Skip to navigation – Site map

Quelques réflexions sur BY en anglais

Anne-Marie Santin-Guettier
p. 117-128

Abstract

If we go back to the genesis of BY, we soon discover that it has the same roots as the preverb BE-. As a preposition, the major value of BY has always been «around». Our aim is not to label BY as a preposition, a particle or a postposition. By founding our study on examples, we shall try to find out the impact of the original value «around» on the semantic and syntactic uses of BY. Our hypothesis is that the spatial and temporal values of proximity and «passing through» are related to BY+Ving constructions and most structures with BY. Furthermore, the human mind tends to link two entities or two events if they stand in proximity to each other. BY lies at the core of this thesis. Lastly, the microsystem by which/whereby reveals that whereby plays a more complex grammatical role than by which.

Top of page

Full text

Préambule

  • 1 E. Gilbert, Anglophonia n° 14.

1Même si certains sèmes originels sont régulièrement à l’œuvre dans les différentes occurrences de BY, il ne s’agit pas de calquer le monde linguistique sur l’univers extralinguistique. Sur ce point on lira avec profit la démonstration convaincante de Gilbert.1 Deux idées sous-tendent notre étude, à savoir que, premièrement, les sèmes originels traversent les siècles et créent une unité entre les emplois éclatés de BY. Deuxièmement, les valeurs spatiale ou temporelle de BY en anglais contemporain ne suffisent pas à justifier ses différentes occurrences : la grammaticalisation de la préposition constitue en elle-même une dynamique tendant à réinvestir BY dans des structures à vocation plus métalinguistique où les valeurs spatiale et temporelle se trouvent dépassées.

  • 2 C. Delmas, p. 637.

2Notre objectif n’est pas tant de distinguer BY préposition de BY adverbe que de souligner la cohérence interne du marqueur. Nous faisons nôtre l’analyse de Delmas : « Mis à part le statut, la préposition semble rappeler l’adverbe. Elle permet un apport qui vise à restreindre un ellipsoïde. Il peut s’agir d’un sujet, d’un prédicat, etc. La préposition répare une incomplétude ressentie alors que l’ellipsoïde s’est refermé sur lui-même »2 :

1. Quelques repères historiques

3D’une manière générale, by véhicule les sens de «alongside; in the course of; according to; in relation to» (Onions 1966) et il est doté des valeurs instrumentales ou de moyen. *bi est apparenté à la seconde syllabe du grec amphi, du latin ambi et du vieil-anglais ymb(e) qui signifiait « around ». Ambhi ou mbhi (= around) avait en germanique la forme réduite *bi, *bi- (préfixe intensif). De là proviennent les formes du vieil-anglais bi, bi et be, qui ont donné by. De fait bi- et be- signifiaient « on all sides » en vieil-anglais, tandis que be- était aussi un préfixe intensif. C’est ce même be-qui faisait passer un verbe du statut de verbe intransitif à celui de verbe transitif.

  • 3 A. Crépin, p. 134.

4Préfixes accentués, bi- et big- ont le sens originel de la préposition by: a by-saying (= a proverb), a by-story (= a parable), to stand-by (< v.a. big-standan). Le complément d’agent, quant à lui, n’est apparu qu’au XVe siècle.3

  • 4 F. Toupin, 2006.

5En tant que substantif, le bi (« town ») du moyen-anglais a donné lieu au suffixe –by de certains noms de lieux (Whitby, Grimsby, Scrooby, Derby). Le préfixe by de by-law est identique au suffixe –by des noms de lieux. Alors que by-law semble se conformer au schéma de by-wood ou de by-story, il s’écrivait autrefois birlaw ou burlaw. En islandais, boer et byr, qui signifiaient une ville ou un village, sont apparentés à bua (demeurer), qui partage son radical avec l’anglo-saxon buan (cultiver, labourer). Dans tous ces emplois, BY possède la même origine que BEpréverbe qui, précisons-le, permettait dès le vieil-anglais, de former notamment des dérivés avec le sens de « around », mais aussi de « off » ou « away ». Nous reviendrons sur ce dernier facteur lorsque nous traiterons des énoncés passifs.4 Parmi les dérivés véhiculant le sens de « around », Toupin cite :

Beclingan: becling, surround, inclose.
Befealdan: fold, infold, clasp, involve, surround.

