Skip to navigation – Site map

She had been1 healthy a when he married her

Emmanuelle Roussel
p. 235-258

Abstract

This paper presents the main points of a contrastive study of English and French based on the way the two time systems work. First the behaviour of the English past perfect -when transposed into French -is examined, and the author gives the real reason why it can correspond to three different forms in French (namely the plus-que-parfait, the passé antérieur and the imparfait). Then the author explains why some statements in the past perfect will be translated into an imparfait (only). Finally the interest lies in the way comment is expressed in each language. Actually the past perfect cannot be used to comment on something, whereas the imparfait can. The author shows here how the phenomenon works and what its consequences are concerning translation. She also puts forward a new definition of the way the whole time system of English is organised. Mainly in terms of preconstruction.

Top of page

Full text

  • 1 Past perfect qui sera rendu par un imparfait (‘elle était...’) et non par un plus-que-parfait (*‘el (...)
  • 2 Il ne sera question ici ni du past perfect modal (structure figée), ni du past perfect gouverné par (...)

1Nous proposons dans cet article une réflexion portant sur le comportement du past perfect2 anglais dès lors qu’il s’agit de le transposer en français, ce dernier pouvant en effet être rendu par trois formes : un plus-que-parfait, un passé antérieur ou encore un imparfait. La question est ici de chercher la raison pour laquelle certains énoncés au past perfect (ne) seront traduits (que) par un imparfait.

  • 3 Dans la forme composée, il y a localisation entre le moment de l’événement et celui servant de repè (...)

2Le principe de la localisation ne semble pas totalement étranger au problème. Le past perfect n’est autre qu’une « localisation en HAVE », HAVE y étant auxiliaire. La valeur cardinale du past perfect s'avère être une valeur de continuité3, résultant de l’intégration du procès considéré dans la sphère de l’énonciateur. Intégration jamais démentie d’une part, car lorsque la continuité n’est pas référentielleelle est énonciative, et qui se trouve morphologiquement relayée par l’élaboration de la construction sur HAVE-EN d’autre part.

I -Have

3HAVE est constituant à part entière du past perfect, forme composée, qui n'est autre que l’expression d’un accompli (participe passé) réactualisé dans le discours par sa juxtaposition à un autre élément actualisateur : l’auxiliaire.

4Cet auxiliaire, sans lequel ne peut s'opérer la localisation, reste intimement lié à HAVE verbe lexical. Il est en effet licite de penser retrouver dans l’auxiliaire certains, sinon la totalité, des traits inhérents au verbe lexical dont il est dérivé.

  • 4 Anna WIERZBICKA, "Why can you 'have a drink' when you can't *'have an eat'?", p. 293-357 in: The Se (...)

5HAVE verbe lexical se définit par le fait qu’il lie le sujet à l’objet ; il est utilisé pour relater des actions ou des expériences vécues par le sujet, pour rendre compte de processus psychologiques, de même que des caractéristiques et des actions du sujet. Il apparaît dans les structure causatives, dans lesquelles le sujet est initiateur d’une action, et non l’agent. Dans les structures HAVE A V, ce qui est dit sur l’objet est une manière de dire quelque chose sur le sujet. A. Wierzbicka4 dit de cette construction qu'elle est :

  • 5 Anna WIERZBICKA, ibid., p. 300. C'est nous, E. R., qui soulignons.

"... agentive. orientée vers la personne qui éprouve les sensations, anti-durative, atélique et réitérative.”5

  • 6 Terminologie empruntée à Bernard Pottier. (Bernard POTTIER. Sémantique générale. Paris: PUF, 1992, (...)

6Enfin, HAVE verbe lexical peut avoir les sémantismes suivants : <win>, <take part in>, <be in control of>, <benefit by>, <get>, <achieve>, <corrupt>, <hold somebody in one’s power>, <experience>, <understand>, <know>, <claim>, <accept>, <assert>, <state>, verbes qui renvoient à des actions ou à des états qualifiés de « statifs évolutifs ».6

7A terme, HAVE rassemble essentiellement deux caractéristiques, l’agentivité et l’association au sujet.

8La localisation en HAVE serait sous-tendue de particularités propres à l’élément « localisateur », d’où des suites sur le plan sémantique.

9Ainsi, une des propriétés de HAVE est de faire que le sujet est bénéficiaire de la relation. Dans, par exemple, les expressions have a shower ou have a nice evening, l’objet est inclus dans la sphère du sujet comme le résultat de l’actualisation d’un procès. Avec HAVE, des éléments positifs sont inclus dans la sphère du sujet, sont intégrés à la sphère du sujet.

10D’autre part, des exemples rencontrés avec [HAVE + nom] se dégage une tendance de HAVE à approcher DO et MAKE. A chaque fois il est question d’un procès, à chaque fois également il est question d’un mouvement vers l’extérieur. La relation va au-delà du sujet, le sujet n’est pas le seul élément concerné par cette relation. Le recours à HAVE dénote par conséquent une référence à des relations dynamiques : l’agent est l’élément qui effectue l’opération décrite par le verbe, comme par exemple have a walk où le sujet de HAVE actualise le procès sous-jacent contenu dans le verbe nominalisé. HAVE suggère un effort de la part du sujet qui n’est jamais entièrement passif.

11Une opération de localisation construite sur HAVE véhiculerait tous ces sémantismes. De la localisation nous savons que c’est la mise en relation dans la sphère du sujet de deux éléments, éléments qui conservent cependant leur identité propre. Mise en relation ressortissant à l’association (au sujet). A partir de cet état de fait reconnu, on peut suggérer qu’avec HAVE, auxiliaire “dynamique”, il s’agirait de l’expression de l’association dans la sphère du sujet des deux composantes d'un système que sont la continuité et la rupture. “Continuité” et “rupture” renvoient à deux schémas notionnels directement liés au repérage (et à HAVE).

  • 7 C'est-à-dire T5, T4, T3, T2 ou T1 selon que l'on analyse finement les relations temporelles existan (...)

12Quel que soit en effet le nombre de repères mis en jeu dans les énoncés7, ce sont inexorablement les mêmes relations qui s’instaurent entre eux, la continuité et la rupture. La continuité souligne la pérennité du procès en tel ou tel repère, la rupture à l'inverse traduit que le procès est révolu en tel ou tel repère, sachant que la continuité est le sémantisme le plus fréquemment véhiculé par le past perfect. Celle-ci est référentielle (le processus exprimé par le verbe se poursuit effectivement jusqu'en T1) ou énonciative (ce sont les suites du procès qui sont toujours valides en T1, ou qui sont évaluées depuis - donc par l'énonciateur). La rupture est soit référentielle (elle indique que le côté révolu du processus traduit par le verbe n'est en rien rapporté à l’énonciation), soit référentielle associée à une continuité énonciative (le procès, aussi révolu soit-il, est apprécié dans son rapport à T1, - et à l'énonciateur).

13A priori donc, le past perfect véhicule un état résultant jusqu'à ce que rupture s'ensuive.

  • 8 La continuité énonciative présentée plus haut ne serait autre que la reconnaissance et l'appropriat (...)
  • 9 Reconnaître une notion et se l'approprier nécessite de l'interpréter.

14Si l'hypothèse présentant HAVE auxiliaire comme conservant fondamentalement les propriétés de HAVE verbe lexical est valide, cela apporterait des éléments de réponse supplémentaires à ce comportement typique du perfect anglais, indissociable de la continuité.8 Ces propriétés de HAVE et, partant, sa propension à permettre un commentaire9 seraient susceptibles de fournir un début d’explication au problème de la non traduction systématique d’un past perfect par un plus-que-parfait dès lors qu’il s’agit de transposer un énoncé anglais en français. HAVE se traduit par AVOIR, pourquoi donc les deux formes composées ne se correspondraient-elles pas puisqu’elles sont construites selon le même schéma (auxiliaire + participe passé) ? On observe en effet que la langue anglaise, lorsqu’elle souhaite faire un commentaire dans un contexte passé, n’a d’autre recours que le past perfect (forme composée), car le prétérit ne peut le faire. Alors que le français a l’imparfait (forme simple). Il y a hiatus sur ce point. La question se pose de chercher à connaître la raison pour laquelle cet imparfait est parfois utilisé en lieu et place d’un plus-que-parfait (forme composée) qui semble plus « naturel » au regard du past perfect...

15Formé sur l’auxiliaire AVOIR conjugué à l’imparfait, le plus-que-parfait évoque l’antériorité d’un événement par rapport à un autre événement déjà situé dans la sphère du passé. Ce qui semble différencier cette forme du passé antérieur (également possible pour traduire un past perfect), c’est l’absence de détermination temporelle explicite. En outre, le passé antérieur est dit être propre à l’évocation d’événements ponctuels, là où le plus-que-parfait peut référer à des procès répétés ou même habituels. Plus-que-parfait qui par ailleurs entretient des relations avec l’imparfait dans la mesure où il véhicule les valeurs de l’imparfait qu’il porte sur l’auxiliaire. Ces valeurs sont l’itération ("Un homme accumulait.” - la fontaine), la multiplicité des occurrences ("Madame D’Épinay aimait bien ses amis, elle les servait avec beaucoup de zèle.” - J. J. ROUSSEAU), l’étendue du procès ("La cigale chantait au temps chaud.” - LA FONTAINE) et le caractère implicite de la détermination temporelle.

