Skip to navigation – Site map

De l’instabilité du sens des composés devenir d’un élément en composition : exemple de gate

Émilie Clauzure
p. 223-233

Abstract

Due to constant changes in reality, our vocabulary must keep pace and evolve. In order to describe new phenomena, it adopts new terms which are often the result of a complete or partial borrowing from existing words. The human tendency is often to establish a relationship between the unknown and the familiar.
Regarding affixation and compounding, the two chief processes of word-formation, the latter has in recent times been regarded with favour and proves to be most innovative.
This paper focuses on the base
gate, its first use in the compound Water-gate, and analyses the various shifts in meaning it has experienced since then.

Top of page

Full text

1La langue - le vocabulaire- évolue sous le coup de la réalité extra-linguistique dont elle rend compte. Pour désigner des réalités inédites, elle s’enrichit de nouveaux termes, souvent résultats d’emprunts partiels ou complets opérés sur des mots connus tant la tendance humaine à se raccrocher au familier est forte.

2Parmi les deux grands processus de construction, la composition occupe une place de choix à côté de 1’affixation. L’innovation lexicale par composition est extrêmement vivante, reconnue par certains linguistes comme le procédé majeur d’extension du vocabulaire courant, plus encore que l’emprunt, l’acronyme, la conversion ou la dérivation (Boisson, 1980 : 15).

3Les récentes affaires d’ordre privé qui ont secoué la présidence américaine ont donné lieu à un déchaînement médiatique, y compris par le biais des autoroutes de l’information, Internet, le Web (la toile). Le sujet -avec ou sans informations nouvelles- est resté à la une des journaux américains -sérieux ou à scandales- pendant le plus clair de l’année 1998. Une des questions qui s’est rapidement posée aux media a été celle de sa désignation. Comment nommer l’affaire, comment y faire référence, en faisant l’économie de constantes explications tout en ayant la certitude que la référence serait clairement et immédiatement perçue par le lecteur ou le téléspectateur ?

4Nous nous proposons d’examiner d’abord le modèle choisi, c’est-à-dire le mécanisme de calque retenu (Watergate), l’origine de sa construction, ainsi que le glissement de sens effectué par le second élément du composé (gate). Ensuite nous nous intéresserons aux mécanismes mis en jeu dans la recherche du/de termes adéquats pour désigner le scandale actuel où les hésitations subsistent encore. Les formations circonstancielles et éphémères sont régulièrement apparues dans la presse depuis l’enquête du Whitewater et se sont multipliées au cours de l’année 1998. De nombreux essais de composition ont tour à tour été essayés par les media pour décrire l’événement : Travelgate, Officegate, Filegate, Troopergate, Interngate, Ovalgate, Fornigate, Monicagate, Zippergate, Pressgate et Mediagate.

5Ces compositions sont toutes calquées sur Watergate, nom définitivement attaché au président Nixon.

6Il y a processus de composition lorsqu’une lexie est composée d’au moins deux éléments -sémantiquement autonomes (J. Toumier, 1991 : 63). C’est le cas pour les occurrences qui nous occupent qui, de surcroît, étant formées de deux noms, constituent la catégorie la plus nombreuse des noms composés (Huart, 1979). Toutes obéissent à la série de critères qui permettent de distinguer un mot composé d’une séquence fortuite.

7Du point de vue de l’orthographe, les mots composés, considérés comme tels par les lexicographes, se présentent soit avec des éléments accolés, soit des éléments reliés par un trait d’union, soit séparés d’un blanc.

8Watergate, le mot souche, qui a permis le décalque, appartient au lexique commun répertorié dans les dictionnaires courants. Ainsi The New International Webster Comprehensive Dictionary of the English Language (1996 : 1422) donne d’abord un synonyme : floodgate, puis une définition avec une double acception littérale et figurée.

9Le nom est si bien entré dans la langue courante qu’il n’y a plus séparation entre les deux mots -water et gâte-, ni même de trait d’union. Il est perçu comme un tout.

10Pour les dictionnaires d’usage, (c’est d’ailleurs encore le cas en 1998), Watergate n’est présenté qu’au niveau de la désignation, de la dénotation.