6C’est toujours ce même BE- qui permet à un verbe de passer du statut de verbe intransitif à celui de verbe transitif. Ainsi bereotan (deplore) est construit sur reotan, qui signifie, « lament », « wail », « weep ». Il permet également de former des dérivés transitifs dénominaux ou déadjectivaux :

Behorsian: deprive of a horse.
Befylan: befoul, defile, pollute, make filthy.

2. BY en contexte

7Du sémantisme originel « around », BY a gardé la valeur d’un certain cinétisme ou du moins une valeur d’approximation : She is sitting by the fire ou I’ve got that book by me (Je l’ai sous la main/non loin de moi) renvoie à la mouvance de « I ». Il ne s’agit pas de faire comprendre que le livre est dans la poche du vêtement mais dans un périmètre réduit autour de l’énonciateur :

(1) No pills or powders or capsules or fluids were found in his cell other than the small supply of trinitrini tablets which he was allowed to keep by him in case of an angina attack.

8By indique une proximité par rapport à l’énonciateur, mais sans aucune direction particulière, d’où le lien avec la valeur origine de circularité (« around ») (cf. 1). A partir de là, un circuit envisagé peut très bien ne pas épouser cette circularité approximative mais la contourner :

(2) "Just dropped by to say hello, Miss Stevens. We’re neighbours, y’know."

9On retrouve ici la valeur de distance réduite, à laquelle s’ajoute celle d’un passage, qu’il soit géographique ou réinvesti au sens figuré :

(3) He went by London.
Il est passé par Londres.
(4) It is two o’clock by my watch.
Il est deux heures à ma montre.
(5) By my calculations.
D’après mes calculs.

10Nous développerons plus loin cet aspect de BY, mais disons d’ores et déjà qu’en (4), il est deux heures en passant par les critères que me fournit ma montre. By my calculations implique « Si l’on suit, si l’on se fie à mes calculs » :

(6) He knew that Kennan was his only hope of getting medical attention, and by his standards it seemed logical enough that there was an unspoken threat as to the consequence of failure to answer.
(7) It is two o’clock by my watch.
(8) Is it all right by you?
(9) By comparison with the manner in which he had dispatched Henry Mansell the elimination of a little spiv from Brighton seemed an easy undertaking… once he’d set his mind to it.
(10) Obviously he met someone, either by chance or by arrangement. Whichever way it was, that person had a gun and he managed to persuade Father to drive along that quiet stretch of road….
(11) "If he’s guilty I’ll go through anything to get him convicted."
"Why?" he asked again. "I can tell by your voice that it means a lot to you, but I’m damned if I can see the reason."
(12) At the table, littered with a motley collection of articles, ranging from empty beer bottles to discarded articles of clothing, sat the man known only by the appellation of Gaffer.
(13) There is no doubt, by the way, that Wynter was devoted to his wife, to the extent that in her view he would never have agreed to divorce her ; and in spite of his illness he might well have lived for many years after his release from Nottsville. (soit dit en passant)
(14) She swears by organic food. (→ en passant par, en m’en référant à)
Elle ne jure que par la nourriture biologique.

11By his standards implique « si l’on passe par ses critères ». De même, by my watch implique : « Si l’on se fie à ma montre », « en passant par ma montre ». La structure X by comparison with Y relativise ce qui est dit en X et le fait passer par, oblige à le considérer à l’aune de, Y.

12En (10), le hasard ou l’arrangement sont les vecteurs de la rencontre. Des traductions possibles de (11) sont d’après ta voix/si je me fie à ta voix. Etre connu sous le nom de G. fait de G. un instrument, un moyen : celui de se faire passer pour G. By the way trouve une traduction métalinguistique dans soit dit en passant.

13En disant By Jove, l’énonciateur fait passer son propos par l’autorité de Jupiter. Ce qui est énoncé l’est à travers Jupiter, en s’en référant à lui comme garant de véracité, tout comme le français par Jupiter, par est directement issu du per latin. L’exemple (14) implique qu’elle s’en réfère toujours à, que ses références passent toujours par, la nourriture biologique.

