Skip to navigation – Site map

BY + complément dans les énoncés passifs anglais : une relation non-spatiale représentée spatialement

Yves-Bernard Malinier
p. 7-22

Abstract

By assumes a large array of meanings and there are semantic links between its superficially diverse uses. These include agency, cause, instrumentality, means, manner, etc.... Among this large array, the preposition is also used to head complements in long passive clauses.
The purpose of this article is to show that the preposition may be given a locative interpretation when it is used to (re)introduce the noun phrase that corresponds to the grammatical subject of the active counterpart.
The demoted Agent or Cause that activates a change of state can be viewed as an intermediate point (or L0Ci/o) on a path or route to an endpoint, i.e. the resultant state of the Patient or Experiencer.

Top of page

Author's notes

Cet article fait suite à un exposé dans le cadre du Groupe Constantes et Variations de M-L. Groussier le 15 mai 2009 à lUniversité Paris 7 Denis-Diderot. Je remercie les membres du groupe pour leurs remarques et conseils.

Full text

1L’histoire de la langue montre qu’il existait une variété de prépositions pour introduire le complément servant à renvoyer à l’Agent et, d’une façon générale, à tout autre déclencheur, le Vieil-Anglais ne faisant pas de distinction entre l’emploi strictement agentif et les emplois causal, instrumental ou encore l’expression du Moyen. L’une de ces prépositions, by, a fini par se spécialiser, comme l’on sait, dans l’emploi agentif.

2Dans un premier temps, nous définirons les rôles d’actants qui nous intéressent dans le cadre de cet article, en commençant par l’Agent. Sa prééminence est due au fait que chaque fois qu’il y a un Agent dans le schéma actanciel primaire, c’est cet actant qui est à l’actif le meilleur candidat à la fonction de premier argument du schéma prédicatif. En d’autres termes, tout se passe comme si l’Agent avait priorité sur tout autre actant et en tant que forcément animé-humain ou assimilé et en tant que déclencheur visant un but.

3Puis, nous tenterons de montrer que :

  1. l’Agent perd, dans l’opération de passivation, son statut de déclencheur absolu et qu’il est traité comme un déclencheur intermédiaire, au même titre que l’Instrument ou le Moyen alors même qu’il n’est pas un intermédiaire par définition.

  2. Dans le cadre de la Théorie des Opérations Énonciatives (dorénavant TOE), l’on a affaire avec le by agentif à une sorte de contradiction ou compromis entre deux niveaux, d’une part, le notionnel avec les relations primitives et, d’autre part, l’énonciatif avec l’ordre d’apparition des termes dans la chaîne.

4Nous proposerons, pour terminer, de représenter ce cas de figure non-spatial en termes spatiaux. Ceci présente l’avantage de proposer un traitement unitaire des divers emplois de la préposition en soulignant, ce faisant, la cohérence interne du marqueur.

1. Que faut-il entendre par Agent, Déclencheur, Cause, Instrument, Moyen et Lieu ?

5Il nous semble important, à ce stade, de rappeler le sens qu’il convient de donner à ces termes. Les définitions des noms d’actants qui suivent sont tirées des Mots de la Linguistique (Groussier & Rivière 1996) :

  • Agent : « Actant déclencheur d’un processus qui vise un but en déclenchant celui-ci. Ce rôle ne peut être instancié que par une notion à laquelle est associée la propriété /animé-humain/, seul l’animé-humain étant à même d’opérer une projection dans l’avenir associée à une téléonomie » (13-14)

  • Déclencheur : « Actant ayant pour fonction le déclenchement d’une occurrence de procès. L’Agent et la Cause sont les deux déclencheurs à part entière. L’Instrument peut être considéré comme un déclencheur intermédiaire » (52)

  • Cause : « Actant déclencheur d’un processus quand sera associée à ce déclencheur la propriété /inanimé/. (...) La Cause se distingue de l’Agent en ce que le déclenchement d’un processus par une Cause ne peut impliquer la projection dans l’avenir d’un But » (33)

  • Instrument : « Actant intermédiaire entre l’Agent et le Patient. En effet, l’Instrument a un statut analogue à celui du Patient vis-à-vis de l’Agent qui déclenche le changement d’état de l’Instrument avant celui du Patient. (...) D’autre part, l’Instrument a vis-à-vis du Patient, un statut analogue à celui de l’Agent en ce sens qu’il est le déclencheur direct du changement d’état du Patient » (107)

  • Moyen : « Occurrence de procès intermédiaire entre un Agent et l’action dont il projette dans l’avenir le déclenchement. (...) Le Moyen est proche du rôle actanciel d’Instrument mais il ne s’agit plus ici de relations entre actants mais de relations entre occurrences de procès. Ainsi, l’énoncé They got in with the master-key pourrait être paraphrasé par They got in by using the master-key : le complément with the master-key renvoie à l’Instrument et la préposition gérondive by using the master-key renvoie au Moyen. Comme il agit sur l’Instrument, Patient intermédiaire, l’Agent déclenche le afin de parvenir au déclenchement de l’action proprement dite » (124-125)

  • Lieu (L0C) : « Repère d’un repérage spatial ou localisation. On conviendra de donner le nom de lieu à tout repère, qu’il contienne ou non le repéré (...) La définition des différents types de lieux appartient au niveau des composantes primitives des définitions notionnelles. Certains lieux font partie de la définition notionnelle des procès à composante spatiale au même titre que les actants (...) On distinguera notamment les repères sur le trajet d’un déplacement suivants : L0Co Lieu (ou repère) de départ, L0C1 le Lieu (ou repère) d’arrivée et L0C1/o, repère de point de passage (intermediate point)... » (113-114)

2. À l’actif : l’Agent est départ absolu

  • 3 Certaines relations n’ont jamais le statut de RPP, par exemple la relation Agent-Instrument. Cela t (...)

