988 : 4]11, Cornish [1999 : 59]) ; c’est le cas par exemple en (13) :

(13) ‘There was a nurse here for the final week or so. I can’t exactly say that he went peacefully, but she managed to stop him damaging himself... or me, for that matter.’ / ‘I was going to ask you about that. Your letters suggested hostility between the two of you.’

  • 12    Il s’agit d’un référent unique aux yeux de l’énonciateur, même si, à ce stade, la référence peut (...)

29L’antécédent de that a été introduit par la proposition him damaging (...) me, et la seule opération d’ostension suffit à orienter vers un référent unique12. L’ajout d’un nom – that topic par exemple –, aurait nécessité une opération supplémentaire de la part de l’énonciateur : l’assignation du référent à une catégorie nominale, en d’autres termes une classification notionnelle. Le recours au pronom s’explique donc ici par le principe d’économie cognitive lors de l’encodage du message : il y a limitation des efforts d’encodage. Ce principe vaut également dans la minorité d’énoncés où this / that pronoms désignent un référent introduit en amont par un GN et non une proposition, ainsi en (14) :

(14) The scientists, led by Nobel laureate Hamilton Smith, began by building long strands of DNA, each a copy of about a quarter of the whole M genitalium genome. These were inserted into yeast cells, which stitched together the strands to make clones of the whole genome.

30L’effort supplémentaire d’encodage demandé par un GN développé tel que these strands (of DNA) serait cette fois un effort de rappel de la catégorie. Une seconde raison s’ajoute parfois, imposant le recours à un pronom démonstratif plutôt qu’à this / that + nom ; elle est illustrée par l’énoncé (15) :

(15) ‘Remember making camp out in the beech?’ I asked, watching the grey of branch and leaf against the fading evening sky. ‘Yes’, said Christian with a smile. ‘Yes, I remember clearly’. / But the conversation was as tired as that, and Christian took the hint and said, ‘Sleep well, old chap’.

31Ici, seul un pronom peut être utilisé car l’assignation du référent à une classe nominale est impossible avec une perspective anaphorique:?as tired as that conversation,?as tired as what you have just heard,?as tired as that degree of tiredness. Le mode d’accès à la référence dégagé pour les pronoms démonstratifs explique pourquoi, dans les cas d’anaphore endophorique, comme en (14), le complément informationnel doit être apporté par un segment du cotexte très proche, généralement la proposition ou la phrase précédente (proposition ou phrase suivante dans les cas de cataphore) (Myers [1988 : 4]) : le nombre et l’ostension doivent à eux seuls permettre l’identification du référent.

32En conclusion sur les démonstratifs, il est possible de confirmer que la signification procédurale encodée par this / that déterminants est identique à celle de this / that pronoms. C’est l’absence d’informations lexicales dans le pronom qui seule justifie des utilisations différentes en contexte : les emplois pronominaux des démonstratifs se font nécessairement dans des contextes plus contraints que ceux de this / that déterminants, puisqu’ils doivent permettre la référence sans aucune information lexicale. Il s’agit à présent de voir s’il en va de même pour les pronoms personnels et l’article défini.

 2. Pronoms personnels de 3e personne et article défini 

33L’hypothèse à vérifier est la suivante : le mode d’accès à la référence codé par he / she / it / they partage avec the le principe d’un accès direct au référent au moment où le pronom est énoncé. Les seules indications de nombre et, au singulier, de genre, doivent suffire à identifier le référent.

34Cette hypothèse est confortée par une comparaison entre les emplois des pronoms personnels et ceux des pronoms démonstratifs. On lit par exemple:

(16) ‘And if you don’t get the message loud and clear… you’d better bugger off and forget we ever met.’ / There were tears in her eyes as she replied: ‘I can’t do that, Frank. But there’s one thing I can do : …’

35Une manipulation avec I can’t do it serait impossible ici si l’on conserve la dernière phrase. Dans cette dernière, but et la structure existentielle montrent que le but du discours de la locutrice est d’introduire le projet dont elle s’apprête à parler et qu’elle peut mener à bien. La suggestion de Frank est ainsi reléguée au second plan, et ne fait donc pas partie dans son esprit des éléments directement accessibles. Ce constat conduit à conclure que le pronom personnel ne peut donner accès qu’à un référent directement accessible, à la différence du démonstratif. En effet that, parce qu’il code l’ostension, maintient le référent à distance, ne permettant qu’un accès indirect via un retour aux informations données dans le cotexte gauche. On lit encore:

(17) ‘What I am doing, as your superior officer, is telling you that you’ve been assigned to a particular duty. That’s all. And that’s enough.’ / ‘No. It’s not enough.’

