Skip to navigation – Site map

Propositions relatives et niveau phrastique

Gérard Melis
p. 43-59

Abstract

The purpose of this paper is to analyse various cases of so-called “appositive relative clauses” in an enunciative textual perspective. Briefly discussing the current terminology, it explores the distinction between “attached relative clauses” and “detached relative clauses”, concentrating on the second case. Its main purpose is to underline the fact that such clauses have a role to play not only at the level of the NP but also - and mainly- at the level of the complete utterance, involving referential, textual and subjective parameters.

Top of page

Full text

1La proposition relative (PR) est une réalité syntaxique qui permet de poser la question de la relation interpropositionnelle. Si une complétive remplit - souvent- une place d’argument d’un schéma verbal et occupe une position de sujet ou de complément, et si une circonstancielle est - tendanciellement - interprétée comme un élément phrastique situé en dehors du cadre prépositionnel, la PR nous semble être une catégorie transversale en ceci qu’elle joue un rôle intra-constituant (fonction de postmodification d’une tête nominale) et, aussi, de nature phrastique, c’est-à-dire, qu’elle peut avoir une incidence sur l’intégralité d’une prédication. Ce que nous nommons les PR en position détachée (PR accompagnées d’une marque de ponctuation isolante) ont ceci de particulier qu’elles ont une fonction affectant tout à la fois un constituant intra-propositionnel (le SN antécédent qui joue un rôle à l’intérieur de la prédication) et l’ensemble de la prédication, dont elles sont pourtant un élément. En effet, une PR apparaît comme une prédication incomplète (dont il manque un constituant) qui trouve sa complétude dans son rapport à l’antécédent, l’ensemble antécédent-prédication formant une expression elle-même complète et complétant soit un constituant de phrase, comme dans :

1- Children who had never known a world without TV seemed to be able to adjust themselves to it. (Jef. 55)

2où la PR fait partie intégrante du constituant [children who had never known a world without TV], SN sujet de la prédication, soit la phrase elle-même comme dans :

2- I was one of the oldest, which did nothing for my sense of security ... (Vidal. 50)

3Ici, la PR ne complète aucun élément de la prédication < I was one of the oldest>, qui est complète par elle-même, mais construit un niveau phrase englobant la prédication qu’elle commente.

4Nous proposons : I / l’hypothèse de la fonction phrastique en différenciant PR attachées et détachées, II / un développement sur la dimension interproposition- nelle de la relative en mettant en avant la relation entre les deux prédications d’un énoncé complexe comportant une PR, et en soulignant la fonction de connecteur subordonnant du relatif, III / une analyse de certaines PR détachées avec prise en compte de leur rôle de marqueur de cohésion textuelle dans le cadre d’une étude en contexte qui dégage le paramètre énonciatif et effectue un rapprochement avec les indépendantes.

I. Détachement et fonction phrastique

I.1. La fonction phrastique : une hypothèse

5La fonction phrastique nous semble être un paramètre significatif de l’estimation du rôle des PR détachées, dites “appositives”, qui montrent que les relatives ne se cantonnent pas à la seule détermination de l’antécédent nominal. Les termes en WH, qui cumulent les fonctions de relateur et de pronom anaphorique, sont compatibles avec des formes graphiques de séparation par rapport à l’antécédent. Cette forme est-elle le simple équivalent optionnel d’une pause dans une PR non- déterminative ? Cela ne semble pas être le cas au regard de l’opposition :

3a- ‘They must have gone away, ’ said Wilt who felt called upon to make some comment on the scene. (Sharpe. 108)
3b-
'I suppose you butchered the children too, ’ he said grimly. 'Children? ' said Wilt, ‘Ididn ’t know they had any. ' Well if you didn’t, ’ said the inspector, who was a family man, ‘the poor little buggers have got something to be thankful for. (Sharpe. 109)

6Est-ce le rapport PR-antécédent qui est prédominant dans l’analyse de ces énoncés ? La différence de détermination entre les antécédents ne semble pas être un facteur pertinent car, si ‘Wilt’ est un nom propre, donc hautement déterminé, et “devrait” être suivi d’une appositive, le SN ‘the inspector’ pourrait supporter la présence d’une PR non-appositive dans la mesure où, sa référence étant contextuelle- ment stable (il n’y a qu’un seul inspecteur dans le récit), la présence d’une PR attachée à son antécédent ne produirait aucune ambiguïté. La forte détermination de ces deux antécédents n’entre pas en ligne de compte dans le choix de la PR. D’autre part, si la relative en (3a) n’est pas le développement du contenu sémantique de son antécédent, car elle fait référence à un état de fait contingent non-définitoire, la PR en (3b) fait au contraire état d’une propriété permanente de l’antécédent, comme dans :

4-I am Myra Breckinridge whom no man will ever possess. (Vidal. 3)

7où la PR attachée contient un trait définitoire de l’antécédent hautement déterminé, un trait qui en développe le contenu notionnel (Cf. l’expansion qualitative chez Flintham. 95. 154).

8On voit que l’association classique appositive/trait non-définitoire et non- appositive/expansion du contenu de l’antécédent n’est pas un critère absolu de reconnaissance des formes. Nous sommes en présence d’une opposition entre des formes sensiblement identiques, à l’exception près que la PR détachée en (3b) introduit une sorte de commentaire - ironique et distancié - sur l’événement, du type : “as he was a family man / being a family man.. .the inspector said that...”, ce qui donne une qualité particulière non à l’antécédent seul mais à l’événement <the inspectors say something> qui l’intègre, tandis que (3a) renvoie simplement à un état de fait inscrit dans la chronologie narrative, sans intervention énonciative commentative détectable. Le commentaire dans (3b) nous paraît de nature phrastique dans la mesure où il n’affecte pas uniquement son antécédent mais l’ensemble de la prédication principale.