11Parmi les possibilités d’emploi du nom commun (simple ou composé), figure celle de désigner spécifiquement un objet ou une personne, c’est-à-dire de devenir nom propre.

12A daisy : une pâquerette ; une marguerite
Daisy : nom féminin avec réfèrent unique

13Selon un procédé similaire, le mot watergate a donné son nom, à un immeuble particulier construit à Washington, D.C. Cet ensemble de bâtiments abritait en 1972 le siège du parti démocrate, scandale qui contraignit le président Nixon à donner sa démission. Immédiatement le nom de l’immeuble fut retenu pour désigner, par la figure rhétorique familière de la métonymie -le lieu désignant l’idée qui y est attachée- ce qui deviendra le scandale (ou l’affaire) du Watergate.

14The New American Webster Handy College Dictionary (1995 : 734), se limite au nom propre mais rappelle toutefois le lien entre le bâtiment et les conséquences politiques qui en ont résulté : from the Watergate apartment-office complex in Washington, DC, in which the Democrat Party national headquarters, scene of a politically-motivated break-in in 1972, was located.

15Cette deuxième acception est si forte qu’elle a supplanté le sens premier (formé en composition à partir du mot-origine water), disparu d’un dictionnaire tel le Robert-Collins, (bilingue, 1988, 2e édition) : côté anglais-français, il n’y plus d’entrée water gate en tant que nom commun. Seul figure (entre watered et watering), Watergate : (fig) : scandale politique, écrit avec une majuscule à l’initiale, sans que soit mentionnée l’origine du mot, c’est-à-dire le nom du bâtiment où eut lieu l’effraction.

16Force est de constater que, d’un point de vue sémantique, depuis 1972 le terme watergate est doublement installé comme :

17-nom commun, d’usage (a watergate/watergates)
-nom propre : nom d’un immeuble, the Watergate building nom d’un scandale : le Watergate

18La première valeur est désormais partiellement occultée, sinon éclipsée au profit de la dernière, de type historique : le scandale du Watergate ou, en raccourci, le "Watergate”, qui a forcé le 37e président des USA à démissionner.

19Le scandale a secoué le pays et le monde. Pendant des mois, le mot Watergate a été inlassablement répété. En raison de la qualité des acteurs, du matraquage médiatique, le mot s’est gravé dans les mémoires comme lié à un scandale majeur, capital manquement du président des USA passible de la destitution.

20Vingt-cinq ans plus tard, une série d’affaires affecte le président des USA en fonction. Pour les désigner, la presse évoque immédiatement le Watergate. Les similitudes comme les différences ne peuvent que l’inciter à cette mise en parallèle. Le personnage est identique : le président des États-Unis. Le nœud des investigations part du même lieu hautement symbolique : la Maison Blanche où siège l’exécutif américain. Les deux présidents sont dans leur deuxième mandat (réélection plus confortable que la première fois). Dans les deux cas également, un abus de pouvoir constitutionnel dans le premier, des écarts de conduite personnelle dans le second, les ont entraînés à mentir sous serment et à déclencher une procédure de destitution (impeachment).

21Les différences ne sont pas moins intéressantes. Le Président Nixon était républicain ; le Président Clinton est démocrate. Il peut y avoir volonté plus ou moins consciente de créer une symétrie parfaite entre les deux partis en utilisant les mêmes termes pour décrire leurs agissements (simple coïncidence mais qui ne laisse d’être troublante : pendant tout le déroulement de ce feuilleton à rebondissements, Monica Lewinsky a résidé dans l’appartement de sa mère situé au Watergate)

22En 1972, le théâtre des opérations était extérieur à la Maison Blanche puisque l’opération d’espionnage avait été commanditée dans les bureaux centraux du parti démocrate, l’autre parti (trahison politique), dans l’immeuble du Watergate. En 1997-98, le lieu du délit est le centre absolu, le Bureau Ovale, le Saint des Saints, où sont prises les décisions qui engagent le monde entier, la planète.

