Skip to navigation – Site map

Point de vue neurolinguistique sur des réalisations linguistiques

Emmanuelle Roussel
p. 161-177

Abstract

Given a specific meaning of the past perfect in several utterances, and pragmatic similarities between the same past perfect and the French Plus-que-parfait, the paper suggests comparing this typical meaning with the way the brain activation governing utterance is organized. This enables the reader to consider elements which are not linguistic (that is to say memory, neurobiological and genetic factors…) but which are to be taken into account as regards the production and transmission of language units. Then the question arises as to whether or not the link between the language syntactic structure and the ability of man to perform ballistic movements is relevant.

Top of page

Full text

Je remercie sincèrement Odile Blanvillain pour sa relecture attentive et ses précieuses remarques sur une première version de ce travail, ainsi que les deux relecteurs anonymes de la revue. Je reste seule responsable des erreurs ou omissions qui pourraient subsister

1. Introduction

  • 1 E. Le Guay 1995, E. Roussel 1999,2007a et 2007b.
  • 2 E. Kruisinga, H. Poutsma, O. Jespersen, R.A. Close, R.L. Allen, F.T. Visser, G. H. Weinrich, A. Cul (...)

1La réflexion présentée ici a pour but de suggérer un lien entre une portée pragmatique du past perfect et les activations cérébrales à l’œuvre dans la production langagière. Elle s’inscrit dans le prolongement de l’analyse, effectuée sur plusieurs années, de la forme composée en anglais contemporain ainsi que de ses équivalents français (plus-que-parfait, passé antérieur et imparfait).1 Elle participe d’un effort constant d’en proposer une analyse globale, susceptible de dépasser les études2 existantes sans pour autant les exclure, afin de tenter de repenser la présentation de la forme dont on dit qu’elle est une translation du present perfect ou du prétérit dans la sphère temporelle du passé, et d’analyser le past perfect en soi. Le présent travail poursuit la réflexion sur le plan cognitif, faisant suite à une approche pragmatique.

  • 3 Le past perfect ne satisfaisant pas totalement à celles établies par A. Kenny, Ζ. Vendler, C. Fuchs (...)
  • 4 T3, T4, T5, ordonnés ainsi :
  • 5 Ε. Le Guay 1995, Ε. Roussel 2007a.

2Pour conduire l’étude approfondie de plus de 4000 occurrences de past perfect, il s’est avéré nécessaire dans un premier temps de créer une typologie de procès propre à la forme, dans la mesure où la situation se rapprochait de celle décrite par J.P. Desclés (1993 : 13) : « Il faut mentionner tout de suite que cette typologie de procès va se combiner avec une autre typologie représentant les aspects au niveau énonciatif, faisant naître parfois des conflits de typologies et des représentations complexes. » En effet, aux caractéristiques du lexème verbal (aspect lexical) s’ajoutent celles de l’aspect grammatical (have-en), ainsi que celles des divers constituants de l’énoncé (présence ou absence d’objet – pluralisé ou non, d’adverbes, de quantifieur, de proposition subordonnée relative, nature de la détermination, etc.). Cette typologie3 a permis d’analyser la véritable nature des relations existant entre les procès et les divers repères rencontrés avec le past perfect. En effet, des moments autres que T1 (moment distinct et antérieur à l’énonciation) entrent en ligne de compte dans le past perfect, d’où une variété de rapports entre ces moments repères et entre ceux-ci et T1. De même, il existe des énoncés repérés non pas uniquement depuis Τ1 mais depuis un minimum de deux repères (il peut y en avoir davantage selon le contexte.)4 Les principales relations créées le sont entre T2 et T1, T3 et T2 (avec référence explicite ou implicite à T1), T3 et T1 (où il est plus ou moins question de T2 cette fois) et elles sont parfois évaluées tacitement ou non depuis le moment d’énonciation T0. Ces relations se caractérisent soit par un phénomène de poursuite, entre tel et tel repère, de l’action dénotée par le verbe, que nous avons désigné sous le terme de « continuité » (référentielle, associée à une continuité énonciative), soit par un phénomène d’interruption, entre tel et tel repère, de l’action dénotée par le verbe, que nous avons désigné sous le terme de « rupture » (référentielle, associée à une continuité énonciative). La continuité souligne la non interruption du procès, la rupture indique à l’inverse que le procès est révolu pour le repère considéré.5 Ces deux valeurs cardinales illustrent les situations objectives susceptibles d’être construites par le past perfect.

3Le premier intérêt de ces repérages est qu’ils permettent de recouper et de redistribuer les valeurs d’antériorité, d’accompli, de bilan, de résultat, d’explication, de commentaire associées au past perfect. Le second intérêt est que tous deux relaient une capacité de la forme composée à focaliser sur la notion verbale. En effet, le past perfect a la particularité de permettre à l’énonciateur d’effectuer une focalisation contrastive sur la notion verbale ; ce qui importe alors est d’indiquer que cette notion est contraire soit aux attentes du co-énonciateur soit à celles de l’énonciateur lui-même. La forme composée permet une clarification des présupposés en jeu et n’a plus prioritairement trait à l’expression de l’antériorité et/ou des valeurs aspectuelles qui lui sont normalement associées.

  • 6 Comme par exemple : The last few entries are in code. Not a pretence code (...) but a real one like (...)
  • 7 E. Roussel 2007a.

4Cette focalisation sur la notion verbale, observée sur des énoncés repérés aussi bien par rapport à Τ1 que par rapport à T0,6 semble être un trait spécifique du past perfect. L’examen de ces énoncés souligne la portée pragmatique de la forme composée qui agit comme un révélateur d’un emploi atypique de la notion verbale.7 Portée pragmatique que l’on retrouve dans le plus-que-parfait, mise en évidence par l’emploi que peuvent en faire les enfants intellectuellement précoces en français à l’âge où ils ne sont pas censés maîtriser la double antériorité qui lui est attachée. Cet emploi, que l’on retrouve avec le passé composé, serait donc dominant pour eux (les enfants non précoces ne manient pas le plus-que-parfait si tôt) et typique de leurs capacités langagières (ils l’emploient souvent de manière polémique).

  • 8 E. Roussel 2007b.