14Dans l’expression du temps, BY ne se réduit pas à un simple IN, même si le français, ne disposant pas d’outils identiques, est parfois obligé de ne pas rendre compte de la nuance entre les deux prépositions :

(15) By 2009 he will have finished his painting. (en 2009)
(16) By tomorrow, he will be with us. (demain)

15In 2009 ou Ø tomorrow auraient posé un point de repère ponctuel pour la prédication. By définit un délai, c’est-à-dire l’espace temporel entre T0 et 2009/tomorrow. Dans les deux cas, l’énonciateur fixe une date limite. Plus exactes seraient des traductions comme d’ici 2009 ou encore en 2009 au plus tard. La valeur de cinétisme de BY refait surface ici, de même que se confirme la valeur de distance par rapport à un point de repère.

16En apparence sans rapport avec by tomorrow, les segments by degrees ou by inches présentent les limites maximales ou encore les critères à l’aune desquels va s’effectuer la progression :

(17) He slapped himself in the face and cuffed the sides of his head. Then by degrees the rotating objects slowed, and coming into focus took the form of the furnishings in Dan Brown’s living room.
(18) But by pressing the tiller hard over and at the same time dropping the small sheet of wet canvas, Bill cleared the corner of the pier by inches.

17Nous sommes à deux pas de la valeur de confrontation qui permet d’établir un calcul ou une estimation :

A room four metres by five : une pièce de quatre mètres sur cinq.
Wider by a metre : plus large d’un mètre.

18Dans le premier cas, il s’agit de mettre en regard deux mesures / dimensions. Dans le second, by a metre donne à comprendre et permet d’estimer dans quelles proportions il faut interpréter le surcroît de largeur.

19Les constructions BY + Ving possèdent un dénominateur commun :

(19) By leaving early he missed the rush.
En partant de bonne heure il a évité la foule.
(20) By saving hard he managed to buy a small flat.
En économisant beaucoup, il a réussi à s’acheter un petit appartement.

20Dans chacun des cas, l’énonciateur souhaite atteindre un objectif, et va pour cela devoir contourner une difficulté ou mettre en œuvre un certain savoir-faire. La notion de difficulté peut ne pas s’imposer au premier chef. L’étape en-deçà peut très bien être celle du moyen, de la manière ou de la méthode à utiliser :

To do something by hand/by machine.
He came here
by bicycle/by bus/by rail.

21Ces exemples sont proches de (19) et (20) : à chaque fois, ne s’agit-il pas d’avoir recours à une technique ou à un moyen de transport pour venir à bout d’une situation ?

What do you mean by that?

22Nous avons là le type même d’énoncé où il apparaît nettement que la valeur originelle a donné lieu à un enchaînement de valeurs aboutissant à un kaléidoscope sémantique. What do you mean by that? est passible de plusieurs interprétations : « Que voulez-vous dire au moyen de ce mot ? / à travers ce mot ? / en utilisant ce mot ? »

23La construction by oneself fait appel aux deux principales dimensions sémiques de BY :

(21) He lives by himself : (tout) seul.

24Ici le sens premier « around » affleure : by renvoie à la notion « à côté de/aux côtés de », l’implication étant qu’il ne vit pas aux côtés de quelqu’un d’autre, mais aux côtés de lui-même.

(22) You must learn to make your bed by yourself: tout seul.

25Le français par tes propres moyens/par toi-même suggère que by renvoie sinon à un moyen, du moins à un canal : au moyen de toi-même, par le biais de ton propre savoir-faire :

(23) Violet: Why ever didn’t you let us know you were coming, you silly boy? Your mother should have been at the station to meet you. The idea of a child like you wandering all over London by yourself. I never did. How ever did you get in? By the garden, I suppose
[…] Where’s your trunk and your tuckbox?
Ronnie: Upstairs. The taximan carried them up –
Violet: Taximan? You took a taxi. (Ronnie nods.)
All by yourself? (Terence Rattigan, The Winslow Boy, p. 2)

26Le lien entre les deux sens principaux de by oneself affleure dans cet exemple : by yourself implique ici à la fois « tout seul » et « par tes propres moyens », sans autre soutien que toi-même. La manière et le moyen ne constituent que deux facettes d’un même sème : l’enchaînement How…By… est éclairant. Cet exemple illustre également la proximité avec He is paid by the hour, by the hour énonce le critère, et en quelque sorte l’instrument de mesure nécessaire au calcul du salaire.

