Skip to navigation – Site map

L’assertion en discours réfléchi tell oneself versus say to oneself

Sandrine Oriez
p. 89-104

Abstract

The purpose of this paper is to discuss the characteristics of two phrases: say to oneself / tell oneself. After presenting the results of a corpus study of these phrases, we shall explore the distinction that can be made in the types of speech they introduce. We will attempt to show that tell oneself is used when the content of the reported speech seems doubtful and thus expresses a point of view while say to oneself seems more objective.

Top of page

Full text

Introduction

1Il existe en anglais deux prédicats permettant de traduire « se dire quelque chose » : tell oneself something d’une part et say something to oneself d’autre part. Ces prédicats sont fréquemment utilisés dans du récit pour introduire le discours (direct, indirect ou indirect libre) d’un personnage qui se parle à lui-même.

2Ces deux prédicats sont-ils synonymes ? Dans quels contextes apparaissent-ils et comment se différencient-ils ? Telles sont les questions auxquelles nous essayons de répondre, dans le cadre de la Théorie des Opérations Enonciatives.

3Dans une première partie, nous décrivons ce qui distingue say to oneself et tell oneself en termes de fréquence d’emploi, de type de discours introduit et de modalités contenues dans ces discours. Notre seconde partie étudie plus particulièrement la prise en charge des énoncés de discours introduits par say to oneself et tell oneself. Dans la troisième partie, nous tentons de tisser un lien entre les différences relevées dans la prise en charge de l’assertion et la complémentation de ces deux verbes (prépositionnelle pour say, non prépositionnelle pour tell).

1. À la recherche d’une différence entre say to oneself / tell oneself

4Le but de cette première partie est de définir ce qui distingue les emplois de say to oneself et de tell oneself. Nous nous attacherons ici à étudier la fréquence d’emploi, le type de discours introduit et les modalités en jeu.

1.1. Fréquence d’emploi des deux structures

5Nous avons utilisé le British National Corpus pour recenser les occurrences des deux expressions étudiées en restreignant notre requête aux occurrences de say et tell au prétérit, ces formes verbales étant typiques du récit. Les résultats de cette recherche sont donnés dans le tableau A :

Tableau A

Entrée

Nombre d’occurrences dans le BNC

Entrée

Nombre d’occurrences dans le BNC

said to myself

92

told myself

112

said to yourself

2

told yourself

3

said to himself

89

told himself

227

said to herself

87

told herself

561

said to ourselves

1

told ourselves

1

said to yourselves

6

told yourselves

0

said to themselves

2

told themselves

6

TOTAL

279

TOTAL

910

6L’un des résultats les plus frappants est la très nette prédominance de tell oneself something sur say something to oneself. Cela se vérifie tout particulièrement avec les pronoms myself, himself et herself.

1.2. Say something to oneself / tell oneself something et les différents plans d’énonciation

7Nous avons ensuite voulu vérifier quel type de discours ces deux expressions introduisent, afin notamment de déterminer si elles faisaient apparaître des répartitions différentes des types de discours (direct, indirect, indirect libre).

1.2.1 Say something to oneself et les types de discours

8Nous avons constitué au fil de nos lectures un corpus qui nous a permis de constater que say to oneself était compatible avec :

  • un énoncé de type discours direct :

(1) She gave him a little nod of the head. ‘Good morning.’ She walked off towards the house.
‘You’ve been up to something,’
said Adam to himself, ‘in the sports Pavilion.’ (A. Christie, Cat Among the Pigeons)

  • un énoncé de type discours indirect :

(2) ‘I’ve been trying to say to myself [that it is the work of a lunatic or that somebody came to the wrong house]? But even that doesn’t really explain anything. No, inspector, I can’t help you.’ (A. Christie, The Clocks)

  • ou un énoncé de type discours indirect libre :

(3) In the afternoon, after her rest, she might take a drive. It didn’t really matter very much.
Today would be a day like any other day, she
said to herself.
Only, of course, it wasn’t. (
A. Christie, A Carribean Mystery)

  • 2    Hanote, Sylvie & Chuquet, Hélène (2004 : 15)

9Dans l’exemple (1), l’énoncé rapporté est facilement identifiable grâce à la présence des guillemets. Le verbe be porte l’aspect HAVE + -EN ainsi que le temps présent et on note l’emploi du pronom personnel de deuxième personne you, ce qui montre que les repérages de temps, d’aspect et de personne sont calculés par rapport à la situation d’énonciation de l’énonciateur-rapporté Adam. L’origine énonciative de cet énoncé rapporté est clairement explicitée par l’incise said Adam to himself qui est un segment de récit repéré en rupture par rapport à la situation d’énonciation de l’énonciateur-narrateur. Les pensées de l’énonciateur-rapporté Adam sont par ailleurs ici reproduites de dicto. Ce faisceau d’indices nous permet d’affirmer que cet énoncé rapporté est du discours direct. En effet, « dans le DD [discours direct], l’énoncé rapporté est autonome par rapport à l’énoncé rapportant. En d’autres termes, il y a indépendance des repérages dans l’énoncé rapporté »2. La présence du pronom réfléchi himself transforme le verbe say en verbe introducteur de pensées rapportées au discours direct.