5L’argument est important car nous savons à présent que les sujets intellectuellement précoces ont un mode de pensée différent des sujets non précoces, mode de pensée lié à une organisation particulière de leurs capacités cognitives, d’où leurs spécificités comportementales (tant physiques, psychologiques qu’intellectuelles).8 Nombre d’entre eux, y compris les enfants, s’illustrent par une exceptionnelle maîtrise du langage, et la mise en évidence de cette portée pragmatique de la forme composée peut s’avérer riche d’enseignement pour la linguistique en général (ces personnes sont assez nombreuses – 1 à 2 enfants par classe). On disposerait là d’un élément supplémentaire en faveur de l’analyse des formes composées comme étant autre chose que l’expression de la temporalité et/ou de l’aspect.

6Pour revenir aux valeurs de continuité et de rupture, l’analyse en compagnie d’anglophones montre que celle de continuité semble, pour eux, aller de soi tandis qu’il n’en est pas de même pour celle de rupture. Ils ressentent davantage la rupture, comme si elle était marquée parce que différentielle. La présente étude va traiter essentiellement de (l’expression de) la continuité en rapport avec cette fin de focalisation contrastive et relier cette valeur avec certaines données cognitives récentes qui pourraient justifier de sa suprématie, indépendamment des considérations syntaxiques et sémantiques liées à la forme composée comme à ses constituants (auxiliaire have + participe passé).

1.1 La continuité en question

7La totalité des énoncés travaillés l’a donc été avec des anglophones. Très souvent, quand bien même la valeur de continuité était perceptible, ils ne parvenaient pas à en expliquer l’origine exacte tant elle relevait de l’évidence. De manière tout aussi caractéristique, elle ne semblait pas nécessairement être due au sémantisme de la forme composée elle-même, quand celle-ci avait valeur de bilan ou de résultat. Seule une analyse approfondie a permis de circonscrire la manière dont se construit la continuité dans ces énoncés. Le phénomène porte notamment sur le sémantisme interne du lexème verbal, des relations d’ordre logique ou contrastif, ou plutôt, et c’est là l’élément important, la manière dont ces éléments sont traités en relation avec les connaissances encyclopédiques partagées par l’énonciateur et le co-énonciateur.

1.2 Lexème verbal

8Le sémantisme du lexème verbal peut être un facteur déterminant dans la valeur du past perfect :

(1) The Nazis had come back into power and occupied New York. Herman was hiding in his bathroom. Yadwiga had had the door walled up and painted so that it looked like the rest of the wall (…) He would keep a loaded revolver at hands, or perhaps a machine gun. When the Nazis discovered his hiding place and came to arrest him, he would welcome them with a volley of bullets and leave one for himself. These daydreams had taken on the character of obsessions. (I.B. Singer 1989 : 10)

9En contexte, l’énoncé illustre une valeur de continuité référentielle entre T2 et T1 (schématisée T2 → T1).

(1a) These daydreams had lost the character of obsessions.

10Le changement de verbe conduit à deux sémantismes possibles hors contexte (analyse sémasiologique) ; soit à nouveau une continuité T2 → T1, soit une rupture entre T2 et T1 (T2 ≠ Τ1).

(1b)? Ø Daydreams had lost the character of obsessions.

11Le déterminant Ø rend l’énoncé douteux. Il faudrait que le contexte soit spécifique, mais l’énoncé renverrait alors à de la rupture (qui ne convient pas en contexte). Cela indique que la continuité de (la) est davantage liée à la présence du déterminant these plutôt qu’à la valeur résultante de lose sous had-en. Ce, quelle que soit l’analyse de these/this (tourné vers l’énonciateur, signalant une ouverture du propos, point de vue du locuteur, point de vue comparatif donné à partager à l’interlocuteur).

(1c) Those daydreams had lost the character of obsessions.

12La valeur exprimée est une valeur de rupture référentielle entre T2 et T1 d’une part avec la présence de those, d’autre part avec celle de lose. Et l’on se rend compte qu’à chaque fois que le verbe est lose, la valeur est de rupture. Si (la) est continu, c’est uniquement à cause du déictique, et (1b) prend sa valeur dans le verbe lose qui renvoie en soi à la rupture. En effet, là où take on traduit un devenir graduel du négatif vers le positif, lose exprime à l’inverse un retournement complet de la situation d’origine. Or, la rupture est plus importante lorsqu’on passe de + à – que de – à +, en raison de l’effet de rétrogradation de l’évolution du processus. La particule adverbiale on participe de la continuité, en ce qu’elle explicite le déclenchement du processus (take on = begin to have) qui, une fois amorcé, ne peut que se poursuivre.

13Le sémantisme du verbe peut également fausser l’interprétation :

(2) He had begun to understand. (I. Murdoch 1984 : 18)

14L’énoncé (2), dont la schématisation du sémantisme est T2 → T1, devient T1 ≠ T2 ou T3 → T2 Τ1 si l’on insère la négation (2a), si l’on change le sujet (2b) ou le verbe recteur (2c) et (2d) :

(2a) He had not begun to understand.
(2b) They had begun to understand.
(2c) He had seemed to understand.
(2d) He had believed he understood.

15En revanche, la continuité subsiste si l’on substitue start à begin (même si start ne serait pas d’emblée employé avec understand) en (2e) :

(2e) He had started to understand.

16Ces manipulations sembleraient signifier que la continuité est liée à la nature de begin, verbe inchoatif. Cependant, ce n’est pas tant à begin que l’on doit cette continuité qu’à understand, verbe graduel dont la réalisation procède par étapes intellectuelles successives. Un processus similaire s’observe avec (3) :

(3) It had begun to grow light. (I. B.Singer 1989 : 144)

  • 9 Qui indique la dévirtualisation de la notion verbale ou la visée de valeur positive de la relation (...)

17Où la valeur de continuité repose sur grow, la gradation même. Understand et grow se rapprochent sur ce point. Pour preuve l’énoncé créé (4) construit sur begin mais où le verbe de la subordonnée, malgré le sémantisme lié à TO V,9 rend compatible une analyse en termes de rupture dans la mesure où les pleurs peuvent avoir cessé en Τ1 :

(4) He had begun to cry.

