Skip to navigation – Site map

R post-vocalique et histoire de l’anglais

A tale of two countries. A tale of two cities
Jacques Durand
p. 199-221

Abstract

In this paper, I explore the way in which a different norm emerged in England and in the United States concerning the pronunciation of post-vocalic r’s: the R. P. norm (or ‘BBC English’ in the terms of Roach and Hartman’s 1997 edition of Daniel Jones’ English Pronouncing Dictionary) is non-rhotic, whereas the US norm (or ‘Network English’ for the same authors) is rhotic. While the loss of post-vocalic r’s does require an explanation in phonetic and phonological terms, I mainly concentrate on broader sociolinguistic and sociohistorical issue: on the one hand, the early emergence in Britain of London and the surrounding counties as a centre from which changes radiate across the whole of Britain; on the other hand, the complex evolution of English in the United States with the emergence of new social and geographical boundaries. The paper will attempt to show that, while the selection of particular traits to separate dialects is usually arbitrary from a strict linguistic point of view, once a trait has been selected and functions as a ‘shibboleth’ in the Biblical sense (Judges, xii, 5-6, “King James Version”, 1611) powerful societal forces can conjoin to maintain and reinforce it. The role of London vs. New York in explaining rhoticity in Britain and the United States will be seen as a fundamental one.

Top of page

Full text

1. Prologue

  • 1 Des versions préliminaires de cet article ont été présentées, en 1998, à Toulouse-Le Mirail dans le (...)

1Le phénomène sur lequel nous nous pencherons ici est en apparence très simple1. Il concerne la division des variétés de l’anglais en deux grandes familles : les accents dits “rhotiques” où les M post-vocaliques se prononcent comme dans la graphie (soit, sans se préoccuper de la valeur précise des voyelles, car [kair] card [kaird] en General American ou en anglais d’Écosse) et les accents dits non rhotiques où les /r/ post-vocaliques ne sont pas prononcés (soit car [ko:], card [ka:d] dans la Received Pronunciation ou en anglais d’Australie). La question au cœur de nos réflexions est la suivante : quels facteurs historiques - linguistiques ou non - ont pu entraîner cette fragmentation dialectale et, plus précisément, faire de la prononciation rhotique la norme aux États-Unis et de la prononciation non rhotique la norme en Angleterre ?

2D’un point de vue sociologique, le phénomène est familier. Les renversements historiques et sociologiques qui font qu’un même trait (ici présence ou absence d’un /r/) est tantôt prestigieux, tantôt vulgaire, montrent bien qu’une motivation esthétique transcendant le temps et l’espace n’est pas enjeu. Nous avons plutôt affaire ici à ce que la Bible appelle un schibboleth (en anglais, shibboleth) en référence au récit selon lequel les gens de Galaad identifiaient ceux d’Ephraïm en fuite à leur prononciation du mot schibboleth “ épi ” (à savoir, [sibolet] au lieu de [Jibolet]) :

  • 2 Soit, dans une des versions françaises: ‘Puis Galaad coupa à Ephraïm les gués du Jourdain, et quand (...)

And the Gileadites took the passages of Jordan before the Ephraimites; and it was so that when those Ephraimites which were escaped said, Let me go over, that the men of Gilead said unto him, Art thou an Ephraimite? If he said Nay: then said they unto him, Say now, Shibboleth: and he said Sibboleth: for he could not frame to pronounce it right. Then they took him, and slew him at the passages of Jordan: and there fell at that time of the Ephraimites, forty and two thousand. (Judges, xii, 2 5-6, “King James Version”, 1611)2

3Un ensemble de faits concernant l’évolution du /r/ en anglais sont connus. Néanmoins, ils sont le plus souvent éparpillés, parfois dans des travaux très spécialisés, parfois dans des travaux plus accessibles, et je me suis donné pour but de rassembler ici des observations éparses pour essayer de les éclairer à la lumière des sciences du langage dans leur diversité : en particulier, dialectologie, sociolinguistique, linguistique synchronique ou diachronique.

2. Un peu d’histoire sur le /r/ dans les îles Britanniques

2.1. Émergence de la norme non rhotique

4En travaillant sur l’histoire de l’anglais, nous avons la chance d’avoir accès à des données peu égalées dans le monde contemporain. Entre autres, nous possédons des textes remontant très loin dans le temps. Ces textes incluent fréquemment des commentaires métalinguistiques - par exemple des propositions pour réformer l’orthographe ou des remarques normatives sur les mauvaises habitudes de l’époque - qui nous permettent de dessiner une carte phonologique relativement précise pour des époques très reculées. Il ne semble faire aucun doute que le vieil anglais et le moyen anglais autorisaient la présence du /r/ en position pré-vocalique et post-vocalique comme l’indique la graphie. Les scribes irlandais transcrivant le vieil anglais à partir des lettres latines et de leur valeur phonétique typique dans les langues romanes n’auraient eu aucune raison d’introduire des /r/ dans l’orthographe si la prononciation ne l’avait pas exigé.

5À partir du XVe siècle, nous commençons à trouver des descriptions phonétiques de plus en plus précises de la prononciation de l’anglais. Un des grammairiens les plus admirés est John Hart (1501-1574). C’est surtout grâce à son remarquable ouvrage An Orthographie (1569) que l’on sait tant de choses sur la prononciation de l’anglais de son époque et sur l’écart qui existait entre graphie et phonie. Dans cet ouvrage, il déplore le manque de logique de l’orthographe de l’anglais de son époque :

But in the moderne and present maner of writing ... there is such confusion and disorder, as it may be accounted rather a kind of ciphring, or such a darke kinde of writing, as the best and readiest wit... can ... attaine to the ready andperfite reading thereof, without a long and tedious labour, for that it is vnfit and wrong shapen for the proportion of the voice, (cité in Jones, 1989: 197)

6Dans le but de proposer sa réforme orthographique, Hart offre, d’une part, une théorie de la production des sons et, de l’autre, un alphabet phonétique dont certains symboles sont encore utilisés de nos jours dans l’API. Le souci de mettre en correspondance graphie et prononciation amène Hart à proposer une transcription phonémique rigoureuse. Soit, par exemple, la version suivante du début du Credo que propose Hart dans A Méthode (Jones, 1969: 198) où nous avons remplacé les macrons au-dessus des voyelles par le signe API de la longueur (par exemple, Hart ‘hêvn’ = ‘he:vn’ ci-dessous) :

Ei bi-li:v in God de fa.ðr aul-mih-ti, ma:-kr ov hevn and erP, and in dʒje:-zus Krist hiz uonli sun our lord. Huit ʃ uas kon-se:vd bei ðe hol-li go.st, born ov ðe vir-dʒin ma.ri. Suf-ferd undr pons pei-lat, uas kriu-si-feid, ded and biu-ri-ed, hi des-send-ded in-tu hel. Ɖe Pird de: he: ro:z age:n from ðe ded. Hi as-sen-ded intu he:vn, and sitP on the riht hand ov God ðe fa.dr aul-mih-ti...

  • 3 Le terme non pré-vocalique n’est pas employé pour compliquer les choses. En effet, le ‘r’ qui a dis (...)

7On voit à travers la transcription de Hart le travail d’un observateur minutieux de l’usage. Entre autres, il note explicitement l’opposition historique entre voyelles brèves et longues ; il fait la distinction moderne entre le <th> voisé et le <th> non voisé (cf. ses symboles b et ô) ; il indique la présence historique d’une fricative sourde (probablement une palatale) qu’il transcrit ‘h’ dans des mots comme riht ou aulmihti. Son inclusion du /r/ non pré-vocalique3 (cf. fa:ôr, suf-ferd, bird, bom) dans la transcription ne saurait donc être un accident et concourt, d’un point de vue philologique, à démontrer que le /r/ était prononcé dans les positions où l’indique la graphie moderne et les graphies plus anciennes. Et même s’il est difficile d’établir la qualité précise de ce son, nous ne sommes pas tout à fait démunis dans ce domaine (voir §2.2 infra).

