Skip to navigation – Site map

SHOULD antéposé dans les propositions hypothétiques

Valérie Bourdier
p. 23-43

Abstract

This article is a study of the use of the modal auxiliary SHOULD in hypothetical constructions exhibiting subject-auxiliary inversion. The examination of authentic examples taken from a variety of sources suggests that hypothetical “should-clauses” anaphorize covert preconstructed predicative relations so that the possible compatibility of qualities between the relation and the notional frame of reference is called into question. It is thus argued that such clauses develop the qualitative dimension of the anaphorized predicative relation by re-situating it relative to both existential and evaluative intersubjective alternative values.

Top of page

Full text

Introduction

1En anglais contemporain, la formulation de l’hypothèse se fait dans de nombreux cas au moyen d’une phrase conditionnelle introduite par if c’est-à-dire une phrase complexe à deux propositions, l’une (la protase) « posant » une condition et l’autre (l’apodose) exprimant la conséquence possible ou hypothétique de celle-ci. Il existe cependant une autre construction possible, considérée par la grammaire traditionnelle comme synonyme de la construction en if tout en relevant d’un registre de langue plus soutenu : la structure avec inversion sujet/auxiliaire, caractéristique du schéma interrogatif. Cette antéposition ne fonctionne en anglais contemporain qu’avec trois marqueurs, tous les trois au prétérit : had, were (to), et le modal should. Il apparaît que l’auxiliaire should est le seul modal en anglais contemporain à pouvoir apparaître dans ces constructions hypothétiques à schéma interrogatif. Sa valeur dans une telle configuration syntaxique est souvent perçue comme marginale, car différente des valeurs de conseil ou de suggestion qu’on lui attribue habituellement, en proposition indépendante notamment. Les grammaires traditionnelles affirment que non seulement cet usage est réservé à un registre de langue très soigné, mais aussi qu’il sert à renforcer le côté improbable de l’hypothèse envisagée. Or, s’il est vrai que l’emploi de should en hypothétique est rare à l’oral, il est relativement fréquent à l’écrit, dans des textes qui ne relèvent pas nécessairement d’un registre de langue formel. Il semble donc difficile de traiter l’apparition de should dans ces propositions comme la manifestation d’un emploi spécifique ; elle doit plutôt être vue comme la résultante de séquences d’opérations linguistiques, opérations que nous tenterons de dégager à travers un corpus d’exemples attestés en nous fondant sur les outils développés par Antoine Culioli dans le cadre de la Théorie des Opérations Enonciatives. Cet article se donne donc pour objectif premier de mener une analyse contextualisée sur des extraits provenant de sources variées (presse, littérature, corpus électroniques) et non de proposer des résultats quantifiés.

2Cette étude débutera par un examen des contextes afin de mettre au jour un certain nombre de phénomènes révélateurs quant à la manière dont la relation prédicative a été envisagée jusqu’à l’apparition de l’hypothétique en should, quelle que soit la position de cette dernière dans l’énoncé (antéposée, postposée ou en incise).

3C’est en rendant compte de la présence d’opérations particulières que la question de l’interchangeabilité dans l’expression de l’hypothétique se pose. On tentera alors de définir les opérations dont procèdent les deux schémas – if + should et should antéposé – afin de voir pourquoi les permutations ne sont pas toujours possibles. Il sera alors nécessaire de prendre en compte ce qui relève plus spécifiquement du domaine notionnel pour chacune des propositions.

  • 2 Voir par exemple A. Culioli (1990 : 135) : « Valeurs modales et opérations énonciatives ».
  • 3 Dans la Théorie des Opérations Enonciatives, le « domaine notionnel » se définit à partir de la not (...)
  • 4 Expression empruntée à F. Behre (1955).

4Avec la modalité hypothétique, l’énonciateur passe au plan de l’irréel : l’occurrence de procès auquel renvoie la relation prédicative est fictive. Dans la mesure où on construit l’existence fictive de « p est le cas », on ne peut pas dans le même temps poser l’existence de « p’ n’est pas le cas2 ». On entrevoit le jeu sur l’Intérieur et l’Extérieur du domaine notionnel associé à la relation prédicative3. De là découlent la prise en compte de l’altérité et la valeur « meditative-polemic4 » de ces propositions hypothétiques comportant should.

1. Recherche de paramètres particuliers dans le contexte

5Les explications avancées dans la littérature convergent généralement pour ce qui est de l’emploi de should en proposition hypothétique. F. R. Palmer (1986 : 189) et G. N. Leech (1987 : 107), à la suite de J. Coates, justifient par exemple l’emploi de ce modal par le recours à un registre de langue extrêmement soigné : « Hypothetical SHOULD is more often used pragmatically, to express politeness and tentativeness. » (J. Coates 1983 : 224). On retrouve néanmoins le même argument au sujet de l’inversion ; ainsi G.N. Leech (1987 : 111) ajoute :

«A more formal expression of a tentative real condition is achieved by omitting if and inverting the subject and auxiliary should: Should you change your mind, there will still be a place open for you

6Cependant, ces analyses ne permettent pas de rendre compte du rôle du contexte et des opérations en jeu, ni de faire la distinction entre la construction en if... should et la construction avec le modal antéposé. Il nous revient donc, dans un premier temps, de dégager des contraintes ou des paramètres particuliers intervenant dans l’environnement de l’hypothétique en should.

A/ Rôle du préconstruit contextuel

7L’examen du corpus montre tout d’abord que l’hypothétique en should est souvent associée à une opération anaphorique, c’est-à-dire à la reprise d’un élément ou d’un énoncé antérieur. La proposition comportant should peut en effet être conditionnée par la production antérieure d’un énoncé qui se trouve repris au moyen d’un marqueur anaphorique ou de fléchage, comme this, that, so, such. Ainsi ces propositions hypothétiques supposent dans un premier temps la construction préalable de l’occurrence ; puis elles permettent dans un deuxième temps de conférer à cette occurrence une spécificité qualitative. On retrouve alors la valeur de dépendance, caractéristique du modal should : la relation prédicative est soumise aux critères de logique de l’énonciateur. Ce dernier indique que selon ses critères de logique ou de normalité il considère la relation comme envisageable ou concevable.

8L’énonciateur peut établir une relation spécifique entre lui-même et l’élément fléché. Avec this notamment, l’énonciateur repère le terme qu’il désigne ou dont il parle par rapport à son propre discours, comme il apparaît en (1) :

(1) Bottle-fed babies: Try giving smaller, more frequent feeds as an initial step If the baby has slight difficulties with lactose (see above) then this may be the answer. Should this produce no improvement, then follow the measures described on pp 213. (British National Corpus)

9L’énonciateur s’approprie ici la relation Try giving smaller, more frequent feeds as an initial step et en fait l’objet de son discours. Il est en effet possible de construire une bifurcation à partir de ‘Try’, puisque ce dernier implique la possibilité d’envisager deux chemins, l’un vers ‘succeed’ et l’autre vers ‘fail’. De même, le modal may dans may be the answer implique aussi may not be the answer, ce qui fraye le prédicat produce no improvement. Cette prise en compte des deux valeurs possibles est marquée par la structure avec inversion. Celle-ci permet en effet de parcourir les deux valeurs possibles, < this - produce improvement > et < this - produce no improvement >, avant de pouvoir s’arrêter sur l’une d’entre elles.

