Skip to navigation – Site map

Quelques aspects sémantico-syntaxiques des ‘verbes en gl-’ de l’anglais ayant trait à la notion de ‘lumière’ et / ou de ‘vision’

Dennis Philps
p. 205-221

Abstract

In this paper, I look at certain semantico-syntactic aspects of the heuristically established subset of English gl-verbsrelated tolightand/orvision (glance, glare, glimpse, glow, etc.), namely transitivity, agency, telicity, causativity, invariance, and participant roles. On the basis of this study, I claim that a cognitive process involving the conceptual projection of eye-related capacities and properties onto intra-somatic and extra-somatic target domains perceived as homologous results in the transcoding of these capacities and properties into specific grammatical relations.

Top of page

Author's notes

Cet article reprend et amplifie certaines parties de notre communication intitulée « Sons et lumières : le marqueur sub-lexical <gl-> » faite lors du 47ème congrès de la SAES, Avignon, mai 2007, atelier de linguistique (Philps, à paraître)

Full text

1. Introduction

1Nous nous proposons d’étudier ici certains aspects sémantico-syntaxiques du sous-ensemble heuristiquement établi des ‘verbes en gl- de l’anglais dont le sens renvoie à la notion de ‘lumière’ et/ou de ‘vision’ (glow, glimmer, gleam, glisten, glitter, glare, etc.), à savoir la transitivité, l’agentivité, la télicité, la causalité, l’invariance, et les structures actancielles de ces verbes polysémiques. La relation entre plusieurs mots anglais qui commencent par gl- et ces notions conceptuellement intriquées (‘lumière’ : ‘agent physique capable d’impressionner l’œil, de rendre les choses visibles’), ‘vision’ : ‘perception du monde extérieur par les organes de la vue’, Le Petit Robert) a été relevée notamment par Jespersen (1922 : 400), Bloomfield (1933 : 245), Bolinger (1940 : 195, 1950 : 131, 1953 : 246), Market & Hamp (1960-61 : 47), Marchand (1969 : 327), Wescott (1980 : 28), Toumier (1985 : 146), Smith (1996 : 34), Bergen (2004 : 292-293), et Bottineau (2005 : 25).

  • 1 The Oxford English Dictionary, 2ème édition, 1989.

2Dans notre corpus (voir fig. 1 ci-dessous), nous en avons retenu huit, essentiellement en raison de leur spécificité sémantico-syntaxique. En effet, les verbes sélectionnés admettent tous comme premier argument un référent ayant trait à la ‘lumière’ et/ou à la ‘vision’. Parmi les autres ‘verbes en gl-’ qui auraient pu être retenus sur cette base figurent notamment glaze ‘to stare’, glitter ‘to shine with a brilliant but broken and tremulous light ; to gleam, sparkle’, gloat ‘to look or gaze askance ; to look with a furtive or sidelong glance’ (obs.), et glower ‘to stare with wide-open eyes ; to gaze intently or with an air of surprise’ (OED).1

Fig. 1 : Les ‘verbes en gl-’ ayant un sens qui renvoie à la notion de ‘lumière’ et/ou de ‘vision’

Verbe en gl

Définitions retenues / primo-attestations

Glance

(v.1) intrans. of the eye : to move quickly, to cast a momentary look, to flash (1583)
intrans. to cause a flash of light by rapid movement †Sc. to shine ; of light : to dart, flash, gleam (1568)
trans. to glance one’s eye, look †to turn aside one’s gaze as when dazzled (1590)
NB :
glance (n.1) a brief or hurried look (1591) ; 1503 au sens de ‘a sudden movement producing a flash or gleam of light’

glare

intrans. to look fixedly and fiercely (1609)
intrans. to shine with a brilliant or dazzling light. Also of light itself (c1250)
trans. to send forth or express with a glare (1667) ; to reflect with a glare (1694)
NB :
glare (n.1) a fierce or piercing look (1667) ; c1400 au sens de ‘dazzling brilliance (of a light, fire, sun, etc.)’

gleam

(v.1) intrans. to glance, look obs. rare (1340-1370)
intrans. to emit gleams, to shine either with emitted or reflected light; in mod. use chiefly, to shine with a brightness subdued by distance or an intervening medium (a1225)
quasi-trans. (1593)
NB :
gleam (n.) a bright or joyous look (1769) ; a1000 au sens de ‘a brilliant light (e.g. of the sun)’

glimmer

intrans. to shine brightly ; to glitter. Of the eyes : to flash obs. (14ème siècle)
quasi-trans. to give a faint or intermittent light ; to shine faintly (1483) trans. (causatif) obs. rare (1580)
NB :
glimmer (n.1 pl) the eyes (1814) ; 1590 au sens de ‘a feeble or wavering light’

glimpse

intrans. to have a glimmering of vision obs. (c1386)
intrans. to shine faintly or intermittently ; to glimmer, glitter (c1400)
trans. to catch a glimpse of (either a material or immaterial object) (1598)
NB :
glimpse (n.) a momentary and imperfect view (of), a passing glance (1579) ; 1602 au sens de ‘a momentary shining, a flash’

glint

intrans. to move quickly, esp. obliquely; to glance aside; to shine with a flashing light; to gleam, glitter (c1440)
quasi-trans. to glance (the eye) (1832-53)
trans. (causatif) (1844)
NB : glint (n.1) a passing look, a glance ; a momentary view, glimpse (1832-53) ; a1541 au sens de ‘a gleam’

glisten

intr. to shine with a fitful twinkling light (c1000)
intr. to glitter; to sparkle with light (c1000)
NB :
glisten (n.) glitter, sparkle (1840)

glow

(v.1) intrans. of the eyes: to glow into, to penetrate as by burning. nonce-use. (1842)
intrans. to be heated to the point of incandescence; to emit bright light and heat without flame. Said also of a fire (c1000); to shine, emit light, appear suffused with radiance, like something intensely heated(14ème siècle)
quasi-trans. to make hot ; to heat (1742);
trans. (causatif) (1599)
(v.
2) intrans. to stare (c1374)
NB :
glow (n.) brightness and warmth of colour (1600)

Source : OED

3Notre démarche consistera, dans un premier temps, à ériger heuristiquement les ‘mots en gl-’ en classe, sur la base du critère d’« invariance phonologique » qu’ils attestent à l’initiale (/gl/). Ensuite, nous identifions au sein de cette classe un certain nombre de sous-ensembles sur la base d’un deuxième critère définitoire, à savoir celui d’« invariance notionnelle ». Du point de vue statistique, le sous-ensemble le plus important est constitué par les quelque cinquante pour cent de mots ‘populaires’ qui possèdent un sens ‘visuel’ (Bolinger 1953 : 246). En effet, les définitions encyclopédiques de ces mots contiennent toutes un terme qui renvoie à la notion de ‘vision’ et/ou de ‘lumière’ dans la grande majorité de leurs acceptions (‘shine’, ‘sparkle’, ‘flash’, etc.)