I.2. PR attachée / PR détachée

9Cette hypothèse de la dimension phrastique justifie le choix de notre terminologie. Nous préférons parler de PR attachées à l’antécédent et de PR en position détachée pour trois motifs. 1/ Il s’agit d’éviter de saisir un fait linguistique sous l’angle uniquement formel en employant le terme “d’appositive”, terme qui, d’une part, ne désigne que la structure de séparation dans laquelle entrent les PR sans rien dire de la relative elle-même, et qui, d’autre part, comporte en lui un grand risque de confusion. En effet, certains grammairiens parlent “d’appositive clauses” à propos des complétives de nom (Quirk / Greenbaum. 1973. 383), ce qui suit une définition traditionnelle de l’apposition : “un nom, un pronom, ou un infinitif, ou une proposition qui se joint à un nom pour indiquer (...) une qualité de l’être ou de l’objet dont il s’agit.” (Grevisse. 170). Selon cette définition, toutes les relatives, ainsi que d’autres constructions, sont des appositives...2/ L’emploi de “apposition” ne permet pas de faire le rapprochement avec les incises, qui semblent alors relever d’un autre plan sémantique, alors que, selon nous, une même logique énonciative apparaît à travers la séparation, le détachement, qui marque une intervention subjective à l’intérieur du discours. 3/ Dire simplement d’une PR qu’elle est “appositive” garde sous silence sa fonction sémantique en orientant l’analyse vers une dichotomie déterminative/descriptive, qui, d’une part, est largement fondée sur l’identification fallacieuse entre “descriptive” et “appositive”, alors qu’une PR non-appositive formellement peut être une descriptive sémantiquement (Cf. Souesme. 92. p. 274, Flintham. 1995, Khalifa...), et d’autre part, laisse dans le vague ce que fait une “descriptive” dans un énoncé. En effet, que peuvent signifier ces “précisions supplémentaires”, ces “informations complémentaires”, qu’apporterait cet élément optionnel sur les plans formel et sémantique qu’est une PR dite appositive descriptive ?

10Pourquoi donc insérer des éléments hétérogènes dans P ensemble homogène de la prédication, cadre qui se doit d’être cohérent pour que l’énoncé soit interprétable ? On peut imaginer des énoncés plus ou moins acceptables sans contexte :

5a- A. Christie, whose books are famous all over the world, started writing novels when she was only a nurse.
5b- ? A. Christie, who liked tea, started writing novels when she was only a nurse.

11Nous notons qu’il n’y pas de lien conceptuel entre les prédications dans (5b), à moins d’un frayage discursif particulier, ce qui diffère de (5a) où se signale une fonction de mise en contraste entre les contenus prépositionnels, qui souligne l’intérêt de la prédication principale (sur le plan référentiel, rien ne prédispose un tel début de carrière à une telle renommée, ce qui en fait une indication significative).

12Nous développons ici l’idée formulée chez Lapaire & Rotgé (p. 574) et Khalifa (p. 185) selon laquelle la PR détachée marque un lien sémantique inter- prépositionnel complexe entre la principale et la subordonnée. De quelle nature est ce lien ? S’il permet souvent de reconstruire un rapport de cause/ conséquence /concession, ce n’est pas un trait permanent de la structure détachée, comme le montre :

6a- I drank beer and coffee, ate cake, sat in cold parks and listened to the bands. I received polite refusals from the studios and film companies, which Karl-Heinz translated for me. I started to learn German. After a month I cabled Sonia for more money. (Boyd. 234)

13C’est un exemple proche de :

6b- I received polite refusals from the studios and film companies. Karl-Heinz translated them for me. I started to learn German. (...)

14qui désigne une simple chronologie entre les événements à ceci près que (6b) est caractérisé par une certaine désorientation thématique : il est soudainement proposé sans justification un autre terme de départ alors que tout le texte s’organise autour de T en tant que point de repère des prédications. La PR ne sert visiblement pas à définir son antécédent mais paraît avoir une fonction textuelle de cohésion prédicative.

II. La dimension interpropositionnelle des relatives

15Cette dimension est rendue sensible par deux faits. D’une part, la relation entre les propositions est un facteur dans l’interprétation d’un énoncé comportant une PR. D’autre part, le relatif n’agit pas uniquement comme un pronom de reprise mais bien comme un connecteur subordonnant liant deux contenus prédicatifs.

II.1. Rapport entre contenus prépositionnels

16Notre propos est ici de mettre en relief le rapport entre les contenus prépositionnels de la PR et de la principale en suggérant qu’une différence entre les PR attachée et détachée peut se formuler en termes de synthèse des rapports (les relations sont présentées dans une forme plus ramassée, plus serrée ou cohésive) ou d’analyse (l’énoncé est constitué de prédications quasiment autonomes).

17Considérons un énoncé à lecture générique comme :

7a- The girls who met Jimmy fell in love with him. (Cotte. 96. 282)

18Nous constatons que l’inversion des contenus pose problème avec la même interprétation :

7b ?- The girls who fell in love with Jimmy met him. (avec ‘him’ coréférent à ‘Jimmy’)

19à moins d’un ajustement grammatical :

7c- the girls who had already fallen in love with Jimmy finally met him.