10En (2), nous avons a priori aussi affaire à du discours direct. Cependant, à l’intérieur de ce discours direct, l’énonciateur rapporté a recours à l’expression say to myself pour expliciter indirectement ses pensées. Le discours indirect est aisément identifiable grâce à l’emploi de la proposition subordonnée nominale en that (mise entre crochets), qui est complément du verbe say.

11En (3), les temps et les personnes sont repérés non pas par rapport à la situation d’énonciation du personnage désigné par le pronom personnel she, mais par rapport à l’énonciateur-narrateur, à l’origine du récit. C’est pourquoi on note la présence de –ED, porté par les auxiliaires may, do et will, et qui marque une opération de rupture entre le moment d’énonciation du narrateur et le moment de l’énoncé. L’emploi du pronom she marque quant à lui une rupture entre le sujet de l’énoncé et l’énonciateur-narrateur : il s’agit donc bien de discours indirect libre.

  • 3    Par « exploitable », nous entendons des énoncés dont le contexte était suffisamment clair pour d (...)

12Pour obtenir des données chiffrées sur la fréquence de ces types d’énoncé, nous avons à nouveau eu recours au British National Corpus qui, dans sa version gratuite, nous a donné accès à 138 occurrences « exploitables »3 de say something to someone. Sur ces 138 occurrences, nous avons relevé la présence de discours direct dans 124 cas (soit 89,9 %), celle de discours indirect dans 10 cas (soit 7,2 %) et celle de discours indirect libre dans 4 (soit 2,9 %).

13Comparons ces données qualitatives et quantitatives à celles obtenues au cours de notre étude de tell oneself something.

1.2.2. Tell oneself something

14Les trois types de discours décrits plus hauts peuvent aussi être introduits par tell oneself. Dans notre corpus manuel, nous avons observé des énoncés

  • de type discours direct :

(4) ‘Was that the telephone ?’
‘No. Why? Are you expecting a call?’
Lynn shook her head. Humiliating to be waiting for the telephone to ring. He had said he would ring her tonight. He must. ‘You’re mad,’ she
told herself. ‘Mad.’
Why did this man attract her so? (
A. Christie, Taken at the Flood)

  • de type discours indirect, sous la forme d’une proposition nominale :

(5) He closed the door behind them. The smell of fear met them, sour as a sickroom miasma. How could the air be so tainted? He told himself [that he was being fanciful]; it was just that the windows were closed. They were breathing stale air, infecting each other with fear. (P.D. James, The Lighthouse)

  • et de type discours indirect libre :

(6) The encounter with the policeman unsettled Mr. Wilkins for the rest of the afternoon. He was annoyed with himself for so thoughtlessly parking on a yellow line; but what worried him more was the uncertainty of not knowing whether the matter would result in a summons. The constable had given no clue of his intentions. Was it safe to assume that he meant to let the matter drop?
In point of fact, such proved to be the case, but, as Mr. Wilkins had no means of knowing this, he continued to feel vaguely uneasy. After all,
he told himself, one could never tell what the outcome might be. (A. Buckeridge, Thanks to Jennings)

15Les deux structures verbales, en say comme en tell, autorisent donc chacun des trois grands types de discours rapporté. Cependant, nous avons observé que sur 144 occurrences de la structure en tell « exploitables » dans le BNC, 74 (soit 51,4 %) introduisaient du discours direct, 41 du discours indirect (soit 28,5 %) et 29 (soit 20,1 %) du discours indirect libre. Le discours direct semblerait donc d’un emploi plus fréquent avec say to oneself.

16Ceci nous conduit à dépasser le niveau simplement syntaxique pour examiner de plus près le contenu de ces discours rapportés, et notamment les modalités qu’ils contiennent.

1.3. Modalités et discours

  • 4    Voir Bouscaren, Janine & Chuquet, Jean (1987)

17Nous adoptons ici la typologie d’Antoine Culioli qui distingue quatre grands types de modalités : la modalité assertive (ou modalité de type 1), la modalité épistémique (ou modalité de type 2), la modalité appréciative (ou modalité de type 3) et la modalité radicale (ou modalité de type 4)4.

1.3.1. Données quantitatives pour say to oneself

18 Avec say to oneself, les quatre types de modalités sont observables, comme l’illustrent les exemples suivants :

  • modalité 1 :

(7) ‘What do I want?’ said Miss Bulstrode to herself. ‘How tiresome I am being! Really, indecision has never been one of my faults up to now.’ (A. Christie, Cat Among the Pigeons)

19Le discours direct, entre guillemets, a pour énonciateur rapporté Miss Bulstrode, comme l’explicite le segment de récit said Miss Bulstrode to herself. Ce discours contient une interrogation : il s’agit donc bien d’un énoncé de modalité 1 (assertion).

