Skip to navigation – Site map

Les relatives en américain contemporain

Françoise Dubois-Charlier
p. 61-112

Abstract

This paper presents an analysis of relatives clauses in a corpus of American English (a contemporary novel).
Our first aim was to study whether the syntax of relatives clauses is the same in American English and in British English - and the study shows that the two systems differ in several important ways.
Our second aim was to revive a methodology: the idea was to approach the data with an open mind, to gather and analyse all the occurrences in a complete discourse, to ‘listen’ to what the data have to say - as opposed to an approach frequently used in recent studies, where the argumentation is theory-based and theory-oriented, and examples collected here and there are mere illustrations of what is posited.

Top of page

Outline

Top of page

Full text

1Le système de relatives présenté ici provient de l’analyse d’un corpus. Celui-ci est constitué par un roman de Anne Tyler, Breathing Lessons, 1988, 338 p., où la langue peut être considérée comme assez représentative de la “langue américaine standard” : l’auteur a fait des études universitaires, mais écrit pour le grand public et inscrit son roman dans la vie de tous les jours (style ni trop soutenu, ni trop relâché), roman qui présente une alternance de récit et de dialogues, des personnages de niveau socio-culturel moyen, une longueur suffisante pour couvrir à peu près tous les cas d’emploi des relatifs.

2On a relevé 1200 propositions relatives. Nous avons retenu pour objet d’étude les relatives conjuguées, avec antécédent exprimé ; ainsi ont été écartées du corpus les relatives à l’infinitif (67) et les relatives sans antécédent exprimé (230). Nous dirons quelques mots en 2.5. de certaines constructions qui font intervenir un pronom relatif, mais que nous considérons comme de fausses relatives.

3Notre corpus est donc constitué de 900 relatives conjuguées avec antécédent exprimé.

4Seront examinés, entre autres :

5- le choix des différents relatifs (§1.),
- les structures utilisées quand le relatif est complément d’une préposition (§1.5.),
- le rôle de la relative, sa relation avec l’antécédent (§2.).

6Et notre étude nous conduira à conclure que, dans cette langue américaine, les faits sont sensiblement différents de ce que l’on trouve dans les corpus d’anglais britannique, et dans les descriptions qui en sont pas faites en termes énonciativistes : ici, l’essentiel des options ne relève pas de la stratégie, psychologie ou perspective de Pénonciateur, mais de principes strictement syntaxiques.

7Quelques éléments sur les personnages pour comprendre les remarques sur certaines phrases, les relatives (comme le reste) devant s’étudier en contexte ; voici ce que dit la page de couverture :

Everyone knows a couple like the Morans. Maggie with her scatterbrained ways and her just slightly irritating - but goodhearted - attempts to make everything right for everyone ... And Ira, infinitely patient, who’s addicted to solitaire and who whistles out popular tunes, the only barometer of his moods.

8Jesse est leur fils, source de déceptions pour le père, constamment défendu par la mère. Fiona est l’ex-très jeune belle-fille, le couple a vécu chez Maggie et Ira en attendant mieux, puis Fiona est partie, emmenant sa toute petite fille Leroy. Essayer de réconcilier Fiona et Jesse est une de ces tentatives de Maggie pour tout arranger ; elle s’y prend extrêmement mal, comme d’habitude.

9Dans les exemples, le numéro qui précède la phrase est le numéro d’enregistrement dans notre fichier ; le numéro qui la suit est le renvoi à la page du livre (édition Berkeley Books 1989).

10La relative est signalée par ° devant le relatif ou par 0. Pour ne pas alourdir, les noms propres sont souvent réduits à une initiale, et les débuts ou fins de phrases non pertinents sont coupés.

1. L’emploi des différents pronoms relatifs

11Une première distribution des mots relatifs introduisant ces 900 relatives se présente comme suit.

12Le relatif introducteur est : dans 64% des cas, 0 ou that :

- 0 dans 369 cas,
- that dans 206 cas ;

13dans 25% des cas, who[m] ou which :

- who : 124 (apposées et non-apposées), whom : 6 (apposées),
- which : 93 (dont 83 dans apposées et 10 après préposition),

14dans 11% des cas, un adverbe ou déterminant relatif :

- where : 56 (dont 29 dans apposées, 27 dans non-apposées),
- when : 26 (dont 10 dans apposées, 16 dans non-apposées),
- whose : 13 (dont’t dans apposées, 6 dans non-apposées),
- which : 3 dans in which case.

15Les relatifs what, why et how ne figurent pas dans ce corpus de relatives conjuguées à antécédent exprimé (ils ne sont utilisés que dans les relatives sans antécédent ou à l’infinitif).

16On s’intéressera plus spécialement ici à la distribution de 0, that et who/ which, que les anglicistes français opposent souvent en termes de « valeurs fondamentales » ou « sens de base » qui les distingueraient entre eux.

17Le présent corpus montre que, dans cette langue américaine, c’est la question de fonction qui domine.

1.1. Le relatif 0

18Le relatif 0 est, et de loin, le plus fréquent : il figure dans 55% des relatives non apposées, et 42% de toutes les relatives.

1.1.1. Conditions d’emploi

19On sait que son emploi est soumis à 2 conditions :

20a) la première concerne la relation spatiale de la relative avec son antécédent : elle doit n’en être séparée par rien, ni signe de ponctuation (virgule, parenthèse, etc. - c’est ce qui explique que 0 soit exclu des apposées), ni préposition commandant le relatif. Ce qui pourrait relever du bon sens, on ne peut pas à la fois juxtaposer et séparer.

21b) la seconde concerne la fonction du relatif dans sa propre proposition : le sujet d’une proposition conjuguée doit être exprimé ; on ne peut donc pas employer 0 pour un relatif sujet de sa proposition (sauf cas particuliers, style familier ou sous- standard).

22Ces deux conditions sont naturellement respectées dans notre corpus,

23a) Le 0 se trouve toujours immédiatement après le nom auquel la relative se rapporte :

161 She ’d wanted the version 0 she had known at the start of their marriage 47
318 assembling a composite portrait of some couple 0 they both knew 86
611 reflected the mocking, skeptical attitude 0 he had assumed toward her from the start 169

24Le nom antécédent peut être accompagné d’un post-modificateur déterminatif, avec lequel il forme une sorte de nom composé, c’est alors ce nom composé que suit immédiatement la relative :

357 [a red bra would show] through almost any piece of clothing 0 you owned 96
390 She was joking : it was the rough style of humor 0 she had picked up from her brothers 108
226 she saw more of him than anyone else 0 she’d grown up with 64
315 using the bar of Ivory 0 she found in a cabinet beneath the sink 85

25Ce cas de nom à post-modificateur n’est cependant pas très fréquent, et il se rencontre surtout avec des N généraux de type kind, style, piece, pour lesquels tous les post-modificateurs sont en of, ou avec des N de type something post-modifié par else, more, etc. :

875 the pieces of equipment 0 Jesse considered essential 243
98 he’d have just the kind of hard-nosed, sensible wife 0 he wanted. 34
226 she saw more of him than anyone else 0 she’d grown up with 64

26b) Le relatif 0 a une fonction autre que celle de sujet, 99,5% des cas (367/369).

27- Il est massivement objet direct (90% des cas), le plus souvent du seul verbe de la relative, parfois d’un verbe enchâssé dans la relative :

22 Did you bring that map 01 set out on the breakfast table? 11
57 as if they were people 0 she knew 20
615 the assurances 0 he was forced to offer 169
29 At that crazy little banquet hall 0 we spent an hour locating 12

28- Il peut avoir aussi la fonction attribut :

398 Max was the same freckled, friendly, overgrown boy 0 he’d always been. 110 804 giving no hint of the merry little boy 0 he would later turn out to be 227

29- ou peut aussi représenter le N antéposé d’un complément prépositionnel dont la préposition n’est pas antéposée (cf. 1.5. pour le relatif complément de préposition).

129 Maggie blamed the tiny plot of city soil 0 she was forced to confine them to 41
236 the boys 0 she went out with 66

30- Et on trouve deux exemples de style sous-standard où le relatif 0 est sujet, l’un dans la bouche d’une petite fille de 5 ans, l’autre dans la bouche d’un adolescent fâché avec l’école (cet exemple peut d’ailleurs s’analyser autrement) :

688 That was you-all 0 brought me that kitten? 192
836 A place 0 puts that much stock in appearance, I wouldn’t want to work there.

31La distribution du relatif 0 dans cette langue américaine est donc très différente de ce que l’on peut lire à propos de corpus d’anglais britannique :

32- d’une part, 0 est deux fois plus employé en américain qu’en anglais britannique (fréquence de 0 dans un corpus P. D. James : 20%, alors qu’ici il est de 42%, de même que dans un corpus P. Auster, 45%) ;

33- d’autre part, son emploi ne représente pas une façon de voir ou opérer de l’énonciateur. La règle est une simple question de fonction grammaticale : si le relatif est non-sujet dans une relative non-apposée, alors la forme est 0 ; il n’est pas enchoix avec who(m) et which, qui ne sont jamais employés dans cette position -il y a quelques phrases avec that, sur lesquelles nous reviendrons.

1.1.2. Nature de l’antécédent

1.1.2.1. Les antécédents à modificateur ‘spécial’

34On signale toujours dans les grammaires la présence de mots tels que all, one, first/last, only, superlatif, etc. dans l’antécédent, souvent pour signaler qu’ils sont peu compatibles avec un relatif en w/z-, et “peu compatibles” recouvre diverses affirmations sur le caractère obligatoire ou recommandé de that, le caractère interdit ou marqué de w/z-, sur la différence de sens qu’il y a entre un énoncé avec which et le même énoncé avec that, etc.

35Ces déclencheurs sont fortement représentés dans notre corpus (120 phrases), et les choses sont très nettes.

36L’emploi de 0 est massif (108 sur 120), les autres relatifs n’apparaissant que dans 12 phrases où 0 est exclu (sujet, that et who [11] ; après préposition, which [1]). Ainsi après ces modificateurs ‘spéciaux’, la règle est simple : comme ailleurs, le relatif est 0 quand sa fonction est autre que sujet.

37- all. Dans toutes ses occurrences (70), qu’il soit déterminant ou tête, il est toujours suivi de 0, à la condition naturellement que le relatif ne soit pas sujet :

439 finding right in her pantry all the fixings 0 she needed for a new recipe 123
1060 I’ve got all these things 01 want to show her 298
1020 Remember all 0 she took with her on a simple trip to Pimlico? 283
1141 all 0 he had lost in his lifetime would be given back to him. 327
393 with all °that happened afterwards 108
[sujet inanimé, that]

38- every. Dans toutes ses occurrences (9), même règle que pour all, le relatif est 0 (sauf s’il est sujet) :

838 She saw now that there was a single theme to every decision 0 she had made as a parent 235
1130 every job 0 he loses, it’s somebody else’s fault. 321
816 she acted especially kind to every girl °who came. 231
[sujet animé, who]

39- the first/last/next. Dans toutes les occurrences (21), même règle, le relatif est 0 (sauf s’il est sujet) :

1023 the first thing 01 checked 284
219 It’s the last favor 0 I’ll ever ask of you 62
794 and the next thing 01 know you ’re out here with beer on your breath 225
149 She did the first thing °that came to mind.
45 [sujet inanimé, that]

40- superlatif. Dans toutes les occurrences (9), même règle, 0 partout (pas d’exemple avec relatif en fonction sujet) :

106 she would open the largest account 0 the check would safely cover 36
379 Ira was the most wonderful person 0 I’ve ever met. 103

41- only. Dans toutes ses occurrences (15), même règle, 0 si non sujet et non précédé d’une préposition :

631 he had given up the only serious dream 0 he'd ever had 172
355 Pretty soon the only people 0 she saw regularly were 96
6 into her left fender - the only spot °that had never, up till now, had the slightest thing 5
[sujet inanimé, that]
986 the only person °who came out ahead 273
[sujet animé, who]
127 the only occasions on °which he seemed truly to be a patient.
41 [préposition, which]

1.1.2.2. Les antécédents à tête nominale spéciale

42Figurent dans les grammaires, généralement comme privilégiant that, les têtes nominales something/body/where, etc. (any/no...), et aussi one proforme, ce à quoi nous ajouterons deux têtes très fréquentes, way et time.

43Ici aussi, la distribution américaine est nette : 0 est employé partout où il n’est pas exclu par la fonction.

44- les composés avec some/any/no. Dans les 46 occurrences, même règle que pour ail : le relatif est 0 quand il n’est pas sujet (objet 33 ; sujet 12) :

809 could stay angry at something 0 he himself had immediately forgotten. 228
226 she saw more of him than anyone else 0 she’d grown up with. 64
525 he felt he was driving something °that stood out too far on all sides 147
[sujet inanimé, that]

800 a burdened, restrained man's envy for someone °who was constitutionally carefree. 227 [sujet animé, who]

45L’unique exception, 329 Ira wasn't anywhere °that Maggie could see 90, est une structure particulière, où la décomposition en relative est assez maladroite et ce that pourrait être l’écho de celui qu’on trouve dans No, they're not back yet, not that I know of.

46- one(s). L’emploi analysé ici est la séquence the one(s) Rel - nous éliminons les séquences de type one of the/those N Rel, où la relative a pour antécédent the/those N. Dans les 21 occurrences, même règle que précédemment :

575 even though she was the one 0 he felt closer to. 162
1117 My tortoise shell soapbox. The one 0 you kept. 319
706 maybe we should buy you one °that does. 197
[sujet inanimé, that]
388 the Moran boy? The one °who came in late?
105 [sujet animé, who]

47- way. Dans les 49 phrases où way est antécédent, même règle : 0 si le relatif n’est pas sujet (avec une exception, 1048, cf. 1.4.), ceci quel que soit le sens de way (non seulement ‘façon/manière’ mais aussi ‘comme’, ‘selon’, ‘étant donné’, etc.). On peut remarquer que les 45 phrases avec 0 sont de type the (adj) way 0, tandis que les 4 exemples avec that sont de type in a way that :

23 And the way 0 they pronounce it: Lee-roy. 11
191 my chin is starting to slope just the way 0 my mother’s did. 56
697 held her purse in a way °that implied she wasn ’t 194
[sujet inanimé, that]

48- time/moment/day, etc. Les 51 phrases où l’antécédent a pour tête time ou un mot analogue signifiant « la fois où, au moment où, le soir où » n’entrent pas tout à fait dans le cas précédent parce que le relatif est toujours un complément de temps dans sa proposition, donc n’est jamais sujet. Mais ces noms entrent dans les antécédents spécifiques, et ils illustrent pareillement l’emploi massif de 0 (96% ; deux exemples avec the time that, cf. 1.4.) :

58 stay away from the hospital the time 0 she had her appendix out. 20
663 by the time 0 they reached home 181
470 they forgot you the instant 0 you left their bedsides 133

1.1.2.3. Les antécédents sans nom ou modificateur particulier

49L’antécédent étant défini comme ordinaire, il n’y a rien d’extraordinaire à en dire. Nous ferons simplement quelques remarques.

50- Comme pour les antécédents particuliers, la forme 0 est conditionnée par la fonction non-sujet du relatif dans sa proposition (CDD 80%, COI 17%, attribut 3%) :

926 using an official-looking stop watch 0 he ’d bought especially for this occasion.
1032 a beefy young man, no doubt the famous boyfriend 0 Fiona was always referring to. 286

51- Le relatif 0 est indépendant du caractère défini ou indéfini de l’antécédent :

358 UNC was a deal 0 he had made with his parents 96
1168 Maggie went on down the hall to the bedroom 0 she shared with Ira 330
24 Did you bring that map 01 set out on the breakfast table?
11

52Le déterminant de l’antécédent est défini dans 50% des relatives en 0 ; il est indéfini dans 42% ; il est démonstratif dans 8% des cas. (Le pourcentage du défini paraît plus élevé si on ne considère que les antécédents ordinaires, défini 50%, indéfini 27%, mais c’est simplement dû au fait que plusieurs modificateurs spéciaux sont indéfinis ; si on les élimine du compte, il y a moins d’indéfinis).

