Skip to navigation – Site map

L’interro-négative à l’oral en anglais contemporain : enjeux argumentatifs et pragmatiques

Pauline Levillain

Abstracts

This paper endeavours to open new perspectives on the analysis of negative interrogatives in spoken American English by considering what is at stake pragmatically and as far as argumentation is concerned in “discourse-in-interaction” after the French researcher Catherine Kerbrat-Orecchioni (2005). I argue that negative interrogatives are not the negative counterparts of positive interrogative clauses. Indeed, this study attempts to show how argumentation is inherent in the interlocution relation.
To do so, I retrieved the utterances of negative interrogative clauses from the Santa Barbara Corpus of Spoken American English and analysed them paying special attention to two dimensions: the utterer’s and the interpreter’s. My analysis first explores the argumentative contribution of such a clause, always enabling the speaker to express their point of view. Then, as these clauses cannot be literally interpreted, a pragmatic reading sheds light on the indirect speech acts that this type of clause enables the speaker to accomplish, taking on John R. Searle’s theory (1979). Finally, the discursive strategies at work in these extracts, namely the point of view negotiation, are considered in the light of the interlocution relation theory developed in Catherine Douay (2000). Because the co-speaker has to interpret such clauses by working out both linguistic and extra-linguistic data, explicit and implicit, paramount to understanding the speaker’s real message, he/she is therefore regarded as a “coauthor” (Douay, 2000) of message.

Top of page

Full text

Introduction

1L’objet du présent article est d’éclairer le fonctionnement de la proposition interro-négative en anglais contemporain, dans un contexte de « discours-en-interaction » (Kerbrat-Orecchioni, 2005). Pour ce faire, les occurrences examinées proviennent des conversations du Santa Barbara Corpus of Spoken American English (Du Bois et al. 2000-2005).

2Tout d’abord, la complexité de cette forme est évidente à plusieurs titres. Formellement, elle associe à la fois les formes interrogatives (schéma interrogatif de l’anglais : Auxiliaire+Sujet+Verbe+(?)) et négatives (affixation de l’adverbe négatif à l’auxiliaire) du prédicat. Les formes syntaxiques qu’elle prend sont similaires aux interrogatives dites « classiques », positives :

  • les interro-négatives totales, aussi appelées yes/no questions car elles déclenchent ce type de réponse. Cela inclut les question tags à changement de polarité, dits aussi checking tags (Albrespit, 2011).

  • les interro-négatives partielles, introduites par des pronoms ou adverbes interrogatifs en WH-, en l’occurrence why car ces formes apportent une dimension argumentative aux échanges.

3L’interrogative classique, sous la forme positive, est dite « information-seeking », informationnelle, et permet au locuteur d’obtenir des renseignements. Quirk et al. (1972 : 386) affirment que les questions sont avant tout posées pour exprimer un manque d’information que doit pallier l’interlocuteur : « Questions are primarily used to express lack of information on a specific point and to request the listener to supply this information verbally ». Pour Huddleston et al. (2002 : 866), le but d’une interrogative sous sa forme positive est d’obtenir la réponse de l’interlocuteur : « to obtain the answer from the addressee ».

4Son homologue négatif semble fonctionner différemment. En effet, nous tentons de démontrer que l’interro-négative a une tout autre contribution discursive : la combinaison <interrogation + négation> permet de créer un nouvel outil linguistique à disposition du locuteur dans des contextes plus ou moins polémiques de partage de points de vue. Cette forme nécessitant une interprétation non littérale, il est important d’examiner quelles conditions sont réunies pour faciliter la réception et l’interprétation de l’interlocuteur.

5La complexité de l’interro-négative provient également du caractère ambigu d’une réponse constituée du seul adverbe positif ou négatif « oui » ou « non ». Aussi le français dispose-t-il du morphème « si » permettant de lever cette ambiguïté :

A) Tu n’viens pas ce soir ?
B) Oui. ( ? = Oui, je ne viens pas)
C) Si. ( = Je viens)

6En revanche, avec une réponse négative, la formulation perd son ambiguïté, ce qui montre que la négation n’intervient pas sur le prédicat mais permet de confirmer non-P.

A) Tu n’viens pas ce soir ?
D) Non. ( = Je ne viens pas)

7Kerbrat-Orecchioni (2001) suggère que le trio « oui/non/si » occupe un rôle de « mots-phrases » ou « pro-phrases » au niveau syntaxique. En effet, sémantiquement, ces morphèmes contribuent à récupérer anaphoriquement le contenu du co-texte antérieur. Toutefois, il est nécessaire en anglais de développer la « réponse courte » (= Sujet + Prédicat) pour être certain de ce qu’avance l’interlocuteur. En anglais, les possibilités de réponse à l’interro-négative « Aren’t you coming ? » sont :

a) Yes. (?)
b) No. (?)
c) Yes, I am.
D) No, I’m not.

8c) et d) sont les réponses courtes normalement utilisées à la suite d’une interrogative positive totale comme « Are you coming ? ». On peut aussi trouver des réponses sans « yes » ni « no », c’est alors le <Sujet + Auxiliaire> qui permet de supprimer toute ambiguïté :

a) I am. ( = I’m coming.)
b) I’m not. ( = I’m not coming.)