23Au terme des enquêtes, le président républicain issu du vénérable GOP, déshonoré, a été contraint à la démission. Qu’en sera-t-il du président actuel ? C’est le suspense qu’entretiennent les media, tout d’abord par le biais d’un titre qui doit servir d’accroche. (Les journaux, en particulier, les hebdomadaires, la presse magazine, se vendent en fonction de la couverture. Les patrons de presse et spécialistes des media mentionnent les tirages en fonction de la couverture. Telle couverture a fait un tirage de tant d’exemplaires).

24Le terme gate, deuxième élément du composé Watergate, avait déjà gagné une certaine indépendance dans le passage-raccourci de scandale du Watergate à Watergate. On assistait à un glissement insensible de gate -porte, ouverture, ou écluse, à l’origine- à celui de scandale (par l’amputation de ce dernier dans le nom composé Watergate scandal et substitution d’un terme par l’autre). Il est bon de noter que le glissement de sens enregistre aussi un changement de monde, celui des métiers et des techniques balayé par le raz-de-marée de la communication. Le fait que gate existait de façon autonome a facilité ce passage et le mot s’est vu, de facto, investi de l’acception, chargé de la valeur sémantique (non encore répertoriée comme autonome dans les dictionnaires) de scandale. Ces manipulations, que le hasard a rendu fécondes, ont été possibles parce que le nom propre a un réfèrent unique.

25Gate devient dès lors la tête d’une série ouverte de composés qui prendront leur valeur sémantique en substitution à Water

Occurrences

The

Watergate scandal

Watergate

(avec ou sans italiques ou guillemets)

Monica+gate

Composition

Nom composé + nom

Nom composé (où gate à puissance 2 ; “au carré")

Nom + nom

Procédé

Adjonction

Troncation

Troncation 2 Adjonction

Glose

Le scandale du Watergate

Le (scandale du) Watergate

Le Monicagate

Le scandale de/lié à Monica

26Ainsi sous l’effet de troncations postérieures successives, le sémantisme de gate a-t-il changé ; il est sorti du domaine de la désignation pour prendre un sens inédit, passer à la connotation.

27Comme l’élément gate était chargé d’un riche effet d’écho, la presse a eu tendance à l’utiliser dès qu’une situation plus ou moins analogue se profilait dans la politique présidentielle. En 1986 sous la présidence Reagan lorsqu’à éclaté le scandale à propos des ventes d’armes à l’Iran et du financement concomitant de l’armement en faveur des contras, les media ont utilisé les expressions Irangate scandai et Contragate scandai (ou encore Iran-contra scandai) qui ont fait long feu. Enfin arrive en 1992 à la Maison Blanche un président autour duquel bruit une rumeur incessante de scandales. Avant 1998 la presse s’est déjà fait la main à plusieurs reprises : Travelgate, File gate, Troopergate qui peuvent être glosés par le scandale lié aux voyages, aux dossiers, à la police montée.

28Désormais apte à former seul un élément d’amalgame, il en vient à constituer un fracto-morphème ou "fragment de lexie qui la représente dans un mot construit” (Tournier, 1991 : 56).

29Gate répond aux exigences lapidaires de la communication rapide de la presse. C’est un lexeme monosyllabique, facile à joindre à un autre lexeme mono- ou dissyllabique pour former un nouveau composé ; mimétisme parfait par rapport à Watergate. De surcroît, il offre l’avantage d’un procédé facile de circonlocution pour cacher -tout en les désignant- des tabous. Comment, en effet, traiter linguistiquement de "l’affaire Monica Lewinsky, liaison extra-conjugale du président avec une stagiaire de la Maison-Blanche” ?

30Toutefois ces différentes compositions : Travelgate, Interngate, Officegate, Ovalgate, Fornigate, Zippergate, Pressgate, Mediagate, Monicagate, ne peuvent plus se lire, ni se comprendre comme Watergate qui était la troncation d’un autre nom composé (voir supra : Watergate affair/scandal, d’où résultait simplement Watergate).

31Nous avons affaire à des noms qui sont tous des mots-vedettes ou adresses de dictionnaires : travel, office, file, trooper, intern, zipper, press, media. Il y a, au contraire, avec Monicagate, adjonction d’un nom propre, prénom féminin, qui donne l’estampille présidentielle à l’affaire relatée.