53Cette indifférence concernant le caractère défini ou indéfini de l’antécédent est-elle une particularité de 0 par rapport à who et that qui sont ses correspondants pour la fonction sujet ? Oui et non. Non parce que who a une distribution très semblable (défini 40%, indéfini 42%, démonstratif 18%). Oui parce que 0 et who se distinguent de that, pour lequel l’indéfini est plus fréquent (défini 26%, indéfini 57%, démonstratif 17%).

54- Le relatif 0 peut avoir un antécédent humain ou non-humain :

331 marveling at the wrinkles 0 they discovered in the mirror 90
1006 She thinks the people 0 she loves are better than they really are 279

55Mais l’antécédent non-humain est beaucoup plus représenté (humain 20%, non-humain 80%). Ce qui n’est sans doute pas sans lien avec la fonction : 0 est le relatif de la fonction complément, essentiellement objet direct ; et on peut penser que le ‘patient’ de l’action est plus facilement un objet qu’un individu, on agit plus facilement sur les choses que sur les gens.

56En intégrant les données de who et that pour ces dimensions sujet/non-sujet et humain/non-humain, on a la répartition suivante : humain sujet 21%, humain objet 6%, inanimé sujet 36%, inanimé objet 37%, montrant que les non-humains se répartissent également sur les deux rôles, sujet et objet, tandis que les humains sont plus du côté du sujet. (Et ces chiffres montrent aussi qu’on fait plus appel aux relatives pour les choses que pour les humains - ceci pour les relatives non apposées ; pour les relatives apposées, c’est plutôt l’inverse).

57La relation entre la relative en 0 et son antécédent sera étudiée en 2.

1.2. Les relatifs who et that

58Les conditions de leur emploi ont déjà été mentionnées par rapport à celle de 0 : who et that sont les formes pour un relatif en fonction sujet.

59- who est utilisé exclusivement pour un sujet référant à un humain, dans les relatives apposées ou non apposées ; son correspondant pour la fonction objet est 0 dans les relatives non apposées, et whom dans les apposées (peu fréquent).

369 She said that people °who lived for their weddings experienced a big letdown afterward 99
1006 she thinks the people 0 she loves are better than they are 279
606 they focused on Maggie, °who was returning with a soft-drink can 168
674 how she had kept at Fiona, °whom pregnancy had turned lackadaisical 187

60- that est utilisé essentiellement (80%) pour un sujet référant à un inanimé dans les relatives non apposées ; son correspondant pour la fonction objet dans les relatives non apposées est 0 ; son correspondant sujet et objet dans les apposées est which.

178 she could smell the coated paper °that was used for Bible-study leaflets 54
1112 show her the snapshot 01 carry in my wallet 313
49 her real visits were her spy trips, °which continued without her planning them as if 18
272 searching for the next stanza on Maggie's shampoo coupon, °which he held at arm’s length 74

1.3. Le relatif which

61Contrairement à ce qui se passe en anglais britannique, which n’est jamais utilisé pour un relatif sujet ou objet dans les relatives non apposées : là où le britannique emploie which, l’américain emploie 0 (objet) et that (sujet).

62En américain, which n’est employé que quand 0 et that sont exclus, après préposition (peu fréquent, 10 phrases) et dans les apposées (sujet et objet) :

63P. D. James (GB) :

the shining mass of cars and vans °which packed the narrow street the enamel bowl °which Cordelia used for the washing up

64A. Tyler (US) :

171 the tail of hair °that hung down straight between Serena’s shoulder blades 53
1109 in the falsetto 0 she often used when she was clowning around 315

1.4. Les cas particuliers

65Ainsi toutes ces formes, that, wh-, 0, apparaissent comme fondamentalement en distribution complémentaire syntaxique : à une position donnée, il n’y a pas de choix, c’est toujours la même forme, dictée par la fonction, qui est employée.

66Ce principe rend compte de 95% du corpus (850 phrases sur 897).

67Pour les cas particuliers, on peut rappeler, sans s’y arrêter, quelques emplois qui ne font aucun problème : il s’agit d’effets d’idiolectes, de simulation de langue ‘peu soignée’ ou sous-standard pour des personnages très typés, emploi de 0 pour un relatif sujet, emploi de that pour un relatif à réfèrent humain :

688 That was you-all 0 brought me that kitten? 192
715 This girl °that’s my partner, Hilary, she wants me to do her bikini line. 202
420 those army folks would tell him Go back to them °that need you ’117

68Mais il y a quand même aussi une petite série de phrases qui font réellement exception à la règle « le relatif est 0 pour la fonction complément ». Ce sont des phrases où that représente un pronom COD (33) ou le complément antéposé d’une préposition (9).

69Une exception de 5% ne nous paraît pas de nature à remettre en question une règle simple qui rend compte de 95% des cas ; aucune autre hypothèse proposée (en termes de Tâche/serré’, ‘présupposé/posé’, ‘pris en charge/non pris en charge’, ‘vide/plein’) ne semble avoir cette efficacité et ce caractère objectif.

70Il convient cependant d’examiner ces phrases contenant un that ‘irrégulier’. Voici quelques pistes que suggère cet examen.

71La relation relative-antécédent. Nous parlerons ci-dessous d’un type de relative que nous appelons ‘qualifiante’, à propos de laquelle nous remarquerons qu’elle n’est pas introduite par 0 (98% des relatives en 0 sont déterminantes). Si la qualifiante ne peut pas être introduite par 0, elle l’est forcément par that pour un inanimé (puisque which n’est jamais employé pour un COD dans les relatives non apposées). Ceci peut expliquer 19 de nos that irréguliers. Mais ce n’est pas le seul facteur puisqu’il reste des phrases avec that complément alors que la relative n’est pas qualifiante.

72L’idée d’une nécessité de balisage quand l’environnement est long ou complexe n’est pas exclue :

73- la relative est complexe, elle contient elle-même une proposition complément du verbe, et le relatif est COD du second verbe ; that soulignerait la structuration :

48 following a scene °that Maggie never liked to recall 17
664 Maggie had a song °that she liked to sing with Ira 185
905 part of a drying rack °that Ira had promised to build 254

74Un facteur, peut-être, motivant une structuration plus évidente avec that. Mais il n’est pas absolu, puisqu’on trouve aussi 0 avec des relatives complexes :

1018 the pink plastic training cup 0 Leroy liked to drink her juice from 283
687 a scratchy-collared dress 0 she used to hate being stuffed into 191
1146 the diamond ring 0 his first sweetheart had failed to return to him when she broke off 327

75- l’antécédent est long, coordonné, interrompu, lui-même compris dans une relative :

1036 all the gossip and eventfulness and the peeks into other households °that children can provide 287
1074 There were moments -
[3 lignes d’énumération] - °that nobody else in the world had any inkling of 303
1082 the standard brands and then the fancy, foreign-sounding brands °that Ira called “designer desserts”. 305
477 this is one of the telltale clues they mention in that pamphlet °that the school gives out. 133

76Là encore, il faudrait étudier de plus près ; il est vrai que notre corpus contient peu d’antécédents longs ou coordonnés devant 0, cela ne signifie pas que ce soit exclu :

248 Both twins wore their yellow hair in the short, curly, caplike style 0 they’d favored in high school 69
1025 but not her windbreaker or that big striped duster 0 she liked to wear around the house. 284

77- une forme de diction ou d’emphase :

99 One thing about you °that I really cannot stand is how you act so superior. 35

78les mots sont détachés (cf. cannot), et, pour détacher le relatif, il faut le faire figurer. Pourraient être assimilés à ce cas les publicités ou titres de chanson (qui, en fait, sont hors corpus) :

1087 Brings back that fullness °that time has taken away, a display card promised.
271 You ’re all °that I’m living for. 73

79- l’écho d’un démonstratif dans un antécédent avec adjectif :

1137 walking alone in that high-bottomed, hesitant manner °that cats take on in unfamiliar surroundings. 325
750 you ’II notice these sudden dark rings beneath them °that he used to get when he was 211
857 he did have that sharply etched look to his lips °that he always got when he felt strongly about something 239
253 unaware of that dark, helpless, ... feeling °that Maggie’s own marriage descended to from time to time.
71

80Là encore, le facteur n’est pas critère ; on peut trouver aussi 0 dans ce cas :

155 The hall had that hurricane-swept appearance 0 it always took on after a drill.

81- enfin, n’hésitons pas à dire qu’il y a quelques phrases pour lesquelles nous ne voyons rien qui motive ce that COD :

475 Consider, for instance, the cigarette papers °that Maggie had found last spring on D ’s bureau 133
793 a crocheted sweater °that she had been hunting for days lay there 225
579 she had no clothes left but the throwaways °that she wasn ’t taking with her 162
982 Their subject now was the sheet of racing tips °that Mr M had purchased from a man with no teeth. 272
600 in the fake-tough tone °that her brothers used when they were joking 167

82qu’ont-elles de particulier par rapport à des phrases avec 0 comme :

315 using the bar of Ivory 0 she found under a cabinet beneath the sink 85
1088 Maggie was reminded of rides 0 she had taken with Ira during their courtship
90 she was joking : it was the rough style of humor 0 she had picked up from her brothers 108

1.5. Le relatif complément de préposition

83Quand la fonction du relatif dans sa proposition est celle de complément d’une préposition, comme en :

719 the station 01 listen to is WXLR. 203
818 opened a door through °which the drums and electric guitars suddenly poured in 232

84il y a deux cas de figure.

85Soit la préposition reste à la place qu’elle occuperait dans l’indépendante correspondante (dans the station I listen to, la préposition est à la place qu’elle occupe dans I listen to this station) - schéma Rel... Prép, où ... représente le reste de la relative.

86Soit c’est tout le groupe Préposition+Relatif qui passe en tête de la proposition (dans a door through which the drums... poured in, préposition et relatif ont été déplacés ensemble par rapport à the drums... poured in through that door) - schéma Prép+Rel..., où... représente le reste de la relative.

87Le premier cas a pour effet que la préposition reste à côté du verbe ou du groupe verbal. Le second cas a pour effet de rapprocher la préposition de l’antécédent.

88Dans notre corpus de 900 phrases avec antécédent exprimé, il y a 70 relatives avec relatif complément de préposition. En éliminant 6 phrases de type neither of which all of whom, speaking of which, où il n’y a pas d’alternance de schéma, il reste 64 phrases à considérer, qui se répartissent en 54 exemples du schéma Rel... Prép, et 10 exemples du schéma Prép+Rel...

89Dans les 54 cas de schéma Rel... Prép, 40 sont 0 ... Prép, et 14 sont that...Prép.

90Le cas wh-... Prép ne se rencontre pas.

91On invoque classiquement deux facteurs pour motiver le choix du déplacement ou non-déplacement de la préposition lors du déplacement du relatif : facteur syntaxique (fonction du groupe prépositionnel), et type de langue (écrit/oral, soutenu/courant, technique ou non, etc.).

1.5.1. Le type de langue

92Sur ce facteur, nous irons assez vite, d’une part parce qu’il n’est plus à démontrer, d’autre part parce que nos données ne nous permettraient pas de le faire.

93Le fait que le schéma Prép+Rel ... soit plus caractéristique de l’écrit, du soutenu, du technique s’illustre notamment dans l’observation que les dictionnaires par exemple emploient volontiers des formes de type to which a nozzle is attached que personne n’utiliserait dans la pratique ordinaire de la langue. C’est moins fréquent dans les dictionnaires américains que dans les dictionnaires britanniques : les premiers préfèrent avoir recours à des participes passés ou à des compléments prépositionnels (with a nozzle [Webster] plutôt que to which a nozzle is attached [Hornby]) - mais tous les dictionnaires préfèrent to which one can refer à la forme courante 0/that/which one can refer to.

94Ce facteur s’illustre aussi dans la réponse que font souvent les anglophones interrogés sur tel emploi du schéma Rel... Prép : “je le dis mais je ne l’écrirais pas”; tous ont présents à l’esprit “A preposition is a bad word to end a sentence with”

95Notre corpus ne contenant pas de passage en style de dictionnaire ou technique, la question ne se pose pas. On peut néanmoins remarquer que les dix exemples du schéma Prép+Rel... sont dans des passages narratifs plutôt que dans des conversations (nous y reviendrons pour quelques phrases), cependant que la formule that ... Prép est particulièrement fréquente dans la bouche de Fiona (la jeune bru dont la belle-mère souligne le manque d’instruction), témoin cet exemple :

1123 My plastic soapbox, F told him, °that J sleeps every night with. 321

1.5.2. Le facteur syntaxique

96Il consiste à dire que “la préposition va avec ce à quoi elle est le plus liée syntaxiquement”, et nous préciserons ce “le plus liée” dans les exemples.

1.5.2.1. Le groupe prépositionnel est complément du verbe

97Quand le GP est complément du verbe (listen to sthg), d’un adjectif constituant de groupe verbal (be keen on sthg), d’un nom formant une locution verbale (have an interest in sthg), le groupe prépositionnel est co-constituant dans le groupe verbal, et la préposition est très fortement liée à ce verbe, cet adjectif, ce nom - de fait, elle est régie par ce mot (listen to/*at ; be keen on/*for ; have interest in/*of have experience of/*with). Ne pas déplacer la préposition, c’est respecter ce lien très fort : le schéma privilégié est Rel... V/Adj/NPrép.

98Ce principe s’applique de manière régulière dans notre corpus et couvre 95% des cas.

99Il est en œuvre dans des exemples de :

100- préposition about dans des groupes verbaux de type think/talk/know/care about GN, etc. :

13 the brake isn’t something 0 you have to think about 8
310 that was once the only thing 0 we talked about 84
903 Then in November you can move to an apartment 0 J knows about in Waverly. 1127 She’s no one 0 he really cares about. 321

101- préposition to dans des groupes verbaux de type turn/refer/amount/listen to GN, set one's mind to GN, confine sthg to GN, etc. :

594 All at once, he was the one 0 his family turned to 165
1032 a beefy young man, no doubt the famous boyfriend 0 F was always referring to. 286
288 maybe that was all 0 Max amounted to, in the end 77
719 the station 01 listen to is WXLR 203
113 she was capable of anything 0 she set her mind to. 38
129 MM blamed the tiny plot of city soil 0 she was forced to confine them to 41

102- préposition on dans des groupes verbaux de type rely on GN, miss out on GN, work on GN, etc. :

805 All 0 they had to rely on was luck 228
817 part of a warm community of females, a community 0 she had missed out on when she was growing up 231
5631 was standing on her needlepoint chair, her chair seat 0 she worked forever on

103- préposition with dans des groupes verbaux de type bother with GN, go out with GN, come up with GN, play around with GN, ou without dans des groupes verbaux comme do without GN, etc. :

745 the only doll 0 she’ll bother with is G. I. Joe. 210
236 the boys 0 she went out with were never 66
856 The only question 0 she could come up with was: 238
458 a sort of practice life, something 0 she could afford to play around with 129
1138 All objects 0 F and L could easily do without.
326

104- prépositions diverses de compléments directionnels ou locatifs de verbes de mouvement, de position, de placement, go somewhere, take sb somewhere, put/keep sthg somewhere, etc. :

238 those were the ones 0 she’d gravitated toward. 66
285 no one from the dozen small towns 0 Max had lugged her to during their marriage 77
687 she had a very clear memory of a scratchy-collared dress 0 she used to hate being stuffed into 191
755 that little plastic box. The one 01 used to keep my face soap in. 213

105- ou encore des groupes verbaux comme go/be through GN, drink sthg from GN, etc. :

3011 hate to think of all 0 that child has been through. 83
1018 the pink plastic training cup 0 L liked to drink her juice from. 283

106- prépositions régies par l’adjectif de groupes verbaux de type be keen on GN, be close/accustomed to GN, be crazy about GN, etc. :

1024 That jacket 0 she's so keen on 284
575 even though she was the one 0 he felt closer to. 162
121 when a person 0 you ’re accustomed to is all at once absent 40
763 He was just the boy 01 was crazy about and followed 214

107- prépositions régies par le nom de groupes verbaux de type have interest in GN, have experience of GN, etc. :

561 Some thirty-year-old kid 01 don’t have the faintest interest in! 158
625 But those are not any balloons 01 have had experience of! 171

108Quelques verbes et prépositions illustrent des cas intéressants, où le complément prépositionnel n’est pas de nature "strictement régi par le verbe” mais n’en reste pas moins un complément du verbe (il n’est pas circonstanciel, indépendant du verbe).