9Cette complexité à la fois syntaxique et discursive nous amène à nous interroger sur sa réalisation en discours. Du point de vue du locuteur, pourquoi ce dernier utilise-t-il une telle forme ? Qu’est-ce qui motive la sélection de cette forme interrogative, au détriment d’une proposition interrogative positive, voire d’une assertion, si cette dernière asserte ? Quel est son apport discursif en termes d’argumentation ? Du côté de l’interlocuteur, l’interro-négative pose-t-elle des problèmes de compréhension au sein de l’interaction ? Sa complexité formelle la rend-elle difficilement compréhensible ? Quels éléments facilitent sa réception ?

10Le contenu sémantique de la proposition est d’abord examiné avant de proposer une lecture pragmatique de l’interro-négative qui permette de comprendre les mécanismes interprétatifs à l’œuvre dans l’échange. Enfin, la théorie de la relation interlocutive développée par Catherine Douay (2000) fait la lumière sur les stratégies discursives que mettent en place les locuteurs.

1. Approche sémantique

11Il convient tout d’abord d’examiner les prédicats qui figurent dans les propositions interro-négatives extraites. Pour ce faire, nous nous concentrons sur les 65 occurrences d’interro-négatives constituant la partie 1 du corpus de Santa Barbara (désormais SBC). 80 % de ces occurrences, c’est-à-dire 52 occurrences, sont des interrogatives totales ou yes/no questions, ce qui soutient l’argument de Tanya Stivers (2010) selon lequel la distribution des types de questions en conversation est, en anglais comme dans bien d’autres langues, en faveur des interrogatives totales : « polar questions as the dominant question type ».

1.1 Expression de point de vue

12Le premier extrait provient de la 13e conversation de la partie 1 du SBC, intitulée « Appease the Monster ». Nous reproduisons ici les transcriptions telles qu’elles apparaissent en utilisant le logiciel CLAN. Toutes les occurrences sont reformulées par des locuteurs natifs.

  • 1 Par convention, @ signale le rire du locuteur et les crochets [ ] le chevauchement d’énoncés.

(1) SBC013 « Appease the Monster »1
WENDY : you are [2a @clothes @freak2].
KEVIN : [2And I laid it all2] [3out on the couch,
MARCI :
[2Isn’t he a2] [3clo =thes frea =k3].
KEVIN : and3] Tigger .. puked on it @.
KENDRA : [4@@@@@4]

13L’interro-négative proposée par Marci (« Isn’t he a clothes freak. ») se veut l’écho de l’assertion, deux répliques plus haut, de Wendy (« you are a clothes freak »). La reformulation proposée par les anglophones est :

(1’) I think he is a clothes freak. What do you think ?

14Dans la reformulation figure un prédicat sous sa forme positive. En effet, isn’t de l’interro-négative devient is dans la reformulation.

  • 2 Bien qu’on lise dans les grammaires traditionnelles que les interrogatives partielles ont une courb (...)

15Nos travaux confirment alors les recherches menées par John Heritage selon lesquelles les interro-négatives sont analysées comme exprimant des points de vue (2002 : 1428) : « negative interrogatives are treated as accomplishing assertions of opinion rather than questioning ». Elles permettent au locuteur d’exprimer « a position or point of view ». Nous ajoutons même qu’en plus d’exprimer son point de vue, le locuteur sollicite son interlocuteur et l’invite à s’exprimer lui aussi, comme le montre « What do you think ? ». L’interro-négative semble donc permettre d’exprimer non seulement une assertion (paradoxalement attribuable au trait négatif de la forme) mais aussi une sollicitation de l’interlocuteur (forme interrogative). Le caractère assertif est corroboré par la courbe intonative descendante qui est retranscrite par le scripteur à travers le signe de ponctuation du point, et non d’un point d’interrogation.2 La conversation se poursuit avec les interventions des autres locuteurs Kevin et Kendra.

16En (2), extrait de SBC014 intitulé « Bank Products », des agents bancaires sont réunis lors d’une table ronde pour discuter de l’éligibilité au prêt de certains de leurs clients.

(2) SBC014 « Bank Products »
JOE: [
4Well, is4][5n’t that5] a surpri=se?
FRED :[6@ .. @6][6That- that’s such6] a surprise.
JOE : Yeah.

17L’occurrence « Well, isn’t that a surprise ? » est reformulée :

(2’) I think that is a surprise. What do you think ?

18avec un prédicat sous sa forme positive. Le caractère sollicitatif est confirmé par la réponse de Fred, qui asserte « That- That’s such a surprise. » Et Joe de valider pour la deuxième fois avec « Yeah », la boucle d’assertion est ainsi bouclée. Ces occurrences où l’interro-négative génère implicitement une sollicitation semblent trouver leur pendant explicite au sein des occurrences de question-tags.

1.2 Sollicitation explicite de l’interlocuteur dans les question-tags

19L’occurrence suivante est extraite de SBC007, « A Tree’s Life ». La conversation se déroule dans la sphère privée cette fois : Alice et Mary sont deux sœurs qui discutent tard, un soir.

(3) SBC007, « A Tree’s Life »

ALICE :... Mom’s off, isn’t she ?
MARY :... Oh,
that’s righ =t.
... That’s right.

20La reformulation proposée par les locuteurs natifs est :

(3’) I think Mom’s off. What do you think ?

