Skip to navigation – Site map

Approche lexico-cognitive des "mots en kn-’" du vocabulaire anglais

Line Argoud
p. 129-143

Abstract

In the English lexicon, I explore the class of lexical items beginning with kn- (phonologically/n/in contemporary English). The overall objective is to show that the semiological invariance of this henristically-formed class corresponds to a notional invariance within a particular subset of ‘kn- words’. I claim that kn- is the surface mark of a submorphemic invariance whose source may be traced back to the conceptualization of body joints, emblematically represented by the ‘knees’.

Top of page

Full text

1. Démarche

1Nous proposons d’étudier la classe des ‘mots en kn-, formée selon des critères heuristiques : ces mots présentent une invariance sémiologique, celle du groupe consonantique kn- à l’initiale. Notre objectif est de tenter de montrer que l’invariance sémiologique de cette classe véhicule une invariance notionnelle en profondeur : kn- serait la trace en surface d’une invariance submorphémique qui tire ses racines de la représentation mentale de toute articulation corporelle, dont les genoux (knees) sont des représentants emblématiques. Notre étude comprendra quatre cadres d’analyse :

    • 1 The Oxford English Dictionary, 2ème éd., 1989.
    • 2 The English Dialect Dictionary (Wright 1898-1905).

    le plan lexicologique : nous partons des bases lexicales de deux dictionnaires, l’OED1 pour l’anglais contemporain, et l’EDD2 pour l’anglais dialectal de la fin du XIXème siècle. L’état de la langue reflété dans l’EDD offre des traces plus marquées des corrélations que notre hypothèse de départ vise à établir entre invariance formelle et invariance notionnelle. Notre étude porte sur 48 mots : l’ensemble des mots présentant le groupe consonantique kn- à l’initiale. Nous n’avons conservé que les noms et les verbes, et éliminé les formes dérivées par suffixation ou composition : ainsi l’adjectif knappish, noté «formed on KNAP + - ish», le nom knapper, noté «formed on KNAP +-er», ou le nom knick-knack, formé par composition à partir de la base lexicale KNACK ne feront-ils pas partie de notre corpus. Ont également été éliminés les variantes aspectuelles des verbes (comme knabble, noté «diminutive of KNAB») et les mots dérivés d’un nom propre (knickerbocker).

  • l’analyse sémantique : à partir des traits définitoires fournis dans les entrées de ces deux dictionnaires, nous recenserons et classerons les sens que prennent les différents mots. Nous tenterons de montrer que ceux-ci sont des manifestations sémantiques de trois notions, et soulignerons les liens qu’elles entretiennent.

  • l’analyse étymologique indiquera éventuellement un troisième type d’invariance, l’invariance diachronique.

  • l’approche cognitive : nous proposerons une description de la façon dont le cerveau conceptualise les référents désignés par les membres de la classe des ‘mots en kn-’ ; en particulier la représentation mentale plausible des genoux. Nous tenterons d’expliquer les phénomènes observés à la lumière d’une approche cognitive.

2. Considérations théoriques

2.1 Modèle cognitif : les différents niveaux de représentation

2L’esquisse du modèle cognitif que nous proposons s’appuie sur les travaux de Culioli (1990), de Sweetser (1990), et de Gärdenfors (2000).

3En évoluant progressivement du niveau de la langue vers un degré d’abstraction de plus en plus élevé, nous proposons de distinguer trois niveaux de représentation : les représentations symboliques (association d’une forme phonique à un sens) ; le ‘domaine notionnel’ qui structure la notion (nous identifions trois notions : COUP, MASTICATION et PROTUBERANCE) ; et l’espace conceptuel que nous nommerons <ARTICULATION CORPORELLE>.

2.2 Monosémie, polysémie et homonymie

4Pour le lexicographe, la distinction monosémie / polysémie / homonymie est essentielle, puisqu’il doit agencer et structurer ses entrées en fonction de ces critères. Traditionnellement, une forme lexicale est monosémique si elle ne correspond qu’à un sens ; alors que la polysémie consiste en l’association de deux ou plusieurs sens reliés entre eux et à une forme lexicale unique. Si, enfin, les sens ne semblent pas présenter de relation particulière, ils sont compris comme totalement indépendants les uns des autres et il y a homonymie graphique ou phonique.

5En ce qui concerne ‘les mots en kn-’, nous observons une tendance marquée à la polysémie et /ou à l’homonymie. Par exemple, au sein de la sous-classe des ‘mots en kn-’ désignant des parties du corps, un même mot désigne plusieurs d’entre elles (knob peut désigner en anglais dialectal le coude, le nez, la tête et au pluriel les orteils, cf. EDD). De surcroît, une même partie du corps peut être désignée par plusieurs mots : six mots pour la tête, trois pour les orteils, neuf pour un renflement sur la peau, etc.

6Un mot polysémique correspond en principe à une seule entrée dans le dictionnaire ; les définitions sont structurées en fonction de la fréquence et du caractère ‘originaire’ des sens qu’elles attestent, et souvent le lexicographe indique le lien entre celles-ci de façon sibylline («transferred sense» ou « figurative application ») ou plus explicite (pour knee (OED) : «something resembling the knee in position or shape»).

7Cependant, bien que, comme nous le soulignerons plus loin, les remarques du lexicographe puissent constituer de solides indices qui nous mettent ‘sur la voie’ lors de l’approche cognitive, elles s’inscrivent dans une approche traditionnelle critiquable sur un point majeur : la notion de lien entre les différents sens n’est pas assez explicite et relève de la subjectivité.