8Il reste cependant difficile de donner une date précise à la disparition du /r/ dans diverses variétés de l’anglais. Ce processus semble avoir démarré dans les comtés à l’est de Londres au XVI siècle et s’être progressivement étendu dans la capitale. Telle est la position de Milroy (1988 : 20-21), qui renvoie par ailleurs au manuscrit de Henry Machyn, c. 1550, lequel contient des mots où certains ‘r’ post-vocaliques ne sont pas notés. Au XVIIIe siècle, la chute du /r/ semble avoir véritablement pris de l’ampleur à Londres puisqu’il est explicitement signalé par des grammairiens et des enseignants de l’époque. En 1754, Mather Flint signale ce phénomène dans sa Prononciation de la langue anglaise. Il y déclare : “IV devant consonne est fort adouci, presque muet & rend un peu longue la voyelle qui la précède, barb, guard, arm, yarn” Flint, qui utilise des italiques pour signaler les éléments qui sont muets, dit par ailleurs : “vous verrez souvent aussi IV en Italique, les Anglois l’adoucissant beaucoup plus que les Francois & ne le prononçant que très faiblement, surtout lorsqu’il est suivi d’une autre Consonne’ (p. 3). Et il fournit des exemples comme les suivants : hard, regard, retard, third, bird, quart, shirt, flirt, mirth, birth, hearth, arches, urge, serge, girl, harm, barn, warm, born, worms, servant, cork (cf. Kôkeritz, 1944 : 153).

9Enfin, en 1791, dans A Critical Pronouncing Dictionary, Walker nous dit :

In England and particularly in London, the r in lard, bard, card, regard &c is pronounced so much in the throat as to be little more than the middle or Italian a lengthened into baa, baad, caad, regaad; while in Ireland, the r, in these words, is pronounced with so strong a jar of the tongue against the forepart of the palate, and accompanied with such an aspiration or strong breathing at the beginning of the letter, as to produce the harshness we call the Irish accent. But if the letter is too forcibly pronounced in Ireland, it is often too feebly sounded in England, and particularly in London, where it is sometimes entirely sunk. (cf. Jones, 1989: 299-300)

  • 4 Comme me le fait remarquer François Chevillet, Barbara Strang est peut-être un peu hardie de postul (...)

10Strang, dans son ouvrage de référence A History of English (1970 : 102), semble parfaitement résumer la pensée philologique en offrant une transcription d’un passage tiré de Sentimental Journey de Sterne (1768) où les seuls /r/ post-vocaliques notés sont en position de liaison (par exemple ‘Then do me the favour,I replied, transcrit /ðεn du: mi: ðə fe:vər ai rıplaıd/). On note avec intérêt que Strang inclut dans sa transcription non-seulement les ‘r’ de liaison correspondant à la graphie mais aussi les Y dits intrusifs comme dans l’exemple suivant du texte de Sterne : as the idea of him crossed my mind /əz ði: aıdıər əv ım krɔ:st maı maınd/4.

11Au XIXe siècle, il est donc fort probable que la vocalisation du /r/ ait été absolument majoritaire à Londres. Les puristes qui attaquaient cette prononciation au nom de la graphie livraient sans aucun doute un combat d’arrière-garde. Un témoignage intéressant est celui de Henry Alford qui soulignait avec indignation dans A Plea for the Queen's English (1864) que l’absence du /r/ post-vocalique et la présence d’un /r/ intrusif étaient tolérées au parlement. En effet, selon un des correspondants de Alford :

Woe betide any unfortunate member if he strews the floor with his ‘aitches’ : the laughter is open and merciless : but the honourable member may talk of the ‘lawrr’ of the land, scawn the ‘idear’ with perfect impunity (cf. Romaine 1994: 148)

12Si la chute du /h/, vraisemblablement dans les mots lexicaux heart, home, etc.), attirait l’opprobre des nobles parlementaires, on constate qu’ils prononçaient scorn sans /r/ (RP mod. /sko:n/) et n’hésitaient pas à saupoudrer leurs interventions de ‘r’ sans base graphique (cf. the law[r] of the land et l’exemple écourté de idear qui doit, en fait, correspondre à des séquences du type the idea[r] of him comme dans l’exemple du texte de Sterne ci-dessus). En ajoutant plus loin que de telles entorses au bon usage font dresser les cheveux sur la tête à tout Anglais qui se respecte, sauf bien évidemment aux cockneys les plus endurcis, Alford révèle l’ampleur du phénomène. La meilleure preuve indirecte que l’anglais de Londres et de nombreux comtés de l’Angleterre était devenu non rhotique dès la fin du XVIIIe nous est fournie par l’accent australien. Ce dernier est, on le sait, non rhotique, à l’instar de la prononciation des premiers colons qui provenaient majoritairement des prisons de Londres et d’autres grandes villes anglaises comme Leeds, Liverpool et Manchester. Pratiquement deux générations après que Cook débarquait à Botany Bay en 1770, 87 % de la population australienne était encore composée de prisonniers, d’anciens prisonniers ou de descendants de prisonniers (cf. McCrum et al. 1986 : 287-288).

13En tout état de cause, lorsque Daniel Jones publie la première édition de son English Pronouncing Dictionary en 1917, le fait que la lettre <r> post-vocalique n’a pas de traduction phonétique n’est l’objet d’aucun commentaire particulier. En revanche, Jones signale que les mots comme far, qui est prononcé /fɑ:/ de façon isolée, reçoivent un /r/ de liaison ("linking r”) si le mot suivant commence par une voyelle (far away). Il note aussi que certains locuteurs de la RP font ce type de liaison même pour des mots sans /r/ historique : par exemple, the Shah[r] of Persia. Nous avons vu que le /r/ intrusif était peut-être attesté dès le XVIII siècle. Ce phénomène, absent dans les accents rhotiques, constitue la meilleure preuve que les locuteurs avaient bel et bien perdu les [r] post-vocaliques. À part la graphie, rien ne distingue plus pour eux des paires de mots du type far et Shah, ou fear et idea. On sait aujourd’hui qu’au XXe siècle le ‘r’ intrusif est fréquemment utilisé, et parfois quasi automatiquement à la joncture de mots, dans l’anglais non rhotique du sud de l’Angleterre, y compris dans la RP. Hughes et Trudgill sont même allés jusqu’à affirmer :

  • 5 Les liaisons en /r/ méritent un traitement beaucoup plus détaillé que les quelques remarques ci-des (...)

Generally, too, we can say that the tendency is now so widespread that if a speaker with a south-eastern-type English accent fails to use intrusive /r/, especially after /ə/ or /iə/, he is very probably a foreigner. Many RP speakers, however, are careful not to use intrusive /r/ within words, and will not say drawing /drɔ:rın/, as many non-RP speakers do (1978: 33)5

2.2. Variation contemporaine et qualité historique du /r/

14Une question qui reste difficile à résoudre est la nature phonétique précise du /r/ dans des formes antérieures de l’anglais. Tout d’abord, il n’y a aucune raison de croire qu’en vieil anglais ou en moyen-anglais régnait une uniformité des usages perdue par la suite. D’autre part, on trouve bien, ici et là, des descriptions articulatoires ou auditives mais elles ne sont généralement pas assez précises pour qu’on puisse en tirer des conclusions solides. Lorsque Walker décrit, dans un exemple cité plus haut, le ‘r’ des Irlandais au XVIIIe siècle comme un ‘r’ fortement aspiré, produit en frappant la partie antérieure du palais, et donc fort rude, il est difficile de savoir si la description articulatoire est fidèle aux faits ou reflète, au moins en partie, les préjugés de la capitale à l’égard de tous les accents barbares des provinces reculées.

15Même si la qualité historique du /r/ n’est pas notre propos central ici, il est difficile de parler du sujet de cet article sans rentrer dans quelques détails précis.

16Une façon classique d’aborder le problème est de se référer à la variété des usages contemporains pour nous aider à remonter dans le temps.

17Si on étudie l’anglais du XXe siècle, les variantes phonétiques attestées de /r/ sont nombreuses, y compris à l’intérieur de la RP. La principale réalisation du phonème /r/ en RP moderne est une approximante alvéolaire voisée (ex. : rain = [ɹeın]), souvent produite avec une très légère rétroflexion de la pointe de la langue (cf. Cruttenden, 1994 : 186-187). Mais une battue (angl. ‘tap’) est également attestée en RP, entre autres, en position intervocalique (ex. : sorry = [sɒɾi]). Cette battue alvéolaire est fréquente dans divers accents de l’anglais, en particulier dans le nord de l’Angleterre (voir Wells, 1982, vol. II : 368 qui associe ce trait à des villes comme Leeds et Liverpool).