21Ce question-tag est composée de deux membres : le premier correspond à l’assertion du locuteur, c’est-à-dire à la formulation explicite de son point de vue sous la forme d’un prédicat positif : « Mom is off. » Le deuxième membre (« isn’t she ? »), appelé checking tag ou tag « de vérification », permet quant à lui de solliciter l’interlocuteur qui, de fait, répond soit en confirmant soit en infirmant la proposition du locuteur. Il est intéressant de noter que, bien que la forme de l’occurrence de départ diffère, la reformulation est identique :

I think + S + P (positif). What do you think ?

22la seule différence étant que le prédicat est déjà sous sa forme positive dans le premier membre du tag, dès la formulation de départ. En ce qui concerne la réponse formulée par Mary, après un temps d’hésitation signifié par le marqueur « Oh » de surprise, l’interlocutrice confirme la validité du point de vue exprimé (« that’s right ») qu’elle répète : « That’s right ».

23Dans l’extrait, SBC014 « Bank Products », auquel nous avons déjà fait référence, nous relevons :

(4)SBC014 « Bank Products »

KURT: .. I’ll second it.
...
Except,
...
they owe pretty much, don’t they ?
FRED : .. Three-hundred three thousand,
... and some odd dollars.
...
But he’s always serviced,
.. I mean,
he’s never been late,
he’s always paid as agreed,
(H) uh,
... and they do have ... the income

24reformulée comme suit : (4’) I think they owe pretty much. What do you think ?

25A la lumière des analyses précédentes, le premier membre du tag correspond à l’expression du point de vue de Kurt : « They owe pretty much ». Sollicité par « don’t they ? », Fred prend la parole et valide la relation prédicative <they/owe pretty much> en renseignant la somme due : « Three hundred three thousand, and some odd dollars ». Malgré l’absence de la réponse courte « they do » ou encore de l’adverbe positif « yes », la réponse formulée présuppose qu’effectivement, les clients doivent une somme assez conséquente, ce qui valide « they owe pretty much ».

26Toutefois, l’intervention de Fred se poursuit avec un argument anti-orienté introduit par le coordonnant « but ». En effet, les clients doivent une certaine somme d’argent ( = adhésion au point de vue exprimé par Kurt) mais ce sont de bons payeurs « he’s always paid as agreed ». Ainsi, le point de vue exprimé par Fred n’est pas une adhésion totale, inconditionnelle, au point de vue de Kurt. L’interro-négative du tag « don’t they ? » a donc permis de déclencher l’expression du point de vue de l’interlocuteur Fred, en l’occurrence un point de vue de prime abord d’adhésion mais finalement anti-orienté. Cet énoncé se rapproche ainsi d’un énoncé concessif :

Even though they owe pretty much, he has always paid as agreed. 

27Nous comprenons alors en filigrane que le point de vue exprimé par Kurt va dans le sens où, devant une somme conséquente d’argent due, les clients ne sont pas éligibles à un nouveau prêt. Nous remarquons toutefois que les avis sont partagés ici, Kurt lui-même ne sachant pas s’il doit soutenir ses clients ou non. « I’ll second it. Except, … ». Les arguments s’opposent : l’anti-orientation est au cœur de ce passage.

28L’interro-négative occupe donc une place importante lorsqu’il s’agit d’échanger des points de vue (Levillain, 2015). Elle apparaît à un moment crucial dans la conversation, au changement de tour de parole, et est un outil linguistique majeur dans un contexte polémique. L’interro-négative contribue alors à la fluidité de l’expression dans un contexte d’échange de points de vue, qui peuvent être divergents.

29Au terme de cette première partie, les reformulations attestées par les locuteurs anglophones nous ont permis d’établir le lien entre l’interro-négative et l’expression de point de vue, comme l’a montré la reformulation à l’aide du prédicat « think ». A ce stade, l’interro-négative ne peut pas être considérée comme le pendant négatif d’une proposition interrogative positive. En effet, l’enjeu de cette proposition est double : elle permet non seulement d’exprimer le point de vue du locuteur mais aussi de solliciter l’interlocuteur, comme l’a montré l’ajout de la finale « What do you think ? » dans les reformulations.

  • 3 La linguiste reprend P. Fontanier (1830 : 368) : « Une singularité frappante, c’est qu’avec la néga (...)

30Qu’elles prennent la forme d’une interro-négative ou du tag négatif, ces propositions ont été reformulées de manière identique. Heritage (2002 : 1440) les distingue tout de même en précisant que la première oriente plus vers l’énoncé positif que ne le fait le tag négatif : « I suggest that negative interrogatives deploy preference more strongly and are, in this sense, more conducive than their tag counterparts ». Donc, contre toute attente, bien que le point de vue soit exprimé de manière explicite dans le premier membre du tag, l’orientation vers cet énoncé positif n’en est pas plus forte, au contraire. L’explicitation n’est donc pas une condition suffisante pour orienter le discours vers le point de vue exprimé par le locuteur. Il semblerait même que la forme négative intensifie le pouvoir d’assertion de l’énoncé. C. Kerbrat-Orecchioni a dit à fort juste titre : « avec la négation, la question affirme, sans la négation, elle nie » (2001 : 108).3 L’interro-négative met indéniablement au jour des enjeux argumentatifs et s’avère un outil important dans la négociation de points de vue.