8Pour notre recherche, il semble donc que rester au niveau des sens actualisés, c’est vite se heurter à des limites qui occultent la véritable motivation pouvant rendre compte de l’homonymie et/ou de la polysémie des formes. On prend vite conscience de ces limites dans ce que Taylor appelle le caractère circulaire des définitions. Si l’on s’en tient à la définition de knife «an instrument with a blade and a handle used for cutting», on ne pourra distinguer le référent de knife de tout autre instrument coupant qu’en posant que la lame doit être propre au couteau (‘knife-type blade’), le manche aussi (‘knife-type handle’), et de même pour la façon de couper (‘cutting knife-wise’) ! (Taylor 2003 : 38). En ce qui concerne les ‘mots en kn-, on observe la même circularité, un mot tirant sa définition d’un autre et ainsi de suite. Par exemple, pour knur, «a lump, a knob», pour knob, «prominent isolated mount or hill, a knoll», etc.

9Il nous faudra donc aller au-delà du niveau sémantique et envisager les opérations de représentation et de catégorisation. Car nous appréhendons les catégories de façon holistique, dans le cadre de notre interaction avec le monde, bien au-delà des traits définitoires contenus dans les définitions. «We do not understand categories by breaking them down into their components, neither do we ‘build up’, or ‘assemble’ categories out of their defining features, of the kind that might be contained in definitions» (Taylor 2003 : 38). Il s’agira donc de découvrir quelle motivation sous-tend la polysémie et/ou l’homonymie, c’est-à-dire de tenter d’expliciter au niveau cognitif les liens entre les divers sens d’une même forme, même si ceux-ci paraissent au premier abord très éloignés.

2.3 Métaphore conceptuelle et hypothèse de l’invariance

10Nous nous appuyons sur la théorie élaborée par Lakoff et Johnson dans leur ouvrage fondateur, Metaphors We Live By (2003), ainsi que sur les recherches de Lakoff (1987 et 1990), celles de Heine (1997), de Wilkins (1996), et de Fauconnier et Turner (2002).

11Ces approches reposent entre autres sur la notion de projection conceptuelle métaphorique : pour rendre compte de son interaction avec le monde, l’une des stratégies de modélisation mises en œuvre par l’esprit humain consiste à opérer une projection mentale d’un domaine source vers un domaine cible. Cette projection est déclenchée par la perception d’une communauté de propriétés topologiques entre les deux domaines, et se fonde sur des corrélations que l’esprit établit entre ces derniers : «The heart of metaphor is inference. Conceptual metaphor allows inferences in sensory-motor domains to be used to draw inferences about other domains» (Lakoff & Johnson 2003 : 244).

12Les inférences opérées par l’esprit à partir des propriétés intrinsèques du référent dans le domaine source sont transférées globalement au domaine cible : «The invariance hypothesis claims that the portion of the source domain structure that is mapped preserves cognitive topology» (Lakoff, 1990 : 54).

13Pour notre étude, nous retiendrons brièvement que les travaux sur lesquels nous nous appuyons posent que :

  • le sens d’un mot est une (seule) entité unifiée et structurée.

  • le mécanisme fondamental qui permet de rendre compte de la polysémie est la projection conceptuelle par métaphore ou métonymie.

  • les liens que nous recherchons ne pourront être appréhendés qu’à un très haut niveau d’abstraction.

3. Analyse sémantique

3.1 Sens les plus fréquents

14Pour les noms, deux sens occupent très souvent la première position : « sommet d’une colline, crête d’une montagne » ; et d’autre part « coup violent / bruit d’un coup sec ». Pour les verbes, deux sens sont prépondérants : « frapper, battre / frapper d’un coup qui résonne, tel qu’avec le poing ou un objet dur », et « mordre, grignoter ».

15En ce qui concerne les mots possédant un sens renvoyant à COUP, il est parfois mentionné qu’il est difficile de faire la part des choses entre l’action proprement dite et le bruit qui en résulte : knap, par exemple (OED). Nous reviendrons sur cette remarque dans notre analyse cognitive, le « résultat du coup » pouvant aussi être le gonflement qui se forme sur la peau si le coup est porté sur le corps.

3.2 Délimitation de trois « domaines notionnels »

16Nous nous inspirons de la Théorie des Opérations Énonciatives proposée par Culioli pour ce qui est du concept de ‘notion’. À partir des sens que prennent les mots, nous pouvons établir trois sous-classes de ‘mots en kn-’, selon si le sens du mot renvoie à la notion de PROTUBERANCE, de COUP (acte ou bruit), ou de MASTICATION. 70 % des ‘mots en kn- ont au moins un sens renvoyant à la notion de PROTUBERANCE, 59 % à celle de COUP, et 14,8 % à celle de MASTICATION.

17Dans l’ensemble du ‘foisonnement’ que mentionne Culioli, il nous est possible de préciser quelques propriétés constitutives du domaine notionnel de PROTUBERANCE : ce qui fait saillie, dépasse par rapport à un support, avance sous une forme arrondie ou anguleuse, tout ce qui vraisemblablement frappe l’esprit comme se détachant d’un fond uniforme.

18La notion de COUP renvoie à l’idée générale de la collision produite par un corps en mouvement qui vient en frapper un autre. Si on considère le procès dans son ensemble, on va toucher à la cause du choc, aux caractéristiques de l’agent qui déclenche le coup, à son déroulement, ce qui inclut l’itération, et enfin à ses conséquences ou résultat : les notions de PROTUBERANCE et de COUP sont intimement liées, le procès pouvant être envisagé à différents moments. Il n’est donc pas étonnant que les manifestations sémantiques de ces deux notions pour un même mot, knoll par exemple, soient des sens aussi divers que « frapper, cogner, en part, sur la tête », « sonner une cloche », ou « renflement sur la peau ».