  • modalité 2 :

(8) ‘Oh, gosh!’ said Jennings suddenly. I’d forgotten the firemen.’ By twisting his head until it was nearly upside down, he could see the time by Mr Wilkins’wristwatch. It was twenty-one minutes past three.
‘Well, that settles it,’ he
said to himself. ‘They won’t be coming now.’ (A. Buckeridge, Jennings goes to School)

20Dans cet exemple, le premier segment de discours direct, that settles it, contient une assertion (modalité 1). En revanche, le deuxième segment, qui lui fait suite sémantiquement et qui a la même origine énonciative (malgré la présence d’un point) contient l’auxiliaire modal won’t à valeur de futur, que l’on rattache, dans la Théorie des Opérations énonciatives, à la modalité 2.

  • modalité 3 :

(9) Then one day a learned educationist visited the island and met the boy and was astonished at his understanding of many things and at the knowledge which he had developed round these things, and the educationist said to himself how wonderful it would be if every child in the land had the learning which this boy had built around the simple experiences which he had had with the bees, pigeons, flowers, vegetables, forestry and visits to York and Malham. (BNC, B28 678)

21L’adjectif wonderful permet à l’énonciateur rapporté, the educationist, de formuler une appréciation : nous avons donc ici un énoncé de modalité 3, avec expression d’un jugement.

  • modalité 4 :

(10) Then she thought that, strangely enough, one didn’t quite like making jokes about Miss Bulstrode. Miss Bulstrode was Someone.
‘So you’d better mind your P’s and Q’s, my girl,’ she
said to herself, ‘and finish these letters without making any mistakes.’ (A. Christie, Cat Among the Pigeons)

22L’expression you’d better est à rapprocher d’un should à valeur de conseil. L’énoncé a donc une valeur radicale (modalité 4).

23Nous avons relevé grâce au British National Corpus 129 énoncés exploitables qui se répartissent comme indiqué dans le tableau B :

Tableau B

nombre d’occurrences

dans le BNC

proportion

modalité 1

93

72,1 %

modalité 2

24

18,6 %

modalité 3

1

0,8 %

modalité 4

11

8,5 %

24La prédominance de la modalité 1 apparaît nettement : une même prédominance de la modalité 1 est-elle observable pour la structure en tell ?

1.3.2. Données quantitatives pour tell somebody something

25Le British National Corpus nous a fourni 147 exemples exploitables, qui se répartissent comme indiqué dans le tableau C :

Tableau C :

nombre d’occurrences

pourcentage

modalité 1

86

58,5 %

modalité 2

7

6,8 %

modalité 3

3

2 %

modalité 4

48

32,7 %

26Les discours introduits par la structure tell oneself se caractérisent par une prédominance des modalités 1 et 4, même s’il est impossible d’écarter les deux autres modalités :

  • modalité de type 1 :

(11) None of it mattered now. She was in love. He had awoken her to a life which she had seized on with the obstinate determination of the long-deprived, and she would never let go, which meant never letting him go. But he told himself that he didn’t want to go. He loved her. If this wasn’t love, what else could he call it? [...] But now, lying in mild post-coital exhaustion, there came again the inrush of anxiety. Fears, hopes, plans jostled in his mind like lottery balls. He knew what Miranda wanted: marriage, a home of her own, and children. He told himself that that was what he too wanted. She was radiantly optimistic; for him it seemed a distant, unrealisable dream. (P.D. James, The Lighthouse)

27Les deux occurrences du verbe tell sont ici suivies par deux nominales : la première renvoie à une assertion négative, la deuxième à une assertion positive.

  • modalité de type 2 :

(12) After break, Darbishire became a little more cheerful. Perhaps it wouldn’t be so bad after all! He would swim close in to the side, within reach of the handrail, he decided. [...] He’d be all right, he told himself, over and over again. There was nothing to worry about, really! (A. Buckeridge, According to Jennings)

28L’énonciateur-asserteur Darbishire prédit la validation de la relation prédicative <he/be all right>, en d’autres termes, il évalue comme très grandes les chances de réalisation de cette relation prédicative. L’auxiliaire de modalité will a ici essentiellement sa valeur de prédiction.

  • modalité de type 3 :

(13) The inexplicable absence of Moira worried Bobby more than he cared to admit. He told himself repeatedly that it was absurd to jump to conclusions – that it was fantastic to imagine that Moira had been done away with in a house full of possible witnesses – that there was probably some perfectly simple explanation and that at the worst she could only be a prisoner in the Grange. (A. Christie, Why didn’t they ask Evans ?)

29L’adjectif absurd exprime un jugement de la part de l’énonciateur-rapporté he sur la validation de la relation prédicative <( )/to jump to conclusions>. Il s’agit ici d’une modalité appréciative, qui a pour origine assertive le personnage he. Ce dernier est donc responsable de la prise en charge de cette modalité, il est donc à la fois énonciateur et asserteur.