18En revanche, il n’est pas possible de cesser de comprendre en Τ1 (une fois qu’une chose est acquise, elle perdure) comme le jour ne peut cesser d’être le jour après l’aube. C’est donc understand en (2) qui est, de manière détournée, à l’origine de la valeur de continuité, et non pas begin. Le past perfect sur begin, en revanche, annonce ce procès mieux que ne le ferait un prétérit, par l’effet de redondance que provoque la mise au perfect d’un verbe inchoatif. Ce procès annoncé, understand, doit être souligné en contexte. En effet, l’un des personnages essaie depuis plusieurs pages de persuader l’autre de lui vendre son journal et, contre toute attente, il rencontre une certaine résistance. Ce qui lui manque depuis le début, c’est la raison pour laquelle son interlocuteur ne réagit pas comme il l’avait prévu. Quatre pages plus haut, nous pouvons lire : Calvin was puzzled. […] The curious thing was that (Calvin) Blick was sure that his adversary was not a strong man. He had not expected this sort of resistance, and he was still at a loss to estimate its nature. Puis, page 18 précisément, juste avant l’énoncé (2) : ‘Well, if he wants it, let him come and ask for it himself,’ said Hunter, and his voice was trembling. ‘Let him come in person to discuss it, and not send his servants.’ Calvin stared at him. ‘Ah!’ he said. ‘Aha!’ He had begun to understand.

  • 10 Je remercie l’un de mes relecteurs pour cette remarque.

19Ce que traduit vraiment understand, c’est le passage significatif de la non compréhension à la compréhension plutôt qu’un phénomène de compréhension quelconque. Ce passage est néanmoins continu en ce sens qu’il permet de relier les données pragmatiques décousues jusque là. Les étapes intellectuelles successives dont il était question plus haut peuvent, enfin, être mises bout à bout et prendre sens. L’analyse pragmatique permet de cerner autrement la stratégie du narrateur qui s’avère être aussi le sujet doué d’intentionnalité.10 Par conséquent, le détournement de la notion verbale prend une toute autre dimension.

20Voyons un autre exemple :

(5) In her hand she had the pamphlet on bees. She picked it up from the counter because most days, at about lunch-time, she heard a soft swelling roar over the house, and Dick had told her it was swarming bees passing. She had thought she might make some pocket money from bees. (D. Lessing 1989 : 84)

21Ici la continuité est référentielle en contexte, mais a ceci de particulier qu’elle est difficilement délimitable. Elle n’est pas tant liée à l’aspect interne de think, verbe d’état monophase, qu’à une focalisation effectuée sur la notion de ce même verbe. En effet, un prétérit serait possible, voire préféré :

(5a) She thought she might make some pocket money from bees.

22Ce faisant néanmoins, il s’agirait de simplement présenter le contenu de la subordonnée comme étant une pensée attribuée au personnage au moment de référence. Avec had-en, il est question d’une réflexion. La seule manière de distinguer entre les deux valeurs de think est d’insister sur la notion verbale au moyen de la forme composée. Introduire la subordonnée par that n’aurait pas cet effet ; on aurait alors une valeur conclusive, de certitude quant au contenu de la subordonnée, voire un contenu imposé. Cependant, l’important ici est d’indiquer que cette réflexion est un moyen de mettre un terme aux difficultés financières des personnages. Think en ce sens représente plus que l’activité intellectuelle. Il s’apparente à un nouveau verbe dont le sémantisme pourrait être : find a solution.

1.3 Relation logique

23Ce type de relation repose directement sur la pragmatique (interne au roman dans ce cas). Voyons en effet les deux énoncés (6) et (7) :

(6) And then, he began to like her, because it was essential for him to love somebody. He had not realized how very lonely he had been. (D. Lessing 1989 : 48)

(7) She thought it would be pleasant to live peacefully for a change. She said to herself, with determination to face it, that she would “get close to nature”. She had not realized how exhausted she was, after those years of living to a perpetual demand for the next thing. (D. Lessing 1989 : 51)

24Deux exemples apparemment semblables, construits sur realize mais ayant une valeur sémantique différente : (6) renvoie à une continuité par rapport à T1 (T2 → T1) tandis que (7) renvoie à de la rupture (T2 Τ1). La raison de cette variation est que (6) rend compte d’une relation de cause à effet entre T2 (rencontre de Dick et Mary) et T1 (terme de la solitude de he). En revanche, il n’est plus question de ce type de relation en (7) où la même rencontre est sans conséquence aucune sur l’épuisement de Mary car celui-ci est exclu de la relation. Une fois encore, la valeur de continuité de (6) est implicite, elle se construit sur une relation logique sous-jacente.

1.4 Focalisation contrastive

  • 11 Je reprends ici un exemple issu de E. Roussel 2007a.

25La continuité peut également procéder en réalité d’une mise en avant de la notion verbale après recadrage de celle-ci en fonction de la portée de son sens par rapport au contexte de l’énoncé. Ce phénomène passe inaperçu si l’on ne s’y attarde pas, et démontre l’importance de l’arrière-plan pragmatique sur, à la fois, l’élaboration de l’énoncé (pourquoi avoir choisi ce verbe s’il ne reflète pas le procès adéquat ?) et son interprétation (qu’est-ce qui garantit à l’énonciateur que la valeur pressentie sera celle effectivement sélectionnée par le co-énonciateur ?). Ainsi l’énoncé (8) :11

(8) He paused. ‘Tell you what I’ll do, Lennie. First chance I get I’ll give you a pup. Maybe you wouldn’t kill it. That’d be better than mice. And you could pet it harder.’ Lennie avoided the bait. He had sensed his advantage. (J. Steinbeck (1937) 1974: 17)

26L’analyse de la valeur de continuité de (8) ne tient pas tant à l’aspect interne de sense. Quand bien même sense est un verbe d’état, cela ne suffit pas à déclencher la continuité. Un prétérit serait discutable car la logique comme la chronologie des événements ne seraient pas respectées, et (8b) serait sans doute préféré à (8a) :

(8a) […] Lennie avoided the bait. He sensed his advantage.
(8b) […] He sensed his advantage. Lennie avoided the bait.

