Skip to navigation – Site map

Had + have : une étrange construction grammaticale

Patrice Larroque
p. 81-94

Abstract

Contemporary English syntax does not allow redundant constructions like double superlatives, repeated negatives, or combinations of modals. There is, however, an example of verbal construction in the form of a “double perfect" (i.e. had have + V-en) which appears in informal speech instead of a regular pluperfect to express modal remoteness. It is a rather unusual construction in that had is followed by a bare infinitive, not a past participle. In this type of combination, which is not a recent grammatical innovation, it is questionable whether had have (had’ve) should be regarded as a compound auxiliary made of two forms of have, or as two distinct auxiliaries referring each to a distinct operation. The use of had have in counterfactuals explains why the analysis first deals with modal had and the nontemporal preterite verb forms in Modern English usage. I then describe current nonstandard productions containing had have in an attempt to define the values of the constituents and the function of this auxiliary construction.

Top of page

Full text

1. Introduction

1L’analyse linguistique accorde souvent une place importante aux constructions morpho-syntaxiques, c’est-à-dire aux conditions qui gouvernent telle ou telle forme avec tel ou tel emploi. La syntaxe anglaise contemporaine ne permet pas (ou plus) les structures redondantes comme les doubles superlatifs :

a sort of English Atticism, or eloquent phrase of speech imitating the manner of the most ancientest and finest Grecians (Ben Jonson, English Grammar, 1640),

les négations concordantielles :

I am not sorry neither, I’ld have thee live,
F
or my sensetis happiness to die. (W. Shakespeare, Othello, V, iii, 290-291),

ou les combinaisons d’auxiliaires modaux :

I fear that the emperor will depart thence, before my letter shall may come unto your grace’s hands. (Cranmer, Letters in Miscellaneous Writings, II. 233, 1532).

2Mais si elles ne sont plus acceptées en anglais standard, elles sont encore bien vivantes dans la langue non-standard.

3Parmi ces formes se trouvent les structures du type had have (had’ve) + participe passé (V-en) :

1. I think decisions to go to war have to be looked at in terms of the circumstances of the time and the justification, I believe it was valid at the time and I still do now and I suspect if I’m around in 20 years I’ll believe so then. It’s so easy with the benefit of hindsight and new, subsequently obtained information, well why, would you have done things differently if you had’ve known that? But of course, if you had’ve known that it would have been a different decision making process. (Extrait de l’annonce de la démission du sénateur Hill, au Parlement de Canberra, le 20 janvier 2006)

  • 1 The Cambridge Grammar of the English Language, 2002.

c’est-à-dire ce que Huddleston et Pullum appellent le « double perfect ».1 Cette tournure est essentiellement orale et de plus en plus fréquente dans le discours informel, et semble constituer une variante du pluperfect (plus-que-parfait anglais). Bien qu’elle soit considérée comme non-standard, elle est employée par de nombreux locuteurs qui en général parlent l’anglais standard.

4Huddleston et Pullum qualifient cette construction de « curieuse » à cause de la juxtaposition des deux auxiliaires, la curiosité grammaticale étant la forme du second have, souvent réduite car en position inaccentuée :

from a grammatical point of view it is a curious construction in that had is followed by a plain form, not a past participle. (The Cambridge Grammar, p. 151)

5Ce double perfect apparaît le plus souvent dans la protase d’un énoncé au conditionnel :

2. … thought was suitable for the rock and other slate makers, what they thought was suitable for inside the mill, or the diamond saw operators, what sort of saws they thought were the best. If you had’ve been asked, would you for what he actually bought? Certainly the saw he bought for the mill I think that has great prospects and you know there’s no two ways about it, I could help production and… (Gwynedd County Council: interview for oral history project, partie orale du BNC, 1986)

ou dans la subordonnée d’un énoncé exprimant un souhait (regret) :

3.I wish he had’ve left (emprunté à Huddleston et Pullum),

des énoncés contrefactuels, qui renvoient à l’irréel ou qui traduisent la distance énonciative au même titre que la forme had + V-en dans :

4. Matthew talked to Margaret about money. He wanted to know if he had coped with the tax forms and had he been robbed by the chancer she brought in to do the drains. (Margaret Drabble, The Middle Ground)

6La question qui se pose au linguiste est double : 1) faut-il considérer had have (had’ve) comme un auxiliaire composé et auquel cas quelle(s) valeur(s) lui attribuer, étant donné qu’il contient deux formes de have ? 2) A-t-on affaire à deux auxiliaires renvoyant chacun à une opération distincte ? Ajoutons que du point de vue diachronique, la forme ne semble pas être une innovation grammaticale récente, mais apparaît dans des états de langue antérieurs et dans des contextes comparables aux contextes actuels.