27De même, dans eggs are sold by the dozen, la douzaine constitue le moyen de calcul par lequel les œufs vont pouvoir être écoulés. Là encore, by énonce le critère autour duquel la vente va s’organiser. Plus exactement, by introduit le critère par lequel il faudra passer pour que la vente soit conforme aux repères habituels. D’ailleurs l’occurrence de the atteste le caractère institutionnalisé de ce mode de vente. De manière parallèle,

(24) Traffic was building up by the minute. (Les bouchons sur les routes devenaient de plus en plus nombreux de minute en minute),

28implique que chaque minute est l’occasion pour la circulation de devenir de plus en plus dense : à chaque minute l’état de la circulation marquait une évolution. Somme toute, BY fixe des limites, il balise une démarche. On retrouve ici la notion de périmètre à ne pas dépasser ou non dépassé, sans pour autant aboutir à celle de point fixe.

29En raison de son programme sémique originel, BY ne conviendra pas pour situer un espace ou un lieu ponctuellement. C’est AT qui sera chargé de ce rôle, BY indiquant une distance spatiale, temporelle ou métaphorique parcourue ou à parcourir. Ainsi, les paraphrases les plus proches de by day et de by night sont « during the day » et « during the night » :

We preferred travelling by night/during the night.

30Qui plus est, autant at night permet à l’énonciateur de réaliser une datation (Paris is unusual at night), autant by night a un pouvoir métaphorique supérieur. Cette fois il ne s’agit pas seulement de situer un événement dans le temps. Parce qu’il garde mémoire de « around », by crée littéralement une aura autour de la notion « nuit ». Paris at night n’aura guère pour rôle d’attirer le touriste ; c’est à Paris by night qu’est confiée cette mission. By ne renvoie pas uniquement à un espace temporel, mais à ce qui est autour métaphoriquement, à ce qui va avec, à tout ce qu’ils impliquent dans l’imagination collective. Nous ne sommes pas loin de la différence entre Ø une belle nuit d’été et par une belle nuit d’été.

31L’agencement classique d’une structure à sens passif illustre le plus clairement le statut d’un syntagme prépositionnel en BY : la place dévolue à by Y dans la chaîne linéaire indique de manière iconique sa subordination à une proposition :

X was hit by Y.

32De fait, by Y occupe rarement la première position :

(25) He must have entered the house by the back door.
(26) Your clothes will be ready by Thursday.
(27) He goes to school by bus.

33Déplacer en tête le segment en by réoriente la valeur du message :

(25a) By the back door he must have entered the house.

(26a) By Thursday your clothes will be ready.

34Dans le premier cas, c’est par la porte de derrière qu’il est entré. Dans le deuxième, by Thursday est soit attiré par le contexte-avant soit mis en vedette par son passage en tête.

35Quant à des énoncés comme By the back door did he enter the house ou a fortiori By bus does he go to school, ils relèvent d’une stratégie stylistique particulièrement marquée.

36En revanche, l’exemple suivant n’est le fruit d’aucune restructuration : simplement there n’apparaît pas en surface devant was :

(27) Like many of the other rooms in the House, this was panelled. By one side of the fireplace was a door which looked as if it might lead to another room.