30Il en est de même en (14), où l’énonciateur-asserteur Darbishire juge unfair la validation de la relation prédicative <his brilliant brainwave/give place to this futile debate> :

(14) Darbishire blew out his cheeks and glowered at his companions in disgust. It was really unfair, he told himself, that his brilliant brainwave which should, by rights, be the sole topic of conversation, had given place to this futile debate. As the inventor of the Darbishire Method of Removing Heads from Railings he should, at this moment, be basking in glory and smiling modestly at the congratulations of his colleagues. (A. Buckeridge, Thanks to Jennings)

  • modalité de type 4 :

(15) Jennings shook his head in despair. Learning six pages by heart was a far more difficult matter than copying out the text from the book. For the last hour he had sat crouching forward in a doubled-up posture with the book on the floor between his feet: but so far he had been unable to commit more than a few lines to memory. He must get the first page right, he told himself severely. He would read it through once more and then ask Darbishire to test him. (A. Buckeridge, Thanks to Jennings)

31On sait que le modal must peut avoir soit un fonctionnement épistémique, soit un fonctionnement radical. Il est clair ici que Jennings se donne un ordre, celui de valider la relation prédicative <he/get the first page right>. Nous sommes donc en présence de la valeur radicale du modal must, puisque l’asserteur, Jennings, exerce une pression sur le sujet de l’énoncé he afin que la relation prédicative soit validée.

32L’observation des emplois respectifs de say to oneself et tell oneself a permis de mettre en lumière les tendances suivantes :

  • tell oneself semble d’un emploi plus fréquent que say to oneself.

  • say to oneself est prédominant comme introducteur de discours direct.

  • On observe une prédominance de tell oneself comme introducteur de discours exprimant une modalité 4.

  • Les deux structures sont fréquemment employées avec la modalité de type 1 (assertion).

33C’est principalement ce dernier point que nous allons développer dans notre deuxième partie.

2. Say to oneself / tell oneself et la prise en charge de l’assertion

34Comme le montrent nos statistiques, les deux expressions sont compatibles avec l’assertion. Cependant, une analyse plus fine permet de comprendre que tell oneself n’introduit pas le même type d’assertion que say to oneself.

2.1. Les assertions introduites par tell oneself

35Cette sous-partie sera consacrée à l’analyse de plusieurs énoncés de notre corpus personnel. Considérons tout d’abord l’exemple (16):

(16) His body ached mainly through lack of sleep, he told himself, reluctant to admit he was so unfit that a mile walk had drained him of energy. (BNC G01 3015)

36Le personnage masculin auquel renvoie le pronom personnel he est l’asserteur à l’origine de la validation de la relation prédicative <his body/ache mainly through lack of sleep.> En d’autres termes, c’est lui qui prend la responsabilité de présenter ce contenu de discours comme vrai. Or l’énonciateur-narrateur précise dans le récit qui suit immédiatement he told himself que la cause invoquée pour expliquer les douleurs ressenties est fausse et surtout que le personnage en est conscient, puisque l’adjectif reluctant est utilisé. Tout se passe comme si le référent de he essayait de faire pression sur lui-même (himself, qui connaît la vraie cause de sa fatigue) pour qu’il accepte l’idée que c’est le manque de sommeil et non la mauvaise santé qui est à la source du problème. En d’autres termes, l’asserteur he veut convaincre son co-énonciateur (himself) de la justesse de la cause invoquée, afin que ce co-énonciateur prenne lui aussi en charge la validation de la relation prédicative.

37On observe le même phénomène avec l’énoncé (17) :

(17) Men – most of whom were advanced middle-aged and showing it – outnumbered women on the ground floor, but when she looked them over, Kendra told herself that not a single one of them interested her. This was the safest conclusion for her to draw since it was fairly obvious that she interested none of them either. The handful of young women in the place had captured all the attention. Kendra felt every one of her forty years. (E. George, What Came Before He Shot Her)

38Kendra, vexée de n’attirer l’attention d’aucun homme à cette soirée, se console en se disant qu’aucun d’entre eux n’est digne d’intérêt. Il apparaît clairement dans ce contexte qu’il existe un écart entre la réalité (Kendra serait prête à trouver intéressant tout homme lui accordant de l’attention) et l’assertion exprimée par la proposition subordonnée nominale qui complète le verbe tell. Kendra essaie en fait de se convaincre de la véracité de cette assertion, afin de préserver son orgueil.