7Etant donné le lien qui existe entre l’emploi du pluperfect et l’expression de l’irréel depuis des siècles, il nous a semblé opportun de consacrer la première partie de cette étude à la place réservée à had et au marqueur –ed en moyen anglais et dans la grammaire de l’anglais moderne. Nous proposons ensuite d’analyser les productions présentant la forme had’ve, pour tenter de définir les composants et la fonction de ce double opérateur, en nous appuyant sur les principes de la linguistique énonciative.

2. Quelques données diachroniques

2.1 Had modal

  • 2 Cf. F. Th. Visser : “Type : Might she have yfound a knijfe, she had yspilt her lijf. In the subjoin (...)

8Certaines constructions font apparaître des formes au prétérit ayant un sens modal, c’est-à-dire que le temps grammatical (tense) n’est pas induit par la chronologie, mais qu’il correspond à une anticipation de l’énonciateur qui marque une rupture avec le plan du réel. C’est le cas pour had modal2 dont l’usage remonte au XVe et au XVIe siècle. En anglais élisabethain, par exemple, la norme était had dans les énoncés exprimant un acte non réalisé, une condition, un souhait ou un regret comme le montrent les exemples suivants :

5. I die a queen, but I had rather died the simple wife of Thomas Culpepper. (Dernières paroles de Catherine Howard, cinquième femme du roi Henri VIII, le jour de son exécution)
6. A king of beasts, indeed! If aught but beasts,
I had been a happy king (W. Shakespeare, Richard II, V, i, 35)
7. Ο my son Absalom, my son, my son Absalom,
Would God I had died for Thee,
Ο Absalom, my son, my son! (La Bible, Samuel, livre 2, § 19)
8. If thou hadst bene here, my brother had not bene dead (l’Evangile selon St Jean, Tyndale 1526, 11: 21-22)
9. Me, rather had my heart might feel your love
Than my unpleased eye see your courtesy. (W. Shakespeare, Richard II, III, iii, l93)
10. I had rather be a dog and bay the moon,
Than such a Roman. (W. Shakespeare, Julias Caesar, IV, iii, 27)
11. I had as lief be a list of an English Kersey as be piled. (W. Shakespeare, Measure for Measure, I, i, 33)
12. Nay, said Dick, I call him Master Matcham. Know ye him not? He said ye knew him!
Ay, replied Sir Daniel, I know the lad; and he chuckled. But he has fainted; and, by my sooth, he might have had less to faint for! Hey, Dick? Did I put the fear of death upon you?
Indeed, Sir Daniel, ye did that, said Dick, and sighed again at the mere recollection. Nay, sir, saving your respect, I had as lief’a’ met the devil in person; and to speak truth, I am yet all a-quake. But what made ye, sir, in such a guise?
Sir Daniel’s brow grew suddenly black with anger.
(R. L. Stevenson The Black Arrow, VII, 1888)

  • 3 Dans la locution ’d better, had serait une fausse interprétation de ’d = would et apparaît au XVIII (...)

9Il est clair que dans ces constructions had ne marque pas l’antériorité. C’est à l’origine un subjonctif à rapprocher de would have et de should (énoncés 11 et 12 ; I had as lief =I should like as much)3

2.2 Le subjonctif

10En vieil anglais, le subjonctif était un mode employé pour exprimer le souhait, le désir, Tordre, les situations hypothétiques. Il comptait deux formes : le présent pour les souhaits réalisables et le passé pour ceux qui ne l’étaient pas. Au fil du temps, les désinences (-e au singulier et -en au pluriel) sont tombées pour ne laisser que le radical qui a la même forme que l’infinitif à toutes les personnes au présent :

13. Heaven forbid!
14. Come what may.
15. We command of ϸe kynges behalue and ϸe mair & ϸe shirefs of ϸis Citee ϸat no man go armed in ϸis Citee with swerdes, (…) (The York Proclamation for the Corpus Christi Plays, 1415, citée dans Freeborn 1998, p. 191),

  • 4 A l’exception de be qui fait were au subjonctif et was au prétérit.