32Deux formations sont à traiter à part : Ovalgate (obtenu par troncation du composé Oval Office) et Fornigate où le verbe fornicate (?), a été modifié par sonorisation de la sourde qui, en autorisant une entrée dans le paradigme gate, a permis au journaliste de se livrer à un calembour d’un effet facile assuré.

33Par les critères orthographiques et sémantiques, ces formations répondent bien aux exigences des noms composés. Si le critère distributionnel se révèle peu pertinent dans le cas d’un nom propre qui se prête mal peu à la qualification, le critère accentuel, lui, est surtout intéressant à l’oral. Watergate, mediagate, zipper gate, comme la majorité des noms composés, ont un seul accent principal et sont accentués sur le premier élément, porteur d’information. Cet accent est aussi associé à la fois à la familiarité et à la lexicalisation (Boisson, 1980 : 226).

34Les décisions ayant présidé au choix du sémantisme méritent une attention particulière puisque c’est le composé qui semble avoir été finalement retenu pour résumer l’affaire.

35Pourquoi avoir retenu le nom de la femme et non celui du président pour désigner l’affaire ; et pourquoi le choix du prénom ? Ou plutôt la question qui se pose est celle-ci : quel est l’effet induit par ces choix ?

36Nous venons de voir que plusieurs formulations avaient été tentées : Interngate, Officegate, Ovalgate, Fornigate, Zipper gate, sans être longuement retenues.

37Le président dans sa déclaration-dénégation publique de janvier 1998, devant des auditeurs à la Maison Blanche, en présence de sa femme, avait utilisé le patronyme suivi de la formule d’adresse “I did not have sexual relations with that woman, Miss Lewinski”. La presse et la télévision américaine ne l’ont pas suivi sur cette voie qui se sont arrêtées au prénom de l’intéressée. Certes, des raisons pratiques ont pu présider à cette décision. Le patronyme Lewinsky oppose des difficultés linguistiques, d’abord phonologiques -en raison de sa consonance étrangère et de la difficulté de prononciation -donc de dissémination du néologisme, et rythmiques dues à la présence de trois syllabes, compromettant le décalque parfait observé jusque-là (on pourrait dire le slogan ainsi remodelé).

38Cependant, la présence de trois syllabes dans le prénom, Monica, qui aurait pu sembler rompre l’homologie des formations n’a pas constitué un obstacle suffisant pour la presse et la télévision américaine mais surtout le choix du prénom, Monica est un choix marqué (à la différence du patronyme, Lewinsky). Il indique immédiatement qu’il s’agit d’une femme et vraisemblablement d’adultère, ingrédients vitaux de la presse à sensation et assurance de ventes records. Dans chaque article, c’est donc le prénom féminin qui est répété à l’envi, rappelant l’identité de la “plaignante” et soulignant chaque fois la dimension sexuelle de l’affaire. L’utilisation du prénom indique une plus grande familiarité, (même dans un pays où les media désignent couramment le président par son diminutif, Bill et non pas William), ce qui peut s’expliquer dans une certaine mesure par la jeunesse de l’intéressée mais n’exclut pas pour autant la notion de proximité excessive, de promiscuité douteuse. Réduite à un prénom, son intimité dévoilée, Miss Lewinsky est livrée à tous sur la place publique. Monica, signe vide par définition, se charge d’un contenu sémantique et sert à qualifier gate. À la différence des autres formations, Monicagate ne se contente pas de mettre enjeu un lieu comme Oval Office, une catégorie de policiers : trooper, une fonction : intern ;. L’expression désigne au regard -à la vindicte publique- une femme dans la rupture et le déni de toutes les conventions minimales de distance, c’est-à-dire de civilité ou politesse sociale. Même les journaux dits de qualité, tributaires eux aussi de ce diktat de survie éditoriale : sang et sexe, drame et crime, cèdent parfois à la même facilité.