6L’actif est la forme primaire de prédication d’une notion de procès. S’il est un Agent parmi les actants, le terme instanciant la place d’Agent est, au niveau notionnel, considéré comme le terme de départ de la relation notionnelle primitive. Groussier 1997a a proposé de donner à cette relation le nom de relation prédicable en priorité (RPP). Jusqu’à présent, il n’a pas été possible de trouver, que ce soit pour l’anglais ou le français, un verbe renvoyant à un procès incluant la relation Agent Patient pour lequel cette relation ne soit pas la RPP3. Lorsque le procès en cause n’inclut pas cette relation, la relation prédicable en priorité peut en revanche être tout autre. Dans le schéma notionnel AG → PA, l’Agent, terme -source de la RPP, a donc une place privilégiée parmi les places d’actants de la notion de procès dans la mesure où, non seulement le terme-but, mais encore les autres places d’actants sont notionnellement définis par rapport au terme-source. Le statut de terme de départ de la relation primitive fait d’emblée de ce terme un élément distingué parmi les actants du procès : il est repéré par rapport à l’énonciateur et repère de tout ce qui va suivre. L’Agent est pris comme 1er terme de la relation 1) en tant que déclencheur du processus et 2) en fonction de la détermination notionnelle conférée par l’association obligatoire de la propriété /animé-humain/. C’est cette propriété qui donne à l’Agent le pas sur le Patient dans la hiérarchie notionnelle des actants. Il est défini comme « actant principal du procès » (Groussier 1997b) qui vise le résultat (on parle de téléonomie) de l’occurrence de processus (i.e., l’état final du Patient) en déclenchant cette occurrence.

7La relation Agent-Patient fonctionne, en anglais et dans beaucoup d’autres langues, comme une sorte de relation prédicative typique. Au niveau prédicatif, la notion instanciant la place de terme de départ de la relation primitive, fournit le terme de départ de la relation prédicative, c’est-à-dire le premier argument a. Cet argument est repéré par rapport à sa place de 1er argument. La relation prédicative du 1er argument au 2e argument est représentée par la formule suivante :

(a r b)

  • 4 La thématisation est « l’opération par laquelle l’énonciateur pose comme repère constitutif de l’én (...)

8Au niveau syntaxique, le SN renvoyant au 1er argument est placé en première position, à gauche du verbe. Il est le point de départ et le thème de l’énoncé. C’est en effet à ce niveau qu’intervient l’opération de thématisation4. Le 1er argument de la relation prédicative est repéré par rapport à la Situation d’énonciation puis repère de la totalité des relations prédiquées : il est d’emblée repéré par rapport à l’énonciateur et repère de tout ce qui va suivre. Dans la TOE, la dénomination traditionnelle de sujet grammatical est remplacée par complément de rang zéro ou Co. Le Co est un élément distingué parce qu’il est placé en tête d’énoncé et que le verbe exprime sa relation avec lui par le biais de l’accord en nombre et personne.

3. Au passif

3. 1. La passivation

9Le schéma prédicatif actif est, on l’a vu, ce schéma primaire pour lequel la relation prédicative est orientée dans le même sens que la relation primitive. L’opération de passivation consiste à brouiller cet ordre puisque c’est prendre comme point de départ de la relation prédicative le point d’arrivée de la relation primitive actancielle, celle qui est prédiquée sans modification à l’actif. Le statut de l’Agent ne change pas au niveau notionnel puisqu’il s’agit d’un traitement prédicatif. Mais il ne s’agit pas d’une simple inversion de la relation prédicative active puisque l’actant qui constituait le point de départ de l’actif est désormais marginalisé, mis « hors circuit » et l’on obtient un passif dit « court » comme dans (1) ci-dessous :

(1) John was knifed

10En tant que terme-source de la relation primitive prédiquée à l’actif, l’actant principal est celui des actants qui est évacué du schéma prédicatif au passif.

11L’absence dans l’énoncé du 1er argument de l’actif est l’un des objectifs essentiels, sinon l’essentiel, de l’emploi du passif de telle sorte que l’expression du complément d’actant principal n’est pas constitutive de la définition du passif.

12Il n’y a donc plus qu’un pôle au lieu de deux et tout se passe comme si la relation prédicative, au lieu de joindre deux pôles distincts, était une « boucle » dont le point de départ est aussi le point d’arrivée. L’énoncé passif « court », résultat d’une manipulation énonciative, correspond ainsi au schéma prédicatif suivant :

(b r b)

13En faisant le choix du passif, l’énonciateur décide de thématiser l’argument qui renvoie notionnellement au Patient. Cet argument est ainsi repéré par rapport à la Situation d’énonciation. L’énonciateur choisit donc pour Co l’élément que le repérage initial ne prédispose pas à la fonction de thème. Il choisit de prédiquer en prenant pour 1er argument l’actant secondaire qui occupe la 2e place dans la relation primitive. L’existence d’une place d’Agent dans le schéma notionnel du procès se révèle dans le fait que l’énoncé (1) ci-dessus pourrait être suivi dans un dialogue de (l’) :

(l’) By whom ?---By somebody called Nick Sinclair !

  • 5 On pourrait avoir John was knifed at night : le statut du complément prépositionnel at night renvoy (...)

14L’adjonction à (1) de (l’) est possible sans que (1) soit modifié en aucune façon. Même si la mention de l’Agent ne figure pas dans (1), l’existence de cet actant est implicite du fait de la référence notionnelle du verbe knife : la notion de procès auquel renvoie ce verbe inclut une place d’Agent. Le statut syntaxique du complément d’Agent n’est pas clair, la littérature hésitant entre un rapprochement avec le complément circonstanciel (ou adjoint) et le complément valentiel5.

