Skip to navigation – Site map

L’impératif positif dans les énoncés avec l’adverbe SO

Elisabet Johansson-Manoury
p. 95-115

Abstract

This article deals with a particular kind of imperative mood, namely the positive imperative mood in utterances with the adverb SO. Moreover, the verbs which we study are restricted to a specific group including fold, hold, push, tie, and turn. SO refers here to a gesture made by the utterer. This paper aims at showing that the marker SO is linked to the utterer and, more precisely, to the point of view of the utterer.

Top of page

Full text

1. Introduction

  • 1 Cet article présente une version remaniée et allégée d’une partie de notre thèse, cf. bibliographie
  • 2 Pour un développement plus théorique concernant la nature de l’anaphore effectuée par SO cf. E. JOH (...)
  • 3 Les deux appellations ne sont pas contradictoires car dans les deux cas SO est un marqueur qui n’es (...)

1Le présent article1 est consacré à l’impératif positif dans les énoncés avec l’adverbe SO. D’une manière générale, le marqueur SO est fondamentalement un marqueur anaphorique et en tant que tel il est le signe d’une intervention subjective de l’énonciateur.2 Notre thèse sur le marqueur SO a permis de montrer que SO marque la présence explicite de l’énonciateur et que ce dernier n’est pas neutre vis-à-vis de ce qui est anaphorisé par SO. Autrement dit, l’énonciateur émet un jugement subjectif sur le contenu anaphorisé. Dans le cas de figure étudié ici, SO n’est pas à proprement parler un marqueur anaphorique mais plutôt un marqueur déictique3 dans le sens qu’il doit être accompagné d’un élément de monstration pour être interprétable. Plus précisément, SO déictique renvoie au geste effectué par l’énonciateur dans le contexte situationnel. Néanmoins, l’objectif de cet article est de démontrer que SO déictique n’en est pas moins indissociable d’un jugement de l’énonciateur.

2. SO déictique

2SO déictique peut être illustré par l’exemple suivant :

  • 4 British National Corpus.

(1) And we started her off and she went round and as she went past the second time she said I can’t stop! Oh! oh! oh! Oh no! And then she went round again and we said well push so and so. Oh my! How awful! And nobody had told her how to stop you know. I can remember not being able to get off my sister’s much bigger push bike, just an ordinary push bike Oh yes! (BNC4 KC0 821)

  • 5 Le verbe push peut être soit transitif soit intransitif, ici l’objet (les freins) est sous-entendu.

3Bien qu’il s’agisse, dans cet exemple, de discours rapporté, SO est associé au verbe push5 et de ce fait nous pouvons effectuer une comparaison avec l’exemple suivant sans SO :

(2) One way of improving the situation is to run a thin bead of clear silicone rubber sealant along the top of the pickup, then push the saddle firmly into place and leave for 24 hours before restringing. (BNC C9J 2142)

4La différence entre les deux exemples est fondamentale pour notre propos. Dans le deuxième exemple, l’élément qui suit le verbe push ne pose aucun problème de compréhension quant à la manière de réaliser le procès mentionné par le verbe, ce qui n’est pas le cas dans le premier exemple. En effet, contrairement à la séquence push the saddle firmly (into place) qui se suffit à elle-même puisqu’elle marque explicitement la manière d’effectuer le procès mentionné par le verbe, SO ne fait qu’impliquer une manière d’effectuer le procès mentionné par le verbe. La phrase suivante de l’exemple reprend avec how to stop cette idée de manière sans préciser de quelle manière il s’agit. L’adverbe firmly indique explicitement une seule manière précise directement compréhensible et ceci sans prendre en compte d’autres manières d’effectuer le procès push, alors que SO est interprété comme indiquant une et une seule manière précise, mais sans qu’il indique lui-même laquelle. La référence de SO est, d’une part, à chercher ailleurs, et plus précisément ailleurs que dans le texte, et, d’autre part, la référence de SO déictique n’est accessible que dans la situation d’énonciation. De plus, chaque SO représente une et une seule manière précise parmi d’autres manières possibles, d’où la possibilité de pouvoir répéter SO. Comparons :

push so and so
???…push the saddle firmly (into place) and firmly (into place)

  • 6 Il convient de préciser qu’il y a une rupture intonative entre so et and so.
  • 7 Cf. aussi le nom so-and-so : « you use so-and-so instead of a name, title, word etc when you are ta (...)

5L’interprétation que nous faisons des deux occurrences de SO6 est similaire, mais pas identique, d’où la possibilité de répéter et d’avoir so and so7 Autrement dit, ce à quoi SO réfère est construit à chaque fois.

6En (1) SO est associé au verbe push et comme nous allons le voir, ce verbe fait partie d’un groupe restreint de verbes auxquels SO déictique peut être associé.

3. Les verbes de type : fold, hold, push, tie et turn…

7Les verbes de type fold, hold, push, tie et turn ont plusieurs caractéristiques en commun. Nous passerons rapidement en revue les trois éléments principaux qu’ils ont en commun.

3.1. Verbe + objet

8Premièrement, d’un point de vue syntaxique, tous ces verbes se construisent transitivement, comme le montrent les exemples suivants :

(3) ‘Jimmy can help, è can fold things and è knows where to put them away.’ (BNC FRR 1405)
(4) I
II pick it up and hold it. (BNC KP9 688)
(5) She
pushed the button that locked the door. (CCELD sous l’entrée push)
(6) I will burgle drawers in the children’s room,
tie neat moustaches on two pairs of shoes. (BNC CBO 439)
(7) He
turned the handle and pushed the door open. (CCELD sous l’entrée turn)
(8) It was somehow too much of an effort to lean forward and
turn on the cold tap and besides, he wanted the heat. (CCELD sous l’entrée turn on)

3.2. Verbe + objet + adverbe

9Deuxièmement, d’un point de vue syntaxique, tous ces verbes peuvent prendre en plus de l’objet un adverbe indiquant la manière dont s’effectue le procès en question. En d’autres termes, il s’agit, d’un point de vue sémantique, de fold something in a certain way, hold something in a certain way, push something in a certain way, tie something in a certain way et turn something (on) in a certain way. Ceci est illustré par les exemples suivants :

(9) They folded the tent neatly. (CCELD sous l’entrée fold)
(10) It needed a lot of experience to be able to
hold it correctly so that all the twenty-five shots in the magazine riddled the target. (BNC EE5 1283)
(11) I
push the door slowly so it hardly creaks. (BNC J13 417)
(12) Finally, if asked to do so,
tie all the scripts together so that none goes astray. (BNC FEU 2134)
(13) The second method requires no equipment.
Turn your head quickly and focus your eyes on a particular spot you have chosen on the wall. (Five keys to sparring successfully, source Internet)

10Il convient de préciser que l’adverbe indiquant la manière dont s’effectue le procès est un adverbe intra-prédicatif. En d’autres termes, l’adverbe et le verbe auquel il est associé entretiennent toujours une relation serrée. Il y a donc lieu ici d’introduire la différence entre adverbe intra-prédicatif et adverbe extra-prédicatif. A ce propos nous citerons C. Guimier (1996 : 5) :

(…) l’adverbe est intégré dans la phrase; en particulier il n’est pas séparé intonativement du verbe et constitue avec lui le prédicat. On dira qu’il est intra-prédicatif.

et pour l’adverbe extra-prédicatif :

(…) l’adverbe n’est pas intégré dans la phrase. Il ne porte (…) pas sur le verbe mais sur l’intégralité de la phrase, qu’il modalise de l’extérieur : il est extra-prédicatif.

