Skip to navigation – Site map

Hypallage et incidence de l’adjectif épistémique dans les structures complexes en anglais contemporain

Gérard Melis
p. 145-160

Abstract

Our purpose in this paper is to discuss the incidence of epistemic adjectives such as «sure» in «The boat is sure to sink», where the syntactic subject is not the notional subject of the qualification contained in the predicate: referring to something inanimate, «the boat» cannot normally be qualified with the property «be sure» and, as a consequence, it is not seen as the «real subject» of the predicate. That raises a question of syntax: how come the syntactic subject is not the real notional subject of the predicate? This paper discusses and rejects the hypothesis that a constituent is moved to subject position («raising») so that it can correspond to the theme of the sentence. We analyse such structures as examples of transfer of properties («hypallage»), doubting whether it is really feasible to identify the «real» notional subject of the qualification. Our main thesis is that some semantic properties of such predicates as «be sure» or «be likely», as opposed to «be probable» or «be liable», make it possible for them to qualify the whole predicative relationship and/or one of its components. The initial syntactic question is thus posed in terms of lexical properties.

Top of page

Full text

Préambule

1Cet article porte sur l’incidence de certaines propriétés de type épistémique : elles peuvent en effet être attribuées à des contenus qui ne sont a priori pas leurs supports naturels. Par exemple, dans une construction de type «The boat is sure to sink», le référent du sujet ne peut pas être le site d’un état psychologique de certitude. Il est donc légitime de s’interroger sur l’incidence de l’adjectif : le sujet de la phrase est-il le support de la qualification ? Le jugement épistémique par voie d’adjectifs (et leurs dérivés nominaux) tels que «likely», « probable », « certain » ou « liable » peut s’exprimer à travers plusieurs constructions :

- construction personnelle :

1. We can be absolutely certain that Frontline has a style and format most staff find appealing (BNC)

- construction impersonnelle :

2. Whichever design wins, it is certain that personal computers will continue to shrink (BNC)

  • 1 Afin d’éviter les risques de confusion liés à la polysémie de « sujet », nous préférons utiliser le (...)

2Dans (1), il y a effectivement repérage explicite d’un état de fait Ε par rapport à un point de vue subjectif (la subjectivité1) St représenté par le sujet syntaxique (repérage subjectif) qui attribue une propriété Ρ (le jugement modal) à E.

3Il en va différemment pour la construction impersonnelle : le sujet syntaxique «it», qui renvoie cataphoriquement à la subordonnée dont le contenu correspond à l’état de fait Ε évalué, n’est a priori pas le support notionnel de la propriété Ρ «be certain». Il est possible de retrouver le repérage subjectif sur le plan sémantique (nous avons analysé la structure en «it» comme la marque d’une reprise de ce repérage préconstruit (cf. Mélis 2002 a, b)), mais il n’en reste pas moins vrai que le sujet syntaxique se distingue du support de propriété : dans (2), le support de l’apport modal correspond à E, ce qui est problématique si on définit « certain » comme une caractéristique psychologique liée à un animé humain.

4Il est possible d’attribuer la propriété «be certain» à autre chose que St :

  • 2 Cf. bibliographie.

3. His claims are certain to escalate into a big political scandal. (BNC)
4. Success is by no means
certain (D1)2
5. The Democrats (…) may use their majority to pick holes in a number of pending free-trade deals. And bruising battles over tax seems
a certainty. (The Economist, Nov 11th, 2006. p. 11)

5Même si nous trouvons la même relation sémantique sous-jacente (St évalue E à l’aide de Ρ), la construction syntaxique ne reflète plus cet agencement : le sujet ne réfère pas au siège subjectif de l’évaluation P. Plus généralement, le support formel n’est a priori pas le support notionnel de P. Dans :

6. The climbers face certain death if the rescue today is unsuccessful. (D2)

6«death» ne correspond pas au site subjectif de la certitude mais bien à l’objet à propos duquel peut se former un sentiment de certitude. La structure (6) est donc comparable aux exemples (3), (4) et (5).

7La question de l’identification du support de l’attribution de la propriété contenue dans l’adjectif peut se poser en termes syntaxiques :

  • 3 Girard G. 2003. p.37.

(…) (30) John is sure to win/the boat is sure to sink.
(31) John is sure of winning the match/*the boat is sure of sinking.
L’interprétation de (30) n’est pas l’interprétation : John est sûr qu’il va gagner son match, mais : c’est sûr que John va gagner son match. En d’autres termes John n’est pas le sujet notionnel de is sure. C’est l’énonciateur qui est sûr que John va gagner. La certitude est la certitude de l’énonciateur, et non la certitude de John.
Ceci signifie que le fait que John soit le sujet de l’accord doit être dissocié du fait qu’il n’est pas le sujet sémique de is sure. Le sujet sémique (notionnel) de is sure est : [the fact that John will win the match]. La présence en tête d’énoncé de John peut s’expliquer par le fait qu’il est le thème du propos (…). Pour exprimer la certitude de John, ……l’énonciateur doit recourir à une autre structuration, la structuration de (31). En (31), John est à la fois le sujet grammatical et le sujet notionnel : c’est lui qui est sûr ».3

8Dans cette optique, [the boat] n’est pas sujet notionnel (ou support de prédication) de «be sure» dans «the boat is sure to sink» car il ne fait pas référence au siège subjectif de l’état «be sure». Afin d’expliquer la position initiale de ce constituant, il est fait donc appel à : 1- l’opposition sujet notionnel/sujet syntaxique, 2- l’hypothèse selon laquelle quand un constituant occupe la position de sujet syntaxique sans être le sujet notionnel (logique, réel), il est le thème du propos.