109- Le verbe live peut prendre divers types de complément, parmi lesquels se trouve la construction live somewhere, où somewhere n’est pas circonstanciel (cf. dans certains cas la possibilité d’une passivation avec ce complément, this house hasn’t been lived in for some time) :

1038 What an elderly, faltering atmosphere 0 she lived in! 287

110- Le verbe sleep ne paraît pas de nature à exiger un complément de lieu, mais néanmoins, dans la construction sleep somewhere, dans Fil sleep in this bed and she’ll sleep in that one par exemple, le somewhere n’est pas circonstanciel, sleep in this bed est l’équivalent de use/occupy this bed (et cf. dans certains cas la possibilité d’une passivation avec ce complément, this bed hasn’t been slept in) :

951 F worried she was outgrowing the bureau drawer 0 she slept in. 267

111- Deux exemples avec grow up :

231 S had defied the stodgy times 0 they’d grown up in. 65
226 she saw more of him than anyone else 0 she’d grown up with.
64

112font apercevoir un sens de ce verbe autre que le simple ‘grandir’ : il semble être constitué de deux composants sémantiques, dont l’un exprime le moment "autrefois, pendant la jeunesse” de l’action exprimée par l’autre composant : j'ai grandi à Digne signifie "j’ai vécu à Digne pendant la période où je grandissais” ; elle a grandi avec ses grands parents signifie "elle a vécu avec ses grands parents pendant son enfance". Ainsi they'd grown up in stodgy times peut être paraphrasé par they'd lived in/known stodgy times when they were young, où l’on retrouve des verbes comme live ou know dont le groupe (in) those times est complément. De même 226 peut être paraphrasé par ...than anyone else 0 she'd been friends with/she'd gone out with when she was young, où l’on retrouve des formes où le GP est complément de V.

113- Les compléments de moyen/instrument sont aussi des exemples de constituants dont la relation avec le verbe est certes plus souple que dans le cas d’un COD ou d’un COI, mais très réelle cependant : le moyen/instrument ne peut pas être indépendant de l’action qu’il sert à réaliser :

535 [what tools?] The tools 0 you changed the tire with. 150
1065 That was the song 0 they used to sing her to sleep with 301

114Les phrases citées jusqu’ici comme relevant du schéma Rel... Prép ont le relatif 0. On retrouve le même principe de lien syntaxique avec le verbe/adj ectif/nom tête du groupe verbal quand le relatif est that, dont l’alternance avec 0 a été commentée ci-dessus (et rappelons que le cas wh-... Prép ne se rencontre pas dans cette langue) : dans tous les cas de that... Prép, le groupe prépositionnel est complément du verbe de la relative, avec des groupes verbaux comme descend to sthg, account for sthg, spend money on sb/sthg, go shopping for sthg, quarrel over sthg, have an inkling of sthg, collaborate in sthg, - et l’amusant slam out of a door :

253 unaware of that dark, helpless, ...feeling °that MM’s own marriage descended to from time to time. 71
510 There was a stricken look on her face °that he couldn’t account for. 141
739 with his carful of wrongheaded gifts °that he must have spent his last penny on
909 F wore a beige, loose-waisted dress °that she and MM had gone shopping for together 255
1004 it’s like the dime-store necklace °that relatives start quarreling over after the funeral. 278
1074 There were moments -... - °that nobody else in the world had any inkling of.
1085 she imagined some deception in this scene, some lie °that she and Ira were collaborating in 306
1099 passing through the front door °that she had so often slammed out of in a huff

115Même principe, bien sûr, pour un complément de nom du COD d’un verbe :

1000 You and your famous cradle, F told J, °that you didn’t build one stick of after you promised 277

1.5.2.2. Le groupe prépositionnel est circonstanciel

116Réciproquement, quand le groupe prépositionnel est un complément circonstanciel dans la proposition relative, il n’est pas co-constituant du groupe verbal, il n’a donc aucun lien syntaxique avec le verbe/adjectif/nom du groupe verbal : dans On Sunday, III make jam, la possibilité de remplacer make jam par n’importe quel autre groupe verbal, write to my grandmother, visit Arles, have a good rest, be alone, montre que le GP et le GV sont indépendants l’un de l’autre. Dans ce cas, la préposition est liée seulement au groupe nominal qu’elle introduit, elle dépend du fait que ce complément exprime un moment, que ce moment est un jour, plutôt qu’une heure (at), ou une partie de la journée (in), ou la nuit (at/by), etc.

117Quand le relatif complément de la préposition se déplace en tête, déplacer aussi la préposition, c’est respecter ce lien syntaxique entre la préposition et son complément : le schéma privilégié pour les relatifs dans des GP circonstanciels est donc Prép+Rel... GV.

118C’est ce qui est en œuvre dans les phrases :

127 the only occasions on °which he seemed truly to be a patient. 41
GV : seemed truly to be a patient, GP circonstanciel : on such occasions
139 she concocted dialogues in °which MG confessed that he was besotted with her. 42
GV : confessed that..., GP circonstanciel : in her dialogues
818 opened a door through °which the drums and electric guitars suddenly poured in. 232
GV : poured in, GP circonstanciel : through the door

119ou encore dans des phrases avec after/during which où ces compléments sont circonstanciels de temps dans la relative :

143 and she set that aside as well, after °which she dashed off to seize 44
885 The girl bent to say something to the driver, after °which she waved and the car moved on. 246
912 inviting them to her room to admire her growing layette, after °which she might seat them 256
761 There was a moment of quiet, during °which L said 214

120Une autre application du principe « si la préposition n’est liée qu’à son complément, alors elle se déplace avec lui » se voit dans la phrase :

276 she gave MM a fond, expectant look in °which there was not the slightest suspicion that MM would let her down 75

121ici la phrase de base, simplifiée, est there was not [any suspicion] [in that look], structure en trois constituants bien connue de la construction en there is, le lien est entre in et that look, donc les deux se déplacent ensemble en tête.

122Une remarque importante s’impose ici.

123Bien qu’il y ait des formules de constructions des verbes, et des formules de constitution du groupe verbal, un groupe prépositionnel donné n’a pas de fonction dans l’abstrait, il a une fonction dans une phrase donnée, il est ou n’est pas complément du verbe dans une phrase donnée, et un même groupe prépositionnel suivant un même verbe peut avoir des fonctions différentes dans des phrases différentes (ainsi in this bed est complément de sleep dans la phrase vue plus haut, mais il serait circonstanciel dans [He practically lives in his bed,] he eats in his bed, he prepares his classes in his bed, he sleeps in his bed, etc.).

124Certaines formes de GP sont très orientées sur un type de fonction : par exemple les GP en (in)to sont presque exclusivement des compléments de verbe. D’autres connaissent une double possibilité limitée : ainsi les compléments de lieu non-directionnels sont souvent circonstanciels, mais peuvent aussi être compléments de types de verbe définis, de type stay par exemple ; les compléments de temps, le plus souvent circonstanciels, peuvent être compléments de quelques rares verbes de type last.

125Et certains semblent être par nature utilisables dans une fonction ou une autre ; c’est par exemple le cas de groupes prépositionnels en with introduisant des compléments d’accompagnement. Nous avons soutenu ailleurs qu’il y a une case syntaxique précise pour ce type de complément : entre le complément strictement régi par le verbe (listen to sb) et le complément purement circonstanciel (on Sunday, F II...) se trouve la case du complément, non du verbe, mais du groupe verbal, où l’on trouve en particulier les compléments d’accompagnement, de manière - et les compléments d’instrument/moyen déjà mentionnés. Et une hypothèse possible est que, ces compléments ayant justement certains aspects qui les rapprochent d’un complément de verbe, syntaxiquement et sémantiquement, mais aussi certains aspects qui les rapprochent d’un circonstanciel, les locuteurs les perçoivent et les traitent comme tantôt plus liés au verbe et tantôt plus liés au sujet (circonstanciels).

126C’est ainsi que nous expliquerons les traitements différents pour les exemples suivants de groupes prépositionnels en with, avec schéma Rel... V Prép dans les deux premiers exemples, et schéma Prép+Rel... V pour le troisième :

264 Man 0 Pd Most Like to Be Shipwrecked With 73
1056 He was married to my friend S °that I went to school with. 296
51 she knew from J’s dark silences, from the listlessness with °which F pushed the baby swing 18

127Il y a naturellement ici une différence de type de langue entre les deux premiers exemples et le troisième : d’un côté, le style choc de l’étiquette qu’ont donnée des écolières à un camarade beau garçon ou l’irritation d’une réplique (styles favorisant 0 qui est lié au schéma 1) ; de l’autre, description de la réflexion grave de l’héroïne sur la séparation de son fils et de sa belle-fille (style admettant mieux le wh- qui est lié au schéma 2).

128Mais il y a aussi une différence de fonction :

129- en 264, le complément ‘d’accompagnement’ with that man est perçu comme faisant partie d’un groupe verbal implicite : il ne s’agit pas vraiment de vouloir faire naufrage accompagnée ou non, il s’agit de dire “si je devais me retrouver sur une île déserte, alors j’aimerais y être en compagnie de ce garçon-là", où l’on voit réapparaître être suivi d’un attribut locatif, c’est-à-dire un constituant du groupe verbal, d’où le schéma Rel... V Prép. De même en 1056, où le groupe verbal est équivalent à knew that friend when I was at school.

130- en 51, le complément de ‘manière’ with listlessness implique Fiona was listless, c’est une description de l’état d’esprit de la belle-fille dans cette période de séparation, état d’esprit dont on peut penser qu’il ne se manifeste pas uniquement quand elle pousse la balançoire, c’est moins une manière de pousser qu’une manière d’être, c’est-à-dire qu’il n’y a pas dépendance entre l’action du groupe verbal et cette manière d’être, d’où le schéma plus caractéristique des circonstanciels, Prép+Rel... V.

1.5.2.3. Trois ‘exceptions’

131Le principe syntaxique que nous venons de détailler s’applique dans 61 des 64 exemples de relatif complément de préposition, c’est-à-dire dans 95% des cas ; cela n’exclut pas naturellement que l’on propose d’autres explications ; cette règle-ci a le mérite d’être simple et efficace. Et le fait que, pour 3 phrases sur 64, l’application du principe ne soit pas aussi évidente ne nous semble nullement gênant ou surprenant : la langue serait bien ennuyeuse à étudier (et à utiliser) si tout était toujours totalement fixé d’avance par des règles simples.

132Les exemples moins évidents sont tous trois des cas de schéma Prép+Rel... alors qu’on peut penser à un lien syntaxique entre la préposition et le verbe :

1076 They passed a house with a lighted, glassed-in porch on °which drum sets were displayed 303
368 the 8th of June, a date toward °which she moved majestically 99
534 not a sign of the gray vinyl pouch in °which he kept his tools.
149

133et il convient de remarquer tout de suite qu’ils sont tous trois dans des passages narratifs, ils ne représentent pas de la langue parlée, cf. les remarques sur le type de langue.

134- Le premier exemple :

1076 They passed a house with a lighted, glassed-in porch on °which drum sets were displayed 303

135contient le verbe display qui peut se construire avec un complément de lieu (‘exposer qqch qqpart’) - or ici la forme caractéristique des compléments de verbe, that drum sets were displayed on, n’irait pas, agrammaticale ou seulement mauvaise selon les informateurs. D’où plusieurs types de réflexion.

136L’une consiste à remarquer que ce were displayed passif statif est l’équivalent d’un groupe verbal avec un adjectif comme be visible ou une locution comme be in evidence ; si on avait ces mots-là, on penserait plus spontanément à un circonstanciel : une glose pourrait être “et sur cette terrasse, voici quelle était la situation” - l’action pourrait être tout aussi bien être people were dancing ou two girls were having a fight, donc d’autres actions dans le même lieu circonstanciel.

137Une glose avec there is est possible aussi : a porch on which there were drum sets displayed, ce qui nous ramènerait à un cas analogue à celui de 276 ci-dessus. On peut même penser que ce on which relève de la même stratégie que la forme en there is/are : le sujet de la relative, drum sets, est indéfini et totalement nouveau dans le contexte (Maggie s’est endormie dans la voiture, elle ouvre les yeux sur ce spectacle) ; il y aurait vraisemblablement emploi de l’opérateur présentatif/thématique there were dans une indépendante, et on peut penser que on which antéposé occupe la place et joue le rôle de cet opérateur.

138On peut aussi faire appel à l’idée que, quand le relatif est 0 (d’où préposition à la fin), la relative est physiquement moins signalée, plus glissée, plus naturellement enchaînée que quand on utilise la forme formellement plus ostensible et pesante en on which. Or ici, bien sûr, une forme qui glisserait rinformation de la relative comme allant de soi ne convient pas : ces tambours qui surgissent de la nuit sont le contraire de ce qui va de soi, au point que Maggie se demande si elle n’est pas encore en train de rêver.

139Et l’exemple 534 nous suggérera encore une possibilité d’explication.

140- Le deuxième exemple a ceci d’intéressant qu’il fait couple avec un autre contenant également la préposition toward où l’auteur a opté pour l’autre schéma :

368 the 8th of June, a date toward °which she moved majestically 99
238 those were the ones 0 she’d gravitated toward.
66

141Il n’est pas douteux que le groupe toward that date est un complément régi par le verbe directionnel move (comme dans le cas de gravitate) - or en 368 on a le schéma Prép+Rel. On peut donc penser que quelque chose vient ici dominer le principe syntaxique. Ce quelque chose peut être dû à la préposition elle-même, ou être de l’ordre stylistique, ou de l’ordre structurel, ou tout à la fois.

142Une première piste est donnée par le fait que les américanophones interrogés semblent avoir une certaine réticence pour une position finale de toward. Il n’est donc pas impossible que toward, sans aller jusqu’à la franche impossibilité de since ou till/until en finale, soit préférée ailleurs qu’en fin (peut-être est-elle perçue comme trop marquée, par rapport au simple to, pour être glissée en fin de groupe verbal). Dans ce cas, c’est 238, the ones 0 she’d gravitated toward, qu’il faut expliquer, ce qui peut se faire assez facilement : ici l’antécédent est the ones, or one(s) est toujours suivi de 0 quand le relatif n’est pas sujet (cf. ci-dessus) - et il ne reste plus alors qu’à mettre la préposition à la fin.

143Une autre remarque est que le verbe gravitate est seul en 238, alors qu’en 368 il y a un adverbe de poids, majestically, lui-même développé en métaphore : toward which she moved majestically, like a ship, with all her girlfriends fluttering in her wake ; d’où quasi impossibilité d’interrompre le mouvement de move majestically, like a ship, par un toward avant ou après l’adverbe ; la formule avec toward which a plus de majesté.