4L’idée-force développée ici, d’inspiration cognitive, c’est que les relations sémantico-syntaxiques propres à la classe des ‘verbes en gl-’ de l’anglais ayant trait à la ‘lumière’ et / ou à la ‘vision’ seraient le vestige, remodelé par les conditions d’évolution du système grammatical, d’un processus de transfert conceptuel (Heine 1997 : 7-8) de certaines capacités et propriétés visuelles de l’être humain sur des cibles, intra-corporelles et extra-corporelles, douées de traits perçus comme homologues.

  • 2 The English Dialect Dictionary (Wright 1898-1905).

5Une telle idée-force ne saurait être spécifique au seul sous-ensemble des ‘verbes en gl-’ dont il est question ici, ni même à une seule langue : un rapide survol du sous-ensemble des ‘verbes en bl-’ de l’anglais ayant trait à la ‘lumière’ et / ou à la ‘vision’ tels que blare (dial.) ‘to cry, weep, lament ; to thrust out the tongue ; also used of the eyes’ (EDD),2 blind, blink, et blush au sens de ‘to cast a glance, glance with the eye, give a look, obs. (OED), par exemple, révèle un phénomène semblable. Et en effet, elle se déploie dans le cadre de la théorie sémiogénétique des conditions d’émergence et d’évolution du signe (TSG) que nous avons exposée ailleurs (voir Philps 2000).

6Cette théorie, fondée sur deux principes d’invariance interagissants, à savoir l’invariance linguistique (Guillaume 1964 : 150) et l’invariance topologique (Lakoff 1990 : 54), postule qu’il existe une stratégie inconsciente de codification linguistique du corps humain, y compris des yeux et du regard. Cette stratégie serait projetée subséquemment, par transfert conceptuel, sur notre environnement extracorporel. Plus spécifiquement, la TSG postule que les relations invariantes propres à certains systèmes grammaticaux, dont celui qui sous-tend les ‘spatial grams’ anglais tels que (a)head, (a)foot, (be)hind, (a)breast et (a)back (Svorou 1994 : 31), sont issues d’un processus de transcodage, via le lexique, de certaines relations topologiquement invariantes propres au schéma corporel humain tel qu’il est conceptualisé par le cerveau.

2. Les ‘verbes en gl-’ : polysémie et actance

7L’on sait que la polysémie est une relation lexicale parmi d’autres (homonymie, synonymie, méronymie, hyperonymie, etc.), et qu’elle peut se définir, schématiquement, comme la propriété qu’a une forme linguistique de posséder, en synchronie, plusieurs sens liés entre eux. En particulier, on considérera que les différents sens de chaque ‘verbe en gl- de la fig. 1 entretiennent entre eux une relation polysémique, c’est-à-dire qu’il y a intersection positive des sémèmes en raison de l’existence de sèmes communs (notamment ‘lumière’ et ‘vision’), et que par conséquent, le regroupement de ces sens ne relève pas d’une décision arbitraire du lexicographe.

8Ce concept, complexe, pose un certain nombre de problèmes bien connus, tels que l’arbitraire relatif de l’opposition entre polysémie et homonymie, les relations entre prédicat et argument, l’opposition entre polysémie et monosémie, et la définition des relations entre les différents emplois d’un mot polysémique (ou polysème). C’est cette dernière problématique qui nous intéresse ici, et qui nous conduit à opérer une distinction théorique entre la définition encyclopédique et la définition linguistique d’un vocable : dans cette dernière, chaque composante de sens entretient un lien, syntagmatique ou paradigmatique, avec une autre lexie.

9Si l’on privilégie un traitement unitaire des données en plaçant l’unité du polysème dans une perspective synchronique, on peut être amené à postuler, suivant Picoche (1986), qui met en œuvre une application de certains concepts guillaumiens fondés sur un principe d’invariance, que tout polysème est doué d’un signifié de puissance permettant de rendre compte de ses divers effets de sens. Picoche qualifie l’acception la plus ‘concrète’ d’un polysème, laquelle correspond souvent au sens le plus anciennement attesté, de ‘saisie (ou interruption d’un mouvement de pensée) plénière’, et l’acception la plus abstraite de ‘saisie subduite’. Rappelons à cet égard que Guillaume entend par ‘subduction’ la dématérialisation du signe (1964 : 76), et qu’il définit le principe d’invariance linguistique qu’il met en œuvre comme suit :

[L]e signe linguistique fixe dans la langue une condition invariante à partir de laquelle se développent des conséquences en nombre illimité : toutes celles qui s’avèrent possibles dans les limites, constamment respectées, de la condition définie. (Guillaume 1964 : 150)

10Cela dit, la dimension syntaxique de la polysémie doit également être prise en compte, notamment en ce qui concerne les potentialités actancielles des verbes polysémiques, et peut conforter, elle aussi, le choix d’un traitement unitaire des données.

  • 3 Tesnière 1959 : 238.

11En matière de rôles sémantiques, les ‘verbes en gl-’ de notre corpus ont typiquement pour prime actant3 un animé humain dont le rôle est agentif dans le procès en cause, et pour second actant, soit un animé humain dont le rôle est non agentif dans ce procès, soit un non animé :

  1. (glance) «Max glanced at the woman who clung to Banning.» (Elaine Barbieri, To Meet Again, Leisure Books, 2001, p. 81).

  2. (glimpse) «I glimpsed at trees, grass, and the outbuildings as I passed them by» (Carolyn Williford, Jordan’s Bend, Nelson, 1995, p. 164).

  3. (glint) «She refused to look up at him, but knew instinctively that he glinted at her with those deep-set blue eyes.» (Bobby Hutchinson, Man, Woman, and Child, Harlequin, 1993, p. 162).

  4. (glow) «She glowed at him across the table. Go on, said Harold. Say some more.» (Leslie Poles Hartley, A Perfect Woman, H. Hamilton, 1955, p. 185).