18Une autre prononciation du /r/ attestée en RP, et typique des Public Schools du début du XXe siècle, est l’approximante labiodentale [u], qu’on retrouve également dans la prononciation de l’anglais par de nombreux locuteurs indiens. C’est la prononciation de Roy Jenkins, gallois d’origine modeste, qui fut Home Secretary et Chancellor of the Exchequer dans des gouvernements travaillistes, et dont la carrière sombra après qu’il participa à la création du parti démocrate libéral. On attribue parfois son échec à sa prononciation affectée de l’anglais dans laquelle la réalisation du /r/jouait un rôle important. Même si le Survey of English Dialects (SED) ne note pas cette prononciation, elle était sans aucun doute répandue au XIXe siècle puisque divers parlementaires avaient signalé ce trait. L’un d’entre eux aurait d’ailleurs déclaré à Disraeli : “I have observed no man in this house can have success, who can’t sound his r’s”. A contrario de cette affirmation, Aneurin Bevan et Brian Walden (avant sa carrière à la télévision) ont connu un immense succès parlementaire malgré les stigmates attachés à cette prononciation (cf. Honey, 1989 : 139-142). Dans un article récent, le sociolinguiste Paul Foulkes (1997 : 78-79) prétend d’ailleurs que la réalisation labio-dentale du /r/, loin d’être un trait récessif en Angleterre, est en train de se répandre en RP et dans d’autres variétés de l’anglais (par exemple, Derby et Newcastle).

  • 6 Cf. Pâhlson (1972).

19Mais, même en restant en Angleterre, on constate que ces variantes sont loin d’être les seules. Les comtés de l’ouest - on peut songer à des villes comme Bristol ou Exeter - sont connus pour être rhotiques et le /r/ y est habituellement réalisé par une rétroflexe [ɻ], semblable à une réalisation américaine typique. On trouve aussi des ‘r’ uvulaires [k] ou [r] semblables au ‘r’ de la norme française contemporaine dans le Northumberland.6 Dans le nord de l’Angleterre, dans les régions jouxtant la frontière écossaise, le ‘r’ dit roulé (ou vibrante alvéolaire) est également attesté. Cette prononciation est un des stéréotypes d’une prononciation écossaise. Cependant, en Écosse, de nombreux locuteurs utilisent aujourd’hui une approximante [ɹ] ou une battue de type [r], et le ‘r’ roulé a presque des connotations de “stage Scotsman”. Selon Ladefoged et Maddieson (1996 : 236), la réalisation la plus commune du ‘r’ est une battue à Edimbourg et à Glasgow, et ce n’est que dans les Lowlands (par exemple dans la région de Galashiels) qu’une vibrante alvéolaire est prévalente. Le déclin de la vibrante n’est pas nouveau puisque le phonéticien écossais William Grant notait à regret dans The Pronunciation of English in Scotland (1914) :

Within recent years there has been a tendency to attenuate the force of the trill especially in final positions and before another consonant. This tendency is probably more due to Southern speakers than to a natural development in the pronunciation. The trill may be reduced (finally and before consonants) to a single tap [ɾ], or even to a fricative consonant [ɹ], and in the latter case a change in quality in the preceding vowel is perceptible (Grant, 1914: 35).

20S’il est vrai que le ‘r’ dit roulé a été fréquent au théâtre et dans un style déclamatoire au cours de la première moitié du XXe siècle, on peut néanmoins s’interroger sur son avenir au XXIe siècle.

21Sans poursuivre l’inventaire au-delà de ces exemples, force est de constater la multiplicité de ‘r’ qui caractérise l’usage contemporain en Grande-Bretagne. Même en idéalisant les données par le postulat d’une norme uniforme en vieil anglais et en moyen anglais, il est difficile de projeter avec assurance l’un des sons contemporains sur ces époques lointaines. Le ‘r’ uvulaire du Northumberland peut paraître une curiosité et un candidat peu sérieux. Certes, il est déjà noté dans le Tour thro’ the whole island of Great Britain (1724-1727) de Daniel Defoe, où ce dernier déclare :

I must not quit Northumberland without remarking, that the Natives of this County, of the antient Race or Families, are distinguished by a Shibboleth upon their Tongues in pronouncing the letter R, which they cannot utter without an hollow Jarring in the T, by which they are plainly known, as a Foreigner is in pronouncing the Th : this they call the Northumberland R, or Wharle ; and the Natives value themselves upon that imperfection, because, forsooth, it shews the Antiquity of their Blood.

22Et, pourtant, Lass et Anderson (1975), dans un travail de haut niveau scientifique, ont proposé d’attribuer au vieil anglais un ‘r’ uvulaire pour expliquer diverses modifications phonétiques provoquées par le ‘r’ post-vocalique : à savoir, l’insertion de voyelles épenthétiques postérieures.

  • 7 Chambers et Trudgill (1980: 187-189) défendent l'idée que le 'r' uvulaire a commencé à se répandre (...)

23Cette hypothèse soulève néanmoins des difficultés. D’abord, il n’est pas nécessaire de postuler un ‘r’ uvulaire pour expliquer certaines cassures attestées. En effet, un ‘r’ antérieur vélarisé (à l’image du T sombre contemporain), ou uvularisé, pourrait déclencher les mêmes effets. Deuxièmement, la majorité des /r/ de l’anglais contemporain dans le monde anglophone sont antérieurs du point de vue articulatoire. Il paraît peu probable qu’ils proviennent tous d’une variante postérieure. Historiquement, d’ailleurs, il semble bien que dans les langues parlées en Europe de l’Ouest, la variante alvéolaire du ‘r’ (roulé, battu, approximant ou fricatif) soit plus ancienne que la variante uvulaire. Si, du point de vue sociolinguistique, dans certains pays d’Europe de l’ouest, le ‘r’ uvulaire apparaît en expansion par rapport au ‘r’ antérieur, la zone de radiation semble avoir la région parisienne comme point d’origine et cette tendance semble être relativement récente (cf. Chambers et Trudgill, 1980 : 187-189)7.

24Il est donc difficile d’être affirmatif sur les détails phonétiques du passage historique des systèmes rhotiques à des systèmes non rhotiques dans l’histoire de l’anglais. Divers travaux, tant en synchronie qu’en diachronie, suggèrent que les sons de type ‘r’ en position post-vocalique allongent les voyelles qui les précèdent et peuvent induire des cassures (diphtongaisons en schwa de transition par exemple). Pour le sud de l’Angleterre, la source la plus plausible des voyelles longues obtenues par allongement compensatoire semble être une approximante (post-)alvéolaire voisée de type [ɹ] dont la structure formantique est très semblable à celle des voyelles. Après tout, ce son est celui qui nous reste en RP en position prévocalique. Mais une fois ce changement mis en route, il n’est pas nécessaire que tous les accents qui sont devenus non rhotiques par contagion soient passés par les mêmes stades. Du point de vue strictement phonétique, il est possible que tous les sons étiquetés ‘r’ forment une classe naturelle sur le plan acoustique (cf. Ladefoged et Maddieson, 1996 : ch. 7) mais il n’est pas à exclure que l’identité établie entre ces sons soit, dans certains cas, d’ordre diachronique ou structurel. Tous les changements sociophonologiques ne sont pas explicables en termes de naturalité phonétique.

2.3. Émergence de la norme non rhotique dans les îles Britanniques : éléments d’explication

25L’émergence de la norme non rhotique au Royaume-Uni exige une double explication : phonologique et phonétique, d’une part, socio-historique, de l’autre. En ce qui concerne la première, nous nous en tiendrons aux remarques faites en §2.2. Seuls les facteurs sociolinguistiques nous préoccuperont dans le reste de cet article.

26Nous avons vu que la prononciation non rhotique a commencé à se généraliser à Londres dès le XVIIIe et a progressivement caractérisé la prononciation de la capitale, toutes classes confondues. On peut penser que la dissémination de la prononciation non rhotique en Grande-Bretagne est le résultat à la fois du prestige lié à la RP comme accent des couches supérieures et du rôle joué par Londres comme lieu .de brassage social depuis plusieurs siècles. Une étude exhaustive de Vavancée de la norme non rhotique en Grande-Bretagne exigerait un maillage sociolinguistique des Iles Britanniques beaucoup plus serré que ce qui est à notre disposition, à la fois synchroniquement et diachroniquement. Néanmoins, l’expansion de la norme non rhotique aux dépens de la prononciation rhotique ne fait guère de doute pour les îles Britanniques. Considérons tour à tour le pays de Galles, le nord de l’Angleterre, l’Écosse et l’Irlande.