37Dans les structures à sens passif, l’absence du complément d’agent introduit par by témoigne bien du caractère facultatif de l’agent lorsque l’énonciateur ne peut ou ne veut le mentionner, ou encore lorsqu’il est considéré comme trop indéterminé ou non porteur d’une information suffisamment conséquente :

(28) Fifty feet or so beyond it; a lost or abandoned water ski floated bottom up, but there were no pleasure boats to be seen on the lake; just a stem-end view of the county launch on its way over to Leech’s Landing. (Salinger, «Down at the Dinghy», Nine Short Stories, p. 79)
(29) Boys tend not to be penalized for calling out answers and taking risks; girls who do the same are reprimanded for being rude. (Newsweek)
(30) […] a retired colonel named Varney, who was reported to be an invalid, and certainly was never seen to go abroad. (G.K. Chesterton, The Secret of Father Brown, p. 57)
(31) After the formal evidence had been given by the policeman who had found the body and the surgeon who examined it, Mrs. Salmon was called. (Graham Greene, «The Case for the Defence», English and American Short Stories of Today, p. 112)

38Dans le dernier exemple, non seulement les compléments d’agent sont chargés de sens, mais la mention du policier et du chirurgien à droite sur la chaîne linéaire, et donc en place sémique, en accroît le relief. Il s’ensuit que seuls se trouvent mentionnés les compléments d’agent qui en valent la peine.

  • 5 F. Toupin, 2006, p. 75.

39Littéralement, une structure passive n’est-elle pas une formulation détournée d’une structure à la voix active ? On se souvient que «off» figurait parmi les sens primitifs de BY. Or, comme le fait remarquer à juste titre F. Toupin, « la diathèse passive a comme caractéristique d’exclure l’agent de la relation predicative ; cela s’opère par la sélection du terme but de la relation primitive pour construire le premier argument ».5 Cette sélection et cette exclusion de l’agent se fondent sans nul doute sur les virtualités clivantes dont BY est porteur.

  • 6 H. Adamczewki, 1992, p. 212.

40Adamczewski souligne que « de l’idée de proximité on est passé à celle de cause, origine, instrument ».6 Cette remarque suggère, selon nous, que la proximité de deux événements ou de deux entités concrètes ou abstraites incite à établir un lien entre elles, qu’il soit causal, instrumental, ou qu’il renseigne sur l’origine ou la manière. Dès lors, un rapprochement logique s’effectue avec le complément d’agent, dont le rôle consiste à énoncer de quelle manière, c’est-à-dire par quel moteur un événement est généré.

41Parce qu’elle n’est pas automatique, la greffe du segment en by sur la proposition principale finit par faire saillance. L’agrammaticalité de (24a) est instructive :

(32) Je n’ai pas pu lui téléphoner car j’ai été prise par le temps.
(32a) *Le temps m’a prise.

42La valeur justificative de l’énoncé requiert une structure passive ; en d’autres termes, tout énoncé passif étant orienté vers le sujet grammatical, c’est bien je qui est en cause ici grâce à sa première place dans la chaîne linéaire.

43Ce facteur nous amène à considérer la différence entre by et une préposition concurrente :

I was surprised at/by his behaviour.
I was alarmed at/by his behaviour.

44Avec at, ce sont surprised et alarmed qui font l’objet principal du message. By quant à lui fait porter l’accent de phrase sur le groupe prépositionnel : son comportement était tel qu’il m’a surpris/qu’il m’a alarmé. By fait clairement de his behaviour la cause de la surprise ou de l’inquiétude : nous avons là un véritable « détour » causal.

45Après les verbes ou adjectifs où by et with sont en concurrence,

(33) To her great relief they arrived at the cluster of little houses where Hubert had been living to find the old man stowing in leisurely fashion his few possessions into a ramshackle and incredibly ancient car, surrounded by innumerable friends and relatives.
(34) Then again, Monsieur V, owing to family troubles, had written to the local paper and the superintendent of police, informing them that he was on the point of committing suicide, and gratefully leaving his house appurtenances and utensils to the superintendent. Monsieur V’s house was immediately surrounded by firemen and other officials, but there was no Monsieur V.

46by confère au groupe nominal qui le suit une valeur agentive ou encore instrumentale, là où with reconduirait la dimension comitative contenue dans surrounded. On s’explique ainsi que surrounded se combine majoritairement avec by, alors que surround oneself appelle with :

He loves to surround himselfwith family and friends.

47D’ailleurs, by ne peut permuter avec un éventuel with dans by means of combinaison à valeur instrumentale par excellence :

(35) The question startled my secret thoughts ; but before I had time to formulate a discreet answer the Indians were all over us and though I was able by means of a trick practised in equally repugnant circumstances to floor the first three who attacked the situation got out of hand.