2. Éclairage pragmatique

31Si l’interro-négative ne permet pas à l’interlocuteur de poser une question afin d’obtenir des renseignements, comme le fait l’interrogative positive, il convient d’examiner les valeurs qu’elle prend en discours. Nous avons montré qu’elle permet d’exprimer un point de vue. Ainsi, le décalage entre la valeur littérale de l’énoncé (forme interrogative), c’est-à-dire sa forme, et sa valeur illocutoire en contexte, c’est-à-dire son sens, évoque la théorie des actes de langage de Searle (1979 : viii) : « Utterance meaning differs from the literal meaning of the expression uttered […]. The speaker means what he says but he also means something more ». Ces actes de langage indirects sont classés comme suit:

We tell people how things are (Assertives), we try to get them to do things (Directives), we commit ourselves to doing things (Commissives), we express our feelings and attitudes (Expressives), and we bring about changes in the world through our utterances (Declarations). (1979 : viii)

32Examinons d’autres occurrences d’interro-négatives du SBC à la lumière de cette classification.

2.1 Expression de la suggestion

33Dans SBC011, « This retirement Bit », plusieurs locutrices, retraitées, parlent des activités qui occupent leur quotidien. Sam manifestant un ennui prononcé, ses deux amies lui font des propositions, dont celle de rejoindre une association de marcheurs :

(5) SBC011, « This Retirement Bit »

ANGELA: [2(H)2] will um,
... (TSK) make a mile.
... And then there’s a =,
.. soft drink place up there that they all congregate.
SAM : Oh.
@@
ANGELA : And uh,
DORIS :
... Why don’t you join em.
ANGELA : ... and they have pi =ns,
when they (H) cover fifty miles,
or whatever [you know,
DORIS : [Yeah],
ANGELA : and a hun]dred miles of,
(H) @@ [2(H)2]

  • 4 Le pronom personnel complément « them » est prononcé sous sa forme réduite.
  • 5 Nous gardons toutefois à l’esprit que l’interrogative partielle a majoritairement une courbe intona (...)

34L’occurrence (5) produite par la locutrice Doris est « Why don’t you join em ».4 Elle est reformulée en : (5’) You should join em, c’est-à-dire l’expression d’une suggestion ou d’un conseil, ce qui correspond à la catégorie « directives » (« we try to get them to do things ») de Searle ci-dessus. Le décalage entre la forme (interrogative) et le sens que prend cette proposition en contexte est flagrant : bien que la forme soit une interrogative partielle introduite par « why », elle ne déclenche pas une réponse énonçant les causes du procès, introduite par « because », comme on pourrait s’y attendre. Toutefois, c’est en cela qu’elle diffère de son homologue positive. Dans l’extrait, la courbe intonative est descendante, ce qui peut avoir influencé les scripteurs dans le choix de la ponctuation : un point, et non un point d’interrogation5.

35Ce passage illustre bien l’entreprise collaborative de persuasion que mènent Angela et Doris. Elles sont associées dans le but de convaincre leur amie d’adhérer à un club. Elles pensent toutes deux que cela l’occuperait et lui procurerait du bien-être car il est important de s’occuper quand vient l’âge de la retraite. Leurs arguments servent alors un but commun : la persuasion de leur amie. L’argument de l’une corroborant l’argument de l’autre, ils sont co-orientés. Examinons l’extrait en détail. Il s’agit d’abord pour Angela de décrire les événements proposés par l’association de marcheurs.

ANGELA : ... And then there’s a =,
.. soft drink place up there that they all congregate.

36Doris intervient ensuite avec l’interro-négative qui s’intègre au développement d’Angela. Doris, dans un style toujours plus concis et aux arguments percutants, propose concrètement à Sam d’adhérer à cette association, ce qui n’empêche pas Angela de poursuivre là où elle a été interrompue :

ANGELA: ... and they have pi=ns,
when they (H) cover fifty miles,
or whatever [you know,

37Et Doris de s’associer à nouveau en approuvant enfin avec « Yeah ». Ainsi, l’argumentation est au cœur de ce passage. Les deux locutrices démontrent le bien-fondé de leur argument. L’interro-négative avec un prédicat conjugué au temps présent contribue à exprimer subtilement un point de vue, qui prend plus particulièrement la forme d’une suggestion, d’un conseil d’amie à amie.

2.2 Expression du reproche

38Dans l’extrait SBC013, « Appease the Monster », l’action se passe à Fort Wayne, dans l’Indiana. Kendra fête son anniversaire entourée de sa famille : son frère Kevin, accompagné de sa femme Wendy, et Ken et Marci, parents de Kevin et Kendra. Il y règne une bonne humeur communicative, comme le montrent les nombreux éclats de rire signifiés par les scripteurs par le symbole @. Dans cet extrait figurent deux occurrences intéressantes. Elles ont toutes deux la forme interrogative partielle introduite par « why », comme dans l’exemple précédent. La première est conjuguée au présent, la seconde au prétérit.

(6) SBC013, « Appease the Monster »

WENDY: [2Oh=2],
[3<@ there’s something on your tooth @>3].
... @
KEN : ... XX <X<@
Why don’t you [get on it] @>X>.
KENDRA :[(H)]
KEN : @[2@@2]
WENDY : [2Come here2].
KEN : .. [3@3]
MARCI : [
3Why didn’t3] [4you guys tell me I had a big glop of lettuce on my4] tooth ?
KENDRA :[4Oh, gro = =ss4].
.. Gro[5 =5]s[6s6].
MARCI : [5@@5]
WENDY : [6I6]t’s stuck in your gum.
KEVIN : .. I know.
WENDY : ... @[ =]
MARCI : [Chew i]t out.