10That est aussi un marqueur de fléchage mais le repérage s’effectue en différenciation par rapport à l’énonciateur : il se fait par rapport à une propriété définie hors de l’origine énonciative. Dans l’exemple (2), le repérage s’effectue en effet par rapport à une propriété liée à la situation (The area is unstable) et donc à un événement envisagé dans le contexte (the hills above the site could collapse into the reservoir) ; il s’agit d’un événement redouté, dont la validation est possible, mais non souhaitable, donc valuée négativement :

(2) ‘The key problem,’ believes Iriyagolle, ‘is that the area is unstable and that the hills above the site could collapse into the reservoir’. Should that happen, then a catastrophe could occur. The nearby towns of Gampola and Kandy, which together house more than 100 000 people, could be flooded.
(British National Corpus)

  • 5 Terme emprunté à H. Wyld (2001 : 169) : « contingence contre laquelle il faut prendre une mesure de (...)
  • 6 Voir L. Dufaye (2001 : 106) : La dimension qualitative (QLT) concerne les propriétés notionnelles a (...)

11Ici encore, la relation inter-sujets est neutralisée et ce sont les critères de logique de l’énonciateur qui permettent de ne pas exclure la valeur < that - happen >. Ce passage est du reste très modalisé avec la récurrence du modal could. La relation prédicative < that - happen >, qui réfère à < the hills above the site - collapse into the reservoir >, indique un passage de frontière, un changement dans la situation. L’énonciateur passe de la description d’un état (the area is unstable) appartenant au domaine du certain à un procès de type processus construit mais non-asserté (that the hills above the site could collapse into the reservoir) puis il analyse les éventuelles conséquences de la validation de ce dernier en passant au plan du fictif (Should that happen). Comme le remarque A. Celle (2004 : 28), l’hypothèse est ici « une forme de contingence à laquelle s’oppose l’énonciateur. » Il s’agit en effet d’une visée non positive : la valeur envisagée est simultanément construite par rapport à son complémentaire, de fait préférable. Néanmoins, bien que cette hypothétique corresponde à un « anti-télos5 », sa validité est reprise pour être commentée. L’hypothétique introduite par should semble donc instaurer une forme particulière de repérage fictif : on part d’un point décroché à partir duquel on envisage la validabilité de < that - happen > compatible avec le cadre de référence (the area is unstable) en même temps que l’on envisage la valeur adverse < that - not happen > pour la valuer positivement. Il semble donc que l’on a un double travail sur la dimension qualitative6 : au niveau du qualitatif d’évaluation, il y a nécessité d’évaluer la notion comme compatible avec le cadre de référence alors qu’au niveau de la valuation, l’énonciateur pose cette validation comme non-souhaitable. C’est aussi ce qui apparaît dans l’exemple (3) :

(3) If a decision is made to abandon the launch at height, it is safer to release first and then to lower the nose, as this prevents the risk of the cable parachute opening and flying up over the aircraft. Should the latter ever happen, it is best to land ahead regardless rather than attempt a circuit. (British National Corpus)

12the risk of the cable parachute opening and flying up est envisagé comme non incompatible avec le cadre de référence tout en étant valué négativement.

13Il ressort donc de ces exemples que la relation qui sert de repère dans le préconstruit n’est pas stable dans ce sens où elle construit d’emblée une bifurcation, au moyen des modaux may et could notamment (this may be the answer ; the hills could collapse). Ceci conduit à analyser plus précisément ces contextes où la relation préconstruite n’est pas assertée.

Β/ Renvoi à un énoncé non-asserté

14La relation qui sert de préconstruit n’est en effet pas assertée non plus dans l’exemple (4) :

(4) The Comintern response was that there could be no faith in the sincerity of the declaration of the LSI Bureau. The Comintern suggestion that Communists should approach the official national committees of their respective Social Democratic Parties was, however, a significant departure. Should this approach receive no response they were to form joint anti-Fascist committees at a lower level ‘despite the leadership’
(Corpus Brown - J. James, The radical left in Britain 1931-1941, 1982)

15Il semble en effet que le rôle de la protase avec should antéposé ne réside pas dans la mise en question d’une relation assertée mais dans la déstabilisation d’une valeur déjà non-assertée (mais servant de préconstruit). Ainsi en (4), la relation < Communists - approach the official national committees > correspond d’une part à la valeur souhaitée mais non validée et d’autre part sert de repère qualitatif à partir duquel on peut envisager fictivement la possibilité de p < the approach - receive a response > comme de p’ < the approach - receive no response >. On retrouve le même type de relation modale caractéristique du modal should : should exprime l’adéquation d’une occurrence de procès au point de vue de l’énonciateur, en d’autres termes le bien-fondé d’envisager cette occurrence de procès par rapport à la représentation qu’il se fait d’un ou plusieurs aspects de la situation, de l’environnement ou du contexte. Néanmoins, l’autre valeur est aussi considérée comme adéquate ou concevable et ne peut donc être éliminée, d’où le parcours sur les deux valeurs dont l’inversion est la trace.

Il en va de même pour l’énoncé (5) :

(5) Although the opposing team has no chance of winning, any attempt to withdraw your remaining team-member(s) may well be rewarded by disqualification of the entire team for bad sportsmanship. Sometimes an event is at first delayed but then things happen fast. Should this occur, a team which is relaxing may find itself out of earshot when their name is called. It is therefore vital that each team nominates an observer to monitor what is happening in the arena. Otherwise, if the team doesn’t show up after one or two public announcements, they may well be disbarred. (British National Corpus)

16La présence et la répétition du modal may et du marqueur de parcours any montrent que l’énonciateur se situe d’emblée dans le non-certain. En outre, cet énoncé est marqué par une détermination de type générique. Comme le souligne E. Gilbert (2001 : 59), la généricité suppose un « repérage par rapport à une classe de situations » ; de fait la dimension quantitative de la relation passe à l’arrière-plan et « on travaille avant tout sur les représentations qualitatives ». Dans cet exemple, on envisage sur le plan fictif le chemin vers p (‘Things happen fast’) sans pour autant avoir éliminé la validabilité du chemin vers p’ (ce qu’indique l’inverseur d’orientation but). On travaille en effet sur des mises en relation de propriétés, en d’autres termes des relations de cause à effet à partir de représentations uniquement : à aucun moment les relations ne sont ancrées dans un cadre de référence spécifique. Le modal should permet donc de confronter la représentation proposée (‘this - occur’) à la norme attendue dans le cadre de référence (‘a team be within earshot when their name is called’).

17Il ressort de ces exemples que l’on peut récupérer dans le contexte une relation prédicative effectivement énoncée mais non-assertée. On n’a donc pas affaire à une seule valeur envisageable pour la relation mais à une valeur validable. L’hypothétique avec should antéposé permet de reprendre cette relation, non pour envisager sa survenue potentielle mais pour travailler sur sa délimitation qualitative, c’est-à-dire ses propriétes notionnelles et leurs implications.

18On remarque du reste que la représentation envisagée est souvent exprimée au moyen d’un prédicat qui marque un passage de frontière, l’entrée dans un nouvel état de choses. Les verbes occur, happen, produce indiquent en effet le franchissement d’un seuil.