19Les propriétés constitutives de la notion de MASTICATION sont liées au broyage par les dents et à la pression exercée par les mâchoires ; elles touchent à l’activité de l’appareil buccal. Elles ont trait à l’aspect itératif du procès ; elles incluent également tout ce qui se rattache au fait de couper et séparer une partie d’un entier. Nous verrons plus loin en quoi l’étude étymologique suggère l’idée de liens entre ce domaine notionnel et les précédents.

3.3 Cas particulier :’mots en kn- désignant des parties du corps

20Les parties du corps désignées par des ‘mots en kn-’ sont soit des articulations proprement dites – genoux (knees), articulations des doigts (knuckles), coude, orteils ; soit des parties proéminentes, en général osseuses, dures, et mobiles – tête, cou, nez. Pour les trois articulations coude, genou, et cou, les traits définitoires renvoient à la même représentation mentale : la partie saillante, et non le creux, est mentionnée.

21De plus, comme l’indiquera l’analyse étymologique, deux parties du corps partageant les caractéristiques dégagées ci-dessus sont désignées par les dérivés des deux racines proto-indo-européennes homophones : *genu- ‘genou’ et *genu- ‘mâchoire, menton’ (Watkins 2000 : 26).

22Les différents sens de certains mots établissent de façon explicite une relation entre une partie du corps, un coup qui peut y être porté, et son résultat éventuel, un gonflement sur la peau. En outre, la tête est très fréquemment mentionnée comme destination du coup, souvent pour des formes dialectales obsolètes : citons par exemple knaup : «a lump or swelling on the head caused by a blow» (EDD). Enfin, huit mots, en général obsolètes, ne désignent pas exactement une partie du corps, mais un renflement sur la peau. Les définitions précisent qu’il s’agit du résultat d’un coup, et établissent ainsi une relation causale entre les deux notions : par exemple, knoblock : «the swelling occasioned by a blow or fall» (EDD).

23Les articulations des doigts (knuckles) sont d’importance capitale quant à la notion de COUP. Ce mot apparaît très souvent dans les définitions de verbes (‘en kn-’) signifiant « donner un coup » en tant que cause du coup, et dans celles de noms désignant divers jeux de billes, de balles ou d’osselets (knuckle-bones). Rappelons enfin le premier sens de knock dans l’OED : «To strike with a sounding blow, as with the fist or something hard».

3.4 Vers une approche cognitive

24Les parties du corps désignées par des ‘mots en kn-’ sont toutes saillantes, renflées, ou anguleuses. En outre, de façon récurrente, des traits définitoires de ‘mots en kn-’ désignant des parties du corps renvoient à la notion de COUP : si nous envisageons le procès dans son intégralité, des parties du corps désignées par des ‘mots en kn-’ interviennent soit comme agent causal, soit comme destination ou résultat. À partir des définitions, les liens existant entre les deux notions de COUP et de PROTUBERANCE commencent à apparaître et esquissent la motivation qui existe entre les divers sens pris par les ‘mots en kn-’ dans leur ensemble. Si, de surcroît, nous tenons compte des motivations extra-linguistiques et des propriétés intrinsèques du référent, notre analyse n’en sera que plus fondée. Cependant, avant d’aborder l’analyse cognitive, nous allons examiner quelques considérations d’ordre étymologique.

4. Analyse étymologique

4.1 Etymologies obscures et assemblage hétéroclite

  • 3 Submorphème : «A submorpheme is a term sometimes used to refer to a part of a morpheme that has rec (...)

25Cette classe de mots ayant été constituée sur le seul critère heuristique d’invariance sémiologique, il faut s’attendre à y rencontrer des mots d’origines très diverses. Aux évolutions prévisibles et imprévisibles, s’ajoutent les possibilités d’interférences entre les deux origines germaniques : nordique ou westique. Ces phénomènes ont contribué à faire de la classe des ‘mots en kn-’ un assemblage hétéroclite, dont l’intérêt sur le plan linguistique est assez limité. Cependant, ce sont les données étymologiques qui, derrière les disparités, ont indiqué les pistes à suivre lorsqu’on passe au niveau submorphémique.3

26L’on peut en effet identifier la continuation de deux schémas consonantiques qui se télescopent. L’un provient de la base hypothétique *g(e)n-, qui aurait subi, entre l’indo-européen et le germanique, le dévoisement attendu d’après la loi de Grimm ; l’autre découlerait de la base hypothétique *g(h)en-, qui donne en vieil anglais des ‘mots en gn-’ (n’ayant pas subi le dévoisement qui ne s’applique pas aux occlusives aspirées), que l’on retrouve comme membres de la sous-classe des ‘mots en kn-’ dont le sens renvoie à MASTICATION. D’autre part, Onions apparente l’origine de knuckle à la forme désignant le genou, et suggère ainsi l’idée de liens entre les mots désignant ces deux articulations (Onions 1966 : 509).

4.2 La base hypothétique *g(e)n-

27Watkins signale l’existence, dès le proto-germanique, d’une forme à *gn- initial fondée sur la base hypothétique *g(e)n-. Cette forme, qui serait à l’origine de bon nombre de mots anglais en kn-, est associée à la notion de « To compress into a ball. Hypothetical Indo-European base of a range of Germanic words with initial kn- referring to compact, knobbly bodies and projections and sharp blows ». Les mots qui proviennent de cette forme sont : knop, knar, knob, knock, knell, knoll, knit, knot, knife, et knead. (Watkins 2000 : 26).

4.3 La notion de MASTICATION et la base hypothétique *gh(e)n-

28Les mots de cette sous-classe ont connu un affaiblissement consonantique entre vieil et moyen-anglais : «Initial [gn] had two developments which affected educated speech in the 16th and 17th centuries. In the first, the [g] was lost by a direct process of assimilation to [n]. In the second, [gn] by dissimilation becomes [kn]; thereafter it develops with original kn- through [hn] to [n] and [n]» (Dobson 1968 : 977-78).