27Au Pays de Galles, le substrat linguistique est le gallois, langue celtique où le ‘r’ est stable en position pré- et post-vocalique. On sait par ailleurs que les dialectes anglais qui jouxtent le Pays de Galles (Gloucester, Hereford, Salop) sont traditionnellement des accents rhotiques. Pourtant, la grande majorité des accents gallois contemporains, surtout dans les villes, sont non rhotiques (Wells, 1982 : 378-380). L’explication que donne Wells est la suivante :

The answer presumably lies in the fact that Welsh English is from a historical point of view very largely the English imposed by schoolteachers. Whether themselves Welsh or English, they would certainly strive, as always, to present a type of English in conformity with currrent views of good speech - not only in grammar but also in pronunciation. By the nineteenth century, which is when English became really established in Wales, non-rhoticity was already the polite norm in England: non-prevocal ic /r/ had already come to be associated, as it is now, with forms of English which were either provincial or else distant from the metropolis, or both, and the appropriate model for Wales was therefore a non-rhotic one (Wells, 1982: 380).

28Cette explication invoque deux facteurs - le modèle répandu par les enseignants (anglais ou gallois) et l’influence de Londres. S’il est difficile d’évaluer le premier facteur à l’échelle d’un pays entier, la proximité de Londres (mesurable par l’existence de liens ferroviaires qui ont relié très tôt la capitale et Cardiff) semble être un facteur de première importance. Une forte industrialisation du sud du Pays de Galles, en particulier dans le comté de Glamorgan (Cardiff, Swansea, Newport) s’est effectuée au XIXe siècle. Et cette partie du Pays de Galles est celle où il y a le moins de locuteurs bilingues (10 % selon Chevillet 1991 : 122). Il ne semble guère surprenant que Cardiff et le sud du Pays de Galles soient non rhotiques, à l’exception de quelques locuteurs bilingues gallois-anglais alors que les zones du nord et de l’ouest du Pays de Galles sont celles où l’on trouve le plus de locuteurs rhotiques (Thomas, 1988, Chevillet, 1991 : 122-128, Hughes & Trudgill, 1997 : 67, 81).

29En ce qui concerne l’Écosse, aucune des descriptions récentes ne conteste que l’accent majoritaire y est rhotique. Ce qui est néanmoins intéressant est que, comme nous l’avons noté, le /r/ roulé (vibrante alvéolaire) semble avoir progressivement laissé la place à d’autres réalisations, surtout dans les zones urbaines (cf. Wells, 1982 : 410-411, Aitken, 1988 : 102, Chevillet, 1991 : 133, Hughes & Trudgill 1997 : 97). Parmi les réalisations les plus fréquentes, on note l’emploi d’une battue ou d’une approximante. Ces deux types de réalisation sont des exemples de lénition puisque la battue peut s’obtenir par une simple réduction des battements de la vibrante, et une approximante, de par ses résonances vocaliques, est susceptible d’absorption par la voyelle qui précède dans le cadre de la même syllabe. On peut donc se demander si ce changement dans la qualité du /r/ observable dans l’usage écossais n’est pas un facteur prédisposant les locuteurs à un effacement du /r/ post-vocalique. Dans ce contexte, il est intéressant de constater qu’une étude effectuée par Romaine (1978) à Edimbourg chez des enfants a révélé une proportion significative d’effacements de /r/ post-vocaliques devant une pause. Même s’il ne faudrait pas en conclure que l’Écosse est en train de se ruer vers des usages non rhotiques, la répercussion de la norme anglaise semble indéniable dans certaines strates de la population écossaise.

30Pour terminer notre tour d’horizon, on constatera que la norme est solidement rhotique en Irlande du nord et en Irlande du sud. S’il est vrai que cette norme n’est pas contestée, il existe au moins une étude selon laquelle, à Dublin, une vocalisation du ‘r’ post-vocalique est attestée chez des enfants de milieux ouvriers. Dans certains contextes, ces derniers réaliseraient un mot comme here en [hıɐ] (cf. Bertz 1975 signalé par Wells, 1982 : 432).

31Ce bref survol de l’opposition entre accents rhotiques et non rhotiques dans les Iles Britanniques montre comment les centres urbains jouent un rôle fondamental dans la dissémination des changements linguistiques. Il semble difficile de nier qu’en Grande-Bretagne ce sont les usages linguistiques de Londres qui exercent l’influence la plus importante sur les autres variétés régionales. Sur le plan phonologique, les décennies récentes ont montré une fois de plus la relation dialectique qui existait dans la capitale entre les prononciations les plus huppées et les usages des couches populaires. Il est courant de parler aujourd’hui de “1’Estuary English” comme un nouveau type de norme. Or, Y Estuary English, pour autant qu’il dénote un accent stable, semble désigner un type de prononciation à mi-chemin, pour ainsi dire, entre la RP et l’accent populaire de Londres. Un des traits les plus marquants de l’accent populaire de Londres est l’emploi de coups de glotte comme réalisation du phonème /t/ (et aussi /p/ et /k/ dans divers contextes). Le coup de glotte n’est certes pas l’apanage du cockney et de nombreux phonéticiens avaient déjà fait remarquer que, même en RP, le coup de glotte était fréquent dans certains cas. Ainsi, Daniel Jones (1964 : 151) a pu noter qu’un l\l en position finale de syllabe dans des exemples comme Tottenham /tɒtnəm/ ([tɒnəɁm]) était attesté chez des locuteurs de la RP (même s’il ne devait pas être imité par l’apprenant étranger !). Néanmoins, un /t/ intervocalique (par exemple better = [beɁə]) était inconcevable en RP alors qu’il était courant dans l’accent populaire de Londres et de quelques autres grandes villes comme Glasgow. Or, c’est précisément ce type d’usage qui s’est répandu dans la pratique de tous les jeunes locuteurs contemporains en Angleterre, des bancs de l’université aux usines, des grandes villes aux zones rurales. Ce simple exemple est emblématique de la situation britannique. La norme contemporaine telle qu’elle se reflète dans les usages et dans l’imaginaire que construisent les média reflète plus que jamais l’influence de Londres (voir l’article de Charles Hymes dans le Sunday Times, 10/4/1994, en appendice). On ne saurait comprendre l’émergence et l’extension de la prononciation non rhotique en Grande-Bretagne si on n’apprécie pas à sa juste mesure le rôle moteur que joue Londres dans l’élaboration et l’initiation de normes linguistiques.

3. L’émergence d’une norme rhotique aux Etats-Unis

32Aux États-Unis, l’histoire du /r/ post-vocalique présente une image complexe avec une tendance contemporaine inverse de celle du sud de l’Angleterre. En effet, il ne fait aucun doute que la norme contemporaine est de type rhotique. Les dictionnaires de prononciation s’accordent sur ce point (cf. Kenyon & Knott, 1953, Wells 1990, Jones 1997) ainsi que les traités phonologiques visant à représenter un type de prononciation courante aux États-Unis (par exemple Chomsky et Halle 1968, Hammond, 1999). L’émergence de cette norme soulève cependant des questions intéressantes sur lesquelles nous allons nous pencher. Dans un premier temps, nous accepterons diverses hypothèses classiques sur la constitution de l’américain. Nous examinerons plus loin des critiques récentes de certaines de ces hypothèses d’un point de vue “créoliste”, bien qu’à notre sens les explications de ce type laissent planer beaucoup de zones d’ombre sur les problèmes.

3.1. Quelques jalons historiques

33La variation actuelle s’explique en grande partie par les vagues successives d’immigrants qui sont partis à la conquête des États-Unis. Mais les normes dans le domaine linguistique sont rarement des moyennes qui s’établiraient à partir de la somme des usages. Les systèmes linguistiques ont des structures ne se prêtant pas à de simples nivellements statistiques comme le montre une analyse plus fine de ce phénomène aussi bien sur les plans diachronique que synchronique.

34Les ‘Pilgrim Fathers’ et les puritains qui les suivirent venaient de l’East Anglia et des comtés de l’est de l’Angleterre (Lincolnshire, Essex, Bedfordshire, Huntingdonshire). On peut penser que la prononciation qu’ils apportaient était non rhotique, à la fois à travers l’histoire interne de ces variétés en Angleterre et à partir des dialectes ruraux qu’ils ont légués en Nouvelle Angleterre et dans le Nord-Est des États-Unis. En revanche, les immigrants qui colonisèrent les zones côtières de la Virginie et de la Caroline du Nord venaient des provinces rhotiques du sud-ouest de l’Angleterre. Citons Crystal (1988: 224) :

The Southern explorers came mainly from the West Country and brought with them the characteristic west-country accent, with its ‘Zummerzet’ voicing of s sounds, and the r pronounced after vowels. Strong hints of this accent can still be heard in the speech of communities living in some of the isolated valleys and islands in the area, such as Tangier Island in Chesapeake Bay. These ‘Tidewater ’ accents, as they are called, will have changed somewhat over the past 300 years, but not asrapidly (because of the relative isolation of the speakers) as elsewhere in the country. They are sometimes said to be the closest we will ever get to the sound of Shakespearean English.