12Par ailleurs, les ‘verbes en gl-’ ayant un sens qui renvoie à une action oculaire (glance (v.1) ‘of the eye: to move quickly…’, glare (v.) ‘to look fixedly and fiercely…’, glimpse (v.) ‘to catch a glimpse of…’, etc.), peuvent également avoir pour prime actant un animé humain qui dirige son regard vers une cible :

  1. (glare, glance) «She glared at him, but he barely glanced at her.» (Marilyn French, The Bleeding Heart, Summit Books, 1980, p. 19).

  2. (glare) «Her eyes glared into mine, and her mouth began to stretch out into that horn shape» (Stephen King, Four Past Midnight, Penguin Books, 1990, p. 517).

  3. (glint) «His eyes glinted at her over the cigarette he raised to his mouth, but his expression gave nothing away.» (Karen Robards, Maggy’s Child, Dell, 1994, p. 73).

  4. (glow) «My father’s cavernous eyes glowed into mine in a blazing scrutiny.» (A1 Jennings, Through the Shadows with O. Henry, Kessinger Publishing, 2005 [1921], p. 35).

13L’on y décèle les contours d’une relation méronymique sous-jacente (relation partie-tout de type I/eye) : she (glared) ~ her eyes (glared), relation notée par plusieurs linguistes ayant travaillé sur la notion de ‘sphère personnelle’, dont Bally :

[T]out phénomène, action, état ou qualité qui affecte une partie quelconque de la sphère personnelle retentit, par répercussion spontanée, sur la personne tout entière. […] Il va sans dire que la personne intéressée à une action peut être envisagée comme unité, sans considération de ses parties constituantes (cf. « se laver les mains » et « se laver ». (1926 : 68)

14Par contre, les verbes qui possèdent aussi un sens qui renvoie à une émanation lumineuse extérieure aux yeux (ex. : glow (v.1) ‘to emit bright light and heat without flame’), ont typiquement pour prime actant un non animé (soleil, neige, étoile, feu…) ou une partie d’un animé humain qui reflète la lumière (dents, cheveux, ongles…) :

  1. (gleam) «I glanced over at Mel, noticing for the first time that her nails gleamed with scarlet polish.» (J. A. Jance, Long Time Gone, William Morrow, 2005, p. 251).

  2. (glare) «The merciless sun glared off of the passing cars into my eyes» (John W. Cassell, Odyssey 1970, Inkwater Press, 2005, p. 475).

  3. (glint) «Henry eyed his father who was in his usual straddle-legged position in front of the fire. His hair glinted silver in the lamplight» (Tamara McKinley, Summer Lightning, Piatkus Books, 2003, p. 6).

  4. (glow) «She brought the light, lit it with a spill from the fire. John placed the lamp where its open side glowed on the face of the blind man.» (Keith Roberts, Pavane, Gollancz, 2000 [1968], p. 155).

3. Les ‘verbes en gl-’ : transitivité, agentivité et causalité

15Même si chacun des ‘verbes en gl-’ faisant partie de notre corpus possède ses propres caractéristiques diathétiques, le sous-ensemble qu’ils constituent affiche un certain nombre de constantes sur le plan syntaxique. En particulier, ils figurent surtout dans des emplois intransitifs ou dans des emplois transitifs indirects, certains avec une fréquence plus importante que d’autres. Alors que les emplois intransitifs de ces verbes sont systématiquement plus anciens que leurs rares emplois transitifs ou leurs éventuels emplois transitifs-causatifs, les ‘noms en gl-’ correspondants dérivent, à l’exception apparente de gleam, du verbe, et non le contraire.

16Plusieurs de ces verbes attestent en anglais moderne des alternances diathétiques impliquant ou non un changement de transitivité (intransitif / transitif / transitif indirect / transitif-causatif). Parmi les variétés d’alternances qui n’impliquent pas de changement de transitivité figure une alternance dite ‘locative’, attestée notamment par les verbes intransitifs glare, gleam, glimmer, glint, glisten, et glow, ex. : stars were glowing in the sky / the sky was glowing with stars. Ces verbes sont classés par Levin (1993 : 53) dans une catégorie notionnelle appelée par elle « verbes d’émission lumineuse ».

17Parmi les variétés qui impliquent un changement de transitivité figure une alternance dite ‘causative’, attestée notamment par des verbes d’émission lumineuse ayant des emplois transitifs et intransitifs où l’emploi transitif du verbe se laisse gloser par la formule « faire en sorte que Vintr. », ex. :

m.1 (glare) «I glared her into keeping silent» (Orania Papazoglou, Death’s Savage Passion, Doubleday, 1986, p. 89) / m.2 «She glared silently until he hefted his sword» (Lyon Sprague De Camp, The Tritonian Ring And Other Pusadian Tales, Twayne, 1953, p. 107).
n.1 (glow) «Oh how dawn of morning came to me too soon: she glowed me awake, the jealous dawn!» (Friedrich Nietzsche, Thus Spoke Zarathustra, Oxford University Press, 2005 [1891], p. 162) / n.2 «Just above the horizon the dawn glowed like an incandescent egg-yolk through the mist» (Kenneth Hemingway, Wings Over Burma, Quality Press, 1944, p. 28).
o.1 (glance) «He said nothing to this; but there was the devil lurking in his eye, as he glanced it upon me with an air of contempt as I spoke.» (Anna Eliza Bray, The Novels and Romances of A. E. Bray, 1845, Longman, Brow, Green, and Longmans, p. 232) / ο.2 «He got up from his chair, and drew a large screen right in front of the portrait, shuddering as he glanced at it.» (Oscar Wilde, The Picture of Dorian Gray, Penguin Classics, 2003 [1890], p. 89).

  • 4 Alternance de complémentation entre objet direct et objet indirect en at caractérisant certains ver (...)

18Levin, qui défend l’hypothèse que le fonctionnement grammatical d’un verbe est déterminé en grande partie par son sens, range cependant glimpse dans la catégorie des « sight verbs » (avec eye, inspect, observe et perceive), étant donné qu’il s’emploie transitivement en anglais contemporain, bien que des emplois transitifs indirects soient possibles, comme l’atteste b) ci-dessus (I glimpsed at trees…). Quant à glance et glare, ils figurent, comme gaze, goggle, look, peer et stare, entre autres, dans la catégorie des « peer verbs », dont la caractéristique essentielle est qu’ils sélectionnent un complément prépositionnel. S’agissant de l’alternance conative4 caractérisant look, qui se construit typiquement avec un objet indirect en at, Miller affirme que « la construction directe n’est possible que lorsque l’objet direct réfère à un humain et est suivi de in the eyes ou in the face », comme dans l’exemple The moment I looked him in the face I smelled mischief qu’il cite (2003 : 119). L’auteur ajoute que ce qui différencie l’emploi’direct’de l’emploi’indirect’, c’est que dans ce dernier, le regard est dirigé vers une cible sans véritablement l’atteindre, alors que dans le premier, le mouvement métaphorique du regard atteint sa cible et il y a contact visuel.