29Ces évolutions successives ont entraîné des bouleversements dans le système, dont il ressort que certains membres de ce groupe peuvent être considérés comme provenant de *gh(e)n-, ‘ronger’ : «Hypothetical base of various Germanic forms beginning with gn-», qui aurait donné lieu à gnaw ‘ronger’ (Watkins 2000 : 29).

4.4 Diagramme synthétique de l’évolution de *g(e)n- et de *gh(e)n-

Indo-européen

Proto-germanique

Vieil et/ou moyen anglais

Anglais moderne

*g(e)n-

*kn-

[kn]

[n]

*gh(e)n-

*gn-

[gn] et/ou [kn]

[n]

30Le processus de simplification consonantique [gn] > [kn] > [n] affecte les deux bases, mais il se produit pour les mots issus de *gh(e)n- à période historique, alors qu’il affecte ceux issus de *g(e)n- dès le proto-germanique. Pour *g(e)n-, nous pouvons citer l’exemple de knife : Germanic *kn-ī-b-> OE crīf > knife prononcé [naif]. Pour *gh(e)n-, les dates de première attestation présentées dans le tableau récapitulatif de Philps (2003) nous permettent de citer knap ‘to bite in a short or abrupt way’ : gnap 1303 > knap 1575 (> nap XIXe, var. de knap) (Philps 2003 : 168-69).

4.5 Le cas de know : un intrus ?

31Plusieurs indo-européanistes indiquent que l’étymologie de know l’apparente peut-être à la racine *ĝne(H1)- ‘naître, engendrer’ et à *genu- ‘genou’. Loth et Benveniste font état de la coutume indo-européenne selon laquelle l’acte d’asseoir l’enfant sur les genoux du père était le symbole de la légitimation et de l’adoption. Cahen pense que deux usages distincts (adoption et descendance) se sont télescopés et expliquent que le nom de ‘genou’ puisse désigner ‘la race, la génération’. Onians propose une autre interprétation qui permet de franchir le pas entre ‘génération, race’ et ‘naissance’ : « Je crois plutôt que [ces coutumes] témoignent du fait que le genou était d’une certaine manière considéré comme le siège de la paternité, de la vie et du pouvoir d’engendrer, aussi impensable que cela puisse paraître » (Onians 1999 : 17).

32Enfin, Meillet (1927 : 55) pose l’hypothèse que les racines *g’enə- ‘naître, engendrer’ et ‘*g’en(H3)- ‘connaître, reconnaître’, distinctes à date historique, ont dû à l’origine ne constituer qu’une seule et même forme signifiant ‘connaître, reconnaître’, car *g’enə- ne signifie ‘engendrer’ qu’en un sens essentiellement juridique de ‘reconnaissance d’enfant’.

4.6 La forme indo-européenne *genu-

  • 4 Bien que ces racines apparaissent sous deux entrées distinctes et soient donc considérées comme hom (...)

33Il est tout à fait remarquable de noter que cette forme indo-européenne4 est à l’origine de ang. knee (genou) ET de ang. chin (menton) ; et Mallory et Adams, ainsi que Buck, franchissent la frontière du domaine linguistique en soulignant la relation relevant de la perception visuelle qui unit ces deux parties du corps, à savoir le caractère saillant : «*genu-: in words for ‘jaw’, ‘cheek’, and ‘chin’. Original sense ‘jaw’ and ultimate connection with the word for ‘knee’ through some common notion like ‘angle’, is probable» (Buck 1949 : 243).

34Onians fait un autre rapprochement entre les genoux et les mâchoires, fondé selon lui sur le fait qu’elles étaient reliées à la notion de génération : « La mâchoire inférieure chez les premiers Indo-Européens et d’autres peuples d’époque historique, était spécialement identifiée au pouvoir procréateur » (Onians 1999 : 626).

5. Approche cognitive

5.1 Représentation mentale des genoux et des mâchoires

35Dans toute la littérature qui aborde de près ou de loin la question des relations qu’entretient le cerveau avec le corps humain, même avec des objectifs aussi différents que ceux de Buck par rapport à ceux de Heine, on note que trois facteurs essentiels jouent un rôle dans la façon dont le cerveau conceptualise les parties du corps : la forme, la position relative par rapport à l’ensemble du corps, et la fonction.

5.1.1 Forme

36Le fait que la même forme indo-européenne ait désigné aussi bien les genoux que les mâchoires semble indiquer que la stratégie de nomination de ces deux parties du corps repose partiellement sur des critères de perception visuelle, l’une des propriétés de ces deux parties étant qu’elles « font saillie ». Ceci rejoint les conclusions d’études montrant que la propriété « rond » joue un rôle essentiel dans la structuration du champ lexical des termes désignant les parties du corps dans de nombreuses langues :

These regularities [in the lexical structure of human body-part terms across languages] are based on the perceptual salience of certain shapes and certain spatial dimensions. There are recurrent patterns of nomenclature (e.g. of polysemy and of word derivation) in which the motivating factor appears to be analogy based on shape, especially the features round and (secondarily) long (Andersen 1978 : 368).

37Mais il faut tenir compte ici moins de la vision que de la sensibilité proprioceptive : les parties du corps sont représentées en permanence dans le cerveau grâce à la capacité de celui-ci à s’auto-représenter somatotopiquement. Le « schéma corporel » est comparable à la cartographie sans cesse renouvelée que le cerveau établit pour se représenter le corps humain. À chaque instant et de façon inconsciente, des signaux sont transmis au système nerveux central à la fois par les fibres nerveuses (neurones) et la circulation sanguine. Les propriocepteurs, situés dans les articulations, les muscles ou les tendons renseignent le cerveau sur la position du corps dans l’espace, les mouvements, leur vitesse et direction.

