Skip to navigation – Site map

À propos des Relatives Appositives. Syntaxe, sémantique, pragmatique

Jean-Charles Khalifa
p. 7-29

Abstract

Our purpose in this paper is to discuss the specificities, if any, of non-restrictive relative clauses (NRRCs). After a review of the two models that have been proposed to account for the syntax of NRRCs, namely the single constituent hypothesis and the main clause hypothesis, we go on to present the most significant results of a corpus study of those clauses. On the basis of a representative sample of 500, we try to lay the groundwork of a typology of NRRCs, showing in particular that the relative frequency of each of the 4 types we distinguish falls perfectly in line with the “perceptual hierarchy” proposed by psycholinguistics, not only for NRRCs, but for restrictive clauses as well, and which reflects syntactic complexity. We then conclude on pragmatic values of NRRCs in discourse.

Top of page

Full text

Everything you NEVER wanted to know about non-restrictive relative clauses, and therefore NEVER bothered to ask...

Introduction

1Le sous-titre de cette étude n’est que très partiellement provocateur ; force est de constater, en effet, que l’évocation même du problème des relatives appositives soulève, chez bon nombre de grammairiens, au mieux quelques soupirs entendus, au pire des bâillements d’ennui assourdissants... Dès lors, la question se voit, soit escamotée purement et simplement, soit évacuée en quelques lignes, qui du reste se ramènent à peu près toujours à situer les appositives « en creux » par rapport aux restrictives, c’est-à-dire par exemple à énumérer toutes les propriétés qu’elles ne possèdent pas. Cet embarras, ou ce manque d’intérêt, procède, si l’on y regarde de plus près, d’un véritable problème taxinomique. Le moins que l’on puisse dire est qu’il n’existe guère de consensus sur le statut même des appositives, et en particulier sur la question de leur rapport aux restrictives : en termes impressionnistes, les premières constituent-elles un « cas particulier » des secondes ? Plus précisément, en sont-elles syntaxiquement « dérivées », et quel statut donner à cette dérivation ? Et, quelle que soit la réponse à cette question centrale, quel rôle jouent-elles au plan sémantico-discursif ? Le but de cet article n’est pas de résoudre tous les problèmes, .mais plus modestement, d’établir un « état des lieux », contribuant ainsi (nous l’espérons) à les poser de façon plus accessible.

  • 1 Khalifa 1999 (voir bibliographie), en particulier Ch. 7.

2Les structures qui constituent notre objet d’étude constituent, de l’avis général, un ensemble flou ; nous nous efforcerons, dans le cadre limité de cet article, de nous en tenir strictement aux formes les plus canoniques. On supposera connues les problématiques classiques associées aux relatives, et en premier lieu la fragilité de l’opposition traditionnelle restrictive / appositive. Nous avons nous-même montré1, à la suite de bien d’autres, qu’il était plus fructueux de ramener cette opposition à un gradient dont les deux types traditionnels constituent les pôles extrêmes, et on sait en particulier le rôle clé de la détermination de l’antécédent dans le positionnement sur ce gradient. Ainsi avons-nous écarté de notre étude des énoncés du type de :

[1] We couldn ’t land at the naval station because it was cut off by the enemy who completely surrounded the town at a range of six hundred yards, so the boat ran in beside the flaming market. (Graham Greene, The Quiet American, 1955)

3où le rôle de la relative en contexte ne peut manifestement pas être restrictif et définitoire (l’« ennemi » dont il est question est unique et bien connu du lecteur), et où l’introduction d’une virgule ou d’un tiret entre antécédent et relatif ne changerait strictement rien au sens. Le rôle de la ponctuation en matière de relatives est en effet crucial, comme on le sait, et ce à un double titre :

  • on admet que la présence de marques graphiques (qui, rappelons-le, ne sont qu’une manière de transcrire la pause intonative du discours oral) est l’indice le plus sûr de la nature appositive d’une relative, l’inverse n’étant en revanche pas vrai ;

  • cependant, la ponctuation n’est pas en soi un indice d’une fiabilité à toute épreuve, en vieil-anglais, déjà, mais également en anglais contemporain, où erreurs et/ou incertitudes d’emploi ne manquent pas de venir compliquer encore le tableau. On ne citera pour illustration, outre l’énoncé [1] supra, qu’un seul exemple :

[2] “There is no question of this being compulsory, but frankly what woman, who may have lingering doubts, is going to turn down a test which would make all the difference in the world to ensuring the right treatment? (The Independent, 13/8/99)

4où la virgule paraît pour le moins incongrue... Il est évident dans ces conditions, comme d’ailleurs on s’en doutait déjà, que bon nombre de cas sont difficilement décidables.

5Pour les mêmes raisons, nous nous sommes limités à l’étude des appositives ayant pour antécédent un nom ou groupe nominal ; l’étude des antécédents phrastiques (du type He was disappointed, which I can understand), même si elle est riche d’enseignements, ne sera pas entreprise en tant que telle. Cependant, nous serons conduits à plusieurs reprises à évoquer ces formes, et en tout premier lieu pour en dire que, là encore, la frontière est parfois floue. Par exemple, dans :

[3] They’ve given me a small electric fan, which helps in this humidity. (Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale, 1985)

  • 2 À titre statistique, nous avions dans notre corpus (voir plus bas), une bonne dizaine de tels cas d (...)

6il est presque impossible de décider à coup sûr si l’antécédent est le seul groupe nominal ou la phrase toute entière2. Ces cas posent évidemment problème à la traduction, où il faudra faire un choix exclusif en français.

  • 3 Ces trois exemples, tirés du corpus de Nimègue, sont empruntés à de Haan 1989 (voir bibliographie).

7Enfin, nous avons écarté de notre étude les relatives à temps non-fini, dites parfois « relatives réduites », dans lesquelles on trouve tout aussi bien des appositives (par exemple : The intruders, trapped in the basement, were caught by security guards ; Luke was sharp and the small eyes, laughing again now, met his own), ainsi que les relatives à verbe effacé (par exemple : The second Mrs Martineau, formerly Mrs Gillingham, is to bring Charne an heir)3.

1. Syntaxe des appositives

1.1 Deux hypothèses syntaxiques

8Les rares syntacticiens qui ont consacré à la question plus de quelques lignes se répartissent, en gros, entre deux positions théoriques :

9(a) celle qui fait de l’appositive une véritable subordonnée, au sens où elle forme en structure profonde un seul constituant avec son antécédent ;

  • 4 Exemple fabriqué tiré de Khalifa 99, op. cit., et lui-même inspiré d’un exemple fabriqué par E. Bac (...)

10(b) celle qui voit dans l’appositive une indépendante coordonnée à la principale en structure profonde, c’est-à-dire quelque chose comme [NPi VP and NPj VP], par exemple4 the Eskimos live in igloos AND the Eskimos have black hair comme structure sous-jacente à the Eskimos, who live in igloos, have black hair.

  • 5 La fig. 1 est reprise de Jackendoff 1977 : 169 (voir bibliographie).