C/ Entrée fictive dans un nouvel état de choses

19La représentation de ce passage de frontière apparaît en effet comme le résultat possible des propriétés associées à l’événement ou à l’état de choses dont il est question dans le contexte avant. C’est ce qu’on observe également avec prove dans l’exemple (6) :

(6) However this would seem to be no more awkward an issue of fact than those which daily confront the criminal courts. The Committee has left the matter open in the hope that a satisfactory formula can be constructed. Should this prove to be impossible, the majority consider that the law should remain as it is.
(Corpus Brown - Rape and the legal process)

20Ce passage nous met encore une fois en présence d’un contexte dialogique où la réalisation escomptée d’une occurrence d’événement est opposée à l’éventuelle impossibilité de la réaliser. La prise en compte de l’altérité, c’est-à-dire ici l’échec, est implicite dans le contexte gauche avec in the hope that a satisfactory formula can be constructed. Du point de vue subjectif, la propriété /souhaitable/ est associée à la relation < a satisfactory formula - be constructed > et la propriété/non souhaitable/à la relation < a satisfactory formula - not be constructed >. Une fois encore, should indique un hiatus, ici il s’agit d’un écart entre une valeur fictivement visée et une valeur attendue par la source subjective (the Committee).

21Dans l’exemple (7), avec become necessary, on a encore une fois affaire à un procès qui marque un franchissement de frontière, un changement dans la situation :

(7) The efficacy of these two techniques will now be compared. Using n-grams, those candidate strings which are found to exist in the list of n-grams are then stored in a list. Those which do not exist are effectively discarded because they are not stored in the list, however they could be regenerated from the graph should that become necessary at some future stage.
(Corpus Brown - The use of orthographic and lexical information for handwriting recognition)

22Tout se passe ici comme si be discarded était dans un premier temps construit comme un état irréversible. L’apodose revient sur cette préconstruction en posant be regenerated comme compatible, quasiment contre toute attente. C’est pourquoi le prétérit simple semblerait difficilement recevable dans l’hypothèse ; l’énoncé

?however they could be regenerated from the graph if that became necessary at some future stage

  • 7 D. Paillard (1981 : 89) donne cette définition de la relation de contingence :
    « ᴗ→ : ce symbole sig (...)

effacerait le hiatus initial entre ‘be regenerated’ et ‘be discarded’, ne favorisant qu’une valeur, p pour fixer les idées, comme hypothèse de travail. La prise en compte nécessaire de l’altérité serait absente. Ainsi, l’hypothèse avec should antéposé permet de revenir sur un lien causal préconstruit pour disqualifier la relation d’entraînement be discarded ᴗ→ not be regenerated et aboutir à une possibilité préalablement inattendue7.

  • 8 Voir aussi l’analyse d’A. Celle (2004 : 26), où l’apodose qui suit l’hypothétique en ‘If + were to’ (...)

23Avec should antéposé, on se situe antérieurement à l’événement : they could be regenerated from the graph concerne l’actualisation de should that become necessary et non ses conséquences8. L’énonciateur se porte garant du lien entre p et q : « le schéma interrogatif » instaure un lien structuré par l’énonciateur avec they could be regenerated from the graph. Il n’en reste pas moins que l’hypothétique sert de repère à l’énoncé however they could be regenerated from the graph qui serait difficilement recevable seul.

24Elle sert aussi de repère lorsqu’elle est en incise, comme dans l’exemple (8), où elle instaure un nouveau plan énonciatif à partir duquel les relations prédicatives qui suivent, modalisées au moyen de would, sont repérées par rapport au plan fictif mis en place par l’hypothétique :

(8) Public funding is being withdrawn from research and development which is of direct benefit to growers, like the evaluation of different varieties in the National Fruit Trials at Brogdale, but the Government will still be paying for a substantial amount of horticultural research at a number of centres spread across the country. I would also like to reassure your readers that moving the National Fruit Collection, should this prove necessary, is unlikely to be the traumatic event that some people imagine. The fruit trees would be moved in stages, over a period of years. The parent trees would be retained for several years after the new trees had been planted at the new site, just so that they could be used as a reference for checking. (British National Corpus)

25L’incise should this prove necessary, à relier ici à la visée de la source subjective, permet à l’énonciateur d’envisager l’altérité, à savoir la valeur ‘not move the National Fruit Collection’. Tout se passe en effet comme si l’on partait du préconstruit ‘moving the National Fruit Collection be a traumatic event’ attribué à une source subjective différente de l’énonciateur, du reste désignée par some people imagine. C’est donc l’altérité subjective qui est prise en compte ici et qui conduit à travailler à la fois sur la visée de p et sur celle de p’. Il s’agit donc de disqualifier la valuation négative émanant de some people sur la valeur envisagée. Ainsi, cette dernière fait l’objet d’un hiatus, d’une discordance entre l’origine énonciative et d’autres sources subjectives.

26En outre, il convient de remarquer que la préconstruction de la relation peut ne pas être effectivement présente sous forme d’un énoncé dans le contexte gauche mais correspondre à la représentation de l’énonciateur, comme en (9) :

(9) Ironically, they are unlikely to arise on sites zoned by local authorities for housing development: such zoning can raise the price of land to as much as 40 per cent of the cost of a house. The developers’ profit margin is thus squeezed to a point where they cannot (should they, uncharacteristically, be so minded) spend enough on quality and design. (British National Corpus)

27Dans ce cas, la relation < developers - spend enough on quality and design > fait l’objet d’un commentaire de la part de l’énonciateur. La négation présente dans le préfixe un- de l’adverbe uncharacteristically renforce ici le préconstruit et on aboutit en fait à un commentaire de l’énonciateur du type It is odd that they should be so minded / it is uncharacteristic of them to be so minded. La relation préconstruite concerne donc la valuation de l’énonciateur sur la relation < they - be so minded >, elle-même antérieurement envisagée par ce même énonciateur. Il est d’ailleurs possible de proposer pour cet énoncé une glose en even if : even if they were so minded.

28Il apparaît donc que la construction avec should antéposé déconstruit la relation causale entre p et q : ‘the developers’ profit margin be fine’→ ‘they spend enough on quality and design’ et son corollaire : ‘the developers’ profit margin be squeezed’ → ‘they not spend enough on quality and design’. Les relations “normalement p entraîne q” et “non-p entraîne non-q” ne valent plus, sont rendues inopérantes par la mise en relation des deux valeurs (p et non-p) avec non-q, ce qui débouche sur : “p entraîne également non-q” (‘the developers’ profit margin be fine’ᴗ→ ‘they not spend enough on quality and design’). On obtient donc : non-q est le cas en toutes circonstances.

29Par conséquent, on retrouve dans cet énoncé un double travail sur la dimension qualitative : celui-ci a trait à la fois à la valuation et à l’évaluation. La relation < they - spend enough on quality and design > est valuée comme souhaitable par l’énonciateur mais elle est en même temps évaluée comme incompatible avec la notion de référence /developer/.

30D’autre part, il apparaît que la commutation avec une hypothèse en if... should serait difficilement acceptable :

?* The developers’ profit margin is thus squeezed to a point where they cannot (if they should, uncharacteristically, be so minded) spend enough on quality and design.

31On peut alors se demander quelles sont les opérations qui distinguent les deux constructions au point de rendre la construction en if... should difficilement recevable dans certains contextes.