38Tous les aspects de la signalisation somatosensorielle coopèrent pour produire des cartes des aspects multidimensionnels de l’état du corps (Damasio 1995 : 155). La représentation somatotopique, organisation selon laquelle à chaque partie du corps correspond un point situé dans une aire du cortex pariétal, ne consiste d’ailleurs pas seulement en des ‘cartes’ ; mais des informations de différents types semblent converger pour générer des représentations neuronales complexes au niveau du cortex cérébral où le degré d’intégration des informations somatosensorielles est le plus achevé (Bear et al. 1999 : 318 et 330-35).

5.1.2 Relations entre parties du corps et fonction

39Les genoux, comme la plupart des parties du corps, vont par paire. Ils ont aussi la propriété d’être durs et saillants, et peuvent donc s’entrechoquer en produisant un son et une onde qui se propage dans tout le corps. Au niveau sémantique, l’un des principaux sens des ‘mots en kn- est celui de « coup » ou « bruit du coup ». Il manquait l’agent causal : le bruit produit par les genoux qui s’entrechoquent, ou, du moins, ce bruit tel qu’il est perçu et enregistré par le cerveau, avec tout le cinétisme qui l’accompagne.

40En outre, les genoux ont pour fonction de jouer un rôle essentiel dans la marche. Dans l’élaboration du geste, le mouvement est indissociable de la perception sensorielle, et la perception de nos mouvements résulte du traitement simultané de messages provenant de tous les capteurs sensoriels : oreille interne, proprioception, récepteurs visuels et cutanés. Dans le cas de la marche, le cerveau perçoit comme donnée essentielle le déploiement du genou vers l’avant, c’est-à-dire la projection envisagée dans sa dimension dynamique.

41On remarquera que les sens des mots en kn- renvoyant à la notion de COUP confirment l’importance de la périodicité du mouvement : ils évoquent une vibration, la propagation d’un changement d’intensité ; et il n’est pas étonnant que le lexicologue souligne qu’il est difficile de faire la distinction entre le procès proprement dit et sa perception par l’audition. Il s’agit là d’un cas de synesthésie, association spontanée par correspondance de sensations provenant de domaines différents ; à rapprocher pour les réactions neuronales de la kinesthésie, ensemble des facultés proprioceptives synthétisées du corps.

42En ce qui concerne le mouvement des mâchoires lors de la mastication, nous constatons la présence du même trait saillant : la périodicité ouverture/fermeture de celles-ci. MacNeilage observe d’ailleurs que ces mêmes alternances rythmiques de fermeture et d’ouverture des articulateurs de l’appareil phonatoire seraient à l’origine de la production de la syllabe : «With the exception of a few words consisting of a single vowel, virtually every utterance of every speaker of every one of the world’s languages involves an alternation between open and closed configurations of the vocal tract» (MacNeilage 1998 : 503).

43Cette périodicité ouverture/fermeture aurait, selon lui, pour source les fonctions d’ingestion pour lesquelles les appareils articulatoire et phonatoire avaient été conçus ; la pression évolutive les ayant peu à peu utilisés à des fins de communication : «These communication-related frames perhaps first evolved when the ingestion-related cyclicities of mandibular oscillation (associated with mastication (chewing) sucking and licking) took on communicative significance as lipsmacks, tonguesmacks and teeth chatters-displays which are prominent in many nonhuman primates» (ibid. : 499). Selon Studdert-Kennedy également, la différenciation neuroanatomique de l’appareil phonatoire a été initiée par ces mécanismes peu à peu détournés de leurs fonctions originelles :

Our initial hypothesis, following MacNeilage, is that speech, as a motor function, draws on phylogenetically ancient mammalian oral capacities for sucking, licking, swallowing, and chewing. […] Cyclical lowering and raising of the jaw for mastication laid the neural ground for early homologues of the repetitive lip and tongue smacks, calls, and cries that we observe in modern monkeys and apes (2003 :239).

44Enfin, le produit homogène obtenu par broyage des aliments par les mâchoires (alternance ouverture/fermeture) et celui résultant du pétrissage (knead) par la main (alternance pression/détente), où les articulations des doigts (knuckles) jouent un rôle prépondérant, présentent des caractéristiques communes.

45Nous conclurons en rappelant les propriétés saillantes que partagent les genoux, les mâchoires, et les articulations des doigts : en ce qui concerne la forme, les unes et les autres font saillie, dessinent un angle, forment une proéminence dure. Quant à la fonction, ces trois parties du corps ont la capacité de produire un mouvement rythmique, périodique, dont le sens est globalement dirigé ‘vers l’avant’.

5.2 Polysémie de knee : approches selon la CMT et la BT

46Nous proposons de rendre compte de la polysémie de knee (n.) selon deux courants de la linguistique dite ‘cognitive’. Tout d’abord, nous envisageons le phénomène à la lumière de la Conceptual Metaphor Theory (CMT), élaborée par Lakoff. Le sens de knee noté n° 4 dans l’OED, «a joint in an animal likened to the human knee» se laisse interpréter, sur un plan cognitif, comme résultant du processus de projection conceptuelle d’un domaine source, le corps humain, vers un domaine cible, le corps animal, à partir d’inférences fondées sur la forme. De manière similaire, knee va désigner des parties d’objets inanimés présentant le même trait saillant de protubérance, le domaine cible étant cette fois-ci l’environnement « naturel » : cf le sens n° 6 de l’OED : «part of a hill, tree etc. regarded as corresponding to the knee».