3. 2. Réintroduction du déclencheur dans le circuit

3.2.1. Quelle raison d’être pour le complément d’actant principal ?

15On vient de voir qu’en faisant le choix du passif, l’énonciateur se donne les moyens de gommer dans l’énoncé toute référence à l’Agent, inclus toutefois dans la définition notionnelle du procès. Puis, s’il est, pour des raisons d’ajustement interénonciatif, amené à le réinsérer dans le circuit prédicatif, l’on obtient alors une passive dite « longue ».

16Le passif périphrastique est historiquement issu de la prédication de l’identification du Patient à son état résultant E1. L’adjonction du complément d’Agent a pour effet de terminer la chaîne des prédications de telle manière que l’on a une prédication de relations à l’inverse de la RPP :

PA → E1 → AG

  • 6 Si l’énonciateur choisit de le mentionner, c’est parce qu’il juge que cela ne va pas sans dire. La (...)

17La réintroduction de l’Agent permet d’attirer l’attention du coénonciateur sur l’actant que l’énonciateur n’avait pas d’emblée souhaité placer sous le projecteur6. Cet actant va alors constituer l’information que le coénonciateur va retenir dans la mesure où la mention de l’Agent intervient ici en fin d’énoncé (en anglais end focus). En anglais actuel, l’Agent est réintroduit dans le schéma passif par le biais de la préposition by à l’exclusion de toutes les autres, placée immédiatement à droite du verbe passivé. Ainsi, dans (la) :

(1a) John was knifed by somebody called Nick Sinclair

  • 7 C’est le cas dans The roof was torn from the house by the tornado ou dans The bang was heard by tho (...)

18Lorsque l’actant principal est réinséré dans l’énoncé sous forme de complément prépositionnel, ce complément est désigné, en français, par le terme de complément d’agent. L’adéquation de ce terme reste entière tant que le complément ainsi désigné renvoie effectivement au niveau notionnel à un rôle d’agent. Pour éviter toute confusion, on préférera ici parler de complément d’actant principal, cette dénomination tenant compte du fait que le traditionnel complément d’agent ne renvoie pas toujours à un Agent7 (Groussier 1999).

3.2.2. Remarques

19By est devenu la préposition attitrée du repérage d’une occurrence de processus par rapport à l’Agent. Il est historiquement attesté que cela n’a pas toujours été le cas, notamment en Vieil-anglais (dorénavant VA).

3.2.2.1. Différentes manières d’introduire le complément d’agent en VA

  • 8 Avant d’être détrôné au XIVe siècle par with, mid était très employé en VA jusqu’au XIe siècle : «  (...)

20La préposition by, du VA be qui signifie « at the side of », « near », « alongside », pouvait en VA servir à introduire le déclencheur/animé-humain/mais pas seulement. By pouvait également, tout comme d’autres prépositions et notamment at, for, mid8 /with, of, to, through, fram/from, etc., servir à introduire la Cause ainsi que l’Instrument ou le Moyen dans les constructions dites « passives ».

  • 9 Pour introduire le complément d’agent, la plupart des langues indo-européennes ont opté pour la pré (...)
  • 10 « After the OE period a change set in and agents began to be referred to not by fram-adjuncts, but (...)

21Que fram/from, indicateur attitré, encore en anglais actuel9,des repérages par rapport au repère de départ, ait pu servir, notamment dans la prose du VA, à introduire, entre autres, le complément d’agent10 dans (2) ou de cause dans (3) n’a rien de surprenant. Un rapport logique existe entre point de départ et déclencheur absolu dans (2). Quant à la Cause dans (3), elle est, bien sûr, représentée comme point de départ du fait de son antériorité par rapport à l’effet :

(2) He wearδ ofslagen fram his agenum monnum (Aelfred, Oros. (Sw) 270, 19/« Il s’est fait tuer par ses propres troupes »

(3) δœt land wear δ frame heofenlicum fyre forbœrned (Aelfred, Oros. (Sw) 32, 3/« Cette terre fut brûlée par le feu du ciel »

22Dans la rubrique « The Agent in the passive construction », Visser 1984, 2180 sq. précise qu’il est difficile de distinguer (« discrimination is difficult ») ce qui est franchement agentif de ce qui ne l’est pas. Lorsque l’on lit les nombreuses citations, force est de constater que les verbes en question ne sont pas tous des verbes d’action (processus déclenchés par un Agent) et, donc, que le complément d’actant principal est loin de renvoyer toujours à un Agent :

  • 11 C’est nous qui soulignons.

«The Agent may be defined as that part of the passive construction that corresponds to the subject of the active construction (...) Passive constructions are introduced by such a large variety of prepositions that one is inclined to ask whether the designation «agent» does not tend to become a misnomer on account of its being extended to everybody and everything that can be interpreted simply as the cause of what happens in the passive sentence (...) It is not always ascertainable whether or not one has to do with an instrumental adjunct, especially when it refers to something inanimate (...) In collecting the examples no attempt has been made to distinguish rigorously between by-adjuncts in passive constructions that refer to actual «agents» and those that according to one interpretation can be viewed as the actual agents but according to another interpretation as merely intermediaries11 (...) It could be that by came into use in passives partly owing to its being in use to indicate the related notion of «means» (e.g., in modern English, Come in by the side door, Prepare by roasting,...) ».

23Nous nous contenterons d’extraire deux citations dans lesquelles le SP est introduit par la préposition be. Soient (4) et (5) :

(4)..., we sculon feaum wordum gemyngian, pa pe be him gedon woeron (Aelfred, Bede (Miller) 450, 18)/« nous allons en quelques mots rappeler les choses faites par lui »

(5) wurde pegn... forloeded be pam lygenum (Genesis 597)/« les chevaliers furent fourvoyés par les mensonges »

  • 12 « Personne ou chose servant à obtenir un résultat » (Le Petit Robert 1 1987, 1014). On pense, en an (...)