3. BY composante d’une combinaison lexicalisée

48L’association constituée par passer-by représente la version substantivale de somebody who passes by. Passer-by garde ainsi mémoire de la construction verbale, ce qui n’est pas le cas de la structure by-N. (?)A by-passer, par association avec by-law, by-play

(36) There was some by-play going on on the stage.

ou avec by-wood, aurait fait appel à la notion de secondarité, ce qui naturellement n’aurait pas fait sens.

49En revanche, passer-by véhicule le concept de proximité, concept qui affleure dans side by side. De ce point de vue, on pourrait se demander si nearby forme une redondance :

(37) Later I heard in a roundabout way that he was visiting a nearby widow and her daughter, both considered to be well off in property and gilt-edged investments, and above criticism.
(38) She was shocked awake, nerves leaping, at the sound of a carriage door being opened nearby. She lay still, waiting, her hands gripping her handbag.

50Cette hypothèse ne nous semble pas viable dans la mesure où by véhicule le sème « around » et donc véhicule sa spécificité par rapport à near : le français alentour ou aux alentours est éclairant. Au sens premier, BY renvoie à la périphérie :

(39) He was sitting close by her side.
(40) The sun was no longer shining and it was dark across there by the trees, but I thought I had seen something move.

51Dans close by her side, l’adjectif close lexicalise la valeur que by introduit au plan grammatical.

52La notion d’une distance limitée par rapport à un point de repère permet la construction by and by, by matérialise une étape, si bien que by and by finit par renvoyer à un avenir proche.

53Whereby (par lequel, au moyen duquel) appelle la confrontation à by which. Dans whereby, le passage de by à droite ainsi que sa soudure à l’opérateur en WH-font de whereby une configuration à statut second par rapport à by which :

(41) Nonetheless, when one partner is completely unsuspicious, there is, I believe, a good deal to be said on humane grounds for at least dropping a hint. In fact, the simple ruse we employed succeeded handsomely, thereby confirming the theory we had formed as to the only possible method by which this perplexing murder can have been committed.
(42) He kept trying for the heart when he should have gone for an exposed wrist or arm. His tie was flapping loose now ; his hat was gone and his shoes were dusty. His face was shiny and sweating ; so was mine, no doubt. He came in again, and as I parried I realized that he was tiring : his point was far out of line. There’s an old trick whereby you can, theoretically, disarm a man if he’ll stand still for it. […] I made a sharp counter-clockwise circle with the cane I’ve forgotten the technical name of the manoeuvre catching that wide point and spinning it around, twisting the weapon in his grasp…

54Dans (41), by which atteste l’incompréhension de l’énonciateur quant à la méthode employée : perplexing s’en fait l’écho sur le plan lexical. By which représente la version analytique de whereby. En effet, en (42), la ruse par laquelle il est possible de désarmer un homme est d’autant mieux connue par l’énonciateur qu’elle est vieille comme le monde. On notera avec intérêt que le passage du prétérit au présent confère à l’énoncé une valeur atemporelle par opposition avec l’énumération des faits passés qui précède.

On entrevoit ici un parallèle avec
He repaired the roof the tiles of which were broken.
He repaired the roof whose tiles were broken.

55La configuration clivée of which constitue un premier niveau de construction par rapport à l’opérateur whose porteur d’une soudure où of morphème libre, a cédé le pas à –s, morphème lié. Par le passage de WH- à TH-, thereby parachève ce que wherby avait commencé. De même le français ainsi compacifïe et contribue à grammaticaliser au moyen de quoi, construction atomisée dans ses composantes.

4. Conclusion

Nous conclurons sur une note contrastive:
His name was a byword for meanness.
Son nom était synonyme d’avarice.

56Avec BY, l’énonciateur ne peut jamais se situer au centre d’une notion donnée. Dire que son nom était devenu synonyme d’avarice ne constitue qu’une manière parallèle ou détournée d’appréhender la notion. Nous avons vu que by n’oblige pas à se situer systématiquement à la périphérie mais propose un canal à emprunter, ce qui le différencie de IN ou même de AT. En ce sens, by ne permet pas la construction d’une identification.

