Skip to navigation – Site map

De ĐURFAN à NEED : histoire d’une disparition

Céline Roméro
p. 179-204

Abstract

In Old and Middle English, ĐURFAN is part of the preterite-present verb class. These verbs are considered the ancestors of the Contemporary English modal verbs. ĐURFAN expresses need and necessity. We could then claim that it is the perfect candidate to express modality and be part of the class of modal verbs. Yet, it is not this morphological form that we find today. It is NEED we are now dealing with as a modal verb. This latter form is very close to the forms of NIEDAN / NEODIAN and NEDEN we find in Old and Middle English. This paper aims to show why ĐURFAN disappeared in Contemporary English and why NEED emerged, whereas those two forms coexisted in Old and Middle English. Our hypothesis is that ĐURFAN / ĐURFEN indeed disappeared but that the verb NEED (which replaced them) has the same syntactic and semantic characteristics as ĐURFAN, as well as the lexical characteristics it already possessed in Old and Middle English.

Top of page

Full text

1. Situation en vieil-anglais

  • 1 Les verbes forts ont un prétérit qui ne comporte aucun suffixe. L’opposition du présent et du prété (...)

1En VA, il existe deux types de verbes pour exprimer la nécessité, le besoin : le perfecto-présent ĐURFAN et les deux verbes NEADIAN (verbe faible) et NIEDAN (verbe fort).1

1.1 Syntaxe et sémantique de ðurfan

1.1.1 Classe des perfecto-présents

2La classe des perfecto-présents est une classe particulière de verbes : ce sont des verbes qui ont la forme d’un parfait, mais la valeur d’un présent (par exemple «I have got» en anglais contemporain). D’après la classification de Mossé (1945) : 118-21, le verbe ĐURFAN appartient à la classe 3. Par classes, on entend les séries d’oppositions vocaliques entre le présent, le prétérit singulier, le prétérit pluriel et le participe passé : c’est ce qu’on appelle l’apophonie (que l’on retrouve dans tous les verbes irréguliers en anglais contemporain, ou AC). C’est sur le modèle des verbes forts que les perfecto-présents ont été classés. D’après Clark-Hall (1894), ĐURFAN veut dire «to need, be required; be needy», mais aussi «must, have occasion to; owe, be under an obligation», ce qui en fait un candidat à la modalité, et ce qui, sémantiquement, le rapproche des verbes NEADIAN, NEODIAN et NIEDAN.

3C’est parmi les membres de cette classe de verbes que nous retrouvons tous les ancêtres des verbes modaux. Mais bien que ĐURFAN en fasse partie, on ne le trouvera pas en anglais contemporain, mais, à sa place, on aura le verbe NEED.

1.1.2 Incidence sur la syntaxe

  • 2 Selon la théorie minimaliste, le groupe verbal (VP) est constitué d’un « cœur » (VP core) et d’une (...)

4Dans Roméro 2005, nous présentons la syntaxe des perfecto-présents, et nous montrons qu’à cette classe de verbes particuliers correspond une position syntaxique spécifique que nous avons nommée vModal (c’est un type particulier de v,2 qui se rapproche syntaxiquement des verbes causatifs en anglais contemporain). Nous n’entrerons pas dans les détails de l’analyse proposée, mais nous donnons la structure de la phrase VA contenant un perfecto-présent (suivi d’un infinitif), laquelle nous servira ultérieurement.

5La représentation est donc la suivante :

6Donnons maintenant quelques explications. Nous travaillons dans le cadre du programme minimaliste de Chomsky (Chomsky 1995 et 1998), et plus particulièrement, nous utilisons ses nouvelles hypothèses : les phases (Chomsky 1999 et 2001). Le lexique utilisé dans la dérivation d’une phrase est généré avec un ensemble de traits formels (ou grammaticaux) et/ou un ensemble de traits lexicaux. Au fur et à mesure de la progression de la dérivation, les traits formels d’un item sont effacés lorsqu’ils sont satisfaits par une position syntaxique, plus précisément par une tête fonctionnelle (C, Τ ou v, par exemple).

7En ce qui nous concerne, l’analyse est la suivante : le perfecto-présent (en l’occurrence ĐURFAN) est généré sous vΜοdal avec un trait de temps ([-Past] ou [+Past]) et un trait [+Modal] (que les perfecto-présents sont les seuls à posséder). Ces deux traits sont formels. vΜοdal est un ν particulier, qui a presque les mêmes caractéristiques que v. D’après Marantz 1999, et notre analyse, ce vΜοdal possède trois des cinq propriétés des v, et ces propriétés ne concernent que la sémantique : il identifie un verbe, il fournit une sémantique événementielle, et agentive le cas échéant. Le sujet, quant à lui, est généré sous Spec,VP, car VP possède des traits EPP (la capacité de générer une position pour le sujet de la phrase, ce que ne possède pas vΜοdal), le sujet monte ensuite à Spec,TP. Le cas nominatif est donné par V, mais il y a accord grammatical (par exemple, pour le pluriel) entre le sujet et le perfecto-présent. A ce stade, la dérivation peut encore capoter, car le trait de temps du perfecto-présent n’a pas encore été satisfait. C’est la tête Τ qui satisfait le trait de temps du perfecto-présent.

  • 3 On appelle verbe de montée un verbe qui n’assigne pas de θ-rôle (rôle thématique) externe, c’est-à- (...)

8La structure (1) illustre aussi que lorsqu’un perfecto-présent est suivi d’un verbe à l’infinitif, celui-ci appartient à un VP. Et comme le sujet sémantique est celui de V, le perfecto-présent est alors un verbe de montée3 (voir Roméro 2005 pour plus de détails).

9Prenons maintenant quelques exemples, et illustrons-les.

tu n’auras plus besoin de te soucier de moi et de prendre soin de mon corps. (cobeowul, 16.448.374)

...(pour) qu’elle ne fût obligée d’entreprendre un voyage aussi dangereux, pénible et incertain... (cobede, Bede_l :13.56.6.521)

Nul homme n’a besoin de chercher l’abîme profond fait de brûlantes et cruelles flammes... (coblick,HomU_19_[BlHom_8] : 103.112.1322)

10L’exemple (3) a la structure suivante (nous reviendrons sur la négation au §1.3) :

11En ce qui concerne les têtes fonctionnelles ModeRéel et ModeIrréel, nous renvoyons le lecteur à Roméro 2005.