11et celle du prétérit au passé4 :

16. I wish I had a cause to seeke him there,
To oppose his hatred fully. (W. Shakespeare, Coriolanus, III, i, 234),

12d’où l’étiquette actuelle de “prétérit modal” pour désigner les emplois non temporels de cette forme.

2.3. Le système des modaux

  • 5 Voir note 3.

13Lorsqu’on parle de valeur modale, on pense inévitablement au système des auxiliaires modaux (établi au XVIe siècle) qui sert à exprimer des nuances telles que la possibilité, le nécessaire, le contingent, ou l’hypothétique. Par analogie, on peut se demander si l’on doit considérer had dans les expressions had as lief, had rather, et plus récemment had better,5 comme une forme de have ou comme un modal réanalysé en présent à l’instar des perfecto-présents. Ce sont des verbes très anciens dont la forme passée est employée comme présent (cf. en latin : les parfaits memini = je me souviens, novi, cognovi = je sais, je connais) avec valeur d’accompli. A l’exception de will issu de l’ancien subjonctif du verbe willan, les auxiliaires modaux proviennent de tels verbes : must et ought, par exemple, sont de véritables perfecto-présents, étant étymologiquement des passés utilisés comme présents avec une valeur d’atténuation. En anglais moderne on peut également citer le present perfect : I have got (= j’ai) qui est devenu un simple présent et sera analysé comme un nouveau perfecto-présent. En anglais américain on entend souvent dans les mêmes contextes I got dont on doit inférer la valeur de parfait du contexte (I got > I have, j’ai acquis > je possède). Ce type d’interprétation de had peut effectivement s’appliquer à la construction had have + V-en, puisque had semble se comporter syntaxiquement comme un auxiliaire de modalité.

2.4. Comportement syntaxique de had

  • 6 Expressions relevées dans English Today, n°6, avril 1986.

14La tradition prescriptiviste n’admet pas volontiers ce genre de structure. On parle de “proliferation of the plupluperfect”, de “nonstandard third conditional” et la malheureuse personne qui l’emploie est susceptible d’être qualifiée de “transgressor”.6 Pour F. Th. Visser, en revanche, l’adjonction de have, qui semble être redondant après had, permet d’insister sur le caractère désactualisant de la combinaison :

The addition ofhave’ gives an extra stress to the idea of non-fulfilment or nonrealisation. (An Historical Syntax, p. 2424).

15Selon lui, l’origine de l’expression remonte au XVe siècle où l’on trouve un très grand nombre d’emplois du type had he a + participe passé, par exemple :

17. Thei hade been evyle begone, had not Hercules a ben.

16La question qui se pose ici est de savoir si le morphème a n’est pas au départ le préfixe ge- [je] du participe passé en vieil anglais, préfixe qui dès cette époque avait un caractère facultatif. En position inaccentuée ge- s’affaiblit en y- (ou i-) en moyen anglais et finit par disparaître :

18. Now sleep y-slacked hath the rout,
No din but snore the house about,
Made loud by the o’ver-fed breast
Of this host pompous marriage-feast. (Shakespeare, Pericles, II, v)
19. Lazamon wes ihoten «Lazamon was named» (Lazamon’s Brut, Chronique de Grande-Bretagne, XIIe siècle).

17Ce phénomène subsiste encore aujourd’hui dans certaines variétés non-standard sous la forme a-, comme dans l’exemple :

20. (Le personnage, Jez Harris, parle avec l’accent de Milwaukee)
Now don’t you be a-scared, Mr. Mullin, Sir. Never breathed a word about you and Edna, not a word. (Julian Barnes, England, England, 3. Albion, 244).

Dans l’énoncé (12) :

I had as lief a met the devil in person,

18la locution had as lief est suivie du segment ′a′ qui peut être interprété soit comme un préfixe si l’on considère la réalisation orale du segment (a-met, cf. un peu plus loin dans l’exemple : I am yet all a-quake), soit comme la contraction d’un have si l’on se fie à la graphie. Dans ce cas, la contraction de have en Ve est difficile parce qu’il partage le même point d’articulation (labio-dental) avec la consonne finale de as lief. C’est donc la voyelle (′a′) qui est prononcée. Cela dit, la réalisation orale de have en position inaccentuée se réduit souvent à la voyelle /a/ dans la langue relâchée, comme l’illustre l’exemple suivant :

21. Wish we hadn’ta moved so fast with the sonofabitch. (Wolfe, Bonfire, XIX, 409, 1987, cité dans Denison, p. 6).

19Ainsi on peut penser que have (’ve) dans la combinaison had have + V-en, contribue à conserver au verbe son statut de participe passé, marquant une relation d’antériorité. Quant à had, son interprétation peut être liée à la notion d’irréel.