11Lorsqu’un adverbe est intra-prédicatif et entretient donc une relation serrée avec le verbe auquel il est associé, il tombe sous la portée de la négation, comme le montre l’exemple suivant :

(14) I would say that your horse simply does not fold his forelegs correctly. (BNC KS9 729)

Image 10000000000001760000004904B1CBDA.jpg

12Ceci peut être paraphrasé par :

your horse folds his forelegs but it does not fold them correctly

3.3. Sème

13Troisièmement, d’un point de vue sémantique, tous ces verbes ont un sème, ou trait de sens, en commun. Le lien qui unit ces verbes est parfois implicite, parfois explicite, dans les gloses proposées par les dictionnaires. Dans le dictionnaire Collins Cobuild English Language Dictionary ce lien transparaît explicitement dans certaines des paraphrases proposées pour les verbes hold, push et turn :

hold → «When you hold something, you have it in your hand and you keep it in your hand and you keep it there by putting your fingers firmly around it»
push «When you push something (…) you press it using force, for example with your hand»
turn → «When you turn a knob, key, switch, etc, you hold it and twist your hand, for example so that something opens, is locked, or starts working»

14Toutes ces gloses montrent explicitement le recours à une partie du corps ; hand et fingers pour hold, hand pour push et hand pour turn.

15Comparons la paraphrase de turn à celle de turn on :

Turn on «When you turn on something, for example a radio, light, heater, or water supply, you move the switch, knob, etc that controls it so that it starts working»

16La glose contenant seulement « you move something » n’est pas moins compréhensible que la glose contenant « twist your hand » quant à la manière d’effectuer le procès en question.

17En ce qui concerne les verbes fold et tie, bien que les gloses ne le disent pas explicitement, on comprend aisément que les procès nécessitent l’intervention d’une partie du corps, et en particulier les mains :

fold «If you fold something such as a piece of paper or cloth, you bend one part of it so that it covers another part, often pressing the edge so that it stays in place»
tie «If you tie something to a particular thing or into a particular position, you fasten it to that thing or into that position using string, rope etc.»

18En résumé, tous ces verbes impliquent d’une manière ou d’une autre l’utilisation des mains dans la réalisation du procès en question. Il s’agit plus précisément d’un mouvement effectué par les mains et c’est ce mouvement qui est le sème commun à tous ces verbes. Ce sème sera appelé [+geste]. C’est ce sème qui sera représenté par SO dans les exemples que nous allons étudier.

4. Impératif

  • 8 Par contre, il contient de nombreux exemples avec SO suivi d’une subordonnée en that, comme dans pa (...)

19A priori, rien ne s’oppose à ce que l’on trouve SO associé aux verbes fold, hold, push, tie et turn dans une structure déclarative, affirmative ou négative, dans la mesure où ces verbes peuvent se construire, comme l’avons vu, avec un adverbe indiquant la manière dont s’effectue le procès en question. Or, notre corpus ne contient aucun exemple de ce type.8 En effet, c’est dans un cas de figure bien précis que nous allons rencontrer SO associé aux verbes fold, hold, push, tie et turn : il s’agit de l’impératif. Les exemples suivants serviront d’illustration :

(15) “You don’t hold the shears right miss… Incline the edge so”, he said. (T. Hardy, Far fr. Mad. Crowd xx, cité par O.E.D.)
(16) Watch me do it: you push the needle
so. (Longman Dictionary of Contemporary English)
(17) Hold the brush so. (The American Heritage Dictionary of the English Language)
(18) You tie the two ends together so. Then you double the loop back on itself, so. (D. Bolinger, Degree Words, p. 178)
(19) Fold the material,
so, and push the needle through. (Longman Dictionary of Contemporary English)
(20) First, you turn the engine on, so. (Longman Dictionary of English Language and Culture)

20D’une manière générale, l’ordre exprimé par la construction à l’impératif relève de la modalité injonctive. La définition suivante de l’injonction servira de point de départ :

Une injonction sera représentée comme le passage souhaité par Image 10000000000000210000001EF834A577.jpg de IE à I (à effectuer par Image 10000000000000200000001EFD6104A8.jpg).
(A. Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation, Tome I, p. 124)

21Cette citation appelle quelques remarques. D’abord, d’une manière générale, l’impératif implique la construction de l’existence de la relation prédicative concernée. La prédication d’existence est une opération qui « porte sur la relation entre Intérieur (non-nul ; existant) et Extérieur (nul ; vide), que l’on dit (1) passage de l’Extérieur à l’Intérieur (passage, donc, de ‘rien’ à ‘quelque chose), ce qui construit l’existence du dit quelque chose ; (2) passage de l’Intérieur à l’Extérieur, ce qui construit l’inexistence » (A. Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 3, p. 28).

  • 9 Suite de la citation prise comme point de départ.

22En résumé, il s’agit de la construction de l’occurrence. De ce fait, cela concerne l’ancrage spatio-temporel de la notion et « on n’a donc pas de préconstruit ou de frayage (au sens d’énoncé précurseur) » comme A. Culioli ajoute à propos de l’injonction.9 Il convient de préciser que ce passage de la notion à l’occurrence correspond à ce que A. Culioli appelle opération QNT :

(…) QNT correspond à la construction d’une occurrence (donc, par extension, à la construction d’une classe d’occurrences abstraites). En effet, une occurrence est un événement énonciatif qui délimite une portion d’espace / temps spécifiée par la propriété p. (…). (Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 3, p. 11)

23A. Culioli (op. cit., p. 108) ajoute à propos de l’impératif que celui-ci « marque que l’on anticipe la construction de l’existence d’un nouvel état de choses (… ouvre la porte veut amener autrui à faire passer de <la porte n’est pas ouverte> à <la porte est ouverte>) ».

24Les deux représentations n’expriment pas exactement la même chose. Dans le premier cas, il s’agit, comme nous l’avons vu, du passage de ‘rien’ à ‘quelque chose’, ce qui implique un Extérieur qui est vide, nul. Dans le deuxième cas, où l’on a « la construction de l’existence d’un nouvel état de choses », il s’agit plutôt du passage de ‘quelque chose’ à ‘quelque chose d’autre’. Sans parler de préconstruit dans le passage de <la porte n’est pas ouverte> à <la porte est ouverte>, la situation implique quand même que c’est la valeur complémentaire qui est validée et il s’agit plutôt de la construction d’un changement, de ‘quelque chose’ à ‘quelque chose d’autre’, que d’un début, de ‘rien’ à ‘quelque chose’. Cette différence peut s’avérer importante, comme nous le verrons, dans l’analyse des énoncés à l’impératif.