12A la lumière de la Morphologie Distribuée (Halle and Marantz 1993 et Halle and Marantz 1994), expliquons la morphosyntaxe des deux formes de ĐURFAN que nous venons de voir à l’aide de deux structures complexes de TP. Comme pour le programme minimaliste, les items sont générés dans le lexique avec un ensemble de traits formels. Dans la Morphologie Distribuée, chaque morphème (c’est-à-dire le noeud terminal d’une projection) possède un ensemble de traits syntaxiques et sémantiques. C’est le morphème qui présente les meilleurs traits formels qui sera choisi et inséré, d’où une compétition morphologique (plusieurs morphèmes sur la ligne de départ, mais un seul à l’arrivée). Ainsi, nous avons les structures morphologiques pour ϸorfte (indicatif prétérit) et ϸurve (subjonctif présent).

13Dans ces deux exemples, il y a d’abord choix du morphème temporel, pour exprimer un indicatif prétérit dans la forme ϸorfte : la compétition se fait d’abord entre les morphèmes de temps <Ø> ([-past, -irréel]) ou <-t> ([-past, +sg2, -irréel]), et <-te> ([+past, -irréel]). Comme une forme prétérite a été choisie dans le lexique, le morphème qui répond le mieux aux critères de choix est <-te>. Puis vient le choix de la voyelle radicale parmi les voyelles <u> ([+infinitif]), <ea> ([-past, +Sg, - irréel]), <o> ([-past, +pl, -irréel]) et <o> ([+past, -irréel]). La compétition ne sera pas rude car le choix du morphème temporel induit celui de la voyelle radicale : ce sera donc <o>. Avant l’insertion lexicale, il y a Fusion Totale des différents morphèmes (deux noeuds terminaux qui sont soeurs, c’est-à-dire contigus, fusionnent en un seul nœud), et nous obtenons la forme ϸorfte. Pour la forme ϸurfe, le processus est identique : d’abord choix du morphème temporel <-e> possédant les traits [-past, +irréel], puis, par voie de conséquence, choix de la voyelle radicale <u> [+irréel]. Enfin, les différents morphèmes fusionnent totalement pour donner la forme ϸurfe.

14On pourrait représenter ces processus de deux manières :

15Soit sous la forme d’équivalences,
/ϸαrf/→ racine
/o/→ [+past, -irréel]
/te/→ [+past, +sg]
=> [T-V-Agr-Mode-Sg2] ↔ ϸorfte [modal, past, sg2, réel]

16Soit sous la forme d’une arborescence,

17Quant à la seconde forme, on pourra la représenter de la même manière :

18Soit,
/ϸαrf/→ Racine
/u/→ [+irréel, -past]
/e/→ [+irréel, +sg]
=> [T-V-Agr-Mode-Sg3] ↔ ϸurfe [modal, présent, sg3, irréel]

19Soit,

20Ainsi, dans les cadres de notre analyse (les phases et la Morphologie Distribuée), nous pouvons voir que les choix morphologiques et syntaxiques ne sont pas anodins : ils nous permettent de différencier les perfecto-présents des autres verbes.

1.2 Syntaxe et sémantique de NEADIAN / NIEDAN

  • 4 Je tiens à remercier Melle Sophie Dorée (Université de Picardie) pour m’avoir communiqué l’informat (...)

21Parallèlement à ĐURFAN, il existe un verbe fort NIEDAN et un verbe faible NEADIAN. D’après Clark-Hall (1894), le premier veut dire «to compel, force, urge, press» et il se retrouve sous la forme NEED en anglais contemporain. Le second, quant à lui, possède deux sens : le premier est le même que pour NIEDAN, le second est celui du verbe NEODIAN, c’est-à-dire «to be necessary, require, be required», lequel se retrouve aussi sous la forme NEED en anglais contemporain. Ainsi, NIEDAN, NEADIAN et NEODIAN ont le même sens. De plus, ces trois verbes sont morphologiquement très proches (ils ont la même racine). Il existe aussi deux substantifs : NIED qui exprime la nécessité, la contrainte et NEOD qui exprime lui aussi la nécessité, la contrainte, et le désir. Ces deux substantifs se retrouvent en plus grand nombre en comparaison de ĐARF4 que l’on ne trouve que jusqu’aux environs de 1225. Par contre, aucun adverbe dérivé de ĐURFAN n’a été trouvé (ce qui n’est pas le cas pour les verbes fort et faibles que nous venons de mentionner).

22Dès lors, on comprend peut-être mieux pourquoi NEED a été préféré à ĐURFAN : statistiquement, les occurrences de NIEDAN et NEADIAN (et de leurs dérivés nominaux, adjectivaux et adverbiaux) surpassent en nombre celles de ĐURFAN et ĐARF.

23Mais, comme nous l’avons montré précédemment, ces verbes n’auront pas la même syntaxe puisque ce sont des V lexicaux. Lorsqu’ils seront suivis d’un infinitif, celui-ci appartiendra non à un VP (comme c’est le cas avec les perfectoprésents), mais à un TP (même s’il n’est pas introduit par un TO visible en VA) ou un CP. La structure syntaxique de ces verbes (en admettant la présence d’un second verbe à l’infinitif) sera :

24Ou bien,

25Donnons maintenant quelques exemples.

mais, chère âme, veux-tu que celui qui contraint un autre à boire contre son gré soit obligé de supporter la faute des deux...
(colsigewZ,ÆLet_4_[SigeweardZ):1262.642)

Aucun prêtre ne boit innocemment sans modération, ni n’encourage un homme à boire beaucoup. (colsigeXa,ÆLet_l_[Wulfsige_Xa] :74.89)

... qu’ils contraignaient les rois anglais avec leurs hommes redoutables. (coaelive,ÆLS_[Abdon_and_Sennes]:40.4751)