39Une fois la première partie du composé arrêtée -Monica-, on note des variantes orthographiques nombreuses ; ce sont tour à tour :

  • le rappel de la formation avec présence du trait d’union pour avoir l’assurance que le démarquage va être compris du lecteur : Monica-gate (très proche du mot origine water-gate) ;

  • la disparition des traces de composition : Monicagate (le plus courant) ; ou MONICAGATE ; ou encore, monicagate ;

  • la citation, rappel d’une formation circonstancielle qu’attestent la présence de guillemets ou le soulignement. Le procédé présente le double avantage de faire bénéficier l’utilisateur du succès incontestable de la formule sans qu’il porte la responsabilité de son lancement : “Monicagate ” ; MONICAGATE ;

  • recours à la langue étrangère pour l’innommable : Laffaire Monica, en français dans Time, (August 31, 1998 : 27) et Monicagate en anglais dans Esprit (novembre 1998 : 190) mais il faut relever que la dite langue étrangère s’inverse en langue de l’interlocuteur quand la situation y invite, ce qui met en évidence les afféteries du métier. Ainsi, le singulier maniement des termes dans un entretien paru dans Esprit.

Esprit : Avant d’en venir aux conséquences politiques du “Monicagate”, pouvez-vous commencer par rappeler précisément où en est la procédure engagée contre Clinton ?
Dick Howard : On ne sait plus par où commencer [...]. On parle de l’affaire Monica (c’est nous qui soulignons) mais au départ, il s’agit.. .(Esprit, Nov. 1998 : 190).

40Bien que plébiscité par la grande presse, Monicagate entre en concurrence avec l’expression retenue par Time et The Guardian, à savoir Zippergate.

41On peut lire dans le Guardian Weekly (October 18, 1998 :12), le commentaire suivant :

[...] the current lack of obsessive interest has a deeper source too: few people, in the US or elsewhere, now believe that Zippergate will culminate in the removal of the president.

42Est-ce que Zippergate n’indiquerait pas l’épuisement de la veine, la dégénérescence du procédé ? Ce calembour graveleux signalerait-il la fin de la série, lorsque la boucle est bouclée ? En effet, le mot commence par la dernière lettre de l’alphabet, z ; le phonème o ouvert, se ferme en i. L’alphabet, en égrenant la litanie de ses lettres, à bout de souffle, se referme sur la dernière, clôt le chapitre, esquissant une improbable amnésie. Dans le paradigme en gate, nous sommes successivement passés d’un bâtiment -le Watergate- qui symbolise la puissance politique du pays puisqu’il abrite le siège du second parti institutionnel- à la taille dérisoire d’un accessoire vestimentaire. Le scandale se réduit à ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être (effet idiosyncratique navrant), tombé à un niveau si bas que plus personne ne veut en entendre parler. De l’investigation journalistique réputée exemplaire du Watergate aux dérapages et débordements du Monicagate/Zippergate, il y a eu exploitation démesurée, surexploitation de l’affaire jusqu’à la nausée.

43Le magazine français Télérama (3-9 octobre 1998, n° 2542) devait en avoir une conscience particulière qui titrait en couverture :

44Watergate
Monicagate
Mediagate
résumant la saga en trois mots : Watergate, Monicagate, Mediagate, manière concise de rappeler l’origine du terme et d’indiquer quels en ont été les agents de dissémination.

45Le Monicagate -il faut le rappeler- est l’affaire, (le scandale) qui a été suivi et relayé par les médias. De dérive en dérive, le Mediagate suggère, lui, que le traitement de rinformation par certains journalistes peut être un scandale en lui-même, Mediagate pouvant en effet dans son ambiguïté se lire

  • soit comme scandale relaté par les media (media : intermédiaires=medium)

  • soit comme provoqué par les media (media : agents = en partie, fauteurs du scandale) ; qui pour accrocher, appâter d’une certaine façon, ressortissent à certains effets faciles et contestables. Preuve en est qu’il faut attendre un an de crise pour que soit enfin utilisé dans le titre le nom de celui qui en est le premier responsable mais qui aurait sûrement eu un moindre rendement financier pour les media : the Clinton scandai (The Washington Post, in Guardian Weekly, 10 Jan. 1999 : 17). Seulement, une fois l’alerte au feu donnée, il s’avère impossible d’arrêter dans leur hubris, les patrons de journaux les plus avides de profits. Alors, devant le déchaînement du brasier allumé de leur main, quelques-uns des apprentis-sorciers s’essayent, un peu tard, au rôle de pyromanes pompiers.