  • 13    On notera l’impossibilité, dans cet énoncé, de substituer un GN développé à ces pronoms : la réf (...)
  • 14    On entend plus précisément les pronoms personnels non accentués, de même que pour les autres opé (...)

36Là encore, it ne peut être substitué à la première occurrence de that. Avec that’s all, le but d’un locuteur est toujours de conclure pour passer à autre chose. Le référent du pronom est, comme en (20), mis à distance pour envisager un nouveau premier plan, et par conséquent il est présenté comme n’étant pas directement accessible. L’énonciateur conserve ce point de vue avec that’s enough, qui signale un désir de clôture du sujet de conversation. Au contraire, son interlocuteur refuse de changer de sujet ; lui opte donc pour it, qui donne au référent le statut d’élément directement accessible dans la représentation13. Ces quelques analyses sont confirmées par Gundel (1993 : 275) et Cornish (1999 : 63), qui montrent que les pronoms personnels14 sont toujours employés pour un référent saillant (« in focus »). Or un référent saillant est nécessairement accessible directement. C’est l’absence d’informations qualitatives autres que le genre (et l’absence totale d’informations qualitatives pour they) qui paraît motiver cette contrainte supplémentaire de saillance par rapport aux GN en the + nom.

37Ces conclusions sur les modes d’accès à la référence sont par ailleurs compatibles avec un phénomène propre aux pronoms personnels : l’existence de variations de genre pour un même référent et chez un même locuteur, et ce même en l’absence de GN développé entre les occurrences de pronoms de genres différents. En effet, puisque l’information qualitative de genre peut évoluer au fil du discours, le pronom personnel donne bien accès au référent dans le cadre de la représentation mentale en vigueur au moment où il est énoncé. Ce phénomène se rencontre surtout dans les références aux animaux (Gardelle [2006 : 112, 171]). On lit par exemple:

(18) (gorille mâle) He advanced a few steps (...), advanced again, and finally stopped when at a distance of about six yards from us. And here, as he began another of his roars and beating his breast in rage, we fired, and killed him.

With a groan which had something terribly human in it, and yet full of brutishness, it fell forward on its face. The body shook convulsively for a few minutes, the limbs (...)

38Le passage du masculin au neutre prouve une évolution de la représentation mentale du gorille au fil du discours, matérialisée d’ailleurs par le changement de paragraphe. Dans le premier paragraphe, le référent apparaît comme un adversaire redoutable, à la mesure de l’homme, d’où le masculin ; dans le second, en revanche, l’énonciateur choisit une description plus distanciée, qui n’établit plus de lien entre gorille et homme, et opte alors pour le neutre : yet full of brutishness, the body (plutôt qu’un possessif). Les variations de genre concernent également, bien que beaucoup plus rarement, les références aux inanimés, ainsi dans l’énoncé suivant :

(19) (assiette creuse) I managed it in the end too: a sturdy little bowl that you could use for sugar or sweets (...), one of your genuine articles. They promised, almost with tears in their eyes, to be kind to this little chap, to fire him and glaze him and then pack him carefully in straw and wood and send him to me. He has not turned up here yet; though that black basalt fellow I decorated (in my opinion, an inferior production) has been here some time. If Wedgewoods have lost or destroyed it or, in their jealous rage, have locked it away in the safe, I warn them that I shall return to the Potteries and ‘throw’ again.

39Cet énoncé montre de manière encore plus évidente l’évolution de la représentation mentale : il serait impossible de substituer aux occurrences de it un GN comportant, comme dans l’antécédent, little chap. En effet chap, indice de personnification, entraîne nécessairement un genre masculin.