9Le but de cet article est de remettre en cause ces hypothèses afin de proposer l’idée selon laquelle les variations structurelles en question sont déterminées par des phénomènes sémantiques qui relèvent de la notion d’hypallage. Nous rappelons que l’identification entre le sujet et le thème n’est pas satisfaisante (§1). Il nous paraît nécessaire de développer l’analyse faite en termes d’hypallage en questionnant la notion de « véritable » support de propriété et en tentant de déterminer les conditions de transferts d’incidence (§2). Nous aboutirons enfin à l’idée que la question de l’identification du support de l’apport de qualification n’est pas fondamentalement de nature syntaxique mais lexicale : nous nous interrogerons sur ce que signifient véritablement des qualifications comme «be certain» ou «be likely», et en quoi cette signification lexicale a des conséquences sur l’identification du support. (§3).

1. Déplacement de constituant et thématisation

10La distinction sujet notionnel/sujet syntaxique est interprétée comme un indice de déplacement de constituant : on passe de «it is sure that THE BOAT will sink» à «THE BOAT is sure () to sink» (« montée du sujet de la complétive en position de sujet de la proposition enchâssante » : on le place en position de « thème »).

11Ceci est une manière de résoudre une question impliquant la syntaxe et la sémantique : une propriété de type «be certain», qui est normalement d’ordre psychologique, devrait être associée à un support doté d’une référence de type « animé humain », mais on peut néanmoins l’attribuer non au siège mais à l’objet cible de cet état subjectif, comme dans (2) et (5), ou à une composante de cet état de fait dans (3). Il semble donc y avoir un divorce total entre « véritable » attribution de propriété et choix de sujet syntaxique, support « apparent » de la propriété en question.

  • 4 Garnier G., Guimier C. & D. Rosalind 1997, p.259.
  • 5 Cotte P. 1991.

12Une autre manière de résoudre cette difficulté est d’avoir recours à la notion d’hypallage (ou transfert d’incidence). L’incidence se définit comme « une relation orientée d’un apport de signification vers un support de signification. Dans a black cat, l’adjectif black est incident au nom support cat : il s’y rapporte syntaxiquement et il en dit quelque chose sémantiquement ».4 Dans les cas où la fonction de sujet syntaxique n’est pas remplie par le support notionnel de la qualification P, on peut parler de glissement d’incidence et, pour reprendre les termes de P.Cotte, de reprédication de propriété5 : la propriété représentée par l’adjectif est prédiquée d’un vrai support et reprédiquée à propos d’un support de substitution. Cette reprédication permettrait d’intégrer une qualification ainsi déplacée au contenu de son nouveau support, réintégration marquée par l’accord grammatical et par la fonction de sujet remplie par le représentant du nouveau support.

13Nous estimons que l’hypothèse selon laquelle un terme remplit la fonction de sujet syntaxique sans être « sujet notionnel » parce qu’il est alors placé en position de thème se heurte à quelques difficultés.

  • 6 Trask R. L. 1993 ; M.-L. Groussier & C. Rivière 1996.
  • 7 Huddleston R. 1984, Lambrecht K. 1994.

14Tout d’abord, le terme remplissant la fonction sujet n’est pas systématiquement le thème de l’énoncé si on définit le thème6 en tant que terme dont la référence est identifiée et stabilisée en contexte énonciatif de telle sorte qu’il soit possible d’introduire un nouvel apport de détermination (rhème, apport nouveau) sur cette première notion stabilisée en discours (thème, référence stabilisée).7

  • 8 Nous renvoyons ici à l’analyse développée chez Huddleston R. 1984. «Exemplification: the grammatica (...)
  • 9 Culioli A. 1978, « Valeurs modales et opérations énonciatives », dans Pour une linguistique de l’én (...)
  • 10 Huddleston R. 1984. p.59.

15Il ne semble pas possible de lier systématiquement la fonction sujet à une opération de thématisation, cette opération s’appliquant à divers termes selon le contexte discursif. Un même schéma propositionnel «She shot him»8 peut correspondre à «What did she do?» («she» est le thème) mais aussi à «What happened to him? « («him» est thématisé). La configuration thème-rhème peut aussi être neutralisée si le contenu de la proposition est conçu comme un bloc. Ce dernier énoncé peut correspondre à «What happened?», ce qui ne permet pas de distinguer un thème d’un commentaire. On retrouve ici les distinctions entre « argument focus », «predicate focus» ou «all focus» théorisées chez Κ. Lambrechts (1994), ou la notion de repère constitutif dans la Théorie des Opérations Enonciatives en tant que terme stabilisé « lui-même repéré par rapport à Sit, (…) terme déjà identifié, grâce auquel on constituera de nouvelles déterminations ».9 et qui peut correspondre à un argument de la relation ou s’étendre à la relation complète. Cette globalisation de la proposition permet de construire des phrases telles que «Nobody likes John» qui appellent des commentaires du type : «it would be absurd to suggest that in uttering this sentence I would be saying something about ‘nobody’, namely that they like John».10 : c’est l’ensemble de la relation qui est niée.

16Il est possible d’analyser la proposition en termes de support et d’apport de qualification. La propriété «shoot him» s’applique à «she» qui lui sert de support, ce qui permet à l’énonciateur d’assigner un statut modal à la proposition (vraie, fausse, possible, nécessaire…) ; la propriété «like John» s’appliquant à «nobody» est donc niée car aucun référent ne vient l’actualiser : «like John» n’a pas de support et se trouve de ce fait invalidée. La fonction sujet est remplie par le support de l’apport prédicatif que constitue le prédicat mais n’entretient pas un rapport univoque avec la fonction discursive de thème.