144Enfin on peut remarquer que l’antécédent a date est ici en apposition : a great involved wedding production scheduled for the eighth of June, a date toward which she... : le 8 juin est manifestement une date ; si l’on reprend par a date, alors il faut immédiatement préciser pourquoi on fait cette redondance, ce qui est fait en accolant toward à a date, pour poser tout de suite l’idée de point d’aboutissement. (Ce facteur d’apposition ne doit pas être pris isolément - toute apposition à l’antécédent ne déclenche pas le schéma Prép+Rel..., cf. 817 ci-dessus - mais il peut ici contribuer à une structure et un style favorisant Prép+Rel...).

145- Enfin le troisième exemple :

534 not a sign of the gray vinyl pouch in °which he kept his tools. 149

146peut être comparé au schéma régulier de :

535 What tools? - The tools 0 you changed the tire with. 150
755 that little plastic box.
The one 01 used to keep my face soap in. 213

147et, pour ce 534, nous ne voyons pas vraiment d’explication. Tout au plus peut-on remarquer que 535 et 755 sont du dialogue (favorable kO ... Prép), alors que 534 ne l’est pas. Ou encore qu’on a quelques lignes plus haut l’emploi de where dans le même contexte : 'You probably have one [lug wrench] in your trunk, ' Ira told him, where you keep your jack. '. Est-ce que, si on emploie where pour ce qui est dans le coffre de la voiture, il faut zoomer par in which pour quelque chose qui se trouve ‘à l’intérieur’ de la pochette qui est ‘dans’ le coffre ? Cela pourrait rejoindre en partie l’exemple 1076 avec display : pour celui-là aussi, les anglophones emploieraient volontiers where, si bien que ces on which et in which ne sont peut-être que des variantes plus précises de where, mises donc à la place que where occuperait.

2. Différents types de relatives

2.1. Les relatives apposées, ostensiblement appositives

148Le critère est ici, simplement et formellement, la présence d’une virgule immédiatement avant le relatif (ou, dans quelques cas, d’un point ou d’une parenthèse ouvrante), impliquant une rupture de construction :

4 she adjusted the seat, °which had been moved back for someone taller 4
403 as if he didn’t feel they would welcome him without Maggie. °Which of course was nonsense. 111
584 Then Ira (°who had asked not out of empty curiosity but as a means of 163

149Elles sont au nombre de 199 (soit 22% des relatives) et répondent clairement à l’idée d’apposition, en ce sens qu’elles viennent ajouter un commentaire à un groupe nominal dont le réfèrent est déjà repéré par ailleurs (cf. plus bas pour les antécédents “phrase", et pour quelques cas particuliers avec that).

150Elles se trouvent plutôt dans les passages narratifs, mais ce n’est qu’une tendance, on en trouve aussi dans les dialogues.

151Elles sont très systématiquement introduites par un mot en wh- (95,5% des cas, 190/199, l’exception étant quelques exemples avec that), dont la forme dépend de la nature de l’antécédent :

152- which, 83 cas :

150 Maggie opened her eyes, °which she had closed the way small children do 45

153- who, 55 cas, whom, 6 cas, whose, 7 cas :

278 Maggie, °who had never sung a solo in her life, 75
843 a child who resembled Jesse, standing with his parents, °whom she had never seen before. 235
362 Sugar, °whose fiancé was at Camp L
, said 98

154- where, 29 cas, ou when, 10 cas :

223 She played at Serena’s wedding. ° Where you and I sang 63
487 And her third birthday, °when you brought her that kitten 136

155- that, 9 cas :

1123 My plastic soapbox, Fiona told him, °that Jesse sleeps every night with. 321

2.1.1. Le relatif which

156La première distinction à faire concerne la référence du relatif. Which peut renvoyer à toute la proposition précédente (ou, plus largement à tel fait/événement de la situation), équivalent de ce que/qui, auquel cas il n’est en concurrence avec aucun autre relatif. Ou il peut renvoyer à un groupe nominal, auquel cas la question d’une éventuelle concurrence avec 0/that pourrait se poser si l’on n’était pas dans le cas de relatives apposées.

157Dans notre corpus de 83 apposées introduites par which, la distribution est :

158- antécédent phrase, 40 cas (48%),
- antécédent nominal, 43 cas (52%),

159à l’intérieur de quoi on peut relever que les exemples de which déterminant dans in which case renvoient toujours à la proposition précédente ; que les exemples de type some/neither of which renvoient toujours à un antécédent nominal ; qu’il y a quelques cas particuliers, v. ci-dessous.

2.1.1.1. Sentential relative

160Dans environ la moitié des occurrences de which précédé d’une virgule, le pronom reprend le contenu de toute la phrase qui précède, ou un état de fait qui vient d’être mentionné ; which pourrait être remplacé dans sa proposition par une nominalisation de la phrase précédente, ou une tournure avec the fact that :

593 Ira took over the business, °which wasn’t easy because 165
= It wasn’t easy for him to take over the business.
930 Fiona shrieked at this, °which so unnerved Maggie that 260
= the fact that Fiona shrieked unnerved Maggie.

161Dans ce cas de figure, which est le seul relatif possible et il est régulièrement accompagné d’une virgule.

162Une variante est le cas où une préposition se glisse entre la virgule et la relative, mais la relation entre la phrase précédente et la relative est clairement de même nature, ostensiblement appositive :

143 and she set that aside as well, after °which she dashed off 44

163On notera que ce cas-là est très limité : notre corpus n’en contient que 4 exemples, pour des circonstancielles de temps en after/during which.

164Et which est déterminant dans trois exemples avec in which case, qui reprend lui aussi la phrase précédente :

785 Or she could tell him the truth, in °which case she might set in motion 220

165Dans la majorité des cas (82%), ce which prépositionnel est sujet dans la relative, laquelle est souvent un commentaire de type which of course was nonsense/silly/just as well/nice of him, etc. (ou, avec un which objet, which she found surprising/reassuring, etc.).

166La relation n’est pas toujours aussi directe qu’une stricte reprise de la phrase précédente ; l’antécédent situationnel peut être plus diffus, vague ou généralisé (mais il s’agit toujours de la reprise d’un état de fait précédemment mentionné) ; ainsi dans certains cas, le sujet de la phrase précédente est inclus dans la reprise, dans d’autres cas, il ne l’est pas :

280 they knew all the words straight through, °which MMfound surprising 76
= their knowing the words
799 J had never been known to bear a grudge, °which was more than you could say for Ira. 227
= c’est l’idée d’absence de rancune, non précisément celle de Jesse, que
which reprend.

167Dans 3 ou 4 cas, il peut y avoir indétermination entre un antécédent prépositionnel et un antécédent strictement nominal, sans qu’il n’y ait véritablement d’ambiguïté sémantique parce que les deux interprétations se confondent :

495 make my offer, °which might just incidentally cause Fiona to reconsider a bit about Jesse. 137
= le fait de faire l’offre ou l’offre elle-même
965 D was hugging her Hutzler ’s coat box, °which caused even more trouble.
270
= le fait qu’elle se cramponne à sa boîte ou la boîte elle-même.

2.1.1.2. Antécédent nominal

168Dans l’autre moitié des occurrences de which précédé d’une virgule, le relatif suit un antécédent nominal (non-humain) :

314 She passed through the living room, °which was filled with heavy furniture 85

169Dans la mesure où nous serons amenés à nous demander si certaines relatives non précédées de virgule ne représentent pas parfois aussi une relative de type appositif, il peut être intéressant d’étudier la référence et la détermination de l’antécédent pour ces relatives-ci où l’auteur a clairement opté pour la virgule.

170Tous les antécédents ont un réfèrent parfaitement repéré. La détermination est spécifique définie dans 87% des cas, ce qui est signalé :

171- par l’article the à justification indépendante de la relative (42%) :

4 she ajusted the seat [de sa voiture], °which had been moved back 4
432 none of this was apparent from the
movie [qu’ils regardaient], °which was finished anyhow 122
981 to admire the horses
[ceux du champ de courses], °which were just assembling

172- par un possessif (38%) :

124 She liked his stiff turns of speech, °which gave her the feeling 40
150 Maggie opened her eyes, °which she had closed 45

173Dans les 5 cas où l’article indéfini est employé, la détermination est indéfinie mais spécifique dans le contexte, et la relative n’est pas de nature à préciser la référence de l’antécédent :

685 She had just let go of a yellow Frisbee, °which sailed shuddering toward 189
531 he plucked at the corner of a graying quilt, °which didn’t budge. 149
1149 Objects freely given up, °which later she wished back again.
327

174dans ces trois cas, la relative indique une suite/conséquence de la principale : parce qu’elle avait lancé le Frisbee, alors celui-ci... ; en dépit du fait qu’il tirait sur la couverture, celle-ci... ; ayant donné les objets, alors elle les regrettait.

360 Her birthday fell on a Thursday, °which was choir practice night. 97
126 [You had to know the man to know what the word concealed :] a morbid, obsessive dread of fire, °which had taken root with that small blaze 41

175en 360, il ne s’agit pas de déterminer un jeudi parmi les autres, mais la relative au contraire généralise à l’ensemble des jeudis ; en 126, l’origine de la peur n’est pas donnée comme particularisante, mais bien comme un ajout, les éléments particularisants étant morbid, obsessive, et le fait qu’il s’agit d’une propriété de l’homme en question.

176Pour ces which à antécédent nominal, ici aussi which est le plus souvent sujet de sa proposition (77% contre 33% objet), et la relative apporte un élément de description sur l’état du réfèrent (the ground, which was littered with... ; her upper arms, which were splotchy and doughy ; the wall calendar, which still showed...).

2.1.1.3. Quelques apposées en that

177Les apposées en which respectent l’impossibilité de 0 dans les appositions (nous n’avons aucun exemple de 0 après virgule, quelle que soit la fonction du relatif dans sa proposition), mais elles relèvent d’un principe différent de celui des non-apposées en ce qui concerne which vs that.

178- Dans les non-apposées, nous l’avons vu, le principe quasi universel est « si 0 impossible, alors on a that pour antécédent non-humain et who pour antécédent humain » ; ainsi which n’y est pratiquement pas utilisé (quelques rares cas après préposition).

179- Dans les apposées, le relatif adopté en cas d’antécédent non-humain est which dans 90% des cas.

180Si l’on pose cette distribution en règle, « dans les apposées, le relatif est en wh-, avec alternance who/which selon le caractère humain/non-humain de l’antécédent », c’est alors vers les quelques exemples avec that qu’il faut se tourner pour essayer d’analyser la non-application de cette règle.

181Ces 9 exemples avec that semblent se répartir en trois catégories.

182- les interventions de Fiona :

1000 You and your famous cradle, Fiona told Jesse, °that you didn 't build one stick of after you promised
1123 My plastic soapbox, Fiona told him, °that Jesse sleeps every night with 321

183elles seraient sans doute à considérer comme des confirmations a contrario de la règle demandant l’emploi de which : Fiona est la très jeune belle-fille sans instruction, à laquelle la belle-mère (et l’auteur) donne une langue un peu limite ; si l’emploi de that dans les apposées est peu correct, il est normal de le trouver dans la bouche de Fiona. (À noter par ailleurs que ces deux exemples présentent plusieurs particularités : interruption par l’incise, forme rappelant une pseudo dislocation à gauche, etc.).

184- les cas de deux relatives en succession :

693 a gesture that exposed the ... inner surface of her wrist, °that made her seem distracted, at a loss 194
696 that rose-colored shadow that seemed to be so popular lately, °that made women look as if 194
732 the pearly pink that had always seemed her special color, °that could bring her instantly to mind 208
1047 threads of gray that she had never noticed before, °that pierced her heart in a way that 290
1153 one of those dresses that go anywhere, °that feel right for every occasion 328
1144 The sweater 0 his mother had knit him just before she died, °that he had left on a bus in 4th grade 326

185dans ces six exemples, la première relative est non-apposée, elle donc est très régulièrement introduite par that (ou 0), et on peut penser que la seconde relative a that aussi par écho, par parallélisme, pour ne pas faire de rupture. À noter que la relation entre les deux relatives, ou entre la seconde relative et l’antécédent, est assez variable. En 1153, comme en 732, la seconde est une forme de répétition-explicitation de la première, l’une quelconque des deux suffirait sans l’autre. Au contraire, en 693, les deux relatives ne sont pas sur le même plan : la première définit le geste, puis c’est sur ce geste ainsi défini que la seconde apporte un commentaire ; de même en 696, la seconde est un commentaire sur l’élément défini par la première. Et l’acceptabilité du remplacement par which est variable aussi.

186Est-ce à la succession de deux relatives qu’il faut attribuer cet emploi particulier de that ? C’est un peu tentant, il faut bien l’admettre, quand on constate simultanément que 6 de nos 7 that problématiques ont deux relatives et que le cas inverse, which après that, ne figure dans notre corpus qu’une fois (où il peut d’ailleurs s’interpréter autrement). Mais ce n’est pas sûr : une règle de type « si un même GN a deux relatives, alors la seconde est en that » - qui est mentionnée par ci par là dans la littérature - ne se justifie pas sous cette forme non qualifiée (notre corpus contient des exemples de wh- + wh- et de that/0 + wh-), mais les conditions qui qualifieraient son application ne sont pas claires dans l’état actuel des connaissances.

187- enfin reste le dernier exemple :

159 He had Ira ’s craggy face and Ira 's dignity, his aloofness, °that could still exert a physical pull on her 47

188pour lequel nous ne voyons aucune donnée contextuelle permettant de l’expliquer : on remarque l’apposition, his aloofness ; le caractère très défini de l’antécédent ; le contenu « commentaire général/affectif » de la relative ; le fait que cette attirance qu’elle ressent est précisément ce qui est pertinent ici. Mais tous ces éléments se retrouvent aussi dans des exemples avec which. Et la consultation des locuteurs natifs ne dégage pas d’opinion majoritaire sur l’acceptabilité de which à la place de ce that : les jugements vont de « mieux » à « moins bien » en passant par « tout aussi bien » ; quel que soit le jugement sur l’acceptabilité, aucun ne voit de différence sémantique ou pragmatique entre which et that pour cet exemple (les explications données sont des généralités de type « on emploie plutôt which après une virgule » ou « which et that ont toujours le même sens », etc.).

2.1.2. Le relatif who[m]

189Nous avons 55 exemples de who, 6 exemples de whom, 7 exemples de whose.

190Leur emploi prête à peu de commentaires puisque seul ce relatif est possible pour des apposées sur antécédent humain : 0 est exclu, et A. Tyler n’emploie jamais that pour un antécédent humain. La distinction traditionnelle est opérée entre animaux familiers, tirés du côté de l’humain, repris par who, et animaux non familiers, tirés du côté des non-humains, repris par which :

1154 she would like that funny little kitten, Thistledown, °who’d been Ira's very first present 328
981 to admire the horses, °which were just assembling at the starting gate 272

191La distinction entre la forme sujet who et la forme non-sujet whom est strictement observée : dans les 55 exemples de who, le relatif est sujet ; dans les 6 cas où le relatif est complément dans sa proposition, la forme est whom :

154 Bertha, °who was overweight, snorted and thudded beside her 45
203 and Jo Ann D and Nat A, °whom she finally did end up marrying, you’ll be interested to hear 59

192Les antécédents sont massivement (80%) des noms propres ou les noms de parents des personnages :

361 Old Mrs B, °who really should have retired years before 97
341 Her mother, °who had taught English before she married, filled out all the application forms.
93

193et il y a quelques exemples d’antécédent avec the à référence définie par ailleurs dans le contexte :

384 He must have bought it from the street vendor, °who had only that morning 104
= le marchand habituel à cet endroit-là
976 Because of the baby, °who was teething or something 271

194Cinq antécédents ne sont pas de type défini :

267 No one bumbling and well-meaning and sentimental, °who would force her to play the heavy 73

195où l’apposée développe les conséquences, pour la femme concernée, du caractère bumbling ... sentimental (Cet exemple est intéressant parce qu’on dit souvent que les appositives sont peu compatibles avec un antécédent à référence indéterminée, avec any/no, etc., mais on voit ici que no one se décompose en not somebody who would be, et, l’existence de l’individu étant posée, l’apposition devient alors possible).