46La presse, la télévision françaises, quant à elles, ont le plus souvent employé les expressions, l’affaire ou le scandale Lewinski, et non Monica. Alors quelle signification accorder au paradigme ainsi produit par Télérama en première de couverture ?

47L’utilisation des termes anglais (non traduits) ne laisse de frapper comme une preuve supplémentaire de la prédominance du modèle américain dans la langue des journalistes (les dépêches qui paraissent toutes en anglais, ne sont pas toujours traduites, parfois non déchiffrées). Est-ce qu’il y a ici effet de mode dans une profession qui se réclame constamment de la qualité de la presse anglo-saxonne, qualité devenue le plus souvent illusoire ; tenace souvenir, en particulier, de l’investigation exemplaire sur le Watergate menée par les deux journalistes Carl Bernstein, reporter au Washington Post et Bob Woodward, et constamment rappelée au cours de ce dernier quart de siècle ?

48L’emprunt-citation des termes anglais, cités sans explication, donne peut-être à voir r information comme typiquement américaine, inhérente au président des États-Unis. Le procédé permet aussi de signaler ce dont il s’agit sans le dire dans sa propre langue ; l’utilisation de l’anglais en gomme le caractère gênant (tabou) pour la presse française. Pour paraphraser Oswald Ducrot, il joint l’efficacité du dire à l’innocence du non-dire. Il ne se réfère pas directement aux faits réels mais à la façon dont la presse américaine les a désignés ; Ce faisant, il se contente d’utiliser les propos d’autres sujets parlants. Pour J. C. Milner, il y a déconnexion entre le terme utilisé et le sujet de l’énonciation, en le rapportant à une autre “voix” que celle qui supporte l’énoncé en cours (C. Mérillou, 1997 : 289).

49Dans le cas de l’hebdomadaire il n’est pas invraisemblable qu’il y ait en même temps effet ludique et de connivence dans l’utilisation des expressions anglaises. Le titre de couverture semble avoir un message non-inscrit : “Nous ne rappellerons pas des faits que nous connaissons tous, sur lesquels vous avez été surinformés et qui nous ont amusés un moment”. Il apporte peut-être aussi une dimension cathartique : celle d’entendre parler du voisin riche, puissant, puritain, donneur de leçons, obligé de révéler ce qui se passe réellement chez lui, mais surtout cette première de couverture rappelle la défaillance majeure “du quatrième pouvoir”. Au lieu de saisir l’occasion du scandale pour proposer aux lecteurs une réflexion politique, éthique, la presse dans sa quasi-totalité a joué la carte de la désinformation en infantilisant, en dépolitisant ceux qui justifient son existence.

50Conclusion en forme de questions :

51Est-ce que depuis le Watergate, éprouvé par des utilisations incessantes, en raison des commentaires-fleuve de la presse, gate, a pris le sens de scandale (scandale présidentiel/lié au président) capable de fonctionner désormais en toute indépendance avec cette acception nouvelle ; ou est-ce que gate signifierait seulement lié à..., comme nous invite à le penser l’explicitation de Time : Troopergate scandai (February 2, 1998 : 24), occurrence isolée, il faut en convenir ?

52Est-ce que l’acception sera productive, exportable, c’est-à-dire pourra s’appliquer à quelqu’un qui ne soit pas président des États-Unis ? Il est permis d’en douter. Le dernier essai dans ce sens tenté dans une Grande-Bretagne secouée de scandales ministériels, ne semble pas être apte à laisser de durables traces. Le Lobbygate scandai lié plus particulièrement à Derek Draper (Guardian, Nov. 30, 1998) puis le Notting Hill-gate à Peter Mandelson (Guardian ; Jan. 10, 1999 : 9) nous ramènent aux premiers stades de la transformation que nous venons d’examiner.

53Le déplacement de sens et la nouvelle utilisation de gate n’ont pas été fortuits dans les composés successifs dont nous avons rendu compte. Inspirés par une situation-souche, ils n’ont à ce jour été appliqués de manière convaincante qu’aux présidents des États-Unis en exercice. Le monde, médusé, a assisté à la rupture de toutes les digues -watergates, floodgates-, de tous les critères de réserve, de dignité, de respect de soi-même et de l’autre, tant de la part d’un président, d’un juge que de la presse.