39Dans l’exemple (18), de la même manière, le personnage semble en désaccord avec lui-même. D’un côté, le colonel lui semble insignifiant et donc peu crédible dans le rôle d’assassin, de l’autre le personnage sait qu’il ne faut pas se fier aux apparences et que beaucoup d’assassins ont l’air insignifiant :

(18) Which of these men was it likely to be?
Surely not old Colonel Luttrell, with his indecision and his general air of feebleness. Norton, the man whom I had met rushing out of the house with his field glasses? It seemed unlikely. He appeared to be a pleasant fellow, rather ineffective and lacking in vitality; of course,
I told myself, many murderers have been small insignificant men – driven to assert themselves by crime for that very reason. (A. Christie, Curtain)

40En (19), Lynn se parle à elle-même. Elle est son propre co-énonciateur, utilisant le pronom personnel you, qui marque une différenciation entre l’énonciateur et le co-énonciateur. L’assertion ‘you’re mad’ est prise en charge par ce co-énonciateur fictif et non par Lynn elle-même : elle n’adhère pas aux paroles prononcées. Le dédoublement créé par l’emploi de you indique clairement cet écart :

(19) ‘Was that the telephone?’
‘No. Why? Are you expecting a call?’
Lynn shook her head. Humiliating to be waiting for the telephone to ring. He had said he would ring her tonight. He must. ‘You’re mad,’ she
told herself. ‘Mad.’
Why did this man attract her so? (
A. Christie, Taken at the Flood)

41L’analyse de ces quelques exemples révèle que les assertions introduites par tell oneself sont en fait problématiques : le personnage qui se parle à lui-même essaie chaque fois de convaincre qu’elles sont vraies. La situation semble différente dans le cas des assertions introduites par say to oneself.

2.2. Les assertions introduites par say to oneself

42Les assertions introduites par say to oneself ont un caractère plus objectif, leur validation ne semble pas poser de problème. Examinons ainsi (20):

(20) There was something vaguely disquieting about the unobtrusiveness of Gregory Banks. He had been an unsuitable match – yet Susan had insisted on marrying him – had overborne all opposition – why? What had she seen in him?
And now, six months after the marriage – ‘She’s crazy about the fellow,’ Mr Entwhistle
said to himself. He knew the signs. (A. Christie, After the Funeral)

43Le caractère certain de ce qui est exprimé dans ce passage au discours direct est renforcé par la présence de la portion de récit He knew the signs. Mr. Entwhistle n’a aucun doute sur son diagnostic. Le COI to himself semble avoir pour seule fonction d’indiquer que les paroles de Mr Entswhistle ne sont pas prononcées à haute voix. La prise en charge de la validation de la relation prédicative <she/be crazy about the fellow> ne pose aucun problème, elle n’est absolument pas remise en doute. Mr Entwhistle se contente ici de constater un fait objectif. Nous observons le même phénomène dans l’exemple (21):

(21) From time to time, as she inserted a fresh sheet in her machine, she looked out of the window and registered interest in the arrivals.
‘Goodness!
said Ann to herself, awed, ‘I didn’t know there were so many chauffeurs left in England!’ (A. Christie, Cat Among the Pigeons)

44Ann se contente ici de constater un fait, de manière objective. Le contenu de son discours ne pose aucun problème de validation.

2.3 Bilan

45Les analyses qui précèdent mettent en lumière le fait que tell oneself et say to oneself n’introduisent pas le même type d’énoncés assertifs, contrairement à ce qu’aurait pu nous laisser penser notre analyse statistique. Ceci permet de comprendre pourquoi tell oneself est, comme le montrait notre tableau C de la première partie, tout particulièrement compatible avec la modalité 4, contrairement à say to oneself (voir tableau B). Par définition, les énoncés contenant une modalité 4 sont des énoncés dans lesquels un énonciateur cherche à faire pression sur son co-énonciateur pour qu’il valide la relation prédicative :

(22) He tried to tell himself that he could do as the Blade had ordered him. (E. George, What Came Before He Shot Her)

46Le recours à tried to renforce l’idée que le personnage ne croit pas réellement en ses propres capacités, auxquelles renvoie le modal radical (modalité 4) could.

47Rappelons cependant qu’il s’agit de tendances et que say to oneself peut introduire des énoncés contenant une modalité 4, même si leur taux de fréquence est très inférieur à celui relevé pour tell oneself. Cette différence marquée dans la prise en charge de l’assertion peut-elle néanmoins s’expliquer par les différences syntaxiques observables entre nos deux expressions ?

3. Le sens, reflet de la syntaxe ?

48D’un point de vue purement syntaxique, ce qui distingue say to oneself et tell oneself, c’est le fait que tell soit associé à une structure non prépositionnelle, tandis que say est associé à une structure prépositionnelle. L’hypothèse que nous développons dans cette troisième partie est que ces caractéristiques syntaxiques permettent de comprendre les différences observées sur le plan de la prise en charge de l’assertion. Pour étayer cette hypothèse, regardons de plus près la syntaxe des verbes say et tell.

3.1. Syntaxe de say

  • 5    Nous considérons que les différents types de discours introduits jouent le rôle de complément du (...)