831 a following of a whole new type of girl, crispier and flashier, °who didn’t bother making up to her 233

196où l’apposée développe en quoi, entre autres, ce nouveau lot se distinguait du précédent.

890 she glanced up to see F and a slightly older girl, °who must have been her sister. 246

197où l’apposée représente la déduction que fait Maggie : celle-ci savait que la sœur pourrait être là, mais comme elle ne l’avait jamais vue, la formule to see F and her sister conviendrait moins bien que la transcription de la perception et de la réflexion.

198Le déterminant whose est employé 7 fois, avec un antécédent très ciblé : humain, nom propre ou de parenté :

623 Dorrie, °whose left leg had been partially paralyzed 171

199Cette distribution est beaucoup plus limitée que dans les déterminantes, où les antécédents de whose peuvent être un nom propre ou un nom commun, défini ou indéfini, humain ou non-humain.

2.1.3. Les relatifs when et where

200Les propositions en when et where ont une caractéristique que n’ont pas celles qui sont introduites par 0, that, who, etc., en ce sens que, pour les propositions en when ou where, en plus de la fonction de modificateur d’un antécédent, il existe une autre case structurelle, à savoir celle des circonstancielles de temps et lieu (il n’est d’ailleurs pas impossible de considérer celles-ci comme étant toujours des relatives à antécédent incorporé [at the moment] when, [at the place] where). Ce qui a pour résultat qu’une proposition en when suivant un complément de temps pourrait être une relative apposée à cet antécédent, ou bien un second complément de temps, apposé au premier (ainsi dans I’ll phone her tonight, after dinner, il y a deux circonstanciels juxtaposés, et il en serait de même pour I’ll phone her tonight, when we’ve had dinner).

201Ainsi pour where, la co-référence spatiale entre la proposition en where et ce qui la précède peut être plus ou moins étroite. L’antécédent peut désigner un lieu précis, avec where signifiant effectivement in that place :

12 So you started out on Empry Street. - Hmm? - Yes, Empry Street. °Where the body shop is. 8
528 You probably have one in your trunk.
°Where you keep your jack. 148

202mais, dans beaucoup d’autres cas, la paraphrase avec in/on which n’irait pas parce que trop pointue ; ainsi le lieu peut être une surface :

1012 the keys were on top of the bookcase just inside the door, °where the family always left keys 282

203un volume, précis ou global :

1162 She stowed the containers at the front of the refrigerator, °where Ira couldn’t overlook them 329
904 he’d have taken them to the basement, °where Ira kept his tools. 253 386 toward the rear, °where the men sat 104
101 She passed the first of the houses, °where weedy flowers waved along the edge of the front yard 35

204ou une zone trop large :

74 It’s in Pennsylvania, Maggie. °Where Highway Ten leads off to the north. 27

205ou une cérémonie, un style, etc. :

223 She played at S’s wedding. °Where you and I sang ‘Love is... ’ 63
263 the same fifties crooner style, °where the voice breaks with feeling.
72

206Remarquons que, dans ces apposées, where n’est en concurrence avec aucun autre relatif : les formes de type in which, at which, on which, ne sont pas employées du tout pour les apposées dans notre corpus (ni la forme Rel... Prép), alors qu’elles peuvent l’être dans les non-apposées - ce qui pourrait être une indication que certaines de ces apposées en where sont moins liées au groupe qui les précède.

207La même remarque peut être faite pour when dans sa relation avec la référence de l’antécédent : cette relation peut être directe et précise, c’est-à-dire que la relative apporte un commentaire portant directement sur le moment précis désigné par l’antécédent, comme dans :

487 And her third birthday, °when you brought her that kitten 136
= le don a eu lieu à un moment précis, défini par l’antécédent

208ou bien elle peut être comme médiatisée par un at a time/moment when implicite, un peu comme s’il s’agissait de deux choses/états qui coïncident dans le temps plutôt que d’un seul et même moment ; ainsi dans :

138 This was during a very unsatisfactory period in her life, °when Jesse was turning adolescent and negative and Maggie seemed to be going through a quarrelsome spell with Ira. 42

209les démêlés avec le fils et les querelles avec le mari sont récurrents dans la vie de Maggie, et cette vie, comme toutes, a sans doute connu plusieurs périodes plus ou moins satisfaisantes, si bien qu’on serait tenté de relayer la coïncidence temporelle entre la période et les difficultés par un « à un moment où » plutôt qu’un « quand » direct.

210Les interprétations ne sont pas toujours très tranchées mais on peut apercevoir des différences dans les rôles respectifs de l’antécédent et de la proposition en when. Parfois, c’est l’antécédent qui est l’élément essentiel, ce dont on parle, et la relative n’est qu’un commentaire sur ce moment. Dans d’autres cas, c’est la circonstance décrite par la proposition en when qui est l’élément essentiel, ce qui précède n’étant qu’une localisation introductive par des termes comme at the beginning, in the early days, etc.

666 ending with that last awful time, °when Leroy had twisted in her stroller and called ‘Mom-Mom? ’ 186

211c’est ce qui suit when qui est informatif, c’est quand Leroy a appelé son autre grand-mère Mom-Mom que Maggie a mis fin à ses visites ; l’antécédent last time, lui, est peu intéressant puisque tautologique avec ending with.

2.2. Les relatives non apposées

212Le problème est le suivant. Soit deux phrases comme, par exemple :

156 the staff was dragging forth the objects °that didn ’t belong in the rooms. 46
657 her skimpy haircut and her chapped lips and her thin face °that was so homely and so sweet 181

213Une option consiste à retenir en premier lieu le fait qu’elles ont en commun de n’être pas apposées, de ne pas impliquer de rupture de construction par rapport à l’antécédent ; on pourra alors les appeler « déterminatives » ou « restrictives », puis commenter ensuite que, dans ces restrictives, les relations entre la relative et l’antécédent sont variées : en 156 la relative dit à quels objets le nom objects réfère ; en 657 la relative ne dit pas à quel visage le nom face réfère (c’est her qui le fait).

214Une autre option consiste à retenir en premier lieu le fait que la relation sémantico-syntaxique entre relative et antécédent est si radicalement différente dans ces deux phrases qu’il y a matière à distinguer des types différents (comme on distingue les constituants que sont deux groupes prépositionnels dont l’un est complément de nom et l’autre circonstanciel).

215La première évite les douloureux problèmes de classement, puisque l’idée de « relations variées » permet de rester dans le vague. Mais cet avantage est, précisément, à nos yeux, un défaut. D’autre part, les termes de « déterminative » ou « restrictive » n’y ont à proprement parler aucun sens, puisqu’on les applique ainsi à des cas où, comme en 657, la relative ne détermine pas et ne réduit pas. Et on ne voit pas de terme significatif susceptible de convenir mieux (« non-apposée » est trop négatif, pourquoi définir la grande majorité des relatives - 78% dans notre corpus - par l’absence d’une caractéristique?). Cette difficulté à trouver un terme significatif pour cet ensemble nous conduit à nous demander s’il est bien justifié d’y voir un ensemble.

216L’examen cursif de nos 698 relatives non apposées permettant de voir qu’en effet les relations entre relative et antécédent présentent de grandes variations, nous avons préféré ici adopter la seconde option, pour essayer d’éclaircir la question.

217Nous commencerons par distinguer les déterminantes, qui constituent la grosse masse, et les autres.

2.3. Les relatives déterminantes

218Leur définition est simple : dans la suite N Rel, la relative est le moyen d’identifier de quel N le locuteur parle (elle joue le même rôle qu’un this ou that de monstration, ou un possessif devant mother par exemple).

219Il existe un critère syntaxique très clair : si l’interlocuteur peut questionner la référence par un déterminant interrogatif, Which/What N?, et si le locuteur peut répondre par la relative, The one(s) Rel, alors on peut considérer que la relative répond à la demande du déterminant, qu’elle est donc une forme de déterminant, nous l’appelons déterminante. Ce test distingue le cas de 156 (la séquence - Which objects? - The ones that didn’t belong in the rooms, est possible : la relative est déterminante) du cas de 657 (à la question Which face?, elle-même peu naturelle dans le contexte, la réponse adéquate est Her s, ce n’est pas The one that was so homely : la relative n’est pas déterminante). Une de nos phrases exploite explicitement le mécanisme :

535 What tools? - The tools 0 you changed the tire with.

220Ce test est clair, mais il se heurte à des limites : les noms de type continu se prêtent mal au questionnement par un déterminant isolateur comme which/what ; la présence d’adjectifs devant le nom antécédent peut compliquer les choses ; dans certains contextes, le déterminant what est plus naturel que which, mais il fait penser à what kind of TV, or là, on pourrait bien basculer hors de la stricte identification du réfèrent.

221Nous l’avons donc complété par deux considérations, plus arbitraires.

222- si, dans une phrase donnée, des éléments extérieurs à la relative identifient le réfèrent de l’antécédent, alors nous considérons que ce réfèrent est identifié par autre chose que la relative, et donc qu’elle n’est pas une déterminante. Il en est ainsi, entre autres, pour les parties du corps, les vêtements portés, etc. :

173 she wore a black shawl °that completely enveloped her. 52
= le réfèrent de shawl est identifié en dehors de la relative, par she wore : le châle qu’elle portait.

223- si, dans une phrase donnée, une paraphrase par a N such that Rel est plus naturelle que the one Rel, alors nous dirons que la relative concerne l’attribution d’une propriété plutôt que l’identification par un trait distinctif, et donc qu’elle n’est pas une déterminante. Il en est ainsi, entre autres, dans des cas comme :

603 collecting strays °who stuck to her like lint 167
= la relative qualifie ces paumés qu’elle collectionne, elle n’en identifie pas le réfèrent.

224L’examen des relatives non apposées dans le corpus, systématiquement soumises aux tests ainsi définis, fait apparaître un ensemble de 566 déterminantes sur 698 non apposées (soit 81% des non apposées) et sur 897 relatives en tout (soit 63% de toutes les relatives).

225Ces déterminantes se distribuent de la manière suivante en fonction du relatif.

226- les relatives en 0 sont presque exclusivement déterminantes, 98%, 362/369, que l’antécédent soit défini, indéfini ou démonstratif :

545 he remembered all the strays 0 she had welcomed over the years 153
= which strays? the ones she had welcomed
318 assembling a composite portrait of some couple 0 they both knew 86
= which couple? one they both knew
197 It was like that trick 0 we used to try as children 58.
= which trick? that one we used to try as children

227- les relatives en wh- peuvent être déterminantes, 59% des cas, ou non, 41%. Mais là, le caractère défini ou indéfini du déterminant de l’antécédent entre fortement enjeu : pour les déterminantes, l’antécédent a un déterminant défini ou démonstratif dans la majorité des cas (65%, 51/78) ; pour les non déterminantes, l’antécédent a un déterminant indéfini dans la majorité des cas (54%, 29/54).

1180 I couldn ’t stand the people °who were eating there 334
déterminant défini, relative déterminante
246 bending over two women °who could only be the Barley twins 69
déterminant indéfini, relative non déterminante.

228- les relatives en that ont une répartition analogue à celles en wh- ; elles sont assez volontiers déterminantes, 64%, mais elles peuvent aussi ne pas l’être, 36%. Et il y a également une relation avec le caractère défini/indéfini du déterminant de l’antécédent, mais elle est moins nette que pour w/z-, et porte surtout sur l’indéfini : pour les déterminantes, le déterminant est défini ou démonstratif dans 52% des cas (65/126) ; pour les non déterminantes, le déterminant est indéfini dans 73% des cas (52/71).

258 behind one of the two complacent stone lions °that guarded the front walk 72
déterminant défini, relative déterminante
684 there stood a wiry little girl with white blond hair °that stopped short squarely at her jawline 189
déterminant indéfini, relative non déterminante.

229Récapitulons ce que signifient ces statistiques :

2301. Les déterminantes représentent 81% des relatives non apposées, et 63% de toutes nos relatives. Ainsi la détermination du réfèrent de l’antécédent est la fonction dominante dans l’emploi des relatives. À première vue, on peut être frappé par la diversité des relations que la relative peut entretenir avec son antécédent, on peut remarquer le rôle de « commentaire ajouté secondairement » (les apposées, ci-dessus) ou le rôle de « commentaire essentiel au récit », les qualifiantes, ci-dessous), etc., mais ces relations autres, pour intéressantes qu’elles soient, doivent être remises à leur place : elles représentent des utilisations minoritaires de la structure relative, laquelle sert, majoritairement, non pas à commenter ou qualifier, mais à identifier le réfèrent de l’antécédent.

2312. Il y a une corrélation entre le caractère défini ou non du déterminant de l’antécédent et la fonction déterminante ou non d’une relative non apposée : dans les non apposées en that ou w/z-, les déterminantes représentent 62%, qui ne sont pas répartis également sur les antécédents définis et les antécédents indéfinis : quand l’antécédent est à déterminant défini, la relative est déterminante dans 72% des cas, et non-déterminante dans 28% des cas ; quand l’antécédent est à déterminant indéfini, la relative est déterminante dans 52% des cas, et non-déterminante dans 48% des cas. Ainsi la présence d’un déterminant défini est fortement conditionné par la présence d’une relative déterminante. Pour le déterminant indéfini, le pourcentage de non-déterminantes est presque le double de ce qu’il est pour le défini.

2323. La fréquence de la déterminante varie selon le relatif introducteur : toutes les relatives en 0 sont déterminantes (à 2% près), tandis que seulement 60% des relatives en that/wh- le sont.

233À première vue, cette très grande affinité 0 - déterminante pourrait paraître « logique » : un déterminant n’entre pas dans le système de la subordination, il est l’ accompagnateur direct, le co-constituant par excellence du nom dans le groupe nominal, et on pourrait penser que le relatif 0, marque minimale, est tout désigné pour signaler cette relation directe, en escamotant la marque de subordination. C’est cette idée que l’on retrouve, sous une forme ou sous une autre, dans certaines descriptions énonciativistes, « Pénonciateur choisit 0 pour signaler qu’il voit une très grande cohésion antécédent-relative, une relation serrée, etc. ».

234Mais, dans notre corpus d’américain, de telles considérations n’ont pas lieu d’être ; le choix entre 0, that et who/which ne relève pas d’une quelconque stratégie de Pénonciateur : dans les relatives non apposées, la forme est strictement déterminée par la fonction du relatif dans sa proposition ; s’il est complément, la forme est 0 ; s’il est sujet, la forme est that pour un non-humain, who pour un humain (et les rares occurrences de which sont pour la fonction complément suivant une préposition).

235Si bien que c’est de la fonction du relatif qu’il faut rapprocher la fréquence des déterminantes : le nombre des déterminantes où le relatif est complément est le double de celles où le relatif est sujet (64% vs 30%). Ainsi on trouve :

355 Pretty soon the only people 0 she saw regularly were 96
763 He was just the boy 01 was crazy about and followed 214
9411 don’t understand a single word 0 she’s saying 264
1042 How could Fiona summon the constant vigilance 0 that child required? 
288

236où le relatif est complément dans la relative, plutôt que des phrases correspondantes où il serait sujet :

Pretty soon the only people who met her regularly
He was just the boy who had swept me off my feet
I don’t understand a single word that’s being said
How could Fiona summon the constant vigilance that was required for the child?