2. Spécificités de la construction avec should antéposé

A/ Comparaison avec les hypothétiques en if... should

32On peut en effet tenter d’aborder les formes de préconstruit dans les hypothétiques en if... should afin de dégager les opérations qui les différencient des hypothétiques avec should antéposé. Les énoncés (10) à (12), qui se distinguent des énoncés analysés précédemment, semblent à cet égard révélateurs : les repérages se font en effet par rapport à la situation d’énonciation de chacun des énonciateurs-locuteurs dans le cadre d’un dialogue. Ce dernier évolue sur un mode polémique, contestataire, dans la mesure où les deux locuteurs défendent des valeurs adverses.

(10) Then with a sudden quick rush of words, she went on, “If you think that I looked up and saw Ardwyck and was frightened of him, it’s nonsense. It’s absolute nonsense. Why should I be frightened of him, what reason would I have to be frightened of him? We were great friends. I was just very, very pleased when I suddenly saw him. It was a delightful surprise, as I told you. Yes, a delightful surprise.” She raised her head, looking at him, her face vivid and defiant.
“Thank you, Miss Gregg,” said Craddock quietly.
“If you should feel inclined at any moment to take me a little further into your confidence, I should strongly advise you to do so.”
(A.
Christie, The Mirror Crack’d, 124)

  • 9 Termes empruntés à M.-L. Groussier et C. Rivière (1996 : 197).

33Le contexte-avant montre que l’interlocutrice s’est montrée particulièrement réticente à l’idée de dévoiler des infomations au détective. Alors que le schéma avec antéposition (Should you feel inclined...) soulignerait que la représentation de la relation prédicative < you - feel inclined > est envisagée dans sa relation à celle de la valeur adverse < you - not feel inclined >, la tournure en if... should pose le caractère plausible, bien qu’inattendu, de la relation. En d’autres termes, cette tournure introduit un support de validabilité qui permet d’envisager la relation < you - feel inclined >, un ensemble de conditions aptes à déclencher – même fictivement – la survenue de l’occurrence de procès < you - feel inclined >. « Ces conditions sont constituées essentiellement par le rôle joué par le Sujet de l’énoncé9 » L’attribution du prédicat feel inclined à you est en effet problématisée au moyen de should, et donc reconnue comme n’allant pas de soi (compte tenu de l’observation de la valeur référentielle adverse). Néanmoins, tout se passe comme si le caractère validable de la relation < you - feel inclined > était maintenu par l’énonciateur qui propose un plan fictif (if...) à l’encontre du co-énonciateur.

34On retrouve le même phénomène dans le passage ci-dessous :

(11) The fair-haired girl shook her head. “Haven’t got an address,” she said. “Gladys said she’d send us her address as soon as she knew where she was going to stay. As like as not she won’t, though,” she added. “Last summer she went to Newquay and never sent us as much as a postcard.[...]
The fair girl bristled suddenly.
“Now don’t you get any wrong ideas. [...].”
Tiddler said meekly that he wouldn’t get ideas but he would like the address
if Gladys Dixon should send a postcard.
(A. Christie, The Mirror Crack’d, 179)

35Alors que l’interlocutrice a évalué la relation < Gladys - send a postcard > comme improbable, l’énonciateur ré-évalue sa validité en posant un support de validabilité fictif, ce qui dans ce cas « débouche sur la mise en cause du coco-énonciateur» (A. Celle 2004 : 17). On a vu que les schémas avec antéposition déstabilisent d’emblée le préconstruit ; il semble que la construction en if instaure d’abord un repère fictif. C’est à partir de ce repère que l’on peut envisager la validabilité de la valeur p et par là-même disqualifier provisoirement la valeur p’antérieurement construite. C’est aussi ce que l’on observe en (12) :

(12) ‘What if he doesn’t come by himself? What if somebody else wanders by?’
’It’s no crime to be in the woods on a spring afternoon, ’Henry said. ‘We can abort at any time, up to the moment he goes over the edge. And that will only take an instant. If we happen across anybody on the way to the car – I think it’s improbable,
but if we should – we can say there’s been an accident, and we’re going for help.’
’But what if someone sees us?’
‘I think that’s unlikely,’ said Henry, dropping a lump of sugar into his coffee with a splash.

(D. Tartt,
The Secret History, 302)

  • 10 S. Gresset (1999 : 274) explicite, au sujet des modaux may et might, la distinction entre « validat (...)

36L’énonciateur reprend la valeur construite comme improbable < we - happen across anybody > pour lui assigner un support de validabilité. On voit bien que l’on part d’une relation placée sur un plan ficfif, qui pourrait être glosée par : Although it’s improbable, we might happen across anybody. En d’autres termes, l’énonciateur ne pose pas la validation d’une valeur sur un plan fictif, comme avec le présent simple (If we happen across anybody), mais une validabilité fictive10.

37On entrevoit donc les différences entre les deux types de constructions : alors que la tournure en if... should pose un support de validabilité fictif pour une valeur p qui disqualifie provisoirement p’, le schéma avec antéposition prend en compte les deux valeurs et n’élimine pas, même provisoirement, l’une d’entre elles. Les deux valeurs sont donc susceptibles d’être prises en compte ensemble et la validabilité de l’une comme de l’autre est préconstruite. Il s’ensuit que ces deux tournures sont loin d’être équivalentes : la différence ne réside pas uniquement dans le registre de langue, comme il est souvent avancé dans la littérature, mais dans le repérage par rapport à une construction antérieure comportant des déterminations énonciatives propres à chacune d’entre elles. Du reste, la substitution par l’autre construction n’est pas toujours possible.

Β/ Enoncés avec should antéposé qui n’accepteraient pas la construction en if

38L’on peut à présent tenter de confirmer cette analyse en partant des schémas avec antéposition afin de voir si la commutation avec la tournure en if... should est possible.

39Dans l’exemple ci-dessous, il apparaît que les éléments qui frayent l’apparition de la proposition avec should antéposé sont très différents de ceux que l’on a vus pour la construction en if... should :

(13) It is understood that the two men held a dinner shortly afterwards where Mr Blunkett told the Chancellor that should the position of Prime Minister become vacant, the job would be Mr Brown’s. Since then negotiations have gone well, with Mr Blunkett no longer seeking to batter his way to victory.
(The Times, ‘Bludgeoned Blunkett launches ’charm defensive’’, July 13, 2002)

40Contrairement aux exemples en if que l’on vient d’étudier, la valeur p de la relation prédicative < the position of Prime Minister - become vacant > n’est pas construite pour être opposée à la valeur p’ précédemment envisagée dans la situation. La valeur p’ est bien présente aussi. Les deux valeurs p et p’ (‘the position of Prime Minister - become vacant’ et ‘the position of Prime Minister - not become vacant’) sont présentes ensemble lorsque should est antéposé. Les propriétés de p et celles de p’ apparaissent donc de manière concomitante, ce qui instaure un parcours sur les deux valeurs. Par conséquent, si la délimitation qualitative de p est interrogée, c’est parce que celle de p’ existe aussi ; l’on ne peut pas déboucher sur une disqualification provisoire de p’ (comme on l’a vu avec if...should). Contrairement à la construction en if l’enjeu n’est donc pas de poser (ou d’imposer) la possibilité d’envisager la relation en lui assignant un repère de validabilité fictif.

41L’énoncé (14) n’accepterait pas non plus la tournure en if... should. Ce passage est écrit au présent simple à valeur générique ; il n’y a donc pas d’ancrage dans une situation donnée.