25Ensuite, d’une manière générale, l’impératif implique une relation intersubjective entre, d’une part, l’énonciateur et, d’autre part, le co-énonciateur. La position de l’un et de l’autre n’est pas la même.

26La position de l’énonciateur vis-à-vis de la relation prédicative contenue dans l’énoncé à l’impératif est habituellement notée IE → I, ce que nous pouvons schématiser de la façon suivante :

Image 100000000000014D000000DA083CB89E.jpg

27Et la position du co-énonciateur vis-à-vis de la relation prédicative est schématisée comme suit :

Image 100000000000014F000000D54CEFE25B.jpg

28L’injonction établit une relation entre l’énonciateur et le co-énonciateur de manière à permettre le passage vers I souhaité par l’énonciateur. Dans La Théorie d’Antoine Culioli Ouvertures et Incidences (p. 82) D. Paillard dit que l’énonciateur introduit la relation comme « à valider » et que le co-énonciateur « est défini (classiquement) comme le valideur de la relation ». L’énonciateur choisit une valeur, I à partir de IE sur la figure, comme à valider mais il ne la valide pas lui-même, d’où l’impossibilité d’éliminer complètement la valeur complémentaire Ε. Il y a donc, d’une part, un hiatus entre la valeur visée par l’énonciateur et sa validation effective et, d’autre part, la présence sous-jacente de la valeur complémentaire (marquée par la flèche en pointillé). Le co-énonciateur, qui est en IE, choisira ou non la valeur visée par l’énonciateur, d’où la présence de deux chemins équipondérés, un vers I et un vers E.

  • 10 Cf. aussi ce que J. Bouscaren et J. Chuquet (1987 : 149) écrivent : « Dans le premier cas (l’impéra (...)

29En résumé, d’une manière générale, sur le plan linguistique l’injonction implique la non-validation de la relation prédicative aussi bien par l’énonciateur que par le co-énonciateur. La validation effective de la relation prédicative est donc normalement présentée comme n’étant pas atteinte dans un énoncé à l’impératif.10 Cette remarque peut paraître anodine mais, comme nous allons le voir, cela ne va pas de soi dans les exemples avec SO.

5. Étude des exemples

  • 11 De plus, SO peut être paraphrasé par « like this » et cette paraphrase contient elle aussi un morph (...)

30Avant de commencer l’analyse individuelle des exemples, nous pouvons rappeler que les exemples (15) à (20) ont plusieurs points en commun. Outre le fait qu’ils contiennent tous SO, qu’ils contiennent tous le même type de verbe, qu’il s’agisse de la base verbale nue dans son emploi dit impératif, nous pouvons ajouter trois remarques. Premièrement, le sujet grammatical, you, est soit exprimé soit non exprimé dans l’énoncé. Deuxièmement, en ce qui concerne les verbes, deux d’entre eux, incline dans l’exemple (15) et double dans l’exemple (18), n’ont pas été analysés précédemment mais appartiennent au même type de verbes que ceux mentionnés dans le titre dans la mesure où incline, d’une part, entre dans une relation, que nous pourrions qualifier d’hyponymie avec le premier verbe (hold) de l’exemple en question (…tenez la (tondeuse) en inclinant…) et double, d’autre part, entre dans une relation d’hyponymie avec tie. Dans les deux cas, le deuxième verbe apporte une précision : incline implique une façon spécifique d’effectuer le procès exprimé par le verbe hold et double ajoute une façon spécifique d’effectuer le procès exprimé par le verbe tie. De plus, ces deux verbes possèdent le sème que nous avons appelé [+geste]. Enfin, en ce qui concerne la structuration de l’énoncé contenant SO, il est intéressant de noter que lorsque le verbe, auquel SO est associé, se construit transitivement, l’objet en question est toujours, au moins dans notre corpus, un nom et non un pronom. Toutefois, il convient de remarquer que tous les noms en question sont précédés de l’article the : the edge, the needle, the loop, the ends, the engine, the material, the brush. P. Larreya (1996 : 120) parle de « the presupposing morpheme th-,11 present in this, that, the, than and a few other grammatical words ». Dans ce sens, nous pourrons dire que l’article défini, the qui précède les noms en question, présuppose l’existence de ces objets dans le contexte situationnel. A ce propos, J. Bouscaren et J. Chuquet (1987 : 85) écrivent :

The est la trace d’une opération de fléchage, c’est-à-dire d’une détermination particulière. Cette opération est toujours seconde : c’est-à-dire qu’elle suppose une première opération (toujours antérieure) : prélèvement implicite ou explicite qui indique la pré-validation de l’occurrence. (…)

31En résumé, nous n’avons pas affaire à un préconstruit dans le sens d’un « énoncé précurseur » (selon l’expression d’A. Culioli), c’est-à-dire la présence d’une référence co-textuelle, mais dans le sens d’un renvoi à une référence situationnelle. Le fait que le morphème th- trouve ici sa justification dans le contexte situationnel et non dans le co-texte, ce qui est tout à fait possible ailleurs, va de pair avec le fait que SO en tant que marqueur déictique renvoie à la situation.

32Cette analyse peut être confortée par des exemples sans SO. Deux exemples suffiront :

(21) Make this Thinking Day card and send it to a Rainbow or Brownie friend. You will need stiff paper scissors glue pencils or crayons 1 Cut out this picture of Rainbow Rabbit or if you don’t want to cut your magazine, you can trace the picture and colour it in. 2 Fold the stiff paper in half. 3 Stick the picture on Rainbow Rabbit on to the paper. Leave it to dry. (BNC G22 893)

(22) THE METHOD This is another cable that crosses two stitches over two stitches. Transfer the third and every following seventh and twelfth stitches on to the adjacent needle at the left and right of centre 0 on your usual set up test piece of approximately 5 centimetres, 2 inches stocking stitch. Arrange for the centre cable to be over the four centre needles. Push the empty needles to NWP. *Knit four rows. Cross stitches one and two in front of stitches three and four by taking stitches one and two on to double transfer tool, moving stitches three and four on to needles one and two, then placing stitches one and two on to empty needles three and four. Knit six rows. (BNC CGV 216)

33Comparons ces exemples aux exemples suivants, issus des précédents, avec insertion de SO :

(21’) ??? Make this Thinking Day card and send it to a Rainbow or Brownie friend. You will need stiff paper scissors glue pencils or crayons 1 Cut out this picture of Rainbow Rabbit or if you don’t want to cut your magazine, you can trace the picture and colour it in. 2 Fold the stiff paper in half so. 3 Stick the picture on Rainbow Rabbit on to the paper. Leave it to dry.

(22’) ??? THE METHOD This is another cable that crosses two stitches over two stitches. Transfer the third and every following seventh and twelfth stitches on to the adjacent needle at the left and right of centre 0 on your usual set up test piece of approximately 5 centimetres, 2 inches stocking stitch. Arrange for the centre cable to be over the four centre needles. Push the empty needles to NWP so. *Knit four rows. Cross stitches one and two in front of stitches three and four by taking stitches one and two on to double transfer tool, moving stitches three and four on to needles one and two, then placing stitches one and two on to empty needles three and four. Knit six rows.