237Phénomène pour lequel on pourrait avancer une hypothèse. Nos deux groupes d’exemples mettent en évidence que, lorsque le relatif est sujet de sa proposition, forcément celle-ci n’a pas d’autre sujet, tandis que, lorsqu’il est complément, la relative a par ailleurs un sujet ; c’est un peu comme si, dans les formules en 0, il y avait un sujet ‘en plus’. Et on remarque que, dans ces exemples avec 0, ce sujet est humain (she, I, she, the child), et le réfèrent est un des protagonistes de l’histoire ; cette caractéristique du sujet n’est pas une nécessité (il y a aussi quelques exemples de type she would open the largest account 0 the check would safely cover), mais elle est, de loin, la plus fréquente : dans la très grande majorité de nos 369 relatives en 0, le sujet de la relative désigne un humain protagoniste de l’histoire.

238L’hypothèse qu’on pourrait avancer est la suivante. L’univers d’un roman est fait des protagonistes, le roman ne parle que d’eux, ce sont eux qui font les actions décrites, eux qui éprouvent les sentiments décrits, eux qui possèdent ou utilisent les objets mentionnés, eux qui visitent ou habitent les lieux mentionnés, etc. - bref, ils sont les actants, les repères, les sources de tout (des personnes/objets/lieux qui ne les concerneraient en rien seraient incongrus dans le récit). La cohésion narrative (la ‘grammaire du texte’) implique donc que tout soit repéré par rapport à eux, et donc qu’on mentionne constamment ces personnages dans la position régulière pour le thème/actant, à savoir la position sujet : dans l’univers du roman, les objets sont identifiés par ce que les personnages en font (le relatif est complément), plutôt que par ce qu’eux-mêmes sont (le relatif est sujet).

239Ainsi Ira répond à Maggie :

77 Just candy bars. Stuff 0 you don’t like. 27
plutôt que :
Just candy bars. Stuff that’s no use/good.

240parce que sa formule place le sujet you dans la relative, c’est-à-dire inclut Maggie dans le dialogue, définit les friandises par rapport à elle, tandis que la seconde formule, sans sujet you, présenterait une propriété intrinsèque des friandises, comme extérieure à Maggie et Ira.

241De même pour :

320 he wanted it to be like those Swiss candies 0 they Jill with liqueurs 86
plutôt que :
he wanted it to be like those Swiss candies that are filled with liqueurs 86

242bien que le réfèrent du sujet they soit vague et non identifié, non porteur d’information, il désigne quand même des humains qui agissent sur les bonbons, préférable à la seconde formule qui ferait de la présence de liqueurs une propriété intrinsèque des bonbons, comme extérieure à l’activité humaine.

243Et cette même opposition sujet-protagoniste-identifiant vs objet-identifié peut être exploitée aussi pour un antécédent humain :

221 she was alert to the people 0 she passed 63
545 He remembered all the strays 0 she’d welcome over the years 153
145 Tillie was the one 0 Maggie had just stashed in room 202. 44
236 the boys 0 she went out with were never the sultry type 66

244etc. ; dans tous ces cas, les référents pourraient être identifiés par une relative où le relatif serait sujet {she was alert to the people who sat in the pews, all the strays who’d come to their house, etc.), mais a été préférée ici la forme où les référents des antécédents sont présentés comme les objets de l’action de Maggie, l’identification se faisant par l’action de Maggie sur eux.

245Notre objectif n’étant pas de démontrer cette hypothèse, ni de la généraliser aux univers mentaux et comportements humains, nous nous bornons à constater que, dans la très grande majorité des déterminantes, l’identification du réfèrent de l’antécédent se fait par une proposition ayant un sujet humain dont l’action porte sur ce réfèrent ; et réciproquement : quand la relative ne sert pas à identifier le réfèrent, quand elle est un commentaire ajouté sur le réfèrent identifié (relative apposée), alors cette opposition sujet/objet disparaît : dans un grand nombre d’apposées, la relative a pour sujet le relatif, c’est-à-dire décrit une propriété du réfèrent (la relation aux protagonistes ayant été faite dans la principale).

2.4. Les relatives qualifiantes

246Nous regroupons sous ce nom les relatives qui, tout en n’étant pas apposées, ne sont pas déterminantes et ne répondent pas aux critères précédemment exposés. Elles présentent des variétés dans leur relation avec l’antécédent, mais on peut voir un fil conducteur dans ces rôles : elles « qualifient » le réfèrent de l’antécédent en ce sens qu’elles justifient qu’on parle de lui, elles signalent en quoi il intervient dans la situation, la propriété du réfèrent qu’elles décrivent est nécessaire à la compréhension du rôle de cet élément dans la situation, qui, sans cette propriété, n’aurait pas de raison d’être mentionné :

665 a bright baby face as round as a penny, eyes °that widened with enthusiasm whenever 185

247la relative n’est pas déterminante (les yeux sont déjà identifiés comme étant ceux du bébé), elle n’est pas une apposition, commentaire secondairement ajouté (si c’était le cas, la principale nous informerait que le bébé a des yeux, ce qui ne serait pas une information), elle est « qualifiante » en ce sens qu’elle est la raison d’être de la mention de ces yeux-là, de la même manière que la suite, dimpled fists revving up at the sight of her, est la raison d’être de la mention des poings : nous signaler que ce bébé a un visage, des yeux et des poings n’aurait pas d’intérêt, mais nous dire que ces éléments avaient certaines qualités justifie qu’on en parle.

248Elles sont au nombre de 132 (soit 19% des non apposées et 15% de toutes les relatives, pourcentages qui, sans être élevés, ne sont pas négligeables).

249Elles sont introduites par that et par wh- (94%, l’exception étant quelques exemples avec 0), sur lesquels elles se répartissent, that 55%, wh- 45%, en fonction des règles who/that pour sujet humain/non-humain, etc.

250Elles sont plus fréquentes avec un déterminant indéfini dans l’antécédent (66% contre 34% défini ou démonstratif).

2.4.1. L’antécédent est défini

2.4.1.1. L’antécédent est un nom propre

251Un premier groupe attire immédiatement l’attention par une caractéristique : l’antécédent est un nom propre (ou un terme de parenté à réfèrent unique signalé par un possessif), c’est-à-dire que le réfèrent est auto-référé ; de tels antécédents sont typiques des apposées (qui apportent un commentaire ajouté secondairement à propos du réfèrent), mais ici, la relative n’a pas la ponctuation d’une apposée. En voici quelques exemples :

413 you ’re holding your reception in the Angels of Charity building °which is so damn far away 114
240 Love is... it’s the April rose °that only grows in the – 66
659 even the memory of his poor mother °who had always been so pretty and never realized it 181
605 she bought a little red wagon for her nephew °whose birthday it was tomorrow
1056 He was married to my friend S °that I went to school with. 296
634 If you’d stayed home with Aunt D °where you belong, none of this 174
179 like when a neighbor comes dragging your dog °who’s dripping garbage from every whisker 54
546 He remembered all the strays she had welcomed over the years - her brother °who spent a winter on their couch 153
116 They were discussing someone named Doug °who had come out all over in swelters. 38
560 This totally bland neighbor named MS °who looks like a salesman of something 158

252On parle souvent, pour ce genre de cas, d’apposée ou appositive sans virgule, en mettant l’absence de virgule sur le compte de l’écriture moins soutenue, dudésintérêt croissant pour la ponctuation, du style (moderne, jeune, journalistique, américain, etc.).

253Nous allons développer ici une autre interprétation, qui s’appuie sur le fait que l’écriture de A. Tyler frappe comme extrêmement précise : on ne relève aucune faute d’impression, aucune petite inattention, menue incohérence ou contradiction, aucune tournure approximative ou relâchée (sauf intention), tous les termes, les idées et les structures donnent l’impression d’être choisis de façon très délibérée, - et il ne paraîtrait pas conforme à ces observations de dire que, dans la vingtaine d’exemples de ce type, A. Tyler a oublié/négligé la ponctuation.

254Nous aimerions développer l’idée qu’une telle construction ne relève pas de la négligence dans la ponctuation, et a une réelle raison d’être.

255Une relative de ce type nous paraît résulter d’un ‘téléscopage’, du désir de dire deux choses à la fois, qu’on ne veut pas hiérarchiser comme le ferait une construction avec une apposée, et qu’on ne veut pas coordonner parce qu’alors les deux termes seraient distincts. Prenons par exemple la première phrase :

413 you’re holding your reception in the Angels of Charity building °which is so damn far away 114

256mère s’adressant à sa fille en se rendant au mariage de la fille. La relative ne détermine pas le réfèrent de l’antécédent, qui est connu ; elle n’est pas une apposition non plus (la mère n’est pas en train d’informer la fille du lieu de la cérémonie, c’est la fille qui l’a choisi). La mère veut dire deux choses : ‘je te reproche d’avoir choisi cet endroit’ ET ‘je te reproche d’avoir choisi un lieu trop difficile à trouver’ ; la formule pourrait tout aussi bien être I can’t imagine why you ’re holding your reception in a place that is so far away, mais puisque que le lieu a un nom connu, la mère désigne le lieu par son nom, d’où cette forme particulière, qui représente la réunion de deux propositions qui seraient plutôt de type coordonnées, mais qui ne peuvent pas être exprimées par des coordonnées, parce que chaque coordonnée garde toujours une certaine individualité, or c’est seulement ensemble, simultanément, que les éléments the Angels of Charity building et so far away sont l’objet du discours.

257Le même genre d’analyse peut être fait pour les autres exemples :

659 [the true waste was not his having to support these people but his failure to notice how he loved them. He loved even his ...father, ] even the memory of his poor mother °who had always been so pretty and never realized it because anytime she approached a mirror she had her mouth drawn up lopsided with shyness. 181

258s’il s’agissait d’une apposée (avec ou sans virgule), le message principal consisterait à se dire qu’il aimait sa mère ; or ce n’est pas seulement cela qu’Ira est en train de penser - sinon even ne se comprendrait pas. C’est un ensemble d’images qui se présentent à son esprit, sa mère, et le fait qu’elle était jolie, et le fait qu’elle ne le savait pas, et cette timidité qui déformait ses traits quand elle se regardait dans la glace ; c’est tout à la fois qui se présente à son esprit, tout à la fois qu’il inclut dans son émotion - et tout à la fois qu’il dit dans cette construction téléscopée.

259Même chose pour :

116 They were discussing someone named Doug °who had come out all over in swelters. 38

260[en approchant d’un magasin, Maggie passe à côté de deux hommes qui se parlent et se demande ce que swelter veut dire]. Ils parlaient d’un certain Doug ET ils parlaient de quelqu’un qui avait eu un accès de bouffées de chaleur ; l’une après l’autre et individuellement, des coordonnées classiques ne correspondent pas bien à ce qui retient au passage l’attention de Maggie : elle n’a aucune raison de s’intéresser au fait que deux inconnus mentionnent un dénommé Doug ; elle remarque ce terme inconnu de swelters, mais en même temps eux parlent de Doug, ce sont les deux informations à la fois qu’elle entend, d’où cette construction ramassée simultanée.

261Même chose pour :

605 she bought a little red wagon for her nephew °whose birthday it was tomorrow

262le cadeau est pour un anniversaire ET le cadeau est pour le neveu ; faire de la relative une apposée serait poser une rupture de construction qui isolerait et privilégierait une des deux propositions : elle n’achète pas un cadeau à son neveu, elle achète un cadeau pour l’anniversaire de son neveu.

263C’est pour ces raisons que nous considérons qu’il s’agit d’un type spécifique de construction : la relative ne joue pas le rôle d’un déterminant, elle n’est pas non plus un commentaire secondaire détaché de l’antécédent, et elle n’est pas vaguement intermédiaire dans un continuum. Elle a son rôle propre, elle est qualifiante en ce sens qu’elle est la raison d’être de la mention de l’antécédent, elle le qualifie comme objet de discours ; sans elle, il ne serait pas qualifié comme objet de discours dans le contexte. If anything, c’est l’antécédent qui peut parfois être secondaire ou apposé (ainsi en 560 This totally bland neighbor °who looks like a salesman of something - his name’s MS ; ou en 240 Love is ... the rose °that only grows in the ... - namely the April rose). Mais il n’y a aucune raison de poser une hiérarchie là où le locuteur n’en met pas : le locuteur veut dire les deux choses à la fois, et il le fait.

2.4.1.2. Le réfèrent est déjà identifié dans le contexte

264Analogue à ce premier lot d’exemples, où le réfèrent de l’antécédent est auto-référé (par son nom propre ou sa relation de parenté), en est un second où le réfèrent est aussi déjà identifié dans le contexte, ce qui se marque par un article défini situationnel, ou un possessif.

924 she put on the hooded windbreaker °that didn’t button over her stomach anymore 258
567 coil the air hose °that had been hissing on the concrete all this time 159
669 she had mourned the silencing of the steady, faithful whir °that used to thrum the floorboards. 186
1160 Also, her clear brown bead necklace °that looked something like dark amber.
1082 the standard brands and then the fancy, foreign-sounding brands °that Ira called “designer desserts".
1107 in that silly shag haircut with the tail down the back of his neck °that I was always dying to chop off.
1099 passing through the front door °that she had so often slammed out of in a huff
1098 walking across the porch °where she’d decided to keep her baby 311
900 she helped F into the chair °where she herself had sat all yesterday afternoon.
54 she was looking toward the door °where Mrs. S had disappeared. 19
445 there was a ripple under the twelve °where I'd used too much glue. 124
479 he had marched right into the kitchen °where she was shelving groceries 133
1041 It would have appeared by magic at the top of the steps °where earlier there’d been nothing 288

265Dans tous ces cas, le réfèrent de l’antécédent est identifié dans le contexte : pour 924, Fiona n’a qu’un coupe-vent à capuchon, dont il a déjà été question ; pour 567, le tuyau a déjà joué un rôle ; pour 669, c’est le ronronnement de la machine dont on vient de parler ; pour 1098, 1099, 479, 1041, etc., ce sont les parties connues et uniques de la maison, la porte d’entrée, la véranda, la cuisine, le palier, etc.

266Et ici aussi on retrouve cette construction où deux éléments sont téléscopés parce qu’ils sont tous deux simultanément la chose à dire. Ainsi :

924 she put on the hooded windbreaker °that didn’t button over her stomach anymore 258

267La belle-fille sort en passant un vêtement que Maggie perçoit comme étant simultanément le vieux coupe-vent affectionné et un vêtement devenu trop petit.

567 coil the air hose °that had been hissing on the concrete all this time 159

268le garçon vient replier le tuyau dont Maggie perçoit en même temps qu’il n’a pas cessé de siffler.

1099 [How must Fiona feel, returning after so long,] passing through the front door °that she had so often slammed out of in a huff 311

269l’ex-belle-fille revient pour la première fois en visite chez Maggie et Ira ; à quoi songe-t-elle en franchissant à nouveau leur porte, qui est simultanément l’entrée de la maison où elle vivait avec son mari et une porte qu’elle a bien souvent claquée ?

270Ceci peut aussi se trouver avec un antécédent à déterminant démonstratif :

1028 She said, “Mrs M? ” in that braying voice °that MM instantly recognized. 285

271la voix est simultanément celle que Maggie avait trouvée désagréablement braying à la première rencontre et une voix qu’elle reconnaît instantanément, la construction téléscope that braying voice of hers et in a voice that she instantly recognized.

272Mais avec le démonstratif, on se trouve plus souvent dans le cas d’ambiguïté.