3. L’expression de l’irréel

3.1. Le prétérit non temporel

20La relation que l’on peut établir entre le prétérit chronologique et le prétérit modal se fonde sur le décalage énonciatif. La marque du prétérit renvoie à une opération de distanciation mise en œuvre par l’énonciateur pour rendre compte d’éléments exclus de sa sphère d’énonciation. Cette idée d’exclusion rejoint le propos de Jespersen qui explique qu’en employant le prétérit, qu’il soit temporel ou non, on nie quelque chose par rapport au moment présent :

If we want to find a logical connexion between this [non-temporal] use and the normal temporal use of the preterit, we may say that the common link is that something is in all these cases denied with regard to the present time. (The Philosophy of Grammar, p. 265)

21Par exemple, dans ce poème :

22. I wish I loved the Human Race;
I wish I loved its silly face;
I wish I liked the way it walks;
I wish I liked the way it talks;
And when I’m introduced to one;
I wish I thought What Jolly Fun.
(Sir Walter Raleigh, Laughter from a Cloud, 1923, Wishes of an Elderly),

22les prétérits, loved, liked et thought représentent le caractère irréel ou impossible de l’actualisation du souhait, tandis que dans ;

23.I wish he would love the Human Race,

23would signale que l’actualisation du souhait est incertaine, probable, visée, mais ne donne aucune indication quant au degré de probabilité de son actualisation. Il en est de même dans les propositions exprimant une condition. Dans :

24. If he loved the Human Race,

24l’énonciateur affirme que le sujet (he) n’aime pas la race humaine, alors que dans :

25. If he should love the Human Race,

  • 7 Jespersen (1924) définit l’irréel comme un mode notionnel qui ne comporte aucun élément de volonté, (...)

25une incertitude, un doute subsiste concernant l’actualisation du procès love (cf. if he should be innocent : si l’on s’aperçoit demain qu’il est innocent aujourd’hui, cité dans Jespersen, 1924, p. 266). On peut ainsi distinguer l’irréel du souhait : le premier renvoie au domaine notionnel, c’est-à-dire à un ensemble de représentations abstraites, nécessairement coupées de la sphère de l’énonciateur. Le souhait, quant à lui, exprime un désir ou une volonté.7 Ceci constitue un premier élément d’analyse applicable à la structure had have + V -en au sein de laquelle les deux auxiliaires n’ont pas qu’une fonction grammaticale.

3.2. La structure had have + V -en

  • 8 Voir Jespersen : Essentials of English Grammar ([1933] 2002), p. 258.

26Il n’a été question jusqu’ici que d’énoncés contenant had seul et de la place qu’il occupe dans des emplois généralement contrefactuels. Son sens est directement lié à la valeur modale de la marque du prétérit et sa proximité avec les modaux traditionnels ne fait aucun doute. Il n’est pas inutile non plus de préciser que les formes composées avec have ont été inventées pour exprimer l’idée de parfait autrefois déduite des formes passées (cf. les perfecto-présents). Dans certains cas had sert à composer le pluperfect (had + V-en) d’irréel qui renvoie soit à un moment dans le passé (cf. If I had known…), soit à un moment présent avec non-validation de ce qui est exprimé (cf. I wish I had followed his advice)8 Les structures qui font apparaître la combinaison had have (had’ve) + V-en, par exemple :

26. The thought crept into him that it would have been better if there had have been trees outside. (Dennis Potter, Hide and Seek, London Faber & Faber Ltd., 1990, partie orale du BNC)
27. I am a Jew and I don’t think I would have got so far if it hadn’t have been for Mr. Churchill. (The Guardian, 16 juil. 1993)

27constituent une variante considérée comme non-standard des plus-que-parfaits ordinaires en anglais (cf. if there had been trees outside, if it hadn’t been) que l’on trouve dans les propositions conditionnelles ou les énoncés exprimant un souhait ou un regret :

28.I wish they had have attended, the Tories, because there were very, very few people prepared to come and speak in favour of Trusts. (Bradford Metropolitan Council debate. Enregistré le 20 jan.1994, partie orale du BNC).