39Deux occurrences sont à noter :

(6a) Why don’t you get on it

(6b) Why didn’t you guys tell me I had a big glop of lettuce on my tooth ?

40(6a) est reformulée en:

(6a’) « You should get on it »

41c’est-à-dire l’expression d’un conseil ou d’une suggestion, ce qui signifie que cette occurrence est proche de l’occurrence (5), sans distinction majeure. En revanche, (6b) est reformulée comme suit :

(6b’) I wish you had told me I had a big glop of lettuce on my tooth. 

42<wish + prédicat au pluperfect > permet d’exprimer le reproche. En effet, nous remarquons que la forme de l’interro-négative de départ diffère : le prédicat est conjugué au temps passé en anglais, le prétérit « why didn’t you guys tell me… ? ». Ainsi, la suggestion portant sur un événement passé, en toute logique, cet énoncé permet au locuteur de formuler un reproche.

43La valeur en langue prend une tout autre dimension puisque cette interro-négative met en avant le décalage entre le comportement observé (ne pas dire à un proche qu’il a un aliment coincé entre les dents) et le comportement souhaité (on est censé prévenir un proche afin de lui éviter de se ridiculiser). Laurence R. Horn rencontré au colloque « The Pragmatics of Grammar : Negation and Polarity » organisé par l’Université de Caen en mai 2015, a résumé l’interro-négative comme suit : « it expresses the speaker’s expectations clashing with evidence ». Effectivement, Marci s’attendait (« expectations ») à ce que son entourage lui signale qu’elle avait un aliment sur les dents (« evidence » : dans les faits, tout le monde a tardé à le lui dire).

44Une lecture pragmatique permet d’éclairer ce passage : c’est en effet l’expérience de locuteurs, d’individus vivant en société, ayant intériorisé les règles de bonne conduite et de politesse, qui est convoquée ici. Les reformulations en anglais sont : « you are supposed to tell somebody they have something stuck on their teeth », « you have to tell them they have something on their teeth » avec l’idée que, exprimée avec « have to », l’obligation provient d’une contrainte extérieure (politesse, bienséance) et non de la relation inter-sujets (que convoquerait l’auxiliaire modal « must »). Les implicites à récupérer par l’interlocuteur pour la bonne compréhension de l’interro-négative sont extra-linguistiques : il s’agit de son expérience, de la politesse, de la bienséance et des bonnes manières. C’est enfin à la catégorie « Directive » que doit être rattachée cette interro-négative, bien que l’action porte sur un événement passé non réalisé, c’est-à-dire sur le plan irréel du passé.

2.3 Expression de la stupéfaction

45L’approche pragmatique des occurrences précédentes a mis en avant les attentes que le locuteur a envers ses interlocuteurs. Ces attentes sont toujours perceptibles dans les occurrences ci-dessous qui mettent en avant la grande surprise du locuteur. Dans SBC013, « Appease the Monster », Wendy interroge sa soeur : « Don’t you remember that ? » avec une courbe intonative ascendante. L’occurrence est une interro-négative totale, non introduite par un mot interrogatif.

(7) SBC013, « Appease the Monster »

MARCI: [7That wa-7] --
That made me ma=d.
KENDRA: ...
<VOX Ma =d VOX> (Hx)[ =].
WENDY :[<VOX<SING I wa]s so = ma =d.
MARCI : [XXX] -- I was [2ma =d,
WENDY : [2doo-doo-doo-doo,
.. doo-doo-doo SING>VOX>2].
MARCI : <X in the hea =d X>2].
WENDY : (H)
Don’t you remember that ?
KEVIN : ..Un[hunh].
KENDRA :[How mad] were [2you2].
KEN : [2(DRINK)2] =
MARCI : ...
Oh, fairly.

46L’occurrence est reformulée à l’aide de l’expression de la surprise :

(7’) I’m surprised by the fact you don’t remember that.

47ce qui permet de classer cette occurrence dans la catégorie « expressive » de Searle (1970) : « we express our feelings and attitudes ». Kevin, le mari de la locutrice répond par la négation « un-hunh », et Kendra de poursuivre en interrogeant sa mère : « How mad were you. » Marci répond « Oh fairly ». Notons que le passage est très expressif : les locuteurs se coupent la parole, chantent, inspirent et expirent bruyamment comme le montrent respectivement (H) et (Hx). La conversation tourne autour de la colère très forte ressentie par Marci : l’adjectif « mad » est répété cinq fois par trois locutrices différentes, sans compter « in the head » qui s’apparente à ce topique.

48Cette expressivité, très forte, et l’omniprésence du thème mad, mettent en avant le caractère exceptionnel de l’événement « Marci was mad ». Aussi est-il d’autant plus surprenant que Kevin ne s’en souvienne pas. C’est pourquoi la locutrice Wendy exprime sa stupéfaction avec l’interro-négative : « Marci was so mad that Kevin is supposed to remember it ». Wendy s’attend à ce qu’un tel épisode de colère marque les esprits.

49Enfin, une occurrence semblable, dont le prédicat est cette fois conjugué au prétérit, figure dans SBC007, « A Tree’s Life ».

(8) SBC007, « A Tree’s Life »

ALICE : ...What’s wrong with the car.
... (H)
MARY :
Oh, you didn’t hear about it ?
ALICE : Hunh-unh.
MARY : ... Oh,
you did,
about how the .. engine was on fire ?
ALICE : .. Mhm,
MARY : ... See there was oil spilling out,
... leaking out from ... the valve cover.
ALICE : ... Mhm.