27Donc, a priori, il serait possible de justifier le recours au past perfect comme une possibilité de rompre la chronologie du récit afin de souligner un procès X (sense) qui serait à l’origine d’un procès Y (avoid) comme l’indique, entre autres, J. Bouscaren (1982) pour ce type d’occurrences. Cependant, l’on se rend compte qu’en réalité le past perfect traduit une modification de la perspective. Il permet de souligner la notion du procès parce que ce n’est pas celle qui était attendue en contexte. Un piège était tendu en T1, tout prédestinait Lennie à se faire prendre. Or, il a déjoué ce piège et cela est totalement incompréhensible parce qu’il est déficient sur le plan mental et ne peut pressentir ce genre de choses. Le past perfect ne donne pas tant la cause de avoid the bait qu’il souligne l’étrangeté du fait que cette cause ait pu être envisagée par Lennie. Il indique que la mise en relation de sense et de Lennie n’est pas cohérente, qu’elle ne va pas de soi. Un énoncé tel que he had sensed his advantage n’aurait pas dû exister et il y a hiatus par rapport aux données du contexte. C’est ce hiatus que signalent le past perfect et l’agencement des deux propositions, puisque sense ne peut, en réalité, expliquer avoid the bait. Cependant, étant donné que dans l’extralinguistique cause et conséquence sont totalement interdépendantes, la première entraînant la seconde, les deux procès se trouvent bel et bien reliés (alors qu’ils ne le devraient pas). La valeur de continuité naît de ce lien cognitif.

28Il existe ainsi des énoncés au past perfect dans lesquels la forme composée porte davantage sur les présupposés, soit en les soulignant, soit en les renversant. Sachant que la continuité est une valeur cardinale et non problématique du past perfect. Le phénomène vaut pour les past perfect qui expriment la rupture ; il n’est donc pas restreint à une valeur de la forme composée, mais à la forme composée en tant que telle. La rupture, qui n’est pas la valeur prioritairement associée au past perfect, non seulement existe bel et bien mais apparaît comme la valeur marquée.

29D’où l’intérêt du rapprochement

    • 12 Qu’il s’agisse, pour le français, du plus-que-parfait ou du passé composé (E. Roussel 2007b) :
      (9) (...)
    • 13 E. Roussel 2007a.

    avec l’emploi similaire que font très tôt, de manière marquée, les enfants intellectuellement précoces de la forme composée,12 d’autant que cet emploi est souvent polémique, comme cela peut être le cas d’énoncés au past perfect.13 On pourrait concevoir leur faculté cognitive comme un indice révélateur d’un comportement langagier sous-jacent mais non développé, ou non conscient, chez les sujets non précoces ; et si tel n’est pas le cas, la similitude d’emploi est remarquable ;

    • 14 P. Cotte 1987.

    ou avec la possibilité qu’a le present perfect de focaliser de la sorte sur la notion verbale.14

30Soulignons enfin l’intérêt du fait que la rupture se construit également, entre autres, sur le même principe de l’ordre logique primant dans l’extralinguistique (cf. 8). Nous n’en donnerons qu’un seul exemple.

1.5 Exemple de rupture

31Un énoncé comme (11), s’il renvoie à une rupture, voit sa valeur néanmoins construite sur une propriété cognitive relevée pour la continuité :

(11) Suddenly a triangle began to ring outside, slowly at first, and then faster until the beat of it disappeared into one ringing sound. It stopped as suddenly as it had started. (J. Steinbeck (1937) 1974 : 36)

32Les diverses manipulations suivantes indiquent que la rupture liée à (11) relève avant tout de la pragmatique associée aux deux verbes car, pour un même procès, start précède stop dans l’extralinguistique. C’est de cette relation que naît la valeur d’antériorité qui peut être associée à start :

(11a) It stopped as suddenly as it started
11b) It started as suddenly as it stopped.

33Il serait ici question d’une itération de procès différents or (11) réfère à un procès unique.

(11c) *It stopped as suddenly as it happened / had happened / lasted / had lasted.

34L’irrecevabilité de (11c) est due non pas à la conjugaison des nouveaux verbes mais au moment auquel ils renvoient : le milieu de l’événement, qui ne peut être comparé sur des bases d’égalité – as… as – avec le début : start.

(11d) It started as suddenly as it had stopped.

35(11d) s’applique à deux procès (start renvoie au second procès et stop renvoie au premier procès) et non plus à un seul comme (11).

36En réalité, (11) traite d’un même procès considéré de deux points de vue différents, ce que reflète le past perfect de rupture. Une comparaison est opérée à partir de stop, et elle ne peut concerner qu’une autre partie du procès de nature interne semblable, c’est-à-dire un procès ponctuel (cf. 11c).

37Le past perfect ne rétablit pas la chronologie en explicitant une antériorité mais permet de souligner qu’il ne s’agit là que d’un seul et même procès. Ce qui ressort de l’énoncé, c’est que start vaut précisément en ce qu’il est le pendant de stop pour une même occurrence, occurrence qui par ailleurs vient interrompre le cours des événements de manière inattendue.

  • 15 E. Le Guay 1995.

38Ces remarques conduisent à quelques premières conclusions. Le past perfect, en tant que forme composée, est syntaxiquement une forme marquée et permet des effets de sens impossibles avec le prétérit. Le past perfect a, dans notre analyse, deux valeurs centrales, dont l’une (la continuité) est non marquée,15 et l’autre (la rupture) est marquée. Enfin, le past perfect sert une portée pragmatique de focalisation contrastive sur la notion verbale.

39Ces observations sur l’organisation linguistique et le jeu entre un élément non marqué et un élément marqué sont significatifs dès lors que l’on s’aperçoit qu’ils rejouent, sur les plans syntaxique, sémantique et pragmatique, une organisation cognitive étroitement liée tant à l’acquisition qu’à la production du langage, celle de la mémoire ou, plutôt, des mémoires. Il est en outre particulièrement intéressant d’observer que ces mémoires se distribuent selon qu’elles traitent d’éléments marqués ou non. Ce qui signifie, comme nous allons le voir, que les formes ou les valeurs qui, a priori, ne vont pas de soi (comme la rupture pour le past perfect) sont traitées différemment par le cerveau, et que ce serait la raison pour laquelle elles sont particulièrement signifiantes. L’étude des mémoires va également nous enseigner que les formes non problématiques sont gérées par la mémoire qui traite des processus cognitifs de la planification d’actions (donc d’agencement en suite continue de ces actions), un facteur présenté comme susceptible d’être à la base du développement du langage.