35Au XVIIIe siècle, les immigrants les plus nombreux venaient d’Irlande du nord et étaient parfois d’origine écossaise. Dans les années 1720, environ 50 000 Irlandais et Hibemo-Écossais (=Irlando-Écossais !) émigrèrent aux États-Unis. On estime qu’au moment de la Déclaration d’indépendance des États-Unis en 1776 un Américain sur sept était d’origine irlandaise ou écossaise. Ces immigrants étaient les premiers “frontier people” et ils poussèrent vers l’ouest et vers le sud. Notons que ces locuteurs prononçaient comme ils le font encore aujourd’hui les /r/ post-vocaliques et que leur prononciation était jugée comme peu raffinée (“broad”).

36En 1790, lors du premier recensement des États-Unis, la population était estimée à environ 4 millions d’habitants. Un siècle plus tard, après la conquête de l’ouest, la population tournait autour de 50 millions. Les Hibemo-Écossais ont été au cœur de cette ouverture de l’ouest. Le résultat en termes de divisions dialectales est que toute la zone qu’on appelle le “Midland” était essentiellement rhotique. Deux autres zones s’étaient dégagées du point de vue dialectal: le nord-est et le sud-est. (Nous laisserons le sud-est de côté ici mais voir nos remarques en §3.2 infra.) Le nord-est des États-Unis est longtemps resté perméable à l’influence de l’Angleterre. Les grandes villes du nord-est comme Boston, Philadelphie et New York ont continué au XIXe et au début du XXe siècle à subir l’influence de la vieille mère patrie et donc de la prononciation non rhotique qui y était devenue la prononciation reçue (la RP). Labov (1972: 64-65) note que, jusqu’à la deuxième guerre mondiale, les écoles de New York City étaient dominées par un groupe d’anglophiles qui enseignaient que la prononciation du /r/ post-vocalique était un trait provincial, une inversion incorrecte de la consonne, et que la prononciation correcte était [kɑ:] en accord avec les normes de l’anglais dit international. Voici ce que déclaraient par exemple Rauchibek, Davis & Carll (1940) dans un ouvrage pédagogique destiné aux enseignants de New York :

There are many people who feel that an effort should be made to make the pronunciation conform to the spelling, and for some strange reason, they are particularly concerned with r. We all pronounce calm, psalm, almond, know, eight, night and there without worrying ... Yet people who would not dream of saying kni: or psai’kɒlədʒi insist on attempting to sound the r in words like pa:k or faðə just because an r marks the spot where our ancestors used a trill... More often than not, people do not really say a third sound in a word like pa:k but merely say the vowel a: with the tongue tip curled back towards the throat. This type of vowel production is known as “Inversion ”. (cité in Labov, 1972: 64-65)

37Cependant, face à la minorité d’Américains qui lorgnaient du côté de l’Angleterre et de l’anglais « international », il existait depuis longtemps aux États-Unis une fierté par rapport aux usages du nouveau monde. Le rôle de Noah Webster(1758-1843) dans la description lexicographique de l’américain est connu. Or ses propositions ne provenaient pas d’un simple désir de noter l’usage ou de rationaliser l’orthographe de l’anglais. La construction d’une nouvelle nation et de nouvelles valeurs politiques et morales devait aussi passer par le plan linguistique. Parmi les nombreuses déclarations qu’il fit dans ce sens, notons la suivante dans ses Dissertations on the English Language :

  • 8 Cité par Baugh et Cable (1993 : 361).

As an independent nation, our honor requires us to have a system of our own, in language as well as government. Great Britain, whose children we are, should no longer be our standard; for the taste of her writers is already corrupted, and her language on the decline. But if it were not so, she is at too great a distance to be our model, and to instruct us in the principles of our own tongue.8

38L’influence de Noah Webster ne s’est cependant pas limitée à l’écrit. Baugh & Cable (1993 : 365-369) consacrent quelques paragraphes intéressants à son influence sur la prononciation américaine. Cette question préoccupait Webster puisque, dans la première partie de son Grammatical Institute (qui devait devenir l’American Spelling Book), il déclare que son système « is designed to introduce uniformity and accuracy of pronunciation into common schools. » Tel fut le succès du Spelling Book qu’à la fin du XVIIIe des classes entières d’écoliers apprenaient à lire en récitant à l’unisson des tableaux de mots tirés de cet ouvrage, lettre par lettre, syllabe par syllabe. Or, sur le plan de la prononciation, Webster adhérait à un modèle de correspondance aussi étroite que possible entre prononciation et orthographe. Il s’inspirait de Sheridan qu’il citait avec approbation : « A good articulation consists in giving every letter in a syllable its due proportion of sound, according to the most approved custom of pronouncing it ; and in making such a distinction between syllables, of which words are composed, that the ear shall without difficulty acknowledge their number. » (Baugh & Cable, 1993: 366). On peut sans doute attribuer une réduction moins marquée des syllabes faibles en américain qu’en RP à cet usage. En ce qui concerne le ‘r’ post-vocalique, il est probable que, dans une situation de variation linguistique avec des usages rhotiques et non-rhotiques en compétition, l’usage rhotique assignant une valeur phonétique à tout ‘r’ post-vocalique écrit a été renforcé par l’utilisation du Webster.

39Il semble clair qu’au XIXe siècle, les modes linguistiques anglaises n’arrivaient guère à pénétrer au-delà des zone côtières du nord-est des États-Unis et l’émancipation à l’égard de l’anglais d’Angleterre a progressivement pris de l’ampleur. La littérature américaine a déjà ses lettres de noblesse et un sentiment d’orgueil national se manifeste sur le plan linguistique. Ecoutons le poète Walt Whitman déclarer en 1855 “The United States themselves are themselves the greatest poem”. Écoutons-le encore affirmer de son ouvrage Leaves of Grass :

My book and I — what a period we have presumed to span! Those thirty years from 1850 to 1880 — and America in them ! Proud, indeed may we be, if we have culled enough of that period in its own spirit to worthily waft a few live breaths of it to the future!

40Écoutons-le enfin proclamer l’unité du grand destin américain et de sa langue :

The English language befriends the grand American expression ...It is the powerful language of resistance ... it is the dialect of common sense. It is the speech of the proud and melancholy races and of all who aspire. It is the chosen tongue to express growth faith self-esteem freedom justice equality friendliness amplitude prudence decision and courage. It is the medium that shall well nigh express the inexpressible.

41Enfin, au XXe siècle, l’Angleterre a (devant nos yeux) progressivement perdu à travers le monde l’immense prestige politique, économique et culturel qui était le sien au XIXe. Les États-Unis deviennent désormais la première puissance mondiale. Dans la tradition de Noah Webster, le sentiment d’orgueil linguistique national prend de l’ampleur et affirme les vertus de la langue américaine vis-à-vis de la mère patrie historique. Ainsi, H. L. Mencken, journaliste de talent qui a marqué son temps, publie en 1919 The American Language. Un des grands thèmes de cet ouvrage est la nécessité de se libérer de l’influence de l’Angleterre, de sa préciosité, de sa “marshmallow gentility” (“affectation à la guimauve”). Voici ce qu’il affirme dans sa quatrième édition :

The American of today is much more honestly English, in any sense that Shakespeare would have understood, than the so-called standard English of England. It still shows all the characteristics that marked the common tongue in the days of Elizabeth I, and it continues to resist stoutly the policing that ironed out standard English in the seventeenth and eighteenth century.

42Toutes ces affirmations n’expliquent pas en tant que telles que la norme américaine soit devenue rhotique mais elles expliquent que les conditions étaient réunies pour une autre norme phonétique que la RP. L’absence de /r/ post-vocalique est un trait marquant de l’accent anglais standard et il ne paraît pas surprenant qu’à choisir, inconsciemment, de s’écarter d’un modèle, on sélectionne une de ses caractéristiques les plus visibles (au sens de ‘audibles’ !). Nous démontrerons maintenant comment les dialectes non rhotiques américains qui auraient pu servir de norme autochtone n’ont pas eu le prestige nécessaire pour imposer ce trait phonétique.