19Comme nous l’avons laissé entendre plus haut, les différents ‘verbes en gl-’ de notre corpus peuvent se retrouver dans plusieurs des catégories verbales à contenu quelque peu hétéroclite établies par Levin : glare, par exemple, figure non seulement dans la catégorie des verbes dits d’« émission lumineuse », mais aussi dans celle des verbes dits d’« expression non verbale ». La spécificité des verbes entrant dans cette dernière catégorie est de posséder des propriétés de manière attestées aussi par les verbes dits d’« expression verbale » qui y figurent (gasp, giggle, groan,jeer, laugh (at), etc.).

20Enfin, comme le rappelle Reinhart (2002 : 24), glare, glimmer et glow font partie des verbes inergatifs à sujet thématique (‘theme unergatives’ : beam, flash, shine, sparkle, etc.), les inergatifs étant une catégorie particulière de verbes intransitifs caractérisés sémantiquement par le fait que leur sujet, agentif, est perçu comme l’initiateur du procès verbal (autres exemples : jump, sing, dance), contrairement à celui des inaccusatifs (fall, die, melt, etc.)

4. Les ‘verbes en gl- : des verbes de perception visuelle ?

21La question se pose de savoir si l’on peut considérer certains des ‘verbes en gl-’ de notre corpus comme des verbes de perception visuelle, ainsi appelés parce qu’ils permettent d’exprimer les différents processus mis en œuvre par l’être humain afin d’appréhender son environnement au moyen des organes de la vue qui sont les siens. En tout état de cause, ces verbes se décomposent en deux grandes catégories syntaxiques, l’une comprenant des verbes qui sélectionnent un complément direct (eye, see, spot, watch, etc.), et l’autre comprenant des verbes qui sélectionnent un complément prépositionnel (gaze, glance, glare, look,peep, stare… at).

22Quelle est, au juste, la spécificité des actions oculaires dénotées par les verbes de perception visuelle en ‘gl-’ de notre corpus ? Il importe en premier lieu de noter qu’en fonction du contexte, ces actions peuvent être plus ou moins volontaires (ex. : glance (v.1) ‘to cast a momentary look…’) ou involontaires (ex. : glimpse (v.) ‘to catch a glimpse of…’). Par ailleurs, ces verbes renvoient à la propriété fondamentalement humaine d’« intentionnalité », que Searle définit comme « that property of many mental states and events by which they are directed at or about or of objects and states of affairs in the world » (1983 : 1), et celle d’« attentionnalité » (cf. glare (v.) ‘to look fixedly and fiercely’).

23Dans les emplois transitifs indirects des ‘verbes en gl-’ de notre corpus qui présentent ce fonctionnement (glance, glare, glow…), c’est la préposition de ciblage qui se charge de spécifier le type de directionnalité en cause (at, down, through, etc.), alors que le groupe nominal qu’elle introduit désigne l’entité visée par l’action, ex. : Mel dans I glanced over at Mel (cf. i. ci-dessus), him dans She glared at him (cf. e. ci-dessus), etc. Parmi ces ‘verbes en gl-’, deux sont téliques (glance, glimpse), en ce sens que leur notion de procès inclut une borne finale, alors que les autres sont atéliques, car leur notion de procès n’inclut pas de borne finale. Cela dit, glare peut également être considéré comme télique dans les emplois où il exprime une action orientée vers un but :

p. «I knew he would go. I glared at him and frightened him away.» (Cyril Birch, Anthology of Chinese Literature From the Earliest Times to the Fourteenth Century, Grove Press, 1988, p. 106).

24Cependant, il vaut mieux parler dans ce cas de « téléonomie » plutôt que de télicité, terme ambivalent. En effet, l’on considérait au départ que la catégorie des verbes téliques comportait des verbes qui exprimaient une action tendant vers un but, celui-ci étant envisagé comme atteint à un temps perfectif, mais contingent à un temps imperfectif (Garey 1957 : 106, article d’inspiration guillaumienne).

25Parmi les propriétés visuelles plus ou moins abstraites auxquelles renvoient les ‘verbes en gl-’ de notre corpus figurent, outre le regard, le mouvement, la rapidité et la momentanéité (glance (v.1) ‘of the eye : to move quickly, to cast a momentary look…’), la brillance et l’éblouissement (glare (v.) ‘to shine with a brilliant or dazzling light’), ainsi que la distance et la médiation (gleam (v.1) ‘to shine with a brightness subdued by distance or an intervening medium’). Y figurent aussi le degré de visibilité et l’intermittence (glimmer (v.) ‘to give a faint or intermittent light’), l’obliquité et la latéralité (glint (v.) ‘to move quickly, esp. obliquely ; to glance aside’), sans oublier l’émission et la réflexion (glare (v.) ‘to send forth or express with a glare, to reflect with a glare’). Toutes ces propriétés sont susceptibles d’être interprétées par l’observateur, qui peut leur attribuer une valeur expressive plus ou moins subjective.

26Il convient enfin d’évoquer la notion de « contrôle » (au sens de ‘maîtrise’) véhiculée par certains ‘verbes en gl-’ dans leurs emplois transitifs-causatifs, comme, par exemple, dans :

  1. (glare) «Hornstein glared me into silence and resumed reading.» (Robert Traver, Hornstein’s Boy, St. Martin’s Press, 1962, p. 329).

  2. (glint) «She more than raised the flame inside her heart. She glinted it off the lantern and off her shiny, red shoes.» (Candace A. Croft, Annalia’s Simply Splendid Flight From Another Side of Day, Trafford Publishing, 2003, p. 74).

27Cette notion, qui est indissociable de celle de « causalité » et de « pouvoir », et qui a trait aussi au concept d’« intentionnalité » évoqué plus haut, peut être projetée sur des entités non animées, comme en témoigne l’exemple suivant :

s. (glare) «But then the road turned slightly and the sun glared the reflection away.» (Douglas Phinney, The Vile, iUniverse, 2004, p. 4).