47Nous pouvons à présent tenter d’analyser le sens «a piece of timber or metal having a natural angular bend» en appliquant la Blending Theory (BT) de Fauconnier & Turner (2002). Celle-ci envisage la construction par l’esprit d’un ‘blend’, qui résulte du processus de ‘composition’ (projection de contenu provenant de chacun des espaces d’entrée, ‘Corps Humain’, et ‘Objets Inanimés’). Bien que cette représentation ne soit guère plausible si on la transpose dans d’autres espaces, l’esprit parvient à manipuler simultanément dans le ‘blend’ deux conceptualisations : une partie du corps humain est conçue comme faisant partie d’un tout constitué de matière inerte.

48Nous proposons que deux structures émergentes résultent de ce ‘blending’ : d’une part, l’addition d’une dimension directionnelle. Les référents dont knee désigne une partie (rivière, tuyau) sont conceptualisés comme étant parcourus par un flot orienté dans un certain sens, élément qui ne paraît pas exister pour la représentation du genou. De plus, lorsque knee désigne la courbure d’une rivière, par exemple, le ‘blend’ permet à l’esprit d’appliquer à des surfaces les inférences construites à partir de volumes. En revanche, le ‘blend’ compte (au moins) un élément de moins : le cinétisme véhiculé dans la représentation du genou disparaît, du moins en partie, pour les autres référents. La notion d’alternance flexion/extension, capitale en ce qui concerne la partie du corps, ne semble plus entrer enjeu quand knee s’applique à un objet inanimé.

5.3 Groupe consonantique en kn- à l’initiale

49Il semble que ce soit un processus de projection conceptuelle intra-domaine qui permet l’actualisation de la notion dans la nomination d’autres parties du corps à partir d’inférences touchant à la forme, comme en témoignent les sens de ‘tête’ pour knob, knoll, knop, know(e), et knur(r), ‘orteils’ pour knobs ou ‘coude’ pour knap, knob, et knop. Ensuite, c’est comme si la boucle était bouclée avec le sens de ‘genoux’ pour knap et knop. Il y a aussi projection intra-domaine pour les mots qui désignent « tout renflement sur le corps, excroissance sur la peau ». C’est le cas, entre autres, de knoll : « any swelling upon the skin » (OED). Notons ici une sorte de ‘généralisation par association’ (métonymie), où le sens du mot en vient à désigner tout arrondi corporel faisant saillie, et non plus seulement une articulation (saillante et arrondie).

50La projection métaphorique inter-domaine s’effectue entre le domaine source du corps humain et le domaine cible de l’environnement naturel inanimé : kn- désigne des parties d’objets inanimés (‘sommet de colline’), puis, par projection métonymique, l’objet tout entier : ‘colline abrupte/promontoire rocheux’. Ces deux sens sont de loin les plus fréquents dans cette sous-classe, mais sont surtout attestés dans le vocabulaire dialectal obsolète. Quand on passe au sens de ‘tout renflement’ (knur) ou ‘toute protubérance’ (know(e)), la notion de saillance se généralise jusqu’à l’abstraction et l’indifférenciation du référent.

51Entre le coup porté et le résultat perceptible visuellement ou plus globalement, il manque l’agent causal, et celui-ci est mentionné explicitement à plusieurs reprises : ce sont les articulations des doigts (knuckles) ou les poings. Knuckle constitue par ailleurs une parfaite illustration de la différence d’actualisation de la notion selon qu’il s’agit d’un nom ou d’un verbe. Le nom dénote le référent dans sa globalité : «End of bone or joint, forming a more or less rounded protuberance» (OED), alors que le verbe en extrait une propriété saillante liée à l’une des fonctions des articulations : «To shoot a marble» (EDD).

52Selon Langacker, un facteur essentiel entre en jeu dans la distinction noms/verbes lors de la construction du sens : le caractère relationnel ou non-relationnel. Une entité relationnelle implique de façon inhérente l’existence d’une autre entité. Pour Langacker, les verbes sont relationnels, les noms sont non-relationnels : par exemple, un concept verbal ne peut être conçu sans référence à un agent ; le verbe profile les inter-relations entre les entités, alors que le nom profile les entités qui sont interconnectées (Croft & Cruse 2004 : 67-68).

  • 5 Ces « rôles » correspondent aux « cas » de Fillmore, mais se situent en amont du plan linguistique  (...)

53Langacker appelle «billiard-ball model» l’archétype conceptuel présidant à la conceptualisation de l’expérience en termes de « rôles » ;5

The archetypal ‘agent’ role is that of a person who volitionally carries out physical activity which results in contact with some external object and the transmission of energy to that object. The polar opposite of an agent is an inanimate ‘patient’, which absorbs the energy transmitted by externally initiated physical contact and thereby undergoes some change of state. The ‘instrument’ role is that of an inanimate object manipulated by an agent to affect a patient ; it is through the instrument that energy is transmitted from the agent to the patient (Langacker 2002 : 210).

54Cette approche nous permet d’établir plus clairement les relations entre les notions de COUP et de PROTUBERANCE, ainsi qu’avec les parties du corps désignées par des ‘mots en kn-’. Les inter-relations profilées par les ‘verbes en kn-’ (en particulier knead, ‘pétrir’) comprennent d’une part l’agent causal, d’autre part le résultat du procès. Ces deux entités sont fréquemment désignées par des ‘noms en kn-’. Pour l’agent, il s’agit des articulations des doigts (knuckles) et d’un instrument pouvant s’envisager comme le prolongement de la main : le couteau (knife). Les termes définitoires utilisés par Buck (‘percer’) et Mallory & Adams (‘exercer une poussée’) suggèrent qu’à l’origine le couteau était davantage utilisé pour porter un coup que pour couper.