3.2. Stéréotypes et imaginaire linguistique

43Nous avons déjà suggéré que des villes comme Boston ou Philadelphie associées à la vieille mère patrie et à sa préciosité surannée ne pouvaient pas constituer une source de diffusion de la prononciation non rhotique. On peut néanmoins s’étonner que New York, la grande métropole moderne dont le parler est traditionnellement non rhotique, n’ait pas pu jouer ce rôle. Le travail de Labov (1966, 1972) est une source essentielle d’information sur cette question. New York, ville très cosmopolite, point d’entrée de nombreux émigrants souvent pauvres et peu scolarisés, est une ville qui n’a pas un grand prestige linguistique aux yeux du reste de l’Amérique. Certes, il n’est pas inhabituel que l’accent d’une grande ville soit méprisé. À cet égard, New York n’est sans doute pas différent d’autres grandes villes comme Londres, Liverpool ou Glasgow en Grande-Bretagne. Mais il n’existe aucune autre ville américaine qui évoque des réactions aussi négatives que New York. Ce qui est pire est que les new-yorkais dans leur majorité ont intériorisé une image négative de leur propre prononciation. Comme le fait remarquer Labov : “as far as language is concerned, New York City may be characterized as a great sink of negative prestige” (Labov 1966: 499). On se trouve donc devant une situation peu commune. Les new-yorkais, en dépit de leur puissance économique et culturelle, révèlent à travers leurs changements de registre et leurs hypercorrections une forme d’insécurité linguistique liée à leur accent. Les autres Américains se moquent fréquemment de la prononciation new-yorkaise tout en étant incapables d’en imiter correctement les caractéristiques les plus marquantes. La conséquence est qu’à la différence des autres grandes métropoles modernes, New York ne constitue pas un foyer de diffusion des innovations linguistiques. Ce manque de prestige a indubitablement joué un rôle important dans la non-dissémination de l’accent non rhotique aux États-Unis.

44Élargissons nos observations socio-géographiques. L’accent du sud des États-Unis est loin d’être uniforme mais un stéréotype courant le présente à la fois comme non rhotique et comme objet de dérision. Voici comment deux auteurs - un d’Amérique du Nord et un anglais - caricaturent un accent du sud (cf. Wells, 1977, vol. 3 : 529) :

Most of yew religious leaders ah haven V seen in many yeuhs. Ah jus wus taw kin to Billi this aftuhnoon ... Ah, the greyaph heah tells the stawry ... F aw the fust time in twelve yeuhs ... [= Most of you religious leaders I haven’t seen in many years. ... I just was talking to Billy this afternoon ... Ah, the graph here tells the story ... For the first time in twelve years ...] (Lenny Bruce, 1975: 529)

Ah, Apollo jars. Arcane standard, Hannah More. Armageddon pier staff. [= prononciation RP de: I apologize. I can’t stand it any more. I’m a-getting pissed off] (Kingsley Amis, 1968: 61)

45Enfin, on remarquera que l’accent non rhotique est également associé de façon stéréotypique à un accent noir. La réalité est complexe car la prononciation des noirs américains, comme celles des autres groupes, dépend de leur position dans l’espace géographique, économique et socio-culturel, ou, pour résumer, de leur capital symbolique (réel ou imaginé). Mais le fait est qu’un stéréotype du locuteur noir est véhiculé par association avec le Black English Vernacular (BEV) qui est effectivement non rhotique. Un exemple littéraire connu de BEV est fourni par Mark Twain dans son grand roman Huckleberry Finn (1884). Voici un exemple de conversation entre Huckleberry Finn et Jim :

‘Have you got hairy arms and a hairy breast, Jim?'
‘What’s de use to axe dat question? don ’ you see I has? '
' Well, are you rich? ’
'No, but I been rich wunst, and gwyne be rich again. Wunst I had foteen dollars, but I tuck to spéculât ’n ’, en got busted out.’
‘What did you speculate in, Jim? ’
‘Well, fust I tackled stock?

What kind of stock? '
‘Why, live stock. Cattle, you know. I put ten dollars in a cow. But I ain ’ gwyne to resk no mo ’ money in stock,
(ch. 8)

46[Le lecteur notera la transcription de ‘fourteen’ par ‘foteen’, de ‘first’ par ‘fust’ et de ‘more’ par ‘mo’ dans le parler de Jim. Comparer avec la caricature très proche d’un accent du sud par Lenny Bruce plus haut.]

47Le fait que l’accent d’un groupe ethnique aussi important que le groupe noir ait été objet de ridicule dans une caricature non rhotique a sans doute joué un rôle non négligeable dans le choix par les États-Unis de la prononciation de l’ouest sur ce point. La prononciation prétendument vulgaire des Hiberno-Écossais a triomphé sur la pédantisme démodé de Boston. Y a-t-il désormais quelque chose de plus authentiquement américain que la prononciation du “Male Caucasian” (dans les termes utilisés par la police américaine pour identifier un blanc) qui a bravé tous les dangers pour apporter la civilisation occidentale aux confins de l’Amérique du Nord ? Il est d’ailleurs intéressant de constater que le premier ouvrage de la fameuse trilogie de science-fiction de Isaac Asimov Foundation utilise ce trait dans un univers du futur fait de millions de mondes où l’anglais est apparemment la langue de tous. L’Empire galactique est en pleine décomposition. Un groupe de savants (les Encyclopédistes) qui a émigré sur la planète Trantor aux confins de l’Empire reçoit la visite du chancelier qu’a délégué l’Empereur. Voici le tableau que brosse l’auteur de cet ambassadeur de l’Empire :

Lord Dorwin took snuff. He also had long hair, curled intricately and, quite obviously artificially, to which were added a pair of fluffy, blond sideburns, which he fondled affectionately. Then, too, he spoke in overprecise statements and left out all the r’s.

48Et voilà comment Lord Dorwin décrit la planète voisine d’Anacreon :

“Ah, yes, Anacweon. ” A negligent wave of the hand. “I have just come from theah. Most bahbawous planet. It is thowoughly inconceivable that human beings could live heah in the Periphewy. The lack of the most elementawy wequiahments of a cultuahed gentleman; the absence of the most fundamental necessities for comfoht and convenience ...” (1960 [1951]: 51)

49On n’est guère surpris de découvrir que Lord Dorwin échoue dans son entreprise de médiation et de pacification d’Anacreon et que l’avenir de l’univers intergalactique incombera à des locuteurs moins empesés sur le plan personnel et linguistique.

50On pourrait multiplier de tels exemples. Nous nous limiterons ici à la trilogie Star Wars de George Lucas qui nous projette une trentaine d’années après Foundation (Star Wars 1977, The Empire Strikes Back 1980, Return of the Jedi 1983). Dans cette œuvre, l’utilisation de ce même trait linguistique est plus complexe avec quelques inversions intéressantes mais dans l’ensemble facile à décoder comme schibboleth en termes de l’imaginaire linguistique américain.

51On a d’un côté l’Empire Galactique, qui représente les forces du mal, de l’autre les rebelles qui défendent la liberté. Tous les héros humains qui luttent contre l’Empire Galactique parlent avec un accent américain standard. Que ce soit la Princesse Lea, Luke Skywalker, le capitaine Han Solo, les officiers ou les simples soldats appartenant à la rébellion, tous ont un accent rhotique. En face d’eux, les militaires de l’Empire Galactique parlent tous avec un accent RP non rhotique. Les non humains qui englobent plusieurs catégories obéissent à plusieurs schémas. Tous les êtres humains ou quasi humains qui sont en lien direct avec la Force et peuvent utiliser son pouvoir, parlent avec un accent RP, que leur orientation soit vers le bien (Ben Canobi, Yoda) ou vers le mal (l’Empereur, Darth Vader). Les robots sont ambivalents puisqu’ils parlent tous avec un accent rhotique sauf C-3PO, le polyglotte amusant mais simplet, qui sert Luke Skywalker et qui a un accent non rhotique. On est donc devant une situation d’équilibre entre le bien et le mal. Or, que constate-t-on ? C’est la transformation progressive de Luke Skywalker (Américain bon teint donc rhotique) en chevalier Jedi qui fait pencher la balance en faveur du bien et qui permet en dernier ressort à la rébellion de vaincre le maléfique Empire Galactique. Le déchiffrement de ce trait-là au moins n’exige donc pas de théorie sémiotique complexe !