2. Fonctionnement cognitif

  • 16 Kendall A. King 2006 ; A. Morgenstern 2006.
  • 17 Intentions clairement mises au jour ces dernières années dans de nombreuses analyses linguistiques, (...)
  • 18 E. Roussel 2007b.

40Les études sur l’acquisition du langage indiquent que la catégorie (nominale ou verbale) des mots prononcés en premier est liée au développement cognitif.16 La compétence grammaticale développée par les jeunes enfants répond au besoin universel de transmettre les mêmes intentions : la possession, la localisation et la volonté,17 notions qui participent de la prise de conscience de soi mais également de l’autre.18 La compétence lexicale en revanche varie selon les langues. Par exemple, les enfants coréens produisent plus de mots liés à des tâches traduites par des verbes qui reprendront des gestes de maniement d’outils, tandis que les premiers mots acquis par les jeunes anglais sont des noms qui renvoient à des procédés de catégorisation d’objets (K.A. King 2006 : 219). Nous voyons donc ici l’influence de la culture sur le lexique.

41Ces données avérées correspondent en réalité à une répartition très nette des tâches dans les diverses aires cérébrales (au nombre de trois) qui traitent du langage : l’aire de Wernicke, l’aire de Broca et l’aire – ou le territoire – de Geschwind, cette dernière étant connectée aux deux premières grâce à des faisceaux de fibres nerveuses. L’aire de Wernicke gère la compréhension des mots et la relaie à l’aire de Broca qui gère la prononciation des phrases. La troisième aire intervient dans le processus d’appréhension des différentes propriétés d’un mot (vision de sa graphie, sa fonction, son nom) et se situe à l’intersection des cortex auditif, visuel et somatosensoriel. C’est une des dernières structures à s’être développée au cours de l’évolution (elle existerait sous une forme rudimentaire chez les primates), et serait décisive dans l’acquisition du langage selon les neurologues.

2.1 Facteurs biologiques et neurologiques

  • 19 Ainsi appelés parce qu’ils se situent à la base du cerveau ; ils sous-tendent la sélection et le ré (...)
  • 20 Ce qui montre l’important rôle de la mémoire lors de la prise de parole.
  • 21 Influence sur l’acquisition et le traitement des connaissances sémantico-conceptuelles et lexicales
  • 22 Imagerie par Résonance Magnétique ; Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle. La première es (...)
  • 23 M. Habib et al. 2000 : 174.

42D’autres facteurs interviennent dans le langage, notamment de nature biologique et neurologique (M.T. Ullman 2006 : 257 sq), parmi lesquels la mémoire, les émotions ainsi que d’autres domaines cognitifs que l’on pensait dévolus au mouvement et la mémoire : des ganglions (les ganglions de la base),19 l’hippocampe,20 la dopamine (neurotransmetteur de grande influence responsable de certains aspects importants du comportement humain), l’acétylcholine (autre neurotransmetteur), l’oestrogène (qui joue un rôle clef dans l’apprentissage)21 et enfin certains gènes, tel le gène FOX P2 (qui intervient dans la création morphosyntaxique et est présent dans les ganglions de la base dès le stade embryonnaire). Qui plus est, une des zones de convergence des propriétés cognitives langagières et non langagières est le territoire de Geschwind, la troisième aire cérébrale, qui intègre des associations émotionnelles. Au moyen de l’IRM et de l’IRMf,22 il est maintenant possible de visualiser l’activation langagière, notamment lors de l’agencement syntaxique, et l’on observe des associations entre les tâches linguistiques, comme la sélection des mots, et des tâches non linguistiques. Ce qui tendrait à indiquer que ces tâches participent d’une seule et même problématique. Il a en effet longtemps été question du lien [utilisation de l’outil/langage] :23

« Le langage [serait] une conséquence de l’utilisation d’outils et [qui stipule que] la communication gestuelle préexisterait à la communication par la parole. »

  • 24 A. Leroi-Gourhan 1964 cité par M. Habib et al. 2000 : 174.

« Il y a possibilité de langage à partir du moment où la préhistoire livre des outils, puisque outils et langage sont neurologiquement liés et puisque l’un et l’autre sont indissociables de la structure sociale de l’humanité. »24

  • 25 Quel que soit le sens de l’écriture.

43Il est dès lors légitime de concevoir un lien entre le mouvement et le langage qui justifierait l’organisation syntaxique que nous connaissons.25 Les mouvements liés à la fabrication des outils (voir supra le lexique des enfants coréens) résultent d’un effort de planification de gestes nécessitant un recours à la mémoire procédurale (exposée plus loin). Ces mouvements, dits balistiques (W.H. Calvin 2006), c’est-à-dire extrêmement rapides, ne peuvent plus être modifiés une fois amorcés (comme pour enfoncer un clou). Chaque détail de ces mouvements doit être déterminé à l’avance par le cerveau. Il semble que les mouvements de la bouche et les mouvements balistiques de la main dépendent d’une même fonction, essentielle au découpage en séquences (séquences de gestes, séquences de phonèmes, séquences de syllabes, séquences de mots, séquences de syntagmes, séquences de propositions…)· Ce principe est d’ailleurs avancé dans l’explication du langage des signes (M. Habib et al. 2000 : 174) :

« La communication par la parole et par les gestes nécessitent toutes deux une organisation séquentielle et temporelle des mots, et l’évolution a pu favoriser la latéralisation des deux fonctions dans un hémisphère, le gauche. »

44Cette organisation en séquences se retrouve dans une des mémoires, la mémoire procédurale, qui traite de la grammaire, de la syntaxe, des formes régulières (non marquées - pluriels et prétérits), mais aussi du mouvement donc, et de la planification de tâches.

2.2 Les mémoires

45Il existe en effet deux grands types de mémoire, la mémoire à court terme (nécessaire pour se remémorer un numéro de téléphone et le composer) et la mémoire à long terme, laquelle se divise en mémoire déclarative (explicite, disponible à la conscience) et en mémoire procédurale (implicite, instinctive). Il s’avère que les propriétés langagières se distribuent selon ces deux derniers types de mémoire, notamment la gestion des formes régulières (mémoire procédurale) ou irrégulières (mémoire déclarative).