55Les conséquences du coup, ici aussi fréquemment mentionnées explicitement (ex : knurl : « frapper comme pour produire une bosse »), peuvent être désignées par des ‘noms en kn-’ tels que knot ‘enflure, excroissance sur la peau’. Le résultat du coup peut également s’exporter à l’extérieur du corps par le processus de projection métaphorique décrit plus haut. Les définitions mentionnent assez souvent des animaux, et permettent de dégager deux caractéristiques du déroulement du procès : les dents sont exposées, et il est souvent mentionné un coup de dents qui révèle une attitude hostile pouvant s’accompagner d’un grognement. Si nous examinons les différents sens de knack (v.) (OED) ou de knap (v.) (EDD) dans le cadre du regard aspectuel, ces mots renvoient au procès considéré dans son ‘avant’ (origine du coup, une partie du corps : la main ou les dents), dans son ‘pendant’ (déroulement : le coup proprement dit), et dans son ‘après’ (résultat : émission d’un son).

56Les réactions neuronales aux différents éléments du procès sont synthétisées, et l’esprit perçoit et conceptualise à la fois le coup, le bruit du coup (pouvant provenir ici d’un instrument où deux lames métalliques peuvent s’entrechoquer), et/ou son résultat (la coupe). L’extraction de la propriété d’émettre un son est à nouveau investie dans le domaine du corps, appliquée à une partie corporelle contiguë aux dents et aux mâchoires, et permet l’émergence du sens n° 6 pour knack : « parler avec affectation ».

6. Conclusion

57Ainsi donc, il semble que les trois notions qui régissent la classe des ‘mots en kn-’ entretiennent des liens, notamment de nature causale. Par ailleurs, un nombre substantiel de ‘mots en kn-’ désignent des parties du corps qui, de diverses façons, interviennent dans les représentations de procès et d’entités désignés par des mots dont les sens renvoient à ces notions. Caractère saillant, anguleux ou arrondi, dureté et capacité à propager un son, potentialité de coup, de projection ou d’impulsion, lien et articulation de deux parties, possibilité d’activité rythmée et périodique, telles semblent être les caractéristiques de la représentation mentale de ces parties du corps. Nous avons vu qu’en anglais, presque toutes les articulations sont – ou ont pu être – désignées par au moins un ‘mot en kn-. En outre, en allemand, autre langue issue du germanique, la forme Knöchel désigne la cheville ; en norvégien, c’est le ‘poing fermé’, entre autres, qui est dénoté par un ‘mot en kn-’ (knyttneve). En conséquence, nous concluons que le groupe consonantique initial kn- permet d’accéder au concept <ARTICULATION CORPORELLE>, hyperordonné par rapport aux notions PROTUBERANCE, COUP, et MASTICATION.

  • 6 Extraction : Nous proposons d’utiliser ce concept pour décrire une opération comparable à celle ide (...)

58En outre, l’« extraction »6 de certaines propriétés abstraites constitutives de la représentation mentale du genou donne naissance, au niveau linguistique, à divers sens pour knee. Par exemple, les propriétés d’angularité, de lien et d’articulation de deux parties, d’embranchement, de divergence, transférées dans des domaines cibles différents, permettent l’émergence des sens suivants : dans le domaine de la botanique : «a bent joint in some grasses» ; dans ceux de la charpenterie et de la mécanique : «a piece of timber having a natural angular bend, or artificially so bent; also a piece of metal of the same shape» ; dans celui de l’architecture : «the lower end of a hand-rail» ou «the projection of the architrave mouldings» ; dans le domaine de l’anatomie : «in the brain, the part of the corpus callosum that bends» ; dans celui de la représentation géométrique : «an abrupt obtuse or approximately right-angled bend in a graph between parts where the slope varies smoothly» ; enfin dans le domaine de la généalogie : «a degree of descent in a genealogy».

59L’on voit se dessiner un mouvement qui va du concret vers l’abstrait : les opérations de catégorisation et de projection conceptuelle métaphorique se chevauchent et se confondent à partir des représentations mentales des parties du corps. Plus généralement, il semble que l’extraction de l’image du corps transférée dans des domaines très divers, de plus en plus abstraits, permette la conceptualisation et sans doute la nomination de l’environnement et de l’expérience humaine née de l’interaction de l’homme avec celui-ci : « Les représentations fondamentales du corps en train d’agir constitueraient un cadre spatial et temporel, sur lequel les autres représentations pourraient s’appuyer » (Damasio 1995 : 295). On peut avancer l’hypothèse selon laquelle, lors de la construction des mécanismes de représentation symbolique, l’homme a pris appui sur la conscience de son environnement le plus immédiat : son propre corps.

Top of page

Bibliography

Andersen, Elaine. (1978). «Lexical Universale of Body-Part Terminology». In Joseph Greenberg: Universals of Human Language, vol 3: 335-368. Stanford: Stanford University Press.

Bear, Connors, & Paradiso (1999). Neurosciences : A la découverte du cerveau. Paris : Pradel.

Benveniste, Émile (1927). « Un emploi du nom du ‘genou’ en vieil irlandais et en sogdien ». Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 27 : 51-53.

Buck, Carl D. (1949). A Dictionary of Selected Synonyms in the Principal IndoEuropean Languages. Chicago: University of Chicago Press.

Cahen, Maurice (1927). « ‘Genou’, ‘adoption’ et ‘parenté’ en germanique ». Billetin de la Société de Linguistique de Paris, 27 : 56-67.

Croft, William, & CRUSE, Alan (2004). Cognitive Linguistics. Cambridge : Cambridge University Press.