16Ce plus-que-parfait formé sur AVOIR serait-il donc si différent du past perfect ? L'étude de AVOIR tend vers une réponse positive.

II - Avoir

17A l’inverse des formes composées en HAVE qui privilégient un mouvement d’ensemble d’association au sujet, il apparaît que celles construites sur AVOIR en français coupent, et ce, dès la forme de passé composé où l’auxiliaire est au présent. Aussi continuent-elles, à plus forte raison, à « couper » lorsque l’auxiliaire est conjugué au passé (ce que traduisent le passé antérieur et le plus-que-parfait).

18Le passé composé donc, ne peut rendre que la rupture référentielle (avec continuité énonciative) : "J’ai mangé un gâteau”, et non pas la continuité référentielle : "- Que fais-tu ? * - J’ai mangé un gâteau.”

19AVOIR, verbe lexical, est le synonyme de « posséder comme caractéristique » ; il est réservé à l’expression d’un état (à titre provisoire) du sujet, à l’expression des caractéristiques mentales du sujet, enfin, à l’expression des attitudes du sujet. Avec AVOIR il n’est aucunement question d’agentivité. Ce qui signifie que dans la localisation opérée par AVOIR, le sujet est le centre d’intérêt de la relation ; l’objet, pour sa part, fournit des renseignements sur le sujet. Il s’agit essentiellement d’un état, d’une relation interne au sujet, une relation qui demeure dans le sujet. Nous avons là un verbe de relations statiques. En effet, une expression telle que “avoir faim” correspond à "je suis affamé(e)”, il n’y a pas évocation d’une quelconque action. Une opération de localisation construite sur AVOIR présente ainsi le sujet comme étant plutôt passif / patient. On n'est pas du tout dans l’agentivité, comme tel est le cas avec HAVE.

20AVOIR, référant au concept de l’appropriation en ne s’intéressant qu’au sujet acquéreur et à l’objet acquis, occulterait l’acte d’acquisition en soi, lequel deviendrait par conséquent implicite. AVOIR serait alors la synthèse de l’acte d'acquisition sous-jacente à l’opération de localisation que traduit une forme composée. Or, l’acte est l’explicitation même du rapport sujet-verbe. Ne pas mentionner l’acte, c’est faire l’impasse sur le lien sujet-verbe. Cette absence de lien entre les deux se traduirait par la rupture. AVOIR serait la non-explicitation de l’acte, et la rupture, la conséquence de cette non-explicitation transposée dans le discours. La rupture dite par AVOIR serait directe ; le français effectuerait une différenciation marquée entre les deux éléments repérés, il ne les mettrait pas en rapport (ce qui serait synonyme d’aucune relation au sujet), si ce n’est pour les opposer.

21À ceci s’ajoute la valeur du participe passé dans chaque langue.

III - Le participe passé des formes composées

22Le participe passé se définit différemment selon qu’il s’applique au français ou à l’anglais.

  • 10 Gustave GUILLAUME. Leçons de linguistique de Gustave GUILLAUME. 1945 - 1946 A. Lille: Presses Unive (...)

23Le participe passé français, nous dit Guillaume, “est la forme morte du verbe.”10 C’est une forme qui n’a plus rien en elle de “puissance”, mais qui est toute constituée “d’effet”. L’inaccompli est abandonné, dépassé. Le participe a deux facettes, il appartient au verbe par sa position et ne lui appartient plus par sa composition. C'est cette double réalité du participe passé qui a conduit à l’élaboration de formes périphrastiques à partir de cette forme morte du verbe.

  • 11 Gustave GUILLAUME, ibid.. 28 février 1946

24Le participe passé est également “la forme conclusive du verbe.”11 Ce qui, en d’autres termes, signifie que le participe passé du français exprime un accomplissement total. L’accompli qu’il véhicule est définitif. Le procès est présenté comme étant tout entier fait d’accompli. Là où en revanche, le participe passé de l’anglais peut fort bien traduire un accomplissement partiel, le procès pouvant se poursuivre après le moment repère.

  • 12 Ce terme a son importance. On ne peut « évoquer » que ce qui est « désactualisé » par rapport à un (...)

25Le plus-que-parfait construit sur AVOIR (qui coupe) et le participe passé français (qui décrit un procès totalement et définitivement accompli) ne peut donc avoir qu’une seule interprétation possible : le procès est tout entier versé dans la rupture par rapport à T1,. II n’existe pas de lien envisageable avec T1 pas même énonciatif. Or, ce lien à T1, ne peut être réalisé que par l’expression d’une vision prospective à partir du procès, tout à fait improbable dans le cas à l’étude. Vision prospective en effet, puisque l’on est dans le mode du récit. Le repère (T1) à partir duquel est évoqué12 le procès est donc obligatoirement postérieur à ce procès, situé à droite de ce procès sur l’axe du temps d’où, par là même, la valeur d’antériorité invariablement associée à, et définitoire de, toute narration au passé.

  • 13 Ce point est développé plus loin dans l'article.

26Avec le plus-que-parfait, on est dans l’évocation la plus complète sur le plan strictement linguistique. Bien que l’auxiliaire AVOIR soit conjugué à l’imparfait, celui-ci est sous la coupe du participe passé qui clôt, en quelque sorte, pour T1 la partie d’inaccompli inhérente à l’imparfait.13

27Partant, à l’imparfait sur AVOIR l’expression de l’itération, de la multiplicité des occurrences, de l’étendue de la somme des procès, le caractère implicite de la détermination. Au participe passé l’expression de la stricte antériorité à l’égard de T1, par la mention d’un accompli irréversible.

28Inversement, le past perfect reste lié au repère, ne serait-ce qu’énonciativement. En déclarant seule acquise (par l’association au sujet via HAVE) la notion du procès, le parfait anglais permet à ce procès de se poursuivre jusqu’au, et éventuellement au-delà du, repère.

  • 14 Antoine MEILLET. Caractères généraux des langues germaniques. Paris: Hachette, 1930, p. 137-159.
  • 15 Pierre CHANTRAINE. Morphologie historique du grec. Paris : Klincksieck, 1947, p. 334.

29C’est bien une notion qui se trouve acquise en anglais, car le participe passé a pour origine une forme nominale indo-européenne.14 Le participe passé des verbes anglais est à 80 % identique morphologiquement au prétérit (cas des verbes faibles, type le plus récent). Or, ce prétérit est un vestige de l’époque germanique, laquelle a formé son propre prétérit sur le participe passé indo-européen (suffixe *-to qui en germanique devient *-/a puis *-aa). En effet, le prétérit est à cette époque toujours formé parallèlement au participe passé qui lui existe déjà, car d’origine indo-européenne. Ce participe passé indo-européen ‘était une forme nominale tirée de thèmes verbaux [...] Les formes nominales sont des adjectifs s’accordant en genre et en nombre avec les substantifs auxquels ils se rapportent et comportent une désinence complète’.15

30Formé sur un nom, le participe passé anglais a une existence, une identité notionnelle à la base. Ce qu’exprime le participe passé, ce n’est pas tant un accompli objectif du procès que le dépassement de sa complétude notionnelle. Si, de fait, on quitte le plan objectif, si on transcende la borne droite d’un procès, il n’en reste que la notion, c’est-à-dire ce qui le différencie d’un autre procès. À l’origine de toute réalité, il y a la partie signifiante de cette réalité. Parler de “notion”, c’est parler de la réduction à la partie signifiante de toute chose, parce qu’elle le mérite, c’est nommer la chose.

31Une fois acquise l’identité de la chose donc, ce qui se passe sur le plan objectif est secondaire. L’anglais valorise l’expression de cette identité dans son parfait au détriment de l’accomplissement objectif du procès. Ce qui explique pourquoi le parfait anglais peut signifier la continuité, l’accompli partiel ou l’accompli total, car ces trois entités sont notionnelles et non plus objectives.

32Ces propriétés opposées des participes passés français et anglais se trouvent à l’évidence “activées” par celles des auxiliaires. Il semble de plus en plus clair par conséquent qu’un past perfect et un plus-que-parfait sont difficilement compatibles référentiellement, chacun étant construit sur des éléments différents. On est alors en droit de se demander si le recours à l’imparfait opéré par le français n’intervient pas dès lors que le past perfect à traduire s’attache à véhiculer une continuité référentielle avec T1.

33À première vue donc, le plus-que-parfait et l’imparfait sembleraient se répartir l’expression de ce que nous avons désigné en termes de “rupture” et de “continuité”.

34Il s’avère néanmoins que la complexité de ce système ne se réduit peut-être pas à ces notions de continuité, de rupture et de localisation. Elles semblent en effet entretenir un lien étroit avec le phénomène de la préconstruction.