24Dans (4), il ne fait aucun doute que la préposition sert à introduire l’Agent him (association de la propriété/animé-humain/). Il en va différemment dans (5) : la relation est repérée par rapport à un actant qui a toutes les caractéristiques actancielles de l’Instrument puisque c’est bien en agissant sur lui que l’Agent est censé déclencher le changement d’état du Patient. Ici, le mensonge est l’instrument12 des menteurs.

  • 13 Nous donnons ici la définition de Means proposée par Lindstromberg 1997, 214 : « Means comes from a (...)

25En anglais actuel, c’est with ou by qui est indicateur du repérage d’une relation Agent-Action par rapport à un Instrument. L’instrument est pris dans un repérage par rapport à l’Agent et dans un deuxième repérage avec le Patient. Cet actant est pour le Patient un déclencheur secondaire du processus, c’est-à-dire un déclencheur qui n’est pas autonome comme l’Agent mais ne devient déclencheur que parce que l’Agent agit sur lui. L’Instrument ou le Moyen13, défini comme déclencheur repéré par rapport à l’Agent, occupe une position intermédiaire entre l’Agent et le Patient. Rendant possible le résultat dont la source est l’Agent, il est donc un médiateur dans la réalisation du procès. Il n’est pas sans intérêt de noter ici que la réalisation syntaxique de l’Instrument peut se trouver, tout comme celle de l’Agent, soit en position de sujet grammatical soit en position d’adjoint en fin d’énoncé.

26L’Instrument ou l’occurrence de procès intermédiaire (lorsqu’il s’agit du Moyen) est introduit(e) par l’une ou l’autre préposition dans les énoncés actifs (6) à (9) ci-dessous :

(6) They got in with the master-key («They got in by using the master-key»)

  • 14 Through signifie ici « by means of » (Lindstromberg 1997, 288).

(7) He did it by/through14 disreputable practices

(8) The burglars had entered the house by stealth

(9) The burglar got into the flat by breaking a window-pane

(10) The online edition of the dictionary illuminates by example the history of the words

27Le complexe de relations peut être représenté par le schéma suivant :

28Dans les énoncés passifs (11) et (12), by assume l’expression de la relation au Moyen ou à l’Instrument :

(11) Harvey Milk was killed by assassination, along with the city’s mayor, George Moscone, by a former supervisor named Dan White (International Herald Tribune, 28.11.08)

(12) The books are carried around by truck

3.2.2.2. Spécialisation de by dans l’emploi agentif

29Cette préposition a fini par se spécialiser dans l’emploi agentif car c’est elle qui sert à exprimer le Moyen et parce que la réalisation syntaxique de l’Instrument, comme celle de l’Agent est double : elle peut se trouver dans certains énoncés en position de Co ET en position d’adjoint. Or, le Co de la voix active est rétrogradé en position (finale) d’adjoint à la voix passive.

30Aucune autre préposition ne peut servir aujourd’hui à réintroduire l’Agent dans l’énoncé passif (13) :

(13) President Kennedy was shot *with/*through/*at/*from Lee Harvey Oswald

  • 15 Grimshaw 1994 a recours à l’étiquette adjectival passive et Huddleston et Pullum 2002 parlent de pa (...)

31On sait en revanche que, par exemple, les prépositions by et with sont, dans certains emplois, interchangeables. C’est notamment le cas avec les prédicats psychologiques à verbe de sentiment (emotion verbs) du type shock ou intimidate ou avec certains verbes de position du type surround. On a affaire à des « pseudopassifs15 » dans la mesure où be n’est pas vraiment auxiliaire mais « copule » et le terme en –en qui le suit, bien que dérivé d’un participe passé, fonctionne comme un adjectif attribut du sujet et le verbe be, dans ce cas, indique un repérage du type identification. On peut considérer que le participe passé, qu’il s’agisse de devastated dans (14) ou de surrounded dans (18), se contente d’énoncer l’état sans dire que l’état est le résultat d’une occurrence de processus.

32Soient les énoncés (14) à (19) :

  • 16 Exemples tirés du Oxford Advanced Learner’s Dictionary 1990, 1272-3.

(14) Mary was devastated by/with the loss of her mother
(15)
Democratic voters were energized by/with the prospect of change
(16)
He was overwhelmed by/ with grief
(17a)
He was stricken (adjectif) with malaria vs. (17b) The family was struck (participe passé) by yet another tragedy16

(18) My house is surrounded by/with trees
(19)
The house was covered with thatch

33D’une façon générale, lorsque le déclencheur est un actant auquel est associée la propriété /inanimé/, c’est-à-dire un actant qui ne vise pas un but tout en étant à l’origine du déclenchement d’un processus, le recours à d’autres prépositions (at, over,...) est également possible. C’est ce que l’on constate dans (20) et (21) ci-dessous avec respectivement at et over :

(20) I am amazed at his success
(21)
My friend was puzzled over those events (Langacker 1982, 78)

  • 17 Le sens d’origine de with est l’indication du repérage d’un élément par rapport à « ce qui s’en sép (...)

34La signification spatiale de with est celle d’indicateur du repérage par rapport à un élément habituellement associé (« repéré par rapport au même lieu que17 »). C’est son sens actuel. La possibilité d’avoir with dans (14) à (17a) s’explique par le fait que, contrairement à ce qui se passe lorsque l’on a by, la dissymétrie entre le déclencheur et ce qui est déclenché n’est pas mise en relief. On peut dans ce cas parler de « co-location » ou de contiguïté.