11La position (a), assez minoritaire, est défendue en particulier par R. Jackendoff, qui représente ainsi la différence structurale entre restrictive et appositive5 :

12On constate que ce traitement a pour conséquence de faire de Pappositive la sœur d’un N double barre, et surtout la fille d’un constituant N triple barre qui n’est utilisé quasiment nulle part ailleurs dans la littérature. Une autre conséquence plus intéressante, en revanche, est que le modèle prédit assez correctement que la non-restrictive doit toujours apparaître à droite de la restrictive :

The man that came to dinner, who was drunk, fainted
*The man, who was drunk() that came to dinner, fainted

13Nous avons cependant relevé dans notre corpus un énoncé qui pourrait constituer un contre-exemple :

[4] I get e-mail messages from Yugoslav opponents of Milosevic, who demonstrated against him in the streets of Belgrade (before the air strikes began), who tell me their children cannot sleep at night, terrified by the incessant bombing. (ZNet, 25/5/99)

14Si, dans cet exemple, la première relative est manifestement appositive et parenthétique, le statut de la deuxième est beaucoup moins clair : si l’on efface Pappositive, on obtient :

[4’] I get e-mail messages from Yugoslav opponents of Milosevic who tell me their children cannot sleep at night, terrified by the incessant bombing.

15où il semble bien que l’on ait affaire à une restrictive... Cela dit, il est clair également que, même si on l’interprète comme telle, la « restriction » apportée par la relative est de type faible et en tous cas non-contrastif (cf. Khalifa, op. cit. p. 187), ce qui incontestablement joue un rôle majeur. La contrainte de l’ordre linéaire ne s’applique donc qu’aux restrictives véritables, celles qui ont pour fonction d’identifier l’antécédent comme unique parmi d’autres possibles.

  • 6 Me Cawley 1988 (voir bibliographie). Nous tenons ici au passage à rendre un hommage tout particulie (...)

16La position (b), quant à elle, est défendue en particulier par J. McCawley6, qui, partant de la structure profonde de la restrictive, représentée de façon classique (sous forme simplifiée) comme :

17où la relative forme bien un constituant avec son antécédent, montre que celle de l’appositive doit être quelque chose comme :

  • 7 II n’y a par exemple pas un seul mot sur le sujet dans les 556 pages de Syntactic Theory and the St (...)

18où la relative n’a effectivement aucune relation structurale avec son antécédent. Il n’en reste pas moins que la question de sa représentation reste soigneusement éludée par tous les ouvrages classiques de syntaxe depuis la fin des années 70 jusqu’aux dernières moutures du minimalisme7. L’exception notable est encore une fois McCawley, qui propose que l’appositive soit traitée au départ comme une adjonction à la phrase tout entière, pour être ensuite déplacée à la gauche immédiate de son antécédent, c’est-à-dire :

  • 8 Exemples empruntés à Emonds 79 (voir bibliographie).

19La constatation d’évidence qui peut être faite à partir de la Fig. 4 est que le croisement des branches n’a rien d’élégant et surtout rien d’orthodoxe : on sait en effet depuis longtemps en syntaxe que ce cas de figure est prohibé par la théorie. Et pourtant, c’est la seule façon de représenter l’appositive, et avec l’appositive toute une famille d’énoncés parenthétiques (comme les incises : Too much sun made these tomatoes, in our opinion, rot on the vine ; She works in that city, he repeated, for $300 a month ; The girls, it must be admitted, couldn’t even spell)8. Ce type d’énoncés pose des problèmes de représentation à ce jour non véritablement résolus.

1.2. Quelques tests et propriétés

  • 9 Sauf indication contraire, les exemples de cette section sont empruntés à (ou librement adaptés de) (...)

20Si l’on admet avec McCawley9 l’indépendance syntaxique de la relative appositive (cf. Fig. 3), alors il faut tirer quelques conséquences syntaxiques élémentaires ; par exemple, si antécédent et relative ne forment pas un constituant, l’ensemble ne peut être repris par un anaphorique :

[5a] Tom has a guitar which once belonged to Hendrix, and Bill has one too
[5b]
Tom has a guitar, which once belonged to Hendrix, and Bill has one too

21En [5a], la référence de one est a guitar which once belonged to Hendrix, mais en [5b], ce ne peut être que guitar tout seul.

22De même, les appositives, mais non les restrictives, peuvent contenir un question tag :

[6a] Marcia, who you wanted to meet, didn’t you?, has just arrived
[6b]
*The girl you wanted to meet, didn’t you? has just arrived

23Enfin (et peut-être surtout), l’antécédent d’une restrictive ne peut être qu’un nom ou groupe nominal, alors que la non-restrictive peut se combiner à des constituants de nature très diverse :

[7a] He says in his book that Reagan was a gay, which I refuse to believe
[7b] Mary has climbed Mount Fuji, which John has too.
[7c]
I take the cover off the tray. The thigh of a chicken, overcooked. It’s better than bloody, which is the other way she does it. (Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale, 1985)
[7d]
“I refuse to take any, ” I said, shortly; which was just the answer he expected, though its tone might have surprised him. (Joseph Conrad, Heart of Darkness, 1902)

24L’antécédent en [7a] est un constituant S’ (ou C’, suivant les conventions adoptées) ; en [7b], c’est VP qui est repris ; en [7c], c’est l’adjectif, et en [7d] tout le constituant S entre guillemets.

1.3. La syntaxe est-elle essentielle ?

25On l’aura compris, l’hypothèse (b) nous semble plus convaincante que (a) au plan théorique. Ce d’autant plus que l’une des objections principales faites à (b) par Jackendoff et les tenants de (a) est l’impossibilité, ailleurs que dans les déclaratives, d’avoir un coordonnant explicite entre les propositions :

[8a] Go to Cincinnatti, which is on the Ohio River
[8b] *Go to Cincinnatti, and it is on the Ohio River
[8c] Are you going to Cincinnatti, which is on the Ohio River?
[8d] *Are you going to Cincinnatti, and it is on the Ohio River?

26Au-delà même de la gêne suscitée par ces exemples fabriqués, l’argument ne nous semble pas tenir, dans la mesure où il confond à l’évidence les propriétés du coordonnant AND et celles de la coordination, qui relève d’un niveau sémantique plus abstrait. En effet, il n’est nullement gênant d’envisager :

[8e] Go to Cincinnatti; it is on the Ohio River
[8f] Are you going to Cincinnatti?; it is on the Ohio River

27On peut par conséquent se demander si sémantique et pragmatique ne sont pas, pour traiter des appositives, des pistes plus fructueuses que la seule syntaxe, qui, comme nous l’avons vu, mène à des impasses.

  • 10 La troisième possibilité théorique, celle où la relative est initiale, n’est pas attestée en anglai (...)

28On partira, dans un premier temps, de la seule structure de surface. La relative, quelle que soit sa nature, peut dans la phrase matrice occuper une position centrale (The man who drove the Mercedes was obviously drunk/Bill, who didn’t want to lose control, picked up a cigar), ou une position finale10 (I’d never met the man who drove the Mercedes / Bill picked up a cigar, which he lit carefully). Théoriquement, il n’y a pas de limites à la récursivité du processus d’imbrication, lorsque l’imbrication est finale, (cf. This is the dog that worried the cat that killed the rat that ate the malt that lay in the house that Jack built). Un exemple en français :

[9] M. Aneda était le supérieur de M. Omochi, qui était le supérieur de M. Saito, qui était le supérieur de Melle Mori, qui était ma supérieure. Et moi, je n ’étais la supérieure de personne. (Amélie Nothomb, Stupeur et Tremblements, 1999)

29En revanche, lorsque l’imbrication est médiane, on va très vite atteindre une limite d’intelligibilité de l’énoncé :

[10a] ??The woman whose coat which her husband had bought her was stolen came in to complain

[10b] ??The woman, whose coat, which her husband had bought her, was stolen, came in to complain

30Il semble donc intéressant d’examiner de plus près un corpus d’appositives pour voir si une typologie peut se laisser dégager. L’étude strictement quantitative nous conduira très rapidement à des conclusions d’ordre sémantique et pragmatique.