(14) The phrase ‘statutory trusts’ calls for some explanation. The term ‘issue’ includes not only children, but also the children of children who have predeceased the intestate. The scheme is that these take an ‘absolutely vested interest’ only on the attainment of 18 years or marriage. Until then, the property is held in trust for them. Should a child die before attaining an absolutely vested interest, his interest passes on to those next entitled, that is to say, other children, a parent, brothers and sisters of the whole blood, a surviving spouse, or remoter relatives if there is no surviving spouse.
(British National Corpus)

42Should a child die marque un changement de situation : le passage à un plan modal situé en dehors du plan de validité ; c’est à partir de cette nouvelle situation envisagée que sont désormais effectués les calculs de compatibilité notionnelle dont la structure should + sujet est la trace.

43Cependant, la construction If a child should die n’aurait pas la même valeur. En effet, avec if on passe explicitement par la construction d’un repère fictif. La construction if + should permettrait donc de mettre en cause l’autre valeur (p’ : < a child - not die >) pour ré-affirmer le bien-fondé d’envisager p, ce qui n’aurait guère de sens dans ce contexte. L’antéposition en revanche marque la prise en compte des deux valeurs et de leurs validabilité ; ceci permet de ne pas rejeter la valeur p’ (< a child - not die >) chez une origine adverse mais au contraire d’accepter aussi sa validabilité.

  • 11 Termes empruntés à J. Chuquet (1994 : 213).

44Cette analyse est du reste corroborée par celle de J. Chuquet (1994 : 227) qui montre, à travers ses exemples, qu’avec « la structure propositionnelle inversée (Auxil.+Sujet+Verbe)11 » on a affaire à un problème de repérage sur les S tant au niveau prédicatif qu’au niveau énonciatif :

« Le passage de If she died in childbirth... à...should she die in childbirth... fait évidemment entrer en jeu un changement de modalité : de la modalité de 1er ordre, avec le jeu sur l’assertion qui “fait comme si", on passe à une modalité de 1er ordre (“l’interrogation”) portant sur une modalité prédicative concernant l’instanciation du premier argument (modalité de quatrième ordre) ; autrement dit dans ce cas, l’énonciateur ne pose la valeur fictive “p” que pour en souligner le caractère instable. Il s’agit à nouveau, soulignons-le au passage, d’un problème de repérage “sur les S”, et ceci à deux niveaux : au niveau prédicatif, il concerne le repérage de la relation par rapport à son premier argument, et au niveau énonciatif, il s’agit de construire la validabilité de la relation par rapport à un valideur fictif et non de localiser la relation “sur les Τ”. »

45Par conséquent, l’hypothétique avec should antéposé fait apparaître l’impossibilité chez l’énonciateur de construire, même sur un plan fictif, un état de choses stabilisé. La validabilité de la relation prédicative est donnée comme problématique, et ceci pour des raisons qui relèvent de la relation de l’énonciateur à son préconstruit.

46Dans les exemples analysés, on a vu en effet que la valeur préconstruite sur laquelle se fonde l’énonciateur n’est pas stable mais construit une bifurcation sur l’Intérieur et l’Extérieur du domaine notionnel associé à la relation prédicative. Ce travail particulier sur l’altérité semble être une raison fondamentale qui contraint ou favorise l’apparition de should antéposé. Ceci nous amène donc à analyser plus précisément les types d’altérité auxquels on a affaire.

3. La prise en compte de l’altérité

A/ Conflit entre la valeur fictivement envisagée et une valeur adverse

47Dans bien des cas, la valeur p renvoie au désir d’une source subjective (comme le sujet grammatical) entrant en conflit avec la valeur p’ d’une autre source subjective (aisément récupérable dans le contexte). L’exemple qui suit illustre ce conflit entre les deux chemins : to clean it et to dirty it.

(15) Miriam Ismail was held in the coffin for a full week, her hands and legs cuffed. The alternative to the burlap sack and the coffin at the Russian Compound is solitary confinement. The detainee is held in a small cell equipped with a hole in the floor which serves for a toilet, a water tap (often dry), a thin mattress and a blanket. The cell is kept filthy intentionally ; should the detainee try to clean it, the warders take care to dirty it again. Rats occasionally drop through the ceiling ventilation grate. The detainee is not allowed to shower and her daily ration comprises two cups of tea and a quarter loaf of bread stuffed with scraps of unpalatable food. (British National Corpus)

  • 12 Expression empruntée à O. Blanvillain (2001 : 234) : la relation est envisagée comme un point de ré (...)

48Le sujet the detainee est un sujet animé agentif dont la volition est prise en compte en tant qu’altérité possible par rapport à l’état de fait souhaité par l’autre source subjective (the warders). Kept filthy intentionally s’oppose en effet à try to clean it. Comme le souligne A. Celle (2004 : 28), l’avènement de p contraire au télos de la source subjective-repère entraîne inévitablement « une mesure de rétorsion » de la part de celle-ci (the warders). Ici, la « valeur-étalon12 » Qlt (be kept filthy) est en effet associée à une valuation positive du point de vue des gardiens de prison et à une valuation négative du point de vue de la détenue.

49En outre, le passage du prétérit au présent simple (was held ; is held), montre bien que l’enjeu n’est plus de délimiter quantitativement des occurrences spécifiques de procès mais de passer au plan de la généricité, c’est-à-dire de définir ces occurrences comme occurrences de la notion /P/ , ici /detainee/ (Ε. Gilbert 2001 : 25). On ne cherche plus à délimiter l’occurrence spatio-temporellement mais à « situer l’occurrence dans le domaine notionnel associé à la notion envisagée. ». On est donc passé du particulier au générique, de l’ancrage spatio-temporel à la structuration qualitative dans ce sens où l’on fait référence aux propriétés dont dépend la structuration de la notion /detainee/. Ainsi, l’hypothétique avec antéposition de should permet non seulement de prendre en compte l’altérité subjective (be kept filthy valuée posivement ou négativement selon le point de vue envisagé) mais aussi de suspendre l’ancrage spatio-temporel en maintenant l’occurrence au niveau qualitatif. Les calculs s’effectuent alors sur les propriétés préconstruites et non sur le plan des possibles ; c’est, semble-t-il, ce qui distingue cet énoncé de if the detainee tries to clean it.

50Ce phénomène est particulièrement compatible avec le fléchage générique. Selon A. Culioli (1990 : 37) en effet, une propriété fondamentale de l’activité des énonciateurs est de reprendre, que ce soit en paraphrasant, en désassertant, ou encore avec un étagement :

« Cette propriété d’étager et de relayer (d’où le style rapporté, l’anaphore) est la caractéristique extrême de l’activité de langage comme construction de substituts entièrement détachés de la réalité extérieure. On sait que dans une première étape, on a ostension avec, puis, sans toucher l’objet ; on peut ensuite renvoyer à l’objet absent, à la classe d’objets envisageables, c’est-à-dire une construction qui nous permet, par la représentation, de nous détacher de la référence pointée. »

51Par conséquent, l’hypothétique avec should antéposé construit un écart, un hiatus entre une valeur envisagée et une autre valeur, imputable soit au désir de l’origine énonciative, soit à l’attente d’une autre instance subjective. Or, la protase hypothétique joue sur la compatibilité des notions présentes : ‘the warders - keep the cell filthy intentionally’ est compatible aussi bien avec ‘the detainee - try to clean it’ qu’avec ‘the detainee - not try to clean it’. Cette nécessaire prise en compte de l’altérité implique que, sur le plan qualitatif, la valeur (p) pour la relation prédicative ne peut être envisagée que par rapport à sa valeur adverse (p’) ; il y a donc parcours sur l’Intérieur et l’Extérieur du domaine notionnel en jeu.