  • 6 Ronald Geluykens (1988) décrit le schéma canonique avec inversion comme « inversion questions ».

50L’occurrence (8) « Oh, you didn’t hear about it? » a une courbe intonative ascendante. Elle diffère dans sa forme des interro-négatives précédemment analysées dans le sens où cette forme ne présente pas une structure syntaxique canonique6 de l’interrogation en anglais <AUX + S + P + ?>. Ronald Geluykens parle alors de « declarative questions » ou « queclaratives » puisque ces formes prennent la forme syntaxique de l’assertion. Elle est reformulée en :

(8’) I’m surprised by the fact you didn’t hear about it.

51Comme dans l’occurrence précédente, l’interlocutrice Alice répond négativement : « Hunh-unh ». La surprise est doublement marquée avec l’interjection « oh » à l’initiale de l’interro-négative et à nouveau en début d’intervention suivante : « oh, you did, about how the.. engine.. was on fire ? ».

52Il semble donc que l’interro-négative permette à la locutrice Mary de vérifier qu’elles parlent bien du même événement, qu’il n’y a pas de malentendu. En effet, selon Mary, tout le monde a entendu parler de l’événement exceptionnel que constitue le fait d’ « avoir sa voiture en feu ». On ne peut pas ne pas en avoir entendu parler. C’est pourquoi, devant l’étonnement d’Alice qui pose la question « What’s wrong with the car ? », Mary préfère vérifier. L’interro-négative se révèle ici un outil important dans la gestion de l’interaction et contribue à la bonne entente des locuteurs.

53Au terme de cette deuxième partie, nous avons montré les différentes valeurs des actes de langage (« directive » et « expressive » dans les termes de Searle) que prennent les interro-négatives en discours. L’approche pragmatique convoque implicitement un contexte d’attentes dans lequel l’interro-négative s’intègre subtilement. Elle est un outil majeur quand il s’agit d’exprimer une suggestion, un reproche ou la stupéfaction du locuteur envers son interlocuteur. Enfin, elle occupe un rôle crucial quand il s’agit de négocier des points de vue et met invariablement en lumière la dimension argumentative inhérente à la relation interlocutive.

3. Relation interlocutive

54La théorie de la relation interlocutive (TRI) développée dans Douay (2000) apporte un éclairage fondamental sur les mécanismes discursifs à l’œuvre dans les extraits du SBC analysés. En effet, cette théorie se décline en trois « configurations ». Les locuteurs théoriques sont désignés par les rôles a et b qu’ils occupent au sein de la relation interlocutive : « a est l’instance émettrice, chargée de proposer le signe, et b l’instance réceptrice, chargée de valider » (Douay 2000 ; 2003). Les locuteurs du SBC, en l’occurrence Marci, Kendra, Alice, Kurt, Doris, etc., sont les locuteurs empiriques, les individus membres d’une communauté linguistique, venant instancier ces rôles en discours.

55La première configuration est la « configuration 0 » :

Les données qui leur [aux deux rôles] sont immédiatement et simultanément accessibles dans le cadre de ce rapport interlocutif direct (que je désigne par le sigle R.I.D.) sont présumées pouvoir fournir la base d’un accord immédiat, non problématique. (Douay 2003, §21)

56La « configuration 1 » met en avant « une stratégie associative, basée sur un appel, une prise en compte du répondant allocutif ». La « configuration 2 », en revanche, privilégie une « stratégie dissociative, caractérisée par l’absence de sollicitation de b. La configuration est sans appel, l’interlocuteur est mis devant la validation accomplie, on lui “force la main” ».

57Il s’agit maintenant d’examiner les extraits en prêtant une attention particulière à l’intention du locuteur et à la réaction, ou réponse le cas échéant, de l’interlocuteur. Deux occurrences se distinguent en ce qu’elles correspondent à la configuration 0, ou rapport interlocutif direct, avec accord immédiat. Tout d’abord, l’exemple (2) où l’accord est évident :

JOE: [4Well, is4][5n’t that5] a surpri=se?
FRED : [6@ .. @6][6That- that’s such6] a surprise.
JOE : Yeah.

58Le rôle d’interlocuteur b confirme la proposition de a, la valide et va même plus loin : il s’approprie l’énoncé en ajoutant l’intensifieur « such a ». L’accord est immédiat, non problématique.

59De plus, l’exemple (1) est tout à fait intéressant à cet égard ; l’interro-négative se veut l’écho d’un point de vue déjà exprimé par Wendy. Ainsi le locuteur de l’interro-négative soumet à l’interlocuteur une proposition dont il sait qu’elle n’est pas problématique :

WENDY: you are [2a @clothes @freak2].
KEVIN : [2And I laid it all2] [3out on the couch,
MARCI :
[2Isn’t he a2] [3clo =thes frea =k3].
KEVIN : and3] Tigger .. puked on it @.

60Dans ce sens, l’interro-négative est une réponse à l’intervention de Wendy. A l’extrême opposé, la configuration 2 n’est pas représentée par les interro-négatives du corpus. Toutefois, un court énoncé au sein de l’extrait (7) illustre cette configuration :

ALICE: ...What’s wrong with the car.
... (H)
MARY : Oh, you didn’t hear about it ?
ALICE : Hunh-unh.
MARY : ... Oh,
you did,
about how the .. engine was on fire ?
ALICE : .. Mhm,
MARY : ... See there was oil spilling out,
... leaking out from ... the valve cover.
ALICE : ... Mhm.