54Ces composés, très efficaces pour la durée du scandale, sont-ils de durée limitée car réservés aux écarts de conduite d’un seul personnage ? Sont-ils transposâmes ou condamnés à attendre une troisième occurrence où l’emploi de gate serait le signe précurseur d’une éventuelle destitution ?

Top of page

Bibliography

Ouvrages théoriques/généraux

ADAMS Valérie, (1973) An Introduction to English Word-formation, London: Longman. BOISSON Claude, (1980) L'accentuation des composés en anglais contemporain. Avec quelques contributions à l'accentuation générale, doctorat d’état, Université Paris VII.

CHOMSKY Noam & HERMAN Edward S., (1988) Manufacturing Consent: the Political Economy of the Mass Media, Pantheon.

DUCROT Oswald, (1991) Dire et ne pas dire, Hermann.

HUART-FRIENLANDER Ruth, (1984) “Composition nominale : opérations de repérage et accentuation”, Thèse de 3eme cycle, Paris VII.

MÉRILLOU Catherine, (1997) Anglicismes et traduction, thèse de doctorat, Université de Poitiers.

TOURNIER, (1991) Précis de lexicologie anglaise, Nathan.

Dictionnaires

The New International Webster Comprehensive Dictionary of the English Language, Trident Press International, Chicago, 1996.

The New American Webster Handy College Dictionary, (New third edition), Signet, New York, 1995

Robert-Collins français-anglais/anglais-français, (2eme édition), Dictionnaires Le Robert, Paris, 1988.

Journaux et Revues

EXTRA! The Magazine of Fair, Nov-Déc. 1998 : 10.

Esprit, novembre 1998.

The Guardian Weekly, de janvier 1998 à janvier 1999.

Newsweek, février et mars 1998

Télérama, du 3 au 9 octobre 1998, n° 2542.

Time, de janvier à novembre 1998.

Internet, Netscape

Search Monica.cgi

Listen Up: Monicagate is not Watergate, John Hanchette, Gannett News Service, Oct. 2, 1998

Window on Jordan ‘Monicagate’ gets Jordanians talking, Ilham Sadeq, The Star, Sept. 17, 1998.

Query: Monicagate

1000 TABLOID MONICAGATE CRISIS SURVEY!, WeekEnd, Feb. 27-29,1998.

406 OpEd page

Monicagate a primer in comparative systems by Bertrand du Marais

406 Monicagate. The sex scandal with Bill Clinton. Top 20 signs your mate is cheating

528 Monicagate’s CIA Connection Alta Vista: Monicagate’s CIA Connection by Daniel Brandt

365 monica lewinsky, monica, lewinsky, monicagate, clinton, bill clinton, bill

Monicagate. The sex scandal with Bill Clinton

Top 20 signs your mate is cheating

342 Monicaende niet te stuiten kakofonie

343 Zonder Internet was er wellicht nooit een Monica-gate geweest. Die affair kwam immers aanhet rollen nadat Internet verslaggever Matt Drudge online een verhaal

344 Topic: Monicagate

AltaVista: Topic: Monicagate. A King’s Tale.

Ancient Parchments Gary Cruse Translated ancient documents look eerily familiar

294 Brebbpunkt Lewinsky

295 Praktikantin lehrt Bullen und Bâren das Fürchten Lewinsky-Aflare verunsichert Wall Street- Meinungen der Borsaner liber Folgen von “Monicagate” gehen auseinander Von MARTIN HALUSA New York-Wien

Top of page

List of illustrations

URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/687/img-1.png
File image/png, 50k
Top of page

References

Bibliographical reference

Émilie Clauzure, « De l’instabilité du sens des composés devenir d’un élément en composition : exemple de gate », Anglophonia/Sigma, 10 (6) | 1999, 223-233.

Electronic reference

Émilie Clauzure, « De l’instabilité du sens des composés devenir d’un élément en composition : exemple de gate », Anglophonia/Sigma [Online], 10 (6) | 1999, Online since 15 June 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/687 ; DOI : 10.4000/anglophonia.687

Top of page

About the author

Émilie Clauzure

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org