49Bien que le verbe say soit un verbe ditransitif, la présence du complément d’objet indirect to someone est facultative, comme l’illustre cet échange entre deux personnages5 :

(23) Kay said: ‘I don’t like my colour scheme in the living room. Can I have it done over, Nevile?
‘Anything you like, beautiful.’
‘Peacock blue,’ said Kay dreamily, ‘and ivory satin cushions.’
‘You’ll have to throw in an ape,’ said Neville.
‘You can be an ape,’ said Kay. (
A. Christie, Towards Zero)

  • 6    Poncharal, Bruno (2003 : 95). Voir aussi Deschamps, Alain (1997 : 70-71) et Oriez, Sandrine (199 (...)

50Le verbe say permet à l’énonciateur-narrateur de préciser si c’est Kay ou Neville qui parle : say localise les paroles prononcées par rapport à leur origine énonciative. Nous sommes en présence d’une opération de repérage quantitatif d’un contenu de discours par rapport à une source assertive : « la neutralité de say est liée à son rôle essentiel qui est de localiser un énoncé rapporté par rapport à un locuteur »6. Nous parlerons de repérage quantitatif chaque fois qu’un contenu de discours sera ainsi localisé par rapport à son asserteur.

51L’énonciateur-narrateur utilise le COI to someone pour identifier le destinataire des paroles ou, en d’autres termes, le co-énonciateur. Ce co-énonciateur doit devenir à son tour le localisateur de ces paroles. L’emploi du COI to someone s’impose en particulier dans les situations où l’identité de ce co-énonciateur pourrait-être ambiguë, comme c’est le cas en (24), où la présence de la virgule met en relief le fait que les paroles prononcées par the Blade sont à destination de Arissa, exclusivement :

(24) He was accompanied by Arissa... She was the perfect companion for this night’s adventure, and her appearance at the Blade’s side effected the result he’d wanted when he told her to accompany him.
Ness came forward. ‘What d’you want, blood, I tol’ you b’fore. I ain’t having no more ‘f what you got to offer, ‘specially if it means I end up looking like this slag here.’
‘Liked it fine last time you had it, though. Di’n’t you, skank?’ he asked her.
‘Dat’d be summick you’d not likely notice.’
At this exchange, Arissa made a noise that could have been taken as amusement. The Blade shot her a look and her face went blank.
She said, to him, ‘C’mon, baby. We don’t need vexin ourselves wiv dis.’ (E. George, What Came Before He Shot Her)

52Dans l’exemple (25), la présence du COI to Deborah permet aussi à l’énonciateur-narrateur d’indiquer que le personnage masculin s’adresse à elle seule et non à Deborah et sa sœur :

(25) He glanced from his sister to Deborah, saying, ‘Sure. I’ll put those in water.’ He scooped up the two grocery bags and hooked his arm round the flowers. He said to Deborah, ‘Later, then,’ and gave her a look that spoke the words good luck as clearly as if he’s said them. (E. George, A Place of Hiding)

53De la même manière, dans say something to oneself, le COI to oneself permet à l’énonciateur-narrateur de préciser qui est le destinataire des paroles prononcées. La préposition to marque la création d’une relation entre un asserteur et un destinataire spécifique des paroles prononcées (le co-énonciateur). L’emploi du pronom réfléchi marque une opération d’identification de l’asserteur et du co-énonciateur. Cette identification conduit à considérer que ce ne sont pas véritablement des paroles qui sont rapportées mais plutôt des pensées.

54Le verbe tell a-t-il un fonctionnement similaire ?

3.2. Syntaxe de tell

55Le verbe tell, au contraire de say, est obligatoirement ditransitif quand il signifie « dire quelque chose à quelqu’un » : tell somebody something. Il se construit avec deux compléments d’objet, l’un désignant le destinataire des paroles, l’autre donnant le contenu des paroles rapportées. Tout comme say, le verbe tell permet à l’énonciateur-narrateur de localiser les paroles prononcées par rapport à une origine assertive : le sujet syntaxique du verbe tell permet d’identifier l’énonciateur à l’origine des paroles rapportées. Ainsi, dans l’exemple (26), le segment de discours indirect libre She would not go there est repéré par rapport à she grâce au verbe tell :

(26) It reduced her to adhering to a belief in the importance of the sort of womanhood she had long detested, one defined by having a man at any cost, lassoing him into marriage, and plugging up his life with babies ASAP. She would not go there, she told herself repeatedly. But a fraction of her wanted it anyway. (E. George, A Place of Hiding)

56Le verbe tell, de même que say, marque le repérage quantitatif d’un contenu de discours par rapport à une origine assertive. Ici, c’est she et non l’énonciateur-narrateur qui est à l’origine de la modalité radicale de refus exprimée par would not. C’est donc bien she qui est l’asserteur à l’origine de ce discours. Il s’agit de discours indirect libre car les repérages de temps (marqueur –ED sur will) et de personne (emploi de she et non de I) sont calculés par rapport à la situation d’énonciation de l’énonciateur-narrateur et on note, par ailleurs, l’absence de proposition subordonnée complétive en position de complément du verbe tell.

