Skip to navigation – Site map

Introduction

Pierre Fournier and Henri Le Prieult

Full text

  • 1 Nous adressons nos plus sincères remerciements à Nicolas Ballier (Université Paris 7) pour ses comm (...)

1Ce numéro thématique d’Anglophonia, intitulé Approches pluridisciplinaires en phonologie anglaise, se compose de cinq articles dont quatre sont issus de communications provenant du 17ème Colloque de Villetaneuse sur l’anglais oral. Cette conférence, organisée à l’Université Paris 13 les 4 et 5 avril 2014, est conjointement organisée par l’Université Paris 13 et la société savante l’ALOES (Association des anglicistes pour les études de langue orale dans l’enseignement supérieur, secondaire et élémentaire)1. Cette 17ème édition était consacrée à la thématique suivante : « Spoken English and the Media / L’anglais parlé et les médias », avec pour conférencière invitée Jane Stuart-Smith, professeur à l’Université de Glasgow et spécialiste entre autres de la variation dans l’accent de Glasgow et de l’impact des médias sur la variation et le changement. Ce thème de l’anglais parlé et les médias permet une approche pluridisciplinaire du traitement de l’oral. Les études consacrées à ce domaine peuvent prendre diverses formes et traiter des phénomènes tels que les types journalistiques dans une perspective descriptive ou au contraire associer des schémas intonatifs à un format spécifique de programme dans une démarche résolument typologique. La dimension variationnelle est inhérente à ce domaine et l’approche peut être intra-locuteur ou inter-locuteur. Le discours des locuteurs est-il déterminé par le format du média en question (télévisuel ou radiophonique) ? Chaque locuteur élabore-t-il des stratégies individuelles lui permettant de se distinguer des autres locuteurs tout en conservant cependant un discours propre à un format spécifique ? Le format radiophonique se différencie-t-il ainsi du format télévisuel en imposant un type de discours spécifique ? Les questions soulevées sont multiples et mobilisent plusieurs aspects de la phonologie anglaise (analyse du débit, intonation, accents) tant dans une perspective synchronique que diachronique. Les deux premiers articles de ce volume thématique s’inscrivent dans le thème de l’anglais oral et les médias et offrent un traitement particulièrement novateur de la question.

2La première contribution est l’œuvre de Charlotte Danino (Université Paris 6) et s’intitule : « Talking about an emergency in an urgent situation : prosody and information ». L’article s’attache à examiner le rôle de la prosodie dans la construction du sens au sein d’un format télévisuel spécifique : le breaking news. L’analyse est fondée sur un corpus télévisé élaboré à partir de directs journalistiques tournés lors des attaques du 11 septembre aux Etats-Unis. Ce format télévisuel spécifique se caractérise par la spontanéité des interventions des divers intervenants puisque l’information « se construit » au fur et à mesure des événements. Les productions orales se caractérisent donc par une presque totale absence de préparation. Le format obéit néanmoins à des règles strictes puisque les prises de parole sont gérées par le(s) présentateur(s) qui distribue(nt) la parole à des intervenants dont le statut et le rôle varient. Charlotte Danino démontre de façon très pertinente l’importance fondamentale de la prosodie dans la construction de l’information mais également dans la gestion des interactions et des tours de parole. Son approche théorique est ancrée dans le cadre de la sémantique sociocognitive qui définit le sens comme le produit d’une collaboration interactionnelle associée à des processus cognitifs. Après avoir présenté les caractéristiques du format télévisuel du breaking news de façon exhaustive, elle repositionne la prosodie au sein de l’interface sémantique / pragmatique, tout en démontrant que la composante prosodique intervient à plusieurs niveaux, tant au niveau du syntagme qu’au niveau des tours de parole en interaction. L’utilisation de logiciels d’analyse vocale modélisant les courbes intonatives met en évidence le recours à la prosodie dans la construction du sens en interaction. Les pauses font également l’objet d’un traitement spécifique car il s’avère qu’elles exercent une influence déterminante dans la structuration de l’information. Les conclusions de l’article mettent en évidence le rôle essentiel de la prosodie dans la structuration de l’information mais également son influence sur le traitement et la hiérarchisation des informations. Le caractère saillant de certains éléments du discours, renforcé par une courbe intonative adaptée, ou au contraire l’absence de mise en relief démontre une forme de traitement « en direct » de l’information qui se construit dans une optique résolument interactionnelle.