20qui oriente l’énoncé vers une interprétation particularisante.

21Hors scénarisation particulière, avec (7a), nous sommes en présence d’une relation inter-événementielle primitivement orientée entre deux états de chose liés conceptuellement entre eux dans un énoncé générique :

1 : < the girls - meet someone >
2 : <
the girls- fall in love with someone>

22avec un lien fort d’identification entre la personne rencontrée et la personne aimée. En effet, d’une part, il y a une chronologie attendue entre la rencontre et l’énamo- ration. Et, d’autre part, ces deux événements concernent d’une manière privilégiée la même personne (on aime la personne rencontrée ; on n’aime pas quelqu’un en rencontrant quelqu’un d’autre). Ceci motive la forme (7a) qui correspond à une intrication de relations prédicatives :

- < < the girl - meet Jimmy> - fall in love with him (= Jimmy) >

23proche de “when a girl met Jimmy, she fell in love with him.”, qui met en rapport deux propositions.

24On remarque que ce lien se disloque en (7b). D’une part, ce n’est pas un énoncé générique et le pronom n’est pas obligatoirement coréférent avec ‘Jimmy’. Il est possible d’avoir l’énoncé spécifique :

7b1- The girls who fell in love with Jimmy met him (= Peter).

25mais pas

7a1 : The girls who met Jimmy fell in love with him (= Peter).

26car le lien entre ‘meet’ et ‘fall in love’ déclenche la relation d’inférence déjà décrite dans un énoncé généralisant. L’interprétation (7a 1) est certes possible mais on perd la valeur générique qui met en rapport des notions, au profit d’un énoncé spécifique qui relie des événements, ce qui tendrait à privilégier un énoncé tel que :

7a2 : the girls who had met Jimmy fell in love with Peter.

27Nous voyons qu’il y a un lien entre le caractère générique de l’énoncé et le rapport entre le SN et le pronom (coréférence). L’énoncé générique formule un lien conceptuel entre deux propriétés, dont l’une détermine l’autre dans un rapport de type causal. Nous avons remarqué que l’élément déterminant doit alors être dans la PR, qui contient un SN (repérant) auquel s’identifie le pronom (forme repérée). Dans ce cas, il est plus difficile d’inverser les contenus car ils sont orientés primitivement, sauf en cas de ré-organisation grammaticale (7c).

28Dans l’énoncé (7b), la relative ne sert qu’à définir l’antécédent, sans rapport inter-propositionnel. Il y a resserrement du lien antécédent-relative et desserrement du lien inter-propositionnel, ce qui est marqué par l’absence de rapport strict entre un constituant de la PR et un constituant de l’autre proposition (la coréférence est libre).

29Ces manipulations tendent à montrer que, même en position intégrée, la PR peut mettre en rapport des contenus propositionnels référant à des états de fait référentiellement disjoints, rapport qui semble imposer le respect de l’ordre notionnel des événements. Le contenu propositionnel de la PR intégrée influe aussi sur celui de la proposition principale. L’énoncé (7a) peut être conçu comme la synthèse de deux états de fait disjoints (contenu 1 < girls - meet Jimmy> ; contenu 2 : < girls- fall in love with Jimmy>). Le rapport interpropositionnel se réalise à travers la syntaxe ( le contenu 1 est dans la relative) ou, si la syntaxe contredit le rapport primitif, à travers le choix des morphèmes grammaticaux (7c). À détermination aspecto-temporelle égale, les contenus propositionnels sont visiblement ordonnés entre eux par la syntaxe : le contenu renvoyant à la cause, et donc à ce qui détermine l’effet, est en relative, tandis que l’effet est dans la principale. Cause et effet, qui engagent le même sujet “the girls” sont synthétisés en un énoncé complexe. Inverser les contenus revient à déstructurer le rapport inter-propositionnel, ce qui bouleverse l’interprétation de tout l’énoncé.

30Notons que ce rapport interpropositionnel n’est que possible - et non nécessaire - avec les PR attachées. Dans :

7d- The girl who had lost her book fell in love with Jimmy.

31l’énoncé adopte une logique de reconnaissance d’objets, mieux définis avec la PR, sans qu’intervienne le rapport inter-événementiel, qui jouait néanmoins un rôle dans (7a) et (7b). La PR attachée admet un certain éloignement sémantique entre les contenus. Néanmoins, si les contenus sont en congruence primitive, alors une contrainte sémantique s’applique à l’énoncé.

32Le non-rapport notionnel entre les contenus de proposition peut provoquer des discordances sémantiques plus marquées dans le cas d’une PR détachée envisagée sans contexte :

7e- ? The girls, who had lived in London for a while, fell in love with Jimmy.
7f- The girls, who had already met Jimmy, fell in love with him.
7g- The girls, who met Jimmy a lot, fell in love with him.
7h- The girls, who had already fallen in love with Jimmy, finally met him.

33Ceci tendrait à montrer que le rapport inter-événementiel est un facteur dans la construction d’un énoncé comportant une PR. Dans une structure plus resserrée, ce facteur joue un rôle en cas de rapprochement notionnel entre les contenus. Dans le cas d’une structure détachée, il devient essentiel à la bonne formation sémantique de l’énoncé.