28Concernant ce type d’énoncés, Huddleston et Pullum (2002, p. 151) analysent les formes verbales au prétérit (had) comme marquant la distance modale et have + V-en le passé secondaire, autrement dit la relation temporelle d’antériorité. Denison (2000, p.6) propose d’abord de traiter le premier have en tant que modal :

One analysis would treat the first HAVE as modal, since it appears to be followed by an infinitive. (The) example : Before an X-ray they have to have gone without food for a whole day, shows how modal HAVE normally behaves.

29A ce sujet on peut dire deux choses : d’une part la forme périphrastique have to ne relève pas de la modalité en ce sens que l’obligation qu’il exprime n’est pas imposée par un énonciateur mais par une situation, d’autre part l’énoncé (28) n’exprime pas une obligation mais un souhait, ou plutôt un regret, ce qui l’inscrit dans l’irréel ou l’impossible. Ce qui est modal dans had, c’est la marque -ed du prétérit. Mais Denison préfère une autre analyse :

An alternative analysis (…) takes both HAVEs as perfect, the first marking anteriority (central use of the perfect) and the second unreality (secondary use) : each function is separately realised by a grammaticalised form of HAVE. The morphological oddity then consists in the fact that the second auxiliary is an infinitive rather than a past participle despite being in the HAVE perfect.

30Cette vision grammaticale ne tient pas compte de la valeur du parfait : nous pensons en effet que ce n’est pas have qui marque l’antériorité mais précisément le participe qui représente le procès passé. En revanche, on peut légitimement postuler une valeur et une fonction distincte pour chacune des formes de have. Ceci nous amène à nous intéresser au fonctionnement morpho-syntaxique de la structure had have + V-en et à l’interprétation que l’on peut en donner.

4. Valeur des composants et fonction du double auxiliaire

4.1. Forme et valeur

31La difficulté dans ce type de combinaison réside le plus souvent dans l’opposition entre les formes (le point de vue morphologique) et les valeurs des composants, c’est-à-dire le sens qu’ils prennent en relation avec d’autres éléments de l’énoncé. Il ne fait aucun doute maintenant qu’étant donné les contextes désactualisants dans lesquels apparaît had have que la structure est employée pour marquer la distance modale relativement à un procès accompli. Dans les énoncés qui suivent :

  • 9 Relevé dans Visser (1966, 2002).

29. Little Dombey was my friend, and would have been now, if he’d have lived. (Charles Dickens, Dombey and Son, XXXII, 542, Penguin)
30. He would have walked into the trap if you hadn’t have warned him in time. (F.T. Wood),9

32on serait tenté d’interpréter le choix de had par la volonté de l’énonciateur d’éviter la répétition de would. On trouve, il est vrai, des occurrences de would have + V-en dans la protase d’énoncés hypothétiques :

31. I’m sure most will disagree with this statement, but I believe that John Lennon, if he would have lived, would be on the same scale as King Jr. or Gandhi in terms of his contribution to world peace and compassion for mankind… (relevé sur un forum de discussion).

33L’extrait (31) appartient au parler ordinaire où l’on ne se soucie guère du style. Cependant, la présence de would dans la condition explicite le caractère inhérent, concordant, inséparable de la relation prédicative [he-have lived] (c’est une des valeurs de will) représentant une situation virtuelle (cf. if) : John Lennon n’a pas vécu, c’est un fait, cela va de soi. Cette analyse s’applique également à l’énoncé (29), si ‘d est interprété comme un would. Have (+V-en) apparaît après would pour marquer l’antériorité. Maintenant, si ’d renvoie à had, c’est seulement la distance énonciative (valeur liée à –ed) par rapport à l’événement passé (have lived) qui est marquée. Cette valeur est bien sûr présente dans would (= will + ed), mais avec had rien n’est dit sur le lien d’évidence qui unit les termes de la relation.

34D’un autre côté, si l’on considère qu’effectivement had remplace would, et que par conséquent il remplit la fonction d’un auxiliaire modal, la présence de have+V-en n’est plus en soi une curiosité. L’ambiguïté tient au fait que la forme contractée des deux auxiliaires ne conserve que la finale « d », prononcée/d/à l’oral (cf. he’d live vs he’d lived). Dans l’énoncé (30) la négation porte sur had pour deux raisons. Il y a, d’une part, une contrainte syntaxique qui veut que la négation s’applique au premier auxiliaire porteur de la marque du temps. D’autre part, had est la cible de la négation, autrement dit le point d’intervention de l’énonciateur dans l’énoncé (comparer avec *if you had haven’t warned). Ainsi, en tant qu’auxiliaire had n’a pas seulement une fonction grammaticale, mais il joue aussi un rôle énonciatif lié à son sémantisme (have a une valeur stative de localisation). Ajoutons pour terminer sur ce point que nous n’avons pas trouvé d’occurrences de la combinaison had have +V-en à la forme interrogative.