5. Le fonctionnement sémantico-syntaxique de glare

28En anglais moderne, glare peut avoir, outre son fonctionnement intransitif originaire (cf. m.2 She glared silently…), un fonctionnement transitif indirect (cf. e. She glared at him…), mais aussi un fonctionnement transitif-causatif (cf. q. Hornstein glared me into silence…). Pour rendre compte de ces fonctionnements, il convient en premier lieu d’opérer une distinction entre les verbes intransitifs à causalité externe tels que break, qui ont une alternance de type transitif-causatif (ex. : He broke the pencil) / intransitif-non causatif (ex. : The pencil broke), et ceux à causalité interne tels que glare, gleam et glitter, qui n’ont pas ce type d’alternance. Comme l’affirment Levin & Rappaport Hovav,

Unlike internally caused verbs, externally caused verbs by their very nature imply the existence of an external cause with immediate control bringing about the eventuality described by the verb: an agent, an instrument, a natural force, or a circumstance. Thus, consider the verb break. Something breaks because of the existence of an external cause. (1995 : 92)

29Selon les auteurs, dans le cas d’un verbe intransitif qui implique un événement à causalité interne, c’est une propriété inhérente au référent de l’argument du verbe, lequel ne saurait être sous contrôle externe, qui est ‘responsable’ de la survenance de celui-ci. Cette propriété, c’est la volonté de l’agent qui accomplit l’action, à supposer qu’il s’agisse d’un animé humain. S’il s’agit par contre d’un non animé, présumé non agentif, le référent peut néanmoins être envisagé comme ‘responsable’ de la survenance d’un tel événement, pour peu que celle-ci soit considérée comme la résultante de certaines propriétés inhérentes au référent en question (cf. t. ci-dessous). Comme le fait remarquer Searle, « We can extend the primitive experience of causation beyond the boundaries of our bodies by discovering manipulable causal regularities in the world. » (1983 : 132).

t. «[T]he Piazza glared white in the noonday sun and seemed to scorch the eye as he looked out» (Leon Edel, Henry James: The Conquest of London, 1870-81, Avon, 1978, p. 170).

30Il est à noter que dans cet exemple, le référent de l’argument du verbe glare correspond à la cause immédiate de l’effet sur les yeux de l’observateur, et non à la cause première, qui serait ici the noonday sun. Cette distinction apparaît en tout cas indispensable dès lors qu’il s’agit de rendre compte d’une chaîne causale à maillons multiples.

31L’emploi transitif indirect de glare dans e. She glared at him… correspond lui aussi à un événement à causalité interne dont le référent du premier argument ne saurait être sous contrôle externe. Cependant, grâce à la conjonction du rôle de directionnalité et de distanciation joué par la préposition de ciblage at, qui iconise cette distanciation syntaxiquement, et du rôle d’altérité joué par le pronom accusatif her, certaines propriétés, dont l’intentionnalité, inhérentes à l’agent animé humain qui effectue l’action (en l’occurrence un certain type de regard), passent sur (et affectent) l’autre. Autrement dit, si l’on pose qu’en termes d’auto-agentivité, la prédication contenue dans l’exemple m.2 She glared silently… s’entend ‘She acted on herself so as to glare silently…’, alors le pouvoir d’agir sur soi-même que possède tout agent normalement constitué est projeté, en l’occurrence visuellement, sur une cible qui lui est extérieure. Une telle interprétation semble étayée par les exemples suivants :

  1. «He glared his eyes in the direction of Dewayne. What I do, why you looking at me like that?» (D’joanna’, A Thiefin my Heart, iUniverse, 2005, p. 15).

  2. «I made a second effort to ascend, when I was checked by the appearance of my father; he glared his eyes on me and vanished.» (Thomas Gordon Hake, Vates, or The Philosophy of Madness, 1840, p. 45).

La cible peut aussi être une partie anatomique autre que les yeux :

w. «She raised the glass to her burning skull and tried to drink. But of course there was nothing to drink; it was only an illusion. Realizing the fact, she glared at her hand and shrieked in unfulfilled desire» (Bill Myers, Soul Tracker, Zondervan, 2004, p. 269).

32De même, l’agent peut également se regarder à l’aide d’une surface réfléchissante (cf. x. ci-dessous), ce qui ne peut manquer de soulever le problème de la divisibilité du Moi inhérent à certaines analyses syntaxiques, dont la distinction en français entre diathèse réfléchie et diathèse récessive établie par Tesnière (1959 : 272-275).

x. «She glared at herself in the mirror, telling herself she was a fool for going to all this trouble for Finn O’Keeffe» (Elizabeth A. Adler, Legacy of Secrets, Delacorte Press, 1993, p. 308).

  • 5 Je remercie J-M. Merle d’avoir bien voulu relire cette section, et de ses remarques judicieuses.

33Les emplois transitifs-causatifs de glare tels que q. ci-dessus (Hornstein glared me into silence…) correspondent typiquement à des structures résultatives, à fort pouvoir de condensation syntaxique. Dans q., il y a deux relations prédicatives, l’une à mode fini (<he-glare>), l’autre à mode non fini, qui constituent respectivement une proposition (Hornstein glared), et un nexus (me into silence). Le propre des structures résultatives est d’associer une télicité, fournie par le nexus, au procès contenu dans la proposition d’accueil (Hornstein glared), laquelle n’en aurait autrement pas. Dans q., le pronom accusatif me, qui est en fait le support du résultat, n’est cependant qu’en apparence un argument du verbe, car il correspond en structure profonde au seul argument d’un verbe intransitif, verbe qui est théoriquement récupérable à partir du contenu lexical du SP. Dans l’exemple discuté, on peut reconstruire <fall> (I fell into silence), où into silence fonctionne nécessairement comme co-prédicat de (<Hornstein-glare>), puisqu’il ne peut avoir d’existence que si un premier prédicat est déjà posé (voir Merle 2005).5

34Par rapport aux emplois transitifs indirects de glare, où la préposition a une fonction diastématique de mise en relation du verbe et son complément, les emplois transitifs-causatifs de ce verbe se distinguent par leur degré de transitivité sémantique plus élevé. À nouveau, certaines propriétés inhérentes au référent du seul argument réel du verbe, notamment l’intentionnalité de l’agent animé humain auteur du regard, passent sur l’autre, pour l’affecter. Cependant, à la différence des emplois transitifs indirects de ce verbe, ce qui est projeté téléonomiquement sur la cible, c’est le pouvoir de l’agent non seulement d’agir visuellement sur l’autre, mais aussi d’agir causalement sur lui, en modulant son regard de façon à le faire (ré)agir. Dans l’exemple q. (Hornstein glared me into silence…), cette réaction consiste, pour le référent de l’argument du verbe intransitif reconstruit fall, à tomber dans le silence, ce qui semble correspondre à ce que Talmy (2000) appelle un’mouvement fictif, mouvement véhiculé ici par la préposition de ciblage into.