IV. - La préconstruction16

  • 16 La préconstruction à laquelle nous faisons référence est celle présentée par Pierre Cotte:
  • 17 Pierre COTTE. Grammaire ... , op. cit., p. 122.

35Le terme de “préconstruction” recouvre, pour citer P. Cotte, : “La strate ancienne accueillant les relations dépassées mais indispensables au sens”.17 Appliquée au past perfect, la préconstruction permet d'approfondir l’étude de la forme composée et de préciser son fonctionnement.

36Les formes composées, quelles qu’elles soient, en tant que périphrases, sont de plus en plus perçues comme le reflet en surface de relations sous-tendant la construction finale. Plus il y a d'opérateurs, plus la forme est travaillée, plus elle “parle” et nous livrerait le principe et les étapes de son élaboration. Les formes composées de l’anglais se prêtent particulièrement à cette interprétation via la localisation qui, il y a un certain temps déjà, a permis de les “disséquer” et de faire distinctement apparaître 1) les opérateurs en présence et 2) leur rôle. Pour ce qui est des formes de perfect, ces opérateurs sont bien évidemment l’auxiliaire HAVE et le participe passé du verbe.

  • 18 Pierre COTTE. L'explication ... , op. cit., p. 59. Terme que nous appliquons ici au past perfect, P (...)
  • 19 Pierre COTTE, ibid., p. 59-60.

37Les valeurs de HAVE mentionnées plus haut demeurent pertinentes lorsqu’il participe à la signification de préconstruit d’une forme composée. Have suppose la thématisation du repère et le caractérise, il le qualifie, il souligne un intérêt porté au repère. Il permet de mettre le repère en avant, dans un certain sens, on pourrait presque dire que HAVE “présente” le repère. Par l’intermédiaire de HAVE, il est question de “réattribution”18 du procès (-en) au repère (S). “Réattribution” signifie explicitation de l’attribution première, la raison étant qu’elle en vaut la peine. La thématisation opérée par HAVE verbe lexical “suppose que l’élément repéré est séparé [de HAVE.]” De même, quand il est auxiliaire “HAVE introduit un participe passé représentant un procès accompli et séparé du sujet.”19 Chacun étant particularisé parce qu’il le mérite. Qu’il soit donc verbe lexical ou auxiliaire, l’invariant de HAVE est de mettre au premier plan du discours.

  • 20 Pierre COTTE, ibid., p. 73

38Rapporté au present perfect, P. Cotte pose que "le parfait réattribue à un instant repère désormais explicite, le présent, une première localisation temporelle représentée par un verbe au prétérit. Ce verbe n’étant plus conjugué, il prend parfois une nouvelle forme et le “participe passé” se différencie du passé d’origine, mais souvent il s’en dispense puisque la syntaxe montre la différence et le prétérit devient le participe passé. [...] Ainsi un énoncé au present perfect reprend une proposition non énoncée au prétérit et il en explicite l’implicite. [...] La périphrase du present perfect rejoue [tout cela] : elle dit dans sa forme d’ensemble qu’un prétérit est la conjugaison présente d’un procès passé”. D’où le schéma20 :

  • 21 Pierre COTTE, ibid., p. 80. Faite à propos du passif, nous pensons pouvoir dire que cette remarque (...)
  • 22 Pierre COTTE, ibid., p. 95
  • 23 Pierre COTTE, ibid., p. 97
  • 24 Pierre COTTE, ibid., p. 166

39On comprend alors d’autant mieux que "le participe passé représente une première conjugaison”21. Ce qui amène l’auteur à avancer que dans la combinaison du parfait, le participe passé dit une préconstruction ; il est "la trace d’une première relation, repérée au moment d’énonciation par HAVE”22. Ou encore, "le parfait répète la relation au sujet”23, et enfin "toutes les périphrases ont un préconstruit”.24

  • 25 Dans son rapport, rappelons-le, avec le plus-que-parfait et l'imparfait lors du passage au français

40Tout, dans ce qui précède, concourrait donc à faire valoir la préconstruction comme 1) indissociable de la localisation et 2) sous-jacente à la morphologie ainsi qu'au sémantisme de toutes les formes composées et notamment de celle qui nous préoccupe, le past perfect.25

41Ce que confirme l'analyse.

V. - Le past perfect face au plus-que-parfait et à l’imparfait

  • 26 Evelyn WAUGH. A Handful of Dust. London: Penguin, 1988.

42Un premier examen du passage du past perfect au français conduit entre autres aux statistiques suivantes26 :

  • 27 Puisque la rupture et la continuité fonctionnent en système binaire, nous avons posé qu'il se pourr (...)

43Dans un second temps, le système “rupture vs. continuité”, puis celui “préconstruction vs présentation”27 sont appliqués au rapport past perfect / plus-que-parfait.

44Ce qui donne, sur 300 past perfects rendus par un plus-que-parfait :

45Chiffres qui appellent plusieurs commentaires. La rupture représente en tout 262 énoncés (soit 87,3 %), là où la continuité représente 38 énoncés (12,7 %). La rupture apparaît donc comme étant plus fréquente, tout comme la présentation. Les past perfects traduits par un plus-que-parfait et qui correspondent à la valeur de continuité (alors qu’ils illustrent bien la présentation) doivent cette valeur à l’influence, très grande, de l’aspect interne du lexème verbal ou à la présence d’adverbiaux sans conteste “continus” {since, this last year, long, etc.). Ces contre-exemples en apparence n’en sont pas en réalité, dans la mesure où ils ne remplissent plus les conditions maximales requises pour l’étude de la construction. Ils font partie de ces aléas qui n’empêchent en rien de proposer des premières conclusions.

  • 28 En prenant en compte le contexte propre au roman, contexte que nous connaissons parfaitement.

46L'analyse porte ensuite sur les past perfects traduits par de l’imparfait. La méthode suivie est proche de celle utilisée pour la correspondance past perfect - plus-que-parfait : étude de la relation prédicative en cherchant à savoir si elle illustre la preconstruction ou non28, puis étude du contexte narratif proprement dit, et enfin comparaison avec le précédent examen concernant la distribution de ces past perfects en continuité / rupture .

4754 past perfects se trouvent donc traduits par de l’imparfait dans A Handful of Dust / Une poignée de cendre, soit 12 % du nombre total d’occurrences de past perfects. Parmi ces 54 imparfaits :

48À l’évidence, ces statistiques portent sur l’anglais. Les requis de l'exercice de traduction changeant fréquemment les données de départ ne permettent pas de travailler de manière aussi rigoureuse sur le français d'arrivée.

49Ces observations deviennent éloquentes lorsque l'on cherche à connaître les raisons de la compatibilité, de plus en plus évidente, de l'imparfait avec la préconstruction et la continuité.

VI. - Autour de l’imparfait

50Les lignes qui viennent synthétisent certaines remarques traitant des valeurs ‘temporelles’ de l’imparfait.

  • 29 Nathalie FOURNIER. L'imparfait chez les grammairiens classiques, de Maupas (1607) à Restaut (1730). (...)
  • 30 Nathalie FOURNIER, ibid., p. 28. Les conclusions rapportées par l'auteur le sont bien entendu avec (...)

51On apprend29 que très tôt l’imparfait est toujours réduit à ses emplois temporels et se présente “comme un temps de l’indicatif, et donc de l’assertion, et un temps du passé”.30

  • 31 Charles MAUPAS. Grammaire françoise. Rouen: 1607, p. 19.

52Plus tard, apparaît une stabilisation de l’opposition temps / aspect : “c’est un prétérit, un temps du passé” d’une part, “sa spécificité aspectuelle permet de l’opposer à la fois aux deux autres passés” [passé simple et passé composé] d’autre part.31 On reconnaît à cette époque une “vision linguistique que l’imparfait donne au procès” à ne pas confondre avec “la réalité des choses”. Maupas remarque dès le 17e que “le choix de l’imparfait est indépendant de l’éloignement référentiel du procès par rapport au moment de l’énonciation” :

  • 32 Charles MAUPAS, ibid., p. 269. Propos retrouvés par N. Fournier deux siècles plus tard chez Gréviss (...)

Prenez bien ce point : ja-soit qu’il puisse y avoir long-temps
que la chose soit passée & accomplie, toutefois ce temps impar.
ramene & remet l’entendement de l’auditeur à l’instant courant,
lorsque la chose se faisoit, & n’avoit encor atteint la fin & perfection.32

  • 33 Charles MAUPAS, ibid.

53Tout comme il pose que “le choix des temps n’est pas déterminé par le réfèrent mais par un choix du locuteur”.33

  • 34 Père Claude BUFFIER. Grammaire française sur un plan nouveau. Paris : Bordelet, 1709.

54Les grammaires logiques pour leur part présentent l’imparfait comme un temps “composé par le sens”, c’est-à-dire qui témoigne “d’un double repérage du procès, repérage absolu et repérage relatif par rapport à un autre procès”. Temps “composé” s’opposant aux temps simples qui “marquent uniquement un repérage absolu du procès par rapport au moment de P énonciation”. Buffier34, qui reprend Port Royal, rétablit le couple formel imparfait / plus-que-parfait et les présente ainsi :

  • 35 Père Claude BUFFIER, ibid., p. 203 & 206, § 501 & 509.