46Les formes irrégulières (pluriels et prétérits anglais) sont sélectionnées plus rapidement par le cerveau. Par exemple, en ce qui concerne le prétérit, on note une sélection en 250 à 340 millisecondes contre 350 à 455 millisecondes pour le prétérit régulier (M.T. Ullman 2006), parce que, contrairement aux apparences, les formes irrégulières nécessitent moins de travail. Les formes régulières sont traitées comme des suites sonores ce qui, paradoxalement, requiert davantage de travail. Cependant, elles n’auraient pas à être apprises puisqu’elles sont régies par ce modèle cognitif d’agencement (c’est-à-dire non marqué). Les formes irrégulières quant à elles doivent être apprises car elles ne peuvent être produites sans réflexion. De fait, ce qui est appris ne nécessite pas d’opération.

47Partant, si l’on s’en réfère à ce qui se passe pour les pluriels et le prétérit de l’anglais, les formes linguistiques marquées (c’est-à-dire celles qui se distinguent sur le plan syntaxique) dépendraient de la mémoire déclarative, qui gère le lexique, la sémantique, mais également les événements biographiques et l’affectif, ces deux derniers étant particulièrement concernés par la pragmatique. Ces formes auraient une portée spécifique dans la mesure où elles s’inscrivent de bout en bout dans un processus cognitif qui intègre l’histoire et le ressenti de l’énonciateur, aussi bien sur le plan neuronal que biologique, qu’il ne partage avec personne d’autre.

48Quant aux formes non marquées, elles seraient gérées par la mémoire procédurale et l’aire de Broca où sont activées des opérations propres au mouvement et à la planification des tâches, c’est-à-dire à un processus d’agencement. La continuité (qu’elle soit syntaxique – organisation des phrases par enchaînement de constituants, sémantique – aspect résultatif ou effet de bilan, ou extralinguistique – relation cause-conséquence) reflète donc cette organisation cognitive. D’où sans doute le caractère non problématique qui lui est associé.

49Le past perfect, s’il obéit aux règles syntaxiques d’agencement propre à la mémoire procédurale (auxiliaire + participe passé ou auxiliaire puis participe passé), n’en est pas moins une forme marquée dans le système en ce qu’il tient du prétérit et du present perfect, et à ce titre il s’oppose soit à l’un soit à l’autre. Par ailleurs, même si la forme est constituée de deux éléments, elle forme en fin de compte un tout (un bloc sémantique) dont la perception relève alors de la mémoire déclarative qui effectue un traitement global. Si les deux mémoires gèrent des éléments différents, il reste qu’elles sont sollicitées tour à tour lors de la prise de parole. Tout comme il y a un lien incessant entre les deux hémisphères.

50Il est peu probable que le past perfect soit uniquement traité comme une simple suite sonore, notamment parce que le participe passé ne se construit pas de manière uniforme pour toutes les occurrences. Il faudrait étudier les activations cérébrales lors de la production des participes passés, mais on peut raisonnablement supposer qu’ils obéissent aux mêmes restrictions observées pour le prétérit. En outre, n’oublions pas l’origine nominale du participe passé anglais. Le cerveau pourrait donc traiter le past perfect différemment, ce qui expliquerait ses effets de sens particuliers.

51L’étude neurolinguistique nous donne ainsi accès aux diverses activations cérébrales et processus bio-neurologiques à la base des formes linguistiques, qu’elles relèvent du lexique ou de la syntaxe, et justifie la prise en compte de facteurs qui ne sont pas typiquement linguistiques mais qui interviennent dans l’interprétation des énoncés.

3. Conclusion

  • 26 Théorie de la latéralisation fonctionnelle du cerveau. Cet hémisphère droit est également le cervea (...)

52Nombre de facteurs autres que lexicaux et syntaxiques interviennent tout au long du processus d’élaboration et de production de constructions linguistiques et légitiment l’analyse pragmatique qui prend en compte les présupposés, les connaissances partagées, le vécu propre à chacun des participants de la situation de communication et les relations qu’ils souhaitent instaurer l’un vis-à-vis de l’autre. Ce, compte tenu du fait que la compétence grammaticale est universelle là où la compétence lexicale est liée à la culture. Dichotomie (que confirme l’IRM) relayée par les mémoires et le processus de latéralisation des hémisphères. En effet, l’hémisphère gauche (intellectuel) véhicule des idées et produit des mouvements (traitement séquentiel), mais c’est l’hémisphère droit (sensoriel) qui permet leur réalisation et leur interprétation.26 Nous savons en outre aujourd’hui (G. Dehaene 2002 et 2006) que cette répartition des tâches dans des aires aux « fonctionnalités différentes mais complémentaires » du cerveau est présente chez le nourrisson (G. Dehaene-Lambertz 2002 et 2006) :

  • 27 C’est moi qui souligne.

… le nourrisson de 3 mois, bien qu’incapable de répéter des phrases entières, possède déjà le circuit neuronal qui permet de repérer certains éléments répétés de la phrase. […] L’IRMf a permis aux chercheurs de constater que ces phrases provoquent l’activation en cascade des régions temporales et frontales. […] Cette progression de la réponse pourrait correspondre à une intégration du signal sonore dans des unités de plus en plus longues, permettant ainsi au nourrisson d’accéder à la structure emboîtée des phrases.27

53Je mentionnerai encore un argument diachronique en faveur d’une influence de ces spécificités cognitives sur la structure de la langue, en suivant G. German (2001 : 127) lorsqu’il suggère la possibilité de l’existence d’un substrat brittonique à la langue anglaise :

They [Thomason & Kaufman 1991] demonstrate that such substratal influence on a language primarily concerns grammatical structures rather than vocabulary. This would simultaneously seem to answer the frequently asked question of why there appear to be so few Celtic words in English… and provide a logical explanation for morphosyntactic parallels between Celtic and English.

54On retrouve d’une part l’opposition grammaire/lexique, la grammaire étant liée à un modèle syntaxique qui aurait perduré, et d’autre part un facteur (selon German) en faveur du passage de l’anglais synthétique à une langue analytique (une mutation qui relève donc entièrement de l’organisation syntaxique, traitée, comme la grammaire, par la mémoire procédurale) dans la mesure où la mutation morphologique (apparition d’un équivalent des do et des prépositions) aurait eu lieu en brittonique dès le 6e siècle (2001 : 129-131).