2.4.1.3. Ambiguïté

273Il y a ambiguïté sur le rôle déterminant ou qualifiant de la relative quand l’antécédent est tel que son réfèrent pourrait être identifié soit par le contexte précédent soit par la relative, et que rien dans le contexte ne permet vraiment de trancher. C’est souvent le cas avec les démonstratifs : par lui-même, le démonstratif peut renvoyer ‘vers l’arrière’, signalant que le réfèrent a été identifié précédemment ; mais il est très volontiers employé dans un certain style, plus fréquent en américain, pour introduire dans le récit, de manière vivante, conviviale, etc., un élément qui n’a pas été mentionné avant et qui va faire l’objet du développement (Igo out one morning a week ago and 1 find this dead bird on my doorstep). Ainsi, avec le démonstratif, dans ce style, la référence peut être ambiguë (mention déjà faite avant ou développement à attendre) - et nous allons voir que certains adjectifs accompagnant le nom antécédent, ou certains noms eux-mêmes, ont aussi un rôle à jouer -, si bien qu’il peut y avoir ambiguïté entre une interprétation où la relative apporte au démonstratif le complément d’information nécessaire (relative déterminante) et une interprétation où la relative qualifie un antécédent déjà repéré (relative qualifiante). Notre corpus en contient plusieurs exemples :

337 he reminded her of those math geniuses °who don’t need to ... but simply arrive at the answer. 93
472 those feeble, senile patients °who confused her with a lond-dead mother 133
1043 L was one of those dauntless babies °who fling themselves brazenly off stair landings 288
481 they resembled those mimes °who can portray a speedy stride while making no progress at all 134
163 revolving like those rides at Kiddie Land °where everyone is pinned to his place by centrifugal force.
48269 like those trick portraits °that change expression according to where you ’re standing 73
708 with those dinky little auto speakers °that didn’t begin to approach high fidelity. 198
274 MM felt that breathless flutter high in her chest °that foretold stage fright. 74
482 He was sitting in this kitchen °that was kind of our kitchen and kind of not our kitchen 134
727 a couple of years later they had this baby °that was kidnapped by a demented airline stewardess.
207

274Pour 337, s’agit-il de ceux des génies qui trouvent les solutions sans avoir à chercher (déterminante), ou s’agit-il d’une aptitude qu’ont tous les génies en maths (qualifiante?). Pour 1043, le fait de se jeter du haut du palier définit-il une sous-classe dans les bébés intrépides, ou est-ce une habitude qu’ils ont tous (cf. brazenly faisant écho à dauntless)? En 269, y a-t-il des sous-catégories de portraits truqués telles que l’une d’elles seulement donnerait une image truquée (en quoi consisterait le truc des autres?) ? Etc.

275Cette possibilité d’ambiguïté peut aussi se trouver, sans le démonstratif, avec un déterminant défini ou un possessif :

971 she felt sorry for their fellow passengers °who sat alone or in pairs. 271

276la famille Moran au grand complet, avec paniers de pique-nique, sacs de couches- bébé, etc., a envahi la moitié d’une navette, Maggie compare sa joyeuse tribu aux autres passagers, sérieux et réservés. Il n’est pas interdit de supposer que quelques autres passagers soient par plus de deux, auquel cas la relative détermine ceux des passagers qui sont seuls ou par deux. Il est plus vraisemblable de penser que Maggie oppose sa famille et les autres personnes, qui sont alors simultanément le reste des passagers et des gens non en famille.

2.4.1.4. Les relatifs when, where, whose

277Enfin, dans la même direction, on peut retrouver cette idée de coordination téléscopée pour les relatifs plus ciblés que sont when, where, whose, avec démonstratif ou défini dans l’antécédent :

65 remember those early days °when all you cared about was being near each other? 23
667 MM thought of last summer °when her old cat, P, had died. 186
1155 Would Saint Peter allow all the lean, unassuming dogs of M Street, those part-this-part-thats °whose distant voices had barked her to sleep every night of her childhood?
328

278En 65, Fiona semble avoir oublié qu’elle avait été très amoureuse de son mari, et Maggie essaie de le lui rappeler : tu te souviens du moment où vous étiez inséparables? tu te souviens de ces premiers temps? et réunion des deux idées en une unité, premiers temps et amour fort sont indissociables (hélas!).

279En 667, Maggie pense à la disparition de divers êtres ou choses dans sa vie, entre autres à la mort de son chat, laquelle a eu lieu l’été d’avant.

280En 1155, il s’agit de tous les chiens de sa rue, qui simultanément étaient tous plus ou moins bâtards et l’ont bercée.

2.4.1.5. Une hypothèse

281Nous permettra-t-on une conclusion plus ‘littéraire’ sur ce type de relatives dans ce roman, type pour lequel nous parlons de deux informations télescopées, de deux choses qu’on voudrait dire à la fois ?

282Non seulement nous pensons qu’il ne s’agit pas d’appositives mal ponctuées, mais nous pourrions supposer que ce n’est pas un hasard si cette forme est fréquente dans ce roman : tout ici est deux choses à la fois ; Maggie est simultanément exaspérante et très touchante ; les enfants sont simultanément impossibles et comme tout le monde ; de même pour tous les autres personnages et tous les événements (comme souvent chez A. Tyler) ; les sorties, les réunions, les fêtes sont en même temps des réussites et des ratés ; la vie est simultanément ordinaire et extraordinaire.

2.4.2. L’antécédent a un déterminant indéfini

283Quand l’antécédent a un déterminant indéfini, les choses sont moins claires (on perd l’aspect anaphorique de the et this/that) - et cependant nous avons trouvé une plus grande proportion de qualifiantes. Le corpus donne des pistes sur certaines conditions favorables à l’apparition de qualifiantes, des constituants favorisants dans la principale, ou l’antécédent, ou la relative, ou en combinaison.

284N. B. Nous les examinons ci-dessous en paragraphes distincts, pour la clarté des analyses. Cela ne signifie pas du tout que nous considérions les phénomènes eux-mêmes comme distincts ; d’une part, ils se combinent souvent entre eux, et telle occurrence pourrait figurer sous différentes rubriques ; d’autre part, ils constituent tous le même phénomène, celui de la qualification.

2.4.2.1. L’antécédent désigne une partie du corps, un vêtement porté, une attitude corporelle, une expression, etc

107 J wore his overcoat and a very long red fringed neck scarf °that dangled below his knees. 36
173 she wore a black shawl °that completely enveloped her 52
909 F wore a beige, loose-waisted dress °that she and MM had gone shopping for together 255
954 L was wrapped clumsily in a garish daisy-square afghan °that must have belonged to the sister. 269
175 Her shoes were sandals with leather straps °that wound halfway up her bare legs 53
963 carried a parasol °that wouldn ’t collapse, which caused some trouble 270
239 even now, she gave off a rich, dark glow °that made the people around her seem faded. 66
366 he drove a car °that ran on pure know-how, on junkyard parts and friction tape. 98
385 He wore a stern expression °that lengthened his chin 104
570 F lives on a skinny little road °that doesn ’t even have a sidewalk. 160
665 a bright baby face as round as a penny, eyes °that widened with enthusiasm whenever 185
684 there stood a wiry little girl with white-blond hair °that stopped short squarely at her jawline. 189
225 He was a rumpled, quiet man, with wavy gray hair °that he wore just a little too long.
64

285Dans tous ces cas, nous estimons qu’il n’y a pas matière à parler de relative déterminante, parce que le réfèrent de l’antécédent est déterminé par le verbe principal : Pécharpe est celle que porte fesse (107), le châle est celui que porte Fiona (173), etc. ; la rue est celle où habite Fiona (570) ; les cheveux sont ceux de la petite fille (684) ; l’expression est celle qu’a Ira (385) ; la voiture est la voiture d’Ira (366) ; etc. Et naturellement, ces relatives ne sont pas appositives, il n’y a pas rupture de construction, il n’y a pas un message principal suivi d’un commentaire ajouté : 175 n’est pas là pour nous dire que les sandales ont des lanières, etc. Ces relatives sont, elles aussi, qualifiantes en ce sens qu’elles sont la raison d’être de la mention de l’antécédent : on ne mentionne les lanières que parce qu’elles montent haut sur la jambe, ce qui complète une tenue exotique pour une veuve à l’enterrement de son mari.

286Dans certaines de ces phrases, on trouve une relation particulière avec un adjectif modifiant l’antécédent, la relative pouvant être le développement de l’adjectif, qui le justifie ou l’explicite :

954 L was wrapped clumsily in a garish daisy-square afghan °that must have belonged to the sister. 269
107 J wore his overcoat and a very long red fringed neck scarf °that dangled below his knees.
36

287de nouveau l’idée de deux choses à la fois, l’adjectif et son explication, avec aller et retour de l’un à l’autre : c’est parce qu’il est criard qu’on peut déduire que cet afghan a appartenu à la sœur, et c’est parce qu’il a sans doute appartenu à la sœur qu’il est criard ; de même en 107 : very long explicite et est explicité par that dangled below his knees.

288De tels exemples relèvent à la fois de ce groupe « parties du corps » et du groupe suivant « avec adjectif ».

2.4.2.2. Présence dans l’antécédent d’un adjectif ou nom particulier

289Toute une série de phrases émerge avec cette relation entre l’adjectif modifiant le nom et la relative :

779 she stood up, with a sudden, violent motion °that creaked the sofa springs 218
824 He had a nasal, deadpan style of singing °that was more like talking. 232
427 he kissed her on the lips, a long, warm, searching kiss °that turned her knees weak. 120
553 They had an older style of pump here °that Baltimore no longer used 156
52 Mrs. S was a slatternly, shapeless woman °who smoked cigarettes. 19
613 another kind of woman entirely - a flamboyant, maybe even trampish woman °who didn V care what people thought of her 169
588 Maybe a pale blue °that would pick up the blue of his ribbon. 164
498 it’s like some awful kind of dance, some out-of-sync dance °where every step’s a mistake. 137
276 she gave MM a fond, expectant look in °which there was not the slightest suspicion that MM would let her down 75

290Dans tous ces cas, la relative est un développement, un prolongement de l’adjectif, elle forme un tout avec l’adjectif, qu’elle appuie d’une répétition, d’un synonyme, d’une conséquence évidente, etc.

291Ainsi, un mouvement violent sur un vieux canapé à ressorts s’accompagne du bruit des ressorts (779) ; une mélodie monocorde est plus semblable à la parole qu’au chant (824) ; si un baiser long, warm, searching ne vous fait pas flageoler, lequel le fera? (427) ; dans la phobie américaine du tabac, une femme qualifiée de slatternly et shapeless ne peut que fumer (25) ; une danse à contre-rythme fait que les pas le sont aussi (498) ; peut-on imaginer doute et crainte dans un regard aimant et confiant (276) ; etc.

292Le nom lui-même peut suffire, quand il contient par lui-même des connotations ou qualités qui ailleurs seraient exprimées par un adjectif :

294 looking like a visitor °who hoped to be invited in. 79
191 like some foreigner °who didn’t know the etiquette.
56

293un visiteur est par définition quelqu’un qui vient pour vous rendre visite, et on peut donc penser que la relative a pour fonction, non pas de distinguer une sous-classe de visiteurs qui souhaiteraient entrer (que viendraient faire les autres visiteurs?), mais bien de développer le sens même de visitor. De même en 191 : un étranger est par définition quelqu’un qui connaît mal les usages du pays où il est étranger ; en appositive, la relative serait prendre le lecteur pour quelqu’un qui ne connaît pas le sens du mot foreigner ; en déterminative, la relative supposerait l’existence d’étrangers qui ne le sont pas ; en qualifiante, elle est simplement le développement de foreigner, ce qui justifie qu’on ait employé ce terme.

2.4.2.3. L’attribution d’une propriété par déduction

294Cette qualification du réfèrent de l’antécédent par la relative peut prendre la forme d’une proposition contenant un modal de déduction, de quasi-certitude, etc., modal qui s’appuie sur le contenu de la principale et n’en est donc pas séparé. Notre corpus contient plusieurs phrases faites ainsi ; ce cas aussi est dans la lignée de ce que nous venons de voir : ici aussi l’important est que la relative apporte à propos du réfèrent une qualité essentielle dans le contexte, indispensable non pas pour identifier le réfèrent (c’est fait), mais pour comprendre pourquoi on en parle.

246 bending over two women °who could only be the Barley twins 69
792 blocked now by a red Maverick °that must be Mrs. S's. 224
739 with his earful of wrongheaded gifts °that he must have spent his last penny on
491 the man was reading an enormous book °thatyou just knew was the Bible. 136
1101 The frame was a black plastic diploma frame °that must have come from Woolw orth’s. 311

295En 246, le verbe principal établit de quelles femmes il s’agit (celles vers lesquelles Serena se penche) et la relative apporte la raison pour laquelle on parle d’elles ; Maggie voit simultanément que Serena parle à ces femmes et qu’elle a trouvé les jumelles qu’elle cherchait. En 792, le verbe identifie la voiture (celle qui bloque la Dodge de Maggie) et la relative représente l’attribution à cette voiture d’une propriété importante dans l’épisode : Maggie va emmener son ex-belle-fille, la mère de celle-ci s’y est vivement opposée, et les voitures poursuivent le conflit : la voiture qui bloque celle de Maggie est naturellement celle de la mère. En 739, fesse est venu rendre visite à sa fille et lui a apporté des cadeaux inadéquats ; Maggie se désole pour fesse et ses cadeaux, qui étaient simultanément ratés et ruineux. De même en 1101 : une photo qui n’intéresse personne, avec son moche petit cadre tout droit sorti de Monoprix.

2.4.2.4. La relative contient un verbe de jugement, connaissance, goût, etc.

296Dans le prolongement de la série précédente, on peut voir une série de phrases où les verbes de la relative ont quelque chose en commun : la relative est de type ‘que je/tu connaissais, appréciais, aimais, etc.’, où ‘je/tu’ représente les protagonistes. Il s’agit donc d’un commentaire affectif situant l’élément dans l’univers des personnages, mais ce commentaire n’est pas secondaire, il est ce qui justifie qu’on parle de ce dont on parle.

292 Sissy played a bar of music °that MM couldn ’t immediately name. 78
30 He gave her a look °that she couldn’t quite read. 13
1046 his hair was ..., strung through with threads of gray °that she had never noticed before 290
510 There was a stricken look on her face °that he couldn’t account for. 141
243 She’d take some run-of-the-mill pop song like BBY °that all the rest of us liked okay, and she 68
431 employing a measured, hitching gait °that he must have thought appropriate.

297Dans toutes ces phrases, la relative ne détermine pas (les notes sont celles que Sissy joue, etc.), mais elle dit pourquoi on parle de cela. En 292 : pour l’enterrement de son mari, Serena a eu l’idée (mal reçue) de faire chanter à chaque invité la chanson qu’il avait chanté pour le mariage ; Sugar avait d’abord refusé, trouvant sa chanson trop malséante ; quand arrive son tour, il y a un moment de flottement sur ce qu’elle va faire : Maggie tend son attention vers l’inconnu de cet air. En 1046 : il vient d’y avoir un moment difficile dans le ménage Maggie-Ira, tous deux sont tristes et fatigués, ils se rapprochent pour se réconforter - et le fait qu’elle remarque à ce moment-là ces cheveux blancs est un des éléments essentiels du moment de réconfort usé du couple. Etc.