L’Imparfait est appelé ainsi, parce qu’il tient imparfaitement du présent & du passé ; il sert à marquer que la chose étoit présente dans un tems passé déterminé : par exemple, j’écrivois quand il arriva : cela signifie que quand il arriva (ce qui est un tems passé déterminé) mon action d’écrire étoit alors présente.
/.../
Le composé de l’imparfait j’avois eu, ou j’avois lu, &c, marque que dans un certain tems passé déterminé, la chose dont on parle étoit déjà passée : comme j’avois pris mon parti, quand on est venu me soliciter ; le parti dont je parle étoit déjà pris, au tems qu’on me solicita.35

55Les travaux suivants approfondissent le sémantisme propre à la construction.

  • 36 Antoine CULIOLI. Valeurs aspectuelles et opérations énonciatives: l 'aoristique. Paris : Klincksiec (...)
  • 37 Cité par par Sergio APELLO. L’imparfait de fiction. Caen : Centre de Publications de l'Université d (...)

56L’imparfait commence donc à être perçu comme un “présent du passé”, l’imparfait et le présent ayant des propriétés (par exemple des valeurs aspectuelles) communes. D’où, pour A. Culioli36, la possibilité d’une définition de l’imparfait comme “présent translaté”.37

  • 38 Pierre LE GOFFIC. Que l'imparfait n'est pas un temps du passé. Caen : Centre de Publications de l’' (...)
  • 39 C'est nous qui soulignons.
  • 40 Même chose.
  • 41 Pierre LE GOFFIC, ibid. p. 59

57P. Le Goffic considère également l’imparfait sous cet angle. Selon lui, “l’imparfait se rapproche [à cet égard] du présent’ en ce sens qu’il ‘n’est pas fondamentalement un “temps du passé”, mais un temps “inaccompli - certain - non- présent” qui situe le procès verbal dans le cadre référentiel déterminé contextuellement”.38 Par ailleurs, “l’imparfait s’inscrit dans un passé ; [...] l’imparfait [est propre] à fournir les indications du décor, les descriptions et les commentaires39 ; [...] un énoncé à l’imparfait appelle autre chose. [...] L’imparfait s’interprète facilement dans le cadre d’un passé effectif, mais il n’y fait pas date40: il renvoie à des repères temporels déterminés en dehors de lui (par exemple des circonstants temporels, ou dans un autre énoncé au passé simple), il s’insère dans une structure temporelle (chronologique) donnée, pour en qualifier certains éléments, avec tous les caractères de la durée subjective”.41

  • 42 Pierre LE GOFFIC, ibid. C'est nous qui soulignons.

58P. Le Goffic note, enfin, une chose qui paraît intéressante dans la mesure où elle semble pouvoir être rapportée à la notion de préconstruction : “l’imparfait, parce qu’il ne date pas, ne peut reproduire l’avancée du temps”.42 C’est-à-dire qu’il y a, avec l’imparfait, un regard - temporel - obligatoirement rétrospectif, anaphorique, (qui se combine à une visée - aspectuelle - prospective).

  • 43 Georges GARNIER, Claude GUIMIER. 'Les hommes aussi avaient leurs chagrins': étude
  • 44 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, ibid., p. 115.
  • 45 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, ibid.

59Autre étude de l’imparfait, celle de G. Gamier et C. Guimier qui rappellent la dichotomie guillaumienne langue / discours en observant l’ambiguïté de l’imparfait : “Ambiguïté, incontestablement, si l’on met en regard la forme unique d’imparfait, pourvue de sa valeur de langue également unique d’une part et d’autre part les effets de sens nombreux et variés de l’imparfait en discours”.43 Ils opposent le passé simple et l’imparfait (les deux temps simples). Du premier ils disent qu’il “donne de l’événement exprimé par le verbe une image tout entière en incidence sur décadence refusée ; c’est une image homogène faite “d’accomplissement effectif (réel)”. Cela signifie que, quelle qu’ait pu être la durée effective de l’événement, la pensée le parcourt du début à la fin, en un instant.” Accomplissement effectif qu’ils opposent à “1’accomplissement perspectif qu’intègre l’image véhiculée par l‘imparfait.”44 En effet, l’imparfait “[en incidence sur décadence acceptée, engagée] livre de l’événement une image hétérogène, faite d’une partie d’accompli décadent et d’une partie d’accompli incident, virtuel celui-là.”45

  • 46 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, ibid., p. 122.
  • 47 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, ibid.

60En d’autres termes, l’imparfait, “fondamentalement, livre une image sécante de l’événement : un seul instant, qui n’est ni celui de commencement ni celui de fin, de la durée intérieure de l’événement est ainsi mis en lumière. Il en résulte un effet de gros plan sur cet instant unique.”46 Par opposition au passé simple, qui est “purement narratif’ ; il s'ensuit que l’imparfait “est le temps de la description par excellence.”47

61Ils s’accordent sur ce point avec P. Le Goffic qui mentionne également ce fait.

  • 48 C'est nous qui soulignons.
  • 49 Pierre COTTE. "Réflexions sur l'emploi des temps du passé en français et en anglais à la lumière de (...)

62La description semble par conséquent être un emploi majeur de l’imparfait. Description retrouvée dans la définition que P. Cotte propose de la forme : “L’imparfait fait varier la portion d’accompli et d’inaccompli, [...] il constitue un arrière-plan du récit48, [...] il n’est pas autonome , [...] il est anaphorique : il sert à caractériser une période passée antérieurement, thème de l’énoncé”49 ; définition également liée à la notion d’anaphore de façon étroite.

  • 50 Geneviève GIRARD. Faits de langue en anglais. Paris: Dunod, 1993, p. 66.

63Or l’anaphore, qui consiste en la reprise d’un ensemble, ou d’une partie, d’opérations, n’est-elle pas de ce fait directement associée à la préconstruction ? C’est d’ailleurs bien en termes de préconstruction que s’est plus récemment trouvé défini l’imparfait : “En français, l’imparfait témoigne d’un préconstruit.”50

  • 51 Gustave GUILLAUME. Leçons de linguistique 1945-1946, série A, op. cit., p. 101.

64Nous voici donc à nouveau, en ce qui concerne l’imparfait, face à la préconstruction évoquée à propos du past perfect au début de cette étude. Il se trouve cependant que ce que recouvre ce terme “neuf’ se rencontre déjà chez Guillaume, de manière implicite il est vrai. Le linguiste ne sous-entend-il pas la même chose lorsqu’il écrit : “L’imparfait est un temps surchargé de passé. En indiquant que le verbe a, dans le passé, une partie laissée inaccomplie (non-acquise) qui s’oppose à sa partie accomplie, il est plus lourd sémantiquement que le prétérit défini qui lui ne peut être scindé intérieurement et se contente de situer le verbe dans le passé.”51 ? N’en est-il pas de même dans la reprise de ses dires opérée par G. Gamier et C. Guimier (cf. Les hommes..., p. 115) ? Parler “d’une partie de temps accompli, décadent” qui s’oppose à une autre “tendant vers un accomplissement perspectif’ (ibid.) justifie, pour nous, la vision de l’imparfait comme marque de préconstruit. Il s’agit de l’opposition entre ce qui est (l’accompli) et ce qui n’est pas (l’accomplissement), où ce qui n’est pas prend corps au contact “différentiel” de ce qui est. Il est alors nécessaire de considérer ce qui est pour la construction de ce qui n’est pas et pour l’évaluation de leur opposition qui devient définitoire de l’imparfait.

65D’où un retour qui s’impose à la description, emploi canonique de l’imparfait s’il en est. Souvenons-nous de cette vision sécante que donne l’imparfait avec ce gros plan sur un instant unique. Cela signifie, selon nous, que la description implique que la chose décrite soit figée. Un seul instant est alors représentatif de tous les autres, mais à une seule condition : qu’ils soient similaires. Nous disons que cet instant résulte de la préconstruction d’autres qui lui sont antérieurs.

66Si l’on s’intéresse pour finir à l’imparfait sur le plan formel, on se rend compte de son organisation en verbe + désinence, soit Vdés. On ne peut alors manquer de remarquer deux choses :

671) cette organisation Vdés rappelle celle de la construction du prétérit en Ved, que l’on peut décomposer ainsi :

68L’imparfait et le prétérit se rejoignent formellement dans la mesure où l’on peut y voir la place de la désinence comme une marque de préconstruction de l'existence de la base verbale V.

  • 52 Gustave GUILLAUME. Leçons de linguistique 1944-1945, séries A et B. Lille: Presses Universitairesde (...)

692) pour ce qui est de l’imparfait, la désinence est issue du verbe AVOIR. Or, on sait que a) “AVOIR regarde matériellement vers le passé (on a, on tient le passé)”, qu’il “contribue à véhiculer l’idée de passé”52, b) AVOIR c’est la possession, l’acquisition.