34Le rapport inter-événement doit trouver une sorte d’assise soit dans le rapport conceptuel entre les états de chose, soit dans le contexte discursif. L’énoncé (7e), peu cohérent hors contexte, peut redevenir interprétable si, par exemple, le contenu de la PR est déjà placé en situation, comme dans :

7i- The girls - who, by the way, had lived in London for a while, - do you remember ?- all fell in love with Jimmy.

35Il est fait rappel de l’événement < The girls- live in London for a while> , déjà situé, afin de repréciser de qui il s’agit ou bien de commenter/expliquer l’événement principal (par exemple, si Jimmy séduit un grand nombre de femmes qui - comme par hasard - ont toutes vécu à Londres...). Nous sommes encore en présence d’un rapport entre propositions, mais il n’est plus aussi notionnellement resserré que dans certains cas de PR attachées et fait appel à l’extérieur de l’énoncé (le contexte, la situation énonciative), comme si la PR détachée était en fait un énoncé semi-indépendant provenant de la situation d’énonciation dans laquelle l’énonciateur commente métalinguistiquement la prédication principale.

II.2. Le relatif en tant que connecteur

36Il est légitime de critiquer le caractère uniquement pronominal du relatif, qui n’est pas simplement un terme qui reprend un SN antérieurement posé. Par exemple, le relatif n’est pas seulement un terme qui marque une identification entre le contenu d’un SN et la place parcourue par le terme en WH et peut aussi marquer l’identification entre des degrés de détermination :

8- The butterfly lays an egg, which egg can become a caterpillar... (Cotte. 96. 277)

37De même, il n’est pas toujours à rapporter à un SN, comme dans le cas du “relatif de liaison” qui reprend un contenu prédicatif (ex. 2, répété ici) :

9a- I was one of the oldest, which did nothing for my sense of security ...

38Il est certes possible d’imaginer une reprise d’une proposition nominalisée qui se placerait en position de principale pour produire (9a) :

9b- [the fact that I was one of the oldest ] did nothing for my sense of security
9c- [My being one of the oldest ] did nothing for my sense of security

39mais ce n’est pas toujours possible :

10a- That Sheila was beautiful, which she was, was not realized until later. (Jackendoff. 171)
10b
- I met this guy - and he looked like he might have been a hat check clerk at an ice rink. Which, in fact, he turned out to be. (Anderson)

40Dans ces exemples, il y a reprise de l’attribut ‘(be) beautiful’ / ‘(be) a hat check clerk at an ice rink’ et non du contenu complet de la prédication.

41Il nous apparaît que la forme dite pronominale est un connecteur syntaxique interpropositionnel qui met en relation deux prédications comportant une indication commune, relation qui introduit un commentaire accompagné d’un changement de prise en charge. Dans (10b), on effectue le passage d’une modalité épistémique à une assertion bien ancrée dans la réalité (‘turn out to be’, ‘in fact’). Dans (10a), on passe d’un contenu asserté distancié par la nominalisation en ‘that’ à une assertion directement validée par l’énonciateur.

42La PR ne paraît pas possible sans travail de reformulation modale ( changement de modalité/changement de sujet de prise en charge) :

10c- * Sheila was beautiful, which she was.
10d-
In his eyes, Sheila was beautiful, which she was.
10e-
*He was a hat check clerk at an ice rink, which he was.
10f- He looked like a hat check clerk at an ice rink, which he was in fact.
10g- He looked like a hat check clerk at an ice rink, which he might have been after all.

43Ceci nous invite à opérer une distinction fondamentale entre 1/ le niveau référentiel, intra-diégétique qui fait état des faits se déroulant dans l’univers (réel ou fictif) de la narration et se fonde sur la référence à des objets plus ou moins définis, et 2/ le niveau commentatif qui fait intervenir explicitement la voix narratrice, l’énonciateur- origine du discours établissant un rapport interlocutoire, par-dessus le niveau référentiel, avec le co-énonciateur.

44Dans le premier cas, nous avons une PR attachée, fusionnant avec l’antécédent (au point parfois de l’absorber comme dans les PR sans antécédent),afin de faire référence à une entité ou une classe dotée d’une référence accessible. Dans le second cas, la PR se détache et fonctionne comme un énoncé supplémentaire se superposant à un contenu référentiellement stable. Cette nappe énonciative supplémentaire permet un réglage de la prise en charge d’une relation prédicative, qui est à mettre au crédit de 1 ’ énonciateur-origine comme dans (lOd), si le nouveau point de vue n’est pas explicité comme dans :

10h- In his eyes, Sheila was beautiful, which she was for everybody who knew her.

45qui permet de repérer la modalisation par rapport à une autre subjectivité.

46Ce repérage énonciatif, qui encadre les relations prédicatives, est à nos yeux marqué par le bloc [ ponctuation isolante + PRO], la ponctuation isolante étant un signe de la position en retrait, sans lien syntaxique avec l’antécédent, du contenu de la PR - véritable trouée dans la représentation purement intra-diégétique et marquage d’une rupture de niveau. Ceci rejoint des observations du type : “the comma intonation before appositives is characteristic of all ‘X complements’, since sentence-final sentence adverbs, parentheticals, and the like have similar intonation” (Jackendoff 81. 172 ), qui rapprochent PR détachées et incises.