2. Etude quantitative

2.1. Présentation du corpus

  • 11 Il y en a très exactement 500 dans le corpus, mais nous avons vu plus haut que certains cas étaient (...)
  • 12 Voir Flintham 1995 pour des différences significatives GB / US, mais cette étude porte surtout sur (...)
  • 13 Voir Biber et al. 94, qui compare les postmodifieurs du nom (donc entre autres les relatives) dans (...)

31Pour cette étude, nous avons compilé un corpus composé d’environ11 500 relatives appositives, pour moitié relevées dans des œuvres de fiction (romans et nouvelles), pour moitié dans des textes non-littéraires (presse de qualité, rapports officiels). Nous n’avons aucunement cherché d’autre pondération que cette répartition fiction / non-fiction, car notre propos n’était pas d’étudier les variations dialectales12 ou de registre13.

  • 14 Tout au moins si l’esprit en question est un peu au fait des progrès de la linguistique de corpus. (...)
  • 15 de Haan, op. cit.
  • 16 Flintham, op. cit .
  • 17 Quirk 1957 ; voir bibliographie.

32La première question qui peut14 venir à l’esprit curieux, dès lors que l’on postule deux types différents de relatives - même comme pôles extrêmes d’un continuum - est celle de leur fréquence respective en discours. Nous n’avons pas nous-même effectué ce calcul dans l’ensemble des textes dont est extrait notre corpus, mais nous disposons de deux études assez récentes qui donnent des résultats très comparables. Ainsi, dans le corpus de Nimègue, étudié par P. de Haan15, on trouve la proportion de 70% de restrictives contre 30% d’appositives. R. Flintham16 , dans son corpus journalistique, relève quant à lui 36,5% d’appositives. On peut donc considérer, en gros, que les appositives représentent un bon tiers du total des relatives. Notons au passage que, dans l’étude classique de Quirk17 , les non-restrictives ne représentaient que 13,35%, mais qu’il s’agissait là d’un corpus oral. Nous touchons là à une autre caractéristique des appositives, qui est d’appartenir plutôt à la langue écrite, et en tous cas à un registre assez soutenu. Nous avons tout de même inclus dans notre corpus un exemple oral (mais qui relève plutôt de l’écrit oralisé), pour ses caractéristiques intéressantes à plus d’un titre ; il s’agit de l’exemple [20], que nous commentons infra.

2.2. Les relatifs

33Une seconde question, très classique dans ce domaine, est celle de la répartition des relatifs. Voici les données brutes de notre corpus :

Tableau n° 1.

WHO

128

25,6%

WHICH

222

44,4%

WHERE

60

12%

WHOSE

20

4%

WHEN

9

1,8%

WHOM

6

1,2%

PREP+WH

42

8,4%

THAT

8

1,6%

342.2.1. Ce tableau appelle à l’évidence plusieurs commentaires : sa comparaison avec d’autres études portant sur d’autres corpus n’apporterait aucune information significative et intéressante (par exemple, on trouve chez Flintham et de Haan davantage de WHO, un peu moins de WHERE / WHEN). En revanche, c’est de la comparaison entre le tableau n° 1 et la distribution des relatifs dans les restrictives que nous pouvons tirer quelques enseignements sur le fonctionnement des formes qui nous intéressent.

  • 18 Nous passons rapidement sur une proportion de WHERE / WHEN très inférieure (4 %) qui ne nous paraît (...)

35À cet égard, comme on peut s’en douter, les relatives restrictives vont présenter une répartition bien différente des marqueurs relatifs. Si nous prenons comme comparaison le corpus de Nimègue, le point crucial18 peut se résumer en 3 chiffres : 24,5% seulement de WHICH, mais 10,4% de THAT et 21,8% de Ø. Même si le poids respectif de THAT et de Ø peut considérablement varier selon les corpus étudiés (les pourcentages sont très exactement inversées dans l’étude de Flintham !), l’important est que nous voyons apparaître dans les restrictives, dans la proportion d’un bon tiers du total, deux marqueurs relatifs dont la plupart des grammaires affirment, parfois de façon très péremptoire, qu’ils sont inattestables dans des appositives. Voyons donc de plus près ce qu’il en est.

36Il semble effectivement que Ø soit impossible dans les appositives. Il n’y en a aucun exemple dans le corpus de Nimègue, ni dans l’étude de Flintham, ni du reste dans celle de Quirk. Nous n’en avons pas trouvé dans notre propre corpus, mais cependant nous avons hésité sur l’exemple suivant :

[11] For the rest, the only thing to eat - though it didn’t look eatable in the least - I saw in their possession was a few lumps of some stuff like half-cooked dough, of a dirty lavender colour, they kept wrapped in leaves, and now and then swallowed a piece of but so small that it seemed done more for the looks of the thing than for any serious purpose of sustenance. (Joseph Conrad, Heart of Darkness, 1902)

  • 19 Ce qui suppose, bien évidemment, que l’on souscrive à l’hypothèse (b) des indépendantes coordonnées (...)

37Faudrait-il ici lire : a few lumps of some stuff like half-cooked dough, of a dirty lavender colour, Ø they kept wrapped in leaves ? Ou bien la virgule précédant they est-elle à interpréter, non comme la virgule initiale d’une relative appositive, mais comme la virgule finale de l’incise précédente ? Toujours est-il, pour aller vite, que ce blocage est en général expliqué syntaxiquement par l’impossibilité en anglais de l’anaphore zéro dans des structures coordonnées19 ; en d’autres termes, s’il est impossible d’avoir :

*The three men, were polite, and we talked to Øi.

38il est également impossible d’avoir

*The three men, we talked to, were polite

39En revanche, nous pouvons être beaucoup plus catégoriques sur la question de THAT dans les appositives. Le tableau n° 1 montre qu’il y en avait dans notre corpus, par exemple :

[12] They shouted, sang; their bodies streamed with perspiration; they had faces like grotesque masks - these chaps; but they had bone, muscle, a wild vitality, an intense energy of movement, that was as natural and true as the surf along their coast. (Joseph Conrad, Heart of Darkness, 1902)

[13] I would have liked to ask for some bath oil, in those little coloured globides you used to be able to get, that were so much like magic to me when they existed in the round glass bowl in my mother’s bathroom at home. (Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale, 1985)

  • 20 Voir entre autres A. Kaye, “Is English diglossic?”, in English Today 28, Oct. 1991.
  • 21 Khalifa, op. cit. p. 196.

40et, même si la proportion en est faible (1,8%), on remarquera qu’elle est du même ordre que pour WHOM, dont on sait20, il est vrai, qu’il est en voie de fossilisation en anglais contemporain. Nous avons déjà montré ailleurs21 que l’on pouvait trouver assez facilement des exemples attestés, parfois même comportant un signe de ponctuation encore plus fort que la virgule :

[14] I could sense the row - that would inevitably take place after I had gone - was now boiling up dangerously, and so chipped in with some banal observation about... (William Boyd, Brazzaville Beach, 1990)

  • 22 Bolinger 1977:12.

41Rappelons encore les deux exemples classiques de Bolinger22 :

[15a] This letter that came yesterday, that you remember had no stamps on it, was postmarked four weeks ago

[\5b]*This letter that came yesterday, that incidentally had no stamps on it, was postmarked four weeks ago

  • 23 Jacobsson 1994 ; voir bibliographie.