35Ce constat est d’ailleurs généralisable à d’autres ‘verbes en gl-’ de notre corpus, selon le contexte, par exemple :

  • glance: comparer a. (Max glanced at the woman…) et ο.1 (…there was the devil lurking in his eye, as he glanced it upon me with an air of contempt…);

  • glint: comparer c. (…he glinted at her with those deep-set blue eyes.) et r. (She glinted it off the lantern…);

  • glow: comparer d. (She glowed at him across the table…) et n.1 (…she glowed me awake…).

  • 6 L’on n’évoquera pas non plus le cas des constructions ‘transitives’ du type ‘to glare revenge / def (...)

36Nous ne tenterons pas ici de rendre compte du fait que glare, comme d’ailleurs les autres verbes qui figurent dans la catégorie des « peer verbs » établie par Levin (1993) — gaze, goggle, look, peer, stare, etc. —, n’a pas d’emploi transitif direct où le pouvoir visuel de l’agent animé humain passe sur l’autre (*He glared / looked me silently).6 Ce problème extrêmement complexe (cf. Miller 2003, Bottineau 2005, etc.), à supposer qu’il puisse être posé en ces termes, requiert un développement à lui tout seul.

37Quant aux liens interférentiels mis en évidence ci-dessus entre agentivité humaine et agentivité sémantico-syntaxique d’une part, et transitivité humaine et transitivité sémantico-syntaxique d’autre part, la question de leur nature exacte se pose. Il importe notamment d’expliquer le fait que le référent du premier argument d’un verbe à fonctionnement intransitif, transitif indirect ou transitif-causatif tel que glare peut être soit un animé (humain ou non), soit un non animé. Nous ferons, quant à nous, l’hypothèse qu’il s’agit là de la trace en langue du transfert inconscient par l’animé humain de ses propres capacités ou propriétés visuelles, dont la brillance, la couleur, la symétrie, le clignotement, l’intermittence, la réflexion, la fixité, etc., sur l’autre, mais aussi sur une cible intra-corporelle autre que les yeux (dents, ongles, cheveux…) ou extra-corporelle (soleil, neige, étoile, feu…) perçue comme douée de traits homologues. Ceux-ci resteraient donc invariants sous transformation (plus précisément sous projection), faisant ainsi de l’invariance un principe explicateur de premier ordre.

38Ce transfert inconscient serait déclenché par un processus de type neurocognitif appelé « projection conceptuelle » par Fauconnier & Turner (2002 : 305), processus qui s’apparente à celui que Heine appelle ‘transfert conceptuel’ (1997 : 7-8), et que Lakoff & Johnson nomment ‘source-to-domain mapping’ (2003 : 252-253). En effet, dans le cadre de son hypothèse portant sur l’invariance topologique (« Invariance Hypothesis »), Lakoff affirme que :

Metaphorical mappings preserve the cognitive typology (this is, the image —structure schema) of the source domain. It will follow from this that all source domain inferences due to cognitive topology (image—structure schema) will be preserved in the mapping. (1990: 54)

39Ainsi, dans le cas de glare, les propriétés visuelles de fixité, de directionnalité et d’intentionnalité etc., projetées sur l’autre, se transforment, syntaxiquement, en une construction de type transitif indirect (cf. e. She glared at him…) et, projetées sur soi-même, en une construction de type intransitif (cf. m.2 She glared silently… interprété comme ‘She acted on herself so as to glare silently…’). Enfin, lorsque ces propriétés sont projetées sur l’autre de manière à le faire (ré)agir, elles entrent en grammaire sous forme d’une construction de type transitif-causatif (cf. q. Hornstein glared me into silence…). Dans la mesure où ce processus de projection conceptuelle s’effectue au travers du regard de l’agent, le type de contact intersubjectif n’est pas le même que s’il s’était agi, par exemple, d’un coup asséné par l’agent, car il y a contact visuel, à distance (cf. le rôle de at dans e. She glared at him… »), et non contact haptique. Cela dit, la conceptualisation de la notion de ‘contact visuel’ au travers de l’histoire n’a pas toujours été stable, comme le signale Frank : « The physical sense of sight was anything but a passive entity in antiquity ; it was a form of physical contact between the viewer and the object. » (2000 : 108).

6. Les ‘verbes en gl- : des verbes de « mouvement fictif » ?

40Certains ‘verbes en gl-’ de notre corpus, mais aussi certains « sight verbs » tels que look, sont classés par Talmy dans la catégorie des verbes de « mouvement fictif » (2000, chap. 2). Parmi les catégories de mouvements fictifs figure notamment l’émanation, sous-catégorie caractérisée par une typologie comprenant, entre autres, les trajectoires d’orientation et les trajectoires de radiation. L’une des trajectoires d’orientation mises en évidence par Talmy est fondée sur la notion de « ligne de mire ». Pour prendre He glanced towards the window comme exemple, la seule entité qui se meut dans ce scénario est la tête, et pourtant celle-ci, tout en se tournant latéralement, reste à la même distance de la fenêtre, puisque le sujet ne s’en approche pas. Selon Talmy, la préposition towards renverrait ici au mouvement associé à la ligne de mire, mouvement qui aurait pour source les yeux du sujet.

41Quant aux trajectoires de radiation, il s’agirait d’une radiation conceptualisée comme émanant en continu à partir d’une source d’énergie, et qui s’en éloigne, sans que Ton puisse détecter un mouvement quelconque de cette radiation (voir j. The merciless sun glared off of the passing cars into my eyes). Lorsqu’il se dessine, au sein des catégories dites de l’émanation, un mouvement et une trajectoire fictifs entre deux entités (ex. fourni par Talmy : The sun is shining into the cave), le principe cognitif qui détermine la source de l’émanation serait le suivant : la source de l’émanation est l’entité qui apparaît être la plus ‘active’ ou ‘déterminative’. Ce principe découlerait de la capacité d’« agentivité » qui caractérise tout individu sensible, et plus précisément de l’activation de cette capacité. Le processus en question, causal, se décomposerait en deux phases : dans un premier temps, il se forme chez le sujet une intention ; puis, dans un deuxième temps, celle-ci se réalise, conduisant ainsi à un nouvel état de fait. Pour Talmy aussi, le transfert de la capacité d’agentivité à des entités non animées relève d’un processus cognitif de projection conceptuelle.