70Par conséquent, et toujours selon nous, l’imparfait dirait l’acquisition de V dans le passé, ou que l’acquisition de V est du passé, est dépassée, est préconstruite. Comme de plus en plus fréquemment à présent, on prendrait alors conscience du fait que la forme de l’imparfait exposerait son sémantisme, ses relations internes.

  • 53 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, op. cit., p. 125.
  • 54 Janine BOUSCAREN. Cahiers de recherche. I. Gap: Ophrys, 1982, pp. 92 et 101.

71La préconstruction liée à l’imparfait étant posée, G. Gamier et C. Guimier viennent clore pour nous cette présentation de la forme : “Associé au passé simple, l’imparfait rompt la chronologie des événements qu’il évoque”53, où nous retrouvons avant l’heure ce que dit J. Bouscaren à propos du past perfect et qu’elle présente comme l’une de ses principales caractéristiques54... Il s’ensuit que l’imparfait et le past perfect se rejoindraient sur ce point...

72Ceci nous ramène directement à la recherche du lien, a priori déconcertant, entre le past perfect, temps composé de l’anglais contemporain, et l’imparfait, temps simple du système temporel du français, dès lors qu’il s’agit de faire un commentaire. Au regard de tout ce qui précède, notamment l’exposition des notions de continuité, de rupture, de préconstruction, de présentation, la similitude morphologique du prétérit et de l’imparfait, nous souhaiterions montrer que les choses ne sont peut-être pas aussi confuses qu’elles semblent l’être, et qu’il se pourrait que le prétérit, qui posait problème au départ, soit en réalité la véritable clé de cette subtilité grammaticale.

VII. - Le prétérit, base du système en anglais ?

73Nous partons du postulat qu’il y aurait une affinité entre le prétérit et le défini d’une part, entre le present perfect et l’indéfini d’autre part. C’est-à-dire, entre la préconstruction et le défini d’une part et la présentation et l’indéfini d’autre part. Opposition sémantique relayée par la morphologie de chacune des deux formes.

  • 55 Ce qui n'est pas incompatible avec le fait que ce verbe traduit une 'antériorité de principe' (Pier (...)

74Commençons par le present perfect. Celui-ci est, on le sait, construit sur HAVE auxiliaire qui est sémantiquement en étroite relation avec HAVE verbe lexical exprimant, entre autres, la possession. Ce verbe a toujours un objet dans un premier temps indéfini. HAVE est un verbe analytique, il développe les relations. Have, dans le present perfect, introduit le verbe qui suit pour la première fois, comme HAVE verbe lexical introduit son objet, indéfini, pour la première fois. Il s’agit d’une première mention du participe passe55, soit, schematiquement :

75où le commentaire, qui est ce à quoi nous nous intéressons, vient après.

76D’autre part, HAVE suppose réalité et rupture en tant qu’opérateur de dissociation qui institue une coupure entre le moment du sujet et le moment du procès.

77Le prétérit se compose quant à lui d’une base verbale à laquelle est adjointe une désinence. Si l’on se souvient de l’illustration proposée plus haut, on peut décomposer ce prétérit en :

78Soit, schématiquement :

79où le commentaire ne peut précéder l’acquisition.

  • 56 Tout événement posé dans le passé s'éloigne du présent. Il est versé dans le désactualisé. Il se cr (...)

80En ce qui concerne le prétérit donc, Ved = Vtemps > du point de vue sémiologique, le temps assure la jonction entre le sujet et le prédicat. Il est la trace de l’inscription de l’événement dans le réel. Il a en plus une fonction de repérage temporel. -Ed est la marque de la prise en charge énonciative ; la désinence est du présent, tout ce qui se trouve à gauche du présent est du passé56.

  • 57 Pierre COTTE, op. cit.
  • 58 Pierre COTTE, ibid. Schéma que nous avons déjà repris plus haut.

81Ceci posé, et tout en sachant que le present perfect (HAVE + -EN) dit qu’un “prétérit est la conjugaison présente d’un procès passé”57, qu’il rejoue par conséquent la formation du prétérit ; ce que P. Cotte illustre58:

82ne pourrions-nous pas, dans la même veine, représenter ainsi le past perfect :

83Où la forme composée reproduit alors le principe du prétérit pour l’instant repère, à savoir T1 -Ed3 traduit quant à lui une antériorité, par rapport à T1, d’une préconstruction d’un present perfect (lui-même issu d’une préconstruction d’un prétérit). Jeu de poupées russes à trois figurines.

84Ved2 (ou -EN dans la terminologie courante) renvoie à un procès antérieur à un repère temporel identifié par l’auxiliaire. Il s’agit de l’expression de “l’antériorité de principe”, “quasi nominale”. -Ed3 est d’après nous la véritable détermination grammaticale qui donne une nouvelle identité temporelle à [HAVE Ved2]. A terme, on refait donc un prétérit de [HAVE Ved2] par rapport à T1.

  • 59 Le prétérit germanique des verbes faibles a été créé par l'ajout d'une désinence indoeuropéenne mun (...)

85Dans ce nouveau “prétérit de parfait” est traduite une préconstruction, comme dans tout prétérit. Préconstruction de l’acquis notionnel souligné par le present perfect (HAVE Ved2).59

86Dans cette hypothèse, -ed3 est plus que la marque d’un “autre” prétérit, ou d’un “deuxième” prétérit. Bien qu’il apparaisse avant -ed2 dans la chaîne linéaire d’écriture de tout past perfect (had Ven), nous suggérons qu’en réalité il est posé en dernier. A ce titre, -ed3 vient valider la préconstruction de l’acquis notionnel véhiculé par le parfait. Il semblerait alors que nous ayons ici un invariant. Le past perfect ne serait autre que :

871. la préconstruction de l’acquis notionnel,

882. lequel est ensuite entériné par -ed3 qui, dans le même temps, l’inscrit dans de nouvelles données temporelles.

  • 60 Ce qui, en revanche, tendrait à réfuter la schématisation du temps en ligne droite, mais privilégie (...)

89Nous voici revenue au premier élément du système analysé, à savoir le prétérit, qui n’est autre que l’expression d’une non-coïncidence entre un procès et le repère énonciatif par rapport auquel il est évalué. En faire le premier élément suppose que le prétérit serait le temps de base de l’anglais, temps à partir duquel se seraient construites les différentes formes composées. Ce qui reviendrait à envisager que l’histoire dans la langue se répète et que, par conséquent, les particularités de l’opérateur primitif se retrouveraient dans l’opérateur tardif (ou encore, que les propriétés de la forme initiale se retrouveraient dans la périphrase qui en est faite). Ce qui justifierait tout à fait une présentation du système en termes de préconstruction. Et permettrait donc de reconstruire la signification profonde du past perfect comme du present perfect en tenant compte du prétérit.60

90Lequel, ne l’oublions pas, est également lié dans certains de ses emplois à la description ; comme l’imparfait du reste... L’anglais globalise alors une succession de procès là où le français focalise sur un instant unique. Ce qui, avec leur analogie morphologique, constituerait un autre point commun entre les deux formes simples (de base ?). Ceci est à retenir, malgré une divergence, réelle, d’orientation, le prétérit étant en effet perspectif (il ne permet pas de porter un regard vers le début de l’événement), ce qu’autorise pleinement l’imparfait. Et c’est peut-être précisément là que se crée le hiatus entre les deux constructions en ce qui concerne leur comportement face au commentaire. Commentaire que permet l’imparfait et que bloque le prétérit.

91Au bout du compte, le past perfect synthétiserait :

92- du present perfect :
. l’acquis notionnel lié à HAVE ;
. la première mention d’un procès 1) accompli, 2) séparé du sujet.
D’où l’effet de présentation, qui s’applique aux énoncés illustrant la rupture ;
. la thématisation du sujet (HAVE).

93- du prétérit :
. l’inscription temporelle (reversée en T, puisque l’on est dans le récit) ;
. la préconstruction, qui s’applique aux énoncés illustrant la continuité.

94En conséquence, le past perfect, reprise du present perfect et du prétérit, traduirait
. l’acquis (de la relation de localisation d’un accompli) - parfait -
. la préconstruction (de cet acquis notionnel) - prétérit -

95Il s’ensuivrait la stabilisation d’un acquis, lequel, par la suite, rend possible un quelconque commentaire (car on ne peut faire de commentaire que sur du préconstruit, sur du « déjà »). L’interprétation se trouve alors basée sur une anaphore.

96Nous émettons par conséquent l’hypothèse suivante :

971) Le past perfect traduit par un imparfait ne serait autre que la sélection du trait + préconstruit (de l’accompli -EN) au détriment du trait - présentation (de cet accompli -EN) et correspondrait à la valeur de continuité. Il y aurait alors valorisation du sujet (HAVE) par préconstruction. Il s’agirait là de la sélection de -ed3.

  • 61 Et non l'inverse, c'est-à-dire sélection du trait - préconstruit au détriment du trait + présentati (...)