42Bolinger analyse ces deux énoncés (fabriqués) de la façon suivante : la version (a) est tout à fait grammaticale, car le contexte le favorise : you remember signale expressément que, pour le co-locuteur, la relation antécédent-relative doit être de l’ordre du donné, de l’acquis. Au contraire, incidentally dans (b) introduit explicitement une information nouvelle, et l’énoncé devient mal formé avec THAT. Il faudrait justement utiliser WHICH pour qu’il redevienne grammatical. Cette analyse préfigure les traitements, classiques dans l’école énonciativiste française, de THAT comme indice d’une relation « serrée » antécédent-relative vs WH- comme indice d’une relation « lâche ». Notons d’ailleurs que B. Jacobsson, qui, dans son étude23 des THAT dans les appositives, en donne des dizaines d’exemples relevés dans la fiction anglophone contemporaine, finit lui aussi par utiliser cette grille d’analyse (tight vs loose relation).

432.2.2. On constate au vu du tableau n° 1 que le schéma PREP + WH- est d’une fréquence assez significative dans le corpus. Pour être très précis, voici la distribution des prépositions dans nos 42 occurrences :

Tableau n° 2.

WHICH

WHOM

WHOSE

WHERE

TOTAL

of

16

2

1

19

for

3

3

6

in

5

5

from

3

1

4

at

2

2

divers (without, on, past, by, with, against)

5

1

6

TOTAL

34

5

2

1

42

44Voici trois exemples caractéristiques :

[16] A reporter read to her from Clinton’s speeches at the summit meeting. She sounded torn between anger and tears. ‘This is the bottom to which civilization, in which I believed, has gone. ‘ (ZNet, 25/5/99)

[17] I do not refer to the United Nations, the power of which, almost by definition, affects only the poorest countries. (The Atlantic Monthly, December 1997)

[18] Still, it was a message, and it was in writing, forbidden by that very fact, and it hadn’t yet been discovered. Except by we, for whom it was intended. (Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale, 1985)

  • 24 Voir entre autres Khalifa, op. cit., pp. 197-199
  • 25 Kennedy 1998 : 139 (voir bibliographie).

45Quelques commentaires sur le tableau n° 2 : il n’y a rien d’inattendu à ce que WHICH soit - de très loin - le plus fréquent des pronoms relatifs ; sa fréquence dans ce schéma n’est que le reflet de sa fréquence absolue dans le corpus. THAT est, quant à lui, absent, pour des raisons sur lesquelles nous ne reviendrons pas dans le cadre limité de cet article24. Nous ne commenterons pas non plus la fréquence relative des prépositions (remarquons seulement que la fréquence élevée de OF n’est encore ici que le reflet de sa fréquence en corpus : elle est de loin la plus fréquente, environ 29% de l’ensemble des prépositions dans le LOB et le Brown25).

  • 26 de Haan, op. cit., pp. 123-129.

46En revanche, il est intéressant de comparer à nouveau restrictives et appositives. La fréquence de ce schéma PREP + WH apparaît la même pour les deux types : les chiffres du corpus de Nimègue26 sont en effet très voisins, avec environ 18% dans les restrictives et 17,4% dans les appositives. Ce chiffre de 17,4% est, bien sûr, beaucoup plus élevé que le nôtre, mais nous sommes à l’évidence dans des valeurs absolues trop faibles pour que cette différence reflète davantage que la composition même des corpus.

  • 27 II semble un peu moins rare dans les restrictives (2,4 % dans le même corpus de référence), mais le (...)
  • 28 Cette discussion se trouve déjà dans Ross 1967. Le mouvement du mot -WH entraîne avec lui tout ou p (...)

47Notons également que notre corpus ne comporte aucun exemple de préposition orpheline (stranded preposition) ; ce cas de figure (ex. this theory, which I tend to agree with,...) est, il est vrai, très marginal (0,5% dans le corpus de Nimègue)27. Ce qui nous conduit à une autre remarque : on a souvent observé que la préposition antéposée au mot -WH, c’est-à-dire, en termes générativistes, le mouvement dit pied-piping de la préposition28, était sans problème attestable dans les relatives restrictives (ex. the theory with which I tend to agree) aussi bien qu’appositives. Mais en revanche, lorsque le pied-piping entraîne, non seulement la préposition, mais tout un syntagme nominal, comme dans l’exemple [17] supra, ou encore dans :

[19] At least we get to know about some of the worst abuses of human rights because they appear on our television screens. But there is another set of rights, the abuse of which may not be as dramatic as scenes of conflict and mass killing,. .. (NGLS Roundup n° 38, July 1999)

48seule l’appositive est attestable. Nous avons effectivement tenté de modifier un certain nombre d’exemples comme [17] et [19] pour en faire des restrictives, et les anglophones consultés ont été unanimes à refuser les énoncés ainsi obtenus. Nous ne tenterons pas ici de résoudre ce problème délicat, mais nous bornerons à observer que les problèmes de complexité perceptive que nous traitons plus loin (voir § 2.5.) entrent très certainement pour une bonne part dans l’explication.

2.3. Nature du groupe nominal relativisé

49Rappelons encore que notre propos dans cette partie est de dégager des spécificités propres aux appositives ; pour ce faire, nous avons commencé par étudier la nature de l’antécédent, avant d’examiner sa fonction.

  • 29 Nous avons inclus dans cette catégorie un très petit nombre de cas limite, tels the Green Party of (...)
  • 30 de Haan, op. cit., p. 127.

502.3.1. Constatation peu étonnante, 140 des antécédents, soit 28% du corpus, sont des noms propres29. Ce trait constitue une des spécificités majeures des appositives (notons que nos chiffres recoupent très exactement ceux du corpus de Nimègue, qui contient 28,2% de noms propres30 !). Nous ne pouvons que renvoyer aux études classiques sur les noms propres, qui sont en général caractérisés comme auto-référentiels, c’est-à-dire, pour aller vite, qu’ils incorporent leur propre détermination. Il n’est donc pas surprenant qu’ils soient fortement compatibles avec les appositives, qui précisément ne déterminent pas, et incompatibles avec les restrictives (sauf dans des contextes de reprise comme no, the John I mean isn’t a doctor, but a lawyer, etc.).

51Assez proche du nom propre - tout au moins dans l’optique qui nous intéresse ici - est le pronom personnel, qui lui aussi renvoie à un réfèrent unique dans une situation donnée. Il y en avait trois exemples dans notre corpus :

[20] "I’m not guilty of the murder of my wife Marylin. How could I, who have been trained to help people, and devoted my life to saving life, commit such a terrible crime? ” (Sam Sheppard’s testimony, TV programme)
[21]
Odd thing that I, who used to clear out for any part of the world at twenty- four hours’ notice, with less thought than most men give to the crossing of a street, had a moment - I won’t say of hesitation, but of startled pause, before this commonplace affair. (Joseph Conrad, Heart of Darkness, 1902)
[22]
“My dear sir, ” said the fellow, “I don’t want to be misunderstood, and especially by you, who will see Mr Kurtz long before I can have that pleasure. I wouldn’t like him to get a false idea of my disposition... ” (id.)

  • 31 Même si, marginalement, on peut trouver des expressions figées comme She-who-must be obeyed.

52Rappelons que le pronom personnel est possible avec une restrictive, mais qu’il y prend forcément31 une valeur générique : For he that gets hurts / Will be he who has stalled (Bob Dylan, The Times they are a-changin’). Que l’on pense par ailleurs au français Qui vole un œuf vole un bœuf.