26L’exemple (11) aura la représentation suivante (voir (14) à la page suivante, le schéma (13) n’étant pas utilisé) :

27Ces trois exemples nous permettent de voir que les verbes NEODIAN, NEADIAN et NIEDAN ne se traduisent pas toujours par «to need, be required ; be needy», cependant ils portent en eux, à la fois cette notion d’obligation, de besoin et la notion – sous-jacente – de nécessité. Peut-être, dès le VA, le remplacement de ĐURFAN par NEED se met inconsciemment en place : dans l’ensemble du corpus (Pintzuk and Leendert 2001 et Taylor et al. 2003), il y a autant d’occurrences de ĐURFAN que de NEODIAN, NEADIAN et NIEDAN, mais c’est sans compter les occurrences des adverbes et substantifs dérivés de ces derniers : la racine NIED/NEOD- est bien plus utilisée par le locuteur VA que le perfecto-présent ĐURFAN (et la racine ĐURF/ĐARF-).

1.3 Négation

28Les exemples qui suivent illustrent deux points importants du VA :

  • la concordance négative (si, dans une phrase, il y a au moins deux éléments négatifs, ceux-ci ne s’effacent pas, mais expriment conjointement une seule et même négation, voir Haegeman and Haeberli 1995).

    • 5 Un opérateur négatif doit être dans une configuration Spec-tête avec un X0 [+NEG] ; et un X0 doit ê (...)

    le critère Neg («a NEG operator must be in a spec-head configuration with a X0 [+NEG]; and an X0 [+NEG] must be in a spec-head configuration with a NEG operator»5 Haegeman 1997 : 116, et voir aussi Haegeman and Zanuttini 1991).

  • 6 La c-commande (ou constituent-command) est une relation syntaxique qui permet, au sein d’une arbore (...)

29Nous redéfinissons seulement le critère Neg dans le cadre minimaliste de notre analyse : toute tête négative H doit être dans une relation de tête (fonctionnelle) à tête (fonctionnelle) avec un opérateur négatif, réalisé ou pas (c’est-à-dire visible ou pas), dans son domaine minimal de recherche ; la tête négative c-commande6 alors localement un opérateur négatif (voir Chomsky 2001 : 12).

mais celui qui reçoit l’amitié de Dieu ne doit jamais croire qu’elle changera à son égard... (coblick,HomS_l4 [BlHom_4]: 195.264.662)

(16)

Ne

ϸearft

ϸu

no

Wenan

ϸæt

ða

NEG

as besoinIND.PRES

tu-NOM

en aucun cas□

Croire

que

le-NOM

wlitegan

tungl

ðæs

eowdomes

aðroten

magnifique-NOM

astre-ΝΟΜ□

le-GEN

service-GEN□

sans relâche-PART.PASSE□

weorðe

ær□

domes□

dæge;□

soit-SUBJ.PRES□

jusqu’au□

jugement-GEN□

jour-DAT;□

Tu ne dois pas croire que tu ne puisses servir le Dieu Tout-Puissant sans relâche jusqu’au jour du jugement dernier ; (cometboe,200.29.38.508)

(17)

ϸæt

ic□

ne

ϸurfe

lybban□

VII

dagas

que

je-ΝΟΜ□

NEG

est

nécessaire-

restera□

sept

jours-ACC□

SUBJ.PRES□

ofer□

ϸe in□

ϸisum□

middanearde.□

en□

toi sur

cette-DAT

terre-DAT.□

…que je ne voudrais rester sept jours supplémentaires sur cette terre après ton départ.
(cogregdC,GD_l_[C]: 8.53.18.606)

30Dans l’exemple (17), bien que le second opérateur négatif ne soit pas réalisé, le critère Neg s’applique néanmoins. Mais avant cela, montrons la position communément admise de la tête fonctionnelle Neg en VA (mais nous pouvons parfois trouver surtout à la période du VA tardif – l’ajout de not, voir Haegeman and Zanuttini 1991).

31Prenons l’exemple (15) afin d’illustrer ce que nous venons de dire. Cet exemple, dans lequel s’applique le critère Neg, a alors la structure suivante. Pour le moment, nous ne faisons pas de différence entre lecture déontique (vModal) et lecture épistémique (Mode), ni ne parlons de la fusion T-Neg au niveau morphologique :

32Le critère Neg s’applique de la sorte : la tête négative Neg entre en relation avec la tête négative Adv, Neg c-commande alors localement (dans le domaine T) Adv, sans que T ne bloque cette relation (le trait [+Neg] de T a déjà été satisfait avant l’adjonction de l’adverbe).

1.4 Modalité

33Pour les autres membres de la classe des perfecto-présents, des lectures modalisantes ne sont pas aisées, mais pour ĐURFAN la tâche est plus facile : la notion de nécessité est partie intégrante de la modalité. Aussi, ĐURFAN peut avoir une lecture épistémique ou déontique. Ces lectures peuvent être facilitées par l’emploi de la négation (dans ce cas, ĐURFAN est considéré comme un verbe modal) ou d’adverbes dits de modalité. Selon qu’il est déontique ou épistémique, la syntaxe sera différente (voir Roméro 2005 pour une analyse détaillée).

1.4.1 Adverbes et modalité

34Regardons maintenant quels types d’adverbes nous trouvons avec ĐURFAN. Nous soulignerons leur syntaxe, avant d’interroger leur aspect sémantique et de les relier, ou non, à la modalité (épistémique). Rappelons que, syntaxiquement, les adverbes sont des adjoints et qu’ils sont générés in situ (cependant, nous ne suivrons pas l’analyse de Cinque 1999 qui considère les adverbes comme des Spec de projections fonctionnelles).

35Sur l’ensemble des exemples que nous avons, la grande majorité des adverbes trouvés sont des adverbes de temps. Aucun d’entre eux n’entre dans la catégorie des adverbes de modalité (à part peut-être swa). Nous prendrons en priorité les phrases qui contiennent au moins deux adverbes, afin d’en faire une hiérarchie, en suivant le modèle de Cinque 1999 (hiérarchie que nous compléterons avec l’analyse faite dans Roméro 2005 suivant les adverbes trouvés).