40Le mode d’accès à la référence ainsi dégagé pour les pronoms personnels de 3e personne permet enfin de rendre compte d’un phénomène syntaxique bien connu : seul it peut être utilisé dans les structures impersonnelles – clivées, extrapositions, ... –, alors que this / that pronoms sont toujours référentiels. Le pronom personnel neutre apparaît en effet comme codant le pronom non marqué du système. Par son mode d’accès à la référence d’abord : indiquer seulement que le référent est directement accessible revient à dire que le pronom personnel, à la différence des autres types de pronoms, ne porte pas d’informations procédurales supplémentaires signalant comment accéder au référent ; on en conclut avec Cornish (1999 : 259) qu’il code le mode de référence non marqué. Par ailleurs, au sein des pronoms personnels, it marque seulement le nombre par défaut (le singulier) et le genre par défaut (étymologiquement, « neutre » signifie « ni l’un ni l’autre », c’est-à-dire ni masculin, ni féminin). Ces propriétés faisant du pronom it le seul opérateur anaphorique non marqué, il est tout désigné pour instancier des places syntaxiques laissées vacantes, même en l’absence de référentialité. Les démonstratifs exigent une opération supplémentaire d’ostension, qui en anglais n’a lieu que dans des GN référentiels.

Conclusion

41En conclusion, les pronoms personnels partagent avec the + nom une part fondamentale de leur mode d’accès à la référence : ils impliquent que les seules informations données par le GN permettent d’identifier un référent unique. Le référent est désigné dans la représentation mentale en vigueur au moment où l’anaphorique est énoncé, représentation qui peut avoir évolué depuis la mention de l’antécédent. Si les pronoms personnels et the + nom ne donnent pas accès au même sous-ensemble d’éléments, c’est parce qu’ils apportent des informations qualitatives différentes. Ces deux types d’anaphoriques, par le mode d’accès à la référence qu’ils codent, s’opposent aux démonstratifs – pronoms et déterminants –, qui ont en commun de marquer l’ostension. En montrant du doigt le référent, ils imposent un accès indirect ; resserrer l’attention sur ce référent doit cependant suffir pour l’identifier. Là encore, pronoms et déterminants partagent une même signification procédurale, et this / that pronom et this / that + nom diffèrent seulement par la présence ou l’absence d’informations qualitatives dans le GN. Il semblerait donc que l’apparition de l’article défini en vieil-anglais ait permis de combler un vide dans le système, offrant un pendant aux pronoms personnels dans le paradigme des déterminants (et donc dans les GN développés), là où cette correspondance n’existait que pour les démonstratifs.

42Une comparaison avec le français permettrait de déterminer si l’évolution des articles définis le / la / les, eux aussi issus des démonstratifs, a été différente, afin de mieux comprendre pourquoi articles définis, démonstratifs et pronoms personnels n’ont pas exactement les mêmes emplois dans les deux langues.

Top of page

Bibliography

Adamczewski, Henri et Claude Delmas. Grammaire linguistique de l’anglais, 5e édition. Paris : Colin, 1998.

Alamichel, Marie-Françoise. Pronoms et déterminants. Paris : Ellipses, 1999.

Ariel, Mira. « Interpreting anaphoric expressions: A cognitive vs. a pragmatic approach ». Journal of Linguistics 30.1, 1994: 3-42.

Asher, Ronald E. et J.M.Y Simpson, eds. The Encyclopedia of Language and Linguistics. Oxford : Pergamon, 1994.

Benveniste, Emile. Problèmes de linguistique générale vol. 1, ch. XX : « La nature des pronoms ». Paris : Gallimard, 1966.

Bhat, Darbhe Narayana Shankara. Pronouns. Oxford: Oxford UP, 2004.

Blake, Barry J. Case. Cambridge: Cambridge UP, 1994.

Bolinger, Dwight. Pronouns and Repeated Nouns. Bloomington: University of Indiana Linguistics Club, 1978.

Bosch, Peter. Agreement and Anaphora: A Study of the Role of Pronouns in Syntax and Discourse. London : Academic Press, 1983.

Bouscaren, Janine, dir. La composante qualitative : déterminants et anaphoriques. Paris : Ophrys, 1997.

­Bouscaren, Janine et Jean Chuquet, avec la collaboration de Laurent Danon-Boileau. Grammaire et textes anglais : Guide pour l’analyse linguistique. Paris : Ophrys, 1987.

Charaudeau, Patrick et Dominique Maingueneau. Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Seuil, 2002.