47En suivant P. Cotte. 96, selon lequel, dans le cas d’une PR détachée , la proposition “n’a tout simplement pas restitué le réfèrent auquel elle se rapporte parce qu’il est déjà identifié dans le contexte” (p. 276), nous pouvons nous interroger sur le véritable rapport entre une PR isolée et le terme qui a l’allure de son antécédent. C’est un fait remarquable qu’il est possible d’insérer un SN entre la relative et le terme qu’elle désigne dans la phrase dont elle est détachée, comme si elle était une proposition en fait quasiment autonome liée à la phrase par un connecteur inter-propositionnel.

48L’énoncé :

11a- The space is washed with different hues, which alter the visitor’s perception of the space he or she stands in. [Lucie-Smith. 177]

49peut se développer en :

11b- The space is washed with different hues, hues which alter the visitor’s perception...

50qui isole la relative de son “antécédent” intégré dans la phrase, ou se reformuler en :

11c- The space is washed with different hues. They alter the visitor’s perception...

51qui introduit une nouvelle prédication autonome de la première. Ceci nous permet de dire que dans (11a) nous avons deux prédications qui sont liées entre elles par un connecteur inter-propositionnel, qui, par ailleurs, a une propriété déictique / anaphorique.

52Nous n’avons plus une relation du type [ [ SN] [ PRO] [ proposition] ] mais du type [ [prédication 1] [ connecteur] [ prédication 2] ] avec un constituant en commun entre les prédications, ce qui permet au connecteur d’assumer aussi une fonction anaphorique. Il est par ailleurs possible que la connexion se fasse sans connecteur apparent, par simple juxtaposition, l’identification entre l’antécédent et la place vacante dans la relative se faisant sans terme anaphorique (cas de relatif Ø).

III. Le rôle textuel des PR détachées

53Dès lors que nous acceptons que les relatives jouent un rôle en fait double de qualification de constituant et de mise en rapport phrastique entre propositions, nous constatons un entrecroisement délicat de paramètres dans l’analyse des PR détachées : d’une part, la détermination de l’antécédent et, d’autre part, les rapports entre les contenus prépositionnels. S’il est clair que la PR participe à la définition de l’antécédent, elle tendra à être attachée, formant avec lui un bloc complexe homogène. Si l’antécédent est déjà spécifié, la PR s’en détache et cesse de jouer un rôle déterminatif, afin d’assumer pleinement une fonction de commentaire sur un objet défini. Des exemples tels que :

12a- Of fundamental importance, too, was legislation to give security to the unemployed, the aged, and the disabled. (...) it was clear that the States singly were unable to handle the problem, which was, after all, national in dimensions. (pocket history. 425)

54cumulent les deux problématiques. Le terme désigné en tant qu’antécédent [the problem] est déjà identifié en contexte. La relative, inutile sur le plan de sa détermination, permet néanmoins d’introduire un commentaire de nature subjective (‘after all’) qui met en rapport les propositions : le caractère national qui définit le problème en question explique pourquoi il est clair que les solutions locales sont inadéquates.

55Compte-tenu de la question de l’interaction des paramètres, qui est évidemment trop complexe pour être traitée ici, nous voulons mettre en exergue deux facettes des PR détachées : le caractère situationnalisé du contenu de la relative, la PR détachée en tant que pseudo-indépendante. En effet, dans l’exemple (12a), le contenu prédicatif de la PR est à mettre au compte de l’énonciateur (plan commenta- tif, énonciatif) et la PR s’approche d’une proposition indépendante :

12b- (...) the States singly were unable to handle the problem. It was, after all, national in dimensions.

III.1. La situationnalisation

56La PR détachée peut entrer dans des configurations qui permettent de s’interroger sur la véritable identité de l’antécédent. Dans :

13- Solving this problem will take from now until doomsday, which / *that is more time than we've got. (Jackendoff. 171)

57le segment explicite [from now until doomsday] est sémantiquement équivalent à [a long time], qui correspond à un antécédent notionnel non exprimé dans la réalité matérielle du texte. Ici, il y a non pas reprise d’un constituant en tant que tel, mais d’une notion qui, une fois mentionnée dans le texte, fait partie de la situation d’énonciation et peut être reprise comme telle au niveau énonciatif, d’où l’emploi d’une détachée en WH. La relation < Solving this problem will take from now until doomsday>, une fois mentionnée, suggère la notion de temps et de durée, un intervalle mesurable, comparable avec celui qui est explicité dans la PR. A strictement parler, cette PR n’a pas d’antécédent en termes de constituant apparent mais a un antécédent notionnel, situationnel, induit par la prédication antérieure. Les deux niveaux sont donc mobilisés. Il y a un texte, puis une sortie du texte vers l’énonciation, accompagnée d’une reprise de l’élément situationnalisé, et retour au niveau textuel.

58Dans le cas d’une proposition nominalisée, comme dans l’exemple (10a), on voit que la PR ne fait pas partie du segment nominalisé par ‘that’: [ that [ Sheila was beautiful] ]SN, car la phrase nominalisée ne peut pas être : [Sheila was beautiful, which she was]. La nominalisée fait mention d’une propriété qui, une fois mentionnée dans le déploiement linéaire de l’énoncé, fait partie des données situationnelles. La PR effectue une reprise de cet acquis situationnel et se trouve détachée, projetée sur le niveau énonciatif. Ceci accrédite l’idée qu’il y a une différence entre l’antécédent textuel (le segment de texte effectif désigné par le “pronom”) et l’antécédent notionnel (la notion situationnalisée désignée déictiquement par le relatif).