36

Il n’est besoin d’aucun espoir pour une quelconque lumière... (coblick,HomS_17_[BlHom_5]:63.139.763)

N’ayant pas de rejetons, je ne crains pas la course de la meute destructrice. (coriddle, 188.19.236)

37

...et je n’éprouve aucune difficulté à prouver cela. (cogregdC,GDPref_and_4_[C]:6.270.25.3911)

... & qu’il n’est besoin de réprouver de manière tout aussi excessive ce que les écritures ordonnent. (cowulf,WHom_9:133.758)

38Nous donnons la liste des adverbes que nous avons trouvés :

  • Adverbes de temps : ær « bientôt, déjà », eft « souvent », gyt « déjà, encore », leng « longtemps », næfre « toujours, jamais », nu « maintenant », toweard « vers le futur », a « alors », ϸonne « alors, déjà », siððan « depuis, désormais, alors ».

  • Adverbes de lieu : her « ici », ϸær « où ».

  • Adverbes de manière : hrælice « soudainement », hlude « bruyamment », huru « néanmoins, seulement », na « pas, jamais », oferlice « excessivement », swa « ainsi, en conséquence », swiðe « beaucoup, extrêmement », ϸonne « ainsi », wiht « tout ».

39ainsi que leur position syntaxique selon Cinque 1999 :

40En plus des adverbes de temps, nous avons beaucoup d’adverbes aspectuels (selon la terminologie de Cinque). Seul l’adverbe swa pourrait appartenir à la catégorie des adverbes de modalité.

41Aucun de ces adverbes n’influence la lecture modalisante de ĐURFAN dans les différents exemples trouvés. Regardons maintenant si nous rencontrons le même type d’adverbe avec les verbes NEODIAN, NEADIAN et NIEDAN.

42Les adverbes employés avec NEODIAN, NEADIAN et NIEDAN sont les mêmes qu’avec ĐURFAN. Nous avons donc choisi deux exemples où apparaît l’adverbe swa, afin de voir si celui-ci appartient à la tête fonctionnelle ModObligation (et ainsi ces trois verbes amorceraient leur « appartenance » à la modalité) lorsqu’il est employé avec ces verbes lexicaux.

(25)

Understand□

nu,□

Petrus,□

hwilcere□

geearnunge□

Comprends-

maintenant,

Pierre-NOM,□

quiconque-GEN□

mérite-GEN

IMP□

ϸæs□

wer□

wære,□

ϸe

wæs□

for□

cet-NOM□

homme-

fût-

qui

était-

parce que□

NOM□

SUBJ.PRET,□

IND.PRET

eleleaste□

swa

geneadod…

obligation

ainsi

Nécessaire-PART.PASSE…□

étranger□

Tu peux ainsi en conclure, Pierre, le mérite qu’avait cet homme qui, poussé par la nécessité, (changea la nature de cet élément.) (cogregdH,GD_1_[H]:5.44.19.451)

(26)

swa

sticcemælum

all□

hiora

mægðe□

neded

ainsi

graduellement

tous-

leurs

peuples-NOM□

obligés-

NOM□

PART.PASSE

wære,□

ϸæt

hio□

hiora

ald□

bigong□

fussent-

que

ils-NOM□

leurs

Anciennes-

cultures-ACC□

SUBJ.PRET,□

ACC□

forleorte□

&

ϸæt

niowe□

beode.□

passassent devant-SUBJ.PRET□

&

ce-

nouveau-ACC

décrétât-

ACC

SUBJ.PRET.□

... et ainsi, petit à petit tous leurs peuples durent changer leurs anciennes croyances en une nouvelle. (cobede,Bede_5:l 1.416.12.4182)

  • 7 Fait intéressant, nous avons remarqué qu’en VA les adverbes de modalité ne se trouvaient qu’avec de (...)

43Dans les deux exemples, swa fonctionne bien avec la notion d’obligation déjà contenue dans le participe passé. On est donc amené à penser que, dans ce type d’exemples, swa appartient à la catégorie des adverbes de modalité (comme dans l’exemple (25)).7

2. Situation en moyen-anglais

44A la période moyen-anglaise, nous n’avons plus que deux verbes « en concurrence » : le perfecto-présent ĐURFEN et le verbe lexical NEDEN (les trois formes du VA ayant fusionné en une seule) qui garde le sens de «to need, be necessary, required».

2.1 Statut de ĐURFEN par rapport à NEDEN

2.1.1 ĐURFEN et les perfecto-présents

  • 8 Un constituant A (une tête) gouverne un constituant Β (le complément de cette tête A) si et seuleme (...)

45Comme en VA, ĐURFEN veut dire «to need, be necessary». Mais, comme tous les autres perfecto-présents, et autres verbes lexicaux, sa morphologie verbale s’appauvrit (appauvrissement dû aux différentes invasions linguistiques). De fait, sa syntaxe va changer pendant la période MA : il y aura une concurrence syntaxique entre deux structures. Lorsque le perfecto-présent sera encore riche morphologiquement (c’est-à-dire fléchi, plus particulièrement Sg2 et Pl2, ou subjonctif), et qu’il sera employé avec la particule négative ne, sa syntaxe sera identique à celle du VA (avec un vModal). Lorsque les marques morphologiques auront disparu, sa syntaxe sera celle que nous connaissons en anglais contemporain : il sera directement généré sous Τ et sera gouverné8 par Mode ou vΜοdal (selon sa lecture), et sera aussi un verbe de montée. Il est aussi intéressant de souligner que toutes les phrases où ĐURFEN est utilisé sont négatives.

46Dans l’exemple (27), ĐURFEN est un verbe de montée, alors que les textes datent de la même période.

(27)

Soðliche□

ne□

ϸerft

ϸu

bidden□

namare.□

Vraiment□

NEG

as besoin□

tu-SUJET□

demander

plus-OBJET.□

Tu n’as vraiment plus besoin de demander. (CMLAMBX1,37.466)

(28)

ne□

ϸearf

ϸu

drede□

na□

deð.□

NEG

as besoin□

tu-SUJET□

craindre□

aucune□

mort-OBJET.□

Tu n’as pas besoin de craindre la mort. (CMKATHE,42.372)

47Donnons-en l’illustration.