34Le premier exemple ainsi que le deuxième sont tirés d’un périodique, respectivement Brownie et Machine Knitting Monthly. Autrement dit, il s’agit de discours écrit et non pas oral comme dans les exemples avec SO. Les deux extraits décrivent la façon dont on doit procéder pour faire quelque chose et pourtant ils sont incompatibles avec SO. La différence est essentielle à notre propos. Ces explications écrites ne sont pas liées à une situation d’énonciation spécifique et unique et de ce fait ils n’acceptent pas la démonstration visuelle effectuée par l’énonciateur à laquelle SO renvoie.

35Regardons à présent les exemples attestés avec SO. L’exemple suivant servira de point de départ. Il s’agit de l’exemple (15) répété ici :

(15) “You don’t hold the shears right miss… Incline the edge so”, he said.

36Cet exemple est tiré d’un ensemble d’exemples regroupés sous la définition suivante proposée par O.E.D. : « In the way or manner described, indicated, or suggested ; in that style or fashion ». La valeur donnée à SO est purement une valeur de manière ; SO indique la manière de réaliser le procès dénoté par le verbe incline et de ce fait il est intra-prédicatif. Dans la première phrase, l’adverbe right est aussi intra-prédicatif et il décrit la manière de réaliser le procès dénoté par le verbe hold et comme pour tout adverbe intra-prédicatif la négation porte sur celui-ci. On nie la manière de tenir la tondeuse (à moutons) et non le procès en tant que tel :

Image 100000000000016E000000368F8B9034.jpg

37La deuxième phrase introduit avec SO, dans le contexte situationnel, la bonne manière de tenir la tondeuse en question. Il convient de remarquer que l’exemple en question a été tronqué dans O.E.D. Or, il est intéressant de reprendre l’exemple authentique en contexte :

  • 12 Nous soulignons.

Will you turn, Gabriel, and let me hold the shears?’ she said. ‘My head is in a whirl, and I can’t talk.’
Gabriel turned. Bathsheba then began, with some awkwardness, allowing her thoughts to stray occasionally from her story to attend to the shears, which required a little nicety in sharpening.
‘I wanted to ask you if the men made any observations on my going behind the sedge with Mr. Boldwood yesterday?’
‘Yes, they did,’ said Gabriel. ‘
You don’t hold the shears right, miss12I knew you wouldn’t know the wayhold like this.’
He relinquished the winch, and inclosing her two hands completely in his own (taking each as we sometimes clasp a child’s hand in teaching him to write), grasped the shears with her.
‘Incline the edge so.’ he said.10
Hands and shears were inclined to suit the words, and held thus for a peculiarly long time by the instructor as he spoke.

38La phrase « I knew you wouldn’t know the way » confirme que le sujet « you » ne tient pas la tondeuse comme il convient de le faire. La phrase suivante « hold like this » introduit la façon dont il convient de tenir la tondeuse : « this » fonctionne ici comme un déictique et renvoie au contexte situationnel. Ce à quoi « this » renvoie est explicitement marqué par « inclosing her hands completely in his own … grasped the shears with her. » Plus précisément, « hold like this » et « Incline the edge so » entrent en relation synonymique. « Incline the edge so » vient en quelque sorte spécifier « hold like this » dans la mesure où le verbe incline implique une façon spécifique d’effectuer le procès exprimé par le verbe hold et the edge sousentend the edge of the shears. Il convient d’ajouter que this, tout comme SO, mais contrairement à that, est repéré par rapport à la sphère de l’énonciateur et non par rapport à la sphère du co-énonciateur. La phrase « Hands and shears were inclined to suit the words » permet de poser explicitement que la phrase « Incline the edge so » n’implique pas seulement que l’énonciateur demande au co-énonciateur d’effectuer le procès d’une certaine façon, mais que l’énonciateur demande au coénonciateur d’effectuer le procès de la façon indiquée. Autrement dit, la bonne manière de tenir la tondeuse, c’est la manière indiquée au travers de la démonstration de l’énonciateur. Il s’agit plus précisément d’un mouvement effectué par les mains (cf. hands).

39Le deuxième exemple répété ci-dessous :

(16) Watch me do it: you push the needle so.

40Cet exemple introduit explicitement le contexte, au sens large, dans lequel on trouve SO déictique. La première phrase, « Watch me do it », implique un contexte situationnel. D’ailleurs, cet exemple est tiré du Longman Dictionary of Contemporary English qui propose la définition suivante : « So is used in combination with actions and gestures … when you are showing someone how to do something by doing it yourself » qui rend parfaitement compte de la situation ; nous reformulerons cette définition en introduisant les figures indiquant les chemins de validation. D’une manière générale, comme nous l’avons vu, l’injonction implique une relation entre un énonciateur et un co-énonciateur en vue de la validation d’une relation prédicative. Contrairement à cette analyse de base il convient d’expliciter un énoncé à l’impératif avec SO à l’aide de non pas deux figures mais trois :

Image 1000000000000210000000E4CC118A6A.jpg

41La première figure montre la position de l’énonciateur vis-à-vis du co-énonciateur. L’énonciateur introduit une relation prédicative dont il vise la validation. Toutefois la validation de cette relation ne dépend, normalement, pas de lui mais du co-énonciateur auquel s’adresse l’injonction. De ce fait, l’énonciateur ne peut ni garantir la validation de I ni exclure la non-validation de E. Autrement dit, sur le plan linguistique, on travaille sur une seule relation prédicative, qui est <you/push the needle so>. Cette relation prédicative a pour source un énonciateur qui la présente comme non validée, mais validable.

42La position du co-énonciateur dans le cadre d’un énoncé à l’impératif n’est pas vraiment pertinente dans la mesure où le choix de I ou de Ε n’est pas encore fait. Par contre, il est important de préciser que le co-énonciateur n’intervient pas sur le plan linguistique. Le co-énonciateur se contente d’agir dans la réalité extra-linguistique. La position du co-énonciateur se dessine devant ce choix à effectuer :

Image 1000000000000211000000E7CC5D84A9.jpg

43L’enjeu dans un énoncé à l’impératif est la validation de la relation prédicative concernée. Cette relation peut ici être représentée par :

→ <(You) / verbe + objet + SO>

44La parenthèse implique que la référence au co-énonciateur est soit explicite soit implicite. En (16) elle est explicite. De même, d’une manière générale, la prise en compte de l’énonciateur peut être soit explicite soit implicite. Dans le cadre de cette étude nous postulons que :

SO marque un repérage explicite par rapport l’énonciateur

  • 13 Correspondant, bien entendu, à l’énonciateur qui est à l’origine de l’injonction.
  • 14 Correspondant au co-énonciateur.