35Examinons à présent ces quelques exemples :

32. Let’s get Cath up. Let’s get Cath up and erm we’ll er. Where did you think it was then, Allen, that meetin? York. Oh did you? Oh right. If that had’ve been Cath, that would have been a real turn up for me, wouldn’t it? Can I borrow a tap a minute. Okay, smashing. Thanks. You don’t know the trouble we’ve had. (Careers meeting, Business, partie orale du BNC)
33. When I say it was a government decision I’m not speaking politically because whoever had’ve won the last election, whether it be Liberal Democrats, Labour or Conservative, all the parties were committed to reorganizing local government. (Halam Parish Council meeting, enregistré le 11 fev. 1994, partie orale du BNC)
34. The conclusion must be that it could, only if there had have been genuine that an improved, amalgamated and better managed canal system could make a viable contribution to an efficient transport system of the country. (Foxton: Locks and barge life, Leicester County Council, partie orale du BNC, 1982)
35. If the Powell bill had have become a law, if we’d have pushed forward and maybe our, our, our votes would have been enough to get it there at the Labour MPs in the House of Commons. (Trade Union Annual Congress, enregistré le 6 juin 1993, partie orale du BNC)
36. What, if the Comedians had have been an hour late, would you have booked? (University of York Student Union entertainment committee, enregistré le 20 jan. 1993, partie orale du BNC)

36Dans les énoncés présentés la forme had se rapproche du statut des auxiliaires de modalité. En effet, had établit une relation directe entre l’énoncé et l’énonciateur (have) qui a déjà posé la distance (have + ed). Had fonctionne comme un opérateur qui traduit la prise en charge de l’énoncé par l’énonciateur. Par prise en charge, nous entendons l’attitude de l’énonciateur vis-à-vis d’un énoncé et le jugement qu’il porte sur son contenu. Par exemple, nous pouvons paraphraser l’énoncé (32) de la manière suivante :

If I assume that to have been Cath, that would have been a real turn up for me, wouldn’t it?,

37et ainsi mettre en évidence le rôle énonciatif et métalinguistique de l’opérateur (I assume, qui sert à expliciter la prise en charge de l’énonciateur), d’une part, et d’autre part le lien établi entre un sujet et son prédicat (have been). En (33), had dans

whoever had’ve won the last election

38a une valeur de subjonctif en ce sens qu’il apparaît dans une proposition concessive : quel que soit le résultat des élections, tous les partis ont promis de réorganiser les administrations locales. La proposition fait ressortir la notion d’irréel liée au cycle itératif du parcours marqué par whoever (ever étant l’image de ce parcours). Autrement dit, la valeur de had dépend largement du contexte, alors que la glose en français fait apparaître une correspondance entre forme et valeur (cf. soit).

39On remarquera néanmoins dans ce même énoncé la forme subjonctive, whether it be qui contribue à lever l’ambiguïté formelle de had. La présence de have + V-en indique que le prédicat passé est rapporté au sujet. L’exemple (34), quant à lui, associe à la modalité hypothétique les auxiliaires modaux must et could, ce qui montre que l’énoncé est dominé par l’énonciateur. En (35), le recentrage sur l’énonciateur se manifeste par la double condition (If the Powell law had have become, if we’d have pushed…) et l’adverbe maybe. La part de subjectivité est évidente dans l’énoncé (36) : l’interjection marquée par what au début, d’une part, et la modalité interrogative qui lui confère une valeur emphatique, d’autre part signalent une attitude de l’énonciateur vis-à-vis de l’événement, intervention qui exprime une critique. La condition introduite par if dans (32), (34), (35) et (36) n’est pas réalisée (had) et porte sur une relation prédicative envisagée comme accomplie, c’est-à-dire comme ayant atteint un terme (have + V-en). Enfin les énoncés du type :

37. Did you have any writing ability, and did you ever get any chance to write songs for Elvis? No, I guess it just wasn’t my thing. I bet you wish it had’ve been… Well, there was a lot of money being made on the side, that’s for sure. Even now I’ll go back and I can’t play note for note what I played then. (Magazine for serious guitar and bass players, guitarist, partie orale du BNC)

expriment un souhait et appellent nécessairement un jugement de la part de l’énonciateur.