2.1.2 NEDEN, la forme unique

48La structure syntaxique de NEDEN est identique à celle des verbes NEODIAN, NEADIAN et NIEDAN : il demeure un verbe lexical. Et comme pour les perfecto-présents, il connaît un appauvrissement morphologique (excepté Sg2 et Sg3). Et d’un point de vue sémantique, il y a effectivement un glissement : son sens est désormais identique à celui de ĐURFEN, c’est-à-dire «to need, be necessary».

(31)

It□

nedeth

not

to

telle

gou

the

names

Il-SUJET

est nécessaire-PRES□

NOT

TO

dire

toi-
OBJET□

les

noms

of□

cytees□

ne

of

the

townes□

ϸat

ben□

in□

the

de

cités-

ni

de

les

villes-

qui

sont-

sur

les

OBJET-PL□

PL

PRES□

ϸat

weye.

cette

route.

Il n’est pas nécessaire de te dire les noms des cités et des villes qui sont sur cette route. (CMMANDEV,35.869)

(32)

‘What

hast□

ϸou

do□

ϸat

gou

nedist

‘Que

as-PRES

tu-SUJET□

faire□

que

tu-SUJET□

as besoin-PRES□

so

many□

men?’□

si

beaucoup

Hommes-OBJET-PL?’□

« Que vas-tu faire pour que tu aies besoin de tant d’hommes ? » (CMCAPCHR,41.277)

(33)

&

(ϸei)

anon□

Gaf

vn-to□

Brut,

Gennogen□

his

&

(ils)

aussitôt

donnaient-PRET

à□

Brut,

Gennogen

sa

Doughter,□

to□

wyf,-□

&

ϸe

hundred

sheppes,□

with

fille-OBJET,□

pour

femme,

&

les□

cent□

navires-PL,

avec

as

myche□

as□

hem□

neded

of□

all□

si

Beaucoup

tant

eux-OBJET□

avaient besoin-PRET□

de□

tous

vitalles,□

as□

as□

byfore□

was□

ordeyned.

vitalles-PL

Comme

comme

avant□

était-PRET□

ordonné-PART.PASSE.□

et aussitôt donnèrent-ils Rowenne, sa fille, pour épouse à Brut, ainsi que cent navires et autant de nourriture dont ils avaient besoin comme cela avait été ordonné précédemment. (CMBRUT3,8.176)

2.2 Négation

49Bien que les exemples choisis au § 1.3 ne le montrent pas, le VA pouvait avoir une négation principale – la particule négative ne - et une négation « secondaire » – not. En MA, la situation est identique, mais not s’impose tout au long de cette période pour devenir la négation principale (cf (31)).

(34)

pach□

ne□

ϸerf

hit□

naut

beon

se

ouer□

strong□

encore

NEG

a besoin

Elle-SUJET

NOT

être□

la

très□

forte□

as□

his□

wes…□

comme□

Elle-SUJET□

était-PRET…□

il n’est nul besoin qu’elle soit aussi forte qu’elle le fut... (CMANCRIW,II.217.3130)

(35)

If

he□

begyle□

ϸe

noght

wiϸin,□

ϸe

si

il-SUJET

trompe-PRES

tu-OBJET□

NOT

à l’intérieur

cela-OBJET

ϸar

noght

drede□

what

he□

may

do□

ϸe

est nécessaire□

NOT

craindre

que

il-SUJET□

peut

faire

le-OBJET

wiϸouten.

dehors.□

s’il ne te trompe à l’intérieur, tu ne dois pas craindre qu’il puisse le faire dehors. (CMROLLEP,89.415)

(36)

ϸan

ϸar

ϸe

noht

be□

chalanged□

of

ϸe

Alors

as besoin□

tu-SUJET□

NOT

être

défié-PART-PASSE□

de

le

cuuent□

ϸat

es□

undir

ϸe

ϸat

es□

giuin□

couvent

qui

est-PRES

sous

toi,

qui

Est-PRES□

donné-PART-PASSE

ϸe

at□

yeme.□

toi-OBJET

TO□

prendre soin.□

Tu ne dois alors te défier du couvent dont tu dois prendre soin. (CMBENRUL,6.196)

50L’exemple (34) est intéressant, car il illustre les deux positions des têtes Neg que l’on peut rencontrer en VA et MA, soit la structure suivante :

51Les processus de concordance négative et critère Neg s’appliquent encore (ce qui n’est plus le cas lorsque not devient la négation principale). Notre analyse sera identique pour NEDEN : lorsque nous aurons affaire à une structure où la négation principale reste ne, celle-ci se trouvera sous la tête Neg1(et not sous Neg2) et la concordance négative et le critère Neg s’appliqueront (exemples (38) et (39)) ; mais lorsque la négation principale sera not, elle se trouvera sous Neg2 (qui deviendra alors la tête de négation principale), et la concordance négative et le critère Neg ne s’appliqueront plus (exemple (40)).

(38)

Sir.□

scyd□

the

damesell,□

ye□

nede

Monsieur,

dit-PRET

la

demoiselle-

vous-

avez

besoin-

SUJET,

SUJET

PRES

nat□

for□

to

pulle□

halffe□

so

sore…□

NOT□

FOR□

TO□

tirer□

côté□

si

beaucoup…□

Seigneur, dit la demoiselle, il n’est pas nécessaire que vous le tiriez de côté si fortement... (CMMALORY,46.1511)

(39)

Also

it□

comeϸ□

for

many□

oϸer□

causes□

Aussi

il-SUJET

vient-PRES

pour

beaucoup

autres

causes-OBJET-PL□

of

ϸe

whiche

me□

nedeϸ

not

tel□

of

nowϸe.□

de

les

qui□

moi-OBJET

ai besoin-PRES

NOT

dire

de

maintenant

Cela vient aussi de beaucoup d’autres causes que je n’ai pas besoin d’expliquer maintenant. (CMHORSES, 117.312)

(40)

itt□

nohht

att□

hofelæs□

ne

nede

ϸeggm

vous-SUJET

NOT□

à

hefelas□

NEG

avez besoin-PRES

eux-OBJET

to□

swinnkenn.