982) Le past perfect traduit par un plus-que-parfait ne serait autre que la sélection du trait + présentation (de l’accompli -EN) au détriment du trait - préconstruit (de cet accompli)61 et correspondrait à la valeur de rupture. Il y aurait alors valorisation du sujet (HAVE) par présentation, première mention. À savoir la sélection de [HAVE Ved2].

99Ce qui implique qu’avec le past perfect, il y aurait commentaire APRÈS présentation. Commentaire uniquement possible grâce à la mention préalable de la prédication. On retrouverait la problématique de base de HAVE, opérateur de différenciation dans la mesure où il instaure une relation la plus étroite possible entre deux notions, sans que l’on puisse pour autant les confondre. Relation très étroite entre les deux effets possibles (présentation et commentaire), étant entendu qu’il y a une coupure nécessaire entre les deux. Cette coupure est néanmoins fondatrice en ce sens qu’elle asserte l’existence des deux effets en question. Toute identité entre eux serait impossible.

100Telle est peut-être la raison pour laquelle le prétérit SEUL ne peut servir au commentaire ...

Top of page

Bibliography

I. RÉFÉRENCES (ouvrages, articles et travaux universitaires)

BEGIN, Claude, (1992) The Transcendent Progressive in Modem English. 209 f. dactyl. Th. : Faculté des Lettres : Université Laval.

BENVENISTE, Émile, (1966) Problèmes de linguistique générale. Paris : Gallimard, I, 1991. 345 p. (Collection Tel.).

BENVENISTE, Emile, (1974) Problèmes de linguistique générale. Paris : Gallimard, II, 1991. 280 p. (Collection Tel.).

BOISSON Claude, “Anglais have, français avoir et l’empathie”, p. 155-180 in : CIEREC : Travaux LIT La transitivité, domaine anglais. / avec la collab. De Claude Guimier et al./. Dix articles présentés sous forme orale au congrès de la S. A. E. S. (Société des anglicistes de l’enseignement supérieur) à Caen les 10 et 11 mai 1985. Université de Saint-Étienne, 1987. 181 p.

BOURCIER, Georges, (1978) Histoire de la langue anglaise du moyen-âge à nos jours. Paris : Bordas, 304 p.

BOUSCAREN, Janine, (1982) Cahiers de recherche : grammaire anglaise. Gap : Ophrys, I, 192 p.

BOUSCAREN, Janine, (1991) Linguistique anglaise : initiation à une grammaire de rénonciation. Gap : Ophrys, 131 p.

BOUSCAREN, Janine ; Chuquet, Jean, (1987) Grammaire et textes anglais : guide pour l’analyse linguistique. Gap : Ophrys, 201 p.

BRYAN, W. F., “Preterit and Perfect Tense in English.” The Journal of English and Germanic Philology, (35), 1936, p. 363-382.

BURCHFIELD, Robert, (1985) The English Language. Oxford / New York : Oxford University Press, 194 p.

CHANTRAINE, Pierre, (1947) Morphologie historique du grec. Paris : Klincksieck, 443 p.

CLOSE, R. A., (1962) English as a Foreign Language. Londres : George Allen & Unwin Ltd, 219 p.

COTTE, Pierre, “Réflexions sur l’emploi des temps du passé en français et en anglais à la lumière de deux évolutions récentes du système verbal de l’anglais.” Contrastes, (14-15), 1987, p. 89-161.

COTTE, Pierre, (1996) L ’explication grammaticale de textes anglais. Paris : PUF, 330 p.

COTTE, Pierre, (1997) Grammaire linguistique. Paris : Didier Érudition, CNED, 180 p.

CRYSTAL, David, “Specification and English Tenses.” Journal of Linguistics, 2 (1), 1966, p. 1-34.

CULIOLI, Antoine, “Valeurs aspectuelles et opérations énonciatives : l’aoristique.” in La notion d’aspect. Actes du colloque organisé par le centre d’Analyse syntaxique de l’Université de Metz, 1978, Paris : Klincksieck, 1980, p. 181-193.

DECLERCK, Renaat, (1991) Tense in English : its structure and use in discourse. Londres / New York : Routledge, 423 p.

DELMAS, Claude & al., (1993) Faits de langue en anglais. Paris : Dunod, 241 p.

DIVER, William, “The Chronological System of the English Verb.” Word, (19), 1963, p. 141-181.

DUBOS, Ulrika, (1990) L’explication grammaticale du thème anglais. Paris : Nathan Université, 268 p.

FENN, Peter, (1987) A Semantic and Pragmatic Examination of the English Perfect. Tubingen : Gunter Narr Verlag, 261 p.

FUCHS, Catherine ; LÉONARD, Anne-Marie, (1979) Vers une théorie des aspects. Paris : Mouton, 399 p.

FUCHS, Catherine, (1991) Les typologies de procès. Paris : Klincksieck, 240 p.

GARNIER, Georges, (1985) Linguistique et traduction. Caen : Paradigme, 506 p.

GREVISSE, Maurice, (1986) Le bon usage : grammaire française. 12 éd. refondue par André Goose. Paris / Gembloux : Duculot, 1768 p.

GUILLAUME, Gustave, (1929) Temps et verbes : théorie des aspects, des modes et des temps. Paris : Champion, 1965. 67 p.

GUILLAUME, Gustave, (1964) Langage et science du langage. Québec : Les Presses de l’Université Laval ; Paris : Nizet, 288 p.

GUILLAUME, Gustave, (1971a) Leçons de linguistique 1948 -1949 : structure sémiologique et structure psychique de la langue française. Québec : Les Presses de l’Université Laval ; Paris : Klincksieck, 1, série A, 271 p.

GUILLAUME, Gustave, (1987) Leçons de linguistique 1945 - 1946 : esquisse d’une grammaire descriptive de la langue française (IV). Québec : Les Presses de l’Université Laval ; Lille : Presses Universitaires de Lille, 7, série A, 358 p.

GUILLAUME, Gustave, (1992) Leçons de linguistique 1944 -1945 : esquisse d’une grammaire descriptive de la langue française (III) et sémantèmes, morphèmes et systèmes. Québec : Les Presses de L’Université Laval ; Lille : Presses Universitaires de Lille, 11, séries A et B, 295 p.

GUILLEMIN-FLESHER, Jacqueline, (1981) Syntaxe comparée du français et de l’anglais : problèmes de traduction. Paris : Ophrys, 549 p.

HENRY, Victor, (1893) Précis de grammaire comparée de l’anglais et de l’allemand rapportées à leur commune origine et rapprochées des langues classiques. Paris : Hachette, 419 p.

HlRTLE, Walter H., (1975) Time, aspect and the verb. Québec : Les Presses de l’Université Laval, 149 p.

HUDDLESTON, Rodney, (1988) Introduction to the Grammar of English. Cambridge : Cambridge University Press, 483 p.

JESPERSEN, Otto, (1931) “A Modem English Grammar on Historical Principles.” Heidelberg : Carl Winters, IV, Time and Tenses, 400 p.

KRUISINGA, Etsko, (1911) A Grammar of Present-Day English. Over den Te Utrecht : Kemink & Zoom, 942 p.

KURYLOWICZ, Jerzy, (1977) Problèmes de linguistique indo-européenne. Varsovie : Jezykoznawstaw, 245 p.

LAPAIRE, Jean-Rémi ; ROTGE, Wilfrid, (1991) Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 734 p.

LASS, Roger, (1987) The Shape of English : structure and history. Londres / Melbourne : J. M. Dent & Sons Ltd, 384 p.

LE GOFFIC, Pierre, (1986 ) Points de vue sur l’imparfait. Caen : Centre de Publications de l’Université de Caen, 137 p.

LE GUAY, Emmanuelle, (1991) “Le Pluperfect.” 150 f. dactyl. Mémoire de DEA : Théories et Analyses Linguistiques. Lille 3.

LE GUAY, Emmanuelle, (1995) Recherches sur le Past Perfect en anglais contemporain. 430 f. dactyl. Thèse. Université de Paris IV - Paris Sorbonne.

LEITH, Dick, (1987) A Social History of English. Londres / New York : Routledge & Kegan Paul, 230 p.

MC COARD, Robert W., (1978) The English Perfect : tense, choice and pragmatic inferences. North Holland Publishing Company, 279 p.

MEILLET, Antoine, (1950) Les dialectes indo-européens . - 1908. Paris : Champion, 139 p.

MEILLET, Antoine, (1909) Sur la disparition des formes simples du prétérit. Heidelberg : Carl Winter, 526 p.

MEILLET, Antoine, (1930) Caractères généraux des langues germaniques. 4e éd. [rev.] Paris : Hachette, 237 p.

MEILLET, Antoine, (1964) Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes. University of Alabama Press, 464 p.

MEILLET, Antoine ; VENDRYES, Jacques, (1966) Traité de grammaire comparée des langues classiques. Paris : Champion, 771 p.

MOSSE, Fernand, (1945) “Manuel de l’anglais du Moyen-Âge des origines au XIVe siècle.” Paris : Montaigne, I, Grammaire et textes, 383 p.