4.2. Fonction du double auxiliaire

40La fonction d’une forme se définit par le rôle grammatical qu’elle joue ou la place qu’elle occupe dans une construction. Nous avons vu que la structure had have (had’ve) apparaît essentiellement dans les propositions subordonnées de condition (introduites par if), les énoncés exprimant le souhait ou le regret (I wish), ou encore dans des propositions concessives (… whoever had’ve won…). Dans tous les cas had have (had’ve) + V-en traduit le contrefactuel, la désactualisation, la distance modale. Dans l’énoncé :

38….and unless I specifically call for another officer to come and give me a hand there is no need to come in and in fact if anybody had’ve done they’d have been told to get out because I’ve got a problem there and that’s my problem. (extrait d’une audience à la haute cour de justice, enregistrée le 12 oct. 1993, partie orale du BNC)

41on dira que des deux auxiliaires, had s’applique au niveau énonciatif et sera par conséquent assorti d’une valeur modale. En effet, la forme anybody had’ve done peut s’analyser comme suit : had localise la relation prédicative hors de la sphère énonciative, c’est-à-dire dans l’irréel ou l’impossible. Il a une fonction modale et porte sur la relation envisagée comme accomplie. Autrement dit, il apprécie les chances (had) de réalisation, observables à un moment donné, du procès (valeur épistémique : il s’agit d’une évaluation à partir des éléments que l’énonciateur connaît de la situation). Have (+ V-en), au contraire, a une valeur discursive ; il relie le prédicat au sujet. Concrètement, l’élément ’ve done explicite la mise en relation entre le point de vue et le procès en situation d’objet de l’hypothèse.

42Ainsi on peut dire que dans le double auxiliaire, chaque forme de have joue un rôle différent et correspond à une opération distincte. Had (have + ed) renvoie à une double localisation : un premier repérage relativement à l’énonciateur et à la situation d’énonciation et une distanciation énonciative (modale) marquée par –ed;’ve rapporte le préconstruit [anybody-do that] à la situation. Would, au contraire, est l’expression de l’implication de l’énonciateur qui tente de reconstruire mentalement une situation sur laquelle il porte un jugement. On peut dire que de ce point de vue had a le même fonctionnement sémantique que would.

43Un rapprochement est peut-être à faire avec l’expression‘d rather. Car dans un certain nombre de cas le marqueur ’d est naturellement interprété comme un would, surtout si le contexte explicite l’idée d’un choix (= I prefer) :

39. Wine No, I’d rather have beer.
40. Would you rather be that confused figure on a wind-swept sidewalk in a dirty Old England town […] or someone who is treated as the center of attention. (J. Barnes, England, England, Three, 184)

44La locution had rather, considérée comme un archaïsme par rapport à would rather renverrait plutôt à quelque chose d’hypothétique ou d’irréalisable, dans le cas d’une combinaison avec un aspect accompli par exemple :

41. I had rather have done it myself.

45La variante I would rather have done it myself ne va pas nécessairement de soi. En anglais contemporain, would rather semble avoir supplanté had rather. On pourrait attribuer ce glissement à une évolution sémantique et morphologique des marques. Lorsqu’une forme est « usée », qu’elle a perdu de sa force énonciative à cause d’une trop grande fréquence d’emploi, elle est petit à petit remplacée par une autre plus expressive (on pense par exemple à l’évolution des formes déictiques ou à la répétition de tournures superlatives dans la langue de tous les jours). Ainsi, on peut dire que la valeur modale que prend le prétérit va dans le sens d’une atténuation de la relation intersubjective, alors que l’auxiliaire modal, plus expressif, va l’exacerber.

5. Conclusion

  • 10 Scion Culioli, on parle de préconstruit chaque fois que la définition de la valeur référentielle d’ (...)