17D’autre part, il existe d’autres constructions, illustrées dans les exemples (4), (5) et (6), dans lesquelles un terme support est la cible d’une attribution de propriété sans qu’il soit véritablement possible de déterminer un mouvement syntaxique de type « montée » associé à un processus de thématisation. En effet, dans (4), «success» occupe de plein droit la place du sujet de la prédication «be certain» sans avoir été déplacé à partir d’un autre emplacement.

18Enfin, l’hypothèse selon laquelle la « montée » ne ferait que transformer en thème de discours un terme qui n’est pas le support « réel » de la prédication ne rend pas compte des cas où cette transformation ne peut s’appliquer :

7. It seems probable that sea levels will continue to rise. (D1)
8. *Sea levels are probable to continue to rise.
9. It is true that that sea levels will continue to rise.
10. *Sea levels are true to continue to rise.

19et ne permet pas de déterminer pourquoi elle est obligatoire dans d’autres cas. L’adjectif «true» exprime une modalité assertive et n’est pas compatible avec la « montée du sujet ». « Probable » est très proche de «likely» mais n’a pas le même potentiel syntaxique. L’adjectif « liable » dans (12) s’approche lui aussi de «likely», dont il est un quasi-synonyme dans les dictionnaires (à ceci près qu’il peut par ailleurs désigner une responsabilité juridique ou exprimer une modalité appréciative négative). Néanmoins, l’extraposition étant exclue, il n’a pas les mêmes propriétés syntaxiques :

11. *It is liable that candidates will be asked for three A levels at grade C.
12. For example, CCC means that candidates are
liable to be asked for three A levels at grade C (BNC)

20Nous voyons que la thématisation n’est pas une contrainte suffisamment puissante pour rendre compte de la « montée du sujet ». Un terme peut être placé en position de sujet syntaxique sans pour autant être le thème de discours ; de plus, il doit y avoir un rapport de congruence sémantique entre l’apport de qualification et le support pour que la construction d’attribution puisse se faire car certains adjectifs se prêtent plus facilement à cette ré-élaboration tandis que d’autres l’interdisent, ce qui ne serait pas le cas s’il ne s’agissait que d’une opération de thématisation. Quels sont les paramètres qui agissent comme des contraintes sur les structures syntaxiques ?

2. L’hypallage est-il orienté ?

21Si l’on pense que le sujet de la phrase, placé en cette position par une réélaboration de type « montée », n’est pas le support notionnel de la propriété, il est nécessaire de discuter de la notion de « transfert de propriété » ou « glissement d’incidence » (hypallage) car, dans cette perspective, la propriété contenue par l’adjectif est « ré-atttribuée » à un nouveau support formel tout en étant « véritablement » incidente à un autre contenu. Une citation telle que :

  • 11 Khalifa J.-C. 2004, p. 297.

Linéairement, on obtient une figure proche de l’hypallage («He was drinking a solitary glass.») dans la mesure où «the hill is easy to climb» n’implique pas «the hill is easy.», pas plus que «John is hard to convince» n’implique que «John is hard». En revanche, «Bill was wise to resign» implique, même faiblement «Bill was wise»,11

22associe explicitement ce phénomène sémantique à la « montée » d’un constituant de la proposition subordonnée en position sujet.

23L’exemple «He was drinking a solitary glass.» contient un véritable exemple d’hypallage : la propriété «solitary» ne s’applique a priori pas directement à «glass». Cette reprédication de propriété découle d’un calcul énonciatif complexe. Cet énoncé provient d’une condensation de deux contenus : a) «he was drinking a glass» et b) «he was solitary». Le sentiment de solitude qui émane du sujet animé «he» se diffuse de telle sorte qu’il imbibe toute la situation définie par l’événement (a). Ce sentiment n’appartient plus seulement au sujet humain mais caractérise toute la scène décrite dans l’énoncé.

  • 12 Cotte P. 1991, p. 91.

24On retrouve cette diffusion d’affect dans des expressions du type : «for two anxious minutes», «for long solitary hours», «a cautious minute»…Dans ce genre de cas, le déplacement de qualification « signale qu’un affect ou un sentiment est si puissant et si envahissant qu’il échappe à la maîtrise du sujet et en prend même possession » :12 la situation dans laquelle se trouve la subjectivité support de qualification sert de miroir objectivant à la qualification de ce sujet. Anxieux pendant deux minutes, trouvant que ces deux minutes sont anxiogènes, le sujet fait l’expérience de deux « minutes anxieuses/d’anxiété » ; solitaire pendant qu’il prend une boisson, manifestant sa solitude en prenant une boisson tout seul, le sujet consomme donc une « boisson solitaire »… Ce qui caractérise le sujet caractérise aussi la situation dans laquelle il se trouve.

25Inversement, la qualification de la situation permet de reconstruire celle du sujet. A partir de «He was motionless for two anxious minute», on peut reconstruire «Anxious, he was motionless for two minutes», ce qui permet d’attribuer la propriété «anxious» à ce sujet «he». Il est donc possible de transférer les propriétés de la situation au sujet qui s’y trouve intégré.

26On a certes le sentiment d’un transfert de propriété entre le sujet et la situation dans laquelle il est impliqué, mais quels sont les critères qui permettraient de déterminer avec précision le « véritable » support de qualification ? Où se situe originellement, par exemple, l’angoisse ou le sentiment de solitude : chez la subjectivité ou bien dans la situation qui dégage des affects associables au notions d’angoisse ou de solitude ?