III.2. La pseudo-indépendance

59Le caractère quasi autonome de la PR détachée se déclare dans son affinité avec les indépendantes. Il est reconnu que les relatives de ce type sont des “constructions relativement rares en anglais parlé ; on préférera des propositions indépendantes, avec ou sans mot de liaison” (Souesme. p. 275). Il est possible de mettre en parallèle des énoncés comme :

14a- Canynge stretches out the letter, Twisden hands this letter to Dancy, the latter takes it...
14b- Canynge stretches out the letter, which Twisden hands to Dancy, who takes it...(Cotte. 277)

60L’énoncé (14b) est caractérisé par une certaine homogénéisation d’états de chose successifs présentés sous une forme fluide et cohésive textuellement, ce qui le distingue de la mention d’événements disparates par l’intermédiaire de prédications quasi autonomes qui relancent l’intérêt sur un autre terme de départ comme en (14a). Guillemin-Flescher. 1981 (p. 122) met en relief le décalage entre le français et l’anglais, avec des exemples de PR détachées en français traduites par des propositions indépendantes ou des relatives détachées selon le traducteur.

61Dans une perspective syntaxique, les “appositives” peuvent être ressenties comme provenant de prédications coordonnées. Sans entrer dans le détail, nous pouvons avancer que cette formulation , d’une part, ne rend pas compte du sémantisme de la relative détachée car elle l’assimile à une autre structure sans expliquer la différence, ni comment une relative peut soudainement émerger d’une coordonnée, alors que la relative attachée “provient” du groupe déterminant ou est adjoint directement au SN tête ( Jackendoff. 81), et, d’autre part, ne correspond pas aux données empiriques. Si cette assimilation est possible pour :

15a- The Eskimos live in igloos and the Eskimos have black hair.
The Eskimos, who live in igloos, have black hair.
(Khalifa. 99. 180)

62elle n’est pas systématique :

15b- the man arrived and he left immediately without saying a word
??- the man , who arrived, left immediately without saying a word

15c- Go to Cincinnati, which is on the Ohio River.
- ?? Go to Cincinnati, and it is on the Ohio River. (Jackendoff. 198)

63Dans (15c), la PR est proche d’une indépendante sans coordination (“Go to Cincinnati. It is on the Ohio River.”). Le “passage” d’une structure à l’autre peut déstructurer l’énoncé à tel point qu’il n’y a plus de rapport sémantique entre les formes. L’énoncé :

16a- Staff at the Linder will also get the chance to meet Jarmush, who is flying over in person for the premiere. (Paris Passion -Sept 1989. p. 22)

64est interprétable, au contraire de :

16b-? Staff at the Linder will also get the chance to meet Jarmush, and he is flying in person over for the premiere.

65La PR dans (16a) qualifie “Jarmush” et justifie la prédication principale en répondant à la question “pourquoi peuvent-ils rencontrer Jarmush ?”. L’énoncé (16b) paraît étrange dans la mesure où il relie deux états de fait présentés comme localisés dans des situations disjointes alors que (16a) ne fait référence qu’à un seul événement, qui correspond à la principale, expliquée, commentée, justifiée par la PR. L’énoncé (16b) déstructure les rapports sémantiques institués dans (16a) car il perd le rapport explicatif entre les prédications, rapport qui peut se reformuler comme :

16c- Staff at the Linder will also get the chance to meet Jarmush, as he is flying over in person for the premiere.

66Cet énoncé, sémantiquement proche de (16a), montre la dimension phrastique de la PR détachée car elle peut s’approcher d’une circonstancielle.

67Par ailleurs, le rapprochement des énoncés :

17a- He increasingly tended to see himself as a modern shaman, who affected the world about him through enacting rituals. [Lucie-Smith. 15]

17b- He increasingly tended to see himself as a modern shaman, and he affected the world about him through enacting rituals

68n’est pas justifié, étant donné l’écart d’interprétation. Dans (17a) c’est le SN complexe [a modem shaman, who...rituals] qui est complément de “see”. La PR détachée ne peut être ré-écrite sous forme de coordonnée, à moins d’un changement total de structure et d’interprétation. Dans (17a), on a le contenu complet de ce que le sujet ‘he’ pense de lui-même, tandis que (17b) présente la seconde prédication comme validée pour l’énonciateur, sans qu’elle soit prise en charge par le sujet. La PR détachée, marque de subjectivité, tend à se raccrocher à la présence explicite d’une subjectivité dans le texte. La coordonnée renvoie à l’énonciateur-origine.

69Néanmoins, malgré son inadéquation, le rapprochement avec les coordonnées et les indépendantes montre que la PR détachée est ressentie comme extérieure à l’énoncé, comme un énoncé supplémentaire qui recouvre le premier. Cette extériorité, ce sentiment que la relative vient “d’ailleurs”, peut être confirmé par certains tests comme dans l’opposition :

18a- we did not talk to the man who married Susan (but we talked to the man who married Jayne).

18b- *we didn 7 talk to the man, who married Susan ( but we talked to the man, who married Jayne.) (Jackendoff. 173)

70qui montre que la propriété fournie par la PR attachée peut être soumise à l’influence de certains éléments phrastiques tels que la négation (qui porte sur la propriété différenciant l’antécédent), ce qui n’est pas possible avec une PR détachée, dont le contenu n’est pas affecté par les modalités portant sur la prédication principale.