Charreyre, Claude. « Perspective énonciative sur l’anaphore nominale ». Cycnos vol. 18, n° 2, Anaphores nominale et verbale. Nice : CRELA, mise en ligne 2005 <http://revel.unice.fr/cycnos/>

Corbett, Greville G. Gender. Cambridge: Cambridge UP, 1991.

Corblin, Francis. Indéfini, défini et démonstratif : constructions linguistiques de la référence. Langues et cultures n° 17. Genève : Droz, 1987.

––, Les formes de reprise dans le discours : anaphores et chaînes de référence. Rennes : PU de Rennes, coll. Langues et discours, 1995.

Cornish, Francis. Anaphora, Discourse and Understanding: Evidence from English and French. Oxford : Clarendon, 1999.

Cotte, Pierre. L’explication grammaticale de textes anglais. Paris : PUF, 1996.

Creissels, Denis. Syntaxe générale : une introduction typologique, vol. 1 : Catégories et constructions. Paris: Lavoisieur, 2006.

Fox, Barbara. Discourse Structure and Anaphora. Written and Conversational English. Cambridge: Cambridge UP, 1987.

Gardelle, Laure. Le genre en anglais moderne (XVIe siècle à nos jours) : le système des pronoms. Thèse de doctorat, Université Paris IV-Sorbonne, 2006.

—, « Formulations / reformulations : choix des éléments lexicaux dans les syntagmes nominaux en THE ». Actes de l’atelier de l’ALAES, congrès de la SAES, mai 2009 (à paraître).

Girard, Geneviève. « Les paramètres à la construction des anaphores. Cycnos vol. 18, n° 2. Nice : CRELA, 2001. 12/01/2006 <http://revel.unice.fr/cycnos/>

Grosz, Barbara et al. « Centering: A Framework for Modelling the Local Coherence of Discourse », 1995. 10/03/2007 <http://ad.ldc.upenn.edu/J/J95/J95-2003.pdf>

Guénette, Louise. Le démonstratif en français : essai d’interprétation psychomécanique. Paris : Honoré Champion, 1995.

Guillaume, Gustave. Leçons de linguistique, 1947-1948 C. Lille : PU de Lille, 1988.

Gundel, Jeanette K., Nancy Hedberg et Ron Zacharski. « Cognitive status and the form of referring expressions in discourse ». Language 69.2, 1993: 274-307.

Halliday, M.A.K. et Ruqaiya Hasan. Cohesion in English. London: Longman, 1976.

Harley, Heidi et Elizabeth Ritter. « Person and number in pronouns: A feature-geometric analysis ». Language 78.3, 2002: 482-526.

Huddleston, Rodney, et Geoffrey K. Pullum. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge: Cambridge UP, 2002.

Johnson, Kent et Ernie Lepore. « Does syntax reveal semantics? A case study of complex demonstratives ». Philosophical Perspectives 16, 2002: 1-41.

King, Jeoffrey C. « Anaphora and operators ». Philosophical Perspectives 8, 1994: 221-250.

Kleiber, Georges. Problèmes de sémantique : la polysémie en questions. Villeneuve d’Asq : PU du Septentrion, 1999.

––, L’anaphore associative. Paris : PUF, 2001.

Langacker, Ronald W. Grammar and Conceptualization. Berlin : Mouton de Gruyter, 2000.

Lapaire, Jean-Rémi et Wilfrid Rotgé. Linguistique et grammaire de l’anglais, 3e édition. Toulouse : PU du Mirail, 2002.

Larreya, Paul. « Identité et identification ». Cycnos vol. 21, n° 1, L’identification. Actes du colloque de linguistique de Nice, 26-27/09/2003. Nice : CRELA, 2003. 12/01/2006 <http://revel.unice.fr/cycnos/>

Maes, Alfons A. Nominal Anaphors, Markedness and the Coherence of Discourse. Louvain : Peeters, 1996.

Milner, Jean-Claude. Ordres et raisons de langue. Paris : Seuil, 1982.

Moeschler, Jacques et Anne Reboul. Dictionnaire encyclopédique de pragmatique. Paris : Seuil, 1994.

Mossé, Fernand. Manuel de l’anglais du Moyen-Âge, des origines au XIVe siècle. Tome 1 : Vieil-anglais. Paris : Montaigne, 1950.