27Par exemple, l’adjectif «solitary» peut signifier «with no other people around» (D2) : on peut alors parler de «solitary person» («he was a solitary child») mais aussi de «solitary place» («It was a solitary farm») ou même de «solitary activity» (« Mathematical research is a largely solitary pursuit »(D1)).

28On voit que la notion «solitary» repose sur la localisation d’une figure délimitable et détachable par rapport à son environnement : cette figure peut représenter une entité humaine, mais aussi une zone délimitée ou bien une activité particulière, le trait pertinent étant dans tous ces différents cas l’absence d’entité humaine dans l’environnement de cette figure : « X est «solitary» si et seulement si aucune entité humaine ne se trouve dans son environnement, quelle que soit la nature référentielle de X. »

29Le sentiment de transfert de propriété repose sur le fait que la qualification en question peut concerner une situation globale (un lieu, une activité) ou bien une entité (ici humaine) localisée dans cette situation. Néanmoins, il reste difficile (voire impossible) de déterminer objectivement le « véritable » support originel de cet apport qualitatif. Vivre dans un lieu solitaire fait de ses habitants des être solitaires, isolés des autres être humains, mais, inversement, le fait que les habitants soient isolés constituent le lieu où ils vivent en tant qu’endroit solitaire : le lien entre « personne solitaire » et « lieu solitaire » est de l’ordre de la détermination réciproque sans qu’il soit possible de définir un point d’ancrage susceptible de servir d’origine dans la détermination du support de qualification.

30Il en va de même pour des adjectifs comme «lonely», dont la charge d’affect semble davantage concerner des animés humains. Il est légitime de parler de «lonely people» («unhappy because you are alone or have no friends») et de «lonely activity» («done or happening while you are alone and feeling lonely»: «a lonely walk») ou de «lonely place» («a lonely place is far from where people live or go» : «The car broke down on a lonely stretch of country road»(Dl)).

  • 13 Cf. Kleiber G. 1990.

31Il paraît difficile de déterminer une prédication originelle servant de base à la reprédication de la propriété. On peut certes élaborer une représentation à partir de la qualification d’un sujet animé humain par la propriété Ρ «be lonely» en étendant cette propriété au lieu localisant ce sujet. Mais il est tout autant légitime de partir du lieu qualifié de la sorte afin de projeter Ρ sur les sujets localisés par rapport à ce lieu : «a lonely place is a place that makes you (feel) lonely.». Dire d’un lieu que c’est « un endroit solitaire », c’est dire « on doit se sentir seul dans ce lieu » : on se met à la place des gens s’y trouvant afin d’envisager l’affect qui s’en dégage. Inversement, se sentir seul en un lieu fait de cet endroit un « endroit solitaire » dans la perspective de St. Où est alors la prédication d’« origine », le support « véritable » ? Le sentiment qu’une propriété telle que «lonely», de nature affective, s’applique davantage à un animé humain, ou que «likely», jugement épistémique, concerne un événement, relève d’une sémantique du prototype,13 mais ne peut servir de critère déterminant dans l’analyse des structures. Nous avons en effet constaté que des adjectifs proches tels que «likely» ou « probable » qui, prototypiquement, portent sur des événements, n’ont pas les mêmes comportements syntaxiques, alors qu’ils pourraient a priori entrer dans les mêmes schémas. En fonction de quel critère ces cas se distinguent-ils ?

32Grâce à l’analyse de ces cas d’hypallage, on voit que qualifier à l’aide d’une propriété Ρ une situation globale et complexe Ε permet de qualifier de Ρ un composant C de E. Et inversement : si une entité est vue comme un composant C d’une situation complexe E, sa qualification Ρ peut aussi s’appliquer à E. On observe ici un phénomène qui pourrait relever de la problématique de la métonymie dans les langues car ce glissement d’incidence indique que la propriété affectant une situation complexe s’attribue à une de ses composantes au sein d’une relation partie-tout.

33Par exemple, « place » correspond à une situation globale E par rapport aux entités C qu’elle situe. Attribuer Ρ («be lonely») à E permet de conférer à C la même propriété. Inversement, un endroit qui localise des «lonely people» est lui-même «a lonely place» : qualifier C de Ρ permet d’en faire de même pour E. La propriété Ρ constitue donc un apport de qualification qui peut avoir E et C comme véritables supports.

34Cette double orientation sans point de départ décidable nous semble aussi concerner les expressions de la modalité épistémique. Dans ce cas, un état de fait est mis en relation avec un interprétant St évaluant les chances de réalisation de l’état de fait E en question. Il est alors possible d’évaluer toute la situation en utilisant une structure de modalisation externe comme la construction impersonnelle en (13) :

13. It was unlikely that he ever imagined he would finish the piece. (Auster, p. 91)

35Mais il est aussi possible de désigner un composant de cette situation globale comme support d’évaluation. Par exemple, dans :

14. What shows that this was generally an unthinking answer, uninformed by any real understanding of interest rates, is that people were just as likely to give this answer whether they thought it would be a percentage of the amount they borrowed, a percentage per year, or even a percentage per month. (BNC)

36c’est à partir du support «people» (sujet de la proposition subordonnée) qu’on évalue les chances de réalisation de l’état de fait «people+ give this answer».

Dans :

15. Yet the Laboulbeniales seem a likely group to solicit as mercenaries against our arthropod adversaries, so why have they been ignored as potential agents of biological control? (BNC)

37c’est à partir de «the Laboulbeniales» (objet de la proposition subordonnée «X-solicit the Laboulbeniales») qu’il est possible d’attribuer la propriété «likely» à l’événement.