  • 32 Ce pourcentage (et les deux suivants) est calculé sur les 360 GNs qui ne sont pas des noms propres, (...)

532.3.2. Nous avons ensuite examiné les 360 autres groupes nominaux du corpus en nous intéressant à leur détermination ; nous ne ferons que donner dans le tableau n° 3 les chiffres les plus significatifs sans autre commentaire, tant ce point mériterait à lui seul une recherche séparée. Sans surprise, nous constatons que plus de la moitié de ce groupe (201, soit 55,6%32) est associé à une détermination forte, comme THE (132, soit 36,6%), THIS, THAT, des possessifs (43, soit 12%) ou des génitifs. En d’autres termes, l’autonomie référentielle de l’antécédent est construite indépendamment de la relative, ce qui rejoint les définitions les plus classiques.

Tableau n° 3.

  • 33 Il s’agit essentiellement de numéraux (Dingell ‘s bill attracted more than 40 vulnerable Democrats, (...)

%

N PROPRE

140

28

THE

132

26,4

THIS / THESE

11 (7+4)

2,2

THAT/ THOSE

6 (2+4)

1,2

POSSESSIFS

43

8,6

GÉNITIFS

99

18

A + N / Ø N (S)

99

19,8

DIVERS33

60

12

2.4. Fonction du groupe nominal relativisé

54Quelques rappels tout d’abord : dans toute relative, il est banal de constater que, en structure profonde, l’antécédent occupe deux fonctions syntaxiques : une dans l’imbricante (la « principale »), ET une dans l’imbriquée. Par exemple, dans [the man] you saw yesterday is my brother-in-law, le GN entre crochets est sujet dans l’imbricante {the man is my brother-in-law) et objet direct dans la relative (you saw the man yesterday).

552.4.1. Regardons tout d’abord la fonction dans la principale. Voici les données brutes du corpus :

Tableau n° 4.

%

Sujet

156

31,6

Objet Direct

84

17

Objet Indirect

253

51,3

56Quelques commentaires et illustrations : les 156 antécédents en fonction sujet de la principale peuvent en fait être encore subdivisés en 3 types. Voici des exemples :

[23] What’s Daniel Day-Lewis ’s next project? To become a shoe cobbler, according to the Italian press. Papers last week reported that Day-Lewis, 42, who starred in the aptly named movie “My Left Foot, ” is working as an apprentice under high-end shoemaker Stefano Berner in Florence. (Newsweek, 28/6/99)
[24]
She was always referred to as The Creature by the townspeople, the dressmaker for whom she did buttonholing, the sacristan, who used to search for her in the pews on the dark winter evenings before locking up,... (Edna O’Brien, The Creature, 1974)
[25]
The prototype in the United States is Wilson’s Hawaiian schools, which started in 1984 with 12 preschoolers and followed them through high school, adding to the curriculum a year at a time. (Washington Post, 6/7/99)

57Ici, [23] illustre le cas non-marqué (101 occurrences), [24] le cas où rantécédent est sujet d’un prédicat au passif (27 occurrences), [25] le cas d’un sujet postposé (28 occurrences), soit parce que, comme ici, il est à droite d’un BE équatif (traditionnellement, en l’espèce, on le nommerait « attribut du sujet »), soit parce que, comme dans l’exemple [19] supra, il apparaît dans une structure présentative-existentielle en THERE.

  • 34 Op. cit., p. 183. Le tableau de de Haan ne donnant pas directement ces statistiques, nous avons rec (...)

58Il est frappant de constater à quel point cette distribution paraît constante, d’une part de corpus à corpus (les chiffres de de Haan34 sont : S 33%, OD 14,3%, 01 46%), et d’autre part entre appositives et restrictives. En effet, on obtient pour ces dernières, toujours dans le corpus de Nimègue, S 33%, OD 18,5%, 01 43%. On ne peut qu’être frappé également par la proportion 1/3 sujet, 2/3 objet que l’on retrouve dans tous les cas : la relative typique, en d’autres termes, occupe dans la phrase une position non pas médiane, mais finale. Nous retrouvons ici cette question cruciale (cf. supra § 1.3.) qui nous avait servi de point de départ, et sur laquelle nous reviendrons encore à plusieurs reprises.

592.4.2. Examinons à présent la fonction du relatif (anaphorique de l’antécédent) dans la relative. Les données brutes du corpus tout d’abord :

Tableau n° 5.

%

Sujet

340

73,4

Objet Direct

35

7

Objet Indirect

28

5,6

Adverbial

70

14

  • 35 Il y en a au total 26 dans notre corpus, soit 5,2 %.

60Ici encore, nous pouvons distinguer entre sujets non-marqués et sujets d’un prédicat passif, comme par exemple [20] supra35 . Cependant, il n’y a dans notre corpus aucun exemple de sujet postposé. Ceci n’a a priori rien pour nous surprendre, puisque le relatif (sauf en cas de pied-piping, comme nous l’avons vu plus haut), ne peut occuper que la position initiale dans la relative !

61En revanche, on ne peut qu’être frappé par la disproportion entre ces chiffres et ceux du tableau n° 4. Il y a une majorité écrasante de sujets, une très petite minorité d’objets, et nous voyons ici apparaître une nouvelle catégorie, celle des adverbes, de temps ou de lieu. Bien sûr, il y a recouvrement parfait entre cette catégorie et celle définie par les lignes 3 et 5 du tableau n° 1 supra (WHEN et WHERE). Deux exemples typiques :

[26] The 445 hours of recordings cover conversations from February 1971, when a taping system was set up in the Oval Office, to July 1971... (Washington Post, 6/7/99)
[27]
They came for the sun and for the beaches, where they could strip and lie in the heat and watch one another. (John F. Deane, A Messenger from the Gods)

62et le seul énoncé qui ne comporte ni WHEN ni WHERE est le suivant :

[28] The precautionary principle implies that if “scientific proof * cannot be entirely ascertained before a potential hazard actually occursby which time it is too late to prevent disastergovernments must avoid deliberately applying policies that sufficient analysis and study suggest could cause dramatic regression of existing social and economic achievements. (NGLS Roundup n° 38, July 99)

63que nous aurions pu aussi bien classer dans les objets indirects...

  • 36 Op. cit., pp. 125 et 129.

64La comparaison avec les autres corpus de référence est ici encore éclairante : nos résultats sont très semblables à ceux de de Haan36, qui trouve cependant une proportion un peu supérieure d’objets indirects (S 62,1%, OD 6,2%, 01 17,3%, ADV 10,8%). Les restrictives cette fois présentent à l’évidence une distribution quelque peu différente : S 49,5%, OD 22,3%, 0118,1%, ADV 7,5%.

65Il ne nous reste plus à présent qu’à croiser les deux tableaux précédents pour entrer dans une problématique assez rarement abordée, celle de la typologie des relatives appositives.

2.5. Une typologie des relatives ?

  • 37 Les pourcentages sont calculés non pas sur le total du corpus (500), mais déduction faite des 70 ad (...)

66Si nous mettons à part les 70 cas où nous avons affaire à un relatif à fonction adverbiale (WHEN et WHERE), nous allons trouver dans notre corpus 4 combinaisons majoritaires de fonctions syntaxiques de l’antécédent, qui se répartissent comme suit37 :

Tableau n°6.

  • 38 Nous avons pour cette combinaison 168 OI/S et 55 OD/S. Pour les deux dernières lignes, il ne nous a (...)