52C’est ce que l’on observe également dans l’exemple (16), où l’on retrouve cette prise en compte du hiatus entre deux sources subjectives :

(16) When in sight of the fig-tree, Ulysses, clad in armour, stood on the prow to attack Scylla should she attempt to seize one of his crew..

(H. A. Guerber, The Myths of Greece and Rome, 314)

53On pourrait ici difficilement remplacer le schéma interrogatif par la forme en if... sans perdre la valuation subjective :

?* Ulysses, clad in armour, stood on the prow to attack Scylla if she should attempt to seize one of his crew.

54En revanche, on peut gloser par in case she should attempt to... ou encore for fear that she might... où le connecteur for fear that est investi d’une valeur de « visée négative » (L. Cherchi 1983), c’est-à-dire que l’énonciateur souhaite voir validée la valeur contraire à celle qui constitue son préconstruit et qui est l’objet de la subordonnée. L. Cherchi (1983 : 203) remarque que dans ce type de subordonnées (lest, for fear that, in case...), le prétérit non-temporel « est réservé à la visée non-positive. » Ainsi, la relation prédicative < she - attempt to seize one of his crew > est valuée négativement car redoutée.

55D’autre part, on remarque que dans ce cas l’apodose (la proposition dite « principale ») est nécessairement en tête d’énoncé, « où elle marque la construction existentielle » (A. Celle 2004 : 33). L’existence de Ulysses, clad in armour, stood on the prow to attack Scylla est en effet acquise. En revanche, la forme to attack Scylla montre bien que la relation prédicative < Ulysses - attack Scylla > est validable mais non validée. A partir de (p, p’), c’est p qui est visé : il n’y a pas validation (ou non validation) mais validabilité. Envisager p dans (p, p’) suppose une distance prise par rapport au plan de l’assertion, ce qui nécessite la construction d’un repérage fictif à partir duquel l’énonciateur peut viser une valeur sans l’asserter.

56On retrouve le même phénomène en (17) :

(17) Suddenly the door opened. His wife emerged with a pail. He stepped quietly aside, on to his side garden, among the sweet herbs. He could smell rosemary and sage and hyssop. A low wall divided his garden from his neighbour’s. He put his hand on it, on its wetness, ready to drop over should his wife come forward.
(D.H. Lawrence,
Aaron’s rod, 40)

57L’occurrence de procès envisagée est redoutée par le sujet syntaxique he, source subjective à partir de laquelle sont considérés les événements, ready to ouvre le domaine des possibles à l’intérieur de la démarche hypothétique. On a donc construit un point décroché à partir duquel on peut envisager les deux chemins I et Ε dans leur corrélation : “Si p, alors q” et “Si non-p, alors non-q”. Au niveau du Qlt extra-notionnel d’évaluation, les deux relations sont compatibles avec le cadre de référence. Au niveau de la valuation en revanche, la relation < she - come forward > ᴗ→ < he - drop over > est valuée négativement alors que la relation inverse < she - not come forward > ᴗ→ < he - not drop over > est valuée comme souhaitable.

58Par conséquent, ces exemples nous mettent en présence d’une contrainte pesant plus sur le sujet de l’apodose que sur celui de la protase. Dans les exemples (15) à (17), l’avènement des procès try to clean it, attack Scylla et drop over ne dépend pas du choix des sources subjectives (the warders, Ulysses et he) mais de l’actualisation ou non du procès décrit dans la protase. La validabilité de la relation se trouve donc dans un premier temps placée sur un plan essentiellement notionnel, celui des représentations de la source subjective quant à la validabilité de la relation (ramenables à ‘The detainee may try to clean it’, ‘Scylla may attempt to seize one of his crew’, ‘his wife may come forward’), puis dans un deuxième temps elle est commentée avec valuation de cette même source subjective.

59Ceci n’est pas sans rappeler les analyses de F. Behre (1955 : 34). Ce dernier en effet, après un examen minutieux des points de vue de différents grammairiens, avait déjà fait remarquer :

«The distinction has, as we have seen, been formulated somewhat differently by different writers. But the general tendency has been to relate either form, with a certain non-verbal phenomenon, should with ‘the thought of something happening’, ‘the abstract conception’, ‘the principle involved’, etc. and the indicative with ‘something actually happening’, ‘a concrete fact’, etc.»

60F. Behre a du reste confirmé cette analyse plus loin dans son étude en indiquant que les propositions comportant should ne font pas référence à un fait mais à « l’idée de ce fait » :

«The should-form brings the “fact” within the mental sphere: what was a “fact” a moment ago becomes the contemplation of this “fact” at the moment I express what I think or feel about it.»
(F. Behre 1955 : 146)

61Ainsi, en associant une hypothèse à should, l’énonciateur lui retire sa délimitation quantitative pour ne plus garder que la structuration qualitative, ce que beaucoup de grammairiens désignent comme « l’idée » que l’on se fait de la relation, et qui correspond, dans le cadre de la Théorie des Opérations Enonciatives, aux propriétés notionnelles que l’énonciateur associe à la relation. L’hypothèse se trouve ainsi réduite à une simple délimitation qualitative. C’est sans doute ce qui explique que certains auteurs considèrent les hypothétiques en should comme plus irréelles. Ce dépouillement de l’hypothèse de son ancrage référentiel permet en effet à l’énonciateur d’insister sur le fait que cette idée peut ne pas être le cas ou a toutes les chances de ne pas être le cas. Ceci peut donc permettre de présenter une hypothèse tout en sous-entendant que sa validabilité même est fictive, que l’on n’y adhère pas, qu’on l’interroge ou qu’on ne s’en porte pas garant, puisqu’on n’asserte pas, même fictivement, l’occurrence que représente l’hypothèse.

62Ceci nous conduit à analyser plus avant le jeu sur le domaine notionnel qui entraîne la valeur de « meditative-polemic » que F. Behre avait identifiée dans les complétives après divers groupes de segments modalisateurs (ex : It is deplorable that..., It is a pity that...) :

«the should-form in all our groups is used to express a meditative state of mind including an element of mental resistance viewed from the standpoint of the speaker, the hearer, people generally, or some person or persons spoken about.» (F. Behre 1955 : 155)

63Il semble en effet que les deux paramètres relevés par cet auteur (‘a meditative state of mind’ et ‘an element of mental resistance’ s’appliquent également au cas des hypothétiques.

Β/ « Meditative-Polemic SHOULD »

64On sait que l’hypothétique construit le plan du fictif dans la mesure où l’énonciateur-origine place la signification de son énoncé hors de la situation de référence : il y a donc rupture par rapport au plan d’énonciation. De cette position décrochée, l’énonciateur fait comme s’il choisissait une valeur qu’il pose alors comme repère fictif. Le schéma avec should antéposé permet par ailleurs de valuer les chemins vers I et vers Ε par rapport à la valeur attendue ou souhaitée par la source subjective repère dont la construction antérieure est le plus souvent récupérable dans le contexte.