71Il ne s’ensuit pas que la PR est absolument identifiable à une indépendante. Dans un texte du type :

19a- The New Deal closed the banks and reopened them under stricter supervision and with government guarantees of bank deposits. It abandoned the gold standard and devalued the dollar in order to achieve a mild controlled inflation. (pocket history. 421)

72le choix d’une nouvelle prédication avec une marque anaphorique peut correspondre au souci de ne pas établir de lien interpropositionnel comme avec une PR :

19b- The New Deal, which abandoned the gold standard (...), closed the banks and reopened them under stricter supervision (...)

73ce qui peut donner l’impression qu’il existe une relation conceptuelle entre les événements, alors que l’énoncé d’origine ne fait que mettre en liste des états de faits disparates.

74On peut trouver des séquences textuelles qui ne permettent pas la construction d’une PR à partir d’indépendantes. Dans :

20a- The mining kingdom did more than advertise the agricultural riches of the West (etc...) It precipitated the Indian problem, brought in the railroads (etc...). (pocket history. 303)

75l’expression “did more than X” indique clairement le caractère de mise en liste du texte, qui accumule les états de chose concernant le même thème de discours, sans mettre en relation conceptuelle les propositions, d’où l’absurdité de :

20b- The mining kingdom, which precipitated the Indian problem, did more than advertise the agricultural riches of the West.

76sans énoncé suivant explicitant le contenu de l’expression comparative.

77Inversement, une PR ne se convertit pas sans perte en indépendante. Examinons une séquence textuelle comme :

21a- Because its basic material was ideas - and language - Conceptual art experienced a strong revival at the end of the 1980s, when the attention of the avant- garde art world turned to issue and content based work. The activity of Jenny Holt- zer spans both periods. Her “Truisms”, which owe something to the text-based work of Lawrence Weiner, date from the end of the 1970s ; her work with light- emitting diodes is a further elaboration typical of the late 1980s. Holtzer’s work, with its often feminist content, is related to that of B. Kruger, whose photomontages also rely heavily on language rather than visual imagery for their effect. [Lucie- Smith. 185]

78La PR en ‘when’ ne fait pas que reprendre la date mais introduit une justification de la prédication antérieure : le fait que l’avant-garde se concentrait sur tel type de questions à cette époque justifie la résurrection de l’art conceptuel. Ce lien semble perdu ou imprécis dans :

21b- Conceptual art experienced a strong revival at the end of the 1980s. The attention of the avant-garde art world turned to issue and content based work at that time.

79les deux événements n’étant apparemment plus liés que par la simultanéité historique. La connexion argumentative est soit perdue, soit à reconstruire à partir des données fournies par le texte, alors qu’elle est explicite dans (21a).

80Il en va de même pour les autres relatives qui justifient / commentent / expliquent le contenu des principales. Elles sont toutes liées à la notion déjà situation- nalisée (l’emploi du langage et du texte dans les œuvres d’art) et justifient en quoi le travail de Holtzer est représentatif de la période en question (il se fonde sur d’autres travaux, eux-mêmes “text-based”). Sans les relatives, le texte manque de liant et de cohésion, les rapports entre les contenus sont flous et imprécis, aucune ligne de force ne se trace , et le texte déconstruit est proche de l’ininterprétable comme :

21c- Her "Truisms ” owe something to the text-based work of Lawrence Weiner. They date from the end of the 1970s ; her work with light-emitting diodes is a further elaboration typical of the late 1980s. Holtzer's work often has feminist content. It is related to that of B. Kruger. The latter's photomontages also rely heavily on language rather than visual imagery for their effect.

81non parce que les notions ne sont pas suffisamment définies mais par manque de lien interpropositionnel, lien construit par les relatives dans (21a).

82Ceci justifie l’appellation de “pseudo-indépendante” dans la mesure où la PR apparaît comme un cas d’indépendante (position distante par rapport à la principale, sensation d’extériorité de la construction, relation énonciative avec 1 ’énonciateur-origine) tout en n’étant pas systématiquement convertible en énoncé isolé. L’étude de cette “pseudo-indépendance” et des facteurs qui permettent ou bloquent la conversion dépasse le cadre présent. Notons toutefois que certaines constructions textuelles facilitent l’assimilation des deux structures. Un énoncé du type :

23- (...) so that you may be ready to share with me a bit of the mood - it is certainly not an elegiac mood but, rather, one of anticipation - which theses books arouse in a genuine collector. (Benjamin W. 61)

83peut, sans dommage se ré-écrire avec “which” à la place de “it”. Il s’agit d’une incise, dont nous avons déjà souligné l’affinité avec les “appositives”. Dans les deux cas, il y a superposition de deux énoncés, l’un ayant en charge la construction de la référence, l’autre l’énonciation d’un commentaire. La position détachée apparaît donc bien comme une trace discursive signifiant une opération énonciative cernable.

Conclusion

84Notre travail tente de placer certains aspects de la relativisation en anglais dans une perspective textuelle énonciative, tout en les intégrant dans une problématique plus générale liée aux relations entre les contenus prépositionnels intriqués. Nous avons vu que l’étude des relatives gagne à dépasser la question du lien entre la proposition et son antécédent en termes de détermination pour aboutir à un questionnement de l’énoncé dans sa globalité.