35Contrairement à l’Agent, la Cause n’a pas voulu susciter l’état dont il est question dans les énoncés ci-dessus : avec with, l’état n’est pas repéré par rapport à ce qui a contribué à déclencher le processus et il est seulement pris en compte en tant qu’état dans lequel se trouve le référent du sujet grammatical. Dans (16), il y a, ainsi, absorption du référent du Co dans le chagrin (« le chagrin est en lui »).

  • 18 Si c'est la version agentive qui est activée, on a by à l'exclusion de toute autre préposition. C’e (...)

36Dans (18), le verbe de position surround18 renvoie à un état, le Co My house au Lieu de cet état et la préposition indique que le référent du Co, dans sa relation de Siège au procès de type état, est repéré par rapport à trees. Dans (19) enfin, la signification spatiale de la préposition est également celle d’indicateur du mode de localisation : les deux objets en question prennent appui l’un contre l’autre.

3.2.2.3. La préposition en tant que marqueur de relations de repérage

37Le schéma prédicatif actif, prédication de la RPP, demeure sous-jacent dans la prédication passive de telle sorte que l’on a affaire à la combinaison de deux relations :

  1. l’une directe car primaire au niveau notionnel, à savoir, la relation prédiquée par le prédicat central

  2. l’autre indirecte, au niveau énonciatif, à laquelle renvoie la préposition, par exemple by

38Une fois l’Agent réintroduit dans un deuxième temps, comme « après coup », on aura le type de repérage suivant :

((b r b) a)

39Ceci se lit ainsi : la relation (b r b) est repérée par rapport à a, l’epsilon étant l’opérateur de repérage.

  • 19 C’est, par exemple, to dans le cas du Bénéficiaire, si le verbe est transitif : Steven gave a sweet (...)

40Dans (1a) John was knifed by somebody called Nick Sinclair, la notion de procès « knife » est exprimée par deux mots : le verbe et la préposition. La préposition, en tant qu’indicateur de relation, est particulièrement bien adaptée à l’expression d’une prédication, puisque prédiquer, c’est précisément mettre en relation deux termes. Elle a une double fonction : d’une part, elle fonctionne comme un prédicat annexe et la relation prédiquée est un repérage, d’autre part, elle est différente selon le rôle d’actant19 auquel renvoie le repère. Dans (la), la présence de by signale que l’argument supplémentaire somebody called Nick Sinclair est le 2e terme, c’est-à-dire le repère dans le repérage indiqué.

41Le 1er argument du prédicat prépositionnel est la totalité de la relation précédemment prédiquée (b r b) alors que le 2e, lui, renvoie à l’Agent, réintroduit dans un deuxième temps.

42Le repère occupant une place d’actant dans ce procès, la préposition exprime une partie des relations constitutives du procès auquel renvoie le prédicat. Elle prolonge la prédication en opérant un repérage à l’intérieur du procès « knife », entre un repéré qui est la relation déjà prédiquée du Patient au processus et donc à ses deux états successifs qui constituent le changement et un repère, l’Agent, inclus dans la définition notionnelle du procès en question mais dorénavant perçu comme un déclencheur du procès « hors circuit » par rapport à la relation prédicative centrale et réinséré en position finale dans la chaîne par le biais d’une prédication qui itère celle d’une partie du prédicat central.

43Autrement dit, la prédication du procès « knife » auquel renvoie le verbe se répète partiellement dans la prédication du repérage indiqué par la préposition by dans la mesure où la relation de repérage exprimée par by fait partie des relations constitutives de la notion de procès « knife ». Cette relation est, au niveau notionnel, une relation à l’Agent. La préposition sert à la prédication explicite et dissociée de cette relation mentionnée de façon redondante. Cette mention est une reprise et ne peut, à ce titre, intervenir, en anglais actuel, avant le verbe dans la chaîne, c’est-à-dire servir de repère constitutif dans la mesure où l’antéposition reviendrait à thématiser l’actant que la passivation a marginalisé :

(1b)*By somebody called Nick Sinclair, John was knifed

4. Repérage indiqué par by

4.1. Plan des relations spatiales

44Dans le domaine spatial, le repéré peut être un objet en déplacement et le SN introduit par la préposition établit une mise en relation entre les sites initial et final de telle sorte que by the window ou by the back door est le point L0C1/o, c’est-à-dire repère de point de passage. C’est le cas dans (22) et (23) :

  • 20 In Le Robert et Collins Senior 1995, 4e édition, page 96.

(22) He came in by the window20
(23)
She entered the house by the back door

45Le français par assume l’expression de cette même relation. Dans (24) ci-dessous, le repéré n’est pas un objet en déplacement et le verbe de perception auditive est accompagné d’un complément qui désigne une entité définissant une portion d’espace qui permet au son de s’étendre au-delà des limites d’un espace fermé. Le SP en question ne désigne ni le point de départ ni le point d’arrivée mais le lien entre ces deux points. En ce sens, par nous semble ici très proche de via qui indique bien entendu un point de passage :

(24) Il a entendu des rires par la porte entrebâillée

4.2. Plan de la représentation d’autres relations comme si elles étaient spatiales

4.2.1. Une relation non-spatiale représentée spatialement

  • 21 Groussier 2008, 87.