45D’où la définition proposée par LDCE « … when you13 are showing someone14 how to do something by doing it yourself ». De ce fait, nous dirons qu’il s’agit de la relation <I / push the needle so> où I est co-référentiel avec l’énonciateur bien entendu. En résumé, non seulement il y a référence à l’énonciateur mais celui-ci est présenté comme validant la relation de la relation prédicative concernée. La position de l’énonciateur est donc double. D’une part, l’énonciateur vise la validation de la relation prédicative par le co-énonciateur et, de l’autre, il la valide à première vue lui-même, d’où une troisième figure :

Image 1000000000000215000000E3E0CC6EE3.jpg

  • 15 Même si dans cet exemple précis do it dans la première partie de l’énoncé pourrait laisser entendre (...)

46Or, il est important de préciser qu’il ne faut pas comprendre par là qu’il y a validation effective dans le sens d’une occurrence effective. Ceci est dû, d’une part, au fait que la relation <I / push the needle so> attribuée à l’énonciateur n’implique pas nécessairement que l’énonciateur effectue l’acte dénoté par le prédicat. Autrement dit, il peut indiquer la manière de pousser l’aiguille par des gestes, sans lui-même tenir une aiguille.15 D’autre part, l’injonction est adressée au co-énonciateur par l’énonciateur. Il en résulte que l’énonciateur ne se prononce pas sur la validation effective, ou si on veut sur l’occurrence effective, de la relation <you / push the needle so>. En d’autres termes, il n’y a pas de construction de l’existence de la relation prédicative concernée. Par contre, l’énonciateur construit la valeur qu’il demande au co-énonciateur de valider. Si bien que la relation prédicative <you/push the needle so> est d’une certaine façon construite à partir d’une relative prédicative validée implicite qui est <I/push the needle so>. Plus précisément, cette dernière est reconstructible à partir de l’extra-linguistique, mais d’un point de vue strictement linguistique elle n’existe pas. Seule la présence du marqueur SO permet cette reconstruction grâce à son repérage par rapport à l’énonciateur. Cela veut dire que IE → I sur la troisième figure signifie que l’énonciateur pose la valeur qui selon lui est la bonne valeur à valider. Autrement dit, il s’agit d’une validation subjective.

47Poursuivons avec un autre exemple, l’exemple (17) répété ici :

(17) Hold the brush so.

48Il s’agit non seulement de valider <you / hold something>, mais de valider <you / hold something in a certain way>. Le double jeu de cet exemple, d’une part, l’injonction adressée au co-énonciateur par l’énonciateur et, d’autre part, la référence au comportement de l’énonciateur avec SO est rendue par la paraphrase suivante :

Hold the brush in a way which is the way I am showing.

49De plus, cette paraphrase sous-entend qu’il y a d’autres manières de réaliser le procès en question ou plus précisément de valider la relation prédicative <x / hold the brush in a certain manner> et que l’énonciateur montre la manière au travers de SO déictique, parmi toutes les manières possibles.

  • 16 Ou d’une manière générale tous les verbes concernés ici.

50En résumé, il paraît difficile de dire que SO implique seulement une manière étant donné que le procès hold16 permet l’interprétation « x manières de réaliser le procès » et que SO peut, a priori, les représenter toutes. En fait, nous dirons que :

  • Le geste effectué par l’énonciateur montre la valeur concernée.

  • SO déictique fait référence au geste effectué par l’énonciateur et donc à la valeur choisie par celui-ci.

  • SO représente non seulement une manière d’effectuer le procès dénoté par le verbe mais plus précisément une manière parmi d’autres possibles.

  • le choix par l’énonciateur de cette manière, à partir d’une manière parmi d’autres, donne à SO l’interprétation SO and not otherwise c’est-à-dire implique l’exclusion des autres manières possibles.

51Toutefois, il convient de noter qu’il n’y a jamais exclusion totale des autres manières dans la mesure où l’injonction s’adresse au co-énonciateur. Celui-ci va réaliser, ou non, la valeur visée par l’énonciateur, d’où le maintien des valeurs complémentaires.

52Les trois derniers exemples vont permettre l’introduction de deux autres remarques.

(18) You tie the two ends together so. Then you double the loop back on itself, so.
(19) Fold the material, so, and push the needle through.
(20) First, you turn the engine on, so.

53Dans ces trois exemples il y a une virgule avant SO (en (18) la virgule se trouve avant le deuxième SO), ce qui correspond à une pause intonative à l’oral. Cela rappelle la différence qui a été faite plus haut entre adverbe intra-prédicatif et adverbe extra-prédicatif.

54Le premier exemple est emprunté à D. Bolinger. Toutefois D. Bolinger passe très vite sur cet emploi de SO et la seule chose qu’il écrit est la suivante : « With verbs, identifier so is again residual, requiring an accompanying gesture or visual demonstration » (op. cit., p. 178). Par contre, D. Bolinger ne s’attarde pas sur le fait que, en (18), le premier SO semble en position post-verbale liée alors que le second semble en position post-verbale détachée, ce que marque la virgule.

  • 17 Il convient de remarquer que ce travail de Guimier porte sur les adverbes en français et la similit (...)
  • 18 2003 (communication orale).

55A propos du français C. Guimier (1996 :17 43-44) précise que : «L’adverbe intra-prédicatif apparaît parfois en position finale détachée, c’est-à-dire avec une rupture intonative marquée par une virgule à l’écrit». C. Guimier ajoute que dans ce cas : « L’adverbe est présenté comme un ajout tardif au verbe, comme pour réparer un oubli » op. cit., p. 44). Il18 précise qu’on pourrait parler d’» incidence immédiate » de l’adverbe dans le cas de figure sans pause et d’« incidence différée » dans le cas de figure avec pause. En effet, dans le cas de SO il ne s’agit pas tant de « réparer un oubli » que de marquer le temps nécessaire à l’énonciateur pour effectuer son geste. Dans cet emploi SO est donc toujours intra-prédicatif. Pour expliciter ceci, il est possible de faire comme si nous avions un prédicat élidé. Par exemple, en (18), dans la première phrase, SO est donc intra-prédicatif par rapport au verbe tie. Dans la deuxième phrase, SO est aussi intra-prédicatif mais par rapport à un prédicat élidé. Nous pouvons paraphraser SO, dans cette deuxième phrase, par :

→ Then you double the loop back on itself, (do it) so.

56Dans cette paraphrase, do it anaphorise la relation predicative <you / double the loop back on itself> et SO réfère à la manière de réaliser l’action effectuée par l’énonciateur.

  • 19 L’élément sous-entendu est celui que nous avons ajouté en italiques.

57La deuxième remarque concerne d’une manière générale ces trois derniers exemples et les constituants first, and et then, qu’ils soient présents ou non dans les exemples. En effet, les exemples (18), (19) et (20) sous-entendent :19

  • First, you tie the two ends together so. Then you double the loop back on itself, so.

  • Fold the material, so, and then push the needle through.