%

S/S

106

27,7

0/S

22338

58

S/0

14

3,6

0/0

41

10,7

67Ce tableau est à lire de la façon suivante : la première lettre représente la fonction (sujet ou objet) de l’antécédent dans la principale, la deuxième celle du relatif dans la relative. Ainsi, S/S = sujet / sujet, etc.

68On constate ainsi que la relative appositive prototypique, qui représente une majorité écrasante par rapport aux autres types, est la relative O/S, représentée par exemple par :

[29] “This is a very strong KLA area, " says Rufus Dawkins; an American who headed the local office of the Organization for Security and Cooperation in Europe (OSCE), which monitored a truce negociated in October 1998. (Newsweek, 28/6/99)

  • 39 Nous-même n’avons d’ailleurs pas échappé à ce travers (voir supra).

69Le type S/S, toujours présenté comme typique par tous les auteurs dès qu’il s’agit de donner un exemple de relative appositive39 ne représente en fait qu’un quart des exemples attestés. Les deux dernières combinaisons, très minoritaires, sont représentées respectivement par les exemples suivants :

[30] The teacher, like other French assimilationists, whom Chamoiseau calls slave traders of our artistic impulse,” systematically demeans Creole, humiliating and punishing those who do not adhere to the “universal” quality of French-centered traditions, values and symbols. (New York Times, 12/8/99)
[31]
I think they’re my clothes, but they don’t look like mine, I’ve never seen them before. Maybe they’re clothes belonging to Luke’s wife, whom I’ve also never seen; only pictures and a voice on the phone. (Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale, 1985)

  • 40 Nous pensons en particulier à Romaine 82 et 84 ; voir bibliographie.

70On voit ainsi se dégager une très nette hiérarchie de fréquence : O/S > S/S > O/O > S/O. Or, cette succession est très exactement celle qui a été mise en évidence par plusieurs études40 portant sur les relatives restrictives, et qui mettaient en évidence une « hiérarchie perceptive » (perceptual hierarchy). S’appuyant sur des recherches en psycholinguistique, ces études montraient, entre autres, que le type O/S était le plus facilement décodé et le plus facilement acquis, suivi par le type S/S, puis 0/0, et enfin S/O. Une première explication, d’ordre psycholinguistique, est la suivante : si nous admettons que toute relative est issue de deux énoncés indépendants, par exemple : the dog bit the man / the man lives next door, ayant en commun un GN (nous avons entouré les GNs coréférentiels pour mieux les visualiser ), alors on peut montrer assez facilement que plus on va vers la droite de la hiérarchie, plus la « distance syntaxique » augmente entre le GN antécédent et le marqueur relatif :

Tableau n° 7.

Tableau n° 7.
  • 41 Ou tout au moins soumis à de fortes contraintes. Voir Khalifa, op. cit., p. 201.

71Il apparaît bien dans ce tableau que la distance est minimale dans le type 0/S, maximale dans le type S/O, et intermédiaire dans les deux autres types, S/S étant nettement plus fréquent et perceptuellement accessible que O/O pour une autre raison, celle-là d’ordre sémantico-pragmatique : le sujet représente la plupart du temps le thème du discours, donc F information plus ancienne, mieux intégrée pour le co-énonciateur. À l’inverse, l’objet est le plus souvent le rhème, donc l’information la plus nouvelle et la moins intégrée. Autre facteur d’accessibilité : on observera que c’est dans les deux types majoritaires (0/S et S/S) que le relatif zéro est réputé impossible41, car le GN relativisé est sujet dans la relative. En revanche, dans les deux derniers types, où le relatif est objet, on peut avoir the dog bit the cat the man next door owns ou bien the cat the dog bit belongs to the man next door, ce qui va encore compliquer le décodage de ces structures.

72Il est donc frappant de constater que, sous cet angle au moins, les appositives sont bel et bien de « vraies » relatives, puisqu’elles ont le même comportement (même avec l’impossibilité de 0), et la même typologie que les restrictives. Reste à présent à examiner brièvement leur valeur en discours.

3. Fonction discursive et pragmatique des appositives

3.1. Les continuatives

  • 42 Il s’agit (en gros) des types O/S et O/O du tableau n° 6 supra, donc de deux bons tiers des apposit (...)
  • 43 Jespersen vol. ID : (voir bibliographie). Ce volume date de 1927.

73Nos appositives en position finale, dont on a vu précédemment42 qu’elles étaient plus fréquentes que celles en position médiane, sont connues depuis très longtemps sous le nom de « continuatives », terme introduit, sauf erreur de notre part, dans la tradition des grammairiens anglophones par O. Jespersen43 , et repris par la suite chez certains grammairiens français. Or, ici, il nous faudrait introduire une distinction supplémentaire, entre « continuative » à proprement parler, et appositive finale. Considérons quelques exemples de notre corpus :

[32] In April of19851found myself in the middle of a Sudanese crowd that had just helped to overthrow a military regime and replace it with a new government, which the following year held free and fair elections. Sudan’s newly elected democracyled immediately to anarchy, which in turn led to the most brutal tyranny in Sudan’s postcolonial history: a military regime that broadened the scope of executions, persecuted women,... (The Atlantic Monthly, December 1997)
[33]
I found myself for a moment envying them their sterilised world, so different from the world that I inhabited - which suddenly inexplicably broke in pieces. Two of the mirrors on the wall flew at me and collapsed half-way. (Graham Greene, The Quiet American, 1955)
[34]
All the stories will point out that the only reason for the trip was to have the pretty picture in the papers or on TV. And they will all print or broadcast the pretty picture, which is most likely what people will remember. (Washington Post, 13/8/99)
[35]
In his new book, “The Rise and Fall of the Great Powers, ” Mr. Kennedy, who is the Dilworth Professor of History at Yale University, explores the connections between economic and military strength across 500 years of world history. (New York Times, 12/8/99)

  • 44 Joos 1964 : 127 (voir bibliographie).

74Ces 4 exemples (5, en fait, puisque [32] en comporte 2 !) sont très représentatifs des deux sous-catégories que nous venons de distinguer. Ils ont en commun d’être en position finale dans l’énoncé ; cependant, on s’aperçoit très vite que la fonction discursive de la relative est très différente en [34] et [35], où il s’agit d’une caractérisation de l’antécédent (on a dans ce groupe d’énoncés une très forte proportion de verbes statiques, BE principalement, comme dans nos deux exemples, et/ou de formes aspectuelles comme HAVE + EN renvoyant à un état résultant). Rien de tel en [32] et [33], où les prédicats sont de type processus, et où une grande majorité des formes verbales sont des prétérits de narration. Nous retrouvons en ces deux types la distinction bien connue faite par M. Joos44 entre plot-advancing events et background to plot-advancing events. La véritable « continuative » est dynamique au sens où les événements associés aux procès s’enchaînent dans une véritable successivité, ce qui peut être exploité en littérature pour créer des effets dont [33] est un exemple particulièrement parlant.