46La représentation spatiale de relations non-spatiales est un phénomène qui se situe au niveau notionnel21, c’est-à-dire au niveau des propriétés constitutives d’une notion (la propriété /action/ dans le cas qui nous intéresse) et la notion de « projection dans l’avenir » de telle sorte qu’un processus déclenché par un Agent peut être représenté comme un déplacement, le verbe assurant un « transfert » ou un « passage » du sujet à l’objet. Le trajet d’un déplacement peut être défini comme la suite ordonnée des points de coïncidence de l’objet en déplacement avec le plan du déplacement. Le premier de ces points est le lieu de départ (L0Co) et le dernier le lieu d’arrivée (L0C1). La présence de l’Agent implique que l’état final, la coïncidence du Patient avec L0C1, fasse l’objet d’une téléonomie, c’est-à-dire soit projeté dans l’avenir par l’Agent au moment du déclenchement.

4.2.1.1. By agentif : porosité des différents Niveaux22

  • 22 Nous renvoyons pour le détail aux Niveaux du modèle énonciatif dans Groussier 2008.

47On se place ici dans la perspective d’une distinction entre des niveaux de construction de l’énoncé. Dans la TOE, chaque niveau continue d’exister dans le suivant et jusque dans l’énoncé final. C’est en ce sens que tout élément d’un énoncé renvoie à la fois à plusieurs niveaux. Même si l’analyse distingue des niveaux d’élaboration des énoncés dans un ordre non-quelconque, ces niveaux ne sont pas les étapes successives d’un calcul et, donc, chaque niveau n’abolit pas le précédent mais s’y ajoute.

48En conséquence, le niveau notionnel reste présent dans l’énoncé achevé : par l’intermédiaire du schéma de lexis, le prédicatif dérivant directement du notionnel est conditionné par celui-ci. Il y a donc d’une part, ce qui relève du notionnel et, partant, échappe au choix de l’énonciateur et, d’autre part, ce qui résulte d’une manipulation éminemment énonciative sans que, à aucun moment, la référence notionnelle cesse d’être présente implicitement. D’où l’interaction entre le niveau des rôles actanciels et le niveau énonciatif du mode de présentation de l’information. Ce qui manque dans le schéma notionnel du procès, c’est la spécification qualitative et quantitative, c’est-à-dire notionnelle et aussi énonciative des termes venant instancier les places. C’est cette spécification qui est apportée par les compléments.

4.2.1.2. La préposition a un double statut23 : l’un, notionnel, l’autre, prédicatif-énonciatif

  • 23 Précisons, à titre de comparaison, que from, servant, comme on l’a vu, à introduire le déclencheur (...)
  • 24 Groussier 1984, 170 : « Les comparatistes localistes du XIXe siècle pensaient que l’instrumental ét (...)

49À l’intérieur de la relation AG → PA, « à prédiquer en priorité » à l’actif, l’Agent est, on l’a vu, ordonné en premier et cette relation est obligatoirement explicite. Elle vient en premier dans le schéma notionnel parce qu’elle conditionne l’existence de l’autre relation. Le statut de cet actant ne change pas au niveau notionnel, passivation ou non. Le schéma prédicatif actif demeure sous-jacent dans la prédication passive, résultat d’une manipulation énonciative de l’orientation de la relation due à la thématisation du 2e argument de l’actif. La relation à l’Agent après passivation n’est pas obligatoirement prédiquée mais peut demeurer implicite du fait de son existence au niveau notionnel. La réintroduction de l’Agent en fin d’énoncé pour raison d’ajustement interénonciatif a pour effet de faire que cet actant devient le 2e terme de la relation. Du coup, une fois réintroduit, cet actant principal perd son statut de départ absolu et joue à présent un rôle secondaire. Il est traité, aux niveaux prédicatif et énonciatif, comme s’il s’agissait d’un Instrument ou d’un Moyen24, alors même qu’il n’est pas, contrairement à eux, un déclencheur intermédiaire par définition.

50Il s’agit, ici, d’une sorte de compromis entre deux niveaux, celui de l’ordre des relations primitives et celui de l’ordre de la chaîne. Alors qu’au niveau notionnel, le déclencheur, en position initiale, est, on l’a vu, repère absolu, lui-même repéré par rapport à l’occurrence de procès, au niveau énonciatif, le déclencheur, en position finale dans l’argument supplémentaire, est seulement repère.

Conclusion

51Dans le cas du passif dit « long », le repéré (le Patient) est en déplacement et le repère, l’Agent réinséré, est un point intermédiaire sur le trajet du déplacement. Bien que ne l’étant pas par définition, l’Agent est traité comme l’Instrument ou le Moyen et ne devient intermédiaire que par manipulation énonciative de l’ordre de la relation et après son retour dans l’énoncé par le biais de la préposition. By somebody called Nick Sinclair dans l’occurrence de processus (1a) John was knifed by somebody called Nick Sinclair peut être représenté comme point de passage sur le trajet du déplacement entre L0Co, repère de l’état initial du Patient et L0C1, celui de son état résultant.

52Cette représentation du déclencheur comme repère intermédiaire ou point de passage est une façon d’indiquer que, une fois le procès prédiqué selon la diathèse passive, il y a contradiction, discordance entre la représentation du déclencheur comme départ absolu au niveau actanciel et sa fonction d’argument supplémentaire au niveau prédicatif où il est assimilé à une arrivée, en tant que 2e argument de la relation de repérage.

53Tout se passe alors comme si le déclencheur, départ absolu du procès parce que départ aux niveaux actanciel et prédicatif à l’actif, était, au passif, perçu comme départ seulement relatif du procès puisque, l’ordre des arguments ayant été modifié, c’est à la fois le départ et l’arrivée d’un déplacement :

Notion

AG →

Prédication

Actif

AG →

Passif

→ AG

54By indique la relation prédicative à un argument supplémentaire renvoyant à l’Agent, avant tout comme une relation à un actant lui-même défini par rapport à la relation actancielle impliquée par la relation primitive AG → PA.