38Nous fondons cette hypothèse sur l’analyse des propriétés lexicales de l’adjectif recteur. Etymologiquement, «likely» a une racine commune avec «like», expression de ressemblance, et signifie originellement «having the appearance of being strong and capable». Son sens «probably» repose sur la conformité d’un objet ou d’un événement à un modèle virtuel : avec «likely», l’énonciateur évalue les chances d’identification d’un état de fait avec le contenu exprimé dans l’énoncé.

39On retrouve cette identification en français : ce qui est « vraisemblable » est « semblable » au « vrai » (à ce qui est posé comme étant la représentation correcte d’un état de fait) mais simplement « semblable », ce qui laisse ouverte la possibilité d’une différenciation par rapport à ce qui est posé comme « vrai ».

40La propriété Ρ peut s’appliquer à Ε ou bien à un de ses composants C en tant qu’il est composant d’un état de fait complexe. Dans (14), «people» est un composant C de Ε «people+give this answer». C et Ε sont tous les deux des supports acceptables de la propriété Ρ «likely». Il serait aussi possible de choisir un autre élément de Ε comme support :

14a. That’s a very likely answer to give.

Si l’on compare (14) et (14b) :

14b. What shows that is that it was just as likely that people would give this answer as it was likely that they would refuse to participate in the test.

41on voit que, dans (14b), il s’agit de comparer le degré de vraisemblance de l’événement Ε par rapport à un autre événement. Dans la construction de « montée du sujet » illustrée dans (14), c’est le prédicat («give this answer») qui est l’élément thématique, dans la mesure où il sert de point de repère stable à la qualification de son sujet. Le contexte nous le montre clairement : il est au préalable dit «this was generally an unthinking answer, uninformed by any real understanding of interest rates». On évalue alors le degré de vraisemblance de participation du support «people» dans le processus «give this answer», quelles que soient les propriétés de ce support : le contexte définit clairement trois types de personnes («whether they thought X, or Y, or Ζ.») qui sont toutes des candidats également vraisemblables à la position de sujet du prédicat «give this answer». Cette construction peut se paraphraser sous la forme : « s’agissant du prédicat «give this answer», alors quel terme peut vraisemblablement en être le support, et en fonction de quoi ? ».

42Le même phénomène s’observe dans (15). Le contexte montre que «solicit a group as mercenaries…» est posé comme premier repère, ce qui donne au texte sa cohésion. En effet, (15) pourrait se paraphraser sous la forme : « s’agissant de Ε «X-solicit Y as a group…», pourquoi avoir rejeté Y si Y a les bonnes propriétés pour que Ε s’applique à lui ? ». L’entité Y a des caractéristiques telles que sa candidature ou sa sélection est de l’ordre du vraisemblable, ce qui rend vraisemblable E. C’est à partir des propriétés du terme choisi que l’on va pouvoir évaluer Ε avec Ρ : ces propriétés servent de point d’appui à la modalisation.

43Ces remarques peuvent également s’appliquer à l’adjectif « sure ». L’énoncé :

16. It is sure that significant clues will be found in the elaboration of the material symbols of emulation and status embodied in precious substances. (BNC)

44exprime la certitude émanant d’une subjectivité St concernant Ε «significant clues +be found…». Dans cette perspective subjective ce contenu Ε correspond avec certitude à ce qui sera véritablement le cas.

45Dans :

17. Many of the deals struck in this frenzied atmosphere are sure to go sour eventually, sending more companies to the brink.

46on institue le prédicat doté d’un sujet abstrait «() + go sour» en tant que premier repère afin d’estimer « sure » l’identification à ce sujet abstrait du sujet particulier S «many of the deals…». La propriété Ρ « sure » s’applique donc au support S qui a toutes les propriétés, selon l’énonciateur, pour que le prédicat-repère lui soit incident. À partir des données contextuelles, on peut construire une relation du type : «Since some deals are struck in this frenzied atmosphere, their going sour eventually is a certainty.» La qualification Ρ «be sure» de l’état de fait Ε «many of the deals struck in this frenzied atmosphere + go sour eventually» s’élabore à partir des propriétés («struck in this frenzied atmosphere») du support « deals », qui servent donc de point d’appui à la modalisation.

47Nous voyons donc que l’hypallage peut s’appliquer si on peut établir une relation entre Ε (situation globale complexe) et un composant C de E, et que le choix d’un point d’appui étayant l’évaluation épistémique est un paramètre qui joue dans la formation de l’énoncé.

48Ceci n’est qu’une condition de possibilité qui ne s’applique pas à toutes les qualifications. En effet, au contraire de «a good candidate», qui ne fait que caractériser l’entité concernée (« candidate »), avec «a likely candidate» on prend en compte à la fois l’entité concernée et la situation complexe dans laquelle elle se trouve («this candidate is likely to be selected», «it is likely that they will select that candidate»). Il est possible d’effectuer un centrage plus ou moins serré de telle sorte que c’est soit toute la situation, soit une de ses composantes qui se distingue comme cible de la qualification. Quelles sont les propriétés lexicales qui permettent l’hypallage ?

3. Point d’appui du jugement épistémique : garant et garantie

49La possibilité qu’ont certaines propriétés de s’appliquer à Ε ou à C relève selon nous des propriétés lexicales de termes qui les expriment. La question centrale nous paraît liée à une problématique plus fondamentalement lexicale que syntaxique car l’interprétation des rapports qui s’instituent dans un schéma complexe dépend en fait de celle que l’on peut donner de l’unité lexicale rectrice.