85En ce qui concerne la détermination, nous opérons une distinction entre l’opération générale de détermination (catégorie grammaticale) et des outils tels que les déterminants nominaux (catégorie linguistique). L’opération de détermination est un fait sémantique complexe qui inclut des phénomènes de délimitation, définition, et identification d’une référence. Cette élimination d’indétermination peut passer par divers moyens : qualification stable qui permet de reconnaître/distinguer une occurrence sur une classe (détermination du caractère de l’objet en question), développement d’un contenu notionnel dans un travail analytique de déploiement sémantique, et mise en relation inter-événementielle : un état de chose lié à un autre dans un rapport d’explicitation ou de causalité est de ce fait plus déterminé, mieux défini, que s’il était isolé, car il entre dans un rapport entre repérant et repéré et se trouve localisé avec une référence plus stable. Les cas de relatives dont nous avons parlé correspondent effectivement à cette opération de détermination.

86La détermination fait aussi appel au lien avec 1 ’ énonciateur-origine et les coordonnées situationnelles. Les deux niveaux de représentation que nous avons exploités dans notre étude sont des paramètres fondamentaux pour tous les types de relatives. On oppose “that” - qui indique un “trait distinctif incontestable” (Flintham. 95. 156) , c’est-à-dire, qui introduit une qualification échappant au débat intersubjectif - à “which” - qui a des affinités avec des traces de subjectivité (Dubos. 90). Les termes en WH sont intimement liés au subjectif. Termes interrogatifs d’origine, ils peuvent être relatifs sans antécédent. Dans la question, WH pose une existence indéfinie pour le locuteur. Dans la relative nominale, il pose une existence indéfinie pour l’interlocuteur. À chacun de ces pôles, l’énonciateur est responsable de la supposition d’existence du terme dont il s’agit. De plus, en tant qu’interrogatif, il sollicite le co-énonciateur et place la représentation au niveau énonciatif, et non plus seulement référentiel. Ceci explique la forte affinité entre WH et les PR détachées, elles-mêmes placées à ce niveau. Resterait à rendre compte des PR détachées en “that”...

87La perspective énonciativiste adoptée ici interroge le fait même de l’énoncé complexe. Il ne s’agit pas de distinguer des cas traditionnellement reconnus (subordonnées circonstancielles, relatives, nominales) mais de poser une problématique plus générale de la complémentation. Quelles sont les contraintes textuelles qui favorisent l’emploi de telle ou telle forme dans un travail de mise en contact de contenus prédicatifs ? Peut-on formaliser les questions de cohésion textuelle dans cette perspective ? La subordination est-elle en tant que telle associable à une opération énonciative ?

Top of page

Bibliography

COTTE, P., (1996) L ’explication grammaticale de textes anglais. P.U.F.

DUBOS, U., (1990) L ’ explication grammaticale du thème anglais. Nathan.

FLINTHAM, R., (1993) “Les relatives en which et that dans Scientific American. In: Danon-Boileau, L & Duchet, J. L., éds. Opérations énonciatives et interprétation de l’énoncé. Ophrys.

FLINTHAM, R., (1995) “Les relatifs which et that dans un corpus journalistique.” In: Cahiers Charles V. Linguistique et Didactique. N° 19.

FLINTHAM, R., (1999) “La construction d’une occurrence individuée de notion nominale compacte en anglais sous la forme <A N (compact) WHICH/ THAT>.” In Cycnos N° 16-2. Université de Nice-Sophia-Antipolis.

GREVISSE, M., (1975) Le bon usage. Duculot.

GUILLEMIN-FLESCHER, J., (1981) Syntaxe comparée du français et de l’anglais - problèmes de traduction. Ophrys.

JACKENDOFF, R., (1981, [1977]) ‘X’ syntax : a Study of Phrase Structure. MIT Press.

KHALIFA, J. C., (1999) La syntaxe anglaise aux concours. Théorie et pratique de l’énoncé complexe. Armand Colin.

LAPAIRE, J. R., & ROTGÉ, W., (1991) Linguistique et grammaire de Vanglais. Presses Universitaires du Mirail.

QUIRK, R., & GRENBAUM, S., (1973) A University Grammar of English. Longman.

SOUESME, J. C., (1992) Grammaire anglaise en contexte. Ophrys.

SOUESME, J. C., (1998) Le relatif Ø. Communication au Congrès SALS. Rennes.

CORPUS

- ANDERSON, L., Big Science. Warner Bross Records. 1982.

- BENJAMIN, W., Illuminations. Fontana Press. 1992.

- BOYD, W., The New Confessions. Penguin Books . 1988.

- JEFFREYS, M. V. C., Personal Values in the Modem World. Penguin Books. 1966. [Jef.]

- LUCIE-SMITH, E., Movements in art since 1945. Thames & Hudson. 1995.

- NEVINS, A., & COMMAGER, H., A Pocket History of the United States. Washington Square Press. 1986.

- SHARPE, T., Wilt. Pan. 1976.

- VIDAL, G. MYRA BRECKINRIDGE & MYRON, Grafton Books. 1989.

Top of page

References

Bibliographical reference

Gérard Melis, « Propositions relatives et niveau phrastique », Anglophonia/Sigma, 10 (6) | 1999, 43-59.

Electronic reference

Gérard Melis, « Propositions relatives et niveau phrastique », Anglophonia/Sigma [Online], 10 (6) | 1999, Online since 15 June 2016, connection on 27 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/677 ; DOI : 10.4000/anglophonia.677

Top of page

About the author

Gérard Melis

Université Paris 8

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org