TO□

travailler.

tu n’as pas besoin d’eux pour travailler durement. (CMORM,I,215.1771)

2.3 Modalité

2.3.1 Complétude et incomplétude

52En MA, les choses changent, et virent à la schizophrénie, selon les termes de P. Labrosse (2000-2001) : ĐURFEN appartient à la fois au domaine de la complétude (dans certains cas, il y a encore accord entre le sujet et le verbe, notamment Sg2 présent et prétérit), et au domaine de l’incomplétude (dans d’autres cas, cet accord n’est plus visible, et le rapport instauré par ĐURFEN entre le sujet et le verbe à l’infinitif n’est pas actualisé). Cette « schizophrénie » rend compte de la concurrence syntaxique que connaissent les verbes modaux : vModalP vs ModeP, selon qu’ils sont déontiques ou épistémiques.

53Aussi est-ce peut-être pour faire cesser cet état de fait que les locuteurs de l’époque ont fait le choix de la complétude avec NEDEN et de l’incomplétude des auxiliaires (modaux) avec ĐURFEN. Cependant, à partir de la fin de la période moyen-anglaise, tant la complétude que l’incomplétude s’expriment avec NEDEN : cela est sûrement dû au fait que ĐURFEN et NEDEN ont tous les deux le même sens, mais surtout que la proportion des emplois de NEDEN est nettement supérieure à celle de ĐURFEN, facilitant ainsi le choix des locuteurs de l’époque.

(41)

wala□

lutel□

ϸerf

ϸu

carien,

for□

ϸin

anes□

liueneð,□

hélas□

peu□

as besoin

tu-SUJET

porter,

car□

ta,□

seule□

subsistance,□

a□

meoke□

meiden□

as□

ϸu

art,□…

une□

douce□

jeune fille□

comme□

Tu-SUJET□

es-PRES,…□

Las, tu devras le porter quelque temps, car ta seule subsistance pour une jeune fille telle que toi... (CMHALI, 148.296)

(42)

Ah□

ge

wið

ϸe

fulst

of

gold

ne□

ϸurue

Mais

vous-SUJET

□avec

la

aide

de

Dieu

NEG

Ayez besoin-SUBJ□

Na

ϸing□

dreden.□

Aucune

chose

craindre.□

Mais, qu’avec l’aide de Dieu, vous ne deviez rien craindre. (CMSAWLES,178.201)

(43)

And□

whan

the

mynystres

of

ϸat

chirche□

neden

Et□

quand

les

monastères

de

la

église-SUJET-PL

ont besoin-PRES

to

Maken

ony□

reparacioun

of

the

chirche□

or

of□

TO

faire□

quelconque

réparation□

de

la

église-
OBJET

ou

de□

ony□

of

the

ydoles,□

ϸei

taken□

gold

&

n’importe quelle

de

les

Idole-PL,

ils-SUJET□

prennent- PRES

or□

&

siluer,

perles

or

precious□

stones…□

argent,

perles

ou

précieuses□

pierres-PL…□

Et quand les monastères ont besoin d’effectuer une quelconque réparation d’une église ou de n’importe quelle idole, ils prennent de l’or, de l’argent, des perles ou des pierres précieuses... (CMMANDEV,l 16.2845)

(44)

Certes,□

the□

trouthe□

of□

this□

matiere,□

or□

of□

this□

conseil,□

Certainement□,

la□

vérité□

de□

ce□

sujet,□

ou□

de□

ce□

conseil,□

nedeth

nat□

diligently□

enquere…□

a besoin-PRES□

NOT□

avec assiduité□

enquêter…□

Il n’est certainement pas nécessaire d’enquêter avec assiduité sur la vérité de ce sujet ou de ce conseil... (CMCTMELI,228.C 1.427)

54Dans l’exemple (42), ĐURFEN peut être interprété comme appartenant au domaine de la complétude, puisqu’il est au subjonctif : il a donc, d’un point de vue morphosyntaxique, un « fonctionnement » différent de l’exemple (41). Par contre, dans ce dernier exemple, il appartient au domaine de l’incomplétude puisque la marque Sg2 n’est pas visible : la relation tu-porter n’est pas actualisée, l’énonciateur ne fait que poser la nécessité de cette relation. Dans l’exemple (43), NEDEN appartient au domaine de la complétude (sa structure est NEDEN + TO + VB, comme le NEED lexical). Mais, dans l’exemple (44), même s’il y a effectivement accord entre le sujet et le verbe (et donc actualisation de la relation, ce qui le place dans le domaine de la complétude), il semble aussi appartenir au domaine de l’incomplétude, puisqu’il est ici auxiliaire de la relation sujet-verbe à l’infinitif (sa structure est NEDEN + VB, comme le NEED modal). Dans ce type d’exemples, c’est la syntaxe qui pourra nous permettre de faire un choix : avec la structure NEDEN + TO + VB, nous sommes dans le domaine de la complétude (fonctionnement lexical de NEDEN) ; avec la structure NEDEN + VB, nous sommes dans le domaine de l’incomplétude (fonctionnement modal de NEDEN).

3. Conclusion : situation en anglais contemporain

  • 9 Rappelons qu’en VA, nous trouvions autant d’occurrences de ĐURFAN que de NEODIAN/NEADIAN/NIEDAN, ma (...)
  • 10 Un verbe de contrôle est un verbe qui prend une proposition infinitive comme complément. Cette infi (...)