3.2. Les médianes

75Les valeurs discursives et argumentatives les plus intéressantes se trouvent en priorité dans les appositives en position médiane. En voici quelques exemples révélateurs et bien représentatifs de ce groupe :

[36] According to one speaker, in 1999 the expected global “output gap”(which measures the difference between actual output and output at full capacity) is expected to be at its worst since the Great Depression of the 1930s. (NGLS Roundup n° 38, July 99)
[37]
The consensus text also says: “Creditor governments, international financial institutions and commercial banks, which are chiefly responsible for the debt crisis, should not set the conditions for debt cancellation. " (NGLS Roundup n° 38, July 99)
[38] In particular, the Croatian military leaders responsible for Operation Storm, in which two hundred thousand Serbs in the Krajina region of Croatia were ethnically cleansed - driven out, with many attendant killings - have not been indicted, in large part because the United States, which aided the operation, has refused to provide the necessary evidence. (ZNet, 29/5/99)
[39]
The mother-of-two, who drives an unleaded Renault Scenic, said she was prepared to impose road pricing to fund improvements in public transport. Mrs Kramer also pledged to promote more community banks to regenerate deprived areas and would order a crackdown on crime. (The Independent, 13/8/99)
[40]
Micky Stone, wearing camouflage, crouches in a Suffolk field, shielding his tape recorder from the first falling of snow. It’s December. Micky Stone, who is approaching his fiftieth birthday, perfectly remembers touching his mother’s fingers as she stood at the metal window of the cottage kitchen, watching snow fall. She was saying something. “Isn’t it quiet? ” she was saying, but ten year-old Micky was deaf and couldn’t hear. (Rose Tremain, Wildtrack, 1982)
[41]
Even Miss Bart, whom everyone feared, came to like her for her punctuality, and said her bows were the cleanest and the most neatly tied. (Ian McEwan, The Child in Time, 1987)

76Deux exemples tout aussi révélateurs en français :

[42] Jacques Chirac, qui ne s’intéresse pas à la vie interne du RPR, comme chacun sait, s’est mis en tête de convaincre Jean-Louis Debré de laisser tomber la présidence du groupe RPR à l’Assemblée pour être candidat à la présidence du mouvement. (Le Canard Enchaîné, 8/9/99)
[43] Paradoxes de l ’économie mondialisée : Michelin, dont le bénéfice net a augmenté de 20% au premier semestre, annonce 7500 suppressions d’emplois en Europe sur les 3 prochaines années. (France-Inter, 9/9/99, journal de 8h)

  • 45 Nous ne citons personne en particulier, mais chacun d’entre nous doit avoir l’impression que cette (...)
  • 46 Grice 1975 (voir bibliographie).
  • 47 « Produit » doit être ici pris au sens naïf et non mathématico-logique du terme. Le symbole V, par (...)

77Ici mieux qu’ailleurs, on peut mesurer toute la vacuité théorique des remarques mille fois lues ou entendues sur les appositives, qui en font des vecteurs d’« information secondaire, dont on pourrait par ailleurs se passer45 ». Ceci est sans doute vrai dans des exemples fabriqués, mais les énoncés en contexte obéissent à des principes généraux bien précis, comme par exemple la seconde maxime de quantité de Grice46 : Do not make your contribution more informative than is required. Ce qui est en cause dans cette famille de relatives appositives, c’est tout d’abord la mise en place de toute une stratégie rhétorique qui joue sur la mise en relation des contenus sémantiques de la « principale » et de la relative. En d’autres termes, tout se passe comme si on posait un contenu a pour l’une (mettons pour [43], Michelin annonce 7500 suppressions d’emplois..., un contenu β pour l’autre (le bénéfice net de Michelin a augmenté de 20%), et que la somme de ces contenus ne soit pas réductible à α+β, mais devienne le produit47 d’une opération bien plus complexe, αVβ. Cette opération joue à plusieurs niveaux : le niveau simple des relations interpropositionnelles, où l’on peut reconnaître au passage, dans nos divers exemples précédents, la cause, la concession, la conséquence, l’implicature..., mais également un niveau de prise en charge énonciative qui fait de αVβ l’information présentant la rhématicité la plus élevée. On ne s’étonnera guère, par conséquent, qu’un enchaînement d’opérations aussi complexe soit assez peu fréquent à l’oral, et que les effets obtenus soient caractéristiques d’une langue très soutenue, car nécessitant beaucoup d’abstraction dans l’encodage.

Conclusion

78Nous avons essayé de montrer dans cet article que les appositives ne différaient pas fondamentalement des restrictives au plan syntaxique, mais qu’elles remplissaient des fonctions sémantico-pragmatiques très spécifiques. Nous avons dû, pour des raisons de place, renoncer à étudier des aspects à nos yeux essentiels de la question :

  • les problèmes diachroniques, en particulier ceux de la spécialisation des formes en WH dans les appositives ;

  • la comparaison avec d’autres langues indo-européennes (allemand, norvégien, espagnol) ou non (arabe, hébreu, japonais) ;

  • l’étude contrastive des nombreuses relatives du français qui n’en sont pas en anglais (Je vois Paul qui arrive, La voici qui passe, Il en a, et qui marchent) ; on s’aperçoit en effet que ces structures, si courantes, mettent enjeu d’autres types d’opérations.

79Nous espérons pouvoir aborder ces points (et en particulier le dernier) dans une prochaine étude.

Top of page

Bibliography

BOLINGER, D., (1977) Meaning and Form, London: Longman.

DAMOURETE, J. & PICHON, E., (1968) Des Mots à la Pensée. Essai de Grammaire de la Langue Française, Paris : D’Artrey.

EMONDS, J., (1979) “Appositive Relatives have no Properties”, in Linguistic Inquiry 10,2. FLINTHAM, R., (1995) “Les relatifs which et that dans un corpus journalistique”, in Cahiers Charles Vn° 19, Université Paris 7.

GRICE, H. P., (1975) “Logic and Conversation”, in P. Cole & J. Morgan eds, Speech Acts (Syntax and Semantics Vol. 3), New York: Academic Press.

HAAN, P. de, (1989) Postmodifying Clauses in the English Noun Phrase. A Corpus-based Study, Amsterdam : Rodopi.

JACKENDOFF, R., (1977) X’ Syntax: A Study of Phrase Structure, MIT, Linguistic Inquiry Monograph 2.

JACOBSSON, B., (1994) “Relative TW-Clauses Revisited”, in Studia Neophilologica Vol. LXVI n° 2.

JESPERSEN, O., (1909-49) A Modern English Grammar on Historical Principles, Vol. Ill, London: Allen & Unwin.

JOOS, M., (1964) The English Verb, The University of Wisconsin Press.

KENNEDY, G., (1998) An Introduction to Corpus Linguistics, Longman.

KHALIFA, J. C., (1999) La Syntaxe Anglaise aux Concours. Théorie et pratique de l’énoncé complexe, Armand Colin.

Mc CAWLEY, J. D., (1988) The Syntactic Phenomena of English, University of Chicago Press, 2nd edition.

QUIRK, R., (1957) “Relative Clauses in Educated Spoken English”, in English Studies (reprinted in Essays on the English Language Medieval and Modern, Indiana University Press, 1968).

ROMAINE, S., (1982) Socio-Historical Linguistics, Cambridge: C.U.P.

ROMAINE, S., (1984) “Towards a typology of relative-clause formation strategies in Germanic”, in J. FISIAK, ed., Historical Syntax, La Hague: Mouton.

ROSS, J. R., (1967-1986) Constraints on Variables in Syntax, Thèse, M.I.T. (publiée sous le titre Infinite Syntax!, New York: Ablex Publishing Corporation).

ROTHENBERG, M., (1972) “Les propositions relatives adjointes en français”, in Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 67-1.