50Dans notre optique, « sure », « certain »… (et les dérivés nominaux «sureness», «certainty»…) ne signifient pas fondamentalement « être siège (subjectif) de certitude » mais « être source de certitude pour autrui à propos d’un état de fait Ε ». Il est intéressant de tenir compte de certaines définitions données dans les dictionnaires car, pour imprécises qu’elles puissent parfois être, et même s’il faudrait approfondir l’analyse dans un travail plus complet des emplois en discours et de l’étymologie des unités lexicales pertinentes, elles donnent quelques indications sur les grandes orientations que peuvent prendre les interprétations des termes qui nous intéressent ici.

51Comparons les définitions de termes proches :

certitude =

- the feeling if being certain about something (D1)

- a feeling of being certain; a thing about which you are certain (D2)

certainty =

- something that will definitely happen or that you feel very sure about.

- the feeling of being completely sure about something (D1)

certain =

- having no doubt that something is true

- definitely going to happen

- definitely true (D1)

- that you can rely on to happen or to be true

- firmly believing something; having no doubts (D2)

sureness =

- the quality of being confident and steady; not hesitating or doubting (D2)

- strong and firm

- used about something that is definite and cannot be questioned or doubted (Dl)

sure =

- certain that something is real, true or correct.

- certain to happen or result (D1)

- confident that you know something or that you are right

- steady and confident

- that can be trusted or relied on

- certain to do something or to happen (D2)

52Ces définitions rendent possible l’attribution de ces propriétés soit au siège subjectif de la certitude, soit à l’objet de cette certitude :

  • are you sure these figures are right?

  • a sure command of the facts

  • a sure memory for names

  • You can be pretty certain she’s not going to like it.

  • certain death

  • To my certain knowledge he was somewhere else at the time.

53Le support de la propriété peut être placé soit sur un plan référentiel (on fait référence à une entité du monde) soit sur le plan énonciatif (on distingue une subjectivité St qui prend en charge la validité de E, et entre en relation avec une autre subjectivité afin de lui présenter Ε comme valide). Ceci est valable aussi pour le substantif. Par exemple, «certainty» peut faire référence à un état psychologique ou bien à une entité, comme dans (5) ou :

18. One warm-up race at Goodwood (for which Dancing Brave was such a certainty that the bookmakers returned no starting price), and it was off to his appointment with greatness in the Arc. (BNC)

Dans :

19. We can be fairly sure that there were sanctuaries dedicated to Potnia in the other major temples as well, at Kydonia, Phaistos, Mallia and Zakro. (BNC)

54le support «we», qui renvoie à St, est ce par quoi autrui doit passer pour accéder à la validation de Ε «there were sanctuaries…». C’est par l’avis que peut donner St sur Ε qu’autrui peut se considérer comme certain de la validation de E, et donc servir à son tour de garant de validité de Ε. E est un événement certain si on adopte la perspective du sujet «we». Ce support fait référence à un animé humain doté d’une subjectivité et il peut dont référer au siège de ce sentiment de certitude.

55Mais cette appropriation subjective de la modalité exprimée par l’adjectif est un phénomène contingent, comme le montrent les exemples suivants :

20. a-a sure thing = something that will definitely happen
b-a sure indication = a clear and definite sign that something is true
c-a sure memory = a memory that cannot be questioned or doubted (D1)

56Dans (20a), « sure » s’applique à l’état de fait à propos duquel la subjectivité St exprime sa certitude. Dans (20b), l’adjectif signifie que son support « indication » permet à l’énonciateur d’être certain à propos d’un état de fait. Dans (20c), le souvenir est qualifié de « sure » car il permet à l’énonciateur d’être certain de la validité de son contenu.

57Nous voyons que l’adjectif est systématiquement incident au terme qui permet d’envisager l’apport qualitatif exprimé par cet adjectif : le support n’est pas le siège subjectif de l’appréciation modale mais le point d’appui de cette évaluation, ce sur quoi repose la qualification.

58Les constructions (14), (15) ou (17) indiquent que le support est source de l’évaluation exprimée par l’adjectif. Dans (1), c’est St qui garantit la validité de E. Dans (2), l’événement Ε a les propriétés adéquates pour que son apparition soit garantie. Dans (5), on peut qualifier de «be a certainty» le support «bruising battles over tax» car étant donné la conjoncture un phénomène de ce type a toutes les propriétés pour que son émergence soit une chose sûre, ce qui permet à l’énonciateur d’accéder à un certain degré de certitude à ce propos et de le présenter comme un fait dont le co-énonciateur peut être à son tour certain.

59On est en présence ici de notre définition de « certain », « sure »… : le support de ces modalités est présenté comme « source de certitude pour autrui à propos d’un état de fait Ε ». L’événement E, placé dans une certaine conjoncture, peut servir de fondement à la certitude d’une St, qui peut alors faire état de sa certitude à propos de E, et donc emporter la conviction d’autrui quand à la validité de E.

60Le jugement épistémique exprimée par les formes adjectivales ou leurs dérivés nominaux trouve un point d’appui qui étaye le jugement soit sur une subjectivité qui exprime sa certitude pour emporter celle d’autrui, soit sur un objet qui est présenté comme ayant les propriétés adéquates pour fonder cette certitude. Le fondement de l’évaluation est soit un garant subjectif, soit un objet qui sert de garantie que E est certain.