55En anglais contemporain ne subsiste que la forme NEED (à la différence de l’allemand qui a gardé la forme DÜRFEN (verbe et auxiliaire)). La disparition de ĐURFEN est, selon nous, due à l’accroissement de l’utilisation du verbe NEED et de ses dérivés (nom, adjectif, adverbe) au fil du temps,9 le moyen-anglais étant une période d’emprunts et d’empreintes très forte. Peut-être est-ce aussi dû à l’influence du français : l’anglais a emprunté des mots comme be necessary, necessarily, necessity. Ils portent tous le même sens que NEED, need, needful, needfully,... facilitant ainsi son emploi et son intégration dans la langue. On peut aussi penser à une « simplification » syntaxique (enclenchée à partir du MA) car NEED est un verbe lexical (suivi d’un TP ou d’un CP), et ĐURFEN est un verbe de montée (suivi d’un VP). Ainsi, pour éviter les confusions et pour des besoins d’uniformisation, pensons-nous, l’anglais élisabéthain et contemporain ont utilisé la forme NEED pour remplacer celle de ĐURFEN, sans que leur syntaxe respective connaisse une uniformisation. L’anglais contemporain possède donc deux NEED : un NEED modal et un NEED lexical. Seul leur comportement morphosyntaxique permet aux locuteurs d’en différencier les fonctionnements : l’un est resté un verbe de contrôle10 (NEED lexical), l’autre un verbe de montée (NEED modal). Le NEED lexical garde donc les caractéristiques de ces ancêtres VA et MA, alors que le NEED modal possède les caractéristiques de DURFAN/DURFEN, comme si la langue, en les différenciant d’un point de vue morphosyntaxique, voulait garder une trace de ces derniers.

Top of page

Bibliography

Adger, D. (2003). Core Syntax, A Minimalist Approach. Oxford University Press.

Chomsky, Ν. (1995). The Minimalist Program. MIT Press.

Chomsky, Ν. (1998). Minimalist Inquiries: the Framework. MIT Occasional Papers in Linguistics, 15.

Chomsky, N (1999). Derivation by Phase. MIT Occasional Papers in Linguistics.

Chomsky, N (2001). Beyond Explanatory Adequacy. MIT Occasional Papers in Linguistics, 20.

Cinque, G. (1999). Adverbs and Functional Heads: A Cross-Linguistic Perspective. Oxford Studies in Comparative Syntax. Oxford University Press.

Clark-Hall, J. R. (1894). A Concise Anglo-Saxon Dictionary. University of Toronto Press, 4th edition.

Guéron, J. (1999). From Need to Necessity: A Syntactic Path to Modality. Belgian Journal of Linguistics.

Haegeman, L. (1995). The Syntax of Negation. Cambridge University Press.

Haegeman, L. (1997). The syntax of N-words and the Neg-criterion. In Forget, D., Hirschbuehler, P., Martineau, F., and Rivero, M., editors, Negation and Polarity : Syntax and Semantics. John Benjamins: Amsterdam.

Haegeman, L. and Haeberli, E. (1995). Clause Structure in Old English: Evidence from Negative Concord. Journal of Linguistics, 31: 81108.

Haegeman, L. and Zanuttini, R. (1991). Negation heads and the Neg-criterion. The Linguistic Review, 8:233–251.

Halle, M. and Marantz, A. (1993). Distributed Morphology and the Pieces of Inflection. In Hale, K. and Keyser, J., editors, The View from Building 20: Essays in honor of Sylvain Bromberger, pages 111-176. MIT Press: Cambridge Massachussets.

Halle, M. and Marantz, A. (1994). Some Key Features of Distributed Morphology. MIT Working Papers in Linguistics, 21: 275-288.

Kroch, A. and Taylor, A. (2000). The Penn-Helsinki Parsed Corpus of Middle English. Department of Linguistic, University of Pennsylvania, Philadelphia, 2nd edition, http://www.ling.upenn.edu/hist-corpora

Labrosse, P. (2000-2001), Séminaire de maîtrise/DEA (Université Paris 4), manuscrit.

Marantz, A. (1999). Morphology and Syntax: Paradigms and the Ineffable, (the Incomprehensible, and the Unconstructable); Fission, Impoverishment, and Morpheme Order: Semantic vs Templatic Morphology; Case and Derivation: Properties of little v; Creating words above and below little v. Université Paris 8, Paris. Conférences organisées par UPRESA 7023, janvier 1999.

Mossé, F. (1945). Manuel de l’anglais du Moyen-Age, Vieil-Anglais. Aubier: Paris.

Mossé, F. (1962). Manuel de l’anglais du Moyen-Age, Moyen-Anglais. Aubier: Paris.

Plntzuk, S. and Leendert, P. (2001). The York-Helsinki Parsed Corpus of Old English Poetry. University of York, York: Department of Language and Linguistic Science, http://www-users.york.ac.uk/~langl8/pcorpus.html.

Randall, B. (2000). CorpusSearch. Department of Linguistic, University of Pennsylvania, Philadelphia.

Roméro, C. (2005). L’évolution syntaxique des verbes modaux dans l’histoire de l’anglais. Thèse de doctorat, Université Paris 3 – La Sorbonne Nouvelle.

Taylor, Α., Warner, Α., Pintzuk, S., and Beths, F. (2003). The York-Toronto-Helsinki Parsed Corpus of Old English Prose. University of York, York: Department of Language and Linguistic Science. http://www-users.york.ac.uk/~lang22/YcoeHomel.htm

Liste des abréviations

i. grammaticales

ACC

accusatif

PART.PASSE

participe passé

Adv

Adverbe

Perf.Prés

perfecto-présent

Asp

Aspect

pl

pluriel

CP

Complementizer Phrase

PRES

présent

DAT

datif

PRET

prétérit

GEN

génitif

PRO

sujet non visible d’une infinitive

IND.PRES

présent de l’indicatif

sg

singulier

IND.PRET

prétérit (indicatif)

Spec

Specifier

Inf

infinitif

SUBJ.PRES

présent du subjonctif

Mod

modalité

SUBJ.PRET

subjonctif passé

NEG/Neg

négation

TP/T

Tense Phrase/Tense

NOM

nominatif

VP/V

Verb Phrase/Verb

i. textes

Vieil-anglais

coaelive

Ælfric’s Lives of Saints

colsigew Z

Ælfric’s Letter to Sigeweard (Z)

cobede

Bede’s History ofthe English Church

colsigeXa

Ælfric’s Letter to Wulfsige (Xa)

cobeowul

Beowulf

cometboe

The Meters of Boethius

coblick

Blickling Homilies

coriddle

The Exeter Book

cogregdC

Gregory’s Dialogues (C)

cowulf

Wulfstan’s Homilies

ogregdH

Gregory’s Dialogues (H)