61Le rôle a, instancié par Mary, impose à son interlocuteur la validation de la relation prédicative <you/hear about it>. L’interlocuteur est totalement passif : il est mis devant la validation accomplie, a lui force la main. C’est d’autant plus flagrant qu’il s’agit d’un verbe de perception. 

62Pour toutes les autres occurrences, il semble que la configuration 1 prévale : le trait interrogatif qui compose l’interro-négative permet à a de solliciter b, de créer « l’appel, la prise en compte du répondant allocutif » (Douay, 2003). Nous avons montré en première et deuxième parties que l’interro-négative permettait l’expression du point de vue du locuteur, et sollicitait l’interlocuteur. Que ce dernier réponde par une confirmation (occurrences (3) – après un temps d’hésitation, et (4)), une infirmation (occurrences (7) et (8)) ou enfin que la proposition soit toujours en cours de négociation ((5) et (6)), la stratégie déployée par a s’avère toujours associative : a s’en remet à b pour valider – ou non – la proposition. L’interro-négative relève ainsi typiquement de la configuration 1 où le locuteur exprime son point de vue, poliment et subtilement, dans le cas où celui-ci pourrait poser problème. En contexte polémique, et dans le but de viser l’adhésion de l’interlocuteur, il s’agit pour a « de désamorcer la résistance de b » comme le dit fort justement Douay (2003). L’argumentation inhérente à la relation interlocutive est donc codifiée par l’interro-négative.

4. Conclusion

63Malgré sa complexité formelle, l’interro-négative est toujours bien reçue et interprétée. Nous espérons avoir prouvé que l’interro-négative est une des formes que peut prendre l’argumentation interlocutive. Nous avons tenté de démontrer que les éléments extralinguistiques tels que les éléments contextuels, les normes culturelles, les comportements attendus, et l’expérience du locuteur, sont autant d’éléments facilitateurs de la compréhension. La combinaison des deux traits syntaxiques que sont l’interrogation et la négation permet de créer un nouvel outil linguistique synthétique, complexe, dont l’intérêt principal réside dans la négociation de points de vue. En dépit de son apparence négative, cette structure interro-négative permet d’asserter et d’orienter le discours vers le point de vue du locuteur, alors que, comme le rappelle Kerbrat-Orecchioni (2001), « […] sans la négation, elle nie ». En effet, poser une question équivaut à mettre en doute l’existence de la proposition.

64L’interro-négative s’avère ainsi essentielle dans des contextes de négociation de points de vue, quand il s’agit notamment de persuader un interlocuteur en désaccord. Elle est une forme subtile qui permet de faire adhérer l’interlocuteur au point de vue exprimé. Le locuteur « met les formes » afin de maintenir la communication. En effet, tout acte de langage, depuis la théorie de la politesse proposée en 1987 par Penelope Brown et Stephen Levinson, inspirée des travaux d’Erving Goffman vingt ans plus tôt, est potentiellement menaçant pour les « faces » en présence (« Face-Threatening-Act » ou FTA), ce qui met en péril les interactions. Catherine Détrie (2006) a dit, à juste titre, qu’il convient de « ménager la face de l’allocutaire », surtout en contexte polémique, si l’on souhaite maintenir la communication. Nous suggérons alors que l’interro-négative est un des procédés discursifs faisant partie des stratégies de « face-work », notamment de « politesse négative » qui selon Kerbrat-Orecchioni (2010) consiste « soit à éviter de produire un FTA soit à en adoucir par quelque procédé la réalisation ».

  • 7 Dans la thèse de doctorat de P. Levillain, (2013), le système est présenté comme une structure bicé (...)

65Enfin, nous pensons que l’interlocuteur, ce « coauteur »7 nous dit Douay (2000), est une instance majeure sans qui la relation interlocutive, aux fondements de toute communauté linguistique, ne pourrait exister. A ce titre, l’interro-négative, relevant de la configuration 1 de la Théorie de la Relation Interlocutive, codifie la stratégie associative qui unit les locuteurs et contribue à réhabiliter la place de l’interlocuteur au sein du système.

Top of page

Bibliography

Albrespit, Jean. Construire l’énoncé en anglais : voix, négation, exclamation, interrogation. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail : 2011, p. 134.

Anquetil, Sophie. « Quand questionner, c’est réfuter ». In François Jacques, et al., La Linguistique de la contradiction. Bruxelles, Peter Lang : 2013.

Anscombre, Jean-Claude et Oswald Ducrot. « L’Argumentation dans la langue ». Langages, vol. 10, n° 42, 1976.

Brown, Penelope et Stephen Levinson. Politeness : Some Universals in Language Usage. Cambridge, Cambridge University Press : 1987.

Détrie, Catherine. De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale. Paris, CNRS : 2006.

Douay, Catherine. Éléments pour une théorie de l’interlocution. Rennes, Presses Universitaires de Rennes : 2000, p. 67.