Top of page

Notes

1 Khalifa 1999 (voir bibliographie), en particulier Ch. 7.

2 À titre statistique, nous avions dans notre corpus (voir plus bas), une bonne dizaine de tels cas d’ambiguïté, que nous n’avions d’ailleurs pas forcément tous repérés comme tels lorsque nous avons constitué le corpus !

3 Ces trois exemples, tirés du corpus de Nimègue, sont empruntés à de Haan 1989 (voir bibliographie).

4 Exemple fabriqué tiré de Khalifa 99, op. cit., et lui-même inspiré d’un exemple fabriqué par E. Bach (“Nouns and noun phrases”, in Bach & Harms, eds, Universals in Linguistic theory, Holt, Rinehart & Winston, 1968). Voir également note 8 infra.

5 La fig. 1 est reprise de Jackendoff 1977 : 169 (voir bibliographie).

6 Me Cawley 1988 (voir bibliographie). Nous tenons ici au passage à rendre un hommage tout particulier à ce linguiste, que nous citions en exergue de La Syntaxe Anglaise aux Concours, et qui est malheureusement décédé prématurément depuis.

7 II n’y a par exemple pas un seul mot sur le sujet dans les 556 pages de Syntactic Theory and the Structure of English, de A. Radford, paru en 1997. De même, on ne trouve rien dans les courants comme HPSG et autres (merci à Philip Miller pour cette dernière précision).

8 Exemples empruntés à Emonds 79 (voir bibliographie).

9 Sauf indication contraire, les exemples de cette section sont empruntés à (ou librement adaptés de) McCawley 1988.

10 La troisième possibilité théorique, celle où la relative est initiale, n’est pas attestée en anglais. Elle l’est en français littéraire, même si elle reste très marginale : Extrêmement romantique, mais qui se défend de l’être, mon nouvel ami parle... une langue précise, pure... (J. B. Blanche, cité dans Damourette & Pichon 1968 : IV, 241) ; Il regarde qui vient par le sentier sinueux Violaine toute dorée qui par moments resplendit sous le soleil entre les feuilles. (Claudel, cité dans Rothenberg 1972).

11 Il y en a très exactement 500 dans le corpus, mais nous avons vu plus haut que certains cas étaient des cas limite, d’où le « environ ».

12 Voir Flintham 1995 pour des différences significatives GB / US, mais cette étude porte surtout sur les restrictives.

13 Voir Biber et al. 94, qui compare les postmodifieurs du nom (donc entre autres les relatives) dans trois registres écrits distincts.

14 Tout au moins si l’esprit en question est un peu au fait des progrès de la linguistique de corpus. Les approches plus classiques, quelles que soient les écoles théoriques, ne se posent guère la question. Rappelons cependant que Otto Jespersen, dès 1927, dans le volume III de Modern English Grammar (voir bibliographie), pratiquait déjà les méthodes de corpus, en comparant les relatives et les relatifs chez 8 auteurs classiques du XIXe (p. 84).

15 de Haan, op. cit.

16 Flintham, op. cit .

17 Quirk 1957 ; voir bibliographie.

18 Nous passons rapidement sur une proportion de WHERE / WHEN très inférieure (4 %) qui ne nous paraît pas très significative.

19 Ce qui suppose, bien évidemment, que l’on souscrive à l’hypothèse (b) des indépendantes coordonnées (cf. supra § 1 ).

20 Voir entre autres A. Kaye, “Is English diglossic?”, in English Today 28, Oct. 1991.

21 Khalifa, op. cit. p. 196.

22 Bolinger 1977:12.

23 Jacobsson 1994 ; voir bibliographie.

24 Voir entre autres Khalifa, op. cit., pp. 197-199

25 Kennedy 1998 : 139 (voir bibliographie).

26 de Haan, op. cit., pp. 123-129.

27 II semble un peu moins rare dans les restrictives (2,4 % dans le même corpus de référence), mais les chiffres sont ici trop faibles pour être véritablement significatifs).

28 Cette discussion se trouve déjà dans Ross 1967. Le mouvement du mot -WH entraîne avec lui tout ou partie de son syntagme d’origine en structure profonde, comme le joueur de flûte de Hamelin entraînait les rats vers la rivière dans la légende allemande. Certains linguistes francophones emploient depuis peu le joli néologisme de « hamelinage ».

29 Nous avons inclus dans cette catégorie un très petit nombre de cas limite, tels the Green Party of Germany, ou the Kingdom of Heaven, qui à strictement parler n’en sont pas, mais où le syntagme fonctionne en bloc et en possède presque toutes les propriétés ; en particulier ils sont écrits avec des majuscules, et surtout au plan sémantique renvoient à un référent unique.

30 de Haan, op. cit., p. 127.

31 Même si, marginalement, on peut trouver des expressions figées comme She-who-must be obeyed.

32 Ce pourcentage (et les deux suivants) est calculé sur les 360 GNs qui ne sont pas des noms propres, et non sur l’ensemble du corpus comme dans le tableau n° 3.

33 Il s’agit essentiellement de numéraux (Dingell ‘s bill attracted more than 40 vulnerable Democrats, who could avoid the wrath of the gun lobby, ... at a meeting set/or 9:30 a.m., when his chieff of staff walked in…), d’adjectifs (another) ou de quantifieurs (many).

34 Op. cit., p. 183. Le tableau de de Haan ne donnant pas directement ces statistiques, nous avons reconstitué ces chiffres à partir de celui-ci.

35 Il y en a au total 26 dans notre corpus, soit 5,2 %.

36 Op. cit., pp. 125 et 129.

37 Les pourcentages sont calculés non pas sur le total du corpus (500), mais déduction faite des 70 adverbiaux, et des quelques énoncés ambigus signalés à la note n° 2.

38 Nous avons pour cette combinaison 168 OI/S et 55 OD/S. Pour les deux dernières lignes, il ne nous a pas semblé utile de faire la différence.

39 Nous-même n’avons d’ailleurs pas échappé à ce travers (voir supra).

40 Nous pensons en particulier à Romaine 82 et 84 ; voir bibliographie.

41 Ou tout au moins soumis à de fortes contraintes. Voir Khalifa, op. cit., p. 201.

42 Il s’agit (en gros) des types O/S et O/O du tableau n° 6 supra, donc de deux bons tiers des appositives du corpus.

43 Jespersen vol. ID : (voir bibliographie). Ce volume date de 1927.

44 Joos 1964 : 127 (voir bibliographie).

45 Nous ne citons personne en particulier, mais chacun d’entre nous doit avoir l’impression que cette remarque est bien familière ...

46 Grice 1975 (voir bibliographie).

47 « Produit » doit être ici pris au sens naïf et non mathématico-logique du terme. Le symbole V, par ailleurs, est choisi arbitrairement.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 :
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/672/img-1.png
File image/png, 39k
Title Fig. 2:
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/672/img-2.png
File image/png, 21k
Title Fig. 3
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/672/img-3.png
File image/png, 10k
Title Fig. 4 :
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/672/img-4.png
File image/png, 51k
Title Tableau n° 7.
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/672/img-5.png
File image/png, 50k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Charles Khalifa, « À propos des Relatives Appositives. Syntaxe, sémantique, pragmatique », Anglophonia/Sigma, 10 (6) | 1999, 7-29.

Electronic reference

Jean-Charles Khalifa, « À propos des Relatives Appositives. Syntaxe, sémantique, pragmatique », Anglophonia/Sigma [Online], 10 (6) | 1999, Online since 15 June 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/672 ; DOI : 10.4000/anglophonia.672

Top of page

About the author

Jean-Charles Khalifa

Université de Poitiers

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org