2.4.2.5. L’antécédent est une apposition

135 What appealed to her was the image he had of her - an image °that would have staggered Ira. 42
158 the lines alongside his mouth caused it - deep crevices °that pulled the corners down. Ira had those lines. 47
610 ["Madam”] - a title °that exactly reflected [his] attitude 169
483 if he had put his sister in an institution - something state-run °that wouldn’t cost too much 134
1085 she imagined some deception in this scene, some lie °that she and Ira were collaborating in 306

298Toutes ces phrases ont en commun que l'antécédent est une reprise apposée d’un groupe nominal, stricte répétition (image en 135), synonyme (1085), hyperonyme ou dénomination (610). Et elles réunissent plusieurs des caractéristiques que nous venons d’évoquer : la relative n’est ni appositive {an image n’a pas de sens sans la relative) ni déterminative (il n’y a pas dans les images une sous-catégorie ‘images qui auraient surpris Ira’), mais bien qualifiante : en 135, cette image que M. Gabriel a de Maggie est une image favorable c’est-à-dire telle qu’elle aurait surpris Ira, et c’est cela qui séduit Maggie, qui souffre des critiques constantes de son mari ; l’antécédent est syntaxiquement apposé, mais ni la relative ni son contenu sémantique ne le sont : la séduction de l’admiration est indissociablement associée au fait qu’Ira en serait soufflé. Pour la phrase suivante, 158, Maggie vient maintenant de faire une sottise, et M. Gabriel a cessé net de l’admirer - et Maggie s’aperçoit qu’il a les mêmes rides de désapprobation que son mari.

299Dans toutes ces phrases, on retrouve les deux caractéristiques qui font que la relative n’est pas une déterminante, c’est-à-dire ne sert pas à l’extraction d’un membre donné d’une classe de N : d’une part, au niveau de la principale, le réfèrent est déjà extrait ; d’autre part, le contenu de la relative est très spécifiquement lié aux personnages et à la situation particulière, il n’est pas question de sous-classes de N en général.

300Pour les deux derniers exemples, on voit ici la combinaison avec un autre facteur : développement de l’adjectif state-run par la relative ‘peu onéreux’ en 483, développement du nom lie par ‘qu’ils produisaient’ en 1085.

2 4.2.6. Quelques exemples individuellement intéressants

235 She never hesitated to admit that she had no father. Or no father °who was married, at any rate. Not married to her mother, at any rate. 65

301Une relative assez remarquable. Maggie décrit son exotique amie Serena quand elles étaient petites ; le père de Serena a quitté son foyer, ainsi Serena ‘n’a plus de père’. Les propositions successives représentent la rectification de la formule précédentequi se révèle inadéquate - parce que les négations nient des propriétés qui sont inhérentes à father dans la représentation stéréotypée : sauf génération spontanée, on a un père ; par tradition il est marié ; il fait couple avec la mère. Si bien que les deux relatives (la seconde avec ellipse de who was) sont des qualifiantes de type ‘tel que’ niant une propriété qui est un attribut par essence. Un joli emploi pour exprimer les tâtonnements de la petite-fille qui n’arrive pas à dire ce qu’elle veut dire.

467 It was another form of wastefulness, Ira thought, to search yet again through a purse °whose contents she already knew by heart. 132

302Encore une relation antécédent-relative bien particulière : en dépit de l’article a, le réfèrent de l’antécédent n’est pas du tout indéfini ; Maggie a oublié de prendre une carte routière, elle retourne désespérément son sac chaque fois que le besoin de la carte se fait sentir, le sac a déjà été signalé plusieurs fois sous la forme her purse. Et la relative n’est pas déterminante, il ne s’agit pas de pointer sur un membre de la classe non-existante des 4purses whose contents she already knew by heart'. Il y a là encore un raccourci entre ‘son sac’ et ce sac qui cesserait presque d’être le sien puisqu’il ne contient pas ce qui devrait y être, entre le contenu de la relative (‘recherche inutile’) et des éléments de la principale (explorer une fois de plus, gaspillage).

1089 driving past houses °where every other couple in the world, it seemed, had a space to be alone in. 309

303Maggie repense au moment où elle et Ira se fréquentaient ; ils n’avaient pas d’endroit où ils pourraient être seuls, et donc se promenaient en voiture, à défaut de mieux et frustrés. La relative est qualifiante (les maisons en question sont définies par drive past). La petite particularité est l’articulation entre le pluriel de l’antécédent et la forme en every, individualisant et totalisant, dans la relative ; du point de vue strictement logique, pour tous les couples du monde, il faudrait toutes les maisons du monde - mais cette articulation ramasse efficacement le sentiment de frustration exaspérée.

2.4.2.7. Conclusion sur les qualifiantes

304Nous avons essayé de cerner certaines caractéristiques que présentent les phrases contenant une relative qualifiante, des facteurs ou éléments favorisants, comme la présence de tel type de verbe dans la principale, la présence de tel type d’adjectif modifiant l’antécédent, etc., en remarquant d’ailleurs que, souvent, ces facteurs se combinent, plusieurs phrases possédant plusieurs de ces éléments.

305Il nous semble que tous ces phénomènes vont dans le même sens, axé sur l’idée d’attribution d’une propriété qui n’est pas définitoire, mais qui est néanmoins essentielle dans le contexte et participant à la situation, si bien qu’elle ne peut facilement s’inscrire ni dans la relation de subordination ni dans la relation de coordination.

306Il resterait, d’une part, à établir plus précisément en quoi consiste exactement, syntaxiquement, ce fil conducteur que nous voyons entre les éléments favorisants ; d’autre part, à définir une « procédure d’arrêt », à fixer plus clairement les limites de ces contextes favorisants.

2.5. Constructions contenant un relatif de surface

307Nous retenons comme propriété essentielle et définitoire de la relativisation le fait qu’elle réunisse deux propositions dont chacune contient une occurrence du même réfèrent (une mention du même individu/objet) ; une occurrence sera dans la principale, où elle constituera l’antécédent ; l’autre sera dans la subordonnée, où elle sera représentée par un relatif : They fired the secretary who ’d made the mistake réunit deux propositions contenant chacune une mention de la secrétaire en question, objet dans they fired her, et sujet dans she had made the mistake.

308Réciproquement, quand il n’y a pas ces deux occurrences d’un même réfèrent, nous considérons qu’il n’y a pas relativisation.

309Certaines constructions impliquent le remaniement d’une unique proposition de base, à des fins de thématisation, focalisation, mise en relief d’un élément, etc., remaniement au cours duquel on voit apparaître une forme de relatif. La suite ainsi introduite par un relatif peut alors ressembler à une relative, mais elle n’est pas conforme à la définition de la relative. Nous parlerons de constructions de remaniement d’une proposition avec apparition d’un relatif secondaire.

310Un exemple classique est celui de la construction clivée : la phrase It’s Stella who made the mistake ne résulte pas de la réunion de deux propositions (dont la première, It’s Stella, ne signifierait rien). Elle représente le remaniement d’une seule proposition, Stella made the mistake ; ce remaniement consiste à mettre en évidence Stella en le faisant précéder d’une amorce it is, ce qui entraîne la présence d’un marqueur (that/who/which/0 selon le cas) derrière le constituant ainsi isolé. (A l’oral, la même mise en évidence peut être simplement effectuée par une accentuation de Stella sans autre remaniement).

311Le cas de la construction clivée étant bien établi, nous n’avons pas relevé les clivées dans notre corpus de relatives, et nous n’en dirons pas plus long à leur sujet.

312D’autres constructions illustrent ce même phénomène de remaniement d’une proposition, qui sont moins souvent reconnues comme telles. Par exemple, entre autres, la construction en There is a N who, ou la construction She is the one who.

2.5.1. There is someone who wants to talk to you

313Nous ne souhaitons pas entrer ici dans une étude de la construction there is/are, qui est une longue question. Cependant notre corpus contient des phrases avecthere is a N Rel (notons au passage qu’il y en a très peu, et qu’elles ne sont pas du type le plus courant, on a seulement Once there was a man/lady who et There are times when, qui relèvent d’ailleurs d’analyses différentes).

879 Once there was a man °who lived on top of a Ferris wheel. 244
878 Once there was a lady °who never fed her children anything but doughnuts.

314Comme pour les clivées, nous les considérons, non pas comme appartenant au système des relatives proprement dites, mais comme relevant du remaniement de leur proposition de base.

315Nous faisons l’hypothèse que, avec there is, l’apparition de who est le résultat secondaire, de surface, d’une opération qui s’exerce sur une seule proposition de base (et non sur deux comme pour les relatives). Ainsi pour 879, il n’y a pas au départ deux occurrences coréférentes de a/this man, il n’y en a qu’une, dans l’unique proposition A man lived on top of a Ferris wheel.

316Cette proposition A man lived... a le défaut d’avoir en position de thème (normalement faite pour ce dont on parle, du connu) un groupe nominal à déterminant indéfini, référant à une entité non connue dans le discours ; même gêne que pour Help, a spider is in my bed! et No beer is in the fridge.

317Pour éviter cette contradiction, des constructions existent, qui remanient la proposition pour lui donner un thème acceptable : Help, there ’s a spider in my bed, ou Help, I have a spider in my bed. Avec there is, le thème acceptable est ‘la présente situation (est que)’, ‘ici-maintenant (est le fait que)’ ; avec I have, le thème acceptable est ‘ma situation (est que)’ ; be et have sont ici considérés comme des variantes selon que le thème est la situation ou un participant (I have = in me is).

318Quand la proposition de base a be dans son groupe verbal (a spider is in my bed, a spider is running on my bed, no beer is left), ce be est simplement supprimé à cet endroit, puisqu’il est représenté par le be de there is ou have.

319Quand le verbe n’est pas be, quand il s’agit d’un verbe plein (a man lived, a lady fed), alors il ne peut pas être supprimé parce qu’il ne peut pas être retrouvé dans there is ou have. Ce verbe est donc maintenu lors du remaniement en there is ou have, et, comme il y maintenant deux verbes dans cette forme remaniée, l’ex-verbe principal est précédé d’une marque de subordination ‘secondaire’, ‘superficielle’ (cette marque traduisant le fait que l’organisation thématique a été transférée sur there is et I have) : a man lived — > there was a man who lived.

320Ainsi la question d’une éventuelle détermination du réfèrent de l’antécédent ne se pose pas : le GN qui précède who/that n’est pas au départ un antécédent.

321Si l’on retient cette hypothèse, elle couvre aussi les cas en I have a N Rel (où I représente n’importe quel participant à la situation) :

73 All these towns have banks °that look like itty-bitty brick houses 26
538 Ira had a brief moment °when he wondered if 151

322l’unique proposition sous-jacente étant :

The banks in these towns look like ...
Ira wondered for a moment if...

323sur laquelle s’exerce le remaniement de l’organisation thématique.

324Et elle s’étend à divers verbes de type have, c’est-à-dire ayant ‘avoir’ comme composant sémantique : suffer from (a disease) = have (a disease) ; be subject to = suffer from = have ; feel (a sensation) = have (a sensation) ; want sthg = want to have sthg ; with = who/that has, etc.

590 Their mother suffered from a progressive disease °that killed her when Ira was fourteen 165
= a progressive disease killed their mother + thématisation sur la mère
1071 MM felt a sense offrustration °that was almost suffocating. 302
= a sense of frustration almost suffocated Maggie + thématisation sur Maggie
194 I wanted a husband °who ’d dote on me and stick to me like glue 57
= a husband must dote on me + thématisation sur moi
591 she was subject to some kind of phobia °that worsened over the years till she refused 165
1076 They passed a house with a lighted, glassed-in porch on °which drum sets were displayed 303
815 treating MM with a deference °that made her feel ancient.
231

2.5.2. She is the one who made the mistake

325Les phrases de ce type sont bien représentées dans notre corpus, et le même raisonnement peut conduire à les considérer elles aussi comme des structures résultant d’un remaniement plutôt que comme des relatives ordinaires.

953 Why should I go after her? She’s the one °who walked out. 269
562 I’m not the one °who designed that dreamt 158
1133 Fiona hers elf was the one °who needed consoling. 323
18 You ’re the one °who insisted on allowing extra travel time 10
145 Tillie was the one 0 Maggie had just stashed in 202.
44
411 so Terry is not the one 0 I’m marrying. 113

326Deux arguments, au moins, nous font penser à une structure remaniée :

327- ce type de phrase représente la même démarche qu’une clivée en it, avec les mêmes conditions d’emploi (nécessité d’une partie présupposée, etc.) :

953 Why should I? She’s the one °who walked out. 269
- it’s her who walked out.

328Comme dans le cas de la clivée, il n’y a qu’une proposition de base, she walked out ; comme dans le cas de la clivée, il y a focalisation, mise en relief d’un constituant, ici she ; et comme dans le cas de la clivée, le constituant focalisé est souvent porteur d’un accent contrastif : shes the one who walked out, I didn ’t (walk out).

329- on peut trouver des paires minimales distinguant cette construction et la relative :

a. Who \s Stella? She’s the one °who was late. (= c’est celle qui)
b. Was he late? No, she’s the one °who was late. (= c’est elle qui)

330En a., il s’agit bien d’une relative, une personne est arrivée en retard, cette personnels est Stella, la personne Stella est décrite par une caractéristique permettant de la repérer parmi d’autres. En b., une paraphrase serait it was her who was late, il n’y a qu’une proposition de base, she was late, avec remaniement mettant she en relief pour l’opposer au her de la question.

331On peut ainsi penser que cette construction représente une variante à amorce personnelle de la clivée en it : Fiona walked out (I didn’t) —> it’s Fiona who walked out —> Fiona is the one who walked out.

2.5.3. This is marriage 0 we’re talking about

332Cette construction-là aussi peut être analysée comme une variante de la clivée, à amorce démonstrative cette fois :

This is marriage 0 we 're talking about. 207
That was the back of the car seat 0 she felt [not his arm supporting her head]. 303
That was the Rand boy °who was killed. 105 Who was that 0you were singing with?
117

333Maggie et Fiona ont une conversation, et Maggie sermonne Fiona qui inscrit son manage dans le passé. Maggie rêve encore en se réveillant et croit sentir le bras de son mari sur sa nuque. Maggie croyait qu’un certain garçon avait été tué, on lui répond que ce n’est pas celui-là.

334Dans tous ces cas, il s’agit du même phénomène que dans la clivée : dans une proposition de base, un constituant est souligné/contrasté, mis en évidence par un clivage : we ’re talking about marriage (not love) —> it’s marriage we ’re talking about ; The Rand boy was killed (not the Moran boy) —> it was the Rand boy who was killed.

335Et l’amorce ici utilise un démonstratif faisant référence au contexte de la situation : ce sujet de notre conversation, cet objet sous sa tête, ce garçon dont vous parlez.

Conclusion

336De cette étude d’un échantillon suivi de langue américaine contemporaine, émergent les points suivants :

337- pour les différentes formes de relatifs (wh-, that, 0), les données montrent :

338a) que ces formes sont fondamentalement en distribution complémentaire, conditionnées par la fonction du relatif dans sa proposition ;

339b) que cette distribution est différente en américain de ce qu’elle est en anglais britannique : ni that ni which ni 0 ne s’emploient en américain comme ils s’emploient en anglais britannique - et les hypothèses proposées pour les valeurs de ces formes en anglais britannique ne se vérifient pas en anglais américain.

340- pour les différentes fonctions des relatives, les données font émerger un type de relative qui ne s’inscrit pas dans l’opposition binaire appositive / déterminative et qui n’est pas vaguement intermédiaire dans un continuum : ces relatives ont leurs caractéristiques propres et leur fonction propre.

341- enfin, certaines constructions contenant un ‘relatif pourraient bien être de fausses relatives.

Top of page

References

Bibliographical reference

Françoise Dubois-Charlier, « Les relatives en américain contemporain », Anglophonia/Sigma, 10 (6) | 1999, 61-112.

Electronic reference

Françoise Dubois-Charlier, « Les relatives en américain contemporain », Anglophonia/Sigma [Online], 10 (6) | 1999, Online since 15 June 2016, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/679 ; DOI : 10.4000/anglophonia.679

Top of page

About the author

Françoise Dubois-Charlier

Université de Provence

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org