3L’article de Susan Moore (Université de Limoges) a pour titre: « Patterns and variation in the weather forecast: can prosodic features be predicted too? ». Il offre un second point de vue sur le traitement de l’anglais oral dans les médias. L’analyse repose sur un genre télévisuel spécifique, à savoir le bulletin météorologique. A partir d’un corpus composé des productions orales de cinq présentateurs de bulletins météorologiques du Royaume-Uni, Susan Moore démontre les caractéristiques prosodiques propres à ce type de média. Le but fondamental du bulletin météorologique est de véhiculer l’information d’une façon qui soit à la fois la plus efficace et la plus structurée possible. La composante prosodique joue un rôle essentiel à la fois dans la structuration et la hiérarchisation des informations et elle est caractérisée par Susan Moore comme un élément essentiel de la composante sémantique, au même titre que l’utilisation d’un lexique spécialisé ou la mise en place d’éléments visuels facilitant la transmission de l’information. Les patrons prosodiques du bulletin météorologique sont prédéterminés par le genre qui, de par la nature très spécifique de l’information véhiculée, impose une structure spécifique. Ces patrons prosodiques ont une double fonction : ils structurent le discours tout en mettant en relief les éléments essentiels à la diffusion de l’information. Susan Moore conclut cette étude par une typologie des spécificités prosodiques du bulletin météorologique en insistant sur la nécessité d’intégrer la composante prosodique dans l’enseignement de l’anglais chez les apprenants.

4La spécificité du Colloque sur l’anglais oral de Villetaneuse est d’organiser des sessions autour d’une thématique générale, tout en donnant également la possibilité aux chercheurs de présenter des communications hors thème dans le domaine de la phonologie anglaise. Les deux articles suivants sortent ainsi de la thématique générale du colloque consacré à l’anglais oral et les médias.

5Le troisième article est écrit par Quentin Dabouis (Université de Tours) et s’intitule : « Is the Adjectival Suffix -al a Strong Suffix ? ». Cette contribution se propose de reconsidérer le statut du suffixe -al dans le domaine de l’accentuation lexicale et elle s’inscrit dans la théorie de la morphophonologie de l’école de Guierre. Quentin Dabouis remet en question le statut accordé dans la littérature au suffixe adjectival -al. L’école de Guierre considère l’interface morphologie-phonologie comme la dynamique fondamentale dans l’assignation des accents lexicaux en anglais. Le suffixe adjectival -al est généralement associé à la catégorie des terminaisons contraignantes, déclenchant un calcul direct de la position de l’accent principal dans le dérivé ; le recours à une analyse dérivationnelle n’étant alors plus pertinent. L’analyse tente de démontrer, à partir de l’étude d’un large corpus d’adjectifs suffixés en -al extraits de dictionnaires de prononciation de référence, la difficulté d’appréhender l’influence du suffixe -al sur la position de l’accent primaire. Par l’intermédiaire d’une démonstration méthodique et rigoureuse, basée sur la création de sous-corpus élaborés à partir de contraintes sémantico-morphologiques, il démontre que le suffixe -al peut relever de la catégorie des terminaisons neutres ou contraignantes. Le statut est déterminé par le statut sémantico-morphologique des éléments auxquels il est rattaché, le recours au processus de dérivation constituant un autre élément essentiel. L’article accorde également une grande importance aux valeurs (terme employé ici dans le sens de l’école de Guierre) des voyelles sous accent, car elles constituent autant d’indices permettant de déterminer l’influence de -al sur l’accent. L’article, très bien documenté, confronte également les théories accentuelles majeures et remet notamment en question l’influence du poids syllabique sur l’accentuation en démontrant que ce concept ne peut à lui seul justifier l’accentuation de l’intégralité des mots suffixés en -al du corpus considéré.