  • First, you turn the engine on, so. Then …

58Vu sous cet angle, cela favorise l’interprétation de SO comme voulant signifier non pas tant la manière de réaliser le procès que la réalisation même du procès. Grâce à then, qui sous-entend first, à and, et à first qui sous-entendent then, l’accent est mis sur l’énumération chronologique des événements. On ne passe pas au deuxième avant d’avoir terminé, ou plus précisément réalisé le premier. Or, dans ce cas SO tend à signifier que l’énonciateur exprime par un geste que le procès indiqué par le verbe est réalisé. Cette interprétation est favorisée en (20) car il est difficile de considérer qu’il y a x manières de réaliser le procès indiqué par turn the engine on. Dans ce cas, SO devient pratiquement un adverbe extra-prédicatif : au travers de l’adverbe SO, lequel renvoie au geste effectué par l’énonciateur, celui-ci commente son propre discours – SO ne renvoie plus à la manière d’effectuer le procès, mais à la simple effectuation de celui-ci – l’adverbe ne qualifie plus le verbe, mais attire l’attention du co-énonciateur sur l’accomplissement même du procès, procès que l’énonciateur enjoint à son co-énonciateur d’accomplir dans les mêmes conditions – Le caractère extra-prédicatif de l’adverbe apparaît au travers du fait qu’il est suppressible.

59Donc, SO, contrairement à ce qu’on pense habituellement, n’est pas, du moins dans les énoncés à l’impératif, un adverbe (de manière) intra-prédicatif comme les autres. En fait, il oscille entre adverbe intra-prédicatif et adverbe extra-prédicatif. Le caractère extra-prédicatif favorisera l’interprétation, dans nos exemples, de SO comme impliquant la validation par l’énonciateur de <x / double the loop …>, <x / fold the material> et <x / turn the engine on> c’est à dire qu’on élimine plutôt la valeur complémentaire opposée /not double/, /not fold/ et /not turn on/ que la valeur complémentaire qui s’interprétait comme « une manière parmi d’autres ».

60Nous parlerons de ce fait, pour ces constructions, de continuum entre l’intra-prédicativité et l’extra-prédicativité. Nous proposerons le résumé suivant :

Image 1000000000000294000001134BA8343F.jpg

61La section suivante montrera que la portée de la négation indique une interprétation en faveur de SO comme adverbe intra-prédicatif.

6. La négation20

  • 20 Précisons qu’il s’agit de manipuler les énoncés à l’impératif étudiés ici avec les verbes impliquan (...)

62En insérant une négation dans nos exemples de départ, cela donne :

(15’) “You don’t hold the shears right miss… Don’t incline the edge so”, he said.
(16’) Watch me do it: don’t push the needle so.
(17’)
Don’t hold the brush so.
(18’)
Don’t tie the two ends together so. Then don’t double the loop back on itself, so.
(19’)
Don’t fold the material, so, and (don’t) push the needle through.
(20’) First, don’t turn the engine on, so.

63Les résultats sont à première vue assez contradictoires. La compatibilité avec la négation ne semble pas s’appliquer à l’ensemble des énoncés. D’ailleurs, plus explicite est le contexte, plus étrange est l’exemple. Cette dernière remarque laisserait entendre qu’en réalité la compatibilité avec la négation est nulle. Ceci est d’ailleurs confirmé par une absence totale d’énoncés, avec ce type de verbes, à l’impératif négatif contenant SO dans notre corpus. Pourtant une phrase avec un contexte minimum telle que « Don’t hold the brush so » ne pose aucun problème de compréhension pour un anglophone. La négation est comprise comme portant sur l’adverbe SO et nie la manière de réaliser le procès en question. Cette interprétation est réservée à l’adverbe intra-prédicatif. Toutefois, insistons sur le fait qu’il y a souvent, et en particulier avec des énoncés contenant SO, un décalage important entre compréhension et production de la part des locuteurs anglophones. Mis à part l’exemple « Don’t hold the brush so », la plupart des autres exemples montrent que dès qu’un contexte plus large est pris en compte l’interprétation de l’énoncé avec SO devient nettement plus étrange voire incompréhensible. Par exemple, avec la présence de « Watch me do it » ou « first » et « then ». Pour mieux comprendre ce qui est en jeu, nous allons regarder l’exemple « Hold the brush so » de plus près. Comparons les quatre phrases suivantes, les trois dernières issues de la première :

(17) Hold the brush so.
(17
) Don’t hold the brush so.
(17
’’) Hold the brush, so.
(17’”) *Don’t hold the brush, so.

64Selon les anglophones consultés, seule la dernière phrase n’est pas jugée acceptable. La contradiction tient donc du fait que SO, en (17’), est interprété comme signifiant la manière, tout comme dans la phrase (17) de type affirmatif. Or le corpus ne comporte pas une seule phrase négative de ce type. De plus, si (17’), qui est la contrepartie négative de (17), est jugée acceptable, pourquoi (17’”), contrepartie négative de (17”), ne l’est-elle pas ?

65En fait, l’interprétation de SO en tant qu’adverbe de manière va de pair avec l’analyse de SO en tant qu’adverbe intra-prédicatif pur. La première phrase était paraphrasée par :

Hold the brush in a way which is the way I am showing.

La troisième par :

Hold the brush, (do it) so.

ou plus précisément :

Hold the brush, (do it) in a way which is the way I am showing.

66A partir de là, en (17’), où SO est intra-prédicatif par rapport au verbe hold et tombe sous la portée de la négation, nous pouvons proposer la paraphrase suivante :

Hold the brush in a way which is not the way I am showing.

  • 21 On peut ajouter que le même type de raisonnement est valable pour (20). En effet, l’énonciateur ne (...)

67En (17’”), la présence de la virgule marque qu’on a une pause intonative à l’oral. Cela implique une rupture entre la négation et l’élément sur lequel elle est censée porter. Ceci peut être explicité de façon claire à partir de l’analyse d’un prédicat élidé. SO est intra-prédicatif par rapport à un prédicat élidé mais il est extra-prédicatif par rapport au verbe hold. Cela signifie que SO est hors de la portée de la négation et que la négation porte uniquement sur le procès lui-même. De ce fait la phrase n’est pas acceptable21 puisqu’on ne peut pas à la fois demander à quelqu’un de ne pas faire quelque chose et en même temps lui demander de le faire d’une certaine manière :

*Don’t hold the brush, (do it) in a way which is the way I am showing.

68Par contre, (17’) est jugé acceptable au niveau de compréhension même si elle n’est pas produite.

  • 22 Par ailleurs, on peut remarquer que le repérage de la deixis ne pose pas de problème avec « this wa (...)