57Enfin, nous n’avons pas cherché ici à confronter BY à d’autres prépositions. Ceci nécessitera une étude spécifique et un approfondissement de notre réflexion.

Top of page

Bibliography

REFERENCES

Adamczewski, H., 1992, Les clés de la grammaire anglaise, Paris, Colin.

Bosworth, J., An Anglo-Saxon Dictionary, edited and enlarged by N. Northcote Toller. Oxford, O.U.P. 1st ed. 1898, reprinted in 1997.

Bradley, H., 1995, A Middle-English Dictionary, Oxford, O.U.P..

Cherchi, L., 1986, La grammaire anglaise au fil des textes, Dijon, éditions de l’Aleï.

Crepin, Α., 1994, Deux mille ans de langue anglaise, Paris, Nathan.

Delmas, C., 1985, Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain, thèse d’Etat, Paris III.

Fraser, T. Κ. H., 1985, «Etymology and the lexical semantics of the Old English preverb be-«. J. Fisiak (ed.), Historical Semantics, Historical Word-Fromation. Berlin, New York, Amsterdam : Mouton.

Freeborn, D., 1992, From Old to Standard English, Univ. of Ottawa Press.

Gilbert, E., 2003, « Across, by et through. Considérations sur les conditions de représentation métalinguistique des prépositions », Presses Universitaires du Mirail, Anglophonia n°14.

Groussier, M.-L., 1997, « Prépositions et primarité du spatial : de l’expression de relations dans l’espace à l’expression de relations non-spatiales. » Faits de langues 9, Paris, Ophrys.

Mitchell, Β., 1978. « Prepositions, adverbs, prepositional adverbs, postpositions, separable prefixes, or inseparable prefixes, in Old English ? », Neuphilologische Mitteilungen 79, 240-57.

Onions, Ch. T. (dir.), 1966. The Oxford Dictionary of English Etymology, Oxford, O.U.P.

Oxford English Dictionary, 2nd ed., 1989, Oxford, Clarendon Press.

Quirk, R., GREENBAUM, S., LEECH, G., SVARTVIK, J., 1985, A Comprehensive Grammar of the English Language, London, Longman.

Skeat, Walter W., 1910, An Etymological Dictionary of the English Language, Oxford, Clarendon Press.

Strang, Β., A History of English, London and New York, Routledge, 1970.

Swan, M., 1995, Practical English Usage, second edition, Oxford, Oxford University Press.

Toupin, F., 2006, « Le préverbe BE- du vieil-anglais », Travaux de Diachronie III, Presses Universitaires François Rabelais.

Toupin, F., 2001, «Was Deicticity a Semantic Component of the Old English Motion Verb Cuman?», Bulletin des Anglicistes Médiévistes n° 60.

Tyler, Α., Evans, v., 2003, The Semantics of English Prepositions, Cambridge, C.U.P.

CORPUS

Chesterton, G.K., The Secret of Father Brown, London, Penguin, 1954. English and American Short Stories of Today, Paris, Presses Pocket, 1986. LOB Corpus.

Newsweek.

Rattigan, T., The Winslow Boy, London, Longman, 1991.

Salinger, Nine Short Stories, New York, Bantam, 1964.

Spark, M., The Comforters, London, Penguin, 1957.

Top of page

Notes

1 E. Gilbert, Anglophonia n° 14.

2 C. Delmas, p. 637.

3 A. Crépin, p. 134.

4 F. Toupin, 2006.

5 F. Toupin, 2006, p. 75.

6 H. Adamczewki, 1992, p. 212.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne-Marie Santin-Guettier, « Quelques réflexions sur BY en anglais », Anglophonia/Sigma, 11 (22) | 2007, 117-128.

Electronic reference

Anne-Marie Santin-Guettier, « Quelques réflexions sur BY en anglais », Anglophonia/Sigma [Online], 11 (22) | 2007, Online since 13 December 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/800 ; DOI : 10.4000/anglophonia.800

Top of page

About the author

Anne-Marie Santin-Guettier

Université du Maine

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org