Douay, Catherine. « Des modalités de l’interlocution au système des modaux ». Corela [En ligne], 1-1 | 2003, mis en ligne le 01 avril 2003, consulté le 07 novembre 2015. URL : http://corela.revues.org/636

Du Bois, John W., et al. Santa Barbara Corpus of Spoken American English, Part 1. Philadelphia, Linguistic Data Consortium : 2000-2005. URL : http://www.linguistics.ucsb.edu/research/santa-barbara-corpus

Ducrot, Oswald. Dire et ne pas dire, Principes de sémantique linguistique. Paris, Hermann : 1972.

Fontanier, Pierre. Les Figures du discours. Paris, Flammarion : 1968, (1re éd. 1830).

Geluykens, Ronald. « On the Myth of Rising Intonation in Polar Questions ». Journal of Pragmatics, 12 : 1988, p. 468.

Goffman, Erving. Interaction Ritual : Essays in Face to Face Behavior. New Brunswick, Aldine Transactions : 2005 (1re éd. 1967).

Heritage, John. « The Limits of Questioning : Negative Interrogatives and Hostile Question Content ». Journal of Pragmatics, 34 : 2002, p. 1428.

Horn, Laurence R. Communication personnelle suite au colloque « The Pragmatics of Grammar : Negation and Polarity ». CRISCO, Université de Caen Basse-Normandie, mai 2015.

Huddleston, Rodney and Geoffrey K. Pullum. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge, Cambridge University Press : 2002.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. « Nouvelle communication » et « analyse conversationnelle ». In Michèle Verdelhan-Bourgade (dir.), Langue française, n° 70 : 1986, pp. 7-25.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. « “Vraies” et “fausses” questions : l’exemple de l’émission Radiocom c’est vous ». In Jeannine Richard-Zappella (dir.), Le questionnement social, IRED, Université de Rouen : 1996, pp. 37-45.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. Les Interactions verbales, t. 2. Paris, Armand Colin : 1997.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. « Oui, Non, Si : un trio célèbre et méconnu ». Marges linguistiques, 2 : 2001, p. 95-119.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine et Véronique Traverso. « Types d’interactions et genres de l’oral ». Langages, n° 153 : 2004, pp. 41-51.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. Le Discours en interaction. Paris, Armand Colin : 2005.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. « L’impolitesse en interaction : aperçus théoriques et étude de cas ». Lexis Special 2 : « Impoliteness / Impolitesse » : 2010, p. 37.

Levillain, Pauline. « Marqueurs et polyphonie en anglais contemporain : étude de cas ». Thèse de doctorat sous la direction de Daniel Roulland, Université de Rennes 2, soutenue le 18 novembre 2013.

Levillain, Pauline. « Regarding Negative Interrogatives in American English as Argumentative Structures ». In Ebensgaard Jensen Kim (dir.), Globe : A Journal of Language, Culture and Communication, Aalborg University, Denmark, vol. 1, février 2015. URL : http://journals.aau.dk/index.php/globe/article/view/696

Levillain, Pauline. « L’interro-négative à l’oral en anglais : approximation, reformulation et argumentation ». Actes du colloque « Linéarité et interprétation 2 : approximation » du CerLiCO 2015, Université Rennes 2 : sous presse 2016.

Levillain, Pauline. « Quelle place pour l’implicite dans l’analyse de l’interro-négative en anglais ? » In Elie-Deschamps Juliette, Anquetil Sophie, (dir.), Actes du colloque international « Autour des Formes Implicites », Université de Limoges, 12 - 14 novembre 2014, (sous presse, 2016).

Quirk, Randolph, Sidney Greenbaum, Geoffrey Leech and Jan Svartvik. A Grammar of Contemporary English. Oxford, Oxford University Press : 1972.

Searle, John R. Expression and Meaning, Studies in the Theory of Speech Acts. Cambridge, Cambridge University Press : 1979, p. viii.

Stivers, Tanya. « An Overview of the Question-Response System in American English Conversation ». Journal of Pragmatics, 42 : 2010, p. 2773.

Top of page

Notes

1 Par convention, @ signale le rire du locuteur et les crochets [ ] le chevauchement d’énoncés.

2 Bien qu’on lise dans les grammaires traditionnelles que les interrogatives partielles ont une courbe intonative descendante alors que leurs homologues totales ont une courbe montante, Ronald Geluykens (1988) démontre dans que les questions, y compris les interrogatives totales, ont bien plus souvent qu’on ne le croit une courbe descendante.

3 La linguiste reprend P. Fontanier (1830 : 368) : « Une singularité frappante, c’est qu’avec la négation, elle affirme ce que sans négation elle nie ».

4 Le pronom personnel complément « them » est prononcé sous sa forme réduite.

5 Nous gardons toutefois à l’esprit que l’interrogative partielle a majoritairement une courbe intonative descendante.

6 Ronald Geluykens (1988) décrit le schéma canonique avec inversion comme « inversion questions ».

7 Dans la thèse de doctorat de P. Levillain, (2013), le système est présenté comme une structure bicéphale présidée par les deux instances que sont le locuteur et l’interlocuteur.

Top of page

References

Electronic reference

Pauline Levillain, « L’interro-négative à l’oral en anglais contemporain : enjeux argumentatifs et pragmatiques », Anglophonia [Online], 21 | 2016, Online since 01 July 2016, connection on 27 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/742 ; DOI : 10.4000/anglophonia.742

Top of page

About the author

Pauline Levillain

INU Champollion, Albi
Textes, Contextes, Frontières (TCF Albi)
Cultures Anglo-Saxonnes (CAS, Toulouse Jean-Jaurès)
pauline.levillain@univ-jfc.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org