65Ainsi, le propre de l’antéposition semble être de créer un double mouvement de parcours qui permet de passer de p à p’ et de revenir sur p, ce qui construit une valeur « méditative » (F. Behre), c’est aussi ce que l’on l’observe dans l’exemple (18) :

(18) Learning thoroughly the piece which you are going to do is important. Auditions are nerve-racking for everyone who does them (and for that matter, for everyone who watches them) but being sure of your text is the least you can do. Should that unthinkable thing happen, and you forget your lines, don’t despair. A sympathetic panel may well ask you to start again. (British National Corpus - A. Rendle, So you want to be an actor?)

  • 13 Voir A. Culioli (2002 : 187) : « La notion d’ajustement est fondée elle-même sur la conception qu’i (...)

66Le domaine notionnel qui sert de repère discursif autour duquel s’organise ce passage est ‘be sure of one’s text’. Il apparaît que l’oubli (forget your lines) par défaut d’apprentissage appartient au complémentaire de ce domaine notionnel (not learn thoroughly the piece). En revanche, l’oubli dû à la tension nerveuse (Auditions are nerve-racking) se situerait plutôt à la frontière (l’énonciateur décrit d’ailleurs ce type d’oubli comme passager). On a donc affaire un travail de structuration du domaine notionnel qui transparaît dans ce passage avec l’activité d’ajustement13 nécessaire au sein de la co-énonciation. En effet, l’occurrence de procès forget your lines est présentée comme préjudiciable mais hautement improbable pourvu que la relation < you - learn thoroughly the piece > ait été validée. Néanmoins, la notion /forget/ ne peut être posée comme entièrement incompatible avec ‘you learn thoroughly’. Le sujet you est donc privé d’autonomie et semble placé sous la dépendance d’une contingence pourtant évaluée comme improbable.

  • 14 Voir L. Dufaye (2001 : 106).

67Ainsi, on retrouve ici une valeur fondamentale de shall et should, qui est la non-autonomie du sujet : le sujet est dépendant de la représentation de l’énonciateur. Néanmoins, il convient de souligner que la relation intersubjective de pression exercée sur le Sujet de l’énoncé est neutralisée dans la protase, si bien que la valeur déontique fondée sur le jugement moral de l’énonciateur disparaît : c’est du Qlt d’évaluation (ici : compatibilité plausible) que le sujet dépend. L’énonciateur fait part, contre toute attente, de la compatibilité « entre les contenus notionnels de deux occurrences14 » : < you - learn thoroughly the piece > et < you - forget your lines >.

68Ainsi, should hypothétique est la trace d’un débat et l’on retrouve les paramètres mis au jour par F. Behre. Le « meditative element » est lié au parcours sur deux valeurs marqué par should tandis que l’élément de « mental resistance » (polemic element) relève de la valuation négative.

Conclusion

69En conséquence, les analyses tendent à montrer qu’il est possible de mettre au jour des facteurs contextuels frayant l’emploi de should antéposé en proposition hypothétique. A l’examen des textes en effet, il apparaît que si should va de pair avec le non encore établi, le non-asserté dans le contexte, il est aussi associé à ce que le locuteur juge nécessaire d’envisager ou d’évoquer en connaissance de cause (par exemple ce qui n’a pas été prévu ou visé par le co-énonciateur ou une autre source subjective). Ainsi, should est la trace d’une double altérité, à la fois une altérité de valeurs et une altérité subjective.

  • 15 Termes empruntés à A. Deschamps (2001 : 10).

70On a vu, à travers les exemples étudiés, que should pose à la fois l’Intérieur et l’Extérieur du domaine notionnel associé à la relation prédicative, moins pour souligner le décalage entre les deux que la nécessité de prendre en considération la co-existence même de ces deux valeurs. Dès lors, la valeur de should hypothétique ne semble pas si éloignée de son interprétation en proposition indépendante (d’obligation atténuée ou de conseil par exemple). Dans ces cas, le passage à l’existence d’une occurrence est envisagé par l’énonciateur sans que celui-ci soit en mesure de le réaliser : « l’énonciateur construit du validable15 » mais la validation de la relation est à la charge d’un autre sujet (souvent le co-énonciateur). Ainsi, en énoncé indépendant, cette survenue est repérée fictivement par rapport à la norme de l’énonciateur, qui exprime ce que serait ou devrait être la situation selon ses propres critères. En hypothétique, elle est repérée fictivement par rapport aux propriétés compatibles des notions en jeu. Par ailleurs, l’occurrence envisagée fait l’objet d’une valuation de l’origine énonciative qui est confrontée à la valuation d’une autre source subjective. L’éventuelle valuation adverse du sujet de l’énoncé, du co-énonciateur ou d’une autre instance subjective est toujours prise en compte.

71Ainsi, les divers cas de figure analysés peuvent être ramenés à une mise en relation de deux facteurs essentiels des repérages inter-énoncés : d’une part la relation de l’énonciateur aux propriétés du cadre de référence, d’autre part, la relation intersubjective en jeu entre l’énonciateur et une autre source subjective.

72Néanmoins, de nombreux points restent à approfondir dans l’étude de ces hypothétiques. Il serait par exemple nécessaire de quantifier la fréquence d’emploi de cette construction à l’oral et à l’écrit afin de confronter les résultats obtenus. Par ailleurs, on remarque la fréquence extrêmement rare de la négation et de l’aspect, ou encore la grande diversité des formes possibles dans l’apodose (will, would, may, could, prétérit simple, présent simple, impératif, etc...). En outre, une étude fine sur la position de l’hypothétique dans l’énoncé (en tête, à la fin ou en incise) apporterait sans doute de nouveaux éclairages sur les relations de repérage entre les deux propositions.

Top of page

Bibliography

Corpus

CHRISTIE, Agatha, 1962, The Mirror Crack’d, Penguin Books.

GUERBER, H. A., 1993 [1907], The Myths of Greece and Rome, Dover Books.

TARTT, Donna, 1992, The Secret History, Penguin Books. The Times

Corpus électroniques ou informatisés

British National Corpus

Brown Corpus

Project Gutenberg Etext : LAWRENCE D.H. (1922), Aaron’s rod.

Références bibliographiques

Arigne, Viviane, 1989. « SHALL et SHOULD, étude de modalités » in Explorations en linguistique anglaise, André Gauthier (dir.), Berne : Peter Lang, pp. 155-235.

Behre, Frank, 1955. “Meditative Polemic ‘SHOULD’ in Modern English ‘That’ Clauses” in Gothenburg Studies in English IV, Stockholm : Almqvist & Wiksell.

Blanvillain, Odile, 2001. « Le modal ‘SHOULD’ : désactualisation, étalonnage qualitatif et valuation positive » in Anglophonia/Sigma n°8/2000, Toulouse : Université de Toulouse-Le Mirail, Presses Universitaires du Mirail, pp. 233-248.

Bouscaren, Janine & Chuquet, Jean, 1987. Grammaire et textes anglais. Guide pour l’analyse linguistique, Gap : Ophrys.

Celle, Agnès, 2003. « La visée dans les propositions hypothétiques en anglais et en français », in La subordination en anglais : une approche énonciative, Agnès Celle & Stéphane Gresset (éd.), Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, pp. 69-87.

Celle, Agnès, 2004. « L’hypothèse en anglais contemporain : if vs. le schéma interrogatif », in L’Hypothèse au miroir des langues, Cecilia Hare (coord.), Paris : L’Harmattan, pp. 15-42.

Cherchi, Lucien, 1983. « LEST, THAT, SHOULD et les autres : un exemple d’observation de données grammaticales » in Les Langues modernes, 2, 74ème année, Paris, pp. 201-208.