55Le by + SN servant à réintroduire l’Agent peut être considéré comme un exemple de représentation au plan des relations procès-actants de l’emploi de by comme indicateur du repérage d’une occurrence de processus par rapport à un déclencheur réinséré après coup dans le circuit. Il s’agit ici d’un cas de représentation d’une relation non-spatiale comme si elle était spatiale.

  • 25 Le français par (Je l’ai conduit par le jardin jusqu’à la porte de la rue / Ce portrait a été peint (...)

56Le repérage indiqué par by est donc ambivalent25 : il y a, d’une part, le plan des relations spatiales et, d’autre part, celui de la représentation d’autres relations comme si elles étaient spatiales.

57Cette mixité justifie l’unicité du marqueur malgré la multiplicité des « sens ».

Top of page

Bibliography

Bedel, J.-M., 2000, Grammaire de l’espagnol, Paris : Presses Universitaires de France (PUF).

Gatelais, S., 2008, La « couleur » des prépositions en anglais : le cas de WITH, Thèse de doctorat, Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

Grimshaw, J., 1994, Argument structure, Linguistic Inquiry Monographs, Cambridge, Massachusetts : The MIT Press.

Groussier, M.-L., 1984, Le système des prépositions dans la prose en Vieilanglais, Thèse d’État, non publiée.

Groussier, M.-L. et RIVIÈRE, C., 1996, Les Mots de la Linguistique, Gap et Paris : Ophrys.

Groussier, M.-L., 1997a, « Notion de procès, prédication et prépositions », in La Notion, Actes du colloque de février 1996, Gap et Paris : Ophrys, pp. 137-145.

Groussier, M.-L., 1997b, « Vers une définition de la transitivité en anglais et en français », in Cahiers Charles V, 23, Paris, pp. 199-235.

Groussier, M.-L., 1999, « Arguments en faveur de l’hypothèse d’un actant principal en anglais et en français », in Langues, vol. 2, 1, pp. 30-37.

Groussier, M.-L., 2001, « Pertinence, focus, thème », in Cahiers Charles V, 30, Paris, pp. 7-24.

Groussier, M.-L., 2008, « À propos du tableau des niveaux du modèle énonciatif » et « À propos du terme métaphore employé pour désigner l’expression spatiale de relations non-spatiales », in « De la Notion à l’énonciation et retour », Cahiers de Recherche, 10, Paris : Ophrys, pp. 7-11 et pp. 79-90.

Groussier, M.-L., « De diverses manières de compléter », Exposé devant le Groupe Constantes et Variations, Décembre 2008, Institut d’Anglais Charles V, Université Paris 7 Denis-Diderot.

Huddleston, R. and Pullum, G., 2002, The Cambridge Grammar of the English Language, Cambridge : CUP.

Langacker, R. W., 1982, « Space Grammar and the English Passive », in Language, 58-1, The Linguistic Society of America, pp. 55-79.

Lindstromberg, S., 1997, English Prepositions Explained, Amsterdam and Philadelphia : John Benjamins.

Malinier, Y.-B., 2001, « Focalisation sur l’actant principal dans le cas des passifs ‘longs’ », in Cahiers Charles V, 30, Paris, pp. 145-157.

Visser, F. Th., 1984 (2nd impression), An Historical Syntax of the English Language, Part 3, 2nd half, Brill, The Netherlands : Leiden.

Wood, F.T., 1967, English Prepositional Idioms, London/Toronto : Macmillan.

Top of page

Notes

3 Certaines relations n’ont jamais le statut de RPP, par exemple la relation Agent-Instrument. Cela tient au fait que l’Instrument est, par définition, repéré et par rapport à l’Agent et par rapport à la relation Agent-Patient. Pour que la relation Agent-Instrument soit prédiquée en priorité, il faut que le Patient soit éliminé du schéma notionnel, sinon, c’est la relation Agent-Patient qui est prédiquée en priorité. Ne pouvant plus être repéré, au niveau notionnel, par rapport à une relation Agent-Patient, l’Instrument devient un premier Patient et la relation Agent-Patient est prédiquée dans une seconde lexis comme dans To open the door, he used a master-key.

4 La thématisation est « l’opération par laquelle l’énonciateur pose comme repère constitutif de l’énoncé un terme déjà repéré, donc, pertinent, pour les deux coénonciateurs » (Groussier 2001).

5 On pourrait avoir John was knifed at night : le statut du complément prépositionnel at night renvoyant au moment coïncidant avec l’occurrence de procès exprimée par le verbe est différent dans la mesure où la mention dans l’énoncé de ce moment fait partie d’une classe de compléments possibles mais non notionnellement nécessaires. La notion de procès auquel renvoie le verbe knife n’inclut évidemment pas une place de repère temporel et le complément at night ne peut donc être que circonstanciel. Le complément circonstanciel est certes facultatif comme le complément d’Agent, mais seul le second est inclus dans la définition notionnelle du procès auquel renvoie knife.

6 Si l’énonciateur choisit de le mentionner, c’est parce qu’il juge que cela ne va pas sans dire. La pertinence d’un élément ne semble pas être la condition suffisante pour qu’il fasse l’objet d’une focalisation. En revanche, ce pourrait en être la condition nécessaire (Malinier 2001, 152-3 pour le détail).

7 C’est le cas dans The roof was torn from the house by the tornado ou dans The bang was heard by thousands of people. Dans le premier exemple, le complément prépositionnel renvoie à la Cause du processus exprimé par le verbe et dans le deuxième, by thousands of people renvoie au Siège d’un état temporaire.

8 Avant d’être détrôné au XIVe siècle par with, mid était très employé en VA jusqu’au XIe siècle : « In most of the instances the mid-adjunct expresses instrumentality or means. Only in a very small number of cases does it refer to the ‘principal agent’ in such a way that nowadays a by-adjunct would be possible in its stead » (Visser 1984, 2183).