6La quatrième contribution est l’œuvre d’Anne Przewozny (Université Toulouse 2) et de Cécile Viollain (Université Paris 10) et a pour titre : « On the representation and evolution of Australian English and New Zealand English ». Les auteurs mettent en évidence tout au long de leur article les spécificités de chacune de ces deux variétés d’anglais, qui ont trop souvent par le passé été amalgamées dans la littérature spécialisée, nonobstant ainsi certaines différences phonético-phonologiques apparentes. L’émergence tardive de ces deux variétés d’anglais a eu pour conséquence une comparaison systématique de l’anglais australien et néo-zélandais avec les autres variétés d’anglais standard, et notamment l’anglais britannique, qui est souvent considéré à tort comme la variété de référence dont s’écarteraient les autres variétés. Après avoir offert un panorama historique du traitement de l’anglais australien et de l’anglais néo-zélandais dans la littérature, traitement tant phonétique dans la description notamment de phénomènes vocaliques isolés que phonologique dans la démonstration de l’émergence d’un système, les deux auteurs inscrivent leur analyse dans une perspective résolument « dynamique », concevant ces deux variétés d’anglais comme des ensembles en perpétuelle évolution. A partir de l’exploitation d’enregistrements relatifs à l’anglais australien et néo-zélandais (voir le programme PAC : Phonologie de l’anglais contemporain), Anne Przewozny et Cécile Viollain s’intéressent à deux phénomènes. La question de la rhoticité en anglais néo-zélandais est abordée. Cette variété d’anglais est traditionnellement considérée comme non-rhotique. Il s’avère cependant que la rhoticité est attestée dans certaines aires géographiques localisées. Enfin, l’organisation du système des voyelles brèves d’avant est traitée dans une perspective diachronique, tout en mettant en parallèle l’évolution des réalisations phonétiques dans les deux variétés. Des différences structurelles, débouchant sur des prononciations distinctes, apparaissent. Le recours à un corpus de données orales récentes permet d’apporter un nouvel éclairage sur les spécificités phonologiques de chacune de ces deux variétés souvent considérées à tort comme faisant partie d’un seul et même système.

7Enfin, la dernière contribution de ce volume est l’œuvre de Pauline Levillain (I.N.U. Champollion, Albi) et s’intitule : « L’interro-négative à l’oral en anglais contemporain : enjeux argumentatifs et pragmatiques ». La proposition interro-négative en anglais contemporain est ici envisagée dans une perspective à la fois argumentative mais également pragmatique et traitée dans une dimension interlocutive à partir d’un corpus de 65 occurrences. Après avoir défini les spécificités structurelles de la proposition interro-négative en anglais et envisagé les différents types de réponses possibles qu’elle peut déclencher, Pauline Levillain en propose une lecture sémantique. La particularité de l’interro-négative en anglais est « d’avancer un argument » tout en tant sollicitant une réaction chez l’interlocuteur. L’article recense les différentes valeurs sémantiques véhiculées par ce type de structure. L’analyse des valeurs sémantiques est complétée par une étude pragmatique des valeurs de l’interro-négative. Enfin, la dernière partie de l’étude démontre l’impact de l’interro-négative en anglais sur la structure de la scène interlocutive. Cette contribution, ancrée dans la théorie des actes de langage, a recours à l’intonation, qui constitue un outil précieux permettant, à partir de l’observation des courbes montantes ou descendantes, de corroborer les arguments sémantiques et pragmatiques dégagés dans la première partie de l’étude.

8Nous espérons que la lecture de ce nouveau numéro d’Anglophonia permettra à nos lecteurs de prendre, comme nous tentons de le permettre à chaque fois, la pleine mesure de la vitalité des recherches en linguistique anglaise aujourd’hui. Nous vous engageons à nous transmettre vos propositions tout au long de l’année. La procédure de soumission est indiquée ci-contre dans les rubriques dédiées du bandeau latéral.

Top of page

Notes

1 Nous adressons nos plus sincères remerciements à Nicolas Ballier (Université Paris 7) pour ses commentaires pertinents lors de l’élaboration de cette introduction.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Fournier and Henri Le Prieult, « Introduction », Anglophonia [Online], 21 | 2016, Online since 01 July 2016, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/694

Top of page

About the authors

Pierre Fournier

Henri Le Prieult

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org