Nicol, Fabrice. « Le déterminant comme tête du syntagme nominal ». Cycnos vol. 16, n° 2, Détermination nominale et individuation. Nice : CRELA, mise en ligne 2005. 12/01/2006 < http://revel.unice.fr/cycnos/>

Ranger, Graham. « Notes sur la traduction de l’anaphore lexicale du français vers l’anglais ». Langues et cultures en contact : traduire e(s)t commenter, dir. Catherine Paulin, collab. Philippe Rapatel. Besançon : PU franc-comtoises, 2002.

Reinhart, Tanya. Anaphora and Semantic Interpretation. London: Croom Helm, 1983.

Roberts, Craige. « Uniqueness in definite noun phrases ». Linguistics and Philosophy 26.3, 2003 : 287-350.

Rotgé, Wilfrid et Jean-Rémi Lapaire. Réussir le commentaire grammatical de textes. Paris : Ellipses, 2004.

Souesme, Jean-Claude. « IT marqueur de reprise notionnelle ». Alaes / ENS-LSh, journée d’étude sur IT, 17/01/2004.

Theissen, Anne. Le choix du nom en discours. Genève : Droz, 1997.

Viel, Michel, ed. Les théories de la grammaire anglaise en France. Paris: Hachette, 1993.

Wettstein, Howard K. « Demonstrative reference and definite descriptions ». Philosophical Studies: An International Journal for Philosophy in the Analytic Tradition 40.2, 1981: 241-257.

Zribi-Hertz, Anne (dir.). Les pronoms : morphologie, syntaxe et typologie. St Denis: Presses Universitaires de Vincennes, 1997.

Top of page

Notes

2    GN est entendu ici comme tout groupe nominal développé, c’est-à-dire de structure déterminant + éléments lexicaux, ainsi que tout pronom.

3    Par « this / that + nom », on entend également les cas où le GN compte des adjectifs ou expansions. De même dans les formulations « déterminant + nom » dans l’ensemble de l’article.

4    On s’intéresse donc spécifiquement au message linguistique donné par l’anaphorique, et non, plus largement, à l’ensemble du processus de résolution d’une anaphore.

5    On entend par opérateur thématique un opérateur dont l’emploi suppose déjà établie, aux yeux du locuteur, l’existence du référent qu’il désigne ou contribue à désigner.

6    Un référent est ici compris comme l’objet d’une référence. Il peut s’agir d’un élément singulier, ainsi le référent de this house, mais aussi d’un ensemble d’éléments, par exemple le référent de these houses.

7    Ils sont le plus souvent anaphoriques dans une définition textuelle de l’anaphore (voir ci-après), toujours anaphoriques pour l’approche mémorielle.

8    Cités par Cornish (1999: 43).

9    Par directement, on entend que dans l’acte de décodage de la référence, les seules informations données par le GN en the suffisent à identifier le référent.

10    Le fléchage consiste à désigner un élément dans un ensemble.

11   Myers, G. ‘This and that in discourse anaphora: the ambiguity of references to propositions’. Réunion de la Linguistic Association of Great Britain, Université d’Exeter, 1988. Cité par Cornish (1999 : 59).

12    Il s’agit d’un référent unique aux yeux de l’énonciateur, même si, à ce stade, la référence peut encore être ambiguë pour l’allocutaire.

13    On notera l’impossibilité, dans cet énoncé, de substituer un GN développé à ces pronoms : la référence reste floue (« tout cela »), et bien que chacun sache de quoi il parle, il n’y a pas eu d’étape d’assignation à une catégorie nominale.

14    On entend plus précisément les pronoms personnels non accentués, de même que pour les autres opérateurs étudiés ici.

Top of page

References

Bibliographical reference

Laure Gardelle, « Article défini, pronoms personnels de 3e personne et démonstratifs : approche comparée de l’accès à la référence », Anglophonia/Sigma, 14 (28) | 2010, 33-47.

Electronic reference

Laure Gardelle, « Article défini, pronoms personnels de 3e personne et démonstratifs : approche comparée de l’accès à la référence », Anglophonia/Sigma [Online], 14 (28) | 2010, Online since 01 March 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/615 ; DOI : 10.4000/anglophonia.615

Top of page

About the author

Laure Gardelle

Ecole Normale Supérieure de Lyon – EA 1663 / UMR 5611.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org