Moyen-anglais

CMANCRIW

Ancrene Riwle

CMKATHE

St. Katherine

CMBENRUL

The Northern Prose Rule of St. Benet

CMLAMBX1

The Lambeth Homilies

CMBRUT

The Brut or The Chronicles of England

CMMALORY

Malory’s Morte Darthur

CMCTMELI

The Tale of Melibee

CMMANDEV

Mandeville’s Travels

CMCAPCHR

Capgrave’s Chronicle

CMORM

The Ormulum

CMHALI

Hali Meidhad

CMROLLEP

Richard Rolle, Epistles

CMHORSES

A Late Middle English Treatise on Horses

CMSAWLES

Sawles Warde

Top of page

Notes

1 Les verbes forts ont un prétérit qui ne comporte aucun suffixe. L’opposition du présent et du prétérit y est réalisée par une modification du timbre de la voyelle radicale (alternance vocalique, ou apophonie). Les verbes faibles forment leur prétérit sans modification de la voyelle radicale, mais par l’addition d’un suffixe en dentale. De plus, ce sont tous des verbes dérivés de noms (verbes dénominatifs : fedan "nourrir" est construit sur le substantif fod "nourriture") ou de verbes (verbes déverbatifs : lecgan "poser" est tiré du verbe fort licgan "être couché") (Mossé 1945 : §§95 et 108).

2 Selon la théorie minimaliste, le groupe verbal (VP) est constitué d’un « cœur » (VP core) et d’une « coquille » (VP shell), laquelle contient ce cœur. En ce qui concerne les v, ce sont des verbes dits « légers » qui représentent la coquille des V. En d’autres termes, ce sont des verbes abstraits, c’est-à-dire des null verbs qui possèdent quasiment la même interprétation sémantique que le verbe causatif make (par exemple). Le V viendra alors s’adjoindre à ce v, pour que la dérivation aille à son terme.

3 On appelle verbe de montée un verbe qui n’assigne pas de θ-rôle (rôle thématique) externe, c’est-à-dire qu’il ne possède pas d’argument externe (un sujet). C’est le sujet de l’infinitif qui devient sujet du verbe de montée. Ce sont, par exemple, les verbes seem et appear en anglais contemporain.

4 Je tiens à remercier Melle Sophie Dorée (Université de Picardie) pour m’avoir communiqué l’information sur ce substantif.

5 Un opérateur négatif doit être dans une configuration Spec-tête avec un X0 [+NEG] ; et un X0 doit être dans une configuration Spec-tête avec un opérateur négatif.

6 La c-commande (ou constituent-command) est une relation syntaxique qui permet, au sein d’une arborescence, de déterminer la position relative de deux constituants. Elle s’énonce de la manière suivante : un constituant X c-commande un constituant Y si et seulement si la soeur de X (dans l’arborescence) est Y ou si et seulement si la sœur de X contient Y.

7 Fait intéressant, nous avons remarqué qu’en VA les adverbes de modalité ne se trouvaient qu’avec des verbes lexicaux.

8 Un constituant A (une tête) gouverne un constituant Β (le complément de cette tête A) si et seulement si A est un gouverneur (governor), si A m-commande Β (m(aximal)-command : même chose que la c-commande, mais au niveau de la projection maximale, où la projection maximale de A domine B), et si aucune barrière n’intervient entre A et B.

9 Rappelons qu’en VA, nous trouvions autant d’occurrences de ĐURFAN que de NEODIAN/NEADIAN/NIEDAN, mais qu’en MA, il y avait trois fois plus d’occurrences de NEDEN que de ĐURFEN.

10 Un verbe de contrôle est un verbe qui prend une proposition infinitive comme complément. Cette infinitive possède un sujet PRO qui est contrôlé (c’est-à-dire qu’il se réfère à) par le sujet ou le COD du verbe conjugué. En anglais, c’est le cas du verbe want.

Top of page

List of illustrations

Title (1)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-1.jpg
File image/jpeg, 52k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-2.jpg
File image/jpeg, 36k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-3.jpg
File image/jpeg, 48k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-4.jpg
File image/jpeg, 60k
Title (4)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-5.jpg
File image/jpeg, 44k
Title (7) a.
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-6.jpg
File image/jpeg, 124k
Title b.
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-7.jpg
File image/jpeg, 32k
Title (8) a.
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-8.jpg
File image/jpeg, 44k
Title b.
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-9.jpg
File image/jpeg, 48k
Title (9)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-10.jpg
File image/jpeg, 236k
Title (10)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-11.jpg
File image/jpeg, 68k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-12.jpg
File image/jpeg, 64k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-13.jpg
File image/jpeg, 56k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-14.jpg
File image/jpeg, 48k
Title (14)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-15.jpg
File image/jpeg, 76k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-16.jpg
File image/jpeg, 52k
Title (18) a.
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-17.jpg
File image/jpeg, 28k
Title b.
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-18.jpg
File image/jpeg, 36k
Title (19)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-19.jpg
File image/jpeg, 64k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-20.jpg
File image/jpeg, 48k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-21.jpg
File image/jpeg, 52k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-22.jpg
File image/jpeg, 44k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-23.jpg
File image/jpeg, 60k
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-24.jpg
File image/jpeg, 56k
Title (29)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-25.jpg
File image/jpeg, 48k
Title (30)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-26.jpg
File image/jpeg, 52k
Title (37)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/825/img-27.jpg
File image/jpeg, 36k
Top of page

References

Bibliographical reference

Céline Roméro, « De ĐURFAN à NEED : histoire d’une disparition », Anglophonia/Sigma, 11 (22) | 2007, 179-204.

Electronic reference

Céline Roméro, « De ĐURFAN à NEED : histoire d’une disparition », Anglophonia/Sigma [Online], 11 (22) | 2007, Online since 13 December 2016, connection on 20 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/825 ; DOI : 10.4000/anglophonia.825

Top of page

About the author

Céline Roméro

Université du Sud Toulon-Var

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org