46Comme toute forme contenant l’opérateur have, le double auxiliaire had have (had’ve) sert à localiser une relation prédicative par rapport à un sujet. Ce qui est intéressant dans ce cas précis, c’est le double rôle qu’il joue dans la construction. Le premier have (had) est directement lié à l’énonciateur et à la situation d’énonciation et fonctionne au niveau du here and now, tandis que le second have (have ou ’ve) s’applique lui au contenu de l’énoncé, c’est-à-dire à l’objet de la prédication. Ainsi ce double opérateur explicite en surface les deux valeurs de have + V-en. Il a une valeur énonciative : il rapporte un état antérieur à une situation d’observation. Ici l’état antérieur est virtuel, imaginé, préconstruit10 et ne fait l’objet d’aucun repérage. Il a aussi une valeur discursive, à savoir qu’il met en relation un sujet et un prédicat en discours. En anglais standard ces deux valeurs/fonctions sont assumées par un seul opérateur.

47Rappelons pour finir que nous avons affaire à une structure qui porte en elle des traces d’états de langue plus anciens (par exemple l’emploi de had en anglais élisabethain pour exprimer l’irréel ou bien la survivance en anglais moderne d’un marqueur pour le participe passé) et dans laquelle had occupe la position syntaxique des auxiliaires modaux, position qui à l’image des perfecto-présents, et si l’usage le permet, peut évoluer vers une plus complète grammaticalisation.

Top of page

Bibliography

Adamczewski, H., Grammaire linguistique de l’anglais, Paris : Armand Colin, 1982.

Chevillet, F., Histoire de la langue anglaise, Paris : PUF, 1994.

Cotte, P., Grammaire linguistique, Paris : Didier Érudition - CNED, 1997.

Denison, D., « Combining English Auxiliaries ». In Ο. Fischer, A. Rosenback, D. Stein (eds), Pathways of Change : Grammaticalization in English, John Benjamins, Amsterdam and Philadelphia PA (Studies in Language Companion Series 53), pp. 111-147, 2000.

Freeborn, D., From Old English to Standard English, 2nd edition, London : Macmillan, 1998.

Huddleston, R., & G. K. Pullum, The Cambridge Grammar of the English Language, Cambridge : Cambridge University Press, 2002.

Jespersen, O., The Philosophy of Grammar, New York : Henry Holt and Co., 1924.

Jespersen,O., Essentials of English Grammar, London : Routledge, [1933] 2002.

Larroque, P., « Le passé, marque de distanciation en anglais non-standard ». In Construire et reconstruire en linguistique anglaise, CIEREC, Travaux 107, Publications de l’Université de St-Etienne, 2002.

Stévanovitch, C., Manuel d’histoire de la langue anglaise des origines à nos jours, Paris : Ellipses, 1997.

Strang, Β., A History of English, London : Routeledge, 1970.

Visser, F. Th., An Historical Syntax of the English Language, Leiden : Brill, 1966-2002.

Top of page

Notes

1 The Cambridge Grammar of the English Language, 2002.

2 Cf. F. Th. Visser : “Type : Might she have yfound a knijfe, she had yspilt her lijf. In the subjoined instances it is not the protasis, but the apodosis of a hypothetical proposition that contains the modal had. The usage can be traced back to Old English (…) would have is now used instead of had.” p. 2216.

3 Dans la locution ’d better, had serait une fausse interprétation de ’d = would et apparaît au XVIIIe siècle (B. Strang, 1970, p. 100-101).

4 A l’exception de be qui fait were au subjonctif et was au prétérit.

5 Voir note 3.

6 Expressions relevées dans English Today, n°6, avril 1986.

7 Jespersen (1924) définit l’irréel comme un mode notionnel qui ne comporte aucun élément de volonté, le souhait comme un mode notionnel qui comporte un élément de volonté et la volonté comme l’expression d’un choix.

8 Voir Jespersen : Essentials of English Grammar ([1933] 2002), p. 258.

9 Relevé dans Visser (1966, 2002).

10 Scion Culioli, on parle de préconstruit chaque fois que la définition de la valeur référentielle d’un énoncé nécessite le recours à d’autres éléments linguistiques qui ceux qui figurent explicitement sous forme de marqueurs directement observables.

Top of page

References

Bibliographical reference

Patrice Larroque, « Had + have : une étrange construction grammaticale », Anglophonia/Sigma, 11 (22) | 2007, 81-94.

Electronic reference

Patrice Larroque, « Had + have : une étrange construction grammaticale », Anglophonia/Sigma [Online], 11 (22) | 2007, Online since 13 December 2016, connection on 20 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/790 ; DOI : 10.4000/anglophonia.790

Top of page

About the author

Patrice Larroque

Université de Montpellier III

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org