3.3. Pidgins, créoles et hybridations linguistiques

52En §3.1, nous avons présenté à grands traits une interprétation traditionnelle de l’évolution de l’anglais aux États-Unis en attribuant un rôle historique central aux dialectes des Iles Britanniques. Dans des travaux récents, et, en particulier, dans Dillard (1992), une autre analyse est proposée. La colonisation des États-Unis par des vagues successives d’anglophones ne s’est pas déroulée dans un vide total, au plan culturel ou linguistique. Dillard souligne que divers pidgins nautiques (influencés, entre autres, par l’espagnol, le portugais et le basque) étaient monnaie courante en Amérique du nord depuis le XVI siècle. Les Indiens qui rôdaient furtivement autour des Puritains en 1621 n’en étaient pas à leur premier contact avec l’anglais et certains d’entre eux maîtrisaient un pidgin suffisamment compréhensible pour servir d’interprètes. Selon Goddard (1977, 1978), un pidgin anglais était bien établi en Nouvelle Angleterre dès 1630-1640. À la même époque, il y avait déjà des esclaves noirs en Nouvelle Angleterre et nul ne sait si le pidgin anglais est passé des Indiens vers les esclaves noirs, ou vice versa, ou si ces deux groupes l’ont reçu d’une troisième source.

53En même temps, la colonisation européenne était multiculturelle et multilinguistique. Le New Netherland, par exemple, était peuplé d’une douzaine de nationalités dont des Wallons francophones à Fort Orange (aujourd’hui Albany), des Norvégiens, des Danois, des Suédois, des Allemands, des Écossais, des Irlandais et des Hollandais à Rensselaerwick ; puis des Anglais venus du Connecticut en 1642. L’anglais n’était pas non plus la seule langue de communication officielle. A Manhattan, où apparemment 18 langues étaient courantes en 1644, le français et le néerlandais (pas l’anglais) jouaient le rôle de langues officielles. Il est vrai que, vers la fin du XVIIIe siècle, l’anglais était devenu la langue dominante aux États-Unis et qu’on y trouvait déjà une uniformité surprenante. Mais l’explication défendue par Dillard ne repose pas sur l’idée d’une radiation à partir de divers centres représentant les vieux dialectes du Royaume-Uni qui auraient d’abord imposé la langue anglaise puis subi un processus d’homogénéisation. Au contraire, cet auteur soutient la thèse qu’une nouvelle diversité était née de par l’interaction avec les Indiens et les autres groupes qui constituaient les nouvelles colonies et les zones d’expansion à l’ouest :

This new kind of diversity thus characterized American English even in the colonial period. Some striking new types of uniformity developed, however. Pidgin English, which continues to be attested through the westward movement of American English during the nineteenth century, may be looked upon from one viewpoint as a result of the language levelling in the multilingual communities of the North American colonies. Lacking some of the unusual features of ordinary English, it far better met communication needs - especially with speakers of American Indian languages. As such, its development paralleled the dialect levelling which took place somewhat later. (1992: 30)

54Il semble utile de faire l’hypothèse qu’un ou des pidgins aient joué un rôle de ciment linguistique dans la constitution de l’anglais des États-Unis. Cependant, en ce qui concerne le trait phonétique qui nous concerne, à savoir la rhoticité, il reste à démontrer que l’influence majeure pourrait en dernier ressort provenir de pidgins de l’anglais qu’ils s’appuient sur des langues amérindiennes, africaines ou européennes (Scandinaves, germaniques ou latines). L’observation de pidgins ou de créoles contemporains formés à partir de l’anglais suggère au contraire que les ‘r’ postvocaliques y sont souvent effacés. L’émergence de la rhoticité comme norme aux États-Unis nous semble donc mieux expliquée par les théories classiques et par l’organisation dialectale de l’anglais de la Grande-Bretagne comme langue-mère.

4. Épilogue

55Nous avons exploré dans les sections précédentes une partie de l’histoire de la fragmentation phonologique qui oppose en anglais les accents dits rhotiques aux accents non rhotiques. Le tableau qui a été brossé est sans aucun doute incomplet. Les facteurs historiques auraient pu être approfondis et il aurait été utile d’aller au-delà des États-Unis et du Royaume-Uni pour étayer ou infirmer telle ou telle hypothèse. Nous osons néanmoins espérer que l’approche adoptée ici a pu éclairer quelques zones d’ombre et montrer pourquoi les différences dialectales perdurent dans le temps et l’espace. La présence ou l’absence d’un ‘r’ postvocalique est un principe de différenciation qui permet de poser des frontières simples entre nations, régions, classes ou groupes ethniques parlant une même langue. Il est à souhaiter qu’il ne joue jamais le rôle de schibboleth au sens biblique. Les destructions de masse et purifications ethniques qui ont marqué le vingtième siècle ne permettent néanmoins aucun optimisme en la matière.

Appendice

56Young royals put accent on slang

57Forget the House of Windsor; welcome to the House of Essex. The young royals are spuming the anachronisms of the Queen’s English to adopt a more streetwise accent that embraces Sloane slang and cockney.

58A new study has revealed that they have shunned the clipped conservative pronunciation of the Queen - hice for house, awf for off and fectory for factory - and are more likely to adopt traits of speech commonly associated with the classless southern accent know as Estuary English or "high cockney”.

59Like millions in the towns and counties of the Thames estuary who have popularised the new accent, royals such as the Princess of Wales and Prince Edward are prone to swallow their t’s in sentences such as “There’s a lo’ of i’ about”.

60They also tend to vocalise their Ts in words such as milk, which becomes miuk or describe St Paul’s cathedral as St Pauw’s - another feature of cockney, says Katie Wales, a reader in English at Royal Holloway and Bedford New College, University of London.

61Her study, entitled The Rise and Fall of Queen’s English, concludes that many of the conventions of “royalese” are increasingly seen as anachronistic, a perception that has been heightened by the controversies surrounding the royal family.

62The changes in royal accent may be an unconscious or even deliberate attempt to be more in tune. “If they all are more and more seen to be no different from the rest of us, they will more and more be expected to speak ‘the same language’,” Wales said.

63The shift has not gone unnoticed by the Queen’s English Society. Michael Russell, its vice-chairman, acknowledged that Princess Diana was particularly estuarial. "I agree that the younger royals do not have the same accent as the Queen, which has left her a little bit isolated and, dare I mention it, a little bit open to ridicule,” he said.

64Even linguists who compiled the New Shorter Oxford Dictionary said their efforts to reflect current pronunciation owed more to “Prince Andrew than the Queen”.

65It is not only in pronunciation but also in vocabulary that the younger royals are reflecting their age. The older members of the family are more likely to use military slang (including swearing). Prince Philip is fond of “you chaps” and “old chap”; the Prince of Wales used “tit” for a phone push-button in the “Camillagate” tape.

66The younger female royals such as Diana and the Duchess of York, favour Sloanisms such as “ghastly” or “absolutely”; prep or public school slang such as “twit”, “weed” or “nit”; colloquial estuary English such as “in yonks” (for ages), “bog” (lavatory) or “chuffed” (pleased); and skiing slang such as “motorway” for an easy piste.

67It still stands out as speech that is different and potentially “posher” than that used by the man or woman in the street. However, the gap is closing, according to Wales. Gone is the royal “We” even in the Queen’s English; she is more likely to use “My husband and I” or the pronoun “one”.

68Charles Hymes, Education Correspondent, Sunday Times, 10/4/1994.

Top of page

Bibliography

ABERCROMBIE, David (1965) Studies in Phonetics and Linguistics. Ch. 6 ‘Forgotten Phoneticians’. Edinburg: Edinburgh University Press.

CHAMBERS, J. K. & TRUDGILL, Peter, (1980) Dialectology. Cambridge: Cambridge University Press.

CHEVILLET, François, (1991) Les variétés de l’anglais. Paris : Nathan.

CRUTTENDEN, Alan, (1994) Gimson ’s Pronunciation of English. London: Edward Arnold.

CRYSTAL, David, (1988) The English Language. Harmondsworth: Penguin Books.

DILLARD, J. L., (1992) v4 History of American English. London: Longman.

DURAND, Jacques, (1993) “Sociolinguistic Variation and the Linguist”. In C. Sanders (ed.) French Today: Language in its Social Context, Cambridge: Cambridge University Press, 257-285. Réimprimé dans J. Durand (1995) Travaux de Linguistique, Vol. II, Linguistique générale, École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris), 67-95. Durand, Jacques, (1996) “Linguistic Purification, the French Nation-State and the Linguist ”. In C. Hoffman (ed.) (1996) Language, Culture and Communication in Contemporary Europe, Multilingual Matters, 75-92.

DURAND, Jacques, (1997) “Linking r in English: constraints, principles and parameters, or rules?”, Histoire Epistémologie Langage, 1997,19/1: 43-72.

ELLIS, Alexander J., (1869) On Early English Pronunciation. London: Early English Text Society.