FERMES, Sophie, Have / avoir. 174 f. dactyl. Mémoire de Maîtrise. Université de Bretagne Occidentale, [198 ?].

POTTIER, Bernard, (1992) Sémantique générale. Paris : PUF, 237 p.

POUTSMA, Hendrik, (1921) “A Grammar of Late Modem English.” Groningue : P. Noordhoff, II, The Parts of Speech, section H, “The Verb and the Particles”. 892 p.

PYLES, Thomas, (1982) The Origins and Development of the English Language. 3rd ed. New York / Londres / Chicago : Harcourt Brace Janovitch, 383 p.

QUIRK, Randoplh ; Wrenn, Charles Leslie, (1955) An Old English Grammar. Londres / New York : Methuen, 1987. 166 p.

QUIRK, Randolph ; Greenbaum, Sidney et al., (1985) A Comprehensive Grammar of the English Language. Londres : Longman, 1779 p.

ROCHETTI, Alvaro, (1980) “De l’indo-européen aux langues romanes : une hypothèse sur l’évolution du système verbal”, p. 254-267 in Langage et psychomécanique du langage pour Roch Valin / sous la direction de André Joly et Walter Hirtle. Lille : Presses Universitaires de Lille ; Québec : Les Presses de L’Université Laval, 594 p.

SALKIE, Raphaël, (1990) “Perfect and Pluperfect”, p. 185-219 in Travaux linguistiques du CerLiCO : 2. L'auxiliaire en question / sous la direction de Jean-Louis Duchet. Rennes : Presses Universitaires de Rennes 2,-251 p.

SEILER, Hansjacob, (1983) “Possession as an Operational Dimension of Language.” Language Universal Series, 2, p. 1-86.

STRANG, Barbara M. H., (1970) A History of English. Londres / New York : Methuen, 1974, 454 p.

TESNIERE, Lucien, (1939) “Théorie structurale des temps composés.” p. 153-183 in Mélanges de linguistique offerts à Charles Bally. Genève : Georg & Cie., 514 p.

VAN GINNEKEN, Jacques, (1939) “Avoir et être.” p. 83-92 in Mélanges de linguistique offerts à Charles Bally. Genève : Georg & Cie., 514 p.

VLEL, Michel, éd., (1993) Les théories de la grammaire en France. Paris : Hachette, 175 p.

VISSER, F., “An Historical Syntax of the English Language.” Leiden : E. J. Brill, Part I, Syntactical Units with one Verb. 1963, 657 p. - Part II, Syntactical Units with one Verb. 1966, 639 p. - Part III, second Half, Syntactical Units with two Verbs and More. 1973, 553 p.

WAGNER, Jean-Louis ; PlNCHON, Jacqueline, (1962) Grammaire du français classique et moderne. Paris : Hachette, 648 p.

WEINRICH, Harald, (1973) Le Temps : le récit et le commentaire. Paris : Seuil, 333 p.

WIERZBICKA, Anna, (1988) “Why can you have a drink when you can’t * have an eat?” p. 293-357 in The Semantics of Grammar. Amsterdam : John Benjamins Publishing Company, 617 p.

WOISETSCHLAEGER, Erich Friedrich, (1985) A Semantic Theory of the English Auxiliary System. New York / Londres : Garland, 127 p.

II CORPUS (nouvelles et romans)

AMIS, Kingsley, (1972) “Interesting Things”, p. 308-318 in The Second Penguin Book of English Short Stories I sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

BRADBURY, Ray, (1988) “A Piece of Wood”, p. 9-22 in Thirteen Modern English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

CAPOTE, Truman, (1988) “Mr Jones”, p. 25-30 in Thirteen Modem English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

CARY, Joyce, (1972) “Government Baby”, p. 174-193 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

CONRAD, Joseph, (1990) Nostromo. 5e éd. Londres : Penguin.

DAHL, Roald, (1988) “The Landlady”, p. 33-58 in Thirteen Modern English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

FITZGERALD, F. Scott, (1986) Tender is the Night. 6e éd. Londres : Penguin.

FITZGERALD, F. Scott, (1987) This Side of Paradise. 18* éd. Londres : Penguin.

FITZGERALD, F. Scott, (1994) Tendre est la nuit. Trad. J. Toumier, Paris : Le Livre de Poche.

FORSTER, E. M., (1972) “The Road from Colonus”, p. 113-125 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

GRAVES, Robert, (1972) “The Lost Chinese”, p. 194-214 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

GREENE, Graham, (1971) The Confidential Agent. 4e éd. Londres : Penguin.

GREENE, Graham, (1972) “The Destructors”, p. 254-270 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

GREENE, Graham, (1988) “I Spy”, p. 61-68 in Thirteen Modern English and American Short Stories I sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

HARDY, Thomas, (1972) “The Distracted Preacher”, p. 11-70 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

HARTLEY, L. P., (1958) The Go-Between. 2e éd. Londres : Penguin.

HEMINGWAY, Ernest, (1989) The Old Man and the Sea. 20e éd. Londres : Grafton.

HIGHSMITH, Patricia, The Milk Bottles. [ ?] : [19 ?]. 10 p.

HUGHES, Richard, (1988) “A Night at a Cottage”, p. 145-152 in Thirteen Modern English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

IRBING, John, (1989) The Hotel New Hampshire. 10* éd. Londres : Corgi.

JOYCE, James, (1972) “Ivy Day in the Committee Room”, p. 126-141 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

KIPLING, Rudyard, (1972) “William the Conqueror”, p. 71-104 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

LAWRENCE, D. H., (1948) Sons and Lovers. IL éd. Londres : Penguin.

LAWRENCE, D. H., (1972) “The Horse Dealer’s Daughter”, p. 150-167 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

LESSING, Doris, (1989) The Grass is Singing. 14e éd. Londres : Paladin, 1989.

MALAMUD, Bernard, (1988) “The Letter”, p. 129-142 in Thirteen Modern English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

MANSFIELD, Katherine, (1972) “Feuille d’album”, p. 168-173 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

MANSFIELD, Katherine, (1988) “The Fly”, p. 167-182 in Thirteen Modern English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

MAUGHAM, William Somerset, (1988) “The Luncheon”, p. 115-126 in Thirteen Modern English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

MORTIMER, John, Rumpole and the Age of Miracles. [ ?] : [19 ?]. 10 p.

MURDOCH, Iris, (1984) The Flight from the Enchanter. 4* éd. Londres : Penguin.

MURDOCH, Iris, (1986) The Good Apprentice. 2* éd. Londres : Penguin.

NABOKOV, Vladimir, (1980) Lolita. 3* éd. Londres : Penguin.

O’FLAHERTY, Liam, (1988) “Charity”, p. 155-164 in Thirteen Modern English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

O’HENRY, (1988) “The Last Leaf’, p. 185-202 in Thirteen Modern English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

ORWELL, George, (1989) Coming up for Air. 5e éd. Londres : Penguin.

PORTER, Katherine Anne, The Jilting of Granny Weatherall. [ ?] : [19 ?]. 10 p.

POWYS, T. F., (1972) “The Bucket and the Rope”, p. 105-112 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

PRTCHETT, V. S., (1972) “Handsome Is as Handsome Does”, p. 214-253 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

SINGER, Isaac Bashevis, (1989) Enemies, A Love Story. 2 ed. New York : Signet.

SMITH, Ian Crichton, (1988) “The Telegram”, p. 85-102 in Thirteen Modern English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

SPARK, Muriel, (1972) “You Should Have Seen the Mess”, p. 301-307 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

STEINBECK, John, (1974) Of Mice and Men. 2e ed. Londres : Pan.

SWIFT, Graham, (1982) Shuttlecock. 2eed. Londres : Penguin.

SWIFT, Graham, (1983) The Sweet Shop Owner. 2e ed. Londres : Penguin.

SWIFT, Graham, (1984) Waterland. 2* ed. Londres : Picador.

SWIFT, Graham, (1988) Out of this World. Londres : Penguin.

SWIFT, Graham, (1992) Ever After. Londres : Picador.

WAUGH, Evelyn, (1988) ,4 Handful of Dust. 29* ed. Londres : Penguin.

WAUGH, Evelyn, (1995) Une poignée de cendre. Trad. M. Canavaggia. Paris : 10/18.

WEBB, Mary, (1988) “In Affection and Esteem”, p. 105-112 in Thirteen Modem English and American Short Stories / sous la direction de Henri Yvinec. Paris : Poche, 223 p. Collection Lire en Anglais.

WILSON, Angus, (1972) “After the Show”, p. 271-300 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p. WOOLF, Virginia, (1972) “The Mark on the Wall”, p. 142-149 in The Second Penguin Book of English Short Stories / sous la direction de Christopher Dolley. Londres : Penguin, 318 p.

WOOLF, Virginia, To the Lighthouse. 20e éd. Londres : Grafton, 1988.