9 Pour introduire le complément d’agent, la plupart des langues indo-européennes ont opté pour la préposition qui marque la provenance. C’est le cas, entre autres, du latin avec ab, de l’allemand avec von, du français avec de, etc.

10 « After the OE period a change set in and agents began to be referred to not by fram-adjuncts, but by by-adjuncts » (Visser 1984, 2182).

11 C’est nous qui soulignons.

12 « Personne ou chose servant à obtenir un résultat » (Le Petit Robert 1 1987, 1014). On pense, en anglais actuel, à un énoncé du type They were killed with poison gas pour lequel deux constructions actives sont envisageables, à savoir, d’une part, Poison gas killed them et, d’autre part, They killed them with poison gas. Dans la première, la relation prédicative n’inclut pas le déclencheur et la notion de procès non plus. Dans la deuxième, en revanche, l’Agent vise un but, c’est-à-dire « projette dans l’avenir une autre occurrence de procès, résultant de la première ». Cette glose renvoie à la téléonomie inséparable de la présence d’un Agent (« They used poison gas to kill them »).

13 Nous donnons ici la définition de Means proposée par Lindstromberg 1997, 214 : « Means comes from a Latin word for ‘something in the middle, something in between’. It is related to medium and middle. A means is something that acts like a bridge between a doer and a result. It is a space that is crossed or passed through to get from a starting point to an endpoint ».

14 Through signifie ici « by means of » (Lindstromberg 1997, 288).

15 Grimshaw 1994 a recours à l’étiquette adjectival passive et Huddleston et Pullum 2002 parlent de passive of state dénotant « un état ou une qualité ». Ceci n’est pas sans rappeler la double interprétation du participe passé en français. Ainsi l’énoncé Luc est angoissé peut être une sous-structure du passif Luc est angoissé par la tombée de la nuit mais peut aussi être la description de l’état du référent du Co qui est d’être angoissé : Luc est angoissé de nature, c’est-à-dire Luc est un angoissé.

16 Exemples tirés du Oxford Advanced Learner’s Dictionary 1990, 1272-3.

17 Le sens d’origine de with est l’indication du repérage d’un élément par rapport à « ce qui s’en sépare », soit qu’il s’agisse d’un autre élément coïncidant primitivement avec le premier, soit qu’il y ait séparation d’un fragment du premier, d’où l’idée d’association/dissociation, de rapprochement/séparation comme dans withstand / « se tenir en opposition à », « résister à la rencontre de » ou dans fight with / « se battre avec/contre » (Groussier 1984).

18 Si c'est la version agentive qui est activée, on a by à l'exclusion de toute autre préposition. C’est le cas lorsque surround signifie « encercler », « cerner de toutes parts à la suite de manœuvres d'enveloppement » dans (a) ou encore « escorter », c'est-à-dire « accompagner pour surveiller pendant la marche » (Le Petit Robert 1 1987, 687) dans (b) : (a) The palace has been surrounded by the soldiers / (b) What really got my goat was our sporting heroes being surrounded by the Chinese security heavies guarding the torch. It made us complicit in the regime’s repression (International Herald Tribune, 7 April 2008).
Dans les autres cas, on a souvent
with comme dans She’s always been surrounded with nice and friendly people.

19 C’est, par exemple, to dans le cas du Bénéficiaire, si le verbe est transitif : Steven gave a sweet to the little girl who was standing at the door.

20 In Le Robert et Collins Senior 1995, 4e édition, page 96.

21 Groussier 2008, 87.

22 Nous renvoyons pour le détail aux Niveaux du modèle énonciatif dans Groussier 2008.

23 Précisons, à titre de comparaison, que from, servant, comme on l’a vu, à introduire le déclencheur en VA, a un statut uniquement notionnel.

24 Groussier 1984, 170 : « Les comparatistes localistes du XIXe siècle pensaient que l’instrumental était le cas du repère susceptible d'être considéré à la fois comme le départ et l'arrivée d'un déplacement ».

25 Le français par (Je l’ai conduit par le jardin jusqu’à la porte de la rue / Ce portrait a été peint par Matisse / Caudalie, la santé par la vigne (publicité pour la vinothérapie, affichage public)) et l’espagnol por (Bajada por el lado izquierdo (« Descente par le côté gauche ») / El palacio ha sido rodeado por los soldados (« Le palais a été encerclé par les soldats ») donnent la même indication.
Bedel 2000 précise à propos de la préposition espagnole : «  La valeur première de por est d’indiquer un mouvement de passage par un lieu précisé. Son emploi s’est considérablement élargi à l’époque décadente jusqu’à englober les compléments de cause et de moyen. Parallèlement, le complément d’agent, qui est une forme de complément de cause, a été de plus en plus souvent introduit par cette préposition ».
Lorsque le repérage se fait, en revanche, par rapport à L0Co, c’est, en français, la préposition de qui introduit le complément (Il était transi de froid) et, en espagnol, la préposition de (La noticia era ya conocida de todos (« La nouvelle était déjà connue de tous »)).

Top of page

List of illustrations

URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/844/img-1.jpg
File image/jpeg, 6.9k
Top of page

References

Bibliographical reference

Yves-Bernard Malinier, « BY + complément dans les énoncés passifs anglais : une relation non-spatiale représentée spatialement », Anglophonia/Sigma, 13 (26) | 2009, 7-22.

Electronic reference

Yves-Bernard Malinier, « BY + complément dans les énoncés passifs anglais : une relation non-spatiale représentée spatialement », Anglophonia/Sigma [Online], 13 (26) | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 18 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/844 ; DOI : 10.4000/anglophonia.844

Top of page

About the author

Yves-Bernard Malinier

Université Paris 8 Vincennes.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org