42Le schéma d’agentivité susceptible de mieux rendre compte de l’émanation fictive de type visuel, du moins au niveau des trajectoires de radiation, est celui qui voudrait que l’expérient, en tant qu’agent ‘actif-déterminatif’, corresponde à la source la plus énergétique (le ‘soleil’ dans l’exemple ci-dessus, en raison de sa plus grande brillance). Cependant, dans le cas d’un expérient agentif, doué d’intentionnalité, qui entre en rapport avec une entité expérimentée (exemple donné par Talmy : I looked into the valley), c’est la propriété même d’agentivité exercée par l’expérient qui amène à considérer que celui-ci est plus’actif que l’entité expérimentée, soit parce que cette entité est non animée (the valley) et donc apuissancielle, soit parce qu’elle n’exerce pas, dans l’événement en cause, son agentivité (ex. : Mel dans I glanced over at Mel (cf. i.)).

43Pour conclure son propos sur la possible réversibilité de la relation entre expérient et entité expérimentée selon le contexte et les critères retenus, Talmy cite une étude menée par Winer & Cottrell (1996) qui rend compte d’une série d’expérimentations portant sur la perception, chez de jeunes scolarisés, de la notion de ‘vision’. Au sein de cette population, un pourcentage important privilégie la notion d’extromission, autrement dit, que la vue implique que quelque chose, des rayons visuels dira-t-on, émerge des yeux, par rapport à une notion d’intromission, qui implique que quelque chose, une source lumineuse par exemple, entre dans les yeux (voir Imbert 2005 : 91).

7. Conclusions

44Dans le cadre de la théorie sémiogénétique des conditions d’émergence et d’évolution du signe (TSG) à laquelle il a été fait référence dans l’introduction, nous avons avancé l’idée que certains référents extra-corporels ont pu être ‘nommés’ par un processus de « rétroprojection conceptuelle » (Philps 2004). Il s’agit d’un processus de nomination inconscient déclenché par l’incidence que les capacités et propriétés caractérisant ces référents sont susceptibles d’avoir sur les moyens sensori-moteurs de l’être humain.

45Si l’on retient, dans le cas à l’étude, l’hypothèse de la nature foncièrement auto-référentielle de la perception visuelle, comme le fait d’ailleurs Searle, s’agissant de son contenu intentionnel :

the intentional content of the visual experience requires as part of the conditions of satisfaction that the visual experience be caused by the rest of its conditions of satisfaction, that is, by the state of affairs perceived. The content of the visual experience is therefore self-referential (1983 : 48),

46ce sont les yeux de l’être humain, avec leurs capacités et leurs propriétés spécifiques, qui correspondraient au domaine source de la projection, alors que l’objet de la vision, doué de capacités et de propriétés perçues comme homologues, correspondrait au domaine cible. Celui-ci serait instancié par les référents qui, dans notre milieu naturel, sont conceptualisés comme émettant (soleil, étoile, feu…) ou reflétant (neige, lac, mer, parties du corps autres que les yeux…) des rayons lumineux, rayons qui auraient une incidence sur les yeux et, partant, sur l’être humain dans sa globalité.

47Ce serait ce cycle interactif de projection / rétroprojection de propriétés abstraites communes qui déclencherait, chez l’être humain cherchant à représenter en langue son expérience et ses connaissances, la stratégie de nomination postulée ci-dessus. Celle-ci consisterait pour lui à projeter inconsciemment les signes de langue désignant ses propres capacités et propriétés visuelles (regards, mouvements, couleurs…), ainsi que les valeurs expressives qui leur sont associées, non seulement sur des référents extra-corporels perçus comme sources de rayons lumineux, que ce soit par émanation ou par réflexion, mais aussi sur des référents intra-corporels autres que les yeux. C’est ainsi que, notionnellement parlant, l’ancêtre d’un verbe de perception visuelle en ‘gl-’ tel que glare a dû désigner une certaine façon de regarder (‘to look fixedly and fiercely’) chez l’être humain avant d’en venir à désigner, conséquemment à un processus de projection / rétroprojection fondé sur une stratégie de nomination auto-référentielle, un objet de la vision conceptualisé comme partageant avec les organes de la vue certaines capacités et propriétés saillantes, dont celles de ‘fixité’ et de ‘férocité’.

48L’idée-force développée ici, à savoir que les relations sémanticosyntaxiques propres à la classe des ‘verbes en gl-’ ayant trait à la ‘lumière’ et / ou à la ‘vision’ résultent d’un processus de transfert conceptuel et de transcodage opéré par le cerveau, nous conduit, dans le cadre de notre théorie sémiogénétique, à la conclusion que l’invariant gl- dans la classe des ‘verbes en gl-’ de notre corpus recèle une codification auto-réferentielle des yeux et du regard. Il s’agirait ainsi d’un cas d’iconicité submorphémique dans le lexique.

49Quant à la partie variable des verbes faisant partie de cette classe, également appelée ‘rime’ (-ance, -eam, -impse, -ow, etc.), elle permettrait, grâce à son rôle différentiel, de diversifier les notions invariantes de ‘lumière’ et de ‘vision’ qui seraient véhiculées par gl- non seulement en fonction de la manière de regarder (plus ou moins fixement, plus ou moins volontairement, plus ou moins longuement…), mais aussi en fonction d’autres paramètres. Nous pensons notamment au degré d’intentionnalité du regard (férocité, innocuité…), sa source (intromission, extromission…), sa direction (obliquité, latéralité…), sa cible (animé, non animé…), et son objectif (culpabilisation, évitement, annochiatura…).

50Enfin, compte tenu de la possibilité pour ces ‘verbes en gl-’ de prendre comme premier argument non seulement un animé humain, mais aussi un non animé, nous sommes amené à conclure que nombre de ces paramètres peuvent être projetés, par un processus de transfert conceptuel, sur des référents non animés perçus comme ayant des capacités et des propriétés qui seraient homologues des capacités et propriétés visuelles caractérisant les yeux et le regard de l’être humain.

Top of page

Bibliography

REFERENCES

Bally, Charles, 1926. L’expression des idées de sphère personnelle et de solidarité dans les langues indo-européennes. In F. Fankhauser et J. Jud (dir.), Festschrift Louis Gauchat. Aarau, Verlag H. R. Sauerlânder & Co., 68-78.

Bergen, Benjamin K., 2004. The psychological reality of phonæsthemes. Language 80, 2, 290-311.