55L’analyse présentée ici donne les raisons de la subjectivité et du commentaire liés à la forme composée dans l’approche énonciative ; elle justifie également l’influence d’éléments autres que sémantiques ou syntaxiques dans la production (et donc l’interprétation) de l’énoncé (contexte, informations extralinguistiques – expérience, émotions..) défendue par la pragmatique et permet ainsi d’expliciter la notion de commentaire ; elle va dans le sens de l’analyse diachronique d’un développement spécifique à la grammaire et au lexique ; elle conforte enfin les hypothèses fondées sur tout système d’opposition, quel qu’il soit, qui présiderait à la sélection de telle ou telle forme linguistique. A ce titre, elle ouvre de nouvelles pistes de réflexion susceptibles de faire progresser les connaissances actuelles sur le langage, notamment en ce qui concerne le rôle de l’hémisphère droit.

Top of page

Bibliography

Allen, R. L. (1966), The Verb System of Present-Day American English, Mouton and Co., Paris : La Haye.

Bouscaren, J. (1982), « La forme had-en ou past perfect », in Cahiers de recherche, t.1, Paris : Ophrys, p. 75-114.

Bouscaren, J., Chuquet, J. (1987), Grammaire et textes anglais : guide pour l’analyse linguistique, Gap : Ophrys.

Bouscaren, J. (1991), Linguistique anglaise : initiation à une grammaire de l’énonciation, Gap : Ophrys.

Calvin, W.H. (2006), “The Emergence of Intelligence”, in Becoming Humans, Scientific American, Special edition, p. 85-92.

Close, R.A. (1962), English as a Foreign Language, Londres : George Allen & Unwin Ltd.

Cotte, P. (1987), « Réflexions sur l’emploi des temps du passé en français et en anglais à la lumière de deux évolutions récentes du système verbal de l’anglais », Contrastes, 14.15.

Culioli, A. (1980)., « Valeurs aspectuelles et opérations énonciatives : l’aoristique » in La notion d’aspect, Actes du colloque organisé par le centre d’Analyse syntaxique de l’Université de Metz, p. 181-193.

Culioli, A. (1990), Pour une linguistique de l’énonciation, opérations et représentations, t.1, HDL, Gap : Ophrys.

Dehaene, S. (2006), Comment l’apprentissage de la lecture modifie-t-il les circuits cérébraux ?, Communication au Congrès de l’AFEP, Paris IV.

Dehaene-Lambertz, G. (2006), « L’organisation du cerveau du nourrisson pourrait-elle expliquer l’acquisition rapide de la langue maternelle ? », Communication du CNRS, Unité Inserm 562 “Neuroimagerie cognitive”, CEA-SHF, Orsay.

Desclés, J.-P. (1989), «State, events, process and topology», in General Linguistics, Vol. 29(3), University Park et Londres : The Pennsylvania University Press, p. 159-200.

Desclés, J.-P. (1993), « Eléments pour une typlogie de procès », in Cahiers de recherche, t.6, Paris : Ophrys, p. 7-34.

Dubos, U. (1990), L’explication grammaticale du thème anglais, Paris : Nathan Université.

Franckel, J.-J., Paillard, D., De Vogüé, S. (1988), « Extension de la distinction discret, dense, compact au domaine verbal », in Termes massifs et termes comptables, s. la dir. De J. Kleiber et G. Kleiber, Coll. Recherches linguistiques (Université de Metz), Paris : Klincksieck, p. 215-238.

Fuchs, C., Léonard, A.-M. (1979), Vers une théorie des aspects, Paris : Mouton.

Fuchs, C. (1991), Les typologies de procès, Paris : Klincksieck.

Garnier, G. (1985), Linguistique et traduction, Caen : Paradigme.

German, G. (2001), “The genesis of analytic structure in English: the case for a Brittonic substratum”, in Travaux de diachronie 2, Actes du colloque ALAES-GRAAT, Diachronie 2000, Publications de l’Université François-Rabelais, Tours, p. 125-141.

Guillaume, G. (1929), Temps et verbes : théorie des aspects, des modes et des temps, Paris : Champion.

Guillemin-Flescher, J. (1981), Syntaxe comparée du français et de l’anglais : problèmes de traduction, Paris : Ophrys.

Habib, M., Joanette, Y., Roch Lecours, A. (2000), Le cerveau humain et les origines du langage, Médecine/Sciences 2000, n°2, vol.16, p. 171-180.

Hirtle, W.H. (1975), Time, aspect and the verb, Québec : Les Presses de l’Université Laval.

Jespersen, O. (1931), A Modem English Grammar on Historical Principles, IV, Time and Tenses, Heidelberg : Carl Winters.

Kenny, A. (1963), Action, Emotion and Will. Londres : Routledge & Kegan Paul.

King, K.A. (2006), “Child Language Acquisition”, in An Introduction to Language and Linguistics, Cambridge : Cambridge University Press, p. 205-234.

Kruisinga, E. (1911), A Grammar of Present-Day English, Over den Te Utrecht : Kemink & Zoom.

Le Guay, E. (1995), Recherches sur le Past Perfect en anglais contemporain. Thèse de Doctorat, Université de Paris IV, Paris Sorbonne.

Leroi-Gourhan, A. (1964), Le geste et la parole : technique et langage, Paris : Albin Michel.

Morgenstern, A. (2006), Un JE en construction. Genèse de l’auto-désignation chez le jeune enfant, Bibliothèque des Faits de Langue, Linguistique, Paris : Ophrys.

Pottier, B. (1992), Sémantique générale, Paris : Presses Universitaires de France.

Poutsma, H. (1921), A Grammar of Late Modem English, The Parts of Speech, section II, The Verb and the Particles II, Groningue : P. Noordhoff.

Quirk, R. & al. (1985), A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres : Longman.

Roussel, Ε. (1999), “She had been healthy and beautiful when he married her”, in : Anglophonia/Sigma n° 6/1999, Université de Toulouse-Le Mirail, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, p. 235-258.

Roussel, Ε. (2007a), Une propriété pragmatique du past perfect, à paraître in CORELA – Cognition, Représentations, Langages, vol. 5, n° 2.