Chuquet, Jean, 1994. « Forme interrogative et hypothèse en anglais contemporain », in Paul Boucher & Jean-Michel Fournier, L’interrogation (1), Travaux linguistiques du CERLICO, 7, Presses Universitaires Rennes II, 213-236.

Coates, Jennifer, 1983. The Semantics of Modal Auxiliaries, London : Croom Helm.

Culioli, Antoine, 1990. Pour une linguistique de l’énonciation, Opérations et représentations, Tome I, Collection HDL, Gap : Ophrys.

Culioli, Antoine, 2002. Variations sur la linguistique - Entretiens avec Frédéric Fau, Paris : Klincksieck.

Deschamps, Alain, 2001. « Approche énonciative des modaux de l’anglais », Cahiers de Recherche en Grammaire Anglaise, T.8, Modalités et opérations énonciatives, Gap : Ophrys, pp. 3-21.

Dufaye, Lionel, 2001. « Le système des auxiliaires de modalité et la négation », Cahiers de Recherche en Grammaire Anglaise, T.8, Modalités et opérations énonciatives, Gap : Ophrys, pp. 101-143.

Gresset, Stéphane, 1999. CAN/MAY, MAY/MIGHT, et MIGHT/COULD, ou L’interchangeabilité en question, Thèse, Université de Paris X - Nanterre.

Groussier, Marie-Line, 2000. “On Antoine Culioli’s theory of enunciative operations”, in Lingua 110, pp. 157-182.

Groussier, Marie-Line & Riviere Claude, 1996. Les Mots de la linguistique. Lexique de linguistique énonciative, Gap : Ophrys.

Larreya, Paul, 2003. “Irrealis, past time reference and modality”, in Modality in Contemporary English - Topics in English Linguistics, R. Facchinetti, M. Krug & F. Palmer (eds.), Berlin : Mouton de Gruyter, pp. 20-44.

Leech, Geoffrey, [1971] 1987. Meaning and The English Verb, London and New York : Longman.

Mery, Renaud, 1994. « L’inversion sujet/auxiliaire en anglais sans antéposition d’un tiers élément » SIGMA 16, Aix-en-Provence : Publication de l’Université de Provence, pp. 9-57.

Paillard, Denis, 1981. « Nécessaire et possible : à propos des relations inter-énoncés » in BULAG 8, Détermination, aspects, modalités, pp. 80-107.

Palmer, Frank. R., 1986. Mood and Modality, Cambridge Textbooks in Linguistics, CUP.

Trevise, Anne, 1999. « A propos des repérages fictifs : variété des formes et construction du sens », in LINX n°41, L’Hypothétique, Anne Trévise (éd), Nanterre : Université Paris X-Nanterre, pp. 39-59.

Wyld, Henry, 2001. Subordination et énonciation, Cahiers de Recherche, Numéro spécial, Gap : Ophrys.

Top of page

Notes

2 Voir par exemple A. Culioli (1990 : 135) : « Valeurs modales et opérations énonciatives ».

3 Dans la Théorie des Opérations Enonciatives, le « domaine notionnel » se définit à partir de la notion. Il organise topologiquement la classe d’occurrences associée à une notion en un intérieur I (ce qui possède vraiment les propriétés), un extérieur Ε (ce qui est totalement autre), une frontière F (ce qui ne possède pas vraiment les propriétés sans être totalement autre) à partir d’une occurrence type, ayant toutes les propriétés constitutuves de la notion, le centre organisateur.

4 Expression empruntée à F. Behre (1955).

5 Terme emprunté à H. Wyld (2001 : 169) : « contingence contre laquelle il faut prendre une mesure de précaution ».

6 Voir L. Dufaye (2001 : 106) : La dimension qualitative (QLT) concerne les propriétés notionnelles associées à la relation prédicative, et peut déboucher sur des opérations de valuation ou d’évaluation :
- la valuation est l’opération par laquelle une instance subjective value la notion comme bonne/mauvaise, souhaitable/non-souhaitable.
- l’évaluation suppose qu’une instance subjective évalue la notion comme compatible / incompatible relativement à un cadre de référence ou à une autre notion (comme dans ‘You can’t have received my fax because it’s still right here in my machine.’).

7 D. Paillard (1981 : 89) donne cette définition de la relation de contingence :
« ᴗ→ : ce symbole signifie que l’on a une relation primitive (c’est-à-dire préalable à toute détermination) entre p et q : p est associé de façon ordonné à q. En d’autres termes, on pose p et q, en tant que termes entrant dans une relation, tout en introduisant une dissymétrie entre les deux termes, au sens où la relation entre ces deux termes est une relation d’ordre. Culioli écrit la relation entre p et q de la manière suivante : ρ ᴗ→ (normalement) q
L’introduction de normalement apparaît comme directement reliée à la distinction entre le possible et le nécessaire, lorsque Culioli dit : « ’normalement’ signifie d’un côté ‘en principe’, c’est-à-dire tout simplement vraisemblable ; d’un autre côté il signifie ‘comme on pouvait s’y attendre’ : en effet, s’attendre à quelque chose ne signifie pas le nécessaire mais que ça peut ou non se produire. » Ce qui revient à considérer que la relation p ᴗ→ (normalement) q relève au départ du possible, et plus précisément du contingent. »

8 Voir aussi l’analyse d’A. Celle (2004 : 26), où l’apodose qui suit l’hypothétique en ‘If + were to’ concerne l’actualisation de l’hypothèse et non ses conséquences.

9 Termes empruntés à M.-L. Groussier et C. Rivière (1996 : 197).

10 S. Gresset (1999 : 274) explicite, au sujet des modaux may et might, la distinction entre « validation » et « validabilité » : alors qu’avec may, l’énonciateur indique qu’il est incertain quant à la valeur qui sera validée, avec might, il est incertain quant à la validabilité de la relation prédicative, c’est-à-dire les conditions nécessaires à sa validation.

11 Termes empruntés à J. Chuquet (1994 : 213).

12 Expression empruntée à O. Blanvillain (2001 : 234) : la relation est envisagée comme un point de référence, mais cette « valeur “vraie” » n’est posée « qu’en fonction des prémisses utilisés (indices situationnels, critères logiques, norme subjective, morale, institutionnelle, culturelle, etc.). Ceci laisse bien entendu ouverte la possibilité que cette valeur ne corresponde pas à la valeur réalisée dans l’extralinguistique. »

13 Voir A. Culioli (2002 : 187) : « La notion d’ajustement est fondée elle-même sur la conception qu’il n’y a pas des énoncés tout prêts, des vérités toutes prêtes, mais des énoncés produits par un sujet, de telle manière que autrui va lui-même reconstruire à partir des marqueurs des représentations. »

14 Voir L. Dufaye (2001 : 106).

15 Termes empruntés à A. Deschamps (2001 : 10).

Top of page

References

Bibliographical reference

Valérie Bourdier, « SHOULD antéposé dans les propositions hypothétiques », Anglophonia/Sigma, 13 (26) | 2009, 23-43.

Electronic reference

Valérie Bourdier, « SHOULD antéposé dans les propositions hypothétiques », Anglophonia/Sigma [Online], 13 (26) | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 23 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/854 ; DOI : 10.4000/anglophonia.854

Top of page

About the author

Valérie Bourdier

Université de Reims Champagne-Ardenne ; laboratoire CIRLEP ; valerie.bourdier@univ-reims.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org