  • 7    Voir Oriez 1999

57Le discours rapporté, avec tell comme avec say, est donc localisé (autrement dit, repéré quantitativement) par rapport à une origine assertive. Cependant, dans le cas de tell, il faut bien voir qu’on se situe au delà du simple repérage quantitatif, de la simple localisation de paroles par rapport à leur source assertive7. Comme nous l’avons vu dans la deuxième partie, l’emploi par un énonciateur-narrateur de tell oneself signifie que l’asserteur essaie de se convaincre qu’un contenu de discours est vrai. Dans l’exemple (26), la femme essaie de se convaincre qu’elle n’est pas tentée par un mariage conventionnel. L’adverbe repeatedly est un indice de la difficulté de she à convaincre herself de son refus. De plus, le segment de récit But a fraction of her wanted it anyway vient confirmer que she est en désaccord avec herself. Ce qui importe, en fait, c’est que le destinataire des paroles, le co-énonciateur herself, reconnaisse le contenu de discours, le refus exprimé par she, pour vrai. Le repérage des paroles par rapport au co-énonciateur est donc primordial dans le cas de tell. Ce repérage n’est pas simplement quantitatif : l’énonciateur-narrateur ne se contente pas ici d’indiquer que she se parle à elle-même, autrement dit, que le contenu de discours est d’abord localisé par rapport à she comme origine assertive et ensuite par rapport à herself comme co-énonciateur. L’énonciateur-narrateur, en ayant recours à tell oneself, montre que le personnage she cherche à convaincre herself : il ne suffit donc pas que herself entende, localise, le contenu de discours, il faut aussi que herself en accepte le contenu et reconnaisse la réalité du refus de she. C’est la raison pour laquelle nous parlons dans ce cas non pas seulement de repérage quantitatif mais aussi de repérage qualitatif : ce qui importe ce sont les propriétés, les caractéristiques du contenu de discours localisé par rapport à herself. En d’autres termes, tell marque un repérage quantitatif mais surtout qualitatif : il s’agit pour herself de reconnaître la validité du discours tenu.

58Ce double repérage, quantitatif et qualitatif, explique le caractère obligatoire de la présence syntaxique du co-énonciateur. Au contraire, dans le cas de say, la présence de to someone est facultative, car l’énonciateur-narrateur a pour but principal de localiser des paroles par rapport à un énonciateur-rapporté. Dans le cas de tell, le but recherché est non seulement d’indiquer la transmission d’une information d’un énonciateur à son co-énonciateur, autrement dit, un changement de localisation d’un contenu de discours, mais aussi de mettre en relief les difficultés qu’éprouve l’énonciateur-rapporté à se convaincre. Dans tous les énoncés où tell oneself apparaît, il est clair que le problème du repérage quantitatif des paroles par rapport au co-énonciateur passe au second plan. Ce qui est en jeu avec tell oneself, ce sont les caractéristiques, les propriétés même du contenu de discours repéré par rapport au co-énonciateur. L’énonciateur-narrateur, en utilisant tell oneself, montre que l’énonciateur-rapporté doute de ce qu’il pense mais exerce une pression sur lui-même pour se convaincre de la véracité du discours qu’il se tient à lui-même.

59Avec say to oneself, le contenu de discours ne pose pas de problème d’un point de vue qualitatif, il n’est pas remis en cause. Say permet une simple localisation quantitative du contenu de discours par rapport au co-énonciateur quand, au contraire, avec tell, l’énonciateur-narrateur fait apparaître que l’asserteur essaie de repérer quantitativement et qualitativement le contenu de son discours par rapport à son co-énonciateur, c’est-à-dire à lui-même. Dire que l’asserteur cherche à repérer qualitativement le contenu de discours par rapport au co-énonciateur signifie que l’énonciateur-asserteur veut convaincre son co-énonciateur de la véracité du contenu de discours. Il cherche donc à transformer son co-énonciateur en asserteur du contenu de discours. La présence syntaxique du co-énonciateur, autrement dit, la double complémentation de tell, est donc indispensable.

60L’identification de l’énonciateur-asserteur et du co-énonciateur avec tell oneself a pour conséquence que l’asserteur essaie en fait de se convaincre lui-même, ce qui laisse planer un doute quant à la véracité du contenu de discours en jeu. Les énoncés de discours introduits par tell oneself, contrairement à ceux introduits par say to oneself, visent un double repérage quantitatif et qualitatif par rapport au co-énonciateur, ainsi sommé de devenir à son tour l’asserteur de ces énoncés.

61Le lien entre l’énonciateur et le co-énonciateur est donc au centre de la relation créée par tell oneself, ce qui est marqué par l’emploi de la structure ditransitive et l’absence de préposition. Dans le cas de say to oneself en revanche, ce qui prime, c’est d’abord la localisation par rapport à un énonciateur, le COI permettant seulement d’identifier le co-énonciateur destinataire des propos. Il semble qu’avec tell oneself, le lien entre l’énonciateur et son co-énonciateur soit considéré comme préconstruit, d’où l’absence de préposition.