69D’une manière générale dans les exemples étudiés ici la valeur sémantique de manière domine largement à cause du geste effectué par l’énonciateur. Une interprétation en terme de validation est néanmoins possible lorsque l’énonciateur marque une pause intonative entre l’énoncé à l’impératif et SO. SO marque alors soit la manière de réaliser le procès, soit l’effectuation du procès. A partir de là il n’est pas difficile de comprendre qu’il pourrait y avoir une autre interprétation de la construction avec l’impératif positif lorsqu’on lui associe une négation pour les besoins de l’analyse. Par exemple, en (17’), Don’t hold the brush so, la deixis pourrait s’interpréter à partir du co-énonciateur. C’est ce que nous pourrions paraphraser par : You are holding the brush in a certain way, stop holding it that way. Cela voudrait dire que l’énonciateur indique que la relation prédicative <you / hold the brush in a certain way> est validée. Lorsque SO fonctionne comme un adverbe de manière déictique, la deixis est repérée par rapport à l’énonciateur : ce à quoi SO renvoie est toujours repéré par rapport à un seul point de vue. Ainsi, SO ne peut pas à la fois marquer la validation de la relation prédicative <You / hold the brush in a certain way> de la part de l’énonciateur et en même temps renvoyer au geste effectué par l’énonciateur. A cause de l’absence totale d’exemples attestés avec SO dans les énoncés à l’impératif négatif associé aux verbes possédant le sème [+geste] nous ne nous attarderons pas d’avantage sur l’hypothétique interprétation de ces phrases.22

7. Conclusion

70Nous ne reviendrons pas sur ce qui a été longuement étudié dans les pages précédentes mais nous allons simplement ajouter quelques remarques.

71SO déictique marque à la fois une modalité en termes de manière et une modalité en termes de validation. Cette validation ne peut être que subjective. L’énonciateur valide en montrant la bonne valeur. Formulé de cette façon, on pourrait croire que seule la réalisation de la manière d’effectuer le procès, ou seule la réalisation tout court, entrent en jeu (par exemple dans « First you turn the engine on, so » on peut avoir du mal à admettre qu’il puisse y avoir différentes façons de valider <x / turn the engine on>). Toutefois le geste est primordial afin de montrer comment faire. L’énonciateur choisit une manière (cela aurait pu être autrement) d’où l’interprétation « SO and not otherwise ». Cette valeur est vue comme à-réaliser par le co-énonciateur, d’où l’implication suivante : « cela peut être autrement ». En d’autres termes, SO se trouve dans un contexte où la valeur complémentaire n’est pas exclue. Un énoncé à l’impératif permet, tout en posant une valeur, de ne pas exclure la (ou les) valeur(s) complémentaire(s). Cela explique en partie l’absence de SO déictique dans une phrase déclarative. A part cela, d’autres paramètres font qu’on ne trouve pas SO déictique dans une structure déclarative.

72Imaginons que A, l’énonciateur, veuille dire, ou plutôt décrire à B, co-énonciateur, la façon dont C, James, plie quelque chose, étant sous-entendu que James et l’objet dont il est question sont à la fois identifiés par l’énonciateur et par le co-énonciateur.

73Si l’énonciateur dit :

He is folding the towel neatly.

74on comprend que l’énonciateur décrit ce que James fait et la manière dont il le fait au moment de l’énonciation.

75Par contre, si l’énonciateur veut dire en montrant au co-énonciateur comment quelqu’un comme James plie la serviette en question il pourrait a priori avoir recours à SO déictique :

? He folds / is folding the towel so.

76Pourtant cela n’est pas possible. La phrase ne pose pas de problème majeur de compréhension, dans la mesure où l’on comprend que SO désigne une manière d’effectuer le procès mentionné par le verbe, mais un problème d’acceptabilité dans la situation donnée. Ceci est dû au fait que l’article the, étant la trace d’un fléchage situationnel, renvoie à une serviette spécifique. De plus, le prédicat fold est au présent et renvoie au moment d’énonciation. De ce fait, cela entraîne une incompatibilité avec SO, puisque SO déictique implique que l’énonciateur montre comment réaliser le procès dénoté par le verbe. La relation <x / fold the towel in a certain way> ne peut pas être validée au moment de l’énonciation à la fois par he et par l’énonciateur. Pour s’en rendre compte, il suffit d’effectuer un changement d’ordre temporel en mettant le verbe au prétérit :

He folded the towel so.

77Cette fois il y a rupture entre le moment de l’énonciation et le moment du procès : la réalisation du prédicat fold the towel in a certain way par he n’a pas lieu au moment de l’énonciation. En d’autres termes, l’incompatibilité avec SO déictique disparaît et SO peut renvoyer au geste effectué par l’énonciateur au moment de l’énonciation.

78Terminons par :

He folds towels so.

  • 23 Outre le fait que la valeur complémentaire est a priori exclue. Ceci peut être évité si on a un acc (...)

79Mis à part le fait que cette phrase a elle aussi été fabriquée, elle ne pose pas de problème particulier.23

80Cette fois-ci, le prédicat n’impose pas de temps spécifique de validation (valeur indéterminée du présent simple) pour le sujet he d’où la compatibilité avec SO.

81L’absence de ce type d’exemples, phrases déclaratives positives, dans notre corpus montre bien que la valeur de manière attribuée à SO à la fois dans un énoncé à l’impératif et dans un énoncé affirmatif ne saurait être exactement la même. Dans le premier cas, nous avons affaire à un SO déictique qui rentre obligatoirement dans une relation intersubjective, d’où la prépondérance pour l’impératif et d’où l’absence de SO dans le contexte trop contraignant dans lequel nous l’avons situé dans les exemples fabriqués.

Top of page

Bibliography

Arrive, M., Gadet, F. & Galmiche, M., La grammaire d’aujourd’hui, Paris : Flammarion, 1986, 720 p.

Bolinger, D., (1972), Degree Words, La Haye : Mouton & Co.

Bouscaren, J. & Chuquet, J., (1987), Grammaire et textes anglais guide pour l’analyse linguistique, Paris : Ophrys.

Culioli, Α., (1990), Pour une linguistique de l’énonciation, Opérations et représentations, Tome I, Paris : Ophrys.

Culioli Α., (1999), Pour une linguistique de l’énonciation : Domaine Notionnel, T. 3, Paris : Ophrys.

Guimier, C., (1996), Les adverbes du français, Paris : Ophrys.

Johansson-Manoury, E., (2004), Le marqueur SO en anglais contemporain : ses emplois en relation avec un élément verbal, Thèse de Doctorat, Université de Caen Basse-Normandie.

Larreya, P., (1995-1996), On the semantics of so and as, SIGMA, N° 17-18, Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, pp. 97-130.

Paillard, D., (1992), Repérage : construction et spécification, La théorie d’Antoine Culioli - Ouvertures et Incidences, Paris : Ophrys, pp. 75-88.

Souesme, J.-C., (1987), Valeurs et emplois respectifs de do et do so, Modèles linguistiques, IX (I).

Dictionnaires

COLLINS COBUILD ENGLISH LANGUAGE DICTIONARY, (1987), Londres : William Collins.

LONGMAN DICTIONARY OF CONTEMPORARY ENGLISH, (1995), Harlow : Longman.

LONGMAN DICTIONARY OF ENGLISH LANGUAGE AND CULTURE, (1993), Harlow : Longman.

OXFORD ENGLISH DICTIONARY, (1989), Oxford : Oxford University Press.

THE AMERICAN HERITAGE DICTIONARY OF THE ENGLISH LANGUAGE, (1992), Boston : Houghton Mifflin.