Roussel, Ε. (2007b), Déviation ou variation ? Le cas des E.I.P. ou : Forme composée et fonctionnement cognitif à paraître aux Presses Universitaires de Rouen.

Salkie, R. (1990), “Perfect and Pluperfect”, in Travaux linguistiques du CerLiCO : 2. L’auxiliaire en question / sous la direction de Jean-Louis Duchet, Rennes : Presses Universitaires de Rennes 2, p. 185-219.

Tesnières, L. (1939), « Théorie structurale des temps composés », in Mélanges de linguistique offerts à Charles Bally, Genève : Georg & Cie, p. 153-183.

Thomason, T.G., Kaufman, T. (1988), Language Contact, Creolization, and Genetic Linguistics, Berkeley, Los Angeles & Londres : University of California.

Ullman, M.T. (2006), “Language and the Brain”, in An Introduction to Language and Linguistics, Cambridge: Cambridge University Press, p. 235-273.

Vendler, Z. (1967), “Verbs and Times”, Philosophical review, 56, p. 143-160.

Visser, F. (1963), An Historical Syntax of the English Language, E.J. Brill, Leiden, Part I, Syntactical Units with one Verb, (1966) Part II, Syntactical Units with one Verb, (1973) Part III, second Half, Syntactical Units with two Verbs and More.

Weinrich, H. (1973), Le Temps : le récit et le commentaire, Paris : Seuil.

Source des exemples

Hartley, L.P. (1958), The Go-Between, 2e éd., Londres : Penguin.

Lessing, D. (1989), The Grass is Singing, 14e éd., Londres : Paladin.

Murdoch, I. (1984), The Flight from the Enchanter, 4e éd., Londres : Penguin.

Singer, I.B. (1989), Enemies, A Love Story, 2e éd., New York : Signet.

Steinbeck, J. (1974), Of Mice and Men, 2e éd., Londres : Pan.

Top of page

Annex

Mémoires et aires cérébrales

Top of page

Notes

1 E. Le Guay 1995, E. Roussel 1999,2007a et 2007b.

2 E. Kruisinga, H. Poutsma, O. Jespersen, R.A. Close, R.L. Allen, F.T. Visser, G. H. Weinrich, A. Culioli, H. Adamczewski, J. Bouscaren, J. Chuquet, J. Guillemin-Flescher, U. Dubos, G. Garnier, Quirk & al., R. Salkie, P. Cotte entre autres pour la partie portant sur l’anglais.

3 Le past perfect ne satisfaisant pas totalement à celles établies par A. Kenny, Ζ. Vendler, C. Fuchs, C. Fuchs & A.M. Leonard, J.J. Franckel, D. Paillard, S. de Vogüé ou J.P. Desclés.

4 T3, T4, T5, ordonnés ainsi : Image 10000000000000F20000001E54AADCDD.jpg

5 Ε. Le Guay 1995, Ε. Roussel 2007a.

6 Comme par exemple : The last few entries are in code. Not a pretence code (...) but a real one like pepy’s – perhaps I had heard of his. (L. P. Hartley 1958 : 32).

7 E. Roussel 2007a.

8 E. Roussel 2007b.

9 Qui indique la dévirtualisation de la notion verbale ou la visée de valeur positive de la relation predicative selon les analyses.

10 Je remercie l’un de mes relecteurs pour cette remarque.

11 Je reprends ici un exemple issu de E. Roussel 2007a.

12 Qu’il s’agisse, pour le français, du plus-que-parfait ou du passé composé (E. Roussel 2007b) :
(9) « Mais, tu avais claqué la porte. Tu ne l’avais pas fermée. »
(5 ans) (10) « Tu as crié, tu n’as pas chuchoté ! » (3 ans ½)

13 E. Roussel 2007a.

14 P. Cotte 1987.

15 E. Le Guay 1995.

16 Kendall A. King 2006 ; A. Morgenstern 2006.

17 Intentions clairement mises au jour ces dernières années dans de nombreuses analyses linguistiques, tous courants confondus.

18 E. Roussel 2007b.

19 Ainsi appelés parce qu’ils se situent à la base du cerveau ; ils sous-tendent la sélection et le rétablissement des connaissances.

20 Ce qui montre l’important rôle de la mémoire lors de la prise de parole.

21 Influence sur l’acquisition et le traitement des connaissances sémantico-conceptuelles et lexicales.

22 Imagerie par Résonance Magnétique ; Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle. La première est une technique tout à fait inoffensive basée sur les propriétés magnétiques des tissus et la seconde permet de visualiser les zones cérébrales actives en réponse à un stimulus.

23 M. Habib et al. 2000 : 174.

24 A. Leroi-Gourhan 1964 cité par M. Habib et al. 2000 : 174.

25 Quel que soit le sens de l’écriture.

26 Théorie de la latéralisation fonctionnelle du cerveau. Cet hémisphère droit est également le cerveau émotionnel ; or, il est particulièrement intéressant de noter que les sujets précoces utilisent l’hémisphère droit pour le langage, le même hémisphère qui gère l’affectif, et cela se traduit chez eux par une nécessité absolue d’utiliser le mot « juste » (cf. les énoncés 9 et 10), là où les non précoces parlent « avec l’hémisphère gauche » (P. Broca). Les précoces développent donc rapidement leur lexique, et ce sans le moindre effort. D’où parfois des quiproquos et incompréhensions entre sujets précoces et sujets non précoces, où les précoces sont considérés par les non précoces comme pointilleux voire précieux, alors que les uns et les autres réfèrent à la même chose.

27 C’est moi qui souligne.

Top of page

List of illustrations

URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/818/img-2.jpg
File image/jpeg, 144k
Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuelle Roussel, « Point de vue neurolinguistique sur des réalisations linguistiques », Anglophonia/Sigma, 11 (22) | 2007, 161-177.

Electronic reference

Emmanuelle Roussel, « Point de vue neurolinguistique sur des réalisations linguistiques », Anglophonia/Sigma [Online], 11 (22) | 2007, Online since 13 December 2016, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/818 ; DOI : 10.4000/anglophonia.818

Top of page

About the author

Emmanuelle Roussel

Université de Caen - Basse Normandie - CRISCO (FRE 2805).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org