Conclusion

62Dans cet article, nous avons centré nos analyses sur say to oneself et tell oneself afin de montrer que ces deux constructions ne sont pas synonymes.

63Avec say to oneself, le contenu de discours ne pose pas de problème d’un point de vue qualitatif, il n’est pas remis en cause. L’énonciateur-narrateur qui rapporte les paroles d’un personnage en utilisant say to oneself se contente d’indiquer objectivement l’origine des paroles rapportées. Say permet donc une simple localisation quantitative. Quand, au contraire, un énonciateur-narrateur a recours à tell oneself, c’est pour signaler que ce qui est recherché par l’énonciateur-rapporté est un repérage quantitatif mais surtout qualitatif du contenu de discours par rapport à son co-énonciateur (qui lui est identifié). Dire que l’énonciateur rapporté repère qualitativement le contenu de discours par rapport au co-énonciateur revient à dire qu’il cherche à convaincre le co-énonciateur du contenu de discours en question. Les énoncés introduits par tell oneself, contrairement à ceux introduits par say to oneself, visent un double repérage quantitatif et qualitatif des paroles par rapport au co-énonciateur.

64Les différences de fonctionnement relevées ici peuvent être considérées comme le point de départ d’une étude plus détaillée de la complémentation des verbes say et tell, qui dépasse toutefois le cadre de cet article.

Top of page

Bibliography

Bouscaren, Janine, et Chuquet, Jean, (1987) Grammaire et textes anglais, Ophrys.

De Mattia, Monique, (2000) Le Discours indirect en anglais contemporain, Presses Universitaires de Provence.

Deschamps, Alain, (1997) « Traitement énonciatif des paramètres des compléments propositionnels de verbes », in La Notion, Rivière, C. & Groussier, M.-L. (éds), Ophrys, p. 60-74.

Deschamps, Alain, et Guillemin-Flescher, Jacqueline, (1999) Les Opérations de détermination, quantification/qualification, Ophrys.

Franckel, Jean-Jacques, et Lebaud, Daniel, (1990) Les Figures du sujet, Ophrys.

Hanote, Sylvie. & Chuquet, Hélène, (2004) Who’s Speaking, Please, Paris, Ophrys.

Oriez, Sandrine, (1999) La Complémentation verbale en anglais contemporain : étude de la structure ditransitive, Thèse pour le Doctorat, Université de Poitiers.

Poncharal, Bruno, (2003) « Approche énonciative de l’opposition that/Ø dans les complétives de discours direct », in La Subordination en anglais, Celle, A. & Grasset, S. (éds), Presses Universitaires du Mirail, p. 89-109.

Corpus

Buckeridge, Anthony, ([1951], 2001) Jennings Goes To School, House of Status.

, ([1954], 2002) According to Jennings, House of Status.

Christie, Agatha, ([1933], 2002) Why Didn’t They Ask Evans? St Martins’Paperbacks.

—, ([1944], 1984) Towards Zero, HarperCollins.

—, ([1948], 2003) Taken at The Flood, HarperCollins.

—, ([1954], 2001) After the Funeral, HarperCollins.

—, ([1959], 2002) Cat among the Pigeons, Harper Collins.

—, ([1964], 2000) A Caribbean Mystery, Signet.

—, ([1975], 2000) Curtain, Berkley.

George, Elizabeth, ([2003], 2004) A Place of Hiding, New English Library.

—, (2006) What Came Before He Shot Her, Harper.

James, P.D., (2006) The Lighthouse, Penguin.

The British National Corpus: http://www.natcorp.ox.ac.uk/

Top of page

Notes

2    Hanote, Sylvie & Chuquet, Hélène (2004 : 15)

3    Par « exploitable », nous entendons des énoncés dont le contexte était suffisamment clair pour déterminer quel type de discours était en jeu. Les énoncés ambigus ont été éliminés.

4    Voir Bouscaren, Janine & Chuquet, Jean (1987)

5    Nous considérons que les différents types de discours introduits jouent le rôle de complément du verbe say (et il en est de même pour tell), même si seul le discours indirect prend véritablement la forme d’une proposition nominale complément du verbe de discours.

6    Poncharal, Bruno (2003 : 95). Voir aussi Deschamps, Alain (1997 : 70-71) et Oriez, Sandrine (1999).

7    Voir Oriez 1999

Top of page

References

Bibliographical reference

Sandrine Oriez, « L’assertion en discours réfléchi tell oneself versus say to oneself », Anglophonia/Sigma, 14 (28) | 2010, 89-104.

Electronic reference

Sandrine Oriez, « L’assertion en discours réfléchi tell oneself versus say to oneself », Anglophonia/Sigma [Online], 14 (28) | 2010, Online since 01 March 2016, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/627 ; DOI : 10.4000/anglophonia.627

Top of page

About the author

Sandrine Oriez

Université de Rennes II - Laboratoire LIDILE – EA 3874

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org