Crystal, David (2003). A Dictionary of Linguistics and Phonetics (5ème éd.). Oxford: Blackwell.

Culioli, Antoine (1990). Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 1. Gap : Ophrys.

Damasio, Antonio (1995 [trad. : 1994]). L’erreur de Descartes. Paris : Odile Jacob.

Dobson, E.J. (1968 [1957]). English Pronunciation 1500-1700. Oxford : Clarendon.

Fauconnier, Gilles, & Turner, Mark (2002). The way we think: conceptual blending and the mind’s hidden complexities. New York: Basic Books.

Gärdenfors, Peter (2000). Conceptual Spaces. Cambridge (Mass.): MIT Press.

Heine, Bernd (1997). Cognitive Foundations of Grammar. New York: Oxford University Press.

Lakoff, George (1987). Women, Fire, and Dangerous Things. Chicago: University of Chicago Press.

Lakoff, George (1990). «The Invariance Hypothesis: is abstract meaning based on image schemas? ». Cognitive Linguistics 1 – 1: 39-74.

Lakoff, Gerorge & Mark Johnson (2003 [1980]). Metaphors We Live By. Chicago: University of Chicago Press.

Langacker, Ronald (2002 [1991]). Concept, Image, and Symbol: the Cognitive Basis of Grammar. 2ème édition. Berlin: Mouton de Gruyter.

Loth, Joseph (1923). « Le mot désignant le genou au sens de génération chez les celtes, les germains, les slaves, les assyriens ». Revue celtique, vol.XL : 143-52.

Macneilage, Peter (1998). «The frame/content theory of speech production». Behavioral and Brain Sciences, vol. 21, 4: 499-511.

Mallory, James, & Douglas Adams (1997). Encyclopedia of Indo-European Culture. Chicago: Fitzroy Dearborn.

Meillet, Antoine (1927). « LAT. ‘genuinus’ ». Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 27 : 54-55.

Onians, Richard (1999 [1959]). Les origines de la pensée européenne. Paris : Le Seuil.

Onions, Charles (dir.) (1966). The Oxford Dictionary of English Etymology. Oxford: Clarendon Press.

Philps, Dennis (2003). « S- incrémentiel et régénération submorphémique en anglais ». Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, vol. XCVIII, fasc. 1 : 163-96.

Pokorny, Julius (1959). Indogermanisches etymologisches Wörterbuch. Berne / Munich : Francke Verlag.

Studdert-Kennedy, Michael, & Louis Goldstein (2003). «Launching Language: The Gestural Origin of Discrete Infinity». In Language Evolution. Christiansen & Kirby (Eds). Oxford: Oxford University Press, 235-54.

Sweetser, Eve (1990). From Etymology to Pragmatics. Metaphorical and Cultural Aspects of Semantic Structure. Cambridge: Cambridge University Press.

Taylor, John (2003 [1989]). Linguistic Categorization. Oxford: Oxford University Press.

Watkins, Calvert (2000). The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots. 2ème éd. Boston: Houghton Mifflin.

Wilkins, David P. (1996). «Natural tendencies of semantic change and the search for cognates». In The Comparative Method Reviewed : Regularity and Irregularity in Language Change. Durie, Mark & Malcolm Ross (Eds). New York : Oxford University Press, 264-304.

Wright, Joseph (1898-1905). The English Dialect Dictionary. 1898-1905. Vols. I-VI. Londres: H. Frowde.

Top of page

Notes

1 The Oxford English Dictionary, 2ème éd., 1989.

2 The English Dialect Dictionary (Wright 1898-1905).

3 Submorphème : «A submorpheme is a term sometimes used to refer to a part of a morpheme that has recurrent form and meaning, such as the sl- beginning of slimy, slug, etc.» (Crystal 2003 : 301).

4 Bien que ces racines apparaissent sous deux entrées distinctes et soient donc considérées comme homophones par les dictionnaires consultés (par ex., Pokorny 1959 : 380 et 381), force est de constater que la forme est strictement identique.

5 Ces « rôles » correspondent aux « cas » de Fillmore, mais se situent en amont du plan linguistique : « Descriptions of these roles read very much like Fillmore’s classic definitions of semantic ‘cases’ (1968), [...] but I must emphasize that we are not yet talking about specifically linguistic constructs » (Langacker 1990 : 210). Langacker fait ici référence à l’article de Fillmore : « The case for case » (1968), in E. Bach & R. T. Harms (eds.), Universale in Linguistic Theory, New York : Holt, pp. 1-88.

6 Extraction : Nous proposons d’utiliser ce concept pour décrire une opération comparable à celle identifiée par Culioli dans sa Théorie des Opérations Énonciatives (Culioli 1990 : 182), mais située en amont de ces dernières : opération cognitive qui consisterait, face à un référent donné dans un cadre spatio-temporel donné, à repérer un certain nombre de propriétés caractéristiques de ce référent, et à en extraire certaines propriétés saillantes pour les réinvestir soit dans le même domaine, soit dans d’autres domaines en les projetant sur d’autres référents, notamment à des fins de nomination.

Top of page

References

Bibliographical reference

Line Argoud, « Approche lexico-cognitive des "mots en kn-’" du vocabulaire anglais », Anglophonia/Sigma, 11 (22) | 2007, 129-143.

Electronic reference

Line Argoud, « Approche lexico-cognitive des "mots en kn-’" du vocabulaire anglais », Anglophonia/Sigma [Online], 11 (22) | 2007, Online since 13 December 2016, connection on 18 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/809 ; DOI : 10.4000/anglophonia.809

Top of page

About the author

Line Argoud

Doctorante agrégée, Grenoble - Université de Toulouse-Le Mirail

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org