61En effet, l’exemple :

21. Sir Mark had received a terrible death wound on the side of his head, caused by a battle axe or mace, but I am certain it was he. (BNC)

62montre que l’énonciation de «I am certain that Ε» correspond à un contexte problématique. Le personnage dont il est question est méconnaissable, ce qui induit une remise en cause de la validité de E «It was he». L’énoncé avec « certain » intervient non pas en tant que tentative d’introspection spéculaire gratuite mais dans le but d’emporter la conviction d’autrui. Le fait que la validité de E ne s’impose pas d’elle-même nécessite l’intervention explicite d’une subjectivité qui agit donc comme garant de validité de E, tout comme, par exemple, « indication » est une garantie de validation dans (20b), ou comme «memory» dans (20c). Si l’on fait référence à «a sure memory», alors «memory» agit comme une manifestation garantissant que son contenu est valide. La différence entre ces constructions tient au fait que la validité de E prend soit une subjectivité, soit un événement ou une entité, comme point d’appui. La distinction garant/garantie ainsi dégagée pourrait s’articuler avec les systèmes évidentiels dans la mesure où la garantie est ce sur quoi une subjectivité fonde son appréciation, qui peut elle-même être le fondement d’une prise de position par une autre subjectivité.

63Cette différence de point d’appui a des conséquences sur la syntaxe. Il est à noter que si la qualification épistémique émane directement de St, on juge directement l’événement Ε sans s’attarder sur une de ces composantes, ce qui est corrélable avec l’emploi d’une construction impersonnelle en «it» qui indique que c’est toute la complétive qui est la cible de l’évaluation modale.

64En revanche, dans les autres exemples, l’énonciateur se fonde sur les propriétés du support pour effectuer son choix modalisateur. Dans (17), l’énonciateur estime que le sujet S «many of the deals…» est ce sur quoi il peut estimer que Ε «many of the deals+go sour» est de l’ordre du certain, tout comme il peut juger vraisemblable Ε «people+give this answer» dans (14) étant donné que le sujet S « people » a les propriétés adéquates qui lui permettent de le faire. Le siège subjectif de l’évaluation épistémique (avec «likely» ou « sure ») demeure St, mais la structure indique que St désigne un composant C pour étayer son jugement.

65Notons que cette désignation de St ou d’une composante C de l’état de fait Ε en tant que point d’appui peut être rendue impossible à cause du contenu de l’adjectif recteur. Par exemple, on peut accepter un énoncé comme (7) et non comme (8), alors que « probable » est très proche sémantiquement de «likely».

66La raison du blocage de la « montée » en (8) nous semble tenir au contenu de « probable ». Cet adjectif provient de « probabilis » («provable») et signifie qu’il est à la charge de l’énonciateur de convaincre le co-énonciateur du caractère validable de l’événement Ε en question : une preuve est ce qui est fourni par quelqu’un afin de convaincre autrui, la relation entre les subjectivités est prédominante. Dire de Ε qu’il est « probable » signifie véritablement que l’énonciateur peut apporter la preuve de la validité de Ε : c’est la certitude subjective de l’énonciateur qui prime, ce qui privilégie la construction en «it» au détriment d’une construction de « montée ». La définition de St comme point d’appui de la modalisation est inscrite dans la langue à travers le sémantisme lexical de « probable ».

67Il en va de même pour la modalité assertive «true», qui n’indique qu’une prise de position de St face à la validité de Ε : rien ne rend «true» l’état de fait Ε sinon le point de vue à partir duquel Ε est valide.

68Cette prédominance de St se reflète selon nous dans la syntaxe de l’énoncé : seule la construction impersonnelle est possible (ex 9-10).

69Inversement, le sens de départ de « liable » («legally responsible for causing damage or injury» (D1)) montre qu’il s’agit avant toute chose d’une propriété de l’objet et non d’un jugement placé sur un plan strictement intersubjectif. Cette orientation favorise une construction comme (12) au détriment de la construction impersonnelle (11). Dans un exemple tel que :

22. The handle is liable to break. (D1)

70l’adjectif signifie «likely to do something bad or unpleasant» : il s’agit de se concentrer sur ce qu’une entité peut faire ou ce qu’il peut lui arriver en fonction de ses propriétés, d’où la construction personnelle qui désigne le sujet comme ce qui permet de former l’évaluation modale de la validité de E.

  • 14 «Likely» est à rapprocher du comportement d’un verbe comme «seem», étymologiquement proche de «same (...)

71L’adjectif «likely» (proche, nous l’avons dit, de « vrai-semblable ») établit une conformité entre des contenus virtuel et effectif, ce qui ménage la possibilité d’une inadéquation.14 Cette conformité plus ou moins adéquate peut s’envisager à partir des prises de position de St face à Ε ou bien à partir des propriétés d’une composante de Ε (ex l4), et cette possibilité d’avoir ces deux points d’appui étayant l’évaluation permet les deux constructions.

Conclusion

72Nous avons vu que le jugement modal peut s’analyser en quatre composantes essentielles : a- un apport de propriété Ρ (jugement modal), b- un siège subjectif responsable de l’attribution de Ρ (subjectivité : St), c- un état de fait Ε cible de Ρ formulé par St, d- un point d’appui qui permet à St d’évaluer les chances de réalisations de E.

73Les adjectifs d’évaluation épistémique peuvent entrer dans deux constructions (construction impersonnelle en «it», « montée du sujet »). Dans certains cas de « montée », il paraît a priori difficile de dire que la propriété trouve son support dans le sujet de la phrase, ce qui pourrait justifier la différence entre sujet syntaxique et sujet notionnel et l’hypothèse selon laquelle un terme qui n’est pas le sujet notionnel remplit tout de même la fonction de sujet car il est le thème de l’énoncé. Nous avons vu que cette hypothèse rencontrait un grand nombre de difficultés.