Top of page

Notes

1 Cet article présente une version remaniée et allégée d’une partie de notre thèse, cf. bibliographie.

2 Pour un développement plus théorique concernant la nature de l’anaphore effectuée par SO cf. E. JOHANSSON-MANOURY. Le point de vue défendu dans la thèse d’une manière générale peut néanmoins se résumer comme suit : SO effectue une anaphore à un niveau notionnel, c’est-à-dire purement qualitatif. L’antécédent de SO constitue une première mention de la notion et au travers d’une anaphorisation s’effectuant à un niveau notionnel il y a déconstruction de la notion véhiculée par l’antécédent. Cette déconstruction permet la reconstruction de la notion par rapport à un point de vue subjectif. L’intervention subjective sur le contenu notionnel anaphorisé permet à la source subjective de re-situer (en p) la notion posée dans l’antécédent. La nature de l’anaphore effectuée par SO permet d’introduire un jeu sur les valeurs p et p’ à partir de la notion anaphorisée, d’où très souvent la présence d’une altérité, qui, selon les cas, peut être maintenue ou évacuée. En ce qui concerne le jeu sur les valeurs p et p’ cf. J.-C. SOUESME par exemple (87) pour un point de vue similaire.

3 Les deux appellations ne sont pas contradictoires car dans les deux cas SO est un marqueur qui n’est interprétable qu’en contexte, c’est-à-dire qu’il trouve sa référence dans le contexte linguistique ou dans le contexte situationnel. En ce qui concerne le choix du terme « déictique », je me suis basée sur la définition proposée par La grammaire d’aujourd’hui (1986 : 208) : « La déixis – mot emprunté tel quel au grec ancien, où il signifie l’« action de montrer » ». Les auteurs, M. Arrivé, F. Gadet et M. Galmiche, ajoutent : «à la différence de l’embrayage, la déixis ne se satisfait pas des seules indications fournies par l’acte même de l’énonciation (…) il faut (…) un élément de monstration; geste (…) » (nous soulignons).

4 British National Corpus.

5 Le verbe push peut être soit transitif soit intransitif, ici l’objet (les freins) est sous-entendu.

6 Il convient de préciser qu’il y a une rupture intonative entre so et and so.

7 Cf. aussi le nom so-and-so : « you use so-and-so instead of a name, title, word etc when you are talking about a class of things or people, rather than a particular member of the class (nous soulignons). » (Collins Cobuild English Language Dictionary). Cela rejoint en quelque sorte ce qui a été dit plus haut mais puisque SO ici n’est pas considéré isolément (il s’agit d’un mot composé et non d’une coordination à proprement parler) il, ou ils si on veut, ne peut plus référer à une chose/personne parmi d’autres mais seulement à un tout. Toutes les références possibles sont ainsi prises en compte et so-and-so renvoie à une classe/un groupe plutôt qu’à une chose/personne et à une autre chose/personne parmi d’autres possibles. En d’autres termes, il s’agit d’une chose/personne que l’on ne désigne pas précisément et de ce fait cela pourrait renvoyer à n’importe quoi ou à n’importe qui.

8 Par contre, il contient de nombreux exemples avec SO suivi d’une subordonnée en that, comme dans par exemple : « To begin, fold five blankets so that each is about eight to 12 inches wide and long enough to support your torso and head when you fold forward.… » (www.womenfitness.net/yoga)

9 Suite de la citation prise comme point de départ.

10 Cf. aussi ce que J. Bouscaren et J. Chuquet (1987 : 149) écrivent : « Dans le premier cas (l’impératif) on peut parler de l’envers d’une assertion dans la mesure où l’énonciateur veut que le contenu notionnel soit sans pouvoir l’asserter comme validé ».

11 De plus, SO peut être paraphrasé par « like this » et cette paraphrase contient elle aussi un morphème th-. D’ailleurs, la paraphrase par « like this » contient un this déictique et non anaphorique.

12 Nous soulignons.

13 Correspondant, bien entendu, à l’énonciateur qui est à l’origine de l’injonction.

14 Correspondant au co-énonciateur.

15 Même si dans cet exemple précis do it dans la première partie de l’énoncé pourrait laisser entendre qu’il tient effectivement une aiguille à la main, cela ne change rien, d’une manière générale, à l’analyse de la phrase avec SO.

16 Ou d’une manière générale tous les verbes concernés ici.

17 Il convient de remarquer que ce travail de Guimier porte sur les adverbes en français et la similitude avec l’anglais ne saurait être parfaite. Toutefois, les critères utilisés (intra-prédicatif, extra-prédicatif, portée de l’adverbe, portée de la négation, virgule ou non, position de l’adverbe etc.) valent aussi bien pour l’anglais.

18 2003 (communication orale).

19 L’élément sous-entendu est celui que nous avons ajouté en italiques.

20 Précisons qu’il s’agit de manipuler les énoncés à l’impératif étudiés ici avec les verbes impliquant le sème [+geste] en introduisant une négation. L’impératif négatif dans les énoncés avec SO sera étudié dans un article ultérieur.

21 On peut ajouter que le même type de raisonnement est valable pour (20). En effet, l’énonciateur ne peut pas à la fois demander au co-énonciateur de ne pas faire quelque chose et en même temps attirer son attention sur l’accomplissement même du procès.

22 Par ailleurs, on peut remarquer que le repérage de la deixis ne pose pas de problème avec « this way » et « that way ». D’ailleurs, il est intéressant de noter que les exemples avec « that way » à l’impératif négatif foisonnent, par exemple : « “May Kate,” the boy cautioned, “don t hold the kitten that way.” The kitten, clutched captive against the girl’s body, entangled in the string and pinned.... » (www.curtisbrand.com), «I held out a ring and a pen so I could get his autograph... but instead of signing the ring he was all like “No, don t hold the ring like that!...”» (www.jugglingdb.com). L’étude de l’impératif négatif dans des exemples attestés avec l’adverbe SO associé à d’autres verbes que ceux étudiés ici montrera que SO renvoie à la validation de la relation prédicative concernée (c’est-à-dire <you/prédicat>) dans le contexte situationnel. Néanmoins, (17’) permet de montrer que malgré une interprétation en termes d’un préconstruit situationnel (cf. <you / hold the brush…> et non <I / ask you to hold the brush in a way which is the way I am holding it>) la négation est interprétée comme portant sur SO et niant la manière d’effectuer le procès. Sans trop nous avancer, nous verrons dans un article ultérieur consacré à l’impératif négatif que la négation n’est pas interprété de la même façon.

23 Outre le fait que la valeur complémentaire est a priori exclue. Ceci peut être évité si on a un accent contrastif soit sur le sujet soit sur l’objet.

Top of page

References

Bibliographical reference

Elisabet Johansson-Manoury, « L’impératif positif dans les énoncés avec l’adverbe SO », Anglophonia/Sigma, 11 (22) | 2007, 95-115.

Electronic reference

Elisabet Johansson-Manoury, « L’impératif positif dans les énoncés avec l’adverbe SO », Anglophonia/Sigma [Online], 11 (22) | 2007, Online since 13 December 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/794 ; DOI : 10.4000/anglophonia.794

Top of page

About the author

Elisabet Johansson-Manoury

Université de Caen - CRISCO

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org