Top of page

Notes

1 Past perfect qui sera rendu par un imparfait (‘elle était...’) et non par un plus-que-parfait (*‘elle avait été...’).

2 Il ne sera question ici ni du past perfect modal (structure figée), ni du past perfect gouverné par un style indirect, ni enfin du past perfect + -ing, le past perfect temporel «simple» (si l'on peut dire) retenant seul notre attention.

3 Dans la forme composée, il y a localisation entre le moment de l’événement et celui servant de repère (T1). Ceux-ci sont, référentiellement parlant, en continuité ou en rupture, mais soutenus par un arrière-plan énonciatif toujours continu quant à lui. Le past perfect va donc essentiellement transmettre deux natures de repérage qui s’excluent mutuellement sur le plan de la référence. Lesquelles sont dans le même temps sous-tendues par un rapport énonciatif étroit et incessant à T1.

4 Anna WIERZBICKA, "Why can you 'have a drink' when you can't *'have an eat'?", p. 293-357 in: The Semantics o/Grammar. Amsterdam: Jolm Benjamin Publishing Company, 1988.

5 Anna WIERZBICKA, ibid., p. 300. C'est nous, E. R., qui soulignons.

6 Terminologie empruntée à Bernard Pottier. (Bernard POTTIER. Sémantique générale. Paris: PUF, 1992, p. 186.)

7 C'est-à-dire T5, T4, T3, T2 ou T1 selon que l'on analyse finement les relations temporelles existant entre les différents lexèmes verbaux d'un énoncé.

8 La continuité énonciative présentée plus haut ne serait autre que la reconnaissance et l'appropriation, par l'énonciateur, de la notion attachée au prédicat.

9 Reconnaître une notion et se l'approprier nécessite de l'interpréter.

10 Gustave GUILLAUME. Leçons de linguistique de Gustave GUILLAUME. 1945 - 1946 A. Lille: Presses Universitaires de Lille, 1987, 21 février 1946.

11 Gustave GUILLAUME, ibid.. 28 février 1946

12 Ce terme a son importance. On ne peut « évoquer » que ce qui est « désactualisé » par rapport à un repère donné. Précisons à ce propos qu'il n'est bien sûr question ici que du "temporel".

13 Ce point est développé plus loin dans l'article.

14 Antoine MEILLET. Caractères généraux des langues germaniques. Paris: Hachette, 1930, p. 137-159.

15 Pierre CHANTRAINE. Morphologie historique du grec. Paris : Klincksieck, 1947, p. 334.

16 La préconstruction à laquelle nous faisons référence est celle présentée par Pierre Cotte:

- Pierre COTTE. L'explication grammaticale de textes anglais. Paris: PUF, 1996.

- Pierre COTTE. Grammaire linguistique. Paris: Didier Erudition - CNED, 1997.

17 Pierre COTTE. Grammaire ... , op. cit., p. 122.

18 Pierre COTTE. L'explication ... , op. cit., p. 59. Terme que nous appliquons ici au past perfect, P. Cotte l'utilisant à cet endroit de son ouvrage pour HAVE verbe lexical exprimant la possession. Mais nous avons vu l'affinité de HA VE verbe et HA VE auxiliaire.

19 Pierre COTTE, ibid., p. 59-60.

20 Pierre COTTE, ibid., p. 73

21 Pierre COTTE, ibid., p. 80. Faite à propos du passif, nous pensons pouvoir dire que cette remarque vaut pour le past perfect.

22 Pierre COTTE, ibid., p. 95

23 Pierre COTTE, ibid., p. 97

24 Pierre COTTE, ibid., p. 166

25 Dans son rapport, rappelons-le, avec le plus-que-parfait et l'imparfait lors du passage au français.

26 Evelyn WAUGH. A Handful of Dust. London: Penguin, 1988.

Evelyn WAUGH. Une poignée de cendre. Trad. Marie CANAVAGGIA. Paris: 10/18, 1995.

27 Puisque la rupture et la continuité fonctionnent en système binaire, nous avons posé qu'il se pourrait que la préconstruction s'oppose elle aussi à une autre notion avec laquelle elle se partagerait la répartition des sémantismes rapportés au past perfect en plus-que-parfait et imparfait. D'où ce que nous nommons la ''présentation".

28 En prenant en compte le contexte propre au roman, contexte que nous connaissons parfaitement.

29 Nathalie FOURNIER. L'imparfait chez les grammairiens classiques, de Maupas (1607) à Restaut (1730). Caen : Centre de Publications de l'Université de Caen, 1986, p. 13-30.

30 Nathalie FOURNIER, ibid., p. 28. Les conclusions rapportées par l'auteur le sont bien entendu avec un vocabulaire linguistique qui nous est contemporain ...

31 Charles MAUPAS. Grammaire françoise. Rouen: 1607, p. 19.

32 Charles MAUPAS, ibid., p. 269. Propos retrouvés par N. Fournier deux siècles plus tard chez Grévisse (Maurice GRÉVISSE. Le bon usage. Paris : Duculot, 1986, § 716.) lorsqu'il dit: L'imparfait indique, sous l'aspect de la continuité/.../ un fait qui était encore inachevé (lat. imperfectum) au moment où se situe le sujet parlant; il montre ce fait en train de se dérouler dans la durée, en l'excluant de l'actualité présente, et sans en faire voir la phase initiale ni la phase finale.

33 Charles MAUPAS, ibid.

34 Père Claude BUFFIER. Grammaire française sur un plan nouveau. Paris : Bordelet, 1709.

35 Père Claude BUFFIER, ibid., p. 203 & 206, § 501 & 509.

36 Antoine CULIOLI. Valeurs aspectuelles et opérations énonciatives: l 'aoristique. Paris : Klincksieck, 1980, p. 186.

37 Cité par par Sergio APELLO. L’imparfait de fiction. Caen : Centre de Publications de l'Université de Caen, 1986, p. 31-42.

38 Pierre LE GOFFIC. Que l'imparfait n'est pas un temps du passé. Caen : Centre de Publications de l’'Université de Caen, 1986, p. 55-70.

39 C'est nous qui soulignons.

40 Même chose.

41 Pierre LE GOFFIC, ibid. p. 59

42 Pierre LE GOFFIC, ibid. C'est nous qui soulignons.

43 Georges GARNIER, Claude GUIMIER. 'Les hommes aussi avaient leurs chagrins': étude

comparative.français-anglais. Caen: Centre de Publications de l'Université de Caen, 1986, p. 107-135.

44 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, ibid., p. 115.

45 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, ibid.

46 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, ibid., p. 122.

47 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, ibid.

48 C'est nous qui soulignons.

49 Pierre COTTE. "Réflexions sur l'emploi des temps du passé en français et en anglais à la lumière de deux évolutions récentes du système verbal de l'anglais", in Contrastes, 14-15, 1987, p. 89-161.

50 Geneviève GIRARD. Faits de langue en anglais. Paris: Dunod, 1993, p. 66.

51 Gustave GUILLAUME. Leçons de linguistique 1945-1946, série A, op. cit., p. 101.

52 Gustave GUILLAUME. Leçons de linguistique 1944-1945, séries A et B. Lille: Presses Universitairesde Lille, 1992, p. 153.

53 Georges GARNIER, Claude GUIMIER, op. cit., p. 125.

54 Janine BOUSCAREN. Cahiers de recherche. I. Gap: Ophrys, 1982, pp. 92 et 101.

55 Ce qui n'est pas incompatible avec le fait que ce verbe traduit une 'antériorité de principe' (Pierre COTTE. L'explication ... , op. cit., p. 72.) sous sa forme participiale.

56 Tout événement posé dans le passé s'éloigne du présent. Il est versé dans le désactualisé. Il se crée une rupture irrémédiable avec le présent. On ne peut plus que l'évoquer en T0. Cette rupture se retrouve dans les dentales finales ([d], [t]) des désinences de ce prétérit - régulier-, dentales qui 'bloquent' ...

57 Pierre COTTE, op. cit.

58 Pierre COTTE, ibid. Schéma que nous avons déjà repris plus haut.

59 Le prétérit germanique des verbes faibles a été créé par l'ajout d'une désinence indoeuropéenne munie de son participe passé dit de seconde forme. Le prétérit que l'on manipule aujourd'hui a donc une origine perfective.

60 Ce qui, en revanche, tendrait à réfuter la schématisation du temps en ligne droite, mais privilégierait plutôt une vision courbe, en boucle : Image 100002010000001900000017F3589532.png. Et toutes les remises en question qu'une telle vision impliquerait ...

61 Et non l'inverse, c'est-à-dire sélection du trait - préconstruit au détriment du trait + présentation, car on ne distingue prioritairement que du POSITIF.

Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuelle Roussel, « She had been healthy a when he married her », Anglophonia/Sigma, 10 (6) | 1999, 235-258.

Electronic reference

Emmanuelle Roussel, « She had been healthy a when he married her », Anglophonia/Sigma [Online], 10 (6) | 1999, Online since 15 June 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/689 ; DOI : 10.4000/anglophonia.689

Top of page

About the author

Emmanuelle Roussel

Université de Caen

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org