FOULKES, Paul, (1997) “English [r]-sandhi - a sociolinguistic perspective.” Histoire, Épistémologie, langage 19/1: 73-96.

GODDARD, Ives, (1977) “Some Early Examples of American Indian Pidgin English from New England.” International Journal of American Linguistics 43 : 37-41.

GODDARD, Ives, (1978) “A Further Note on Pidgin English.” International Journal of American Linguistics 44 : 73.

GRADDOL, David, Leith, Dick et Swann, Joan, (1996) English: History, Diversity and Change. Londres : Routledge.

GRANT, William, (1914) The Pronunciation of English in Scotland. Cambridge: Cambridge University Press.

HAMMOND, Michael, (1999) The Phonology of English: a prosodic-optimality-theoretic approach. Oxford: Oxford University Press.

HONEY, John, (1989) Does Accent Matter? The Pygmalion Factor. London: Faber & Faber.

HUGHES, Arthur & Trudgill, Peter, (1987). English Accents and Dialects. An Introduction to Social and Regional Varieties of British English. Deuxième édition. Première édition 1979. Londres : Edward Arnold.

JONES, Daniel, (1964) An Outline of English Phonetics. 9ème édition. Première édition 1918.

JONES, Charles, (1989) A History of English Phonology. Londres : Longman.

KENYON, John S. & KNOTT, Thomas A., (1953) A Pronouncing Dictionary of American English. Springfield, Mass.: Merriam Webster.

KOKERITZ, H., (1944) Mather Flint on Early Eighteenth Century Pronunciation. Skriflev Kungl. Humanistika Vetenskapss amfundet i Uppsala : Uppsala et Leipzig : Almqvist et Winksells.

KURATH, H. & McDavid, R.I. Jr., (1961) The Pronunciation of English in the Atlantic States (PEAS). Ann Arbor: University of Michigan Press.

LABOV, William, (1966) The Social Stratification of English in New York City. Washington, D C.: Center for Applied Linguistics.

LABOV, William, (1972) Sociolinguistic Patterns. Oxford: Basil Blackwell.

LABOV, William, (1994) Principles of Linguistic Change. Internal Factors. Cambridge, MA: Blackwell.

LADEFOGED, Peter & MADDIESON, Ian, (1996) The Sounds of the World’s Languages. Oxford: Blackwell Publishers.

McCRUM, Robert, CRAN, William et MACNEIl, Robert, (1986) The Story of English. Londres : Faber & Faber.

MILROY, James, (1991) Linguistic Variation and Change. Oxford: Blackwell.

MlLROY, Lesley, (1980) Language and Social Networks. Oxford: Blackwell.

MlLROY, Lesley, (1987) Observing and Analysing Natural Language. Oxford Blackwell.

ORTON, H. et alii., (1962-1971) Survey of English Dialects (SED). 4 vols. Leeds: Arnold.

ORTON, H. et alii., (1978) The Linguistic Atlas of England (LAE). Londres: Croom Helm. Édition américaine, 1977, Atlantic Highlands, N. J. : Humanities Press.

PÂHLSSON, C., (1972) “The Northumbrian burr”. Lund Studies in English 41.

ROACH, Peter & Hartman, James, (eds.) (1997) [Daniel Jones] English Pronouncing Dictionary. Fifteenth edition. Cambridge: Cambridge University Press.

ROMAINE, Suzanne, (1978) “Postvocalic /r/ in Scottish English: sound change in progress?”. In P. Trudgill (ed.) (1978) Sociolinguistic Patterns in British English. Londres : Edward Arnold.

ROMAINE, Suzanne, (1994) Language in Society. An Introduction to Sociolinguistics. Oxford: Oxford University Press.

STRANG, Barbara, (1970) A History of English. London: Methuen.

THOMAS, Alan R., (1984). “Welsh English”. In Peter Trudgill (ed.) (1984) Language in the British Isles. Cambridge: Cambridge University Press. 178-198.

TRUDGILL, Peter, (1974) The Social Differentiation of English in Norwich. Cambridge: Cambridge University Press.

TRUDGILL, Peter (1983) Sociolinguistics. An Introduction to Language and Society. Revised edition. First edition 1974. Harmondsworth: Penguin Books.

TRUDGILL, Peter, (1986) Dialects in Contact. Oxford: Blackwell.

TRUDGILL, Peter & Hannah, Jean, (1985) International English. A Guide to Varieties of Standard English. Second edition. First edition 1982. Londres : Edward Arnold.

WELLS, John C., (1982) Accents of English. 3 volumes. Cambridge: Cambridge University Press.

WELLS, John C., (1990) Longman Pronunciation Dictionary. Londres : Longman.

Top of page

Notes

1 Des versions préliminaires de cet article ont été présentées, en 1998, à Toulouse-Le Mirail dans le cadre du CAS et, en 1999, à l’Université de Salford au cours du colloque Beyond Boundaries II. Je tiens à remercier les organisateurs respectifs de ces manifestations, Christiane Fioupou, Geoffrey Harris et Charlotte Hoffman, pour leur invitation et leurs remarques. Je tiens également à remercier Wilfrid Rotgé pour ses encouragements et ses suggestions sur la première version de ce travail. Les collègues suivants ont eu la gentillesse de bien vouloir lire les premières ébauches de cet article et m’ont permis d’éviter de nombreuses erreurs : Philip Carr, François Chevillet, Francis Comish, Georges Lamoine, Chantai Lyche, Fabien Malaplate, Dennis Philps, Marc Plénat, Albert Poyet, Françoise Poyet, Bertrand van Ruymbeke, Jean-Michel Tarrier.

2 Soit, dans une des versions françaises: ‘Puis Galaad coupa à Ephraïm les gués du Jourdain, et quand des fuyards d’Ephraïm disaient: “Laissez-moi passer”, les gens de Galaad demandaient : “Es-tu Ephraïmite?” S’il répondait: “Non”, alors ils lui disaient: “Eh bien, dis Shibboletî” Ils disaient “Sibbolet” car ils ne pouvaient prononcer correctement. Alors on le saisissait et on l’égorgeait près des gués du Jourdain. Il périt en cette circonstance quarante-deux mille hommes d’Ephraïm.’ (La Sainte Bible, VIII Jephté : 12, Paris: Éditions du CERF, 1956.)

3 Le terme non pré-vocalique n’est pas employé pour compliquer les choses. En effet, le ‘r’ qui a disparu dans les accents non rhotiques ne correspond pas seulement à des positions post-vocaliques (par exemple born) mais aussi à des ‘r’ qui pouvaient occuper la position syllabique dans une syllabe. Les exemples ‘fa:ðr’ ou ‘ma:kr’ dans la transcription de Hart semblent refléter une prononciation syllabique du ‘r’ attestée dans de nombreuses variétés actuelles de l’anglais des États-Unis (par opposition à des prononciations du type /fai :ðər/ qui sont rhotiques mais où le ‘r’ n’occupe pas le noyau de la syllabe). Le terme ‘post-vocalique’ est le plus souvent employé dans cet article pour éviter le terme ‘non pré-vocalique’ qui est plus correct mais quelque peu indigeste.

4 Comme me le fait remarquer François Chevillet, Barbara Strang est peut-être un peu hardie de postuler l’existence d’un ‘r’ épenthétique dès le XVIII siècle. Les preuves restent à fournir.

5 Les liaisons en /r/ méritent un traitement beaucoup plus détaillé que les quelques remarques ci-dessus, cf., entre autres, Durand, 1997 et Foulkes, 1997 pour des exposés techniques.

6 Cf. Pâhlson (1972).

7 Chambers et Trudgill (1980: 187-189) défendent l'idée que le 'r' uvulaire a commencé à se répandre à Paris au XVIIe siècle avant de gagner progressivement le reste de la France et divers pays au nord de la France. Le 'r' uvulaire est effectivement devenu la norme en Allemagne et au Danemark, et est tout à fait acceptable en néerlandais, en suédois et en norvégien.

8 Cité par Baugh et Cable (1993 : 361).

Top of page

References

Bibliographical reference

Jacques Durand, « R post-vocalique et histoire de l’anglais », Anglophonia/Sigma, 10 (6) | 1999, 199-221.

Electronic reference

Jacques Durand, « R post-vocalique et histoire de l’anglais », Anglophonia/Sigma [Online], 10 (6) | 1999, Online since 15 June 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/685 ; DOI : 10.4000/anglophonia.685

Top of page

About the author

Jacques Durand

Université de Toulouse-Le Mirail

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org