74Nous avons proposé une analyse rendant compte des faits syntaxiques en termes d’hypallage (reprédication de propriété, glissement d’incidence). L’hypallage s’applique sous certaines conditions : la modalité doit pouvoir s’appuyer soit sur la subjectivité qui modalise E, soit sur une entité qui permet de formuler cette modalisation. Nous avons abouti à la prise en compte de deux types de point d’appui : le garant (la subjectivité qui soutient que E est vrai, probable, vraisemblable…) et la garantie (on peut assigner un certain statut modal à E à partir d’un certain nombre de propriétés d’une composante de E). Dans cette optique, l’opposition sujet syntaxique/sujet notionnel n’est plus pertinente : le sujet correspond effectivement au support de la propriété, et il peut référer au garant subjectif («John is certain that X»), au fait établi qu’il existe un garant subjectif («It is certain that X»), ou bien à ce qui peut servir de garantie («That boat is certain to Χ»).

Top of page

Bibliography

Cotte P. (1991). « L’hypallage ou la fausse attribution », dans Théorie Littérature Enseignement n°9, Figuralité et cognition. Vincennes : Presses Universitaire de Vincennes.

Culioli A. ([1978] 1990). « Valeurs modales et opérations énonciatives », dans Pour une linguistique de l’énonciation – opérations et représentations. Tome 1. Gap : Ophrys.

Garnier G., Guimier C., & Dilys R. (1997). L’épreuve de linguistique à l’agrégation d’anglais. Paris : Nathan Université.

Girard G. (2003). « La notion de sujet : une notion à définir » dans Merle J.-M. (éd.), Le Sujet. Bibliothèque de Faits de Langue. Paris : Ophrys.

Givón T. (1982). «Evidentiality and Epistemic Space», Studies in Language 1982 : 6 (1) :23–49.

Haegeman L. & Guéron J., (1999). English Grammar - a Generative Perspective. Oxford : Blackwell.

Huddleston R. (1984). Introduction to the Grammar of English. Cambridge: Cambridge Textbooks in Linguistics.

Khalifa J.-C. (2004). Syntaxe de l’anglais-théories et pratique de l’énoncé complexe. Paris : Ophrys.

Kleiber G. (1990). La sémantique du prototype. Paris : P.U.F.

Lambrecht K., (1994). Information Structure and Sentence Form: Topic, Focus and the Mental Representations of Discourse Referents. Cambridge : Cambridge University Press.

Mélis G. (2002a). « IT : marqueur d’opération » dans C. Delmas (éd.), Construire et reconstruire en linguistique anglaise. Travaux du C.I.E.R.E.C. 77. Saint-Étienne : Publication de l’Université de Saint Etienne.

Mélis G. (2002b). « Seem et la conformité » (Journée Charles 5 : Les verbes modaux, 1er février). Site SAES : http://www.univ-nau.fr/saes/saes/htm.

Panther K.-U. & Radden G. (eds) (1999). Metonymy in Language and Thought. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.

Rivière C., & Groussier M.-L. (1996). Les mots de la linguistique - lexique de linguistique énonciative. Gap : Ophrys

Trask, R. L. (1993). A Dictionary of Grammatical Terms in Linguistics. London : Routledge.

CORPUS

Auster P. (1982). The Invention of Solitude. Faber and Faber.

British National Corpus (BNC)

Macmillan English Dictionaryfor Advanced Learners. (2002) (D1)

Oxford Advanced Learner’s Dictionary. Oxford University Press, 6th edition (2000) (D2).

The Economist, Nov 11th 2006.

Top of page

Notes

1 Afin d’éviter les risques de confusion liés à la polysémie de « sujet », nous préférons utiliser le terme de « subjectivité » pour renvoyer à une siège cognitif, une conscience capable de réflexivité et de prise en charge de contenus prédicatifs. La subjectivité en question n’est pas nécessairement identifiable à l’énonciateur-origine de l’énoncé.

2 Cf. bibliographie.

3 Girard G. 2003. p.37.

4 Garnier G., Guimier C. & D. Rosalind 1997, p.259.

5 Cotte P. 1991.

6 Trask R. L. 1993 ; M.-L. Groussier & C. Rivière 1996.

7 Huddleston R. 1984, Lambrecht K. 1994.

8 Nous renvoyons ici à l’analyse développée chez Huddleston R. 1984. «Exemplification: the grammatical subject» (p. 58-72).

9 Culioli A. 1978, « Valeurs modales et opérations énonciatives », dans Pour une linguistique de l’énonciation opérations et représentations. tome 1, 1990. Ophrys, p. 138.

10 Huddleston R. 1984. p.59.

11 Khalifa J.-C. 2004, p. 297.

12 Cotte P. 1991, p. 91.

13 Cf. Kleiber G. 1990.

14 «Likely» est à rapprocher du comportement d’un verbe comme «seem», étymologiquement proche de «same», qui fonctionne avec les deux constructions syntaxiques. (Cf. Mélis 2002.b).

Top of page

References

Bibliographical reference

Gérard Melis, « Hypallage et incidence de l’adjectif épistémique dans les structures complexes en anglais contemporain », Anglophonia/Sigma, 11 (22) | 2007, 145-160.

Electronic reference

Gérard Melis, « Hypallage et incidence de l’adjectif épistémique dans les structures complexes en anglais contemporain », Anglophonia/Sigma [Online], 11 (22) | 2007, Online since 13 December 2016, connection on 27 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/811 ; DOI : 10.4000/anglophonia.811

Top of page

About the author

Gérard Melis

Université Paris VII

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org