Bloomfield, Leonard, 1933. Language. Londres, Allen & Unwin.

Bolinger, Dwight L., 1940. Word affinities. American Speech 15, 62-73.

Bolinger, Dwight L., 1950. Rime, assonance and morpheme analysis. Word 6, 2, 117-136.

Bolinger, Dwight L., 1953. The life and death of words. American Scholar 22, 323-335.

Bottineau, Didier, 2005. Du son au sens : l’invariant de i et a en anglais et autre langues. http://elsapl.unicaen.fr/~bottineau/I_A_CRISC03.pdf.

Fauconnier, Gilles, & Mark Turner, 2002. The Way We Think. Conceptual Blending and the Mind’s Hidden Complexities. New-York, Basic Books.

Frank, Georgia, 2000. The pilgrim’s gaze in the age before icons. In Robert S. Nelson (dir.), Visuality Before and Beyond the Renaissance. Cambridge, Cambridge University Press, 98-115.

Garey, Howard B., 1957. Verbal Aspects in French. Language 33, 91-110.

Guillaume, Gustave, 1964. Langage et science du langage. Paris, A.-G. Nizet / Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Heine, Bernd, 1997. Cognitive Foundations of Grammar. New-York, Oxford University Press.

Imbert, Michel, 2005. Le visible et la vue de l’Antiquité au Moyen-Âge. In JeanPierre Changeux (dir.), La lumière au siècle des lumières et aujourd’hui, Paris, Odile Jacob, 91-101.

Jespersen, Otto, 1922. Language. Its Nature, Development and Origin. Londres, Allen & Unwin.

Lakoff, George, 1990. The invariance hypothesis : is abstract reasoning based on image-schemas ? Cognitive Linguistics 1-1, 39-74.

Lakoff, George, & Mark Johnson, 2003 [1980]. Metaphors We Live By. Chicago et Londres, University of Chicago Press.

Levin, Beth, 1993. English Verb Classes and Alternations. A Preliminary Investigation. Chicago, University of Chicago Press.

Levin, Beth, & Malka Rappaport Hovav, 1995. Unaccusativity. At the SyntaxLexical Semantics Interface. Chicago, University of Chicago Press.

Marchand, Hans, 1969 [1960]. The Categories and Types of Present-day English Word-formation. A Synchronic-diachronic Approach. 2ème edition. Wiesbaden, Otto Harrassowitz.

Markel, Norman N., & Eric P. Hamp, 1960-61. Connotative meanings of certain phoneme sequences. Studies in Linguistics 15, 47-61.

Merle, Jean-Marie, 2005. Quelques remarques générales sur les prépositions en anglais, et sur into et out of en particulier. http://www.up.univmrs.fr/wclaix/jmm/jmm_prep.rtf. À paraître dans les Travaux du CLAIX, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence.

Miller, Philip H., 2003. La complémentation directe et indirecte des verbes de perception en anglais. In Jean Pauchard (dir.), Les prépositions dans la rection verbale (domaine anglais). Reims, Presses Universitaires de Reims, 115-135.

Philps, Dennis, 2000. Le sens retrouvé ? De la nomination de certaines parties du corps : le témoignage des marqueurs sub-lexicaux de l’anglais en <CN->. Anglophonia / Sigma, 8, 207-232.

Philps, Dennis 2004. « Une application du concept de ‘marqueur sub-lexical’ : snow ». In La contradiction en anglais, Travaux du C.I.E.R.E.C. n° 116. Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 145-166.

Philps, Dennis, à paraître. « Sons et lumières : le marqueur sub-lexical <gl-> », Travaux du C.I.E.R.E.C. Saint-Etienne, Presses Universitaires de Saint-Etienne.

Picoche, Jacqueline, 1986. Structures sémantiques du lexique français. Paris, Nathan.

Reinhart, Tanya, 2002. The Theta System – an Overview. Theoretical Linguistics, 28(3), 229-290.

Searle, John R., 1983. Intentionality. An Essay in the Philosophy of Mind. Cambridge, Cambridge University Press.

Smith, Jeremy, 1996. An Historical Study of English. Function, form and change. Londres, Routledge.

Svorou, Soteria, 1994. The Grammar of Space. Typological Studies in Language, 25. Amsterdam, John Benjamins.

Talmy, Leonard, 2000. Towards a Cognitive Semantics. Vol. I : Conceptual Structuring Systems. Cambridge (Mass.), MIT Press.

Tesnière, Lucien, 1959. Éléments de syntaxe structurale. Paris, Klincksieck.

Tournier, Jean, 1985. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain. Paris-Genève, Champion-Slatkine.

Wescott, Roger W., 1980. Sound and Sense : Linguistic Essays on Phonesthemic Subjects. Edward Sapir monograph series in language, culture, and cognition 8. Lake Bluff, Jupiter Press.

Winer, Gerald Α., & Jane E. Cottrell, 1996. Does anything leave the eye when we see? Extramission beliefs of children and adults. Current Directions in Psychological Science 5(6), 137-142.

Wright, Joseph (dir.), 1898-1905. The English Dialect Dictionary, vols. I-VI. London, H. Frowde.

Top of page

Notes

1 The Oxford English Dictionary, 2ème édition, 1989.

2 The English Dialect Dictionary (Wright 1898-1905).

3 Tesnière 1959 : 238.

4 Alternance de complémentation entre objet direct et objet indirect en at caractérisant certains verbes dont le sens fait intervenir à la fois le mouvement et le contact (cf. Levin 1993 : 41-42).

5 Je remercie J-M. Merle d’avoir bien voulu relire cette section, et de ses remarques judicieuses.

6 L’on n’évoquera pas non plus le cas des constructions ‘transitives’ du type ‘to glare revenge / defiance’.

Top of page

References

Bibliographical reference

Dennis Philps, « Quelques aspects sémantico-syntaxiques des ‘verbes en gl-’ de l’anglais ayant trait à la notion de ‘lumière’ et / ou de ‘vision’ », Anglophonia/Sigma, 11 (22) | 2007, 205-221.

Electronic reference

Dennis Philps, « Quelques aspects sémantico-syntaxiques des ‘verbes en gl-’ de l’anglais ayant trait à la notion de ‘lumière’ et / ou de ‘vision’ », Anglophonia/Sigma [Online], 11 (22) | 2007, Online since 13 December 2016, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/831 ; DOI : 10.4000/anglophonia.831

Top of page

About the author

Dennis Philps

Université de Toulouse-Le Mirail (CAS/IRPALL)

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org